Vous êtes sur la page 1sur 0
Mémoire de F in d’Etudes DEDICACES Je dédie ce travail à mes parents, mes frères

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes DEDICACES Je dédie ce travail à mes parents, mes frères et
DEDICACES Je dédie ce travail à mes parents, mes frères et mes oncles qui m’ont
DEDICACES
Je dédie ce travail à mes parents, mes frères
et mes oncles
qui m’ont toujours soutenu
Mohamed IDRAIS

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

1

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes DEDICACES Je dédie ce travail à ma famille et mes

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes DEDICACES Je dédie ce travail à ma famille et mes amis…
DEDICACES Je dédie ce travail à ma famille et mes amis… Hamid AIT HAMMOU
DEDICACES
Je dédie ce travail à ma famille
et
mes
amis…
Hamid
AIT HAMMOU

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

2

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes Remerciement Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes Remerciement Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont

Remerciement

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont aider de près ou de loin afin de mener à bien nos études durant les quatre années à l’ISCAE.

Nous remercions notamment Monsieur le Directeur, Monsieur le directeur des études et tout le personnel administratif de l’ISCAE.

Nous remercions également Monsieur BENCHERIF, Expert Comptable et professeur à l’ISCAE, qui nous a aidé à réaliser ce travail.

Nous remercions enfin Mr NAJM, Responsable de la fonction fiscal à Méditélecom qui a bien voulu nous fournir l’aide nécessaire pour élaborer ce mémoire.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

3

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes SOMMAIRE Introduction PARTIE I : LA METHODOLOGIE DE L’AUDIT FISCAL

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes SOMMAIRE Introduction PARTIE I : LA METHODOLOGIE DE L’AUDIT FISCAL I.

SOMMAIRE

Introduction

PARTIE I : LA METHODOLOGIE DE L’AUDIT FISCAL

I. Qu’est ce que l’audit fiscal ?

8

1.

Définition …………………………………………………………………………. 8

2.

objectifs de l'audit fiscal …………………………………………………………… 9

3.

La démarche de l'audit fiscal ……………………………………………………… 11

3.1. La prise de connaissance générale de la fonction fiscale …………………… 12

3.2. Evaluation du contrôle interne………………………………………………16

3.3. Le contrôle des opérations fiscales………………………….……………… 18

3.4. Le rapport d'audit fiscal…………………………………… ……………….49

PARTIE II : EVALUATION DU RISQUE FISCAL ET MOYENS DE PREVENTION

I. Prise de connaissance générale …………………………………………… ……………52

II. Etude des principaux impôts ……………………………………………… …………

56

1. L’Impôt Général sur le Revenu ……………………………………… …………….56

2. L’Impôt sur les sociétés ……………………………………………… …………….57

3. La Taxe sur la Valeur Ajoutée ………………………………………… ……………61

62

5. La taxe urbaine et la taxe d’édilité ………………………………………… ……… 63

64

1. Risques liés à l'impôt sur les sociétés ………………………….…………………… 65

2. Risques liés à la TVA ……………………………………………………………… 73

3. Risques liés à l’IGR sur revenus salariaux …………………………………………

76

4. Risques liés aux droits d’enregistrement …………………………………………… 77

IV.Le traitement des risques fiscaux ……………………………………… ….……………78

1. Traitement des risques liés à l’IS …………………………………… ……………

III.Analyse des risques fiscaux ………………………………………………… …………

4. L’impôt des patentes ………………………………………………………………

78

2. Traitement des risques liés à la TVA …………………………… …………………85

3. Traitement des risques liés à l’IGR……………………………… …………………87

4. Traitement des risques liés aux droits d’enregistrement …………… ………………90

Conclusion

Annexes : Les déclarations obligatoires

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

4

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes NTRODUCTION L’importance de la gestion de la fis calité dans

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes NTRODUCTION L’importance de la gestion de la fis calité dans l’entreprise

NTRODUCTION

L’importance de la gestion de la fiscalité dans l’entreprise n’est plus à démontrer aujourd’hui. Les enjeux liés à la fiscalité découlent de la diversité des impôts et des incidences qu’ils peuvent avoir sur les décisions des gestionnaires.

En effet, la présence de la fiscalité est permanente dans la vie de l’entreprise, puisque chaque opération peut avoir une incidence sur la charge fiscale. Elle est aussi un paramètre important à considérer dans la décision d’investissement, du fait des avantages et facilités souvent offertes en cas d’investissement.

Par ailleurs, il y a des impôts qui ont un caractère neutre pour l’entreprise (la Taxe Sur la Valeur Ajoutée, IGR 1 ), mais qui peuvent peser sur la trésorerie, et d’autres impôts qui frappent les résultats et les performances des entreprises ou bien leur outil de production.

Cette diversité d’impôts et les risques qui leurs sont liés obligent l’entreprise à se conformer à toutes les règles fiscales en matière de détermination de l’impôt et en matière de la déclaration. C’est cela qui explique le fait que dans les grandes entreprises on trouve de plus en plus un service fiscal qui s’occupe de la gestion de l’impôt qui peut aller de la simple déclaration et des formalités administratives à une gestion qui vise à optimiser la charge fiscale et à bénéficier de tous les avantages que peut offrir la loi.

Le droit fiscal peut être donc utilisé comme outil de gestion de façon à contribuer à assurer la rentabilité de l’entreprise en évitant des coûts fiscaux dus à la méconnaissance des lois fiscales 2 .

Pourquoi l’audit fiscal ?

Le choix du thème de notre mémoire s’explique par la rareté de la documentation existante sur ce thème. En fait, l’une des références en la matière est le

1 pour les sociétés soumises à l’IS

2 « Gestion fiscale de l’entreprise marocaine », M KESRAOUI

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

5

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes mémoire d’expertise comptable de Mr SE DDIK présenté en 1996

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes mémoire d’expertise comptable de Mr SE DDIK présenté en 1996 mais

mémoire d’expertise comptable de Mr SEDDIK présenté en 1996 mais qui n’a pas connu d’actualisation depuis. Durant cette décennie, beaucoup de choses ont changé dans les différentes lois sur les impôts par le biais des apports des lois de finance et des réformes entreprises pour moderniser le système fiscal marocain et encourager l’investissement en vue d’atteindre les objectifs assignés à l’économie nationale à l’horizon 2010.

Bien que la démarche générale de l’audit fiscal adoptée dans le mémoire précité reste la même, notre apport au niveau théorique porte sur les contrôles des opérations fiscales où nous avons intégré toutes les nouveautés en matière des principaux impôts.

Ainsi, notre travail va être présenté en deux parties principales. Tout d’abord, une présentation de la démarche de l’audit fiscal qui se déroule en quatre étapes principales :

La prise de connaissance générale. Evaluation du contrôle interne spécifique à la fonction fiscale. Contrôle des opérations fiscales. Rapport de l'audit fiscal.

En seconde partie, nous allons essayer de voir certains aspects de cette démarche dans le cas d’une entreprise sans prétendre à faire un audit fiscal de cette dernière. En fait la réalisation d’une telle mission requiert des moyens et des compétences appropriées à la taille de l’entité auditée.

Nous allons donc présenter le secteur d’activité et l’entreprise, ensuite on analysera le questionnaire de contrôle des opérations fiscales et on se limitera à deux cycles. On analysera par la suite les principaux impôts ainsi que les risques fiscaux qui leur sont liés. Enfin, nous présenterons un ensemble de recommandations pour faire face à ces risques.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

6

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes PARTIE I : LA METHODOLOGIE DE L’AUDIT FISCAL Audit Fiscal

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes PARTIE I : LA METHODOLOGIE DE L’AUDIT FISCAL Audit Fiscal :

PARTIE I :

LA METHODOLOGIE DE L’AUDIT FISCAL

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

7

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes II. Qu’est ce que l’audit fiscal ? 1. Définition :

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes II. Qu’est ce que l’audit fiscal ? 1. Définition : L’audit

II.Qu’est ce que l’audit fiscal ?

1. Définition :

L’audit fiscal consiste à se prononcer, par un professionnel, sur la régularité

et/ou l’efficacité des opérations fiscales (calcul du résultat fiscal, production des

déclarations fiscales, respect des obligations fiscales, performance fiscale de l’entreprise.

et éventuellement sur la

)

Cela ne signifie en aucun cas que la dimension fiscale de l’entreprise n’est pas prise en compte lors d’une mission d’audit financier. Au contraire, l’auditeur financier est tenu de détecter et de signaler toute irrégularité liée à la fonction fiscale de l’entité auditée.

On se posera alors la question pourquoi faire appel à l’audit fiscal alors que l’audit financier pourrait suffire pour émettre une opinion motivée sur la qualité et la régularité de l’information fiscale dans l’entreprise à travers une opinion générale sur la qualité de l’information comptable et financière ?

Durant les dernières décennies, la pratique de l’audit a connu une importante extension vers d’autres domaines opérationnels intéressant la gestion de l’entreprise et de ses performances. Ainsi, de nouvelles disciplines sont apparues telles que l’audit de la qualité, l’audit marketing, l’audit opérationnel, l’audit social, l’audit de management, l’audit stratégique, l’audit industriel, l’audit juridique,

La tendance continue que connaît le monde des affaires vers la spécialisation ainsi que le développement et la complexité du domaine de la fiscalité (grand nombre d’impôts, de déclarations, d’échéances, d’obligations fiscales) font que les professionnels de l’audit financier s’appuient sur des spécialistes de la fiscalité pour pouvoir mener à bien leurs missions.

Par ailleurs, le traitement des questions fiscales dans le cadre d’une mission d’audit financier reste limité, car la démarche de ce dernier (approche globale et seuil de signification) ne permet pas d’aboutir à une appréciation approfondie des problèmes fiscaux 3 .

3 L’audit fiscal des sociétés dans le contexte marocain : aspects méthodologiques et pratiques, p14

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

8

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes La pratique d’un audit dit « fiscal » s’avère donc

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes La pratique d’un audit dit « fiscal » s’avère donc incontournable

La pratique d’un audit dit « fiscal » s’avère donc incontournable et l’apparition de cette nouvelle discipline est largement justifiée.

Qu’en est-il de ses objectifs ?

2. Objectifs de l'audit fiscal :

L'entreprise peut rechercher à travers l'audit fiscal deux objectifs principaux :

Evaluer le risque fiscal encouru par l'entreprise et son impact. Il s'agit dans ce cas de l'audit de régularité fiscale.

Juger de la qualité de la gestion fiscale de l'entreprise, c'est-à-dire voir si l'entreprise bénéficie pleinement des avantages fiscaux qui lui sont accordés par l'administration dans le cadre d'un statut particulier ou suite à des facilités relatives à son secteur d'activité et si le paramètre fiscal est intégré dans les choix stratégiques et opérationnels liés à la gestion de l'entreprise. C'est ce que l'on appelle, l'audit de l'efficacité ou de la gestion fiscale.

Le risque fiscal est lié à deux paramètres :

La probabilité d'existence d'erreurs fiscales au niveau des comptes de l'entreprise. Cette probabilité est de plus en plus importante eu égard à la complexité de la matière fiscale et à la multitude des obligations mises à la charge de l'entreprise.

L'éventualité de mise en oeuvre par l'administration du contrôle fiscal.

Ces deux paramètres obligent l'entreprise à entreprendre une politique préventive ayant pour objectif d'améliorer la gestion fiscale et d'éviter d'éventuelles sanctions en cas de contrôle fiscal. Quant à la notion de la gestion fiscale, elle permet de porter un jugement sur la pertinence des choix fiscaux en fonction des intérêts de l'entreprise. En effet, la loi fiscale offre des opportunités qu'il faudra explorer afin de réduire la charge fiscale de l'entreprise. Une bonne connaissance des textes régissant les différents impôts et des lois relatives aux différentes formes de sociétés constitue maintenant un

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

9

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes élément indispensable pour une meille ure gestion de toute entreprise.

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes élément indispensable pour une meille ure gestion de toute entreprise. D'une

élément indispensable pour une meilleure gestion de toute entreprise.

D'une manière générale, et comme nous l'avons signalé, l'audit fiscal recherche deux objectifs principaux : l'évaluation du risque fiscal et l'évaluation de la qualité de la gestion fiscale. Cependant, ces objectifs ne sont pas toujours recherchés simultanément. À travers une mission d'audit fiscal on peut soit rechercher l'un de ces deux objectifs soit essayer d'évaluer le risque lié à un domaine particulier de la gestion de l'entreprise ou encore au cours d'une période donnée.

Ainsi, l'objectif d'une mission d'audit fiscal et sa nature dépendent de plusieurs facteurs:

La nature des travaux :

Lorsque la demande de l'entreprise se limite à connaître les irrégularités fiscales et leur ampleur on parle d'une mission limitée. Lorsque cette demande s'étende à rechercher les moyens et actions nécessaires à l'élimination ou la réduction des irrégularités constatées on parle d'une mission développée.

La période couverte :

La mission est dite limitée lorsqu'elle couvre une période limitée dans le temps. Elle est dite étendue lorsqu'elle couvre au moins les exercices non prescrits fiscalement.

La fréquence :

La mission peut-être ponctuelle lorsqu'elle est limitée à une seule intervention ou périodique quand elle est programmée régulièrement.

La nature de l'information soumise à l'audit fiscal :

L'entreprise peut demander à ce que l'audit fiscal couvre uniquement une partie de l'activité de l'entreprise. Il s'agit dans ce cas d'une mission partielle. Au contraire, lorsque toute l'activité de l'entreprise fait l'objet d'un audit fiscal, on parle alors d'une mission totale.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

10

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes La nature des impôts et taxes soumises à l'audit fiscal

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes La nature des impôts et taxes soumises à l'audit fiscal :

La nature des impôts et taxes soumises à l'audit fiscal :

On parle d'une mission centrée lorsqu'elle couvre un seul impôt où un type d'impôts, ou d'une mission générale lorsqu'elle porte sur tous les impôts et taxes.

La diversité des objectifs d'une mission d'audit fiscal et l'importance des domaines dans lesquels elle est accomplie, nous rendent conscients de l'importance capitale du travail de l'auditeur fiscal. En fait, ce dernier apporte des conseils, des propositions et des solutions permettant l'amélioration de la gestion fiscale de l'entreprise et de faire les meilleurs choix en matière fiscale et non un simple avis sur la régularité et l'image fidèle des comptes.

Or, pour mener à bien une mission d'audit fiscal, le respect de certaines règles et l'adoption d'une démarche rationnelle sont des conditions primordiales.

Quelle est donc la démarche à suivre lors d'une mission d'audit fiscal et quelles sont ses spécificités ?

3. La démarche de l'audit fiscal :

Comme dans toute mission d'audit, la réalisation d'une mission d'audit fiscal nécessite le respect d'une démarche dont les étapes conduiront à formuler une opinion motivée sur la régularité fiscale.

Cette démarche ne diffère pas beaucoup de celle adaptée en matière d'audit financier. Les différentes phases sont réservées à l'étude de la question fiscale et tous les aspects affectant l'impôt dans la société. D'autant plus que les contrôles effectués par l'auditeur fiscal portent sur la comptabilité qui constitue la base de détermination des différents impôts auxquels l'entreprise est soumise.

Ainsi, cette démarche se déroule en quatre étapes :

La prise de connaissance générale de la fonction fiscale. Evaluation du contrôle interne spécifique à la fonction fiscale. Contrôle des opérations fiscales. Rapport de l'audit fiscal.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

11

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 3.1. La prise de connaissance générale de la fonction fiscale

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 3.1. La prise de connaissance générale de la fonction fiscale :

3.1. La prise de connaissance générale de la fonction fiscale :

La prise de connaissance générale permet à l'auditeur fiscal, comme pour l'auditeur financier, d'avoir une vue d'ensemble sur l'activité de l'entreprise. Elle lui permet de s'informer sur les spécificités fiscales de l'entreprise, ses choix fiscaux et les particularités de son secteur.

À l'aide de ces informations il peut repérer les zones de risques fiscaux liés aux spécificités de l'entreprise auditée et également la découverte de nouvelles caractéristiques susceptibles de commander une approche différente ou de conduire à la redéfinition de l'objet même de la mission.

Ainsi, dans le cadre de la prise de connaissance générale, l'auditeur fiscal s'intéressera par exemple aux éléments suivants :

Les implantations géographiques qui peuvent avoir des incidences fiscales au niveau de l'application des conventions internationales.

La répartition du capital social et l'éventuelle appartenance de la société à un groupe.

L'étude des effectifs.

Le passé fiscal de l'entreprise.

La situation fiscale de l'entreprise.

Le profil des dirigeants.

Les

statuts,

procès-verbaux

administration.

de

l'assemblée

des

Les rapports des autres auditeurs.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

12

actionnaires

et

du

conseil

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes TABLEAU DES ELEMENTS DE LA PRISE DE CONNAISSANCE GENERALE  

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes TABLEAU DES ELEMENTS DE LA PRISE DE CONNAISSANCE GENERALE   CARACTERISTIQUES

TABLEAU DES ELEMENTS DE LA PRISE DE CONNAISSANCE GENERALE

 

CARACTERISTIQUES JURIDIQUES

 

CADRE JURIDIQUE DE L’ENTREPRISE

Forme de la

   

société

La forme juridique

 

Montant du capital

 

Capital Social

Principaux associés

Objet social

Nature de l’objet

 
 

Forme des titres sociaux

 

Mode de transmission des

Clauses

titres

essentielles des

Durée des exercices sociaux

statuts

Modalités de répartition des

bénéfices

 

ORGANES DE GESTION ET DE CONTROLE

Assembler des

Compétence

 

Mode de convocation

associés

Règles de majorité et de vote.

 

Nature

 

Administration

Pouvoirs

 

Commissaires aux comptes

 

Contrôle externe

Auditeurs externes

et interne

Service d’audit

interne

 

CARACTERISTIQUES ECONOMIQUES

 

Activité

Nature de

   

l’activité

Branche d’activité

 

Lieux où s’exerce l’activité

 

Lieu d’activité

sociale

Marché de

Marché local (la cible)

 

Marché à l’étranger

l’entreprise

(perspectives)

 

CARACTERISTIQUES DE L’EXPLOITATION

 

APPROVISIONNEMENT

 

Sources d’approvisionnement

 

Fournisseurs

(local, import)

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

13

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes   PRODUCTION Nature de la     Production faite exclusivement

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes   PRODUCTION Nature de la     Production faite exclusivement
 

PRODUCTION

Nature de la

   

Production faite exclusivement

production

par l’entreprise

 

Vente

sur commande

 

Mode de

Vente

par représentants

distribution

Vente par réseau distributeur

Clients

 

Nature des clients

 
 

Fait générateur de transfert

 

de propriété

Mode de livraison

Consignations

Imputation des frais de

livraison

 

FINANCEMENT DE L’ACTIVITE

 

Influence de la situation

 

Examen de la

financière sur la présentation

situation

des comptes.

Influence de la situation

financière

financière sur le montant de

l’impôt.

 

Financement de stocks.

 

Caractéristiques

Financements extérieurs.

financières

Financement par comptes

courant d’associés.

 

REGLEMENTATION SPECIALE

 

Options pour des régimes de

 

Régimes spéciaux

faveur

Mesures

Nature d’encouragement.

 

d’encouragement

 

Nature des obligations

 

Réglementation

de prix

juridiques, comptables et

fiscales y afférentes.

 

Environnement fiscal de l’entreprise

 

Correspondance avec

 

l’administration fiscale

Passé fiscal de

Observations de nature

l’e/se

fiscale formulées par les

auditeurs et commissaires

aux comptes.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

14

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes   Pénalités et amendes fiscales   mises à la charge

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes   Pénalités et amendes fiscales   mises à la charge de
 

Pénalités et amendes fiscales

 

mises à la charge de l’e/se

Réglementation

Y a-t-il une réglementation

 

spécifique à la

spécifique ? (ex : coopératives,

forme d’exercice

SICAV…)

de l’activité

 

Existence d’une

 

Réglementation

Réglementation spécifique au

fiscale spécifique

secteur : (ex : immobilier,

à l’activité

sociétés pétrolières….)

 

ORGANISATION COMPTABLE

Importance du

Existence d’une comptabilité

 

système

analytique

d’information

Existence d’une comptabilité

comptable

budgétaire

 

Plan comptable

 

Organisation de la

comptabilité

générale

Système employé

Mode d’enregistrement des

opérations

 

Manuel des procédures

 

Effectif

Organisation de

service comptable

Répartition des taches

d’enregistrement et de

contrôle

 

Principes comptables du

 

groupe.

Principes

comptables

Dérogation par rapport aux

principes comptables.

Changement de méthodes.

Source : L’audit fiscal des société dans le contexte marocain : aspects méthodologiques et pratiques p 32

A noter que l'auditeur fiscal est appelé à s'appuyer sur les rapports des auditeurs financiers afin de tirer des conclusions notamment sur le respect des principes comptable dont l'inobservation peut motiver le rejet de la comptabilité par l'administration fiscale.

Ces conclusions permettent d'informer l'auditeur fiscal sur le risque éventuel que peut courir l'entreprise.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

15

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes À travers les risques décelés, l'auditeur fiscal peut orienter ses

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes À travers les risques décelés, l'auditeur fiscal peut orienter ses travaux

À travers les risques décelés, l'auditeur fiscal peut orienter ses travaux et

élaborer un programme de travail adéquat permettant d'atteindre les objectifs qui lui

sont assignés.

3.2. Evaluation du contrôle interne :

Dans cette phase, il s'agit essentiellement d'apprécier l'ensemble de sécurités mises en place par l'entreprise pour traiter les opérations fiscales (nous tenons à souligner que dans notre mémoire nous ne traiterons que de l'audit de régularité, lequel fera l'objet de la seconde partie de ce travail). Par contre, lorsqu’il s’agit d’un contrôle d’efficacité, tous les contrôles porteront sur l’évaluation de l’effort et des moyens consacrés par le service fiscal à sa gestion.

Cette appréciation passe par trois étapes principales, à savoir :

A- La description

du système de contrôle interne

spécifique à la fonction fiscale :

A l'aide de cette description, l'auditeur fiscal pourra prendre connaissance du

système et des sécurités mises en place par l'entreprise. Ensuite, on utilise généralement les outils traditionnels de l'audit financier tels que:

&- L'examen des procédures écrites de l'entreprise ;

&- Les entretiens avec le personnel de l'entreprise ;

&- L'observation physique ;

&- L'utilisation le cas échéant, des dossiers des auditeurs comptables et des auditeurs internes. Au cas où les procédures n'ont pas fait l'objet d'une description écrite, l'auditeur fiscal est appelé à effectuer cette description à l'aide notamment de la méthode de flow-charts.

B- Vérification de l'existence du système :

Comme dans le cas de l'audit financier, l'auditeur fiscal doit s'assurer que la

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

16

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes description faite de la procédure correspond à la réalité dans

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes description faite de la procédure correspond à la réalité dans l'entreprise.

description faite de la procédure correspond à la réalité dans l'entreprise. Certaines procédures ne sont pas toujours respectées, et cela augmente le risque d'erreur au niveau de l'information comptable. Cette vérification se fait en suivant quelques transactions écrites.

C- Le questionnaire de contrôle interne :

L'auditeur s'appuie sur un questionnaire de contrôle interne pour évaluer le niveau des sécurités mises en place par entreprise. Ce questionnaire permettra d'avoir une synthèse sur les forces et les faiblesses du système et éventuellement sur les zones les plus risquées. L'objectif de ce questionnaire est d'évaluer le degré de respect des règles légales en matière de la réglementation fiscale. À cet effet, toute entreprise doit respecter les règles suivantes :

Procéder à l'enregistrement comptable des mouvements affectant les actifs et les passifs de l'entreprise, ces mouvements sont enregistrés chronologiquement opérations par opérations, et jour par jour ;

Les personnes dont le chiffre d'affaires est supérieur à 7 500 000 de dirhams, doivent établir un manuel qui a pour objet de décrire l'organisation comptable de leur entreprise (manuel des procédures) ;

La valeur des éléments actifs et passifs de l'entreprise doit faire l'objet d'un inventaire, au moins une fois par exercice, à la fin de celui-ci ;

La durée de l'exercice est de 12 mois ;

A leur date d'entrée, les biens acquis, à titre onéreux, sont enregistrés à leur coût d'acquisition, les biens acquis à titre gratuit à leur valeur actuelle et les biens produits à leur coût de production ;

Les créances, dettes, et les disponibilités libellées en monnaies étrangères sont converties en monnaie nationale, à leur date d'entrée ;

S'il est procédé à une réévaluation de l'ensemble des immobilisations corporelles ou financière, l'écart de réévaluation doit être inscrit au passif du bilan et ne peut être utilisé à compenser des pertes.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

17

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 3.3. Le contrôle des opérations fiscales : A l'issue des

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 3.3. Le contrôle des opérations fiscales : A l'issue des différentes

3.3. Le contrôle des opérations fiscales :

A l'issue des différentes phases précitées, et à l’aide des informations qu’il a pu recueillir, l'auditeur fiscal peut définir l'étendue et l'ampleur des contrôles à effectuer.

L'étendue des travaux de contrôle à effectuer devrait être matérialisé par un programme de vérification qui est rédigé sur une feuille de travail spécialisée.

En outre, les contrôles de régularité fiscale peuvent être effectuées à l'aide de deux techniques complémentaires :

Le questionnaire d'audit fiscal. Les contrôles complémentaires portant sur le respect des règles de forme et de cohérence.

Concernant le questionnaire de contrôle de régularité, il constitue un moyen privilégié pour examiner l'application des règles de fonds favorisant un examen systématique de l'ensemble des règles fiscales. Cependant, il demeure moins adapté au contrôle de l'application des règles de forme d'où le recours aux contrôles complémentaires. Ces contrôles permettent de s'assurer du respect par l'entreprise des obligations déclaratives et de versements inhérents à son régime et à son activité.

a- Le questionnaire d'audit fiscal :

Pour l'élaboration de ce questionnaire, nous nous sommes basés sur le travail de M. SEDDIK SEGHIR tout en le complétant et en le mettant à jour en nous appuyons sur la loi de finances 2005 ainsi que toutes les nouveautés qu'à connu le domaine de la fiscalité. Ainsi, nous avons gardé la présentation et le découpage selon l'organisation du plan comptable marocain.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

18

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 1- Capitaux Propres Art de Impôt Contrôles Oui Non Incidence

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 1- Capitaux Propres Art de Impôt Contrôles Oui Non Incidence Observation

1- Capitaux Propres

Art de Impôt Contrôles Oui Non Incidence Observation loi IS Art 13 En cas d’augmentation
Art de
Impôt
Contrôles
Oui
Non
Incidence
Observation
loi
IS
Art 13
En cas d’augmentation du capital
LF
par apports en numéraires ou de
créances en compte courant
d’associé, l’entreprise a-t-elle
procédé à l’imputation, sur le
montant de l’IS de l’exercice où
l’augmentation a été réalisée, de
l’abattement de 10% du montant
de l’augmentation ? 4
DE
Art 2
En cas d’augmentation ou de
TN
–B.2–
réduction de capital, la société a-
t-elle acquitté les droits
d’enregistrement et la taxe
notariale prévus ?
En cas de fusion par voie
IS
Art 19
d’absorption, et afin de
-I
bénéficier de l’exonération sur
la plus value réalisée à
l’occasion de
la
fusion,
la
société a-t-elle :
-
repris
pour
leur montant
intégral les provisions dont
l’imposition est différée ?
-
réintégré dans ses bénéfices
imposables la plus value réalisée
par chacune des sociétés
fusionnées ?
- ajouté aux plus values
constatées ou réalisées
ultérieurement à l’occasion du
retrait ou de la cession des
éléments non concernés par la
réintégration les plus values qui
ont été réalisées par la société
fusionnés et dont l’imposition a
été différée ?

4 Cette disposition concerne les entreprises respectant les conditions énumérées à l’article 13 de la loi de finances n° 26-04 pour l'année budgétaire 2005.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

19

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IS Art L’entreprise a-t-elle déposé dans 20. les 30 jours

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IS Art L’entreprise a-t-elle déposé dans 20. les 30 jours suivant
IS Art L’entreprise a-t-elle déposé dans 20. les 30 jours suivant la date de l’acte
IS
Art
L’entreprise a-t-elle déposé dans
20.
les 30 jours suivant la date de
l’acte de fusion le dossier ouvrant
droit à l’exonération sur les plus
values réalisées à l’occasion de la
dite cession ?
Pour le calcul des provisions
IS
Art 7-
réglementées, l’entreprise a-t-elle
bis
respecté les conditions suivantes :
- la provision pour construction
ou acquisition de logement
économique constituée dans la
limite de 3% du bénéfice fiscal
avant impôt ;
- la provision pour reconstitution
de gisement dans la limite de 50%
du bénéfice fiscal, avant impôt,
sans dépasser 30% du montant
du chiffre d’affaire. Elle doit être
utilisée dans une proportion
maximale de 20% de son montant
pour l’alimentation d’un fond
social et le reliquat pour la
reconstitution de gisement.
- la provision pour investissement
en biens d’équipement dans la
limite de 20% du bénéfice fiscal,
avant impôt, et à hauteur de 30%
dudit investissement ?
IS
Art 7-
L’entreprise a-t-elle utilisé les
bis
provisions constituées dans les
délais et pour les emplois
prescrits par la loi ?
IS
Art 7
Sinon, a-t-elle rapporté la part de
–bis-
la provision pour reconstitution
de gisement ou de la provision
pour investissement à l’exercice
au titre duquel elle a été
constituée ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

20

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IS Art L’entreprise a-t-elle transféré le 19 –I°- montant des

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IS Art L’entreprise a-t-elle transféré le 19 –I°- montant des plus
IS Art L’entreprise a-t-elle transféré le 19 –I°- montant des plus values réalisées et exonérées
IS
Art
L’entreprise a-t-elle transféré le
19
–I°-
montant des plus values réalisées
et exonérées qui excède celui des
abattements appliqués sur la plus
value nette globale à un compte
de réserve ?
IS
Art
Cette réserve est-elle affectée à
19
–I°-
l’amortissement exceptionnel des
investissements réalisés au titre
de l’exercice de la réalisation
desdits investissements ?
IS
Les
provisions pour
amortissements dérogatoires sont-
elles justifiées quant à leur objet ?
Ces provisions font elles l’objet de
IS
reprises comptables et
extracomptables conformément à
la législation en vigueur ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

21

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 2-DETTES DE FINANCEMENT ET ASSIMILES Impôt Article      

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 2-DETTES DE FINANCEMENT ET ASSIMILES Impôt Article        

2-DETTES DE FINANCEMENT ET ASSIMILES

Impôt

Article

         

de loi

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

 

L’entreprise a-t-elle procédé à

       

l’actualisation des emprunts

contractés en monnaie étrangère

au cours de change de clôture ?

IS

Le résultat comptable a-t-il été

rectifié par la réintégration

extracomptable des gains de

change latents ?

IS

Art

Les intérêts versés à des non

37

résidents ont-ils fait l’objet de

retenue à la source ?

IS

Art

30

Ces intérêts ont-ils fait l’objet de la

déclaration annuelle ?

IS

Art 7

Les intérêts servis aux associés en

-10°-

raison des sommes avancées par

eux à la société ont-ils été déduits

du résultat fiscal en respect des

conditions suivantes :

- le capital social est entièrement

libéré ;

- le montant total des sommes

portant intérêts déductibles

inférieur au montant du capital

social ;

- le taux de rémunération des

emprunts est plafonné au taux

d’intérêt des bons de trésor

majoré de deux points ?

TPP

Art 7

Ces intérêts ont-ils fait l’objet de la

RF

- 10°-

retenue à la source au titre de la

taxe sur les produits de placement

à revenu fixe ? les formalités de

déclarations ont-elles été

respectée ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

22

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 3- PROVISIONS DURABLES POUR RISQUES ET CHARGES Impôt Article Contrôles

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 3- PROVISIONS DURABLES POUR RISQUES ET CHARGES Impôt Article Contrôles Oui

3- PROVISIONS DURABLES POUR RISQUES ET CHARGES

Impôt

Article

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

de loi

IS

Art 7

Les provisions inscrites au passif sont-

       

-8°-

elles destinées à faire face soit à la dépréciation des éléments de l’actif, soit à des charges ou des pertes non encore réalisées ?

IS

Art 7

Est-ce que les conditions générales de déductibilité de ces provisions sont bien remplies (comptabilisation, objet portant sur une charge elle-même déductible, origine liée à l’exercice en cours.) ?

IS

Art 7

Ces pertes et charges ont-elles été

-8°-

précisées quant à leur nature et leur montant approximatif au travers de la déclaration prévue à cet effet ?

IS

Art 7

Lorsque ces provisions reçoivent un traitement non conforme à leur destination ou deviennent sans objet, l’entreprise a-t-elle procédé à leur réintégration dans le résultat de l’exercice en cours ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

23

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 4- IMMOBILISATIONS EN NON VALEUR   Article      

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 4- IMMOBILISATIONS EN NON VALEUR   Article        

4- IMMOBILISATIONS EN NON VALEUR

 

Article

         

Impôt

de loi

 

Contrôles

 

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

Art 7

Les dépenses inscrites au poste

       

-4°-

immobilisation en non valeur constituent-elles effectivement des frais préliminaires ou des charges à répartir sur plusieurs exercices ?

IS

Art

La déclaration modèle 8306 a-t-elle

30

été établie pour les honoraires immobilisés ?

IS

Art 7

La durée de cinq ans a-t-elle été

-4°-

respectée pour l’amortissement des immobilisations en non valeur ?

IS

Art

Le

déficit

d’amortissement

57 -

correspondant

aux

frais

II°-

préliminaires

est-il

considéré

comme

un

déficit

d’exploitation

pour

l’imputation

des

déficits

fiscaux ?

 

TVA

Art 4

La

TVA

ayant

grevé

les

frais

-10°-

immobilisés

a-t-elle

été

déduite

correctement ?

 

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

24

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 5- IMMOBILISATIONS INCORPORELLES   Article          

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 5- IMMOBILISATIONS INCORPORELLES   Article           Impôt

5- IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

 

Article

         

Impôt

de loi

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

Art 7

Les immobilisations incorporelles

       

-4°-

inscrites à l’actif du bilan revêtent- elles le caractère d’immobilisation et non de charge ?

IS

Art 7

Les frais de recherche immobilisés sont-ils justifiés ?

IS

Art 7

Les frais de recherche immobilisés ont-ils été correctement évalués ?

IS

Art 7

Les brevets sont-ils amortis sur la

-7°-

durée préviligiée de 20 ans ?

IS

L’entreprise a-t-elle exclu des immobilisations incorporelles les dépenses se rapportant aux baux et qui concernent le droit d’entrée et le dépôt de garantie ?

IS

Art 7

Les immobilisations incorporelles

-8°-

dont la dépréciation est probable au cours de l’exercice, ont-elles fait l’objet de provision ?

IS

Art

Les déclarations prévues par la loi

30

et concernant les honoraires et les commissions immobilisés, ont- elles été bien respectées ?

IS

Art 7

Est-ce que le droit au bail et le

-7°-

fonds de commerce ainsi que les marques ont été exclus du champs de l’amortissement ?5

5 Ils ne se déprécient pas par le temps ou par l'usage.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

25

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 5- IMMOBILISATIONS CORPORELLES Impôt Article          

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 5- IMMOBILISATIONS CORPORELLES Impôt Article           de

5- IMMOBILISATIONS CORPORELLES

Impôt

Article

         

de loi

 

Contrôles

 

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

 

Les

biens

inscrits

 

à

l’actif

       

constituent

ils

bien

 

des

immobilisations

et

non

des

charges ?

 

IS

Les

biens

inscrits

à

l’actif,

y

figurent-ils

à

leur

coût

d’acquisition ou à leur coût de production ?

IS

Les biens apportés à l’entreprise sont-ils correctement évalués ?

IS

Art 27

Lorsque l’entreprise a un actif à

-I°-

prépondérance immobilière (dont l’actif est constitué pour 75% au moins de sa valeur par des immeubles ou par des titres sociaux émis par les sociétés à objet immobilier), a-t-elle déposé la liste nominative des détenteurs de ses actions ?

DE

Art 8

Les droits d’enregistrement sur les apports des biens ont-ils été acquittés?

-D-8°

TVA

La

TVA sur les immobilisations a-

t-elle été récupérée le mois même ?

TVA

Art

La TVA non récupérable

18

légalement sur les immobilisations (soit exclue du droit de déduction soit résultant de l’application du prorata de déduction) a-t-elle été réintégrée dans la valeur de l’immobilisation ?

TVA

Art 4

La

TVA

sur

la

livraison

à

soi

même 6 à-t-elle été déclarée ?

 

IS

Art

Les dépenses d’entretien et de

18

réparation qui augmentent la durée d’utilisation des immobilisations ou leurs valeurs ont-elles été immobilisées ?

IS

Art 6

Y

a-t-il des éléments retirés de

-5°-

l’actif sans contre partie ?

 

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

26

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes TVA Art La déduction initiale de la TVA 18 ayant

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes TVA Art La déduction initiale de la TVA 18 ayant grevé

TVA

Art

La déduction initiale de la TVA

18

ayant grevé les immobilisations a- t-elle fait l’objet des régularisations à la suite des variations quinquennales du prorata ou suite à des cessions des biens avant l’expiration de cinq ans suivant la date de leur acquisition ?

IS

Art 7

Les taux d’amortissement des

-7°-

immobilisations et frais de constitution pratiqués par la société correspondent-ils aux taux admis d’après les usages de chaque profession ?

IS

Art 7

Les biens n’appartenant pas à la société ont-ils été exclus du champ de l’amortissement ?

IS

Les terrains d’exploitation (carrières, sablières,…) font-ils l’objet d’amortissement ?

IS

Les

pièces

de rechange

identifiables et destinées à la maintenance du matériel ont-elles été immobilisées ?

IS

Art 7

Le recours à l’amortissement dégressif est –il justifié ?

ter

IS

Art 7

La

base

de

calcul

des

-7°-

amortissements des véhicules de

transport

de

personnes

 

est-elle

limitée

à

200 000DH

par

véhicule ?

 

IS

Art 6

Si une prime d’équipement reçue à un exercice a été reportée intégralement au résultat dudit exercice, la société a-t-elle pratiqué au titre de l’exercice d’acquisition des équipements concernés, un amortissement exceptionnel égal à celui de la prime ?

- 6°-

IS

Les biens complètement amortis

continuent-ils

à

figurer

à

l’actif

immobilisé ?

 

IS

Art

Pour les cessions des éléments

19

d’actif :

-A-t-on calculé l’amortissement complémentaire et l’a-t-on enregistré ? -la société a-t-elle appliqué l’abattement sur la plus value nette ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

27

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes     -En cas d’engagement à réinvestir le produit de

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes     -En cas d’engagement à réinvestir le produit de la
   

-En cas d’engagement à réinvestir le produit de la cession dans les conditions définies par la loi 24-86 sur l’IS ( art 19-I-b), l’entreprise a- t-elle bénéficié de l’exonération totale ?

IS

Art

Les différentes cessions ont-elles

27

été reportées au niveau de la déclaration du résultat fiscal ?

IS

Art

La société a-t-elle réinvesti dans

19

les délais prescrits le produit de la cession ayant bénéficié de l’exonération ?

IS

Art

Si l’entreprise opte pour

19

l’imposition des plus values et profits nets résultant du retrait ou cession en cours d’exploitation d’actions cotée à la BVC et d’actions ou parts d’OPCVM, a-t- elle appliqué l’abattement de 50% sur les dits produits avant le calcul de l’impôt ? 7

IS

L’entreprise dispose-t-elle de tous les éléments justificatifs du coût

d’entrée de immobilisations ?

toutes les

6 -Travaux immobiliers, les opérations de lotissement et de promotion immobilière.

7 -Cette disposition expire au 31/12/2005.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

28

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 6- IMMOBILISATIONS FINANCIERES ET TITRES DE PLACEMENT Impôt Article  

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 6- IMMOBILISATIONS FINANCIERES ET TITRES DE PLACEMENT Impôt Article    

6- IMMOBILISATIONS FINANCIERES ET TITRES DE PLACEMENT

Impôt

Article

         

de loi

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

Art 6

Les prêts au personnel et aux

       

-2°-

associés ainsi que les cautions données sont-ils assortis d’intérêts normaux ?

TVA

Art 4

Les intérêts sur ces prêts sont-ils

-11°-

soumis à la TVA au taux de 7% ?

IS

Les abandons de créances sur le principal et intérêt ont-ils été réintégrés au résultat fiscal ?

IS

Les titres de participation sont –ils inscrits à leur coût d’acquisition ?

IS

Les titres de participation figurent- ils sur le tableau 11 de la déclaration du résultat fiscal ?

IS

Art 7

Les provisions sur titres de

-8°-

participation sont-elles justifiées quant aux critères retenus pour le calcul de la dépréciation ?

IS

Art 7

Lorsque les provisions constituées

-8°-

antérieurement sur les titres de participation n’ont pas été utilisées conformément à leur objet, ont- elles été reprises ?

IS

Les provisions pour dépréciation des titres de participation ont-elles fait l’objet d’une déclaration ?

IS

Art 9

Les dividendes et autres produits de participation reçus par la société et provenant de la distribution de bénéfices par des sociétés relevant de l’IS, ont-ils bénéficier de l’abattement de 100% ?

bis I°

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

29

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IS Art La retenue de l’impôt à la source sur

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IS Art La retenue de l’impôt à la source sur les

IS

Art

La retenue de l’impôt à la source sur les produits de placement à

37ter

II

revenu fixe a-t-elle été imputée sur l’impôt sur les sociétés de l’exercice ?

IS

Art 19

Les cessions de titres ont-elles été correctement imposées (taxation avec application des abattement ou option pour l’exonération totale) ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

30

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 6- STOCKS ET TRAVAUX EN COURS Impôt Article    

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 6- STOCKS ET TRAVAUX EN COURS Impôt Article      

6- STOCKS ET TRAVAUX EN COURS

Impôt

Article

         

de loi

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

Art 31

Les emballages récupérables et identifiables ainsi que les pièces de rechange relatives à des biens immobilisés sont-ils inscrits en immobilisations et non en stock ?

       

-2°-

IS

Loi

 

9-88

L’entreprise effectue-t-elle un inventaire au moins une fois par an à la fin de l’exercice ?

Art 5

IS

Art

Les ajustements de stock sont-ils conformes à l’état d’inventaire ?

31

IS

Loi 9-88

L’entreprise tient-elle le

livre

Art 6

d’inventaire prévu par la loi comptable ?

TVA

Art

Lorsque l’entreprise effectue des

11

achats en suspension de TVA en sa qualité d’exportateur, tient-elle un compte matière ? 8

TVA

Art

La TVA ayant grevé les articles

17

stockés a-t-elle été régularisée en cas de disparition ou de destruction accidentelle ou volontaire non justifiée ?

TVA

Art

La régularisation a-t-elle été portée

17

sur la déclaration de la période où l’événement a été constaté ?

TVA

Art 5

Les biens en stocks achetés sont- ils valorisés au coût d’achat calculé suivant la méthode FIFO ou CMUP ?

IS

Art 5

Les biens en stock produits sont- ils évalués à leur coût de revient ou au cours du jour s’il lui est inférieur ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

31

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IS Art 5 Les déchets et les rebuts sont-ils évalués

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IS Art 5 Les déchets et les rebuts sont-ils évalués au

IS

Art 5

Les déchets et les rebuts sont-ils évalués au cours du marché ou à la valeur probable de leur réalisation ?

IS

Art 7

-8°-

Les provisions pour dépréciation des stocks sont-elles justifiées ?

IS

Art

Les provisions pour dépréciation

27

sont-elles portées sur le tableau 9 de la déclaration de résultat fiscal ?

8 Ce compte matières doit faire ressortir, d'une part, la quantité des marchandises, des matières premières et des emballages irrécupérables, acquis en suspension de la TVA et effectivement utilisés dans les opérations de fabrication ou d'exportation, d'autre part, la quantité de produits fabriqués ou conditionnés qui ont été vendus à l'intérieur ou à l'exportation ou qui se trouvent en stock à la clôture de l'exercice comptable.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

32

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 7- VENTES-CLIENTS Impôt Article           de

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 7- VENTES-CLIENTS Impôt Article           de loi

7- VENTES-CLIENTS

Impôt

Article

         

de loi

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

Art 6

Est-ce que toutes les factures émises ont bien été rattachées à l’exercice concerné, eu égard à la livraison ou à la réalisation de la prestation ?

       

IS

Art 6

Est-ce que les produits livrés, les

-1°-

services rendus et les travaux immobiliers 9 , ont été pris en compte pour la détermination du chiffre d’affaire imposable ?

IS

Art 6

Dans le cas de vente avec reprise, le prix de vente du bien est-il intégré dans les produits imposables sans déduction de prix de la reprise ?

TVA

Art 37

Les factures émises par la société comportent-elles toutes les mentions obligatoires ?

TVA

Art 37

Les facturations hors TVA sont – elles appuyées par les justificatifs nécessaires ?

TVA

Art 7

Le chiffre d’affaires facturé hors TVA et sans droit à déduction est - il déclaré à la TVA dans la rubrique réservée à cet effet ?

Art 24

TVA

Art 8

Les ventes de déchets (sauf ceux provenant de l’impression des journaux, publications et livres) ont-elles été comptabilisées ?

TVA

Art 11

En cas de vente à une entreprise dépendante non soumise à la TVA ou exonérée, la base de la TVA retenue est-elle égale au prix de vente de l’entreprise acheteuse ou à défaut de vente la valeur normale du bien ?

Art 13

TVA

Art 5

Les emballages perdus font-ils l’objet d’une facturation TVA en sus ?

TVA

Art 4

Les frais de port sont-ils inclus

-10°-

dans l’assiette de la TVA ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

33

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IS Art 30 Les rabais, remises et ristournes accordés après

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IS Art 30 Les rabais, remises et ristournes accordés après facturation

IS

Art 30

Les rabais, remises et ristournes accordés après facturation ont-ils fait l’objet d’une déclaration ?

IS

Art 6

Les gains de change latents ont-ils fait l’objet de réintégration au résultat fiscal ?

IS

Art 7

Les provisions pour créances douteuses sont-elles bien fondées et appuyées d’un dossier constitué par l’entreprise ?

Art 7

Les abondons de créances sont-ils appuyés de justificatifs suffisants ?

IS

Art 8

IS

Art 7

Les créances irrécouvrables passées en charges, sont-elles réelles et définitives ? les provisions y afférentes ont-elles été soldées ?

TVA

La régularisation de la TVA sur les créances impayées a-t-elle été opérée ?

TVA

Art 10

Le fait générateur de la TVA sur ventes, est-il constitué par la date d’échéance effective des effets à recevoir et non par leur date d’escompte ?

.

9 Ayant fait l’objet d’une réception partielle ou totale qu’elle soit provisoire ou définitive

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

34

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 8- ACHATS-FOURNISSEURS Impôt Article           de

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 8- ACHATS-FOURNISSEURS Impôt Article           de loi

8- ACHATS-FOURNISSEURS

Impôt

Article

         

de loi

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

Art 7

Les dépenses sont-elles engagées dans l’intérêt de la société ?

       

IS

Art 7

Les achats réceptionnés au cours de l’exercice ou voyageant sous la responsabilité de l’entreprise sont- ils pris en compte pour la détermination du résultat fiscal ?

IS

Art 7

La TVA légalement récupérable grevant les achats locaux et les frais accessoires est-elle exclue du coût des achats déduits du résultat fiscal de l’exercice ?

TVA

Art

La société récupère-t-elle la TVA

17

ayant grevé ses achats à l’expiration du mois qui suit celui du paiement partiel ou intégral des factures ou celui de l’établissement des quittances douanières établies en son nom proportionnellement au montant de ces opérations assujetties à la taxe ou exonérées avec droit à déduction ?

IS

Art

Les charges engagées par la société

32

sont-elles appuyées de pièces justificatives, comportant les mentions prévues par l’article 32 de la loi n°24-86 ?

IS

Art

Les achats sans facture, effectués

32

auprès de fournisseurs non patentable sont-ils justifiés par un ordre de dépense établi par l’entreprise et précisant la nature, les quantités et le prix unitaire de chaque produit, les modalités de règlement et le numéro de la carte d’identité nationale du fournisseur ?

IS

Art 8

Les achats dont le montant est égal ou supérieur à 10 000 dhs sont-ils réglés par chèque barré non endossable, effet de commerce ou virement bancaire ?

IS

Les dettes libellées en monnaie étrangère sont-elles évaluées au dernier cours de change de clôture de l’exercice ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

35

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IS Art 8 Le coût d’acquisition des achats importés et

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IS Art 8 Le coût d’acquisition des achats importés et comptabilisés

IS

Art 8

Le coût d’acquisition des achats importés et comptabilisés pendant l’exercice, comprend-il les droits et frais accessoires ?

TVA

Art

La TVA récupérable sur les achats

61

importés et les frais accessoires correspondants est-elle exclue du coût d’acquisition ?

TVA

Art

Le

coût

d’acquisition

des

20

importations est-il appuyé par un

dossier regroupant tous

les

justificatifs

du

coût

de

l’importation ?

 

TVA

Art

Les rabais, remises, ristournes

17

accordés à l’entreprise ont-ils fait l’objet de régularisation de la TVA initialement déduite ?

TVA

Art

La société exclue-t-elle du droit à

22

déduction la TVA ayant grevé :

 

-les biens, les produits, matières et services non utilisés pour les besoins de son exploitation ? -les immeubles et locaux non liés à l’exploitation ? -les véhicules de transport des personnes, à l’exclusion de ceux utilisés pour les besoins du transport collectif de son personnel ? -les frais de mission, réception ou de représentation ? -50% de la TVA ayant grevé les achats, travaux et services dont le montant est supérieur à 10.000dh et dont le règlement n’a pas été effectué par chèque barré, effet de commerce ou virement bancaire ?

IS

Art 7

Les charges de loyer dues par l’entreprise ont-elles été effectivement déduites du résultat fiscal de l’exercice et déclarées au tableau annexe de la déclaration du résultat fiscal ?

IS

Les dépôts de garantie pour les locaux ont-ils été inscrits dans le compte dépôts et cautionnement versés au lieu des charges ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

36

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes TVA Art Les biens d’investissement 60 importés à inscrire dans

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes TVA Art Les biens d’investissement 60 importés à inscrire dans

TVA

Art

Les

biens

d’investissement

60

importés

à

inscrire

dans

un

Art

compte

d’immobilisation

et

17

ouvrant droit

à

la

déduction

prévue

à

l’article

17,

sont-ils

facturés en HT ?

 

IS

Art 7

Lorsque des véhicules sont utilisés par l’entreprise dans le cadre d’un contrat de CB ou de location, la part des redevances ou du montant de la location supporté par l’entreprise et correspondant à l’amortissement de 20% par an sur la partie du prix du véhicule excédant 200 000dh a-t-elle été réintégrée dans le calcul du résultat fiscal ?

IS

Art 7

Les

provisions

constituées

au

cours

de

l’exercice

sont-elles

justifiées

et

les

charges

ou

les

pertes

auxquelles

 

elles

correspondent

 

sont-elles

nettement précisées quant à leur nature ?

TVA

Art

La TVA sur les charges externes

22

est-elle récupérée correctement à l’exclusion de la TVA grevant les frais du carburant, les frais de réception, les locations de véhicules de transport, les honoraires d’avocats, les réparations et entretien des véhicules de tourisme, les charges supérieures à 10 000dh réglées par espèce ?

TVA

Art

Les factures reçues par

37

l’entreprise, respectent-elles les conditions de forme imposées par la loi : n° d’IF, n° d’article à l’impôt des patentes, le montant de la taxe et les modalités de paiement ?

TVA

Art

La TVA a-t-elle été régularisée sur

17

les avoirs ?

 

IS

Art 7

Les rémunérations versées au personnel mis à la disposition de la société correspondent-elles à une prestation effective reçue par l’entreprise ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

37

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IGR Art Le paiement de ces rémunérations 35 a-t-il donné

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IGR Art Le paiement de ces rémunérations 35 a-t-il donné lieu

IGR

Art

Le paiement de ces rémunérations

35

a-t-il donné lieu au prélèvement de l’IGR ?

IS

Art

L’entreprise opère-t-elle la retenue à la source sur les versements

37 ter

effectués pour le

compte de

sociétés étrangères non résidentes ?

IS

Art

La société produit-elle la

37

déclaration des rémunérations versées à des sociétés étrangères non résidentes conformément aux dispositions légales ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

38

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 9- PAIE PERSONNEL Impôt Article   Contrôles Oui Non Incidence

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 9- PAIE PERSONNEL Impôt Article   Contrôles Oui Non Incidence

9- PAIE PERSONNEL

Impôt

Article

 

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

de loi

 

IS

Art 7

Est-ce que tous les frais de personnel à la charge de l’entreprise comprennent aussi bien la rémunération de base que les compléments de rémunération (aide au logement, indemnités de représentation et autres avantages en argent ou en nature)?

       

IS

Art 7

Est-ce que toutes les charges sociales supportées dans l’intérêt du personnel (CNSS, primes d’assurances, assurance-

maladie, vieillesse, retraite déduites du résultat fiscal ?

)

sont

IS

Art 7

Est-ce que les acomptes et avances sur salaire ont été déduits du montant du salaire à payer ?

IS

Est-ce que toutes les dépenses à caractère social ou à titre de la formation professionnelle sont déclarées sur l’état 9421 ?

IS

Lorsque les prêts au personnel sont octroyés pour une durée supérieure à un an, a-t-on calculé les intérêts correspondants ou à défaut, a-t-on soumis cet avantage à l’IGR ?

IGR

IGR

Art 15

Est-ce que les indemnités de licenciement sont bien déduites du résultat fiscal dès l’exercice de la rupture du contrat ?

IGR

Art 66

Lorsque les indemnités de licenciement excèdent celles fixées par la législation sans qu’elles aient été déterminées par une juridiction, l’excédent 10 est-il taxé à l’IGR et la retenue à la source ?

IS

Art 70

Est-ce

que

et

l’entreprise opère correctement les

régulièrement

retenues de l’IGR sur les salaires et leurs

compléments ?

 

IGR

Art 34

Est-ce que les rémunérations versées à des personnes physiques non résidentes ont fait l’objet de la retenue à la source de l’IGR ?

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

39

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes IGR Art 94 Est-ce que les rémunérations rétribuant une fonction

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes IGR Art 94 Est-ce que les rémunérations rétribuant une fonction spéciale

IGR

Art 94

Est-ce que les rémunérations rétribuant une fonction spéciale d’administrateurs sont bien déduites du résultat fiscal à titre de tantièmes spéciaux et soumises à l’IGR au taux de 30% lorsque l’administrateur n’est pas en même temps salarié de l’entreprise ?

IGR

Art 77

Est-ce que l’entreprise déclare au courant du mois de Février de chaque année une déclaration des traitements et salaires versés au courant de l’année précédente ?

IGR

Art 60

L’entreprise tient-elle un livre de paie conformément aux dispositions du droit de travail ?

10 Disposition de la loi 2005 : l’indemnité exonérée est d’un mois et demi de salaire par année d’activité plafonnée à 36 mois. Le montant qui excède l’indemnité exonérée est imposable avec étalement sur quatre années ou sur la durée effective des services si celle-ci est inférieure à quatre ans.

Audit Fiscal : Evaluation du risque fiscal et moyens de prévention

40

Année Universitaire 2004-2005

Mémoire de F in d’Etudes 10- TRESORERIE Impôt Article           de

Mémoire de Fin d’Etudes

Mémoire de F in d’Etudes 10- TRESORERIE Impôt Article           de loi

10- TRESORERIE

Impôt

Article

         

de loi

Contrôles

Oui

Non

Incidence

Observation

IS

 

Les rapprochement bancaire ont- ils été correctement analysées et traitées pour assurer la spécialisation des exercices et la comptabilisation des charges et des produits en suspens ?

       

IS

Art 7

Les intérêts courus non échus ont-

-10°-

ils été calculés et rattacher à l’exercice ?

IS

Art 5

Les avoirs en devise ont-ils été actualisés au cours de change de la date de clôture de l’exercice ?

TVA

Art 18

La TVA retenue à la source par les établissements bancaire a-t-elle été correctement récupérée ?

Art 8

Les dépenses relatives aux achats,

IS