Vous êtes sur la page 1sur 374

MINISTERE DU TOURISME MINISTRY OF TOURISM

Paix – Travail – Patrie Peace – Work – Fatherland


--------- ----------
SECRETARIAT GENERAL SECRETARIAT GENERAL
------------ ------------
DIVISION DES ETUDES DIVISION OF STUDIES
ET DE LA PLANIFICATION AND PLANING
--------- -----------

STRATEGIE SECTORIELLE DE DEVELOPPEMENT DU


TOURISME AU CAMEROUN

Décembre 2005
TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIERES............................................................................................................................................... I
TABLEAUX ET GRAPHIQUES .................................................................................................................................. III
LISTE DES ABREVIATIONS........................................................................................................................................V
RESUME EXECUTIF .............................................................................................................................................. VIII
METHODOLOGIE…............................................................................................................................................... XIV
CONTEXTE DE L’ELABORATION DE LA STRATEGIE SECTORIELLE DU TOURISME CAMEROUNAIS ..................XVII
1. SITUATION SOCIO- ECONOMIQUE........................................................................................................ XVII
1.1 AU PLAN ECONOMIQUE ............................................................................................................ XVII
1-2 AU PLAN SOCIAL .....................................................................................................................XVIII
1-3 AU PLAN SPECIFIQUE DU TOURISME ......................................................................................XVIII
2. GLOBALISATION CONTINUE DE L’ECONOMIE MONDIALE..................................................................... XIX
3. STRATEGIES ET POLITIQUES DU GOUVERNEMENT POUR RELANCER LA CROISSANCE ET REDUIRE LA
PAUVRETE ........................................................................................................................................... XIX
INTRODUCTION……….. ..............................................................................................................................................1
PARTIE I : ETAT DES LIEUX DU SECTEUR TOURISTIQUE...........................................................................................4
CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DU CAMEROUN .............................................................................5
1.1 LES ATOUTS GÉOGRAPHIQUES ....................................................................................................5
1.2 AUTRES ATOUTS ...........................................................................................................................9
CHAPITRE 2 : DISPOSITIF NORMATIF ET INSTITUTIONNEL............................................................................10
2.1. CADRE JURIDIQUE.......................................................................................................................10
2.2. LE CADRE INSTITUTIONNEL ........................................................................................................10
2.3. LES INSTITUTIONS DE FORMATION EN TOURISME .....................................................................17
2.4. LA SOCIETE CIVILE ......................................................................................................................19
CHAPITRE 3 : OFFRE TOURISTIQUE ..............................................................................................................20
3.1. INFRASTRUCTURES ....................................................................................................................20
3.2. INFRASTRUCTURES TOURISTIQUES ..........................................................................................24
3.3. PRODUITS TOURISTIQUES OU FORMES DE TOURISME ..............................................................36
CHAPITRE 4 : DEMANDE TOURISTIQUE.........................................................................................................47
4.1. TOURISME RECEPTEUR ..............................................................................................................47
4.2. TOURISME INTERNE ....................................................................................................................53
CHAPITRE 5 : IMPACT DU TOURISME SUR L’ECONOMIE NATIONALE...........................................................54
5.1. EVALUATION A PARTIR DE QUELQUES INDICATEURS DISPONIBLES..........................................54
5.2. TAXES LIEES AUX ACTIVITES TOURISTIQUES.............................................................................56
5.3. BALANCE DES PAIEMENTS TOURISTIQUES.................................................................................57
5.4. EMPLOIS ET SALAIRES VERSES DANS LE SECTEUR TOURISTIQUE ...........................................58
5.5. LA CONSOMMATION INTERNE DU TOURISME AU CAMEROUN ....................................................58
PARTIE 2 : DIAGNOSTIC DU SECTEUR TOURISTIQUE..............................................................................................59
INTRODUCTION .............................................................................................................................................60
CHAPITRE I : DIAGNOSTIC GLOBAL DU SECTEUR ........................................................................................63
1.1. DIAGNOSTIC INSTITUTIONNEL ET JURIDIQUE .............................................................................63
1.2. DIAGNOSTIC SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DU TOURISME CAMEROUNAIS...............65
1.3. DIAGNOSTIC DU FINANCEMENT ..................................................................................................66
1.4. DIAGNOSTIC SUR LA PROMOTION ET LA COMMUNICATION .......................................................68
1.5. DIAGNOSTIC DES INFRASTRUCTURES........................................................................................70
1.6. DIAGNOSTIC DES RESSOURCES HUMAINES...............................................................................70
1.7. DIAGNOSTIC DES STATISTIQUES DU TOURISME ........................................................................71
CONCLUSION.................................................................................................................................................73
CHAPITRE II : DIAGNOSTIC PAR PRODUIT.....................................................................................................74
2.1. TOURISME CULTUREL .................................................................................................................74
2.2. TOURISME CYNEGETIQUE...........................................................................................................75
2.3. TOURISME DE SAFARI PHOTO.....................................................................................................77
2.4. TOURISME DE SANTE ET DE CURE .............................................................................................78
i
2.5. TOURISME BALNEAIRE ................................................................................................................79
2.6. TOURISME SPORTIF ....................................................................................................................80
2.7. AGROTOURISME..........................................................................................................................81
2.8. ECOTOURISME ............................................................................................................................82
2.9. TOURISME D’AFFAIRES ET DE CONGRES ...................................................................................84
CONCLUSION PARTIELLE ........................................................................................................................................86
PARTIE III : STRATEGIES..........................................................................................................................................88
INTRODUCTION .............................................................................................................................................89
CHAPITRE I : FORMULATION DES CHOIX STRATEGIQUES............................................................................90
1.1. OBJECTIF GLOBAL DU SECTEUR TOURISME...............................................................................90
1.2. OBJECTIFS STRATEGIQUES DU SECTEUR ..................................................................................90
1.3 OBJECTIFS INTERMEDIAIRES......................................................................................................90
1.4 AXES STRATEGIQUES .................................................................................................................91
1.5 PRESENTATION DES PROGRAMMES ET LEURS OBJECTIFS SPECIFIQUES PAR AXE
STRATEGIQUE. ........................................................................................................................92
1.6 ORIENTATIONS STRATEGIQUES................................................................................................100
1.7 EVALUATION FINANCIERE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DU
TOURISME .............................................................................................................................104
CHAPITRE II : COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES ...................................................................108
II.1 VERIFICATION ET MISE EN EVIDENCE DE LA COHERENCE INTRA ET INTERSECTORIELLE......108
II.2 ORGANISATION DE LA MISE EN EVIDENCE DE LA COHERENCE DES OBJECTIFS ET MOYENS
PROGRAMMES DANS LE SECTEUR AVEC LES STRATEGIES DES AUTRES SECTEURS.........110
CHAPITRE III : DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE, SUIVI ET EVALUATION DE LA STRATEGIE ........................111
III.1 ORGANISATION PREVUE POUR LA GESTION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE.........111
III.2 SUIVI ET EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE............................................113
CONCLUSION GENERALE : PERSPECTIVES SOCIO-ECONOMIQUES DU TOURISME ...................................117
BIBLIOGRAPHIE…..................................................................................................................................................120
ANNEXES…………. .................................................................................................................................................123

ANNEXES
Annexe 1 : Quelques indicateurs possibles du secteur touristique
Annexe 2 : Présentation des indicateurs de performance des objectifs spécifiques
Annexe 3 : Tableaux de cohérences inter et intra sectorielles
Annexe 4 : Tableaux d’implication des partenaires dans la mise en œuvre de la stratégie du
développement du tourisme
Annexe 5 : Programme de dépenses publiques prioritaires
Annexe 6 : Programme de dépenses prioritaires de fonctionnement
Annexe 7 : Programme d’investissement prioritaire
Annexe 8 : Programmes d’investissement prioritaire régionaux

ii
TABLEAUX ET GRAPHIQUES
TABLEAU N° 1: BUDGET DU MINTOUR AU COURS DES QUATRE (4) DERNIERES ANNEES (EN MILLIONS DE FCFA)
....................................................................................................................................................11
TABLEAU N°2 : POURCENTAGE DU BUDGET D’INVESTISSEMENT DU MINTOUR PAR RAPPORT A SON BUDGET
TOTAL..........................................................................................................................................11
TABLEAU N°3 : COMPARAISON DU BUDGET DU MINTOUR AU BUDGET TOTAL DE L’ETAT ...................................12
TABLEAU N°4 : PRINCIPALES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET LEURS DOMAINES D’INTERVENTION ...............14
TABLEAU N°5 : EFFECTIF DES GUIDES TOURISTIQUES AGREES DU CAMEROUN AU 29 AOUT 2005 .....................17
TABLEAU N°6: TARIFS DU TRANSPORT DE PERSONNES PAR LE RESEAU FERROVIAIRE .....................................20
TABLEAU N°7 : TARIFS DES APPELS INTERNATIONAUX SUR LE RESEAU MTN ....................................................21
TABLEAU N°8 : TARIFS DES APPELS LOCAUX SUR LE RESEAU MTN POUR ABONNEMENTS PREPAYES ............21
TABLEAU N°9 : TARIFS PRATIQUES A LA SOCIETE NATIONALE DES EAUX DU CAMEROUN .................................23
TABLEAU N°10 : TARIFS PRATIQUES A LA SOCIETE NATIONALE DES EAUX DU CAMEROUN................................23
TABLEAU N°11 : CAPACITE HOTELIERE DU CAMEROUN AU 30 MAI 2005 .............................................................25
TABLEAU N° 12 : SYNTHESE DE LA CAPACITE HOTELIERE DU CAMEROUN AU 30 MAI 2005 .................................26
TABLEAU N° 13 : PRIX MOYEN DES CHAMBRES DANS LES ETABLISSEMENTS D’HEBERGEMENT CLASSES DU
CAMEROUN .................................................................................................................................26
TABLEAU N° 14 : EFFECTIF DES ETABLISSEMENTS DE RESTAURATION AUTORISES PAR PROVINCE AU
CAMEROUN AU 29 AOUT 2005.....................................................................................................27
TABLEAU N° 15 : EFFECTIF DES AGENCES DE VOYAGES AUTORISEES AU CAMEROUN AU 29 AOUT 2005 ..........28
TABLEAU N° 16 : LISTE DES SITES TOURISTIQUES AYANT CONNU UN DEBUT D’AMENAGEMENT DE 1998 A 2005
....................................................................................................................................................31
TABLEAU N° 17 : TENDANCES DES ARRIVEES ET DES NUITEES DANS LES ETABLISSEMENTS D’HEBERGEMENT
DU CAMEROUN DE 2000 A 2003..................................................................................................47
TABLEAU N° 18 : TENDANCES DES ARRIVEES ET DES NUITEES DES EUROPEENS DANS LES ETABLISSEMENTS
D’HEBERGEMENT DU CAMEROUN DE 2000 A 2003 ....................................................................48
TABLEAU N° 19 : DUREE MOYENNE DE SEJOUR (EN JOURS) DES NON-RESIDENTS DANS LES ETABLISSEMENTS
D’HEBERGEMENT DU CAMEROUN DE 2000 A 2003 .....................................................................49
GRAPHIQUE N° 1 : REPARTITION MENSUELLE DES ARRIVEES DANS LES ETABLISSEMENTS D’HEBERGEMENT DU
CAMEROUN ENTRE 2000 ET 2003................................................................................................50
GRAPHIQUE 2 : REPARTITION DES ARRIVEES DANS LES ETABLISSEMENTS D’HEBERGEMENT DU CAMEROUN
PAR PROVINCE EN 2000 ET 2003.................................................................................................51
TABLEAU N° 20 : POURCENTAGE DES ARRIVEES DE TOURISTES AU CAMEROUN PAR MOTIF DE VISITE ET PAR
PAYS DE RESIDENCE ..................................................................................................................52
TABLEAU N° 21 : ARRIVEES ET NUITEES DES RESIDENTS DANS LES ETABLISSEMENTS D’HEBERGEMENT DU
CAMEROUN .................................................................................................................................53
TABLEAU N° 22 : DUREE MOYENNE DE SEJOUR (EN JOURS) DES RESIDENTS DANS LES ETABLISSEMENTS
D’HEBERGEMENT DU CAMEROUN DE 2000 A 2003 .....................................................................53
TABLEAU N° 23 : PART DU TOURISME DANS LA PRODUCTION NATIONALE AU CAMEROUN DE 1994 A 2003 (EN
MILLIARDS DE FCFA): .................................................................................................................54
TABLEAU N°24 : EVOLUTION DE LA VALEUR AJOUTEE TOURISTIQUE ET DU PIB DE 1994 A 2003 AU CAMEROUN
(EN MILLIARDS DE FCFA) ............................................................................................................55
TABLEAU N°25 : CLASSIFICATION DES VINGT (20) PREMIERES BRANCHES D’ACTIVITE PAR ORDRE
DECROISSANT DES VALEURS AJOUTEES DANS L’ECONOMIE CAMEROUNAISE (EN MILLIARDS
DE FCFA) .....................................................................................................................................55

iii
TABLEAU N°26 : LES TAXES LIEES AUX ACTIVITES TOURISTIQUES.......................................................................56
TABLEAU N° 27 : BALANCE DES PAIEMENTS DES ACTIVITES LIEES AU TOURISME (EN MILLIARDS DE FRANCS
CFA).............................................................................................................................................57
TABLEAU N°28 : NOMBRE D’EMPLOIS ET SALAIRES DANS LE SECTEUR TOURISTIQUE DE 2000 A 2003...............58
TABLEAU N° 29 : COUT TOTAL ET PREVISIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DU TOURISME. ........105
TABLEAU N°30 : RECAPITULATIF DU PROGRAMME DE DEPENSES PUBLIQUES PRIORITAIRES PAR
FONCTIONNEMENT EN INVESTISSEMENT (EN MILLIARDS DE FCFA)........................................105
TABLEAU N°31 : COUTS PREVISIONNELS DU PROGRAMME DES DEPENSES PRIORITAIRES SUR LA PERIODE
2007-2009...................................................................................................................................106
TABLEAU N° 32 : COUTS DES PROGRAMMES D’INVESTISSEMENT PRIORITAIRE REGIONAUX ............................107
TABLEAU N°33 : PRESENTATION DES DIFFERENTS NIVEAUX D’INTERVENTION ET DES STRUCTURES CHARGEES
DE LA GESTION DES ORGANES DE COORDINATION. ...............................................................112
TABLEAU 34: SIMULATIONS DE L’EVOLUTION DE QUELQUES INDICATEURS DE L’ACTIVITE TOURISTIQUE DE 2007
A 2009........................................................................................................................................119

iv
LISTE DES ABREVIATIONS
ADC Aéroports Du Cameroun
AES/SONEL Concessionnaire (AES) de la Société Nationale d’Electricité
AGTC Association des Guides du Tourisme Camerounais
APTC Association des Professionnels du Tourisme Camerounais
ASECNA Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar
ATA Africa Travel Association
BEAC Banque des Etats de l’Afrique Centrale
BEPH Brevet d’Etudes Professionnelles en Hôtellerie
BIT Bureau d’Information Touristique
BTS Brevet de Technicien Supérieur
BUCREP Bureau Central des Recensements et des Etudes de Population
CAMAIR Cameroon Airlines
CAMRAIL Cameroon Railways (Corporation)
CAMTEL Cameroon Telecommunications
CEMAC Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale
CITES Convention sur le Commerce International des Espèces de faune et de flore
sauvages menacées d’extinction
CNT Conseil National du Tourisme
COMIFAC Commission Internationale pour la gestion des Forêts d’Afrique Centrale.
CRESPAC Chaîne des Restaurateurs pour le Patrimoine de la Cuisine Camerounaise.
CTD Collectivités Territoriales Décentralisées
DGSN Délégation Générale à la Sûreté Nationale
DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
ENAHT Ecole Normale d’Hôtellerie et de Tourisme de Ngaoundéré
FASR Facilité d’Ajustement Structurel Renforcée
FCFA Franc de la Communauté Franco-Africaine
FENAC Festival National des Arts et de la Culture
FMI Fonds Monétaire International
FRDC Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et de la Croissance
GIC Groupement d’Intérêt Communautaire
GIE Groupement d’Intérêt Economique

v
GTZ Deutsche Gesellschaft fűr Technische Zusammenar beit
INS Institut National de la Statistique
KW/h Kilowatt/heure
MINADER Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural
MINCOM Ministère de la Communication
MINCOMMERCE Ministère du Commerce
MINCULT Ministère de la Culture
MINDAF Ministère des Domaines et des Affaires Foncières
MINDEF Ministère de la Défense
MINEFI Ministère de l’Economie et des Finances
MINEP Ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature
MINEPIA Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales
MINESEC Ministère des Enseignements Secondaires
MINESUP Ministère de l’Enseignement Supérieur
MINFOF Ministère des Forêts et de la Faune
MINIMIDT Ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement Technologique
MINPLAPDAT Ministère de la Planification, de la Programmation du Développement et de
l’Aménagement du Territoire
MINPMEESA Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de
l’Artisanat
MINPOSTEL Ministère des Postes et Télécommunications
MINRESI Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation
MINREX Ministère des Relations Extérieures
MINSANTE Ministère de la Santé
MINT Ministère des Transports
MINTOUR Ministère du Tourisme
MINTP Ministère des Travaux Publics
MtCEO Mount Cameroon Ecoutourism Organisation
OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement
OMT Organisation Mondiale du Tourisme
ONG Organisation Non Gouvernementale
ONUDI Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel
PIB Produit Intérieur Brut
PNB Produit National Brut

vi
PNDP Programme National de Développement Participatif
PNVRA Programme National de Vulgarisation et de Recherches Agricoles
RCA République Centrafricaine
RDB-DJA Réserve de Biosphère du Dja
SG/PM Secrétariat Général des Services du Premier Ministre
SG/PR Secrétariat Général de la Présidence de la République
SNAVTC Syndicat National des Agences de Voyages et de Tourisme du Cameroun
SNEC Société Nationale des Eaux du Cameroun
SNV (Organisation Néerlandaise pour le Développement)
SPEL Syndicat Patronal des Etablissements de Loisirs
SPIHT Syndicat Patronal des Industries de l’Hôtellerie et du Tourisme
SPRC Syndicat Patronal des Restaurants du Cameroun
STEP Sustainable Tourism for Eliminating Poverty
TIC Technologies de l’Information et de la Communication
UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature
UNESCO United Nations for Education, Science and Culture Organization (Organisation
des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture)
WWF World Wide Fund

vii
RESUME EXECUTIF
L’élaboration du document de stratégie sectorielle du tourisme camerounais rentre dans le cadre
des politiques et stratégies du Gouvernement pour relancer la croissance et réduire la pauvreté. Les
axes principaux sont définis dans le « Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté » «DSRP».
Le document commence par rappeler le contexte socio-économique national et international
dans lequel évolue le tourisme camerounais. Ce contexte est celui de la signature le 24 octobre 2005
d’un accord de trois (3) ans au titre de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance
(FRPC), en appui au programme Financier, Economique et Social du Gouvernement pour la période
allant du 1er juillet 2005 au 30 juin 2008. Cet accord est assorti d’une assistance intérimaire
supplémentaire dans le cadre de l’initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).
Pour ce qui est du tourisme, le secteur reste marqué par la volonté réaffirmée du Chef de l’Etat
de faire du tourisme un puissant outil de relance de l’économie et de lutte contre la pauvreté. Selon les
comptes nationaux, le tourisme dans sa seule branche véritablement évaluée « Restaurants et Hôtels »
représente 2,43% du PIB National et occupe le onzième rang sur les 20 premières branches d’activités
classées par ordre d’importance décroissante au Cameroun. En 2003, cette branche a employé plus
de 49.000 personnes au Cameroun.
Bien plus, pour la période 1993-2003, la part de la production touristique camerounaise dans la
production nationale a représenté 4,46% au titre de sa seule branche « Restaurants et Hôtels ». La
contribution de cette branche à l’économie est restée stable autour de 2,45% du PIB sur la période
1994-2003. Ainsi, la contribution du tourisme à notre économie à travers la branche « Restaurants et
Hôtels » correspond au moins à 2,4% du PIB.
Au plan international, l’intégration et l’interdépendance des économies, des savoir-faire, des
technologies et des cultures imposent désormais une adaptation aux exigences de cette mutation, seul
gage de l’émergence d’une économie soutenue et durable.
La première phase de l’élaboration du document de stratégie sectorielle du développement du
tourisme au Cameroun est consacrée à l’état des lieux et au bilan diagnostic du secteur touristique au
Cameroun.
Le premier chapitre donne une présentation générale du Cameroun, compte tenu de l’influence
que peuvent exercer les éléments géographiques et historiques sur le produit touristique. De cette
présentation, il ressort que le Cameroun qui s’étend de l’Océan Atlantique aux confins du Lac Tchad, se
caractérise par une grande diversité de son relief, de son climat, de sa végétation, de sa flore et de sa
faune, et par un réseau hydrographique très dense, notamment dans la partie sud du pays. Les atouts
culturels résultent de la cohabitation harmonieuse de plus de 250 groupes ethniques aux us et
coutumes riches et diversifiées et au patrimoine historique légué notamment par les colonisations
française et britannique.
Pour ce qui est du dispositif normatif et institutionnel, le succès d’une plus grande cohérence en
matière de développement du tourisme a conduit à la création, par décret présidentiel n°89/676 du 13
avril 1989 du Ministère du Tourisme. Actuellement, l’organisation de ce Département Ministériel est
régie par le décret 2005/450 du 9 Novembre 2005. L’activité touristique quant à elle est régie par la loi
n°98/006 du 14 avril 1998 relative à l’activité touristique.
Au demeurant, le tourisme étant une activité transversale, plusieurs autres administrations et
organismes interviennent dans cette activité. A ce propos, les institutions de formations en tourisme
viii
comprennent les centres de formation professionnelle rapide, l’Ecole Régionale d’Hôtellerie et de
Tourisme de la CEMAC de Ngaoundéré, l’Ecole de Faune de Garoua, les Universités d’Etat et les
autres établissements privés d’enseignement supérieur. Les ONGs et la société civile complètent la liste
des intervenants dans le secteur du tourisme au Cameroun.
Le chapitre trois est une photocopie de l’offre touristique camerounaise dans son état actuel. Il
s’agit ici des infrastructures de transport et de certaines commodités essentielles pour le développement
du tourisme telles les télécommunications, la couverture sanitaire, l’eau et l’électricité.
Pour ce qui est des infrastructures de transport, le Cameroun possède trois aéroports
internationaux et onze aérodromes nationaux. Les infrastructures portuaires comprennent quatre ports
maritimes et un port fluvial. Le réseau routier national, évalué à 49.757 Km comprend 4048 Km de
routes bitumées (soit 8% du réseau national) et 45709 Km de routes en terre (soit 92% du réseau
national). Le réseau ferroviaire, essentiellement constitué du Transcamerounais mesure 1364 Km et
relie Douala dans le littoral à Ngaoundéré dans l’Adamaoua en passant par Yaoundé. Les
infrastructures touristiques comprennent les sites touristiques aménagés, les établissements
d’hébergement, les établissements de restauration, les établissements de loisirs et les agences de
voyages.
Au 30 mai 2005, le Cameroun comptait 1591 établissements de tourisme toutes catégories
confondues pour 22112 chambres et 24598 lits. A ce jour, le Ministère du Tourisme a recensé dans les
dix provinces du pays un total de 223 sites touristiques potentiels, dont certains ont déjà connu un début
d’aménagement.
Au terme de ce dernier chapitre, neuf (9) formes de tourisme ont été identifiées comme pouvant
constituer l’essentiel du produit touristique camerounais. Compte tenu de l’approche par produit qui a
été retenue dans le bilan diagnostic, il y a lieu de citer :
ƒ le tourisme culturel, caractérisé par la grande diversité culturelle du Cameroun et qui se
manifeste à travers l’artisanat, le folklore, l’habitat, le mode vestimentaire et culinaire,
ainsi que l’art de vivre des populations ;
ƒ le tourisme balnéaire, riche des 400km de côte atlantique ;
ƒ le tourisme de safari photo, riche de l’immense patrimoine faunique national qui a permis
la création de plusieurs parcs nationaux et réserves de faune ;
ƒ le tourisme cynégétique, grâce aux nombreuses zones de chasse aménagées et
affermées autour de certains parcs nationaux et réserves de faune ;
ƒ l’écotourisme, résultat de la diversité des écosystèmes du Cameroun et de son
patrimoine culturel ;
ƒ le tourisme d’affaires et de congrès avec la diversité de l’économie nationale et existence
des structures d’hébergement de classe internationale, notamment à Yaoundé et
Douala ;
ƒ le tourisme sportif à travers l’existence de nombreuses infrastructures y relatives et de
nombreux exploits des sportifs camerounais au niveau international ;
ƒ le tourisme de santé et de cure qui bénéficie de la grande expertise des médecins
camerounais et de nombreuses infrastructures sanitaires telles que les hôpitaux de
référence, ainsi que de la richesse de notre médecine traditionnelle et la crédibilité de
nos plantes médicinales ;
ƒ l’agrotourisme défini comme une activité complémentaire à l’agriculture et ayant lieu
dans une exploitation agricole. Plusieurs régions du pays possèdent des exploitations
ix
agricoles et fermes familiales susceptibles de contribuer à la promotion de
l’agrotourisme.

Le quatrième chapitre analyse la demande touristique et porte sur le tourisme interne. Parmi les
principaux indicateurs considérés et faute de statistiques plus affinées, l’on retient :
ƒ les tendances de la fréquentation touristique du Cameroun ;
ƒ la durée moyenne de séjour dans les établissements d’hébergement du Cameroun ;
ƒ les tendances de motivation des arrivées des touristes au Cameroun ;
ƒ la connaissance qualitative de la demande.
Il ressort de ces indicateurs que les ressortissants européens et africains viennent en tête dans
la fréquentation hôtelière au Cameroun. En outre, l’Europe a constitué jusqu’en 2001 le principal foyer
émetteur de touristes en direction du Cameroun, bien que les arrivées hôtelières de cette région aient
baissé de 8,85% entre 2000 et 2003.
Pour ce qui est du tourisme interne, seules sont analysées les arrivées et les nuitées des
résidents dans les établissements d’hébergement, ainsi que la durée moyenne de séjour. Selon les
tendances disponibles en 2003, les arrivées des résidents camerounais dans les établissements
d’hébergement ont été évaluées à 924 588. La durée moyenne de séjour des résidents quant à elle se
situe à 1,4 contre 2 pour les non-résidents.
Le quatrième chapitre apporte d’autres éclairages sur l’impact du tourisme dans l’économie
nationale. Selon les indicateurs disponibles, les taxes liées aux activités touristiques telles que les droits
de visa, le timbre d’aéroport, les droits d’accès aux parcs nationaux et réserves de faune, les permis et
titres de chasse, la TVA sur les recettes hôtelières et les restaurants, les redevances aéronautiques,
etc… ont été évaluées à près de 55 milliards de Fcfa en 2003. Pour la même période, la Balance des
Paiements des activités liées au tourisme publiée par la Banque des Etats de l’Afrique Centrale est
essentiellement déficitaire entre 1995 et 2003. A propos de la consommation interne du tourisme au
Cameroun, une évaluation pertinente reste à faire.
Il ressort de cette présentation de l’offre touristique que malgré son potentiel considérable, la
contribution du tourisme camerounais à l’essor du pays, et par ricochet, à la lutte contre la pauvreté
reste insuffisante. L’analyse des formes de tourisme (produits touristiques), dans le chapitre consacré
au bilan diagnostic permet de déceler les lacunes et les contraintes qui expliquent la performance
contrastée du tourisme camerounais. Ces lacunes sont essentiellement liées à la gouvernance, à la
gestion, à la formation, aux infrastructures et équipements, à la promotion, à la communication, à
l’information et au financement.

Parmi les principaux problèmes du secteur, l’on peut relever :


ƒ les insuffisances du cadre juridique et institutionnel ;
ƒ la gestion approximative du secteur et la faible gouvernance notamment en termes de
tracasseries et lenteurs administratives ;
ƒ l’absence de mécanismes de financement approprié ;
ƒ la faible promotion consécutive à un déficit de communication et d’image ;
ƒ le déficit infrastructurel spécifique au secteur ;
ƒ le manque de professionnalisme des principaux acteurs ;
x
ƒ l’absence d’un appareil statistique performant.

Les causes essentielles qui engendrent ces problèmes sont notamment :


ƒ l’inadéquation entre le discours politique et les moyens alloués ;
ƒ la faible perception de l’apport du tourisme dans l’économie ;
ƒ le manque de culture touristique des acteurs ;
ƒ l’insuffisance des cadres de concertation et de coopération ;
ƒ l’insuffisance des ressources financières et humaines en quantité et en qualité ;
ƒ l’absence d’un système d’information spécifique au secteur.

La deuxième partie est consacrée à la formulation des choix stratégiques. Comme objectif
global, le Cameroun s’est assigné, sur le plan macro économique, celui d’améliorer la croissance
économique et de lutter efficacement contre la pauvreté. Pour que le secteur touristique puisse
contribuer effectivement à l’atteinte de l’objectif global sus-cité, les objectifs stratégiques suivants
doivent connaître un aboutissement :
ƒ promouvoir et organiser le tourisme interne ;
ƒ recevoir au moins 3 500 000 touristes internationaux au cours des trois prochaines
années, soit de manière cumulée, jusqu’en 2009 ;
ƒ faire passer la durée moyenne de séjour des touristes de 2 à 4 nuitées dans les trois
prochaines années ;
ƒ accroître le taux d’occupation dans les établissements d’hébergement ;
ƒ améliorer la qualité des services offerts aux touristes ;
ƒ augmenter significativement les dépenses effectuées par les touristes.

Pour atteindre les objectifs stratégiques du secteur touristique, les objectifs intermédiaires
suivants constituent un préalable :
ƒ mener des actions visant à réduire, voire éradiquer les menaces diverses qui pèsent sur
l’environnement du tourisme balnéaire ;
ƒ développer et promouvoir les produits écotouristiques ;
ƒ dynamiser le tourisme de safari photo ;
ƒ dynamiser et améliorer la gestion du tourisme cynégétique ;
ƒ organiser et promouvoir les activités culturelles à des fins touristiques ;
ƒ organiser et promouvoir l’agrotourisme ;
ƒ dynamiser et promouvoir le tourisme sportif ;
ƒ organiser et promouvoir le tourisme de santé et de cure ;
ƒ stimuler et dynamiser le tourisme d’affaires et de congrès.

En tenant compte des objectifs principaux ci-dessus mentionnés, de l’état des lieux et du bilan
diagnostic du secteur, le développement du tourisme passe par huit (8) axes stratégiques, à savoir :

xi
1. organisation et promotion de la santé pour diversifier et enrichir le produit
touristique camerounais ;
2. conservation et utilisation rationnelle des ressources fauniques et de la flore à
des fins touristiques ;
3. développement de l’écotourisme afin d’améliorer le niveau de vie des populations
locales et de lutter contre la pauvreté ;
4. aménagement rationnel de la côte atlantique camerounaise en vue d’en faire un
haut lieu de tourisme balnéaire ;
5. exploitation et promotion des activités sportives pour améliorer l’image du pays et
augmenter la croissance économique du Cameroun ;
6. mise en œuvre des stratégies appropriées d’organisation des congrès à des fins
de valorisation des potentialités touristiques du Cameroun ;
7. exploitation des activités agropastorales et rurales à des fins touristiques pour
lutter contre la faim, l’exode rural et diversifier les sources de revenus des
populations locales ;
8. exploitation des manifestations et autres richesses culturelles pour une meilleure
valorisation des potentialités du Cameroun.

La mise en œuvre de la stratégie passe par la réalisation des onze programmes prioritaires
suivants :
- programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des moyens
d’existence durable dans les zones à fortes potentialités écotouristiques ;
- programme de valorisation de l’écotourisme ;
- programme de rentabilisation économique et sociale du tourisme culturel ;
- programme de dynamisation du tourisme de congrès au Cameroun ;
- programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et environnementale du
safari photo ;
- programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et environnementale du
tourisme cynégétique ;
- programme de promotion de la bonne gouvernance dans le tourisme sportif ;
- programme de redynamisation du tourisme sportif ;
- programme d’organisation et de dynamisation du tourisme balnéaire au Cameroun ;
- programme de rentabilisation économique, sociale et environnementale du tourisme
balnéaire ;
- Programme de mise en œuvre de la stratégie sectorielle du tourisme.

Le coût total prévisionnel et triennal de mise en œuvre de la stratégie de développement du


tourisme s’élève à environ 164 milliards de Francs CFA. Compte tenu de la rareté des ressources face
aux besoins, les actions à mener en vue d’atteindre les objectifs stratégiques ont été priorisés sur les
bases des principes d’aménagement du territoire. Ainsi, le coût total prévisionnel du Programme de
Dépenses Publiques Prioritaires triennal (PDPP), investissement et fonctionnement compris, est estimé
à 51 milliards de Francs Cfa, soit moins du tiers des dépenses globales devant couvrir la mise en œuvre
de la stratégie. La mise en œuvre du Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) de la stratégie
coûtera 50 milliards de Francs Cfa sur la période 2007-208 alors que les dépenses prioritaires de
fonctionnement sont chiffrées autour d’un milliard sur la même période.

xii
Les différentes actions à mener pour réaliser les programmes de la stratégie, et donc atteindre
les objectifs stratégiques, sont présentées en annexes. Il en est de même en ce qui concerne le
programme de dépenses publiques prioritaires, les programmes d’investissements prioritaires national
et régionaux, le programme de fonctionnement prioritaire.

xiii
METHODOLOGIE
Le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté constitue la référence en matière de
vision politique et stratégique du Gouvernement du Cameroun à l’horizon 2015. Le tourisme y apparaît
comme une importante source de croissance à développer en vue de diversifier notre économie et
partant, de contribuer à la relance économique et à la lutte contre la pauvreté. Ceci justifie l’élaboration
de la stratégie de développement du tourisme.
Ainsi, le gouvernement camerounais à travers le Ministre du Tourisme a signé en date du 7 juillet
2005 l’arrêté n°089/MINTOUR/SG/DEP/CPROS/CEA4 créant un Comité interministériel élargi au
secteur privé touristique et à certains partenaires au développement, et chargé de la finalisation de
l’élaboration de la stratégie sectorielle de développement du tourisme au Cameroun. Il est présidé par le
Secrétaire Général du MINTOUR et le secteur public y est représenté par les administrations en charge
du Tourisme et de la Planification.
Le Comité a été mis sur le 7 juillet 2005 avec pour mission de produire et faire valider
impérativement le document de stratégie au plus tard le 30 novembre 2005. Pour l’accomplissement de
sa mission, le Comité a bénéficié de deux missions d’appui de l’Organisation Mondiale du Tourisme
ainsi que de l’encadrement technique des représentants du Ministère en charge de la planification qui
ont joué en outre un rôle de facilitation durant tout le processus.
La démarche méthodologique adoptée pour élaborer la stratégie sectorielle de développement
du tourisme a comporté trois phases principales, telles que indiquées dans le guide méthodologique
d’élaboration des stratégies sectorielles et ministérielles :
ƒ Phase 1 : Diagnostic du secteur touristique à partir d’un état des lieux du secteur ;
ƒ Phase 2 : Formulation des choix stratégiques ;
ƒ Phase 3 : Opérationnalisation de la stratégie.
Phase 1 : Etat des lieux et bilan diagnostic du secteur.
L’état des lieux consiste à décrire le secteur pour faire le point de la situation actuelle. Il a été
réalisé sur la base de l’analyse de l’exploitation documentaire et des informations provenant des
directions techniques du Ministère du Tourisme et des opérateurs privés membre du Comité. Cet état
des lieux a permis de décrire l’offre et la demande touristiques et de présenter les retombées socio-
économiques du tourisme camerounais.
Quatre groupes thématiques ont été constitués à cet effet :
ƒ un premier groupe chargé de faire l’état des lieux de l’offre touristique ;
ƒ un deuxième groupe qui avait pour mandat d’effectuer l’état des lieux de la demande
touristique ;
ƒ le troisième groupe a évalué l’impact du tourisme sur l’économie ;
ƒ le quatrième groupe avait pour mission d’effectuer la synthèse des travaux des autres groupes.
Plusieurs séances de travail ont permis d’aboutir à un document d’état des lieux consensuel au
sein des membres du Comité. Le Comité a ensuite continué par l’élaboration du diagnostic du secteur
touristique. Cela a conduit à :
ƒ diagnostiquer les résultats du secteur ;
ƒ identifier les problèmes et analyser leurs causes et effets ;

xiv
ƒ déceler les forces et les opportunités du secteur.
Afin d’approfondir la consistance des analyses, le Comité a opté pour un diagnostic par forme de
tourisme. La planification par objectif (PPO) est la forme de planification indiquée pour cette démarche.
A ce propos, l’application des principes, le respect des méthodes et l’utilisation des outils techniques tels
que les arbres à problèmes adaptés à la PPO ont permis de bien identifier les problèmes centraux et
spécifiques par produit.
Quatre groupes thématiques ont de nouveau été constitués de manière à couvrir le diagnostic
des neuf formes de tourismes identifiées au Cameroun. Un premier atelier organisé à Bamenda du 20
octobre au 1er novembre 2005 a permis de finaliser le diagnostic du secteur et de jeter les bases de la
phase 2. Le produit issu de cet atelier est le document technique de la stratégie sectorielle de
développement du tourisme. L’organisation d’un atelier à Kribi du 20 au 24 novembre 2005 a permis de
valider suivant une démarche participative, ce document technique sous réserve de certains
amendements du reste pris en compte par la suite.
Phase 2 : Formulation des choix stratégiques
Cette phase a consisté à :
(i) déterminer les orientations stratégiques ;
(ii) formuler les objectifs globaux, stratégiques, intermédiaires et spécifiques ;
(iii) décliner les objectifs en actions regroupées ensuite en projets et programmes.
Les objectifs et actions à mener pour les atteindre découlent des arbres à objectifs, eux-mêmes
obtenus en « positivant » les arbres à problèmes. Il s’agit d’une technique de planification qui contribue
à garantir la cohérence entre le diagnostic et les choix stratégiques.
Enfin, la formulation des choix stratégiques a été finalisée lors du deuxième atelier technique
tenu à Bamenda du 24 novembre au 06 décembre 2005. Cet atelier avait en outre pour objet de : (a)
intégrer les amendements retenus lors de l’atelier de Kribi ; (b) élaborer la phase III du document de
stratégie ; et, (c) rédiger le document de présentation de la stratégie.
Phase 3 : Opérationnalisation de la stratégie
Cette phase comprend sept étapes majeures :
(i) rendre les objectifs stratégiques simples, mesurables, appréciables et réalisables dans le
temps (SMART) ;
(ii) évaluer les coûts des actions à mener par la méthode des coûts unitaires ;
(iii) élaborer le programme de dépenses publiques de la stratégie ;
(iv) proposer un programme d’investissement prioritaire (PIP) sur la période 2007-2009.
La méthode de rationalisation des choix budgétaires (RCB) a été utilisée pour l’élaboration des
PIP régionalisés sur la base des principes, méthodes et approches de planification régionale et
d’aménagement du territoire. La combinaison de ces deux disciplines a permis de prendre en compte
les préoccupations macro-économiques et micro-économiques d’une part, et d’autre part de promouvoir
un développement harmonieux et équilibré du Cameroun à travers les trois directions ci-après ;
(i) assurer la cohérence intra et intersectorielle de la stratégie ;
(ii) élaborer un dispositif de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation de la stratégie ;
(iii) projeter les effets socio-économiques attendus d’une bonne mise en œuvre de la
stratégie du tourisme : ce point est d’autant plus important qu’il pourrait être utilisé, le cas
échéant, comme argument pour un nouvel arbitrage budgétaire en faveur du secteur.

xv
En définitive, la démarche méthodologique utilisée obéit à la volonté du Chef de l’Etat de
promouvoir un développement durable, de lutter efficacement contre la pauvreté, d’impliquer et
responsabiliser tous les partenaires à la fois aux niveaux central et local dans le cadre du processus de
décentralisation.

xvi
CONTEXTE DE L’ELABORATION DE LA
STRATEGIE SECTORIELLE DU TOURISME
CAMEROUNAIS
Le Cameroun a connu une croissance économique remarquable jusqu’en 1985-1986. Cette
croissance était soutenue essentiellement par les produits agricoles d’exportation et les revenus liés au
secteur pétrolier. A partir de 1986, le pays a été frappé par une grave crise économique due pour
l’essentiel à l’effondrement des prix des produits de base sur le marché international. Cette situation a
amené le gouvernement à mettre en œuvre un ensemble de mesures de redressement économique et
social en termes de reformes structurelles, après que le Cameroun eût été placé sous ajustement
structurel par les institutions de Bretton Woods. Ces mesures ont conduit, d’une part à l’exécution, du
1er juillet 1997 au 30 juin 2000, du Programme Économique et Financier appuyé par le Fonds Monétaire
International (FMI) au titre de la Facilité d’Ajustement Structurel Renforcée (FASR) et d’autre part à
l’exécution, du 1er octobre 2000 jusqu’à la fin de l’année 2003, du deuxième Programme Economique et
Financier Triennal appuyé par le FMI au titre de la Facilité pour la Réduction de Pauvreté et la
Croissance (FRPC).
Ces différentes réformes structurelles ont permis au Cameroun de renouer avec une croissance
annuelle stable autour de 4,7% entre 1997 et 2001 et un taux d’inflation avoisinant les 3%. Toutefois, si
ces programmes ont rétabli les grands équilibres macro-économiques, ils n’ont pas réduit pour autant la
pauvreté au Cameroun. A titre d’illustration, le taux de pauvreté était de 40,2% en 2001 selon les
résultats de l’Enquête Camerounaise auprès des Ménages (ECAM). Fort de ce constat, le
Gouvernement camerounais a élaboré en avril 2003 un Document de Stratégie de Réduction de la
Pauvreté (DSRP).
Après deux années de mise en œuvre du DSRP, le Fonds Monétaire International (FMI) a
approuvé le 24 octobre 2005 un nouvel accord de trois (3) ans au titre de la Facilité pour la Réduction
de la Pauvreté et la Croissance (FRPC), en appui au Programme Financier, Economique et Social du
Gouvernement pour la période allant du 1er juillet 2005 au 30 juin 2008.Cet accord est assorti d’une
assistance intérimaire supplémentaire dans le cadre de l’Initiative en faveur des Pays Pauvres Très
Endettés (PPTE). L’exécution satisfaisante dudit programme pendant six mois et la mise en œuvre de
certaines reformes structurelles devront permettre d’atteindre le point d’achèvement de l’Initiative PPTE
au courant du premier semestre 2006.
Eu égard à ce qui précède, l’élaboration du présent document de stratégie sectorielle du
tourisme intervient dans un contexte socio–économique qui se caractérise essentiellement tant au
niveau national qu’international par les données ci-après :

1. SITUATION SOCIO- ECONOMIQUE


1.1 – Au plan économique
L’économie camerounaise connaît depuis l’exercice 1994-1995 une croissance réelle et
ininterrompue qui a atteint un taux moyen annuel d’environ 4,5 % pendant les deux premières années
du deuxième Programme Triennal 2000-2003. Toutefois, selon la présentation gouvernementale du
programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’exercice 2006 devant
l’Assemblée Nationale, la croissance économique connaît une décélération, en raison du ralentissement
xvii
des activités dans les secteurs primaire et secondaire. Les projections indiquent un taux de croissance
de 2,8% en 2005, alors qu’il était de 3,5% en 2004 et 4,3% en 2003. Le taux d’inflation est resté contenu
autour de 2% en 2005.

En 2003, le déficit budgétaire global a représenté 0,6% du PIB. Les recettes totales (hors dons)
constituaient 16,3% du PIB selon le cadrage macroéconomique effectué lors de la révision du DSRP au
30 juin 2005. La balance commerciale a enregistré en 2003 une amélioration imputable à la bonne
tenue des termes de l’échange. L’excédent de la balance commerciale en 2003 était ainsi de 0,3% du
PIB.
La répartition du PIB par secteur d’activités indique que le secteur tertiaire occupe le premier
rang avec 34,1% du PIB, suivi du secteur secondaire (27,6%) et du secteur primaire (19,8%). Dans le
même ordre d’idées, le secteur tertiaire est marqué par une forte croissance réelle et continue depuis
2001. Ce secteur a atteint 7,7% de croissance en 2003.

1-2 Au Plan Social


Au plan social, le chômage a touché près de 12% de la population active, dont 16% en milieu
urbain et 8% en milieu rural, avec des pics dans les villes de Yaoundé et de Douala qui ont enregistré
respectivement des taux de chômage de 14% et 18%.
L’accès aux services de base notamment l’éducation, la santé, le logement et l’eau potable est
demeuré insuffisant, malgré la volonté politique et l’importance quantitative et qualitative des mesures
palliatives prises par le Gouvernement.

1-3 Au plan spécifique du tourisme


Selon les comptes nationaux de la période 1993 – 2003, la part de la production touristique
camerounaise dans la production nationale a représenté 4,46% en 2003 pour la seule branche
« Restaurants et Hôtels » véritablement évaluée. La contribution de cette branche à l’économie est
restée stable autour de 2,45% du PIB sur la période 1994-2003. Ainsi, à travers la branche
« Restaurants et Hôtels » la contribution du tourisme à notre économie correspond au moins à 2,4% du
PIB. Toujours en terme de valeur ajoutée, le tourisme a occupé pendant le même temps le onzième
rang sur les 20 premières branches d’activités classées par ordre d’importance décroissante au
Cameroun.
Il est aussi important de noter que sur la période 2001-2003, les activités de commerce, de
restauration et d’hôtellerie ont contribué très significativement et plus que toutes les autres activités à la
croissance du PIB réel. En 2003 par exemple, pour une croissance économique de 4,26%, la
contribution des activités susmentionnées à la croissance du PIB réel était de 1,82%, ce qui représentait
un peu moins de la moitié de la croissance économique. On en déduit qu’un meilleur classement aurait
pu être occupé par le secteur touristique, si une bonne évaluation de toutes ses activités
caractéristiques avait été faite.
La balance des paiements touristiques, élaborée sur la base de la comptabilisation de l’équilibre
entre les dépenses et les recettes générées par les activités touristiques de la seule ligne ‘’ voyages et
séjours’’, est quant à elle et selon les sources de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC),
restée constamment déficitaire notamment depuis 1995. Ce déficit était de l’ordre de 31, 8 milliards de
FCFA en 2003. Cela se traduit par le fait que l’argent sort plus du Cameroun qu’il ne rentre. D’où la
nécessité de mettre œuvre des plans ou stratégies appropriés de promotion et surtout de
xviii
commercialisation du tourisme camerounais qui doivent toujours tendre à faire visiter et dépenser
suffisamment les touristes non résidents en séjour au Cameroun et à promouvoir le tourisme interne.
En matière d’emplois, toujours selon les comptes nationaux du Cameroun, la branche
« Restaurants et Hôtels » caractéristique du tourisme sur les 185 activités reconnues au plan
international par l’OMT a employé plus de 49 000 personnes en 2003. C’est dire que si toutes ces 185
activités avaient fait l’objet d’évaluation, l’effectif des employés du secteur touristique aurait été
considérablement plus élevé.

2. GLOBALISATION CONTINUE DE L’ECONOMIE MONDIALE


Suite à l’effondrement du système communiste en Ex-Union Soviétique et ses satellites marqué
par la fin de la guerre froide et la chute du mur de Berlin, le libéralisme tend à devenir désormais le
mode d’organisation socio-économique universel. L’on parle de village planétaire, ce qui traduit l’idée de
l’intégration et de l’interdépendance des économies, des savoir-faire, des technologies et des cultures.
Il s’en suit que l’adaptation aux exigences de cette mutation historique est de nos jours la
condition sine qua non pour lutter efficacement contre la pauvreté et favoriser l’émergence d’une
économie soutenue et durable.

3. STRATEGIES ET POLITIQUES DU GOUVERNEMENT POUR


RELANCER LA CROISSANCE ET REDUIRE LA PAUVRETE
Les stratégies et politiques du Gouvernement pour relancer la croissance et réduire la pauvreté
sont définies dans le « Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté » (DSRP) à travers les sept
axes stratégiques ci-après :
ƒ Axe 1 : promotion d’un cadre macro-économique stable ;
ƒ Axe 2 : renforcement de la croissance par la diversité de l’économie ;
ƒ Axe 3 : amélioration et renforcement du dynamisme du secteur privé comme moteur de
la croissance et partenaire dans l’offre des services sociaux ;
ƒ Axe 4: développement des infrastructures de base, des ressources naturelles et
protection de l’environnement ;
ƒ Axe 5 : accélération de l’intégration régionale dans le cadre de la CEMAC ;
ƒ Axe 6 : renforcement des ressources humaines du secteur social et insertion des
groupes défavorisés dans le circuit économique ;
ƒ Axe 7 : amélioration du cadre institutionnel de la gestion administrative et de la
gouvernance.
Le renforcement de la croissance par la diversité de l’économie ainsi que le dynamisme du
secteur privé comme moteur de la croissance et partenaire dans l’offre des services sociaux tels que
définis dans les axes 2 et 3 interpellent particulièrement le tourisme qui, de par son caractère
transversal, a un effet d’entraînement et de diversification considérable. Ce secteur apparaît d’ailleurs
aujourd’hui comme étant l’un des rares secteurs économiques qui soit à même de satisfaire les quatre
dimensions du développement durable que sont :
ƒ la croissance économique qualitative ;
ƒ le développement social;
ƒ le développement culturel et patrimonial ;
xix
ƒ la promotion et la valorisation de l’environnement.
En définitive, les principales priorités du Gouvernement à travers le programme triennal (2005-
2008) portent sur le redressement de la situation des finances publiques, la consolidation de la
croissance et l’amélioration de la mise en œuvre du DSRP. Un effort volontariste de mobilisation des
recettes non pétrolières est envisagé dans le but de compenser le déclin à long terme de la production
de pétrole brut et privilégier l’accroissement du volume et de la qualité de l’investissement public. En
outre, des mesures visant à améliorer la gouvernance et combattre la corruption sont envisagées. Elles
devraient permettre notamment l’amélioration de la prestation des services publics, la promotion des
investissements privés et l’assainissement du climat des affaires.
En matière de tourisme en particulier, le Cameroun dispose d’immenses potentialités pour
différentes formes de tourisme et dans toutes les régions du pays. Les pouvoirs publics entendent par
conséquent développer l’industrie touristique à travers la mise en œuvre de mesures et actions
spécifiques. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’élaboration de la présente stratégie de
développement du tourisme.

xx
INTRODUCTION
Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), l’industrie touristique est le premier secteur
exportateur du monde, devant l’industrie du pétrole, l’industrie automobile et celle de l’électronique. A
preuve, en dépit de la récession économique, le nombre d’arrivées des touristes internationaux a connu
un taux de croissance annuel moyen de 7% de 1950 à 2004. Au cours de la même période, les recettes
générées par les activités touristiques ont augmenté de 11% par an, soit à un rythme bien supérieur à
celui de l’économie mondiale dans son ensemble ; c’est ainsi que ces recettes ont atteint quelques 550
milliards de dollars en 2004.
Pour les pays en développement comme le Cameroun, le tourisme constitue une opportunité à
saisir. En effet, activité suffisamment génératrice de revenus et à très forte intensité de main d’œuvre,
le tourisme ouvre des débouchés aux entreprises qui lui fournissent leurs produits ou leurs services. Les
retombées sont particulièrement fortes pour l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’artisanat et l’industrie du
bâtiment. Bien plus, ce secteur économique se présente comme un terrain privilégié pour l’initiative
privée à travers l’expansion des petites et moyennes entreprises. Bref, le tourisme a un effet
d’entraînement et un effet de diversification importants par son caractère transversal.
De même, l’industrie touristique contribue à l’équilibre des échanges extérieurs et se mesure
généralement en termes d’arrivées et de recettes. Elle permet également d’améliorer la Balance des
Paiements des Etats, notamment des pays africains souvent tributaires de la technologie étrangère.
Même si tous les pays n’ont pas de Compte Satellite du Tourisme (CST) pour mesurer l’importance du
tourisme dans leur comptabilité nationale, quelques exemples suffisent pour illustrer son impact positif.
Selon l’OMT, en l’an 2004, la part du tourisme dans le PNB des Seychelles a atteint 38, 10%, soit 37,
69% des recettes d’exportation. En Egypte, cette part a représenté 77, 23 % des recettes d’exportation
et 6, 33% du PNB pour la même année.
Par ailleurs, le tourisme et notamment le tourisme interne contribue à une répartition
géographique des points de croissance par l’aménagement et la fréquentation des sites touristiques de
l’arrière-pays et partant, permet de freiner l’exode rural, de corriger les déséquilibres infrastructurels
dans un pays.
Au Cameroun, cette importance du tourisme n’a pas échappé aux pouvoirs publics et
particulièrement au Chef de l’État qui a décidé d’en faire un puissant levier de relance économique et de
développement national, ainsi qu’un facteur déterminant de lutte contre la pauvreté, eu égard à l’énorme
potentiel existant.
Au demeurant, avec ses atouts essentiellement constitués d’une faune et d’une flore diversifiées
ainsi que de nombreux sites naturels et d’un important patrimoine culturel, le Cameroun qu’on qualifie à
juste titre de « résumé de l’Afrique » devrait être une destination touristique de référence. Ce n’est
cependant pas encore le cas, car l’industrie touristique tarde à prendre son envol. En effet, nonobstant
une perception d’une augmentation progressive des arrivées de touristes à ses frontières au cours des
quinze dernières années, les résultats du secteur touristique camerounais demeurent mitigés.
C’est donc fort de ce constat, d’une part, de la volonté politique de développer le tourisme et
surtout, de l’engagement de la communauté financière internationale et des autres partenaires au
développement à apporter leur appui au développement du pays, d’autre part, que le Gouvernement
camerounais a décidé de se doter d’une stratégie sectorielle de développement du tourisme.
Autrement dit, l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie sectorielle de développement du
tourisme au Cameroun répond au souci de l’État qui, dans le cadre de la gestion stratégique de son
1
développement, a décidé de se doter de stratégies sectorielles de développement, vise à permettre aux
pouvoirs publics de disposer de véritables instruments performants d’orientation et de canalisation de
l’action gouvernementale et de l’aide extérieure en vue de relancer l’économie, de lutter efficacement
contre la pauvreté et d’assurer le développement harmonieux du pays en général. Il convient de noter
également que dans son rapport de synthèse du document de réflexion intitulé «Tourisme à l’horizon
2000, aspects qualitatifs influant sur sa croissance mondiale», l’Organisation Mondiale du Tourisme, en
guise de conclusion, notait que l’un des facteurs décisifs d’amélioration et d’expansion du tourisme sera
«une planification globale et intégrée du développement touristique débouchant sur des stratégies de
développement claires et complètes et l’adoption des instruments de contrôle et de mise en œuvre
nécessaires» (sic).
S’agissant donc de l’élaboration de la stratégie sectorielle de développement du tourisme d’une
manière générale, le moins que l’on puisse relever est que l'activité touristique se caractérise par un
produit, un prix et un marché. En conséquence, au-delà de l’expression d’une volonté et des discours
officiels, seule la prise de mesures concrètes en faveur de ces trois composantes du phénomène
touristique peut susciter des espoirs légitimes.
Tous les décideurs qui ont réussi à établir la différence entre les potentialités et les produits
touristiques ont d’emblée perçu l’ampleur des besoins en investissements pour lancer, de manière
compétitive et durable leurs produits sur le marché international.
Pour ce qui est du Cameroun, compte tenu de ses ressources limitées, il se doit de mettre en
oeuvre une planification rigoureuse à partir de laquelle il est nécessaire de définir les objectifs globaux
et spécifiques, avant d’opter pour un modèle de développement réfléchi. C’est également au travers de
cet instrument qu’une intégration optimale du secteur touristique dans le processus national de
développement économique sera esquissée.
Enfin, le développement du produit touristique exige entre autres des aménagements physiques,
la création des infrastructures et des superstructures de tous ordres. Il nécessite aussi le
développement des ressources humaines expérimentées, gage de professionnalisme, la prise de
mesures de facilitation appropriées, la sensibilisation des populations d’accueil à une véritable culture
touristique, pour ne citer que ces préalables.
Or, ces actions ont un dénominateur commun : l’investissement. Dans cette optique, il y a, en
premier lieu, l’investissement public national ; à ce propos, compte tenu de nos contraintes budgétaires
et de la multitude des besoins existentiels des populations à satisfaire en matière de santé et
d’éducation notamment, ce type d’investissement reste en deçà des attentes. Il importe donc de faire
appel à l’investissement privé, à la coopération internationale, au partenariat et à l’intervention des
bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux.
Pour essayer de répondre au mieux à toutes ces exigences, le Gouvernement camerounais à
travers le Ministre du Tourisme a signé en date du 7 juillet 2005 l’arrêté N°
089/MINTOUR/SG/DEP/CPROS/CEA4 créant un comité interministériel élargi au secteur privé et à
certains partenaires au développement et chargé de la finalisation de l’élaboration de la stratégie
sectorielle de développement du tourisme au Cameroun. Il va sans dire que, mis sur pied en août 2005
avec un mandat qui devait impérativement courir jusqu’à la fin du mois de novembre 2005 par la
validation du document de stratégie, le Comité avait une tâche particulièrement ardue.
En effet, nonobstant l’appui technique de deux consultants successifs de l’OMT, les contributions
du secteur privé voire de la société civile en vue d’enrichir le document et surtout, la facilitation du
Ministère de la Planification, de la Programmation du Développement et de l’Aménagement du

2
Territoire, le Comité s’est heurté à un certain nombre de difficultés ; ainsi, au-delà de la modicité des
moyens alloués. Il convient de mentionner notamment :
ƒ la brièveté du temps imparti au mandat du Comité ;
ƒ l’insuffisance qualitative de certaines ressources humaines ;
ƒ l’indisponibilité des données statistiques en général et des données statistiques
désagrégées par région en particulier ;
ƒ les contraintes d’ordre matériel liées à la collecte de certaines informations clés à travers
l’ensemble du territoire national,
ƒ etc.
Toutefois, étant donné que ces difficultés font partie des impondérables inhérents à toute œuvre
humaine, le Comité a pu s’acquitter de sa tâche en finalisant l’élaboration du document de stratégie
sectorielle de développement du tourisme qui s’articule autour de trois (3) parties essentielles ci-après :

I- Etat des lieux


II- Bilan diagnostic
III- Stratégies

3
PARTIE I : ETAT DES LIEUX DU SECTEUR
TOURISTIQUE

4
CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DU CAMEROUN
1.1 LES ATOUTS GÉOGRAPHIQUES
Situé au fond du Golfe de Guinée, entre le 2e et le 13e parallèle de latitude nord, le Cameroun
est un pays de l’Afrique Centrale. Il couvre 475.442 Km² et s’étend de l’océan Atlantique au Lac Tchad ;
en d’autres termes, de l’Afrique équatoriale aux confins des régions sahariennes. Il est entouré à l’ouest
par le Nigeria, au sud par le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Congo, à l’est par la République
Centrafricaine et au nord par le Tchad.

1.1.1. Le relief
Le pays présente un relief très contrasté et d’une extraordinaire variété. Il est caractérisé par des
plaines, des vallées, des hauts plateaux et des montagnes qui se succèdent, allant du plateau du sud du
pays aux plateaux du massif des Monts Mandara dans la province de l’Extrême-Nord, en passant par
les hauts plateaux de l’Ouest du Cameroun. Ce relief présente un certain nombre de particularités
touristiques ; il en est ainsi :
ƒ du Mont Cameroun, situé dans le département du Fako, province du Sud – Ouest,
découvert vers l’an 500 avant Jésus-Christ par le célèbre navigateur carthaginois
Hannon qui l’avait baptisé « Char des Dieux ». Point culminant du pays, c’est un volcan
encore en activité, dominant la mer de ses 4070 m et offrant à ses pieds une plage de
sable fin et gris ;
ƒ des Monts Manengouba, Koupé, Nlonako, situés à Nkongsamba dans le département du
Mungo, province du Littoral ;
ƒ des Monts Bamboutos à Mbouda, dans le département des Bamboutos, province de
l’Ouest ;
ƒ du Mont Mbatpit à Foumbot, dans le département du Noun, province de l’Ouest ;
ƒ des sommets célèbres des Kapsiki à Mokolo, véritables paysages lunaires et du pic de
Mindif près de Maroua, dans la province de l’Extrême - Nord ;
ƒ des Monts Mbaminkom, Eloumden, autour de Yaoundé dans la province du Centre ;
ƒ du plateau de l’Adamaoua situé dans la province de l’Adamaoua et qualifié de château
d’eau du Cameroun ;
ƒ des grottes impressionnantes à l’instar de celles d’Akok Békoé près d’Akono, dans le
département de la Mefou et Akono, province du Centre ;
ƒ des lacs de cratères tels que ceux de Tison et Mbalang près de Ngaoundéré dans le
département de la Vina, province de l’Adamaoua ; de Fianga à Yagoua dans le
département du Mayo Danay, province de l’Extrême-Nord ; des Lacs Jumeaux dans le
département du Koupé Manengouba, province du Sud-Ouest ; du Lac Nyos dans le
département de la Mentchum, du Lac Awing à Santa dans le département de la Mezam,
tous dans la province du Nord–Ouest ; du lac Barombi-Mbo à Kumba dans le
département de la Meme, province du Sud–Ouest ; des lacs Nfu et Petponou à Foumbot
dans le département du Noun, province de l’Ouest ; du lac Oku à Foundon, province du
Nord–Ouest ; du lac Ejagham à Eyumejock, province du Sud-Ouest ; du lac Baleng à
Bafoussam, dans département de la Mifi, province de l’Ouest ; du lac Ossa à Edéa, dans
le département de la Sanaga Maritime, province du Littoral ;

5
ƒ etc.

1.1.2. Le climat et la végétation


Le climat et la végétation du Cameroun sont fort variés, du fait de l’étirement du pays du 2ème
au 13ème parallèles de latitude nord. Cette situation permet ainsi de distinguer :
ƒ le climat tropical de type équatorial humide du sud ;
ƒ le climat tropical humide à quatre (4) saisons du centre ;
ƒ le climat chaud et ensoleillé de l’est.
Ces trois zones climatiques sont caractérisées par une forêt dense, sempervirente et peu
perturbée par l’action anthropique par d’autres types de climats caractérisent le Cameroun ;
ƒ le climat dit soudanien d’altitude influencé à la fois par les types équatorial et tropical est
typique de l’Adamaoua, château du Cameroun et zone de transition entre le nord et le
sud du pays ;
ƒ le climat tropical de type sahélien à l’extrême-nord, domaine des steppes quasi
désertiques ;
ƒ le climat frais et tempéré des hautes terres arborées de l’ouest et du nord-ouest ;
ƒ le micro climat frais d’altitude caractérise la zone du Mont Cameroun dans la province du
Sud-Ouest.

1.1.3. Le réseau hydrographique


Le Cameroun bénéficie d’un immense réseau hydrographique qui arrose pratiquement le
territoire national. Il est constitué notamment de grands fleuves tels que la Sanaga long de 918 Km, le
Nyong (690 Km), le Ntem (400 Km), le Mbam (400 Km), le Wouri (250 Km), la Lokundjé (180 Km), le
Mungo (100 Km), et bien d’autres encore tels que la Bénoué, la Metche, la Mentchum, le Nkam, la
Kadey, le Noun, etc. Ce réseau hydrographique est ponctué de nombreuses chutes, dont les plus
célèbres sont celles :
ƒ de la Lobé à Kribi, dans le département de l’Océan, province du Sud ;
ƒ d’Ekom-Nkam à Nkongsamba, dans le département du Mungo, province du Littoral ;
ƒ de la Mentchum à Wum, dans le département de la Mentchum, province du Nord-Ouest ;
ƒ de la Metche à Penka Michel et de Mami Wata à Dschang, toutes deux dans le
département de la Menoua, province de l’Ouest ;
ƒ de Mouankeu à Bafang, dans le département du Haut–Nkam, province de l’Ouest ;
ƒ de Nachtigal sur la Sanaga à Batchenga, dans le département de la Lékié, province du
Centre.
Par ailleurs, le Cameroun dispose d’une région côtière de près de 400 Km de long qui s’ouvre
sur l’Océan Atlantique et offre de belles plages dont celles de Kribi, de Campo, de Limbe, de Yoyo, de
Souellaba, de Mouanko et de l’île de Manoka.

1.1.4. La flore
La flore camerounaise, du fait de sa spécificité et de la diversité de ses essences dont un grand
nombre possède des vertus médicinales, bénéficie d’une attention particulière de la communauté
scientifique internationale.

6
Cette flore abrite plusieurs plantes médicinales utilisées aussi bien dans la médecine
traditionnelle que moderne. Parmi ces plantes on peut citer le Quinquina, la Bokitamine, plante que l’on
retrouve à Bokito, département du Mbam et Inoubou, province du Centre et qui rentre dans la fabrication
de plusieurs médicaments, et l’Ancistrocladus Korupensis. Cette dernière plante que l’on trouve dans le
Parc National de Korup possède une substance active dénommée (Michel Lamine B.) qui agirait contre
le virus du VIH/SIDA.
Quant aux arbres, on retrouve des essences telles que le Bubinga, l’Ebène, le Moabi, le Tek,
l’Iroko, le Doussié, etc. qui sont utilisées dans l’exploitation industrielle du bois et l’artisanat.
La Réserve du Dja, déclarée patrimoine mondial par l’UNESCO et le Parc National de Korup
sont des exemples qui illustrent la spécificité et la diversité de cette flore.

1.1.5. La faune
A l’instar de sa flore, le patrimoine faunique camerounais est tout aussi riche et constitué de
plusieurs espèces telles l’éléphant d’Afrique, la girafe, le buffle, la grande antilope (Elan de Derby,
hyppotragues, etc.), la petite antilope (cob de roseaux, cob de Buffon), l’hippopotame, le lion, la
panthère, le guépard, le léopard, l’hyène, le lycaon, le gorille, les chimpanzés et d’autres singes
(babouins, cynocéphales, mandrills, colobes blancs, colobes noirs, etc.), l’autruche, plusieurs autres
variétés d’oiseaux (pélicans, calaos, grues couronnées, etc.), les reptiles (crocodile, python, varan,
vipère du Gabon, etc.).
Outre les espèces communes sus-citées dont l’énumération est loin d’être exhaustive, on
rencontre surtout des espèces rares, en voie de disparition et entièrement protégées sur les plans
national et international. Il s’agit notamment du rhinocéros noir, de la grande antilope des forêts
équatoriales connue sous le nom de « MBONGO », du touraco de Banerman, l’Apalis, le Laticincta et le
Pririt de Bamenda highlands, le Picatharte, le Francolin et le Speirops du Mont Cameroun, le gladiateur
du Mont Koupé, oiseaux endémiques qui ne se trouvent qu’au Cameroun et nulle part ailleurs dans le
monde, si l’on s’en tient au répertoire de BIRD LIFE INTRENATIONAL dont les travaux de recherche sur
les oiseaux constituent une référence mondiale.
L’essentiel de cette faune se retrouve dans les principales aires protégées, à savoir :
Dans la province de l’Adamaoua :
ƒ le parc national de la vallée du Mbéré.
Dans la province du Centre :
ƒ le parc national de la Mefou ;
ƒ le parc national de Mbam et Djerem ;
ƒ le parc national de Mpem et Ndjim ;
ƒ le jardin zoologique de Mvog-Betsi.
Dans la province de l’Est :
ƒ le parc national de la Lobéké ;
ƒ le parc national de Mboumba-bek ;
ƒ le parc national de Nki ;
ƒ le parc national de Lom et Panghar ;
ƒ la réserve de biosphère du Dja (RBD–DJA), classée patrimoine mondial de l’Humanité
par Unesco, à cheval entre les provinces de l’Est et du Sud.

7
Dans la province de l’Extrême – Nord :
ƒ le parc national de Kalamaloué ;
ƒ le parc national de Waza ;
ƒ le parc national de Mogozo Gokoro.

Dans la province du Littoral :


ƒ la réserve du lac Ossa ;
ƒ la réserve de Douala-Edéa.
Dans la province du Nord :
ƒ la réserve forestière du Mayo Louti ;
ƒ le parc national de la Bénoué ;
ƒ le parc national du Faro ;
ƒ le parc national de Bouba–Ndjida ;
ƒ le jardin zoologique de Garoua.
Dans la province du Nord-Ouest :
ƒ la réserve de Mbi crater ;
ƒ la réserve de Kimbi.
Dans la province de l’Ouest :
ƒ la réserve de Santchou
Dans la province du Sud :
ƒ le parc national de Campo-Ma’an ;
ƒ le sanctuaire à gorilles de Mengame, créé pour la protection des gorilles.
Dans la province du Sud-Ouest :
ƒ le parc national de Korup ;
ƒ la réserve de Takamanda ;
ƒ le sanctuaire de Banyang-Mbo ;
ƒ le jardin botanique et zoologique de Limbé.
Par ailleurs, il existe 56 zones d’intérêt cynégétique dont 16 à gestion communautaire (2 dans la
province du Nord et 14 dans la province de l’Est.)
Quant aux 40 autres, elles sont affermées et inégalement réparties dans les 4 provinces
suivantes :
ƒ Adamaoua : 1
ƒ Centre : 1
ƒ Est : 11
ƒ Nord : 27
ƒ

8
1.2 AUTRES ATOUTS
1.2.1. La diversité culturelle
La population camerounaise estimée à 16 millions d’habitants est une mosaïque de près de 250
groupes ethniques dont chacun, de par ses croyances religieuses (animistes, islamiques, chrétiennes),
etc., sa langue, son art culinaire, ses habitudes vestimentaires, sa musique, son folklore, son artisanat,
son mode de vie, son sens de l’hospitalité, bref sa culture, constitue un précieux atout pour le
développement du tourisme culturel.

1.2.2. Le patrimoine historique


C’est le Portugais Fernando Po’o qui atteignit pour la première fois les côtes du Cameroun en
1472, à la tête d’une expédition. Face à l’abondance des crevettes dans le fleuve Wouri, les portugais le
baptisèrent Rio dos Camaroes qui veut dire rivière des crevettes qui donnera plus tard le nom
Cameroun. A la suite des portugais, de nombreux négociants et missionnaires anglais parcoururent le
pays jusqu’au XVIIIe siècle. Par ailleurs, avant son indépendance intervenue le 1er janvier 1960, le
Cameroun a connu tour à tour l’occupation allemande, anglaise et française.
Ce passé historique a légué au Cameroun un ensemble de vestiges qui ne demandent qu’à être
restaurés et entretenus pour être exploités. Il s’agit notamment :
ƒ des Forts de Bamenda au Nord-Ouest et de Doumé à l’Est ;
ƒ du Palais du Gouverneur Von Putkamer et du monument Bismark Fountain à Buéa dans
le Sud-Ouest ;
ƒ de la chaîne des résidences du Docteur Eugène JAMOT dans les provinces du Centre et
de l’Est ;
ƒ de la poste centrale de Yaoundé ;
ƒ de la résidence du Haut-Commissaire français à Yaoundé qui a servi de Palais au
premier Chef de l’État du Cameroun indépendant et qui est devenue le Musée National ;
ƒ du palais du Gouverneur allemand Hans Dominik (ancien musée national à Yaoundé) ;
ƒ du centre climatique de Dschang ;
ƒ des cimetières Allemands de Yaoundé, Bamenda Up-Station, Campo Beach et Doumé ;
ƒ des palais du Sultan NJOYA à Foumban et du Roi Douala Manga Bell à Douala ;
ƒ de l’École Normale de Foulassi où a été composé l’hymne national camerounais ;
ƒ du palais de l’exploitant Zenker à Bipindi (sur la route de Lolodorf) ;
ƒ de l’usage des langues anglaise et française comme langues officielles.
A ces vestiges, on peut ajouter :
ƒ Le site historique et la route des premiers missionnaires anglo-saxons à Bimbia, dans le
département du Fako province du Sud-Ouest ;
ƒ La route des premiers missionnaires presbytériens américains à Kribi ( Grand-Batanga) ;
ƒ Les phares allemands à Kribi et à Limbé.

9
CHAPITRE 2 : DISPOSITIF NORMATIF ET INSTITUTIONNEL
2.1. Cadre juridique
L’activité touristique au Cameroun est régie par les textes ci-après :
ƒ la loi n° 98/006 du 14 avril 1998 relative à l’activité touristique ;
ƒ le décret n° 99/443 du 25 mars 1999 fixant les modalités d’application de cette loi ;
ƒ le décret n° 99/111 du 27 mai 1999 portant création d’un Compte d’Affectation Spéciale
pour le Développement et le Soutien de l’Activité Touristique ;
ƒ le décret n° 99/112 du 27 mai 1999 portant organisation et fonctionnement du Conseil
National du Tourisme.
A ces textes s’ajoutent :
ƒ la loi N° 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche et
son décret d’application N°95/531 du 23 août 1995 ;
ƒ la loi N° 96/12 du 05 août 1996 portant loi cadre relative à la gestion de l’environnement ;
ƒ le décret N° 74/179 du 07 mars 1974 portant réglementation des prises de vue
photographiques et son arrêté d’application n° 94/CAB/PR du 05 avril 1974.
Il convient également de mentionner d’autres textes à caractère international en application au
Cameroun. Il s’agit de :
ƒ la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages
menacées d’extinction(CITES) signé à Washington, D.C., le 03 mars 1973 ;
ƒ les textes relatifs à la Charte du tourisme, au Code du touriste du 26 septembre 1985, au
Code mondial d’éthique du tourisme du 1er octobre 1999, élaborés par l’Organisation
Mondiale du Tourisme (OMT) et applicables au Cameroun en tant que membre de cette
Organisation.
Enfin, le Cameroun est membre des conférences des Ministres du Tourisme de la CEMAC et de
l’OCI (Organisation de la Conférence des Pays Islamiques).

2.2. Le cadre institutionnel


2.2.1. Le Ministère du Tourisme
Depuis sa création jusqu’à son érection en département ministériel à part entière, l’administration
en charge du tourisme a connu une évolution significative. Cette évolution est marquée par les étapes
suivantes :
ƒ Office National du Tourisme, créé par décret n°60/146 du 03 août 1960 ;
ƒ Ministère de l’Information et du Tourisme créé en 1966 ; il a coexisté pendant 4 ans avec
l’Office ;
ƒ Commissariat Général au Tourisme créé par Décret n°70/DF/279 du 12 juin 1970 ;
ƒ Délégation Générale au Tourisme, créée par Décret présidentiel n°75/469 du 28 juin
1975 ;
ƒ Secrétariat d’État au Tourisme, créé par Décret présidentiel n°86/146 du 12 décembre
1986 ;

10
ƒ Direction Générale du Développement Touristique, créée en 1988 à la faveur d’une
réorganisation du Gouvernement, son existence fut de courte très durée ;
ƒ Ministère du Tourisme, créé par Décret présidentiel n°89/676 du 13 avril 1989.
Actuellement, l’organisation du Ministère du Tourisme est régie par le décret n° 2005/450 du 09
novembre 2005. Pour l’accomplissement de ses missions, le Ministère du Tourisme dispose entre
autres d’un Secrétariat Particulier, de deux (02) Conseillers Techniques, d’une administration centrale,
de services déconcentrés et de services extérieurs. Aux termes de ce décret, le Ministère du Tourisme
est chargé :
ƒ de l’élaboration des stratégies et des plans de développement du tourisme ;
ƒ de l’inventaire et de la mise en valeur des sites touristiques ;
ƒ de la formation en matière touristique et hôtelière ;
ƒ de l’élaboration des normes dans l’hôtellerie et la restauration ainsi que du contrôle des
établissements de tourisme ;
ƒ de la promotion du tourisme intérieur ;
ƒ de l’élaboration des projets de textes relatifs au tourisme ;
ƒ des relations entre le Gouvernement et les associations ou les organismes privés
nationaux ou étrangers intéressés par le tourisme au Cameroun.
Ces différentes évolutions structurelles traduisent la volonté des pouvoirs publics de trouver la
meilleure formule possible pour permettre au secteur touristique de contribuer efficacement au
développement économique, social et culturel du Cameroun.
Au plan financier, les budgets d’investissement et de fonctionnement du Ministère du Tourisme
sont présentés dans le tableau 1.
Tableau n° 1: Budget du MINTOUR au cours des quatre (4) dernières années (en millions de Fcfa)
Budget de Budget
Années Total
fonctionnement d’investissement
2001 / 2002 1 979 1 119 2 798
2003 1 606 1 500 3 106
2004 1 723 1 300 3 023
2005 1 546 1 300 2 846
Source : MINTOUR
Du tableau 2, l’on déduit le pourcentage du budget d’investissement du MINTOUR par rapport
au budget total de ce Ministère. Ce pourcentage est présenté dans le tableau suivant :
Tableau n°2 : Pourcentage du budget d’investissement du MINTOUR par rapport à son budget total
Pourcentage (%) budget d’investissement
Années MINTOUR / budget total MINTOUR
2001 / 2002 40, 0
2003 48, 3
2004 43, 0
2005 45, 7
Source : MINTOUR
11
Le budget d’investissement du Ministère du Tourisme évolue en dents de scie depuis les quatre
dernières années ; cette évolution laisse croire qu’il n’existe pas une politique réelle de relance des
investissements du secteur par les pouvoirs publics.
Par rapport au budget global de l’Etat au cours de la même période, la situation se présente
comme suit (en millions de Fcfa).
Tableau n°3 : Comparaison du budget du MINTOUR au budget total de l’Etat
Pourcentage du Budget du
Budget du
Années Budget de l’Etat MINTOUR par rapport au
MINTOUR
Budget de l’Etat
2001 / 2002 2 798 1 041 400 0, 27 %
2003 3 106 1 047 000 0, 30 %
2004 3 023 1 079 000 0, 28 %
2005 2 846 1 155 600 0, 25 %
Source : MINTOUR
Depuis 2003, le budget du Ministère du Tourisme décroît relativement ; il en est de même de sa
proportion par rapport au budget de l’Etat.

2.2.2. Le Conseil National du Tourisme


Créé par la loi N° 98/006 du 14 avril 1998 et organisé par le décret n° 99/112 du 27 mai 1999, le
Conseil National du Tourisme est chargé :
ƒ d’étudier et de proposer au Gouvernement toutes mesures ou tous aménagements
susceptibles de faciliter l’entrée et le séjour des touristes au Cameroun ainsi que leur
sortie et leur sécurité ;
ƒ d’émettre un avis sur toutes les questions dont il est saisi par le Ministre chargé du
Tourisme ;
ƒ de faire au Gouvernement d’une manière générale, toutes les propositions ou
recommandations concourant au développement du tourisme, notamment en ce qui
concerne la promotion des investissements, l’organisation, les aménagements et le
partenariat touristiques.
Il est présidé par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

2.2.3. La Commission Technique Nationale


Créée auprès du Ministre chargé du Tourisme par l’article 3 du décret N° 99/443/PM du 25 mars
1999, la Commission Technique Nationale est chargée :
ƒ d’examiner et d’émettre un avis sur les demandes de construction, d’extension,
d’ouverture ou d’exploitation d’un établissement ou d’une agence de voyage ;
ƒ de statuer sur les demandes relatives à l’exercice de la profession de guide de tourisme,
à l’aménagement et à l’exploitation d’un site touristique, ainsi qu’à la suspension ou au
retrait de l’autorisation, de l’agrément ou de la licence d’exploitation.
Il existe d’autres cadres de concertation tels que :
ƒ le Comité de pilotage du projet d’élaboration du manuel de procédures administratives ;

12
ƒ le Comité de transfert de l’Ecole Nationale d’Hôtellerie et de Tourisme (ENAHT) de
Ngaoundére à la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) ;
ƒ le Comité technique d’élaboration du Compte Satellite du Tourisme ;
ƒ le Comité national de concertation pour le développement de l’écotourisme ;
ƒ le Comité scientifique national de la mise en œuvre du projet de tourisme culturel « La
Route de l’Esclave » ;
ƒ le Comité de mise en œuvre de l’extension du système informatique de gestion intégrée
des personnels de l’État et de la solde au Ministère du Tourisme.

2.2.4. Les structures touristiques de proximité


Dans ce registre, nous pouvons citer les offices du tourisme et les syndicats d’initiative du
tourisme qui sont des émanations des populations locales et des collectivités territoriales décentralisées.
Le tableau ci-après illustre la liste des administrations publiques dont les activités interfèrent
dans le domaine du tourisme.

13
Tableau n°4 : Principales administrations publiques et leurs domaines d’intervention
Désignation de l’administration Domaines d’intervention
Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Gestion des aires protégées
Nature
Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) Gestion des forêts, de la faune, des aires de conservation, de la chasse
et de l’exportation des trophées
Ministère de la Culture (MINCULT) Inventaire des principales activités culturelles et promotion de la culture
nationale
Ministère de l’Enseignement Supérieur (MINESUP) Formation et perfectionnement en matière de tourisme
Ministère des Enseignements Secondaires (MINESEC) Formation et perfectionnement en matière de tourisme
Ministère de l’Économie et des Finances (MINEFI) Fiscalité du tourisme, compte satellite du tourisme, douane et change
Ministère de la Planification, de la Programmation du Programmation des investissements, de l’aménagement du territoire
Développement et de l’Aménagement du Territoire (zones d’aménagement touristique)
(MINPLAPDAT)
Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural Exportation des denrées alimentaires
(MINADER)
Amélioration du cadre de vie en milieu rural
Ministère de la Défense (MINDEF) Sécurité des personnes et des biens (touristes)
Ministère de l’Administration Territoriale et de la Tutelle des collectivités locales qui assurent la mise en place des offices
Décentralisation (MINATD) de tourisme
Délégation Générale à la Sûreté Nationale (DGSN) Sécurité des personnes et des biens, contrôle des arrivées aux
frontières, délivrance des visas aux postes frontières
Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de Exportation des objets d’artisanat
l’Économie Sociale et de l’Artisanat (MINPMEESA)
Ministère du Commerce (MINCOMMERCE) Activités commerciales
Ministère chargé de l’Industrie, des Mines et du Code des investissements
Développement Technologique (MINIMIDT)
Ministère de la Santé (MINSANTE) Conformément à la loi cadre n°96/03 du 04 janvier 1996 portant loi
cadre dans le domaine de la santé, le Ministère de la Santé s’occupe de
la couverture sanitaire du territoire, de la mise en œuvre d’une politique
de médecine préventive par la promotion de l’hygiène, l’assainissement
de l’environnement, l’éducation sanitaire et la vaccination.
Ministère des Transports (MINT) Fixation des tarifs de transport, tutelle des ADC, chartérisation
Ministère de la Communication (MINCOM) Éducation touristique des populations/campagnes médiatiques de
sensibilisation des populations, promotion du tourisme.
Ministère des Relations Extérieures (MINREX) Délivrance des visas d’entrée au Cameroun, communication des
informations sur le Cameroun aux touristes
Ministère des Travaux Publics (MINTP) Désenclavement des zones et sites touristiques
Ministère des Domaines et des Affaires Foncières Problèmes domaniaux et fonciers
(MINDAF)
Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Recherche et vulgarisation à travers ses instituts spécialisés (IRAD, IRZ
(MINRESI) …)
Source : MINTOUR
Cette liste qui n’est pas exhaustive montre à suffisance que le tourisme est une activité
transversale dont le développement nécessite une synergie avec plusieurs autres administrations et
institutions. C’est dire le rôle important que doit jouer le Conseil National du Tourisme.

14
2.2.5. Collectivités Territoriales Décentralisées
Aux termes de l’article 1er alinéa 2 de la loi n°90/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la
constitution du 02 juin 1972, la République du Cameroun est un Etat unitaire et décentralisé. De ce fait,
l’administration camerounaise combine à la fois deux techniques d’organisation de l’Etat que sont la
centralisation et la décentralisation.
Le Cameroun s’est résolument engagé dans l’option de décentralisation avec la promulgation en
2004 de trois premières lois y relatives. L’une de ces lois porte sur l’orientation de la décentralisation (loi
n° 2004/017 du 22 juillet 2004 d’orientation de la décentralisation), tandis que les deux autres fixent
respectivement les règles applicables aux communes (loi n°2004/018 du 22 juillet 2004 fixant les règles
applicables aux communes) et aux régions (loi n°2004/019 du 22 juillet 2004 fixant les règles
applicables aux régions).
Désormais, l’Etat a transféré aux collectivités territoriales décentralisées (régions et communes)
certaines compétences particulières et les moyens appropriés y afférents. Les compétences portent sur
la promotion du développement économique, social, sanitaire, éducatif, culturel et sportif de ces
collectivités. La liste non exhaustive ci-après indique les compétences transférées aux CTD, ces
compétences contribuent directement au développement touristique au niveau de ces collectivités. Ce
sont :
ƒ la mise en valeur et la surveillance des sites et monuments touristiques ;
ƒ la lutte contre la pollution ;
ƒ l’élaboration des plans d’occupation des sols, des plans ou schémas d’aménagement ;
ƒ l’organisation des manifestations culturelles traditionnelles ;
ƒ la promotion de l’artisanat et du tourisme ;
ƒ la gestion, la protection et l’entretien des sites et parcs naturels.

2.2.6. La coopération internationale


La coopération internationale se fait au double plan multilatéral et bilatéral. On peut citer à ce
propos :

a) L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT)


Créée le 02 janvier 1975, l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) est une institution
spécialisée du système des Nations Unies en charge du Tourisme.
Elle a pour objectif fondamental de promouvoir et de développer le tourisme en vue de
contribuer à l’expansion économique, à la compréhension internationale, à la paix, à la prospérité ainsi
qu’au respect universel et à l’observation des droits et libertés humaines fondamentales sans distinction
de race, de sexe, de langue ou de religion.
Le Cameroun en tant que membre effectif de l’OMT depuis sa création, a régulièrement
bénéficié de ses missions d’appui sectoriel. Actuellement, cette organisation lui apporte son expertise
pour la mise en place du programme STEP (Sustainable Tourism as a tool for Eliminating Poverty) et
l’élaboration du Plan Directeur de Développement Touristique.

b) Le Commonwealth
Cette institution a financé l’élaboration du plan marketing du tourisme camerounais en 2002.

15
c) L’Africa Travel Association (ATA)
Association internationale dont le Cameroun est membre, l’ATA contribue à promouvoir la
destination Cameroun sur le marché nord-américain. Elle a organisé à Douala en 1987 et 2004 ses
8ème et 29ème congrès, et à Yaoundé en 2001 la 5e édition de son Symposium International sur
l’Ecotourisme.

d) La GTZ (coopération technique allemande)


L’inventaire des sites touristiques et l’élaboration du schéma directeur d’aménagement
touristique ont été réalisés avec l’appui technique de la GTZ en 2001. Il en est de même de la Stratégie
Nationale de Développement de l’Ecotourisme en 2003.

e) L’Organisation Néerlandaise pour le Développement (SNV)


La coopération avec cette organisation est effective à travers son appui financier et technique
pour l’étude de faisabilité, première étape de la mise en œuvre du projet de développement du site
touristique d’Ebogo. Elle a réalisé en mars 2000 une étude sur la situation du tourisme et les
potentialités écotouristiques dans la province du Nord, ceci dans le cadre du programme Biodiversité
(Cameroun-composante savanes volet SNV/Eco – Développement)
Par ailleurs, le Cameroun a passé des accords de coopération avec les gouvernements
marocain et tunisien. Un accord de jumelage a également été signé entre l’École Régionale d’Hôtellerie
et de Tourisme de Ngaoundéré (ancienne ENAHT) et l’Institut Supérieur d’Hôtellerie de SIDI DHRIF de
la République Tunisienne.

2.2.7. Autres intervenants institutionnels

a) Les Aéroports Du Cameroun (ADC)


Les ADC sont une société anonyme à laquelle ont été concédés la gestion et le développement
des aéroports les plus importants : Douala, Yaoundé-Nsimalen, Garoua, Ngaoundéré, Maroua-Salak,
Bamenda et Bertoua.

b) La Cameroon Civil Aviation Authority (CCAA)


(Autorité Aéronautique de l’Aviation Civile)
Cet organisme a pour mission de gérer, de développer les aéroports secondaires, de
réglementer les activités aéronautiques et d’assurer la sûreté dans tous les aéroports.

c) L’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne pour l’Afrique et Madagascar


(ASECNA)
Cette agence dont le siège sous-régional est situé à Douala est chargée d’assurer la sécurité de
la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar.

2.2.8. Le secteur privé

a) Les organisations professionnelles


Les professionnels du secteur touristique sont organisés en syndicats ou en associations. On
peut citer notamment :
16
ƒ le Syndicat National des Agences de Voyages et du Tourisme du Cameroun (SNAVTC);
ƒ le Syndicat Patronal des Industries de l’Hôtellerie et du Tourisme (SPIHT) ;
ƒ le Syndicat Patronal des Restaurateurs du Cameroun (SPRC) ;
ƒ le Syndicat Patronal des Établissements de Loisirs (SPEL) ;
ƒ l’Association des Guides de Tourisme Camerounais (AGTC) ;
ƒ les Guides Associés du Cameroun (GUASC) ;
ƒ l’Association des Professionnels du Tourisme du Cameroun (APTC) ;
ƒ la CRESPAC, entendez Chaîne des Restaurateurs pour le Patrimoine de la Cuisine
Camerounaise
ƒ etc.
Ces organisations professionnelles apportent leur concours à l’État pour fixer les mesures de
protection et de sécurité des touristes et certaines participent en qualité de membres aux travaux de la
Commission Technique Nationale des Etablissements et Agences de Tourisme, du Conseil National du
Tourisme et de la Commission Nationale de Classement des Etablissements et Agences de Tourisme.

b) Les Guides de Tourisme


Les guides de tourisme sont classés en trois catégories :
ƒ Les guides nationaux ;
ƒ Les guides régionaux ;
ƒ Les guides locaux.
Leur effectif et leur classification sont contenus dans le tableau 5 ci-après.
Tableau n°5 : Effectif des guides touristiques agréés du Cameroun au 29 août 2005
Catégorie des guides Effectif
Guides nationaux 7
Guides régionaux 31
Guides locaux 7
TOTAL 45
Source : Ministère du Tourisme
Par rapport à l’étendue du territoire, cet effectif de guides de tourisme paraît manifestement
insuffisant.

2.3. LES INSTITUTIONS DE FORMATION EN TOURISME


Il existe plusieurs catégories d’établissements de formation en hôtellerie et tourisme. Il s’agit :
ƒ des Centres de Formation Professionnelle Rapide ;
ƒ de l’École Régionale d’Hôtellerie et de Tourisme de la CEMAC de Ngaoundéré ;
ƒ des universités d’Etat ;
ƒ d’autres établissements privés d’enseignement supérieur.

17
2.3.1. Les Centres de Formation Professionnelle Rapide

Les agréments sont délivrés par Arrêté conjoint des Ministres chargés de l’Emploi et du
Tourisme, et ce, après avis technique du Ministre du Tourisme. La formation est sanctionnée par des
attestations de fin de stage et n’est pas diplômante. Ces centres existent surtout à Yaoundé et à
Douala.

2.3.2. L’École Régionale d’Hôtellerie et de Tourisme de la CEMAC de


Ngaoundéré.

Créée en 1987 par décret n° 87/697 du 15 mai 1987, l’École Nationale d’Hôtellerie et de
Tourisme (ENAHT) de Ngaoundéré est devenue depuis le 30 août 2002, conformément aux
dispositions de l’Acte Additionnel n° 02/02/CEMAC-06-PE-CA, l’Ecole Régionale d’Hôtellerie et de
Tourisme de la CEMAC ; ce nouveau statut confère à cette institution de formation un caractère
communautaire et l’inscrit sur la liste des institutions spécialisées de la CEMAC.

Trois niveaux de formation y sont dispensés :


ƒ cycle I : une formation professionnelle interne dont la durée est de 2 ans. Le diplôme
exigé à l’entrée est le B.E.P.C ou tout autre diplôme équivalent. A la sortie, les élèves
sont titulaires du Brevet d’Etudes Professionnelles en Hôtellerie (BEPH) ;
ƒ cycle II : une formation sanctionnée par un Brevet de Technicien en Tourisme (guides)
ou en Hôtellerie (restauration). L’examen de sortie est organisé par le Ministère des
Enseignements Secondaires. Le diplôme exigé à l’entrée est le BEPC ou tout autre
diplôme équivalent. La durée des études est de 3 ans ;
ƒ cycle III : une formation qui prépare au Brevet de Technicien Supérieur (BTS), examen
organisé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur (MINESUP) La durée des études
est de 3 ans pour les titulaires d’un baccalauréat ou équivalent et de 2ans pour les
titulaires de Brevet de Technicien en Tourisme ou en Restauration.

Pour tous les trois niveaux ci-dessus, l’entrée se fait par voie de concours.

2.3.3. L’Ecole de faune de Garoua

Cet établissement a pour missions essentielles la formation et le recyclage des guides et garde-
chasses camerounais. Il reçoit également des étudiants ressortissants d’autres pays africains.

2.3.4. Autres établissements privés d’enseignement supérieur.

Ils forment en BTS tourisme et hôtellerie. Les examens sont organisés par le Ministère de
l’Enseignement Supérieur.

2.3.5. Les universités d’Etat.

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, en partenariat avec le Ministère du Tourisme et la


Coopération Française a mis sur pied un cycle de licence professionnelle en tourisme et hôtellerie dans
certaines universités d’État telles que celles de Yaoundé I et de Douala.

18
2.4. LA SOCIETE CIVILE
Il s’agit d’autres intervenants dans le secteur touristique (personnes physiques ou morales) qui
n’appartiennent pas aux entités ci-dessus mentionnées.

2.4.1. Les organisations non gouvernementales (ONG)

Ces organisations jouent un rôle appréciable et sans cesse croissant dans la protection de
l’environnement et la conservation de la biodiversité, ainsi que dans la promotion du développement
durable en tourisme. En effet, la majorité des projets d’écotourisme sont initiés par les ONG, l’Etat ne
prenant le relais que pour fixer le cadre institutionnel et réaliser certaines infrastructures de base. Parmi
les ONG présentes au Cameroun, on note particulièrement la présence de WWF, UICN, Bird life
International, ainsi que plusieurs autres ONG locales dont le rôle dans le développement participatif est
tout aussi appréciable.

2.4.2. Les clubs tourisme

Ces clubs existent dans les établissements scolaires et universitaires.

19
CHAPITRE 3 : OFFRE TOURISTIQUE
Par offre touristique, l’on entend l’ensemble des produits et services, des infrastructures, des
équipements qui permettent d’accueillir, d’héberger et d’agrémenter le séjour des touristes dans des
conditions de confort et de sécurité acceptables.

3.1. INFRASTRUCTURES
Il s’agit de l’ensemble des installations indispensables au développement du tourisme. On
distingue les infrastructures de base et les infrastructures touristiques.

3.1.1. Infrastructures de base


3.1.1.1. Infrastructures de transport

a) Infrastructures aéroportuaires

Le Cameroun dispose de quatorze (14) aéroports dont :


ƒ trois aéroports internationaux : Yaoundé - Nsimalen, Douala et Garoua ;
ƒ onze aéroports et aédromes nationaux ; il s’agit de : Maroua Salak, Ngaoundéré,
Bafoussam, Bamenda, Bertoua, Koutaba, Mamfé, Dschang, Batouri, Tiko, Kribi.

b) Infrastructures portuaires

Le Cameroun possède :
ƒ quatre ports maritimes : Douala, Limbé, Kribi, Tiko ;
ƒ un port fluvial : Garoua.

c) Réseau routier

Le Cameroun dispose actuellement d’un réseau routier d’environ 49 757 Km dont :


ƒ 4 048 Km de routes bitumées, soit 8 % du réseau national ;
ƒ 45 709 Km de routes en terre, soit 92% du réseau national.
d) Réseau ferroviaire
Le Transcamerounais long de 1364 Km, relie Douala dans la province du Littoral à
Ngaoundéré dans la province de l’Adamaoua en passant par Yaoundé. Il permet ainsi de relier le grand
sud au grand nord. Ce réseau qui dispose d’une bretelle entre Douala et Kumba, via Mbanga est
actuellement exploité en concession par la compagnie de chemin de fer CAMRAIL.
Tableau n°6: Tarifs du transport de personnes par le réseau ferroviaire
Destination 1ère classe 2ème classe Wagon-lit
Place entière Demi-place Place entière Demi-place Chambre à 4 lits Chambre à 2 lits
Yaoundé-Ngaoundéré 17000 10000 10000 5000 25000 28000
Yaoundé-Douala 6000 4300 3000 2400 Inexistant Inexistant
Source: CAMRAIL
20
NB : le demi-tarif est réservé aux hommes en tenue

3.1.1.2. Le réseau de télécommunications

Dans le domaine des télécommunications, le Cameroun dispose :


ƒ d’infrastructures de transmission de pointe avec la numérisation des liaisons suite à
l’installation des liaisons à fibre optique. Ces installations permettent la desserte de
toutes les 10 provinces du pays par réseau téléphonique ;
ƒ d’un réseau de téléphonie rurale ;
ƒ de deux réseaux de téléphonie mobile gérés par les prestataires privés ORANGE et MTN;
ƒ d’un centre téléphonique international automatique de type numérique ainsi que d’un
centre télex.

Toutes les grandes villes du pays sont dotées de structures de distribution de messagerie
électronique.
Tableau n°7 : Tarifs des appels internationaux sur le réseau MTN
Régions Pays Prix (en FCFA par minute)

France- mobile 400


Europe France - fixe 350
Royaume Uni- mobile 500
Royaume- Uni- Fixe 400
Reste de l’Europe 500
Amérique Etats Unis 400
Canada 400
Reste de l’Amérique 750
Afrique 750
Reste du Monde 750
Source : MTN

Tableau n°8 : Tarifs des appels locaux sur le réseau MTN pour abonnements prépayés
Types d’abonnement Frais de Frais d’abonnement Appels locaux Appels locaux Super heures
connexion mensuel heures pleines heures creuses creuses
Pay as you go standard 10000 Fcfa - 240 Fcfa/mn 200 Fcfa/mn 180 Fcfa/mn
Pay as you go gold 10000 Fcfa 5000 Fcfa 200 Fcfa/mn 180 Fcfa/mn 140 Fcfa/mn
Pay as you go à la seconde 5 Fcfa/sec ( prix unique )
Source: MTN- Cameroon

NB: Heures pleines : 7h-21 heures


ƒ Heures creuses: 21h-23 heures ;
ƒ Super heures creuses: 23h- 7 heures.

21
En ce qui concerne Orange–Cameroun, ses tarifs sont, grâce à l’action de l’Agence de
Régulation des Télécommunications (ART), plus ou moins similaires à ceux susmentionnés.

S’agissant du téléphone fixe, l’exploitation est assurée par la Cameroon Telecommunications


(CAMTEL). Le coût d’une impulsion est de 40 Fcfa. Toutefois, CAMTEL vient de lancer la formule
CTPhone qui est une combinaison technologique du fixe et du portable avec le système du prépayé.

Enfin, il existe le NET PHONE, dont le prix unitaire pour l’Europe et l’Amérique du Nord tourne
autour de 100 FCFA.

Les technologies de l’Information et de la Communication (TIC) couvrent toutes les zones


urbaines du pays. Le coût moyen de la connexion est de 500 Fcfa/heure.

3.1.1.3. Réseau postal

Dans le domaine postal, le Cameroun dispose d’un réseau qui couvre la quasi-totalité du
territoire. A côté des entreprises publiques ou parapubliques opérant dans ce domaine, de nombreux
opérateurs privés et parapublics (DHL, EMS, les compagnies de transport interurbain, les sociétés de
transfert de fonds, etc…) assurent également, à des coûts relativement faibles :
ƒ la distribution du courrier et des colis ;
ƒ la gestion du courrier électronique ;
ƒ le transfert d’argent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

3.1.1.4. Couverture sanitaire

Le réseau hospitalier du Cameroun comporte :


ƒ 8 hôpitaux publics et parapublics à compétence nationale dont : 6 (six) à Yaoundé
(Hôpital Général, Hôpital Central, Hôpital Militaire, Hôpital Jamot, Hôpital Gynéco
Obstétrique, le Centre Médico Social (CNPS) et 2 (deux) à Douala (Hôpital Laquintinie,
Hôpital Général).
ƒ 9 hôpitaux publics provinciaux (Centre et Littoral exceptés) dont deux sont à l’Extrême
Nord, plus précisément à Yagoua et Maroua) ;
ƒ 130 hôpitaux de district ;
ƒ 192 hôpitaux de district assimilés ;
ƒ 976 centres de santé leaders ;
ƒ 976 autres centres de santé.

En plus de ces centres sanitaires, il existe plusieurs formations privées et différentes institutions
de recherche ou d’analyses médicales telles que le Centre Pasteur de Yaoundé qui réalisent divers
types d’analyses médicales, et assurent la vaccination contre de nombreuses pandémies telles que le
choléra, la méningite, la tuberculose, la fièvre jaune, l’hépatite, la poliomyélite, etc.

3.1.1.5. Electricité et eau

Le concessionnaire en distribution de l’énergie électrique AES/SONEL est présent dans la


plupart des agglomérations urbaines voire rurales. En ce qui concerne l’eau potable, les réseaux de la

22
Société Nationale des Eaux du Cameroun (SNEC) assurent la distribution dans la plupart des chefs-
lieux de départements voire dans certains arrondissements et districts. Toutefois, l’alimentation des
ménages en eau potable et en énergie électrique reste insuffisante sur toute l’étendue du territoire. Il
existe aussi d’autres sources autonomes d’approvisionnement en électricité et en eau à travers les
groupes électrogènes domestiques et les forages.

Les tarifs de ces deux prestataires de services essentiels sont les suivants :

Société Nationale des Eaux du Cameroun :

Le tableau n° 9 présente les tarifs pratiqués à la Société Nationale des Eaux du Cameroun. Ces
tarifs dépendent à la fois de la nature du client et de l’intervalle de consommation.
Tableau n°9 : Tarifs pratiqués à la Société Nationale des Eaux du Cameroun

Nature du client Consommation Prix unitaire

Particuliers 0 à 10m3 271 Fcfa/m3

Plus de 10m3 337 Fcfa/m3

Gros consommateurs et administrations 354 Fcfa/m3


Source : SNEC

AES/Sonel :

Les tarifs en vigueur à AES/SONEL sont fonction de la nature de la saison, du type de client et
de l’intervalle de consommation. Ils sont indiqués dans le tableau n° 10 Ces tarifications privilégient la
dimension sociale.
Tableau n°10 : Tarifs pratiqués à la Société Nationale des Eaux du Cameroun
Nature du client Consommation Prix unitaire
Saison sèche
De 0 à 50 kWh 50 Fcfa/kWh
Particuliers De 51 à 200 kWh 67 Fcfa/kWh
Plus de 200 kWh 75 Fcfa/kWh
1ère tranche 68 Fcfa/kWh
Gros consommateurs
2ème tranche 60 Fcfa/kWh
Saison pluvieuse
De 51 à 200 kWh 60 Fcfa/kWh
Particuliers
Plus de 200 kWh 65 Fcfa/kWh
1ère tranche 63 Fcfa/kWh
Gros consommateurs
2ème tranche 55 Fcfa/kWh
Source : AES/SONEL

23
3.2. INFRASTRUCTURES TOURISTIQUES
3.2.1. Etablissements de tourisme

Les établissements de tourisme comprennent :


ƒ les établissements d’hébergement ;
ƒ les établissements de restauration ;
ƒ les établissements de loisirs ;

3.2.1.1. Etablissements d’hébergement

Il existe plusieurs types d’établissements d’hébergement :


ƒ les établissements classés de une à cinq étoiles ;
ƒ les établissements non classés.

Ce classement est matérialisé par un panonceau apposé sur la façade principale de


l’établissement.

Le tableau ci-après présente la répartition de la capacité d’hébergement par province et par


catégorie.

24
Tableau n°11 : Capacité hôtelière du Cameroun au 30 mai 2005
Catégories 1* 2* 3* 4* 5* NC TOTAL
Provinces Ets Ch Lits Ets Ch Lits Ets Ch Lits Ets Ch Lits Ets Ch Lits Ets Ch Lits Ets Ch Lits
Adamaoua 1 11 11 4 104 112 1 50 50 0 0 0 0 0 0 72 732 733 78 897 906
Centre 23 435 436 25 1063 1106 7 552 651 1 159 165 2 436 870 295 2714 3152 353 5359 6380
Est 1 30 30 0 0 0 1 45 50 0 0 0 0 0 0 121 1455 1477 123 1530 1557
Extrême -
nord 9 141 153 3 79 81 9 314 511 0 0 0 0 0 0 74 815 885 95 1349 1630
Littoral 28 422 455 24 659 684 10 706 714 3 595 952 0 0 0 353 3123 3136 418 5505 5941
Nord 9 133 137 1 24 24 5 295 356 0 0 0 0 0 0 43 591 605 58 1043 1122
Nord – ouest 10 225 247 1 8 9 3 163 176 0 0 0 0 0 0 57 702 719 71 1098 1151
Ouest 19 330 337 12 401 436 4 156 213 0 0 0 0 0 0 122 1362 1376 157 2249 2362
Sud 17 419 463 10 277 318 4 135 186 1 24 27 0 0 0 91 1183 1221 123 2038 2215
Sud – ouest 16 286 304 5 35 50 3 21 30 0 0 0 0 0 0 91 702 950 115 1044 1334

TOTAL 133 2432 2573 85 2650 2820 47 2437 2937 5 778 1144 2 436 870 1319 13379 14254 1591 22112 24598
Source : Ministère du Tourisme
Ets : Nombre d’établissements
Ch : Nombre de chambres
NC : Non classés

NB. : Il convient cependant de mentionner un vide juridique en ce qui concerne les meublés, les gîtes d’étapes, les résidences secondaires,
l’hébergement chez l’habitant, comme autres formes de structures d’accueil.

25
Le tableau 12 est extrait du tableau n° 4 et constitue une distribution marginale de
celui-ci. Il nous permet de présenter la situation globale de la manière suivante :
Tableau n° 12 : Synthèse de la capacité hôtelière du Cameroun au 30 mai 2005
Catégorie
1* 2* 3* 4* 5* NC TOTAL
Capacité
Etablissements 133 85 47 5 2 1 319 1 591
Chambres 2 432 2 650 2 437 778 436 13 379 22 112
Lits 2 573 2 820 2 937 1 144 870 14 254 24 598
Source : Ministère du Tourisme

Ainsi, 82, 9 % des établissements d’hébergement au Cameroun sont dits non


classés. Ils représentent 60, 5 % de la capacité totale en chambres. Par ailleurs, ceux dits
classés (de une à cinq étoiles selon les normes internationales) représentent 17,1 % du
parc hôtelier national, soit 39, 5 % de la capacité en chambres.

La configuration géographique des établissements d’hébergement concentre 26, 3


% de la capacité totale dans la province du Littoral, 22, 2 % dans le Centre et 9, 9 % dans
la province de l’Ouest.
Tableau n° 13 : Prix moyen des chambres dans les établissements d’hébergement classés du Cameroun
Type d’établissement d’hébergement Prix TTC petit déjeuner compris en Fcfa
Hôtel 1* 17500
Hôtel 2* 25000
Hôtel 3* 40000
Hôtel 4* 86500
Hôtel 5* 145000
Source : Ministère du Tourisme

Le tableau 13 présente les prix moyens des chambres dans les établissements
d’hébergement classés du Cameroun. Il convient de préciser que ces prix sont librement
fixés par les promoteurs et sont parfois discutables.

3.2.1.2. Etablissements de restauration

Les établissements de restauration sont de deux catégories :


ƒ Les établissements classés de une à quatre fourchettes ;
ƒ Les établissements non classés.

Ce classement est matérialisé par un panonceau apposé sur la façade principale


du restaurant.

26
Tableau n° 14 : Effectif des établissements de restauration autorisés par Province au Cameroun au 29
août 2005
Provinces Nombres
Adamaoua 16
Centre 52
Est 18
Extrême- nord 22
Littoral 64
Nord 4
Nord – ouest 22
Ouest 4
Sud 38
Sud – ouest 2
TOTAL 242
Source : Ministère du Tourisme

Au 29 août 2005, on dénombre 242 établissements de restauration autorisés


inégalement répartis dans les 10 provinces. La province du Centre avec 52
établissements de restauration et celle du Littoral, 64 établissements concentrent à elles
seules près de la moitié des restaurants autorisés du Cameroun.

Il faut également préciser l’existence des restaurants informels, empiriquement


plus nombreux. Un recensement des entreprises touristiques permettra de déterminer de
façon exhaustive le nombre d’établissements de restaurantion, les personnels employés,
la masse salariale versée ainsi que les impôts payés par ces entreprises.

3.2.1.3. Etablissements de loisirs

Les établissements de loisirs peuvent être classés de la première à la troisième


catégorie ou alors non classés. Leur classement est matérialisé sur un panonceau
apposé sur la façade de l’établissement. Les établissements de loisirs sont : les cabarets,
les boîtes de nuit, les bars dancings, les casinos, etc.

3.2.2. Agences de voyages

La loi régissant l’activité touristique au Cameroun et ses décrets d’application les


désignent agences de tourisme en lieu et place d’agences de voyages.

Le tableau 15 donne l’effectif et la répartition des agences de voyages du


Cameroun au 29 août 2005.

27
Tableau n° 15 : Effectif des agences de voyages autorisées au Cameroun au 29 août 2005
Provinces Nombre
Adamaoua 09
Centre 40
Est 00
Extrême- nord 12
Littoral 41
Nord 00
Nord – ouest 02
Ouest 01
Sud 00
Sud – ouest 02
TOTAL 107
Source : Ministère du Tourisme

A ce jour on dénombre 107 agences de voyage autorisées au Cameroun et


concentrées pour la plupart dans les provinces du Centre et du Littoral. En plus de
l’inégale répartition de ces agences, l’on peut remarquer que les provinces de l’Est, du
Nord et du Sud n’en sont pas encore pourvues.

3.2.3. Sites touristiques aménagés

Comme nous l’avons déjà signalé, le relief et le réseau hydrographique du


Cameroun constituent des particularités géographiques qui sont des atouts de l’offre
touristique à l’instar des monts, des pics, des plateaux, des grottes, des lacs de cratères,
des chutes et des cascades. C’est ainsi que la région côtière offre de belles plages,
tandis que la végétation abrite de nombreux parcs nationaux aux espèces fauniques
diversifiées. A tout cet ensemble, il faut ajouter les vestiges issus de notre patrimoine
historique et culturel.

Sur la base de ce qui précède, le Ministère du Tourisme a recensé dans les dix
provinces 223 sites touristiques potentiels dont :
ƒ 23 à l’extrême Nord ;
ƒ 14 au Nord ;
ƒ 22 dans l’Adamaoua ;
ƒ 23 au Nord-Ouest ;
ƒ 20 à l’Ouest ;
ƒ 17 au Sud-Ouest ;
ƒ 27 dans le Littoral ;
ƒ 26 dans le Sud ;
ƒ 32 dans le Centre ;

28
ƒ 19 à l’Est.

Parmi ces sites touristiques potentiels, 120 ont été visités par une équipe
d’experts de la GTZ dans le cadre de l’Etude d’Inventaire des Sites Touristiques et de
l’Elaboration du Schéma Directeur d’Aménagement Touristique du territoire national dont
le rapport édité en 2001 est disponible.

Pour chaque attraction, des informations concernant la localisation, l’état, les


voies d’accès, etc., ont été collectées puis enregistrées dans une banque de données.

Cette collecte de données a permis de classer les 120 sites touristiques, en


fonction de leur intérêt, en vue d’une exploitation à des fins touristiques. Cette
classification est la suivante :
ƒ sites d’intérêt international : attractions déjà visitées par les touristes
étrangers et programmés par les tours operators internationaux ;
ƒ sites d’intérêt international : Attractions pouvant être intéressantes pour le
tourisme international à condition d’être valorisées de manière
adéquate ;
ƒ sites d’intérêt régional : attractions intéressantes pour les touristes
nationaux ;
ƒ sites d’intérêt local : attractions intéressantes pour les touristes au niveau
local.

C’est à partir de ces données que le Ministère du Tourisme a axé sa politique de


viabilisation des sites touristiques.

Le classement des sites touristiques effectué par la GTZ et la politique


d’aménagement appliquée par le Ministère du Tourisme depuis 1999 n’a pas tenu compte
des dispositions du décret n°99/443/PM du 25 mars 1999 fixant les modalités
d’application de la loi n°98/006 du 14 avril 1998 relative à l’activité touristique. Celle-ci
stipule en son article 34 que les sites touristiques peuvent se situer dans des zones
d’aménagement touristique prioritaire, concerté ou différé. Ces zones qui peuvent être
créées par décret du Président de la République, n’ont pas encore été identifiées pour
que des études de faisabilité préalables soient menées en vue de leur classement et de la
détermination des travaux d’aménagement à y réaliser.

En effet, l’aménagement d’un site touristique consiste, en plus de son


désenclavement, à créer des infrastructures de base (structures d’accueil, signalisation
informative et directionnelle, alimentation en eau potable et en électricité, infrastructures
de vision, refuges et/ou campements, toilettes, téléphones etc.). Il n’y a que les études de
faisabilité et une bonne programmation budgétaire qui puissent permettre d’atteindre cet
objectif.

A ce sujet, l’analyse profonde du tableau ci-après révèle que pour la période allant
de 1999 à 2005, 60 sites touristiques ont connu un début d’aménagement pour un coût
global de 1,6 milliards de Fcfa, soit environ 27 millions de Fcfa par site touristique. Réparti

29
équitablement sur cette période de six années budgétaires consécutives, ce montant
correspond à environ 5 millions de Fcfa par site et par an, ce qui est très insuffisant pour
un aménagement minimum d’un site touristique tel que ci-dessus décrit. On constate
également la très mauvaise répartition des fonds alloués par site. Par ailleurs, on relève
que :
ƒ seuls 11 sites ont eu chacun un financement d’au moins 50 millions de
Fcfa, bien que non uniformément réparti sur la période des 6 ans
considérée ;
ƒ il existe des écarts de programmation de financements pour ces sites dont
les travaux mal achevés se détériorent en attendant les nouveaux
financements ;
ƒ la politique suivie jusqu’alors a consisté à vouloir couvrir à la fois
l’ensemble du territoire national, parfois sur la pression des hommes
politiques et des élites. Elle a favorisé alors le saupoudrage du budget
alloué qui n’était pas déjà suffisant pour l’aménagement d’un ou deux sites
par an.

En conséquence, cette politique n’a pas favorisé la réalisation des conditions


adéquates pour permettre la mise en concession des sites touristiques aux opérateurs du
secteur.

De plus, le cadre juridique n’a pas permis de susciter l’intérêt de ces opérateurs,
malgré la politique volontariste de promotion appliquée par le Ministère du Tourisme. En
outre, l’attribution des marchés et le suivi des travaux pendant leur réalisation échappe
non seulement à la Division des Sites Touristiques, mais également aux Délégations
Provinciales du Tourisme compétentes dont le rôle est relégué au second plan dans les
commissions provinciales des marchés publics. Conséquence, les travaux sont mal
exécutés (non respect des normes environnementales et des règles de l’art).

Pourtant, il est impératif, pour ne pas perdre l’investissement initié, de procéder à


une nouvelle programmation pour la réhabilitation et la finition des ouvrages déjà
commencés.

30
Tableau n° 16 : liste des sites touristiques ayant connu un début d’aménagement de 1998 à 2005
Coût total en
Localisation Coûts par exercice budgétaire millions FCFA
N° Dénomination des sites Nature des travaux réalisés
Exercice budgétaire
Département Province
1999/2000 2000/2001 2001/2002 2003 2004 2005
Aménagement, voie d'accès et
1 Grottes de Meyo Madjom Dja et Lobo Sud 60 0 25 0 0 0 85
pistes de vision
2 Chutes de la Lobé Océan Sud Voie d'accès 18 0 0 0 0 0 18
3 Plages de Londji Océan Sud 0 0 30 0 0 0 30

4 Chutes de Menve'élé Vallée du Ntem Sud Aménagement 0 8 0 0 0 0 8

5 Plages de Mekin Océan Sud Voie d'accès 0 0 0 10 0 0 10

6 Village de pygmées de Makouré Sud Voie d'accès 0 0 0 10 0 0 10

7 Chutes de Bidjouka Océan Sud Réhabilitation structure d'accueil 0 0 0 10 0 0 10

8 Site de Nkoleyeng Nvila Sud Aménagement de piste de vision 0 0 0 0 0 3 3

9 Berges de la Sanaga Lékié Centre Aménagement et voie d'accès 22 0 0 0 0 0 22

10 Chutes de Mbila Nyong et Kéllé Centre Etude d'aménagement, voie d'accès 0 0 45 0 10 9,5 64,5

Etude d'aménagement, toilettes,


11 Monts Mbam Mikom Lékié Centre 0 0 25 25 10 0 60
refuges, piste de vision

12 Etudes, adduction d'eau, voie


Site d'Ebogo Nyong et So'o Centre 0 0 10 5 0 85 100
d'accès

31
Tableau n° 16 : liste des sites touristiques ayant connu un début d’aménagement de 1998 à 2005 (suite)

Coût total en
N° Dénomination des sites Localisation Nature des travaux réalisés Coûts par exercice budgétaire millions FCFA

Département Province Exercice budgétaire

13 Site Beng-Nyong Nyong et Kéllé Centre Etude d'aménagement, voie d'accès 0 0 20 0 0 20

14 Chutes de Natchigal Lékié Centre Etudes, aménagement, délimitation 0 0 0 20 0 9,5 29,5

Aménagement, voie d'accès et piste de


15 Chutes de Poume Nyong et Kéllé Centre 0 0 0 10 0 0 10
vision

16 Mare aux Hippopotames de Ndélélé Kadey Est Construction des miradors, voie d'accès 20 0 24 10 0 9,5 63,5

17 Campement de pygmées de Mayos Haut-Nyong Est Aménagement 0 0 10 0 0 0 10

18 Mare aux Hippopotames de Mbenga Kadey Est Voie d'accès 0 0 0 10 0 0 10


19 Monts Pandi Kadey Est Voie d'accès 0 0 0 0 10 0 10

20 Chutes de Mali Lom et Djerem Est Voie d'accès 0 0 10 0 0 0 10

21 Grottes de Mbartoua Lom et Djerem Est Construction d'un abris 0 0 0 5 0 0 5

Aménagement, construction barrière,


22 Lac Awing Mezam Nord-Ouest 30 0 15 15 20 0 80
désenclavement
23 Chutes de la Mentchum Mentchum Nord-Ouest Bancs publics, barrière 0 0 0 25 0 0 25

24 Lac Wum Mentchum Nord-Ouest Construction clôture, boukarou 0 0 10 10 0 0 20

25 Site de Ndawara Nord-Ouest Voie d'accès 0 0 0 15 0 0 15

32
Tableau n° 16 : liste des sites touristiques ayant connu un début d’aménagement de 1998 à 2005 (suite)

Coût total en
N° Dénomination des sites Localisation Nature des travaux réalisés Coûts par exercice budgétaire millions FCFA

Département Province Exercice budgétaire

26 Chefferie de Bafut (Musée) Mezam Nord-Ouest Réhabilitation structure d'accueil 0 0 0 10 0 0 10

27 Centre culturel et touristique d'Oku Nord-Ouest Construction musée 0 0 0 10 0 0 10

Bancs publics, ouvrages de vision,


28 Chutes d'eau de Womenga Nord-Ouest 0 0 0 10 0 0 10
escaliers d'accès

29 Lac Barombi Meme Sud-Ouest Structure d'accueil, voie d'accès 25 0 0 10 0 0 35

Piste d'ascension, construction d'un


30 Mont Cameroun Fako Sud-Ouest 0 0 28 15 0 0 43
refuge
31 Mile Six Beach Fako Etudes, aménagement 0 0 24 10 0 0 34
32 Lac Edjagham Manyo Sud-Ouest Aménagement 0 0 0 15 0 0 15

33 Parc National de Waza Logone et Chari Extrême-Nord Pistes de vision 30 0 0 30 0 0 60

34 Site d'Oudjila Mayo Sava Extrême-Nord Structure d'accueil, voie d'accès 0 20 0 0 0 0 20

Voie d'accès Mogodé-Rhumsiki,


35 Site Rhumsiki Mayo Tsanaga Extrême-Nord 0 0 10 10 0 0 20
construction d'un radier

36 Lac de Guéré Mayo Danay Extrême-Nord Structure d'accueil 0 0 0 10 0 0 10

37 Pic de Mindif Mayo Kani Extrême-Nord Construction d'un parking 0 0 0 10 0 0 10

33
Tableau n° 16 : liste des sites touristiques ayant connu un début d’aménagement de 1998 à 2005 (suite)

Coût total en
N° Dénomination des sites Localisation Nature des travaux réalisés Coûts par exercice budgétaire millions FCFA

Département Province Exercice budgétaire

Etudes, délimitation, voie d'accès, achat


38 Réserve de faune de Ma Mbed Mbed Mayo Kani Extrême-Nord 0 0 0 0 113 19 132
de vanne pour retenue d'eau

Voie d'accès, piste piétonne, escaliers,


39 Chutes d'Ekom Nkam Moungo Littoral garde fous, parking, délimitation, 12 10 10 5 44,5 0 81,5
aménagement

40 Plages de Yoyo Sanaga Maritime Littoral Voie d'accès 0 0 8 0 0 0 8

41 Lac Ossa Sanaga Maritime Littoral Voie d'accès 0 0 8 0 0 0 8

Monts Manengoumba (Lacs Koupé


42 Sud-Ouest Voie d'accès 0 0 10 15 0 0 25
Jumeaux) Manengouba
43 Site de Foto Menoua Ouest Désenclavement 16 0 0 0 0 0 16

44 Monts Mbapit (Lac de cratère) Noun Ouest Désenclavement 18 0 10 10 0 0 38

45 Chutes de Mouankeu Haut-Nkam Ouest Structure d'accueil, piste d'accès 0 0 10 0 0 0 10

Chutes de Mami Wata et grottes de Structure d'accueil, aménagement


46 Menoua Ouest 0 0 35 0 20 10 65
Ndemvoh espace, piste piétonne

47 Lac Baleng Mifi Ouest Voie d'accès 0 0 10 10 0 0 20


48 Chutes de la Metche Menoua Ouest Escaliers 0 0 0 5 0 0 5

34
Tableau n° 16 : liste des sites touristiques ayant connu un début d’aménagement de 1998 à 2005 (suite)

Coût total en
N° Dénomination des sites Localisation Nature des travaux réalisés Coûts par exercice budgétaire millions FCFA

Département Province Exercice budgétaire

Structure d'accueil, bancs publics, piste


49 Lac Tizon Vina Adamaoua 0 25 30 25 80
piétonne, voie d'accès

Aménagement (parking, bancs publics,


50 Chutes de Tello Vina Adamaoua 0 0 8 10 0 0 18
espaces pour vision)
51 Lac de Bella Assom Djerem Adamaoua Voie d'accès 0 0 0 15 0 0 15

52 Lac Pagneré Djerem Adamaoua Voie d'accès, parking, bancs publics 0 0 0 10 0 0 10

53 Grottes de Gagasaou Vina Adamaoua Aménagement 0 0 0 10 0 0 10


54 Berges de la Bénoué Bénoué Nord Aménagement 0 0 15 0 0 0 15

55 Parc National de Bouba Ndjida Mayo Rey Nord Pistes de vision 0 0 10 0 0 0 10

56 Parc National de la Bénoué Bénoué Nord Réhabilitation du campement Buffle Noir 0 0 10 0 0 0 10

57 Gorges de kola Mayo Louti Nord Construction de 2 radiers sur la voie d'accès 0 0 13 0 0 0 13

58 Mont Tinguelin Bénoué Nord Voie d'accès 0 0 0 15 0 0 15


59 Parc National du Faro Bénoué Nord Pistes de vision 0 0 0 15 0 15

60 Ile aux Damans à Lagdo Bénoué Nord Construction d'un centre écotouristique 0 0 0 30 0 19 49
TOTAL GENERAL 1674
Source: DST/MINTOUR/2005

35
3.3. PRODUITS TOURISTIQUES OU FORMES DE
TOURISME
3.3.1. Tourisme culturel

La grande diversité culturelle du Cameroun se manifeste à travers l’artisanat, le folklore,


l’habitat, les modes vestimentaires et l’art culinaire, l’organisation sociale et la musique,
etc.

a) Fêtes traditionnelles
ƒ Le Ngondo : Fête traditionnelle des populations côtières du Cameroun, le
ngondo est un rituel dans lequel se mêlent magie et réalité, danses,
carnaval et une course de pirogues, etc. ;
ƒ le Ngouon : Fête traditionnelle du peuple Bamoun qui s’organise tous les
deux ans ;
ƒ le festival annuel des Nyem – Nyem dans l’Adamaoua retrace l’épopée
de la résistance de ce peuple à la pénétration allemande.
ƒ Etc.

b) Chefferies traditionnelles

De nombreux touristes visitent les chefferies traditionnelles qui sont de véritables


institutions sociales. Auxiliaires de l’administration, l’autre rôle essentiel des chefs est de
préserver la sauvegarde et la continuité de la tradition.

A l’Ouest, au Nord-Ouest et dans le septentrion notamment, les populations ont


une structure sociale bien organisée qui gravite autour d’une chefferie. Le chef est
unanimement respecté. Il dirige la communauté et est assisté de notables qui le
conseillent et l’orientent dans l’exercice quotidien de ses fonctions.

c) Musées et centres artisanaux

L’artisanat camerounais reflète la diversité ethnique.D’une manière générale,


l’artisanat camerounais suscite un certain intérêt auprès des visiteurs. Il occupe des
milliers de camerounais aussi bien dans les zones rurales qu’urbaines et favorise la
création de nombreux musées (publics et privés) et de centres artisanaux. L’exportation
d’objets d’art camerounais (masques, figurines, statuettes, et autres) vers l’Europe
Occidentale et l’Amérique du Nord connaît un relatif essor. Il convient cependant de
signaler que la réglementation camerounaise interdit l’exportation de certains objets issus
des espèces animales et végétales protégées.

d) Architecture

Des formes d’architectures traditionnelles, très originales, traduisant le savoir-faire


36
des différentes tribus camerounaises restent visibles un peu partout sur le territoire
national. Ici on peut mentionner la case mousgoum dans l’Extrême Nord, l’habitat des
chefferies traditionnelles dans les provinces de l’Ouest et du Nord -Ouest, les cases en
terre battue dans les provinces du Centre et du Sud, la case en branchages des pygmées
du Sud et de l’Est, et l’architecture de type malien tout en terre du Logone et Chari.

e) Cérémonies funéraires

Dans la plupart des tribus du Cameroun, les cérémonies funéraires


s’accompagnent de nombreux rites, riches en couleurs, qui constituent l’occasion de
célébrer la mémoire des défunts. Ces évènements sont autant de motifs de déplacement
des camerounais à l’intérieur du pays.

3.3.2. Tourisme balnéaire

Le Cameroun dispose de près de 400 Km de côtes donnant sur l’Océan


Atlantique. Les plages des cités balnéaires de Kribi, de Campo et de Limbe sont très
fréquentées par les touristes. On y pratique la nage, la pêche sportive, les randonnées en
mer avec des pirogues traditionnelles ou à moteur.

3.3.3. Tourisme de Safari photo

La politique de conservation de la biodiversité et de la protection de


l’environnement mise en place par le gouvernement camerounais dès les premières
années de l’indépendance du pays a permis la création de nombreuses aires protégées
(parcs nationaux et réserves de faune).

Ces aires, essentiellement localisées dans la partie septentrionale du pays, sont le


domaine par excellence du safari photo. Les espèces fauniques citées plus haut font
l’objet de la curiosité de nombreux touristes résidents et étrangers. Les pistes de vision,
les miradors et les affûts favorisent les prises de vues photographiques ; tandis que les
mares d’eau et les salines permettent le maintien des animaux dans lesdits parcs.

Plusieurs campements touristiques ont été créés à l’intérieur et aux abords des
parcs dont ceux :
ƒ de Waza (parc national de Waza) avec une capacité d’hébergement de 40
chambres pour 100 lits ;
ƒ du Buffle Noir (parc national de la Bénoué) avec une capacité
d’hébergement de 44 chambres ;
ƒ du Grand Capitaine (parc national de la Bénoué) avec une capacité
d’hébergement de 8 chambres ;
ƒ de Bouba Ndjida (parc national de Bouba Ndjida) avec une capacité
d’hébergement de 28 chambres.

37
3.3.4. Tourisme cynégétique

Le Cameroun a ouvert autour de certains parcs nationaux et réserves de faune,


24 zones cynégétiques affermées dans lesquelles les guides de chasse et les touristes
peuvent s’adonner à la chasse sportive. Cette activité rapporte des devises à travers
notamment les droits d’affermage, de licences de chasse et des taxes d’abattage tels que
prévus par la réglementation camerounaise.

Toutefois, le Cameroun étant signataire de plusieurs conventions internationales


relatives à la protection de la faune et de la biodiversité et notamment la convention
CITES sus-mentionnée, plusieurs espèces restent intégralement protégées.

Jusqu’ici, ce sont les guides de chasse qui s’occupent de l’hébergement des


touristes chassant dans les zones qui leur sont affermées.

3.3.5. Ecotourisme

Pour l’OMT, « l’écotourisme rassemble toutes les formes du tourisme axées sur la
nature et dans lesquelles la principale motivation du touriste est d’observer et d’apprécier
la nature, ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles ».

L’écotourisme dans le contexte du Cameroun désigne « une forme de tourisme


qui consiste à visiter des zones naturelles peu perturbées, dans le but précis de
découvrir et/ou d’expérimenter le patrimoine naturel et culturel ».

En se situant par rapport à l’objectif de rentabilité en tant qu’activité économique,


l’écotourisme :
ƒ vise une action concertée de conservation et de valorisation de la diversité
biologique et culturelle ;
ƒ génère des bénéfices équitablement répartis aux populations riveraines
des sites écotouristiques et contribue à la lutte contre la pauvreté ;
ƒ minimise les impacts socioculturels sur les communautés concernées et
est basé sur une réelle participation de celles-ci ainsi que de celle des
autres acteurs impliqués ;
ƒ induit la responsabilisation de tous les acteurs et tient compte des besoins
des générations futures ;
ƒ les écotouristes se montrent soucieux de l’intégrité des collectivités
d’accueil ;
ƒ les écotouristes se distinguent par leur forte préoccupation de la
compréhension des manifestations naturelles et culturelles propres aux
zones visitées ainsi que pour leur sensibilité à l’éthique environnementale.

De plus, une gestion participative et planifiée de l’écotourisme, la formation des


hommes et des femmes sont des outils clefs pour la mise en œuvre et la réussite d’une

38
démarche écotouristique.

Le Cameroun est caractérisé par la diversité de ses écosystèmes qui lui offrent la
possibilité de développer son écotourisme. Il s’agit des :
ƒ écosystèmes côtiers et marins très dominés par les mangroves ;
ƒ écosystèmes forestiers aux nombreuses variantes, domaine des
nombreux parcs nationaux et réserves, lieux par excellence pour la
pratique de l’écotourisme (observation des animaux, des oiseaux et de la
flore). C’est dans ces écosystèmes forestiers que l’on retrouve les
pygmées, peuple le plus ancien de la forêt, à l’artisanat, aux us et
coutumes caractéristiques ;
ƒ écosystèmes de montagnes avec leur diversité faunique, floristique et
humaine, domaine des lacs de cratère ;
ƒ écosystèmes de savanes et des steppes caractérisés par leurs divers
parcs nationaux riches en espèces fauniques, leurs « yaérés » (vastes
plaines souvent inondées qui longent le fleuve Logone dans l’Extrême–
Nord et celle de la Bénoué dans le Nord)

Les écotouristes qui visitent la partie septentrionale du pays sont frappés par la
beauté des paysages lunaires des Kapsiki avec son célèbre pic de Rhumsiki. Le
mode de vie des populations locales basé sur l’élevage des bovins, activité dominante
caractérisée par une transhumance saisonnière, l’agriculture, la collecte des fruits et des
produits de la savane constituent un autre attrait. La chasse est très contrôlée ainsi que la
pêche saisonnière et le commerce informel. L’architecture y est caractérisée par la
présence des habitations connues sous le nom de « saré » et dont la taille varie selon le
rang social du chef de famille. L’organisation de la société est faite autour des chefferies
traditionnelles appelées lamidats, très connues pour leurs prestigieuses fantasias.

Le village de Manaya dans le Lamidat de Rey-Bouba, province du Nord,


conserve encore des traces des dinosaures très visitées par les touristes. Il s’agit là d’un
patrimoine inégalé, ces dinosaures ayant disparu de la surface de la terre depuis le
secondaire (plus de 120 millions d’années). Les populations riveraines accordent à ce site
archéologique un caractère mystico-religieux car à en croire ces dernières, ces traces qui
ont été découvertes sur le lit d’un cours d’eau, disparaîtraient et réapparaîtraient par
moments.

Dans le Grand Sud, l’écotourisme se pratique dans certains sites caractéristiques


de cette zone, à savoir :
ƒ le site écotouristique de Ngo- Ndjock Lipô caractérisé par sa chute
pittoresque et l’abondance de ses grenouilles Goliath du genre Rana. Les
populations riveraines ont décidé d’exploiter ce don de la nature en
mettant sur pied un projet d’élevage familial intensif des grenouilles
Goliath ou raniculture ;
ƒ le parc national de la Mefou situé à 42 Km de Yaoundé. Il héberge des

39
espèces phares telles que les gorilles de plaine, les chimpanzés et les
babouins olives. Ces derniers, peu agressifs, s’accommodent bien de la
présence des touristes et se prêtent volontiers au tournage des
documentaires thématiques montrant la vie de primates dans la jungle
africaine et leurs interactions avec les hommes ;
ƒ le Parc National de Lobéké est le domaine des singes typiques de la
forêt équatoriale. Les pygmées constituent l’essentiel de la population
riveraine. Ce parc est l’objet du Plan de Convergence adopté par les Chefs
d’Etat dans le cadre de la Commission Internationale pour la Gestion des
Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) pour la conservation et la gestion
concertée des aires protégées transfrontalières entre la RCA, le Cameroun
et le Congo ;
ƒ la Réserve de Biosphère du Dja, déclarée patrimoine de l’Humanité par
l’UNESCO, offre des ressources écotouristiques nombreuses et variées
les unes aussi captivantes que les autres. On y observe des buffles, des
primates tels que les cercocèbes, les colobes, les chimpanzés, les
cercopithèques des roches, des gazelles et antilopes telles les Bongos et
sitatungas. Ici encore les populations « baya » et les pygmées « baka »
constituent l’essentiel des riverains.

Les forêts sacrées des hautes terres de l’Ouest sont très visitées par les
touristes qui pour la plupart cherchent à comprendre leur secret. Elles sont nées du fait
que les populations foncièrement rurales et très nombreuses de cette région qui est en
terme de superficie la plus petite province du Cameroun, exercent une pression agricole
très forte sur les ressources naturelles avec pour conséquence la disparition des forêts, la
réduction des habitats et de la biodiversité. Conséquence, il n’en reste que des forêts
dites sacrées qui conservent encore leurs formations végétales et leur potentiel faunique.
Ces forêts ne doivent leur survie qu’au respect des traditions et des interdits qui fondent
la cohésion même du peuple Bamiléké. Ces forêts sont de deux catégories : les forêts
sacrées des quartiers et les forêts sacrées des chefferies. Les premières seraient le siège
de tribunaux coutumiers, le domaine des esprits des ancêtres et des dieux protecteurs du
village, à qui des cultes sont régulièrement adressés alors que les secondes sont les lieux
des rites initiatiques des sociétés secrètes, des rites successoraux et d’intronisation ainsi
que des rites d’inhumation des chefs traditionnels. Les pratiques culturales, la coupe de
bois, la chasse sont par conséquent prohibées dans ces forêts sacrées. Tout
contrevenant serait puni par les dieux du village. Ces forêts sacrées sont devenues une
vraie ressource pour le développement de l’écotourisme qui respecte les us et coutumes,
perpétue les traditions pour les générations futures et les valorise. De plus, cette région
densément peuplée, offre la possibilité aux touristes d’assister aux cérémonies
funéraires célébrées au rythme des balafons, des tambours, des gongs, des xylophones
et des castagnettes dont les touristes se régalent pendant la saison touristique.

La « Ring Road » ceinture toute la province du Nord-Ouest et passe par les villes
principales de Ndop, Babessi, Jakiri, Kumbo, Nkambe, Wum. Elle traverse la plupart des
sites touristiques de cette province qui est connue pour ses paysages merveilleux, son

40
potentiel écotouristique et la culture vivace des populations riveraines. La « Ring Road »
est un produit écotouristique très consommé par les touristes. Il existe également dans
cette zone un projet écotouristique dénommé « Sunny home Guesthouse » qui consiste
à promouvoir le tourisme solidaire et le développement durable ainsi que le tourisme chez
l’habitant (Home Tourism)

Le parc national de Korup situé à Mudemba dans le Sud-ouest est un musée


scientifique vivant qui sert de refuge à 25% d’espèces de primates africains et à plus de
90 espèces de plantes médicinales parmi lesquelles 36 ont été nouvellement découvertes
par les scientifiques. L’une de ces plantes, l’Ancistrocladus Korupensis, une plante
lianescente, dont la matière active la « Michel lamine B », mise en évidence par les
chercheurs, serait efficace contre le virus du SIDA. Des séjours thématiques y sont aussi
organisés pour les primatologistes, les botanistes, les zoologistes, etc.

Le village d’Ebodje, site écotouristique situé à 50 Km de la ville balnéaire de


Kribi, constitue une véritable curiosité pour les touristes qui s’y rendent. En effet, on y
pratique entre autres attractions touristiques, l’élevage et la protection des tortues
marines sous la supervision d’un comité villageois d’écotourisme créé pour la
circonstance.

La région du Mont Cameroun est également un site où l’écotourisme est


pratiqué. L’Office Intercommunal de l’Ecotourisme du Mont Cameroun (MtCEO) en assure
la gestion quotidienne. Cette structure est appuyée par le Programme de Gestion Durable
des Ressources Naturelles et par la coopération germano–camerounaise représentée par
la GTZ et le DED.

Bien d’autres projets écotouristiques sont en gestation un peu partout sur


l’étendue du territoire national. D’une manière générale, le développement de
l’écotourisme au Cameroun est devenu l’un des chevaux de bataille des pouvoirs publics
qui y voient un moyen de lutte contre la pauvreté et de la conservation de la biodiversité,
notamment en zone rurale.

Programme STEP (Sustainable Tourism as a tool for Eliminating Poverty)

Dans le cadre de la coopération internationale, le Ministère du Tourisme s’est


engagé dans un programme de développement du tourisme durable et a obtenu de
l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) son soutien à travers l’Initiative STEP dont
l’objectif est la réduction de la pauvreté par le développement du tourisme durable et
l’implication des populations locales aux activités touristiques. Parmi les projets proposés
par le Ministère du Tourisme, quatre (4) ont été retenus comme projets pilotes de cette
initiative au Cameroun. Il s’agit de :
ƒ la réserve de faune de Ma Mbed - Mbed dans l’Extrême-Nord ;
ƒ le lac Awing dans le Nord-Ouest ;
ƒ les plages de Kribi-Campo dans le Sud ;
ƒ le site d’Ebogo non loin de Yaoundé dans le Centre.
41
Il est à préciser que ces projets pilotes sont localisés dans des zones où l’indice
de pauvreté est très élevé. Cette énumération n’est pas limitative, dans la mesure où la
démarche STEP doit logiquement s’appliquer à toutes les formes de tourisme ou de
produits touristiques.

Le développement durable du tourisme et la lutte contre la pauvreté constituent un


des buts essentiels du tourisme international qui ont été affirmés lors du sommet mondial
sur le développement durable tenu à Johannesburg en Afrique du Sud en 2002 et adopté
par l’Assemblée Générale de l’OMT. Ce défi que constitue la lutte contre la pauvreté peut
aujourd’hui trouver dans le tourisme, des voies nouvelles grâce au programme STEP qui
est entrée désormais dans sa phase opérationnelle avec la mise en œuvre du projet
pilote d’Ebogo dans le département du Nyong et So’o au Cameroun. La mise en place
des actions spécifiques de lutte contre la pauvreté par le tourisme durable porte sur la
prise en compte des concepts de base à savoir :
ƒ l’évaluation de la pauvreté ;
ƒ la mesure des pays les moins avancés dans le tourisme international ;
ƒ le rôle du tourisme dans la lutte contre la pauvreté telle qu’il apparaît dans
les programmes de développement actuellement conduits.

Les critères de sélection des projets STEP sont les suivants :

1) avoir comme objectif principal la lutte contre la pauvreté (le nombre de personnes
pauvres dans les familles de la zone du projet doit être connu) ;
2) être durable et ne doit pas dépendre indéfiniment des fonds extérieurs ;
3) les infrastructures de base (voies d’accès, eau, électricité, télécommunications,
centres de santé) doivent être financées par les gouvernements de la zone des
projets. L’assistance technique, les études de faisabilité, la préparation des
documents techniques, l’analyse de l’offre et de la demande, le renforcement des
capacités des communautés pauvres, la coordination secteur public / secteur
privé et autres peuvent être pris en charge par le programme STEP.

3.3.6. Tourisme d’affaires et de congrès

Cette forme de tourisme se pratique principalement dans les deux grandes


métropoles que sont Douala et Yaoundé. Elle bénéficie notamment de l’existence des
structures d’hébergement de classe internationale et d’un palais des congrès à Yaoundé.

3.3.7. Tourisme sportif

Le tourisme sportif se pratique à travers:


ƒ les jeux de golf, dans les deux magnifiques parcours de dix-huit trous à
Yaoundé et à Tiko ;
ƒ l’Ascension du Mont Cameroun qui est devenue une compétition
internationale se déroulant chaque année au mois de février ;
42
ƒ le tour cycliste du Cameroun ;
ƒ la pratique de divers sports de compétition aux niveaux national et
international notamment le football, le basket-ball, le volley-ball, le hand-
ball, etc… ;
ƒ l’organisation chaque année des jeux scolaires et universitaires au
Cameroun ;
ƒ le trekking en montagne ;
ƒ les randonnées en forêt ;
ƒ les sports nautiques.

3.3.8. Tourisme de santé

Ce tourisme se caractérise par des déplacements à des fins thérapeutiques


diverses. Il s’agit notamment du :
ƒ tourisme sanitaire ;
ƒ tourisme de cure.

Les différentes institutions sanitaires mentionnées plus haut sont des cadres où
s’exerce particulièrement cette forme de tourisme.

3.3.9. Agrotourisme

L’agrotourisme est « une activité complémentaire à l’agriculture ayant lieu sur une
exploitation agricole. Il met en relation des producteurs agricoles avec des touristes et des
excursionnistes, permettant à ces derniers de découvrir le milieu agricole, l’agriculture et
sa production à travers l’accueil et l’information que leur réserve leur hôte. »

Cette définition met en exergue les caractéristiques suivantes :


ƒ l’agrotourisme repose sur des activités et services offerts par des
producteurs agricoles, valorise l’originalité du milieu visité, privilégie le
contact du touriste avec la population locale ;
ƒ il est une activité «d’initiative locale, à gestion locale, aux retombées
locales, marqué par les paysages locaux et valorisant la culture locale».

Le Cameroun peut être découpé en cinq grandes zones agroécologiques offrant


des possibilités pour l’exploitation de l’agrotourisme. Il s’agit de :
ƒ la zone soudano-sahélienne qui couvre les provinces de l’Extrême-Nord et
du Nord et dans laquelle se rencontrent :
o une agriculture traditionnelle où le mil, le maïs, le
haricot et d’autres cultures vivrières sont cultivés autour
des habitations ;
o une agriculture fluviale améliorée avec utilisation
d’intrants modernes et de la traction animale qui
43
concerne la culture de coton ;
o une agriculture intensive à vocation commerciale avec
recours à l’irrigation qui concerne la riziculture, la
production d’oignons et d’autres cultures maraîchères.

L’élevage transhumant des bovins, ovins et caprins et la pêche continentale dans


les retenues d’eau artificielles sont également pratiqués dans la zone.
ƒ La zone des hautes savanes guinéennes couvrant essentiellement la
province de l’Adamaoua est la zone de prédilection des activités
pastorales. On y rencontre l’élevage des bovins transhumants, des
laiteries artisanales, l’agriculture vivrière du manioc, du maïs et du sorgho,
des activités de pêche et d’agriculture ;
ƒ la zone des Hauts plateaux de l’Ouest couvre les provinces de l’Ouest et
du Nord-Ouest. Les terres exploitables y sont fortement mises en valeur
dans le cadre d’exploitations familiales aménagées en bocages. Les
parcelles portant des caféiers, des bananiers et fruitiers, sous lesquels
sont cultivés sur des billons le haricot, le maïs, l’arachide, le taro, la
pomme de terre, les ignames et le manioc ;
ƒ la zone côtière et maritime ou zone de forêt à pluviométrie monomodale
couvre les provinces du Sud-Ouest et du Littoral. On y rencontre des
plantations industrielles d’hévéa, de palmiers à huile et de bananiers ; des
plantations villageoises portant sur les mêmes productions autour des
agro industries, des exploitations produisant des fruits et légumes pour
l’exportation et des parcelles de production des cultures vivrières ;
ƒ la zone de forêt humide à pluviométrie bimodale qui couvre les provinces
du Centre, de l’Est et du Sud a un terroir avec forte vocation à la culture du
cacaoyer, du caféier et du palmier à huile. Les cultures vivrières conduites
en association comprennent les tubercules, le maïs, l’arachide et divers
légumes.

Après la présentation des potentialités touristiques au niveau national, il est


indiqué de faire la description desdites potentialités au niveau régional.
3.3.10 Identification des produits touristiques par province
au Cameroun
Le tableau 16a présente les produits touristiques phare par province ou région
administrative.

44
Tableau 16a : Identification des produits touristiques par province au Cameroun
Appréciation par ordre d’importance
décroissante de la contribution des produits
N° Province Produits touristiques identifies
touristiques au développement économique et
social de la province
- Safari photo 1- Tourisme culturel
- Ecotourisme 2- Ecotourisme
1 Adamaoua - Agrotourisme 3- Tourisme de safari photo
- Tourisme culturel 4- Agrotourisme
- Tourisme de santé 5- Tourisme de santé
- Tourisme d’affaires et de congrès 1- Tourisme d’affaires et de congrès
- Tourisme de santé 2- Ecotourisme
- Ecotourisme 3- Tourisme sportif
2 Centre
- Agrotourisme 4- Tourisme culturel
- Tourisme sportif 5- Agrotourisme
- Tourisme culturel 6- Tourisme de santé
- Ecotourisme
- Agrotourisme
3 Est - Tourisme culturel 1- Cynégétique
2- Ecotourisme
- Tourisme de santé 3- Tourisme culturel
4- Agrotourisme
- Tourisme cynégétique
5- Tourisme de santé
- Safari photo
- Ecotourisme
- Agrotourisme 1- Tourisme de safari photo
4 Extrême-Nord 2- Ecotourisme
- Tourisme culturel
3- Tourisme culturel
- Tourisme de santé 4- Tourisme cynégétique
5- Agrotourisme
- Tourisme cynégétique
6- Tourisme de santé
- Tourisme d’affaires et de congrès
- Agrotourisme
- Tourisme balnéaire
1- Tourisme d’affaires et de congrès
5 Littoral - Tourisme de santé 2- Ecotourisme
- Tourisme sportif 3- Tourisme balnéaire
4- Agrotourisme
- Tourisme culturel 5- Tourisme sportif
6- Tourisme culturel
- Ecotourisme
7- Tourisme de santé
- Safari photo
- Tourisme cynégétique
6 Nord - Tourisme culturel 1- Tourisme de safari photo
2- Tourisme cynégétique
- Ecotourisme 3- Ecotourisme
4- Tourisme culturel
- Agrotourisme
5- Agrotourisme

45
- Tourisme culturel
- Ecotourisme
7 Nord-Ouest 1- Tourisme culturel
- Agrotourisme 2- Ecotourisme
3- Agrotourisme
- Tourisme de santé
4- Tourisme de santé
- Tourisme culturel
- Ecotourisme
8 Ouest - Agrotourisme 1- Tourisme culturel
2- Ecotourisme
- Tourisme sportif 3- Agrotourisme
4- Tourisme sportif
- Tourisme de santé
5- Tourisme de santé
- Tourisme balnéaire
- Ecotourisme
- Agrotourisme
9 Sud - Tourisme sportif 1- Tourisme balnéaire
- Tourisme de santé 2- Ecotourisme
3- Tourisme d’Affaires et de Congres
- Tourisme culturel 4- Tourisme culturel
5- Agrotourisme
- Tourisme d’Affaires et de Congrès
6- Tourisme de santé
- Ecotourisme
- Agrotourisme
- Tourisme balnéaire 1- Ecotourisme
10 Sud-Ouest 2- Tourisme sportif
- Tourisme culturel
3- Tourisme balnéaire
- Tourisme sportif 4- Agrotourisme
5- Tourisme culturel
- Tourisme de santé
6- Tourisme de santé

46
CHAPITRE 4 : DEMANDE TOURISTIQUE
L’état des lieux de la demande touristique porte sur le tourisme récepteur et le
tourisme interne.

4.1. TOURISME RECEPTEUR


4.1.1. Tendances de la fréquentation touristique du Cameroun.

L’analyse détaillée de la demande touristique du Cameroun se heurte à l’absence


de données statistiques complètes d’ordre quantitatif et qualitatif, susceptibles de donner
une vue d’ensemble sur les mouvements, les motivations et les comportements des
touristes. Par contre, les statistiques des arrivées dans les établissements d’hébergement
sont disponibles.

En l’absence des arrivées aux frontières, l’exploitation des arrivées dans les
établissements d’hébergement telles que présentées dans le tableau ci-dessous
permettent de dégager les tendances de la fréquentation hôtelière au Cameroun.
Tableau n° 17 : Tendances des arrivées et des nuitées dans les établissements d’hébergement du
Cameroun de 2000 à 2003
Années 2000 2001 2002 2003
Régions Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées
CEMAC 48 025 74 266 60 594 98 739 61 466 102 091 63 493 93 649
Autres pays 31 922 60 305 36 688 79 273 40 716 83 098 35 272 65 994
africains.
Europe 102 685 179 128 128 584 225 421 96 907 229 777 72 631 159 542
Amérique 10 167 26 091 10 043 28 993 10 416 30 556 9 112 23 264
Canada 2 531 6 452 2 568 8 065 2 484 8 139 2 363 6 072
Russie 886 2 214 1 040 2 369 1 041 2 358 933 1 637
Asie 3 494 12 792 4 168 10 542 4 378 11 758 3 984 8 236
Moyen Orient 1 298 2 222 1 087 1 977 1 109 2 020 2 157 3 903
Autres régions 4 362 7 215 2 806 4 379 3 043 4 851 6 453 12 663
Total 205 370 370 685 247 578 459 758 221 560 474 648 196 398 374 960
Source : MINTOUR

Fort de ce qui précède, les ressortissants européens et africains viennent en tête


dans la fréquentation hôtelière au Cameroun. En outre, l’Europe constitue jusqu’en 2001
le principal foyer émetteur de touristes en direction du Cameroun. Cependant, les arrivées
hôtelières de cette région ont baissé de 29,3 % entre 2000 et 2003.

Par ailleurs, depuis 2002, l’Afrique est devenue la première région émettrice de
touristes en direction du Cameroun, devançant ainsi l’Europe et l’Amérique du Nord. Les
47
arrivées hôtelières en provenance de la zone CEMAC constituent plus de 62 % des
arrivées des Africains en 2002.

Les arrivées en provenance de l’Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada) se sont


presque stabilisées entre 2000 et 2002. Elles ont connu une légère baisse en 2003.
S’agissant particulièrement du marché européen, le tableau suivant donne les tendances
des arrivées et des nuitées des Européens dans les établissements d’hébergement du
Cameroun de 2000 à 2003.

Ces informations peuvent également permettre de dégager les tendances de la


fréquentation du Cameroun par les ressortissants des pays de cette région.
Tableau n° 18 : Tendances des arrivées et des nuitées des Européens dans les établissements
d’hébergement du Cameroun de 2000 à 2003
2000 2001 2002 2003
Pays Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées
Allemagne 5 688 10 598 7268 13 120 7 285 13 389 7032 12 497
Belgique 5 738 11 379 4 374 9 574 4 231 9 540 3 263 6 576
France 38 136 93 786 53 950 125 373 52 737 129 295 36 858 81 736
G. Bretagne 5 088 13 394 5 888 16 251 5 897 16 545 5 407 13 467
Hollande 3 041 6 234 3 046 6 537 3 030 6 508 2 776 6 668
Italie 4 157 7 930 4 575 9 204 4 516 9 261 3 899 8 718
Suède 627 973 882 1 857 832 1 772 632 1 370
Suisse 8 521 15 121 39 609 24 170 9 586 24 048 4 892 11 162
Autres pays 8 768 19 713 8 992 19 335 8 793 19 419 7 872 17 348
europ.
Total 79 764 179 128 128 584 225 421 96 907 229 777 72 631 159 542
Source : MINTOUR

Fort de l’hypothèse sus évoquée, la France se place au premier rang des pays
européens émetteurs de touristes en direction du Cameroun. Les autres pays européens
émetteurs de touristes en direction du Cameroun pour la période 2000-2003 sont :
l’Allemagne, la Grande Bretagne, la Suisse, l’Italie et la Belgique.

4.1.2. Durée moyenne de séjour dans les établissements


d’hébergement au Cameroun.

Sur la base des informations contenues dans le tableau ci-dessus, les moyennes
annuelles des arrivées et des nuitées de touristes dans les établissements d’hébergement
pour la période 2000-2003 sont évaluées à 200 000 et 420 013 respectivement. Les
durées moyennes de séjour relatives à cette période sont contenues dans le tableau ci-
dessous.

48
Tableau n° 19 : Durée moyenne de séjour (en jours) des non-résidents dans les établissements
d’hébergement du Cameroun de 2000 à 2003
Moyenne
2000 2001 2002 2003 annuelle par
Régions
région
CEMAC 1,5 1,6 1,7 1,5 1,6
Autres pays africains 1,9 2,2 2,0 1,9 2
Europe 1,7 1,8 2,4 2,2 2
Amérique 2,6 2,9 2,9 2,6 2,7
Canada 2,5 3,1 3,3 2,6 2,8
Russie 2,5 2,3 2,3 1,8 2,2
Asie 3,7 2,5 2,7 2,1 2,7
Moyen Orient 1,7 1,8 1,8 1,8 1,8
Autres régions 1,7 1,6 1,6 2,0 1,7
Durée moyenne de séjour 1,8 1,9 2,1 2,0 1,9
Source : MINTOUR

Il en ressort que la durée moyenne de séjour des non-résidents dans les


établissements d’hébergement est très faible. Dans l’ensemble, elle varie entre 1,5 et 3,7
en 2000 et de 1,5 et 2,6 en 2003.

Suivant les régions, de 2000 à 2003, la moyenne annuelle de cet indicateur se


situe entre 1,6 et 2,8. Les régions ou pays dont les ressortissants séjournent le plus
longtemps dans les établissements d’hébergement du Cameroun sont par ordre
d’importance :
ƒ l’Amérique et particulièrement le Canada ;
ƒ l’Asie ;
ƒ la Russie ;
ƒ l’Europe ;
ƒ l’Afrique.

4.1.3. Répartition saisonnière de la fréquentation hôtelière du


Cameroun entre 2000 et 2003

Le graphique 1 montre la répartition mensuelle des arrivées dans les


établissements d’hébergement.

49
Graphique n° 1 : Répartition mensuelle des arrivées dans les établissements d’hébergement du
Cameroun entre 2000 et 2003

25000

20000

15000

10000
Arrivées saisonnières en 2000
Arrivées saisonnières en 2001
5000
Arrivées saisonnières en 2002
Arrivées saisonnières en 2003
0
ai

.
v.

ril

in

t.
il.

.
ov
ct
ar

p
Ju
M
n

Av

Ju

O
Se

N
Ja

Mois

Source : MINTOUR

Ce graphique est une ventilation mensuelle des données du graphique précédent.


Il s’en dégage une répartition mensuelle des arrivées dans les établissements
d’hébergement étalées sur les douze mois de l’année. Cet équilibre qui indique un
mouvement régulier de personnes, enregistre cependant une baisse au cours des mois
de février, septembre et novembre.

L’analyse de la répartition saisonnière des arrivées entre 2000 et 2003 confirme


que la haute saison touristique au Cameroun s’étale de décembre à juin, et que la basse
saison va de juin à novembre, atteignant son minimum absolu au mois de septembre.

4.1.4. Répartition des arrivées dans les établissements


d’hébergement du Cameroun par province entre 2000 et
2003

Le graphique 2, ventilation par province des données du tableau , montre les


arrivées dans les établissements d’hébergement par province. Il y apparaît que la
province du Littoral est celle qui accueille le plus grand nombre d’arrivées dans les
établissements d’hébergement au Cameroun, suivie du Centre. En effet, le Littoral a
enregistré plus de 60% du total des arrivées dans les établissements d’hébergement en
2003. Pour la même année, cette province a enregistré 37,36 % du total des arrivées des
Européens au Cameroun. Les provinces de l’Est et de l’Ouest ont accueilli très peu
d’arrivées, soit 1,27 % chacune.

50
Par contre, la Province de l’Extrême - Nord a enregistré le plus grand effectif des
arrivées d’Africains, soit 38,13 %, contre moins de 1% pour les provinces de l’Ouest et du
Nord-Ouest.
Graphique 2 : Répartition des arrivées dans les établissements d’hébergement du Cameroun par province
en 2000 et 2003

100000
90000
80000
70000 Arrivées des touristes en 2000
60000
Arrivées des touristes en 2003
50000
40000
30000
20000
10000
0
AD CE ES EN LT NO NW OU SO SU

Provinces

Source : MINTOUR

4.1.5. Tendance des motivations des arrivées des touristes au


Cameroun.

D’après le document de Plan Marketing du Tourisme du Cameroun de 2002


commandité par le Secrétariat du Commonwealth et élaboré par le cabinet d’études
Expansion Strategies Inc, les motifs de voyage des touristes en provenance des marchés
touristiques primaire, secondaire et tertiaire du Cameroun, se présentent ainsi qu’il suit :

51
Tableau n° 20 : Pourcentage des arrivées de touristes au Cameroun par motif de visite et par pays de
résidence
Pays de résidence Loisirs VFR (*) Affaires
France 10 15 75
Suisse 10 0 90
Belgique 10 0 90
Allemagne 10 0 90
Italie 20 0 80
Hollande 10 0 90
Royaume Uni 10 0 90
Etats-Unis d’Amérique 0,1 0 99,9
(*) : VFR : Visits Friends and Relatives (visite des parents et amis)
Source : Projet de Plan marketing 2002

Par rapport au tourisme récepteur, les informations sus-mentionnées indiquent


que la demande touristique en provenance de l’Europe occidentale et des Etats-Unis
d’Amérique et relative au tourisme d’affaires est très importante. Elle représente le
principal motif de voyages des touristes au Cameroun, soit 90%. La demande relative au
tourisme de loisirs est plutôt faible et ne représente que 10%.

Il y a lieu de préciser que la modalité « loisirs » comprend prioritairement : circuit


safari photo, circuit culturel, trekking et chasse. Enfin, il y aurait lieu de relever pour le
déplorer, que l’appareil statistique actuel ne distingue pas le touriste des Camerounais de
la diaspora.

4.1.6. Connaissance qualitative de la demande

D’après le document de Plan de Marketing Touristique cité plus haut, les


européens qui visitent le Cameroun présentent une grande similitude de comportement
en dépit des différences de langues et de cultures. Ces comportements sont les suivants :
ƒ ils aiment voyager en petits groupes, même à deux seulement ;
ƒ ils recherchent l’aventure ;
ƒ ils prennent leurs congés entre novembre et mars ;
ƒ ils sont sensibilisés à l’écologie ;
ƒ ils aiment à rencontrer des gens ;
ƒ ils sont prêts à accepter des conditions difficiles, à condition d’en être
informés à l’avance ;
ƒ ils sont à l’aise et ont un niveau d’éducation élevé ;
ƒ la langue n’est pas un problème pour eux ;
ƒ ils veulent en avoir pour leur argent (rapport qualité/prix) ;

52
ƒ ils s’attendent à obtenir les services promis.

Du rapport de la GTZ sur l’inventaire des sites touristiques au Cameroun, il ressort


les indications suivantes :
ƒ le Cameroun est choisi comme destination par une majorité de personnes
âgées de 50 ans et plus, comprenant aussi bien des couples sans enfants
que des personnes seules. Les clients de moins de 40 ans ainsi que les
familles font figure d’exception ;
ƒ les périodes touristiques les plus importantes pour les voyagistes sont les
mois de mars et d’avril ainsi que d’octobre et de novembre.
4.2. TOURISME INTERNE
4.2.1. Arrivées et nuitées des résidents dans les établissements
d’hébergement.

Sur la base des statistiques présentées au tableau 19, les arrivées dans les
établissements d’hébergement du Cameroun sont constituées essentiellement des
nationaux.. En effet, selon les tendances disponibles en 2003, les arrivées des résidents
camerounais dans les établissements d’hébergement ont été évaluées à 924 588 pour
1.246.279 nuitées. Pour les résidents étrangers, ces chiffres sont respectivement de
67.136 arrivées pour 110.087 nuitées.
Tableau n° 21 : Arrivées et nuitées des résidents dans les établissements d’hébergement du Cameroun
Résidents 2000 2001 2002 2003
Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées Arrivées Nuitées
Camerounais 929 842 1 209 733 780 745 1 108 417 898 515 1 270 748 924 588 1 246 279
Etrangers 56 161 84 684 65 982 106 464 64 406 110 537 67 136 110 087
Total 986 003 1 294 417 846 727 1 214 881 962 921 1 381 285 991 724 1 356 366
Source : MINTOUR
4.2.2. Durée moyenne de séjour des résidents dans les
établissements d’hébergement.

La durée moyenne de séjour des résidents se situe à 1,4, contre 2 pour les non-
résidents. Les résidents étrangers ont une durée moyenne de séjour légèrement
supérieure à celle des résidents camerounais, tel que l’indique le tableau 20.
Tableau n° 22 : Durée moyenne de séjour (en jours) des résidents dans les établissements
d’hébergement du Cameroun de 2000 à 2003
Résidents 2000 2001 2002 2003
Camerounais 1,5 1,6 1,7 1,5
Etrangers 1,7 1,8 2,4 1,6
Durée moyenne globale 1,3 1,4 1,4 1,4
Source : MINTOUR

53
CHAPITRE 5 : IMPACT DU TOURISME SUR L’ECONOMIE
NATIONALE
5.1. EVALUATION A PARTIR DE QUELQUES INDICATEURS
DISPONIBLES

5.1.1. Représentation de la production touristique dans les


comptes nationaux

L’Institut National de la Statistique (INS), structure camerounaise en charge de


l’élaboration des comptes nationaux, recense dans la détermination de la production, 042
branches d’activités économiques. Dans cette élaboration, le tourisme y est représenté
dans la branche 033 intitulée « Restaurants et hôtels ». Les données saisies dans ce
secteur sont transmises à l’INS par des Déclarations Statistiques et Fiscales (DSF). Non
seulement cette unique activité ne permet pas de couvrir suffisamment le secteur, mais
aussi la collecte des DSF n’est pas exhaustive dans cette branche.

C’est ainsi que de 1994 à 2003 la production du secteur du tourisme peut se


résumer ainsi qu’il suit :
Tableau n° 23 : Part du tourisme dans la production nationale au Cameroun de 1994 à 2003 (en milliards
de Fcfa):
Année Production (restaurants et hôtels) Production totale % par rapport à la Production totale
1994 273,09 6234,92 4,38
1995 328,41 7289,06 4,51
1996 349,15 7710,46 4,53
1997 374,98 8385,83 4,47
1998 402,10 8829,02 4,55
1999 439,06 9797,99 4,48
2000 445,89 10232,28 4,36
2001 496,50 11202,70 4,43
2002 510,51 11761,03 4,340
2003 558,42 12531,74 4,46
Source : INS

54
5.1.2. Evolution de la valeur ajoutée touristique et du PIB de
1994 à 2003 au Cameroun
Tableau n°24 : Evolution de la valeur ajoutée touristique et du PIB de 1994 à 2003 au Cameroun (en milliards de Fcfa)
Année 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Agrégat
VA touristique 99,66 121,32 130,02 130,17 146,84 147,02 142,64 179,62 174,89 192,18
PIB 4004,80 4529,32 4883,83 5324,76 5797,92 6170,61 6612,39 7061,44 7583,08 7916,96
Part du tourisme 2,49 2,68 2,66 2,44 2,53 2,38 2,16 2,46 2,31 2,43
dans l’économie
Source : INS

Le tableau ci-dessus permet donc de dire qu’en 2003, le tourisme a représenté


2,43% du PIB et dans cette proportion, seuls les services liés à l’hôtellerie et à la
restauration sont prises en compte.
5.1.3. Classification des vingt (20) premières Branches d’activité par ordre
décroissant des valeurs ajoutées dans l’économie camerounaise.
Tableau n°25 : Classification des vingt (20) premières Branches d’activité par ordre décroissant des
valeurs ajoutées dans l’économie camerounaise (en milliards de Fcfa)
Branches Valeur ajoutée Rang
Commerce Gros Détail 1386,76 1er
Agriculture vivrière 1058,21 2e
Extraction Hydrocarbure 486,28 3e
Transp. Entrep. Communi. 392,15 4e
Activités immobilières 368,99 5e
APU. et sécurité sociale 361,66 6e
Ind. Textile et confecti. 305,74 7e
Education 220,56 8e
Construction 213,56 9e
Elevage et Chasse 194,57 10e
Restaurants et Hôtels 192,18 11e
Ind. Bois sauf Fab. meuble 172,62 12e
Services fournis collect. 152,69 13e
Agriculture ind. Export 146,15 14e
Ind. Viande et poisson 136,22 15e
Activité Service Entrep. 132,54 16e
Travaux de Grains 121,81 17e
Fab. meubles 117,71 18e
Poste et Télécom. 112,85 19e
Activités Financières 99,77 20e

Source : INS

55
Les activités liées au Tourisme viennent ainsi au 11ème rang et pourraient
occuper une place de choix si une bonne évaluation de toutes les activités
caractéristiques de ce secteur était faite.

5.1.4. Une composante du PIB touristique : la balance


commerciale touristique

La formule du PIB/tourisme (optique dépense) nous permet de certifier que le


PIB/tourisme est fonction de la Balance Commerciale Touristique (Exportations-
Importations). En effet, le Cameroun est considéré comme un produit dont les
consommateurs sont aussi bien les résidents que les non-résidents. Ainsi les dépenses
des touristes non résidents au Cameroun sont considérées comme des exportations alors
que celles des résidents camerounais hors du pays sont considérées comme des
importations.

Les données relatives à la balance commerciale qui ne sont malheureusement


pas disponibles, devraient être constituées des dépenses des tourismes récepteur et
émetteur. C’est pour cette raison que le Ministère du Tourisme devrait être membre du
Comité National de la Balance Commerciale du Cameroun.

5.2. TAXES LIEES AUX ACTIVITES TOURISTIQUES

Des estimations empiriques montrent que le Cameroun a enregistré 283 319


arrivées de touristes en 2003. Au cours de la même période, les recettes hôtelières ont
avoisiné 45 milliards de Fcfa, et la contribution du tourisme au budget de l’Etat est
estimée à 54,9 milliards de Fcfa répartie de la manière suivante pour certaines activités.
Tableau n°26 : Les taxes liées aux activités touristiques
N° Nature des recettes Montant (en millions de Fcfa)
1 Droits de visa 8 499,55
2 Timbres d’aéroport 2 833,59
3 Droits d’accès aux parcs 29,85
4 Permis et titres de chasse 157
5 TVA sur les recettes hôtelières 11 718,48
6 TVA sur les recettes des restaurants autonomes 9 935,12
7 Redevances aéronautiques 14 879,8
8 Licences d’exploitation des établissements de tourisme 15,5
9 TVA sur les recettes des agences de voyages 6 854,38
TOTAL 54 923,27
Source : MINTOUR (année 2003)

La liste des rubriques de recettes touristiques présentées dans ce tableau n’est


pas exhaustive. D’autres recettes provenant des autres activités caractéristiques et
connexes du tourisme telles que le transport, les loisirs etc. n’y ont pas été prises en
56
compte. Il en est ainsi de :
ƒ l’acompte IR (Impôt sur le Revenu) ;
ƒ l’acompte IS (Impôts sur les Sociétés), prélevés tous les mois à
concurrence de 1,1% du chiffre d’affaires
ƒ la taxe liée aux inspections et contrôles sanitaires des établissements de
tourisme ;
ƒ la taxe de prélèvement d’eau des piscines et forages dans les hôtels ;
ƒ la taxe sur les produits d’élevage payée par les restaurateurs depuis
janvier 2005;
ƒ la redevance des droits d’auteurs.

5.3. BALANCE DES PAIEMENTS TOURISTIQUES

Le répertoire économique élaboré par les services en charge de la Balance de


Paiements recense les activités liées au tourisme sur la ligne : « voyages et séjours ». Y
sont saisies, les transactions liées :
ƒ à l’achat et à la vente des devises (billets étrangers, chèques, de voyages,
accréditifs, virements, etc.) à des agences de voyages ou à la clientèle en
règlement de dépenses ;
ƒ au séjour des touristes et étudiants étrangers dans le pays et des touristes
et étudiants du pays à l’étranger ;
ƒ au titre des voyages officiels, de voyages d’affaires, de séjours
professionnels et de séjours des délégations à des congrès ou à des
manifestations non commerciales ;
ƒ à des frais de scolarité, d’études, de cures médicales et à tous autres
séjours ;
ƒ aux bourses d’étudiants ou de stagiaires nationaux séjournant à l’étranger.

Ainsi, la Balance de Paiements des activités liées aux voyages et séjours publiée
par la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (N°279 – janvier 2004) se présente de
manière suivante :
Tableau N° 27 : Balance des Paiements des activités liées au tourisme (en milliards de francs CFA)
Années 1994/ 1995/ 1996/ 1997/ 1998/ 1999/ 2000/ 2001/ 2001 2002 Est.
2003
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Voyages -16,0 -36,6 -24,5 -29,7 -32,6 -39,0 -42,1 -32,0 -36,9 -32,9 -31,8
Source : BEAC

La Balance de paiements relative aux voyages et séjours est essentiellement


déficitaire de 1995 à 2003.

En l’état actuel des statistiques disponibles, il n’est pas possible de ressortir de

57
manière explicite la balance de paiements touristiques.

5.4. EMPLOIS ET SALAIRES VERSES DANS LE SECTEUR


TOURISTIQUE

Le tableau 28 présente le nombre d’emplois créés dans la branche « restaurants


et hôtels » ainsi que les salaires versés dans cette branche depuis 2000.
Tableau n°28 : Nombre d’emplois et salaires dans le secteur touristique de 2000 à 2003
Années 2000 2001 2002 2003
Emplois (en milliers ) 47,80 49,25 44,20 48,35
Salaires (en milliards) 27,25 19,11 19,81 19,68
Sources : Comptes nationaux du Cameroun 1993-2003

Le secteur touristique a généré au moins 44 200 emplois directs par an sur la


période de 2000-2003. En ce qui concerne les rémunérations salariales, le secteur
touristique a versé plus de 86 milliards de Fcfa de salaires directs sur la période 2000-
2003. Les employés du secteur ont ainsi reçu plus de 21 milliards de Fcfa de salaires par
an. Ces niveaux d’emplois et de salaires sont sous-estimés dans la mesure où ils ne
prennent pas en compte les emplois et salaires indirects générés par les activités
touristiques.

Ces données permettent de classer le secteur touristique par rapport aux autres
branches en ce qui concerne les emplois et les salaires. Sur la période considérée, ce
secteur est la douzième branche la plus créatrice d’emplois et la plus rémunératrice des
salaires au Cameroun.

Le secteur touristique occuperait une place plus importante encore si son impact
sur le développement social était suffisamment évalué.

5.5. LA CONSOMMATION INTERNE DU TOURISME AU CAMEROUN

Selon le rapport principal de la deuxième Enquête Camerounaise sur les Ménages


(ECAM II) publié en 2002, seules les dépenses d’éducation et de santé ont été prises en
compte. En ce qui concerne les dépenses de consommation des produits touristiques,
elles n’y figurent pas. Ainsi, selon les tendances disponibles au Ministère du tourisme, en
2003 les arrivées des résidents au Cameroun dans les hôtels se sont évaluées à 991.724
pour 1.356.366 nuitées.

Pour les non-résidents, ces chiffres sont respectivement de 123.767 arrivées


contre 1.731.326 nuitées. C’est ainsi qu’en 2003, les arrivées des résidents ont
représenté 88,9% des arrivées totales et 78,34% des nuitées totales.

Une évaluation considérable de l’impact du tourisme interne au Cameroun n’a


jamais été réalisée.

58
PARTIE 2 : DIAGNOSTIC DU SECTEUR
TOURISTIQUE

59
INTRODUCTION

RAPPEL HISTORIQUE DES POLITIQUES DU SECTEUR

L’administration en charge du tourisme a été créée dès l’indépendance du


Cameroun à l’effet de mettre en œuvre la politique du gouvernement dans le domaine du
tourisme. A cette fin, dans le cadre des plans quinquennaux de développement
économique, social et culturel où le tourisme occupait une place de choix. Grâce à la
coopération allemande, le Cameroun avait réalisé à partir des années 70 un « master
Plan » qui devait tenir lieu de plan directeur de développement touristique. Mais dès sa
parution en 1974, ce plan a paradoxalement été jugé caduc par les autorités de l’époque.
Toutefois un certain nombre de mesures y contenues avaient été retenues.

A ce propos, le choix pour le développement d’un tourisme dit sélectif, donc à


forte valeur ajoutée, avait été opéré par opposition au tourisme de masse. Cette politique
s’était traduite par la construction d’hôtels de classe internationale dans plusieurs villes du
pays par l’Etat : hôtels Mont Fébé et Hilton à Yaoundé, Sawa à Douala, Mansa à Bertoua,
Bénoué à Garoua, Mizao à Maroua et Transcam à Ngaoundéré.

Bien plus, afin de rationaliser la gestion et la commercialisation de ces hôtels, et


surtout leur contribution à la promotion de la destination Cameroun, ces hôtels ont été
organisés en sociétés de gestion placées sous le portefeuille de la Société Nationale
d’Investissement (SNI) : Société des Grands Hôtels du Cameroun (SGHC) pour l’hôtel
Mont-Fébé, Société Hôtelière de l’Est (SHE) pour l’hôtel Mansa, Société Hôtelière du
Nord-Cameroun (SHNC) pour les hôtels Mizao, Bénoué et Transcam, Cameroun Hotels
Corporation pour l’hôtel Hilton. Dans cette mouvance, des contrats de gestion et de
partenariat ont été successivement signés avec les grandes chaînes hôtelières
internationales : Sheraton, Accor et Hilton. A cela, on pourrait ajouter la prise en compte
de la Cameroun Hotels Limited (CHL) pour les hôtels Mountain à Buéa et Atlantic Beach
à Limbé.

Entre temps, l’Etat avait dès 1974 pris au titre du code des investissements une
ordonnance accordant des avantages spécifiques à l’industrie touristique ; cela a
notamment abouti à la floraison d’hôtels de classe internationale construits tant par le
secteur public que par le secteur privé. Cette politique a contribué à développer un
tourisme d’affaires, fort heureusement appuyé par la construction à l’époque du Palais
des Congrès de Yaoundé.
Mais, le tourisme d’affaires n’était pas le seul à devoir être développé. Le
tourisme de safari était aussi promu par l’Etat. A preuve, la construction amorcée d’un
hôtel de classe international, qui a malheureusement été abandonné en chantier à
l’entrée du Parc National de Waza à cause des erreurs techniques et de gestion dues
aux difficultés liées à la crise de trésorerie de l’Etat. Les projets de construction de
deux villages de vacances envisagés respectivement à Limbe et à Kribi-Londji avaient
également été abandonnés.

60
Enfin, la création en 1985 de la Société Camerounaise de Tourisme
(SOCATOUR), en remplacement de la Société NORCAMTOUR participait du souci de
doter la promotion et la commercialisation du tourisme camerounais, d’un instrument
digne des ambitions des pouvoirs publics en la matière.

Mais le résultat des incohérences de toutes sortes a entraîné la disparition du


vocable « tourisme sélectif » pour la recherche d’un tourisme total. Dès lors, au début des
années 90, le Ministère du Tourisme a relancé la nécessité de l’élaboration d’un plan
directeur de développement pour dessiner un cadre de développement du secteur
tourisme. Malheureusement, la crise économique des années 90 a obligé l’Etat à
concentrer plutôt ses efforts financiers dans des secteurs dits prioritaires.

En définitive, ce n’est qu’au début des années 2000 que des actions de
planification stratégique ont commencé à être entreprises, jusqu’à la mise en chantier du
présent document élaboré à la faveur du choix fait sur le secteur tourisme comme étant
l’un des secteurs de relance de la croissance et de réduction de la pauvreté.

DIAGNOSTIC DES RESULTATS DU SECTEUR TOURISTIQUE

Le diagnostic des résultats actuels des différentes politiques sus-citées se heurte


à la disponibilité des données statistiques complètes et détaillées d’ordre quantitatif et
qualitatif. Si à partir de la moitié des années 1970 jusqu’aux années 1982-1983,
l’administration en charge du tourisme au Cameroun a collecté, traité, publié et diffusé les
statistiques touristiques, spécifiant notamment les arrivées des touristes aux frontières
ainsi que dans les établissements de tourisme, seules les statistiques hôtelières restent
désormais disponibles depuis une vingtaine d’années. Toutefois, la collecte des
statistiques aux frontières a renoué en 2005.
Jusqu’à présent aucune étude d’évaluation des résultats du secteur n’a été menée
d’autant plus que les objectifs officiels à la fois quantitatifs et qualitatifs, attendus du
secteur ne sont pas clairement explicités. Ainsi, des données importantes telles que
l’évolution des taux d’occupation des chambres dans les établissements d’hébergement
et des dépenses moyennes des touristes internationaux au Cameroun d’une part, et des
comparaisons de ces indicateurs avec ceux des destinations concurrentes d’autre part
manquent pour mieux apprécier les performances du tourisme camerounais.
A l’évidence, la contribution du tourisme camerounais à l’essor économique du
pays et à la lutte contre la pauvreté reste à la fois sous-estimée et insuffisante. Les
estimations globales pour l’année 2005 peuvent être évaluées à près de 506 000 arrivées
de touristes internationaux. Toutefois, leur ventilation par motif de visite, ainsi que le
volume des recettes générées par ces flux ne peuvent être établis qu’après une enquête
appropriée. Les recettes générées par les activités touristiques seraient d’au moins 55
milliards en 2003 et 69,7 milliards de FCFA en 2005. Pour la même année 2003, l’on a
dénombré un volume de plus de 49 000 emplois directs.

61
Il convient néanmoins de mentionner ici que sur la base des statistiques
disponibles, le tourisme d’affaires s’arroge à lui tout seul près de 90% du total sus-évoqué
(voir le document de plan de marketing- MINTOUR). Ce résultat est conforté par
l’estimation de la durée moyenne de séjour des touristes dans les établissements
d’hébergement.
Dans l’ensemble, la durée moyenne de séjour dans les établissements
d’hébergement est d’environ 2,0 nuitées. C’est une indication que le motif principal de
visite des touristes au Cameroun serait les affaires et congrès. En d’autres termes, le
développement actuel de notre tourisme serait beaucoup plus le résultat de la dynamique
de l’activité économique globale que celui d’une stratégie volontariste.
L’analyse explicative des causes de la situation actuelle qui suit comporte deux
parties, à savoir :
ƒ le diagnostic global du secteur avec ses problèmes transversaux ;
ƒ le diagnostic par forme de produit, chacune avec ses spécificités.

62
CHAPITRE I : DIAGNOSTIC GLOBAL DU SECTEUR
Les freins transversaux au développement du tourisme camerounais sont de
plusieurs ordres. Ils tiennent :
ƒ aux insuffisances du cadre institutionnel et juridique ;
ƒ aux aspects liés à la mauvaise gouvernance et à la gestion approximative
du secteur ;
ƒ aux problèmes de financement ;
ƒ à l’insuffisance des efforts de promotion et de communication ;
ƒ au faible niveau des infrastructures spécifiques au secteur ;
ƒ à l’insuffisance des ressources humaines ;
ƒ à la faible performance de l’appareil statistique.

1.1. Diagnostic institutionnel et juridique


1.1.1. Organisation institutionnelle
a) Le Ministère du Tourisme
De 1960 à 2005, l’Administration Nationale du Tourisme a connu une évolution en
dents de scie. Déjà en 1966, il existait au Cameroun un ministère chargé de l’Information
et du Tourisme. Mais en 1975, le tourisme a été relégué au rang de Délégation Générale,
avant d’être érigé de nouveau en Département Ministériel en 1989.
Le décret n°2005/450 du 09 novembre 2005 portant organisation du Ministère du
Tourisme présente des insuffisances par rapport à l’ampleur des missions qui auraient dû
logiquement lui être dévolues.
A titre d’illustration, et par rapport au précédent texte organique, deux importantes
directions, respectivement chargées des sites touristiques et de la promotion ont été
fusionnées. De même, les Cellules d’Information Touristique initialement créées au sein
des ambassades du Cameroun ont été supprimées. Or plus que jamais, le Cameroun a
besoin d’une promotion audacieuse pour se positionner valablement sur la scène
internationale.
Par ailleurs, le budget du Ministère du Tourisme est en déphasage avec ses
missions. En effet, depuis 2003, non seulement le budget d’investissement public évolue
en dents de scie, mais également l’on constate dans le même temps une baisse annuelle
de l’enveloppe globale de ce Département.

b) Le Conseil National du Tourisme


Cet organe consultatif placé sous la présidence du Premier Ministre, Chef du
Gouvernement, est sensé tenir deux sessions par an. Or depuis sa création en 1999,
seules trois sessions ont été convoquées. En outre, ses recommandations sont, pour la
plupart, restées lettre morte auprès de certaines administrations dont les compétences
ont une incidence sur le tourisme.

63
c) La Commission Technique Nationale des Etablissements et
Agences de Tourisme
Cette commission constitue une illustration de la trop grande centralisation
du pouvoir de décision en matière d’octroi des agréments à l’exercice des activités
touristiques.

d) Les Offices et syndicats d’Initiative du Tourisme


Ces structures d’essence régionale, communale et privée sont des
instruments pour un partenariat propice au développement touristique local.
Malheureusement au Cameroun, il n’existe à l’heure actuelle que trois offices communaux
de tourisme à savoir celui de Dschang grâce à l’appui de la ville de Nantes en France,
celui de Kribi et de Buéa (Mt CEO). Les syndicats d’initiative quant à eux, bien
qu’anciens au Cameroun, restent moribonds pour ceux qui existent encore.

e) L’absence de Structures d’appui


Outre l’Office National du Tourisme créé en août 1960, puis le Commissariat
Général créé quant à lui en juin 1970, il y a eu au Cameroun la défunte SOCATOUR
(Société Camerounaise de Tourisme) créée en 1985 pour remplacer la Société
Norcantour, alors jugée trop régionale. Mais la SOCATOUR n’ayant pas pu remplir ses
missions de structure d’appui a fermé ses portes en 1993, laissant ainsi un vide
opérationnel que le secteur privé, faute de dynamisme, ne réussit toujours pas à combler.
C’est dire que le cadre institutionnel du tourisme camerounais accuse une
déficience due à l’inexistence des structures d’appui devant intervenir respectivement
dans la promotion institutionnelle, l’aménagement des sites et la viabilisation des zones
touristiques, et surtout dans le financement des investissements spécifiques au secteur.

1.1.2. Cadre juridique


Le cadre juridique qui régit l’activité touristique au Cameroun est constitué de lois
et décrets. Certains sont spécifiques au tourisme, tandis que d’autres sont propres à des
secteurs ayant une incidence sur le tourisme tels que l’environnement, la faune, les prises
de vues photographiques. D’autres textes à caractère international y interviennent
également, à l’instar de la CITES (Convention sur le Commerce International des
espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) et les textes adoptés par
l’Organisation Mondiale du Tourisme.
S’agissant de la loi n°98/006 du 14 avril 1998 relative à l’activité touristique et son
décret d’application n°99/443 du 25 mars 1999, une relecture desdits textes s’impose
pour les adapter aux impératifs de relance économique.
En effet, ces textes pèchent par une trop grande centralisation des compétences.
Les autorisations et les sanctions partent de Yaoundé. S’agissant précisément des
autorisations, les conditions d’ouverture d’un établissement de tourisme, d’une agence de
voyages sont jugées drastiques et par conséquent peu attractives et dissuasives. Elles
favorisent la prolifération anarchique des établissements clandestins. Bien plus, le régime
des sanctions manque de graduation et celui des contentieux et transactions reste
ambigu.

64
Par ailleurs, il y a une grande opacité dans l’application de la loi, faute de décrets
d’application spécifiques à chaque domaine d’intervention. C’est ainsi que l’aménagement
et l’exploitation des sites touristiques, la création et l’exploitation des agences de voyages
et autres établissements de tourisme ne sont pas clairement réglementées.
La profession de guide de tourisme, l’organisation des vols charters, l’activité des
offices du tourisme et des syndicats d’initiative du tourisme nécessitent une
réglementation plus explicite.
Ces textes, outre les erreurs internes dans les renvois, ont besoin d’être adaptés
aux normes et terminologies internationales. Ils comportent par ailleurs des vides
juridiques qui condamnent certaines activités touristiques à la clandestinité, notamment
en matière d’hébergement.
Enfin, le cadre juridique pèche par l’absence de mesures incitatives propices à
l’investissement touristique. Car, compte tenu du désengagement de l’Etat des secteurs
productifs, le dynamisme du secteur privé touristique continuera à se faire attendre, faute
de moyens.

1.2. Diagnostic sur la gouvernance et la gestion


du tourisme camerounais
Le tourisme camerounais souffre de la mauvaise gouvernance et de la gestion
approximative qui y ont cours.

1.2.1. La mauvaise gouvernance


En ce qui concerne la gouvernance, il n’existe pas suffisamment de cadres
de concertation pouvant impliquer tous les partenaires publics, privés, la société civile et
les populations d’accueil selon les cas. Ceci fait perdre au secteur des possibilités de
synergies de tous ordres.
Par ailleurs, pour les cadres de concertation existant tels que le Conseil National
du Tourisme placé sous la présidence du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, la
plupart de ses recommandations restent lettre morte. Ceci a pour conséquence la
persistance des tracasseries par les agents administratifs et ceux des forces de maintien
de l’ordre, favorisée en cela par une certaine impunité des actes et comportements
répréhensibles.
Dans le même ordre d’idées, le problème de la qualité des contrôles administratifs
aux aéroports, celui de la délivrance des visas aux ambassades et consulats du
Cameroun à l’étranger, ainsi qu’aux postes frontières pour les touristes et enfin celui de
l’insuffisance des consulats honoraires, continuent de ternir l’image de notre destination
qui accuse de ce fait une faible attractivité par rapport aux destinations concurrentes.
Il convient aussi de relever la propension au non-respect des dispositions
législatives et réglementaires par tous les intervenants, même ceux du secteur public.
Cette propension explique du reste la persistance des tracasseries et de l’inertie
évoquées plus haut. Le corollaire en est la gestion approximative du secteur.

65
1.2.2. La gestion approximative
Celle-ci s’explique essentiellement par un certain nombre de lacunes dont la plus
caractéristique est l’absence jusqu’à présent d’une stratégie de développement du
secteur. En effet, l’inefficacité des méthodes actuelles de gestion basées sur
l’improvisation et la navigation à vue notamment à certains niveaux de décision justifie le
non décollage du tourisme camerounais.
En d’autres termes, comment un secteur peut-il se développer sans système
d’informations et d’évaluation de ses retombées sur la croissance nationale ? Or, le
secteur touristique, à cause de son caractère transversal, a plus que tout autre, besoin de
se doter d’un compte satellite dans la Comptabilité nationale afin de mieux faire valoir sa
place dans le concert des secteurs porteurs au Cameroun.
Par ailleurs, l’insuffisance de la gestion participative pour un développement
durable du tourisme, pourrait s’expliquer par la faible sensibilisation de tous les
partenaires publics et privés sus-évoqués dans le cadre de la gouvernance. Elle pourrait
également s’expliquer par le faible dynamisme, la faible surface financière et le faible
niveau d’expertise et de professionnalisme des opérateurs privés.
Le tourisme camerounais souffre également de la faible exploitation de toutes ses
ressources tant naturelles qu’immatérielles, à l’instar des exploits sportifs et culturels du
pays. A côté de cette faiblesse, il y a à déplorer l’insuffisante combinaison de toutes les
formes de tourisme pour bâtir une image plus originale du Cameroun sur la scène
internationale. Malheureusement, le cloisonnement et la faible lisibilité dans la gestion de
certaines formes de notre tourisme empêchent la confection de ce bouquet.
Sur un tout autre plan, la mauvaise gestion des moyens de transport vers les sites
touristiques, l’insuffisance de vols directs internationaux vers le Cameroun et l’irrégularité
des vols intérieurs, constituent une autre caractéristique de la gestion approximative de
notre tourisme.
Un autre aspect de cette gestion défaillante réside dans l’absence de dynamisme
des services déconcentrés du Ministère du Tourisme notamment en matière d’animation
de certains types de projets touristiques sur le terrain. De même,l’absence d’un guichet
unique pour la facilitation des formalités administratives et la faiblesse du cadre
partenarial observée en matière de collecte des données statistiques illustrent cette
gestion décriée du tourisme.
Enfin, la gestion du tourisme camerounais souffre de l’absence des structures
opérationnelles par nature d’interventions telles que le financement, la promotion,
l’aménagement des sites touristiques, etc. pour ne citer que ces exemples.

1.3. Diagnostic du financement


1.3.1 Evolution en dents de scie
Contrairement aux autres destinations touristiques concurrentes en Afrique,
l’industrie touristique au Cameroun souffre de l’absence d’un mécanisme de financement
approprié. Les mesures incitatives d’une part et l’accès au crédit à des taux bonifiés

66
d’autre part, font cruellement défaut au développement de ce secteur.
En 1974, une ordonnance accordant des avantages spécifiques à l’industrie
touristique avait favorisé la construction d’un certain nombre d’hôtels de classe
internationale, tant par le secteur public, représenté par la Société Nationale
d’Investissement (SNI), que par les opérateurs privés, notamment dans les métropoles de
Douala et de Yaoundé.
L’abrogation de ce texte particulier en 1984 à la faveur de la promulgation d’un
nouveau code général des investissements qui hélas ne reprenait pas en compte les
spécificités du secteur touristique a, non seulement occasionné le ralentissement du
rythme des investissements hôteliers, mais également, porté atteinte à la qualité des
infrastructures et équipements existants dont les rénovations étaient pourtant nécessaires
voire indispensables au maintien de leur standing.
En tout état de cause, si le sous-secteur hôtelier a, dans un passé relativement
lointain, bénéficié au titre des avantages sus-cités d’une certaine attention des pouvoirs
publics, cela n’a en revanche jamais été le cas en ce qui concerne le sous-secteur de
l’organisation des voyages dont le matériel roulant est sensé être amorti en cinq ans.

1.3.2 Absence d’un mécanisme de financement


L’absence d’un code d’investissement spécifique au secteur touristique est un
facteur dissuasif pour les investisseurs tant nationaux qu’étrangers. L’inexistence d’un
organisme de financement en est un autre.
En effet, la réforme du système bancaire camerounais intervenue au cours des
années 90 a notamment entraîné la disparition de la Banque Camerounaise de
Développement (BCD). Depuis lors, les opérateurs privés touristiques sont obligés de se
tourner vers les banques commerciales dont les taux d’intérêt pratiqués ne sont pas
adaptés au financement des investissements touristiques qui s’amortissent dans le long
terme.
Cet état de choses entraîne des difficultés d’accès au crédit d’une part, et
l’absence des crédits à des taux bonifiés pour des investissements à long terme d’autre
part. En conséquence, les opérateurs touristiques sont fragilisés par la faiblesse de leur
surface financière.
La conséquence logique de cette situation est la mise sur le marché d’un produit
touristique peu compétitif, tant par son prix que par sa qualité, l’immédiatement rentable
« tuant » ainsi le long terme prospère.
Or, c’est exactement le contraire de la démarche des concurrents africains du
Cameroun qui s’efforcent de mettre en place les meilleurs mécanismes possibles de
financement du secteur tourisme. En effet, le voyage touristique n’étant pas une
obligation mais un loisir pour l’essentiel, le touriste international est courtisé par plusieurs
destinations dont le choix tient compte du rapport qualité/prix et partant, de la
compétitivité des produits touristiques offerts par ces destinations. D’où la nécessité pour
les opérateurs et professionnels du tourisme concernés de maîtriser les circuits de
financement de leurs investissements à des fins de rentabilité.

67
Par ailleurs, malgré la création d’un Compte d’Affectation Spéciale par les
pouvoirs publics pour le développement et le soutien de l’activité touristique, force est de
constater que ses missions, son encaisse et sa gestion n’ont jusque là pas encore
contribué de manière significative à un véritable essor du tourisme au Cameroun.
En définitive, le Gouvernement Camerounais devrait, pour joindre l’acte à la
parole, prendre toutes les mesures correctives appropriées en vue d’inciter et de faciliter
l’investissement dans le secteur touristique national.

1.4. Diagnostic sur la promotion et la


communication
Le Cameroun en tant que destination touristique est très peu connu et par
conséquent peu et mal vendu tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières nationales.
Cette situation est due à une promotion approximative, au déficit de communication et à
l’absence d’un système d’informations approprié.
Aussi, bien que la commercialisation du produit touristique relève du secteur privé,
il n’en demeure pas moins que la mise en place des conditions de succès de cette
entreprise relève des missions régaliennes de l’Etat qui en tire sur le plan économique,
des revenus directs et indirects.

1.4.1 La faible promotion


En 2001, un Plan Marketing a été réalisé au Cameroun par un bureau d’études
international grâce au financement du Secrétariat Général du Commonwealth. Toutefois,
faute de validation et d’appropriation par les pouvoirs publics et par ricochet faute de
financement, ce plan n’a jamais été mis en œuvre. En effet, un budget annuel d’un
milliard trois cent millions (1,3) de francs CFA y est nécessaire. C’est ici le lieu de
souligner pour le déplorer qu’au Cameroun, la promotion est difficilement perçue comme
un investissement, encore moins comme un investissement rentable.
En effet, par le passé les actions promotionnelles au sein de l’Administration
Nationale du Tourisme avaient pendant longtemps été financées par le budget de
fonctionnement. Puis, lorsqu’elles ont pu être inscrites au budget d’investissement public
après la faillite de la Société Camerounaise de Tourisme, très vite, leur enveloppe a été
réduite à une portion congrue. Même la création du Compte d’Affectation Spéciale à
l’encaisse insuffisante et à la gestion peu orthodoxe n’était pas pour remédier à cet état
de choses. Mais l’insuffisance financière ne saurait tout expliquer.
En effet, l’absence d’un cadre opérationnel de concertation en vue de dégager
des synergies nécessaires à une promotion audacieuse et élaborer par conséquent un
plan de communication efficace et efficient, ainsi qu’un système d’informations performant
est une autre explication à la situation actuelle.
En conséquence, le tourisme camerounais continue de souffrir du manque
d’image spécifique et partant, de l’absence de notoriété au sein des marchés cibles. En
revanche, depuis la publication des enquêtes de Transparency International en 2000 et
2001 et, avec le zèle emprunt de subjectivité des médias internationaux, l’image
particulièrement favorable du Cameroun comme pays de football, de musique et
68
d’hospitalité, a été ternie par celle d’un pays gangrené par la corruption, le sida et
l’insécurité. En ce qui concerne la promotion proprement dite, il y a lieu de relever que
l’improvisation, le saupoudrage des moyens, le manque de régularité dans le suivi et
l’évaluation des actions engagées, l’absence d’une stratégie claire de conquête des
marchés cibles et de fidélisation de la clientèle, dénotent, entre autres, non seulement
de la faible expertise des acteurs techniques, mais également de l’absence d’une vision
globale quant à la démarche rationnelle à adopter dans la gestion du secteur ;
De même, la faible participation du Cameroun aux manifestations promotionnelles
organisées à l’étranger et l’insuffisance quantitative et qualitative des supports
promotionnels, dues à la modicité des ressources financières y allouées limitent la portée
de la notoriété du Cameroun.
A propos de l’absence au Cameroun de grands groupes internationaux de
tourisme tels que les chaînes hôtelières internationales, les tours operators de renom et
les compagnies charters, elle ne permet pas de tirer avantage des retombées des actions
de promotion menées par ces opérateurs en faveur des pays où ils sont implantés.
Enfin, l’absence d’une structure autonome et viable de promotion touristique,
demeure l’handicap majeur du Cameroun pour la conquête des marchés cibles.

1.4.2 Le déficit de communication et d’information


S’agissant de la communication et de l’information, les défaillances sont tout aussi
nombreuses ; ainsi au plan international, il y a lieu de déplorer la faible présence du
Cameroun au sein des marchés cibles. En effet, le Cameroun, contrairement à ses
principaux concurrents africains subsahariens, ne dispose que d’un seul Bureau
d’Information Touristique (BIT) à l’étranger. Celui-ci est installé à Paris et souffre d’une
insuffisance en ressources humaines, financières, matérielles et logistiques.

Le constat qui précède explique en partie la faiblesse des actions de lobbying en


faveur du tourisme camerounais sous toutes ses formes, notamment en ce qui concerne
les aspects liés au sport, à la culture et à l’organisation des congrès. Cette faiblesse est à
rapprocher de celle relative aux opérations de charme en direction des investisseurs
potentiels et des opérateurs touristiques étrangers en vue de les intéresser à notre
destination.

Au plan national, il y a lieu de constater que la faiblesse de la communication et


de l’information a laissé le champ libre à un manque de culture touristique des décideurs
publics, des investisseurs potentiels et autres opérateurs économiques, des populations
d’accueil et des consommateurs potentiels.

Enfin la pauvreté en informations sur le Tourisme, des sites Internet du


Ministère du tourisme tant à Yaoundé qu’à Paris, la faible vulgarisation à travers les
médias publics des informations sur les différentes formes et possibilités touristiques au
Cameroun et sur les textes officiels régissant ce secteur, notamment celui relatif aux
prises de vues photographiques, sont autant de freins dont la persistance contribue à
69
minimiser l’importance de l’activité touristique dans l’esprit de nos concitoyens.

1.5. Diagnostic des infrastructures


I.5.1 Insuffisance des infrastructures et équipements
touristiques
Les infrastructures et les équipements touristiques sont de plusieurs ordres ; ils
varient selon la forme de tourisme. Toutefois il y en a qui ont un caractère transversal, à
l’instar des établissements d’hébergement.
D’une manière générale, le Cameroun souffre d’une insuffisance qualitative et
quantitative des infrastructures et équipements touristiques. Cette remarque peut sembler
paradoxale, compte tenu du faible taux de fréquentation desdits infrastructures et
équipements et surtout du faible taux de remplissage des hôtels.
Cette situation pourrait s’expliquer par le fait que les infrastructures et les
équipements touristiques au Cameroun souffrent d’une part de leur inégale répartition
géographique et d’autre part des problèmes de maintenance, pour ce qui est de
l’existant. Mais, eu égard au potentiel touristique national, le manque d’initiative et les
contraintes financières pourraient eux aussi expliquer l’insuffisance qualitative et
quantitative ainsi que la faible diversité de ces infrastructures et équipements.

I.5.2 Couverture insuffisante en infrastructures de base


Les infrastructures de base tiennent très peu compte des préoccupations
touristiques. En effet, les problèmes de désenclavement, d’électrification, d’adduction
d’eau, de connexion aux TIC et même d’occupation des sols se révèlent être peu
incitatives pour l’investissement privé. L’inexistence d’une structure spécifique de gestion
du foncier touristique à l’instar de l’Agence Foncière de Tunisie en constitue en est une
illustration.

I.5.3 Prédominance de l’irrationnel dans l’aménagement des


sites touristiques

Enfin, le saupoudrage, l’inachevé et le « définitivement provisoire » étant érigés


en principe de gestion au Cameroun, l’aménagement rationnel des sites touristiques en
pâtit.
Il est par conséquent impérieux d’élaborer une stratégie de développement
infrastructurel ambitieuse, ainsi qu’un schéma d’aménagement touristique volontariste car
le niveau actuel de nos acquis dans ce domaine ne présente aucun attrait pour accélérer
la fréquentation touristique.

1.6. Diagnostic des ressources humaines


Le tourisme camerounais souffre du manque de professionnalisme de ses
acteurs, dû à l’insuffisance qualitative et quantitative des ressources humaines y
employées. Les secteurs public et privé sont tous deux concernés. Les causes de ce
70
constat sont multiples.

I.6.1 Manque de professionnalisme des personnels techniques


En ce qui concerne la main-d’œuvre en activité, le non recrutement des
personnels formés, l’attribution des postes techniques sans tenir compte des profils des
cadres, l’absence des programmes de remise à niveau et encore moins de renforcement
des capacités, le manque de rigueur dans le régime des sanctions et des récompenses,
la non vulgarisation des systèmes d’évaluation des performances constituent une
première série des causes de ce manque de professionnalisme.
De même, la précarité des emplois, l’instabilité des personnels, elles-mêmes
causées par l’absence des plans de carrière et des mesures de stabilisation des
personnels, sont autant d’obstacles à la qualité d’un professionnalisme dans le secteur. A
cela il conviendra d’ajouter l’absence d’une banque de données en matière de ressources
humaines touristiques et hôtelières, la non évaluation des besoins en formation et en
renforcement des capacités des acteurs des secteurs public et privé et d’une manière
générale l’absence de plans de formation sectoriels.

I.6.2 Formation au rabais


S’agissant de la formation proprement dite, il y a lieu de relever l’insuffisance de
l’expertise nationale, tant dans la validation des programmes de formation, la
dispensation des cours, l’encadrement des stages académiques et le nombre des
institutions de formation crédibles. Cette situation conduit à déverser sur le marché du
travail, des personnels formés au rabais, ce qui par conséquent contribue à perpétuer le
manque de professionnalisme dénoncé plus haut.
Enfin l’inexistence au Cameroun de véritables programmes de formation des
formateurs en tourisme et hôtellerie, l’absence de mécanismes de transfert des
technologies nord-sud en la matière et la faible implication de la coopération
internationale (bilatérale et multilatérale) dans ce domaine, sont autant de défis qu’il
convient de relever pour enfin doter le secteur touristique de ressources humaines de
qualité et en quantités compatibles avec les besoins du secteur.

1.7. Diagnostic des statistiques du tourisme


La collecte des statistiques du tourisme reste insuffisante à cause principalement
de l’absence d’un système d’informations touristiques performant au Cameroun. Ainsi,
alors que l’Organisation Mondiale du Tourisme reconnaît 185 activités touristiques dont
environ 75 sont entièrement touristiques, le reste ne l’étant que partiellement, les données
disponibles portent essentiellement sur deux branches d’activité à savoir : « Restaurants
et Hôtels » et « Transports ». S’agissant des statistiques relatives à la capacité et aux
fréquentations hôtelières, celles-ci sont mieux renseignées depuis 2000, même si la
dernière production de l’annuaire des statistiques hôtelières remonte à 1999. En ce qui
concerne les statistiques des établissements d’hébergement, il importe de souligner que
certains établissements sont généralement réticents à fournir des informations à
l’administration du tourisme, lorsqu’ils ne les biaisent pas volontairement. A ce propos, la
loi n°98/006 du 14 avril 1998 en son article 34 les y oblige. Pourtant, il convient de relever

71
que le transport au sens de l’OMT constitue une des activités caractéristiques du
tourisme. Or, les comptes nationaux du Cameroun ne tiennent pas encore compte de
cette donne.
La faiblesse des données statistiques sur le tourisme se caractérise aussi par le
fait qu’au Cameroun, la collecte des données relatives aux entrées et sorties de nos
frontières (terrestres, maritimes et aériennes) est très irrégulière. Néanmoins en 2005, un
début de collecte a été amorcé en même temps qu’un recensement des entreprises
touristiques du Cameroun dans 5 provinces.
Ces carences réduisent de manière significative la portée des informations
pourtant pertinentes sur les niveaux des arrivées des touristes internationaux estimés par
le MINTOUR. Par ailleurs, faute d’enquête auprès des touristes, la connaissance
qualitative de la demande touristique reste très approximative. Bien plus l’on dispose déjà
de quelques informations fiables sur le tourisme récepteur. Les statistiques concernant le
tourisme national (interne et émetteur) sont quant à elles presque inexistantes. Toutes
ces déficiences ne permettent pas de saisir l’impact réel du tourisme et d’apprécier à sa
juste valeur l’importance du tourisme dans l’économie nationale.
En outre, le suivi-évaluation du secteur touristique est rendu difficile par l’absence
d’une liste officielle d’indicateurs de référence du secteur. Les indicateurs ont pour objet
de mesurer dans le temps et dans l’espace les progrès réalisés vers l’atteinte des
objectifs fixés. Ils sont classés en 4 grands types : (i) les indicateurs de moyens
(financiers, humains et matériels) ; (ii) les indicateurs de réalisation directe ; (iii) les
indicateurs de résultats ; et (iv) les indicateurs d’impact. Dès lors, le Ministère du
Tourisme s’est engagé depuis août 2003, à mettre en place un Compte Satellite du
Tourisme du Cameroun. C’est un instrument qui permettra à terme de disposer
d’indicateurs fiables et exhaustifs qui serviront à déterminer le PIB touristique
camerounais et mesurer l’impact économique du tourisme sur l’économie nationale.
Dans le même ordre d’idée, l’absence d’un système fiable d’informations
complètes sur le tourisme camerounais provient de causes multiples. Les statistiques
touristiques n’ont pas toujours été considérées comme une priorité dans le
développement du tourisme camerounais. Les ressources humaines, matérielles et
financières nécessaires pour collecter, traiter, produire les données restent insuffisantes.
Le MINTOUR dispose d’une cellule des statistiques avec seulement trois ingénieurs
statisticiens.
Quant à la nomenclature des statistiques du tourisme, sa connaissance ou sa
maîtrise n’est pas partagée par tous les intervenants et notamment au viveau de la
Délégation Générale à la Sûreté Nationale en charge de la collecte des statistiques aux
frontières. A l’état actuel des choses, les nomenclatures utilisées par l’INS ne permettent
pas de déterminer le PIB touristique qui tient compte de toutes les activités de ce
secteur. On pourrait à cet égard envisager une révision conjointe MINTOUR/INS des
nomenclatures dans le cadre du Comité Technique chargé de mettre en place le Compte
Satellite du Tourisme au Cameroun.
Enfin, il importe de relever que le Ministère du Tourisme n’a pas encore exploité
les opportunités de collaboration avec des structures telles que le Bureau Central des

72
Recensements et des Etudes de Population (BUCREP), l’Institut National de la Statistique
(INS), et le Ministère des Transports (MINT). Le BUCREP et l’INS disposent de moyens
considérables par rapport à la Cellule des Statistiques du MINTOUR, ainsi que d’une
expertise avérée dans leurs domaines de compétence. Une collaboration avec le
BUCREP permettrait de déterminer quelques habitudes touristiques des Camerounais au
niveau national par simple adjonction de questions appropriées supplémentaires lors du
Recensement Général de la Population et de l’Habitat. A ce propos, l’enquête
camerounaise auprès des ménages réalisée par l’INS sur une période quinquennale offre
la possibilité d’évaluer les dépenses touristiques domestiques. La collaboration du
MINTOUR avec le Ministère des Transports contribuerait ainsi à évaluer certains aspects
du tourisme interne.

CONCLUSION

En définitive, l’on peut retenir dans le cadre du présent diagnostic que le tourisme
camerounais est caractérisé par :
ƒ un cadre institutionnel et juridique inadapté à la relance économique ;
ƒ une mauvaise gouvernance et une gestion globale approximative du
secteur ;
ƒ une absence de mécanismes appropriés de financement ;
ƒ une absence d’un plan de communication ;
ƒ un déficit infrastructurel spécifique au secteur ;
ƒ une insuffisance qualitative et quantitative de ressources humaines ;
ƒ un appareil statistique peu performant.
A ce diagnostic global du secteur abordé de manière transversale, il y a lieu de
relever d’autres problèmes spécifiques à chaque forme de tourisme identifiée au
Cameroun. C’est l’objet du chapitre qui suit.

73
CHAPITRE II : DIAGNOSTIC PAR PRODUIT
Après le diagnostic des problèmes transversaux, un diagnostic par produit
s’impose pour déceler les contraintes spécifiques qui minent le développement et la
promotion de chaque forme de tourisme.

2.1. Tourisme culturel


Problèmes de gouvernance :
L’absence totale de synergie entre les partenaires des secteurs public et privé,
ainsi que la société civile n’a pas facilité la mise en place d’une organisation rationnelle du
tourisme culturel, malgré un potentiel hors du commun. Ce qui n’a pas permis à ce
secteur de bénéficier des investissements nécessaires à son développement.
Il en est de même de l’irrespect des procédures réglementaires par les acteurs
aussi bien publics que privés, et qui se caractérise notamment par la persistance des
tracasseries administratives et policières d’une part, l’insuffisance des mesures de lutte
contre la piraterie et le trafic des œuvres culturelles d’autre part. Les saisies
intempestives des objets d’art et des denrées alimentaires, pourtant librement vendus sur
toute l’étendue du territoire d’entre les mains des touristes au départ du pays sont
particulièrement préjudiciables à l’essor du tourisme culturel.
Problèmes de gestion :
L’inorganisation du tourisme culturel se caractérise sur le terrain par l’absence
d’un système d’information et par conséquent, l’inexistence d’un répertoire des festivals
culturels. Bien plus, la non-programmation du Cameroun en tant que destination de
tourisme culturel résulte de la non maîtrise de la périodicité des festivals. A ces
contraintes, il faut ajouter la faible sensibilisation des populations en général et le manque
de dynamisme des opérateurs privés.

Problèmes de formation :
Le faible développement du tourisme culturel se justifie aussi par l’insuffisance de
professionnalisme des acteurs publics et privés, conséquence d’une absence de plan de
formation et de suivi des cadres formés, d’une absence de programme de renforcement
des capacités des personnels et d’une absence des enseignements sur le tourisme
culturel dans les programmes de formation en tourisme.

Problèmes de promotion et de communication :


La faible synergie évoquée plus haut entre les acteurs du tourisme, de la culture,
de la communication et les organisateurs des manifestations culturelles n’a pas permis
aux médias de contribuer efficacement à la promotion du tourisme culturel. Il en est de
même de la faible intégration des activités culturelles dans les manifestations organisées
par le Cameroun à l’Etranger, de la faible présence du Cameroun dans les manifestations
culturelles internationales et du désintérêt des nationaux résidents à fréquenter les
festivals et sites culturels hors de leur région d’origine.
74
De même, l’insuffisance des informations culturelles dans les sites Internet du
Ministère du Tourisme et l’indisponibilité des supports communicationnels auprès des
opérateurs touristiques étrangers constituent d’autres freins à l’essor du tourisme culturel.

Problèmes d’infrastructures :
L’insuffisance des infrastructures liées au tourisme culturel est caractérisée par le
nombre réduit des musées et des monuments, des palais de la culture, des foyers
culturels. Certaines localités à fortes potentialités culturelles ne sont pas suffisamment
dotées ni qualitativement ni quantitativement en infrastructures d’accueil et l’on déplore
par ailleurs l’insuffisance de maintenance des infrastructures et équipements existants.

Problèmes de financement :
Le tourisme culturel fait face à l’absence de mesures incitatives pour les
investissements nécessaires à son développement et à sa promotion. Bien plus,
l’absence de lisibilité des sources de financement actuelles dans le domaine de la culture
et la non implication du Ministère du Tourisme dans les projets de coopération culturelle
constituent des facteurs aggravants.

2.2. Tourisme cynégétique

Problèmes de gouvernance :
Au regard du potentiel existant, l’absence d’une véritable synergie entre les
partenaires publics et privés impliqués dans le développement du tourisme cynégétique
ne permet pas à ce secteur de contribuer de manière appréciable à la croissance
économique du pays et à la réduction de la pauvreté. En effet, la faible implication du
secteur privé national, des populations riveraines, des ONG et de la société civile dans
l’exploitation du tourisme cynégétique ne sont pas de nature à permettre au pays de
bénéficier des retombées de ce secteur aujourd’hui entièrement occupé par les expatriés,
notamment dans le domaine de l’affermage des zones de chasse à des guides
professionnels.
Par ailleurs, la faible collaboration entre les administrations publiques intervenant
dans cette activité, ainsi que la persistance des actes répréhensibles, caractérisés par le
laxisme dans le contrôle des plans de tir, combinée à l’impunité des personnes reconnues
coupables de corruption ne sont pas de nature à garantir la survie du tourisme
cynégétique dans notre pays.

Problèmes de gestion :
La faible lisibilité dans la gestion du tourisme cynégétique, l’inefficacité du cadre
actuel de collaboration entre les différents acteurs, la non évaluation économique, sociale,
culturelle et environnementale constituent l’essentiel des contraintes liées au
développement et à une promotion efficiente du tourisme cynégétique.
75
Problèmes de formation :
L’insuffisance criarde de l’expertise nationale dans le domaine du tourisme
cynégétique, essentiellement due à l’absence quantitative des compétences en matière
de tourisme de chasse, ainsi que l’insuffisance qualitative des ressources humaines dans
cette activité au niveau du secteur privé national freinent la valorisation nationale du
tourisme cynégétique.

Problèmes des infrastructures et des équipements :


Les zones cynégétiques sont insuffisamment équipées en réseaux de pistes et la
plupart des voies y conduisant sont généralement en mauvais état. Par ailleurs, l’on note
une faible couverture en eau et en énergie électrique des quelques infrastructures
d’accueil existant dans les zones de chasse.

Problèmes de promotion et de communication :


Au niveau national, l’on déplore une faiblesse de l’information et de la
communication sur le tourisme cynégétique. Il en est de même en ce qui concerne le site
Internet du Ministère du Tourisme. Cette situation est imputable à l’insuffisance des
supports de communication et de promotion. Du reste, l’inefficacité du cadre de
concertation entre les partenaires nationaux impliqués (administrations, guides de
chasse, société civile…) n’est pas de nature à favoriser la promotion du tourisme de
chasse.

Problèmes de financement :
L’absence d’un mécanisme approprié de financement, caractérisé notamment par
l’inexistence d’un fonds de financement du tourisme camerounais d’une part, et de
mesures incitatives d’autre part, ainsi que le faible accès au crédit du secteur privé
national intéressé par le tourisme cynégétique constituent les principaux freins à la
contribution des nationaux au développement de la chasse au Cameroun.

Problèmes d’environnement :
Le tourisme cynégétique est menacé par l’absence d’une stratégie de
développement des zones de chasse dont la mise en œuvre permettrait d’éradiquer
certains maux tels que :
ƒ la persistance des risques naturels sur l’environnement des zones
cynégétiques, notamment des effets néfastes de la sécheresse dans le
grand nord ;
ƒ la persistance des pressions anthropiques telles que les feux de brousse,
le braconnage, la déforestation et les activités agropastorales et
piscicoles.
76
2.3. Tourisme de safari photo

Problèmes de gouvernance :
La survie de la faune camerounaise est menacée par une insuffisance de
stratégie de sécurisation des parcs nationaux et des réserves de faune qui limiterait les
déplacements transfrontaliers des animaux ainsi que le braconnage.
De même, la faible implication des partenaires institutionnels comme
conséquence d’un manque de cadre de concertation entre les acteurs du safari photo
favorise le laxisme dans l’application des textes législatifs et réglementaires régissant le
safari photo au Cameroun.

Problèmes de gestion :
Malgré l’existence de nombreuses aires protégées pour la faune, le Cameroun ne
dispose d’aucune structure spécifique et appropriée pour la gestion de sa faune sauvage.
Conséquence, l’on note une mauvaise gestion des potentialités (écosystèmes, diversité
faunique) et une faible implication des populations riveraines dans l’exploitation du safari
photo.

Problèmes des infrastructures et équipements :


L’absence d’une synergie entre le Ministère du Tourisme et les autres
administrations concernées dans la gestion de la faune a pour conséquences :
ƒ l’insuffisance des voies d’accès vers les parcs, des pistes de vision à
l’intérieur, des affûts, des miradors, des mares d’eau ;
ƒ l’absence d’une stratégie rationnelle de réalisation des infrastructures ;
ƒ le manque d’entretien des infrastructures existantes (pistes de vision,
affûts, miradors, campements, écolodges) ;
ƒ le manque d’équipements appropriés (véhicules de vision, montgolfières,
signalisation, équipements des écogardes…) ;

Problèmes d’information, de communication et de promotion :


Le faible aménagement des parcs nationaux et des réserves de faune,
l’insuffisance des actions de marketing et de promotion dans les marchés émetteurs de
touristes contribuent à rendre peu compétitif le safari photo camerounais dans les
marchés internationaux.
Par ailleurs, l’absence d’une stratégie de ciblage des marchés et d’un système
d’informations sur les acteurs nationaux et internationaux du safari photo viennent
renforcer également ces lacunes.
A l’intérieur, l’absence de campagnes de sensibilisation des populations riveraines
sur la sécurisation des parcs nationaux et sur l’accueil des touristes a pour conséquences

77
le braconnage, les feux de brousse, le non respect de la délimitation des parcs nationaux,
la persistance de l’arnaque dont sont victimes les touristes et le développement de la
mendicité dont les touristes constituent la cible privilégiée.

2.4. Tourisme de santé et de cure

Problèmes de gouvernance
Le concept de tourisme de santé, encore nouveau dans le paysage touristique
camerounais mérite avant tout d’être vulgarisé. Ce produit souffre par conséquent des
maux tels que l’absence d’une stratégie de développement du tourisme de santé et de
cure ; l’absence d’un cadre de concertation entre tous les acteurs publics et privés
intervenant dans ce produit et d’un système d’information sur le tourisme de santé et de
cure.
En outre, les autres maux qui minent la médecine camerounaise méritent
auparavant d’être éradiqués si l’on veut promouvoir le tourisme de santé et de cure. Il
s’agit :
ƒ du non respect de la réglementation en matière d’exercice des activités de
santé ;
ƒ de l’insuffisance du mécanisme de lutte contre la corruption et l’arnaque
dans les structures de santé.
L’absence d’un répertoire des structures sanitaires et assimilées spécialisées,
ainsi que la non exploitation des sources thermales et des conditions climatiques sont
également des freins au développement et à la promotion du tourisme de santé et de
cure.

Problèmes de formation :
Les problèmes de formation sont essentiellement liés à l’absence de programmes
de formation et de sensibilisation des opérateurs touristiques sur le tourisme de santé et
de cure.

Problèmes de promotion et de communication :


La santé n’est pas perçue au Cameroun comme facteur de développement du
tourisme. D’où l’inexistence d’une stratégie de promotion du tourisme de santé et de cure,
ainsi que l’absence d’un plan d’information et de sensibilisation sur le tourisme de santé
et de cure. Ceci se traduit par conséquent par l’absence d’actions promotionnelles à
l’intérieur et à l’extérieur sur l’expertise avérée des professionnels camerounais en
médecine moderne et traditionnelle.

78
2.5. Tourisme balnéaire

Problèmes de gouvernance :
Le tourisme balnéaire camerounais, riche de ses belles plages de sable fin et de
ses baies pittoresques souffre d’une absence de synergie entre les partenaires publics et
privés impliqués dans son développement. Au demeurant, ni les collectivités territoriales
décentralisées, ni les ONGs et la société civile pourtant très regardantes sur les
problèmes d’environnement, ni le secteur privé national, ni même les populations
riveraines ne semblent pas se préoccuper de ce que représente le tourisme balnéaire
comme source de développement économique. Il en résulte une persistance de
comportements répréhensibles tels que les tracasseries administratives, la corruption des
agents publics et une moralité douteuse de certains opérateurs économiques.
En outre, l’inefficacité des mesures de surveillance des côtes entraîne la
recrudescence de la piraterie maritime et le non respect du cadre législatif et
réglementaire, l’occupation anarchique de la côte.

Problèmes de gestion :
Comme problème de gestion, l’on déplore l’absence d’une stratégie formelle et la
faiblesse du partenariat dans la gestion du tourisme balnéaire.

Problèmes de formation :
A l’instar des autres pans du tourisme camerounais, le tourisme balnéaire accuse
un manque de professionnalisme des opérateurs du secteur, du fait de l’insuffisance des
institutions de formation fiables dans les métiers du tourisme.

Problèmes de promotion :
Le tourisme balnéaire camerounais est peu compétitif et l’on note une insuffisance
des actions promotionnelles, notamment à l’étranger sur de produit.
Par ailleurs, l’absence au Cameroun de grands groupes internationaux de
l’industrie touristique tels que les chaînes hôtelières, les tour operators opérant dans le
tourisme balnéaire, faute d’opération de charme ou de lobbying en leur direction ne sont
pas de nature à favoriser le développement du tourisme balnéaire.

Problèmes d’information et de communication :


L’absence d’un cadre de concertation entre les partenaires publics et privés et la
société civile n’encourage pas l’adhésion et la contribution des médias à la promotion du
tourisme balnéaire. De même, l’insuffisance des supports de communication et la faible
sensibilisation des investisseurs et opérateurs touristiques étrangers par le Ministère du
Tourisme constituent également des facteurs qui entravent le développement du
tourisme balnéaire.
79
Problèmes des infrastructures :
L’absence d’un plan d’aménagement des zones côtières n’a pas permis la mise
en place de certaines infrastructures nécessaires au développement du tourisme
balnéaire telles que des complexes hôteliers, des marinas et des ports de plaisance. De
plus, les cités balnéaires camerounaises connaissent fréquemment des délestages en
matière de distribution de l’énergie électrique et des coupures intempestives d’eau.

Problèmes d’environnement :
Les problèmes liés aux conséquences de l’occupation anarchique des plages par
les populations riveraines non éduquées sur la nécessité de respecter les limites du
domaine public maritime et par certains opérateurs économiques par trop véreux tels que
soulevés dans le volet relatif à la gouvernance se posent avec beaucoup plus d’acuité au
niveau du tourisme balnéaire. Au demeurant, les risques de pollution restent accentués à
cause de l’absence de sensibilisation de tous les acteurs et des populations riveraines sur
le phénomène d’une part, et d’autre part à cause aussi des dysfonctionnements dans le
mécanisme de sanction et de contrôle des pollueurs.
Au nombre de ces dysfonctionnements, on cite notamment la non-implication des
communes et des populations riveraines à la dénonciation des pollueurs du fait de la non
perception de leur quote–part du produit de la taxe pollueur/payeur.
Quant aux autres problèmes d’environnement, ils sont liés aux risques d’érosion
des plages par les vagues, à la destruction de la faune halieutique et de la flore marine du
fait de la pollution et de la faible application des dispositions du CITES dans les zones
côtières.

Problèmes de financement :
En l’absence d’un mécanisme de financement adapté, le secteur privé national
intéressé par le tourisme balnéaire n’a qu’un faible accès au financement. D’où des
limites quant à son sens de l’initiative ou de l’entreprise.

2.6. Tourisme sportif

Problèmes de gouvernance et de gestion :


L’exploitation de la notoriété sportive du Cameroun pour promouvoir le tourisme
bute à l’absence de synergie entre les partenaires des secteurs public et privé et la
société civile dans l’organisation de certaines compétitions sportives d’une part, et dans la
promotion des investissements liés au tourisme sportif d’autre part.
Par ailleurs, l’absence d’une stratégie de développement du tourisme entraîne une
sous-exploitation des ressources naturelles à des fins sportives ainsi qu’une improvisation
dans la gestion des activités sportives à des fins de promotion du tourisme sportif.

80
Problèmes des infrastructures et équipements :
En dehors de l’insuffisance quantitative et qualitative des infrastructures d’accueil,
l’on déplore également celle des autres infrastructures et équipements spécifiques au
tourisme sportif telles que les pistes cyclables, les circuits pour rallies auto/moto, les ports
de plaisance pour la pêche sportive et autres sports nautiques, les pistes pour les
activités d’ascension, le trekking et les randonnées pédestres et équestres.

Problèmes de promotion :
L’absence d’un cadre de concertation entre le Ministère du Tourisme, le Ministère
de la Communication et le Ministère chargé des sports ne favorise pas l’identification des
sports à forte valeur ajoutée touristique. Ceci a pour conséquence une faible action de
lobbying sur le plan international pour abriter les grands évènements sportifs susceptibles
de drainer d’importants flux de touristes au Cameroun.
Dans le même ordre d’idée, la faible sensibilisation des dirigeants sportifs sur
l’importance du développement touristique par le sport et l’inégale promotion des
différents types de sports pratiqués au Cameroun par les médias et les pouvoirs publics
ne sont pas les moindres maux qui minent le tourisme sportif national.

Problèmes de financement :
En dehors de l’absence d’un mécanisme de financement approprié, la faible
sensibilisation de tous les partenaires impliqués, la faiblesse du mécénat et la timide
intervention du sponsoring ne sont pas de nature à favoriser l’exploitation du sport à des
fins de promotion et de développement du tourisme.

2.7. Agrotourisme

Problèmes de gouvernance :
Le manque de synergie entre les partenaires intervenant dans l’agrotourisme,
c’est-à-dire le Ministère du Tourisme, les administrations chargées de l’Agriculture et du
Développement Rural, de l’Elevage et la Pêche, la Recherche Scientifique, les ONGs et
la société civile n’a pas permis la mise en place d’un mécanisme de développement de
l’agrotourisme. On observe par ailleurs certaines tracasseries administratives par
exemple pour les sorties des denrées alimentaires et autres objets souvenirs des
touristes.

Problèmes de gestion:
L’agrotourisme est un produit encore peu connu par les opérateurs touristiques
qui ne l’intègrent pas toujours dans les circuits. La gestion de ce produit rencontre des
problèmes de plusieurs ordres tels que le manque de répertoire des exploitations

81
agricoles pour l’agrotourisme, l’absence d’un système d’informations sur l’agrotourisme, la
faible sensibilisation des partenaires publics et privés sur l’agrotourisme et la faible
synergie entre les programmes et projets dans le secteur rural.

Problèmes de formation :
La mauvaise qualité des prestations dans l’agrotourisme est liée à l’absence des
enseignements y relatifs dans les programmes de formation en tourisme, ainsi qu’à
l’absence d’un programme de renforcement des capacités.

Problèmes des infrastructures :


L’absence de synergie entre les administrations intervenant dans l’agrotourisme
en ce qui concerne les infrastructures (Ministère du Tourisme, les ministères chargés de
l’Eau et de l’Energie, des Travaux Publics, des Postes et Télécommunications, de
l’Agriculture et du Développement Rural…) ne favorisent pas la mise en place de
certaines commodités telles que les voies de desserte des zones rurales, les adductions
d’eau et l’électrification des sites agrotourisques, la connexion aux TIC des zones
agrotouristiques.
De même, la faible sensibilisation des populations et des opérateurs entraîne
également une faible utilisation des résidences secondaires, des logements chez
l’habitant et des ranches à des fins agrotouristiques.

Problèmes de communication et de promotion :


La faible notoriété du Cameroun comme destination agrotouristique est due
notamment à la méconnaissance des quelques structures opérationnelles
agrotouristiques existantes, à la faiblesse de l’information et de la communication sur
l’agrotourisme, à l’absence d’un mécanisme de sensibilisation des acteurs sur le concept,
les enjeux et les retombées de l’agrotourisme (fermiers, agents de voyages,
administrations, opérateurs touristiques étrangers).
Bien plus, la non prise en compte de l’agriculture comme moyen de
développement du tourisme au niveau du Ministère du Tourisme constitue un problème
majeur pour l’essor de l’agrotourisme.

2.8. Ecotourisme

Problèmes de gouvernance :
La faible implication des partenaires institutionnels intervenant dans l’écotourisme,
c’est-à-dire le Ministère du Tourisme, le Ministère de la Culture, les administrations
chargées de la faune, des forêts, de l’environnement et de la protection de la nature a
pour conséquence une absence de textes réglementaires et spécifiques sur la cession et
la gestion des sites écotouristiques.

82
Par ailleurs, les populations riveraines des sites écotouristiques, ainsi que les
opérateurs touristiques sont faiblement impliqués dans le développement de
l’écotourisme.

Problèmes de gestion :
L’implication du Ministère du Tourisme et notamment de ses services
déconcentrés dans la gestion de l’écotourisme est insuffisante, de même que la
contribution de toutes les parties prenantes à la gestion de l’écotourisme (secteur public,
Collectivités Territoriales Décentralisées, ONGs, société civile, populations locales )
demeure encore faible.
Il en résulte une non évaluation des activités écotouristiques, une faible
exploitation des ressources existantes en produits écotouristiques ainsi qu’une mauvaise
gestion des moyens de transport conduisant vers les sites écotouristiques (routes, voies
ferrées et voies d’accès).

Problèmes de formation :
L’absence des enseignements sur l’écotourisme dans les programmes de
formation en tourisme a pour conséquence une insuffisance d’expertise nationale sur ce
produit. De même, les nationaux manquent d’expertise dans les projets écotouristiques,
tandis que l’information du public sur les débouchés des formations en écotourisme
demeure faible.

Problèmes des infrastructures et équipements :


Les infrastructures constituent certainement le Talon d’Achille du développement
de l’écotourisme au Cameroun. Aux problèmes d’infrastructures de communication (pistes
pédestres, voies terrestres, ferroviaires, aériennes), s’ajoute une faible couverture en eau
potable, en électricité et en TIC. Enfin, l’absence d’ingénierie dans l’utilisation des
matériaux locaux adaptés à l’écotourisme vient aggraver l’insuffisance qualitative et
quantitative des infrastructures d’hébergement, de restauration et de loisirs dans les
zones écotouristiques.

Problèmes de promotion et de communication :


L’absence d’un cadre de concertation entre le Ministère du Tourisme et les
ministères chargées de la culture, de la faune et des forêts, de la protection de
l’environnement et de la nature, ainsi que celui de la communication entraîne une faible
sensibilisation des partenaires institutionnels, des populations riveraines, des ONGs et de
la société civile sur l’importance du produit écotouristique.
En conséquence, les actions médiatiques et promotionnelles sont timides, aussi
bien au niveau national qu’international, avec une faible contribution des médias et des
secteurs privés national et étranger à la promotion de l’écotourisme.

83
Problèmes de financement :
Faute de mesures suffisamment incitatives pour le développement du tourisme en
général et de l’écotourisme en particulier, les quelques initiatives qui ont vu le jour au
Cameroun semblent battre de l’aile. Les possibilités de financement offertes par les
bailleurs de fonds butent à la non mobilisation par l’Etat des fonds de contrepartie exigés
pour la réalisation de certains projets écotouristiques.
En outre, au manque de visibilité au niveau du Ministère du Tourisme des
possibilités de financement de l’écotourisme par les ONGs, viennent s’ajouter les
lourdeurs et la méconnaissance des procédures de financement des bailleurs de fonds
dans le cadre des projets écotouristiques.

2.9. Tourisme d’affaires et de congrès

Problèmes de gouvernance :
L’absence de synergie entre les partenaires publics et privés, ainsi que entre les
différentes administrations intervenant dans le tourisme d’affaires et de congrès se
répercute négativement sur la promotion des investissements liés au tourisme d’affaires
entre les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile.
Bien plus, les tracasseries et les lourdeurs administratives, les tracasseries
douanières, la non délivrance des visas touristiques aux postes frontières, la mauvaise
qualité du service dans certaines représentations diplomatiques camerounaises à
l’étranger, ainsi que l’absence de consulats honoraires dans certains marchés émetteurs
de touristes constituent les principaux obstacles au développement du tourisme d’affaires
et de congrès.
Enfin, les tracasseries policières et le non-respect de la réglementation en matière
de contrôles routiers sont autant de problèmes à résoudre pour une meilleure promotion
du tourisme d’affaires et de congrès.

Problèmes de gestion :
Le Ministère du Tourisme ne dispose pas d’une stratégie de développement du
tourisme d’affaires et de congrès, tout comme l’absence d’un compte satellite du tourisme
ne permet pas de mesurer la contribution du tourisme d’affaires et de congrès dans
l’économie nationale.
De même, l’organisation sporadique des congrès est due au faible dynamisme
des opérateurs privés, à l’absence de « convention bureaux » et aux faibles actions de
lobbying. Il y a lieu de déplorer également l’irrégularité des vols intérieurs, l’insuffisance
des vols directs internationaux sur le Cameroun et l’absence d’un guichet unique de
facilitation des formalités en matière de tourisme en général.

84
Problèmes de formation:
Le manque d’un plan de formation approprié aux organisateurs de congrès,
doublé du manque d’un programme de renforcement des capacités des personnels des
structures publiques impliquées dans l’organisation du tourisme d’affaires et de congrès
justifient l’insuffisance de professionnalisme des acteurs publics et privés, et partant, de la
mauvaise qualité des prestations dans le tourisme de congrès.

Problèmes des infrastructures et des équipements :


Le manque de mesures incitatives pour les investisseurs et la faible surface
financière des opérateurs privés ne permettent pas de résoudre les problèmes liés à
l’insuffisance des infrastructures d’hébergement et de restauration de classe
internationale nécessaires au développement d’un tourisme d’affaires et de congrès digne
de ce nom.
Au demeurant, le Cameroun ne dispose pas de véritables centres de congrès et
certaines villes telles que Douala, Kribi, Garoua et Limbe qui, soit abritent des aéroports
internationaux, soit sont situées à proximité, ne disposent pas d’infrastructures et
d’équipements de congrès.
De même, la vétusté des équipements du palais des congrès de Yaoundé et des
infrastructures d’hébergement appartenant à l’Etat ou au secteur privé n’est pas de nature
à favoriser le développement du tourisme d’affaires et de congrès.
Enfin, le faible développement des TIC, les délestages et coupures d’eau
intempestives sont également préjudiciables en tourisme d’affaires et de congrès.

Problèmes de promotion et de communication :


L’absence d’une stratégie de communication et de promotion sur le tourisme de
congrès, le manque de dynamisme des hommes d’affaires et des organisateurs
camerounais de congrès , le faible dynamisme des acteurs publics, ont pour
conséquence, la faiblesse des actions promotionnelles sur le tourisme de congrès.
Sur le plan international, le Cameroun souffre de l’absence de relations avec les
« convention bureaux » qui pourraient attirer la tenue des congrès au Cameroun.

Problèmes de financement :
Les problèmes de financement du tourisme d’affaires et de congrès sont décrits
dans le paragraphe consacré aux infrastructures. Toutefois, de manière globale, on peut
dire que le tourisme camerounais souffre de l’absence d’un code des investissements
sectoriel, d’un fonds de financement et d’un mécanisme approprié de financement des
investissements touristiques.

85
Conclusion partielle
Le diagnostic, à la fois transversal et spécifique à chaque forme de tourisme, a
permis d’identifier les divers problèmes qui minent le développement du tourisme au
Cameroun, ainsi que leurs causes et effets. En ce qui concerne les principaux problèmes
du secteur touristique, l’on peut relever :
ƒ les insuffisances du cadre institutionnel et juridique ;
ƒ la gestion approximative du secteur et la mauvaise gouvernance
notamment en termes de tracasseries et lenteurs administratives ;
ƒ l’absence de mécanismes de financement approprié ;
ƒ la faible promotion alliée à un déficit de communication et d’image ;
ƒ le déficit infrastructurel spécifique au secteur ;
ƒ le manque de professionnalisme des principaux acteurs ;
ƒ l’absence d’un appareil statistique performant.
Les causes essentielles qui engendrent ces problèmes sont notamment :
ƒ l’inadéquation entre le discours politique et les moyens alloués ;
ƒ la faible perception de l’apport du tourisme dans l’économie ;
ƒ le manque de culture touristique des acteurs ;
ƒ l’insuffisance des cadres de concertation et de coopération ;
ƒ l’insuffisance des ressources financières et humaines en quantité et
qualité ;
ƒ l’absence d’un système d’information spécifique au secteur.
Il existe néanmoins des forces et opportunités qui, exploitées à bon escient,
constituent des atouts susceptibles de favoriser l’essor du tourisme camerounais. Il s’agit
entre autres de :
ƒ la stabilité socio-politique du Cameroun ;
ƒ l’actuelle volonté politique de promouvoir et développer le tourisme : cette
volonté politique est essentiellement caractérisée d’une part, par la place
de choix qu’est désormais appelée à occuper le tourisme dans la relance
économique et la lutte contre la pauvreté et d’autre part, par la nécessité
d’élaborer une stratégie sectorielle de développement du tourisme dont la
disponibilité constitue un des déclencheurs de l’atteinte du point
d’achèvement de l’initiative PPTE ;
ƒ la présence au Cameroun de nombreuses compagnies aériennes ;
ƒ l’hospitalité légendaire des populations camerounaises ;
ƒ la place de première destination touristique occupée par le Cameroun en
Afrique Centrale ;
ƒ la « virginité » de l’image du Cameroun au sein de l’opinion internationale
qui lui permet une certaine flexibilité pour se positionner dans les marchés
émetteurs à travers un ou plusieurs produits touristiques phares.

86
Afin d’améliorer les performances du tourisme camerounais et eu égard à l’état
des lieux, au bilan diagnostic, aux forces et faiblesses sus-développés, il est impératif
d’identifier les solutions adéquates pouvant permettre à ce secteur de mieux contribuer à
la lutte contre la pauvreté et la relance de la croissance économique, conformément aux
objectifs visés par le DSRP. D’où la nécessité de mettre en place une stratégie
appropriée qui épouse les OMD et ceux visés par l’OMT, ainsi que les réalités
économiques, sociales, culturelles et environnementales du secteur touristique
camerounais. C’est l’objet de la phase stratégique suivante.

87
PARTIE III : STRATEGIES

88
INTRODUCTION
Le Gouvernement de la République du Cameroun dans sa recherche des voies et
moyens permettant d’augmenter la croissance économique et de lutter contre la pauvreté,
a opté de mettre à contribution le tourisme, secteur aux nombreuses potentialités et à fort
potentiel de création d’emplois et de revenus. Les principaux objectifs visés
(engagements pris) dans ce secteur peuvent être classés en trois niveaux d’intervention :

Au niveau international :
ƒ promouvoir la coopération bilatérale, sous-régionale et multilatérale en
matière de tourisme ;
ƒ contribuer à la protection de l’environnement et de la biodiversité selon les
normes de l’Organisation Mondiale du Tourisme et du Programme des
Nations Unies pour l’Environnement ;
ƒ lutter contre la pauvreté conformément aux Objectifs du Millénaire pour le
Développement (OMD) ;
ƒ assurer le développement d’un tourisme durable en conformité avec les
exigences liées aux accords et conventions internationaux ratifiés par le
Cameroun ;
ƒ mettre en place un instrument fiable d’évaluation et d’analyse de l’activité
touristique à travers le Compte Satellite du Tourisme.
Au niveau sous-régional :

ƒ contribuer au renforcement du processus d’intégration dans la sous-


région de l’Afrique Centrale ;
ƒ promouvoir le tourisme en zone CEMAC ;
ƒ finaliser la transformation de L’Ecole Nationale d’Hôtellerie et de
Tourisme (ENAHT) de Ngaoundéré en une Ecole spécialisée de la
CEMAC.
Au niveau national :

ƒ développer et promouvoir le tourisme interne au profit des résidents


camerounais et étrangers ;
ƒ développer un tourisme durable, économiquement rentable et
écologiquement compatible ;
ƒ faire du tourisme un secteur clé dans le processus de décentralisation
des initiatives de développement au Cameroun ;
ƒ faire du tourisme un véritable levier de relance économique, de
réduction de la pauvreté, de progrès social et un facteur d’intégration
nationale et de brassage des populations.
ƒ impliquer effectivement tous les partenaires publics, privés, la société
civile et les populations locales dans toutes les initiatives de lutte
contre la pauvreté en général et particulièrement de développement du
tourisme ;
89
CHAPITRE I : FORMULATION DES CHOIX STRATEGIQUES
Les choix stratégiques concernent la formulation des objectifs global, stratégiques
et intermédiaires du secteur ainsi que l’identification des axes stratégiques. Ces objectifs
sont ensuite déclinés en actions à mener pour leur réalisation et regroupés en
programmes et projets.

1.1. Objectif global du secteur tourisme


Contribuer efficacement à l’amélioration de la croissance économique et à la
réduction de la pauvreté.

1.2. Objectifs stratégiques du secteur

Pour que le secteur touristique contribue effectivement à l’atteinte de l’objectif


global suscité, les objectifs stratégiques suivants devront être atteints :

1. promouvoir et organiser le tourisme interne ;


2. recevoir au moins 3 500 000 touristes internationaux au cours
des trois prochaines années. Ainsi, la démarche raisonnée pour
atteindre cet objectif cumulé de 3 500 000 touristes en 2009.

Le second objectif stratégique sera atteint de la manière suivante :

ƒ 1ere année (exercice 2007) : recevoir 683 100 touristes


internationaux ;
ƒ 2e année (exercice 2008) : recevoir 990 495 touristes
internationaux ;
ƒ 3e année (exercice 2009) : recevoir 1 826 405 touristes
internationaux.

Les autres objectifs stratégiques sont :

ƒ faire passer la durée moyenne de séjour des touristes de 2 à 4


nuitées dans les trois prochaines années ;
ƒ accroître le taux d’occupation dans les établissements
d’hébergement ;
ƒ améliorer la qualité des services offerts aux touristes ;
ƒ augmenter significativement les dépenses effectuées par les
touristes.

1.3 Objectifs intermédiaires

Pour atteindre les objectifs stratégiques sus-mentionnés, les objectifs


intermédiaires suivants devront être réalisés :
90
1. mener des actions visant à réduire, voire éradiquer les menaces
diverses qui pèsent sur l’environnement du tourisme balnéaire ;
2. développer et promouvoir les produits écotouristiques ;
3. dynamiser le tourisme de safari photo ;
4. dynamiser et améliorer la gestion du tourisme cynégétique ;
5. organiser et promouvoir les activités culturelles à des fins
touristiques ;
6. organiser et promouvoir l’agrotourisme ;
7. dynamiser et promouvoir le tourisme sportif ;
8. organiser et promouvoir le tourisme de santé et de cure ;
9. stimuler et dynamiser le tourisme d’affaires et de congrès.

1.4 Axes stratégiques

En tenant compte des objectifs principaux ci-dessus mentionnés, de l’état des


lieux et du bilan diagnostic du secteur, le développement du tourisme passe par huit (8)
axes stratégiques, à savoir :

1. organisation et promotion de la santé pour diversifier et enrichir le


produit touristique camerounais ;
2. conservation et utilisation rationnelle des ressources fauniques et
de la flore à des fins touristiques ;
3. développement de l’écotourisme afin d’améliorer le niveau de vie
des populations locales et de lutter contre la pauvreté ;
4. aménagement rationnel de la côte atlantique camerounaise en
vue d’en faire un haut lieu de tourisme balnéaire ;
5. exploitation et promotion des activités sportives pour améliorer
l’image du pays et augmenter la croissance économique du
Cameroun ;
6. mise en œuvre des stratégies appropriées d’organisation des
congrès à des fins de valorisation des potentialités touristiques
du Cameroun ;
7. exploitation des activités agropastorales et rurales à des fins
touristiques pour lutter contre la faim, l’exode rural et diversifier
les sources de revenus des populations locales ;
8. exploitation des manifestations et autres richesses culturelles
pour une meilleure valorisation des potentialités du Cameroun.

91
1.5 Présentation des programmes et leurs objectifs spécifiques par
axe stratégique.
I.5.1 AXE STRATEGIQUE N°1 : Exploitation des activités agropastorales et rurales à des
fins touristiques pour lutter contre la faim, l’exode rural et diversifier les sources de
revenus des populations locales.

L’axe stratégique n°1 est décliné en trois programmes :


- programme de valorisation et de redynamisation de l’agrotourisme ;
- programme de promotion de la bonne gouvernance dans l’agrotourisme ;
- programme d’amélioration des infrastructures indispensables au développement
de l’agrotourisme.
a) Programme de valorisation et de redynamisation de l’agrotourisme
Objectifs spécifiques :

ƒ créer un cadre de concertation entre les partenaires des secteurs public et


privé et les programmes de développement rural et agropastoral (PNVRA,
PNDP, etc…) ;
ƒ faire connaître, affiner et promouvoir le produit agrotouristique ;
ƒ renforcer le dynamisme des opérateurs de l’agrotourisme;
ƒ introduire l’agrotourisme dans les circuits touristiques ;
ƒ mettre sur pied un plan de formation et de suivi des cadres formés ;
ƒ maîtriser les effectifs des personnels relevant des secteurs public et privé du
secteur du tourisme ;
ƒ mettre en place des conventions collectives adaptées à tous les corps de
métier du tourisme en général et de l’agrotourisme en particulier ;
ƒ faire connaître et vulgariser le concept d’agrotourisme ;
ƒ élaborer un répertoire de structures opérationnelles agrotouristiques du
Cameroun ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets de
l’agrotourisme.
b) Programme de promotion de la bonne gouvernance dans l’agrotourisme
Objectif spécifique :

ƒ prendre des mesures appropriées en vue de réduire, voire éradiquer les


tracasseries administratives et policières qui pénalisent le développement et
la promotion du tourisme en général et de l’agrotourisme en particulier.
c) Programme d’amélioration des infrastructures indispensables au
développement de l’agrotourisme
Objectifs spécifiques :

ƒ améliorer les infrastructures de base (routes, eau, électricité, TIC) ;


ƒ améliorer quantitativement et qualitativement les infrastructures d’accueil
92
spécifiques à l’agrotourisme (résidences secondaires, infrastructures
d’hébergement et restauration appropriées) dans certaines localités à fortes
potentialités agrotouristiques ;
ƒ améliorer quantitativement et qualitativement les infrastructures spécifiques à
l’agrotourisme ;
ƒ créer un cadre de concertation entre le ministère du Tourisme et les
ministères Chargés de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Programmation du
Développement et de l’Aménagement du Territoire, des Travaux Publics, de
l’Energie et de l’Eau, GIC, GIE, ONGs…, en vue d’améliorer les
infrastructures indispensables à l’agrotourisme ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures agrotouristiques par
l’orientation des agrotouristes ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

I.5.2 AXE STRATEGIQUE N°2 : Exploitation et promotion des activités sportives à des
fins touristiques pour améliorer la croissance économique et l’image du Cameroun.

L’axe stratégique n°2 est décliné en deux programmes :


- programme de promotion de la bonne gouvernance dans le tourisme sportif ;
- programme de redynamisation du tourisme sportif ;
a) Programme de promotion de la bonne gouvernance dans le tourisme sportif
Objectifs spécifiques :

ƒ impliquer tous les partenaires touristiques à l’organisation et à la gestion des


activités sportives ;
ƒ prendre des mesures réglementaires appropriées pour éradiquer les
tracasseries policières, faciliter l’obtention des visas et des procédures de
contrôle des sorties des objets d’art.
b) Programme de redynamisation du tourisme sportif
Objectifs spécifiques :

ƒ exploiter l’image favorable des athlètes et des exploits sportifs camerounais


pour promouvoir le tourisme ;
ƒ promouvoir équitablement tous les sports pratiqués au Cameroun ;
ƒ exploiter suffisamment les potentialités naturelles et infrastructurelles à des
fins sportives ;
ƒ sensibiliser les organisateurs des événements sportifs en vue d’une
promotion rationnelle du tourisme ;
ƒ faciliter l’accès au financement des investissements en général pour mieux
prendre en compte la dimension touristique dans l’organisation des
évènements sportifs ;
ƒ améliorer quantitativement et qualitativement les infrastructures spécifiques
au tourisme sportif ;

93
ƒ augmenter les équipements nécessaires au tourisme sportif ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets du tourisme
sportif ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

I.5.3 AXE STRATEGIQUE N° 3 : Développement de l’écotourisme pour en faire un outil de


protection de l’environnement et de la biodiversité, d’amélioration du niveau de vie des
populations locales et de lutte contre la pauvreté.

L’axe stratégique n°3 comprend deux programmes :


- programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des moyens
d’existence durable dans les zones à fortes potentialités écotouristiques ;
- programme de valorisation de l’écotourisme.
a) Programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des moyens
d’existence durable dans les zones à fortes potentialités écotouristiques
Objectifs spécifiques :

ƒ améliorer et renforcer la contribution de l’écotourisme à la croissance


économique et à la réduction de la pauvreté ;
ƒ mettre en place un mécanisme d’appui technique et financier aux initiatives
de développement de l’écotourisme ;
ƒ élaborer et faire appliquer scrupuleusement les textes législatifs et
réglementaires relatifs à l’écotourisme ;
ƒ impliquer effectivement tous les partenaires intervenant dans l’écotourisme ;
ƒ veiller à un meilleur encadrement de tous les partenaires impliqués et
particulièrement les partenaires bénéficiaires telles que les populations
riveraines ;
ƒ diversifier les sources de revenus des populations des zones
écotouristiques ;
ƒ améliorer la planification participative des ressources naturelles dans les
zones écotouristiques ;
ƒ désenclaver et aménager rationnellement les zones écotouristiques ;
ƒ améliorer les infrastructures d’hébergement et de loisirs dans les zones
écotouristiques ;
ƒ créer, aménager et sécuriser des zones franches et des points francs
touristiques dans les zones écotouristiques.
b) Programme de valorisation de l’écotourisme
Objectifs spécifiques :

ƒ intensifier la promotion de l’écotourisme camerounais à l’étranger ;


ƒ intensifier la promotion de l’écotourisme camerounais auprès des résidents
nationaux et étrangers ;
ƒ améliorer la gestion des moyens de transport conduisant vers les sites

94
écotouristiques ;
ƒ accroître la contribution des médias à l’information et à la communication en
matière d’écotourisme ;
ƒ intensifier les actions de sensibilisation des partenaires de la culture, de
l’environnement, de la chasse et de la communication sur l’importance de
l’écotourisme ;
ƒ améliorer les infrastructures d’hébergement et de loisirs dans les sites
écotouristiques ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets de
l’écotourisme ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

I.5.4 AXE STRATEGIQUE N°4 : Conservation et utilisation rationnelle des ressources de


la faune et de la flore à des fins touristiques.

L’axe stratégique n°4 comporte deux programmes :


o programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et
environnementale du safari photo ;
o programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et
environnementale du tourisme cynégétique.
a) Programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et
environnementale du safari photo
Objectifs spécifiques :

ƒ rationaliser les méthodes de gestion du safari photo ;


ƒ renforcer les capacités actuelles d’information et de communication de tous
les intervenants sur la nécessité de développer le tourisme de safari photo
au Cameroun ;
ƒ améliorer la qualité du produit safari photo du Cameroun en vue de le rendre
plus compétitif ;
ƒ renforcer la capacité d’accueil des infrastructures et équipements appropriés
dans les parcs nationaux et réserves de faune en collaboration avec les
administrations concernées ;
ƒ renforcer la concertation institutionnelle entre les différentes administrations
en vue de rationaliser la gestion des parcs nationaux et réserves de faune ;
ƒ rétrocéder la gestion et la maintenance des sites touristiques aménagés aux
communautés locales ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets du tourisme
de safari photo ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

95
b) Programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et
environnementale du tourisme cynégétique
Objectifs spécifiques :

ƒ créer une synergie entre les partenaires des secteurs public et privé
impliqués dans le développement du tourisme cynégétique ;
ƒ mener des actions visant à réduire les actes répréhensibles qui
hypothèquent la survie des espèces protégées ;
ƒ mener des actions visant à réduire, voire éradiquer les pressions
anthropiques sur les zones cynégétiques ;
ƒ intensifier la vulgarisation de l’information et de la communication sur le
tourisme cynégétique ;
ƒ renforcer la sensibilisation des opérateurs touristiques et des potentiels
chasseurs sur la nécessité de protéger durablement les espèces fauniques ;
ƒ mettre en place des actions visant à rendre le cadre actuel de collaboration
dans le domaine du tourisme cynégétique plus adapté ;
ƒ augmenter les ressources humaines intervenant dans le tourisme
cynégétique, en vue d’accroître leurs capacités d’intervention ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets du tourisme
cynégétique ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

I.5.5 AXE STRATEGIQUE N°5 : Exploitation des manifestations et d’autres richesses


culturelles pour une meilleure valorisation des potentialités touristiques du Cameroun
afin d’améliorer la croissance économique et lutter contre la pauvreté.
L’axe stratégique N°5 comprend un seul programme à savoir le Programme de
rentabilisation économique et sociale du tourisme culturel.
Programme de rentabilisation économique et sociale du tourisme culturel
Objectifs spécifiques :

ƒ encourager la programmation systématique des manifestations culturelles


par les organisateurs de voyages ;
ƒ mettre en place un système d’information approprié au développement du
tourisme culturel ;
ƒ prendre les mesures qui s’imposent pour impliquer efficacement tous les
partenaires dans l’organisation des événements culturels ;
ƒ rationaliser et renforcer le contrôle ainsi que les inspections dans le secteur
culturel ;
ƒ encourager les nationaux à fréquenter massivement les manifestations
culturelles organisées au Cameroun ;
ƒ intensifier la contribution des médias à la promotion du tourisme culturel ;
ƒ mener des campagnes de sensibilisation à l’étranger en direction des
professionnels de voyages pour la promotion du tourisme culturel national ;
96
ƒ mettre en place un mécanisme de financement approprié au développement
du tourisme culturel ;
ƒ mettre en place un mécanisme de lisibilité des sources de financement
actuelles dans le tourisme culturel ;
ƒ mettre en place un plan de formation et de suivi de l’utilisation des cadres
formés en tourisme et hôtellerie en vue de rationaliser cette utilisation ;
ƒ mettre en place des mesures de stabilisation des ressources humaines dans
le secteur du tourisme ;
ƒ insuffler du dynamisme au projet « La Route de l’Esclave » ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets du tourisme
culturel ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

I.5.6 AXE STRATEGIQUE N°6 : Exploitation des activités de santé à des fins de
promotion touristique pour améliorer la croissance économique.

Cet axe stratégique comprend un seul programme à savoir le programme d’organisation


et de dynamisation du tourisme de santé au Cameroun.
Programme d’organisation et de dynamisation du tourisme de santé au Cameroun
Objectifs spécifiques :

ƒ rationaliser les méthodes de gestion du tourisme de santé ;


ƒ promouvoir et vulgariser le tourisme de santé et de cure ;
ƒ faire connaître le tourisme de santé à tous les partenaires et consommateurs
de ce produit ;
ƒ élaborer et mettre en œuvre une stratégie de renforcement des capacités
des opérateurs touristiques et des professionnels de la santé pour le
développement du tourisme de santé au Cameroun ;
ƒ exploiter les richesses, la diversité et les potentialités du Cameroun dans le
sens de renforcer et d’améliorer les infrastructures d’accueil du tourisme de
santé ;
ƒ renforcer la traduction en actes concrets de la politique du Gouvernement à
développer le tourisme en général et le tourisme de santé en particulier,
notamment dans le cadre des dispositions de la loi n°98/006 du 14 avril 1998
relative à l’activité touristique au Cameroun et en son article 4 alinéa 2 qui
stipule que « les administrations publiques de l’Etat, les organismes publics
et parapublics, les collectivités territoriales décentralisées doivent dans le
cadre de leurs missions respectives promouvoir les activités touristiques
dans leurs politiques sectorielles » ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets du tourisme
de santé ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

97
I.5.7 AXE STRATEGIQUE N°7 : Mise en place des stratégies spécifiques pour attirer au
Cameroun l’organisation des congrès afin de valoriser les potentialités touristiques
nationales.
L’axe stratégique n°7 est constitué d’un unique programme qui est celui de
dynamisation du tourisme de congrès au Cameroun.
Programme de dynamisation du tourisme de congrès au Cameroun
Objectifs spécifiques :

ƒ entreprendre des actions promotionnelles bien ciblées, en vue d’améliorer


l’image du Cameroun comme destination de congrès, de conclure des
contrats avec des « conventions bureaux » et de dynamiser les actions des
hommes d’affaires dans le sens de les amener à investir au Cameroun ;
ƒ accroître la capacité des infrastructures d’hébergement et de restauration de
classe internationale ;
ƒ rénover les infrastructures d’hébergement existantes et notamment le parc
hôtelier de l’Etat ;
ƒ mettre en place des mécanismes de financement adaptés au tourisme de
congrès ;
ƒ mettre en place un programme de renforcement du professionnalisme des
partenaires privés dans l’organisation des congrès ;
ƒ organiser des campagnes de sensibilisation agressives à l’endroit des
partenaires privés en matière de tourisme de congrès et d’affaires ;
ƒ améliorer le système d’information du public vers le privé et entre les
administrations publiques dans le domaine du tourisme d’affaires et de
congrès ;
ƒ prendre des dispositions dissuasives suffisamment efficaces pour faire
respecter rigoureusement les procédures réglementaires par les partenaires
publics et privés en matière d’organisation des congrès ;
ƒ prendre des mesures appropriées pour éradiquer les tracasseries et
lourdeurs administratives de tous ordres dont sont victimes les touristes au
Cameroun ;
ƒ prendre des dispositions pour améliorer la fréquence d’organisation des
congrès au Cameroun ;
ƒ prendre des mesures pour rendre plus réguliers les vols intérieurs ;
ƒ étendre les vols directs à d’autres pays émetteurs de touristes ;
ƒ prendre les mesures pour mieux éclairer les villes concernées ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets du tourisme
d’affaires et de congrès ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.

98
I.5.8 AXE STRATEGIQUE N°8 : Aménagement rationnel de la côte atlantique
camerounaise pour en faire un haut lieu de tourisme balnéaire.

L’axe stratégique n°8 est décliné en deux programmes :


programme d’organisation et de dynamisation du tourisme balnéaire au
-
Cameroun ;
- programme de rentabilisation économique, sociale et environnementale du
tourisme balnéaire.
a) Programme d’organisation et de dynamisation du tourisme balnéaire au
Cameroun
Objectifs spécifiques :

ƒ réglementer l’occupation des plages ;


ƒ limiter les risques de dégradation et de pollution des plages par les
populations riveraines, les touristes, les industries situées dans les environs
des zones balnéaires et les sociétés des hydrocarbures et des produits de
vidanges sanitaires ;
ƒ améliorer la synergie entre les partenaires des secteurs public et privé
impliqués dans le développement du tourisme balnéaire ;
ƒ mener des actions visant à réduire les comportements répréhensibles
observés chez certains opérateurs privés intervenant dans le tourisme
balnéaire ;
ƒ rationaliser les aménagements dans les zones balnéaires ;
ƒ créer, aménager et sécuriser des zones franches et des points francs
touristiques dans les zones balnéaires ;
ƒ faciliter l’identification des sites et autres infrastructures touristiques pour
l’orientation des touristes.
b) Programme de rentabilisation économique, sociale et environnementale du
tourisme balnéaire
Objectifs spécifiques :

ƒ intensifier les actions de sensibilisation en direction des investisseurs et des


opérateurs touristiques étrangers en matière de développement du tourisme
balnéaire ;
ƒ améliorer la synergie entre les partenaires publics et privés compétents, les
ONGs et la société civile en matière d’information et de communication sur le
tourisme balnéaire ;
ƒ améliorer la redistribution des revenus de la taxe pollueur/payeur pour mieux
impliquer les riverains.
ƒ améliorer et renforcer le professionnalisme des acteurs publics et privés
intervenant dans le tourisme balnéaire ;
ƒ prendre les mesures appropriées visant à réduire la précarité de l’emploi
dans le domaine du tourisme balnéaire ;
ƒ rationaliser la planification des activités relevant de la gestion et du
99
développement du tourisme balnéaire ;
ƒ rationaliser la promotion et la commercialisation des potentialités balnéaires
du Cameroun dans les marchés émetteurs ;
ƒ mener des actions de charme et de lobbying auprès des grands groupes
touristiques internationaux et des chaînes hôtelières internationales, en vue
de les intéresser à s’investir dans les zones balnéaires camerounaises ;
ƒ promouvoir la démarche STEP dans les programmes et projets du tourisme
balnéaire.

1.6 ORIENTATIONS STRATEGIQUES


L’atteinte de l’objectif global retenu dans le cadre de cette stratégie sectorielle de
développement passe inéluctablement par l’accomplissement des objectifs intermédiaires et
des objectifs spécifiques ci-dessus mentionnés. Dans cette perspective à court et moyen
termes, et compte tenu des grandes potentialités touristiques du Cameroun ; il est indiqué de
régionaliser les interventions, pour combiner les objectifs de développement économique, de
lutte contre la pauvreté à l’échelle nationale et de poursuivre le processus de décentralisation.
Cette logique d’intervention commande d’identifier les objectifs prioritaires et des
orientations stratégiques en tenant compte des produits touristiques phares de chaque province
du Cameroun. Cette option stratégique a été préférée à celle qui aurait consisté à choisir un
produit national phare, ceci en vue de favoriser le développement équilibré des provinces et
lutter efficacement contre la pauvreté au niveau local.

I.6.1 Province de l’Adamaoua

Orientation stratégique N°1 :

ƒ développer le tourisme culturel et l’écotourisme pour en faire le levier de


développement économique, social, culturel et environnemental de cette
province.
Objectifs prioritaires :

1. organiser et promouvoir les activités culturelles à des fins touristiques ;


2. développer et promouvoir les produits écotouristiques.
Programmes prioritaires :

1. programme de rentabilisation économique et sociale du tourisme


culturel ;
2. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
3. programme de valorisation de l’écotourisme.

100
I.6.2 Province du Centre
Orientation stratégique N°2 :

ƒ redynamiser le tourisme d’affaires et de congrès et faire de l’écotourisme des


produits très compétitifs dans l’optique d’améliorer la croissance économique.
Objectifs prioritaires :

1. stimuler et dynamiser le tourisme d’affaires et de congrès ;


2. développer et promouvoir les produits écotouristiques.
Programmes prioritaires :

1. programme de dynamisation du tourisme de congrès au Cameroun ;


2. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
3. programme de valorisation de l’écotourisme.

I.6.3 Province de l’Est


Orientation stratégique N°3 :

ƒ faire du tourisme cynégétique et de l’écotourisme des vecteurs de


développement durable de la Province de l’Est.
Objectifs prioritaires :

1. dynamiser et améliorer la gestion du tourisme cynégétique ;


2. développer et promouvoir les produits écotouristiques.
Programmes prioritaires :

1. programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et


environnementale du tourisme cynégétique ;
2. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
3. programme de valorisation de l’écotourisme.

I.6.4 Province de l’Extrême -Nord


Orientation stratégique N°4 :

ƒ promouvoir le safari photo et l’écotourisme afin de relancer le développement


économique, social, culturel et environnemental de la Province de l’Extrême-
Nord.
Objectifs prioritaires :

1. dynamiser le tourisme de safari photo ;


2. développer et promouvoir les produits écotouristiques.

101
Programmes prioritaires :

1. programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et


environnementale du safari photo ;
2. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
3. programme de valorisation de l’écotourisme.

I.6.5 Province du Littoral


Orientation stratégique N°5 :

ƒ faire du tourisme d’affaires et de congrès et de l’écotourisme des piliers de


développement économique, social, culturel et environnemental de la Province
du Littoral.
Objectifs prioritaires :

1. stimuler et dynamiser le tourisme d’affaires et de congrès ;


2. développer et promouvoir les produits écotouristiques.
Programmes prioritaires :

1. programme de dynamisation du tourisme de congrès au Cameroun ;


2. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
3. programme de valorisation de l’écotourisme.

I.6.6 Province du Nord


Orientation stratégique N°6 :

ƒ redynamiser le safari photo et le tourisme cynégétique afin d’améliorer leur


contribution au développement économique et à la lutte contre la pauvreté dans
la Province du Nord.
Objectifs prioritaires :

1. dynamiser le tourisme de safari photo ;


2. dynamiser et améliorer la gestion du tourisme cynégétique.
Programmes prioritaires :

1. programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et


environnementale du safari photo ;
2. programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et
environnementale du tourisme cynégétique.

I.6.7 Province du Nord-ouest


Orientation stratégique N°7 :
102
ƒ améliorer le niveau de vie des populations de cette province à travers le
développement du tourisme culturel et de l’écotourisme.
Objectifs prioritaires :

1. organiser et promouvoir les activités culturelles à des fins touristiques ;


2. développer et promouvoir les produits écotouristiques.
Programmes prioritaires :

1. programme de rentabilisation économique et sociale du tourisme


culturel ;
2. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
3. programme de valorisation de l’écotourisme.

I.6.8 Province de Ouest


Orientation stratégique N°8 :

ƒ Améliorer le niveau de vie des populations de la province de l’Ouest à travers le


développement du tourisme culturel et de l’écotourisme.
Objectifs prioritaires :

1. Organiser et promouvoir les activités culturelles à des fins


touristiques ;
2. Développer et promouvoir les produits écotouristiques.
Programmes prioritaires :

1. programme de rentabilisation économique et sociale du tourisme


culturel ;
2. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
3. programme de valorisation de l’écotourisme.

I.6.9 Province du Sud


Orientation stratégique N°9 :

ƒ consolider le développement du tourisme balnéaire et de l’écotourisme afin de


promouvoir un développement durable de la province du Sud.
Objectifs prioritaires :

1. mener des actions visant à réduire, voire éradiquer les menaces


diverses qui pèsent sur l’environnement du tourisme balnéaire ;
2. développer et promouvoir les produits écotouristiques.
Programmes prioritaires :

103
1. programme d’organisation et de dynamisation du tourisme balnéaire au
Cameroun ;
2. programme de rentabilisation économique, sociale et environnementale
du tourisme balnéaire ;
3. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des
moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
4. programme de valorisation de l’écotourisme.

I.6.10 Province du Sud-ouest


Orientation stratégique N°10 :

ƒ faire de l’écotourisme et du tourisme sportif des moteurs de développement


économique, social, culturel et environnemental de la province du Sud-ouest.
Objectifs prioritaires :

1. développer et promouvoir les produits écotouristiques ;


2. organiser et promouvoir le tourisme de sportif.
Programmes prioritaires :

1. programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des


moyens d’existence durable dans les zones à fortes potentialités
écotouristiques ;
2. programme de valorisation de l’écotourisme ;
3. programme de promotion de la bonne gouvernance dans le tourisme
sportif ;
4. programme de redynamisation du tourisme sportif.

Cette approche méthodologique permet de prendre en compte les préoccupations


nationales, régionales et locales ; en plus assurer la cohérence entre les objectifs nationaux,
régionaux et locaux de développement. Dans ce registre, l’élaboration des Programmes
d’Investissement Prioritaire Régionaux (PIPR) et l’identification des actions à mener sont
indispensables. Les tableaux ci-après présentent les actions à mener par produit touristique tels
que précédemment identifiés.

Les Programmes d’Investissement Prioritaires Régionaux (PIPR), déclinaisons du


Programme d’Investissement Prioritaire Sectoriel (PIPS), seront présentés après le PIPS.

1.7 Evaluation financière de la mise en œuvre de la stratégie de


développement du tourisme

Le coût total prévisionnel et triennal de mise en œuvre de la stratégie de développement


du tourisme est présenté au tableau n°29. Il s’élève à environ 164 milliards de Francs CFA.

104
Tableau n° 29 : Coût total et prévisionnel de mise en œuvre de la stratégie du tourisme.
Dépenses annuelles Montant Année Montant Montant Montant total
2007 Année 2008 Année 2009 par produit
Produit touristique
Tourisme culturel 5,26 7,64 14,09 26,99
Tourisme cynégétique 1,87 2,71 5,00 9,58
Tourisme de safari photo 6,33 9,18 16,94 32,45
Tourisme balnéaire 1,59 2,30 4,24 8,13
Tourisme sportif 4,79 6,95 12,81 24,54
Tourisme de santé et de cure 0,48 0,69 1,28 2,45
Agrotourisme 1,89 2,74 5,05 9,67
Ecotourisme 4,02 5,84 10,77 20,63
Tourisme d'affaires et de congrès 8,05 11,68 21,54 41,26
Total (en milliards de Fcfa) 31,90 46,29 85,39 163,58

Compte tenu de la rareté des ressources face aux besoins, les actions à mener en vue
d’atteindre les objectifs stratégiques ont été priorisés sur les bases des principes
d’aménagement du territoire. Ainsi, le coût total prévisionnel du Programme de Dépenses
Publiques Prioritaires triennal (PDPP), investissement et fonctionnement compris, est estimé à
50 milliards de Francs Cfa, soit moins du tiers des dépenses globales couvrant la mise en
œuvre de la stratégie (tableau n°31)

Les dépenses prioritaires sont réparties ainsi qu’il suit, sur la période 2007-2009 :

- Année 2007 : 9,87 milliards de Francs Cfa ;


- Année 2008 : 14,33 milliards de Francs Cfa ;
- Année 2009 : 26,43 milliards de Francs Cfa.

La mise en œuvre du Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) coûtera 49,72


milliards de Francs Cfa sur la période 2007-2009 alors que les dépenses prioritaires de
fonctionnement sont chiffrées autour de 0,9 milliards sur la même période.

Tableau n°30 : Récapitulatif du programme de dépenses publiques prioritaires par


fonctionnement en investissement (en milliards de Fcfa)
Dépenses de la stratégie du secteur Montant Montant Montant
Montant Total
tourisme Année 2007 Année 2008 Année 2009

Investissement prioritaire 9,71 14,09 25,99 49,79


Fonctionnement prioritaire 0,16 0,24 0,44 0,83

Total (en milliards de Fcfa) 9,87 14,33 26,43 50,62

105
Le tableau n°31 récapitule les dépenses prioritaires suivant les produits touristiques
prioritaires d’une part, et suivant les programmes prioritaires d’autre part. La répartition des
dépenses par forme de tourisme prioritaire se présente de la manière suivante :

- Ecotourisme : 18,57 milliards de Francs Cfa ;


- Tourisme culturel : 9,93 milliards de Francs Cfa ;
- Tourisme d’affaires et de congrès : 8,25 milliards de Francs Cfa ;
- Tourisme de safari photo : 6,49 milliards de Francs Cfa ;
- Tourisme cynégétique : 1,92 milliards de Francs Cfa ;
- Tourisme sportif : 2,45 milliards de Francs Cfa ;
- Tourisme balnéaire : 0,8 milliards de Francs Cfa.

Tableau n°31 : Coûts prévisionnels du programme des dépenses prioritaires sur la période 2007-2009
Dépenses annuelles Montant Montant Montant Montant
Formes de tourisme/programmes de la stratégie Année 2007 Année 2008 Année 2009 Total
Ecotourisme 3,62 5,25 9,69 18,57
Programme de développement de l’écotourisme et d’amélioration des moyens
0,32 0,46 0,86 1,64
d’existence durable dans les zones à fortes potentialités écotouristique

Programme de valorisation de l’écotourisme 3,30 4,79 8,84 16,93


Tourisme culturel 1,94 2,81 5,18 9,93
Programme de rentabilisation économique et sociale du tourisme culturel 1,94 2,81 5,18 9,93
Tourisme d'affaires et de congrès 1,61 2,34 4,31 8,25
Programme de dynamisation du tourisme de congrès au Cameroun 1,61 2,34 4,31 8,25
Tourisme de safari photo 1,27 1,84 3,39 6,49
Programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et
1,27 1,84 3,39 6,49
environnementale du safari photo
Tourisme cynégétique 0,37 0,54 1,00 1,92
Programme de rentabilisation économique, sociale, culturelle et
0,37 0,54 1,00 1,92
environnementale du tourisme cynégétique
Tourisme sportif 0,48 0,69 1,28 2,45
Programme de promotion de la bonne gouvernance dans le tourisme sportif 0,01 0,02 0,04 0,07

Programme de redynamisation du tourisme sportif 0,46 0,67 1,24 2,38


Tourisme balnéaire 0,16 0,23 0,42 0,81
Programme d’organisation et de dynamisation du tourisme balnéaire au
0,04 0,05 0,10 0,19
Cameroun
Programme de rentabilisation économique, sociale et environnementale du
0,12 0,18 0,33 0,62
tourisme balnéaire.
Total (en milliards de Fcfa) 9,44 13,70 25,28 48,42

106
En prélude à la décentralisation effective des affaires de l’Etat, le programme
d’investissement prioritaire a été régionalisé. Le tableau n° 32 présente les coûts des
programmes d’investissement prioritaire pour les 10 provinces du Cameroun.

Tableau n° 32 : Coûts des programmes d’investissement prioritaire régionaux

Programme d'investissement prioritaire Montant Année Montant Montant Montant Total


régional 2007 Année 2008 Année 2009 par province

Province de l'Adamaoua 1,09 1,59 2,93 5,62

Province de l'Ouest 1,00 1,45 2,67 5,11

Province du Centre 1,44 2,10 3,87 7,40

Province de l'Est 0,66 0,96 1,77 3,39

Province de l'Extrême Nord 1,11 1,61 2,97 5,68

Province du Littoral 1,11 1,62 2,98 5,71

Province du Nord 0,81 1,18 2,17 4,16

Province du Nord Ouest 1,00 1,45 2,67 5,11

Province du Sud 0,54 0,78 1,43 2,74

Province du Sud Ouest 0,95 1,37 2,53 4,85

Total national 9,71 14,09 25,99 49,79

107
CHAPITRE II : COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES
II.1 Vérification et mise en évidence de la cohérence intra et
intersectorielle
II.1.1 Objectifs et moyens programmés

Les principes suivants constituent les orientations non seulement visant un secteur
tourisme, maillon essentiel du développement économique du Cameroun, mais également un
levier de lutte contre la pauvreté.

L’approche programmes, projets, actions et activités doit être holistique et ciblée pour
une période de trois années consécutives, de manière à produire des effets significatifs, visibles
et durables.

Le Ministère du Tourisme est la structure de coordination de cette stratégie sectorielle,


de par ses missions et la nature des interventions à mener dans ce secteur. Ce rôle placé au-
dessus de celui d’une agence d’exécution entraîne de facto une décentralisation de certaines
actions et activités, une forte implication de la société civile, des populations et autres parties
prenantes à la mise en œuvre de cette stratégie.

En définitive, il est important de noter que cette stratégie est essentiellement publique,
car les autres intervenants ayant une implication indirecte dans ce secteur.

II.1.2 Modalités de mise en œuvre de la stratégie

Le succès de la mise en œuvre de la présente stratégie est largement tributaire de la


contribution des différentes parties prenantes et de l’efficacité des mécanismes de coordination,
de suivi et d’évaluation des actions retenues d’une part, et d’autre part de la vérification
constante de la cohérence intra et intersectorielle par le Ministère du Tourisme avec l’appui
technique du Ministère de la Planification, de la Programmation du Développement et de
l’Aménagement du Territoire.

II.1.3 Rôle des intervenants/parties prenantes

La mise en œuvre de cette stratégie sera l’œuvre de divers intervenants du secteur


public, du secteur privé, de la coopération internationale, de la société civile et des populations.
Sa coordination est assurée par le Ministère du Tourisme dont l’une des premières tâches
consistera à promouvoir la stratégie auprès de tous les intervenants dans le secteur, et à mettre
en place un cadre de concertation permanente entre ces différents intervenants. Cette
démarche permettra d’harmoniser les interventions. Quatre (4) catégories d’acteurs sont
identifiées :

a) Acteurs du secteur public

108
Le Ministère du Tourisme assure les missions de conception de la stratégie et des plans
de développement du tourisme, de coordination des actions, de suivi et d’évaluation de leur
mise en œuvre sur le terrain. Le Ministère du Tourisme procède également à la mise en œuvre
directe de certaines actions spécialisées, surtout dans les domaines de la promotion du
tourisme, de l’aménagement et de la viabilisation des sites touristiques.

Au regard de la responsabilité du Ministère du Tourisme dans son secteur de


compétence, ce département ministériel est chargé de la gestion, de la cohérence et de la
synergie des actions menées par les structures externes et celles placées sous sa tutelle.

b) Acteurs de la société civile

Les parties prenantes identifiées sont essentiellement les ONGs et les associations.
Elles participent à la mise en œuvre des actions retenues dans le programme de lutte contre la
corruption et la promotion de la gouvernance publique. Ces parties interviennent aussi dans le
développement du secteur à travers les associations des guides de tourisme, restaurateurs,
agences de voyages et hôteliers.

c) Acteurs de la coopération internationale

Les divers organismes et agences de coopération constituent des partenaires du


Ministère du Tourisme, ils interviennent surtout dans le développement de l’écotourisme, du
tourisme culturel et, d’une manière générale, du tourisme durable.
d) Acteurs du secteur privé

Les établissements d’hébergement, les établissements de restauration, les restaurations


de loisir et les agences de voyages relevant du secteur privé, jouent un rôle primordial dans le
développement du secteur tourisme, d’où la nécessité de suivre leurs activités, de créer une
banque de données sur ces acteurs du secteur privé et mettre en place un cadre partenarial
public / privé. L’Etat doit prendre toutes les mesures visant à faciliter le développement du
secteur privé.
e) Populations

Les populations, encore appelées partenaires bénéficiaires, jouent durant les phases
de mise en oeuvre, de suivi et d’évaluation de la Stratégie Sectorielle du Tourisme un rôle
primordial. La réussite de la mise en oeuvre du suivi et de l’évaluation de cette stratégie est
tributaire de leur degré d’implication dans les phases précitées.

109
II.2 Organisation de la mise en évidence de la cohérence
des objectifs et moyens programmés dans le secteur avec les
stratégies des autres secteurs.

II.2.1 Sur le plan administratif

La coordination de la mise en œuvre de la cohérence et de la synergie intra et


intersectorielles est de la compétence des Services du Premier Ministre selon l’importance de
l’activité à mener ; elle se résume à la présidence des réunions interministérielles organisées à
l’intention des départements ministériels impliqués dans le secteur.

II.2.2 Sur le plan technique

Le Ministère du Tourisme en tant que département ministériel responsable technique du


secteur, doit veiller sur la synergie et la cohérence des actions menées dans le cadre de la mise
en œuvre de la stratégie dudit secteur. D’où la nécessité de mettre en place des cadres de
concertation des intervenants dans chaque programme retenu dans le document de stratégie.

Cette démarche permettra d’atteindre les objectifs visés et d’utiliser rationnellement les
ressources humaines et budgétaires, ainsi que les moyens matériels programmés par les
structures impliquées.

Le Ministère de la Planification, de la Programmation du Développement et de


l’Aménagement du Territoire dans le cadre de l’élaboration des stratégies de développement et
du suivi de leur mise en œuvre, devrait veiller à la prise en compte des aspects transversaux du
secteur et aux cohérences intra et intersectorielles.

II.2.3 Sur le plan budgétaire

Le Ministère de la Programmation du Développement et de l’Aménagement du Territoire


et le Ministère de l’Economie et des Finances, lors de l’élaboration du Programme
d’Investissement Public et aux conférences budgétaires respectivement, s’assurent pendant les
conférences budgétaires que les programmes, les projets et les opérations à financer par le
Budget d’investissement public et Budget de fonctionnement, prennent en compte la synergie et
la cohérence intra et intersectorielles.

L’étude d’opportunité du regroupement au niveau transversal des objectifs et des


programmes d’actions communs à plusieurs secteurs a été faite à partir des programmes
d’actions par projet visé et de l’identification des intervenants appartenant à d’autres secteurs.

110
CHAPITRE III : DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE, SUIVI ET
EVALUATION DE LA STRATEGIE
III.1 Organisation prévue pour la gestion de la mise en
œuvre de la stratégie
III.1.1 Organes de supervision, de coordination et de contrôle

a) Organe de supervision

La supervision de la mise en œuvre de la stratégie sectorielle du tourisme est de la


compétence des Services du Premier Ministre.

b) Organe de coordination opérationnelle

La mise en œuvre de la stratégie nécessite une coordination générale au niveau


central ; cette coordination est assurée par le Ministère du Tourisme. Il est important de
mentionner que dans la perspective de la décentralisation, les organes de coordination seront
créés aux niveaux provincial et départemental.

c) Objet de la coordination opérationnelle

La coordination quel que soit son niveau, a pour objet :

ƒ la validation des procédés de travail, des approches et des méthodes ;


ƒ le cadrage des activités ;
ƒ la capitalisation des résultats ;
ƒ l’alimentation des réseaux d’échanges d’informations ;
ƒ la diffusion des informations sur l’évolution de la mise en œuvre de la stratégie.

Les organes de coordination doivent spécialement :


ƒ susciter auprès des parties prenantes une circulation de l’information et un esprit de
collaboration dans la réalisation des activités ;
ƒ amener chacun à indiquer clairement dans ses plans de travail, les activités qui
nécessitent la collaboration d’autres acteurs ;
ƒ susciter auprès des différents acteurs une mise en commun de leurs ressources
pour la réalisation des activités qui l’exigent ;
ƒ contrôler l’utilisation des ressources disponibles dans le cadre de la mise en œuvre
de la stratégie.
L’organe de coordination générale assurera également la mobilisation et la répartition
des financements extérieurs, afin d’éviter les chevauchements et de garantir une utilisation
rationnelle des ressources.

111
d) Organisation de la coordination opérationnelle

La coordination des activités intéresse toutes les parties prenantes du secteur à savoir :

ƒ le Ministère du Tourisme ;
ƒ les autres Administrations concernées ;
ƒ la société civile et le secteur privé ;
ƒ les agences de coopération ;
ƒ les représentants des syndicats et associations des professionnels du secteur ;
ƒ les représentants des populations.

Les organes de coordination seront créés ou dynamisés à différents niveaux, en tenant


compte des programmes d’action et des domaines d’intervention. Les commissions
spécialisées, en fonction des domaines d’intervention, chargées de l’évaluation seront mises en
place au sein de chaque organe de coordination. Le tableau ci-après présente les différents
niveaux d’intervention et les structures chargées de gérer les organes de coordination.
Tableau n°33 : Présentation des différents niveaux d’intervention et des structures chargées de la
gestion des organes de coordination.
Echelle d’intervention Niveau d’intervention Structure responsable
Niveau intra sectoriel Services du Premier Ministre
Centrale Niveau intersectoriel Services du Premier Ministre
Niveau interne Ministère du Tourisme
Niveau provincial Services du Gouverneur
Périphérique
Niveau départemental Préfecture

e) Instruments et outils de la coordination et de contrôle

La coordination et le contrôle des activités se font par :


ƒ l’élaboration d’une stratégie marketing pour la mise en œuvre de la stratégie ;
ƒ la tenue des réunions semestrielles de concertation ;
ƒ l’exploitation et la synthèse des rapports d’activités des parties prenantes ;
ƒ l’exploitation et la synthèse des informations provenant des organismes de
coopération ;
ƒ l’élaboration d’un rapport annuel de synthèse des activités du secteur ;
ƒ la constitution d’une base de données.

f) Moyens de la coordination opérationnelle

Chaque organe de coordination sera institué par un texte réglementaire relatif à son
fonctionnement. A ce titre il disposera pour son fonctionnement :

112
ƒ des ressources financières suffisantes et des moyens matériels et logistiques
propres (micro-ordinateur, photocopieurs, véhicules, moyens de communications,
appareils de reliure, etc.) ;
ƒ d’une capacité de gestion de l’information et d’une capacité d’assurer une bonne
circulation de cette information ;
ƒ d’une capacité d’utilisation des procédures et directives des organes de coopération.

III.2 Suivi et évaluation de la mise en œuvre de la stratégie


Le Ministère du Tourisme est chargé du suivi et de l’évaluation générale de la mise en
œuvre des actions retenues dans ce document de stratégie.

III.2.1 Mécanismes de suivi de la mise en œuvre de la stratégie

Le suivi de la mise en œuvre de la stratégie est une activité quotidienne du Ministère du


Tourisme à travers ses différentes directions. Le suivi des moyens, des résultats techniques et
autres résultats attendus se fera sur la base des informations contenues dans le cadre logique.
Ce suivi utilise les indicateurs clés de suivi/performance des programmes ainsi que le tableau
de bord de suivi sectoriel qui sera confectionné également en tenant compte des résultats
périodiques visés.

III.2.2 Mécanisme d’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie.

L’évaluation des activités permettra d’assurer un feed-back continu nécessaire à


l’amélioration de la mise en œuvre des programmes/projets de la stratégie. Chaque
programme/projet développé dans le cadre de cette stratégie devra être accompagné d’un
système opérationnel d’évaluation comportant les éléments ci-après :
ƒ organisation des sessions semestrielles de monitoring du programme au niveau
opérationnel ;
ƒ organisation des sessions annuelles de revue/planification du programme.

L’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie proprement dite se fera à travers les


dispositions ci-après :
ƒ renforcement du système national d’informations sur le développement du Tourisme
au niveau central, provincial et départemental ;
ƒ élaboration des rapports à différents niveaux ; destinés à la hiérarchie et aux
intervenants du secteur ;
ƒ tenue des sessions semestrielles de monitoring des activités au niveau
opérationnel ;
ƒ organisation des sessions annuelles de revue/planification aux différents niveaux à
savoir : central, provincial et départemental.

113
III.2.3 Organe d’animation et d’encadrement du suivi et de l’évaluation

Le Ministère de la Planification, de la Programmation du Développement et de


l’Aménagement du Territoire mettra en place un comité technique chargé de l’animation et de
l’encadrement du suivi et de l’évaluation des stratégies. Ce comité technique devra être doté de
moyens humains, matériels et budgétaires conséquents pour bien mener cette importante
mission.

III.2.4 Cadre conceptuel de suivi évaluation Participatif de la Stratégie de


Développement du Secteur Tourisme

Le cadre conceptuel de suivi évaluation ci-dessous schématisé est un instrument de


promotion de développement participatif du tourisme camerounais. Ce cadre permet
d’uniformiser la démarche de Suivi Evaluation aux niveaux central, provincial et départemental.

114
Cadre conceptuel du suivi évaluation participatif de la stratégie de développement du secteur du tourisme

Objectif : Suivre, Evaluer, Informer, Orienter et Contribuer à la mise en œuvre de la


stratégie sectorielle du Tourisme
Instruments :
Partenariat
• Indicateurs de performance pertinents et observable
• Etat • Informations spécifiques
• Secteur privé
• Structure, Organisation, Ressources, Savoir-faire
• Collectivités Territoriales
Décentralisées
• Multilatéraux Stratégie de développement du secteur
• Bilatéraux du Tourisme

de moyen terme : Indicateur


Indicateurs de processus et

Processus itératif de suivi


• Associations des

de résultat et d’impact
Suivi de court terme :
Données de base
professionnels du secteur Objectifs Internationaux

de moyens
• Syndicats des de Développement
professionnels du secteur
• ONGs
Stratégie de Réduction de la Pauvreté
• Populations Priorités
(Objectifs Nationaux de

Organes de coordination aux niveaux : Objectif : Données de qualité, désagrégées


national, provincial et départemental et disponibles en temps utile

Utilisateur Gestion Instruments :


Système Central de
Statistique du MINTOUR Organisation • Coordination générale
Ressources • Coordination opérationnelle
Structure
• Structures, Ressources, Savoir-
Collecte Analyse faire
Traiteme Diffusion • Analyses, Méta-données
115
III.2.5 Indicateurs de suivi/performance, de résultats et d’impact de la
stratégie

L’évaluation de la stratégie se fera à travers l’évolution des indicateurs de


résultats suivants :
- nombre d’arrivée des touristes internationaux,
- durée moyenne de séjour dans les établissements d’hébergement,
- durée moyenne de séjour des touristes ;
- taux d’occupation des chambres,
- degré de satisfaction des touristes ;
- dépense moyenne d’un touriste international.

Les retombées de la mise en œuvre de la stratégie pourront être captées par les
indicateurs d’impact ci-après :
- recettes touristiques versées à l’Etat,
- nombre d’emplois (directs et indirects) générés par les activités touristiques,
- salaires versés dans le secteur touristique,
- contribution du tourisme à l’économie (mesurée par la valeur ajoutée
touristique rapportée au PIB national),
- la contribution du tourisme à la croissance économique ;
- la contribution du tourisme à la réduction de la pauvreté ;
- le PIB touristique ;
- la pression touristique.

L’annexe 2 récapitule les indicateurs de performance spécifiques au secteur et


cohérents avec les objectifs globaux et spécifiques à atteindre à court et moyen termes.

116
CONCLUSION GENERALE : PERSPECTIVES SOCIO-
ECONOMIQUES DU TOURISME

La simulation de l’évolution de quelques indicateurs de l’activité touristique au


Cameroun sur la période 2007-2009 (tableau 30), met en évidence des perspectives
optimistes intrinsèques de cette activité. Sa forte contribution à la croissance
économique, à la création d’emplois et à l’amélioration du niveau des recettes
budgétaires de l’Etat en sont les principales rubriques.
Sur le plan de la demande, les arrivées des touristes internationaux passeront
de 506 616 en 2006, à 683 100, 990 495, et 1 826 405 en 2007, 2008 et 2009
respectivement. Cette croissance soutenue des arrivées des touristes internationaux de
35 %en 2007, puis 45 % en 2008 et enfin 84 % en 2009, constitue l’une des conditions
indispensables pour faire du tourisme l’un des maillons essentiels de la stratégie
gouvernementale de lutte contre la pauvreté et de relance économique.
Pour avoir l’impact souhaité sur les recettes touristiques, la croissance des
arrivées des touristes internationaux devra s’accompagner entre autres, d’un
prolongement de la durée moyenne de séjour dans les établissements d’hébergement.
A cet effet, cet indicateur passera de 2 jours en 2006 à 4 jours en 2009.
La dépense moyenne par séjour d’un touriste, comprenant essentiellement les
dépenses liées à l’hébergement, à la restauration, au transport interne, à la
communication, à la taxe d’aéroport, au droit de visa, à l’achat d’objets de souvenir et
autres dépenses, passera de 300.000 FCFA en 2006 à 322.800, 352.820 et 387044
FCFA en 2007, 2008 et 2009 respectivement.
Les recettes perçues par l’Etat sur les activités touristiques qui seront suivies
comme indicateur dans le cadre de cette stratégie couvrent les droits de visa, le timbre
d’aéroport, les doits d’accès aux parcs, les permis et titres de chasse, la TVA sur les
recettes hôtelières, sur les recettes des agences de voyage, sur les recettes des
restaurants autonomes ainsi que les redevances aéronautiques et les licences
d’exploitation des établissements de tourisme. Ces recettes passeront de 67 milliards
en 2006 à 94, 136 et 254 milliards de FCFA en 2007, 2008 et 2009 respectivement.
Il convient de noter que, du fait des insuffisances de l’appareil statistique actuel,
la liste des domaines couverts par ces recettes budgétaires n’est pas exhaustive. La
mise en place du Compte Satellite du Tourisme permettra dès 2007, d’améliorer
quantitativement et qualitativement les statistiques sur l’activité touristique au
Cameroun.
A cet effet, la contribution du tourisme à l’économie mesurée ici par le rapport
Valeur Ajoutée du secteur touristique sur le Produit Intérieur Brut (VA/PIB), qui jusqu’ici
ne prenait en compte que la branche hôtellerie et restauration, sera considérablement
améliorée à la hausse. Ainsi, ce rapport pourrait passer de 2 % en 2006 à 35 % en
2007 date du début de la mise en œuvre de la stratégie ; puis 36,8 % en 2008 et enfin à
40,1 % en 2009.
117
En définitive, il est clair qu’aussi prometteuses que puissent être les
perspectives du tourisme camerounais pour les trois prochaines années, l’atteinte de
ces objectifs ne peut être effective que par la mise à disposition des moyens
conséquents pour mettre en œuvre dès 2007 cette stratégie sectorielle du tourisme.

118
Tableau 34: Simulations de l’évolution de quelques indicateurs de l’activité touristique de 2007 à 2009

Années
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Rubriques
Nombre d'arrivées de touristes
internationaux 506 616 506 616 683 100 990 495 1 826 405
Durée moyenne de séjour dans les
Etablissements d’hébergement (jour) 2 2 2 2 3 3 4
Taux d'occupation des chambres dans les
établissements d'hébergement (%) 22 22 30 43 79
Dépense moyenne par séjour d'un touriste
(FCFA) 300 000 300 000 322 800 352 820 387 044
Nombre d'emplois créés
(hôtels et restaurants) 48 350 48 350 48 350 48 350 51 251 54 326 57 586

Recettes directes générées par les activités


touristiques (milliards de FCFA) 69, 712 69, 712 94 ,111 136, 461 251, 089
Contribution du tourisme à l'économie
(VA secteur touristique/PIB) (%) 2,4 2,4 2,4 2,4 35 36,8 40,1
Source: MINTOUR

119
BIBLIOGRAPHIE
1) Fernando Muñoz Oñate. 1994. Marketing Turίstico. Madrid. Editorial Centro de
estudios Ramón Areces S.A. 819 p.
2) Francisco Dominguez Moliner. 1995. Derecho administrativo y legislación
turistica. Madrid. Editorial Centro de estudios Ramón Areces S.A . 542 p.
3) George, S Yip Paramon. Strategia Global total, la gestión hacia la ventaja
competitiva mundial. 1993. Barcelone. 300 p.
4) Groupe de Concertation sur l’Agrotourisme au Québec. 2001. Problématique de
développement de l’agrotourisme au regard de l’aménagement et de la protection
du territoire agricole. Québec. Groupe de Concertation sur l’agrotourisme au
Québec. 90 p.
5) GTZ. 2001. Document sur l’Etude d’Inventaire des Sites Touristiques et
l’Elaboration du Schéma Directeur de l’Aménagement Touristique National.
Yaoundé. GTZ. 77 p.
6) INS. 2005. Comptes Nationaux du Cameroun 1993-2003. 134 p.
7) INS. 2005. Dispositif statistique de suivi/évaluation du DSRP et des OMD. 73 p.
8) Isabel Albert Piñole. 1995. Gestión y técnicas de Agencias de Viajes. Madrid.
Sintesis. 319 p.
9) Le Petit Larousse illustré. 2002. Paris. Larousse. 1786 p.
10) MINEPAT. 2002. Guide méthodologique pour l’Elaboration des Stratégies de
Développement. Yaoundé. DPD. 39 p.
11) MINPLAPDAT. 2005. Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté révisé
au 30 juin 2005. 50 p.
12) MINPLAPDAT. 2005. Rapport d’étape de mise en œuvre du DSRP avril 2003
mars 2004. volume I.
13) MINTOUR. 2003. Document de Stratégie Nationale pour le Développement de
l’Ecotourisme du Cameroun. MINTOUR. 59 p.
14) Organisation Mondiale du Tourisme. 1985. Code du touriste. Madrid. Organisation
Mondiale du Tourisme.

120
15) Organisation Mondiale du Tourisme. 1985. Les textes relatifs à la Charte du
tourisme. Madrid. Organisation Mondiale du Tourisme.
16) Organisation Mondiale du Tourisme. 1990. Plan Directeur pour le Développement
du Tourisme du Rwanda. Stratégie et plan d’action. Madrid. OMT. 225 p.
17) Organisation Mondiale du Tourisme. 1999. Code mondial d’éthique du tourisme.
Madrid. Organisation Mondiale du Tourisme.
18) Organisation Mondiale du Tourisme. 2000. Compte Satellite du Tourisme (CST)
Références méthodologiques. Madrid. Organisation Mondiale du Tourisme. 113 p.
19) Organisation Mondiale du Tourisme. 2002. Le Tourisme et la réduction de la
pauvreté. Madrid. Organisation Mondiale du Tourisme. 123 p.
20) Organisation Mondiale du Tourisme. Plan Directeur pour le Développement du
Tourisme du Rwanda. Analyse et diagnostic. Volume I. Madrid. OMT. 213 p.
21) Organisation Mondiale du Tourisme.1993. Recommandation sur les statistiques
du Tourisme. Madrid. OMT. 12 p.
22) Pasqualini Jean-Pierre – Jacquot Bruno. 1989. Tourismes. DUNOD. Paris. 120 p.
23) Présidence de la République. 1974. Décret N° 74/179 du 07 mars 1974 portant
réglementation des prises de vue photographiques et son arrêté d’application n°
94/CAB/PR du 05 avril 1974. Yaoundé. Présidence de la République.
24) Présidence de la République. 1994. Loi N° 94/01 du 20 janvier 1994 portant
régime des forêts, de la faune et de la pêche et son décret d’application N°95/531
du 23 août 1995. Yaoundé. Présidence de la République. 23 p.
25) Présidence de la République. 1996. Loi N° 96/12 du 05 août 1996 portant loi
cadre relative à la gestion de l’environnement. Yaoundé. Présidence de la
République.
26) Présidence de la République. 1998. Loi N° 98/006 du 14 avril 1998 relative à
l’activité touristique. Yaoundé. Présidence de la République. 35 p.
27) Présidence de la République. 1999. Décret n° 99/111 du 27 mai 1999 portant
création d’un Compte d’Affectation Spéciale pour le Développement et le Soutien
de l’Activité Touristique. Yaoundé. Présidence de la République. 40 p.
28) Présidence de la République. 1999. Décret n° 99/112 du 27 mai 1999 portant

121
organisation et fonctionnement du Conseil National du Tourisme. Yaoundé.
Présidence de la République. 32 p.
29) Présidence de la République. 1999. Décret n° 99/443 du 25 mars 1999 fixant les
modalités d’application de la loi N° 98/006 du 14 avril 1998 relative à l’activité
touristique. Yaoundé. Présidence de la République. 40 p.
30) Présidence de la République. 2002. Circulaire relative à la préparation du budget de
l’Etat, exercice 2003. Yaoundé. Présidence de la République. 40 p.
31) Présidence de la République. 2004. Décret N° 2004/ 320 du 08 décembre 2004
portant organisation du Gouvernement. Yaoundé. Présidence de la République.
35 p.
32) Présidence de la République. Décret N° 2003/ 281 du 15 octobre 2003 portant
organisation du Ministère du Tourisme. Yaoundé. Présidence de la République.
21 p.
33) Programme des Nations Unies pour le Développement et MINEPAT. 2003.
Rapport de progrès des OMD au niveau provincial. Yaoundé. PNUD. 23 p.
34) QUARANTA. G. 1992. Glossaire de Termes Touristiques. Paris. Bréal. 111 p.
35) Services du Premier Ministre (2005), Programme économique, financier, social et
culturel du Gouvernement pour l’exercice 2006, 21 p.
36) Union des producteurs Agricoles du Québec. 1997. Etude sur le tourisme rural au
Québec relié au monde agricole. Québec. Union des producteurs Agricoles du
Québec. 98 p.
37) VELLAS. F. 1992. Le tourisme. Paris. Economica. 147 p.

122
ANNEXES
ANNEXE 1 : QUELQUES INDICATEURS POSSIBLES DU
SECTEUR TOURISTIQUE
1. Nombre d’arrivées des touristes internationaux
2. Qualité/quantité des infrastructures de base
• Infrastructures aéroportuaires ;
• Coût/tarif de voyage de quelques destinations (France, Allemagne, Italie, Angleterre,
Suisse, Etats-Unis, etc…) ;
• Nombre de compagnies aériennes desservant le Cameroun.
* Le réseau routier
- le nombre de Km bitumés ;
- le nombre de Km en terre ;
- le nombre de gares routières desservant les dix provinces, notamment les différents sites
touristiques.
* Le réseau ferroviaire
- nombre de Km du réseau ferroviaire ;
- nombre de gares ferroviaires et leur répartition par province et ville ;
- le coût moyen au km ;
- la capacité d’un tour de voyage.
* Le réseau des télécommunications
- la télé densité du téléphone fixe urbain, rural et total ;
- la télé densité du téléphone mobile urbain, rural et total ;
- le coût moyen du téléphone fixe ;
- le coût moyen du téléphone mobile;
- la couverture urbaine, rurale et nationale des NTIC (nombre d’abonnés à Internet, fax,
télex, etc…) ;
- le coût moyen des NTIC (Internet, fax, télex, etc…) ;
* Le réseau postal
- quantité et qualité de la distribution des courriers et colis postaux ;
- qualité de la gestion des courriers électroniques ;
- quantité et qualité des transferts d’argent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ;
- nombre d’agences postales nationales et par province ;
- nombre d’agences de transfert d’argent à l’intérieur du pays et par province ;
* La couverture sanitaire
- nombre d’hôpitaux provinciaux et leur répartition ;
- nombre d’hôpitaux de district et assimilés ;
- nombre de centres de santé ;
- nombre de médecins pour 1000 habitants ;
- nombre d’hôpitaux et centre de santé pour 1000 habitants ;
* Electricité et eau
- nombre d’abonnés national par province et national (eau et électricité) ;
- qualité des services (eaux et électricité) ;
- coût unitaire des services (eau et électricité) ;
* Les équipements touristiques
- le nombre d’établissements d’hébergement par classe, par province et par sites
touristiques sur un rayon de 10 à 20 Km ;
- le nombre d’établissements de restauration par site touristique ;
- le nombre des établissements de loisirs par site touristique ;
- le nombre des agences de voyages ;
- les tarifs moyens d’hébergement, de restauration et de loisirs ;
- capacité hôtelière par province et sites touristiques (chambre, salle de conférence, etc…) ;
3. Aspects institutionnels
• nombre d’institutions publiques et privées intervenant dans les activités touristiques ;
• nombre d’organisations privées intervenant dans la gestion du tourisme ;
• fonctionnement des institutions intervenant dans le tourisme.
4. Coopération internationale
• nombre d’organisations internationales intervenant dans les activités touristiques au
Cameroun ;
• nombre d’accords touristiques entre le Cameroun et les autres pays et organismes
internationaux.
5. Nombre de guides touristiques (nationaux, régionaux, locaux) agréés au Cameroun
6. Nombre et localisation des différents centres de formation publics/privées aux activités
touristiques
7. Nombre d’organisations non gouvernementales intervenant dans les activités touristiques
8. Les produits touristiques (formes de tourisme)

a) Le tourisme culturel
• Nombre moyen de fêtes traditionnelles/funérailles par an ;
• Nombre de chefferies traditionnelles (sites touristiques) ;
• Nombre de musées et centres artisanaux ;
• Nombre moyen de visiteurs par site touristique culturel par an ;
• Nombre d’emplois générés par les activités de tourisme culturel ;
• Tarif moyen de visite par site culturel ;
• Niveau de promotion du tourisme culturel ;
• Contribution à l’économie.
b) Le tourisme balnéaire
• Nombre de km de côtes camerounaises donnant sur la mer
• Nombre de km de côtes exploitées (plages) ;
• La pression balnéaire (nombre de personne/m²) ;
• Nombre d’activités de loisirs pratiquées sur les plages camerounaises (nage, pêche
sportive, etc…) ;
• Nombre de plages du Cameroun ;
• Nombre des emplois générés par les activités de tourisme balnéaire ;
• Niveau de promotion du tourisme balnéaire ;
• Qualité et coût de l’hébergement/restauration de chacune des plages ;
• Capacité hôtelière de chacune des stations balnéaires du Cameroun sur un rayon de 10 à
20 km ;
• Nombre de km² de plages aménagées ;
• Contribution à l’économie.

c) Le tourisme cynégétique et de safari


• Nombre d’aires protégées et réservées aux activités de tourisme cynégétique et de safari
(parcs…) ;
• Nombre de guides de chasse par site ;
• Nombre et qualité des pistes aménagées dans les différents sites ;
• Niveau de promotion du tourisme cynégétique et de safari ;
• Capacité d’accueil des touristes ;
• Capacité du parc hôtelier et d’autres structures de loisirs autour des sites ;
• Nombre d’emplois générés par le tourisme cynégétique et de safari ;
• Contribution à l’économie.

d) L’écotourisme
• Nombre d‘écosystèmes ;
• Capacité du parc hôtelier et d’autres structures de loisirs autour des différents écosystèmes
pour agrémenter le séjour des touristes ;
• Quantité et qualité des différentes voies d’accès aux sites écotouristiques ;
• Nombre d’emplois générés ;
• Niveau de promotion de l’écotourisme.

e) Le tourisme d’affaires et de congrès


• Nombre d’hôtels à caractère international avec salles de conférences par province et ville
cibles ;
• Nombre de centres de conférence ;
• Nombre d’activités de loisirs autour des grandes structures hôtelières pouvant accueillir
l’organisation des rencontres internationales ;
• Nombre d’emplois dans les activités de cette forme de tourisme ;
• Taxes perçues par l’administration ;
• Contribution du tourisme au PIB
• Niveau de promotion du tourisme d’affaires et de congrès ;

f) Le tourisme sportif
• Nombre d’activités sportives à caractère touristique ;
• Coût moyen de participation ;
• Coût moyen d’assistance à une manifestation ;
• Niveau de promotion du tourisme sportif ;
• Quantité et qualité des infrastructures sportives ;
• Contribution au PIB ;
• Nombre d’emplois créés.

g) Le tourisme de santé
• Nombre de centres de cure ;
• Nombre de stations thermales ;
• Niveau de promotion du tourisme de santé ;
• Contribution au PIB ;
• Nombre d’emplois créés.

h) L’agrotourisme
• Nombre de sites d’agrotourisme ;
• Capacité d’accueil autour des différents sites agro-touristiques ;
• Nombre d’emplois générés ;
• Niveau de promotion de l’agrotourisme ;

9. La demande touristique
a) Tourisme récepteur
• Nombre d’arrivées de touristes internationaux par site touristique ;
• Nombre d’arrivées des touristes par pays d’origine ;
• Durée moyenne de séjour ;
• Dépense moyennes d’un touriste international ;
• Degré de satisfaction.
b) Tourisme interne
• Nombre d’arrivées et nuitées des résidents dans les établissements d’hébergement au Cameroun ;
• Durée moyenne de séjour des résidents dans les établissements d’hébergement.

10. Impact du tourisme sur l’économie nationale

• Part de la production touristique dans la production nationale ;


• La balance commerciale touristique ;
• Recettes (taxes/impôts) liées aux activités touristiques ;
• Emplois générés par les activités touristiques ;
• Pression touristique ;
• Salaires versés du secteur touristique ;
• Contribution du tourisme à l’économie (VA touristique/PIB) ;
• Contribution du tourisme à la croissance.
ANNEXE 2: PRESENTATION DES INDICATEURS DE PERFORMANCE DES
OBJECTIFS SPECIFIQUES
Axes stratégiques Programmes Objectifs spécifiques Indicateurs de performance
Exploitation des activités Créer un cadre de concertation entre les partenaires des secteurs publics et Cadre de concertation existant
agropastorales et rurales à privés et les programmes de développement rural et agropastoral (PNVRA,
des fins touristiques pour lutter PNDP, etc…) ;
contre la faim, l’exode rural et
diversifier les sources de Faire connaître, affiner et promouvoir le produit agrotouristique ;
revenus des populations Renforcer le dynamisme des opérateurs de l’agrotourisme; Nbre de campagnes de sensibilisation et
locales. d"information des opérateurs de l’agrotourisme

Introduire l’agrotourisme dans les circuits touristiques ; Nbre de circuit touristique intégrant
l'agrotourisme
Mettre sur pied un plan de formation et de suivi des cadres formés ; (i) Plan de formation et de suivi des cadre
formés élaboré; (ii) Identification des résultats
Programme de valorisation et
de redynamisation de de mise en œuvre du plan mis en oeuvre
l’agrotourisme Maîtriser les effectifs des personnels relevant des secteurs public et privé du Rapports des résultats des enquêtes relatives à
secteur du tourisme ; la maîtrise des effectifs des personnels relevant
du public et du privé du secteur touristique
disponibles
Mettre en place des conventions collectives adaptées à tous les corps de métier Conventions collectives à tous les métiers du
du tourisme en général et de l’agrotourisme en particulier ; tourisme en général et de l'agrotourisme en
particulier (i) élaborées ; (ii) adoptées
Faire connaître et vulgariser le concept d’agrotourisme ; Nbre et différents lieux de campagnes de
sensibilisation sur le concept d'agrotourisme
Elaborer un répertoire de structures opérationnelles agrotouristiques du Répertoire de structures opérationnelles
Cameroun. agrotouristiques du Cameroun élaboré et
disponibles
Programme de promotion de la Prendre des mesures appropriées en vue de réduire, voire éradiquer les Existence des mesures visant à
bonne gouvernance dans tracasseries administratives et policières qui pénalisent le développement et la réduire/éradiquer les tracasseries
l’agrotourisme promotion du tourisme en général et de l’agrotourisme en particulier. administratives et policières pénalisant le
développement du tourisme en général et de
l'agrotourisme en particulier
Améliorer les infrastructures de base (routes, eau, électricité, TIC) ; (i) Nombre de Km de routes desservant les sites
agrotouristiques bitumées; (ii) Nombre de Km de
routes en terre desservant les sites
agrotouristiques entretenues
Améliorer quantitativement et qualitativement les infrastructures d’accueil (i) Capacité hôtelière mise en place à partir de
spécifiques à l’agrotourisme (résidences secondaires, infrastructures 2007 dans les localités à fortes potentialités
Exploitation des activités d’hébergement et restauration appropriées) dans certaines localités à fortes agrotouristiques; (ii) Nbre d'établissements
agropastorales et rurales à potentialités agrotouristiques ; d'hébergement et de restauration relatifs à
Programme d’amélioration des
des fins touristiques pour lutter l'agrotourisme réhabilités
infrastructures indispensables
contre la faim, l’exode rural et
au développement de Améliorer quantitativement et qualitativement les infrastructures spécifiques (i) Nbre des infrastructures spécifiques à
diversifier les sources de
l’agrotourisme à l’agrotourisme ; l’agrotourisme; (ii) Degré de satisfaction des
revenus des populations
locales. touristes par rapport aux infrastructures
spécifiques à l’agrotourisme
Créer un cadre de concertation entre le ministère du Tourisme et les ministères Cadre de concertation entre MINTOUR,
Chargés de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Programmation du Développement MINADER, MINEPIA, MINPLAPDAT, MINTP,
et de l’Aménagement du Territoire, des Travaux Publics, de l’Energie et de MINEE, GIC, GIE, ONG etc, existant
l’Eau, GIC, GIE, ONGs…, en vue d’améliorer les infrastructures indispensables
à l’agrotourisme.
Exploitation et promotion des Impliquer tous les partenaires touristiques à l’organisation et à la gestion des Plate forme de partenariat entre les différentes
activités sportives à des fins activités sportives ; administrations impliquées dans la gestion des
touristiques pour améliorer la activités du tourisme sportif
croissance économique et Programme de promotion de la
l’image du Cameroun. bonne gouvernance dans le Prendre des mesures réglementaires appropriées pour éradiquer les Existence des mesures visant à
tourisme sportif tracasseries policières, faciliter l’obtention des visas et des procédures de réduire/éradiquer les tracasseries
contrôle des sorties des objets d’art. administratives et policières relatives à
l’obtention des visas et des procédures de
contrôle des sorties des objets d’art
Exploiter l’image favorable des athlètes et des exploits sportifs camerounais Nbre de projets touristique mis en œuvre
pour promouvoir le tourisme ; exploitant l’image favorable des athlètes et des
exploits sportifs
Promouvoir équitablement tous les sports pratiqués au Cameroun ; part Budget étatique alloué à la promotion de
chacun des sports pratiqués au Cameroun
Exploiter suffisamment les potentialités naturelles et infrastructurelles à des fins Nbre de projets sportifs créé sur la base des
sportives ; potentialités naturelles et infrastructurelles
Sensibiliser les organisateurs des événements sportifs en vue d’une (i) Nbre d'organisateurs des événements sportifs
Programme de redynamisation promotion rationnelle du tourisme ; sensibilisés par province; (ii) Nbre de
du tourisme sportif campagnes de sensibilisation des organisateurs
des événements sportifs
Faciliter l’accès au financement des investissements en général pour mieux Nbre de promoteurs ayant bénéficiés d'un
prendre en compte la dimension touristique dans l’organisation des évènements financement en vue d'organiser des événements
sportifs ; sportifs
Améliorer quantitativement et qualitativement les infrastructures spécifiques au (i) Nbre d'infrastructures sportives créées à
tourisme sportif ; partir de 2007; (ii) Nbre d'infrastructures
sportives réhabilitées à partir de 2007
Augmenter les équipements nécessaires au tourisme sportif. Nbre d'équipements nécessaires au tourisme
sportif mis en place à partir de 2007
Développement de Programme de développement Améliorer et renforcer la contribution de l’écotourisme à la croissance (i) Valeur ajoutée de l'écotourisme/PIB; (ii)
l’écotourisme pour en faire un de l’écotourisme et économique et à la réduction de la pauvreté ; Nombre d'emplois générés par les activités de
outil de protection de d’amélioration des moyens l'écotourisme; (iii) Recettes fiscales générées
l’environnement et de la d’existence durable dans les par les activités de l'écotourisme/Recettes
biodiversité, d’amélioration du zones à fortes potentialités fiscales totales
niveau de vie des populations écotouristiques
locales et de lutte contre la Mettre en place un mécanisme d’appui technique et financier aux initiatives de Mecanisme d'appui technique et financier
pauvreté. développement de l’écotourisme ; existant et mis en place
Elaborer et faire appliquer scrupuleusement les textes législatifs et Textes législatifs et réglementaires relatifs à
réglementaires relatifs à l’écotourisme ; l’écotourisme (i) élaborés; (ii) mis en œuvre
Impliquer effectivement tous les partenaires intervenant dans l’écotourisme ; Plate forme de partenariat entre les différentes
administrations impliquées dans la gestion des
activités de l'écotourisme
Veiller à un meilleur encadrement de tous les partenaires impliqués et Nbre de partenaires impliqués dans la gestion
particulièrement les partenaires bénéficiaires telles que les populations de l'écotourisme ayant bénéficiés d'un
riveraines ; encadrement
Diversifier les sources de revenus des populations des zones écotouristiques ; Nbre de projets identifiés relatifs à la
diversification des sources de revenus des
populations des zones écotouristiques
Améliorer la planification participative des ressources naturelles dans les zones (i) Nbre de Micro plans participatifs des
écotouristiques ; ressources naturelles dans les zones
écotouristiques disponibles; (ii) Micro plans mis
en œuvre
Désenclaver et aménager rationnellement les zones écotouristiques ; Capacité hotelière mise en place à partir de
2007 dans les localités à fortes potentialités
agrotouristiques
Développement de Améliorer les infrastructures d’hébergement et de loisirs dans les zones (i) Capacité hôtelière mise en place à partir de
l’écotourisme pour en faire un Programme de développement écotouristiques ; 2007 dans les zones écotouristiques; (ii) Nbre
outil de protection de de l’écotourisme et des infrastructures de loisirs mise en place à
l’environnement et de la d’amélioration des moyens partir de 2007 dans les zones écotouristiques
biodiversité, d’amélioration du d’existence durable dans les Créer, aménager et sécuriser des zones franches et des points francs Nbre de projets (i) identifiés relatifs à la création,
niveau de vie des populations zones à fortes potentialités
locales et de lutte contre la touristiques dans les zones écotouristiques. à l'aménagement et à la sécurisation des zones
écotouristiques franches et des points francs touristiques dans
pauvreté.
les zones écotouristiques; (ii) mis en œuvre
Programme de valorisation de Intensifier la promotion de l’écotourisme camerounais auprès des résidents Nbre d'actions de promotion de l'écotourisme sur
l’écotourisme nationaux et étrangers ; les résidents camerounais et étrangers
Améliorer la gestion des moyens de transport conduisant vers les sites Plate forme de partenariat entre les différentes
écotouristiques ; administrations impliquées dans la gestion des
moyens de transport conduisant vers les sites
écotouristiques
Accroître la contribution des médias à l’information et à la communication en (i) Nbre d'émissions radio/télévisées relatives aux
matière d’écotourisme ; activités de l'écotourisme; (ii) Nbre de supports
d'information et de communication traitant de
l'écotourisme
Intensifier les actions de sensibilisation des partenaires de la culture, de Nbre de campagnes de sensibilisation des
l’environnement, de la chasse et de la communication sur l’importance de différents partenaires sur la la culture, de
l’écotourisme ; l’environnement, de la chasse et de la
communication sur l’importance de l’écotourisme
;
Conservation et utilisation Rationaliser les méthodes de gestion du safari photo ; Existence de mesures normatives de gestion du
rationnelle des ressources de safari photo
la faune et de la flore à des
fins touristiques. Renforcer les capacités actuelles d’information et de communication de tous (i) Nbre de campagnes d'information et de
les intervenants sur la nécessité de développer le tourisme de safari photo au communication sur la nécessité de développer le
Cameroun ; tourisme de safari photo; (ii) Nbre de partenaires
ayant reçus un renforcement de capacités en
information et communication sur le safari photo
Améliorer la qualité du produit safari photo du Cameroun en vue de le Degré de satisfaction des touristes sur la produit
Programme de rentabilisation rendre plus compétitif ; safari photo
économique, sociale, culturelle Renforcer la capacité d’accueil des infrastructures et équipements (i) Capacité d'accueil mise en place à partir de
et environnementale du safari appropriés dans les parcs nationaux et réserves de faune en collaboration 2007 dans les alentours des parcs nationaux et de
photo avec les administrations concernées ; réserves de faune ; (ii) Nbre des équipements
relatifs aux parcs nationaux et réserves de faune
mis en place
Renforcer la concertation institutionnelle entre les différentes administrations Plate forme de concertation institutionnelle entre
en vue de rationaliser la gestion des parcs nationaux et réserves de faune ; les différentes administrations impliquées dans la
gestion des parcs nationaux et réserves fauniques
Rétrocéder la gestion et la maintenance des sites touristiques aménagés aux Nbre de Projets identifiés relatifs à la maintenance
communautés locales. et à la gestion des sites touristiques aménagés
par les communautés locales
Créer une synergie entre les partenaires des secteurs public et privé impliqués (i) Cadre de concertation entre les partenaires des
dans le développement du tourisme cynégétique ; secteurs public et privé impliqués dans le
développement du tourisme cynégétique existant;
(ii) Nbre de rencontre annuelle de ce Comité; (iii)
Principaux résultats annuels
Mener des actions visant à réduire les actes répréhensibles qui hypothèquent Existence de mesures normatives de préservation
la survie des espèces protégées ; et de survie des espèces protégées

Mener des actions visant à réduire, voire éradiquer les pressions anthropiques Existence de mesures normatives de gestion des
Programme de rentabilisation sur les zones cynégétiques ; zones cynégétiques
économique, sociale, culturelle
et environnementale du Intensifier la vulgarisation de l’information et de la communication sur le Nbre de campagnes de
tourisme cynégétique tourisme cynégétique ; sensibilisation/vulgarisation de l'information et de
la communication sur le tourisme cynégétique
Renforcer la sensibilisation des opérateurs touristiques et des potentiels Nbre de campagnes de sensibilisation des
chasseurs sur la nécessité de protéger durablement les espèces fauniques ; opérateurs touristiques sur la nécessité de
protéger durablement les espèces fauniques
Mettre en place des actions visant à rendre le cadre actuel de collaboration Plate forme de collaboration entre les différentes
dans le domaine du tourisme cynégétique plus adapté ; administrations impliquées dans la gestion des du
tourisme cynégétique
Augmenter les ressources humaines intervenant dans le tourisme Nbre de personnels intervenant dans le tourisme
cynégétique, en vue d’accroître leurs capacités d’intervention. cynégétique

Exploitation des manifestations Encourager la programmation systématique des manifestations culturelles par (i) Nombre de campagnes de sensibilisation des
et d’autres richesses les organisateurs de voyages ; organisateurs de voyages sur l'intégration
culturelles pour une meilleure systématique des manifestations culturelles dans
Programme de rentabilisation leurs circuits touristiques; (ii) Nombre d'agences
valorisation des potentialités
économique et sociale du de voyages ayant intégrées les manifestations
touristiques du Cameroun afin
tourisme culturel culturelles dans leurs circuits touristiques
d’améliorer la croissance
économique et lutter contre la Mettre en place un système d’information approprié au développement du Système d'information approprié au
pauvreté. tourisme culturel ; développement du tourisme culturel disponible
Exploitation des manifestations Programme de rentabilisation Prendre les mesures qui s’imposent pour impliquer efficacement tous les Plate forme de collaboration entre les différentes
et d’autres richesses économique et sociale du partenaires dans l’organisation des événements culturels ; partenaires impliquées dans la gestion et
culturelles pour une meilleure tourisme culturel l'organisation des événements culturels
valorisation des potentialités
touristiques du Cameroun afin Rationaliser et renforcer le contrôle ainsi que les inspections dans le secteur Existence de mesures normatives de gestion
d’améliorer la croissance culturel ; rationnelle et des inspections dans le domaine
économique et lutter contre la culturel
pauvreté. Encourager les nationaux à fréquenter massivement les manifestations Nbre de campagnes de sensibilisation des
culturelles organisées au Cameroun ; nationaux à fréquenter massivement les
manifestations culturelles organisées au
Cameroun
Intensifier la contribution des médias à la promotion du tourisme culturel ; (i) Nbre d'émissions radio/télévisées relatives aux
activités du tourisme culturel ; (ii) Nbre de
supports d'information et de communication
traitant de du tourisme culturel
Mener des campagnes de sensibilisation à l’étranger en direction des Nbre de campagnes de sensibilisation à l'étranger
professionnels de voyages pour la promotion du tourisme culturel national ; en direction des professionnels de voyages pour
la promotion du tourisme culturel national
Mettre en place un mécanisme de financement approprié au développement (i)Mécanisme de financement du développement
du tourisme culturel ; du tourisme culturel existant; (ii) Nbre de
promoteurs du tourisme culturel ayant bénéficiés
de ce mécanisme de financement
Mettre en place un plan de formation et de suivi de l’utilisation des cadres (i) Plan de formation et de (ii) suivi de l'utilisation
formés en tourisme et hôtellerie en vue de rationaliser cette utilisation ; des cadres formés en tourisme et hôtellerie
existants
Mettre en place un mécanisme de lisibilité des sources de financement actuel (i)Mécanisme d'identification des sources de
dans le tourisme culturel financement du développement du tourisme
culturel existant; (ii) Nbre de sources de
financement identifiées
Mettre en place des mesures de stabilisation des ressources humaines dans le Mesures normatives de stabilisation des
secteur du tourisme ; ressources humaines dans le secteur touristique
existantes
Insuffler du dynamisme au projet « La Route de l’Esclave » (i) Nbre de sessions annuelles du Projet "La Route
de l'Esclave"; (ii) Principaux résultats annuels
issus de ces sessions
Rationaliser les méthodes de gestion du tourisme de santé ; Mesures normatives des méthodes de gestion du
tourisme de santé existantes
Promouvoir et vulgariser le tourisme de santé et de cure ; Nbre de campagnes de promotion et de
vulgarisation du tourisme de santé et de cure
Faire connaître le tourisme de santé à tous les partenaires et consommateurs Nbre de spots publicitaires annuels sur le tourisme
de ce produit ; de santé et de cure
Elaborer et mettre en œuvre une stratégie de renforcement des capacités des Stratégie de renforcement des capacités des
opérateurs touristiques et des professionnels de la santé pour le opérateurs touristiques et des professionnels de la
développement du tourisme de santé au Cameroun ; santé pour le développement du tourisme de
Exploitation des activités de santé au Cameroun (i) élaborée; (ii) mise en
Programme d’organisation et de
santé à des fins de promotion œuvre
dynamisation du tourisme de
touristique pour améliorer la
santé au Cameroun Exploiter les richesses, la diversité et les potentialités du Cameroun dans le Nbre des infrastructures d'accueil du tourisme de
croissance économique.
sens de renforcer et d’améliorer les infrastructures d’accueil du tourisme de santé et de cure aménagées par province
santé ;
Renforcer la traduction en actes concrets de la politique du Gouvernement à Stratégie sectorielle du tourisme (i) élaborée; (ii)
développer le tourisme en général et le tourisme de santé en particulier, mise en œuvre; (iii) Plan Directeur de
notamment dans le cadre des dispositions de la loi n°98/006 du 14 avril 1998 Développement Touristique (iv) élaboré; (v) mis en
relative à l’activité touristique au Cameroun et en son article 4 alinéa 2 qui œuvre
stipule que « les administrations publiques de l’Etat, les organismes publics et
parapublics, les collectivités territoriales décentralisées doivent dans le cadre
de leurs missions respectives promouvoir les activités touristiques dans leurs
politiques sectorielles ».
Mise en place des stratégies Entreprendre des actions promotionnelles bien ciblées, en vue d’améliorer Nbre de campagnes promotionnelles visant à
Programme de dynamisation du
spécifiques pour attirer au l’image du Cameroun comme destination de congrès, de conclure des contrats améliorer l’image du Cameroun comme
tourisme de congrès au
Cameroun l’organisation des avec des « conventions bureaux » et de dynamiser les actions des hommes destination de congrès
Cameroun
congrès afin de valoriser les d’affaires dans le sens de les amener à investir au Cameroun ;
potentialités touristiques
nationales. Rénover les infrastructures d’hébergement existantes et notamment le parc Nbre d'infrastructures d'hébergement existantes
hôtelier de l’Etat ; rénovées à partir de 2007
Mettre en place des mécanismes de financement adaptés au tourisme de (i)Mécanisme de financement du développement
congrès ; du tourisme de congrès existant; (ii) Nbre de
promoteurs du tourisme d'affaires et de congrès
ayant bénéficiés de ce mécanisme de financement
Mettre en place un programme de renforcement du professionnalisme des Programme de renforcement du
partenaires privés dans l’organisation des congrès ; professionnalisme des partenaires privés dans
l’organisation des congrès (i) disponible; (ii) mis en
œuvre
Organiser des campagnes de sensibilisation agressives à l’endroit des Nbre de campagnes de sensibilisation des
partenaires privés en matière de tourisme de congrès et d’affaires; partenaires privés en matière de tourisme de
congrès et d’affaires
Améliorer le système d’information du public vers le privé et entre les Plate forme de collaboration et de partage
administrations publiques dans le domaine du tourisme d’affaires et de systématique d'information du public vers le privé
congrès ; et entre les administrations publiques dans le
domaine du tourisme d’affaires et de congrès
Prendre des dispositions dissuasives suffisamment efficaces pour faire Mesures normatives de gestion, de procédures
respecter rigoureusement les procédures réglementaires par les partenaires réglementaires par les partenaires publics et
publics et privés en matière d’organisation des congrès ; privés en matière d’organisation des congrès (i)
disponibles; (ii) mise en oeuvre
Prendre des mesures appropriées pour éradiquer les tracasseries et lourdeurs Existence des mesures visant à réduire/éradiquer
administratives de tous ordres dont sont victimes les touristes au Cameroun ; les tracasseries/lourdeurs administratives et
policières relatives au tourisme d'affaires et de
congrès
Prendre des dispositions pour améliorer la fréquence d’organisation des Nbre d'actions promotionnelles des potentialités
congrès au Cameroun ; d'organisation régulière des congrès au Cameroun
en direction des grands groupes internationaux
Prendre des mesures pour rendre plus réguliers les vols intérieurs ; Mesures prises en vue de régulariser les vols
intérieurs
Etendre les vols directs à d’autres pays émetteurs de touristes ; Nbre de pays vers lesquels les liaisons aériennes
directes avec le Cameroun ont été instituées
Prendre les mesures pour mieux éclairer les villes concernées.
Réglementer l’occupation des plages ; Mesures normatives et réglementaires relatives à
l'occupation des plages camerounaises
Limiter les risques de dégradation et de pollution des plages par les Nbre de campagnes de sensibilisation en vue de
populations riveraines, les touristes, les industries situées dans les environs protéger les plages camerounaises contre la
des zones balnéaires et les sociétés des hydrocarbures et des produits de pollution et la dégradation
vidanges sanitaires
Aménagement rationnel de la
Programme d’organisation et de Améliorer la synergie entre les partenaires des secteurs public et privé (i) Cadre de concertation entre les partenaires des
côte atlantique camerounaise
dynamisation du tourisme impliqués dans le développement du tourisme balnéaire ; secteurs public et privé impliqués dans le
pour en faire un haut lieu de
balnéaire au Cameroun développement du tourisme balnéaire existant; (ii)
tourisme balnéaire.
Nbre de rencontre annuelle de ce Comité; (iii)
Principaux résultats annuels
Mener des actions visant à réduire les comportements répréhensibles Mesures normatives et réglementaires pour
observés chez certains opérateurs privés intervenant dans le tourisme réduire les comportements répréhensibles
balnéaire ; observés chez certains opérateurs privés
intervenant dans le tourisme balnéaire
Aménagement rationnel de la Rationaliser les aménagements dans les zones balnéaires ; Existence de mesures normatives de la gestion
côte atlantique camerounaise rationnelle des aménagements dans les zones
pour en faire un haut lieu de Programme d’organisation et de balnéaires
tourisme balnéaire. dynamisation du tourisme Créer, aménager et sécuriser des zones franches et des points francs Nbre de projets (i) identifiés relatifs à la création, à
balnéaire au Cameroun touristiques dans les zones balnéaires. l'aménagement et à la sécurisation des zones
franches et des points francs touristiques dans les
zones balnéaires; (ii) mis en œuvre
Programme de rentabilisation Intensifier les actions de sensibilisation en direction des investisseurs et Nbre de campagnes de sensibilisation en direction
économique, sociale et des opérateurs touristiques étrangers en matière de développement du investisseurs et des opérateurs touristiques
environnementale du tourisme tourisme balnéaire ; étrangers en matière de développement du
balnéaire tourisme balnéaire
Améliorer la synergie entre les partenaires publics et privés compétents, les (i) Cadre de concertation entre les partenaires des
ONGs et la société civile en matière d’information et de communication sur le secteurs public et privé impliqués en matière
tourisme balnéaire ; d'information et de communication dans le
développement du tourisme balnéaire existant; (ii)
Nbre de rencontre annuelle de ce Comité; (iii)
Principaux résultats annuels
Améliorer la redistribution des revenus de la taxe pollueur/payeur pour mieux Nbre de projets réalisés sur financement des
impliquer les riverains. revenus issus de la taxe pollueur/payeur pour au
bénéfice des populations riveraines
Améliorer et renforcer le professionnalisme des acteurs publics et privés Programme de renforcement du
intervenant dans le tourisme balnéaire ; professionnalisme des acteurs publics et privés
intervenant dans le tourisme balnéaire (i)
disponible; (ii) mis en œuvre
Prendre les mesures appropriées visant à réduire la précarité de l’emploi dans Nbre de mesures adoptées visant à réduire la
le domaine du tourisme balnéaire ; précarité de l’emploi dans le domaine du tourisme
balnéaire
Rationaliser la planification des activités relevant de la gestion et du (i) Nbre de Micro plans des activités relevant de la
développement du tourisme balnéaire ; gestion et du développement du tourisme
balnéaire disponible; (ii) Micro plans mis en œuvre
Rationaliser la promotion et la commercialisation des potentialités balnéaires Existence de mesures normatives de gestion
du Cameroun dans les marchés émetteurs ; rationnelle de la promotion et de la communication
relatives au tourisme balnéaire
Mener des actions de charme et de lobbying auprès des grands groupes Nbre de campagnes de charme et de lobbying
touristiques internationaux et des chaînes hôtelières internationales, en vue de auprès des grands groupes touristiques
les intéresser à s’investir dans les zones balnéaires camerounaises. internationaux et des chaînes hôtelières
internationales, en vue de les intéresser à
s’investir dans les zones balnéaires
camerounaises.
ANNEXE 3 : TABLEAUX DE COHERENCES INTER ET INTRA SECTORIELLES
COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation
budget milliers de Fcfa
Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
Institutionnel Opérationnel (s)

Mise en place d'un répertoire de festivals culturels Yaoundé Investissement 38000 7410 10754 19836 MINCULT MINCULT
Exploitation des
Création d'un cadre de concertation en vue d'établir un Yaoundé et les 10
manifestations et Fonctionnement 25000 4875 7075 13050 MINCULT MINCULT
calendrier des festivals culturels provinces
autres richesses
culturelles pour une Mise en place d'un répertoire des manifestations Yaoundé et les 10
Investissement 38000 7410 10754 19836 MINCULT MINCULT
meilleure Programme de culturelles provinces
valorisation des rentabilisation
Améliorer la gestion du Mise en place d'un répertoire de production artistique Yaoundé et les 10
Investissement 38000 7410 10754 19836 MINCULT MINCULT
potentialités du économique et camerounaise provinces
tourisme culturel
Cameroun afin sociale du
d'améliorer la tourisme culturel Mise en place d'un répertoire des musées et de leur Yaoundé et les 10
Investissement 38000 7410 10754 19836 MINCULT MINCULT
croissance spécificité provinces
économique et Yaoundé et les 10
lutter contre la Valorisation des monuments historiques et artistiques Investissement 100000 19500 28300 52200 MINCULT MINCULT
provinces
pauvreté
Yaoundé et les 10
Renovation des monuments historiques et artistiques Investissement 1400000 273000 396200 730800 MINCULT MINCULT
provinces
Redynamisation du festival national des arts et de la Yaoundé et les 10
Investissement 3000000 585000 849000 1566000 MINCULT MINCULT
culture (FENAC) provinces

1
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel

Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)


Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation
budget milliers de Fcfa
Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
Institutionnel Opérationnel (s)

Mise en place des mesures pour corriger l'inadéquation


Yaoundé Fonctionnement 5000 975 1415 2610 MINEFOP MINEFOP
formation/emploi dans le secteur tourisme

Intégration du MINTOUR dans les commissions de


validation du programme de formation et des formateurs Yaoundé Fonctionnement 6000 1170 1698 3132 SG / PR SG / PR
en tourisme
Exploitation des
manifestations et Intégration des préoccupations du tourisme culturel
Centres de Jeunesse
autres richesses dans les programmes de formation des centres de Territoire national Investissement 100000 19500 28300 52200 MINJEUN
et d'Animation
culturelles pour une jeunesse et d'animation
meilleure Programme de
Améliorer la qualité des Intégration des préoccupations du tourisme culturel Centres de Promotion
valorisation des rentabilisation
prestations dans le dans les programmes de formation des centres de la Territoire national Investissement 100000 19500 28300 52200 MINPROFF de la Femme et de la
potentialités du économique et
secteur du tourisme promotion de la femme et de la famille Famille
Cameroun afin sociale du
culturel
d'améliorer la tourisme culturel
croissance Mise en place d'un réseau des organisateurs des
économique et Territoire national Investissement 150000 29250 42450 78300 MINCULT MINCULT
manifestations culturelles
lutter contre la
pauvreté
Actualisation et mise en œuvre de la convention
Yaoundé Fonctionnement 3000 585 849 1566 MINTSS MINTSS
collective du domaine de l'hôtelerie

Mise en place d'une convention collective du secteur du


Yaoundé Fonctionnement 5000 975 1415 2610 MINTSS MINTSS
tourisme

Révision des conventions collectives pour les mettre en


Yaoundé Fonctionnement 5000 975 1415 2610 MINTSS MINTSS
cohérence avec le nouveau code du travail

Création d'un corps de fonctionnaires de tourisme Yaoundé Fonctionnement 5000 975 1415 2610 MINFOPRA MINFOPRA

2
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation
budget milliers de Fcfa
Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
Institutionnel Opérationnel (s)
Cellule de Gestion du
Mise en place des mesures incitatives au
Yaoundé Investissement 0 0 0 0 MINIMIDT Code des
développement du tourisme culturel
Investissements
Réaménagement de la réglementation relative à la
Exploitation des saisie des objets de souvenir par les policiers aux Yaoundé Fonctionnement 2000 390 566 1044 SG / PR SG / PR
manifestations et frontières
autres richesses Améliorer la
culturelles pour une gouvernance dans le Assouplissement du contrôle de sortie des objets d'art
meilleure Programme de développement du souvenirs et assouplissement de contrôle de sortie de Yaoundé Fonctionnement 2000 390 566 1044 SG / PR SG / PR
valorisation des rentabilisation tourisme culturel denrées alimentaires
potentialités du économique et
Cameroun afin sociale du Création des consulats honoraires dans certains
Yaoundé Investissement 3000000 585000 849000 1566000 MINREX MINREX
d'améliorer la tourisme culturel marchés émetteurs de touristes
croissance
économique et Réaménagement de la réglementation en vue de la
Yaoundé Fonctionnement 2000 390 566 1044 DGSN DGSN
lutter contre la délivrance des visas aux postes frontières
pauvreté
Etude en vue du renforcement de la sécurité des
Territoire national Investissement 20000 3900 5660 10440 SG / PR SG / PR
Améliorer la sécurité touristes pendant les évènements culturels
des touristes
Lutte contre l'insécurité pendant les évènements
Territoire national Investissement 200000 39000 56600 104400 MINDEF/DGSN MINDEF/DGSN
culturels

3
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel

Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)


Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation
budget milliers de Fcfa
Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
Institutionnel Opérationnel (s)

Accroître la notoriété du
Exploitation des Cameroun comme Création des bureaux d'information touristique à
Yaoundé Investissement 1500000 292500 424500 783000 SG / PR SG / PR
manifestations et destination du tourisme l'étranger
autres richesses culturel
culturelles pour une
meilleure Programme de
valorisation des rentabilisation
potentialités du économique et
Cameroun afin sociale du Renforcer l'appui au
d'améliorer la tourisme culturel financement du
croissance tourisme culturel Mise en place des mesures incitatives pour les Yaoundé et les 10
Investissement 0 0 0 0 MINIMIDT MINIMIDT
économique et investissements liés au tourisme culturel Provinces
lutter contre la
pauvreté

4
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel

Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)


Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation
budget milliers de Fcfa
Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
Institutionnel Opérationnel (s)

Exploitation des
manifestations et
autres richesses
culturelles pour une
meilleure Programme de Amélioration du pouvoir d'achat des nationaux en vue
valorisation des rentabilisation Promouvoir à travers de favoriser la fréquentation des manifestations Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 SG / PR SG / PR
potentialités du économique et les médias le tourisme culturelles
Cameroun afin sociale du culturel Révision de la réglementation en matière des congés
d'améliorer la tourisme culturel des agents des secteurs public et privé dans le sens de Yaoundé Fonctionnement 10000 1950 2830 5220 MINFOPRA MINFOPRA
croissance promouvoir le tourisme interne
économique et
lutter contre la Création des BIT dans les grands pays émetteurs de
Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 SG / PR SG / PR
pauvreté touristes

5
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel

Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)


Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation
budget milliers de Fcfa
Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
Institutionnel Opérationnel (s)

Etude d'électrification des sites culturels d'intérêt


Territoire national Investissement 450000 87750 127350 234900 MINEE MINEE
Exploitation des touristique
manifestations et
autres richesses Électrification des sites culturels d'intérêts touristiques Sites identifiés Investissement 1500000 292500 424500 783000 MINEE MINEE
culturelles pour une
meilleure Programme de Augmenter les Etude pour l'adduction d'eau potable dans les sites
Territoire national Investissement 450000 87750 127350 234900 MINEE MINEE
valorisation des rentabilisation infrastructures culturels d'intérêt touristique
potentialités du économique et nécessaires au
Cameroun afin sociale du développement du Réalisation des adductions d'eau dans les sites culturels
d'améliorer la tourisme culturel toruisme culturel Sites identifiés Investissement 1200000 234000 339600 626400 MINEE MINEE
d'intérêt touristique
croissance
économique et
lutter contre la Etude pour la connexion des sites culturels d'intérêt
Territoire national Investissement 300000 58500 84900 156600 MINPOSTEL CAMTEL
pauvreté touristique au réseau des télécommunications

Connexion au réseau des télécommunications les sites


Sites identifiés Investissement 1300000 253500 367900 678600 MINPOSTEL CAMTEL
culturels d'intérêts touristiques

6
COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES

DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme cynégétique

Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)


Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
budget milliers de Fcfa Institutionnel Opérationnel (s)

Implication des ONG et de la société civile dans la


Territoire national Fonctionnement 18000 3510 5094 9396 MINFOF MINFOF
gestion du tourisme cynégétique

Implication du secteur privé national dans la gestion du


Territoire national Fonctionnement 18000 3510 5094 9396 MINFOF MINFOF
tourisme cynégétique
Améliorer la
Programme de Implication des populations riveraines dans la gestion du
gouvernance du Territoire national Fonctionnement 18000 3510 5094 9396 MINFOF MINFOF
Conservation et rentabilisation tourisme cynégétique
tourisme cynégétique
utilisation économique,
rationnelle des sociale, culturelle Intensification des contrôles visant à faire respecter les
Territoire national Fonctionnement 18000 3510 5094 9396 MINFOF MINFOF
ressources de la et plans de tir
faune à des fins environnementale
touristiques du tourisme Application rigoureuse des sanctions disciplinaires à
Territoire national Fonctionnement 0 0 0 0 MINFOF MINFOF
cynégétique l'encontre des agents coupables d'actes de corruption

Etude en vue du renforcement de la sécurité des Zones de tourisme


Investissement 20000 3900 5660 10440 SG / PR SG / PR
touristes dans les zones de tourisme cynégétique cynégétique
Améliorer la sécurité
des touristes
Lutte contre l'insécurité dans les zones de tourisme Zones de tourisme
Investissement 200000 39000 56600 104400 MINDEF MINDEF
cynégétique cynégétique

7
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme cynégétique

Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)


Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
budget milliers de Fcfa Institutionnel Opérationnel (s)

Élaboration d'un mécanisme de repeuplement des


Yaoundé Investissement 1300000 253500 367900 678600 MINFOF MINFOF
zones de chasse

Toute l'étendue du
Lutte contre la déforestation Investissement 900000 175500 254700 469800 MINFOF ONADEF
territoire national

Lutte contre les pratiques de feux de brousse Territoire national Investissement 200000 39000 56600 104400 MINFOF MINFOF

Lutte contre les pratiques de braconnage Territoire national Investissement 900000 175500 254700 469800 MINFOF MINFOF

Programme de Contrôle des activités agropastorales et piscicoles


Territoire national Fonctionnement 45000 8775 12735 23490 MINFOF MINFOF
Conservation et rentabilisation autour et dans les zones cynégétiques
Mener des actions
utilisation économique,
visant à réduire les
rationnelle des sociale, culturelle Intégration du tourisme dans les programmes des
menaces qui pèsent sur Territoire national Fonctionnement 15000 2925 4245 7830 MINEFOP MINEFOP
ressources de la et centres de formation professionnelle
l'environnement des
faune à des fins environnementale
zones cynégétiques
touristiques du tourisme Intégration du tourisme dans les programmes de
Territoire national Fonctionnement 15000 2925 4245 7830 MINEDUC MINEDUC
cynégétique l'enseignement primaire et maternel

Intégration du tourisme dans les programmes de


Territoire national Fonctionnement 15000 2925 4245 7830 MINESEC MINESEC
l'enseignement secondaire

Création des clubs tourisme dans les établissement


Territoire national Fonctionnement 15000 2925 4245 7830 MINJEUN MINJEUN
scolaires et universitaires

Sensibilisation des populations riveraines à la protection


Territoire national Investissement 40000 7800 11320 20880 MINFOF MINFOF
des aires protégées

Reboisement des zones menacées de désertification


Grand Nord Investissement 450000 87750 127350 234900 MINFOF ONADEF
dans la partie septentrionale

8
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme cynégétique

Composante du Montant total en Responsable Responsable (s)


Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation Montant 2007 Montant 2008 Montant 2009
budget milliers de Fcfa Institutionnel Opérationnel (s)

Renforcement de l'effectif des personnes formées en


Augmenter l'expertise Territoire national Fonctionnement 0 0 0 0 MINFOPRA MINFOPRA
tourisme cynégétique dans le secteur public
nationale dans le
domaine du tourisme
Renforcement de l'effectif des personnes formées en Opérateurs du secteur
cynégétique Territoire national Fonctionnement 0 0 0 0 MINFOF
tourisme cynégétique dans le secteur privé privé

Programme de
0 0 0 MINFOF MINFOF
rentabilisation
économique,
sociale, culturelle Construction d'un réseau de pistes dans les zones de
Territoire national Investissement 1500000 292500 424500 783000 MINFOF MINFOF
et chasse
environnementale
du tourisme Accroître la mise en Entretien et réhabilitation de certaines voies d'accès
Territoire national Investissement 1500000 292500 424500 783000 MINFOF MINFOF
cynégétique place d'un certain conduisant dans les zones de chasse
nombre d'infrastructure
adaptées au tourisme Amélioration de la couverture en eau potable des zones
Territoire national Investissement 300000 58500 84900 156600 MINEE MINEE
cynégétique de chasse

Amélioration de la couverture en énergie électrique des


Territoire national Investissement 1800000 351000 509400 939600 MINEE MINEE
zones de chasse

9
COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme de Safari Photo
Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Création et opérationnalisation d'une structure autonome


Programme de Yaoundé Investissement 15000000 2925000 4245000 7830000 MINFOF MINFOF
Conservation et de gestion des parcs nationaux au Cameroun
rentabilisation
utilisation
économique, Développer le tourisme Formation des écogardes en vue de la maîtrise des
rationnelle des Ecole de Faune de
sociale, culturelle de safari photo au techniques de localisation des animaux dans les parcs Yaoundé Investissement 150000 29250 42450 78300 MINFOF
ressources de la Garoua
et Cameroun nationaux
faune à des fins
environnementale Duplication au Cameroun de l'expérience des méthodes
touristiques
du Safari photo de gestion de Safari photo réussies dans les pays Territoire national Investissement 600000 117000 169800 313200 MINFOF MINFOF
concurrents
Élaboration d'un répertoire des ONG et des agences de
coopération internationale intervenant dans la protection
Yaoundé Investissement 20000 3900 5660 10440 MINEP MINEP
de l'environnement et la conservation de la biodiversité
(PECB)
Organisation des campagnes de sensibilisation à
Programme de Yaoundé et les 10
Conservation et l'accueil des différents acteurs intervenant dans le Investissement 180000 35100 50940 93960 MINTOUR MINTOUR
rentabilisation provinces
utilisation tourisme de safari photo au Cameroun
économique, Développer le tourisme
rationnelle des
sociale, culturelle de safari photo au
ressources de la Vulgarisation des informations sur les programmes
et Cameroun
faune à des fins sectoriels relatifs à la protection de l'environnement et à Yaoundé Investissement 25000 4875 7075 13050 MINEP MINEP
environnementale
touristiques la conservation de la biodiversité au Cameroun
du Safari photo

Organisation des campagnes d'éducation des


populations à la sécurisation des parcs nationaux au Yaoundé Investissement 120000 23400 33960 62640 MINFOF MINFOF
Cameroun

10
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme de Safari Photo

Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Développement des sources alternatives de revenus Yaoundé Investissement 150000 29250 42450 78300 MINFOF MINFOF

Sensibilisation des populations riveraines à ne plus


Yaoundé Investissement 60000 11700 16980 31320 MINFOF MINFOF
consommer les espèces fauniques protégées

Organisation des campagnes d'information des


populations riveraines sur l'existence et les avantages
Yaoundé Investissement 60000 11700 16980 31320 MINFOF MINFOF
des sources alternatives d'alimentation autres que les
espèces fauniques protégées
Développer le tourisme
Programme de
Conservation et de safari photo au Renforcement de la sécurisation des parcs nationaux
rentabilisation Yaoundé et les 10
utilisation Cameroun (lutte antibraconnage, enclos électrifiés, renforcement Investissement 15000000 2925000 4245000 7830000 MINFOF MINFOF
économique, provinces
rationnelle des des effectifs des écogardes etc.,)
sociale, culturelle
ressources de la Rationalisation de la gestion des parcs nationaux du Yaoundé et les 10
et Investissement 25000 4875 7075 13050 MINFOF MINFOF
faune à des fins Cameroun provinces
environnementale
touristiques
du Safari photo Organisation des campagnes de sensibilisation des
Yaoundé et les 10
populations riveraines au respect de la délimitation des Investissement 60000 11700 16980 31320 MINFOF MINFOF
provinces
parcs nationaux
Organisation des campagnes d'éducation des
Yaoundé et les 10
populations riveraines sur les nouvelles techniques Investissement 60000 11700 16980 31320 MINADER MINADER
provinces
culturales

Etude en vue du renforcement de la sécurité des


Région de Safari photo Investissement 20000 3900 5660 10440 SG / PR SG / PR
Améliorer la sécurité touristes dans les régions de Safari photo
des touristes
Lutte contre l'insécurité dans les régions de Safari photo Région de Safari photo Investissement 200000 39000 56600 104400 MINDEF MINDEF

11
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme de Safari Photo

Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Création d'une structure autonome de gestion des parcs


Yaoundé Investissement 0 0 0 0 MINFOF MINFOF
nationaux et des réserves de faune

Développer le tourisme Identification des besoins en équipements appropriés Yaoundé et les 10


de safari photo au Investissement 30000 5850 8490 15660 MINFOF MINFOF
dans les parcs nationaux et réserves de faune provinces
Programme de Cameroun
Conservation et
rentabilisation
utilisation
économique, Évaluation des besoins des équipements appropriés
rationnelle des Yaoundé Investissement 0 0 0 0 MINFOF MINFOF
sociale, culturelle dans les parcs nationaux
ressources de la
et
faune à des fins
environnementale
touristiques
du Safari photo Renforcer la
concertation
institutionnelle entre les Application systématique des sanctions prononcées à
différentes l'encontre des contrevenants à la réglementation en Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 MINFOF MINFOF
administrations en vue vigueur dans les PNRF
de rationaliser la
gestion des PNRF

12
COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES
DESIGNATION DU PRODUIT: Tourisme balnéaire

Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Yaoundé et les
Lutte contre la pollution observée dans les zones
Mener des actions côtières
principales villes Investissement 450000 87750 127350 234900 MINEP MINEP
balnéaires
visant à réduire les
menaces diverses
pesant sur
l'environnement du Mise en œuvre du programme ONUDI/Gef sur l'impact Yaoundé et zones
environnemental du tourisme côtier balnéaires
Investissement 300000 58500 84900 156600 MINEP MINEP
tourisme balnéaire

Programme
d'organisation et
Mise en œuvre des mécanismes et dispositions Programme
de dynamisation Yaoundé et les
réglementaires et juridiques permettant de punir les
du tourisme
actes répréhensibles observés chez certains acteurs
principales villes Fonctionnement 12000 2340 3396 6264 PM National de
Développement balnéaire au balnéaires
publics intervenant dans le tourisme balnéaire Gouvernance
des côtes Cameroun
camerounaises Améliorer la
pour en faire un gouvernance du
haut lieux de tourisme balnéaire au
tourisme balnéaire Cameroun Mise en œuvre des mécanismes et des dispositions Yaoundé et les Programme
réglementaires et juridiques permettant de punir les principales villes Fonctionnement 12000 2340 3396 6264 PM National de
agents publics coupables d'actes de corruption balnéaires Gouvernance

Yaoundé et les
Renforcement des mesures de surveillance des zones
côtières
principales villes Investissement 600000 117000 169800 313200 MINDEF MINDEF
balnéaires
Programme de
rentabilisation
économique, Améliorer l'information Création des BIT à l'étranger pour permettre une
sociale et et la communication sur meilleure diffusion de l'information sur le tourisme Fonctionnement 0 0 0 0 SG / PR SG / PR
environnementale le tourisme balnéaire balnéaire au Cameroun
du tourisme
balnéaire

13
DESIGNATION DU PRODUIT: Tourisme balnéaire

Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Etude en vue de la réduction de l'inadéquation


formation/emploi dans le tourisme balnéaire
Yaoundé Investissement 20000 3900 5660 10440 MINEFOP MINEFOP

Intégration du MINTOUR dans les commissions de


validation des programmes de formation en tourisme
Yaoundé Fonctionnement 6000 1170 1698 3132 SG / PR SG / PR

Améliorer la qualité de Création d'un corps de fonctionnaires du tourisme Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 MINFOPRA MINFOPRA
Programme de prestations des
Développement
rentabilisation activités dans le Actualisation et adaptation des conventions collectives
des côtes Yaoundé Investissement 25000 4875 7075 13050 MINTSS MINTSS
économique, tourisme balnéaire du personnel travaillant dans le sous-secteur hôtelier
camerounaises
sociale et
pour en faire un Élaboration d'une convention collective du secteur
haut lieux de
environnementale
tourisme
Yaoundé Fonctionnement 15000 2925 4245 7830 MINTSS MINTSS
du tourisme
tourisme balnéaire
balnéaire
Mise en cohérence des conventions collectives du
secteur tourisme et le code du travail
Yaoundé Investissement 25000 4875 7075 13050 MINTSS MINTSS

Etude en vue du renforcement de la sécurité des


Zones balnéaires Investissement 20000 3900 5660 10440 SG / PR SG / PR
Améliorer la sécurité touristes dans les zones balnéaires
des touristes
Lutte contre l'insécurité dans les villes balnéaires Zones balnéaires Investissement 300000 58500 84900 156600 MINDEF/DGSN MINDEF/DGSN

14
DESIGNATION DU PRODUIT: Tourisme balnéaire

Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Améliorer Amélioration de la fourniture en eau potable et en AES/SONEL et


qualitativement et énergie électrique des zones balnéaires
Yaoundé et Douala Investissement 1500000 292500 424500 783000 MINEE
SNEC
quantitativement
certaines Yaoundé et les
infrastructures Élaboration et mise en œuvre d'un plan d'occupation du
sol dans les zones balnéaires
principales villes Investissement 350000 68250 99050 182700 MINDAF MINDAF
nécessaires au balnéaires
développement du
Programme de Amélioration de la contribution des médias publics à la Yaoundé, Europe et
Développement promotion du tourisme balnéaire Amériques
Investissement 40000 7800 11320 20880 MINCOM MINCOM
rentabilisation
des côtes
économique,
camerounaises
sociale et
pour en faire un
environnementale Amélioration de la contribution des médias privés à la Yaoundé, Europe et
haut lieux de
du tourisme promotion du tourisme balnéaire Amériques
Investissement 40000 7800 11320 20880 MINCOM MINCOM
tourisme balnéaire Faire accroître la
balnéaire
demande du tourisme
balnéaire au Cameroun
Renforcement des actions de charme de la part du
Yaoundé, Europe et
Cameroun en direction des grands groupes
Amériques
Investissement 80000 15600 22640 41760 MINTOUR MINTOUR
internationaux opérant dans le tourisme balnéaire
Renforcement des actions de charme de la part du
Yaoundé, Europe et
Cameroun en direction des Tours operators opérant
Amériques
Investissement 80000 15600 22640 41760 MINTOUR MINTOUR
dans le tourisme balnéaire

15
COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme sportif
Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Aéroport, Postes
Facilitation de la délivrance des visas d'entrée aux
frontières, frontières Fonctionnement 0 0 0 0 DGSN DGSN
postes frontières
maritimes

Application rigoureuse et suivi de l'application de la


réglementation régissant les prises de vues Yaoundé Fonctionnement 15000 2925 4245 7830 MINCULT MINCULT
photographiques
Programme de Mettre en place une
promotion de la stratégie de la bonne Programme
bonne gouvernance pour le Suppression des saisies intempestives des objets d'art
lors des voyages retour des touristes
Yaoundé Fonctionnement 6000 1170 1698 3132 PM National de
gouvernance dans développement du
Gouvernance
le tourisme sportif tourisme sportif
Mise en place d'un répertoire des objets d'art dont
Yaoundé et postes
Exploitation des l'exportation est prohibée et en vulgariser la liste dans Investissement 50000 9750 14150 26100 MINCULT MINCULT
frontières
activités sportives à les lieux d'embarquement
des fins
touristiques pour
améliorer la Création des consulats honoraires dans certains pays et
Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 MINREX MINREX
villes des marchés émetteurs
croissance
économique
Élaboration d'une stratégie de lobbying sur le plan
Encourager international afin d'obtenir l'organisation des Afrique/Europe Investissement 150000 29250 42450 78300 MINSEP MINSEP
l'exploitation de l'image manifestations sportives
favorable des sportifs
camerounais à des fins Répartition équitable des financements relatifs à la
Yaoundé, Provinces et
de promotion sportive promotion de certaines disciplines sportives au prorata Fonctionnement 0 0 0 0 MINSEP MINSEP
Programme de Départements
de leur performance et de leur plus-value
redynamisation du
tourisme sportif
Etude en vue du renforcement de la sécurité pendant Yaoundé, Provinces et
Investissement 20000 3900 5660 10440 SG / PR SG / PR
les évènements sportifs Départements
Améliorer la sécurité
des touristes
Yaoundé, Provinces et
Lutte contre l'insécurité pendant les évènements sportifs Investissement 200000 39000 56600 104400 MINDEF/DGSN MINDEF/DGSN
Départements

16
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme sportif
Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Etudes de faisabilité en vue d'alimenter les sites sportifs Yaoundé, Provinces et


Investissement 200000 39000 56600 104400 MINEE MINEE
en eau potable Départements

Alimentation en eau potable de certaines régions à Yaoundé, Provinces et


Investissement 1000000 195000 283000 522000 MINEE MINEE
vocation sportive Départements

Connexion aux réseaux des TIC de certaines les Yaoundé, Provinces et


Investissement 1300000 253500 367900 678600 MINPOSTEL CAMTEL
régions sportives Départements

Etudes de faisabilité en vue de la rénovation des Yaoundé, Provinces et


Investissement 450000 87750 127350 234900 MINSEP MINSEP
équipements sportifs Départements
Exploitation des
activités sportives à Augmenter les
des fins Programme de infrastructures et les Yaoundé, Provinces et
Rénovation des équipements sportifs Investissement 6000000 1170000 1698000 3132000 MINSEP MINSEP
touristiques pour redynamisation du équipements Départements
améliorer la tourisme sportif spécifiques au tourisme
croissance sportif Yaoundé, Provinces et
Identification des besoins en équipements sportifs Investissement 50000 9750 14150 26100 MINSEP MINSEP
économique Départements

Acquisition des équipements pour les sports de haut Yaoundé, Provinces et


Investissement 600000 117000 169800 313200 MINSEP MINSEP
niveau Départements

Identification des besoins en équipements de sports de Yaoundé, Provinces et


Investissement 0 0 0 0 MINSEP MINSEP
haut niveau Départements

Etudes de faisabilité en vue de l'acquisition des Yaoundé, Provinces et


Investissement 0 0 0 0 MINSEP MINSEP
équipements de sports de haut niveau Départements

Acquisition des équipements nécessaires à certaines


activités sportives telles que les téléphériques pour les Yaoundé, Provinces et Opérateurs du secteur
Investissement 5000000 975000 1415000 2610000 MINSEP
sports de montagne, les bateaux de plaisance et de Départements privé
pêche sportive

17
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme sportif

Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Augmenter les
infrastructures et les
Répartition équitable des équipements de tous les Yaoundé, Provinces et
équipements Investissement 45000 8775 12735 23490 MINSEP MINSEP
Exploitation des sports pratiqués au Cameroun Départements
spécifiques au tourisme
activités sportives à
sportif
des fins Programme de
touristiques pour redynamisation du
Mettre en place les
améliorer la tourisme sportif
mécanismes de
croissance Identification et mise en place des mesures incitatives
financement des Yaoundé, Provinces et
économique pour le développement des équipements nécessaires au Investissement 0 0 0 0 MINIMIDT MINIMIDT
équipements Départements
tourisme sportif
spécifiques au tourisme
sportif

18
COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES
DESIGNATION DU PRODUIT : Ecotourisme
Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Élaboration et mise en place d'un code d'investissement


Yaoundé Investissement 70000 13650 19810 36540 MINIMIDT MINIMIDT
approprié

Accroître l'appui Mise en place d'un mécanisme de mobilisation des


financier aux initiatives fonds de contrepartie exigés pour le financement de Yaoundé Fonctionnement 2000 390 566 1044 MINEFI MINEFI
de développement de certains projets écotouristiques
l'écotourisme
Réduction des lourdeurs des procédures des bailleurs
Yaoundé Investissement 30 000 5850 8490 15660 MINPLAPDAT MINPLAPDAT
de fonds

Etude en vue du renforcement de la sécurité dans les Chefs-lieux de


Développement de Investissement 20000 3900 5660 10440 SG / PR SG / PR
Améliorer la sécurité régions écotouristiques province
l'écotourisme pour Programme de
en faire un outil de développement de des touristes
Chefs-lieux de
Lutte contre l'insécurité dans les régions écotouristiques Investissement 200000 39000 56600 104400 MINDEF MINDEF
protection de l'écotourisme et province
l'environnement et d'amélioration des Yaoundé, Zones
Amélioration de l'exploitation des parcs nationaux et
de la biodiversité, moyens d'implantation des
réserves de faune en vue du développement de Investissement 420000 81900 118860 219240 MINFOF MINFOF
de l'amélioration du d'existence dans parcs et des réserves
l'écotourisme
niveau de vie des les zones à fortes de Faune
populations locales potentialités Amélioration de l'organisation des transports par voies Yaoundé et zones Opérateurs du secteur
et de la lutte contre écotouristiques Investissement 12000 2340 3396 6264 MINT
terrestres allant vers les zones écotouristiques écotouristiques privé
la pauvreté

Améliorer efficacement Amélioration de la gestion de la qualité des services du Yaoundé et Douala Fonctionnement 5000 975 1415 2610 MINT CAMRAIL
les méthodes de transport ferroviaire
gestion en matière
d'écotourisme Mise en place d'une gestion de la maintenance des
infrastructures aéroportuaires à des fins de Yaoundé Fonctionnement 21000 4095 5943 10962 MINT ADC
développement de l'écotourisme
Amélioration de la programmation des horaires de vols
Yaoundé et Douala Investissement 5000 975 1415 2610 MINT Compagnies aériennes
en direction des zones écotouristiques
Amélioration de la gestion de la qualité des services du
transport aérien à des fins de développement de Yaoundé et Douala Investissement 5000 975 1415 2610 MINT Compagnies aériennes
l'écotourisme

19
DESIGNATION DU PRODUIT : Ecotourisme

Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Entretien du réseau ferroviaire Yaoundé et Douala Investissement 1500000 292500 424500 783000 MINT MINT

Amélioration de la qualité des wagons Yaoundé et Douala Investissement 1000000 195000 283000 522000 MINT MINT
Développement de Augmentation de la fréquence des trains allant dans les
l'écotourisme pour Yaoundé et Douala Investissement 10000 1950 2830 5220 MINT MINT
zones écotouristiques
en faire un outil de
Améliorer
protection de Yaoundé, Douala et
qualitativement et Amélioration qualitative et quantitative des
l'environnement et Programme de aéroports situés dans
quantitativement les infrastructures aéroportuaires situées dans les zones Investissement 150000 29250 42450 78300 MINT MINT
de la biodiversité, valorisation de les régions
infrastructures écotouristiques
de l'amélioration du l'écotourisme écotouristiques
adaptées à
niveau de vie des Réalisation des adductions d'eau potable dans les Yaoundé et zones
l'écotourisme
populations locales Investissement 3000000 585000 849000 1566000 MINEE MINEE
zones écotouristiques écotouristiques
et de la lutte contre
la pauvreté Yaoundé et zones
Électrification des zones écotouristiques Investissement 4150000 809250 1174450 2166300 MINEE MINEE
écotouristiques

Promotion de l'utilisation des matériaux locaux adaptés Yaoundé et zones


Investissement 226000 44070 63958 117972 MINPMEESA MINPMEESA
à l'écotourisme écotouristiques

20
COHERENCES INTRA ET INTER SECTORIELLES
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme d'affaires et de congrès
Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa
Augmenter les
infrastructures pour le Mise en place des mesures incitatives pour les
Yaoundé Investissement 0 0 0 0 MINIMIDT MINIMIDT
développement du investissements
tourisme de congrès
Faciliter l'identification
des sites et autres
infrastructures Mise en place des panneaux de signalisation informative
Territoire national Investissement 0 0 0 0 MINDUH MINDUH
touristiques pour et directionnelle
l'orientation des
touristes
Evaluation des besoins pour la rénovation du Palais des
Yaoundé Investissement 60 000 11 700 16 980 31 320 MINCULT MINCULT
Mise en place des Congrès de Yaoundé
mécanismes pour
attirer au Programme de
Cameroun dynamisation du
l'organisation des tourisme de Rénovation des équipements du Palais des Congrès de
Yaoundé Investissement 1 000 000 195 000 283 000 522 000 MINCULT MINCULT
congrès afin de congrès et Yaoundé
valoriser les d'affaires au
potentialités Cameroun
touristiques Augmenter les
nationales infrastructures pour le
développement du Amélioration de la fourniture d'énergie électrique et de Les villes de Yaoundé
Investissement 0 0 0 0 MINEE AES/SONEL et SNEC
tourisme de congrès l'eau dans les villes de Yaoundé et de Douala et Douala

Développement des TIC dans les centres de Congrès Yaoundé Investissement 50 000 9 750 14 150 26 100 MINPOSTEL CAMTEL

Finalsation de l'étude diagnostic devant conduire a la


privatisation de certains établissements du parc hotelier Yaoundé Investissement 30 000 5 850 8 490 15 660 MINEFI MINEFI
du secteur public et parapublic

21
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme d'affaires et de congrès
Montant total
Composante du Montant Montant Responsable Responsable (s)
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Projet (s) identifié (s) Localisation en milliers de Montant 2008
budget 2007 2009 Institutionnel Opérationnel (s)
Fcfa

Élaborer une politique


Cellule de Gestion du
de financement du Mise en place d'un code d'investissement approprié au
Yaoundé Investissement 0 0 0 0 MINIMIDT Code des
tourisme d'affaires et de secteur tourisme
Investissements
congrès

Etude en vue du renforcement de la sécurité dans les Chefs-lieux de


Investissement 0 0 0 0 SG / PR SG / PR
Améliorer la sécurité grandes villes camerounaises province
des touristes
Renforcement de la lutte contre l'insécurité dans les Chefs-lieux de
Investissement 300 000 58 500 84 900 156 600 MINDEF/DGSN MINDEF/DGSN
grandes villes province

Mise en place des Facilitation de l'obtention des agréments en vue de


Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 SGPR SGPR
mécanismes pour l'organisation des congrès internationaux
attirer au Programme de
Cameroun dynamisation du
l'organisation des tourisme de Création des consulats honoraires dans certains pays et
congrès afin de congrès et villes des marchés émetteurs en vue de faciliter Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 MINREX MINREX
valoriser les d'affaires au Améliorer la l'obtention des visas
potentialités Cameroun gouvernance dans la
touristiques promotion du tourisme
nationales d'affaires et de congrès Amélioration de l'accueil et du service dans les
représentations diplomatiques pour faciliter la délivrance Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 MINREX MINREX
des visas aux postes frontières

Délivrance des visas aux postes frontières Postes frontières Fonctionnement 0 0 0 0 DGSN DGSN

Créer un cadre pour


une meilleure gestion
du tourisme d'affaires et
de congrès Amélioration de la fréquence et de la régularité des vols
Yaoundé Fonctionnement 0 0 0 0 MINT Compagnies aériennes
intérieurs

22
ANNEXE 4 : TABLEAUX D’IMPLICATION DES PARTENAIRES DANS LA MISE EN
ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DU TOURISME
TABLEAU RECAPITULATIF DES PROGRAMMES ET PROJETS PAR AXE STRATEGIQUE
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Partenaire (s) impliqué (s)
Collectivités Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation Secteur Secteur Société
public privé
Coopération
civile
territoriales Populations Institutionnel
décentralisées

Etude pour une mise en place d'un mécanisme de


Yaoundé X X X X X X MINTOUR
développement du tourisme culturel
Mise en place d'un mécanisme de développement du
Yaoundé X X X X MINTOUR
tourisme culturel

Mise en place d'un répertoire de festivals culturels Yaoundé X X X X X X MINCULT

Création d'un compte satellite du tourisme Yaoundé X X MINTOUR


Encourager les Tour-
Encourager l'implication du
opérators à intergrer les
secteur privé dans Sensibilisation des opérateurs du secteur privé sur les Toutes les 10
manifestations culturelles X X X X X MINTOUR
l'organisation du tourisme techniques d'organisation du tourisme culturel provinces
dans leur programmation
culturel
des voyages
Organisation des campagnes de sensibilisation
agressives et permanente en vue d'encourager les Yaoundé et les 10
X X X MINTOUR
opérateurs privés à programmer les circuits de tourisme provinces
culturel
Exploitation des Création d'un cadre de concertation en vue d'établir un Yaoundé et les 10
manifestations et X X X X MINCULT
calendrier des festivals culturels provinces
autres richesses Améliorer la gestion du
culturelles pour une tourisme culturel Mise en place d'un répertoire des manifestations Yaoundé et les 10
X X X X MINCULT
meilleure Programme de culturelles provinces
valorisation des rentabilisation Mise en place d'un calendrier des élections des miss Yaoundé et les 10
X X MINTOUR
potentialités du économique et tourisme provinces
Cameroun afin sociale du tourisme
Mise en place d'un répertoire de production artistique Yaoundé et les 10
d'améliorer la culturel X X MINCULT
camerounaise provinces
croissance
économique et Recensement et promotion des stylistes et des Yaoundé et les 10
X X MINTOUR
lutter contre la modelistes de la couture camerounaise provinces
pauvreté Mise en place d'un répertoire des musées et de leur Yaoundé et les 10
Mettre en place un système X X X X X MINCULT
spécificité provinces
d'information en vue de
développer le tourisme Mise en place d'un système d'information sur le tourisme Yaoundé et les 10
X X MINTOUR
culturel culturel au cameroun provinces
Yaoundé et les 10
Valorisation des monuments historiques et artistiques X X X X MINCULT
provinces
Yaoundé et les 10
Renovation des monuments historiques et artistiques X X X X MINCULT
provinces

Redynamisation du festival national des arts et de la Yaoundé et les 10


X X X X X X MINCULT
culture (FENAC) provinces

Développer une Création d'un cadre de parténariat entre le MINTOUR,


synergie entre les l'INS et le BUCREP en vue de prendre en compte les
administrations préoccupations du tourisme dans les grandes enquêtes
Yaoundé X MINTOUR
publiques en vue de réalisées au Cameroun, notamment en matière de
l'évaluation des activités collecte des informations nécessaires à l'évaluation du
du secteur touristique tourisme interne

1
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Partenaire (s) impliqué (s)
Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation Collectivités
Secteur Secteur
Coopération
Société
territoriales Populations
Opérationnel
public privé civile décentralisées

Etude pour la mise en place d'un programme de


renforcement des capacités des personnels intervenant Yaoundé X X X X X MINTOUR
dans le tourisme culturel

Mise en place d'un programme de renforcement des


capacités des personnels intervenant dans le tourisme Yaoundé X X X X MINTOUR
culturel

Mise en place des mesures de suivi des cadres formés


dans différentes institutions de formation nationales et Yaoundé X X X MINTOUR
internationales

Mise en place des mesures pour corriger l'inadéquation


Yaoundé X X MINEFOP
formation/emploi

Mettre en place un plan de Intégration du MINTOUR dans les commissions de


formation et de suivi des validation du programme de formation et des formateurs Yaoundé X SG / PM
cadres formés en tourisme

Exploitation des Renforcement des capacités des organisateurs des


Yaoundé X X MINTOUR
manifestations et festivals
autres richesses
culturelles pour une Intégration des préoccupations du tourisme culturel dans
meilleure Programme de les programmes de formation des centres de jeunesse et Territoire national X MINJEUN
Améliorer la qualité des
valorisation des rentabilisation d'animation
prestations dans le
potentialités du économique et
secteur du tourisme
Cameroun afin sociale du tourisme Intégration des préoccupations du tourisme culturel dans
culturel
d'améliorer la culturel les programmes de formation des centres de la promotion Territoire national X MINPROFF
croissance de la femme et de la famille
économique et
lutter contre la
pauvreté Mise en place d'un réseau des organisateurs des
Territoire national X X X X X X MINCULT
manifestations culturelles

Actualisation et mise en œuvre de la convention


Yaoundé X X X MINTSS
collective du domaine de l'hôtelerie

Mise en place d'une convention collective du secteur du


Yaoundé X X X MINTSS
tourisme

Mettre en place des Révision des conventions collectives pour les mettre en
mesures de stabilisation Yaoundé X X X MINTSS
cohérence avec le nouveau code du travail
des personnels dans le
secteur du tourisme
Création d'un corps de fonctionnaires de tourisme Yaoundé X X MINFOPRA

Mise en place des mesures de renforcement des


Yaoundé X X X MINTOUR
capacités des agents publics

Encouragement des opérateurs du secteur touristique à


Yaoundé X X X MINTOUR
recruter les cadres formés

2
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Partenaire (s) impliqué (s)
Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation Collectivités
Secteur Secteur
Coopération
Société
territoriales Populations Institutionnel
public privé civile décentralisées
Mise en place des mesures incitatives au développement
Yaoundé X X X X X MINIMIDT
du tourisme culturel
Identification de tous les partenaires concernés pour des Yaoundé et les 10
X X X MINTOUR
besoins de synergie Provinces
Prendre des mesures en
vue d'impliquer tous les Mise en place d'une plate forme de partenariat pour la
Yaoundé et les 10
partenaires conduite des actions de synergiques (public/public, X X X X MINTOUR
Provinces
public/privé et privé/privé)
Développement d'un partenariat avec le MINATD pour
encadrer les chefferies à organiser les manifestations Yaoundé X MINTOUR
culturelles
Vulgarisation et application de la réglementation sur les
Yaoundé X MINTOUR
prises de vue photographiques
Prendre des mesures en vue
Exploitation des
d'éradiquer les tracasseries
manifestations et
policières Réaménagement de la réglementation relative à la saisie
autres richesses Améliorer la Yaoundé X SG / PM
des objets de souvenir par les policiers aux frontières
culturelles pour une gouvernance dans le Prendre des mesures en
meilleure Programme de développement du vue d'éradiquer les Assouplissement du contrôle de sortie des objets d'art
valorisation des rentabilisation tourisme culturel tracasseries policières et souvenirs et assouplissement de contrôle de sortie de Yaoundé X SG / PM
potentialités du économique et administratives Prendre des mesures en vue denrées alimentaires
Cameroun afin sociale du tourisme d'éradiquer les tracasseries Création des consulats honoraires dans certains marchés
d'améliorer la culturel administratives; alléger les Yaoundé X MINREX
émetteurs de touristes
croissance procédures de délivrance de
économique et visas d'entrée au Cameroun Réaménagement de la réglementation en vue de la
lutter contre la Yaoundé X DGSN
délivrance des visas aux postes frontières
pauvreté
Mise en place d'un mecanisme d'utilisation rationnelle
Yaoundé X MINTOUR
des ressources humaines au MINTOUR

Renforcer le contrôle et les Mise en place d'un mécanisme de lutte contre la


inspections dans le secteur Yaoundé X MINTOUR
corruption des agents du MINTOUR

Renforcement de la lutte contre la piraterie et le trafic des


Territoire national X X X MINTOUR
œuvres culturelles

Etude en vue du renforcement de la sécurité des touristes


Territoire national X X X X X X SG / PM
Améliorer la sécurité pendant les évènements culturels
des touristes
Lutte contre l'insécurité pendant les évènements culturels Territoire national X X X X MINDEF/DGSN

3
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Partenaire (s) impliqué (s)
Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation Collectivités
Secteur Secteur
Coopération
Société
territoriales Populations
Institutionnel
public privé civile décentralisées

Création des bureaux d'information touristique à


Yaoundé X SG / PR
Accroître les actions l'étranger
promotionnelles du tourisme
culturel
Acquisition de nouveaux supports promotionnels du
Accroître la notoriété du Yaoundé X X X MINTOUR
Integrer les manifestations tourisme culturel
Cameroun comme
culturels dans les circuits
destination du tourisme Integration des activités culturelles dans les
touristiques
culturel Améliorer la présence du manifestations touristiques à l'étranger ou le MINTOUR Yaoundé X X X X X MINTOUR
Cameroun dans les est représenté
manifestations culturelles à
l'étranger Réglementation de la promotion du tourisme culturel au
Exploitation des Yaoundé X MINTOUR
sein du MINTOUR
manifestations et
autres richesses
Etude de faisabilité pour la mise en place d'une structure
culturelles pour une Yaoundé X X X X MINTOUR
de financement du tourisme culturel
meilleure Programme de
valorisation des rentabilisation Mise en place d'un mécanisme de financement spécifique
potentialités du économique et Yaoundé X X X X MINTOUR
au tourisme culturel
Cameroun afin sociale du tourisme
d'améliorer la culturel Yaoundé et les 10
croissance Mettre en place un Accroître la surface Etudes pour la mise en place des mesures de facilitation X X X MINIMIDT
Provinces
économique et mécanisme de financement financière des opérateurs du
lutter contre la pour le tourisme culturel tourisme culturel
pauvreté Renforcer l'appui au
financement du
tourisme culturel Mise en place des mesures incitatives pour les Yaoundé et les 10
X X X X MINIMIDT
investissements liés au tourisme culturel Provinces

Mettre en place un
mécanisme de lisibilité des Impliquer le MINTOUR dans Mise en place d'une plate forme de coopération entre le
sources de financement la sélection des projets de MINTOUR, le MINCULT, les ambassades et la société Yaoundé X X X X X MINTOUR
actuelles dans le tourisme coopération civile
culturel

4
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Partenaire (s) impliqué (s)
Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation Collectivités
Secteur Secteur
Coopération
Société
territoriales Populations Institutionnel
public privé civile décentralisées
Organisation des campagnes de sensibilisation et
Yaoundé et les 10
d'information permanentes en vue d'accroître la culture X X X X X MINTOUR
Provinces
touristique des camerounais
Amélioration du pouvoir d'achat des nationaux en vue de
Yaoundé X SG / PR
favoriser la fréquentation des manifestations culturelles
Encourager les nationaux à
fréquenter massivement les Mise en place des offices de Tourisme régionaux et
manifestations culturelles Yaoundé et les 10
communaux, ainsi que les syndicats d'initiatives du X X X X MINTOUR
Provinces
tourisme

Exploitation des Révision de la réglementation en matière des congés des


manifestations et agents des secteurs public et privé dans le sens de Yaoundé X X X MINFOPRA
autres richesses promouvoir le tourisme interne
culturelles pour une
meilleure Programme de Développer la synergie
valorisation des rentabilisation Promouvoir à travers les entre les acteurs publics et
Mise en place d'un cadre de concertation entre les
potentialités du économique et médias le tourisme privés intervenant Yaoundé et les 10
acteurs publics et privés du tourisme, de la culture et de X X X X MINTOUR
Cameroun afin sociale du tourisme culturel respectivement dans le Provinces
la communication
d'améliorer la culturel tourisme, la culture et la
croissance communication
économique et
lutter contre la Acquisition des supports de communication pour la Yaoundé et les 10
pauvreté X MINTOUR
promotion du tourisme culturel Provinces

Mener des campagnes de


Identification des pays où il est nécessaire d'ouvrir des Yaoundé, Europe,
sensibilisation à l'étranger X MINTOUR
BIT Amériques et Asie
en direction des
professionnels de voyages
Création des BIT dans les grands pays émetteurs de
pour la promotion du Yaoundé X SG / PR
touristes
tourisme culturel national
Développement, enrichissement et actualisation régulière
des sites Internet du MINTOUR par des informations à Yaoundé X MINTOUR
caractère culturel sur le Cameroun

5
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel
Partenaire (s) impliqué (s)
Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation Collectivités
Secteur Secteur
Coopération
Société
territoriales Populations Institutionnel
public privé civile décentralisées

Etude d'évaluation des besoins en dessertes routières


Territoire national X X X X MINTOUR
vers les sites culturels d'intérêts touristiques

Désenclavement des sites culturels d'intérêts touristiques Sites identifiés X X X X X MINTOUR


Renforcer la synergie entre
les administrations Etude d'électrification des sites culturels d'intérêt
Territoire national X X MINEE
intervenant dans la mise en touristique
place des infrastructures en
vue de désenclaver, Électrification des sites culturels d'intérêts touristiques Sites identifiés X X X X X MINEE
d'électrifier, d'accroître le
Pallier à l'insuffisance des réseau d'adduction d'eau et Etude pour l'adduction d'eau potable dans les sites
Territoire national X X X MINEE
infrastructures dans les de connecter au réseau des culturels d'intérêt touristique
sites de tourisme culturel télécommunications les sites
de tourisme culturel
Réalisation des adductions d'eau dans les sites culturels
(MINCULT, MINTOUR, Sites identifiés X X X X X MINEE
d'intérêt touristique
MINTP, MINPTT,
MINEE,MINADER, sociétés
Exploitation des
Augmenter les sous tutelles, mairies, Etude pour la connexion au réseau des
manifestations et Territoire national X X MINPOSTEL
infrastructures société civile) télécommunications
autres richesses
nécessaires au
culturelles pour une
développement du
meilleure Programme de
toruisme culturel Connexion au réseau des télécommunications les sites
valorisation des rentabilisation Sites identifiés X X X MINPOSTEL
potentialités du économique et culturels d'intérêts touristiques
Cameroun afin sociale du tourisme
d'améliorer la culturel
croissance Renforcer la synergie entre Création d'une plate forme de partenariat en vue de
les partenaires publics et Yaoundé X X X X MINTOUR
économique et Construire de nouvelles combler le déficit infrastructurel lié au tourisme culturel
lutter contre la privés en vue de combler le
infrastructures liées au
pauvreté déficit infrastructurel lié au
tourisme culturel (musée,
tourisme culturel (MINTOUR,
centres de congrès) Mise en place d'un mécanisme de financement pour les
MINCULT, mairies, secteur
infrastructures liées au tourisme culturel (musées, centres Yaoundé X X X X MINTOUR
privé, société civile)
de congrès…)

Augmenter les Encourager les opérateurs


infrastructures d'accueil privés pour une plus grande
Organisation des campagnes de sensibilisation en
dans certaines localités à implication dans Territoire national X X MINTOUR
direction du secteur privé et de la société civile
forte potentialités l'investissement pour le
culturelles tourisme culturel

Faciliter l'identification
des sites et autres
Améliorer le reperage des
infrastructures Mise en place des panneaux de signalisation informative
sites et autres Territoire national X X X MINTOUR
touristiques pour et directionnelle
infrastructures touristiques
l'orientation des
touristes

6
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme Culturel

Partenaire (s) impliqué (s)


Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation
Secteur Secteur Société
Collectivités Institutionnel
Coopération territoriales Populations
public privé civile décentralisées

Yaoundé et les 10
Création des Musées sur l'esclavage et la traite négrière
Provinces
X X X X X MINTOUR

Mise en place d'un mécanisme de financement des


recherches pluridisciplinaires sur le phénomène de Yaoundé X X X MINTOUR
l'esclavage et de la traite négrière
Insuffler le dynamisme au Publication et diffusion des résultats des recherches
Améliorer la gestion Yaoundé et les 10
Projet " La Route de pluridisciplinaires sur le phénomène de l'esclavage et la
Provinces
X X X X MINTOUR
du tourisme culturel l'Esclave" traite négrière

Création et matérialisation d'un circuit touristique sur " La Yaoundé et les 10


Exploitation des Route de l'Esclave" Provinces
X X X X MINTOUR
manifestations et
autres richesses
culturelles pour
une meilleure Programme de promouvoir la démarche
valorisation des rentabilisation STEP dans les Identification et mise en œuvre des programmes et
potentialités du économique et programmes et projets Territoire national X X X X X X MINTOUR
projets compatibles avec la démarche STEP
Cameroun afin sociale du du tourisme culturel
d'améliorer la tourisme culturel
croissance
Mettre en place des
économique et
mesures de facilitation Création d'un guichet unique de facilitation des formalités Chefs-lieux de
lutter contre la X X MINTOUR
en matière du tourisme en matière du tourisme culturel Province
pauvreté culturel

Renforcer les actions de


Réalisation d'une étude pour la mise place d'une
promotion et de
structure de promotion et de développement du tourisme Yaoundé X X X MINTOUR
développement du
camerounais
tourisme camerounais
Finalisation de la concertation en vue de la création d'une
taxe de séjour assise sur les nuités dans les
Yaoundé X X X MINTOUR
Diversifier les sources établissements d'hébergement et appelé à financer le
de financement du développement du tourisme camerounais
secteur touristique
Création d'un fonds de développement du tourisme
Chefs-lieux de province X X X MINTOUR
camerounais

7
TABLEAU RECAPITULATIF DES PROGRAMMES ET PROJETS PAR AXE STRATEGIQUE
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme cynégétique
Partenaire (s) impliqué (s)
Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation
Collectivités Institutionnel
Secteur Secteur Société
Coopération territoriales Populations
public privé civile
décentralisées

Implication des ONG et de la société civile dans la


Territoire national X X X X X X MINFOF
gestion du tourisme cynégétique

Créer une synergie entre Implication du secteur privé national dans la gestion du
les partenaires du secteur Impliquer les acteurs publics Territoire national X X X X MINFOF
tourisme cynégétique
public et privé dans le et privés intervenants dans le
développement du tourisme cynégétique Implication des populations riveraines dans la gestion du
Territoire national X X X X MINFOF
tourisme cynégétique tourisme cynégétique
Améliorer la
gouvernance du Intensification de la collaboration entre les administrations
tourisme cynégétique publiques intervenant dans la gestion du tourisme Territoire national X X MINTOUR
cynégétique
Intensification des contrôles visant à faire respecter les
Territoire national X X X X MINFOF
plans de tir
Programme de Mener des actions visant à
Conservation et rentabilisation réduire des actes
utilisation économique, répréhensibles Application rigoureuse des sanctions disciplinaires à
Territoire national X X X X X X MINFOF
rationnelle des sociale, culturelle l'encontre des agents coupables d'actes de corruption
ressources de la et
faune à des fins environnementale
touristiques du tourisme Renforcer les actions de
cynégétique promotion et de Etude pour la mise place d'une structure de promotion et
Yaoundé X X X MINTOUR
développement du de développement du tourisme cynégétique camerounais
tourisme camerounais

Finalisation de la concertation en vue de la création d'une


taxe de séjour assise sur les nuités dans les
Diversifier les sources Yaoundé X X X X MINTOUR
établissements d'hébergement et appelée à financer le
de financement du développement du tourisme camerounais
secteur touristique
Création d'un fonds de développement du tourisme
Chefs-lieux de province X X X X MINTOUR
camerounais
Etude en vue du renforcement de la sécurité des touristes Zones de tourisme
X X X X X X SG / PM
Améliorer la sécurité dans les zones de tourisme cynégétique cynégétique
des touristes
Lutte contre l'insécurité dans les zones de tourisme Zones de tourisme
X X X X X MINDEF
cynégétique cynégétique

8
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme cynégétique
Partenaire (s) impliqué (s)
Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation Collectivités
Secteur Secteur Société Institutionnel
Coopération territoriales Populations
public privé civile
décentralisées
Élaboration d'un mécanisme de repeuplement des zones
Yaoundé X X X X X X MINFOF
de chasse

Toute l'étendue du
Lutte contre la déforestation X X X X X X MINFOF
territoire national

Lutte contre les pratiques de feux de brousse Territoire national X X X X X MINFOF

Lutte contre les pratiques de braconnage Territoire national X X X X X MINFOF

Mener des actions visant à Contrôle des activités agropastorales et piscicoles autour
Territoire national X X X MINFOF
réduire les pressions et dans les zones cynégétiques
Programme de anthropiques sur les zones
Conservation et rentabilisation cynégétiques Intégration du tourisme dans les programmes des centres
Mener des actions Territoire national X X X X X MINEFOP
utilisation économique, de formation professionnelle
visant à réduire les
rationnelle des sociale, culturelle
menaces qui pèsent sur
ressources de la et
l'environnement des Intégration du tourisme dans les programmes de
faune à des fins environnementale Territoire national X X X X X MINEDUC
zones cynégétiques l'enseignement primaire et maternel
touristiques du tourisme
cynégétique
Intégration du tourisme dans les programmes de
Territoire national X X X X X MINESEC
l'enseignement secondaire

Création des clubs tourisme dans les établissement


Territoire national X X X X X X MINJEUN
scolaires et universitaires

Sensibilisation des populations riveraines à la protection


Territoire national X X X X X X MINFOF
des aires protégées

Circonscrire et prévenir les


risques naturels sur Reboisement des zones menacées de désertification
Grand Nord X X X X X X MINFOF
l'environnement des zones dans la partie septentrionale
cynégétiques

9
DESIGNATION DU PRODUIT : Tourisme cynégétique

Partenaire (s) impliqué (s)


Responsable
Axe stratégique Programme Objectif spécifique Sous objectif (s) Sous sous-objectif (s) Projet (s) identifié (s) Localisation
Collectivités Institutionnel
Secteur Secteur Société
Coopération territoriales Populations
public privé civile
décentralisées

Intensifier la vulgarisation
Créer une synergie entre les
de l'information et de la Dynamisation du cadre de concertation entre les
partenaires du tourisme Yaoundé X X X X X X MINTOUR
communication sur le partenaires impliqués
cynégétique
tourisme cynégétique

Renforcer l'information
et la communication en
matière de tourisme Au Cameroun et à
Acquisition des supports promotionnels X X X X X MINTOUR
cynégétique l'extérieur
Renforcer la sensibilisation
des opérateurs touristiques Renforcement de la présence des BIT dans les salons
Yaoundé, Paris X X X X X MINTOUR
et des potentiels chasseurs spécialisés de chasse et de pêche

Enrichissement des sites Internet du MINTOUR en


Programme de Yaoundé, Paris X X X X X MINTOUR
informations sur le tourisme cynégétique
Conservation et rentabilisation
utilisation économique,
rationnelle des sociale, culturelle
ressources de la et Accroître l'accès au
faune à des fins environnementale crédit du secteur privé Mise en place d'un mécanisme de financement du
Yaoundé X X X X MINTOUR
touristiques du tourisme national intéressé par le tourisme cynégétique pour le secteur privé
cynégétique tourisme cynégétique

Mettre en place des


mesures de facilitation Création d'un guichet unique de facilitation des formalités Chefs-lieux de
X X X X X MINTOUR
en matière du tourisme en matière du tourisme cynégétique Province
cynégétique

Développer une
Création d'un cadre de parténariat entre le MINTOUR,
synergie entre les
l'INS et le BUCREP en vue de prendre en compte les
administrations
préoccupations du tourisme dans les grandes enquêtes Yaoundé X X X X MINTOUR