Vous êtes sur la page 1sur 10

Formation au Montage de projets

II. Schéma du cycle de vie d’un projet :

Qu’est-ce-qu’un projet? Un projet est l’ensemble des actions qui vont nous permettre, dans un temps donné, avec des moyens donnés, de passer d’une situation problématique A à une situation améliorée B.

Cycle de projet:

La manière dont les projets sont planifiés et réalisés suit un enchaînement répondant au nom de cycle de projet;

Les phases du cycle suivent une progression chaque phase doit être complétée avant d’aborder la phase suivante.

Cycle de projet:

avant d’aborder la phase suivante. Cycle de projet: La phase 1: l ’Identification :  Analyse

La phase 1: l’Identification:

Analyse des parties prenantes :

Identifier et caractériser les principaux intéressés ;

Evaluer leur capacités.

Analyse des problèmes :

Identifier les problèmes clés, les contraintes et opportunités ;

Déterminer les relations de cause à effet.

Analyse des objectifs :

Mettre au point des solutions aux problèmes identifiés ;

Identifier les relations entre les moyens et les fins.

Analyse de la stratégie :

Identifier les différentes stratégies pour trouver les solutions ;

Choisir la stratégie la mieux adaptée

différentes stratégies pour trouver les solutions ;  Choisir la stratégie la mieux adaptée 1 Page
différentes stratégies pour trouver les solutions ;  Choisir la stratégie la mieux adaptée 1 Page

La phase 2: la planification:

Mise au point de la matrice du cadre logique :

Définir la structure du projet ;

Tester sa logique et ses risques internes ;

Formuler des indicateurs de réussite mesurables.

Calendrier des activités :

Déterminer les successions et l’interdépendance des activités;

Estimer leur durée ;

Et identifier la responsabilité.

Calendrier des ressources :

Sur la base du calendrier des activités,

Développer un calendrier des ressources et des moyens

La phase 3: La mise en œuvre:

Mettre en œuvre les activités planifiées

La phase 4: Le suivi/Evaluation:

Suivi des réalisations et de l’atteinte des résultats et des objectifs grâce aux indicateurs ;

Mesure et explication des écarts entre ce qui était prévu et ce qui a été réalisé ;

Révision de la planification ;

1. La Phase de l’identification :

1.1. L’analyse des parties prenantes :

Tout individu, groupe de personnes, institution ou entreprise susceptible d’être concerné(e) par la réussite ou l’échec d’un projet (en tant que responsable de la mise en œuvre, facilitateurs, bénéficiaires ou adversaire) se définit comme partie prenante. La raison d’être de l’analyse des parties prenantes est que les groupes ont des préoccupations, des capacités et des intérêts différents, et que cela doit être bien compris et reconnu dans le processus d’identification des problèmes, de fixation des objectifs et de choix de la stratégie.

Demarche d'analyse des parties prenantes:

Identifier le problème et «l'opportunité» de développement à considérer;

Identifier tous les groupes pour qui le projet (éventuel) présente un intérêt significatif;

Examiner leurs rôles respectifs, leurs différents intérêts, leur pouvoir et leur capacité à participer (forces et faiblesses);

Intégrer les résultats de l'analyse dans l’élaboration du projet avec les objectifs suivants:

les ressources sont ciblées de manière à atteindre les objectifs de répartition/d'équité et répondre aux besoins des groupes prioritaires,

les systèmes de gestion et de coordination encouragent l'appropriation et la participation des parties prenantes,

les conflits d'intérêt entre parties prenantes sont identifiés et pris en compte.

 les conflits d'intérêt entre parties prenantes sont identifiés et pris en compte. 2 Page Sana
 les conflits d'intérêt entre parties prenantes sont identifiés et pris en compte. 2 Page Sana

Outils destinés à l'analyse des parties prenantes:

Il existe un certain nombre d'outils utilisés dans l'analyse des parties prenantes, à savoir:

Matrice des acteurs;

Grille d’implication des parties prenantes;

Analyse FFOM;

Outil pour l’analyse de l’environnement;

L’analyse des champs de forces

1.2. L’analyse des problèmes :

L’analyse des problèmes est un procédé permettant :

D’analyser une situation donnée, dans laquelle se situe un ensemble de problèmes ;

D’identifier les problèmes importants ;

De définir le problème central qui se pose dans cette situation ;

De visualiser dans un diagramme les relations de cause à effet caractérisant ces problèmes (hierarchie des problèmes).

L’analyse des problèmes, Comment?

1ère étape : Identifier les problèmes majeurs liés à la situation/ à la problématique en question (Brainstorming)

2ème étape : Enoncer le problème central/Problème de départ (Consensus du groupe de planification ou définition préalable)

3ème étape : Identifier les causes du problème central

4ème étape : Identifier les effets du problème central

5ème étape : Etablir un digramme résumant les relations de cause à effet (hiérarchie des problèmes)

6ème étape : Revoir l’ensemble du diagramme et en vérifier la validité et l’exhaustivité.

L’analyse des problèmes, remarques:

Formuler les problèmes à la forme négative ;

N’écrire qu’un seul problème sur chaque carte ;

imaginaires, hypothétiques ou futurs ;

Un problème n’est pas l’absence d’une solution mais un état négatif réellement existant (exemple)

l’importance d’un problème ne dépend pas de sa position dans la hiérarchie des problèmes.

La structure hiérarchisée des problèmes,

pas de sa position dans la hiérarchie des problèmes. La structure hiérarchisée des problèmes, 3 Page
pas de sa position dans la hiérarchie des problèmes. La structure hiérarchisée des problèmes, 3 Page

L’arbre à problems:

L’arbre à problems: Arbre à problèmes, exemple 4 Page Sana Hajlaoui

Arbre à problèmes, exemple

L’arbre à problems: Arbre à problèmes, exemple 4 Page Sana Hajlaoui
L’arbre à problems: Arbre à problèmes, exemple 4 Page Sana Hajlaoui
L’arbre à problems: Arbre à problèmes, exemple 4 Page Sana Hajlaoui

1.3.

Analyse des objectifs :

L’analyse des problèmes présente les aspects négatifs d’une situation existante, tandis que l’analyse des objectifs traite des aspects positifs d’une situation souhaitée pour l’avenir, ce qui implique une reformulation des problèmes en objectifs.

C’est une démarche méthodologique permettant :

De décrire la situation future atteinte après résolution des problèmes;

D’identifier des solutions envisageables pour le projet.

Diagramme des objectifs

Le diagramme des objectifs peut être appréhendé comme l’image miroir, positive de l’arbre à problèmes.

Les relations “causes à effets” sont traduites en relations “moyens-fins”.

Une fois terminé, le diagramme des objectifs fournit un tableau complet de la situation désirée à l’avenir.

1.4. L’analyse de la stratégie :

Elle sert à décider des objectifs qu’il convient d’inclure ou d’exclure. Outre un examen de la logique, l’analyse des stratégies étudie aussi la faisabilité des différentes interventions. En fonction du champ couvert, les sous ensembles ou la stratégie retenus peuvent constituer une intervention “à l’echelle du projet” ou un programme consistant en un certain nombre de projets.

Comment procéder à l’analyse des alternatives ?

Etape 1 : Identifier les objectifs à ne pas poursuivre (non souhaitables ou irréalisables)

Etape 2 : Identifier plusieurs chaînes de « moyens-fins » indiquant d’autres stratégies ou composantes de projet envisageables ;

Etape 3 : déterminer l’alternative qui représente à votre avis (critères) une stratégie optimale pour le projet.

Critères pour l’analyse des alternatives?

Ressources disponibles ;

Probabilité de succès ;

Faisabilité sur le plan politique ;

Rapport coût-avantage ;

Risques sociaux ;

Pérennité ;

Horizon temporel ;

;  Rapport coût-avantage ;  Risques sociaux ;  Pérennité ;  Horizon temporel ;
;  Rapport coût-avantage ;  Risques sociaux ;  Pérennité ;  Horizon temporel ;

Le partenariat :

Pourquoi faire ensemble?

Le partenariat est la relation entre deux ou plusieurs organismes pour la mise en œuvre d’un projet, qui repose sur la coopération, respectant l’égalité de pouvoir des parties et se basant sur l’échange, la confiance, le respect des engagements, la transparence et la réciprocité.

Le partenariat est un processus dynamique qui doit s’inscrire dans la durée, sur des compétences données et une vision partagée d’un objectif.

Le partenariat implique :

L’association active de différents intervenants tout en maintenant l’autonomie de chacun;

La mise en commun de leurs efforts pour la réalisation d’un objectif commun en réponse à un problème ou à un besoin clairement identifié;

Que chacun des partenaires, en vertu de sa mission respective, y trouve un intérêt, une responsabilité, une motivation, voire même une obligation.

Un partenaire est donc une personne ou un groupe auquel on s’associe pour la réalisation d’un projet.

Un bon partenaire n’est pas forcément celui qui nous ressemble. Une bonne connaissance de la société civile est indispensable pour identifier le bon interlocuteur et trouver le partenaire le plus légitime.

Critères pour évaluer la qualité d’un partenariat

Convergence de vue sur les finalités du projet.

Co-élaboration d’une stratégie de mise en œuvre.

Degré et mode d’implication de chacun des partenaires dans le projet

Entente sur une répartition des rôles, des activités et des moyens

Complémentarité des compétences et des moyens

Réciprocité

Inscription de la relation dans le temps

Qualité des relations humaines

Transparence

Inscription de la relation dans le temps  Qualité des relations humaines  Transparence 6 Page
Inscription de la relation dans le temps  Qualité des relations humaines  Transparence 6 Page

L’approche participative :

L’Approche participative est une démarche globale qui développe la réflexion sur tous les aspects d’un problème conduisant ainsi à :

Identifier les composantes d’un problème;

Couvrir l’ensemble du problème;

Augmenter les possibilités de trouver des solutions adaptées;

Assurer la durabilité des actions.

C’est une démarche d’apprentissage dans laquelle le groupe offre le laboratoire idéal de l’apprentissage :

Il exploite les connaissances, l’expérience et les compétences de chacun;

Fait de chacun des participants à la fois un apprenti et un formateur.

L’objectif de la démarche participative est de promouvoir une plus grande autonomie des concernés pour qu’ils soient en mesure d’assurer et de prendre en charge leur propre développement : participation de tous à la conception, à la préparation, à l’exécution et à l’évaluation.

C’est une démarche en partenariat dans le sens où elle privilégie :

La collaboration de tous les acteurs;

La concertation avec tous les intervenants;

Le partage des responsabilités et l’engagement mutuel;

La mise en commun des connaissances et des savoir-faire.

C’est également une démarche raisonnée puisqu’elle amène les concernés, à partir du constat des effets, à :

s’interroger sur les causes;

Analyser leurs problèmes;

Choisir des actions appropriées;

Agir ensemble.

A partir de là, l’approche participative acquière une dimension de prise de conscience :

les concernés prennent conscience de ce qu’ils peuvent faire à partir d’eux-mêmes;

les responsables sont en mesure de connaître les potentialités et les blocages que les concernés véhiculent avec eux.

en mesure de connaître les potentialités et les blocages que les concernés véhiculent avec eux. 7
en mesure de connaître les potentialités et les blocages que les concernés véhiculent avec eux. 7

Et une dimension créative :

Invention de nouveaux modes de fonctionnement;

Permet de développer, au contact de l’expérience vécue et par son analyse, la connaissance des systèmes organisationnels et des processus de changement.

Potentiels de l’approche participative

Evolution du rôle du chef d’un décideur opérateur à un facilitateur catalyseur des potentialités de développement de l’organisation;

Evolution du rôle des concernés d’un acteur passif à un acteur actif;

Démarche contribuant à l’instauration d’un développement durable et harmonieux

Forces de l’approche participative

Création d’un cadre de réflexion dynamique pour la recherche de solutions adaptées;

Stimulation de la concertation;

Amélioration de la capacité d’analyse des techniciens de l’organisation;

Stimulation d’une conscience au sein des concernés;

Participation au changement de certaines attitudes.

Faiblesses de l’approche participative

Démarche très exigeante en formation;

Démarche lente et très consommatrice d’efforts supplémentaires et de temps;

Démarche demandant un effort énorme de coordination;

Démarche exigeante en ressources humaines qualifiées;

Démarche coûteuse ;

Démarche exigeante en suivi-évaluation.

En raison de l’importance de cette démarche et pour aider les associations à faire face à son coût, la fondation de France a décidé d’intégrer dans le cadre de l’appel à projets Méditerranée, d’une rive à l’autre une prime supplémentaire portant sur la mise en œuvre d’une démarche participative « P+ ».

« P+ » permet d’inciter et de soutenir les associations qui impliquent activement les usagers ou les bénéficiaires dans les projets; particulièrement les personnes les plus en difficulté. Cette aide est destinée à financer :

le coût spécifique de mise en œuvre de ce projet ;

Un appui méthodologique, si nécessaire, pour la mise en œuvre d’une démarche participative. Il s’agit d’un soutien supplémentaire au projet qui ont une démarche participative. Seules pourront bénéficier de cette aide supplémentaires les demandes des organismes dont le projet aura été sélectionné.

de cette aide supplémentaires les demandes des organismes dont le projet aura été sélectionné. 8 Page
de cette aide supplémentaires les demandes des organismes dont le projet aura été sélectionné. 8 Page

Valeurs- ajoutées d’une approche participative.

L’approche participative renforce

la viabilité du projet,

la recherche de la plus grande efficacité possible du projet (dans le temps),

La durabilité du projet (si celle-ci a vocation à durer).

Elle répond à l’exigence démocratique associée à la nature même de l’associatif.

Elle participe au renforcement des principes démocratiques au sein de la société civile (au-delà de l’association).

Enjeux du participatif.

C’est un moyen pour concevoir des projets adaptés aux besoins réels des populations concernées.

C’est un processus qui vise à ce que les participants acquièrent une autonomie plus importante et renforcent leur citoyenneté.

C’est une occasion d’accompagner le changement des pratiques des professionnels.

Postures « relationnelles » pour une démarche participative. Une approche participative doit donc reposer sur :

un engagement réciproque entre les parties (accords, droits et obligations) ;

une attitude de confiance et d’ouverture aux initiatives et aux personnes ;

une écoute mutuelle et une attitude non-jugeante par a -priori ;

une concertation « permanente » entre les parties ;

Le sentiment que chacun donne et reçoit à la fois.

Les différentes formes de participation.

 

Forme de

Implication des bénéficiaires

Relation entre les bénéficiaires et l’action

participation

I.

Participation

Des représentants des usagers / bénéficiaires sont désignés mais n’ont aucun pouvoir.

Les

bénéficiaires

manipulatrice

subissent l’action.

 

II.

Participation

Des tâches sont assignés aux bénéficiaires mais les professionnels déterminent seuls les priorités et dirigent les processus.

Les

bénéficiaires

Passive

bénéficient

de

l’action

sans plus

III.

Les opinions et les avis des bénéficiaires sont recueillis par les professionnels. Ces derniers les analyses et élaborent seuls les actions à entreprendre.

L’action se fait pour eux et avec eux au niveau mais uniquement pour l’élaboration.

Participation

limitée

IV.

Les professionnels travaillent de concert avec les bénéficiaires pour déterminer les priorités. Les bénéficiaires peuvent être associés à la mise en œuvre mais n’ont pas encore de responsabilité.

Se fait avec eux sans réciprocité départ.

mais

Participation

au

coopérante

V.

Participation

Les professionnels et les bénéficiaires partagent leurs savoirs pour mettre à jour une nouvelle compréhension. Ils travaillent ensemble pour élaborer des plans d’actions et partagent la responsabilité de la mise en œuvre et de son évaluation.

Se fait avec eux et par eux.

interactive

de la mise en œuvre et de son évaluation. Se fait avec eux et par eux.
de la mise en œuvre et de son évaluation. Se fait avec eux et par eux.

Seules les formes IV « Participation coopérante » et V « Participation interactive » sont éligibles à l’option « P+ ». La forme IV est éligible si les conditions pour aller à terme vers la forme V sont prévues ; c’est à dire que les bénéficiaires exerceront à terme un réel pouvoir sur la définition même de l’action et de son déroulement.

Ils seront associés à plusieurs des étapes suivantes :

Initiative du projet

Analyse du besoin et élaboration de la réponse

Mise en œuvre du projet, en dépassant le rôle de simple exécutant

Participent aux instances de décisions

Rencontrent les partenaires extérieurs du projet dans ses différentes phases (négociation, communication/ promotion…)

Sont associés au suivi et à l’évaluation du projet.

Les éléments opérationnels à apprécier dans le cadre d’un projet participatif.

La démarche participative devra reposer sur une organisation, des règles et des outils explicites qui permettent

l’expression (règles et instances) ;

la communication mutuelle (outils et instances) ;

la concertation (procédures et règles) ;

l’élaboration, l’organisation des actions (instances, règles de délibération et de décision) ;

la conduite opérationnelle des actions et la place de chacun (organisation opérationnelle et règles de fonctionnement).

le contrôle et l’évaluation (système)

opérationnelle et règles de fonctionnement).  le contrôle et l’évaluation (système) 11 Page Sana Hajlaoui
opérationnelle et règles de fonctionnement).  le contrôle et l’évaluation (système) 11 Page Sana Hajlaoui

11Page

Sana Hajlaoui