Vous êtes sur la page 1sur 2

Harmonie vocalique

C’est une règle phonétique qui cherche à agglutiner les sons les plus proches entre eux afin de faciliter la
prononciation. Il faut savoir au départ que la langue hongroise ne fonctionne qu’avec des suffixes. Ainsi la
règle est-elle à peu près suivante : à chaque mot finissant par " A " " O " ou " I " sera associé les mots et
suffixes en " A " et " O "

La majorité des mots ont des voyelles soit aiguës, soit graves. La plupart des suffixes ont deux variantes,
certains même trois, pour pouvoir s’harmoniser avec les voyelles du reste du mot. Les voyelles de liaison
s’harmonisent également avec celles du reste du mot. Par conséquent, à un mot à voyelles aiguës on ajoute
des variantes de suffixes à voyelle(s) aiguë(s) et, si c’est le cas, une voyelle de liaison aiguë, alors qu’à un
mot à voyelles graves on ajoute des variantes de suffixes à voyelle(s) grave(s) avec, éventuellement, une
voyelle de liaison grave.

L'harmonie vocalique du hongrois oppose deux classes de voyelles, selon le point d'articulation (position
de la langue) : les voyelles d'arrière, dites sombres et celles d'avant, dites claires. La classe des voyelles
claires est subdivisée en deux sous-classes selon que la voyelle est arrondie ou non (forme des lèvres) :

voyelles sombres : a/á, o/ó et u/ú ;


voyelles claires : i/í, e/é, ö/ő et ü/ű dont
non arrondies : i/í, e/é ;
arrondies : ö/ő et ü/ű.

Les paires de voyelles ci-dessus correspondent à une opposition de longueur ; dans la suite de la section la
seconde forme, la longue, sera omise car la longueur n'a pas d'influence sur l'harmonie vocalique. a est
postérieur ([ɒ]) et que á est antérieur ([aː]), mais les deux voyelles sont considérés comme sombres.

Les règles, qui apparaissent surtout dans l'agglutination par ajout de suffixes, sont les suivantes :

toute voyelle sombre (d'arrière) doit être suivie d'une voyelle sombre ;
toute voyelle claire (d'avant) doit être suivie d'une voyelle claire ;
les arrondies sont suivies d'arrondies quand le suffixe possède une forme arrondie, sinon d'une
antérieure.

Il existe des exceptions ; notamment e et i sont partiellemment compatibles avec les voyelles sombres.

Les suffixes sont le plus souvent à deux (arrière ~ avant) ou trois possibilités (arrière ~ avant non arrondies
~ avant arrondies). Quelques suffixes en i (voire en e) possèdent une seule forme. Voici les alternances
possibles, avec exemples :

[e, ö, o]
Exemple : -h[e,ö,o]z (chez, avec changement de lieu) :
Péter → Péterhez : chez Péter ;
Erdős → Erdőshöz : chez [Monsieur] Erdős.
László → Lászlóhoz : [en direction de] chez László.
[e, o]
Exemple : -t[e,o]k (deuxième personne du pluriel) :
leül- (s'asseoir) → leültök : [vous vous] asseyez ;
tanul- (étudier) → tanultok : [vous] étudiez.
[e, a]
Exemple -n[é,á]l (chez, sans changement de lieu)
Péter → Péternél : chez Péter
Anna → Annánál : chez Anna
[ü, u]
Exemple : -[ü,u]nk (troisième personne du pluriel) :

1/2
csinál- (faire) → csinálunk : [nous] faisons ;
keres (chercher) → keresünk : [nous] cherchons.
[ö, o]
Exemple : -t[ő,ó]l (en provenance de chez) :
Péter → Pétertől : de chez Péter ;
Anna → Annától : de chez Anna.
[i]
Exemple : -ig (jusqu'à) :
ház (maison) → házig : jusqu'à [la] maison.
[e]
Exemple : -ék (famille) :
Kovács → Kovácsék : la famille Kovács.

2/2