Vous êtes sur la page 1sur 31

IJniversitéIbn Zohr

Ecole nationalede commerce et de Gestion


-Asadir-

jectirs
partie-rrr-L"lï;".1Ït:Tï"âtl#tÏïi'#iisub
Niveou : Première Année (Premier Semestre.)
Documentn"4

Année Universitaire: 2006/2007 Professeur:MTM.AMRI


.l

P"rdtfo*-W
i&l*#aal*:i;,Èoi[v'ri';;;i.-r=*ÂJ;Ssl+'rrug**.":a|.IlàigÉ[*

La protectionjudiciaire clesdroits subjectifs


,' i;lF*' eïÊ-ffi:jjid3r&#il5i@s;Û'@#!rÊ
lU--'

sujets d'une façon


bun, la plupart des cas, le droit est respectépar ses
rnaislorsquedesconflitssurgissent,
spontanée, desprocèsjudiciairesopposent
lespersonnes.

intervenirpour départagerles personneset


La justice doit, tout naturellement,
protégerle.ursdroits

très généraleet
Il nous sernbleimportantde montrer,ne serait-ceque de façon
schérnatique,commentfonctionnele systèmejudiciaire.

_ .L -
SectionI De quelquesprinciPesattachésa
I'administrationde la justice

t - '---- I
' | |
.nce des Prlnclpesclasslques
r ' -: -----
I
i I

- Collégialitéet unicitédu.iuge
- Egalité devantla iustice
- Gratuitéde la iustice
- Impartialitë desiuges
- indépendance de la iustice

q
-.L -
I I Colléeialitéou unicitédu iuee

ceftes, I'efficacitéd'une règle juridique dépencldes moyensmis en place


pour assurerson respect, c'estpour cetteraisonqu'il existeun enserlblede
lois et de principesqui vont permettred'assurerla protectio6des droits
subjectifs.

C e r t e s ,a u ssi ,to u te u n e o rg a n i sationest pr évuepour accomplircette m ission ,


e l l e c o n c e rn ed 'u n e p a rt, l a ma r chedu ser vicepublic cle la.jLr stice
et d' autr e
p a r t , I ' e n s e ttrb l cl
e e sp ro cé d u re sà appliquerde fàçonscr upuleuse,afin clelàir - e
t ' e s p e c t e rce s d ro i ts, e l 1 co l n mençantpar la saisine des tr ibunaux et en
finissantpar l'exécutiondesjugernents.

dire que I'administration.dela justicereposeà la fois sur desrèglesde


-C'est
l'ormeet sur desrèglesde fond, ayantpour objetde déterminerles caset les
conditionsdans lesquelsles institutionsjudiciairesauront à se saisir cles
dossierslitigieux,poul lesinstruireet rendreleurs.f
ugenients.

Les préoccupatiorrsde bonnejustice ont, depuisl'indépendance du Maroc,


dominél'évolutionde notredroit judiciaireprivé qui, soussa formeactuelle,
est dorliné par plusieursprincipes,dont deux d'entreeux vont retenirnotre
attentiondansce paragraphe : la collégialitéou l'unicitédu juge ?.

En d'autres tenres, doit-on opter définitivementpour le principe de la


collégialité(ou forrnationde jugement composéede plusieursjuges pour
juger une afl-airecontentieuse portéedevantle tribunal)et bannir celui de
l'unicité (un juge prend alors en charge une affaire et décide seul du
jugernent),ou opter pour un régime mixte où prédominela collégialité,
commec'estle casactuellement au Maroc ?

A v a n t a g e sd e l a co l l é g i a l i té:

Garantied'une iusticeéclairée

La délibérationqui précèdele jugementa potrreffetde provoquerla discr-rssion


sur la valeurde tousles moyensinvoquéset dessolutions possibles,de mieux
approfondirlesdifficultéset d'éclairerlesesprits.

- î-"
Garantiec1'r,r_ne
ir-rsticc :
irr-rpartiale

ll estdilfrcilede supposerqLretousles.juges se mettentd'accordpour lavoriser


injustement desjugesest
un plaideur,au détrirrentde I'autreet I'irnpartialité
garantie juges.
par le contrôledesautres

cl'unejusticeindéper-rdante
Garantie :

La collégialitédonnearuxjr-rges
plr"rsde libertédansleursc1écisions,
ils sont
extérieures
tloins exposésaux infllrences et aux pressions.
La décisionrendue
étantanonyme,les rnagistratsauront rnoins à crairrdreles menaceset les
rancunes.

Avantagesde I'unicitédesjuges:

Statuantseul.le juge aurar-rne plus netteet plus qrande:


conscience

Etant nécessairement connude l'opinion publiqueet des plaideurs,coffIme


I'auteurde la décisionet saçhantqu'il ne peut,dansl'élaboration de cette
décision,compterque slrr lui rnême,il veilleranécessairement à ce qu'elle
juridiquement
soitirréprochable, Il ne poun'apass'abriter
solideet inrpartiale,
derrièrel'anonyrnatqui, atténuantle sensde la responsabilitéet de I'effort,
risquecl'êtreplus nuisibleque profitableà I'administration d'une bonne
j Lrstice.

I-esjugespeu nomtrreux dejuge r,rnique:


dansle systèrne

Le nombr'eréduitdesjr-rges,encouragera I'Etatà leur allouerdestraitements


importarrts.Leur situation matérielle,une fois arnéliorée,contribuera
certainementà accroîtreleurautoritéet leur donneraplus.d'avantages.

:
Le critèredu choix entrecesdeuxsystèfftes

En réalité,la solutionest fonctionsuftout des qualitéspersonnelles des


magistrats,de leur savoir,de leur éducationet de leur caractère.
Cependant,
il
est vrai que le systèrnedu juge uniquene peut bien fbnctionnerque si les
rnagistratspossèdent,dès leur entrée en can'ièrede magistrature,une

-r-
expérience sufÏsante,une parfàitematuritéet une lbrmationprofessionnelle
accomplie,leur pennettantd'être aptesà connaîtredes procèsdifTciles et
importants.De la sorte,le choix entreles deux systèmes
est intimenientlié à
la façorrc'lontévoluela procédurede recrutementdesmagistrats.

S'agissant du choix,noLlsdevonspréciserque mêmesi la tendanceactuelle


des systèmes rnodernesest d'opterpoLrrla collégialité,on chercheaussià
multiplierles casde son exclusion,
à la fois par soucid'el'ficacité
et pour des
raisonsbudgétaires.

*5 -
QII l-,'égalitédevantla iustice:

lesjusticiables
Cc principesigniliequc tor-rs cluellecluesoit leurcouleur,leur
leur appartenance
nationalité, ethnique,lorsqu'ilsse trouventdansla même
situationdcvrontôtrc jugés par les urêmestribunauxct selon les tnêmes
règles.

On parled'égalitédesanresqui estdéfiniecomrîeétantle tnoyendc donncr


à chaquepartie < la possibilitéraisonnabled'exposersa callsedans des
par rapport
pasd'une rnanièreappréciable
conditionsqui ne la.désavantagent
à la parlieadverse>'.

La règiedc l'égalitédevar-rtla justicesoul'li'e,ccpendzint,


de certaitteslimites
dont noLlspouvonsciter celles inhérentesaux inégalitéséconomiques et
sociales entreles justiciables.Cela a pour conséquence essentiellede priver
les plus démunisde la possibilitéde revendiquerleurs droits et de les faire
reconnaîtrepar voie judiciaire, surtout,si l'on considèreque I'assistance
à cerlainsjusticiablesderneure
jucliciaire< accordée largementinsuffisante.>>2.

$ III La eratuitédela iustice:


|<
Dr oit c t pr a ti q u ed e l a p ro c é d u rec i v i l c ,o u vragecol l ecti f,sousl a di recti onde S . GU IN C H A R D , op. ci t.,
p . 497.
t
n. B O UDnHR AIN , D ro i t j u d i c i a i re p ri v é a u Maroc, B abyl , 1994.

-(, --
I'Etat prenden chargeles coûtsde fonctionnement de la justice.Le justiciable
est, cependant, tenu de payer la taxe judiciaire plus les frais inhérentsà la
procédure,tels que les honorairesdus aux avocatset aux notaires.La loi
prévoit de faire bénéficierles citoyensdémunisde I'assistance judiciaire.Le
bénéficede cetteassistance permettrade les exonérerde tousles frais.

Commele disaitsi bien I'auteurr,la gratuitéde la justicerestele principe,car


en fait, la justice est coûteuse.Cela aboutità un conflit entrece principeet
celuide l'égalitéde la justice.

D'aprèsun auteur2,ofl avait < proposéde faire de la justice un servicegratuit,


maisI'on craignaitle développement de I'espritde chicane.))

' J e a n L AR G U IER , P ro c é d u rec i vi l e,droi t j udi ci ai re pri vé, 12èmeédi ti on,mémentosD al l ozl 99l, p. 8.
t
lde m .

-+-
QIV L'impartialité desiuges:

Cela signifie que le magistratdoit instruire,diriger les débatset orienter Ie


coursdes procèsen observantune objectivitévis - à - vis desjusticiables,sa
neutralitéest la garantied'une bonnejustice.

Certains auteursr suggèrent d'aborder cette question en distinguant


I'impartialitésubjectiveet I'impartialitéobjective.

- I'irnpartialitésubjective: est I'absencede parti pris du juge dans son for


intérieur.C'est protéger le justiciable contre les opinions et convictions
personnelles du jug..

-. I'impartialité objective: s'appréciepar rapport à certainescirconstances


pouvantinfluer sur les décisionsdu juge et justifier un degréde partialité.Par
exemples: inimitié, lien de subordinationou relationde parentéentrele juge et
lesjusticiables.

D'autresprincipess'appliquentpour assurerI'administrationde la justice dans


lesmêmesconditionssécurisantes,par exemple: I'inspectiondesmagistrats.

Nous allons seulementretenir ici que la rneilleuregarantieréside dans le


formalismequi entourele droit judiciaireprivé. Ce formalisme,à I'excès,est
condamnablepour certains,pour d'autresil est nécessaireà la protectiondes
droitssubjectifset desjusticiables.

L'objet de ce formalisme est essentiellementde vérifier la régularité ou


l'irrégularité des situationsjuridiques,en vue de la réalisationconcrètedes
droits.

' Ouvrage collectif,sousla direction dc SergeGUINCHARD, Droit et pratique de la procédurecivile,


Dalloz,1998,p. 487.

-ô -
Assurer I'indépendancedu pouvoir judiciaire, c'est garantir la liberté
individuelle.C'est pourquoi,la constitutionmarocaineinstituele principe de
I'autonomiede la justice,par rapportaux pouvoirslégislatifet exécutif.

Ainsi, une protectionestconféréeauxjuges contre:

- le pouvoirlégislatif: aucuneloi ne peut prévoirla solutionou la résolution


d'un litige
- le pouvoir exécutif: en principe,aucunedécisionadrninistrativene peut
s'immiscerdans le règlementd'un procèsni aller à I'encontred'un jugement,
pourraêtre à I'origine d'un retardou d'un refus
tout au plus, I'administration
d'exécutiond'une décisionde justice,pâr exemple,un jugementd'expulsion
d'occupantsd'un local appartenant à autrui,en vertud'un contratde bail.

Pour rendreefficacele principe de I'indépendancede la justice, la loi a prévu


I'inamovibilitédesjugeset a confiéle suivi de leur carrièreau conseilsupérieur
de la magistrature,de sorteque les autoritéspubliquesne disposentd'aucune
possibilitéd'adresseraux juges des instructionsrelativesà leurs activités
iuridictionnelles.

*9-
SectionII L'organisationjudiciaire

Objectifs : Assimiler les principesdu fonctionnementet de


j udiciaire.
I' organisation

- Présentationde la question
- Juridictionsordinaires
ou d'exception
- JuridictionssPécialisées

,Ao
I I Présentationde la question

Les principesfondamentauxdu droit judiciaire marocainrapprochentcelui-ci,


pour I'essentiel,des grands systèmesde procéduresmodernesde type
occidental,exceptionfaitedestribunauxcommunauxet d'arrondissement.

La justice marocainepossèdeun pouvoir judiciaire indépendantdu pouvoir


législatifet du pouvoirexécutif,Elle constitueun servicepublic,assurépar un
corpsde rnagistratsde carrière,assistéd'un personnelspécialiséet d'auxiliaires
classiques.

- .4't,-
I [I Les iuridictionsordinaires

Aux termesde I'articleprernierdu Dahir du 15 juillet 1974,< I'organisation


judiciairecomprendlesjuridictionsde droitcommlrnsuivantes:

- lesjuridictionscommunaleset d'arrondissement,
- lestribunauxde premièreinstance,
- lescoursd'appel,
- la cour sr-rprêrne.

La classification
destribunaux

Les tribunauxde prernierdegrésontde deuxsortes:

lestribunaux.
communauxet d'arrondissement
lestribunauxde premièreinstance

- L e s j u r i d i c ti o n s co mmu n a l e se t d' ar r ondissement:

lls se composentd'un juge uniqueet d'un agentassurantle secrétariatde la


iu r i d icti o n .

Le juge comm.unalpeut ne pas faire partiedu corpsde la rnagistrature,


il peut
êtrechoisiparun collègeélectoral

La procéduresr.riviedevantcesjuridictionsest oraleet gratuite.Les audiences


sontpubliques.Les décisionsdesjuridictionscommllnales et d'arrondissernent
ne sont susceptiblesd'aucunevoie de recours.Cependant, elles peuventêtre
portéesdevantle tribunalde premièreinstancedansquatrecas :

- lorsquele juge n'a pasrespecté sacompétence.


- lorsqu'il a tranchéle litige aprèsavoir fait, à juste titre, I'objet d'une prise à
oartie.
- lorsqu'il a réglé le differendsansavoir au préalable,vérifié I'identité des
partles.
- lorsqu'il condarnnele défendeursansque celui-ci ait été convoqué.

, -. 4 2 -
Illustration

Juridictionscommunaleset d'arrondissement
Electionsdu juge

articlc3

président du T.P.l.
d u l i e ud e la
circonscription
concernée

un magistratdu Parquet
(1)
Une commissionestcomPosée
désignépar le ministre
de lajustice

Caïdou Khalila
d'arrondissement

un représentantdu barreau
désignépar le bâtonnier

Présidentdu conseilcommunalet
un membreélu Parce conseil

Présidentde la chambred'agriculture
ou de comtrterce,selonles cas

uel est sonrôle ?

frxe leslirnitesde la comPétence


territorialede chaquejuge

reçoitles candidatures

ssent
rernPli
vérifiesi les candidatures
les conditionsrequises,arrêtela listeet convoquele collège.

-47
Qui peut être parmi Ie collègeélectoral?

Conditions

nationaliténiarocaine(2)
âge êtrede bonne < moralité>

pasde condamnationpour domiciliationà la commune


crimeou pourdélit
' inter-rtionnel

jouissancedesdroitsciviqueset aptitudes
pourremplircettetâche diplôme et formationjuridique
ne sontpasexigés!

Les 100personnes
choisies

doiventélireà la majoritédesmembres
les candidats
aux fonctionsdejuges
et de suppléants,
respectivement,
4 et 8.

doiventcommuniquerle résultatau :
- présidentde la commission
- ministrede la justice
- conseilsupérieurde la magistrature
et choisiceuxqui serontjugeset suppléants
(agrémentsoumis à SA Majesté le roi, nomination par Dahir )

( I )les représentants
du pouvoirexécutifsontmajoritaires
(2)les avocats,les agentsd'affàires,les adouls,oukils, Ies fonctionnaires
publics sont frappés
d'incomnatibilité.

-/4V-
Quel est le statutdu juge ?

êteserment(1) bénéficiede certatnesp rérogatives

soumisà certainesobligationset
à desrèglesde discipline

il estprotégécontreies menaces
ou injuresil a droit à réparation des
préjudices subis dans les mêmes
conditionsque les fonctionnairesil
peut recevoir des indemnités afin
de couvrir les frais ( pas de salaire)

t faire objet d'une décision


de suspensionpar le ministre de la
justicepour une duréesupérieureou
égaleà quatremois
- révocationpar dahirsur proposition
du conseil supérieurde la magistrature

(l) Sermentque doii prêter le magistrat< je jure devantDieu d'examinerde la façon la plus
scrupuleuseles affairesporléesdevantmoi et de ne trahir ni les intérêtsdesparticuliersni ceux.dela
société,de n'écouterni la haineou le méchanceté, ni la crainteou l'affectionet de ne me déciderque
d'après les preuvesou les élérnentsqui me sont soumis avec l'impartialitéet la fermetéqui
conviennent à un hommeprobeet libre,et de conserver le secretprofessionnel .>
(2) Les partiespeuventle récuser pour les causcs
ntêrrres que les magistrats du siègeou presque.Le
etltrele juge et son conjointet I'unedesparliesou sorlconjointn'est pas,pour
lien de subordirration
lesjugescommunaux, utlecausede récusattott.

- 4f,
Compétencedestribunauxcommunaux
et d'arrondissements

compétence
civile pénale
compétence
et commerciale

Infractionset contraventions légèresrelatives


aux personnes (1), aux biens,aux animaux,à la sécurité
publiqueet à I'hygiène.La sanctionne dépassepas

L'intérêt du litige estinferieurou égal


à 1000DH. Par accorddesparties,
l'intérêt peut êtreportéà 2000DH
en premieret dernier ressort,et ce, à propos
desaffairespersonnelles et mobilières.
Les actionsimmobilières,les actionsrelevant
du statutpersonnelet la résiliationdesbaux
commerciaux,pour motif (( non paiementdu loyer >,
sont exclues.Ils peuventstatuersur celles ayanlpour objet
de mettrefin aux troublesde iouissances
{ - du droitdepropriété.-- )

( l) Ar ticle s29 à31du l5 juillet1974.

" - .7 t;-
Procédured' exécutiondesjugements
et voiesde recoursdevantlesjuridictions
communaleset d' arrondissernent

Reçoitunerequêteécrite,ou une déclaration Le juge communal


verbaleconsignée
par le greffter.

Convocationdesparties( 8 jours ) notifiéepar


I'autoritéadministrative.Tentationd'uie
conciliation,à défaut,il rendson
jugement(audiencepublique)à moins
qu'ii n'estirneutiled'ordonnerune
mesured'instruction.Le jugementest
rendu( au nom dc sa Majestéle Roi >.
Il estconsignésur un registrespécialet
rrivêtude la formule exécutoire.
partiessontprésentes
âu moment où la sentenceest orononcée:
I r"rgcment
pas de notification. doit êtreex

Il n'estsusceptible d'aucunrecours
saufceluiorganisé
parI'article20 du Dahir15.07.74devantle T.P.l
le délai de 30 jours du prononcéor.rde la notification

6setTets
du recours:
- Il n'estpassuspensifsaufen matièrepénal,
la saisiesuspendI'exécutiondu jugement.
- Le T.P.l n'est pascompétentpour statueret évoquer
le fond du litige, il se contentede renvoyer
causedevantla juridiction compétente Parqui ? (3)
procureur
du Roi

- non respectdescompétences
- récusation
- absencede contrôlepréalablede I'identité des
.défaut de convocationou de notification

(l) Lc délaipeutêtre,en casde nécessité, prolongépar Iejuge.


(2) C'estI'autoritéadrlirristrative
localequi sechargede la notificatiott.
(3) Lc-jugen'csttenuni dc nrotiverla décision, ni d'appliquerla loi.

-,4+-
- Les tribunauxde premièreinstance

lesjuridictionsde droit communet se composent:


Ils constituent

desjugeset desjugessuppléants
- d'un président, ;
- d'un ministère public composé d'un procureurdu roi et d'un ou plusieurs
substituts
greffe
- d'un secrétariat
du parquet
- d'un secrétariat

diversessections:
Les tribunauxde premièreinstancecomportent

- sectioncivile
- sectionde statutpersonnelet successoral
- sectionimmobilière
- sectionsociale
- sectionpénale

Avant I'instaurationdu systèmede la collégialitéen septembre1993,letribunal


de première instancerendait ses jugernentspar un juge unique à la seule
exceptionen matièrede conflit de travail et de sécuritésocialeoù il devaitêtre
assistéde cadresassesseurs à part égale,des employeurset des
repré'sentant,
employés.

,4'8-
. '*: t ?

Illustration

Lestribunauxde premièreinstance

++
tl
" ti

Tribunauxde droit commun


ils peuventconnaîtrede toutesles matières( I )
lls sontdivisésen sectionsuivantla naturedesaffaires(2)
Nombre67 (3)

IY
comprendtrois catégoriesde personnel:

- 49"
'æ r

Cornpétence

ri
surtouteslesal'faifes
générale
II s'agitd'unc Çompétence
qui mettentell causelestrattotraux'
ort lesétrangers'
et israélites'
rnusulmatrs

En matièrePénale
En matièrecivile (4) ,
délits,contraventions
- inférieurou égalà 3000DH statuenten
premieret dernierressort(appelexclu)(5)
- supérieurà 3000I'uPPtlttt Pffi i:,

!,'
tl

compétence à ttneautrejuridiction'
(l)sauf lorsquela loiattribuefornrellement
irnmobilièrçs'
et successoral, socialeset pérrales'
(2) civiles,statutpersorrnel du
applicatiorr
le dicret n'234'4ô8 dLrl6'01'14e.
(3) cf'.Décretn"z.go.i67du 20.11.96rnodifiant
àïli, po.tuntloi no 1"74'338,n"4444 dLr2'01'97p'3'
ressottde la courd'appel'
fai L"t crimessontdtt devantIa cour
(5)Ilsrestentqueladécisionpellttou.ioursfairel'ob.ietd'uttpottvolrellcassatloll
suorême.

- )o..
,#

- L e s c o u r s d 'a p p e l :

unejuridictionde seconddegré.Ellesstatuentsur les appels


Ellesconstituent
des jugementsde prernièreinstanceet des ordonnancesrenduespar les
présidents
de cestribunaux.

pourjuger en premieret dernierressortles


De surcroît,ellessontcornpétentes
affairescrirnineIles.

Lescoursd'appelcomprennent
:

- un président,
r-rnministèrepr-rblic
composéd'un procureurdu Roi de substituts
gér-réraux.
- desrnagistrats( conseillers)
- un secrétariat
grefï-e,
-- un secrétariat
dr.rpaiquetgénéral. ,

-trcs cours d'appel se composent de plusieurs chambres spécialisées,


correspondant aux sectionsdes tribunauxde premièreinstance,auxquelles
s'ajoutela chambrecriminelle,existantau seinde chaquecour d'appel.

Les arrêtsdes cours d'appel peuventfaire I'objet d'un pourvoi en cassation


dëvantla cour suorême.

-2t
:,æ

Illustration

Les ooursd'appel

ufl'-.,1ju
ruridiction (l)
dcgré

'l+fl
Organisation

Magistratsdu siège inistèrepublic

Procureur:
$énérâl,du, roi
Substitutsgénéraux
estobligatoireà I'audiencepénale
saprésence

Les audiencessont tenueset les arrêtssont renduspar trois magistrats(caractèrecollégial ).


est
Devant la chambre criminelle, en raison de la gravité des faits, le systèmecollégial
renforcé,il passeà cinq magistrats,un présidentet quarteconseillers'

(1) C'estun droitou plutôtc'estunegarantie bonnejustice,reconnue


essentielle'de d'obtenirun
au iusticiable
deuxièmeexamen desonaffaire, ou,étésatisfaisant.
s'il estimequele premiel,n'fl,

ïf Yt

:.tr'
l
,1
,t:

,t t{Ëg
if
I
- L a co u r s uprême
l I

I C'est la plus hautejuridiction du Royaume,elle se trouveau sommetde la


T hiérarchiejudiciaire de I'organisationjudiciaire et se situe au centrede la
capitalepolitiquedu pays.Elle estuniquepour tout le Marocet siègeà Rabat.
I
l
l
I

'.t:
Sur le plan organisationnel,
la cour suprêmecomprend:

- un prerrrierprésident,
- desprésidents de charnbre,
- desmagistrats ( conseillers),
- un ministèrepublic représenté par le procureurgénéraldu roi, assistépar des
avocatsgénéraux,
- un secrétariatgreffe,
- un secrétariatdu parquetgénérai.

Ila cour suprêmese décompose


en 6 charnbres:

- la chambrecivile dite premièrechambre


- la chambrede statutpersonnelet successoral
- la charnbrepénale
- la charnbresociale
- la chambreadministrative
- la charnbrecommerciale.

Précisonsqu'il s'agit d'unejuridictionqui d'est pasjuge du fait, elle doit s'en


tenir aux faits tels qu'ils ont étéconstatésdansla décisionattaouée.

Elle n'est juge que du droit. Elle a donc pour missionde veiller à une stricte
jurisprudentielle.
applicationde la loi et d'assurerI'unité d'interprétation
La cour suprêmeest,de façongénérale,compétentepour :
- contrôlerla régularitédesdécisionsjudiciairesrendues,en dernierressorl,par
les différentesj uridictions.
- connaîtredesappelsportéscontrelesjugementsdestribunauxa{ministratifs
- statueren premier et dernierressortsur les recoursen annulationpour excès
de pouvoir dirigé contre les actesréglementairesou individuels du premier
ministreet contreles décisionsdesautoritésadministratives.
- statuersur : les prisesà partiecontreles magistrats,; les suspicionslégitimes
et lesrèglements dejuges

3-
-L
æ

Illustration

La cour suDrême

C"cstla ir r r r r lic t iorlirr plt r séler ' éct lir nsll hii' t'a t c h ilcu t l i c i l i r c .c r é cr r r rl 9 - 5 7l : l l c r r cc o r r s t i t upc a sr r nt l o i s r c r r rdcc g r éd c
l Ll l l ( l l c l l on

Organisation

rnagistrats
du siège
premierprésident
- Présidents
de charnbres
conseillers

ministèrepublic
ureursénéraldu Roi assisté
par les avocals generaux
résence
obligatoire)

ûn greffe et un secrétariaJ
cluparquetgénéral
domprend5 chambres:
civile appeléepremierchambre,
statutpersonnel,pénale,sociale
administrativeet commerciale

t,a col l égi al i tépeut être renfbrcée(arti cl e 371 du code d c la


l- esaudier r c esso n t te n L rcps a r c i n q rn a g i s trats.
nr oc édurcciv i l c ) : s o i td c u xc h a rn b rcré
s u n i cs,
soi ttoutcscl l rrnbrcsrei uni cs

- i. v "
@

.lulidictionadministrativcslatuatrt
sur lcs recoLrrscn annulationpour excès
administratives.
dc nouvoir contre lcs acLcsdcs aLrtorités

[,csprisesà particcontrelesmagistrats des


aLrtres
.juriclictiorrs quc la coursuprêmect
lcs règlcnrertts
de.jugesentre.jLrriclictions
n'ayant au-dessus d'cllesallcunejuridiction.

corrtrôle dcsdécisions
la régr"rlarité
.iudiciaires rcncluescn rcssorl,
clcrttier
lcsarrôtsrcnclus par la cottrd'appclct Compétences
lesdécisions énranant clcstribunaux
r lilitair csct dc la cour spécialc clc.ius t ic c .

[-csrccoursfbrnréscontrcles actcsct
décisionspar lcsquelsles.juges
excèdcnl
[curpour.'oirs.

crtsuspicionlégitimcet
Les instanccs
Dourcaltse
lcsdessaisisscrnents
de sûretépubliciue.

S on r ôlc s e limi te i i I' c x a rrre d n e s q u e s ti o nsdc droi t, véri fi ersi l es tri bunauxct l cs cours d' appelonl bien
lppliqué la r è g l e d c d ro i t. Vc i l l e r s u r u rl c stri cteappl i cati onde l a l oi ct assurcr[:-uni tc{
d' i ntcrprétat ion
j ur is pr udc rie
r tI l e .
Cont r ôlela r ' é g u l a ri té d c to u te sl e sd é c i s i o n ds e .i usti ce.
' - Les tribunaux administratifs

Créespar la loi 42 - 90 du 10 septembre1993,les tribunauxadministratifsl


comprennent:

- un président;
- desmagistrats;
royauxde la loi et du droit ;
- un ou plusieurscommissaires
- un secrétariatgreffe.

Les audiencesdes tribunauxadministratifssont tenues,et leurs jugements


renduspubliquement,par trois magistratsassistésd'un greffier.
La présencedu commissaireroyal de la loi et du droit à I'audienceest
obligatoire.

Les tribunauxadministratifssontcompétentspourjuger en premierressort; .

- des recoursen annulationpour .*re, de pouvoir forméscontre les décisiàs


desautoritésadministratives :
- deslitigesrelatifsaux contratsadministratifs;
- des actionsen réparationdes dommagescauséspar les actesou les activités
despersonnes publiques,è I'exclusionde ceux causéssur la voie publiquepar
un véhiculequelconqueappartenant à une personnepublique;
- descontentieuxrelatifsà I'expropriationpour Çaused'utilité publique2;
- des litiges nés de la déterminationde l'assiettefiscaleet du prélèvementdes .
impôts;
- du contentieuxlié à la gestionde la carrièredesfonctionnaires.

t Cr. R.E.M.A.L.D.,no l/1995,Tribunauxadministratifs


Cf. A. CHAIR, Lestribunauxadministratifs,RevueFinances publiques et économie,
no 1.
u
' Voir La protection
des droitsdes en
expropriés droit Marocain))' DES, M. HOUEM' Université
Hassan II, Casablanca,1996.
Ë.:l

ou d'exception
I III Les iuridictionsspécialisées

Il existe plusieurs juridictions spécialisées,elles fonctionnent comme


juridictionsd' exception.

- La cour descompteset les cours régionalesdescomptes

Remplaçantla commissionnationaledes comptes,la cour des comptesa pour


missionessentielle d'assurerle contrôlede I'exécutiondes lois de financeset
d'apprécierla gestion,desorganismes soumisà soncontrôle.

Elle assisteégalementle parlementet le gouvernementdans les domaines


entrantdanssa compétence.

La cour descomptesse compose:

- d'un président;
- desvicesprésidents;
- desconseillers;
- desauditeurs.

Ils sont tous magistratset jouissentde I'inamovibilité,au mêmetitre que ceux


descourset tribunaux.

S'âgissantdes coursrégionalesdes comptes,leur action est limitée au contrôle


des comptes ainsi que de la gestion des collectivités locales et de leurs
groupements.

- La hautecour

C'est unejuridiction prévuepar la constitution. Elle est compétentepourjuger


les membresdu gouvernementqui sont pénalementresponsables des crimeset
délitscommisdansI'exercicede leursfonctions.

Les membresdu gouvernementpeuventêtre mis en accusationpar les deux


chambresdu parlement: la propositionde mise en accusationdoit être signée
par, au moins, le quart des membresde la chambredevant laquelleelle est
présentéeen premierlieu.

' - 2) .
w
Elle est exarninéesuccessivement par les deux chambreset ne peut être
approuvéeque par un vote identiqueémis, danschaquechambre,au scrutin
secretet à la majoritédesdeuxtiersdesmembres à I'exceptionde
la composant,
ceuxappelés auxpoursuites,
à participer ou aujugernent.
à I'instruction

I-a hautecour est composée,pâr partségales,de rnembresélus au sein de la


et au seinde la charnbredesconseillers.
charnbredesreprésentants

- L e tr i bunal mi l i tai repc rma n e n d


t e sF A R

En ternps de paix, cette juridiction fonctionnepour juger les infractions


commisespar lesrnilitaires.

Sa cornpétence peut également s'étendreaux civils qui se trouventimpliqués


. soit dansun crirle au préjudicedesmembresdesFAR, soit dansune infraction
contrela sûretéextérieurede I'Etat.

- L a co u r s péc i al ede j us ti c e

pour connaîtredes infractionsde détournement


Elle est cornpétente des deniers
publics,de concussion,de corruption.... danslesquelles sont irnpliquésdes
fonctionnairesou agentspublics et dont le montantest supérieurou égal à
2 5 .0 0 0D H .

- ,Zî -
af , .:.:)

Illustration

ou d'exception
Lesjuridictionsspécialisées

Ne sontconlpétentes quepour statuersur les procèsdont


la connaissance par un textedc loi spécial
lcur a étéattribr.rée

Courspéciale dejustice
parla loi du 2010311965
instituée
La hautecour modifiéeparle dahirdu 2511211980
( H't.89 à92 de
ld bonstitution

Tribunalmilitairecree
par dahir du2}llll1956

clccarriùr'c
L,C.iugecst magistrzrt
présidentet 4 assesseurs
jrffcr lesmcntbresdu gouvcruement
qui ont commisdescrimeset délits
fbnctions.
dansl'excrciccdc ler,rrs

:orruption,détournement de deniers publics


comnrispar les fbnctionnaires
poLlrun nlontantstrPérieur
_.-.----.-.-..--.-.--r
ouécarà 2o.oooDH.
@
>.
le.jugeestclroîsicn fonctiondtt le juge présÏ
gradede l'accuséet de la glavitéde
estcivil
le président
I'i nfr acti on,

jugementdesmilitairesde
infractions
desrébellionset déscrtions, de droit gradeinfërieurou égal
communcomntele vol agression. meurtre..., colonel,
à lier.rtenant
infractionscontmisespar les civils contreles même compétenceque les
rnembresdesFAR tribunahxpennanents.
Schémade synthèse

judiciaire
L' organisation

Pénal

Deux ordresdejuridictions

Tribunauxadministratifs

Coursuprême

étenced'attribution

Chaquej uridictioncomPofte
deuxtypesde comPétences

territoriale
Compétence

.'
- '4 . t

Vous aimerez peut-être aussi