VÉRITÉ, JUSTICE, RÉCONCILIATION OU COMMENT CONCILIER L'INCONCILIABLE

Florence Brisset-Foucault et al. La Découverte | Mouvements
2008/1 - n° 53 pages 9 à 13

ISSN 1291-6412

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-mouvements-2008-1-page-9.htm

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 141.2.29.136 - 24/08/2012 19h03. © La Découverte

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Brisset-Foucault Florenceet al., « Vérité, justice, réconciliation ou comment concilier l'inconciliable », Mouvements, 2008/1 n° 53, p. 9-13. DOI : 10.3917/mouv.053.0009

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 141.2.29.136 - 24/08/2012 19h03. © La Découverte

Pour citer cet article :

cairn. 2007.136 . l’édit de Nantes d’Henri IV (1598). l’État de droit et la paix civile lorsque les violences et l’oppression ont laissé des traces profondes dans les corps et les âmes.141. Loraux. S. S. 2002 . l’amnistie équivalait à une amnésie sociale : « défense de raviver les malheurs du passé ». © La Découverte mouvements n°53  mars-mai  2008  •  9 .. voire gangrènent le système politique ? Longtemps. PUF. © La Découverte C omment tourner certaines pages de l’histoire tout en rétablissant une cohésion au sein de communautés meurtries et divisées  ? Comment assurer la meilleure transition possible vers la démocratie. apparentés et héritiers des deux bords.). 1997.29.2. La page était tournée sans avoir été lue. Ainsi la France 1. 2.24/08/2012 19h03. Cette conception ne manquait pas d’avantages. Vœux pieux… Ce modèle a survécu jusqu’au xxe siècle. Le Seuil.29. Le premier était bien sûr l’immense accumulation de rancœur refoulée chez les victimes.. avait cherché à distinguer entre les luttes « à la régulière » des factions nobiliaires en conflit et les crimes crapuleux et bestiaux commis par les soudards. conditionnent au présent les relations sociales. De la Commune à la guerre d’Algérie. entre victimes et bourreaux. d’assurer la paix sociale… Elle présentait aussi deux défauts fondamentaux. Gacon. rien n’empêchait de réécrire les mêmes horreurs. Elle permettait d’en finir avec les guerres civiles à l’issue incertaine.136 . Jusqu’à récemment.2. de négocier le retour des militaires dans leurs casernes. Certes. L’amnistie..info .cairn. Wahnich (dir.info .141. la solution a été de couvrir du voile de l’amnistie les facteurs de divisions. Une histoire politique de l’amnistie.DOSSIER Vérité. L’oubli dans la mémoire d’Athènes. première grande amnistie française. non amnistiés. la société renonçait de ce fait à tirer les leçons du passé pour en éviter le retour. La cité divisée. Document téléchargé depuis www. réconciliation ou comment concilier l’inconciliable Document téléchargé depuis www.24/08/2012 19h03.. de l’Athènes classique 1 à la République française 2. justice. Payot. Par ailleurs. N.

Cependant. Il en était évidemment de même quand un camp avait écrasé l’autre (comme dans le cas de la guerre d’Espagne) mais aussi quand les anciens vaincus parvenaient. Chili). à écarter les vainqueurs (Argentine.24/08/2012 19h03. Yougoslavie. conflit ou pas.141. par une évolution de la société. en contradiction avec les impératifs de justice et de vérité. Après la fin de la Guerre froide. de la Yougoslavie au Rwanda en passant par la Sierra Leone. 1998 a vu la création dans la douleur de la Cour pénale internationale. le droit le plus abstrait – celui des conventions internationales – vient border le droit national pour protéger des individus : tout en permettant une certaine dose d’amnistie. Avec le procès de Nuremberg. ses versions localisées dont la Convention interaméricaine et la Convention européenne des droits de l’homme. La Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. La première trouve son origine dans la création de la Croix-Rouge (1863) et les Conventions de Genève (1864. le droit international devient l’outil privilégié pour conjurer le retour d’une violence perçue comme illimitée et archaïque (Rwanda. Mais depuis un quart de siècle environ. alors que la multiplication des conflits identitaires débouche sur des crimes de masse. À l’origine de cette évolution. il devient désormais impossible d’admettre. au cours de laquelle une communauté panse ses plaies..29. pérennisent la seconde matrice. la dissimulation des faits est devenue non seulement moralement inacceptable mais politiquement contre-productive. mais qui frappent les consciences. Aujourd’hui.24/08/2012 19h03. la notion de crimes contre l’humanité (pratiquement liés aux conflits armés mais théoriquement distincts) vient s’ajouter aux crimes de guerre. le Timor et les « chambres extraordinaires » cambodgiennes. cette conception du « retour à la normale » et de la paix civile.2. nécessaire localement à la restauration de la paix. elle réapparaît périodiquement.. avec leurs tribunaux respectifs. Droits de l’homme et droit humanitaire entrent désormais en contradiction avec les amnisties totales et aveugles « à l’ancienne ». justice. Les dilemmes de la justice transitionnelle 10  •  mouvements n°53  mars-mai  2008 Document téléchargé depuis www.141. largement étendues en 1949).cairn. au nom d’un droit Document téléchargé depuis www. à l’encontre des chefs rebelles de la Lord’s Resistance Army en Ouganda. © La Découverte . © La Découverte s’auto-amnistia des crimes de la Collaboration ou de la guerre d’Algérie.136 .. l’affirmation progressive du droit international et l’apparition de l’idée d’imprescriptibilité de certains crimes.29. seconde guerre d’Algérie…).cairn.. notamment occidentales.Vérité. qui a émis ses premiers mandats d’arrêt en 2005. Ainsi. réconciliation. Ce droit porte la marque de sa double matrice : droit humanitaire et droits de l’homme. Les 20 dernières années ont vu le fleurissement des tribunaux spéciaux et la circulation internationale de modèles de réconciliation : de l’Amérique latine à l’Afrique du Sud.136 . Les deux traditions convergent à la fin de la seconde moitié du xxe siècle. en effet. Les droits de la personne humaine sont alors réputés inviolables.2.info . a largement fait place à une vision renouvelée de ce que doit être une « transition ». certes non inédits.info . justement dans des contextes comme l’Ouganda. restaure la démocratie et l’État de droit et fonde éventuellement un nouveau contrat social.

Cécile Jouhanneau). restent entières : l’exercice de catharsis. L. Apparaît alors une forme de justice qui. Hélène Dumas. M. Le Seuil. mais plutôt une « boîte à outils » que l’on tente d’adapter à chaque situation. la réconciliation ?. nationale. S.info .141. les voies ainsi ouvertes étant parsemées de chausse-trappes et de compromis douteux. 2007  . Lefranc (dir.cairn. La Découverte.24/08/2012 19h03. Après le conflit. Juger la guerre.info . Le bilan que l’on peut tirer de son action est loin d’être univoque. mais aussi les dynamiques sociales à l’origine de la mise en forme et de la circulation internationale de « modèles » de justice transitionnelle. La mémoire collective et le droit. dans des registres très différents. de justice et réparation (le droit supérieur des victimes) et de non-répétition et réconciliation (la mise en place d’un nouvel ethos démocratique) 4.Édito 3. accompagne les sociétés encore marquées par des traumatismes politiques : entre la poursuite du conflit et ses cortèges de crimes d’une part. 2002.). quels responsables incriminer lorsque les auteurs des crimes de masse les plus faciles à attraper sont les « petits couteaux » ? À quelle(s) échelle(s) – internationale. P.29.. © La Découverte supérieur. L’ambition de ce numéro est donc de resituer les modèles de résolution des conflits et de réconciliation dans les contextes locaux et nationaux et de faire bénéficier le lecteur de témoignages et d’analyses d’acteurs de premier rang (magistrats comme Carlos Jimenez Villarejo.).. vaut-il absolution des crimes commis.136 . 2006. jusqu’où alors le droit doit-il aller ? Quelle justice mettre en œuvre. Lutter contre l’impunité. se glisse ce qu’on appelle aujourd’hui la « justice transitionnelle ». 2006 (1996 pour la version originale) . militants des droits de l’homme comme Hanif Vally. Voir.. et le droit des victimes doit-il être sacrifié sur l’autel de la réconciliation ? Si la réponse est négative. juger l’Histoire.  Joinet (dir. Juger les crimes de masse. © La Découverte . l’amnistie à l’ancienne et son cortège d’impunité d’autre part. celle-ci n’est pas un modèle importable tel quel.cairn. Dix questions pour comprendre et agir. PUF. etc. durant la phase de cicatrisation. Michel Houdiard Editeur.29. locale – la justice est-elle en mesure de satisfaire à l’exigence de réparation des victimes sans risquer de mettre à mal le processus de transition politique censé empêcher tout retour en arrière vers le chaos ? Ces dilemmes de la justice transitionnelle doivent être passés au crible de l’analyse. 4.24/08/2012 19h03. Dans ce même souci de re-situation.2. avocats comme François Roux.141. Pour autant. Osiel. Une analyse prenant en compte les spécificités politiques locales et notamment les rapports de pouvoir hérités des régimes antérieurs. mouvements n°53  mars-mai  2008  •  11 Document téléchargé depuis www. auquel peuvent être assimilées les commissions vérité. l’impunité des crimes les plus graves.2. liés à la difficile conciliation entre les impératifs de vérité (le « devoir de mémoire »).) et d’études sociologiques de chercheurs ayant effectué de longues études de terrain (Tim Allen.136 . Plusieurs questions. notamment.. qualifiés par le droit international de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité 3. Du bon usage des commissions Vérité et de la justice internationale. les articles de Sandrine Lefranc et de Julien Seroussi permettent d’historiciser les modèles et de Document téléchargé depuis www. Hazan.

29.info . Colombie). se pose à tous les pays qui doivent faire face à leur passé criminel. © La Découverte saisir les enjeux professionnels et politiques qui se jouent dans leur exportation. Justice transitionnelle ». Elle s’interroge sur les débats et les enjeux locaux. le 6 décembre 2007 à l’Assemblée nationale à Paris. La troisième partie replace les différentes expériences de justice et de réconciliation dans les contextes politiques nationaux.cairn. en reconstituant leur historicité et en les resituant dans l’espace social.24/08/2012 19h03. Le numéro s’articule en trois parties.2.. insérées dans ce dossier et signalées par le sigle du groupe Les Verts/Alliance Libre Européenne. qui tous deux ont éprouvé le besoin d’être mieux armés face à certaines situations extrêmement douloureuses liées à un passé conflictuel. l’impunité et la justice pénale dans le cas de sorties de crises et de travailler les contradictions ou les articulations entre les modèles internationaux de réconciliation et de justice et les spécificités locales des crises ou des systèmes nationaux et locaux de justice.141. que l’on retrouve dans ce numéro avec les contributions de la revue Mouvements. La deuxième aborde les différents modèles de justice transitionnelle et examine leurs spécificités juridiques (Joinet). et Alain Lipietz.24/08/2012 19h03. Ils ont donc pris l’initiative d’organiser. Ce sont les contributions à ce colloque.2.29. Impunité.136 . Andreu).cairn.141. Ces dilemmes posent in fine la question plus large de la nature de la transition démocratique et du modèle de société sur lequel ce processus politique et judiciaire est censé déboucher. notamment les jeux de pouvoir impliqués au niveau local par ces modèles via une série d’études de cas.Vérité. cette question de la nature du contrat social et du contenu du récit mémoriel que dessine la nouvelle ingénierie sociale de la justice transitionnelle. La première introduit les problématiques du colloque avec des réflexions et des analyses sur le thème « Amnistie.info .php? article2116 12  •  mouvements n°53  mars-mai  2008 Document téléchargé depuis www. Les dilemmes de la justice transitionnelle 5. justice. espagnol) sont intégralement disponibles sur http://lipietz. présidente de la sous-commission des Droits de l’homme.. Ce numéro de Mouvements est le résultat d’une collaboration avec deux députés européens du groupe Vert : Hélène Flautre. les textes en version originale (anglais. réconciliation. politique et militant (Lefranc. © La Découverte . ou est-il préférable de rejeter un processus qui légitime des pouvoirs criminels à la fois juge et partie ? En réalité. Amnésie. président de la délégation pour la Communauté andine. Elle fait le bilan et aborde les polémiques dont ces modèles ont fait l’objet (Hazan). L’ensemble des interventions de ce colloque. Document téléchargé depuis www...136 . un colloque sur ce thème 5.net/spip. même les plus démocratiques. La réunion de ces textes se veut une occasion de réincarner les débats sur l’amnistie. Lorsque les apparences d’une justice réparatrice servent d’abord à dissimuler l’absence de véritable transition politique (Algérie) ou son caractère inabouti (Maroc. doit-on considérer qu’il vaut mieux entrouvrir la porte d’une justice transitionnelle qui puisse énoncer certaines vérités et apporter aux victimes quelques réparations. leurs enregistrements audio.

cairn. © La Découverte . remet en question.. à travers la notion de repentance. il est important de contribuer au débat sur les pratiques de ce qu’on appelle « la justice transitionnelle » et sur les interrogations qu’elles soulèvent.29. Natalie Gandais-Riollet.info . Dossier Coordonné par : Florence Brisset-Foucault. l’amnistie est toujours subordonnée aux principes de vérité.2.cairn.Édito À l’heure où le président Sarkozy.24/08/2012 19h03.info . Alain Lipietz. Car si utile qu’elle puisse être pour terminer un conflit..136 .141. l’idée même d’un retour sur le passé comme moyen de refonder du lien social et politique sur des bases réellement saines. de justice et de réparation.. marquant ainsi une rupture par rapport à une évolution positive de la conscience universelle.141. Dimitri Nicolaïdis mouvements n°53  mars-mai  2008  •  13 Document téléchargé depuis www..136 .24/08/2012 19h03.29. © La Découverte Document téléchargé depuis www.2.