Vous êtes sur la page 1sur 4

WWW.FEB.

BE
>INFORFEB
La newsletter pour décideurs
[ 16 JUILLET 2009 – N° 27 ]

La sécurité sociale : une Rolls Royce avec


un moteur de 2CV ?
positions concrètes visant à taxer ceux qui ont alors que l’économie connaîtra cette année une
investi leurs économies dans une maison ou les croissance négative de l’ordre de 4% et, dans le
ont placées sur un compte. Un impôt sur la for- meilleur des cas, une croissance nulle en 2010.
tune, qui toucherait quelque 10.000 'riches', ne 4. Les autres allocations bénéficient d’une liai-
permettra pas non plus de combler le déficit son au bien-être, sur la base d’une augmenta-
structurel de 4 milliards d’euros, mais entraîne- tion annuelle de la productivité dans le
ra la fuite de ces capitaux à l’étranger. secteur privé de 1,75%. Or, actuellement,
J’entends déjà certaines personnes dire qu’il n’y celle-ci ne dépasse pas 1,25% au mieux. Dès
Depuis quelques jours, les premières estima- a plus qu’à se tourner vers les entreprises. Si lors, les revenus des travailleurs croîtront
tions relatives au déficit dans le secteur de la l’on veut compromettre la relance économique, moins vite que ceux des allocataires sociaux.
sécurité sociale sont connues : au minimum 2,5 porter un coup à l’industrie ou aux services – et
milliards d'euros cette année et plus de 5,5 mil- donc à l’emploi –, alors attaquons-nous aux La FEB est prête à prendre ses
liards en 2010. Et les perspectives ne sont pas bœufs qui tirent la charrue. Le moteur 2CV de responsabilités et à prendre part
bien meilleures pour les années suivantes. Il est notre Rolls Royce ne tardera pas à caler. à la recherche de changements
désormais évident que la sécurité sociale Nous devons donc changer de cap. Oser aujour- structurels visant à rendre la
dépense "structurellement" (c’est-à-dire indé- d’hui décider de mesures structurelles qui sécurité sociale payable à terme.
pendamment de la conjoncture défavorable) auront au fil des années un impact grandissant.
quelque 4 milliards de plus qu’elle n’a de Nous devons vivre selon nos moyens. Les chiffres Une autre solution consiste en une lutte contre
recettes. En d’autres termes : nous voudrions de la sécurité sociale montrent parfaitement où la fraude fiscale ET sociale. Nous sommes en
rouler en Rolls Royce, mais avec un moteur de le bât blesse. En voici quelques exemples. faveur d’une politique de tolérance zéro dans ce
2CV. 1. Le chômage augmente, or le nombre de fonc- domaine, mais en traitant en parallèle ‘tous’ les
Par facilité, les syndicats revendiquent bien sûr tions critiques demeure élevé. facteurs qui encouragent cette fraude. Mais là
une augmentation des recettes, via un impôt sur 2. Notre espérance de vie est de plus en plus aussi, restons réalistes : il est utopique de croi-
la fortune, une cotisation sociale générale, plus longue, mais nous souhaitons sortir relative- re que cela permettrait de combler les déficits.
de taxes sur l’industrie pharmaceutique, etc. ment tôt du marché du travail. Notre régime La FEB est prête à prendre ses responsabilités
S’agit-il d’une stratégie durable ? Non. Elle peut de pensions ne restera soutenable à l’avenir et à prendre part à la recherche de change-
éventuellement résoudre une partie du problè- que si nous intégrons d’une manière ou d’une ments structurels visant à rendre la sécurité
me à court terme, mais à long terme cela autre cette espérance de vie accrue dans le sociale payable à terme. Les chiffres indiquent
revient à scier la branche sur laquelle on est calcul des pensions. qu’il faut adapter structurellement le rythme
assis. Pourquoi ? Parce que ces beaux slogans 3. Nous souhaitons continuer à appliquer au prin- des dépenses à l’assise de notre économie.
fiscaux cachent en fait une opération unique de cipal poste de la sécurité sociale, à savoir Vouloir le contraire relève du rêve.
relèvement des impôts pour les actifs âgés de l’assurance maladie (22 milliards EUR/an !), PIETER TIMMERMANS,
25 à 50 ans. J’attends avec impatience les pro- une norme de croissance de 4,5% par an, et ce ADMINISTRATEUR – DIRECTEUR GÉNÉRAL

A EPINGLER LE CHIFFRE DE LA SEMAINE


> LOI SUR LES PRATIQUES DU COMMERCE >
L’accord de Doha : la

150
Une percée dans la bonne direction
> Nouveau sondage auprès
CRISE DU CRÉDIT
meilleure mesure de relance !
Un accord dans le cadre du cycle de Doha pourrait injecter cha-
des entreprises belges
que année quelque 150 milliards de dollars à l’économie mon-
CONJONCTURE > MILLIARDS DE DOLLARDS diale. C’est dès lors l’une des meilleures façons de surmonter
L’OCDE montre la voie à suivre pour sortir de la crise définitivement la pire des récessions depuis la 2e Guerre mondiale. À défaut d’accord, la
confiance sera en permanence entachée par la crainte d’un protectionnisme accru.
HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959 www.feb.be > publications > chiffres et faits
[ INFOR FEB 27 — 16 JUILLET 2009 ]

> CRISE DU CRÉDIT actives en Belgique. Par rapport au sondage semble aujourd’hui être bien davantage qu’une
réalisé en novembre 2008, les répondants esti- simple crise sur les marchés financiers. Il ne
Nouveau sondage auprès ment que l’impact économique de la crise sur fait aucun doute que les banques appliquent
des entreprises belges leur entreprise est nettement plus marqué une politique du crédit plus stricte, mais le cré-
(chiffre d’affaires en régression, diminution de dit commercial entre entreprises est tout
En juin, une nouvelle enquête a été réalisée l’emploi, baisse ou report des investissements). autant affecté. La confiance dans les banques
afin de voir comment l’évolution de la crise du Pour ce qui est des crédits bancaires, ils ne peut être rétablie grâce à des demandes de cré-
crédit a été ressentie par les entreprises et les pensent pas que leur disponibilité est vraiment dit plus détaillées et à des banques entrepre-
banques au cours des 6 derniers mois. La FEB moins bonne, et le secteur financier lui-même nantes. Quant à la confiance entre entreprises,
et CRiON (courtier spécialisé en assurances fait même état d’une hausse des montants elle peut croître grâce à un meilleur respect
crédit) ont interrogé 3.175 petites, moyennes totaux prêtés aux entreprises en termes abso- des délais de paiement convenus, à une pro-
et grandes entreprises. Le CeFiP (le Centre de lus ! En revanche, tant les banques que leurs cédure judiciaire de recouvrement moins chè-
clients affirment que les conditions pour re et plus rapide (quand la Commission
l’octroi d’un crédit sont aujourd’hui nettement 'Justice' de la chambre reprendra-t-elle enfin le
plus strictes, et ce surtout pour les nouveaux projet de loi pendant ?). Enfin, la rationalisa-
dossiers (opinion partagée par 48% de répon- tion des stocks, la gestion des crédits et de
dants, par rapport à 39% en novembre). Quant meilleures possibilités d’assurance crédit sont
aux autres facteurs influençant les liquidités plus que jamais indispensables.
des entreprises, tous les indicateurs sont dans Philip Verstraete – pv@vbo-feb.be
le rouge : les fournisseurs veulent être payés
plus vite encore, les clients paient plus tard ou
même pas du tout, la perte de chiffre d’affaires > CONJONCTURE

liée aux faillites est jugée plus importante L’OCDE montre la voie à
encore, … En juin, les chefs d’entreprise
voyaient nettement moins l’intérêt des assu-
suivre pour sortir de la crise
rances crédit ou des investissements dans la Chaque année, l’OCDE publie un rapport sur
gestion des crédits. La seule lueur d’espoir les handicaps structurels de l’économie belge.
connaissances du financement des PME) a fait réside dans l’évolution très lente, mais néan- Étant donné ses vastes connaissances des évo-
le même exercice auprès de 600 indépendants moins positive au niveau des arriérés de la det- lutions survenant dans d’autres pays, l’OCDE
et très petites entreprises (max. 10 tra- te publique … est idéalement placée pour apprécier à leur
vailleurs), et Febelfin, auprès des banques Plus encore qu’en novembre, la crise juste valeur les réformes structurelles (ou leur

ACTION FEB

> Présidence belge de l’UE : le recyclage. Dans le courant des mois à venir,
les stakeholders présentent les stakeholders devraient à nouveau se
les priorités environne- concerter au sujet de dossiers concrets.
mentales Michael Voordeckers – mv@vbo-feb.be

Le 7 juillet dernier, le Comité de coordination


de la politique internationale de > Visite d’État en Roumanie Lors du Business Forum. De g. à dr. George Constantin
l’environnement (CCPIE) du SPF santé Thomas Leysen, président de la FEB, a conduit Paunescu (The Alliance of Romanian Employer's
Confederations), Cristian Diaconescu (ministre roumain
publique, sécurité de la chaîne alimentaire et une délégation d’une quinzaine de chefs des Affaires étrangères), Karel De Gucht et Thomas
Leysen.
environnement a organisé une douzième d’entreprise de premier plan, invités par le
réunion des stakeholders. Les dossiers envi- Palais royal à accompagner SM le Roi Albert II actives en Roumanie depuis des années. Outre
ronnementaux tant multilatéraux qu’européens lors de la visite d’État qu’il a effectuée en SM le Roi Albert II, la visite fut rehaussée de
inscrits à l’ordre du jour pour le second Roumanie. Dans ce cadre, la FEB a organisé à la présence du Vice-Premier ministre et
semestre de 2009 ont été présentés. Ensuite, Bucarest, en collaboration avec l’Alliance ministre des Affaires étrangères K. De Gucht et
un exposé a eu lieu sur la manière dont notre nationale des employeurs roumains, un Forum de son homologue roumain C. Diaconescu, ain-
pays se prépare à la présidence belge de l’UE, économique destiné à renforcer la présence, si que des secrétaires d’État roumains au
après quoi M. Van Eeckhout, de la représenta- déjà importante, de nos entreprises en Transport et à l’Agriculture. Par ailleurs, Th.
tion permanente auprès de l’UE, a donné un Roumanie et à diversifier les échanges com- Leysen a également mis en avant le savoir-fai-
aperçu des dossiers environnementaux qui merciaux et d’investissements entre nos deux re de nombreuses entreprises belges en matiè-
seront traités lors des présidences espagnole, pays. Les discussions ont principalement por- re d’écotechnologies, ce qui a suscité un réel
belge et hongroise (troïka). Enfin, la FEB a fait té sur les opportunités découlant de intérêt du public venu en nombre. Deux
part de ses priorités pour la présidence belge. l’indispensable modernisation des infrastruc- contrats y ont été signés, par Tractebel
Dans ce cadre, elle a mis l’accent sur tures et du développement du secteur agro-ali- Engineering et DEME Environmental
l’innovation, la compétitivité des entreprises mentaire, deux domaines dans lesquels de Contractors.
belges, l’accès aux matériaux et les déchets & nombreuses entreprises belges sont déjà Olivier Joris – oj@vbo-feb.be
[ INFOR FEB 27 — 16 JUILLET 2009 ]
> LOI SUR LES PRATIQUES DU COMMERCE

Une percée dans la bonne direction


Le Conseil des ministres a approuvé vendredi dernier un avant-projet de La FEB n’avait eu de cesse de critiquer la loi du 14 juillet 1991,
loi relatif aux pratiques du marché et à la protection du consommateur, et l’entêtement du législateur belge à conserver dans notre droit des
qui adapte et remplace la loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques du règles tout à fait obsolètes et inadaptées aux techniques de vente
commerce. Depuis l’arrêt du 23 avril 2009 de la Cour de Justice euro- actuelles et aux comportements du consommateur moderne. Ce nouvel
péenne qui avait jugé la réglementation belge sur les offres conjointes avant-projet de loi a le mérite d’exister et de débloquer enfin la réfor-
non conforme au droit européen, il était en effet devenu urgent de réécri- me de la loi sur les pratiques du commerce, en rade depuis des années.
re la loi sur les pratiques du commerce. Cet avant-projet, transmis pour Des questions subsistent cependant : Cet avant-projet va-t-il assez loin
avis au Conseil d’État, représente une première percée dans la bonne pour se conformer à la directive relative aux pratiques commerciales
direction. En effet, le texte approuvé par le gouvernement assouplit tou- déloyales ? Pourquoi avoir maintenu l’interdiction des offres conjointes
te une série de règles, notamment en matière d’offres conjointes, pour les services financiers ? Les trois ministres compétents (Vincent
d’annonces de réduction de prix et de ventes à distance, ce qui va faci- Van Quickenborne, Sabine Laruelle et Paul Magnette) sont-ils tout à fait
liter la vie des entreprises. d’accord sur l’interprétation à donner aux nouvelles règles ? La FEB
attend avec impatience l’avis du
Conseil d’État. La matière étant har-
Le nouvel avant-projet de monisée, seule une loi totalement en
loi a le mérite d’exister et phase avec l’Europe est admissible. Il
s’agit d’éviter que la Belgique se fasse
de débloquer enfin la
une nouvelle fois taper sur les doigts
réforme de la loi sur les par la Cour de Justice européenne…
pratiques du commerce,
Charles Gheur – cg@vbo-feb.be
en rade depuis des
années.

absence) dans notre pays. Avec un budget lar- l’échelle internationale au niveau de certaines trides six mois après leur demande d’asile ou,
gement dans le rouge cette année et l’an pro- réformes indispensables pour faire face aux en cas de recours, en l’absence de décision par
chain, il n’est pas surprenant que ce rapport défis qu’il faudra relever à moyen terme. le Conseil du contentieux des étrangers peu-
consacre cette année beaucoup d’attention à Lorsque l’économie se portait bien, nous vent accéder au marché du travail belge en
l’assainissement des finances publiques. Selon n'avons malheureusement pas beaucoup tenu tant que titulaires d’un permis de travail C.
l’OCDE, il est évident que la stratégie qui compte des recommandations de l’OCDE. Ce Cette mesure transpose la Directive
consiste à enregistrer des excédents budgé- que nous ne pouvons plus nous permettre à européenne susvisée et permet de lutter contre
taires pour financer les coûts futurs du vieillis- présent si nous voulons sortir renforcés de la le travail en noir pour les demandeurs d’asile
sement de la population a échoué. C’est crise et ne pas répercuter la facture du vieillis- dont l’absence de réponse de l’Autorité ne leur
pourquoi il importe aujourd’hui d’augmenter sement sur les générations futures. est pas imputable. Elle met ainsi sur le même
considérablement le taux d’emploi et de réfor- Geert Vancronenburg – gva@vbo-feb.be pied les bénéficiaires de l’ancienne (c’est-à-
mer nos régimes de soins de santé et de pen- dire avant le 1er juin 2007) et de la nouvelle
sions. Quelques mesures immuables revenant procédure de demande d’asile.
chaque année sont l’activation plus importan- > DEMANDEURS D’ASILE
Sonja Kohnenmergen – sk@vbo-feb.be
te encore des demandeurs d’emploi (à La directive européenne
l’inclusion de ceux de plus de 50 ans), la sup-
pression des pièges à l’emploi dans l’impôt
enfin transposée > PRÉSIDENCE SUÉDOISE
DE L’UE
des personnes physiques et le relèvement de Un projet d’arrêté royal réglant l’accès au mar-
l’âge tant effectif que légal de la pension (entre ché du travail pour les demandeurs d’asile a Beaucoup de défis en
autres en prenant en considération été approuvé au Conseil des ministres. Le pro- des temps institutionnels
l’allongement de l’espérance de vie). L’OCDE jet transpose en droit belge la Directive euro-
recommande par ailleurs de laisser jouer péenne 2003/9 du Conseil du 27 janvier 2003
incertains
davantage encore la concurrence sur divers sur les normes minimales à respecter pour Depuis le 1er juillet, la Suède assure la prési-
marchés et d’opérer un déplacement de l’impôt l’accueil des demandeurs d’asile dans les États dence de l’UE, et ce pour une période de six
sur les revenus vers d’autres impôts affectant membres. Le texte prévoit que les demandeurs mois. Dans son programme, la priorité va à la
moins la croissance potentielle de l’économie. d’asile qui, sur base de la nouvelle procédure, gestion de la crise économique. Avec les États
Le rapport de l’OCDE indique très clai- n’ont pas obtenu de décision de la part du membres, elle entend contrer son impact néga-
rement que la Belgique est à la traîne à Commissaire général aux réfugiés et aux apa- tif sur la croissance et l’emploi et réaliser une
[ INFOR FEB 27 — 16 JUILLET 2009 ]

demande par ailleurs un accord climatique peuvent constituer un tampon contre le chô-
AGENDA international équilibré, qui ne menace pas la mage général (7,9% de chômage en Belgique
Pour la rubrique Agenda, compétitivité européenne. en mai 2009, contre 9,4% dans la zone euro).
voir www.feb.be - Michael Voordeckers – mv@vbo-feb.be Il est néanmoins paradoxal qu’en dépit du
manifestations taux de chômage croissant, on dénombrait
encore 46.000 postes vacants auprès des ser-
> MARCHÉ DU TRAVAIL vices publics de l’emploi à la fin du mois de
mai.
relance économique dans les plus brefs Évolutions récentes et
délais. Pour ce faire, il faut d’abord rétablir
perspectives Pour plus de renseignements : www.feb.be >
Dossiers> Travail et Sécurité sociale>
davantage la confiance dans les marchés
financiers, grâce à une nouvelle réglementa- À la demande de la ministre de l’Emploi, le Monitoring de la crise économique.

tion et à un contrôle plus efficace. La prési- Conseil supérieur de l’emploi a, pour la 2e Klaas Soens – ks@vbo-feb.be

dence travaillera également sur le thème fois, réalisé un bilan de l’impact de la crise
d’une économie éco-efficiente, afin économique sur le marché du travail. En com-
> PANDÉMIE GRIPPALE
d’accroître la compétitivité de l’UE. À cet paraison avec le rapport précédent, qui date
effet, un fonctionnement plus efficace du de mars 2009, la situation s’est encore dété- Les partenaires sociaux
marché du travail s’impose. Un autre dossier riorée. Alors que fin 2008, notre pays enre-
créent une task force
en bonne place sur l’agenda est celui des gistrait encore une croissance nette de
changements climatiques, dans la perspecti- l’emploi de 52.000 unités par rapport à Le 13 juillet 2009, les partenaires sociaux
ve de la conférence climatique internationale l’année précédente, on a connu au 1er tri- réunis au sein du Groupe des 10 ont décidé,
à Copenhague. L’UE entend prendre ses res- mestre de 2009 une baisse nette de 9.000 après concertation avec le commissaire
ponsabilités à cet égard et atteindre un accord emplois par rapport au trimestre précédent. Le Influenza Marc Van Ranst, de créer une task
sur des objectifs climatiques globaux. travail intérimaire est pour sa part retombé à force commune en vue de faire face à une
Cependant, les économies en développement son niveau le plus bas de -30% en mai 2009 éventuelle pandémie grippale. Cette task for-
devront également réduire leurs émissions de et le chômage temporaire a plus que doublé ce préparera, en collaboration avec le com-
CO2, car l’UE n’est responsable que de 14% sur un an. Au niveau des chiffres généraux du missariat Influenza, les actions à destination
des émissions mondiales. Par ailleurs, l’UE chômage, on note également une forte aug- des employeurs et des travailleurs. M. Piet
devra se mettre d’accord en interne au sujet mentation, avec 54.000 demandeurs Vanthemsche (Boerenbond) en assurera la
du financement des efforts climatiques dans d’emploi inscrits de plus en mai 2009 qu’un coordination. Par ailleurs, un dossier
les pays en voie de développement. Outre ces an auparavant. Les quelques lueurs d’espoir d’information sera élaboré à court terme, à
grandes priorités, la présidence s’intéressera résident dans le rétablissement de la confian- l’usage des secteurs et des entreprises.
particulièrement à la collaboration dans le ce des entrepreneurs et des consommateurs et Il importe que chaque entreprise se
domaine de la justice et des affaires inté- le maintien du nombre de postes à pourvoir. soucie de la protection de la santé de ses tra-
rieures, à une stratégie européenne pour la Tout comme par le passé, le Conseil recom- vailleurs. De même, il est nécessaire que
mer Baltique et au rôle de l’Europe dans le mande quelques réformes structurelles fon- chaque entreprise réfléchisse à l’organisation
monde. A cela s’ajoute que la présidence est dées sur trois piliers : l’économie, l’emploi et à mettre en place en cas d’éclatement d’une
confrontée à une nouvelle composition du le budget. Un suivi des demandeurs d’emploi pandémie et prenne des dispositions permet-
Parlement européen, à une nouvelle de plus de 50 ans et un suivi plus rapide tant d’assurer la continuité de sa gestion. Une
Commission européenne qui ne prendra forme assorti d’une formation de l’ensemble des information correcte et pratique est, dans ce
qu’à la fin de l’année et à l’incertitude quant demandeurs d’emploi devraient notamment cadre, indispensable. L’accent doit être mis
à l’avenir du Traité de Lisbonne. Tout cela ne contribuer à éviter le chômage structurel. sur une approche réaliste et proportionnée,
contribue pas à rendre la situation plus aisée Les chiffres de la croissance écono- privilégiant la santé des travailleurs et des
pour la Suède. mique devraient progressivement s’améliorer employeurs ainsi que la continuité des entre-
Une présidence forte de l’UE par la au cours des prochains mois, mais les consé- prises. Dès que cette information sera dispo-
Suède est nécessaire pour remettre quences de la crise sur le marché du travail nible, la FEB la diffusera aux entreprises par
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

l’économie européenne sur les rails. La FEB seront encore perceptibles pendant long- le biais de ses fédérations membres et de son
espère que le processus de ratification du temps. Le chômage temporaire des ouvriers et site web.
Traité de Lisbonne pourra être finalisé. Elle les mesures anticrise récemment décidées Kris De Meester – kdm@vbo-feb.be

FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL


rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15

RÉDACTION : Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be


Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be
ÉDITEUR RESPONSABLE : Olivier Joris – rue du Wolvenberg 17 – 1180 Bruxelles
PUBLICATION MANAGER: Stefan Maes – tél. 02 515 08 43 – sm@vbo-feb.be
ANNEXES PUBLICITAIRES : ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com
CHANGEMENTS D’ADRESSE : FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be La rédaction de l’Infor FEB vous
COPYRIGHT : Reproduction autorisée moyennant mention de la source

L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de
souhaite d’agréables vacances !
l'écosystème forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est
responsable d'un point de vue économique.
Prochaine parution : le 3 septembre
___________