Vous êtes sur la page 1sur 25

Ë g+J_t

LtÉcoleNationalede Université
Coirtmerceet de Gestion Ibn Zohr

- Agadir -

L'IMPACT DE LA MONDIALISATION
SURLA CULTUREMAROCAINE

Tr"voiI ffictuéVar :

EmelAltuner,

Sarra El Khazzar,

AmineBalbal,

BachirBennani,

HichamBelkhair,

Taha El Hajarni.

Én"orf,réJ,* M . Sguenfel
Pages

I nt r o d u c t i o n . . . . . . . . . . .......r r ir .r ....... ' ""3


t

I- Définition clela mondialisation "" "4

II- Cultuïe et situationculturelleau Maroc.. " "7

III- La mondialisationet l'économiemafocaine. ....11

IV- La confrontationdes cultures " ""'l'4

.,.19
V- La réactionde marocainsfaceà la monclialisation

Conclusion....... ...... "" "24

S o urce s ...... "'2 5


L'économiemoderne et la globalisation,
esten pleinemarcheversla mondialisation
sont forcéesde suivrecette évolutionsi elles veulentrester
les entreprises
Parallèlement,
compétitives. de ce systèmepar
la culturene cessede se démarquer
sa volontérécunentede diversitê.Toutefois,il est pertinentde se demander
combiende tempspouna-t-elle résisterà cettepression Quelleest
de l'économie.
culturelle
Commentla diversité
l'avenirde la cultureau seinde la mondialisation?
peut-elles'imposer à la volontéglobalisant
de l'économie? elletend
Si aujourd'hui
demain?Lesparticularismes
qui en sera-t-il
toujoursà lui résister, sont-ils
culturels
condamnés Si non,quellessontleursarmes?
à disparaitre?

Toutesces questions dans


et biend'autresaurontleursréponsesbiendétaillées
notreexposé.Bonnelecturel
'P Qu'estce que la mondialisation
:
et mondialisme
il Mondialisation
et Glolralisation
tr Mondialisation
tr AsPectéconomique

fl AVantle 20èmesiècle
tl Débutsdu 20èmesiècle
tr Deuxièmemoitiédu 20èmesiècle
tr 21èmesiècle

Qû'estce cluela mondialisation?


E le termemondialisation désigneun processus historique par lequeldes
individus,des activitêshumaineset des structurespolitiquesvoientleur
dépendance mutuelleet leurs échangesmatérielsaUtantqu'immatériels
surdesdistances
s,accroître significatives de la planète'
à l'échelle

en I'interdépendance
H Elleconsiste croissante à
et contribue
des économies
deséchanges
l,expansion humaines.
et desinteractions

sationet mondialisme
Mondiali
H Le mondialisme quenouspartageons
êstla croyance fragiledont
uneplanète
la survieexigequenousnousrespections et quenoLlsprenons
mutuellement
soinà tousiesêtreshumains et à I'environnement'
de cesressources
estI'exploitation
E la fnondialisation géantes
pardessociétés
quiéchappent souvent processus
ar-ix démocratiques'
', ; , . ,iiir'di'.'.".".r"' ' I
l1çll;:li$UÈ;Ë.,i,iiiË{,$dd*tqisj4r ,';';;',';,r'i,, '

implique le respect tandisquela mondialisation


de la diversité
st Le mondialisme
de presque toutle
toutet de presque
ou l'uniformisation
exigela normalisation
monde.

et glolralisation
mondialisation
confondent
EScertainschercheurs

entre les deux termes:la


H D'autresvoientune différencede nature
qui la dépasseraitet
est une étape après la mondialisation'
globalisation
des
et I'abolition
c o nsi ste ra i te n u n e d i sso|utiondesidentitésnationales
au seindes réseauxd'échange mondiaux'
frontières

Àsp-eçrcçqnpmlque-
qui concerneI'ensembledes
économiqr'te'
On parle alors de la mondialisation
échangeséconomiques devenusmondiaux'
H desserviceset desbiens,
connaissarlce...
),
Bd e s fa cte u rsd e p ro d u cti o ncor r espondant( capital,tr avai|,
clevenus de nosjoursplusmobiles'

s'ajoutent:
Toutefoisà I'aspectéconomique
et de
parfoistrèslointaines
populations culturestrès
à
accès
tbçæcTçultureL des
variées.

se porterontmieux
qui veutque les êtreshumainset la planète
L-asp-est-ppl.itlqtre-
q u a n d | emarc l rêmondi al s e r a | ib r e d e c o n s id é r a t io n s é t lr iq u e s , m or a l e s,so ci a |e
environnementales.

Historique:

13èmesiècle'
H La routeclela soieexistaitbienavantle
H o n p e u té g a |e me n td o n ner enexemp|e|er Ôlefonc|am enta|desr outes
arabessurl'islamisationde l'Afrique'
comrnerciales
||ye u ta u ssi d e sé ch a n gesentr e|,|ndeet|' |s|amvetslegèntesiÔc|e.
Le 20èmesiècle:
d'éclrangesde produits
Permet le développement
H L'industrialisation
entraÎnedes flux de matières
tandisque la ccllonisation
manufacturés,
depuis
premières versI'Europe'
lescolonies

Et A cetteépoquecependant, troru" sa pretnièreexpression


le mondialisme
desInternationales'
avecla fondation

Les-Déhrts-du20ènnesle-cle-
parUneméfiance deséchanges
à l'égard
croissante mondiaux'
E sontmarqués
le repli de nombreuxpays sur eux-mêmes au détrimentdu
entraÎnant
processusde mondiali sation'
barrières
alorsd'importantes dansle
douanières
El La plupartdespaysimposent
leuréconomie
butde Protéger

La mondialisations'inscritalors
E Relancedu processusde mondialisatiort.
oNu' Banque
internationales,
plutÔt dans la création d'organisations
des produitsde la
mondiale,FMI ou GATT,ainsique dansla géneralidation
le cinérna'
en particulier
culturedesÉtats-Unis,

j
La msl-dja-lisation-all2lltm-e-sjàcle
F La grandenouveautéde la rnondialisation du début dt-t21èmesiècleest la
(Tlc) :
et de la communication
de l'lnformation
miseen placecletechnologies
Internet,
multimédia, GSM'
Visioconférence,

que les
touclreautantles individus
E Avecl,accèsâ ces outils,la mondialisation
Étatsou lesentreprises,
S3!i gùii:gfme|tg-f irilcerir,* *æu

cv^ftun{Ieoo ffi,o*":
HH -ç*{tuîe et,^rituûtien

'r Différentes Marocaines


communautés t

Différentescomm unautés marocaines

Le Marocdisposed'un patrimoineculturelet civilisationnel chaque


richeet diversifié,

règion possède ces particularitéscontribuantainsi à la culture et a I'héritage


civilisationnel.

Afin de vousdonnerun aspectsur la culturemarocaine, de


on va prendrel'initiative
un
vous présenterles coiïmunautésexistantesau Maroc,les religionspratiquéeet
vont affronter
aperçuétalésur la situationculturelleet socialeau Marocpuisqu'elles
la mondialisation.

par dêfinirles différentes


on commencera .
communautés

du nord
Les premiersmarocainsqui ont peupléle pays sont des populationsvenus
. tarifit(rif), tachlhit
et de i,estappeléberbère,on peu distinguétrois sous-groupes
(moyenatlas)'
(haut,antiatlaset souss),tamazight

Religionspratiquées

Lesarabesn'arrivèrent I'islam,la langue


qu'ala fin du septièmesiècleils apportèrent
arabes
et la civilisationarabe, qui était l'une des plus avancêe.Aujourd'huiles
représentent selonles estimations entre2O etTO%de la population'
ll ya trienautrecommunautês commeles juif, les sub sahariensmais d'un faible
pourcentage. En se qui concernela religion,I'islamest la religionqui règne au
Maroc.L'islammarocainest sunnitede ritesmalikitefondepar I'imamMalik,ainsiau
MarocI'islamest une religionde l'état,et le roi Mohamed6 est le commandeurdes

croyants.Apres I'islamvient le judaÏsme,les juifs marocainssont des citoyens


apparlsentiers,Cela veut dire que l'état marocainleur a mênreétablitun espace
juridiqueconformeau perceptdu judaTsme, leurnombrene clépasse pas les 5000.ll
et au Marocil ya environs24000catholique'
ya aussile catholisme

et modernité,
Coincéentretradition une religionmal
fauxsemblantet varimensonge,
assumé,le marocaincherchesonidentité'

On a longtempsprésentéle Maroc comme une oasis de stabilité,un mélange


harmonieuxde traditionet de modemité,un payscapabled'absorberles influences
externespour les fondredans un grand tout équilibréet original.Les plaquettes
on faitde cettethéorieleursplusbeauxslogans.Maisest ce vrai?
touristiques

et rendentpluscompliquél'écartculturel:
s'affichentaujourd'hui,
Les contraclictions
attachementaux traditions,et les nouveauxconcepts.delibérationde parole'Cala
engendreun seul résultat:le Maroc est un pays schizophrène .Hachemtyal,
oui c'estvraique nousavionscheznousplusqu'ailleurs
casablancais:
psycSiatre le

d'unitéuneimpression
d'absence
sentiment d'esprit'
de dislocation

est une destruction


La schizophrénie de la personnalité.Une maladiemarquépar la
de la réalité,de I'absencede l'identité:notresociétéa exactementle
déconnection
laquelleon
mèmeproblème.et le plusclaireexemplec'est la fameusequestiona
un arabe
répondjamaiset on se contentede la réponseofficielle:le marocainest
définition'
musulman,point final. Pourtant,la réalitéest loin de coller à cette
berbères, juives,andalouses'
africaines,
commentoublierles composantes

ne comprendpas la langue
Le résultatc'estun paysou la majoritéde la population
dansle joumaltélévisé.un paysoù l'hymneofficiél
utiliséquotidiennement
officielle
est chantésansêtrecomPris.
j]';;;niir;t*lllllt*tkhin*L*Lr *,u'- ! luw i II
" "r''i1r'

Dansnotrevie quotidienne'
pas à I'identité'
Allonsplusloin,le problèmene S'arrête
en décalageavec la
nous n,avonsaucunmal à trouverdes proposcomplètement
gangsters pieux, des prostituées
vérité. ll est ainsi passible de croiser des
moralisatrices,des communistes des chauffeursdo taxi qui luttentcontre
royalistes,
pollqeurspropresur eux et la
la ceinturede sécurité,des marxistesmusulmans,des
listeest longue.

de la pensécettecohérencequi
Au finalnoussommebiendanscettedisqualification
est le proprede la schizoPhrénie'

prioritaire:le tourisme,le textile,


D,autrepar, nous avonsune économieou tout est
le social,les grandschantiers'I'off-shoring
l'artisanat,
l'agricUlture, "' et encorune

fois,la listeest longue'

de choisirclairset assuméengendreI'irrstabilité'
cette absencede cohérence,

Aperçuétalésur la situationculturelleet sociale

et religion:
Tradition

à laquelletout le mondes'accroche:
Dansse grandflou, il restetoutefoisune valeur
la tradition,elle-mêmeindissociable de la religion.Le discourstraditionnelest
par la réalitédes
omniprésent, même s'il est, encor une fois, battu en brèche
quotidiens.Dansnotreinconscient collectifle passéest glorifié'et le
comportements
est Perçucommeune chosea priorinégative'
changement

de la négativité
il y'a forcérnent
Quandon dit a quelqu'unqu'ila changé<tbedélti>
ou à déclareraimer une
dans cette expression.Alors, on se s'autoriseà aimer
chose,que si elle sembleen accordavecla tradition'

il ya un véritablemanque
Dans le domaineculturelcette attitudeest caricaturale:
produitde
une profondeincapacitéà assumersa différence'En sous
d,autonotrrie,
de mentiron finitpar croire
cetteattitude,il ya bierrévidementle mensongeet â force
jusqu'au
â sonmensonge, pointde se perdresoimêmeâ forcede donnerauxautres
ce qu'ilsattendent
de nous.

Laviesexuelle
se multiplient.
dêlirantes
Ducoup,lessituations desmarocains en est
un exemplevivant.De bravespèresde famillesqufne loupent jamaisla prièredu
et qui rodentautourdes lycéesde jeunesfilles.L'important
vendredi n'estpas ce
qu'onfait maisce qu'onmontre;ainsila culturedu paraîtres'estégalement
infiltré
dansnotrepratique et puisI'islamest réduità un codevestirnentaire
religieuSe et
et vidéde sesprincipes
alimentaire profonds.

estlà. Lesinterdits
toujours,
L'incohérence, ontétéréaménagés
religieux selonnotre
La périodede ramadan
goûtet nosintérêts. friandede ce genre
estparticulièrement
Les buveurss'arrêtent
collective.
de schizophrénie de boirependantle moissacré
de boireun rnoisavant,pourchâabane,
certainss'arrêtent d'autresoptentpourla
durêesymbolique de 40 jours.La loi marocaine du coup est non seulement
inappliquée Elle prévoitI'interdiction
mais aussiinapplicable. de consommer de
pourlesmusuimans
I'alcool fatales.
alorsquelpermetde le vendre.Contradiction

Malgrétout c'estdéfautdans notresociétéet notreèulture,notresystèmetient


debout,il est peUtêtre err êqirilibreinstablentailsil tientdr: bout,car l'étatde
schizophréniequ'onvie est gUérissable si on prendconscience de notredélire:la
doitêtreréelle.
f:risede conscience

l0
AW.,*cçine:
et f'ftcomowis
If I -T,*monffiçfisution

1. Lacroissanceéconomtque'
2. Lesecteurd'agriculture.
3. Le secteurd'industrie.
4. Lesecteurtouristique'

et ailleurs'Les
est de plus en plus dans le débat au Maroc
La rnondialisation
et sociauxintègrentdésormais'la
analysesdes différentsacteurséconomiques,
mondialisationcommeunedonnéeincontournable'
le Maroi a lancë
de l'économie,
En effetdans le contexteactuelde la mondialisation
a v e c s u c c è sp |u si e u rsch a n ti e rsder éfor mevisant|.accé|ér ationdelacr oiss anc e
économique ainsique la créationd'emplois'
pour releverde nouveauxdéfispour
cependant,le pays doit déployerplus d'efforts
renforcerle taux de croissanceéconomique'
mondialea soulignéla nécessitéde
Dansson rapportdu 30 mai 2006,la banque
performante'avecun taux de
mettrerapidement sur piedune logistiquecommerciale
progression moyende 8,7o/o Paran'
depuisplus de vingt
Les exploitations du Marocaffichentune progressioncontinue
ans, ces chiffresencourageants s'expliquentnotammentpar les accordsde libre-
en 2OO4'
en 1996et les Etats-Unis
échangesignésavecl'unionEuropêenne

1 ) C r o i s s a n ceé co n o mi q u e :
L,accéiération de la croissance devragénérer,sur la période2004-2013'91 milliards
d e D H d e P l B a d d i ti o n n e |,ce q u edevr aitinduir e440' 000emp|ois.
L ' u r g e n c ee stré e l l e ,l 'i n té g ra ti onduMar ocsur l' échiquier inter nationalacc él èr el es
mondialeattestede cette
processus,aussi les différentsrapportsde la banque
mêmeurgence.

ll
: i,dtrLùriitu iJ.i i . t

le Maroca pris le pas de coursepour la réaliser


A traversla voie souveraine,
rapidement maissûrement'
par la mise en route de
La croissanceéconomiquepassera nécessairement
en pa$santpa|
plusieursréformes.De la justice,â la nouvellepolitiqueênergétique
la modernisation les pointsnégatifsqr-riont été recensésdansle
de I'administration,
La modernisation de
dernierrapportde la BanqueMondialeon été prisen compte'
devrala positionner
I'administration en tantque facilitateur'

2 ) S e c t e u r d 'i n d u stri e :
L,industrialisation est un phénonrène récentau Maroc (depuisles années1970)
de l'étatqui a permisle développement d'usines'
grâcea l,intervention
et les
sont: l'agro-alimentaire
Aujourd'hui, les principauxsecteursde procluction
matériauxde construction'
I'impacta été
a été misesousre signede ra varorisation,
agro-arimentaire
L,incrustrie
de prèsde 6000emploisà
estiméà prèsde 3 milliardde DH de PIBavecla création
l'horizon2013.
Pendantla mêmepériode,la transformation des produitsde la mer a connuune forte
devrase chiffrerà 3 milliard
croissancedepuisdéjà plusieursannées,sa valorisation
de DH de PIBadditionnels induisant35.000emploisdirects'
un fort potentielpour le Maroc'
Enfln,le contenuculturelde I'artisanatreprésente
ses opportunités par l'élargissementde la gommedes
c'estpourquoion a diversifier
en passantpar I'habillement
produitsartisanauxallantde la décorationà la bijouterie
de même l,amérioration
et les accessoires des circuitsde distributionsur le marché
du secteurdu tourisme'un enjeu réel
localpermettraà cetteactivitéde suivrecelle
de DH de PIB additionnels et
pour un tel secteurqui devraitassurer4 milliards
emPlois.
23.000nouveaux

3) Secteur d'ag riculture:


L , a g r i cu |tu re a co n n u d ,i mpor tantesmutationsauniveaum écanisation'tl ti | i s ati on
d , e n g ra i sch i mi q u e se ti rri tationm oder nedepuislesannées197O- Cequi apr ov oqué
u n e a ug me n ta ti o n d e sp ro ductionsagr icoles,sansoublier que|eMar oc es t
maintenant l'undespremiers desagrumes'
exportateurs

l,)
IL
ellereprésente
Marocaine'
est un secteurmajeurde l'économie
En plus,l'agriculture
s e l o nl e sa n n ée s1 2 à 2 j o /od u P IB '
pour faire face aux
Le Maroc ambitionneune mise à niveaUde son économie
par le biais d'une
exigencesde la croissanceet aux dêfis de la rnondialisation
efficaceet compétitive.
agriculture
margesde progrèset de
Ce secteura en effet devant lui de très importantes
en raison notammentde la sous-exploitation des lessources
développemerlt,
concrétiser par une
disponibles, sol-l développementpeut éventuellement
maximalede la
baséenotammentsur une valorisation
de la proc,luctivité
amélioration
productionselon les types
ressourceen eau et grâce à une améliorationde la
et lesvocations
les risquesclimatiques des régions'
dontinantes
d,exploitation,

4) Secteur du tourisme:
géographique
la proximité
culturel, avecl'Europe
Le climat,le paysage,le patrimoine
autantd'atoutsau niveau
de mêmel'usagede la languefrançaisedonneau Maroc
touristique,ce qui nécessiteune préservationdu patrimoineet
du développement
Lrnebonnegestion.
cette activitécontribueà la hauteurde7,go/oà la formationdu plB. La valeurajoutée

généréepar le tourismeinternational est estiméà 12 nrilliardde DH' L'étattire prés


de 600.000emPlois.
ces dernièresannéesde nombreuses actionson été menéespour tenterd'assainir
hÔtels'
touristique:compagnesde classementet de contrÔledes
l,environnement
compagne
touristiques)), du public'
de sensibilisation
miseen placede <brigades

1a
l .l
H\/- f"" coryfontation[es ru{t',ns' :

1- Postulats.
2- Hypothèses.
3- Deuxculturespolitiques.
descultures.
4- Laclassification

1) Postulats:

L'universalité encrédansbeaucoup
de la cultureest un paradigme Pour
d'esprits.
de concevoir,
certains,il est diffiCile que l"'Autre"puisseêtre
et mêmec,l'imaginer,
et penserautrement.
différent Cetteméconnaissancede sonvoisina fomentéau fil
lorsquedeuxculturesdoiventinteragir.
récurrente
du tempsune incompréhension
Noussommesen présence quiaccentue
d'unchocculturelpermaneht lesdifficultés
Dansle mèmetemps,lesentreprises
à vivreensembles.
desindividus ne sontpas
épargnées sociétal.
parce dysfonctionnement ellesse situenten
Bienau èontraire,
et leurgouvernance
pleinmilieude cettezonede turbulences, prendla formed'un
septum,c'estdired'Une entredeuxcavités
Cloison culturelles.

Dorénavant, desnouvelles
doitdévelopper
l,entreprise compétencessi ellesdésirent
ces problèmeshumains.La rencontrede deux culturesau sein d'un
anrrihiler
organisme économiqUe ne doitpasètrepriseà la légère.Chaquegeste,paroleou
est un axiomequ'onhe pelrtremettre
attitude et quel'ondoitreliredans
en question
soncontexte un savantdosageentrelescultures
ll s'agitd'établir
culturei. présentes
Deuxcultures
dansI'entreprise. ou rnodesde gestionpeuventfairebonménageau
estpréservé.
un certainéquilibre
seind'uneentiiési toutefois

r4
2) l-lypothèses:

qu'ilne faut pas négliger'


un maillonde I'entreprise ll faut
La culturereprésente
à traversI'ensembledesfacettesqui la composentet nejamais
toujoursla regarder
de sa structure'
faired,impasse ni la survolersi on veutavoirune visionefficace
de décoderparfaitement unecurture.car ir s'agitavant
Toutefois,ir est trèsdifficire
toutd'unequestion et de contexte'
d'interprétation

Lorsd'unerencontre culturelle,deuxblocsse fontface: ceuxqui la viventet ceux


de la culturedoitdoncêtreen adéquation avecles
qui l'observent.L'interprétation
n'estadmise'Unenorme'unevaleurétrangère ne
deuxpartis.AUcune divergence
que si elle est interprétée par le
peut être acceptéeet appliquéepar un pays
personnel clel'entreprise,dansles catégories de la culturelocale'commequelque
locaux,qu'elle
chosede respectabre. il faut qu'eilesoit crédibreseronres canons
symboliseune nouvelleincarnation du canonlocal' De la mêmefaçon' avant
qu'en
d,interpréterunesituation étrangère à notreculture,il fautd'abordvoirle sens
donneles intéressés. L',observateur ou le managerdoit,pourcela'faireune êtude
dansle microcosme localpoury
externede la culture,puisinterneen se fondant
penséepour
adapterculturellement son projet.l1doitêvacuerson propremodede
qu'ilaurapréalablernent décodê parle biais
de celuide soninterlocuteur
s,irrrprêgner
de sonvis-à-vis. En aucuncasil ne fautdéchiffrer lescanonslocauxen fonctionde
ces interprétations personnelles. car les logiquessocialessont autrementplus
les grandsprincipesclu management' ll arrive
complexes que ne le supposent
s'opposent rorsd'uneconfrontation et provoque
souvent quedeuxentitéscurtureiles
des protagonistes sur I'orientationà prendrequantà leur
une certainehésitation
ou
comportement. Lesindividus ne saventpass'ilsdoiventtendreversla modernité
dansreursvareurs traditionneiles.Doivent-irsadopterrescaractéristiques
se confiner
ou biense claustrer dansleurchampde pensées en pensant
dominante
de la cUlture
qu,iltriomphera? (ex.étudeen suède,en slovénie et en suisse)'D'oÙI'importance
du symbolique, et desstèrêotypes associês à urreculture'Mènresi les
de l'identité,
valeurstraditionnelles tendentà prendrele pas sur la modernité'la confusion
dansl'espritdesindividus et entretientlesproblèmes d'interprétation'
demeure
de la
par la négationdu postulatd'universalité
ces problèmes vontêtrerenforcés
à touteslesformesde sociétés'
qui s'adapte Le
culture.La cultureest un caméléon
l5
contexte,tant historiquequ'anthropologique, tient une place irnportante dans
d'uneculture.ll estdifficile
l'évaluation si on veutcollerà la réalité,
de la caractériser
carelledépendde plusieurs paramètres. Si uneentrepriseveutimposer sa culture
quelcoindu globeen la faisanttriompher
en n'importe desculturesnationales, elle
doittenircornptedu contexte locales.
et des spécificités laissedes
Car I'Histoire
tracesindélébilesdansles traitsculturels C'estellequi fomenteet
d'unesociété.
locaux.Ces derniersétantsoumisparallèlement
entretientles particularismes à
subjective
I'interprétation de I'Homme, pastout.ll ne fautpas
carla culturen'explique
toutluimettreparticulièrementsurle dos,et rendreà I'Homme sonvéritable axiome.

ture---une-enlreprlae."
Ped'lribarne

La sociétéSgs-Thomson a implantéune de ses usinesau Marocà Casablanca.


Surprisedes excellentesperformancesde I'usine,l'entreprisemet en place une
étude afin d'éluciderles conditionsde ce succès au regard son rendement
exceptionnel marocaines'
par rapportà ces consceurs

L'élémentprincipal de la démarcheTQM
qui ressortde cetteétudeest I'instauration
(TotaleualityManagement) affectéeà toutesles composantes de I'usine.Jugéepar
les expertscommeantinomique avecla mentalitémarocaine,le TQM s'avèreêtre au
Le TQM est avanttout une nouvellephilosophie
contraireun succèsflorissant. de

travail.Elle repose sur la mise en place de valeurscommunesà I'entreprise


regroupéesous le terme"cultured'entreprise". dans le
Les individuss'investissent
On est passé d'un systèlnede
travailcar ils se sententconcernéspar I'entreprise.
commissariat à un monded'apprentissage,
policière"
et de "suryeillance d'écoleoù

se mêlent commUnication,pédagogie, partage, respect, confiance, égalité,


Dorénavant,
responsabilité... de la vie des employésde
le TQM faitpartieintégrante
I'usinejUsqu'âen devenirUneréférenceen termesde valeur,de norme.

le TQM ne fonctionne
Toutefois, du
pas que par son aspectformel.Les conditions
succês résidentdans le rapprochemententre les valeutsissuesdu TQM et les
aU sacréqui inciteles Marocainsà
préceptesde l'lslam.C'estcetteidentification

t6
quelquechosecleculturel'quelque
vivrele TQM commequelquechosede norrnal,
chosede religieux.

3) Deux cultUres Politiques:

de se poserra questionde la définitiond'uneculture.La visionn'est


, est intéressant
est vue commeI'universalité)'
pas la mêmesi l'on se situeen France(où la cUlture
à I'individualisme sociétal)'ou si on est dans
ou en Allemagne(la culturecorrespond
ll fautdoncavanttoutdéterminer le
le campdes sociologues ou desanthropologues'
de culturepolitique'nationale'
contextegénéraldans lequelon se situe'Parle-t-on
?
cultured'entreprise"'
judiciaire,
rêgionale,

T o u t e s c e s d o n n é e se n tre ti e n n entlacom plexitêd' unecultur e,r enfor céepa r l a


LorsqueI'on évoqueI'unitéd'une
questionde l'unitéet du champd'interprétation'
sur le cheminde la sémantique
culture,il faut faire attentionde ne pas s'êgarer
du sensparticulier â dorrnerà cettenotion'une culture
formelle,maisse préoccuper
la valeuraux mêmesréalités'rnais
ne rassemblepas dans le fait d'accorderde
cer']xqui s'opposent d'ansce à cluoiils donnent
définitle terrainsur lequels'affrontent
pas le conformisme des idées'mais
de la valeur.En d,autrestermes,la culturen'est
valeurscommunes'Une mème chose
un échangeclesentimentsdifférentssur des
peut être regardéedifféremment dans un pays' La cultureest donc est diversité'
repose sur I'axiomede base de la
variété.ce rejet français du "culturalisme"
sur le déterminisme irréversible d'une
primautéde l'actionet de I'intentionnalité
culture.

4) La classificationdes cultures:

: peut-ondéfinirun champde
que l'ondoitse poserest la suivante
La question
?
universelle
et ainsienfaireunecartographie
descultures
classification

selonltnecertaine (géographle'
typologie
si la théoriepermetde classerlescultures
formellement'
nousI'interdit
la réalité
langue...), une vision
système
politique, social,

t7
du terme)en axiomatise
(au sensLevi-straussien
structuraliste En
la complexité.
dépend
effet,chaquevaleurou normeculturelle et
du milieudanslequelelleévolue,
quilesentoure.
de l'idiosyncrasie

Si cettevisionmicroscopique de la cultureest imposs,ible, la vision


en revanche,
macroscopique permet d'établir certainescatégoriesoù zones culturelles
homogènes. Ainsi,on parlede cultureeuropéenne anglo-saxonne
ou asiatique, ou
au niveauidiomatique
latine...Des classifications au niveau
et idiolectique,
historiqueou génétique,
au niveaUpoiitique peuvent
ou institutionnel des
constituer
pointsd'encrage partielle
solideà uneclassification descultures.

la
t( )
\/- f." r1action [ee ffi"'-cri",o f'ce à fo

nonûalhttioni

1- Sondages
2- Lesmondialistes
3- Lesantimondialistes
4- Lesaltermondialistes

de
ceuxpourqui il estprimordial
ll ya d'abordceuxquisontpourla mondialisation,
tel qu'ila ete décidèparles paysriches'd'autressont
mettrele planen application
et espèrentson annulation complètequ'on
complètement contrela mondialisation
nomeles antimondialistes;et finalement ceuxqui sont pourune mondialisation
qu'on nome les
différentequi respecteun ensemblede valeurshumanistes'
altermondialistes.

1 - So n d a g e s:

courantdans le jargon économique'à


A l,heureou ce mot est devenutout à fait
qui échappeà cetteforceglobalisante'
l,heureoù il n'y a plusun seulpaysau monde
pournotreproprepays'
on peutse demanderce qu'ilen est

à proposde I'existenceou non du


Les sondageseffectuéssur le forum <casafree>
sur la sociétémarocaine,ont montréjusqu'àlorsqu'une
dangerde la mondialisation
de 60% sont d'accord sur son existence,et que 34% pensentque la
rnajorité
est sansdanger'
monclialisation

l9
s-allee-c-a!0

D Oui
E NoN
tr Sansavis

Z - L e smo n d i a l i ste s:

pourles paysdéveloppés, suscite


la mondialisation diverses
desréactions souvent

déroulant dU phénomèrre.
de l'ignorance qui est mèrede toutesles
L'ignorance,
peurset de touslesexcès.

>, la
quiécrivitpour( MarocHebdoInternational
pourGabrielBanon,unjournaliste
à PortoAlegretenaisplusde la raveparty
réuniondes altermondialistes
première
de Davos.Et queleursrassemblements tiennent
successifs plus
quedu séminaire
espagnole
deI'auberge qued'unemobilisation cohérente'
politique

z0
d

;r

Mondial
Notonsque l'on signifiepar le sommetde Davos,le ForumEconomique
(FEM)qui a lieuhabituellement a Davos(unecommuneSuisse),ce dernierest une
pour améliorerla situation
rencontred'hommespolitiqueset de chefsd'entreprises
entre les plus
de collatroration
économiqueen fournissantun environnernent
puissantde se monde.

(homme politique
Les altermondiatistessont d'après le français Alain Madelin
du maaisme à Ia
français, née à Pais en 1946) le recyctagedes orphelins
rccherchede nouvellescauses'

qui
des antimondialistes,
la stérilitédes propositions
Les mondialistesrevendiquent
de proposerune alternative.
sontd,aprèseux incapables

Que c'est une


lls concluentqu'ir n'y a pas rieu de craindrela mondialisation.
de développement
opportunité pour les pays pauvres,et qu'ellesera se qu'onen
fera.

un des paysen voiede développement le


Le Marocestd'aprèscertainsmondialistes
car c'est un
de la mondialisation'
mieuxplacêpour recevoirles effetsbênéfiques
pourétablirurrétatde
qu'ira une vorontéporitiqùe
étaten coursde démocratisation,
autantd'atoutsqui
d'un code d'investissement,
droit,en plusd'unelibreentreprise,
internationauxqui
lui permettentde prétendreâ une placedans tout les organismes
du phénomène'
pourI'encadrement
vontse multiplier

Pourse préparerà cetteguerreéconomiqueplanétaire,le Marocdoit poursuivreune


sans oublierla mise en placed'un control
mise a niveaude son outil industriel,
des produits'
qualitédignede ce nomet la miseauxnormesinternationales

Alorsle Marocaurapoursa partgagnéla bataillede la mondialisation'

4t
.Ll

3- Les antirnondialistes:

est le terme génériqueutilisépour décrirele mouvement


Antimondialisation
et au"néolibéralisme"]
à la mondialisation
d'opposition

200.000inanifestantsanti-G8,se sont rendusen ltalieen juillet2OO1.Pour


ce qu'ilsnomment
combattre <lesommet et de la misère>.
de I'injustice

Le frontdu refusexigeentreautreI'effacement le Marocest


de la detteextérieure,
en pleindedans, surle refusde I'absolutisme du capital (pource quiestde
financier;
la pauvretéqui résultede cet étatde fait,les miséreuxdansle mondesontpassés
de 200millionsau débutde année70 à plusde 2 milliards
au coursdesannées90.)
Au Maroc,la pauvreté
commele chômage ontconnuun picdepuislesfameuxplans
structureis
d'ajustement parle FMIet la Banque
imposés mondiale.

détruitles petiteset moyennes


certainque le rnarchémondialisé
ll est aujourd'hui
entreprises.Privées les PMEquine peuventsupporter
de protection, la concurrence
desgéantstransnationaux se retrouvent sUrle carreau,
régulièrement se quifaitque
de travailleurs
desrnillions au chÔrnage.
se retrouvent

d'après
constituent
Donclesantimondialistes et le contrÔle
eux,faceà la domination
qu'exercent le seulmouvement
les marchés, un frontuni pour
capablede constituer
arrière.
obligerlespaysrichesà fairemachine

4-Les a ltermondialistes:

désigneun mouvementde la sociétécivile qui contestele


L'altermondialisation
Urlmodede développement
et revendique
modèlelibéralde ia mondialisation plus
soucieux commeles droitsde l'homme,la culture,
de I'hommeet de l'enVironnement,
le développementdurable,la démocratie, et la paix.
la militarisation

22
quisetienttoutlesans
estunforumaltermondialiste
SocialMondial)
Le FSM(Forum
saufcetteannéeà
à PortoAlegredansl'étatde Rio Grandedo sul, au Brésil'
Bamakoet en Inde en 2004 (le Forumpolycentré de 2006 qui s'estdérouléà
au Mali,du 19 au23Janvier')
Bamako,

butdefairerencontrer
ll a filoUr
Aveccommeslogan:<Unautremondeestpossible>'
du mondeentierpour élaborerune transformation
citoyennes
des organisations
socialedu monde.

interned'ATTAC
D'aprèsle bulletin de Rabatcontrela mondialisation
Maroc(groupe
ayantpourtitre<UnautreMarocestpossible>'
libérale),

avril2002,I'idée
fl s'avèreque lorsqu'en germede mettresur piedun Forumsocial
au
êtreirréalisable
Marocain, dansrarignéede ceruide portoAregre,r'idéesembrait
( soyonsréalistes' exigeons >
I'impossible
Maroc.Maisen fonction du bonprincipe
du 20 au 22 décembre au
ilsse sontmisau travailet le Foruma belet bieneu lieu'
de la jeunessede Bouznika. ll y a eu tellementde demandes
centreinternational
ontétêdépassées et que,hêlas,touteslesdemandes de
quelescapacités d'accueii
Plusde 500participants'
n'ontpaspu êtresatisfaites. venantde tousles
participation
resmouvements sociauxresprirsdiversifiés ontjetéles
coinsdu Maroc,représentant
basesd'unmouvement au Maroc'
altermondialiste

ATTAC(L'Association
l'organisation pourla taxation
c,estainsiquele Marocintégra
et pourI'aideaux citoyens)qui est une organisation
financières
des transactions
dansenviron38 pays.
maintenant
néeen Franceen lggg et existant
altermondialiste

une taxe sur les mouvements


était d'introduire
L'objectifinitialde I'association
de capitauxafin de décourager et dont le produit
la spéculation,
internationaux
financeraitdesprojetsde développement écologiqueet social'

dans38 pays: Andorre,Argentine' Autriche'


Australie'
En2003,Attacétaitprêsente
cameroun,
Brèsil,Angleterre,
Bolivie, costa Rica'cÔte
chili,colombie,
Belgique,
Espagne,
Allemagne, Finlande,France, lrlande'
Grèce'Flongrie'
d'lvoire,Danemark,
Maroc,Mexique, Pays-Bas, Norvège,Paraguay'
Italie,Japon,Jersey,Luxembourg,
Portugal, suède,Tunisie,
suisse,sénégal,
QUébec, uruguay'
Pérou,Pologne,

.LJ
et des rangues'des
du marché
Margréra mondiarisation 'internationarisation ne sontpas
Çulturels
de gestion' " les particularismes
et des modèles
institutions '
au contraire, resindividusvontse réfugierpetità petit
vouésà ra disparition.Bien
et leurparticularité'
dansce quifaitleuridentité
d'autant
et s'yrattacher plus
de connaitredesracrnes curture*es
L,homme a besorn
parunepuissance étrangère'
se sentmenacé
lorsqu'il

7'I
Ë,uur"es:

- (N'581p14',N"475p24)
MarocHebdoInternational
I

- Le Mondediplomatique

- Le Matin

- le Maroc
Aujourd'hui

- Communiqué 2005
d'ATTACdu 10 novembre

- Africatime.com

- JeunesduMaroc.com

- 2005)
Gazettedu Maroc(éditiondu 14 Novembre

- Casafree.com

- Wil(ipedia.org

- project-syndicate.org

- jeunesdumaroc.com/article552.html

- La gazettedu lJlarocdu 14 novembre2005

- (éditiondu 31janvier2001)
L'Humanité

- 2006)
TelQuel(N'243édition12 novembre

(Philippe
gérerpardelàlesfrontières
et civilisation,
- Culture d'lribarne)

59 (La mondialisation>,
Hors-série
Economiques,
- Alternatives 1o'trimestre
2004.

en novembre2006
Présenté

25

Centres d'intérêt liés