Vous êtes sur la page 1sur 22
A SSOCIATION CANADIENNE POUR LES N ATIONS U NIES – G RAND M ONTRÉAL U

ASSOCIATION CANADIENNE POUR LES NATIONS UNIES GRAND MONTRÉAL UNITED NATIONS ASSOCIATION IN CANADA GREATER MONTRÉAL

CONSEIL

2009-2010

EXÉCUTIF

ACNUExpress Vol.4 No.9 - du 16 au 30 juin 2009 / From 16 to 30 June 2009

Mot de l‘éditeur / A message from the Editor

Les membres et autres personnes intéressées à soumettre des thèmes ou textes sur des sujets d‘intérêt que nous pourrions inclure dans ce bulletin sont les bienvenus. Il vous suffit de m‘écrire à acnu@uqam.ca, avec la mention « ACNUExpress COMMENTAIRES ».

Members and others who want to propose themes or contributions on subjects that we could include in the bulletin are welcome. You can send me your opinions at acnu@uqam.ca with the mention “ACNUExpress COMMENTAIRES”.

L‘éditeur / The editor Michel Barcelo, OUQ, ICU

Dans ce numéro / In this issue:

NOUVELLES DE L‘ACNU-GRAND MONTRÉAL /NEWS FROM UNAC-GREATER MONTRÉAL (p.1) NOUVELLES DE L‘ONU / UNITED NATIONS NEWS (p.2)

NOUVELLES DE L’ACNU-GRAND MONTRÉAL / NEWS FROM UNAC- GREATER MONTRÉAL

L‘ACNUExpress fera relâche jusqu‘au 15 août 2009. Nous vous souhaitons un bon été. / The next edition of ACNUEXpress will be published on August 15, 2009. We send our best wishes for the summer.

Sommaire

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE L‘ACNU NATIONALE / ANNUAL GENERAL MEETING OF UNAC AT THE NATIONAL LEVEL – Ottawa, 19-21 JUIN NATIONALE / ANNUAL GENERAL MEETING OF UNAC AT THE NATIONAL LEVEL Ottawa, 19-21 JUIN 2009 / 19-21 JUNE 2009

(p.1)

CONFÉRENCE PUBLIQUE DU PROFESSEUR SAMI AOUN / PUBLIC LECTURE OF DR SAMI AOUN – 2 JUIN 2009/ 2 JUNE 2009 (p.2) 2 JUIN 2009/ 2 JUNE 2009 (p.2)

GRANDE CONFÉRENCE PUBLIQUE DE M. LAKHDAR BRAHIMI LE / MAJOR PUBLIC LECTURE OF Mr. LAKHDAR BRAHIMI - 4 MAI 2009 / JUNE 2, 2009 (p.2) JUNE 2, 2009 (p.2)

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE L’ACNU-NATIONALE / ANNUAL GENERAL MEETING OF UNAC

Michèle Bertrand

Présidente

Gilles Gingras

Vice-président

Robert Letendre

Secrétaire

Michel Sirois

Trésorier

ADMINISTRATEURS

Michel Barcelo

François Carrier

Claude-Yves Charron

Louis Dussault

Michel Duval

Landry Signé

Nicole Trudeau

Gilles Vincent

L‘Assemblée générale annuelle de l‘ACNU a eu lieu les 19-21 juin à Ottawa en présence des délégations des sections. / The Annual General Meeting of UNAC took place on June 19-21 in Ottawa with the participation of representatives from the Branches.

CONFÉRENCE PUBLIQUE DE M. SAMI AOUN LE 2 JUIN 2009 /PUBLIC LECTURE BY Dr SAMI AOUN, 2 JUNE 2009

On trouvera le compte rendu de la conférence de M. Aoun du 2 juin 2009 sur le site, grâce à la collaboration spéciale de Mme Louise Lamarre Proulx. / One will find the report of the lecture of Mr. Aoun of June 2, 2009 on the site, thanks to the special collaboration of Mrs. Louise Lamarre Proulx.

GRANDE CONFÉRENCE PUBLIQUE DE M. LAKHDAR BRAHIMI LE 4 MAI 2009 / MAJOR PUBLIC LECTURE ON MAY 4 2009

On trouvera le compte rendu de la conférence du 4 mai 2009 de M. Lakhdar Brahimi sur le site, préparé par Mme Anne-Lucie Acar / One will find the report of the lecture of May 4, 2009 of Mr. Lakhdar Brahimi on the site,as prepared by Mme Anne-Lucie Acar.

NOUVELLES DE L’ONU / UNITED NATIONS NEWS

Les Nouvelles de l’ONU sont des extraits de divers communiqués de presse qui proviennent du Centre des nouvelles de l‘ONU, à New York, et de quelques autres comme l‘UNESCO, la Banque Mondiale, la FAO, l‘UNICEF, etc. Nous les choisissons, éditons et publions deux fois par mois. /United Nations News are excerpts from various press releases from the UN News Centre in New York City and a few others like UNESCO, The World Bank, FAO, UNICEF, etc. We make the selection, edit the texts and publish twice a month.

Nous les classons maintenant selon les thématiques retenues par le Centre des nouvelles / They are filed according to the themes used by the UN News Centre :

PAIX ET SECURITE (PEACE AND SECURITY) DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE Commerce, Investissements, Technologie (ECONOMIC DEVELOPMENT) AIDE HUMANITAIRE, REFUGIES (HUMANITARIAN AID, REFUGEES) ENVIRONNEMENT, HABITAT (ENVIRONMENT, SHELTER) DROITS FONDAMENTAUX (HUMAN RIGHTS) ONU, SECRETAIRE GENERAL (UNO, SECRETARY GENERAL) FEMMES, ENFANTS, POPULATION (WOMEN, CHILDREN, POPULATION) DROIT, PREVENTION DU CRIME (LAW, CRIME PREVENTION) SANTE, PAUVRETE, SECURITE ALIMENTAIRE (HEALTH, POVERTY, FOOD SECURITY) CULTURE ET EDUCATION (CULTURE AND EDUCATION)

Ce classement devrait nous permettre, avec votre aide, de présenter de temps à autre des sommaires, par thèmes, sur une plus longue période (ex. semestrielle ou annuelle), tout en vous permettant de consulter rapidement et directement, deux fois par mois, les nouvelles qui vous intéressent le plus directement. / This system should allow us, with your help, to propose from time to time summaries, on a longer time frame (by semester or year) while you still can consult quickly, twice a month, the news which are directly of interest to you.

Nous invitons tous les intéressés à suivre une des thématiques sur plusieurs mois, à la compléter à la lumière d‘autres sources d‘information au besoin, et à nous faire parvenir un sommaire qui serait rendu disponible pour une période plus longue. / We invite all interested persons to follow one of the themes for a certain number of months, to add information from other sources if need be, and to send us a complete summary which would be available for a

longer period.We would like to provide this service in both official languages. Unfortunately, the news items in the UN System, while they are eventually published in all its official languages (Arabic, Chinese, English, French, Russian and Spanish) are not published simultaneously. For the time being, we have to give priority to French, and, if the news item is not available in French, to English.

Les communiqués de l‘ONU ne sont pas nécessairement reproduits ici dans leur intégralité. À la fin de chaque sélection, on retrouve la plupart du temps l‘hyperlien qui permet d‘avoir accès au communiqué en entier.

Sommaire

PAIX ET SÉCURITÉ L'équipe 'de garde' composée d'experts en médiation est un succès (p.4) Afghanistan : L'ONU appelle à une campagne électorale équitable (p.4) Darfur returnees can count on UN, African Union support to rebuild, says official (p.4) La désertification pose des risques de sécurité Ban (p.5) Remise le 7 juillet du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix au Président Lula da Silva

(p.5)

la recherche de la paix au Président Lula da Silva (p.5) Moyen-Orient : Le Quatuor salue

Moyen-Orient : Le Quatuor salue l'engagement des parties 'en faveur de la solution à deux Etats' (p.6) Le chef du maintien de la paix demande une réforme en profondeur (p.6) DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Agriculture weathering economic crisis better than other sectors: UN-backed report (p.7) Soutenir l'Économie verte pour assurer une reprise économique mondiale durable (p.8) UN financial summit ‗first step‘ on new path towards solidarity – Assembly President (p.9) AIDE HUMANITAIRE, RÉFUGIÉS Some 42 million people uprooted worldwide in 2008 UN report (p.10) L'ONU marque la Journée mondiale des réfugiés (p.11) Le HCR parraine une étude de l'influence de l'Islam sur le droit international des réfugiés (p.12) HCR : La prochaine présidence européenne doit garantir l'accès à la protection (p.12) ENVIRONNEMENT, HABITAT Progrès dans les négociations sur le climat menées à Bonn (p.13) Banque Mondiale & République populaire de Chine: Projet de réhabilitation du plateau du Loess I (1994- 2002) et II (1999-2005) (p.14) Scientists warn of growing threat to global warming from unchecked gases UN (p.15) DROITS FONDAMENTAUX Gaza : La mission d'enquête du Juge Goldstone réclame la coopération d'Israël (p.16) Appel à une action urgente pour protéger les enfants affectés par les conflits armés (p.16) FEMMES, ENFANTS, POPULATION UNICEF : Il reste encore beaucoup à faire pour la survie de l'enfant en Afrique (p.17) DROIT, PRÉVENTION DU CRIME TPIR : 30 ans de prison pour génocide à l'encontre d'un ancien haut fonctionnaire (p.18) CULTURE ET ÉDUCATION Buenos Aires désignée Capitale mondiale du livre 2011(p.18) Dresde retirée de la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO (p.19) Patrimoine mondial : La conservation arrive à maturité (p.19) SANTÉ, PAUVRETÉ, SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Sida : 80 pays criminalisant l'homosexualité appelés à cesser la discrimination (p.19) FAO : Une personne sur six dans le monde souffre de la faim (p.20) FAO : L'éveil d'un géant africain face au potentiel de la savane Guinéenne? (p.21)

(p.20) FAO : L'éveil d'un géant africain face au potentiel de la savane Guinéenne? (p.21) PAIX
(p.20) FAO : L'éveil d'un géant africain face au potentiel de la savane Guinéenne? (p.21) PAIX
(p.20) FAO : L'éveil d'un géant africain face au potentiel de la savane Guinéenne? (p.21) PAIX
(p.20) FAO : L'éveil d'un géant africain face au potentiel de la savane Guinéenne? (p.21) PAIX
(p.20) FAO : L'éveil d'un géant africain face au potentiel de la savane Guinéenne? (p.21) PAIX

PAIX ET SÉCURITÉ

L'équipe 'de garde' composée d'experts en médiation est un succès

10 juin 2009 La création l'an dernier d'une équipe « de garde » aux Nations Unies composée

d'experts en médiation est un succès et a apporté une contribution de valeur aux activités de maintien de la paix de l'ONU et à la diplomatie préventive, a estimé mercredi le Sous- Secrétaire général des Nations Unies aux affaires politiques, Haile Menkerios.

« Répondre de manière efficace à des situations de maintien de paix dépend de la capacité à aller sur le terrain rapidement avec le bon type d'expertise », a dit M. Menkerios. « L'équipe de garde nous aide à atteindre cet objectif ».

Il a salué le soutien des Etats membres de l'ONU qui ont rendu possible cette initiative, en particulier le gouvernement norvégien qui a financé la phase pilote et a accepté de poursuivre son financement.

Afghanistan : L'ONU appelle à une campagne électorale équitable

15 juin 2009 Le représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, Kai Eide, a

appelé lundi les candidats à la campagne électorale présidentielle et aux conseils provinciaux à se comporter de façon digne et équitable.

« Les intimidations, les provocations et les violences de toutes sortes n'ont pas de place dans la campagne électorale », a dit M. Eide à la veille du début de la campagne, le 16 juin.

Il a par ailleurs reconnu que de « nombreux Afghans sont déçus par les progrès insuffisants de ces dernières années », ce qui était inévitable « dans un pays en conflit et disposant d'institutions faibles ».

ns

Darfur returnees can count on UN, African Union support to rebuild, says official

16 June 2009 The joint African Union-United Nations Mission in Darfur (UNAMID) will do

all it can to help civilians who have started returning voluntarily to their villages in the strife- torn Sudanese region to rebuild their livelihoods, a senior official pledged today.

Deputy Joint Special Representative Henry Anyidoho said it was critical to provide returnees with the necessary support so that their returns are not temporary, as he addressed community leaders in the West Darfur village of Seraf Jidad, where over 2,000 families have returned in the past two months.

Mr. Anyidoho said priority tasks included improving security, providing water and rehabilitating infrastructure in villages such as Seraf Jidad, which is located some 45 kilometres southwest of El Geneina, the capital of West Darfur.

As many as 8,000 families resided in Seraf Jidad and its surrounding area until January last year, when fighting between Sudanese Government forces and members of the Justice and Equality Movement (JEM) forced residents to flee.

About two months ago, many residents started returning after local humanitarian officials promised better security and offered plastic sheeting and other materials for the rebuilding of homes.

La désertification pose des risques de sécurité - Ban

17 juin 2009 La dégradation des terres due à la sécheresse risque d'entraîner la migration de 200 millions de personnes d'ici à 2050, a prévenu le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki- moon, à l'occasion de la Journée mondiale contre la désertification qui met l'accent sur le thème: « Préserver terre et eau = Protéger notre propre avenir ».

« Un tiers de la surface de la planète est affectée par la désertification, ce qui met en danger les moyens de subsistance de près d'un milliard de personnes », a déclaré M. Ban.

« La sécurité est maintenant une notion qui recouvre la garantie de la liberté de lutter contre la misère et qui englobe le développement durable comme composante de ce processus », rappelle un communiqué de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD).

« Lorsque l'approvisionnement en eau et la sécurité alimentaire ne peuvent être garantis, les populations migrent souvent vers les zones où elles pensent pouvoir en trouver. Les estimations les plus récentes évaluent entre 17 et 24 millions de personnes le nombre de migrants de toutes origines, dus aux contraintes environnementales dans le monde entier », selon le communiqué.

La dégradation des sols peut, dans le pire des scénarios, nuire à la sécurité nationale et régionale si les personnes se voient contraintes de quitter leurs fo yers.

Or, si le changement climatique est une des forces qui animent la désertification, il faut

reconsidérer les pratiques agricoles et la gestion des ressources en eau, alors que l'agriculture et

le bétail consomment 70% de l'eau potable et entraînent 80% de la déforestation, insiste Ban

Ki-moon.

A cet égard, le Secrétaire général a lancé de nouveau son appel à conclure un traité significatif

sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre à la Conférence sur les changements climatiques de Copenhague de décembre 2009.

at

Remise le 7 juillet du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix au Président Lula da Silva

Paris, 25 juin. Le Président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva recevra le 7 juillet au Siège de l‘UNESCO (14h30, Salle I) le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix. Outre le Président Lula da Silva lui-même, plusieurs chefs d‘Etat ou de gouvernement sont attendus à la cérémonie*.En annonçant le choix du lauréat, en mai dernier, l‘ancien Président portugais Mario Soares a déclaré que le jury a décidé de décerner le Prix Félix Houphouët- Boigny 2008 à Luiz Inácio Lula da Silva « pour son action en faveur de la recherche de la paix, du dialogue, de la démocratie, de la justice sociale et de l‘égalité des droits, ainsi que pour sa haute contribution à l‘éradication de la pauvreté et à la protection des droits des minorités ».

Moyen-Orient : Le Quatuor salue l'engagement des parties 'en faveur de la solution à deux Etats'

26 juin 2009 Le Quatuor pour le Moyen-Orient, réuni vendredi à Trieste (Italie) a salué «

l'engagement du Premier ministre Netanyahu et du président Abbas en faveur de la solution des deux Etats ».

« Une paix durable dans la région ne peut être fondée que sur un engagement durable à la reconnaissance mutuelle, et la protection contre la violence, l'incitation à la haine et le terrorisme ; ainsi que la solution des deux États, sur la base des engagements et obligations préalables », indique la déclaration du Quatuor pour le Moyen-Orient, composé des États-Unis, de la Fédération de Russie, de l'ONU et de l'Union européenne.

Le Quatuor a, en outre, exhorté le gouvernement israélien à geler toutes les activités de colonisation et à s'abstenir de provocations à Jérusalem Est, notamment par les évictions et démolitions de maisons.

Les Etats arabes sont par ailleurs appelés à prendre des mesures pour « reconnaître à Israël la place qui lui revient dans la région ».

Enfin, les membres du Quatuor ont insisté sur la nécessité de promouvoir l'économie palestinienne.

Le chef du maintien de la paix demande une réforme en profondeur

29 juin 2009 Le chef du Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU

(DPKO), Alain Le Roy, a plaidé lundi pour une réforme en profondeur du secteur face à l'augmentation des demandes d'opérations de maintien de la paix, la complexité accru de leurs mandats, et l'absence de consensus sur la mise en œuvre de certains d'entre ces mandats.

Intervenant dans le cadre d'une séance consacrée à l'interdépendance entre le Conseil de sécurité et les pays contributeurs de troupes, le Secrétaire général adjoint a estimé que l'on ne pouvait « avancer de nouveaux concepts de police, comme la formation des unités de police, sans entamer un dialogue avec les contributeurs de troupes, sur les actes qu'ils doivent accomplir et les standards qu'ils doivent atteindre ».

L'interdépendance entre le Conseil de sécurité et les pays contributeurs de troupes et d'éléments de police nécessite des cadres robustes de communication et de dialogue, ainsi qu'une évaluation commune et partagée des défis et du potentiel des opérations de maintien de la paix. Il s'agit là peut-être de la plus grande contribution du rapport Brahimi, il y a 10 ans, a-t-il aussi soutenu, avant de rappeler l'augmentation des demandes d'opérations de maintien de la paix, la complexité accru de leurs mandats, et l'absence de consensus sur la mise en œuvre de certains d'entre ces mandats.

La nouvelle initiative « Nouvel Horizon » est la contribution du Département des opérations de maintien de la paix (DPKO) et du Département de l'appui aux missions au « Nouvel ordre du jour du Partenariat pour le maintien de la paix », a indiqué le Secrétaire général adjoint, en évoquant le processus de réforme du maintien de la paix.

Le document de DPKO porte, entre autres, sur les tâches et les fonctions essentielles du maintien de la paix nécessitant un consensus renouvelé; sur des mesures propres à améliorer le format, les ressources et le déploiement des missions; sur des propositions visant à évaluer et à renforcer les capacités nécessaires à une éventuelle nouvelle mission.

Concernant les tâches et fonctions qui nécessitent un consensus renouvelé, le Secrétaire général adjoint a précisé qu'il faut, notamment, « un consensus clair » sur le rôle des soldats de la paix dans l'aspect du mandat relatif à la protection des civils. S'agissant du format, des ressources et du déploiement des missions, il a insisté sur la nécessité de garantir un appui politique continu aux missions, et à l'amélioration des processus de planification au Secrétariat.

S'agissant enfin de la question du renforcement des capacités, Alain le Roy a appelé à s'entendre, sur la nature des capacités dont une mission moderne de maintien de la paix aurait besoin, et à revoir les procédures de remboursement des équipements des contingents pour qu'ils reflètent les réalités actuelles.

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Agriculture weathering economic crisis better than other sectors: UN-backed report

17 June 2009 Since food is a basic necessity, the agriculture sector has taken less of a hit than other industries as a result of the current economic crisis, according to a new report by the United Nations Food and Agriculture Organization (FAO).

The recession will dampen food prices, in turn easing pressure on cash-strapped consumers, it added.

While prices have fallen from their record highs in 2008, they are still high in many countries, and the new report projected that the prices of all farm commodities, except for beef and pork, will probably not fall back to their pre-2007-2008 averages.

Crops are estimated to cost 10-20 per cent more in the next decade, when adjusted for inflation, compared with the average for the 1996-2006 period, while vegetable oil prices are expected to surge 30 per cent.

The FAO-OECD study also said that the main forces underpinning agricultural commodity prices and markets over the medium-term are an expected economic recovery, renewed food demand growth on the part of developing countries and the emerging biofuel markets.

But it cautioned that extreme price volatility, as experienced last year, could occur again, given that commodity prices are increasingly tied to oil and energy costs, with environmental experts cautioning of erratic weather conditions.

The report points to access and not availability as a longer-term problem, stressing that poverty reduction and economic growth will be a large part of the solution.

It also called on governments to boost domestic agricultural development through infrastructure investment and incentivizing sustainable soil and water use, among other targeted policies.

Soutenir l'Économie verte pour assurer une reprise économique mondiale durable

25 juin 2009 Dans une déclaration faite mercredi à la Conférence sur la crise financière et économique mondiale et son incidence sur le développement, à New York, une vingtaine d'agences du système des Nations Unies relèvent que « l'actuelle crise économique et financière exige une réponse collective de la communauté mondiale », et plaident pour le développement de l'Économie verte.

C'est ''uni dans l'action'' que ces agences, représentées par Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l'ONU et directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), se sont prononcés en faveur d'une transition vers ''moins de carbone'', et le soutien à une Économie verte efficiente, capable de fournir de multiples opportunités économiques, sociales et environnementales dans ce 21e siècle.

«Investir les fonds de relance économique dans des secteurs tels que les technologies énergétiques efficientes, les énergies renouvelables, les transports publics, l'agriculture durable, le tourisme respectueux de l'environnement, et la gestion durable des ressources naturelles, notamment les écosystèmes et la biodiversité, reflète la conviction que l'Économie verte peut créer de nouvelles industries dynamiques, des emplois de qualité, engendrer la croissance des revenus, tout en atténuant les effets des changements climatiques et en arrêtant le déclin de la biodiversité », expliquent les agences onusiennes.

Ce choix, poursuivent-t-elles, dans leur déclaration, est « susceptible de contribuer au redressement économique, à la création d'emplois décents et à la réduction des pénuries alimentaire, énergétique, en eau, mais aussi de faire face aux crises relatives aux écosystèmes et au climat, qui ont des effets sur les populations pauvres ».

Par ailleurs, les agences estiment que les grands pays devraient veiller à ce que les pays en développement disposent de ressources financières pour lancer leurs propres programmes de relance et avoir un accès accru aux marchés internationaux pour une reprise rapide des échanges commerciaux.

Elles appellent également les pays donateurs à concrétiser leurs engagements en matière d'aide financière, notamment ceux faits aux cours des sommets du G8 et du G20. Elles souhaitent en outre l'élimination progressive des subventions ''perverses'' et la prévention du protectionnisme.

Au cours des six derniers mois, une grande variété d'organismes du système des Nations Unies, notamment les institutions de Bretton Woods et les secrétariats des accords multilatéraux sur l'environnement ont été impliqués dans la conception et la mise en œuvre d'une Initiative sur l'économie verte.

UN financial summit ‘first step’ on new path towards solidarity – Assembly President

26 June 2009 The high-level United Nations meetingon the global economic crisis has culminated in the approval of an outcome document that represents the first step in a long process of putting the world on a new path towards solidarity, stability and sustainability, the President of the General Assembly said today.

The Assembly – the ―G-192‖ – has now been established as the central forum for the discussion of world financial and economic issues, Miguel D‘Escoto said, as the UN Conference on the World Financial and Economic Crisis and its Impact on Development wrapped up in New York.

―This in itself is a major achievement,‖ stated the President, who was tasked with organizing the summit by Member States during the follow-up International Conference on Financing for Development, held in December 2008 in Doha, Qatar.

In addition, he said, the Assembly has been asked to follow up, through an ad hoc open-ended working group, on a number of issues such as crisis mitigation, the restructuring of the financial and economic system and architecture, external debt, and international trade.

At the same time, it has been recognized that the financial and economic crisis must not delay the necessary global response to climate change and environmental degradation through initiatives for building a ‗green economy.‘

―We are happy but not content, or rather, not completely satisfied,‖ he stated, noting that other crises loom on the horizon, such as those related to food, clean water and energy.

―We must all join forces to confront these crises. The proposals we have adopted today point in this direction. But much remains to be done,‖ he said.

The three-day meeting also featured several roundtable discussions on topics including the role of the UN in responding to the crisis and how to mitigate the impact of the downturn on development.

Addressing one of the round tables today, the head of the UN Development Programme noted that while developed countries have felt the impact, some severely, for the most part they have had tools at their disposal to address the crisis.

―Some expect a slow recovery towards the end of this year or in the first half of next year,‖ said Administrator Helen Clark.

―The turn-around for developing countries, however, may well take longer,‖ she pointed out. ―Many impacts of the crisis in developing countries, such as slowing growth rates, rising unemployment, and declining budgets are only now beginning to unfold.‖

Among the main worries is that the crisis will slow down the rate of progress towards meeting the anti-poverty targets world leaders have pledged to achieve by 2015, known as the Millennium Development Goals (MDGs), or even reverse hard-won gains. ―We must do all in our power to stop this happening,‖ she urged.

AIDE HUMANITAIRE, RÉFUGIÉS

Some 42 million people uprooted worldwide in 2008 UN report

16 June 2009 The United Nations refugee agency said today that the number of people forced to flee their homes because of deadly violence and persecution stood at 42 million worldwide at the end 2008.

Although this represented a decrease of 700,000 over the previous year, new displacement in 2009 has already more than offset the decline, according to a news release issued by the UN High Commissioner for Refugees (UNHCR).

―In 2009, we have already seen substantial new displacements, namely in Pakistan, Sri Lanka and Somalia,‖ said High Commissioner António Guterres.

Some 80 per cent of the 16 million refugees who have escaped to other countries and the vast majority of the 26 million internally displaced persons (IDPs) are in developing countries, noted the UNHCR ―Global Trends‖ annual report.

―While some displacements may be short-lived, others can take years and even decades to resolve,‖ said Mr. Guterres. ―We continue to face several longer-term internal displacement situations in places like Colombia, Iraq, the Democratic Republic of the Congo [DRC] and Somalia.‖

The report highlighted some 5.7 million refugees ―living in limbo,‖ with no immediate solutions in sight, including 29 separate groups of 25,000 or more refugees in 22 States exiled for five or more years.

In 2008, some 2 million refugees and IDPs were repatriated, which was the second lowest level of returnees for 15 years and a reflection of deteriorating security in Afghanistan and the Sudan, the report said.

The agency (UNHCR) provides support for 25 million of the total number of uprooted people, including a record 14.4 million IDPs up from 13.7 million in 2007 and 10.5 million refugees. The other 4.7 million refugees are aided by the UN Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East (UNRWA).

L'ONU marque la Journée mondiale des réfugiés

19 juin 2009 Les millions de personnes aidées par le Haut Commissariat des Nations Unies

pour les réfugiés (UNHCR) sont parmi les plus vulnérables sur la planète, a rappelé Antonio Guterres à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés marquée le 20 juin.

« Nous sommes dans une période d'énorme incertitude au niveau mondial, en particulier pour les dizaines de millions de personnes déplacées et de réfugiés déracinés par les conflits et les persécutions », a dit le Haut Commissaire Guterres.

« Les réfugiés ne sont pas des statistiques sans visage ce sont des gens comme vous et moi qui ont tout perdu en dépit d'eux », a-t-il rappelé.

Le chef du HCR a regretté l'insuffisance des moyens pour fournir une assistance essentielle sous la forme d'abris, de services de santé, d'éducation, de nutrition, d'assainissement et de protection contre la violence et les abus.

Au Cameroun, par exemple, les enfants réfugiés de la République centrafricaine souffrent d'une mortalité allant jusqu'à 7 fois le taux d'urgence. Moins d'un tiers des filles réfugiées vont à l'école.

En Équateur, de nombreux Colombiens ignorent totalement leur droit à l'asile. Les populations indigènes et les femmes célibataires sont particulièrement exposées à l'exploitation et aux abus.

En Géorgie, des personnes déplacées depuis 15 ans continuent de vivre dans des centres sordides et surpeuplés manquant d'eau, d'isolation du froid et d'égouts.

En Thaïlande, plus de 100.000 réfugiés et demandeurs d'asile du Myanmar ont vécu pendant des années dans des camps surpeuplés, causant une frustration énorme qui conduit à des violences domestiques et d'autres abus.

Le HCR parraine une étude de l'influence de l'Islam sur le droit international des réfugiés

22 juin 2009 Une récente étude publiée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les

réfugiés (UNHCR) en coopération avec l'Université Naïf Arab et l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI) explique que la tradition de générosité propre à l'Islam et se

poursuivant depuis 1 400 ans en faveur des personnes fuyant la persécution a eu davantage d'influence sur le droit international des réfugiés appliqué de nos jours que toute autre source historique.

Cette étude comparative, mandatée par le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres, fait l'objet d'un livre écrit par le Professeur de droit de l'Université du Caire et Doyen de la Faculté de droit, Ahmed Abu Al-Wafa et elle devrait être publiée mardi à l'Université Naïf Arab de Riyad, en Arabie saoudite.

Dans la préface qu'il a rédigée pour cet ouvrage « Le droit à l'asile entre la charia islamique et le droit international des réfugiés : étude comparative », António Guterres affirme que ce livre montre que, plus que toute autre source historique, la loi et la tradition islamique sous-tendent le cadre juridique appliqué de nos jours et sur lequel le HCR base ses activités mondiales en faveur de dizaines de millions de personnes déracinées, y compris le droit pour toute personne de rechercher et de bénéficier de l'asile face à la persécution ainsi que les interdictions de renvoyer dans une situation dangereuse ces personnes ayant besoin d'une protection.

« Même si un grand nombre de ces valeurs faisaient partie de la tradition et de la culture arabes avant même l'Islam, ce fait n'est pas toujours reconnu de nos jours, même dans le monde arabe

», a écrit António Guterres. « La communauté internationale devrait valoriser cette tradition de générosité et d'hospitalité datant du 14e siècle et reconnaître sa contribution au droit moderne.

»

Dans son étude, le Professeur Abu Al-Wafa décrit comment le droit et la tradition islamiques respectent les réfugiés, y compris des non Musulmans, comment l'Islam interdit de les forcer à changer leur croyance, comment l'Islam empêche quiconque de compromettre leurs droits, cherche à réunir les familles et, enfin, garantit la protection de leur vie et de leurs biens.

« Aujourd'hui, la majorité des réfugiés dans le monde sont des Musulmans », écrit António

Guterres. « Et ce à une époque où le niveau d'extrémisme ethnique et religieux est en augmentation à travers la planète, même dans des sociétés les plus développées au monde. Le racisme, la xénophobie et l'exploitation des sentiments de peur manipulent l'opinion publique et font naître une confusion entre les réfugiés et les migrants illégaux ou même les terroristes.

« Ces attitudes ont également contribué à ces perceptions erronées sur l'Islam et les réfugiés

musulmans doivent payer un lourd tribut. Soyons clairs : les réfugiés ne sont pas des terroristes. Ils sont d'abord et avant tout les victimes du terrorisme. Ce livre nous rappelle à notre devoir, celui de nous opposer à de telles attitudes. »

HCR : La prochaine présidence européenne doit garantir l'accès à la protection

23 juin 2009 A l'occasion de la prochaine présidence de l'Union européenne qui coïncidera avec une période « particulièrement critique pour l'avenir d'une politique européenne de l'asile », le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) invite la Suède à mettre à profit sa présidence pour réaffirmer l'importance d'une approche fondée sur les droits en matière de gestion des frontières et de contrôle des migrations.

Dans un communiqué de presse paru mardi, le HCR indique que des « évènements récents » donnent lieu de s'inquiéter de l'engagement européen à garantir un accès à la protection. C'est ainsi que l'Organisation soutient une solidarité renforcée entre les Etats membres de l'UE, pour

« porter assistance à ceux qui sont confrontés à des pressions particulières, résultant de l'arrivée de migrants en situation irrégulière et de demandeurs d'asile ».

Le HCR suggère sur ce point le choix entre différentes options incluant « le transfert depuis un État membre vers un autre pour des personnes reconnues comme réfugiées ». Il souligne toutefois que « ceci ne devrait pas se faire au détriment de la solidarité avec des pays non membres qui accueillent des populations de réfugiés importantes ».

Les recommandations du HCR mettent également l'accent sur la nécessité d'améliorer la qualité et la cohérence de la prise de décision relative aux demandes d'asile à travers l'UE. « La situation actuelle, dans le cadre de laquelle des demandes d'asile émanant de personnes de même nationalité ayant un vécu identique ont des résultats totalement différents d'un pays à l'autre, met en péril le principe même d'un système européen commun d'asile » a ainsi rappelé William Spindler, porte-parole du HCR.

La présidence suédoise commencera le 1er juillet et durant le deuxième semestre de cette année, l'UE adoptera un nouveau programme multi annuel dans le domaine de la justice et des affaires intérieures qui déterminera le cours de la législation et de la politique européennes sur l'asile de 2010 à 2014.

ENVIRONNEMENT, HABITAT

Progrès dans les négociations sur le climat menées à Bonn

12 juin 2009 Les pourparlers menés à Bonn (Allemagne) sur le changement climatique se sont achevés vendredi par des progrès même s'il reste encore une marge importante de manoeuvre, selon la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).

« Un progrès important enregistré à cette réunion est que les gouvernements ont éclairci ce

qu'ils veulent voir dans le document final de Copenhague », a déclaré Yvo de Boer, secrétaire

exécutif de la Convention-Cadre, faisant référence au Sommet sur le climat prévu à Copenhague en décembre.

« Je pense qu'un accord ambitieux et efficace pour Copenhague est en vue un résultat qui

donne une réponse ferme et définitive à la sonnette d'alarme tirée par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (IPCC) », a-t-il ajouté.

Des délégués de 183 pays étaient réunis à Bonn pour négocier un texte qui viendra remplacer la première phase du Protocole de Kyoto qui expire à la fin de 2012.

Toutefois, Yvo de Boer a prévenu que les négociations étaient encore loin des réductions d'émissions préconisées par la science : une réduction de 25% à 40% en-dessous du niveau de 1990, d'ici à 2020.

« Entre maintenant et Copenhague, le niveau d'ambition doit être accru », a-t-il dit.

Banque Mondiale & République populaire de Chine: Projet de réhabilitation du plateau du Loess I (1994-2002) et II (1999-2005)

Défi à relever

Situé dans le nord-ouest de la Chine et comptant au total 50 millions d'habitants, le plateau du Loess tire son nom du sol même qui le compose : une terre sèche et poudreuse, balayée par le vent. Dans cette région, des siècles de surexploitation et de surpâturage s'étaient traduits par une érosion quasiment record et une pauvreté généralisée.

Démarche

En lançant un des plus vastes programmes de lutte contre l'érosion jamais entrepris dans le monde, deux projets ont cherché à mettre fin à la dégradation de ce plateau et à refaire de cette région défavorisée de Chine une zone de production agricole viable à long terme.

Résultats

Plus de 2,5 millions de personnes vivant dans quatre des provinces ou régions les plus pauvres du pays (les provinces du Shanxi, du Shaanxi et du Gansu, et la région autonome de Mongolie-Intérieure) ont échappé à la pauvreté. L'établissement de pratiques culturales viables a permis de multiplier par deux les revenus des agriculteurs, de diversifier les emplois et de régénérer l'environnement.

Contribution de l’IDA

- Premier projet : Apport financier de 149 millions de dollars, sur les 252 millions représentant

le coût effectif du projet, auquel s'ajoute un apport de contrepartie du pays pour 103 millions de

dollars.

- Second projet : Apport financier de 50 millions de dollars, auquel viennent s'ajouter une

contribution de la BIRD pour 99 millions et un apport de contrepartie du pays pour 90 millions.

- Les transformations intervenues sur le plateau du Loess au plan physique et économique

montrent de la façon la plus claire qui soit ce qu'il est possible d'accomplir grâce à une étroite collaboration avec les responsables nationaux, à de bonnes politiques, à un appui technique et

un processus actif de consultation et de participation des populations. Les ressources mises en œuvre par l'IDA — sous forme d'investissements directs, d'apports de conseils sur les politiques à suivre et d'assistance technique, d'activités de formation et de renforcement des capacités, ainsi que de l'implication et des changements de comportements suscités au niveau des habitants des zones des projets ont permis de démontrer l'efficacité d'un modèle qui a amélioré l'existence et les moyens de subsistance de plus de 2,5 millions de personnes (et de bien d'autres encore dans la mesure où il a été transposé ailleurs).

- Les services de formation et d'appui ont contribué à renforcer les capacités de recherche et

développement appliquées aux techniques de culture en sec, à l'amélioration des herbages, à la gestion des vergers et du bétail, et au travail de suivi et d'évaluation en termes d'impact.

Les prochaines étapes

Les principes suivis dans le cadre de ces projets ont été largement adoptés et transposés ailleurs. On estime ainsi que jusqu'à 20 millions de personnes ont profité de l'application de cette approche dans le reste du pays.

Scientists warn of growing threat to global warming from unchecked gases UN

22 June 2009 An international team of scientific researchers has warned that hydrofluorocarbon (HFC) gases used increasingly in insulation foam, air-conditioning and refrigeration present a significant threat to global efforts to stabilize climate change, in a move welcomed today by the head of the United Nations Environment Programme (UNEP).

A scientific paper published in the Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS)

highlights the need for urgent action over the HFC group of greenhouse gases, arguing that their use could climb sharply as replacements for gases being phased out to protect the ozone layer, such as chlorofluorocarbons (CFCs).

―By some estimates, action to freeze and then reduce this group of gases [HFCs] could buy the world the equivalent of a decades-worth of C02 emissions,‖ said Achim Steiner, UNEP Executive Director.

Mr. Steiner stressed that cutting carbon dioxide emissions is the key to accelerating a transition to a low carbon, resource efficient ‗green economy.‘

―It is also central to delivering a stabilization of the atmosphere as outlined by the assessments

of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC),‖ he added.

According to a news release issued by UNEP, if HFC growth continues unchecked, by 2050 the amount of gas produced could total nine Giga tons, or the equivalent of 45 per cent of total CO2 emissions. Conversely, rapid action to freeze and to cut emissions annually alongside fostering readily available alternatives could see HFC emissions fall to under one Giga ton in the same period.

The projected growth in production and consumption of HFCs is in part linked with the success

of the UNEP-administered Montreal Protocol, which has successfully phased out 97 per cent of

chemicals that deplete the ozone layer.

In 2007, countries meeting in Canada, under the Montreal Protocol, agreed to speeding up the

freeze and phase-out of hydrochlorofluorocarbons (HCFCs) chemicals designed to replace

the old, more ozone-damaging CFCs.

The new research findings in the PNAS indicate that unless urgent measures are taken to restrict HFCs, countries and companies are likely to pick this group of gases to replace HCFCs

in products such as air conditioning units, refrigeration and insulating foams.

DROITS FONDAMENTAUX

Gaza : La mission d'enquête du Juge Goldstone réclame la coopération d'Israël

15 juin 2009 La Haut Commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé lundi Israël à

mettre fin au blocus de Gaza et à coopérer avec la Mission d'établissement des faits mandatée par le Conseil des droits de l'homme sur le récent conflit dans le territoire palestinien.

Navi Pillay a affirmé devant le Conseil que les restrictions aux importations et la presque totale prohibition des exportations ont des effets cumulatifs négatifs sur les droits économiques, sociaux mais aussi politiques et civils de la population de Gaza.

« Les droits des Gazaouïs continuent d'être gravement sapés ou violés », a-t-elle déclaré, déplorant que le niveau de pauvreté ait augmenté.

Soixante cinq pour cent des habitants de Gaza vivent maintenant en-dessous du niveau de pauvreté de moins de 2 dollars par jour.

Par ailleurs, la Haut Commissaire a indiqué que la Mission d'établissement des faits du CDH, avec à sa tête le Juge Richard Goldstone, avait mené ses premières visites à Gaza du 1er au 5 juin, en entrant par le point de passage de Rafah avec l'Egypte.

« Les membres de la mission n'ont pas perdu espoir de visiter des sites dans le sud d'Israël et en Cisjordanie, bien que cela n'ait pas encore été possible en l'absence d'une réponse positive du gouvernement d'Israël à ses demandes répétées de coopération », a affirmé la Haut Commissaire.

Appel à une action urgente pour protéger les enfants affectés par les conflits armés

16 juin 2009 Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et la représentante

spéciale du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy, ont appelé mardi à une action urgente pour protéger les enfants affectés par les conflits armés, à l'occasion de la présentation d'un rapport.

Selon le nouveau rapport, un milliard d'enfants vivent dans des pays ou des territoires affectés par un conflit armé, soit près d'un sixième de la population mondiale. Il ajoute qu'avec le changement de nature des conflits armés, l'impact de la guerre sur les enfants est plus brutal que jamais. Ils sont affectés par la prolifération des armes légères et des groupes armés, ils sont recrutés comme combattants, visés lors d'attaques contre des écoles et des hôpitaux et sont confrontés à la violence sexuelle.

Le rapport recommande à tous les Etats de confirmer leur responsabilité de protéger leurs citoyens les plus jeunes en accroissant leurs efforts pour adopter une législation, une politique et une action au nom des enfants au niveau national.

FEMMES, ENFANTS, POPULATION

UNICEF : Il reste encore beaucoup à faire pour la survie de l'enfant en Afrique

17 juin 2009 Plusieurs pays africains ont réalisé d'impressionnants progrès dans le domaine de la survie de l'enfant ces dernières années mais il reste encore beaucoup de choses à faire, a déclaré le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) à l'occasion de la Journée internationale de l'enfant africain célébrée le 16 juin.

Le thème de cette année était : « Une Afrique digne des enfants : appel à une action accélérée en faveur de la survie de l'enfant ».

Le nombre de décès imputables à la rougeole en Afrique subsaharienne, par exemple, a plongé de 89% entre 2000 et 2007, une chute remarquable qui s'explique par les efforts menés de concert par les gouvernements et les partenaires internationaux pour renforcer les programmes de vaccination.

Bien que plus de la moitié des 9,2 millions de décès annuels des enfants de moins de 5 ans surviennent en Afrique, quelques-unes des nations les moins avancées Erythrée, Ethiopie, Malawi et Niger ont fait chuter leur taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans de 40% ou plus depuis 1990.

Les services et pratiques essentiels nécessaires pour éviter les décès d'enfants en Afrique comprennent entre autres l'amélioration des soins prénatals et la présence d' un soignant qualifié à l'accouchement; l'allaitement exclusif au sein, très rapidement après la naissance, suivi d'une alimentation d'appoint appropriée; l'immunisation contre les maladies de l'enfance que l'on peut prévenir par un vaccin; une nutrition adéquate; une protection contre le paludisme et un traitement contre cette maladie; le traitement des mères et des enfants qui vivent avec le VIH et la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant; l'amélioration des sources d'eau potable et des installations sanitaires et de meilleures pratiques d'hygiène. En combinant ces interventions et en les dispensant aux enfants et aux mères dans le cadre d'un continuum de soins, on améliore leur efficacité.

DROIT, PRÉVENTION DU CRIME

TPIR : 30 ans de prison pour génocide à l'encontre d'un ancien haut fonctionnaire

22 juin 2009 Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a prononcé,

aujourd'hui, une peine de 30 ans de réclusion à l'encontre de l'ancien directeur de cabinet au ministère de l'Intérieur, durant le génocide de 1994, Callixte Kalimanzira.

L'ancien haut fonctionnaire arrêté en 2005 a été reconnu coupable de génocide et d'incitation directe et publique à commettre le génocide. Il a été condamné pour des massacres de Tutsi dans la préfecture de Butare, notamment sur la colline de Kabuye. Le jugement précise qu'il n'a pas tué personnellement, mais a encouragé les Tutsi à "se rassembler sur la colline de Kabuye alors qu'il savait qu'ils y seraient tués par milliers".

"Le 23 avril 1994, Kalimanzira est venu à Kabuye avec des soldats et des policiers. Les réfugiés tutsi avaient jusque-là repoussé les attaques au moyen de bâtons et de pierres, mais ils ne pouvaient pas résister aux balles", a indiqué, au cours de l'audience, le juge Byron.

La condamnation de Callixte Kalimanzira porte à 38 le nombre de verdicts rendus par le tribunal international concernant le génocide qui avait fait 800.000 morts au sein de la minorité tutsie, au Rwanda.

CULTURE ET ÉDUCATION

Buenos Aires désignée Capitale mondiale du livre 2011

15 juin 2009 La ville de Buenos Aires (Argentine) a été désignée « Capitale mondiale du

livre » pour l'année 2011 à l'issue de la réunion du comité de sélection, composé des représentants des trois principales associations professionnelles internationales du monde du livre et de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), le 12 juin au siège de l'Organisation.

Buenos Aires est la onzième ville à être désignée Capitale mondiale du livre, précise l'UNESCO dans un communiqué.

La ville de Buenos Aires a été choisie pour la qualité et la variété du programme proposé mais aussi pour la stratégie générale sous-tendant ce programme. Le jury s'est félicité de la présence de deux villes de l'Afrique sub-saharienne (Lagos et Porto Novo) parmi les sept candidatures et a manifesté son souhait de voir renforcer la littérature et le livre dans cette région.

Chaque année, l'UNESCO et les trois organisations professionnelles internationales du monde du livre que sont l'Union internationale des éditeurs (UIE), la Fédération internationale des libraires (IBF) et la Fédération internationale des associations et institutions des bibliothécaires (IFLA) identifient la Capitale mondiale du livre pour la période d'une année séparant deux célébrations de la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur (23 avr il). Cette initiative manifeste la collaboration entre les représentants des principaux acteurs du livre ainsi que l'engagement des villes pour promouvoir le livre et la lecture.

Dresde retirée de la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO

25 juin 2009 Le Comité du patrimoine mondial a décidé de retirer la vallée de l'Elbe à Dresde

(Allemagne) de la Liste du patrimoine mondial, suite à la construction d'un pont à quatre voies au cœur de ce paysage culturel, ce qui signifie que le site n'a pas su conserver la valeur universelle exceptionnelle qui lui avait valu son inscription.

Patrimoine mondial : La conservation arrive à maturité

Pour beaucoup, 40 ans est l‘âge du bilan. Cela vaut aussi pour la Convention du patrimoine mondial de 1972 qui fêtera son quarantième anniversaire en 2012. Depuis sa création par la Convention, la Liste du patrimoine mondial de l‘UNESCO n‘a cessé de s‘élargir, couvrant aujourd‘hui 145 États parties qui hébergent 878 sites du patrimoine : 679 biens culturels, 174 biens naturels et 25 biens mixtes. Avec les nouveaux sites inscrits chaque année, la Liste devrait bientôt franchir le cap des 1000 sites.

Est-ce une bonne chose ? Comment l‘UNESCO et le Comité du patrimoine mondial, l‘organe indépendant en charge de la Liste du patrimoine mondial, peuvent assurer le suivi de tant de sites et aider à la conservation de biens aussi nombreux ? Comment maintenir la pertinence de la Liste et même l‘améliorer ?

Ce sont quelques-unes des questions que la communauté internationale de la préservation examinera lors de la 33ème session du Comité du patrimoine mondial qui se tiendra à Séville (Espagne) du 22 au 30 juin. En fait, le processus est permanent et un atelier de deux jours qui s‘est déroulé cet hiver à Paris y a contribué. Il a réuni des membres du Comité, des représentants d‘États parties à la Convention, des représentants des deux organisations consultatives du Comité : le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et l‘Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Auteur(s):UNESCOPRESSE

13-06-2009

SANTÉ, PAUVRETÉ, SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

Sida : 80 pays criminalisant l'homosexualité appelés à cesser la discrimination

16 juin 2009 Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le directeur exécutif du

Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé ont condamné les discriminations qui entravent les soins aux malades du sida, en particulier les 80 pays de l'Assemblée générale qui ont encore des lois criminalisant l'homosexualité.

« Bien que je sois très encouragé par les progrès et le soutien de la communauté internationale

dans le traitement du VIH/sida, il nous faut lutter contre les préjudices, la discrimination et la

stigmatisation » a déclaré mardi Ban Ki-moon à l'issue d'une séance de l'Assemblée générale sur le thème de « l'Accès universel et les droits de l'homme ».

« Je me suis efforcé de promouvoir l'intégration des malades du sida dans leurs sociétés ; ces efforts vont se poursuivre », a-t-il ajouté.

De son côté, Michel Sidibé a remercié le leadership du Secrétaire général pour « briser la conspiration du silence qui touche la discrimination et même la criminalisation des gens qui sont atteints par le sida, notamment les groupes vulnérables : hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, transsexuels et lesbiennes, travailleurs sexuels et consommateurs de drogues ».

« Il faut agir vite », a-t-il plaidé. Nous sommes loin d'avoir atteint les progrès prévus en 2006 concernant l'accès universel aux médicaments pour 2010, et la crise économique ne doit pas servir d'excuse pour abandonner les 4 millions de personnes qui sont sous traitement, ni les 14 millions d'orphelins qui espèrent avoir accès à des services, a dit le chef de l'ONUSIDA.

« Quatre-vingt pays ont des lois contre l'homosexualité », a déploré Michel Sidibé, expliquant que ces lois discriminatoires entravaient les efforts de lutte contre le sida.

M. Sidibé a par ailleurs rappelé que « l'accès universel à la prévention, aux traitements, aux soins et au soutien était un impératif relevant des droits fondamentaux », selon un communiqué du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Par ailleurs, 59 pays ont encore des lois qui restreignent l'entrée, le séjour ou la résidence des personnes atteintes du sida, en violation du droit à la liberté de mouvement et de travailler.

FAO : Une personne sur six dans le monde souffre de la faim

19 juin 2009 "La crise silencieuse de la faim - qui touche un sixième de l'humanité - représente une grave menace pour la paix et la sécurité mondiales" annonce vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Nous devons de toute urgence dégager un large consensus sur l'éradication totale et rapide de la faim dans le monde et prendre les mesures nécessaires à cet effet» a déclaré aujourd'hui M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, à l'occasion de la publication de nouvelles estimations.

La FAO révèle que la faim dans le monde atteindrait un niveau historique en 2009 puisque l'humanité comptera 1 milliard 20 millions de personnes victimes de la faim. Et, cette aggravation planétaire de la faim n'est pas le résultat de mauvaises récoltes au niveau mondial. Elle est une conséquence de la crise économique mondiale qui a entraîné baisse des revenus et pertes d'emplois, réduisant ainsi l'accès des pauvres à la nourriture, indique la FAO.

La quasi-totalité des personnes sous-alimentées de la planète vivent dans les pays en développement : 642 millions de personnes en Asie et le Pacifique; 265 millions en Afrique subsaharienne; 53 millions en Amérique latine et les Caraïbes; 42 millions au Proche-Orient et en Afrique du Nord; et 15 millions au total dans les pays développés.

Pour le Directeur général de la FAO, la crise silencieuse de la faim - qui touche un sixième de l'humanité - représente une grave menace pour la paix et la sécurité mondiales. « Nous devons de toute urgence dégager un large consensus sur l'éradication totale et rapide de la faim dans le monde et prendre les mesures nécessaires à cet effet», ajoute t-il.

«La progression rapide de la faim provoque une gigantesque crise humanitaire. Le monde doit se ressaisir pour satisfaire les besoins d'urgence tout en pensant à des solutions à long terme», a recommandé, de son côté, Mme Josette Sheeran, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

Une assistance immédiate est nécessaire pour éviter une aggravation de la situation, soutient par ailleurs la FAO, qui estime en outre, que la communauté internationale, bien qu'elle soit aux prises avec la récession mondiale, ne peut oublier ses engagements envers les personnes, au nombre d'un milliard, qui souffrent de la faim.

FAO : L'éveil d'un géant africain face au potentiel de la savane Guinéenne?

22 juin 2009 Une vaste bande de savane africaine traversant 25 pays a le potentiel de transformer plusieurs pays africains en protagonistes mondiaux en matière de production de matières premières agricoles, selon un ouvrage que vient de publier l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et la Banque Mondiale.

L'ouvrage, en anglais, intitulé Awakening Africa's Sleeping Giant - Prospects for Commercial Agriculture in the Guinea Savannah Zone and Beyond tire ces conclusions positives en comparant la région en question au nord-est thaïlandais et au Campo Cerrado brésilien.

Aujourd'hui, seulement 10 pour cent de la savane guinéenne - vaste étendue de quelque 600 millions d'hectares (du Sénégal jusqu'en Afrique du Sud) dont 400 millions conviennent à l'exploitation agricole - est effectivement cultivé.

La savane guinéenne, tout comme le Cerrado et le nord-est de la Thaïlande, présente des inconvénients géophysiques: cycles de pluie abondants mais imprévisibles, des sols pauvres et une densité élevée de la population dans le cas de la Thaïlande; isolement, sols enclins à l'acidité et aux toxines et faible densité de population pour le Cerrado.

Selon l'étude, pour que le développement soit équitable et pour éviter tout conflit social, il faudrait que la transformation de l'agriculture soit conduite par les petits exploitants agricoles, suivant en cela le modèle thaïlandais, et contrairement à ce qui s'est passé au Brésil (grosses exploitations agricoles dirigées par de riches fermiers).

«L'agriculture commerciale en Afrique peut et doit impliquer les petits exploitants afin de maximiser la croissance et d'en étendre largement les bénéfices», affirme Michael Morris, éminent économiste agricole auprès de la Banque mondiale, à Madagascar.

«La production mécanisée à grande échelle n'offre pas d'avantages évidents en ce qui concerne les coûts, sauf dans certaines circonstances spécifiques, et elle conduirait plutôt à des conflits sociaux», a-t-il ajouté.

L'utilisation des terres de la savane guinéenne pour l'agriculture entraînera inévitablement des coûts pour l'environnement, mais cette agriculture peut elle-même être bénéfique pour l'environnement, indique l'étude.

«La commercialisation de l'agriculture grâce à l'intensification peut réduire les dégâts causés à l'environnement en ralentissant la progression de l'agriculture vers des terres fragiles et/ou précieuses pour l'environnement», affirme encore Michael Morris.