Vous êtes sur la page 1sur 8

MICROECONOMIE.

 
Introduction 

Les auteurs fondamentaux : 
 Ils se divisent en 3 écoles :  
− L’École  de  Lausanne :  Léon  Walras  (1834­1910), 
Vilfredo PARETTO (1848­1923) 
− L’École de Vienne : Karl MENGER (1840­1920)  
− L’École  de  Cambridge :  Stanley  JEVONS  (1835­1882), 
Alfred MARSHALL (1842­1924) 
Ils fondent l’École néo­classique ou le « marginalisme », 
c’est  à  dire  que  l’on  résonne  sur  la  dernière  unité ;  la 
marge.  
On assiste à la construction d’un modèle théorique.  
Les hypothèses du modèle néoclassique  

1. L’ « individualisme méthodologique »  
On  ne  peut  comprendre  les  phénomènes  globaux  qu’à  partir  de  l’analyse  des 
comportements  individuels.  L’individu  se  trouve  être  le  premier  maillon  du 
raisonnement. Il est libre et analysé comme isolé. On le considère capable de faire des 
choix individuels, c’est la naissance de l’Homo Œconomicus. 
2. L’ « Homo Œconomicus » 
Les  individus  sont  considérés  comme  des  atomes  sociaux,  ils  sont  rationnels  et 
maximisateurs. L’individu est capable de ne pas faire les choses au hasard, de faire des 
choix,  se  fixer  un  objectif  et  mettre  en  place  les  moyens  pour  l’atteindre.  Pour  aller  au 
maximum de sa satisfaction, l’individu devient maximisateur. 
3. La concurrence pure et parfaite  
Le  marché  est  pris  comme  moyen  de  coordination  des  individus.  C’est  un  lieu  de 
confrontation, de socialisation.  
La concurrence pure et parfaite est la condition au bon fonctionnement des marchés.  
Les conditions de la CPP :  
− Atomicité du marché : un marché atomistique est un marché avec un nombre 
d’offreur et un nombre de demandeurs suffisant pour qu’aucun d’entre eux ne 
puissent fixer son prix. Les acteurs sont des « price takers » et non des « price 
makers » 
− Homogénéité  du  produit :  c’est  à  dire  qu’il  doit  être  comparable.  Le 
consommateur  doit  pouvoir  comparer  et  choisir  sans  se  soucier  du 
constructeur.  
− Fluidité  du  marché :  les  producteurs  et  les  consommateurs  doivent  pouvoir 
entrer et sortir du marché dans entraves. 
− Transparence  du  marché :  c’est  à  dire  la  transparence  de  l’information,  qui 
doit être la plus complète possible. 
Le comportement du consommateur et du producteur 

1. Le comportement du consommateur 
a. La notion d’utilité 
Le  consommateur  est  un  individu  rationnel  et  autonome.  Il  consomme  car  cela  lui 
apporte une utilité. 
La valeur d’un bien est fondée sur son utilité. Le prix en est le reflet.  
L’utilité d’un bien se mesure de deux façons :  
− Par son utilité cardinale : c’est une mesure chiffrée 
− Par son utilité ordinale : c’est un classement par ordre de préférence.  
L’utilité  marginale  est  l’utilité  de  la  dernière  unité  consommée.  Elle  se  note  Um.  Cette 
utilité s’utilise pour un raisonnement à la marge. Et elle tend à devenir de plus en plus 
faible. 
Le taux de substitution et le taux marginal de substitution : le taux de substitution c’est 
la  quantité  de  bien  A  auquel  un  consommateur  doit  renoncer  pour  obtenir  un  bien  B, 
tout  en  gardant  la  même  utilité.  (Autrement  dit,  à  combien  de  bière  dois‐je  renoncer 
pour avoir une vodka‐burn tout en restant aussi saoul ?). Quand on raisonne de la même 
façon sur la dernière unité consommée, il s’agit du TMS.  
b. La carte d’indifférence du consommateur.  
Schéma p17. 
Tous les biens appartenant à la même courbe d’indifférence U=f(bien A ,bien B) donnent 
la  même  utilité.  Sur  ces  courbes,  l’utilité  est  croissante,  c'est  à  dire  qu’il  n’y  a  pas  de 
satiété. Pour obtenir l’utilité marginale, on calcule la dérivée de ces courbes. Dans ce cas, 
on observe une utilité décroissante.  
c. La contrainte budgétaire. 
Le consommateur cherche à maximiser sa satisfaction, (c’est à dire être au plus haut sur 
la carte d’indifférence), mais sous une contrainte budgétaire.  
Schéma p24.  
L’équation de la droite de contrainte budgétaire s’écrit :  
R=X.Px+Y.Py+Z.Pz 
Y=R/Py – X.Px/Py 
d. L’équilibre du consommateur. 
Graphiquement  c’est  le  point  E  qui  se  situe  au  point  de  tangence  de  la  droite  de 
contrainte budgétaire et de la courbe d’indifférence la plus élevée.  
Le rapport des utilités marginales est égal au rapport des prix : TMS=‐(Px/Py) 
e. Des limites :  
− L’ « Effet Tarde » ou d’imitation. L’acte de consommation étant également un 
acte  social,  le  consommateur  agit  aussi  en  fonction  de  son  groupe.  Il  peut 
consommer un produit par souci d’appartenance au groupe (ex : cigarette). 
− L’ « Effet  Veblen »  ou  de  consommation  ostentatoire :  le  consommateur 
consomme un produit par souci de différentiation du groupe. (produit de luxe 
souvent) 
2. Le comportement du producteur 
Quelques rappels :  
L’offre globale est déterminée comme la somme des offres individuelles.  
Le producteur est un agent rationnel, il maximise son profit.  
Il n’est pas innovateur mais calculateur, c’est à dire que ses possibilités techniques sont 
déterminées et connues.  
a. La fonction de production.  
a. Propriétés  de  la  fonction  de  production  et  notion  de 
productivité marginale 
− La fonction de production c’est la combinaison technique efficace du travail et 
du capital mise en place pour mener à bien la production. Elle est croissante. 
Q=f(W,K) avec Q= quantité d’output, W= travail, K= capital, W+K=input. 
− La notion de productivité marginale, c’est la quantité de produits produite par 
la dernière unité de facteur de production. Elle est décroissante.  
b. Loi des rendements décroissants 
Les  rendements  d’échelle  c’est  l’évolution  du  cout  unitaire  de  production  lorsque  le 
volume produit augmente.  
− Les rendements sont dits décroissants quand la production augmente moins 
que  proportionnellement  que  les  facteurs  de  production,  c’est  à  dire  qu’il 
s’agit d’une augmentation des couts unitaires.  
− Ils  sont  croissants  quand  la  production  augmente  plus  que 
proportionnellement que les facteurs de production, c'est à dire qu’il y a une 
baisse des couts unitaires. 
− Enfin, ils sont constants quand ils augmentent proportionnellement.  
L’équilibre du producteur.  
Quelle quantité produire (pour maximiser le profit) ? 
Recette totale=Rt=Prix.Quantité vendues 
Coût total=Ct=Qcapital.Pcapital+Qtravail.Ptravail 
Le profit est égal à la recette totale moins le cout total. Π=Rt‐Ct 
Pour trouver le maximum de la fonction il faut que sa dérivée s’annule.  
Π’=(Rt‐Ct)’      avec : 
=Rt’‐Ct’    Rm= recette marginale, recette liée à la dernière unité produite 
=Rm‐Cm    Cm=coût marginal, coût lié à la dernière unité produite 
D’où Rm=Cm 
Donc Cm=p 
Il faut s’arrêter à l’endroit où la recette de la dernière unité produite est égale au cout de 
cette unité.  
À l’équilibre du producteur, le cout marginal est égal au prix. 
Minimiser les couts :  
Schéma p77.  
Quelle combinaison optimale de facteurs de production ?  
Les courbes d’isoproduits ou isoquantes : ce sont les courbes qui donnent les quantités 
d’input qui donnent la même quantité d’output. 
Schéma p74. 
Le taux de substitution technique (TST) est le taux d’échange entre les deux facteurs de 
production  pour  conserver  la  même  production.  Il  mesure  donc  la  quantité  de  travail 
(respectivement  de  capital)  que  le  producteur  doit  « sacrifier »  pour  augmenter  d’une 
unité la quantité de capital utilisée.  
TST=‐Pmw/Pmk 
Les droites d’isocoûts : donnent les combinaisons optimales d’input.  
Ct=Pw.W+Pk.K 
W=O, K=Ct/Pk 
K=O, W=Ct/Pw  
La position d’équilibre du producteur 
L’équilibre  du  producteur  se  lit  au  point  E,  point  de  tangence  entre  la  courbe 
d’isoproduit et sa droite d’isocoûts la plus basse.  
À l’équilibre, Cm=C,  
Pmw/Pmk=Pw/Pk 
La formation des prix 

1. Les prix en concurrence pure et parfaite.  
Offre et demande globales 
Le marché est le lieu abstrait où se confrontent les offres et demandes globales. 
On obtient l’offre et la demande globales par sommation des offres individuelles.  
La  somme  de  toutes  les  demandes  individuelles  est  fonction  du  prix ;  lorsque  le  prix 
augmente, la demande baisse. À l’inverse, lorsque le prix baisse, l’offre augmente.  
(Schéma.) 
Lorsque l’offre globale=la demande globale, le prix se forme. C’est donc le marché qui va 
permettre la formation du prix ; le prix est la variable centrale du marché. 
Les trois fonctions du prix :  
− Fonction  d’information :  le  prix  fait  office  de  signal  pour  les  agents  sur  la 
qualité du produit.  
− Fonction d’incitation : il permet aux agents d’intégrer cette information dans 
leur comportement. 
− Fonction d’équilibre : le prix est une variable qui permet l’équilibre de l’offre 
et de la demande.  
Effet d’une variation de prix ou de revenu sur la demande 
Elasticité prix : ou comment la demande varie en fonction du prix.  
Eprix= variation de la demande/variation du prix du bien. 
L’élasticité du prix est très variable.  
Effet de substitution : c’est la substitution d’un bien par un autre. 
Effet revenu : lorsque le prix d’un produit augmente sans que le revenu varie, le pouvoir 
d’achat du consommateur diminue. Il intègre toujours ce fait dans sa consommation.  
Des exceptions :  
− Effet giffen 
− Effet de mésinformation ou de sélection inverse 
− Effet « Tarde »  
− Effet de snobisme ou ostentatoire.  
Effet d’une variation de revenu sur la demande :  
− Elasticité revenu : Erevenu= variation de la demande/variation du revenu. 
− Les lois d’Engel :  
 Pour les besoins inférieurs, l’augmentation du revenu n’a pas d’influence 
sur l’augmentation de la demande (la consommation). 
 La  part  des  dépenses  de  logement  va  rester  stable  lorsque  le  revenu 
augmente (ce n’est pas tout à fait vrai).  
 La  part  liée  aux  loisirs,  à  la  santé,  et  à  l’éducation  va  augmenter  avec  le 
revenu (c’est vérifié sur les loisirs mais pas autrement).  
Equilibre général et optimum social : 
Il s’agit d’une situation théorique.  
L’existence d’un équilibre général (L.Walras, K. Arrow & G.Debreu) 
L’optimalité de cet équilibre (V. Pareto) 
Le problème de la stabilité de cet équilibre général : le théorème de Sonnenschein. 
2. La concurrence imparfaite  
 
 
Nombre d’offreurs 
  un  Quelques uns  nombreux 
un  Monopoles  Monopsone  monopsone 

demandeurs 
Nombre de 
bilatéral  contrarié 
Quelques uns  Monopole  Oligopole  oligopsone 
contrarié  bilatéral 
nombreux  monopole  Oligopole ou  Concurrence 
concurrence  pure et parfaite 
monopolistique 
 

3. Les cas particuliers des « défaillances de marché »  
C’est  lorsque  les  systèmes  de  marchés  ne  fonctionnent  pas  et  dans  ce  cas,  se  sont  les 
pouvoirs publics qui viennent palier le manque.  

Les biens collectifs : certains biens peuvent être utilisés par un ou plusieurs personnes 
en même temps, sans que la consommation de l’un ne réduise celle de l’autre. Le marché 
concurrentiel est donc inefficient.