Vous êtes sur la page 1sur 11

L'Anthropologie 105 (2001) 409-419

~ 2001Éditionsscientifiqueset médicalesElsevierSAS.Tousdroitsréservés

Le Mésolithique du Bassin Pannonien et la formation du Rubané

Marcel Dtte., Pierre Noiret

Résumé - Le Rubané apparaît comme une acculturation des Mésolithiques locaux, amorcée dans le Bassin Pannonien à la suite
d'une colonisation trans-balkanique. L'économie, l'architecture et la céramique procèdent d'une adaptation aux moyens locaux,
ce qui explique le décalage chronologique entre l'acculturation et l'expansion géographique. L'ensemble se place à l'intérieur
d'un milieu déjà indo-européen, depuis le Paléolithique récent. ~ 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS

acculturation / intéractions / origine de l'agriculture

Abstract - The Mesolithic of the Pannonian Basin and the Formation of the LBK. The LBK appears as the result of accul-
turation of local Mesolithic populations, beginning in the Pannonian Basin following a trans-Balkan colonisation. Economy,
architecture and ceramic proceed from an adaptation to local means, which explains the chronological disjunction between
acculturation and ge?graphic expansion. The whole is placed within a context already Indo-European, since the Late
Palaeolithic. ~ 2001 Editions scientifiques et médicales Elsevier SAS

acculturation / interactions / origins of agriculture

1. Introduction désormais adapté à toutes formes d'environne-


ments en d'autres latitudes.
Un des points importants du Néolithique
européen concerne les fondements des sociétés
actuelles. 2. Le contexte
Lesdécouvertes
réalisées
récemment
sur le , , " " ,
Mésolithiquede Jaszsag(Hongrie) forment une T?umeve~sla Medrte~a~ee et vers1 Ege~,.le
basedocumentaire,solideet précise,qui permet massIfbalkam.que reçut dIfferentesforme~d m-
d'asseoirla réflexion théoriquesur desobserva- fluen~e~n~toilennedurantles phasesanCIennes
tions concrètes(Kertész,1996; Makkay, 1996). du NeolIthIque.
La situation de la Pannonie, aux pieds des D'abord,sousla formed'une diffusion lente,
Balkanset aux marchesde l'Europe centrale,en apparemmentselon des processusadaptatifset
fait un lieu idéal pour étudier les processusde progressifs,aboutissantaux groupes de Star-
gestationdu Néolithiquecontinental.Cetteposi- cevo-Koros,en fin du septièmemillénaire B.C.
tion de "seuil" entrela zonedescollinesbalka- (Soudsky, 1973). Ensuite, selon nous, d'une
niqueset la zonedesforêtsdanubiennes setrou- manièreplus nette et plus brutale,par la diffu-
ve accentuée par la disposition,en ce vastebas- sion du Vinca ancien (Chapman,1981). Vers
sin propice aux contacts,aux échangeset aux l'autre extrémitédu BassinPannonien,s'amorce
transformationsculturelles. le mouvementRubané,versle milieu du sixième
Axéesur le sixièmemillénaireB.C., la pério- millénaireB.C., orientévers le nord-ouest.
de considéréeici correspondau basculement Comme les deux ailes d'un papillon, ces
radical qui voit le Néolithique ancien de rype deux vastescomplexesdu Néolithique ancien,
balkaniquesemueren un Néolithiqueaccompli, balkaniqueet danubien,s'axent sur le Bassin

. Correspondance et tirés à part. prehist@ulg.ac.be

Université de Liège, Service de préhistoire,7, place du xx Août, bât Al, B-4000 Liège, Belgique
410 M. Otte, P.Noiret

Pannonienet, chronologiquement, sur le sixième Moderman(1988) résumeles trois modèles


millénaireB.C. principauxde néolithisationélaboréspour l'ori-
Un décalagechronologiquede quelquessiè- gine du Rubané. Le premier implique que
clescorrespondaux différencesculturellesmar- l'Europe centraleait étécoloniséepar despopu-
quantles deux côtésde ce Bassin(Jadin,1990). lationsvenuesdu Bassindes Carpatessansque
Une lente adaptationa vu l'abandondesmodes la populationmésolithiqueindigèneait joué un
devie méditerranéens et orientauxen faveurd'é- rôle important.Le deuxièmeinsisteau contraire
lémentsen harmonieavecles régionsforestières sur le grandrôle que doit avoir joué cettepopu-
de l'Europe moyenne.La disparition des tells, lation mésolithique,l'explosion démographique
desmaisonsplatesen argile, la diminution des observéen'ayant pas pu avoir lieu sans cet
ovicaprins,de la céramiquepeinteet desstatuet- apport, "pour des raisons biologiques tech-
tes modeléesmarquentce phénomènedansun niques"2.Le troisièmedit quela connaissance de
sens.Dansl'autre, l'augmentationdes suidéset l'agriculture ("husbandry")était déjà répandue
des bovidésadaptésaux forêts, la construction chez les Mésolithiques,sansles "achèvements
de maisonsde bois à couverturepentueet instal- techniquesde la céramique,des herminettesde
léesenvillagesde plaine,et la céramiqueincisée pierrepolie et la constructionde maisons".
sont les réponsesculturellesaux conditionsdu L'interprétationliée à la migrationextérieure
nouvelenvironnement(Otte, 1996). à partir du sudétait dueà l'ignorancedu proces-
On assistedonc, dansl'aire considérée,à la susde formationdu Rubanédansla zoneconsi-
fois à l'extinction de foyers orientauxpuissants dérée,et à la méconnaissance du Mésolithique
et au développementde courantsnovateursqui propreau ~assin desCarpates(Kaczanowskaet
vont traversertout le restede l'Europe.Le terri- Kozlowskl, 1987).
toire de la Hongrieactuellejoue alors le rôle de Pendantlongtemps,cette quasi absencede
creuset,formateurdes modesde vie tout à fait sites mésolithiques dans la Grande Plaine
originaux,inéditset extrêmementprolifiques. Hongroisefut diversementinterprétée.Les deux
positionsextrêmessupposaientrespectivement,
soit une émigrationà la fin du Paléolithiquese
3. La question de l'origine du Rubané traduisantpar un "vide d'occupation"jusqu'au
. , '" . Néolithiqueancien,soit la présenced'une popu-
Au se~~du Rubane,deux facies reglona~ lation mésolithique locale considérable en
sont traditionnellement reconnus, le Rubane Transdanubie et dansla Plaine.Les résultatsdes
ori~ntal.et le Rubané occidental. Le premier travaux entreprisdès 1989 montrent que cette
dénvera~tde la culture~~ro.s; le seco~dtirerait région était bien peuplée au Mésolithique et
une partie de sescaractenstlques de 1 Influence qu'elle a certainementdûjouer un rôle important
exercée par la culture Starcevo-Koros.
tition concerne le nord-est du Bassin Sarépar-
des lors de la transitionversle Néolithique(Kertész'
1994).

Carpates.D'après le schémale plus communé-


ment admis (Jeunesse,1987)1,le Rubanéocci-
dental considéré ici se serait constitué en 4. Le Mésolithique de Jaszsag
Transdanubie hongroise,dansl'est de la Basse-
Autriche et dans le sud-ouestde la Slovaquie. Attendu depuis longtempspour alimenter
Considéréesdans un contexte européen,des toute théorie explicative, la publication des
datationsradiocarbonerécentespour le Rubané découvertes concernant le Mésolithique de
d'Autrichesupportentcettethéoried'une origine Jaszsagvient combler une lacuneessentielleà
probableà rechercherdansl'ouest de la Hongrie cette réflexion. Les informationsprésentéesci-
et l'est de l'Autriche (Lenneis,Stadleret Windl, dessousrésumentles donnéesprincipalesobte-
1996). nuesrécemment(Kertész,1994,1996).

1 J. Lüning (1988), par exemple, ne partage pas cette opinion.

2 À ce propos, A. Gob (1990) note que pour le Rubané, les modèles purement migrationnistes ne résistent pas à l'analyse. La vites-
se de diffusion du Rubané impliquerait des taux de croissance démographique irréels (tels que, selon cet auteur, une population
doublant tous les.six mois).
.e Mésolithique du Bassin Pannonien et la fofl1lation du Rubané 411

~ ..,"-,~/~, / '~--,
Les zones situées au nord et à l'ouest sont
; ('~~~~'- , ~

plus sèches; là étaient concentrées les occupa-


/"_."~' Tisza ',-',

\..Cri~) tions du Paléolithique supérieur (Gravettien) et


Mésolid1iQUS ou nord de ;.".J.
,':'",.;
Ia PlaineHoogroise j de l'Épipaléolithique (Épigravettien).
j ~ 1 Des gîtes de matières premières siliceuses
.. J) J
-'
,
1
K(\r(!s "
... sont facilement accessiblesvers le nord, à 30-50
1 km de distance, dans le massif de Matra, ou dans
:! 1
\
1 .

..,'
-'
les dépôts alluvionnaires contenant du matériel
:-..: altéré issu de ces gîtes (figure 2). Les roches
dominantes dans l'industrie lithique mésoli-
thique de Jaszsagen proviennent: ce sont diffé-
rents types de quartzites. D'autres matières pre-
mières issues de régions plus lointaines ont été
exploitées (radiolarite, obsidienne), mais de
manière beaucoup moins intensive.
On les retrouve (particulièrement l'obsidien-
ne) dans les sites mésolithiques de la vallée de la
Tisza, plus à l'est, au nord du Bassin des Car-
pates, où elles dominent les ensembleslithiques,
par exemple à Barca 1 (Slovaquie) et Ciumesti
(Roumanie).
Les concentrations de matériel archéologique
observées sont en général de petite taille, occu-
pant des surfaces de 12 à 17 m de diamètre (rare-
ment plus). Le site de Jasztelek 1 a livré une
structure de 5 m de diamètre centrée autour d'un
foyer (dénommée 'feature 1'). Des banquettes
étaient installées le long des parois marquéespar
Il trous de poteaux plantés en oblique. L' en-
semble a permis la restitution d'une structure
conique de type hutte archaïque, avec entrée au
sud-ouest, légèrement pentue vers l'intérieur.
Les ressources alimentaires de ces groupes
Figure 1. Geographic location and geological environment of mésolithiques sont fondées à la fois sur la pêche
the Jaszsagregion in Hungary (after Kertész, 1996). 1. Town; et la cueillette, sur la récolte de mollusques et de
2. Holocene fluviatile sediments; 3. Peat; 4. Loess; S. Eolian coquillages, et sur la chasse.Celle-ci est orientée
sand; 6. Limits of Mesolithic sites; 7. Northem limit of the
vers quelques espèces nouvelles d'herbivores
Koros-Cris complex.
holocènes (aurochs, cheval sauvage, cerf, che-
vreuil et sanglier, au site de Jaszbereny1).
Pendant longtemps, la Grande Plaine Hon- L'outillage comprend les types habituels:
groise (l'Alfôld) n'avait livré que des installa- grattoirs, racloirs, perçoirs, lames retouchées,
tions du Néolithique ancien (de type Koros). tronquées, encochéesou à dos, éclats retouchés
Depuis 1989, des prospections systématiques et microlithes. Parmi les armatures microlithi-
suivies de fouilles ont révélé de nombreuses ques, on rencontre des pointes de Stawinoga et
occupations relevant du Paléolithique supérieur de Sauveterre, ainsi que des pièces à base retou-
et du Mésolithique (figure 1). chée ou non. Il existe aussi des segments et des
Concentrés dans une aire géographique triangles, mais les quelques trapèzes découverts
réduite de 20 x 5 km, une centaine de sites méso- ne proviennent que de ramassagesde surface.
lithiques y occupent une localisation en plaine La présencede nucléus, de déchetset de piè-
alluviale offrant des conditions humides favora- ces semi-finies atteste d'une production locale.
bles (faune, végétation). Deux sites ont livré des La technique du micro burin est bien représentée.
occupations mésolithiques en stratigraphie: On rencontre aussi quelques microburins Kru-
Jaszberény1 et Jasztelek 1 (Kertész, 1994, 1996). kowski.
412 M. Otte, P.Noiret
.
* .

2. ,--.(L~-..c::::::::- 1

3. -. orO) .",,'-
--
4. 0
5. .
6. :.., :

g
Jaszbcrény :
~ L_~ km '3-
Figure 2. Carte hydrographique, sites mésolithiques de Jâszsâget localisation des sourcesde matières premières. (d'après Kertész
et al., 1994). 1. Courbes de niveau; 2. Rivière (8), fleuve (F); 3. Frontière entre états; 4. Ville; S. Communes les plus importan-
tes; 6. Aire de répartition des sites mésolithiques.

Figure 2. Hydrographic map, Mesolithic sites of Jâszsâgand location of sources ofraw material. (after Kertész et al., 1994).1.
Topographic lines; 2. Rivers (8) and (F); 3. Political boundaries; 4. Town; S. Significant villages; 6. Distribution of Mesolithic
sites.

Un facièsmésolithiquepossédantsescaracté- l'Holocène.D'aprèsKertész(1996),cetteindus-
ristiques chronologiqueset culturelles propres trie montredescaractères uniques,provenantà la
peutdoncêtredéfini sur basede cesdécouvertes, fois de l'Épigravettienet du Mésolithiqueocci-
dansla partiecentraledecettePlaine,audébutde dental(detype Sauveterre et Beuron/Coincy)3.
-" Le Mésolithiquedu BassinPannonienet la formation du Rubané 413

5, La chronologie du Mésolithique de Les sites Koros de la région de la Haute


J aszsag Tiszamontrentune industrielithique exploitant
les ressourceslithiques locales, particulière-
La chronologiede l'ensemblemésolithiquede ment l'obsidienne. Dans le Mésolithique de
Jaszsagest désormaismieux connue.Une divi- Jaszsag(au nord de la Plaine Hongroise),l'ob-
sion en quatrephasesa été établie.La phasela sidienneapparaîtrarement(Kertész,1996).Les
plus anciennese trouve dans le Boréal et cor- caractéristiques typologiqueset technologiques
respondau niveauC du site de Jaszberény I. La de la phasefinale de ce Mésolithique(de type
deuxièmephaseest égalementplacée dans le JastelekI), ainsi que les proportionsdes diffé-
Boréalet correspondaux découvertes de Jaszbe- rentesrochesutiliséescommematièrespremiè-
rényI (niveauB2) et deJasztelekI (niveauB). La res dans l'industrie lithique montrent des ten-
troisièmephaseest placéeà la fin du Boréalet dancesbien différentesde cellesdessitesnéoli-
correspondà la hutte décriteci-dessus("feature thiquesde type Koros (Makkay, 1996)4.
l" de JasztelekI). Enfin, la quatrièmephase- la Par contre le site de la phaseancienneà
plusrécente- d,atedu débutde l' Atlan,tiq~eet cor- CéramiqueLi~éaired'Europecentralede Buda-
respond aux decouvertes
"
de surface a Jasztelek I pes
t - A rany hegYI . u,' t mon tre des e' l emen
' t s
(dont les trapezes) (Kertesz, 1996). h .. . t 't " , .
arc alques qUI on e e mIs en evIdence dans
Les résultats radiocarbones obtenus ne cette phasefinale du Mésolithique de Jaszsag
concernentquele site de Jaszberény I: (Kertész,1996; Makkay, 1996).
8.030.:!:250 BP (Deb-1666): pour le niv. C À diversesreprises,des auteursont men-
(sur coquIllede mollusque); tionné l'influence mésolithiquesur le Rubané.
, :.350:!: 80.B:P(Deb,-246)(s~r carbonatesdu Pour le Rubanéd'Europe occidentale,A. Gob
sedlmentau mIlIeu de 1 occupatIon); (1990) considèreque "la questionde l'origine
, :.154:!: 62 ~.P(Deb-,3155)
(s~ carbonates du mésolithiquede la pointe danubiennene doit
sedlmentau mIlIeu de 1 occupatIon). plus faire de doute", puisqu'on la trouve en
contextemésolithiqueantérieurementà la pré-
6, Les relations Mésolithique 1 ~ence~anubiennee~qu'elle s'.inscritdans une
N ' ol ' th ' evolutIon
M , 1. h.
typologIque contInue allant du
e 1 lque N , 1. h. .
esoIt Ique au eo It Ique ancIen; en outre,
Dans l'article cité, Kertész (1996) signale c,etaut~r ~ign~lequ'on ne la,re~co~trep~s à
que les travaux récentsn'ont pas identifié un 1 estdu Rhm, n! en co~texte~e~olIthlque,?I en
seul site Koros dans la région de Jaszsag.Les con~ex;te ~b.an~,ce quI devraItetrele casSIelle
siteslesplus prochesde cetteculturesetrouvent en etalt ongmalre.
dansla valléemoyennede la Tisza.La différen- De même, le matériel lithique du site Ru-
ce de localisationdes sites mésolithiqueset du bané ancien de Friedberg-Bruchenbrucken
Néolithique ancien s'explique par des raisons (Allemagne) montre lui aussi quelquestraces
paléo-écologiques et par lesbesoinsécologiques des traditions du Mésolithique final, dans la
différentsde ces deux modesde vie. Les sites technologielaminaire orientéevers la produc-
mésolithiquesoccupentdes niches écologiques tion de lames régulièresà partir de nucléus à
rejetéespar la cultureKoros (notammentla plai- plan de frappe soigneusement préparé,et dans
ne alluviale bien irriguée), ce qui expliqueque la typologie, particulièrementpour les armatu-
lesdeuxgroupesaientvécunon loin l'un del' au- res (production et utilisation des trapèzes;
tre pendantune longuepériodede temps. parallélismeévidententrelespointestriangulai-
La questionseposecependantdeséventueI- res danubienneset les piècesdu Mésolithique
les relationsentretenuespar le Mésolithiquede final de France et du Benelux) (Gronenbom,
Jaszsagavecla cultureKoros. 1990).

3 Selon Kertész (1996), le Mésolithique de la vallée de la Tisza peut, lui aussi, être considéré comme une variante spéciale de l'É-
pigravettien local et du technocomplexe mésolithique occidental.

4 Par contre, il faut noter que l'obsidienne domine les ensembles lithiques du Mésolithique de la vallée de la Tizsa et ceux de la
phase ancienne du Groupe à Céramique Linéaire oriental.
414 M. Otte, P.Noiret
.

Figure 3. Le Néolithique moyen dans le Bassin des Carpates.

Figure 3. The Middle Neolithic in the Carpathian Basin.

7. Les relations Starcevo-Koros 1 lithiqueset faunetémoignantde traditionsméso-


Rubané lithiqueslocalesdansla culturerubanéeancien-
ne). Lui aussiinsistesur un point essentiel:"les
D'autresauteursavaientnotéauparavantdes ressemblances entreles vasesde la cultureruba-
dissemblancesentre le Rubané et la culture néeancienneet ceuxde la régionStarcevo/Koros
Starcevo/Koros(figure 3). Par exemple,Lichar- sont bien trop faibles pour constituerla preuve
dus (Licharduset al., 1985),pour qui le problè- décisive d'une immigration. L'import d'un
me de la genèsede la CéramiqueLinéaireOcci- savoir-fairenéolithique,commela domestication
dentaleest délicat,mêmesi des liaisonsavecle des animauxou la culture de certainesplantes,
Néolithiqueancienbalkaniqueà céramiquepein- ainsi que l'adaptationdes populationsmésoli-
te sont"indubitables".Selonlui, Starcevopour- thiquesd'Europecentraleà unenouvelleécono-
rait en être l'origine d'un point de vue géogra- mie paraissent doncbeaucoupplus probables."
phique,mais il ne s'agit que d'une hypothèse, L'analysedesindustrieslithiquesdesensem-
car (1) lesmanifestationslesplusanciennesde la bles néolithiquesmentionnésci-dessusmontre
Céramique Linéaire Occidentale apparaissent que le groupe à CéramiqueLinéaire Oriental
plus loin, en Moravie et dansle sud-ouestde la provientcertainementd'une évolutionsur place
Slovaquie,et (2) il existedesdifférencesimpor- du complexeStarcevo-Koros, alorsque le grou-
tantesdans les formes de céramiqueentre les pe à CéramiqueLinéaireOccidentala subi, au
deuxcultures"qui ne permettentpasd'admettre moins dans sa phasemoyenne,l'influence de
uneévolutiontypologiquecontinue". Vinca (Kaczanowskaet Kozlowski, 1987 ;
Plus récemment, Kind (1998) note qu'il Kozlowski,1993).
"existecependantun grandnombred'arguments La divergenceentre les deux zones de la
allantdansle sensd'un développement autochto- Pannonie(orientaleet occidentale)et la distinc-
ne du Néolithiqueen Europecentrale"(artefacts tion entre les deux mouvements(balkaniqueet
Le Mésolithiquedu BassinPannonienet la formation du Rubané 415

danubien),possèdedésormaisune signification, valeur mythiqueen entrantdansla consomma-


ethniqueet culturelle vraisemblable.La densité tion courante.
de l'o~cupa~ionmésolithi.que, ~ins~~évélée,per- La composantealimentairetirée de la chasse
~~t d .expll~uer~ette dlscontlnulte en ter.rnes et de la pêchedansles groupesdanubiensrap-
hlstonques,coh~rents. Sur.ce fond et,hnlque pelle à la fois lespratiquesmésolithiqueslocales
local~un p~enomeneadapt~tlfa p~ ,sedeve!op- et les cultes,propresaux peupleschasseurs, liés
per, a la ~OISdansle dom.amede 1economleet aux massacres de cervidés(Otte, 1993).Ce rap-
dansceluI de la technologie. port ambiguà l'animal seretrouvedansles pra-
Comme autre avantage,cette circonstance tiques sépulcralesdes Rubanésoù, à la mode
force à briser les tabousinterdisantsouventles paléolithique,le défuntestcoloréen rouge,cou-
considérationssur les contactsentreles popula- leur de la vie, et accompagné de coquillagesfos-
tions mésolithiques indigènes et celles du siles, symbolesde la renaissance.L'industrie
Néolithique d'origine extérieure. Par consé- lithique elle-mêmemanifestecette ambiguïté:
quent,les différentesécoles,traitant séparément par la persistance desarmaturesde flèchesméso-
de cesproblèmes,sontelles aussienfin rassem- lithiques,d'un côté,et le développement desher-
blées,entremésolithicienset néolithiciens,afin minettespour le défrichementdesforêts,de l'au-
d'aborderensemblele mêmeproblème. tre côté.

8. Changementde rythmes 10. L'habitat


Lorsquel'on considèrel'influencebalkanique L'invention des grandesmaisonsde bois et
originellesurle BassinPannonien, elle semblese de terre, couvertespar un toit en doublepente,
diffuserprogressivement à l'est puis marquerun manifestela doubleadaptationaux matériauxet
tempsd'arrêt vers le milieu du millénaire,avant aux climats,réaliséeelle aussidurantcettephase
l'apparitionde Vinca ancien.Durantcettephase transitionnelle.Cettecréationarchitecturaletout
intermédiairedequelquessiècles,semblesecons- à fait originaleet définitivejusqu'aux fermesde
tituer le mouvementRubané(figure 4) qui va noscampagnes actuelles,rencontraittrois préoc-
bientôtse déplacertrès rapidementet très large- cupationsmajeures.
ment, mais en direction opposée{Kozlowski, 1. Une protectioncollective,dansune même
1993).Les milieux, tempéréset boisés,de l'Eu- enveloppethermique, des denrées,des biens
rope "moyenne"paraissentfavorablesà ce nou- matérielset du groupefamilial. La solidaritéde
veaumodede vie qui lui estétroitementadapté. cette entité domestique,productive autonome,
Ce milieu reçoit doncun mouvement,prépa- s'en trouvait ainsi matérialisée,de façonmonu-
ré pour lui, aprèsunemétamorphose radicaledu mentale.
Néolithiquebalkanique,opéréedansl'ouest du 2. Le dégagement de clairièresau sein de la
BassinPannonien,durantcesquelquessiècles.Il forêt Atlantique, dont la réalisationelle-même
ne s'agit donc plus d'influences extérieures était auto-génératricedu village, par les maté-
directes,mais d'un processusneuf et créateur riaux qu'elle produisaitet par la préparationdes
issu d'influences externessur une population solsdestinésà l'élevagepuis à l'agriculture.
localeet d'un milieu.extérieurinédit, sollicitant 3. La mobilité épisodiquede telles entités
les processusadaptatifsnouveaux. VI.11ageolses
' exp1Ique
. ..
1a co1omsatlon rapt.de et,
par conséquent,l'abandondestells, précisément
9. L'éleva e à partir de la Pannonie.
g L'économie intensive, pratiquée par lajachè-
Les animaux élevés témoignent de cette re et sur brûlis, expliquepartiellementla rapidi-
adaptationnouvelle:desovicaprinsbalkaniques, té d'extensionde cetteaire d'habitat.Cependant,
on passeà une majoritéde bovidéset de suidés, la présenced'enclosfortifiés entourantcesvilla-
mieux adaptésaux forêts continentales.Il est gesévoque1'hostilité descontactsdansles aires
intéressantde noter la diminution des symboles les plus éloignées(Keeley,1996).
religieux bovins (bucranes),en même temps Parailleurs,la constancede l'organisationau
qu'uneaugmentationde leur consommationali- sol de l'habitat,reflèteun moded'emprisesurun
mentaire,comme si ils avaient perdu de leur territoireinconnupar la sacralisationprogressive
416 M. Otte, P.Noiret
.

SCÉNARIO D'ORIGINE
DU
RUBANÉ

0
.

1~ ~-L
Le Mésolithique du Bassin Pannonien et la formation du Rubané 417

Figure 4. Les trois stadesdu Néolithique d'Europe centrale: 1. La zone nucléaire subit les influences directes de l'Anatolie et tra-
verse les bassesmontagnes des Balkans; 2. La Plaine Pannonienne constitue la zone d'acculturation entre Mésolithiques locaux
et ces influences trans-balkaniques ; 3. La constitution d'un mode de vie propres aux aires loessiques couvertes de forêts cor-
respond au "temps d'arrêt" marqué par la néolithisation en Europe centrale. Ensuite, se produit la diffusion dans le rés~u des bas-
sins danubien et rhénan. En changeant de milieu, le Néolithique a modifié son mode de vie adapté aux forêts, temperées et plu-
vieuses. Les populations locales, déjà adaptéesà ces éléments, furent réceptives aux modifications économiques, mais elles durent
les adapter aux nouvelles conditions naturelles (maisons de bois, élevage de bovidés, céramiques dérivées des récipients en peaux).
L'ensemble du phénomène reste limité à l'intérieur du milieu indo-européen, indigène et déjà constitué depuis le Paléolithique
récent.

Figure 4. The three phasesof the Neolithic in Central Europe: 1. The nuclear zone undergoes direct influences from Anatolia and
crossesthe Balkan foothills; 2. The Pannonian Plain constitutes the acculturation zone between the local Mesolithic and these trans-
Balkan influences; 3. The formation of a way of lire proper to the forest-covered loess zones corresponds to the "pause" marked
by the Neolithization of Central Europe. This is followed by diffusion along the Danubian and Rhine basins. By cha~ging envi-
ronment, the Neolithic modified its way of lire to adapt to temperate and rainy forests. Local populations, already adapted to these
conditions, were open to economic modifications, but had to adapt them to new natural conditions (wooden houses, cattle raising,
ceramics derived from skin receptacles). The entirety of the LBK phenomenon remains limited to the interior of the Indo-European
environment, local and already established since the Late Palaeolithic.

de l'espace traversé (van Berg, 1990). La dispo- fondées sur un perpétuel renouvellement, que
sition générale de ces enceintesreproduit en effet celles des agriculteurs, plutôt fondées sur la fixi-
les grandes orientations du déplacement solaire, té et la pérennité.
par les ouvertures qui y furent pratiquées.
Une mythologie, nouvelle elle aussi, a donc ,
dû porter ces colonisateurs, en des territoires 12. La nature du Rubane
nouveaux et dangereux, en leur inculquant l'au- , . . .
dace et peut-être la justification religieuse pour Les NeollthIques danubIens ne semblent
le faire'(Cauvin , i994) . donc pas posséder d'antécédents ethniques
directs à l'est de la Pannonie. Ils constituent,

pour la première fois, une originalité dé souche


Il. Les cultes locale qui explique la mixité de leurs composan-
tes et la flexibilité de leur adaptation. S'il y eut
Précisément, avec l'amorce du mouvement effectivement un substrat du Néolithique avec
Danubien, on voit disparaître l'image féminine Starcevo et une impulsion avec le Vinca ancien,
transportable, sous la forme des statuettes, dés- le mouvement danubien semble prendr~ naissan-
ormais abandonnées(Jensen, 1954). Une "révo- ce entre ces deux événements,d'unefaçon auto-
lution" religieuse a donc eu lieu auparavant, nome et novatrice, par exemple sur la base de
modifiant profondément la conception que les populations mésolithiques locales, finalement
derniers chasseurs se faisaient de leur destin, mises au jour à Jaszsag.
mais sa?sreproduire à ~'identique la mythologie Le mode de vie, si original, élaboré par les
des agnculteurs balkarnques. Danubiens n'entrait pas en concurrence avec les
Les symboles graphiques chargés de sacrali- civilisations balkaniques et leur permit une
té, semblent désormais tendre vers l'abstraction expansion rapide, en sens opposé, vers l'Europe
de schémas encore vaguement reconnaissables, des forêts (Quitta, 1960). Cet espace intermé-
telles que la spirale. Elle évoque le rythme, le diaire délimité par le Bassin Pannonien, et ce
mouvement, la coquille et la revitalisation par le temps d'arrêt marqué entre Starcevo et Rubané,
milieu aqueux, comme elle l'était, matérielle- expliquent la formation cette civilisation origina-
ment, dans les sépultures (Eliade, 1952). le, sur la base d'un substrat autochtone. Aucun
Cette insistance sur la valeur du mouvement, contact extérieur à l'Europe ne semble apparaît-
de la continuité et du rythme n'est peut-être pas re dans cette culture, typiquement continentale,
sans rapport avec la rapidité d'expansion des dont les colons les plus éloignés iront susciter
groupes rubanés, leur détermination et leur foi en des foyers de Néolithique secondaireaux marges
leur conquête territoriale. Elle rappelle en tous de leur expansion (Bretagne, Angleterre, Balti-
les cas davantage les mythologies des chasseurs, que) (Dtte, 1996).
418 M. Otte, P.Noiret ,
13. Conséquences Chapman,J., 1981.The Vinca Cultureof South-
East Europe,Oxford. British Archaeological
Les découvertesd'importants sites mésoli- Reports117.
thiques ~tteste l'ab~ndance du s,ub,str~tethnique Eliade, M., 1952. Images et symboles. Essai sur
local, prealable
prouvent aux Influences
l'existence, neoilthlques.
dans le Bassin Elles
Pannonien, le symbolisme magico-religieux ., Gallimard
Paris.
d'une populationintermédiaireentreles agricul- , ' , , . .
teurs d'origine extérieureet la constitutiondu Gob,A., 1990.Du Me.soilthlqueau N.eoilthlque
courantRubané.Les témoignagesmatérielsde en Eu~op~n,o~d-occldentale : le pOIntde vue
cette populationmontrentdes affinités avec le de mesoilthlcl,en.ln :. Cahen, D., Otte, M.
Rubanéle plus ancien,mais aussidesdivergen- (Eds:~,Rubaneet Cardlal.A~~esdu Colloque
cesavecle complexeStarcevo-Koros. En consi- de Llege(novembre1988),Llege,E.R.A.U.L.
dérantaussi les différencesobservéesentre le 39, 155-159.
Rubanéet le complexeStarcevo-Koros, on peut Gronenborn, D., 1990. Mesolithic-Neolithic
désormaissoutenirl'hypothèsed'une évolution Interactions.The Lithic Industry of the Ear-
locale du Mésolithiquevers le courantRubané, liest BandkeramikCulture Site at Friedberg-
ou - à tout le moins- de sa forte participationà Bruchenbrücken,Wetteraukreis(West Ger-
l'élaborationdu Rubanéle plus ancien. many). ln : Vermeersch,P.M.,Van Peer,Ph.,
Certainséléments,telle que la poterieet les (Eds.), Contributi~ns to th.e ~esolithi,c in
céréales,furent transmisd'un peupleà l'autre. Europe.Actesdu 4 Symposlu~mt~rnatlonal
D'autresdurentêtre modifiés radicalementtel- de Leuven (1990). Leuven Umverslty Press,
les les pratiques d'élevage ou l'architedture. Leuven 173-182.
Enfin, des composantescomplètementneuves Jadin, 1., 1990.Néolithique anciend'Europe et
donnentl'originalité à ce mouvement,en même datationscarbone14 : approcheinformatique.
temps que son esprit de colonisationrapide et Mémoire de Licence, Université de Liège,
intense: enrichissement du sol sur brûlis, large 121p.
emploi d~s?ois d'œuvre,règlessoci~les!acil,i- Jensen,A., 1954.Mytheset culteschezles peu-
tant la scIssiondu groupe,mythologiedegagee pIesprimitifs. Paujet Paris
. territoriale
de l'appropriation ,'. permanente. ,eunesse,.,.
J :
C 1997 Pratlquesfu ." neralresauNeoil-
, .

La Pa~nomeapparal,t~I.nsl.com~e~n.bassm thique ancien.Sépultureset nécropolesdanu-


de formationde ce~teclv~ilsatlon.~eoilthlqueet biennes.5500-4900av.J.-C.Errance,Paris.
donc de la populationquI y fut ilee. Cette per- ."
spectiverejoint le granddébatsoulevérégulière- Kacz~no:ska,M., Koz~?~skl,J.K., !987. Bar-
ment sur l'origine des Indo-Européens.Selon botmo (Sta:cevo-Koros)and Llnear Com-
l'hypothèse d'acculturation d'une population plex: .Ev,olutlonor !ndependantD~velopm~n!
localeprésentéeici, l'apport ethniqueet linguis- of Llthlc Industries? Aheoloskl radovi 1
tique extérieur à l'Europe n'interviendrait pas rasprave(Zagreb)10,25-52.
dans la constitution des populationsactuelles Keeley,L., 1996.The War before Civilization.
(Otte, 1995). Cette hypothèses'opposenette- Oxford University Press,Oxford.
ment à la diffu~,ionr:no.nolit~ique d'un~ ethni~ Kertész, R., 1994. Late Mesolithic Chipped
porteuse, des d,estm.eesmdo-europeennes Stone Industry from the Site Jasztelek 1
co~m~ l,a pr°p'°seColm Re,nfrew(1?87, 1988). (Hungary).ln : A kokort6l a kozépkorig.Von
Il ~ agirait plutot de va?uesmte~es a.desP,opu- der Steinzeitbis rom Mittelalter, Szeged,23-
latlonslargementacquisesdepuIstoujoursa ces 39
structureslinguistiques,maisqui développenten: . . .
leur seindesmodesd'existencedifférents(Otte, Kertesz,~., 199~.The Mesoilthlc m ~heGreat
1995).Il n'est doncpasnécessaire de faire venir HungananPlam:.ASurveyof the Evldence.ln
les "Proto-lndo-Européens" d'Anatolie ou : At the Fnnges of th~ee Wo:lds.
d'ailleurs,car ils étaientdéjà là ! Hunter-Gatherers and Farmersm the Middle
TiszaValley,Szolnok,5-34.
Kertész,R., Sütnegi,P., Kozak, M., Braun, M.,
Références Félegyhazy,E., Hertelendi,E., 1994.Mesoli-
thikum im nordlichen Teil der Grossen
Cauvin,J., 1994.Naissancedes divinités, nais- UngarishenTietbene,J6saAndras Muzeum
sancede l'agriculture,Paris,CNRS. Évko,yveXXXVI, 15-61.
Le Mésolithiquedu BassinPannonienet la formation du Rubané 419

Kind, CI.-J., 1998. Komplexe Wilbeuter und Otte, M., 1995.Diffusion deslanguesmodernes
frühe Ackerbauern.Bemerkungenzur Aus- en Eurasiepréhistorique.C.R. de l'Académie
breitungder Linearbandkeramik im südlichen desSciences(Paris)321, lia, 1219-1226.
Mittleuropa,Germania76 (1),1-23. Otte, M., 1996. Contacts: Rubané-Cardial.
Kozlowski, J.K. (dir.) 1993. Atlas du Néoli- Revue Archéologiquede l'Est. 14e supplé-
thique européen.Volume 1 : L'Europe orienta- ment, Actes du 18eColloque Interrégional sur
le, Liège, E.R.A.U.L, 45. le Néolithique, Dijon.
Lenneis,E., Stadler,P., Windl, H., 1996..~eue Quitta, H., 1960.Zur Frageder iiltestenBand-
14C-Datenzum Frühneolithikum in Oster- keramik in Mitteleuropa. Priihistorische
reich.PréhistoireEuropéenne8, 97-116. Zeitschrift 38,1-38.
Lichard?s,J., Lichardus-Itten,~., ~ailloud; G, Renfrew,C., 1987.Archaeologyand Language:
Cauvm,J., 19~5.,La Protohistoire
d~ ~ Eu- ThePuzzleof Indo-European
Origins.Cam-
fOre. Le Néolithique et le Chalcolithique. bridgeUniversity Londres.
P.U.F.,Paris(coll. "Nouvelle Clio" Ibis). fr C 1988 Ar,
" .. .. Ren ew,., . chaeo1ogyand Language.
Lümng,J., 1988.FruheBauernm Mltteleuropa CurrentAnthropology29, 437-468.
im 6. und 5. Jahrtausend v. Chr. Jahrbuch des " .
Romisch-Germanischen Zentralmuseums Soudsky, B., 1973. Higher Level Archaeologlcal
M Mainz
kk J35'1996
27-93.
Th . Entities:Modelsand Reality.ln : Renfrew,C.
b h 0". th (Ed.), The Explanation of Culture Change.
a
D" ay,.,.b ' . eones a out t e ngm, e M d 1 . P h' t L on dres, Duc kwo rth,
d th E d fth K .. .. C ltu 0 e s m re IS ory,
Istn utlon
an e n 0 e oros u re. 195-207
ln : At the Fringesof three Worlds. Hunter- pp, .
Gatherersand Farmersin the Middle Tisza Van Berg, P.-L., 1990.Géométriede quelques
Val1ey,Szolnok,35-49. enceintesfossoyéesdu Rubanérécent rhé-
Otte, M., 1993.Préhistoiredes religions. Mas- no-mosan.~ct~s ,du 15e~ol1oqueinterrégio-
son,Paris. nal sur le Neollthlque,Chalons-sur-Marne.