Vous êtes sur la page 1sur 1

><

ft1Rondt
Mercredi 15 Juillet 2009 France 7

Légion d'honneur: pas de « rupture» sarkozyste


« Le véritable bénéficiaire de la décoration, c'est celui qui la remet », explique le chercheur Olivier Ihl

e/ournalofficielapublié,mar- la juge qui a prononcé ledivorcedu grand patron a refusé par de ux des affaires sociales, très fémini· Nicolas Sarkozy le sait :« Le véri· diminue. La folie démographique

L di 14 juillet, la nouvelle pro-


motion de la Légion d'hon-
neUf. Cet événement est attendu
président, ou de Jacques Séguéla, le
publicitaire qui a orchestré la ren-
contre avec Carla Bruni. On met en
fois la di stinction car, jeune appe-
lé, il avait intrigué pourne pas par-
tir en Algérie et, depuis, ne s'esti-
sés. Le président a aussi comblé un
oubli flagrant en décorant Simone
Veil, promue directement au gra-
table bénéficiaire de la décoration,
c'est celui qui la remet. C'est une
façon de marquer sa supériorité, de
avait débuté après la première
guerre mondiale pour atteindre
son apogée sous la IV" République,
avec une égale gourmandise par doute la valeur d'Isabelle Balkany, me pas digne de porter les insi- de de grand officier. fidéliser et de récompenser. Il s'agit pinacle de la courtisanerie politi-
les loyaux serviteurs de la France la femme du maire de Levallois, gnes. Alors, la Légion d 'honne ur, aussi de créer des obligations" , que. En '962, la France comptait
et les vils esprits caustiques. Les grand ami du président. Nicolas Sarkozy attache un inté- «hochet sarkozyste » 7 «La person- comme l'explique Olivier Ih!. Si 300000 légionnaires. Le général
premiers y cherchent frénétique- Les détracteurs soulignent d'un rêt personnel à cette décoration. Il nalité du chef de l'Etat conduit à Georges Pompidou et Valéry Gis- de Gaulle décidait alors de juguler
ment leur nom et les seconds, aus- doigt accusateur les décorations est déjà intervenu par deux fois card d'Estaing professaient un cer· cette inflation. Aujourd' hu i, les
si avidement, des raisons de déni- accordé es aux invités du Fou· dans le fonctionnement des pro· tain dédain pour ce cérémonial, décorés de la seconde gue rre mon·
grer l'institution. L'exercice est quet's, aréopage convié au soir de motions. Dès 2007, il a instauré la « Nous sommes François Mitterrand avait très vite diale tendant à disparaître, on ne
aussi vieux que J'ordre créé par
Bonaparte en 1802. _ La blaguer
l'élection présidentielle. Seize d'en-
tre eux ont émargé depuis dans les
parité, afin de corriger une inégali·
té flagrante : moins d'un légionnai-
au cœur de la vanité saisi l'intérêt de cette autocongra·
tulation déguisée.
recense plus que 94000 déten -
teurs. Du coup, il a été décidé de
mais la convoiter. Quand on l'ob- promotions de la Légion d' hon- re sur cinq est une femme . La humaine» Durant ses deux mandats prési· remonter les contingents. En
tient, toujours dire qu'on ne ra pas neur. Mais il ne s'agissait souvent même année, il a envoyé des consi· Un responsable de l'ordre dentiels, le président socialiste a 2008,4228 personnes ont été dis·
demandée", ass urait Gustave que d'élévation en grade: ces capi· gnes écrites à son premier minis· ainsi épinglé personnellement tinguées contre 3436 en 1990,
Flaubert, qui reçut la di stinction taines d'industrie avaient déjà été tre : _le note la tropfaible représen- plus de controverses mais elles ont un e centaine de décorations par avec une proportion de deux tiers
en 1866, sous Napoléon JIJ. distingués pas les présidents précé- tation des personnes de rang toujours existé, tantcetobjetappa- an. Des patrons, des vedettes, des de civils et un tiers de militaires.
Mais, Nicalas Sarkozy président, dents, sans que cela suscite à l'é~ modeste, de celles issues des minori· remment inoffensifet insignifiant journalistes se faisaient ainsi Mais à qui faut-il remettre la
les critiques se font plus mordan- que de tollé ... Ainsi de Bernard tés, des bénévoles du monde asso- suscite de passion s », constate Oli· trousser le compliment à la chai· précieuse croix ? Le règlement est
tes sur les mérites de certains réci- Arnault, de Vincent Bolloré, de ciatif. enfin des acteurs du secteur vier Ihl, directeur de l'Institut ne. Les fidèles, honorables comme suffisamment vague pour permet·
piendaires. On hurle au copinage. Martin Bouygues ou de Serge Das- privé, secteur qui constitue pour· d'études politiques à Grenoble et Pierre Bergé ou justiciables com- tre les dérives. La rosette devient la
On mégote les contributions à la sa ult. Au total, seize invités étaient tant ressentîel de notre tissu écono· précieux exégète des honneurs m e Samir Traboulsi, se retrouvè- consécration d'une réussite socia·
culture française de Didier Barbeli- ce soir·là déjà en droit d'arborer mique. If Les de.rnières promotions républicains. ft Nous sommes au rent promus. le plutôt que la récompense d'un
vienoude Michel Leeb. On s'a muse une rosette. Une notable excep- se sont ainsi ouvertes plus large- cœur de la vanité humaine ", résu· Amesure que la polémiquea ug- mérite ou d'une action.« La Légion
des médailles de Nicole Choubrac, tion : Jean-Claude Decaux. Le ment aux métiers de la santé et me un responsable de l'ordre. mente, le nombre de légionnai res d 'honneur doit·elle servir à dire
que tel chanteur est populaire ou

Deux entretiens du 14-Juilletvalent mieux qu'un pour Nicolas Sarkozy que tel entrepreneur a réussi' »,
interroge Olivier Ih!.
Là encore, la suspicion est
ancienne. Dès 1927, en réaction à
e président de la République des remises de complaisance, des

L estde tous les fronts média-


tiques. Mieux que François
Mitterrand et Jacques Chirac, qui
protestataires créèrent)' (e Associa·
tion des membres de la Légion
d'honneur décorés au péril de leur
accordaient de manière parcimo· vie »), l'intention étant dans le
nieuse à la presse télévisée un nom. L'association existe tou·
entretien chaque 14 juillet, Nico- jours, se donne pour mission de
las Sarkozy a inventé le double «concourir au maintien du presti-
entretien: il était interrogé lundi ge de l'ordre» et au respect de sa
13 juillet sur France 5, puis mar- devi se «honneur et patrie ). Elle
di 14 sur France 2. Deux émis· recense 3 500 membres. Son prési-
sions censées asseoir un peu plus dent, Robert Gaget, _ ne porle pasà
sa stature présidentieUe. la presse» mais les discussions
Invité de Michel Drucker sur internes relayent souvent le cour·
France 2, le chef de l'Etat devait roux de ces valeureux devant le
aborder la défense nationale, au galvaudage. Certains noms de la
cours d'un entretien préenregis· promotion du '4 juillet ne
tré lundi, en conclusion d'une devraient pas manquerde les faire
émission à la gloire des armées bougonner .•
françaises, avant de conclure sur Benoît Hopquin
le Tour de France, deuxième gloi·
re de luilletaprès le défilé sur les Les promus du 14-Julllet
Champs-Elysées. au « Journal officiel»
Sur France S, les journalistes
Christian MaJar et Bernard L'ancien ministre de la justice,
Vaillot avaient choisi de s'intéres· Albin Chalandon, a été élevé à la
ser à l'irrésistible ascension de dignité de grand·croix, dans la
M. Sarkozy, en truffant leur émis- promotion de l'ordre de la
sion « A visage découvert » d'en· Légion d'honneur, publiée mardi
tretiens exclusifs avec les grands 14juillet au Journal ott/ciel. La
de ce monde, dictateur (Bachar comédienne Michèle Morgan, le
Al-Assad) ou démocrates (Tony chef d'orchestre Georges Prêtre
Blair, Gordon Brown, Angela Mer- et l'ancienne déportée résistan-
kel). te Anne· Marie Krug-Basse ont
Des soldats de la brigade franco-allemande, mardi 14 juillet, avant le défilé sur les Champs-Elysées J ·C. COUTAUSSEPOUR , lE MONO[ . été élevés au grade de grand offi-
La machine sarkozyenne cier. Le maire du Havre, Antoine
Candidat à la présidentielle, (UPM), mise en sourdine pour s'avouer qu'on s'y ennuie ferme. nacht, pour évoquer l'avenir des En attendant, pour maintenir Rufenacht, devient comman·
M. Sarkozy avait dit qu 'il suppri- cause de guerre à Gaza, M. Sarko- D'autant que cette année, nulle ports. Le déplacement aura du le Tout·Paris en haleine, nul ne deur. La comédienne Bernadet·
merait les entretiens du 14 juillet, zy doit compenser la modestie du vedette n'est attendue, comme le mal à faire oublier le rapport de la sait quand interviendra la nomi· te Lafont, l'académicien Jean-
souhaitant s'exprimer unique- format de cette année: ses fut, en 2008, Ingrid Betancourt, Cour des comptes sur les dépen- nation d'une poignée de secrétai- Marie Rouart, le patron d'Axa,
ment lorsqu'il le jugerait oppor- « seuls » hôtes d'honneur sont le l'otage tout juste libérée par l'ar- ses de l'Elysée, sans doute plus res d'Etat, censée compléter l'équi- Henri de Castries ou le journa·
tun. parchance, faute de faire des premier ministre indien, Man.mo- mée colombienne. transparentes, certainement plus pe Fillon. Que va-t -il advenir de liste Philippe Tesson sont deve-
révélations, le nouveau préside nt han Singh, et le président de la Mais, très vite, la machine coûteuses. La semaine s'achèvera Frédéric Lefebvre, porte-parole de nus officiers. Sont faits cheva-
a toujours quelque chose à dire. République allemande, Horst sarkozyenne va se remettre à tour· à New York avec la participation l'UMP, contraint d'abandonner liers la comédienne Firmine
Deux ans après avoir fait défiler Kôhler. ner à plein régime : mercredi, le de Carla Bruni-Sarkozy au concert son mandat de député si André Richard, la championne de ski
des soldats des vingt-sept pays de Cinq mille invités devaient se chef de l'Etat reçoità l'Elyséedes de célébration des 91 ans de Nel- Santini, chassé du gouvernement, Karine Oubouchet, l'ancien
l'Union européenne, un an après presser mardi midi devant les jeunes en formation en alternan- son Mandela. Mais, chut l, rien exige de retrouver son siège? Le joueur de rugby Serge Blanco ou
le lancement en grande pompe buffets de la garden-party de l'Ely- ce. Jeudi, il se rendra au Havre, la d'officiel à l'agenda. M. Sarkozy suspense est insupportable . • l'ancien député de Nouvelle-
de l'Union pour la Méditerranée sée, pas peu fiers et incapables de ville du chiraquien Antoine Rufe- s'y rend à titre privé. Arnaud Leparmentier Calédonie Jacques Lafleur.