Plaidoyer pour un nouveau projet socialiste Non-violence & force de la vérité

Indignation, convictions & propositions

Ce document fait 407.500 caractères (espaces compris) soit 271 feuillets

Table des matières Indignation Convictions Propositions Introduction Préambule au programme « Non-violence et force de la vérité » 1 – émocratie & institutions

! – "onnaie & revenu universel # – $anté & alimentation % – &ducation & rec'erc'e ( – Nature & agriculture ) – &nergie & transports * – Production & consommation + – éfense & affaires étrang,res -nne.es 1 – /0oligarc'ie occidentale et l0illusion démocrati1ue ! – /e s2st,me monétaire actuel et la pétition « Pour 1ue l3argent serve au lieu d0asservir » # – -griculture 4 états des lieu. et associations % – /e mouvement des Colibris et leur plan ( – 5raternité Cito2enne ) – -uteurs, ouvrages & te.tes 6 lire * – Citations + – -utres anne.es et notes

… Indignation
« D'abord ils ous i!norent" puis ils se mo#uent de ous" puis ils ous combattent" puis ous !a!ne$. % "7 87 9-N :I /0indignation voire m;me une saine col,re m0a enva'i lors1ue <0ai compris, au début des années 1==>, le fonctionnement du s2st,me monétaire international7 ?0ai alors décidé de consacrer ma vie 6 la rec'erc'e de la vérité et de la partager avec mes concito2ens @ c0est ce 1ue <e fais par l0intermédiaire du net depuis 1===7 ?e suis c'o1ué par la mentalité ou l0idéologie de l0oligarc'ie7 ?e crois 1ue la seule solution est politi1ue au sens noble du terme7 /0indignation n0est pas suffisante, le combat politi1ue s0impose, il s0agit de c'asser du pouvoir cette oligarc'ie manipulatrice7 /es solutions e.istent pour vivre sainement, paisiblement et confortablement dans notre pa2s une fois débarrassé de ce gouvernement de privilégiés 1ui ne défendent 1ue leurs intér;ts7 Pour dire la vérité 6 mes concito2ens et révolté par la stupidité, l0absurdité et la violence de l0idéologie économi1ue et politi1ue dominante 1ui est partagé aussi bien par la droite 1ue par le gouvernement social-libéral actuel, <0ai décidé d0agir, de me présenter au. élections présidentielles, d0;tre candidat au. primaires socialistes de !>1) et de !>!17 Cela dit, ne preneA pas ce te.te pour « ma » profession de foi, car au del6 de mon aventure personnelle 1ui peut tr,s bien s3arr;ter Bdéfaut de parrainage, incapacité, découragement, maladie, CD, ce te.te pourrait tout aussi bien inspirer d3autres candidats potentiels 6 la magistrature supr;me7 /3essentiel c3est, bien évidemment, 1ue les cito2ens s3approprient cette réfle.ion 1ue l3on peut faire sur notre civilisation et 1ue les propositions 1ui semblent les plus pertinentes et les plus bénéfi1ues pour la 5rance et sa population soient appli1uées afin de sortir de l3absurdité, de l3ini1uité et de la violence de cette civilisation de la marc'andise finissante7 En peut ergoter sur la date de naissance du capitalisme, personnellement, <0opte pour l0an 1%=!7 Certains font remonter le capitalisme 6 la républi1ue de Fenise, d0autres consid,rent 1ue sa véritable naissance coGncide avec les révolutions américaine et franHaise ou encore avec le mouvement des enclosures 6 partir de la fin du 1)e si,cle7 Iuoi 1u0il en soit, c0est clair 1ue l0-ngleterre du 1+e était le pa2s p'are du capitalisme naissant et 1ue la création de la monnaie fiduciaire par les marc'ands d0or 1ui sont devenus ban1uiers est l0élément moteur du capitalisme7 Jn clair, pas de capitalisme sans capital K Jvidemment, les laudateurs du capitalisme font remonter celui-ci avec la révolution néolit'i1ue7 Pour eu., le capitalisme est un état de nature et tout s0e.pli1ue par le darLinisme social7 M'omas 8u'n a beaucoup utilisé le mot de paradigme en référence 6 une t'éorie scientifi1ue 1ui est une description du monde 1ui nous propose une structure conceptuelle pour décrire un ensemble de p'énom,nes7 Nn paradigme entre en crise lors1u0une multitude de données empiri1ues, de faits concrets mettent 6 mal le cadre t'éori1ue global7 onc dans une situation de crise, une t'éorie alternative, une nouvelle vision du monde se présente forcément7 Ce mot appli1ué au. t'éories scientifi1ue au 1= e, s0est généralisé pour e.primer le substrat idéologi1ue d0une civilisation7 Nne révolution paradigmati1ue institue une structure conceptuelle en complet désaccord avec l0ancien paradigme7 Jt comme en science, la vision du vivre ensemble, la vision du monde, oscille entre des périodes 1ue l0on pourrait dire « normales » dominées par une t'éorie au sein de la1uelle on c'erc'e 6 résoudre tous les probl,mes et des périodes « révolutionnaires » 1ui renouvellent le paradigme en réinterprétant tous les p'énom,nes dans un nouveau sc'éma conceptuel7 :istori1uement, les révolutions paradigmati1ues sont, pour ne citer 1ue les plus importantes sur notre bout de plan,te appelé occident 4 - la fin de l0empire romain et l0émergence de la c'rétienté comme religion d0état 6 la fin du % e si,cle @ Bsuivi d0une période sombre et de c'aos 4 le 'aut "o2en -geD - la renaissance, la réforme protestante et son corollaire la rédemption par le travail @

-

et la plus récente, les lumi,res du 1+e et les révolutions américaine et franHaise7

?e ne vais pas m0étendre sur l0'istoire du capitalisme, d0autres le font dé<6 tr,s bien, mais simplement sur l0'istoire de sa fin7 ?e dirais 1ue la crise des années #> a été sa crise cardia1ue, la guerre #=-%( son pontage coronarien 1ui lui a permis de lui donner un second souffle - il faut se souvenir tout de m;me 1ue le capitalisme était considéré 6 l0épo1ue par beaucoup comme mourant - et les #> glorieuses, 1ue Oené umont appelait les #> désastreuses, comme son sursis avant la lente agonie dans la1uelle nous vivons7 ans les années +>, 6 l0école d0ingénieur 6 "ontréal oP <0étais 6 l0épo1ue, n0ai-<e pas appris 1ue grQce au. biotec'nologies et au. NMIC, nous allions, tr,s certainement, connaRtre la p'ase ascendante du ( e c2cle de 8ondratiev7 8ondratiev est un économiste russe 1ui a été limogé par le pouvoir stalinien car il prétendait 1ue le capitalisme renaRt de ses cendres apr,s une crise grave dans une périodicité de c2cles longs de (> 6 )> ans liés au. différentes grandes innovations tec'nologi1ues7 Non, circuleA il n02 a rien 6 voir K Fous ne verreA <amais ce (e c2cle de Sondratiev tant attendu K Jvidemment, une civilisation ne meurt pas du <our au lendemain7 -lors, allons-nous vivre une lente agonie sur plusieurs décennies T Personnellement, <e ne crois pas7 0abord, parce 1ue cette agonie est dé<6 commencée depuis le début des années +> et ensuite parce 1u0il suffit d0observer 'onn;tement les événements et l0évolution des mentalités pour constater 1ue la mort clini1ue du capitalisme est imminente7 $inc,rement, <e crois 1ue la c'ute de cette civilisation est pour bientUt7 !>!> T !>#> tout au plus K 5ranc'ement, <e n0arrive pas 6 me pro<eter dans #> ans en train de regarder la publicité 6 la télé et le ?M de !>' avec des bonimenteurs 1ui nous parlent de croissance obligatoire pour réduire le c'Umage et tout le bourrage de crQne 1ui va avec7 -vec la crise, <e me ré<ouis de constater 1ue les socio-économistes, "ar., urS'eim, Veber, $c'umpeter, "auss, Polan2i et $erge /atouc'e sont de retour car les économistes ort'odo.es ou néo-classi1ues avec leurs é1uations se gonflent d0arrogance 6 vouloir nous démontrer 1ue l0économie est une science avec ses lois – leurs lois – les r,gles du capitalisme7 Pour plus d0information voir l0ouvrage de $erge /atouc'e 4 &'in ention de l'(conomie7 Pour résumer, tout est de la faute 6 Valras avec son mod,le de l0é1uilibre général 1ui met l0économie en totale apesanteur sociale7 Pour c'anger de civilisation, le premier point essentiel c0est l0appropriation de la création monétaire par le peuple pour le peuple et gérée par ses élus et par l0&tat par un retour de la Wan1ue de 5rance et la nationalisation de toutes les ban1ues7 Jn clair 4 tous les intér;ts doivent ;tre pa2és 6 l0&tat7 /0&tat souverain doit ;tre le seul créateur de la monnaie fiduciaire et scripturale7 ?e précise 1ue ces deu. termes se confondent si l0&tat contrUle la création monétaire7 0autre part la fonction d0assurance ou mutualiste doit également ;tre contrUlée par l0ensemble des cito2ens et sortir de la sp',re du profit7 e m;me 1ue tous les grands mo2ens de production et de transport 1ui doivent appartenir 6 l0ensemble de la collectivité par des processus de direction 6 inventer comme des directions collégiales issues 6 la fois d0usagers, d0emplo2és et d0élus ou de représentants d0élus7 Wref un nouveau contrat social, avec l0entrée de concepts comme la gratuité d0un certain nombre de services et m;me de biens, un service social 6 la carte, un revenu d0e.istence de la ma<orité 6 la mort, etc7 "ais certains ne sont pas d0accord, évidemment, ceu. 1ui sont au pouvoir7 C3est-6-dire les bilderbergers, les membres de la trilatérale, c'eA nous ceu. 1ui se retrouvent un mercredi par mois place de la concorde au sein du saint du pouvoir financier, politi1ue, économi1ue, médiati1ue, intellectuel et s2ndical, dans une association 1ui s0appelle le )iècle et bien sXr les fr,res la gratouille Bc0est "itterrand 1ui les appelaient comme HaD des clubs 97E7, 97/7N757 et autre 9rande /oge e 5rance oP l0on retrouve une bonne partie de la nomenSlatura franHaise7 Jt, évidemment, tous ces gens l6, ils n0ont pas envie de c'anger le monde et on comprend pour1uoi puis1u0ils sont au pouvoir K Jt ils font tout ce 1u0ils peuvent pour nous convaincre 1ue le monde a tou<ours été ainsi et 1u0il sera tou<ours comme cela7 Jt la plupart des intellectuels et des <ournalistes sont l6 pour continuer 6 nous le faire croire K e toute faHon, une vision du monde tient parce 1ue les dominants tiennent les dominés par un discours idéologi1ue7 Jt lors1u0on s0approc'e de la fin d0une société, ces dominants prétendent 1ue ce n0est pas un discours idéologi1ue et 1u0il n0e.iste aucune autre vision du monde possible K "ais les c'oses ne sont pas si simples @ évidemment il 2 a ceu. 1ui sont tout en 'aut de la p2ramide mais ensuite, il 2 a ceu. 1ui sont <uste en-dessous et puis ceu. 1ui sont <uste en-dessous de ceu. 1ui sont <uste en-dessous, etc7 Jt c'acun se dit 4 <0ai un plus ou moins gros « bout de fromage » et de toute faHon <e ne vais pas c'anger le monde et puis apr,s tout, apr,s moi le déluge K Ceu. 1ui sont en 'aut sont probablement bien conscients de l0absurdité du s2st,me, certains 2 croient peut-;tre, mais <0en doute ou alors ils sont tr,s b;tes ou totalement conditionnés7 Jt parfois ce ne sont pas ceu. 1ui sortent des grandes écoles BJN-D 1ui sont le moins conditionnés K Jt plus on descend, moins les gens sont vraiment conscients, mais c0est surtout 1u0ils ne veulent pas le voir7 En appelle cela 4 la servitude volontaire7 Jt, il faut bien le dire, cette servitude est rassurante, pour1uoi se poser des 1uestions T C0est fatigant de se poser des 1uestions K C0est tellement plus simple de s0avac'ir sur son canapé et de regarder des talS s'oL et des realit2-s'oLs stupides7 PoseA-vous cette 1uestion 4 est-ce 1ue ce 1ue <e fais dans ma vie professionnelle est véritablement bénéfi1ue au. autres T Eu est-ce 1ue ce 1ue <e fais est une faHon plus ou moins '2pocrite de profiter de la seule mine inépuisable 4 la b;tise 'umaine T Jst-ce 1ue <e mangerais les fruits et les légumes de mon e.ploitation agricole saturés d0intrants, est-ce 1ue <0ac',terais les produits ou les services de l0entreprise pour la1uelle <e travaille, est-ce 1ue <0ai besoin d0ac'eter tout ces produits 1ui me sont si gentiment proposés 6 la MF pour remplir mon vide intérieur T -lors, 1u0est-ce 1ue l0on fait T Parce 1u0il paraRt 1ue la reprise pointe son neA K Font-ils réussir 6 faire repartir la croissance T Ent-ils réussi 6 moraliser le capitalisme T J.cuseA-moi d0en douter K C0est la novlangue du libéralisme, c0est orLellien comme formule, moraliser le capitalisme, vo2ons donc K C0est du m;me genre 1ue la guerre c0est la pai., la liberté c0est l0esclavage ou l0ignorance c0est la force K onc ne pas se poser de 1uestions, continuer 6 penser 1ue le capitalisme est l6 <us1u06 la fin des

temps et surtout ne pas s0in1uiéter des dégQts causés par un s2st,me ini1ue, absurde et violent ou alors réinventer le monde pour demain7 C0est 6 vous de c'oisir7 Car ce 1ue nous vivons, ce n0est pas une crise mais c0est la plus grande escro1uerie de l0'istoire de l0'umanité K Il est plus 1ue temps de nous réveiller et de foutre un bon « coup de pied au cul » au. banSsters, au. multinationales et au. ps2c'opat'es 1ui dirigent le monde K Ces fous veulent nous amener 6 une confrontation planétaire <uste pour ne pas perdre le pouvoir7 Nous le savons, les médias nous ont menti sur les guerres de $2rie et de /ib2e et non seulement ils nous mentent, mais ils nous manipulent par leur propagande incessante sur la rigueur budgétaire, la crise financi,re, etc7 Oéveillons-nous K Cette crise monétaire est virtuelle puis1u0elle est basée sur une monnaie créée e.-ni'ilo B6 partir de rienD par les banSsters 1ui contrUlent la 5ed7 /es gouvernements européens et américains sont soumis 6 ce pouvoir discret mais totalitaire 4 les ban1uiers 1ui contrUlent la 5ed7 Mant 1ue les cito2ens n0auront pas compris BaD 1ue les seules ric'esses 1ui e.istent sont l0énergie 'umaine Bl0ingéniosité, le savoir-faire, le travailCD, ses réalisations Bimmeubles, usines, mac'ines, logiciels, oeuvres d3art, inventions, 777D et les ric'esses naturelles @ BbD 1ue la monnaie est un instrument de manipulation au service d0une toute petite minorité sur l0ensemble de l0'umanité, c0est l0instrument de management supr;me @ BcD 1ue les ban1uiers ont donc 6 leur disposition, depuis plus de trois si,cles, un instrument 4 la monnaie bancaire ou fiduciaire ce 1ui leur donne tout pouvoir @ BdD 1ue cette fausse monnaie 4 la monnaie fiduciaire est 6 l0origine du capitalisme et de la plupart de nos probl,mes et BeD 1u0une fois débarrassée de l0esclavage de cette monnaie dette et grQce 6 la prodigieuse efficacité de nos mo2ens de production, l0'umanité pourra enfin accéder 6 un véritable Qge de prospérité7 onc tant 1u0une ma<orité de cito2ens ne sera pas consciente de cela, alors les ban1uiers et leurs valets Bla plupart des économistes, des <ournalistes et des politi1ues de la ma<orité et de l0opposition officielleD continueront 6 vous manipuler et 6 vous tondre comme des moutons K Il faut savoir B1D 1ue depuis le 1( aoXt 1=*1, toute la monnaie en circulation sur la plan,te est de la monnaie de singe – la derni,re monnaie gagée sur l3or était le dollar N$ 6 'auteur de #( YZl3once @ B!D 1ue les ban1uiers font de la fausse monnaie depuis tou<ours – c3est le s2st,me 6 réserves fractionnaires – et c3est l3escro1uerie 6 la base du s2st,me capitaliste @ B#D 1ue cette fausse monnaie a permis la prédominance 1uasi universelle de la société de la marc'andise sur la plan,te @ B%D 1ue depuis 1=*# l3&tat franHais s3est interdit de faire marc'er sa planc'e 6 billets et cette interdiction a été reprise par les articles 1>% B"aastric'tD et 1!# B/isbonneD @ B(D 1ue la ban1ue centrale américaine – la 5J – n3est ni fédéral ni public K C3est un consortium de ban1ues privées et B)D 1ue pour se sortir de la « merde », il e.iste une solution 4 la réforme monétaire dite du 1>>[ "one27 C0est-6-dire une capacité d0émettre la totalité de sa monnaie sur son territoire par le représentant du peuple – l0&tat – pour le bénéfice de son peuple7 Jn clair, la création monétaire est au<ourd0'ui une affaire privée, elle n0aurait <amais dX l0;tre, c0est la plus grande escro1uerie de l0'istoire de l0'umanité et cette création monétaire ne peut ;tre 1u0une affaire publi1ue7 Iui est propriétaire des médias classi1ues au. N$- T Iui est propriétaire du s2st,me de la Oéserve 5édérale T Iui détient les plus grandes parts dans l0industrie militaire T \ 1ui appartient le pétrole T \ 1ui appartient le dollar T /ors1ue l0on se rend compte 1u0il s0agit de la m;me petite cabale de personnes dont PatricS Vood parlait il 2 a trois décennies dans son livre écrit en commun avec -nt'on2 $utton, ]Mrilaterals over Vas'ington], vous aveA votre réponse7 Nne guerre bénéficiera 6 tous les intér;ts commerciau. mentionnés ci-dessus ainsi 1u06 préserver le statut de domination du pétrodollar7 /es spéculateurs criminels et sans scrupule Bles 'uit familles 4 9oldman $ac's, OocSefeller, /e'man et 8u'n /oeb de NeL ^orS, les Oot'sc'ild d0-llemagne, de Paris et de /ondres, les Varburg de :ambourg, les /aAard de Paris et les Israel "oses $eiff de OomeD ont infiltré la 5ed Bils sont la 5ed KD, la Cit2 et la plupart des ban1ues centrales européennes7 Ils sont évidemment derri,re les ban1ues4 WanS of -merica, ?P "organ, Citigroup, Vells 5argo, 9oldman $ac's et "organ $tanle27 Ils sont pr;ts 6 tout, puis1u0ils ont essa2é de tuer le président des N$- 4 -ndreL ?acSson, ont fait tuer -bra'am /incoln et ?5 8enned2, le secrétaire au trésor de M'omas ?efferson, parce 1u0ils voulaient 1ue les N$- reprennent leur indépendance monétaire7 Ils ont ruiné des millions d0-méricains avec les :edge-5unds, se sont emparé de la Wan1ue d0-ngleterre par la ruse7 Ils se sont enric'is en pr;tant au. &tats de l0argent 6 des tau. usuraires pour financer les guerres de $écession, napoléoniennes, la premi,re guerre mondiale puis la seconde guerre7 Ces 'uit familles ont m;me financé :itler K Ils ont également rec2clé l0or volé des <uifs assassinés pendant la $'oa BC'aseD7 Ils n0'ésitent pas 6 renverser des &tats7 /a ban1ue Oot'sc'ild a renversé de 9aulle7 Ils ont participé 6 la révolution en Munisie7 /a ban1ue centrale de Munisie contrUlée par les Oot'sc'ild a remplacé la ban1ue _itouna de la famille Wen -li7 Ils sont aussi partie prenante dans la révolte ég2ptienne avec Jl Waradein 1ui préservera l0e.istence de la ban1ue centrale d0Jg2pte, infiltrée par les Oot'sc'ild7 -bdel'aSim Wel'ad<, ancien dirigeant de la ?ama'iri2a groupe islami1ue Bformé par l0EM-ND 1ui a contribué 6 renverser "ouammar 8ad'afi et marionnette des Oot'sc'ild, a rencontré, en Mur1uie, les dirigeants de l0armée s2rienne libre pour envo2er des troupes lib2ennes et ainsi alimenter l0insurrection contre Wac'ar al -ssad7 Ils ont profité des grandes crises ou en sont les responsables 4 crises 1=!> B"organD, 1=!= Bla 5ed, c0est 6 dire les 'uit famillesD7 - la base du complot 4 enlever au. nations leur souveraineté monétaire, tel 1ue "a2er -msc'el Oot'sc'ild l0e.pli1uait 4 « onneA-moi le contrUle de la monnaie d0une nation, et <e me mo1ue de 1ui fait ses lois »7 C0est ce 1ui se passa en 1=1# avec la Oéserve 5édérale des Jtats-Nnis7 Ne pouvant plus battre monnaie, les &tats sont obligés d0emprunter 6 des ban1ues privées <udéo-anglo-américaines7 irigés par des complices au service de ces banSsters, les pa2s s0endettent trop, provo1uant toutes les crises depuis le 1=e si,cle7 /es &tats affaiblis par les crises, il est alors facile de remplacer les gouvernements incompétents ou complices par des représentants de ces ban1ues et ainsi asservir les peuples par le paiement d0intér;ts sur les intér;ts, d0impUts e.orbitants, de ta.es, d0inflation comme en 5rance, en Italie, en 9r,ce, en Jspagne, au Portugal, en Munisie, en faisant croire au. peuples 1u0ils sont aussi responsables, car ils ont élu ces gouvernements incompétents et ou corrompus7

?3ai publié l3article ]C0est la Crise finale K] dans la revue Ne.us durant l3été !>1> Banne.e +D 1ue <3ai également publié le !1 février !>11 sur -goravo.7fr7 ?e commenHais l0article en disant « 1u0en dépit des propos rassurants des e.perts, le s2st,me financier planétaire touc'e 6 sa finC Nne seule solution pour les &tats 4 reprendre le pouvoir de la monnaieC »7 Jn effet, <e dénonce depuis plus de !> ans l0escro1uerie 6 la base du s2st,me capitaliste 4 le s2st,me monétaire de Oéserves 5ractionnaires 1ue prati1uent les ban1ues depuis plus de deu. si,cles7 -vec ce s2st,me, la planc'e 6 billets a tou<ours été une affaire privée pour les particuliers et les entreprises, mais depuis %> ans, depuis le # <anvier 1=*# pour la 5rance pour ;tre plus précis, l0&tat, sous pression des ban1uiers, s0est interdit 6 lui-m;me de créer la monnaie dont il a besoin7 C0est évidemment une tra'ison des "essieurs Pompidou et 9iscard et donc depuis le gouvernement se refuse 6 lui-m;me un privil,ge 1u0il a accordé au. ban1ues par la loi, il se fait le serviteur des ban1uiers et méprise le peuple7 Pour 1u0un gouvernement soit vraiment souverain, il faut 1u0il reprenne son droit de créer un argent libre de dette7 ?e finissais l0article en disant 1ue la « crise économi1ue et financi,re globale serait un bienfait pour l0'umanité7 0abord, on arr;terait de travailler, consommer et polluer en toute inconscience, et ensuite, ce pourrait ;tre l0occasion d0une émancipation e.traordinaire7 Concr,tement, matériellement, rien ne serait perdu7 $eule la possibilité de mobiliser l0énergie 'umaine, le pouvoir sur l0autre, est aboli7 C0est une vraie révolution, une réelle abolition des privil,ges7 » Jt 1ue « les grands perdants seront les grands manipulateurs de finances7 Pour == [ de la population, cela ne sera pas bien grave7 /0énergie de tout un c'acun sera libérée du carcan, des c'aRnes de la finance internationale et de ses geUliers 4 les financiers7 Certains pourraient se sentir un peu déboussolés et sans l0&tat et les processus démocrati1ues, les c'oses pourraient dégénérer7 "ais restons calmes 4 la ric'esse, la vraie, notre énergie, n0aura pas disparu7 Il n02 a pas eu de guerre en Jurope depuis des diAaines d0années et grQce au travail et au génie 'umain nous avons des mo2ens de production d0une e.traordinaire efficacité @ en fait, nous n0avons <amais été aussi ric'es7 /e <our oP les peuples réaliseront cela, nous pourrons enfin mettre en place une société de convivialité, de temps c'oisi, d0'armonie et de respect7 » Pour sortir de la crise monétaire absurde dans la1uelle nous sommes englués, <e propose les solutions du « 1>> [ mone2 » et de l0assouplissement monétaire pour les peuples, c0est-6-dire, premi,rement un contrUle de la totalité de la masse monétaire en circulation par l0&tat et deu.i,mement un revenu d0e.istence pour tout un c'acun7 Jt il est évident 1ue ces réformes ne pourront se faire 1u0au niveau de l0&tat franHais en commenHant par la nationalisation de toutes les ban1ues franHaises sans indemnité pour les actionnaires bien évidemment7 Jn effet, comment se mettre d0accord sur des réformes aussi importantes au niveau européen T Cette crise est l6 pour abattre les Nations et les démocraties7 Jn confis1uant la souveraineté des nations grQce 6 la dette de leur gouvernement avec la complicité des agences de notation, en détruisant les économies nationales en imposant au. Nations un libre éc'ange débridé avec la complicité de l0E"C, du 5"I, de la Wan1ue "ondiale pour leur imposer un Nouvel Erdre "ondial et une dictature planétaire, basée sur des valeurs telles 1ue l0argent 6 tout pri., le progr,s 6 tout pri., la science sans conscience, la concurrence et la concentration e.acerbées7 /e combat politi1ue au<ourd0'ui est tr,s simple 4 il s0agit de foutre un bon « coup de pied au cul » des banSsters et il faudra le faire un <our ou l0autre, c0est incontournable7 ?e suis donc candidat 6 l0élection présidentielle et ce n0est ni une plaisanterie ni une lubie7 -spirer 6 devenir le Président des 5ranHaises et des 5ranHais, mes c'ers compatriotes, impli1ue d3;tre porteur d3une vision pour la 5rance, une vision animée par l3espoir d3un avenir meilleur pour toutes et tous au sein de la grande famille 1ue nous formons7 ?e suis un cito2en ordinaire issu de la classe mo2enne mais <e suis néanmoins 'abité par la volonté de conduire un pa2s de )( millions d0'abitants et de %% millions d0électeurs, une volonté 1ue mar1ue une détermination 'ors du commun7 /a souveraineté du peuple s0e.prime par le suffrage universel7 -u<ourd0'ui, la démocratie est bafouée par une oligarc'ie détentrice des ban1ues et des mass média7 Il n02 a aucune c'ance, étant donné mon discours, 1ue les média dominants me « délivrent un certificat de crédibilité »7 Il est peut-;tre fou de vouloir défier ce s2st,me 1ue d3aucuns condamnent comme corrompu mais 1ui impose de crise en crise sa loi d3airain7 ?e n3ai pourtant aucune g;ne 6 persister et 6 signer devant vous mon solennel engagement7 ?e m3engage, en effet, 6 croiser le fer, peu importe 1ue l3on m3ignore, 1ue l3on me tourne en dérision, 1ue finalement l3on vienne 6 me combattre, <e m3engage 6 croiser le fer, disais-<e donc, avec cette oligarc'ie 1ui ne croit 1u3en une seule « démocratie », celle de la manipulation des moutons7 Jt vous ne vouleA en aucun cas ;tre traités comme des moutons7 Notre code électoral reste tr,s imparfait, mais la politi1ue de la cité, notre cité, notre bien commun, notre républi1ue, se décide grQce 6 l3universel suffrage des cito2ens7 Nn suffrage 6 bulletin secret7 Nne banale cito2enne, un banal cito2en, égale une voi., et la voi. de "7 Oot'sc'ild ne vaut pas plus 1ue la vUtre7 Ce suffrage cito2en, 1ui présentement, est la clef de notre destin commun, crée un rapport de force 1ue concrétisent partis et partisans7 Jt si vous, mes c'ers concito2ens, vous aimeA le programme dont <e suis le porte-parole, si vous l3agréeA parce 1u3il vous touc'e en profondeur et répond 6 votre espérance, 6 votre e.igence d3un avenir meilleur, merci de bien vouloir faire parti de mes partisans7 ?e ne désire pas <ouer les Cassandre mais il 2 aura un combat 6 l0intérieur du P$ lors du proc'ain congr,s Bfin !>1%D, un combat 1ui déterminera si, oui ou non, se tiendra en !>1) une primaire pour les élections présidentielles de l3année suivante7 ?e veu. pourtant vous faire comprendre 1ue, plus par clientélisme 1ue par conviction, les partisans de 5ranHois :ollande Bles 'ollandaisD au service de l0oligarc'ie, vont mettre toutes leurs forces dans la balance pour barrer la route afin 1u0il n02 ait pas de primaire en !>1)7 Puis-<e vous rappeler 1ue voter au P$ e.ige d3;tre encarté depuis plus de ) mois Bvoir anne.e +D7

Iuoi 1u0il en soit, il 2 aura des primaires pour les présidentielles de !>!! en !>!17 ?e rappelle 1ue les votes pour la primaire de !>1), si elle a lieu, et pour celle de !>!1, 1ui aura forcément lieu, sont ouverts 6 tous les cito2ens franHais7 Nous sommes des centaines de milliers de cito2ens conscients du mensonge et de la duplicité des classes dirigeantes, so2ons des millions demain7 Ce n0est pas la politi1ue 1ui est sale, ce sont certains politi1ues7 Car s0il est vrai 1ue parfois la politi1ue est sale, il faut rentrer dans la politi1ue et la netto2er K Jt donc la meilleure faHon de faire c0est de s0engager mais de s0engager en soutenant ces valeurs 'umaines de l0'onn;teté, de l0engagement, de la transparence7 Jt puis si c0est sale, c0est 6 nous de faire en sorte 1u0elle se nettoie et donc Ha dépend de nous et ce n0est pas une c'ose 6 éviter K -lors 1u0est ce 1ui nous emp;c'e de faire de la politi1ue pour c'asser les mauvais politi1ues du pouvoir T Ne serait-il pas plus efficace de <oindre nos ent'ousiasmes 6 c'anger le monde plutUt 1ue de le faire c'acun dans notre coin T ?e ne suis 1u0un porte-drapeau et <0ai besoin de tous les cito2ens de bonne volonté7 ?e suis ingénieur, auteur, conférencier et le mandataire de la "otion % pour le département de la ordogne B1 er signataire 4 $tép'ane :esselD7 /ors du dernier congr,s du P$ 1ui s0est déroulé fin octobre !>1! 6 Moulouse, cette motion a recueilli plus de 1> >>> suffrages soit 1![ des votes e.primés des membres du P$7 "a candidature 6 la présidence de la républi1ue n0est pas une nouveauté7 ?0ai annoncé mon intention de me présenter 6 l0élection présidentielle le 1er <anvier !>>>7 ?e l0avais fait 6 l0épo1ue par un communi1ué de presse7 ?0avais obtenu, durant la pré-campagne de !>>!, 1uel1ues articles de presse ainsi 1ue deu. passages 6 la télévision B5rance ! et Canal `D7 5aute d0avoir rassemblé les (>> parrainages, <e n0ai pas pu me présenter officiellement7 ?e n0ai pas participé 6 la campagne de !>>*7 Pour !>1!, <0ai d0abord voulu participer 6 la primaire d0Jurope écologie – les Ferts7 ?0ai finalement renoncé parce 1ue <e ne voulais pas signer un engagement de la direction 1ui m3engageait 6 soutenir le gagnant des sondages de l3épo1ue 4 N7 :ulot, et 1ue <0ai estimé 1ue c3était beaucoup d3énergie pour peu de résultats7 ?e suis fondamentalement socialiste @ <0ai alors décidé, dés 1u0il est apparu 1ue "7 $trauss-8a'n était dis1ualifié, de prendre ma carte au Parti $ocialiste et de soutenir 5ranHois :ollande7 /ors de l0Nniversité d0été de !>11 du P$, <0ai donné en main propre au favori de la course 6 la présidentielle mon ouvrage – *ou elle Ci ilisation 2012 – en faisant le sou'ait 1ue les 1uel1ues bonnes idées pour une meilleure gestion de la cité e.posé dans cet ouvrage puissent inspirer le futur président7 "ais "7 5ranHois :ollande est enfermé dans un discours tec'nocrati1ue et libéral et il est, <us1u06 preuve du contraire, au service du Nouvel Erdre "ondial voulu par l0oligarc'ie Eccidentale7 Conscient 1u06 moins d0une révolution violente, ce 1ui n0est évidemment et absolument pas sou'aitable, un c'angement radical ne peut se faire 1ue par les urnes @ 1ue la constitution de la (e Oépubli1ue étant ce 1u0elle est Bl0importance prédominante du président de la républi1ue et de l0e.écutifD @ 1ue pour 1u0un candidat 6 l0élection présidentielle ait une c'ance de gagner il doit ;tre issu d0un grand parti @ 1ue le c'oi. entre les deu. grands partis s0impose de lui m;me en ce 1ui me concerne B1uoi1ue <e revendi1ue un certain gaullisme, de gauc'e évidemment K "ais l0N"P est-il gaulliste TD @ <0ai décidé d0;tre candidat 6 la proc'aine primaire socialiste7 ?e suis né 6 Paris en aoXt 1=)!, issu de la classe mo2enne – mon p,re était c'erc'eur 6 l0IN$JO", mon grand-p,re instituteur dans l0-llier – <e suis 1uébécois par ma m,re et ingénieur de l0école pol2tec'ni1ue de "ontréal7 -u<ourd0'ui <e vis avec Fanessa et nos deu. filles dans une maison 1ue <0ai dessinée et construite de mes mains7 epuis la crise de !>>+, le "ouvement des Indignés en Jurope, le mouvement Eccup2 Vall $treet au. N$- démontrent 1ue des millions de cito2ens sur la plan,te ont pris conscience 1ue le capitalisme Ha suffit K « Ve are t'e ==[ » et nous ne pensons pas 1ue la seule finalité de l0'umanité soit de produire, de « con-sommer » et de passer son e.istence 6 comparer les pri. dans une économie de marc'é mondialisée7 Il va nous falloir c'oisir entre la survie d0un s2st,me absurde, stupide et violent 1ui fait du profit sa seule finalité et la survie de notre 'umanité, de notre environnement, de notre plan,te7 C0est donc soit la survie des peuples Bles ==[D ou soit la survie d0un s2st,me contrUlé par >,>1[ de la population pour son seul bénéfice7 - Nous sommes conscients du potentiel de l0immense ric'esse de notre société tec'nicienne et de la vulnérabilité de notre patrimoine naturel7 - Nous considérons 1ue les mots « /iberté, Jgalité et 5raternité », inscrits au fronton de nos mairies ne sont pas vides de sens @ 1ue l0'éritage de la Oévolution 5ranHaise, des révolutions du 1=e si,cle et des luttes sociales du !>e si,cle et en particulier dans les résolutions adoptées par le Conseil National de la Oésistance Bparmi les mesures appli1uées 6 la /ibération, citons la nationalisation de l3énergie, des assurances et des ban1uesCD sont notre fierté et nous lient dans un destin commun 4 la 5rance7 - Nous considérons 1ue la seule politi1ue digne 6 mener est la lutte contre le pouvoir mafieu. des banSsters, 1ue le reste n0est 1ue de la poudre au. 2eu. et 1ue les 'ommes politi1ues 1ui ne remettent pas fondamentalement en cause ce pouvoir occulte, sont soit ac'etés, soit menacés, soit idiots7 - Nous considérons 1ue la politi1ue nationale 5ranHaise est le seul « espace » 1ui nous reste afin de lutter contre cette oligarc'ie transnationale 1ui veut nous imposer une dictature financi,re mondialisée7 - Nous considérons 1ue la non-violence et la vérité sont 6 la base de notre lutte pour notre émancipation de l0esclavage par les maRtres de la finance7 - Nous refusons de travailler, autant 1ue possible, dans toute entreprise néfaste7 - Nous refusons d0ac'eter une presse au. ordres du pouvoir financier et d0alimenter la société de consommation, de marSeting et de mensonge7 - Nous refusons tout discours médiati1ue 1ui tenterait de nous faire croire 6 la nécessité de l0austérité et de la « croissance » pour sortir de la crise7 - Nous re<etons le bon'eur artificiel vendu par la télévision – le bon'eur n0est pas dans la consommation7 - Nous refusons de nous soumettre au maRtre sournois mais bien réel 1u0est le « s2st,me monétaire de Oéserves 5ractionnaires » ou, autrement dit, 6 la manipulation par la monnaie « dette » émise par les ban1ues7

- Nous refusons de voter pour tout candidat au. élections nationales Blégislatives et présidentiellesD 1ui n0aborderait pas le probl,me monétaire avec franc'ise et 1ui ne proposerait pas dans son programme de nationaliser les ban1ues afin 1ue l0argent devienne la propriété des peuples et non pas d0une infime minorité cac'ée B5ed et groupe WilderbergD7 - Nous refusons de nous faire manipuler par les dominants et de nous battre tous contre tous pour ;tre des esclaves-salariés7 - Nous en avons asseA d0;tre considérés par l0oligarc'ie – ban1uiers, tec'nocrates et politi1ues – comme du bétail et des abrutis, c0est pour1uoi, 6 partir d0au<ourd0'ui, nous ne demandons plus, nous ne réclamons plus, nous ne crions plus, nous ne revendi1uons plus, mais « nous JaI9JEN$ » K - Nous JaI9JEN$ 1ue la monnaie soit dorénavant émise par la nation et non plus par les ban1ues privées7 - Nous JaI9JEN$ un dividende sur la ric'esse nationale – un dividende cito2en7 - Nous JaI9JEN$ 1ue les transports en communs en agglomération soient gratuits pour tous7 - Nous JaI9JEN$ en impérieuse priorité un moratoire sur le commerce de l0armement7 - Nous JaI9JEN$ 1u3il n32 ait plus de revendication de la col,re le poing levé, mais 1ue nous fassions « MEN$ » la f;te en clamant nos JaI9JNCJ$, en riant, en dansant, en c'antant avec nos casseroles, nos sifflets, nos uSulélés, nos guitares, nos flXtes et nos d<embés, devant tous les palais présidentiels, les 'auts commissariats de la plan,te @ et 1ue nous refusons s2stémati1uement de participer 6 tout conflit, 6 toute guerre conHue, développée, organisée, entretenue, imposée par nos politi1ues, nos banSsters et leurs médias K Jn totale priorité nous JaI9JEN$ 1ue le travail Bmot a2ant pour origine tortureD devienne partout et pour c'a1ue intervenant une récréation, un plaisir, un moment privilégié et agréable pour tous, sans condition7 ans des environnements et des conditions valorisants de confort, de sécurité, sans rendement intempestif, sans compétition, sans pression morale, p'2si1ue ou ps2c'ologi1ue7 Jt pour1uoi ne pas remplacer définitivement ce mot travail, ne pas désormais effacer ce mot dégradant de notre vocabulaire 6 tout <amais en le remplaHant par « activité professionnelle »7 ,s au<ourd0'ui, - Nous proposons de consommer moins et d0ac'eter localement des produits sains7 - Nous proposons de bo2cotter les produits des multinationales7 - Nous proposons d0arr;ter d0emprunter au. ban1ues et de retirer le ma.imum de notre argent de nos comptes afin de ne laisser 1ue le minimum <us1u06 la réappropriation par l0&tat franHais de la capacité de contrUler 6 1>>[ l0émission monétaire sur le territoire national7 - Nous proposons de nous informer de la réalité et de la vérité sur notre société et de la faire connaRtre 6 nos amis et 6 notre entourage7 - Nous proposons de vivre autrement et de développer plus de liens avec nos voisins, nos coll,gues et nos concito2ens en général7 Par leur propagande « /es Nouveau. C'iens de garde » dictent le discours « crédible » et nous manipulent pour nous faire croire 1u0il n02 a pas d0alternative au capitalisme7 :eureusement le Net est une bonne alternative 6 l0ostracisme 1ue prati1uent les médias dominants envers tous les discours subversifs7 /e point de basculement Bt'e Mipping PointD est 6 environ 1>[ d0une population donnée, donc si 1>[ de la population s0accroc'ait 6 une idée ancrée, cette idée serait reprise par la ma<orité de ladite population7 Partout sur Merre des millions d0'umains font la « révolution » pour préparer le monde de demain7 Ce nouveau monde sera basé sur la vérité et la non-violence7 /a lutte politi1ue de 9and'i est l0e.emple par e.cellence comme 1uoi la nonviolence active Ba'imsaD est la forme la plus subversive et la plus efficace de contestation et de transformation7 /a nonparticipation 6 la société de consommation Bune limitation au nécessaireD et le refus de tout travail néfaste sont les deu. <ambes pour aller vers une nouvelle civilisation7 Comme dit le dalaG-lama 4 « si vous penseA 1ue vous ;tes trop petit pour c'anger 1uoi1ue ce soit, essa2eA donc de dormir avec un mousti1ue dans votre c'ambre »7 Non-violence & 5orce de la vérité, -'imsa et $at2agra'a sont les maRtres mots du combat politi1ue de 9and'i et 6 plus ou moins long terme c0est une stratégie gagnante7 /0'eure n0est plus 6 la démonstration 1ue l0idéologie dominante, le néolibéralisme, le capitalisme, est un s2st,me fondamentalement nocif pour l0'umanité et son 'abitat 4 la plan,te Merre7 /e temps du soul,vement des 'ommes résolus et pacifi1ues est arrivé7 Ce n0est pas la révolution mais la Oésolution Pacifi1ue K Nous 2 sommes pres1ue, alors ne lQc'ons rien K 5ranHais, informeA-vous et leveA-vous7 OéveilleA-vous et faites passeA le message, nous sommes des millions K "erci de faire connaRtre ce Plaido2er K

Convictions
« &a ci ilisation" au rai sens du terme" ne consiste pas + multiplier les besoins" mais + les limiter olontairement. C'est le seul mo,en pour conna-tre le rai bon.eur et nous rendre plus disponible au/ autres 0...1 2l faut un minimum de bien34tre et de confort 5 mais" pass( cette limite" ce #ui de ait nous aider de ient une source de !4ne. 6ouloir cr(er un nombre illimit( de besoins pour a oir ensuite + les satisfaire n'est #ue poursui re du ent. Ce fau/ id(al n'est #u'un tra#uenard. % "7 87 9-N :I7

ans les pa2s développés, le pouvoir d3ac'at se substitue peu 6 peu au pouvoir de vivre, tandis 1ue dans les pa2s Miers, des centaines de millions d3;tres 'umains survivent dans le dénuement absolu7 /es détenteurs du pouvoir financier appu2és par leurs relais politi1ues, intellectuels et médiati1ues, et servis par le prodigieu. développement de la tec'noscience, ont entrepris et pres1ue réussi la colonisation de la plan,te7 Ces transnationales imposent 6 toutes les formes de vie - 'umaines ou non - une m;me civilisation 1ui se teinte des cultures 1u3elle absorbe7 Partout, des mémoires et des savoirs millénaires sont effacés, des danses et des costumes sont oubliés, des dieu. et des temples délaissés, des peuples et des cultures disparaissent pour tou<ours7 Partout des c'amps sont sure.ploités et des écos2st,mes dévastés7 ans c'a1ue pa2s les valets politi1ues et tec'nocrati1ues des firmes transnationales tra'issent les intér;ts de leurs communautés en oeuvrant 6 la généralisation de la guerre économi1ue et 6 l3uniformisation du vivant7 Comment et pour1uoi en est-on arrivé l6 T Comment s3est imposé la tec'noscience en tant 1ue cro2ance dominante T Pour1uoi la vision politi1ue de la caste des commerHants devenus économie politi1ue puis science économi1ue s3est imposée comme la pensée uni1ue T C3est 6 partir de la renaissance 1ue l3économie politi1ue – l3e.pression apparaRt en 1)1( – devint une discipline de pensée, détac'é de la p'ilosop'ie et préoccupée e.clusivement de la création et de la circulation des biens matériels7 /3économie politi1ue se transformera en sciences économi1ues, cette mutation fut favorisée par le recours de plus en plus fré1uent 6 l3arsenal mat'émati1ue - essentiellement l3anal2se et la statisti1ue7 Jn fait la ]science économi1ue] est une imposture, elle n3a 1u3un seul ob<ectif 4 contribuer 6 convaincre et soumettre le peuple au c'oi. p'ilosop'i1ue, au c'oi. politi1ue 1ui a été fait au 1+e si,cle par la caste des commerHants7 /3ouvrage t'éori1ue fondateur du capitalisme s0intitule 4 7ec.erc.es sur la nature et les causes de la ric.esse des nations7 Il a été écrit par -dam $mit' en 1**)7 Ce livre mar1ue la véritable naissance de la t'éorie économi1ue libérale7 epuis, 6 force de statisti1ue et d3anal2se, les économistes ont réussi 6 convaincre une bonne partie des cito2ens 1ue les rapports 'umains se résumaient 6 des rapports marc'ands et 1ue ces rapports obéissaient 6 des lois naturelles 4 les lois de l3économie7 C3est une m2stification orc'estrée par les financiers 1ui se sont appropriés la capacité de battre monnaie7 /3origine de la pensée libérale remonte 6 la renaissance7 5ace 6 l3obscurantisme religieu., émerge la foi en la raison comme idéal et comme mo2en pour comprendre la nature7 onc, contre la rec'erc'e d3un bon'eur dans l3au-del6, on propose l3optimisme de la science7 3un point de vue métap'2si1ue, l3Eccident a basculé progressivement de la cro2ance en l3e.istence d3une entité ou d3un soi permanent, uni1ue, indépendant, créateur de l3univers – la <udéo-c'rétienté ou éternalisme – 6 sa négation 4 le matérialisme scientiste ou ni'ilisme7 /e libéralisme est un ensemble 'étérog,ne d3idées 1ui se fondent sur la cro2ance 1ue l3'omme a la possibilité de se rendre maRtre de l3univers pour le con1uérir et en <ouir7 Contrairement 6 ce 1ue disent ses laudateurs, comme 1uoi le capitalisme e.isterait depuis la révolution néolit'i1ue, l0économie et le capitalisme sont nés avec la découverte de l0-méri1ue7 /a républi1ue de Fenise n0en était 1u0un avant goXt7 /e capitalisme convenait pour un monde en e.pansion, au monde des marc'ands7 Il fallait, sans cesse, trouver de nouveau. marc'és 6 con1uérir, de nouveau. territoires 6 e.ploiter et de peuples 6 asservir7 /a soif de pouvoir de cette nouvelle classe, 1ui ne réussissait pas 6 supplanter l0aristocratie féodale, allait s0e.primer dans cette nouvelle aventure de con1u;te pour imposer sa vision et sa domination au. peuples de la plan,te7 Nn des dogmes fondateurs de l0idéologie capitaliste, c0est le postulat d0-7 $mit'7 Nne étude attentive de l0'istoire des solidarités de toutes sortes démontre, sans contestation possible, 1ue ce postulat est dénué de tout fondement7 Croire en ce postulat, c0est nier l0'umanité elle-m;me, c0est nier les 1ualités fondamentales de l0;tre 'umain7 /e capitalisme et la tec'noscience ont le mérite d0avoir développé des mo2ens de productions d0une grande efficacité7 /0innovation du capitalisme c0est la création monétaire e.-ni'ilo et donc cette capacité 6 mobiliser l0énergie 'umaine par un mo2en autre 1ue les mo2ens coercitifs utilisés depuis la nuit des temps 4 l0esclave ou le servage7 "ais la captation de cet outil monétaire par une nouvelle aristocratie non élue et cac'ée est au<ourd0'ui inacceptable7 /e capitalisme est efficace pour répondre 6 la rareté7 Jn fait, il a rempli son rUle 'istori1ue 4 combler notre avidité, notre notion de man1ue, il nous a submergé de marc'andises K "ais comment s0est installée en occident, au cours de l0'istoire, la cro2ance en la rareté T ans nos pa2s au climat difficile et avant la maRtrise de l0énergie, point de départ de l0,re industrielle, les premiers 'ommes 1ui n0avaient 1ue 1uel1ues outils rudimentaires avaient beau travailler beaucoup, ils produisaient 6 peine de 1uoi survivre7 $ans parler d0un 'iver trop long, d0un été pluvieu. ou d0une épidémie 1ui venaient ruiner leurs efforts7 Cette pénurie de fait fut inséparable de la plupart des européens tout au long de l0'istoire au point 1u0elle imprima dans leurs esprits une réalité de man1ue, une conscience de pénurie7 e cette cro2ance, de cette angoisse comme 1uoi il n02 aurait pas asseA pour tout le monde, s0ensuit une peur de man1uer, de mourir, si 'abituelle et si présente 1u0elle devient une seconde nature7 e cette notion de rareté découle l0économie de marc'é7 /0économie de marc'é est adé1uate tant 1ue la demande dépasse l0offre7 "ar. est le premier 1ui ait remis en cause les dogmes du capitalisme, il est évidemment pas 1uestion de se passer de son anal2se et de sa vision si <uste sur la faillite inéluctable de ce processus 'istori1ue7 Cela dit, le matérialisme a désacralisé la nature et a coupé l3'omme de ses valeurs intrins,1ues, ce 1u3il l3a rendu froid, calculateur, c2ni1ue et 6 la rec'erc'e de son profit individuel7 /3erreur matérialiste, mar.iste ou capitaliste, c3est de croire 1ue le bon'eur se résume 6 l3accumulation d3ob<ets7 /e capitalisme se nourrit de tou<ours plus de consommation, de produits tou<ours plus ép'ém,res, pour des cito2ens tou<ours plus isolés les uns des autres7

C3est donc bien une remise en cause radicale de la prétention 6 l3universalité du pro<et de civilisation américano-eurooccidentale et de la culture de supermarc'é vé'iculée par les médias 1u0il nous faut faire7 C3est mettre fin 6 la colonisation culturelle et tec'nologi1ue du monde par la civilisation industrielle moderne et l3idéologie ]du progr,s], pour 1ue reprenne la progression, l3évolution, c3est-6-dire la poursuite de la différentiation et du perfectionnement de la vie sous toutes ses formes7 C0est un mouvement de décolonisation intégral7 Il faut vouloir la mort de cette société 1ui agonise pour préparer celle 1ui est possible7 /es peuples 'eureu. ignorent le progr,s7 Ils ignorent la rationalité, le temps calculé et les mat'émati1ues, donc l3économie et le calcul économi1ue7 Mec'ni1ue et économie sont enc'Qssées dans le social7 /eurs représentations en témoignent7 Celles-ci sont le plus souvent tournées vers le passé, donc anti-évolutionnistes 4 l3'omme descend des dieu. et non des singes7 /a construction imaginaire du progr,s comme du développement est dans ces conditions 1uasi impossible7 ans beaucoup de civilisations peut-;tre toutes - avant le contact avec l3Eccident, le concept de développement était tout 6 fait absent7 Ces sociétés traditionnelles ne consid,rent pas 1ue leur reproduction soit dépendante d3une accumulation continue de savoirs et de biens censés rendre l3avenir meilleur 1ue le passé7 /es valeurs sur les1uelles reposent le développement, et tout particuli,rement le progr,s, ne correspondent pas du tout 6 des aspirations universelles profondes7 Ces valeurs sont liées 6 l3'istoire de l3Eccident, elles n3ont aucun sens pour les autres sociétés7 Jn de'ors des m2t'es 1ui fondent la prétention 6 la maRtrise rationnelle de la nature et la cro2ance au progr,s, l3idée du développement est totalement dépourvue de sens et les prati1ues 1ui lui sont liées sont rigoureusement impossibles parce 1u3impensables et interdites7 Ces peuples traditionnels - d3-fri1ue, d3-méri1ue du sud ou d3-sie - sont 'eureu. car ils ignorent ]cette idée neuve en Jurope], le bon'eur, 1ui découle du progr,s K Nn des probl,mes clé de l3Eccident est la cro2ance en la religion de la tec'noscience, le matérialisme scientiste7 /a science n3est pas une finalité en soi7 /3'omme n3est pas 1u3une mac'ine 6 commandes c'imi1ues et la société n3est pas une usine ou une mégamac'ine 1ui fonctionne selon des lois7 /a science économi1ue est une imposture7 Ce n3est ni plus ni moins 1ue les r,gles du <eu de l3idéologie marc'ande 1ui veut s3imposer en dogme7 /es économistes et m;mes les p'2siciens 1ui manipulent un langage conceptuel comme les mat'émati1ues sont les sorciers modernes7 /es pr;tres du "o2en Qge, 1ui étaient les seuls 6 savoir lire le latin, ou les bra'manes, seuls 6 connaRtre par cbur les te.tes védi1ues, étaient eu. aussi les détenteurs des dogmes de leurs épo1ues7 isons 1ue les 1uatre probl,mes de la vie en société sont 4 1 Z Comment produire les ric'esses T ce probl,me n0en est plus un grQce 6 la tec'nologie Bc0est, in fine, l0apport de cette civilisation de la marc'andise KD !Z Comment donner 6 c'acun l3opportunité de se rendre utile pour la communauté ou, autrement dit, comment donner une activité, un travail 6 c'acun de sorte 1ue c'acun se sente intégré, inclus dans la société T #Z Comment répartir les ric'esses produites T Moutes les révolutions et les mouvements sociau. sont, évidemment, la consé1uence d3une mauvaise répartition7 Nne bonne gestion de la cité doit donc éviter les trop grandes différences de ric'esses7 C0est l0apport, entre autre, de la criti1ue faite par "ar.7 %Z Comment utiliser l3énergie 'umaine e.cédentaire T comment s3occuper T comment canaliser l3énergie 'umaine T comment décongestionner la « part maudite » T Pascal disait 1ue tous nos probl,mes viennent du fait 1ue nous ne sommes pas capable de rester tran1uillement assis dans notre c'ambre B'eureusement, sinon la vie serait bien triste KD7 Nne fois les besoins de base satisfaits, 1ue faire de notre temps T /a diversité de l3e.pression de la vie, l3art, la f;te et toutes activités non indispensables 6 la survie sont des manifestations de cette part maudite7 Pour bien comprendre ce dernier point, il est utile de revenir 6 la t'éorie du potlatc', f;te amérindienne, e.posée par "auss dans son « Jssai sur le don », forme arc'aG1ue de l3éc'ange, paru dans l3année sociologi1ue de 1=!( et sur l3essai de 9eorges Wataille, ] /a Part maudite, précédé de /a Notion de dépense ] écrit en 1=%=7 /a notion de « Part maudite », d0énergie 'umaine e.cédentaire, est centrale dans cette affaire K Moutes les civilisations, comme l0a si bien démontré 9eorges Wataille dans l0buvre la plus importante de sa vie, sont déterminées par la faHon d0utiliser cet e.cédent7 Jn fait dans la plupart des civilisations – et on pourrait définir 1u0une civilisation e.iste 6 partir du moment oP elle dégage un e.cédent consé1uent – il 2 a souvent des petits malins 1ui sont bien conscients 1ue cette « part maudite » e.iste7 /0aristocratie faisait la guerre et la f;te, mais ne travaillait <amais7 /eur fonction sociale était de dépenser cet e.cédent7 -u<ourd0'ui, les petits malins, se sont les escrocs mentionnés dans l0anne.e1 et succinctement évo1ués dans le c'apitre précédent7 Nos mo2ens de production d3énergie et de biens de consommation, nos mo2ens d3organisation informati1ue, bref, notre tec'nologie de plus en plus performante entraRnent un surplus d3énergie 'umaine de plus en plus important7 /a 1uestion est tou<ours la m;me 4 comment sacrifier cet e.cédent T Cet e.c,s de forces vives, 1ui congestionne localement les économies les plus misérables, est le plus dangereu. facteur de ruine7 /a décongestion a donc de tout temps, mais au plus obscur de la conscience, été l3ob<et d3une rec'erc'e fiévreuse7 /es sociétés anciennes la trouv,rent dans les f;tes ou dans la construction d3admirables monuments7 "ais ces dérivatifs ont tou<ours été insuffisants7 ans l3ensemble, une société produit plus 1u3il n3est nécessaire 6 sa subsistance, elle dispose d3un e.cédent, et c3est l3usage 1u3elle en fait 1ui la détermine7 Ce surplus est la cause de l3agitation, des c'angements de structures et de toute l3'istoire7 /0usage le plus commun de cet e.cédent est la croissance7 /3énergie Bla ric'esseD e.cédante peut-;tre utilisée 6 la croissance d3un s2st,me Bpar e.emple d3un organismeD7 $i le s2st,me ne peut plus croRtre ou si l3e.cédent ne peut en entier ;tre absorbé dans sa croissance, il faut nécessairement le perdre sans profit, le dépenser, volontairement ou non, glorieusement ou de faHon catastrop'i1ue7

-pr,s un si,cle de peuplement et de pai. industrielle B1+1(-1=1%D, la limite provisoire du développement étant rencontrée, les deu. guerres ont provo1ué les plus grandes orgies de ric'esses et d3;tres 'umains 1u3eXt enregistrées l3'istoire7 Jn définitive, c3est la grandeur de l3espace terrestre 1ui limite la croissance globale7 /e potlatc' moderne, c3est la société de consommation7 Certes, c3est mieu. 1ue la guerre mais ne pourrait-on pas trouver d3autres mo2ens de sacrifier l3e.cédent T /a solution ultralibérale c0est la croissance7 Comme c0est original K Ils veulent vendre des automobiles 6 * milliard d0;tres 'umains K Cela serait bien évidemment une catastrop'e écologi1ue7 /es apologistes des ]#> glorieuses] prétendent faire revivre cette croissance par la seule application sans restriction du libéralisme et refusent de reconnaRtre 1ue cette ]gloire] se paie tr,s c',re, par la destruction de notre environnement entre autre7 Ils ne se soucient gu,re des générations futures, des démunis, des e.clus7 Nous sommes passés de l3,re du « progr,s », 6 l3,re du gaspillage absurde7 ans nos sociétés post-industrielles, nous emplo2ons l3e.cédent 6 multiplier les services Bban1ues, assurances, etc7D, en organisant des processus de vente tou<ours plus agressifs, en créant de nouveau. ob<ets 1ui répondent 6 de nouveau. besoins nouvellement créés7 /e travail des artistes et toute la société du spectacle répondent, aussi, 6 cet impératif7 Jt bien sXr la guerre, mo2en d3une efficacité redoutable K "ais une vraie bonne guerre n3est plus possible et surtout totalement inacceptable7 En va tout de m;me pas faire un troisi,me conflit mondial pour sauver le capitalisme K /e probl,me de toute l0'istoire de l0'umanité c0est 1u0il 2 a tou<ours des plus malins ou des plus costauds 1ui profitent de cette accumulation7 /a criti1ue de "ar. est née de son indignation bien naturelle de la captation de l0e.cédent par la classe bourgeoise7 /e communisme réel, l0avatar socialiste soviéti1ue, a été un essai raté de tentative de remplacement du s2st,me capitalisme parce 1ue, entre autres probl,mes, la récupération de cet e.cédent l0a été au profit d0une nouvelle classe 4 les dirigeants du parti communiste7 Jt aussi, sans doute, parce 1ue leur s2st,me était moins efficace pour produire des marc'andises7 /a création de monnaie e.-ni'ilo et cette croissance obligatoire pour pouvoir pa2er le lo2er sur l0argent dette est le processus de captation de la part maudite par une bande d0escrocs Banne.e1D7 /e probl,me, c0est 1ue ce mode de fonctionnement, outre 1u0il est scandaleu., est surtout inefficace, néfaste, violent et destructeur du lien social et de l0environnement7 /a priorité c0est de se réapproprier sa « part maudite » ou selon le vocabulaire mar.iste, devenir maRtre de sa plus value7 /a vraie révolution, la véritable émancipation, c0est de devenir maRtre de sa propre « part maudite »7 Jt surtout, c0est d0amorcer un vrai c'angement politi1ue, une révolution non-violente et démocrati1ue, pour remercier – congédier K – les petits malins d0escrocs 1ui font marc'er le monde sur la t;te en sip'onnant et gaspillant notre e.traordinaire e.cédent7 Jn 1=*>, le club de Oome nous avait dé<6 mis en garde contre les e.c,s du libéralisme7 /eurs avertissements sont restés lettres mortes, pour survivre, la société de consommation se devait d3aller tou<ours plus loin7 /a solution n3est, évidemment, ni de t2pe 8e2nésien - économiste 1ui a préconisé des dépenses publi1ues destinées 6 remplir les poc'es des consommateurs afin 1u3ils se précipitent 6 consommer -, ni de t2pe monétariste - économie 1ui consiste en la manipulation des tau. d3intér;ts et donc de la masse monétaire ce 1ui permet d3accroRtre alternativement le pouvoir d3ac'at ou l3épargne7 Jn fait l3argent, le capital, s2mbole d3énergie 'umaine cristallisé, n3est en soi rien d3autre 1u3un instrument permettant de mobiliser les 'ommes pour l3action, 1u3un canal pour utiliser l3énergie 'umaine, et il ne doit ;tre utilisé 6 des fins productives 1ue s3il contribue au bien-;tre des 'ommes7 /a solution 6 notre soi-disant probl,me économi1ue n3est pas de dépanner la croissance ou d3arriver 6 une croissance Aéro, comme pouvait le recommander le Club de Oome7 /a vraie réponse, la seule issue 6 long terme c3est de sortir du paradigme économi1ue, du dogme de l0économisme dans le1uel nous nous sommes enfermés7 Nous devons réfléc'ir 6 la notion de croissance7 /3augmentation de la production, de la consommation et donc de la pollution ne sont pas s2non2me d3un accroissement du bien-;tre et de la 1ualité de la vie7 Mout s2st,me vivant produit une énergie e.cédentaire et cette énergie doit ;tre sacrifiée d3une faHon ou d3une autre7 \ ce sacrifice, par man1ue d3imagination, nos solutions sont pito2ables 4 la société de consommation ou pire encore la guerre7 /e scientisme est 6 l3origine de la plupart de nos probl,mes actuels7 /a position empiriste occupe une tr,s grande place sur l0éc'elle intellectuelle actuelle7 Cette tradition est devenue l3ort'odo.ie intellectuelle dominante, elle inspire nos pensées et <ugements et c3est elle 1ui a c'assé les valeurs de notre société, de nos universités, de nos vies individuelles7 Nne multitude de causes et d3effets sont 6 dém;ler avant de comprendre comment les visions et aperHus originau. de Wacon, 9alilée, escartes etc7 ont donné naissance au. doctrines, comment ils ont pénétré les divers domaines de l3érudition et de la vie et comment ils se sont développés au cours des si,cles7 Jt comment ce processus continue 6 s3auto-développer et 6 e.ercer un contrUle rigide, séparant les valeurs légitimes des illégitimes7 -insi, les rec'erc'es des armes c'imi1ues sont ] légitimes ] parce 1u3elles sont une e.tension des ] connaissances ob<ectives ] dans le domaine de la ] c'imie ], tandis 1ue les rec'erc'es en acupuncture sont ] illégitimes ] parce 1u3elles semblent s3opposer 6 certains principes fondamentau. du monde empiriste7 Cette tradition intellectuelle a directement ou indirectement entraRné l3abandon des valeurs au cours du 1*e si,cle7 \ cette épo1ue, les doctrines de Wacon, 9alilée, NeLton, :obbes, /ocSe, etc7 remaniaient le monde, ou plutUt l3image 1ue nous en avions, pour le rendre indépendant des religions7 -u cours du 1+e si,cle, le centre de gravité s3implanta en 5rance oP d3-lembert, Condillac, Condorcet, iderot, Foltaire, /aplace, /a "ettrie et d3autres promurent la cause du laGcisme et de la vision du monde scientifi1ue7 Puis, au 1=e si,cle, la tradition se perpétua par -uguste Comte en 5rance, ?erem2 Went'am et ?o'n $tuart "ill en 9rande-Wretagne, ainsi 1ue par les maRtres du matérialisme 4 5euerbac', "ar., Jngels et /énine7

-rrivée au !>e si,cle, la tradition trouve son e.pression la plus subtile dans les écrits de Wertrand Oussell et des empiristes logi1ues du Cercle de Fienne7 Plus récemment, cette tradition se retrouvait dans la p'ilosop'ie anal2ti1ue, la ps2c'ologie du comportement, la science sociale opérationnelle, la science politi1ue 1uantitative obsédée par l3information et une 1uantité d3autres disciplines basées sur les faits et les c'iffres7 /3évolution de la pensée de 5rancis Wacon 6 W757 $Sinner est es1uissée comme s3il s3agissait d3un développement 'omog,ne et ininterrompu @ comme si la situation actuelle était le résultat logi1ue d3un processus ine.orable7 "ais ce dernier fut loin d3;tre 'omog,ne7 Il est surprenant de constater 1ue, malgré une multitude de tendances intellectuelles opposées, la vision du monde empirico-scientifi1ue ait prévalu de faHon si remar1uable7 /e 1=e si,cle fut mar1ué par le triomp'e de la science et de la tec'nologie et par une e.tension sans précédent de la vision scientifi1ue du monde7 /3imposition agressive du positivisme et du matérialisme Bdont le mar.isme fut un aspectD, de la rationalité scientifi1ue et de l3efficacité tec'nologi1ue, ouvrirent la voie 6 l3industrialisation 1ui, 'élas, se développa en Qge de dévastation de l3environnement7 /e cap était mis sur le ]meilleur] des mondes, condamnant les valeurs intrins,1ues 6 l3oubli7 /a science ne prit pas son essor dans un vide social, mais dans une culture en voie de développement7 /a lutte contre les aspects figés des religions institutionnalisées fut menée au 1*e et 1+e si,cle avec pres1ue autant d3intensité 1u3au 1=e7 "ais ce dernier fut plus agressif et réussit mieu. 6 freiner l3influence de la religion sur la pensée7 /a vision laG1ue, rationnelle et scientifi1ue du monde se répandit victorieusement 6 cette épo1ue7 Il semble 1u3il ne restait plus 1u36 l3appli1uer @ le paradis terrestre était proc'e7 /a lutte entre la science et la religion ne se limita plus 6 l3intellect, 6 l3e.plication du monde 1ui nous entoure7 Ce fut une bataille idéologi1ue7 Oeprésentant le statu 1uo, la religion était tournée vers l3intérieur @ elle en<oignait l3'omme de se perfectionner et de c'erc'er sa récompense ultime dans l3au-del67 /a science représentait un processus de c'angement continuel 4 tournée vers l3e.térieur, elle promettait la délivrance ici et maintenant, sur terre7 ans cette lutte, la religion contractait souvent alliance avec les valeurs intrins,1ues, les soutenant et s3appu2ant sur elles7 /a science par contre s3alliait au progr,s7 /es corollaires de ces deu. forces opposées - les valeurs intrins,1ues et le progr,s - devinrent des adversaires7 -insi, des individus ] progressistes ] et ] révolutionnaires ] dém2stifiaient avec la m;me vé'émence et les religions et les valeurs traditionnelles 1u3ils identifiaient au. mburs féodales et bourgeoises, les déclarant indignes des temps nouveau. 1ui aspiraient 6 la vigueur, au rationnel et au pragmatisme7 Ce climat fut le terrain idéal pour écarter progressivement les valeurs intrins,1ues comme les vestiges d3un monde désuet7 Il n3est donc gu,re étonnant 1ue les nouvelles doctrines sur les valeurs s3efforcent de servir la vision scientifi1ue du monde et de <ustifier sa suprématie7 /a doctrine utilitariste proclamait 1ue notre ét'i1ue et nos actes devaient ;tre basées sur le principe du plus grand bien pour le plus grand nombre7 5ormulé ainsi, l3utilitarisme ne semble pas soumettre l3ét'i1ue au. diStats de la science7 Moutefois, le courant fut aussitUt vulgarisé et il en résulta la traduction suivante 4 la plus grande 1uantité matérielle pour le plus grand nombre d3individus7 Mel est l3ét'i1ue sous-entendue par la société tec'nologi1ue ou de consommation7 Nous pouvons donc voir 1ue l3utilitarisme est devenu l3allié du progr,s matériel, sa <ustification ét'i1ue7 Ce progr,s lui-m;me est devenu une part essentielle de la vision scientifi1ue et tec'nologi1ue du monde7 /es doctrines ét'i1ues sont <ugées en fonction de leur application dans la prati1ue7 /3utilitarisme fut ] instrumentalisé ] et intégré par la société tec'nologi1ue avec tant de facilité, ce 1ui montre simplement combien il était en accord avec l3'omogénéisation croissante du ] meilleur ] des mondes7 3autre part, le ni'ilisme et le scientisme proclamaient 'aut et fort l3évangile de la science, divinisaient les faits et discréditaient tout produit de l3esprit 'umain en le considérant comme dépourvu de sens et réactionnaire7 Jug,ne Fassiliev WaAarov est l3un des représentants des plus frappants de cette nouvelle pensée7 Mel 1ue décrit par Ivan Mourgeniev dans son roman P,res et fils B1+)!D, WaAarov est un robuste défenseur e.ubérant de la science, du matérialisme et du monde 1ui a adopté les faits et les connaissances positives comme valeurs supr;mes7 Il renie l3art, la poésie et les autres ] niaiseries romanti1ues ]7 WaAarov incarne une s2nt',se du ni'ilisme, du matérialisme, du scientisme et du positivisme dominants 1ui, c'acun 6 sa mani,re, considéraient les valeurs intrins,1ues comme secondaires, insignifiantes ou ine.istantes dans un monde oP r,gnent les faits nus, l3ob<ectivité clini1ue et la raison scientifi1ue7 Il en faut peut pour réaliser 1ue la pensée de WaAarov a remporté la victoire @ sa p'ilosop'ie est incarnée par des sociétés enti,res7 /e WaAarovisme a imposé sa domination, ne serait-ce 1u36 titre implicite, dans la société tec'nologi1ue contemporaine, en Erient comme en Eccident7 Nn regard serein est suffisant pour réaliser 1ue l3Nnion $oviéti1ue était autant dominée par les « baAarovs » 1ue la nUtre7 /a manie de la croissance économi1ue continue, la pensée endoctrinée appelée anal2se des coXts et des profits Bconsidérée 6 tort comme la mét'odologie la plus valableD, les efforts considérables pour rationaliser tous les aspects de l3e.istence 'umaine, sont tous des pi,ces du m;me puAAle, de la m;me p'ilosop'ie7 Nos universités se sont spécialisées pour produire et former des « baAarovs »7 /e probl,me est grave et profondément ancré dans nos modes de raisonnement7 Comme courant social dominant, le WaAarovisme a enva'i les structures de notre société et de notre enseignement7 /3un des aspects des plus alarmants de la situation est 1ue les « baAarovs » se consid,rent comme les ] flambeau. du progr,s ], ] les pionniers de l3'umanité ], ] les nouveau. constructeurs du monde au bénéfice de tous ]7 Ils servent ainsi les intér;ts les plus grossiers du statu 1uo et sont les pionniers des destructions écologi1ues et 'umaines7 Jn fait, ils n3incarnent 1ue le conformisme et la servitude7 Jn 1uel1ues décennies, les ] révolutionnaires ] et les ] progressistes ] sont devenus partisans résolus du statu 1uo7 /3une des grandes mésaventures de la pensée occidentale moderne a été le lien des valeurs intrins,1ues avec les religions institutionnalisées7 -u. 2eu. de beaucoup, la faillite de l3une des religions institutionnalisées fut l3é1uivalent de la c'ute de la religion en tant 1ue telle et de ses valeurs propres7 Cette identification repose sur une logi1ue défaillante7 /es religions, et

surtout les valeurs intrins,1ues, ne sont pas 1ue des instruments permettant au clergé de faire régner l3ordre – m;me s3il est arrivé 1u3il s3en soit servi 6 cette fin7 Ce sont des formes et des structures, élaborées au cours des millénaires d3e.périence 'umaine, 1ui permettent 6 l3individu de se transcender et ainsi d3obtenir le meilleur de lui-m;me7 /e climat du !>e si,cle nous a rendu insensibles 6 notre 'éritage spirituel, et la p'ilosop'ie n3a gu,re remédié 6 cette situation7 /es positivistes logi1ues ont notoirement manifesté leur insensibilité au probl,me des valeurs7 /3ombre du positivisme nous a tous enva'is7 /3absence des valeurs a été un sous-produit inévitable du deuil des religions et de l3émergence d3une vision séculaire du monde7 \ cause de l3erreur p'ilosop'i1ue fondamentale du matérialisme métap'2si1ue 1ue toute notre culture a commise7 En a pris, la décision métap'2si1ue 1ui s3est maintenue depuis le 1*e si,cle <us1u36 nos <ours, d3e.clure l3esprit de l3ordre naturel et de traiter tous les probl,mes comme étant p'2si1ues7 /a p'ilosop'ie du !>e si,cle a signé sa propre condamnation 6 mort en arrivant, de diverses mani,res, 6 la conclusion 1ue la p'ilosop'ie était finie, 1ue l3e.ploration de la réalité n3avait pas de sens, si ce n3était en la mesurant par l3e.tension des sens 1ue sont les instruments scientifi1ues7 En a oublié 1ue la décision de considérer la réalité comme matérielle a été une décision prise collectivement et non une découverte ob<ective7 Mout ceci nous a conduit au dogmatisme actuel, le matérialisme scientifi1ue7

Petite digression 1uanti1ue7
/a derni,re invention des p'2siciens c3est la t'éorie des supercordes7 $elon cette t'éorie, les particules élémentaires de la mati,re résultent de la vibration de minuscule ]bouts de ficelle] dont la taille est égale 6 la longueur de PlancS7 Ce délire de p'2siciens est né suite au ]probl,me] du mur de PlancS et a pour but d3unifier les deu. t'éories du monde p'énoménal 1ue sont la mécani1ue 1uanti1ue et la relativité7 epuis 1u3JdLin :ubble a observé, en 1=!=, 1ue le spectre d3émission des gala.ies était d3autant plus décalé vers le rouge 1ue celles-ci étaient éloignées de nous, on a imaginé 1ue l3univers est né d3une immense e.plosion d3un point infiniment petit7 C0est la t'éorie du big bang7 Jn 1=(1, le Pape a m;me donné sa bénédiction au big bang en le comparent au fiat lu. de la Wible7 /e probl,me des astrop'2siciens c3est 1u3ils ne s3e.pli1uent pas ce 1ui c3est passé avant >,>>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> >>> 1 secondes apr,s l3e.plosion primordiale, alors 1ue l3univers était des milliards de fois plus petit 1u3une particules de talc, la longueur de PlancS étant de >,>777 != Aéros >>1 cm K En est dans la « mousse 1uanti1ue », selon leur propre vocabulaire K ?e crois 1ue les p'2siciens se sont fait piéger par le langage mat'émati1ue et 1u3ils en profitent pour asseoir leur pouvoir de sorcier moderne7 /e monde p'énoménal, l3univers, n3est pas ]né] au sens oP il serait passé de l3ine.istence 6 l3e.istence7 Il e.iste seulement selon notre vérité relative, mais est dépourvu de réalité ultime7 /a vérité relative, ou conventionnelle, correspond 6 notre e.périence empiri1ue du monde, 6 la faHon ordinaire dont nous l3appré'endons, c3est-6-dire en attribuant au. c'oses une réalité ob<ective7 Jn ultime anal2se, les p'énom,nes sont dénués d3e.istence intrins,1ue7 C3est la vérité absolue7 ans ce cas, le probl,me de la Création est un fau. probl,me7 /a Création devient un probl,me lors1u3on réifie les p'énom,nes7 Cette position n3e.clut cependant pas le déploiement du monde des p'énom,nes7 Il est évident 1ue les p'énom,nes ne sont pas non e.istants7 Ils e.istent de faHon interdépendante et non pas comme une ] collection d3ob<ets ] autonomes e.istant par eu.-m;mes7 /e monde e.iste 6 la mani,re d3un r;ve, d3un mirage, il est 6 la fois apparent et dépourvu d3e.istence propre7 /es p'énom,nes tirent leur nature d3une mutuelle dépendance et ne sont rien en eu.-m;mes7 /eur évolution n3est ni arbitraire ni déterminée par un principe créateur, elle suit les lois de cause 6 effet au sein d3une interdépendance globale, d3une causalité récipro1ue7 /e probl,me de l3origine de l3univers repose donc sur la cro2ance en la réalité des p'énom,nes et de l3e.istence réelle du temps et de l3espace7 Il est absurde de vouloir absolument 1ue l3univers ]e.iste] concr,tement avec des ]particules élémentaires]7 Jn clair on vit dans un c'amps ]de force], ]d3énergie], une sorte de r;ve collectif dont le conditionnement mutuel fait 1ue l3on croit tr,s fort 6 ]l3e.istence concr,te] du monde p'énoménal 1ui est l6 devant nous7 u point de vue de la réalité absolue, il n32 a ni création, ni durée, ni cessation7 Ce parado.e montre bien le caract,re illusoire des p'énom,nes7 /e point de vue e.tr;me du réalisme matérialiste est erroné, tout comme l3est le ni'ilisme 1ui consid,re 1ue rien n3e.iste7 /e matérialisme est un point de vue réificateur 1ui postule l3e.istence d3une mati,re immuable et de constituants solides de cette mati,re7 $i on s3interroge sur l3e.istence d3une réalité ob<ective, on ne peut pas dire 1u3il n32 a rien ni 1u3il 2 a 1uel1ue c'ose7 /a science parle d3un univers comme un ob<et7 /3univers n3est pas indépendant de la conscience, mais il n3est pas non plus 1u3une pro<ection de la conscience BidéalismeD7 Jn fait, le su<et et l3ob<et, la conscience et les p'énom,nes se faHonnent mutuellement7 Ceci, vous l0aveA compris, est la vision du monde par un ingénieur en p'2si1ue 1ui est boudd'iste depuis !( ans K /es mod,les inventés pour e.pli1uer les p'énom,nes p'2si1ues, c'imi1ues, biologi1ues et autres ne sont <ustement 1ue des ]mod,les]7 /3arsenal mat'émati1ue et donc conceptuel 1ui sous tend ces mod,les ne représente, en aucun cas, une vérité ultime7 Jn clair, la vérité scientifi1ue n3e.iste pas7 /e mod,le matérialiste scientifi1ue est utile pour e.pli1uer certains p'énom,nes et prati1ue pour construire des mac'ines, mais il ne faut surtout pas en rester prisonnier7 /a tec'noscience s3est instaurée comme la religion, la cro2ance dominante en Eccident et c0est sans fondement esc'atologi1ue7 -u nom de cet intégrisme on se permet, entre autre, de manipuler le vivant7 Jn fait, aussi longtemps 1ue nos démocraties seront au. ordres des pouvoirs financiers et de leurs gourous les tec'no-sorciers économistes, p'2siciens ou biologistes @ aussi longtemps 1ue la croissance et le profit de 1uel1ues privilégiés passeront avant le respect de la nature, des ;tres vivants en général et des milliards d3;tres 'umains en particulier @ aussi longtemps 1ue nous accepterons de travailler, de « con-sommer » et de vivre sans nous remettre en 1uestion @ aussi longtemps 1ue nous aurons peur d3avoir peur du c'angement @ le matérialisme néo-libéral continuera ine.orablement sa destruction des cultures, des peuples, des for;ts tropicales, de la couc'e d3oAone777 et de notre propre 'umanité intérieure7 Nous deviendrons alors les rouages parfaitement efficaces, productifs et rentables du nouvel ordre mondial néo-libéral7

-lors, tous en gardant l0apport de la tec'ni1ue, revenons au. vraies valeurs et renouons avec notre nature profonde et réconcilions-nous avec notre m,re 6 tous 4 la Merre7 /e moine dominicain "at'eL 5o. a dit dans un écrit au titre provocateur, ] ma derni,re déclaration avant d3;tre réduit au silence par le Fatican 4 la Merre-m,re est en danger, 6 cause de l3ant'ropocentrisme de la religion, de l3éducation et de la science de ces trois derniers si,cles7 Nous avons besoin d3un nouveau commencement, a.é sur le caract,re sacré de la plan,te777 cet de nous m;med7 Nous cro2ons 1ue tous les adultes peuvent touc'er l3enfant divin 1ui e.iste 6 l3intérieur d3eu.-m;mes7] Nous vivons dans un pa2s oP il n02 a pas eu de guerre depuis des diAaines d0années7 /0efficacité des mo2ens de production s0est multipliée de faHon si considérable 1ue nous <etons des tonnes de nourriture et d0ob<ets c'a1ue <our et il e.iste encore des pauvres dans notre pa2s K Il 2 a une accumulation de travail 'umain fantasti1ue dans les usines, les bQtiments, les inventions de toutes sortes7 es millions de citadins courent, roulent, polluent, passent des centaines d0'eures par an dans des trains de banlieue ou dans des M9F pour produire, négocier, vendre des milliers d0ob<ets 6 l0utilité incertaine7 Nous vivons dans une société absurde oP les 'ommes et les femmes se battent pour vendre toutes sortes de produits et de services redondants7 /e probl,me de l3écoulement des marc'andises deviendra m;me, comme l3a montré Fance PacSard dans les années )>, un devoir social du cito2en7 Cin1uante ans plus tard, les données n3ont pas vraiment évolué 4 il s3agit tou<ours de trouver de nouveau. besoins, d3accélérer le tau. de rac'at, de trouver de nouveau. marc'és7 Pour1uoi considérer l3avancement d3une société en terme de production, de performance T Nos tec'nocrates, porte-étendard du sacro-saint progr,s, disent 1u3on peut tou<ours aller de l3avant7 En pourrait croire 1ue le nouvel ordre mondial néo-libéral ne peut et surtout ne doit pas ;tre remis en cause7 Pour1uoi T Par peur du c'angement et de l3inconnu peut-;tre T Jt puis parce 1ue, du bas en 'aut de l3éc'elle sociale, nous nous sommes trouvé un petit morceau de fromage et bien 1u3il ne nous satisfasse pas tou<ours, nous avons peur de perdre ce territoire7 Nous nous efforHons de le protéger de l3agression du monde e.térieur7 Jt, comme disait notre Coluc'e national 4 plus il 2 a de fromage, plus il 2 a de trous et plus il 2 a de trous, moins il 2 a de fromage K 5r,re cito2en accroc'e-toi 6 ton travail et défends bien ton bout de fromage, car du travail productif, il 2 en aura de moins en moins7 /e probl,me, depuis la fin des « trente glorieuses », ce n0est pas de produire7 Comme l0ont dit et répété les écologistes depuis les années *>, le probl,me 4 c0est la production de toutes ces marc'andises K -u "o2en -ge, l3aristocratie, d3essence divine, méprise les activités productrices 1u3elle réserve au. pa2sans7 -u cours du 1+ e si,cle, l3éc'ange économi1ue devient le lien social reconnu, par le commerce et le travail7 ans nos pa2s industrialisés, la valeur sociale de l3emploi salarié Bet son corollaire 4 la consommationD reste ancré dans les mentalités comme l0uni1ue garant de l3insertion7 Er la 1uantité de travail diminue grQce 6 l0amélioration en efficacité des mo2ens de production7 Cela pousse c'acun 6 une lutte 1uotidienne pour rec'erc'er ou conserver un emploi, 6 supporter la fle.ibilité, la précarité et les 'umiliations 1uitte 6 devenir des esclaves corvéables 6 merci7 /e travail, arme du s2st,me, domine, contraint puis broie les individus7 -u<ourd3'ui les « /ois du marc'é » organisent la vie sociale7 /es rapports de pro.imité dé<6 détruits par la désocialisation, représentent un gisement pour le profit et l3emploi sous la forme des services7 Pour faire accepter la crise, consé1uence logi1ue et barbare du s2st,me capitaliste, les gouvernements et les multinationales agitent le m2t'e de la croissance7 Cet ]espoir] est un leurre7 /es tau. de croissance sont bel et bien en augmentation B1uoi1ue si peu KD, mais ils sont déconnectés du progr,s social7 /3augmentation des ric'esses produites ne peut en aucun cas résoudre la non-satisfaction des besoins élémentaires de l3'umanité car c3est la confiscation de mo2ens matériels par une classe 1ui en est la cause7 /e revenu garanti 1ui sépare salaire et emploi, la gratuité, application matérielle de l3égalité, sont des pistes 6 suivre pour une autre société7 Il est nécessaire de donner sa vraie place au travail productif 4 une activité socialement utile, parmi d3autres7 Nos rapports sociau. et nos désirs doivent déterminer le processus productif et non l3inverse7 -u 1=e si,cle, on oppose socialiste et économiste comme des laudateurs de deu. idéologies contradictoires7 -u !>e si,cle, les cito2ens se reconnaissaient sous le vocable de socialiste7 "ais depuis 1=+#, avec l0adoption de l0économie de marc'é par une partie des socialistes, ce vocable a perdu de son sens pour beaucoup de nos concito2ens7 /e socialisme c0est, ne l0oublions pas, un pro<et de société véritablement alternatif au capitalisme7 /e monde est rongé par la vision matérialiste7 $uite au totalitarisme de l3église cat'oli1ue romaine 1ui a régné sur l3Jurope pendant prati1uement un millénaire, il est bien normal 1ue les Juropéens aient eu envie d3individualisme, de liberté et de confort7 /a réforme protestante, l3imprimerie, le combat de la science contre les dogmes de l3église, la découverte de l3-méri1ue au 1)e si,cle ont donné naissance au capitalisme7 /e si,cle des lumi,res a formulé et conceptualisé la vision du monde bourgeois7 /e postulat de base du capitalisme, du libéralisme, de l3économisme ou de l3économie Bces termes sont parfaitement s2non2mesD, bref du dogme économi1ue est 1ue l3'omme est fondamentalement mauvais et égoGste et 1ue l3addition des intér;ts individuels contribuent, comme par magie, au bien-;tre collectif7 -dams $mit' a appelé cela « la main invisible du marc'é »7 C0était un bol d3air indispensable, apr,s cette société coercitive et totalitaire dont le pire e.emple a été l3In1uisition7 Ce postulat convenait 6 un monde oP les mo2ens 'umains et tec'ni1ues étaient négligeables par rapport 6 la grandeur de l3espace terrestre @ et surtout parce 1ue la demande dépassait de beaucoup l0offre7 /a vérité est plutUt 4 l3'omme est fondamentalement bon et le bien-;tre individuel découle naturellement de ce 1ue c'acun donne au collectif7 /3'omme est fondamentalement bon K Cela ne veut pas dire 1ue ]tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil]7 Certes, l3esprit est souvent perturbé par des émotions perturbatrices Bcol,re, avidité, <alousie, orgueil777D et les

pensées 1ui en découlent font parfois poser au. ;tres 'umains des actes négatifs, mais la nature fondamentale de l3esprit de tout un c'acun est amour, compassion, clarté et sagesse7 $3il e.istait un postulat de base du socialisme du !1e si,cle 1ui s3oppose donc radicalement 6 l3économie politi1ue, cela ressemblerait plutUt 6 Ha K /3idéologie économi1ue, grQce au prodigieu. matra1uage médiati1ue n3est plus considérée comme une idéologie, c3est m;me pour certains - 5uSu2ama et les néo-conservateurs - ]/a fin de l3'istoire]7 $elon eu., nous n3avons pas le c'oi.7 Nous devons, bon gré ou mal gré, nous soumettre 6 « la main invisible du marc'é »7 /a sacro-sainte économie capitaliste, nouvelle religion 1ui impose sa domination 6 l3ensemble du globe K Moute puissante elle détruit la plan,te 4 pollution des éléments naturels, déforestation, création d3organismes généti1uement modifiés777 Non contente, elle asservit et e.clut des populations enti,res7 Pour maintenir son dogme, elle donne 6 c'acun un contrat social se limitant 6 4 se plier ou ;tre brisé7 /e s2st,me éducatif, la publicité, les médias, conditionnent les esprits, violent la liberté de pensée et dictent les modes de vie7 5ace 6 la peur de l3e.clusion la soumission 6 la loi de marc'é devient totale et l3individualisme, la compétition se développent7 /3indifférence face 6 ceu. 1ui sont victimes de la mis,re se banalise7 Ils affirment donc, depuis l0implosion de l0Nnion $oviéti1ue, 1ue c0est la fin de l0'istoire7 5uSu2ama a écrit en 1=+= 4 « un consensus asseA remar1uable semblait apparu ces derni,res années concernant la démocratie libérale comme s2st,me de gouvernement, puis1u0elle avait triomp'é des idéologies rivales – monarc'ies 'éréditaires, fascisme et, tout récemment, communisme7 ?e suggérais en outre 1ue la démocratie libérale pourrait bien constituer le point final de l0évolution idéologi1ue de l0'umanité et la forme finale de tout gouvernement 'umain, donc ;tre en tant 1ue telle la fin de l0:istoire »7 Iuelle prétention de se croire indépassable et immortel K Comme si la civilisation occidentale était le summum de l0:umanité7 Non bien sXr K /a démocratie libérale et le capitalisme 1ui va avec, est une forme d0organisation 'umaine parmi d0autres, c0est tout7 Jlle n0est, ni en progr,s, ni mieu. 1ue toutes les autres formes d0organisations, de civilisations 1ui ont e.isté ou e.istent encore sur cette plan,te7 /a notion de progr,s est une notion purement occidentale et la démocratie a e.isté sous différentes formes dans l0'istoire de l0'umanité7 e toutes faHons, il n02 a aucune raison de lier le libéralisme économi1ue et le libéralisme politi1ue comme le fait 5uSu2ama7 /a définition de ?ames Wr2ce dans son ouvrage sur la démocratie 1ui limite les droits fondamentau. 6 trois catégories 4 les droits civils, « e.emption de contrUle du cito2en en ce 1ui concerne sa personne et sa propriété Bindividuelle et <us1u36 une certaine limite KD » @ les droits religieu., « e.emption de contrUle dans l0e.pression des opinions religieuses et de sa prati1ue du culte » @ et ce 1ue Wr2ce appelle les droits politi1ues, « e.emption de contrUle pour tout ce 1ui ne touc'e pas au bien-;tre de la communauté dans son ensemble au point de rendre un contrUle nécessaire », ce 1ui inclut la liberté de la presse, n0est absolument pas incompatible avec un socialisme réel7 Moutes les sociétés finissent par s3écrouler7 /a nUtre est un peu comme ces ]programmes de rec'erc'e] 1ui finissent par devenir stériles7 Il faut alors accepter de nouvelles idées parce 1ue les précédentes n3ont plus rien 6 donner7 Il suffit d3ouvrir les 2eu. pour voir 1ue toutes les autres sociétés ont subi le m;me sort7 /3e.emple de la Cité grec1ue, ou celui sans doute encore plus frappant de la c'rétienté médiévale, au 1#e si,cle, au temps de saint /ouis et de saint M'omas7 \ cette épo1ue, les gens devaient croire 1ue la c'rétienté était une réalité éternelle, et puis elle s3est effondrée relativement vite7 /3idée 1ue nous représentons le sommet de l3'istoire 'umaine n3est 1u3un pré<ugé, un m2t'e parmi d3autres7 Jn fait, les civilisations meurent lors1ue la métap'2si1ue 1ui les soutient n0est plus valide7 /0occident des lumi,res a réussi 6 se débarrasser de la vision imposée par l0église cat'oli1ue et de son pouvoir divin et coercitif mais nous avons « <eté le bébé avec l0eau du bain »7 Il s0agit de remettre l0;tre 'umain au centre et en relation 'armonieuse avec la nature7 Certes le mod,le matérialiste est parfois utile, mais il nous faut voir le monde 'umain avec plus de globalité7 Il devient urgent de sortir de la vision purement matérialiste et scientiste vue comme une vérité absolue ou dogmati1ue7 /e néo-libéralisme, aboutissement de cin1 si,cles d3'istoire du capitalisme, ne peut perdurer éternellement7 /es m2t'es fondateurs de la civilisation occidentale sont en train de s3écrouler7 Comme tout ;tre vivant, s2st,me, empire ou civilisation, le capitalisme a vécu et il va mourir, c3est dans l3ordre des c'oses7 /e commerce et donc la consommation ne peuvent ;tre une finalité7 /es financiers ne doivent plus e.ister et décider ainsi de l3avenir des 'ommes, d3autant plus 1ue la p'ilosop'ie 1ui les animent est forcément le matérialisme7 Il s3agit de replacer l3ordre des priorités7 /3'omme ne peut pas vivre sans spiritualité, c3est m;me le sens profond de l3e.istence 'umaine, étant donné 1ue l3;tre 'umain est le seul ;tre sensible 6 ;tre conscient de sa finitude7 "ais 1u3est-ce 1ue la spiritualité T C3est un ensemble de cro2ances 1ui consid,re 1ue les ;tres sensibles sont animés par un esprit 1ui perdure, d3une faHon ou d3une autre apr,s la mort7 Jlle s3oppose 6 une vision du monde 1ui consid,re l3esprit comme un épi-p'énom,ne de la mati,re, 6 ]l3'omme mac'ine]7 Moutes les religions en sont des e.pressions adaptées au. différentes cultures de l3:umanité7 Fient ensuite une ét'i1ue d3oP découlent des valeurs 'umaines et environnementales7 Puis la gestion de la cité des 'ommes - la Politi1ue - doit s3e.primer en accord avec des valeurs 'umaines <ustes, au sein d3une réelle démocratie, et non pas dans une démocratie '2pocrite, une dictature des marc'és tenue par les financiers, les rentiers7 Jnfin, apr,s une spiritualité, une ét'i1ue et une politi1ue réellement démocrati1ue, le commerce trouve sa place7 Nne voie e.iste, ni néo-libérale, ni totalitaire et forcément démocrati1ue 1ui renoue avec notre nature profonde et notre m,re 6 tous 4 la Merre7 En pourrait s3arr;ter de s3agiter, de consommer, de polluer pour réfléc'ir, parler, partager et peut-;tre alors redécouvrirons-nous nos vraies valeurs, notre vertu et notre sagesse fondamentale pour repenser nos faHons d3agir, notre travail, nos relations avec autrui et avec la nature7 epuis 1ue le pouvoir n0est plus de droit divin, le pouvoir souverain c0est le pouvoir du peuple par le suffrage universel7 Jt cela veut dire 1u0aucune considération macro-économi1ue, financi,re, monétaire ne peut emp;c'er une décision politi1ue issue du suffrage universel7 Il n02 a pas de « dieu » économie ou de « loi » de la finance7 Certains pourraient se décourager en pensant 1ue la mondialisation capitaliste est allé trop loin et 1ue la 5rance ne peut pas décider, seule dans son coin, de c'anger les «

r,gles du <eu »7 Fo2ons donc K il 2 a deu. si,cles, dans une Jurope compl,tement dominée par une aristocratie décadente, la 5rance a t-elle demandé l0autorisation pour se débarrasser du pouvoir divin de la ro2auté T 0autre part, compte tenu de la diversité des luttes alter-mondialistes, comment construire une alternative commune T /a base m;me, c0est la souveraineté populaire, l0appartenance 6 un peuple7 Ils nous faut partir des l0identités des peuples 1ui composent les Jtats pour défendre l0intér;t général contre celui des transnationales de droit privées7 Pour recueillir l0ad'ésion populaire et donc une ma<orité au. élections, il ne faut pas, bien 1ue le combat contre la mondialisation libérale soit un combat international, nier l0identité nationale 1ui est un rep,re pour le peuple afin de résister et construire de nouvelles solutions « du vivre ensemble » sur un territoire7 "ais gardons-nous, bien sur, de tomber dans l0étroitesse d0esprit du nationalisme 1ui consiste 6 caresser dans le sens du poil les idées et les émotions les plus simplistes7 C0est au peuple franHais de trouver les solutions particuli,res 1ui correspondent 6 sa culture, 6 son 'istoire, 6 son territoire7 Jt de toute faHon, il n0est pas possible de lutter contre la mondialisation financi,re sans un réel pouvoir au niveau de la nation franHaise7 Nn état fort 1ui puisse s0opposer fermement au. transnationales, au. fonds de pensions, au pouvoir financier mondialisé7 $i l0Jurope basculait dans ce nouveau paradigme, cela aurait, évidemment, encore plus d0effet7 "ais comment se mettre d0accord 6 !+ pa2s T 0autant plus 1ue beaucoup des nouveau. membres de l0Jurope sont 6 peine sortis du stalinisme et 1u0ils n0envisagent, pour le moment, 1u0un seul 'oriAon 4 le capitalisme K onc, c0est uni1uement au niveau national 1u0il peut 2 avoir un c'angement politi1ue radicale7 Cela n0emp;c'e pas, bien entendu, de « travailler » de concert avec les autres mouvement alter-mondialistes européens, sud-américains ou asiati1ues7 /a 5rance pourrait, comme il 2 a un peu plus de deu. si,cles, montrer l0e.emple d0un c'angement radical de régime7 /a 5rance, terre d3accueil, de tolérance et d3éc'ange, territoire relativement 'omog,ne au. niveau. linguisti1ue, 'istori1ue, géograp'i1ue et culturel pourrait ;tre le t'éQtre d3une vraie révolution, mais contrairement 6 l3e.emple sanglant de 1*+=, elle donnera l3e.emple d3une révolution non-violente, d3une révolution profonde des rapports sociau. et de notre relation 6 la nature7 /a 5rance et les franHais sont les mieu. placés pour montrer au monde, une autre vision, une autre voie, une autre faHon de vivre ensemble7 Jn effet, la 5rance dispose d0un état structuré, d0une administration bien organisée, de fonctionnaires 1ualifiés et dévoués7 Jt pour passer du s2st,me capitaliste 6 un nouveau s2st,me, il est primordiale d0avoir un état structuré et bien organisé pour 1ue « la révolution paisible » se déroule sans e.c,s de violence et, en tous cas, sans pertes de vies 'umaines, ce 1ui est, évidemment, un impératif7 Nne fois au pouvoir, au lieu de couper la t;te 6 certains, ce 1ui n0est vraiment pas tr,s délicat, nous nous contenterons simplement de congédier de leurs postes les dirigeants de ce s2st,me absurde et de les ta.er suffisamment pour 1u0ils perdent leur superbe, leur arrogance, bref pour 1u0ils deviennent des ;tres 'umains normau.7 /e capitalisme a pour cause principale, l0invention des ban1uiers 4 la m2stification monétaire7 Il nous faut réfléc'ir attentivement sur l0instrument de manipulation de l0énergie 'umaine, le s2mbole d0éc'ange 1u0est la monnaie7 Car, évidemment, comment remettre en cause le capitalisme sans démonter sa grande invention 4 la m2stification bancaire, la monnaie fiduciaire, la monnaie-dette T Cette invention a permis l0émergence et l0e.pansion du capitalisme7 Il est temps 1ue cette invention tombe dans le domaine public et devienne un argent-service7 /0essentiel de nos probl,mes sociau., le c'Umage, le stress, la pollution, la délin1uance, viennent de cette calamité pour l0'umanité 1u0est la monnaie-dette7 /e capitalisme est condamné, cette idéologie est moribonde et va mourir au cours du !1e si,cle7 Cette idée, comme 1uoi le capitalisme est indépassable, est e.tr;mement récente7 Jlle s0est installée progressivement au cours des années 1=+>-=>7 Il suffit de faire un rapide retour sur l0'istoire récente, 1+*1 et la Commune de Paris, 1=!> et l0immense espoir suscité par la révolution russe, les années #> et la faillite du capitalisme, les années )> avec la révolution cubaine, pour constater 1ue non seulement dans l0esprit des gens mais aussi dans la réalité de nombreu. pa2s, le capitalisme était mort ou agonisant7 /es civilisations naissent, vivent et meurent7 /a nUtre ne fera pas e.ception7 /a vision du monde des marc'ands 1ui s0est opposée au pouvoir ecclésiasti1ue et aristocrati1ue a été une contribution essentielle 6 l0'istoire de l0:umanité7 "ais cette vision est maintenant cadu1ue7 /a durée de vie d0une civilisation est bien longue par rapport 6 notre courte e.istence 'umaine, mais il ne faut pas ;tre un grand visionnaire pour comprendre 1ue cette civilisation de l0argent-dette et de la marc'andise est sur sa fin7 /e capitalisme et l0économisme sont profondément néfastes pour l0'umanité et la plan,te7 /0économisme est bien une idéologie, un paradigme avec son 'istoire, sa naissance, son apogée et sa p'ase de déclin7 Non, le capitalisme n0est pas un état de nature7 Non le capitalisme n0e.iste pas depuis 1ue l0'omme s0est sédentarisé - le néolit'i1ue7 Non, ce n0est pas la fin de l0:istoire7 Ce n0est pas ;tre fou 1ue de croire 1ue le libéralisme économi1ue va s0écrouler7 Iue le capitalisme meure cela ne veut pas dire 1ue la propriété individuelle, les éc'anges sur les marc'és, les magasins et les petites entreprises n0e.isteront plus K Non, bien sXr K Jn tout cas, pas dans l0immédiat, mais 1ui peut présager de l0avenir de l0'umanité sur plusieurs si,cles T Par contre, croire 1ue les marc'és de capitau., les bourses, le contrUle de la monnaie par l0aristocratie financi,re et 1ue la plupart des absurdités de notre société de consommation disparaissent et fassent partie de l0:istoire, cela n0a rien de fantaisiste7 $o2ons clairs K /e capitalisme est un s2st,me, une vision du monde, une idéologie, dont il faut se débarrasser, 1ue son dernier nom soit libéralisme, néo ou ultra ne c'ange rien 6 l0affaire K /es mouvements des Indignés en Jurope et celui d0Eccup2 BEV$D au. N$- sont les signes 1ue cette civilisation de la marc'andise est véritablement en train de mourir7 /es néo-rurau., les eco-villages, les $J/s, les médecines alternatives, l3agriculture biologi1ue, les milliers d0associations et les millions de cito2ens 1ui criti1uent radicalement sur le net ou dans des

livres afin de proposer des solutions alternatives sont bien les signes inéluctables d3une nouvelle civilisation en pleine émergence7 /0écologie politi1ue et un véritable socialisme nous offre 6 tous la perspective d3une société dans la1uelle le cbur et l3intelligence, le corps et l3esprit, l3;tre individuel et l3;tre social trouvent leur place7 Iuand T Iuand une ma<orité des cito2ens seront convaincus de l0absurdité, l0ini1uité, la violence, la stupidité et de l0inefficacité de cette idéologie7 Comment T Par une solution politi1ue et démocrati1ue7 C0est la seule solution acceptable, bien évidemment K epuis la Oévolution 5ranHaise et son droit universel, l3&tat démocrati1ue 5ranHais ne se définit plus en opposition au. autres peuples7 /es démocraties libérales BcapitalistesD ne se définissent plus par leur opposition au. autres &tats, comme le montre bien la domination des transnationales et la globalisation7 ésormais, on le sait depuis "ar., l3opposition ami-ennemi s3est transférée en division intérieure entre classes, entre groupes sociau.7 /a grande différence est 1ue l3&tat ne représente plus l3unité de la nation mais les intér;ts de la classe dominante, bien 1u3il se réclame tou<ours de l3idéologie de l3unité, de la volonté générale et de l3intér;t national7 ,s lors, il devient évident pour la pensée sociologi1ue et mar.iste 1ue la politi1ue consiste dans la lutte entre différents groupes sociau., entre différents ]lobbies], entre des intér;ts opposés7 C'a1ue parti représente sa base sociale, principalement petite bourgeoisie ou salariés, et, bien 1ue tous aient la prétention de représenter l3intér;t général, c3est bien l3absence d3unité, de co'ésion sociale 1ui dégén,re en lutte des classes institutionnalisées, en clientélisme, en corruption et, enfin, en désintér;t pour la politi1ue7 Nous pourrions nous distinguer <ustement en restituant la fonction du global, de la totalité, avec pour consé1uence de n3avoir pas vraiment de base sociologi1ue puis1u3ils s3adressent 6 tous ceu. 1ui respirent, 6 tous les 'abitants de la plan,te7 /a véritable alliance de l3écologie politi1ue et du socialisme aut'enti1ue, 1ue l0on peut définir comme le socialisme du !1e si,cle, ne sert pas simplement 6 limiter les dégQts, elle est la réappropriation de la vie pour tous, l3affirmation de notre communauté 'umaine7 Concr,tement, en occident, une infime minorité manipule et divise les classes mo2enne et populaire entre artisansZcommerHants et fonctionnaires, entre salariés et c'UmeursZO$-, entres privé et public, entre travailleur franHais et travailleur immigré7 Jn fait tous sont esclaves de cette immense escro1uerie au bénéfice de 1uel1ues financiers, industriels et mandarins-tec'nocrates7 Ils ont comme « c'iens de garde », et cela 6 été dit et répété dans de nombreu. ouvrages et documentaires, des intellectuels, des économistes et les <ournalistes des médias dominants 1ui ne font 1ue promouvoir la propagande officielle7 C0est tellement plus confortable d0;tre du bon coté K /eur raisonnement est simple 4 ce n0est pas moi 1ui vais c'anger le monde K En est révolutionnaire 6 !> ans et 6 %> ans on fait comme tout le monde et on essa2e de voir comment on peut profiter au mieu. de la b;tise 'umaine et gagner un ma.imum de pognon K C0est comme Ha 1ue cela s0est passé en 1=)+, on criti1ue, on manifeste et ensuite on rentre dans le rang et on crée sa boite de « Com7 » ou son agence de pub K C0est dommage d0avoir si peu confiance en l0'umanité7 /e rUle du penseur, du p'ilosop'e, du sage, de l0intellectuel, appeleA-le comme vous voudreA, c0est d0élever le niveau, de parler avec son cbur, de contribuer 6 alléger le fardeau de ses fr,res et sburs 'umains7 C0est pas parce 1ue l0on est, ou 1ue l0on se croit, un peu plus intelligent 1ue les autres 1ue l0on doit en profiter7 /es civilisations et les paradigmes 1ui les soutiennent finissent tou<ours par ;tre cadu1ues7 Cela ne veut pas dire 1u0elles n0ont pas eu leur raison d0;tre7 /e capitalisme a été un s2st,me d0une grande efficacité, mais un <our, on constate, en toute ob<ectivité, 1ue ce mod,le n0est plus valable7 Jt les personnes 1ui sont 6 la t;te, pensent, tout naturellement 1u0il faut le sauvegarder, ils s0en auto persuadent K "ais ne défendent-ils pas simplement leur confortable position T /3'istoire de l3'umanité sur Merre nous a appris 1ue c3est tou<ours un petit nombre 1ui met en doute le sc'éma mental établi comme dogme absolu, 1ui ose proposer ce 1ue d3autres - par ignorance et par peurs de toutes sortes, peur du ridicule et de l3e.clusion entre autres - n3oseront <amais7 /es civilisations sont mortelles, elles aussi, et la nUtre se meurt, pendant 1ue la nouvelle est dé<6 en gestation au sein m;me de l3actuelle7 /3utopie, au<ourd3'ui, c3est de continuer 6 croire 1u3il est possible de gagner sa vie en détruisant le monde et 1ue nous pouvons continuer 6 fonctionner avec une structure politico-économi1ue 1ui date du 1+e si,cle7 /3argent n3est plus produit pour faciliter les éc'anges de biens et de services et permettre 6 la production de satisfaire les besoins de consommation, mais pour satisfaire les besoins solvables et mercantiles et ;tre pr;té 6 intér;t7 Iuel monde aveA-vous envie de laisser 6 vos enfants T ans le s2st,me actuel, vos enfants seront soit des assistés soit des e.ploités7 Pour1uoi accepter d3;tre punis T e perdre son emploi T -lors 1ue nos parents et nos grands-parents ont été asseA géniau. pour créer des mac'ines et des robots 1ui font et feront de plus en plus de travail 6 notre place7 Jt le pire, c3est 1ue nous continuons 6 faire gr,ve pour le plein emploi K Cessons de perdre notre vie 6 la gagner7 epuis l3aube de l3'umanité l3'omme a utilisé son intelligence pour créer des outils 1ui rendront sa tQc'e moins pénible7 /es nantis ont tou<ours profité du travail des autres7 Pour1uoi, les autres dont le travail ne trouve plus d0utilité au<ourd3'ui, ne profiteraient-il pas enfin du travail des mac'ines T $i les &tats avaient géré leurs biens en bons p,res de famille Bet surtout s0ils n0avaient pas laisser la planc'e 6 billets au. ban1ues KD, il 2 a bien longtemps 1ue nous ne serions plus des contribuables mais des ]attributaires]7 Il est bien normal 1ue les maRtres, les dominants d0une société fassent en sorte 1ue les dominés ne puissent pas imaginer 1u0un autre monde soit possible7 -pr,s tout, ils n0ont pas envie 1ue Ha c'ange, tout baigne pour eu. K Mous les mo2ens sont bons pour nous emp;c'er de croire 1u0il est possible de vivre autrement 4 la peur du c'angement, la carotte de la consommation, on ne peut pas c'anger le monde, c0est comme Ha et pas autrement K Jt 1ue notre s2st,me n0est-il pas mieu. 1u0une dictature stalinienne ou islami1ue T C0est vrai K "ais ce n0est pas une raison suffisante pour croire 1ue le capitalisme est indépassable K

0ailleurs, les cito2ens pressentent parfaitement 1ue notre civilisation va droit dans le mur, mais, ils ont en effet peur du c'angement et ils se demandent ce 1ui va bien pouvoir remplacer cette civilisation 1ui aura été finalement bien plus destructrice 1ue glorieuse7 Il e.iste une véritable attente, de la part des 5ranHais, pour une nouvelle vision7 /3utopie d3'ier est l3ordinaire d3au<ourd3'ui7 /e fait 1u3une idée soit prématurée ne signifie pas 1u3elle ne soit pas réalisable un <our futur7 ans notre civilisation, avoir l3esprit ouvert, c3est-6-dire sans pré<ugé, est asseA rare, non pas parce 1ue l3intelligence en est absente, mais par conformisme socio-ps2c'ologi1ue 1ui veut 1ue l3on soit en accord avec la ma<orité, faute de 1uoi on ris1ue de subir l3e.clusion du groupe7 $i on a une 'aute idée de l3:omme, on peut se dire 1ue c'acun a les mo2ens d3;tre criti1ue, 1ue rien ne nous emp;c'e d3ouvrir les 2eu.7 ans la prati1ue, cela re1uiert de l3'éroGsme7 Jt peut-on e.iger 1ue tous les gens d3au<ourd3'ui, pris dans ce s2st,me, soient des 'éros T Il faut distinguer différents niveau.7 /e cas de ceu. 1ui veulent le pouvoir ou 1ui en profitent mérite d3;tre e.aminé de pr,s7 Cela ne veut pas dire 1u0il faudrait les envo2er dans des camps de travail, 1uoi1ue pour certains, les /agard,re, assault, Camdessus, $eilli,re, Mric'et et compagnie, cela leur feraient le plus grand bien B<e plaisante KD7 Pour les intellectuels 1ui ont des loisirs, 1ui en principe ont de la culture par définition, 1ui ont du temps pour réfléc'ir 6 l0absurdité de l0idéologie dominante, ceu.-l6 peuvent ;tre soupHonnés de lQc'eté, ils devraient ;tre beaucoup plus criti1ues vis-6-vis du capitalisme7 $i par peur de perdre leur poste ou d0;tre écartés des médias dominants, ils continuent d0encenser ce s2st,me, alors ils ne méritent pas mieu. 1ue la servitude 6 la1uelle ils sont soumis7 /e courage d0un penseur, c0est de dire ce 1u0il a au fond du cbur, ce 1u0il croit <uste m;me si cela doit ;tre au détriment de sa petite carri,re7 /a dissidence, le refus de coopérer, le sacrifice de son petit confort sont des devoirs lors1ue le bien collectif de l0'umanité est mis en danger par 1uel1ues despotes en l0occurrence l0oligarc'ie transnationale et financi,re de l0empire d0occident7 "ais pour ce 1ui est de l3ensemble des cito2ens, il 2 a des gens de 1ualité, au sens 'umain, littéralement conditionnés par ce s2st,me7 epuis l3apparition de la crise économi1ue, on peut penser 1ue les proc'aines années seront décisives pour l3'umanité7 Il va se produire un véritable retour de la politi1ue avec un grand ]P], les cito2ens vont commencer 6 se poser de vraies 1uestions, 6 savoir 4 comment gérer la cité, comment répartir le travail, les ric'esses, faire attention 6 notre plan,te, etc7 Il est indéniable 1ue cette civilisation est en train de mourir7 /3idéologie dominante est fortement remise en cause7 /es gens ne croient plus l3économiste de service 1ui leur dit 4 ]so2eA un bon cito2en, $FP, consommeA pour relancer la croissance K] Consommer, un devoir de cito2en T c3est absurde K Ce s2st,me, cette idéologie s3effondre parce 1ue les gens ne croient plus au discours dominant7

Ebéis, travaille, consomme et meurt K
Jst ce 1ue cette surconsommation ordonnée par les instances dirigeantes nous apporte réellement le bon'eur, autrement dit, estce 1u3on est plus 'eureu. de consommer tous ces gadgets 6 l0utilité incertaine, cette nourriture dénaturée T ans la plupart des grandes villes occidentales, les gens font (> Sm en voiture ou en transport en commun pour se retrouver devant un ordinateur dans un bureau oP l3ambiance n3est pas forcément bonne777 oP finalement tout est basé sur le mensonge, la loi du profit, il n32 a 1u3une r,gle de base 4 e.ploiter la seule mine inépuisable, c3est-6-dire la b;tise 'umaine K Fendre K Fendre K vendre K Pour relancer la croissance K /es gens se déplacent de plus en plus et de plus en plus vite, mais finalement est-ce vraiment utile d3aller de Paris 6 "arseille en #' pour aller négocier un contrat et revenir le soir m;me T Plus les mo2ens de mobilité sont efficaces, plus les gens se déplacent pour faire marc'er l3économie, tout ceci est fondamentalement absurde et pat'éti1ue 1uand on 2 réfléc'it attentivement7 Il suffit de constater l3augmentation du cancer dont l3une des causes est l3augmentation des intrants dans l3agriculture intensive7 /e stress de la vie moderne, le fait 1ue les rapports 'umains ne sont, souvent, plus 1ue des rapports marc'ands7 /a dégradation de la 1ualité de vie dans les cités dortoirs7 -u. N$-, les nantis 1ui, bien souvent, font usage d3antidépresseurs, s3enferment dans de nouvelles citadelles7 Il est donc démontré 1ue la consommation et le confort matériel n3apportent pas le bon'eur7 Jn fait, l3essentiel 4 l3amour, l3amitié, la santé, la beauté, la convivialité, un esprit paisible, la liberté intérieure, l3ouverture au. autres777 ne s3ac',te pas7 /e bon'eur est intérieur7 Oéduisons notre consommation de mati,res premi,res et d3énergie, diminuons notre agitation frénéti1ue7 $i on vivait dans une cité oP les liens sociau. sont plus agréables, si les gens se déplaHaient moins et travaillaient pr,s de c'eA eu., si la nourriture était issue d3une agriculture saine, s3il n32 avait plus de marSeting, d3agressions publicitaires, si les gens n3étaient pas tou<ours obligés d3entretenir un s2st,me 1ui est tout le temps en train de les tromper pour leur vendre toutes sortes de produits et de services plus ou moins inutiles ou <etables7 Nous sommes tous prisonnier de ce s2st,me e.tr;mement pervers, nous vivons dans la douce dictature capitaliste, la démocratie n3e.iste pas car le pouvoir politi1ue n3a plus la capacité de battre monnaie7 /e monde c'ange parce 1ue de moins en moins de gens croient 1ue la consommation est s2non2me de bon'eur7 /e bon'eur n3a pas vraiment 6 voir avec l3avancement de la tec'nologie7 /a tec'no-science ne peut nous apporter 1u3un petit plus afin de nous rendre la vie un peu plus confortable et Ha s3arr;te l6 K Comme nous venons de le comprendre, cette cro2ance 1ue le progr,s tec'ni1ue nous apporte forcément et tou<ours le bon'eur est un postulat 1ui nous vient du si,cle des lumi,res en Jurope7 ans d3autres traditions, comme le boudd'isme, le bon'eur est intérieur7 Nn 2ogi Bgrand prati1uant de la méditationD peut vivre dans le dénuement le plus total et ;tre parfaitement 'eureu.7 \ l3opposé, un ric'e américain 1ui vit dans une maison superbe avec piscine peut parfaitement prendre des antidépresseurs tous les <ours parce 1ue c3est un tel bouillonnement dans sa t;te 1u3il n3arrive plus 6 supporter les autres ni m;me lui-m;me7 /e bon'eur n3a vraiment pas grand c'ose 6 avoir avec le confort matériel7 OegardeA comment vivent les gens de certains pa2s d0-sie ou d0-fri1ue dans les cartiers populaires7 Ils ont souvent bien plus le sourire 1ue beaucoup de cito2ens occidentau. 1ui se gavent d0anti-dépresseurs pour supporter l0absurdité de notre modernité K il ne faut pas confondre sobriété, pauvreté et mis,re7

Notre société est basée, d3un point de vue idéologi1ue, sur la révolution du si,cle des lumi,res7 /a remise en 1uestion de la <udéo-c'rétienté et de leurs pr;tres a conduit au matérialisme7 "ais on ne peut pas couper l3'omme de ce 1ui le rend profondément 'umain7 Il émerge forcément en nous la compré'ension 1ue 1uel1ue c'ose perdure apr,s notre mort lors1ue l0on réalise notre finitude p'2si1ue et le fait 1ue nous ne sommes pas une mac'ine7 Pour un matérialiste tout est permis @ car si rien ne perdure apr,s la mort, 1uoi 1ue l3on fasse dans cette vie, cela ne porte pas de consé1uences7 ]-pr,s moi, le déluge]7 /e matérialisme c3est l3ouverture au c2nisme7 /es valeurs spirituelles 1ui ont été développées par toutes les traditions de l3'umanité sont indispensables pour une vie sociale stable et durable7 Ce 1ui est indispensable, c3est cet acte gratuit d3amour et de compassion pour les autres7 Nn matérialiste s3en fout compl,tement s3il installe une usine polluante, il se fout d3e.ploiter les gens ou de détruire la nature puis1ue la seule c'ose 1ui compte c3est le profit immédiat7 Nne distinction est 6 faire entre la religion institutionnalisée sous l3ancien régime, par e.emple, 1ui était un instrument de manipulation des masses et la spiritualité7 ans sa lutte contre l3aristocratie, la bourgeoisie a remis en cause la religion car elle représentait une institution sclérosée et décadente, puis la bourgeoisie a été obligée de se réapproprier la religion pour se donner une <ustification métap'2si1ue 6 sa domination sur la classe non détentrice des mo2ens de production7 /a religion au 1=e si,cle était vraiment l3opium du peuple7 Pour s3atta1uer au capitalisme, "ar. a été obligé de criti1uer le fondement spirituel de la société7 -u 1+e si,cle, lors1ue l3on a re<eté la religion, on a <eté le bébé et l3eau du bain K /es religions mettent en avant les valeurs intrins,1ues 1ue sont l3amour, la bonté, la compassion, la tolérance, la générosité, l3ouverture au. autres, l0altruisme, bref, c'acun sait 1uelles sont les valeurs 'umaines7 $i en re<etant la religion nous nous débarrassons aussi de ces valeurs 'umaines fondamentales, nous faisons une grave erreur7 /e mar.isme a re<eté la religion et ils ont eu bien du mal 6 retrouver ces valeurs intrins,1ues7 Nous ne pouvons pas nier 1ue l3;tre 'umain est un ;tre sensible et 1u3il poss,de ces valeurs 6 l3intérieur de luim;me7 \ toutes les épo1ues, dans toutes les civilisations et dans toutes les religions ces valeurs intrins,1ues sont le fonds commun de ce 1ui a conduit notre 'umanité7 Weaucoup de gens consid,rent 1ue la religion est un enfermement, une belle 'istoire avec de belles images pour les enfants sages7 Cela est dX 6 l3oppression du clergé 1u3ont dX subir nos anc;tres et cela reste inscrit dans notre inconscient7 /a religion doit ;tre un rem,de au. interrogations et au. souffrances fondamentales et non pas un instrument de manipulation des classes dominées par les classes dominantes7 /3ac',vement, le but de la vie 'umaine c3est de devenir une bonne personne et non pas de ne penser 1u36 soi, 6 son confort et 6 sa petite personne7 Jn clair, nous ne pouvons pas nier notre 'umanité7 /es différences métap'2si1ues entre les différentes traditions spirituelles sont secondaires7 Mout d0abord, il est fau. 1ue le monde doit nécessairement ;tre un gQc'is et une vallée de mis,re7 /e monde peut ;tre beau et plein de sens @ et la vie 'umaine est une occasion e.traordinaire d0atteindre le plus grand épanouissement imaginable7 /a vérité de la souffrance signifie 1u0une vie dominée par l0ignorance Bdans le sens boudd'isteD sera tou<ours insatisfaisante, mais tout ne s0arr;te pas l6 @ elle signifie aussi 1ue nous pouvons ac1uérir une sagesse et vaincre l0ignorance afin de vivre librement dans la béatitude et de partager cette béatitude avec nos semblables7 /a guerre et la violence ne sont pas des réalités inéluctables7 /ors1ue les dirigeants et leur peuple reconnaissent ce caract,re précieu. de la vie 'umaine en particulier et de la vie de tout ;tre sensible en général, ils peuvent indéniablement améliorer la nature de leur société et vivre selon une certaine sagesse, en 'armonie avec la nature et leur entourage7 Jtre civilisé signifie faire preuve de sagesse, de bonté, d0amour et de <oie de vivre, et toute société 1ui cultive ces 1ualités est une véritable civilisation7 Il e.iste sans contredit des e.emples de sociétés 1ui ont réussi 6 démontrer une grande bonté, notamment dans l0Inde ancienne, au Mibet, en "ongolie et en C'ine en certaines épo1ues florissantes7 /a période 1ue nous vivons actuellement est uni1ue, car grQce 6 la tec'nologie et au. enseignements de toutes les grandes religions, les ;tres 'umains sont, maintenant plus 1ue <amais, en mesure de s0éveiller massivement 6 leur véritable potentiel et nous pourrions véritablement réaliser cet ancien r;ve de la pai. sur terre7 ?0appelle 6 la révolution, mais contrairement 6 l0e.emple sanglant de 1*+=, <0appelle 6 une révolution non-violente, 6 une révolution ét'i1ue et spirituelle7 /a bonté, l0amour et l0altruisme sont les clés du bon'eur7 /a compassion n0est pas 1ue sentimentalité @ c0est plutUt une puissante mét'ode pour arriver 6 vivre une bonne vie et pour atteindre le vrai bon'eur7 Il nous faut développer con<ointement ces 1ualités 1ue sont l0empat'ie et la raison7 /0empat'ie, comme celle d0une personne tr,s 'onn;te @ la raison, comme celle de 1uel1u0un 1ui a un esprit tr,s prati1ue7 /a grave crise postmoderne 6 l0éc'elle planétaire e.ige cette révolution afin d0éviter les divers scénarios apocal2pti1ues annoncés et notre monde sera viable pour les si,cles 6 venir7 /a religion 'umaine commune d0amour et de bonté a de véritables fondements biologi1ues dans la nature 'umaine7 Parall,lement 6 notre aptitude naturelle d0empat'ie envers nos semblables, nous avons aussi besoin de la bonté des autres 1ui, comme un fil directeur, traverse toute notre vie7 /a spiritualité est plus vaste 1ue toute forme particuli,re de religion @ elle est essentielle tant au bon'eur individuel 1u06 la viabilité de notre monde7 /0ét'i1ue est également plus universelle 1ue les prescriptions religieuses particuli,res7 "al'eureusement, la foi religieuse n0est pas une garantie d0intégrité morale car, en effet, si l0on regarde l0'istoire, nous constatons 1ue parmi les plus grands fauteurs de troubles – ceu. 1ui ont eu recours 6 la violence, 6 la brutalité et 6 la destruction dans leurs rapports avec les autres 'umains – nombreu. sont ceu. 1ui professaient une foi religieuse, parfois 'aut et fort7 $i la religion peut nous aider 6 établir des principes morau. de base, il est néanmoins tou<ours possible de parler d0ét'i1ue et de morale sans faire référence 6 aucune religion7 e faHon générale, la non-violence est essentielle 6 la résolution des désastres 'umains 1ue sont les conflits sociau. et les guerres et ce 1u0on appelle l0idéalisme, ou l0utopie, n0est pas nécessairement s2non2me d0irréalisme, comme le prétendent certaines t'éories séculi,res modernes 1ui posent un regard c2ni1ue sur la ps2c'é et sur la société7 /es valeurs 'umaines ne sont pas 1ue des instruments permettant au clergé de faire régner l3ordre, elles permettent 6 l3individu de se transcender et d3obtenir le meilleur de lui-m;me7 Jn fait, toutes les sociétés et les civilisations antérieures au capitalisme

ont développés des structures basés sur des valeurs fondamentales de partage et de coopération7 Mous les groupes 'umains et toutes les traditions spirituelles ont encouragé les individus 6 développer, la vertu, des valeurs de générosité, de patience, de détac'ement, de sobriété, de tolérance, de persévérance, de discipline et d0ét'i1ue7 Iu0est-ce 1ue l0ét'i1ue T $a meilleure définition 4 ne pas faire au autres ce 1ue l0on ne veut pas 1ue l0on nous fasse K C0est simple K /a plupart des « valeurs » du capitalisme sont 6 l0opposé de ces valeurs intrins,1ues7 Ce sont les vices du c'acun pour soi, de la compétitivité, de la guerre économi1ue, de l0égoGsme, du profit individuel, etc7 /es principau. laudateurs du capitalisme, comme "adame M'atc'er par e.emple, vont m;me <us1u36 dire 1ue la société n0e.iste pas 1ue seul l0individu e.iste K Iuelle ineptie K /es ;tres 'umains sont grégaires depuis l0aube de l0'umanité7 /0'omme n0est pas un animal solitaire et individualiste7 Moutes les études et'nologi1ues montrent 6 l0évidence 1ue l0'umanité s0est construite par le partage, l0éc'ange et la coopération7 /0appropriation par les cito2ens de la « part maudite » ne peut se faire 1ue par une compré'ension du processus d0accumulation7 /a part maudite est captée par la classe dominante7 /a véritable démocratie c0est de décider collectivement et individuellement de l0utilisation du surplus7 Moute civilisation repose sur une idée, une vision collective @ alors imaginons ensemble le futur7 Imaginons le monde 1ue nous voulons7 /0absurdité c0est de maintenir une rareté artificielle pour pouvoir continuer 6 faire du profit sur les biens issus de nos formidable outils de production7 /0absurdité c0est de gaspiller les seules ressources véritablement rares 1ue sont les ric'esses naturelles7 /0absurdité c0est de continuer 6 entretenir l0idée 1ue la répartition de la ric'esse doit se faire, uni1uement, en fonction de notre implication dans l0instrument productif7 /0absurdité c0est d0entretenir les nouveau. seigneurs 4 les financiers 1ui ne font 1ue brasser des électrons dans des fils de cuivre7 /0absurdité c0est de se stresser pour innover et créer sans cesse de nouveau. mod,les et gadgets pour vendre plus et gaspiller davantage7 /e bon sens nous invite plutUt 6 produire localement et 6 limiter les déplacements inutiles de marc'andises, 6 promouvoir les déplacements peu énergivores comme le train, l0autobus, la bic2clette, d0établir des processus démocrati1ues dans les grandes entreprises nouvellement nationalisées et les services publi1ues7 Pour1uoi produire plus et plus vite alors 1ue c0est <ustement le probl,me T Pour sortir de l0absurdité et de la violence du capitalisme moribond, il est maintenant urgent de ré-enc'anter le monde, d0inventer un autre paradigme pour une nouvelle civilisation7 /a solution 4 un véritable socialisme adapté au #e millénaire7 Notre mission est de développer un pro<et de société, un paradigme forcément basé sur l0altruisme 1ui s0inspire des penseurs et des p'ilosop'ies de toute l0:umanité pour imaginer de nouvelles r,gles du <eu afin de vivre ensemble sur ce beau territoire 1ue l0on appelle la 5O-NCJ7 /0important, c0est de définir les grandes orientations de la civilisation 1ue nous voulons construire7 Jntendons-nous bien, il ne s0agit pas de décréter un mod,le de société pr;t 6 l0emploi, de vouloir le bon'eur des gens malgré eu., mais simplement de dégager les idées générales et prati1ues d3un paradigme en construction7 Ce n0est donc pas d0une alternance 1u0il faut mais bien d0une révolution7 Ce 1u0il faut, c0est l3instauration d3un s2st,me politi1ue basé sur les roits de l3:omme, le respect de l3environnement, de la plan,te et du vivant, la réappropriation de la création monétaire par la collectivité, la gestion des biens communs non renouvelables ou nécessaires 6 la vie par la collectivité, la répartition des enric'issements collectifs nationau. sous forme de dividendes distribués é1uitablement 6 c'a1ue cito2en, la démocratie participative locale et régionale dans un cadre de subsidiarité7 /a finalité, c0est l3e.istence d0une société profondément 'umaine, ce 1ui conditionne l3épanouissement de c'acun des individus la composant7 /0'istoire du capitalisme fera parti de l0'istoire de l0'umanité7 Iue l0on estime sa durée 6 cin1 si,cles ou plus ou moins, n0a pas beaucoup d0importance7 /0ob<et de cet ouvrage n0est pas d0anal2ser les aspects positifs de cette 'istoire7 Jt il 2 en a eu certainement 1uel1ues uns K En ne refait pas l0'istoire, mais ce 1ui est certain, c0est 1ue ce n0est pas la fin de l0'istoire7 /e libéralisme économi1ue, l0économie de marc'é n0est certainement pas l0ac',vement, le mode ultime d0organisation pour le genre 'umain7 ?e doute, de toute faHon, 1ue l0'umanité aille vers un 1uelcon1ue « progr,s » ou vers une « finalité ultime »7 Ce n0est pas parce 1ue 8ant, dans la lignée du si,cle des lumi,res, a suggéré 1u0il 2 a progr,s et donc finalité 1ue l0on est obligé de croire 1ue l0'istoire aurait un point final K Il n02 a ni progr,s, ni croissance inéluctable, ni linéarité, ni c2cle dans l0'istoire7 /a base de l0'istoire de l0'umanité est la représentation ma<oritaire, collective et inconsciente 1ue l0on se fait de notre vision du vivre ensemble7 /0'istoire est faRte de confrontations des idées des uns et des autres7 Nous sommes tous acteurs et réalisateurs de la grande pi,ce de t'éQtre de l0'umanité7 Jn fait, le monde n0est 1ue l0addition des représentations individuelles7 /e monde c'ange 6 c'a1ue instant, il renaRt 6 c'a1ue naissance, il meurt 6 c'a1ue déc,s7 Parfois il c'ange brus1uement parce 1ue les vieilles représentations sont éculées, mortes, néfastes, in<ustes, stupides, absurdes7 Il s0agit <uste de croire 1u0un autre monde est possible, c0est tout K Iuelle Merre laisserons-nous 6 nos enfants T 5ace 6 la crise de l3environnement, face 6 la crise globale et radicale de la civilisation industrielle, des solutions e.istent, on peut s3en sortir, il suffit de le vouloir7 "ais n3attendeA pas 1ue les c'oses c'angent toutes seules, vous seuls aveA le pouvoir de les c'anger7 /es solutions sont collectives mais aussi individuelles et demandent un certain courage 6 s3engager 6 résoudre les probl,mes 6 la racine7 Jntre autres @ limiter notre consommation effrénée d3énergie non renouvelable et de mati,res premi,res @ s3engager plus activement au. différents niveau. de décision politi1ue en vue de créer des processus véritablement démocrati1ues7 En peut transformer le monde par ses actes de tous les <ours7 Jn c'angeant ses 'abitudes de consommation par e.emple7 Jst-il encore utile de dire, de nos <ours, 1ue le bon'eur n3est pas dans la consommation T /a sobriété n0est-elle pas plus apaisante pour l0esprit et pour la Merre T Cela dit, /a Politi1ue reste le mo2en le plus puissant de transformer nos rapports sociau. ainsi 1ue nos rapports avec la nature7 Jn clair, il vaut mieu. parler et débattre de la vision 1ue l3on peut avoir du « vivre ensemble » sur un territoire, de la gestion de la cité, plutUt 1ue de se tirer dessus K Wref, la Politi1ue et le suffrage universel sont incontournables7 /es laudateurs du libéralisme économi1ue-capitaliste s3accommodent tr,s bien de la dictature financi,re dans

la1uelle nous vivons7 /a Politi1ue a été sciemment dévalorisée par l3establis'ment financier, industriel et médiati1ue et les dirigeants actuels ne respectent m;me plus les décisions prises par le peuple Bréférendum de mai !>>( sur le MCJD7 /a non-violence c0est ce 1ui motive « M'e Oevolution Is /ove Banne.e +D » au. N$- par e.emple mais aussi le mou ement Colibris B anne.e %D en 5rance ainsi 1ue des millions de cito2ens 6 travers la plan,te7 Ce mouvement est, en effet, planétaire et il est bien au del6 des clivages gauc'eZdroite franco-franHais7 Nne profonde remise en 1uestion du paradigme dominant est partagée par de plus en plus de cito2ens 6 travers le monde7 /a t'éorie de la fin de l0'istoire de 5uSu2ama a du plomb dans l0aile7 /e MIN- Bt'ere is no alternativeD déclaré avec arrogance dans les années 1==> par les néo-libérau. est de plus en plus ridicule7 Ce n0est pas 1u0il n02 a pas d0alternatives, nous sommes l0alternative, nous sommes 6 un carrefour de l0'istoire7 Jn !>1#, pour le "inistre franHais « socialiste » de l3&conomie et des 5inances, « il n02 a pas d0alternative » non plus K Ce sera la logi1ue des banSsters <us1u0au bout, <us1u36 l0effondrement final7 /e ministre est beaucoup plus préoccupé par le niveau de la dette et par notre compétitivité 1ue par celui du c'Umage alors 1ue de nombreu. auteurs modérés ont démontré 1ue le niveau de la premi,re n0est pas si élevée dans une perspective 'istori1ue et 1u0il e.iste des mo2ens pour gérer cela de mani,re plus 'umaine, sans prati1uer l0austérité, sans m;me parler d0une réforme monétaire telle 1ue suggérée dans le c'apitre suivant7 /es politi1ues d0austérité menées en Jurope sont contestées de toute part, 2 compris par le 5"I ou par l0EC J, ainsi 1ue par des libérau. progressistes comme les « pri. Nobel d0économie » 8rugman et $tiglitA7 /e ministre des finances <ustifie le plan d0austérité par les marc'és, en affirmant 1ue sans cela, les spreads Ble ministre est tr,s adepte d0anglicismes KD ris1ueraient de s0envoler et de placer la 5rance dans la position de la 9r,ce7 /e ministre des finances rép,te en boucle ses trois priorités, 6 savoir, le désendettement, la résolution de la crise européenne et la compétitivité, un agenda 1ue pourrait parfaitement partager l0N"P7 e toute faHon, la 1u;te de compétitivité de notre pa2s est totalement illusoire oP le coXt salarial 'oraire est de #% e, alors 1u0il est 6 % e en Wulgarie ou de * e en Pologne7 Pour protéger nos emplois et notre mod,le social dans un premier temps, avant la réforme monétaire proposée ici, il n02 a 1ue le protectionnisme7 Waisser l0écart de un ou deu. euros ne c'angera rien au. décisions d0implantation ou de délocalisation d0entreprises, Wan1ue Publi1ue d0Investissement ou pas7 /a réponse de l0 « élite » économi1ue du P$ est entendu 4 spécialisation industrielle et 1ue le protectionnisme m,ne 6 la crise, ce 1ui est démenti par des pri. Nobel d0économie et la crise de !>>+7 Ils raisonnent dans un cadre e.tr;mement restreint, réduisant les 1uestions économi1ues 6 des 1uestions tec'ni1ues, oP il n02 aurait pas d0alternative7 /e libre-éc'ange ou la libre-circulation des capitau., la méfiance 6 l0égard de la monétisation, pourtant largement prati1uée ailleurs, le soutien indéfectible 6 l0indépendance des ban1ues centrales ou au. potions am,res infligées au. pa2s « aidés » par l0Jurope ne souffrent pas le moindre 1uestionnement7 /es « économistes » du P$ n0'ésitent pas 6 dire 1ue la WCJ aident les Jtats puis1u0elle pr;te au. ban1ues, 1ui, ensuite, rac',tent les dettes publi1ues alors 1ue c0est <ustement cela 1ui est c'o1uant K Ils tiennent un discours aussi 'omog,ne et fermé 6 toute idée alternative et ce discours ne peut 1u0aller dans le mur7 Ils affirment 1ue la réforme bancaire est sans doute une bonne réforme puis1u0elle déplait au. ban1ues comme 6 la gauc'e radicale7 "ais cet argument est mensonger7 /es ban1ues ne se plaignent gu,re et d0innombrables économistes ou <ournalistes modérés en criti1uent le caract,re beaucoup trop limité7 8arianne, dénonce une véritable capitulation du gouvernement7 :ollande, apr,s avoir fait de belles tirades au Wourget début !>1! contre la finance, a en effet capitulé7 "oscovici, par conformisme, paresse intellectuelle ou complicité avec le pouvoir financier, ne m,nera pas une autre politi1ue ni au<ourd0'ui ni demain7 /a ma<orité actuelle du Parti $ocialiste et le gouvernement du premier "inistre ?7"7 -2rault sont dans un vide idéologi1ue total7 /es « économistes » du P$ sont irrécupérables K ils c'erc'ent <uste 6 démontrer au. vrais maRtres du monde 1u0ils sont de meilleurs gestionnaires du capitalisme 1ue ceu. 1ui l0ont inventé 4 la droite K ils ne font preuves d0aucune audace, d0aucune créativité7 Cette « élite économiste » du P$ reste coincé dans un cadre oP les biens et les capitau. sont libres de tout mouvement, oP nous avons un euro géré par une ban1ue centrale indépendante et dogmati1uement monétariste sans <amais se poser la 1uestion de remettre ce cadre en 1uestion7 Wien sXr, le P$ prend des mesures différentes de l0N"P, mais cela s0apparente 6 c'anger la décoration du Mitanic sans remettre le moins du monde en 1uestion sa direction7

-rr;tons de nourrir les Aombies et envo2ons-les au 9rofnland K
Pour1uoi faisons-nous autant d0'istoires avec les Aombies T Jst-ce une sorte de plaisanterie T mal'eureusement non K $i on ne comprend pas les Aombies, on ne comprendra <amais vraiment ce 1ui se passe7 /a 5ed imprime +( milliards de dollars de fausse monnaie par mois, bon E8 K Jt le gouvernement américain accumule des déficits de milliers de milliards de dollars Bet il n0est pas le seulDC et les Aombies reHoivent tout cet argent7 -u<ourd0'ui, c0est l0algotrading 1ui r,gne en maRtre 6 Vall $treet K /a gestion de la bourse par les robots de l0algotrading ne permet plus de connaRtre les pri. réels des actifs7 /0emprise de la programmation algorit'mi1ue sur les marc'és atteint des sommets et dépasse peut-;tre les r;ves les plus fous des pri. Nobel de p'2si1ue et des médailles 5ields de mat'émati1ues7 Ce n0est plus la maRtrise du ris1ue 1ui permet d0anticiper le comportement des marc'és, c0est la maRtrise du comportement des marc'és 1ui abolit BfictivementD le ris1ue7 /e marc'é ne refl,te plus rien d0autre 1ue lui-m;me @ le monde réel devient une variable totalement marginale – sinon une forme de guerre perpétuelle des robots sur des éc'elles de temps 1ui défient l0imagination7 es spécialistes américains interrogés sur CNWC 6 la fin d0une belle séance 'aussi,re, évo1uaient l0influence grandissante, voire 'égémoni1ue de l0algotrading – 6 ne pas confondre avec les transactions 'aute fré1uence, et pourtant cela 2 ressemble diablement7 Il représente au<ourd0'ui *> 6 *([ des volumes 1uotidiens 6 Vall $treet7 /es spécialistes se sont particuli,rement

intéressés au cas d0-pple 1ui est devenu la valeur la plus « travaillée » de l0'istoire des marc'és américains7 es milliers de programmes algorit'mi1ues ont été développés par des particuliers férus de mat'émati1ues ou des 'edge funds B1ui embauc'ent 6 pri. d0or des p'2siciens de 'aut volD7 Ils peuvent ainsi trader gla pommeh 6 la milliseconde, et tr,s fré1uemment en « scalping », série d0allers-retours ultra-rapides, un peu 6 la mani,re des devises et des mati,res premi,res7 /es volumes sur -pple dépassent les 1> milliards d0euros 1uotidiennement et parfois les 1( milliards d0euros7 /es ban1ues centrales leur accordent beaucoup trop de crédit7 Ils empruntent trop7 Jnsuite, ils réalisent 1u0ils doivent réduire leur train de vie7 C0est ce 1ue le secteur privé fait depuis l0effondrement des dettes subprimes en !>>*7 /ors1ue les planificateurs centrau. se trompent, les consé1uences affectent généralement tout le monde sauf les planificateurs eu.-m;mes K Jt 1uand ils sont allés trop loinC ils continuent, purement et simplement K - 1uoi est-ce dX T 0abord, 6 mesure 1ue le s2st,me devient plus gros et plus mutualisé, il est plus difficile de dire ce 1ui se passe vraiment7 Wen WernanSe et /arr2 $ummers affirment 1ue nous traversons une période de gpénurie de demandeh7 "ais 1ue diable T Peut-;tre ont-ils raison K Personnellement, <0encourage la gr,ve de la consommation ce 1ui pourrait bien entraRner une véritable pénurie de la demande K Jnsuite, les rem,des impli1uent 1uasiment tou<ours de donner de l0argent 6 1uel1u0un 1ui ne l0a pas gagné7 Nne entreprise est renflouée7 Mout un secteur est recapitalisé et subventionné7 /a 5ed imprime et le gouvernement fédéral peut continuer 6 <ouer les paniers percésC avec plus d0emplo2és, plus d0allocations, plus de contrats et ainsi de suite7 Mous ces gens sont des Aombies, ils consomment, ils ne produisent rien et passent leur e.istence 6 brasser des électrons entre des dis1ues durs7 Jt ensuite, ils poussent pour plus de dépensesC engendrant plus de Aombies K -lors si vous n3aveA pas encore compris 1ue le capitalisme est, non seulement, une colossale escro1uerie, mais également un « <eu » totalement absurde, on ne peut plus rien pour vous K $i seulement ces escrocs Aombies Bces ban1uiers, traders and co7D restaient entre eu. et n0avaient aucune influence sur le reste du monde, on s0en foutrait mais le probl,me c0est 1ue leur « <eu » 6 la con détruit notre plan,te et notre 'umanité7 ?e propose de tous les envo2er au 9rofnland avec tous les billets vert et les ordinateurs 1u0ils veulent C mais le anemarS sera t-il d0accord T Il serait peut-;tre temps 1ue les socialistes fassent du socialisme, parce 1ue le capitalisme est devenu compl,tement délirant7 C0est donc 6 tous ceu. 1ui croient 1u0un autre monde est possible, au sein et en de'ors du P$, de rassembler des propositions programmati1ues concr,tes afin de sortir d0une crise 1ui a pour principale raison l0absurdité du s2st,me monétaire actuellement en vigueur7 Il est grand temps de c'anger de cap, de rompre avec le « réformisme social-libéral » et de développer un autre pro<et véritablement alternatif au capitalisme7 Eui, il faut oser le dire 'aut et fort 4 l0économie de marc'é, le capitalisme est une catastrop'e pour l0'umanité et pour sortir de l0absurdité et de la violence du capitalisme moribond, il est maintenant urgent de ré-enc'anter le monde, d0inventer un autre paradigme pour une nouvelle civilisation7 Oéforme monétaire, réforme de la démocratie, réforme de l0éducation et de la santé, réforme de l0agriculture C partout sur Merre des millions d0'umains imaginent le monde de demain7 Nne civilisation basée sur la vérité et la non-violence7 /0avenir nous appartient7 /3avenir sera ce 1ue nous en ferons7 /0avenir sera vraiment socialiste7

Propositions
-vant pro<et du programme « Non-violence et force de la vérité. Un nouveau paradigme, une nouvelle civilisation, un véritable socialisme. ienvenu dans la !rance du "e millénaire »7 NoteA 1ue cette version est abrégée, pour les autres propositions voir la version intégrale en 11 sections sur le blog de 9raternit( Cito,enne Banne.e (D7

Introduction
« &ors#u'un seul .omme r4 e" ce n'est #u'un r4 e. 8ais si beaucoup d'.ommes r4 ent ensemble" c'est le d(but d'une nou elle r(alit(. % 5riedensreic' :undertLasser epuis des années, avec les membres de l0association 9raternit( Cito,enne, nous compilons et rédigeons les propositions programmati1ues 1ui nous ont semblés les plus pertinentes7 /0assemblage présenté ici est forcément uni1ue mais il représente, nous en sommes persuadés, l0aspiration de la ma<orité des cito2ens de notre pa2s7 Nous avons intégré dans ce document une bonne partie du :lan des Colibris Banne.e %D parce 1ue ce plan est l0e.pression, sans aucun doute, de la volonté populaire la plus 'onn;te 1ui soit7 Jn effet, les personnes 1ui ont rédigé ce plan sont insoupHonnables d0égoGsme, elles ont donné le meilleur d0elles m;mes afin de faire les propositions les plus bénéfi1ues possibles 6 l0ensemble de nos concito2ens7 Ce te.te est la premi,re mouture de mon programme comme candidat 6 la primaire socialiste et il est 6 la base du programme officiel 1ue <e défendrai lors de l0élection présidentielle7

/e programme 1ue nous proposons ici est avant tout un programme de déconditionnement au logiciel dominant de la mégamac'ine néo-libérale7 Ce programme, forcément inac'evé, délivre néanmoins des idées clés et donne des réponses pour nourrir une réfle.ion en vue de construire un autre monde et contribuer 6 l0instauration d0une nouvelle républi1ue dans le cadre d0une société radicalement transformée7 Nne section du programme est consacrée 6 la santé alternative 6 la médecine allopat'i1ue, parce 1ue la remise en 1uestion des dogmes fondateurs de notre civilisation passe aussi par une réfle.ion sur le mod,le matérialiste, la science et son e.trémisme 4 le scientisme7 Non-violence et force de la vérité, ;.imsa et sat,a!ra.a, sont les deu. mots 1ui ont guidé la vie politi1ue du "a'atma 9and'i, l0'omme 1ui mit de'ors de son pa2s « l0empire ou le soleil ne se couc'e <amais » K

Préambule
« <uand un problème nous r(siste mal!r( de !rands efforts de rec.erc.e" nous de ons mettre en doute ses principau/ postulats. &'ima!ination est alors plus importante #ue le sa oir. % -lbert Jinstein "algré les catastrop'es écologi1ues, les modifications climati1ues, la pauvreté croissante, le renforcement du pouvoir des puissants au mépris de la vie sous toutes ses formes, aucune mesure politi1ue sérieuse n3a été prise par les gouvernements successifs7 $i rien ne c'ange, nous courons tout droit 6 des catastrop'es ma<eures7 Il est donc urgent d3agir, si nous voulons sauver ce 1ui reste de notre environnement et de notre 'umanité7 Nous aspirons 6 une vie simple dans un environnement sain, convaincus 1ue l3;tre 'umain a, en lui m;me, le potentiel d3accéder au bon'eur, et 1ue l3effort pour l3accumulation de biens matériels constitue un obstacle 6 la réalisation de ce potentiel7 /a société des si,cles 6 venir sera écologi1ue parce 1ue l3,re du monde fini a commencé7 C3est donc une vraie révolution des mentalités 1ue l3:omme est invité 6 réaliser7 Il s3agit pour lui 4 1 - d3assumer sa responsabilité d3;tre pensant, car il est le seul de toutes les esp,ces 6 avoir la capacité 6 évaluer les consé1uences de ses actes et 6 s3élever au-dessus de ses réfle.es biologi1ues7 ! - de limiter volontairement son emprise sur le monde pour laisser une place au. autres formes vivantes, 1u3elles soient animales ou végétales @ # - de maRtriser les mo2ens considérables 1ui sont 6 sa disposition pour les rendre compatibles avec la vie @ % - de fonder une économie consciente des limites de la plan,te, de son espace 'abitable et de ses ressources @ ( - d3organiser une solidarité 1ui réunisse les femmes et les 'ommes de toute la Merre, pour assurer la sauvegarde de notre avenir commun7 /a pensée du socialisme du !1e si,cle s3appuie sur 1uel1ues fondements, 1ui ont en commun d3e.primer notre amour de la vie 4 1 - le respect de la diversité 4 diversité des esp,ces, des communautés vivantes et des cultures7 Jlle est l3e.pression m;me de la comple.ité et de la ric'esse de la vie7 Cette diversité est un formidable patrimoine, 1ui rend la Merre capable de combler notre besoin de découverte et d3émerveillement7 ! - l3adaptation au. limites de la Merre 4 toutes les ressources de la Merre sont limitées, son étendue, son potentiel de production et sa capacité 6 digérer nos déc'ets7 /es logi1ues économi1ues et les stratégies sociales doivent intégrer cette finitude du monde7 Nous re<etons les régulations par catastrop'es 1ui <alonnent l3'istoire de l3:umanité7 # - la globalité de l3individu 4 l3;tre 'umain n3est pas seulement un consommateur et un producteur, il est aussi, et d3abord, un ;tre sensible et un corps vulnérable7 -ucune politi1ue ne doit privilégier les intér;ts économi1ues au détriment de l3intégrité de l3individu7 % - l3identité des personnes et des cultures 4 les droits individuels sont universels comme l3affirme la déclaration des roits de l3:omme @ les individus sont divers, identifiés par leur culture, leur attac'ement 6 un territoire et 6 la communauté 'umaine 1ui l3'abite7 Ces liens et leur manifestation Blangue, patrimoine collectif, cultureD doivent ;tre respectés et reconnus7 ( - la liberté 4 cette valeur fondamentale ne peut ;tre aliénée par l3Jtat7 Jlle s3e.erce dans une démocratie participative ou c'acun doit avoir la possibilité de s3e.primer, de s3associer ou d3entreprendre dans le respect de la liberté des autres7 Jlle nous conduit 6 re<eter les régimes totalitaires, collectivistes ou ceu. 1ui abandonnent la souveraineté politi1ue au profit de mécanismes économi1ues7 ) - la responsabilité 4 l3:umanité est responsable de la plan,te et de l3avenir de ses enfants7 Par del6 le temps et les distances, les générations et les peuples de la Merre sont solidaires d3un m;me futur7 Nous sommes partisans de créer un droit des générations futures7 * - l3égalité dans la différence 4 les ;tres 'umains ne naissent pas semblables, mais ils sont égau. en dignité, en droits et en devoirs7 C'acun a droit au. m;mes c'ances éducatives, 6 la m;me 1ualité de la vie, au m;me acc,s 6 la cito2enneté, au m;me respect7 C'acun a le devoir de contribuer 6 l3épanouissement de la communauté 'umaine et au respect de son environnement7 /3:umanité a les mo2ens de détruire ce 1ui donne un sens 6 la vie, c3est 6 dire la vie elle-m;me7 Jlle a les mo2ens de construire le ]meilleur des mondes], cette grande fourmili,re dans la1uelle l3individu perdrait son identité et sa liberté7 /e capitalisme et le socialisme 'istori1ue Ble stalinismeD ont engagé une telle évolution en se fondant sur un postulat erroné 4 celui d3une production illimitée de biens matériels et de ric'esses par le travail 'umain7 Er, tout est limité sur notre plan,te4 les mati,res premi,res, l3eau, le territoire, les ressources renouvelables7

/es formations 1ui ont gouverné le pa2s n3ont <amais été capables de 1uitter leur logi1ue de croissance, 1ue ce soit en mati,re démograp'i1ue, de consommation d3énergie et d3espace, ou de mobilités7 /es valeurs non marc'andes comme l3'armonie d3un pa2sage ou la convivialité d3un 1uartier p,sent de peu de poids face au. e.igences de l3économisme7 /es derni,res for;ts r'énanes, ce 1ui reste de littoral intact et les 1uel1ues ours des P2rénées, sont sacrifiées sans état d3Qme sur l3autel d3un développement 1ui a oublié sa finalité 4 l3épanouissement de l3individu et des sociétés 'umaines7 /a violence parait légitime 6 la droite et 6 la gauc'e lors1u3elle sert l3&tat ou leur vision du progr,s7 /a résolution armée des conflits, l3écrasement de l3individu par la mac'ine étati1ue, certaines tec'nologies, e.priment cette violence 1ue nous re<etons7 Il s3agit de définir la p'ilosop'ie et les nouvelles r,gles du <eu 1ui sont 6 la base de la société dans la1uelle nous allons c'oisir de vivre ensemble7 Premi,rement, cette p'ilosop'ie a pour base le respect de toute forme de vie et de la plan,te 1ui les supporte, un respect de la terre, de sa fragilité, de sa beauté7 Nous devons, par respect pour les générations 1ui nous suivent, prendre soin de notre patrimoine collectif 4 la plan,te Merre7 eu.i,mement, une valorisation de l3individu pour autant 1u3il contribue au bien commun, 6 l3effort collectif, 6 la préservation du patrimoine planétaire7 Mroisi,mement, et cela va de soi, un respect tout particulier 6 la personne 'umaine, 6 sa dignité, au fait 1ue toute personne doit ;tre considérée comme rationnelle, responsable, tolérante et autonome7 /e socialisme du !1e si,cle est la pensée politi1ue de la mondialisation ac'evée, conscience de nos ressources limitées et de notre responsabilité collective envers les générations futures7 Epposée 6 l3individualisme irresponsable, le socialisme du !1e si,cle est autant opposée 6 tout totalitarisme, tout globalitarisme 1ui voudrait 'omogénéiser des milliards d3individus et détruire l3é1uilibre et la ric'esse du tissu local7 Moute action locale doit ainsi tenir compte de son conte.te global mais toute action globale doit tenir compte des spécificités locales par des processus de médiation7 /e socialisme du !1e si,cle n3est rien s0il n3est pas radical et ne c'erc'e pas 6 s3atta1uer au. véritables causes de l0absurdité et de la violence induites par le capitalisme finissant7

/iberté, égalité, fraternité, démocratie, laGcité, solidarité, non-violence # force de la vérité

1 – émocratie & institutions
"ettre l3économi1ue au service du politi1ue et le politi1ue au service de la sagesse7
Il est, au sein de toute société, une <uste 'iérarc'ie des pouvoirs 4 la sagesse montre des ob<ectifs et inspire, le pouvoir politi1ue met en oeuvre ce 1ui est reconnu comme <uste, et le pouvoir marc'and et industriel satisfait les besoins matériels dans le cadre tracé par le pouvoir politi1ue7 /a démission du pouvoir politi1ue devant le pouvoir financier a conduit 6 cette perversion oP la consommation devient une fin en soi, et est perHue comme la source de tout bon'eur7 Nne véritable démocratie garantit 1ue les décisions politi1ues soient tou<ours conformes 6 l3intér;t général, au. é1uilibres écologi1ues et soient l3émanation d3une vraie volonté populaire, élaborée 6 travers de nombreu., intenses et aut'enti1ues débats entre les membres de la société7

Processus d0élaboration d0une FIe Oépubli1ue7
Nn processus d0élaboration d0une FIe Oépubli1ue sera engagé pour nous doter d3une vraie constitution, au service de l3intér;t général7 Proposer une FIe républi1ue, c0est reconstruire l0édifice de la Fe dans une période sans urgence afin de l0adapter au. en<eu. présents tout en gardant ce 1ui fait sa force, la stabilité politi1ue 1u0elle impli1ue7 5aire réécrire notre constitution par une assemblée constituante populaire, tirée au sort Bparmi les cito2ens 1ui en feront la demandeD et dont les membres seront inéligibles au. mandats 1u3ils définiront7 Inscrire dans cette constitution les principes permettant au. cito2ens les plus actifs d3engager et de garantir une transition écologi1ue, sociale, économi1ue, au service de l3intér;t général, respectant l3é1uité entre tous et les é1uilibres naturels7 5aire en sorte 1ue les r,gles du pouvoir ne soient pas écrites par les 'ommes ou femmes au pouvoir7 Pour nous, l0&tat doit représenter l0ensemble des outils dont se dote la communauté des cito2ens dans un ob<ectif de bien-;tre commun7 -u-del6 m;me des fonctions dites ]régaliennes], et 1ui sont liées au maintien de l0ordre Bpolice, armée, <ustice et trésor public pour financer le toutD, c0est l0ensemble des fonctions publi1ues 1ui devront ;tre réévaluées, dans un triple ob<ectif de subsidiarité, de solidarité, de lutte contre les p'énom,nes de tec'nostructure et de politi1ues publi1ues tendant vers la préservation de notre environnement7 Jn ce sens, l0&tat ne doit pas ;tre neutre, mais un acteur essentiel d0une politi1ue d0é1uilibre entre les e.igences démocrati1ues, sociales et environnementales7 C0est 6 partir de ces principes 1ue doivent ;tre réformées les institutions de l0&tat7 Ce pro<et de constitution sera soumis 6 référendum7

Instauration d3une assemblée des ]états générau.] tous les 1> ou !> ans7
epuis deu. cents ans, les différentes constitutions et te.tes fondateurs de la républi1ue ont tou<ours été détournés par les spécialistes de l3e.ercice du pouvoir ce 1ui n3a pas rendu favorable les conditions d3une vraie souveraineté du peuple lui-m;me7 /3e.périence de la réfle.ion sur les conditions d3e.istences et la structure de la société par la réunion des doléances a constitué, avant les états générau. 6 la veille de la révolution B1u3usurperont des ?acobins fanati1uesD un p'énom,ne encore actuellement digne d3attention7 /a mémoire de cette 1u;te 6 la source de la républi1ue peut devenir un principe actif apte 6 renouveler notre vision et notre prati1ue de la vie sociale7 Cet événement de notre passé paraRt encore au<ourd3'ui une tentative, asseA rare dans l3'istoire, pour connaRtre vraiment ce 1ui est vécu par tous afin d32 remédier7 \ présent, nul n3ignore 1ue la plus grande partie

des représentants élus établit un dialogue de propagande, pour <ustifier leurs positions ou celles de leurs appareils avec leurs prétentions arrogantes, leur petitesse d3esprit, leurs opérations de séduction grossi,re, leurs clientélismes démagogues7 /e s2st,me parlementaire est trop pénible pour survivre7 Jt sa survie est la principale préoccupation de ceu. 6 1ui il profite7 Jt pour éviter la dictature annoncée ou bien la prop'étie de ]barbarie] 4 le retour @ inventons 6 partir des leHons de l3'istoire avec la mémoire constante de ce 1ui peut motiver tout sou'ait de c'angement 4 l3aspiration au bon'eur7 ]Pas de bon'eur individuel sans partage], c3est une loi e.istentielle7 Comme les appareils politi1ues sont des sectes dont les manipulations g,rent les processus d3accession d3élites au. postes de commandements, tentons d3éc'apper 6 leur effro2able sens de l3opportunisme7 /es crises de société 1ue nous traversons depuis une 1uarantaine d3années sont les s2mptUmes de l3absence de compré'ension entre les instances légitimantes et la grande masse des peuples, 1ui dans leur ma<orité sou'aitent vivre, aimer, r;ver et mourir librement et en pai.7 Nne consultation mutuelle n3est pas établie entre gouvernants et gouvernés7 Jt cette lacune de relation engendre des souffrances 1ui a le tragi1ue effet pervers d3alimenter le fond de commerce des c'arognards médiati1ues7 /e spectacle du débat médiatisé castre les indignations et les désarme d3implications civi1ues actives7 /es rituels des orgies télévisuelles transforment la révolte en ob<et consommable, en profit, en accroissement d3influence et de puissance des médias eu. m;mes7 /e maintient du pouvoir dans notre pa2s s3e.erce comme une t2rannie douce7 Pour maintenir et anest'ésier les catégories du peuple les plus démunies 1uel1ues recettes de plus en plus efficaces7 Nn petit O$- pour créer une dépendance de survie des plus inadaptés au s2st,me compétitif et les inclure dans un s2st,me de contrUle, l3instrumentalisation audiovisuelle pour diriger les r;ves et coloniser les Qmes7 /a création d3une structure autonome, s3e.erHant de mani,re indépendante de tous les pouvoirs et se dotant de garanties préservant des contrUles abusifs des mac'ineries politi1ues ou médiati1ues serait la garantie d3une vraie démocratie7 Jn bref, un vrai tissus de débats utilisant, mais pas seulement, les nouvelles tec'ni1ues de communication, permettant de représenter les différentes e.pressions des nombreuses classes de la société et des Qges de la vie7 Il est temps de convo1uer de nouveau. ]états générau.] regroupant les points de vues de tous, les criti1ues, les aspirations et les revendications7 "ais un tel instrument démocrati1ue en vastes réseau. ne deviendra celui de l3épanouissement 'umain 1ue si il ne connaRt pas de terme, est tou<ours repensé7 Il est nécessaire de trouver des formules adaptables au. mieu. ;tre des femmes et des 'ommes par eu.-m;mes7 C3est pour1uoi, nous défendons l3instauration d3une assemblée des ]états générau.] tous les 1> ou !> ans précédé d3une période de collecte des doléances7 Nous devons faire le point sur l3attitude intérieure essentiellement altruiste 1ue nous devons préserver en nous et les mét'odes 1ui en favorise le maintien7

évelopper la responsabilité de tous et décentraliser le pouvoir7
Permettre 6 c'a1ue personne Bcito2en, salarié, collaborateurD de participer au. décisions 1ui auront un impact sur lui et, plus largement, sur les orientations de la structure 6 la1uelle il participe7 onner le plus de pouvoir possible au. plus petits éc'elons de la société, notamment par l3institution des <ur2s cito2ens tirés au sort, avec pouvoir décisionnaire, et pas seulement consultatif7 Ces <ur2s seront une école universelle permanente de civisme 4 c'acun, tiré par le sort 'ors de ses préoccupations individuelles, et vo2ant le spectacle de ses semblables dévoués au bien commun, apprendra en prati1ue 6 faire de m;me7 -ppli1uer partout la subsidiarité c3est-6-dire 1u3une compétence ne soit déléguée Bsous contrUleD 6 un éc'elon supérieur 1ue lors1u3elle ne peut ;tre traitée 6 l3éc'elon inférieur7 évelopper l3éducation populaire, afin de permettre 6 c'acun de s3impli1uer plus activement dans la vie de la Cité, au sens large7 Jnseigner - et faire prati1uer - la p'ilosop'ie, la politi1ue et le droit constitutionnel, outils ma<eurs d3émancipation intellectuelle, depuis la plus petite école <us1u3au. classes supérieures7

Instaurer des référendums d3initiative populaire BOIPD7
/e référendum est l3e.pression m;me de la démocratie, de la souveraineté et de la légitimité du peuple7 $a souveraineté est totale7 Nn Oéférendum d3Initiative Populaire pourrait se tenir une année sur deu. le dernier dimanc'e avant le solstice d3été7 Jn fait, ce ne sera pas un référendum mais un multiréférendum7 Jn effet, toute 1uestion proposée par n3importe 1uel cito2en et contre-signée par 1>> >>> cito2ens et a2ant le parrainage d3au moins 1>> élus locau. Bconseillers générau. et régionau.D d3au moins di. départements différents pourra ;tre soumise 6 la nation tout enti,re7 -u solstice d3'iver précédent, le conseil constitutionnel 1ui sera c'argé de la réception des 1uestions et des parrainages, annoncera les 1uestions retenues lors du proc'ain multiréférendum7 /e referendum d0initiative populaire doit ;tre encouragé 6 tous les niveau. de collectivités publi1ues7 /es conditions de son organisation seront précisées de faHon 6 ce 1ue les 1uestions soumises au suffrage des cito2ens correspondent effectivement 6 une préoccupation de la population, et des seuils de participation en garantiront la représentativité7 Couplé 6 la possibilité de saisine directe du Conseil constitutionnel, le referendum d0initiative populaire permettra une participation plus effective des cito2ens 6 l0élaboration de la loi commune7 Jnfin, un droit d0initiative législative devrait ;tre conféré au. cito2ens 4 toute proposition de loi contresignée par (>> >>> cito2ens devrait ;tre automati1uement inscrite 6 l0ordre du <our de l0-ssemblée nationale7

Oecouvrer l3indépendance économi1ue et politi1ue de la 5rance7
- $ortir de l3Nnion Juropéenne dirigée par la Commission illégitime en place, comme le permet le Mraité de Oome établissant une Constitution pour l0Jurope Bart7 %=--D, traité 1ue le Peuple franHais a re<eté lors du référendum du != mai !>>(, et 1ui a 1uand m;me été instauré en !>>= sous le nom de ]traité de /isbonne]7 Il s0agira simplement de dénoncer ce traité illégitime car re<eté par le peuple franHais et de demander 6 nos partenaires de relancer un nouveau pro<et d0union européenne7 - Oecon1uérir l0indépendance économi1ue de la 5rance en sortant unilatéralement et <uridi1uement de l0euro par la mise en buvre de l0article (>7 -dopter le 5O-NC comme monnaie nationale B5O5D et inscrire dans notre Constitution 4 « /e franc est la monnaie de la Oépubli1ue franHaise7 » -dopter un tau. de conversion selon la parité de 1 franc i 1'eure de travail au $"IC en 5rance i 1> e7 -ssurer cette parité pendant la période de conversion7 iffuser au plus vite les nouvelles coupures de billets en francs7

&tablir 1ue la laGcité est un espace de liberté de prati1ue des différentes traditions spirituelles7
/es diverses voies de rec'erc'es spirituelles, p'ilosop'i1ues et t'érapeuti1ues doivent ;tre respectées par la Oépubli1ue et non pas persécutées comme elles le sont parfois7 /a liberté de conscience est une liberté fondamentale d3une républi1ue laG1ue7 /aGcité ne veut pas dire négation de la spiritualité7 Nne c'arte de la laGcité sera établie pour 1ue soient respectés les principes républicains dans tous les lieu. publics7 $elon l0article 1 de la constitution, ] /a 5rance est une Oépubli1ue indivisible, laG1ue, démocrati1ue et sociale7 Jlle assure l0égalité devant la loi de tous les cito2ens sans distinction d0origine, de race ou de religion7 Jlle respecte toutes les cro2ances7 $on organisation est décentralisée ]7 Nous sommes attac'és 6 la liberté de conscience7 Jn accord avec cette conception, nous sommes pour la laGcité au sein de l0école publi1ue7 Nous défendons le principe de laGcité 1ui s0est construit dans un mouvement d0émancipation face au cléricalisme, dans l0affrontement avec l0emprise de l0Jglise cat'oli1ue sur l0ensemble de la société7 /a laGcité, c0est d0abord la garantie du pluralisme, par le refus 'istori1ue de l0'égémonie cat'oli1ue7 Jlle garantit l0e.ercice des libertés, et notamment la liberté de conscience7 C0est l0attac'ement au compromis libéral 1u0a retenu le Conseil d0Jtat dans son avis le !* novembre 1=+=, 1ui garantit 6 la fois la liberté de conscience et le respect de la laGcité7

Nne nouvelle déclaration des droits et des devoirs pour fonder une nouvelle républi1ue7
Jn a<out 6 la déclaration des droits de l0'omme, il faut rédiger une ] éclaration des devoirs de l3'omme, envers lui-m;me, envers ses fr,res du monde, envers la nature et la Merre ]7 /a éclaration des droits de l3'omme a été conHue pour protéger le faible du fort7 "ais, insidieusement, elle a renforcé c'eA tous l3égoGsme et l3envie, au détriment du don de soi et de l3esprit de service7 /3'omme, devenu trop conscient de ses droits, en a oublié ses devoirs7 Il doit reprendre conscience de son rUle, de sa fonction et de sa responsabilité dans le maintien de l3'armonie dans la société7 Cette nouvelle déclaration des droits et devoirs affirmera des droits nouveau. mettant en valeur les principes correspondant 6 notre pro<et politi1ue7 Jlle réaffirmera les libertés fondamentales et les droits sociau. fondamentau. contenus dans le Préambule de la constitution de 1=%), mais insistera sur leur effectivité réelle, c3est-6-dire sur la nécessité d0un engagement de l0Jtat pour les mettre en buvre et assurer leur garantie pour tous7 Par cette déclaration, nous entendons reconnaRtre en particulier les nouveau. droits et libertés 1ui suivent 4 - /0égalité des droits pour toutes et tous, dans tous les domaines, est garanti 1uel 1ue soit son se.e, son Qge, sa culture, son origine, sa religion, son orientation se.uelle, son apparence p'2si1ue, son 'andicap7 - ce titre, la lutte contre les racismes et ses consé1uences discriminatoires est une obligation de l0Jtat7 - Moute personne a le droit d0obtenir de la collectivité des mo2ens convenables d0e.istence7 Ce principe s0impose au. pouvoirs publics7 Il est une obligation pour les institutions publi1ues et les entreprises7 - /e droit au logement est un droit imprescriptible7 Nn service public du logement veille 6 l0application de ce droit 4 attentif, en particulier, au respect du principe de non-discrimination, il pourra se substituer au. acteurs privés et publics pour assurer l0effectivité de ce droit7 - /a sécurité professionnelle est un droit essentiel de tout travailleur7 /e statut nouveau de salarié doit garantir 6 celui-ci le maintien du salaire, le droit au reclassement et 6 la formation tout au long de la vie7 Moute personne privée d0emploi conserve son revenu et son logement dans des conditions précisées par la loi7 /es garanties fondamentales reconnues au salarié par le code du travail ont valeur constitutionnelle7 /e refus de toute discrimination dans l0acc,s au travail et au logement est une obligation constitutionnelle7 - /a démocratie sociale s0impose dans toutes les entreprises7 /es travailleurs et les institutions 1ui les représentent, doivent e.ercer des droits nouveau. d0e.pertise, de contrUle et de proposition7 - /a participation directe des cito2ens 6 la vie politi1ue et institutionnelle est un principe démocrati1ue fondamental7 - Moute personne a droit au respect de sa vie privée et notamment 6 la protection de ses données personnelles7 - /e droit d0asile est un droit fondamental7 Il s0appli1ue dans le respect des Conventions de 9en,ve7 Ce droit sera étendu au. femmes subissant des violences dans leur pa2s7 - /e vivant, l0eau, les ressources naturelles, la santé, la culture, l0éducation, la rec'erc'e, l0énergie et l0information ne sont pas des marc'andises mais des biens communs de l0'umanité 1ui éc'appent au principe de la libre concurrence7 - /e droit 6 une information pluraliste e.ige l0interdiction des concentrations dans le domaine de la production, de l0édition, de la diffusion et de la communication7 - /a souveraineté alimentaire est un droit de c'a1ue peuple7 - C'a1ue ;tre 'umain a droit 6 un environnement de 1ualité7 Promouvoir un développement économi1ue solidaire, économe en ressources naturelles, et respectueu. de l0environnement est une obligation de la collectivité7 /es entreprises sont responsables des dégQts 1ue leurs activités engendrent7

Nne FIe Oépubli1ue fondée sur la souveraineté populaire et la cito2enneté7
Nos institutions ne constituent plus un cadre efficace et démocrati1ue de fonctionnement du pa2s7 ans le débat constituant, nous défendrons ces propositions tendant 6 la ré'abilitation de la souveraineté populaire et l0approfondissement de la cito2enneté 4 - /a réduction des pouvoirs du Président de la Oépubli1ue et le réé1uilibrage les relations entre le Parlement et l0e.écutif7 - /0institution de l0assemblée nationale en assemblée législative uni1ue par la suppression du $énat actuel remplacé par un conseil des sages7 - /a garantie de l0indépendance <udiciaire par une modification de la composition du Conseil supérieur de la magistrature7 /e Président de la Oépubli1ue, le 9arde des $ceau. n0en seront plus membres7 - -ugmenter la part de l0ordre du <our consacrée au. te.tes et au. débats d0initiative parlementaire7

- Porter 6 di. le nombre de commissions permanentes de l0-ssemblée nationale et donner un plus grand rUle au travail 1u0elles accomplissent7 - Euvrir le débat en séance publi1ue sur la base du te.te voté en commission @ assurer la publicité des débats des commissions7 $upprimer les restrictions apportées au droit d0amendement des parlementaires par les articles %> et %=-# de la Constitution7 - Oenforcer le contrUle parlementaire de l0e.écutif7 - /e Premier ministre ne recevra la plénitude de ses pouvoirs non par le décret de nomination du président de la Oépubli1ue Bart7 +D, mais par un vote de confiance de l0-ssemblée nationale 6 l0installation de son gouvernement7 /es corps de contrUle actuellement placés sous l0autorité du gouvernement BInspection générale des finances, Inspection générale de l0-dministration, Cour des comptes, Inspection générale des -ffaires socialesD, ainsi 1ue les autorités administratives indépendantes 1ui ont proliféré seront mises 6 disposition de l0-ssemblée nationale7 - /a modification de la composition et du rUle du Conseil constitutionnel7 $es membres seront désignés par l0assemblée nationale7 $0il émet un avis négatif sur un pro<et de loi, l0assemblée nationale modifie le pro<et ou le soumet au peuple7 /e Conseil constitutionnel peut ;tre saisi par tous les cito2ens7 Il s0agit de transformer le Conseil constitutionnel en une véritable Cour constitutionnelle7 $es membres seraient élus pour neuf ans, avec un renouvellement par tiers 6 une forte ma<orité 1ualifiée, ce 1ui garantirait leur neutralité7 /a saisine doit ;tre élargie 6 l0ensemble des cito2ens7 Jlle pourrait notamment ;tre mise en buvre par la voie d0une e.ception d0inconstitutionnalité, invo1uée 6 l0occasion d0un contentieu. par un <usticiable, devant une 1uelcon1ue <uridiction, 1ui aurait alors la possibilité de saisir la Cour constitutionnelle du probl,me soulevé7 /es pouvoirs et le statut du président de la Oépubli1ue doivent ;tre profondément modifiés, pour permettre au Premier ministre de <ouer véritablement son rUle de c'ef de l0action gouvernementale, sous le contrUle du Parlement7 /e président de la Oépubli1ue, 1ui n0est pas soumis au contrUle du Parlement, doit ;tre un garant de l0é1uilibre constitutionnel et non un acteur 1uotidien de l0action gouvernementale7 /es pouvoirs et le statut du président de la Oépubli1ue doivent ;tre profondément modifiés 4 - $uppression de l0article 1) de la Constitution, vestige du passé et de la conception bonapartiste du pouvoir présidentiel7 - $uppression du ]domaine réservé] du président de la Oépubli1ue et des réseau. parall,les Bla 5ranHafri1ueD7 - "odification du statut pénal du président de la Oépubli1ue Bart7 )+D pour limiter le privil,ge de <uridiction dont il bénéficie au. seuls actes accomplis par le Président dans l0e.ercice de ses fonctions7 - l0a<out d0un article 1ui instaure le déroulement du !e tour des élections législatives un mois avant le 1er tour des élections présidentielles7 - une modification de l0-rticle 1! 1ui oblige le Président de la Oépubli1ue 6 démissionner s0il prononce la dissolution de l0-ssemblée nationale7 Ce 1ui redonnerait forcément plus de pouvoir au c'ef du gouvernement et 6 l0-ssemblé Nationale B-rticle %=D7 Nne réforme de la <ustice avec la programmation de mo2ens adé1uats et les ob<ectifs suivants 4 - garantie de la présomption d0innocence @ stricte limitation de la détention provisoire @ présence de l0avocat d,s la premi,re 'eure de garde 6 vue @ collégialité de toutes les décisions @ garantie de la spécificité de la <ustice des mineurs @ - une réforme pénitentiaire dont les ob<ectifs immédiats seront de mettre la 5rance en conformité avec les recommandations du Conseil de l0Jurope sur les conditions de détention7 ans la perspective de la démocratie sociale, de nouveau. droits dans l0entreprise établiront, en tout domaine la possibilité d0intervention des salariés, de leurs institutions et de leurs organisations7 /es droits des représentants du personnel et des comités d0entreprise seront étendus7 /e s2st,me actuel de représentativité s2ndicale sera revu afin de permettre au. salariés d0;tre représentés par les s2ndicats de leur c'oi.7 /a démocratie active dans les communes, les départements et les régions sera encouragée 4 possibilité de recourir 6 des référendums d0initiative locale si 1>[ de la population concernée en fait la demande7 $ur les 1uestions essentielles, environnementales, économi1ues et sociales, tout collectif de cito2en-nes a la possibilité de mettre en buvre des contree.pertises indépendantes, financées par un fonds public7 /es collectivités territoriales devront créer des espaces, des outils, des processus de participation, avec les mo2ens correspondants, pour favoriser la participation des cito2ens 6 toutes les décisions 1ui les concernent, en amont BélaborationD et en aval Bmise en buvreD des décisions, pendant toute la durée des mandats7 /e droit 6 l0information sera assuré dans des conditions nouvelles7 /e pluralisme, le débat contradictoire et la présentation pluraliste de l0information doivent ;tre assurés par des obligations plus précises faites au. médias7 /e service public sera amélioré et démocratisé @ la composition du C$- sera modifiée7 /es médias associatifs seront aidés7

5avoriser une démocratie de pro.imité et participative7
Il est un espace <uste pour e.ister en plénitude, une distance <uste pour ;tre bien ensemble7 Mrop 6 l3étroit l3'omme s3étiole, dans un espace trop grand il est perdu7 Jn espace confiné les relations sont vite conflictuelles, elles sont ine.istantes au sein de la multitude7 /es relations de cbur 6 cbur s3épanouissent dans la pro.imité7 Jncourager toutes les formes de participation cito2enne et créer des lieu. de débat afin de rapproc'er le cito2en des lieu. de décision7 "ultiplier les cercles de réfle.ion et retrouver la tradition des agoras7 Oéforme institutionnelle afin de créer les conditions d3une démocratie urbaine 6 l3éc'elle des 1uartiers et des agglomérations urbaines7 Création de niveau. de débats et de décisions politi1ues correspondant au. réalités des solidarités et interdépendances communales7 Pour les communes de plusieurs diAaines de milliers d3'abitants, il faut des comités de 1uartier 1ui ont en c'arge la gestion des services de pro.imité7

Mout le monde est d0accord sur le constat 4 l0organisation administrative de notre pa2s ne correspond plus 6 la réalité de la vie 1uotidienne de nos concito2ens, et au. besoins de services 1u0elle engendre7 /0aire géograp'i1ue dans la1uelle nous évoluons pour travailler, nous former, assurer l0éducation de nos enfants, faire nos courses, dans la1uelle est assuré notre approvisionnement en eau potable, le traitement de nos déc'ets, n0a en général pas grand-c'ose 6 voir avec les limites des #) )>> communes franHaises7 /a 5rance a commencé 6 se réorganiser en pa2s et en communautés d0agglomérations7 /0importance des compétences 1u0ils e.ercent <ustifie 1ue les instances délibératives et e.écutives de ces regroupement intercommunau. soient élues au suffrage universel7 Ce sera la seule faHon de permettre 1ue les cito2ens se prononcent réellement sur les pro<ets de territoire, les prél,vements fiscau. opérés, les actions conduites7 /e mode de scrutin doit ;tre 'armonisé pour l0ensemble des élections territoriales, pour permettre une meilleure compré'ension des mécanismes par les cito2ens7 Nous proposons 1ue l0ensemble de ces élections aient lieu région par région, 6 une date différente, de faHon 6 rompre avec un caract,re par trop national donné au<ourd0'ui au. élections locales7 /a démocratie, c0est aussi le respect des minorités7 Nn statut de l0opposition applicable dans l0ensemble des collectivités territoriales doit ;tre adopté, de m;me 1ue dans les assemblées parlementaires7 ans les collectivités territoriales, 6 l0e.ception des plus petites communes, nous proposons 1ue la présidence de l0-ssemblée et la présidence de l0e.écutif soient assurées par deu. personnes différentes7 émocratiser, c0est aussi respecter la diversité culturelle de nos territoires7 /e pro<et de loi portant ratification de la c'arte des langues régionales doit faire partie des réformes constitutionnelles soumises au référendum7 Jnfin, la fiscalité locale devra ;tre réformée pour la rendre plus <uste, compré'ensible par les redevables, et dans un sens 1ui permette au. cito2ens de comprendre 1ui fi.e les niveau. des contributions 1ui leur sont demandées et pour 1uel usage, conformément au. propositions 1ui figurent dans ce pro<et7

Oéinventer nos processus électifs et représentatifs, repenser le rUle et les mandats des élus7
C'oisir nos représentants par des modalités 1ui n3entraRnent pas une confiscation du pouvoir par des professionnels de la politi1ue7 Introduire, pour certains mandats, de nouvelles procédures de désignation comme le tirage au sort7 /e rétablissement du scrutin national pour les élections européennes7 /e non-cumul, ou l0e.ercice de deu. mandats, et la limitation de l0e.ercice des mandats dans le temps7 pour éviter la professionnalisation 6 outrance de la politi1ue7 /a création d0un statut du militant associatif, s2ndical et politi1ue7 /0abrogation des lois de décentralisation Oaffarin et une re-discussion de la répartition des responsabilités entre les différents niveau. territoriau. dans le respect de principes d0égalité, de service public, de péré1uation fiscale, de transparence des procédures de décision et une redéfinition de la répartition des responsabilités7 /es lois répressives Bstigmatisation des populations, atteintes au. libertés individuelles et collectives, aggravation pénale, augmentation e.orbitante des pouvoirs de la police dite de pro.imité au travers d0institutions telles 1ue la Wrigade -nti-CriminalitéD seront abrogées7 - ce titre, la loi du # avril 1=(( nj((-#+( instituant l0état d0urgence sera supprimée7

Nne transformation du $énat en conseil des sages7
Placer des personnes possédant recul et sagesse en voi. consultatives dans les affaires publi1ues7 Ces nouveau. sénateurs seraient tirés au sort parmi les candidats a2ant obtenus plus de 1> >>> parrainages de cito2ens7 Pour ;tre candidat, il faudra ;tre membre d0aucun parti politi1ue depuis un minimum de # ans7

… ! – "onnaie & revenu universel
« :ar essence" la cr(ation mon(taire e/ ni.ilo #ue prati#uent les ban#ues est semblable" =e n'.(site pas + le dire pour #ue les !ens comprennent bien ce #ui est en =eu ici" + la fabrication de monnaie par des fau/3monna,eurs" si =ustement r(prim(e par la loi. % "aurice -llais, Pri. Nobel de $ciences Jconomi1ues 1=++, /a crise mondiale au<ourd0'ui B&d7 Clément ?uglar 1===D7

$éappropriation par le pouvoir politi%ue de la capacité de battre monnaie.
/3ini1uité, l3in<ustice, la pauvreté, la corruption et la dévastation de l3environnement ont pour origine une cupidité soigneusement camouflée 4 la création monétaire7 /a plupart des gens s3imagine 1ue notre monnaie est créée par le gouvernement7 Ce n3est pas le cas7 Certes, l3&tat imprime la monnaie, il est donc, officiellement et tec'ni1uement, le créateur de la monnaie7 Cela dit, les ban1ues en pr;tant de l3argent ]scriptural] Bc',1ues et cartes de créditD sont les créateurs, de fait, des =Z1> de la masse monétaire en circulation7 Notre monnaie nous est pr;tée par des cartels bancaires privés7 /e pouvoir politi1ue a, au cours des si,cles, remis au. ban1ues son devoir de créer l3argent de la nation7 /a plus grande révolution monétaire de tous les temps a eu lieu le ( aoXt 1=1%, soit trois <ours apr,s la déclaration de la 9rande guerre7 Comme des milliers de gens veulent retirer l3or 1u3ils ont déposé dans les ban1ues 6 la place des billets 1u3ils détiennent, le gouvernement franHais de l3épo1ue avait décrété le moratoire des dépUts et le ]cours forcé] des billets de ban1ues7 /es nations belligérantes et les pa2s neutres suivirent l3e.emple7 Oot'sc'ild disait 4 « si vous permettieA au. ban1uiers d3émettre l3argent d3une nation, ils ne se soucieraient pas des lois7 » Nne élite bancaire internationale détient le pouvoir supr;me de création monétaire7 Cela lui donne le contrUle - au mo2en de l3argent-dette - des destinées des nations et de l3économie mondiale7 Jn fait, tous nos probl,mes viennent de l67 C3est parce 1ue l3argent est pr;té avec intér;t et avec pour seul ob<ectif de faire des profits 1ue nous observons l3absurdité d3investissement dans des tec'nologies ]gadget] alors 1ue des besoins de base ne sont pas satisfaits7 /e contrUle de la masse monétaire en

circulation et donc la création des crédits nécessaires au. activités bénéfi1ues est le droit régalien du pouvoir politi1ue issu du débat démocrati1ue7 /a capacité de battre monnaie sur un territoire et donc la création de la confiance dans l3éc'ange marc'and est le premier devoir de tout gouvernement souverain7 Pour1uoi le gouvernement devrait-il pa2er de l3intér;t 6 un s2st,me bancaire privé pour l3usage de sa propre monnaie 1u3il peut émettre lui-m;me sans intér;t et sans dette T /e fait 1ue le gouvernement ait abandonné cette fonction au. ban1ues privées est une tra'ison abominable7 /e gouvernement se refuse 6 luim;me un privil,ge 1ue par la loi il a accordé au. ban1ues, il se fait le serviteur des ban1uiers et méprise le peuple7 /3ob<ectif des ban1ues privées n3est pas du tout d3émettre l3argent selon les besoins de la population, mais de faire plus de profits, et d3amener gouvernements, entreprises et individus 6 s3endetter7 /3oligarc'ie financi,re internationale est pour une ban1ue centrale européenne car c3est le meilleur mo2en d3emp;c'er tout gouvernement national de recouvrer sa capacité de battre monnaie7 Ce tour de passe-passe, cette escro1uerie monumentale du cartel bancaire international doit cesser7 $aint-/ouis, roi de 5rance, disait 4 ] /e premier devoir d3un roi est de frapper l3argent lors1u3il en man1ue pour la bonne vie économi1ue de ses su<ets7]7 /3argent ]scriptural] ou ] électroni1ue] est une bonne invention et il ne s3agit pas de les remettre en cause, mais au lieu d3avoir pour origine la plume du ban1uier 6 l3état de dette, ils doivent naRtre sous la plume d3un organisme national 6 l3état d3argent serviteur7 Pour 1u3un gouvernement soit vraiment souverain, il faut 1u3il reprenne son droit de créer l3argent libre de dette7 /a ro2auté a2ant été remplacée par l0&tat, dans le cas d0une démocratie 1ui porte bien son nom, c3est-6-dire 1ui permet un contrUle réellement actif de l0&tat par le peuple, l0&tat représente le peuple, l0&tat c0est le peuple7 -insi, indirectement, ce sont les cito2ens par l0intermédiaire de l0&tat 1ui e.ercent les droits régaliens7 /e peuple est alors souverain7 /0économie mondialisée a tou<ours besoin de plus de crédits afin de se développer7 Er, c'a1ue fois 1u0une ban1ue accorde un pr;t, ce pr;t est calculé en fonction des possibilités de remboursement de l0emprunteur, et d0un 1uota 1ue la ban1ue ac1uiert aupr,s de la ban1ue centrale7 Cela signifie 1ue les pr;ts sont des sommes mises au crédit des emprunteurs par un simple <eu d0écritures7 C0est donc de l0argent créé 1ui n0e.istait pas auparavant7 C0est la création monétaire selon le s2st,me capitaliste7 Jt les cito2ens par les lois, sont obligés de rembourser des dettes 1ui n0en sont pas7 Ce remboursement impli1ue par ce versement de capital et des intér;ts, un enric'issement frauduleu. des ban1ues et de leurs actionnaires7 C0est devoir par son travail rembourser des dettes contractées sur de l0argent 1ui n0e.iste pas, donc de la fausse monnaie7 Ce processus de création monétaire s3appelle « la monétarisation des actifs »7 Jn redonnant le pouvoir de création monétaire 6 l0&tat, tous les impUts et ta.es, nationales et locales peuvent ;tre supprimées7 Car <us1u0avant la crise financi,re de !>>+, ce sont des milliards d0euros 1ui ont été créés par les ban1ues par l0intermédiaire de pr;ts7 -insi, la dette de l0&tat n0e.iste pas vraiment, et n0est en fait 1u0une terrible superc'erie7 Jst-il normal, par e.emple, 1ue les &tats pa2ent )>> ou *>> fois plus c'er 1ue les ban1ues privées T Oécemment la Oéserve fédérale américaine a secr,tement pr;té au. ban1ues en difficulté la somme de 17!>> milliards au tau. de >,>1 [7 -u m;me moment, les peuples d0Jurope subissent de plein fouet des plans d0austérité car les marc'és ne pr;tent de l0argent 6 certains &tats 1u06 des tau. d0intér;t de ), * ou 11 [7 -sp'2.iés par de tels tau., les gouvernements sont poussés 6 blo1uer les retraites, les allocations familiales ou les salaires des fonctionnaires et 6 couper dans les investissements, ce 1ui accroRt le c'Umage et va faire plonger toute l0Jurope dans la récession7 Jst-il normal 1u0en cas de crise, les ban1ues privées puissent bénéficier de tau. 6 >,>1 [ au. N$- et 1[ en Jurope mais 1u0en cas de crise, les &tats soient obligés de pa2er des tau. bien plus élevés T « ktre gouverné par l0argent organisé est aussi dangereu. 1ue par le crime organisé », affirmait Ooosevelt7 Jn nous inspirant de ce 1u0a fait la Wan1ue centrale américaine pour sauver le s2st,me financier, nous proposons dans un premier temps 1ue la « vieille dette » de nos &tats puisse ;tre refinancée 6 des tau. proc'es de > [7 Il n0est pas besoin de modifier les traités européens pour mettre en buvre cette idée 4 certes, la WCJ n0est pas autorisée 6 pr;ter au. &tats membres, mais elle peut pr;ter au. organismes publics de crédit Barticle !17# du statut du s2st,me européen des Wan1ues centralesD et au. organisations internationales Barticle !# du m;me statutD7 Jlle peut donc pr;ter 6 1 [ 6 la Wan1ue européenne d0investissement, 6 la Caisse des dépUts ou 6 telle ou telle ban1ue publi1ue nationale 1ui, elles, peuvent pr;ter 6 1 [ au. &tats 1ui s0endettent pour rembourser leurs vielles dettes7 /a création monétaire est un droit régalien du peuple souverain 1ui doit lui ;tre retourné par l0intermédiaire de son représentant, c3est-6-dire l0&tat7 ans le cadre de l0Jurope, l0&tat est alors le pouvoir central si l0Jurope se dote d0une constitution proclamant une fédération d0&tats7 "ais 1ue ce soit au niveau national ou au niveau européen, le peuple est souverain et a son droit régalien de création monétaire7 Jt tous les budgets 1u0ils soient locau., régionau., nationau. ou européens, doivent ;tre financés d0abord par la création monétaire, et ne recourir 6 l0impUt si et seulement si les nécessités économi1ues l0obligent afin de maintenir la stabilité des pri.7 Mel 1ue les traités de Nice et "aastric't l0ont défini, la WCJ est une institution indépendante 1ui contrUle les tau. directeurs, les tau. d0intér;ts des pr;ts au. particuliers et au. entreprises7 $on président n0est pas fonctionnaire, il est un acteur privé issus du s2st,me bancaire privé et 1ui défend donc les intér;ts privés des ban1uiers7 $a nomination par le Conseil européen n02 c'ange rien7 0autant plus, la WCJ est totalement indépendante de toute sorte de pouvoir politi1ue7 -insi, non seulement la WCJ ne crée pas la monnaie, mais en plus elle sert uni1uement les intér;ts privés des ban1uiers avant les intér;ts collectifs7 e ce fait, il faut placer la WCJ sous le contrUle total du pouvoir politi1ue7 Jt dans le cadre d0une fédération européenne avec un pouvoir central, c0est 6 la WCJ de créer la totalité de la monnaie nécessaire au bon fonctionnement de l0économie européenne 1ue la WCJ verse en place et dX de nos impUts7 ans un premier temps, nos partenaires européens refuseront certainement ce sc'éma, alors la 5rance en tirera les consé1uences7 Car il apparaRt de plus en plus évident 1ue la construction européenne s0est faite <us1u06 présent, dans le but de réaliser, une oligarc'ie des transnationales et des institutions financi,res7 C0est pour1uoi l0Nnion Juropéenne de !>1> impose la

libéralisation des services, l0indépendance de la WCJ, l0endettement des Jtats et des collectivités territoriales, la perte des droits régaliens et de la souveraineté du peuple7 Pour mettre fin 6 cet état de fait, il faut 1ue les peuples, par l3intermédiaire de leurs représentants élus, contrUlent leurs propres énergies, et donc, aient le contrUle de leur monnaie7 Nous sommes face 6 une crise 1ui dure depuis !>>+, les consé1uences ont été dramati1ues7 /3:istoire retiendra probablement ces 1uel1ues années comme une période de crise ma<eure, mais selon ce 1ue nous en ferons, il est aussi possible 1ue l3:istoire s3en souvienne comme d3une période d3évolution profonde7 "ais avons-nous vraiment identifié la nature de la maladie T -vonsnous fait un diagnostic précis, e.act T /es rem,des 1ue nous utilisons sont-ils bien adaptés, efficaces T Jst-il possible d3avancer un pronostic, de proposer des traitements inédits T Melles sont les 1uestions au.1uelles nous allons essa2er de répondre7 ans le « "anifeste des économistes déterrés avec ?o'n-"a2nard 8e2nes, "ilton 5riedman, :enr2 $imons, Irving 5is'er, "aurice -llais, :2man "insS2 et ?osep' $c'umpeter, pour une sortie de crise sans violence, é1uitable et progressive » Banne.e +D @ nous proposons de démontrer 1ue la 1uantité de monnaie en circulation, particuli,rement la 1uantité de monnaie bancaire issue des attributions de crédit par les ban1ues ordinaires, constitue un élément essentiel de l3apparition des périodes c2cli1ues d3eup'orie et de dépression 1ui semblent caractériser les économies monétaires7 $3appu2ant sur les travau. aussi bien passés 1ue contemporains d3une série d3économistes reconnus, nous proposons un certain nombre de réformes pouvant constituer, si elles sont appli1uées avec le sérieu. et les précautions nécessaires, des stratégies efficaces de sortie de crise et de retour 6 un nouvel é1uilibre économi1ue de long terme7 ans les années trente, c3est-6-dire au plus fort de la précédente crise globale ma<eure, un certain nombre d3anal2stes avaient étudié et proposé des réformes similaires, entre autres la séparation définitive de l3activité de crédit B1ui ne devait reposer 1ue sur la transmission d3épargne e.istante et non sur une création de crédit e. ni'iloD et de l3activité de sauvegarde des dépUts B1ui devaient ;tre garantis 6 1>>[D7 Ces « 9rands -nciens » énonHaient les effets attendus de la réforme proposée 4 17 -planissement des c2cles d3eup'orie et de dépression7 !7 &limination des ris1ues de pani1ue bancaire7 #7 Oéduction ou disparition totale de l3endettement public7 %7 Oéduction de la dette privée7 (7 Mransformation de toute monnaie temporaire issue de la dette par de la monnaie permanente libre de dette7 Ce manifeste démontre ces résultats et prolonge ces anal2ses7 Il insiste sur la nécessité 6 la fois ét'i1ue, économi1ue et pragmati1ue de mettre 6 l3étude une nouvelle forme de distribution monétaire respectueuse des libertés individuelles et de l3é1uité des individus face 6 la monnaie7 Il introduit 6 cet effet le concept de ]Iuantitative Jasing for t'e People], B-ssouplissement 1uantitatif pour la populationD7 Jn conclusion, nous affirmons 1ue 4 17 /a variation du niveau d3endettement global est un élément essentiel de l3apparition des périodes d3eup'orie et de récession 1ui sont 6 l3origine du concept de « c2cle économi1ue » @ !7 /a 1uantité de monnaie scripturale en circulation dans une économie Bla « monnaie secondaire », ou « monnaie de crédit », 1ui représente environ =>[ de la masse monétaire totale e.istanteD évolue en fonction de la différence entre les crédits créés et attribués par le secteur bancaire et les crédits remboursés et détruits @ #7 /es récessions sont dues 6 une réduction de l3endettement, dX elle-m;me 6 des montants de remboursements non remplacés par des montants de crédits nouveau., ce 1ui réduit en consé1uence le total des dépUts, c3est-6-dire la 1uantité de monnaie en circulation @ %7 /ors des c2cles de contraction, il convient d3adopter non pas des politi1ues de réduction des budgets nationau., 1ui ne feraient 1ue réduire encore la 1uantité de monnaie en circulation Bsoit par diminution des dépenses publi1ues, soit par augmentation des perceptions fiscalesD mais bien au contraire des politi1ues d3in<ection de monnaie libre de dette sous la forme, précisément, soit de réduction d3impUts, soit d3augmentation des dépenses, soit de revenu monétaire individuel BIJ%PeopleD @ (7 urant ces périodes, les politi1ues d3austérité se rév,lent au mieu. sans effet, au pire e.ercent un effet proc2cli1ue destructeur @ )7 Nne alliance entre les Wan1ues Centrales et les gouvernements est tou<ours possible pour prendre des décisions monétaires et budgétaires @ *7 Nne politi1ue de création et de distribution monétaire directement aupr,s du public BIJ%PeopleD n3aurait pas plus ni moins d3effet inflationniste 1ue les autres politi1ues de relance par le crédit7 /es effets secondaires en seraient probablement moins élevés @ +7 /es ris1ues 1ue représente une utilisation sans contrUle de cette stratégie par la classe politi1ue sont importants, il convient donc d3établir des r,gles strictes et s2métri1ues au niveau de leur application @ =7 Ces tec'ni1ues nouvelles et inédites doivent absolument ;tre étudiées au plus 'aut niveau de décision des autorités politi1ues et législatives et ;tre soumises 6 l3enti,re information, 6 la consultation et 6 l3approbation des populations7 Pour éviter l3écroulement complet du s2st,me, la dette doit ;tre résorbée7 /a consé1uence naturelle sera la contraction du s2st,me financier lui-m;me7 -u bout du compte, la monnaie redeviendra un outil de service et non d3asservissement7 En constate empiri1uement 1ue la taille du secteur financier est directement corrélée au niveau de dette dans l3économie7 Nne réduction de la dette de moitié entraRnerait dé<6 des effets tr,s importants sur l3économie réelle et sur le secteur bancaire7 Il est certain 1u3une grande partie des gens actuellement emplo2és par ce secteur devront trouver une autre forme d3activité dans les années 6 venir7 En peut a<outer 1ue l3instauration d3une réforme suivant un 100> 8one, et un <?4:eople aurait pour principale consé1uence d3aplanir considérablement les c2cles d3eup'orieZdépression constatés <us1u3ici, ce 1ui serait sans nul doute une

grande amélioration, 2 compris pour le secteur bancaire lui-m;me7 Jn effet, il bénéficierait au premier c'ef de la manne d3une émission de monnaie nouvelle libre de dette, ce 1ui le lib,rerait d3une part du ris1ue e.tr;me de « banS run » ou ruée sur les guic'ets, et d3autre part du coXt de gestion du s2st,me actuel de réserves obligatoires7 Cette réforme permettrait par ailleurs au. ban1ues de se recentrer sur leur cbur de métier 'istori1ue, 6 savoir la mise en relation d3épargnants et d3emprunteurs, et la transmission des uns au. autres d3argent préalablement e.istant7

&ystème 'onétaire ( $éserves Totales )&'*$T+ ou réforme dite du , -../ 'oney 0
100> 8one, est le titre d'un li re sorti en 1@A5 par l'(conomiste am(ricain 2r in! 9is.er. &a r(forme propos( par 9is.er a (t( reprise" dans les ann(es 70" par notre seul pri/ *obel d'(conomie B 8aurice ;llais. Cette réforme correspond 6 un s2st,me bancaire 6 réserves pleine, au contraire du s2st,me bancaire actuel dit ]6 réserves fractionnaires]7 eu. probl,mes sont liés4 1 - malgré les possibilités d3action de la Wan1ue Centrale sur le refinancement et sur les tau. d3intér;ts de la monnaie émise par les ban1ues commerciales, la 1uantité de monnaie en circulation lui éc'appe ce 1ui impli1ue l3inflation des actifs et les bulles 4 on a vu les résultats ces derni,res années K ! - l3interdiction faite au niveau de la Wan1ue de 5rance en 1=*# B/oi nj*#-* du # <anvier 1=*# sur la Wan1ue de 5ranceD et ensuite confirmée en 1==! par le Mraité de "aastric't B-rticle 1>%D et par le traité de /isbonne B-rticle 1!#D de financer directement notre propre économie, coXte 6 la population pres1ue 1 milliard d3euros par semaine pour les seuls intér;ts, sous forme d3un transfert vers les plus ric'es, détenteurs des obligations d3&tat7 Notre proposition 4 /3&tat doit opérer une reprise du droit collectif d3émettre sa monnaie – comme mentionné dans la section 1 – par l0émission d3une monnaie nationale complémentaire 6 l3euro 1ui deviendra de fait une monnaie commune et non plus uni1ue7 Cet acte politi1ue de souveraineté n0est pas fait pour se mettre en dissidence 6 l3égard de l3NJ ou par anti européanisme mais pour devenir un mod,le d3inspiration des autres Nations7 Pour tout ce 1ui concerne le financement des pro<ets collectifs - et en particulier pour financer la mutation 1u3e.ige le défi écologi1ue ainsi 1ue le virage tec'nologi1ue pour pallier l3épuisement de certaines ressources naturelles @ pour financer la rec'erc'e, un enseignement ainsi 1u3un s2st,me de santé de 1ualité gratuits et, en général, pour tout ce 1ui sera considéré démocrati1uement comme nécessaire pour l3amélioration collective de la 1ualité de la vie de faHon durable - la Wan1ue de 5rance doit pouvoir ;tre contrainte 6 une émission monétaire centrale sans éc'éance et sans intér;ts7 0autres part 4 aD les budgets des &tats doivent ;tre é1uilibrés en ]fonctionnement] et ]amortissements] par la fiscalité7 bD les &tats et collectivités publi1ues peuvent faire financer les investissements d3utilité collective par un appel 6 émission monétaire sans intér;t de la ban1ue centrale7 Cette réforme c0est 4 a7 Nne réforme monétaire nationale menant 6 la nationalisation réelle des monnaies nationales, par 1D la nationalisation des ban1ues centrales et le transfert au. ban1ues centrales nationalisées du pouvoir de création de la totalité de la monnaie @ et !D l3interdiction 6 1ui 1ue ce soit, 2 compris les ban1ues commerciales, de créer de la monnaie scripturale – de la m;me faHon 1ue la contrefaHon des billets de ban1ue est interdite et passible de sanctions pénales7 b7 Nne réforme monétaire internationale pour créer une réelle monnaie internationale libre de dette, 1D émise par une nouvelle autorité monétaire internationale parfaitement transparente et sous contrUle public Bp7e.74 émanation de l3ENND plutUt 1ue privée Bp7e.74 consortium financier ou bancaireD7 !D établissant une base plus efficace, plus stable, et plus é1uitable pour les éc'anges internationau. dans l3économie globale, #D co-e.istante avec les monnaies nationales et l3euro, %D mais sans s3appu2er sur aucune monnaie nationale ou internationale e.istante7 J.plications 4 - /e grand nombre de SracSs bancaires ces !> derni,res années un peu partout dans le monde ont fait tou<ours plus de mal au. populations 1u3au. dirigeants bancaires, régulateurs et politiciens 1ui en sont responsables K - Comme tou<ours, les réponses gouvernementales se concentrent uni1uement sur les s2mptUmes, et non sur les causes fondamentales - /a faHon dont la monnaie est créée et mise en circulation, par 1ui, et comment Bsous forme de dette ou libre de dette, dans telle devise ou telle autreD est 6 la base du fonctionnement d3un s2st,me financier7 - /es faHons dont la monnaie est créée au<ourd3'ui pour les économies nationales et l3économie internationale m,nent inévitablement 6 des booms et des SracSs fré1uents et e.tr;mement destructeurs7 ";me en période normale, ces faHons aboutissent 6 un s2st,me monétaire 1ui incite pres1ue tout le monde 6 faire de l3argent de faHon tr,s nuisible 6 la société, 6 l3environnement, et 6 l3économie7 - /a population serait, évidemment, bénéficiaire de cette réforme monétaire7 Weaucoup d0EN9 devraient la soutenir, en particulier celles 1ui s3occupent des 1uestions sociales Bla pauvreté, l0assistance sociale, l3in<ustice sociale, la santé, les droits de l3'omme, etc7D, des 1uestions écologi1ues Bc'angement climati1ue, énergie, eau, alimentation et agriculture, etc7D @ des probl,mes relatifs au. pa2s en voie de développement @ des 1uestions générales, économi1ues et publi1ues Bl3avenir de la

plan,te, le développement économi1ue local, l3investissement, le commerce et la consommation ét'i1ues, la responsabilité sociale des entreprises, etc7D - /es propositions nationales et internationales de ce programme ont des aspects en commun7 /es deu. créeront de la monnaie libre de dette, et non plus 6 partir de dette comme maintenant7 /a réforme nationale en confiera la responsabilité 6 une autorité monétaire nationale Bla ban1ue centraleD, avec une mission de bien public, et l3Utera des mains du privé Ble s2st,me bancaireD7 /a réforme internationale transférera le pouvoir actuellement au service des intér;ts particuliers d3une nation Bles N$- 1ui créent les dollarsD 6 une réelle autorité monétaire internationale au service de l0intér;t global - et non pas au service d0un petit groupe de pa2s en compétition pour fournir des monnaies de « réserve »7 - Il est également important d0encourager la réforme monétaire sous forme de développement décentralisé 6 l0intérieur des nations7 Il s0agira de répandre encore plus les monnaies complémentaires des communautés et des régions comme le Mime ollars, les $J/s, le C'iemgauers et d0autres 1ui e.istent dé<6 dans beaucoup de pa2s7 Ils peuvent fournir une base pour de nouvelles institutions comme des ban1ues locales, associations coopératives d0épargne et de crédit, et fonds d0investissement, ce 1ui m,nera 6 plus d3indépendance locale, sociale et économi1ue7 Ces développements sou'aitables 6 long terme pourraient aussi fournir une réponse domesti1ue partielle au. crises telles 1ue la présente7 - /es monnaies communautaires décentralisées n0ont pas besoin d0;tre coordonnées 6 un niveau international7 Cependant, on doit accepter 1ue, si le s2st,me monétaire national et international continue de fonctionner comme 6 présent, cela crée une dépendance trop grande de la population 1uant 6 la 1uantité de monnaie disponible pour la vie de tous les <ours, ce 1ui <ustifie le recours 6 des monnaies complémentaires décentralisées pour compenser7 Il est donc important de demander au 9!> de se concentrer sur des réformes du s2st,me monétaire prédominant, national et international, simples et facilement compré'ensibles, comme celles proposées ci-dessus7 e m;me 1u3elles auront pour consé1uence de supprimer pour nous tous les effets nocifs du s2st,me actuel, ces réformes ouvriront la voie 6 des mo2ens décentralisés pour la vie financi,re et économi1ue dans l0avenir7

Nne Oéforme monétaire nationale7
"oins de ( [ de l3argent est émis sous forme de pi,ces et billets par les Wan1ues Centrales7 /es ban1ues commerciales créent les =([ restants, 6 partir de rien, par une simple écriture, en portant sur les comptes de dépUt 6 vue de leurs clients le montant des crédits accordés7 $i la situation actuelle n3était pas la réalité, et 1ue nous repartions de Aéro, personne ne proposerait sérieusement 1ue les m;mes entreprises combinent les deu. fonctions suivantes 1ui sont en opposition et conduisent 6 réduire l3efficacité et la crédibilité des deu.4 17 Jmettre =([ de la monnaie de faHon efficace et <uste pour servir les intér;ts de la société enti,re, et !7 $e <eter dans la compétition du profit financier ma.imum dans le commerce du crédit et, pire encore, dans la spéculation sous toutes ses formes7 Jn prati1ue, les crises de stabilité financi,re résultent inévitablement du mélange de ces deu. fonctions 1u3il faut donc séparer, par une simple réforme de base, la1uelle consiste 6 appli1uer deu. mesures complémentaires 4 17 Mransférer au. ban1ues centrales nationales la responsabilité de créer, non seulement les billets de ban1ue comme maintenant, mais aussi ce 1ui représente la plus grande partie de la monnaie, la monnaie scripturale, principalement détenue et transférée par mo2ens électroni1ues7 !7 Interdire 6 1ui 1ue ce soit d3autre, 2 compris les ban1ues commerciales, de créer n3importe 1uel t2pe de monnaie – passible de poursuites <udiciaires e.actement comme il en est pour un fau. monna2eur7 Ces deu. mesures complémentaires correspondent 6 une nationalisation de l3émission monétaire, mais non pas des ban1ues commerciales7 /es ban1ues commerciales pourront retourner 6 la libre concurrence Bapr,s une période de nationalisation afin de mettre en place cette réformeD sur le marc'é 6 la rec'erc'e de profits, en pr;tant et empruntant de l3argent pré-e.istant7 Jn prati1ue, l0activité bancaire privé sera beaucoup plus modeste 1u0au<ourd0'ui puis1ue les bénéfices seront bien moindre suite 6 l0impossibilité de créer de la monnaie « e.-ni'ilo »7 /a premi,re mesure, en confiant 6 un organisme public la responsabilité de l3émission monétaire, permettra de la maintenir dans l3a.e de l3intér;t collectif7 /a deu.i,me conduira 6 un marc'é plus ouvert et compétitif 1u3au<ourd3'ui en mati,re de pr;ts et emprunts7 Jn perdant le privil,ge de pouvoir créer la monnaie 1u3elles accordent 6 un emprunteur BcréditD, les ban1ues seront ramenées au m;me niveau 1ue les autres entreprises du secteur privé 6 1ui on ne fournit pas gratuitement leur mati,re7 Jlles seront motivées 6 fournir davantage de services 6 leurs clients, plus efficacement 1ue maintenant7 e nouveau. acteurs seront également attirés dans l3industrie des services de paiement7 /e transfert 6 la ban1ue centrale de la responsabilité pour la création de toute nouvelle monnaie scripturale fera éc'o 6 ce 1ui s3est passé avec les billets de ban1ue sous le ]WanS C'arter -ct] de 1+%%7 Cette loi a reconnu 1ue les lettres de c'anges, mises en circulation 6 l3origine par les ban1ues privées et les marc'ands, étant devenus des mo2ens de paiement admis pendant plusieurs si,cles, avaient ac1uis le statut de monnaie7 Par consé1uent, elle transféra le droit e.clusif de les émettre 6 la Wan1ue d3-ngleterre7 -insi, de la m;me mani,re, pres1ue tout le monde au<ourd3'ui sait 1ue les sommes figurant sur les comptes courants B]dépUts 6 vue]D ne sont plus seulement ]du crédit] mais de l3argent disponible immédiatement pour nos ac'ats, e.actement comme les billets de ban1ue7 /a responsabilité de la création de la monnaie scripturale aurait dX ;tre transférée 6 la ban1ue centrale il 2 a bien des années7

/a proposition est 1u3une ban1ue centrale, indépendante des consortiums privés dans son fonctionnement, continue 6 mettre en application les ob<ectifs de la politi1ue monétaire publiés par le gouvernement élu7 "ais elle ne le fera plus indirectement, par a<ustement des tau. d3intér;t Btau. directeursD sensés influencer la 1uantité d3argent scriptural créé par les ban1ues sous forme de crédits7 Jlle décidera elle-m;me, périodi1uement, combien elle doit émettre en plus de la masse monétaire en circulation7 Jlle créera la monnaie et la transf,rera au titre de revenu public, au gouvernement7 Celui-ci le mettra en circulation en le dépensant 6 des fins d3utilité publi1ue en complément de ses recettes fiscales B1ui seront du coup bien moindreD, suivant les procédures budgétaires 'abituelles prévues par la législature démocrati1ue7 C0est seulement lors de crises monétaires e.ceptionnelles, beaucoup moins probables, 1ue la ban1ue centrale aura le pouvoir de décider comment dépenser l3argent 1u3elle crée7 -fin de <uguler l0inflation, l0&tat aura dorénavant deu. leviers, premi,rement le tau. directeur de sa ban1ue centrale afin d0in<ecter plus ou moins de monnaie en circulation et deu.i,mement les tau. d0impositions afin de retirer plus ou moins de 1uantité de monnaie en circulation et d0amoindrir les trop grandes différences de ric'esses et ainsi de contribuer 6 une meilleure <ustice sociale bien évidemment7 /e nouvel étalon monétaire basé sur l0'eure de travail B1 5O5 i 1 'eure de travail au $"IC i 1> eDl contribuera également 6 éviter l0inflation7 /a ban1ue centrale devra garder une certaine indépendance opérationnelle vis 6 vis du gouvernement et ;tre sous le contrUle du conseil des sages par e.emple, afin de minimiser le ris1ue 1ue des élus du gouvernement en fonction ordonnent une émission monétaire disproportionnée au. besoins réels dans un but purement politi1ue, comme par e.emple pour aider 6 gagner une proc'aine élection ou pour des dépenses somptuaires, voire des dépenses d3agression vis-6-vis de populations intérieures ou étrang,res7 l le $"IC 'oraire brut a été fi.é 6 =,%# euros par 'eure depuis le 1er ?anvier !>1#

Nne réforme monétaire internationale7
Il s3agit de proposer la création d3une réelle monnaie internationale libre de dette, en coe.istence avec les monnaies nationales et régionales Bcomme l3euroD, dans le but de fournir une base plus efficace et plus stable pour les éc'anges internationau. dans l3économie globale7 /a nouvelle monnaie sera émise par une autorité monétaire mondiale7 Jlle aura une indépendance opérationnelle pour e.écuter les ob<ectifs publiés par l3ENN et dépendra de l3ENN7 Jlle émettra la nouvelle monnaie comme nouvelle source de financement pour couvrir les dépenses de l3ENN relatives 6 des réalisations d3intér;t collectif comme le maintien de la pai. ou la lutte contre le c'angement climati1ue par e.emple, et éventuellement aussi pour distribuer per capita au. nations membres7 é<6 en 1==( la Commission Indépendante sur la 9ouvernance 9lobale BIndependent Commission on 9lobal 9overnanceD précisait 1ue le s2st,me monétaire international devrait ;tre plus international et moins dépendant des marc'és de capitau. privés7 ]/es Jtats-Nnis se sont offert le lu.e de pouvoir emprunter dans leur propre monnaie 6 l3étranger et ont ensuite dévalorisé leurs obligations de remboursement,] et ] la dépendance du s2st,me monétaire international 6 l3égard des marc'és de capitau. privés fait courir le ris1ue d3un effondrement total de confiance dans le s2st,me7] Bce 1ui s0est effectivement produit 6 l3automne-'iver !>>+Z!>>=D7 epuis, la prédominance du dollar est de plus en plus criti1uée7 Jn !>>!, le reste du monde pa2ait au. Jtats-Nnis bien plus de %>> milliards de dollars par an pour utiliser le dollar comme devise principale7 Nn porte-parole du Pentagone l3a <ustifié comme les 'onoraires dus au titre des actions de police entreprises par les Jtats-Nnis pour le maintien de l3ordre mondial K 3autres criti1ues disent 1ue les Jtats-Nnis font pa2er au. pa2s les plus pauvres leur surconsommation des ressources globales7 /e commerce mondial a été décrit comme ]un <eu oP seulement les Jtats-Nnis peuvent produire des dollars, tandis 1ue le reste du monde produit des biens 6 ac'eter avec des dollars7] Plus récemment, des menaces relatives 6 la position du dollar au niveau international ont augmentées7 /3Iran a menacé d3utiliser l3euro pour son commerce pétrolier7 /e Président de la Oussie, imitri "edvedev, a annoncé en février !>>+ 1ue le rouble deviendra une monnaie régionale de réserve7 En a proposé 1ue, si la C'ine finit par remplacer les Jtats-Nnis comme premi,re superpuissance, le 2uan remplace le dollar et devienne la devise dominante7 Jn aoXt !>>* le groupement des pa2s ]WOIC] - le Wrésil, la Oussie, l3Inde et la C'ine - et d3autres pa2s émergeants ont montré les dents7 /3Inde et la C'ine ont provo1ué l3éc'ec des négociations de * ans sur le commerce mondial 6 9en,ve, pour protéger leurs populations agricoles7 Jn mai !>>+, les ministres de l3Inde et d3autres pa2s ]WOIC] ont e.igé un s2st,me monétaire international fondé sur le droit et la diplomatie multilatérale dans ]un monde plus démocrati1ue, plus é1uitable et plus stable oP les marc'és émergeants <oueraient un rUle plus grand et oP les puissances dominantes seraient contraintes au. m;mes r,gles 1ue tout le monde7] /e !+ <anvier !>>=, le premier ministre russe Fladimir Poutin a prévenu le 5orum Jconomi1ue "ondial 6 avos 1ue le monde ne devrait plus s3appu2er sur le dollar comme la seule monnaie de ]réserve] et a insisté sur le fait 1ue le rouble devait devenir une monnaie de réserve en précisant 1ue 4 ]une dépendance e.cessive 6 ce 1ui est essentiellement la seule monnaie de réserve présente un danger pour l3économie globale@ il serait donc avantageu. d3encourager une procédure ob<ective pour l3émergence de plusieurs monnaies régionales fortes 6 l3avenir7]- Il est donc possible 1ue, si l3on éc'oue 6 introduire une monnaie réellement internationale, le c'aos monétaire suive le déclin du dollar, venant s3a<outer au. effets de la crise bancaire actuelle7 /es peuples du monde et les entreprises mondiales, pourraient finir dans une économie globale 1ui dépende de l3investissement privé dans une gamme de monnaies de réserve en compétition, 2 compris le dollar, l3euro, le 2en, le 2uan, le rouble et la livre7 -u regard d3une e.périence d3au moins deu. si,cles 1uant au. désordres de toutes sortes et 6 la succession sans cesse constatée de périodes d3e.pansion et de récession, on doit considérer 1ue les deu. facteurs ma<eurs 1ui les ont considérablement amplifiées, sinon suscitées, sont la création de monnaie et de pouvoir d3ac'at e. ni'ilo par le mécanisme du crédit et le financement d3investissements 6 long terme par des fonds empruntés 6 court terme7 Il pourrait cependant ;tre facilement pallié 6 ces deu. facteurs par une réforme d3ensemble 1ui permettrait, sinon de mettre fin au. fluctuations con<oncturelles, tout au moins d3en diminuer considérablement l3ampleur7

Cette réforme doit s0appu2er sur deu. principes tout 6 fait fondamentau. 4 1 - /a création monétaire doit relever de l0&tat et de l0&tat seul7 Moute création monétaire autre 1ue la monnaie de base par la Wan1ue centrale doit ;tre rendue impossible, de mani,re 1ue disparaissent les « fau. droits » résultant actuellement de la création de monnaie bancaire7 ! - Mout financement d0investissement 6 un terme donné doit ;tre assuré par des emprunts 6 des termes plus longs, ou tout au moins de m;me terme7 /a réforme du mécanisme de crédit doit ainsi rendre impossible 6 la fois la création de monnaie e. ni'ilo et l0emprunt 6 court terme pour financer des pr;ts 6 plus long terme, en ne permettant 1ue des pr;ts 6 des éc'éances plus rapproc'ées 1ue celle correspondant au. fonds empruntés7 Cette double condition impli1ue une modification profonde des structures bancaires et financi,res reposant sur la dissociation totale des activités bancaires telles 1u0elles se constatent au<ourd0'ui et leur attribution 6 trois catégories d0établissements distincts et indépendants 4 17 des ban1ues de dépUt assurant seulement, 6 l0e.clusion de toute opération de pr;t, les encaissements et les paiements, et la garde des dépUts de leurs clients, les frais correspondants étant facturés 6 ces derniers, et les comptes des clients ne pouvant comporter aucun découvert @ !7 des ban1ues de pr;t empruntant 6 des termes donnés et pr;tant les fonds empruntés 6 des termes plus courts, le montant global des pr;ts ne pouvant e.céder le montant global des fonds empruntés @ #7 des ban1ues d0affaires empruntant directement au public ou au. ban1ues de pr;t et investissant les fonds empruntés dans les entreprises m ans son principe, une telle réforme rendrait impossibles la création monétaire et de pouvoir d0ac'at e. ni'ilo par le s2st,me bancaire et l0emprunt 6 court terme pour financer des pr;ts de terme plus long7 Jlle ne permettrait 1ue des pr;ts de maturité plus courts 1ue ceu. correspondant au. fonds empruntés7 /es ban1ues de pr;t et les ban1ues d0affaires serviraient d0intermédiaires entre les épargnants et les emprunteurs7 Jlles seraient soumises 6 une obligation impérative 4 emprunter 6 long terme pour pr;ter 6 plus court terme, 6 l0inverse de ce 1ui se passe au<ourd0'ui7 Nne telle organisation du s2st,me bancaire et financier permettrait la réalisation simultanée de conditions tout 6 fait fondamentales 4 1 - l0impossibilité de toute création monétaire et de pouvoir d0ac'at en de'ors de celle de la monnaie de base par les autorités monétaires @ ! - la suppression de tout désé1uilibre potentiel résultant du financement d0investissements 6 long terme 6 partir d0emprunts 6 court ou 6 mo2en terme @ # - l0e.pansion de la masse monétaire globale, constituée uni1uement par la monnaie de base, au tau. sou'aité par les autorités monétaires @ % - une réduction ma<eure, sinon totale, de l0amplitude des fluctuations con<oncturelles @ ( - l0attribution 6 l0&tat, c0est-6-dire 6 la collectivité, des gains provenant de la création monétaire, et l0all,gement en consé1uence des impUts actuels @ ) - un contrUle aisé par l0opinion publi1ue et par le Parlement de la création monétaire et de ses implications7

$ésumons le &ystème 'onétaire ( $éserves Totales 1
*ujourd23ui, toute la monnaie est produite par les ban1ues commerciales, en particulier lors de l0émission de crédits au. particulier, au. entreprises et au. administrations c1d7 /es ban1ues sont en principe tenues 6 des r,gles 1ui limitent leurs capacités d0émission de crédits par rapport 6 leurs fonds propres et 6 leurs capacités d0obtention de monnaie centrale, mais, par e.emple, la titrisation et le « s'adoL banSing » leur permettent de sortir des limites prudentielles7 /es ban1ues détiennent sur l0économie plus de 1> fois la disponibilité de monnaie de la ban1ue centrale7 /a monnaie de crédit créée par une ban1ue commerciale lors1u0elle donne une suite favorable 6 la demande d0un emprunteur est ensuite détruite lors du remboursement correspondant7 /a masse monétaire est en fait la représentation instantanée du solde des crédits entre l0émission et le remboursement Bl0image du niveau dans une baignoire est tr,s parlant en considérant le «robinet du crédit» et la «bonde du remboursement»D7 e ce fait la monnaie émise par les réseau. des ban1ues commerciales est 4 - « pa2ante » Bdu fait des intér;ts demandésD7 - non régulée car soumises au. «esprits animau.» Be.pression utilisée par "7 -llaisD des ban1uiers et des emprunteurs7 - /a monnaie scripturale n0est donc garantie 1ue par des entreprises commerciales le plus souvent privées au1uel il faut a<outer la garantie des dépUts 6 'auteur de 1>>>>> e par compte7 5ace 6 une crise bancaire s2stémi1ue, le fonds serait largement insuffisant Ble 5ond de 9arantie des épUts ne peut garantir 1ue !> >>> comptes 6 la 'auteur ma.imale prévu par la loi7D N4& P$4P4&5T54N& 1 /es propositions de garantie totale de la monnaie, ou «1>>[ monnaie», remontent au 1=e si,cle, et ont été proposées sous forme pure ou é1uivalente par des économistes aussi connus 1ue Valras, Oicardo, Fon "ises, 5is'er, 5riedman, -llais, "insS2, ou Mobin, 1ui sont néanmoins des économistes considérés comme «libérau.» et préconisent 4 aD – une différenciation nette entre la monnaie proprement dite Bles mo2ens de paiement totalement «li1uides», autrement dit, disponibles instantanémentD et «l0épargne» 1ui dans ce cas n0est plus de la monnaie, n0étant disponible 1u06 terme ou sous condition Bl0épargne étant le "# – "1 des actuelles «masses monétaires»D7

bD – l0interdiction de création monétaire par le s2st,me des ban1ues commerciales c!d7 Pour obtenir ce résultat ils arrivent 6 la conclusion 1u0il faut un éclatement des ban1ues en ! Bou #D entités totalement indépendantes 4 1 – /es C$" BCompagnies de $écurité "onétaires ou ban1ues de dépUtsD comptables des dépUts de la client,le et des éc'anges économi1ues7 Ces dépUts doivent ;tre garantis par un é1uivalent en Wan1ue Centrale Bréserves obligatoires égales au montant des dépUtsD sous forme de titres éligibles «gelés»7 ! – /es ban1ues de pr;ts dont le rUle est limité 6 l0intermédiation entre épargnants et emprunteurs # – &ventuellement, les ban1ues d0investissement 1ui utilisent leurs fonds propres ou des pr;ts d0épargnants tr,s informés sur les ris1ues6"7. 84N&9:U;N8;& 1 -insi le s2st,me bancaire ne peut plus créer de nouvelle monnaie et toute augmentation de la masse monétaire ne peut ;tre 1ue le fait d0une émission monétaire de la ban1ue centrale au bénéfice du Mrésor Public c%d7 Nne simple séparation des ban1ues de dépUts Z ban1ues d0investissements B9lass $teagallD ne permet pas ceci7 -insi les ob<ectifs d0augmentation de la masse monétaire peuvent ;tre déterminés par l0e.écutif et le législatif et la Wan1ue Centrale B1ui garde un rUle de tenue des comptes de l0&tat, de conseil et de supervision du s2st,me bancaireD obéira au. in<onction de ceu. ci7 /es bénéfices pour la collectivité sont les suivants 4 17 l0augmentation de la masse monétaire émise annuellement de #[ 6 ([ c(d est stricto sensu une recette fiscale7 En peut donc l0estimer de )> 6 1>> milliards par an7 !7 c0est une option «politi1ue», mais en imposant au. C$" le dépUt de l0é1uivalent de la monnaie actuelle BdépUts 6 vueD plus une partie de l0épargne courte actuelle 1u0on peut estimer au total 6 1!>> milliards, c0est !Z# de la dette publi1ue actuelle B1+>> milliardsD 1ui pourrait ;tre «gelée» en 1uel1ues années c)d7 Ceci permettrait d0éviter une dépense annuelle d0intér;ts de %> 6 (> milliards d0euros par an, 1ui, il est vrai, sont s2stémati1uement empruntés avec pour consé1uence l0augmentation de la dette 7 #7 Nne meilleure efficacité de l0économie7 aD des tau. d0intér;t véritablement représentatifs des préférences des agents économi1ues bD le paiement du pri. des services monétaires au <uste pri. concurrentiel cD l0interdiction de la transformation financi,re7 %7 /a fin des distorsions dans la répartition des revenus @ au<ourd0'ui toute création monétaire e. ni'ilo par un s2st,me bancaire privé et commercial donne un droit sur la production 1ui n0a pas été ac1uis par un produit ou un service vendu7 (7 Nn contrUle aisé par l0opinion publi1ue et par le Parlement de la création monétaire et de ses implications7 ans le «$"-OM» l0&tat récup,rerait les gains de la création monétaire mais pas le contrUle7 Celui-ci serait confié 6 la Wan1ue Centrale agissant sous un mandat impératif protégé par la Constitution, mais plusieurs t2pes de décision et de contrUle cito2en sont envisageables @ la discussion sur la forme de l0organisation politi1ue est ouverte7 Il reste 1ue c0est la ban1ue centrale 1ui, en ac'etant des titres d0emprunt du gouvernement ou en lui faisant des avances sans éc'éance, provo1ue la création monétaire7 Néanmoins le Mrésor Public doit pouvoir décider d0émettre ou non des bons ou des obligations et la Wan1ue Centrale est l6 pour prendre acte, les financer et tenir les comptes7 c*d P$985&54N& 1 1D /e «$"-OM» permettra – de la m;me mani,re 1u0actuellement – de faire face au. besoins imprévus de li1uidité dans un s2st,me compl,tement sécurisé7 $implement, les lignes de crédit, 1ui continueraient bien entendu 6 e.ister, seraient gérées différemment7 !D Il n02 aura aucun c'angement dans la masse de crédits en place au moment de la réforme et ces crédits pourront ;tre renouvelés sans probl,me7 #D /a masse monétaire en circulation continuera 6 augmenter selon le r2t'me sou'aité, dont une partie B1ue l0on peut estimer 6 1([ de l0accroissementD accroRtra l0épargne e.istante, %D /es tau. d0intér;t a<usteront l0offre et la demande sur les différentes éc'éances, créant ainsi les conditions d0une véritable efficience dans l0économie7 $i l0offre de crédit disponible Bcompte épargne ` capital des ban1uesD est moins importante 1ue la demande de crédit, les tau. d0intér;t vont monter7 $i l0offre de crédit est moins importante 1ue la demande, les tau. d0intér;t vont baisser7 /es tau. d0intér;t <oueront 6 plein leur rUle de régulateur entre épargne et investissement7 "ais en cas de besoin Btension trop forte sur les tau.D la Wan1ue de 5rance pourra tou<ours procéder 6 des apports directs au. ban1ues de pr;ts7 (D /es besoins d0épargne financi,re peuvent aussi ;tre régulés 6 travers les mouvements de capitau. internationau., sac'ant 1ue la Wan1ue centrale – sous contrUle et sur ordre du Parlement – devra veiller 6 ce 1ue la masse monétaire en circulation, égale par définition 6 la monnaie de base dans le nouveau s2st,me, reste sur la pente re1uise B1ui devrait ;tre de l0ordre de % 6 ( [ du PIW l0anD )D /a mise en place du nouveau s2st,me serait prati1uement transparent pour les agents économi1ues Bc'angements tr,s marginau. dans leurs 'abitudes et les coXtsD et n0entrainerait de véritables c'angements 1ue pour les ban1ues, sac'ant 1ue, sur le plan interne, les activités 6 séparer sont dé<6 largement sectorisées7 *D /e « 1>>[ monnaie » n0emp;c'erait pas totalement les mouvements spéculatifs Bboursiers ou immobilierD mais il les atténuerait car 4 aD les ac'ats ne pourraient ;tre financés 1ue sur les fonds disponibles et l0épargne courante, de telle sorte 1u0un emballement spéculatif entraRnerait immédiatement une montée des tau. d0intér;t, bD les fluctuations violentes de la bourse n0ont 1ue peu d0impact sur l0économie si elles ne déstabilisent pas le s2st,me financier, ce 1ui serait le cas dans le «1>>[ monnaie»7 +D \ l0ob<ection erronée, 1u0il n02 aura pas asseA d0argent 6 pr;ter 6 l0économie nous pouvons répondre 1ue les Wan1ues de Pr;ts pourront pr;ter aD leur capital, bD l0argent déposé sur les comptes épargne, cD de l0argent emprunté sur les marc'és financiers7 =D -pr,s la transition, le montant des comptes courants et des billets et pi,ces en circulation n0aura évidemment pas varié7

1>D e la m;me mani,re 1u0au<ourd0'ui, les comptes courants des entreprises et des particuliers, ainsi 1ue les éc'anges commerciau., seront gérés par les C$" 1ui tiendront les comptes de c'acun7 /es épargnants 1uant 6 eu. pourront transférer le montant de leurs disponibilités en Wan1ues de Pr;ts et c'oisir les tau. et la durée au.1uels ils acceptent de pr;ter7 11D Nne nouvelle crise financi,re nous am,nera nécessairement 6 la conclusion 1ue les r,gles prudentielles Bnécessité de fonds propresD sont totalement inopérantes7 $eule la « nationalisation » totale de la monnaie, permise par le « $"-OM » permettra d0éviter la répétition constante des crises, comme l0avait dé<6 noté Irving 5is'er en 1=#)7

ans l0idée du IJ%P, nous instaurerons un Oevenu d3J.istence BOJD pour tous les cito2ens7
Il n0est plus 1uestion de défendre des politi1ues économi1ues de croissance d,s lord 1ue l0on sait 1ue cette politi1ue n0a 1u0un seul but 4 celui de maintenir le s2st,me monétaire 6 réserves fractionnaires7 Nous défendons un mod,le global de décroissance écologi1ue et re<etons les fluctuations d3un productivisme sous préte.te 1u3il n3est pas tou<ours orienté 6 la 'ausse afin de maintenir le s2st,me monétaire 6 réserves fractionnaires7 Pour sortir de l0absurdité de la croissance il faut d3abord une meilleure répartition de la ric'esse7 /3important est de voir 1u3on ne peut raisonner 1ue dans le cadre d3une politi1ue co'érente, globale7 -ucune mesure ne suffit en elle-m;me, il faut 1ue le résultat global soit assuré par une co'érence 1ui peut donner du sens 4 une amélioration globale de la 1ualité de la vie par une meilleure gestion de nos ressources7 Nous proposons une stratégie de passage d3un état de l3économie 6 un autre moins productiviste et plus durable7 /e revenu d3e.istence BOJD pourrait ;tre la premi,re mar1ue d3une économie moins productiviste 1ue le salariat, retrouvant la dimension 'umaine et la dignité du cito2en7 En ne peut raisonner comme si on pouvait instituer le revenu d3e.istence sans c'anger profondément tout le reste7 Ce n3est pas une mesure isolée d3aide sociale, c3est l3affirmation de notre communauté 'umaine et de notre volonté commune de sortir d0un s2st,me cadu1ue 4 la dictature de la sp',re financi,re sur la vie de la cité7 Notes 1 c1d C :r(cisons le «toute%" car l'ob=ection imm(diate a 4tre « mais pas les billets" produits par la Dan#ue Centrale%. Cette ob=ection est erron(e car on ne peut se procurer de nou elle monnaie fiduciaire #ue par un d(bit sur un compte scriptural bancaire (D;6) lui3m4me ne pou ant a oir d'e/istence #ue par une cr(ation initiale de monnaie scripturale de cr(dit. &a circulation commerciale de cette monnaie ne lui permets #ue de passer de main en main. c!d – il est important de parler du s2st,me bancaire et non d0un réseau bancaire en particulier @ en effet la capacité de création de monnaie par un seul réseau bancaire est limitée par la nécessité de garder un rapport entre les crédits accordés et les dépUts collectés, 1ui dépends de la part de marc'é de c'a1ue ban1ue vis 6 vis de ses concurrentes « /es ban1ues doivent marc'er au m;me pas», disait 8e2nes7 c#d – cette troisi,me catégorie bancaire est celle proposée par -llais afin d0éviter le ris1ue de l0utilisation des épargnes par les ban1ues de pr;ts pour des opérations ris1uées7 c%d – rappelons 1ue nous avons la c'ance 1ue la Wan1ue de 5rance soit en totalité propriété de l0&tat, ce 1ui n0est pas le cas dans tous les pa2s de l0N7J7 051 C -llais proposait %,([ du PIW annuellement en considérant le total prévisible inflation plus croissance7 c)d – les C$" pourraient bénéficier de «garanties» de la part de la ban1ue centrale pendant les années de transition, garanties 1u0elles devraient transférer progressivement en bons du trésor ou E-M@ attention, c0est un «one s'ot»7 c*d – $i l0on admet 1ue le Mrésor Public peut ;tre obligé de se financer sur l0épargne – donc sur le marc'é et avec c'arge d0intér;ts- c0est lui remettre les menottes @ mais il doit décider de le faire s0il le <uge utile 7 $éférences 1 "aurice -llais «la crise mondiale d0au<ourd0'ui» B?uglar 1==+D7 -rticle de C'ristian 9omeA «Nne «vieille» idée peut-elle sauver l0économie mondiale T»7 Nn rée.amen de la proposition d0une réforme radicale du s2st,me bancaire 4 /0imposition d0un coefficient de réserves de 1>>[» Bprésenté lors du collo1ue «la crise 4 trois ans apr,s 1uels enseignementsT» D .ttpBEEosonsallais.files.Fordpress.comE2010E02E!ome$3100.pdf -rticle de 9abriel 9aland «Nne monnaie 6 garantie totale, une vieille idée 1ui fait son c'emin» Bprésenté lors du collo1ue monnaie – économistes atterrés – "ars !>1!D sur .ttpBEEosonsallais.Fordpress.comE2012E0@E15E!abriel3!alandE7 57"7I7 4 « M'e C'icago Plan Oevisited » ?aromir Wenes and "ic'ael 8um'o B-ugust !>1!D sur 4 FFF.imf.or!Ee/ternalEpubsEftEFpE2012EFp12202.pdf et .ttpBEEosonsallais.Fordpress.comE2012E0@E2AEt.e3c.ica!o3plan3re isited3fmiE 7

… # – $anté & alimentation
Il est important 1ue l0Jtat veille 6 l0absence de dogmatisme et d0intér;ts mercantiles dans la rec'erc'e et le c'oi. des différentes mét'odes de soins7 /0approc'e scientifi1ue est de deu. ordres 4 la voie anal2ti1ue, voie de référence dans notre monde occidental et la voie de la s2nt',se, voie de médecines traditionnelles des autres peuples du monde7 - ce <our, les tenants de c'a1ue voie ont souvent tendance 6 s0opposer alors 1ue ces médecines peuvent ;tre complémentaires7 /a prise en compte de l0interdépendance est particuli,rement importante dans la prati1ue médicale puis1ue l0origine des maladies peut ;tre tout 6 la fois ps2c'ologi1ue, environnementale, généti1ue, organi1ueCetc7 C0est pour1uoi, la prati1ue médicale doit ;tre rigoureuse, prudente et modeste face 6 la comple.ité de sa tQc'e7 Jlle doit respecter le principe de précaution 4 avant d0;tre appli1ué, un traitement 1uel 1u0il soit, devra faire la preuve 1ue ses avantages dépassent ses inconvénients7 /a population a bénéficié de l0amélioration des conditions de vie Bsécurité de l0approvisionnement alimentaire, '2gi,ne, confort, soinsCD mais se trouve soumise, maintenant, 6 la pollution généralisée et croissante de son environnement7 /0allongement de l0espérance de

vie, dX en grande partie au recul de la mortalité infantile, ne doit pas mas1uer la multiplication des cancers, la diminution ou la perturbation des défenses immunitaires, l0e.plosion des allergies, de l0ast'me et le développement des troubles ps2c'ologi1ues7

Prévention – développer la connaissance des conditions de bonne santé7
/0'2gi,ne de vie, le renforcement de l3auto-immunité naturelle, le recours au. médecines douces et médecines traditionnelles Bacupuncture, p'2tot'érapie, naturopat'ie, diététi1ue, plantes médicinales, massagesD doivent ;tre promus par le "inist,re de la $anté7 Nne bonne politi1ue de santé consiste 6 prévenir la maladie7 /a prévention est la premi,re des responsabilités du "inist,re de la $anté sur la base de ce principe 4 toute personne, 1uelles 1ue soient ses conditions sociales, a droit 6 un milieu de vie sain7 Nul ne peut ;tre soumis contre son gré 6 un ris1ue pour sa vie, le ris1ue étant apprécié selon le principe de précaution7 /a puissance publi1ue est garante de l0application effective de ce droit7 /es organismes de contrUle doivent ;tre totalement indépendants des services c'argés du développement économi1ue Bpar e.emple 4 services vétérinaires pour l0agriculture @ e.perts indépendants de l0industrie nucléaire777D7 Parall,lement, les associations de consommateurs et les associations environnementalistes devraient disposer d0un droit 6 la contre-e.pertise7 Notre pa2s devra contribuer 6 la mise en place d0un Ebservatoire Juropéen de la $anté 1ui, disposant des mo2ens adé1uats, réalisera une veille sanitaire sur la base de campagnes épidémiologi1ues7 Mous les éléments de l0environnement seront pris en compte 4 le sol, l0air, l0eau, le niveau sonore, l0alimentation B1ualité et prati1uesD, les ris1ues naturels, la sécurité routi,re et domesti1ue, le travail, la maison, l0'Upital, le cadre de vie, le lieu social, les comportements 6 ris1ue Btabac, drogue, route, alcoolD7 Ces travau. seront accessibles au public7 /a prévention c0est, avant tout la responsabilisation de c'a1ue cito2en 4 - Intégrer l0éducation 6 la santé dans les parcours éducatifs des <eunes et de leurs parents7 Cela concerne aussi bien l0alcoolisme, les stupéfiants, les conduites se.uelles 6 ris1ues, l0alimentation, l0'2gi,ne comme le simple fait de se brosser les dents ou prati1uer des e.ercices p'2si1ues réguliers7 - Erganiser des campagnes d0informations sur les conditions d0une bonne '2gi,ne de vie, diffusées dans les médias nationau. au. 'eures de grande écoute7

$oins médicau. – liberté de c'oi. t'érapeuti1ue et liberté vaccinale7
Il faut reconnaRtre la prati1ue des t'érapies naturelles et permettre au patient le libre c'oi. de la t'érapie 6 suivre7 /a reconnaissance des t'érapies naturelles doit passer par la création de registres officiels, agrémentés d3un caducée é1uivalent 6 celui des médecins, avec les droits et les devoirs 1ue cela impli1ue7 Il serait indispensable d3offrir au. t'érapeutes non médecins une place officielle au "inist,re de la $anté, 6 la irection 9énérale de la $anté, dans les médias, etc7, et de leur permettre de travailler en secteur 'ospitalier, en parfaite intelligence avec le corps médical actuel7 ";me si beaucoup reste 6 faire dans le domaine de la prévention, la meilleure '2gi,ne de vie n0emp;c'e pas tou<ours la maladie7 Nne politi1ue plus volontaire de prévention, disposant de mo2ens suffisants pourrait abaisser notablement son coXt tout en améliorant la santé de nos concito2ens7 /es mesures préventives dé<6 citées et l0information aideraient les praticiens 6 résister 6 la tr,s forte demande en médicaments de la part des patients et 6 la pression commerciale des laboratoires7 Il en est de m;me des nombreu. e.amens complémentaires tant en prati1ue privée 1u0en milieu 'ospitalier 1ui n0ont parfois pour ob<ectif 1ue de rassurer le patient ou protéger le soignant du ris1ue d0éventuelles criti1ues ou m;me de poursuites7 Pour nous, une médecine efficace doit ;tre 4 - la moins agressive possible - globale, c0est 6 dire prenant en compte l0intégralité ps2c'i1ue et p'2si1ue de l0individu - naturelle, c0est 6 dire respectant autant 1ue possible la p'2siologie de l0;tre 'umain et les interactions avec son environnement Nous proposons les mesures suivantes 4 - /a politi1ue entreprise pour responsabiliser les uns et les autres devrait ;tre poursuivie et renforcée7 /a pression e.ercée par les laboratoires p'armaceuti1ues sur les médecins par l0intermédiaire de la publicité et des visiteurs médicau. devrait ;tre reconsidérée BIls dépensent autant pour la publicité 1ue pour la rec'erc'e KD7 - Nne information ob<ective des médecins diffusée par des organismes indépendants7 - /e soutien de l0Jtat au. rec'erc'es menées par des organismes indépendants pour l0évaluation des médicaments avant leur --" Bautorisation de mise sur le marc'éD7 Jn effet, l0évaluation des médicaments en 5rance e.ige une procédure lourde et tr,s coXteuse financée par les laboratoires p'armaceuti1ues 1ui prévoient de mettre la molécule sur le marc'é7 /es c'erc'eurs individuels n0ont évidemment pas les mo2ens de financer cette procédure7 Nous pensons 1u0il est de la responsabilité de l0Jtat de ne pas mettre ces c'erc'eurs « 'ors la loi », mais plutUt de vérifier l0efficacité et l0innocuité de leurs rec'erc'es7 - Moutes les agences d0e.pertise de l0Jtat B-N-J$, -5$$, -P$D devraient comporter autant d0e.perts issus du domaine public 1ue du domaine privé7 - Jn ce 1ui concerne les médecines dites alternatives, la rec'erc'e fait actuellement peu de place 6 ces prati1ues ancestrales ou d0avant-garde 1ui se proposent d0apporter un plus d0efficacité 6 la médecine curative ou préventive Bacupuncture, 'oméopat'ie, ostéopat'ieCD, il s0agit de faire une place beaucoup plus importante dans le budget de la santé 6 cette rec'erc'e7 /es médecines dites alternatives Bacupuncture, ostéopat'ie, aromat'érapie, etc7D seront enseignées et acceptées sans discrimination, de mani,re 6 permettre au praticien comme au patient la liberté du c'oi.7 /0enseignement de la médecine s0ouvrira davantage au. approc'es 'olisti1ues de la personne7 /a liberté de c'oi. s0étendra également au. vaccinations7 Jn effet, les vaccinations obligatoires posent un probl,me d0ét'i1ue7 Nne liberté fondamentale de l0;tre 'umain est de pouvoir disposer comme il entend de son corps et d0ingérer ce 1ui lui semble <uste7 Par consé1uent, les vaccinations ne peuvent pas ;tre obligatoires7 Nous adoptons la clause de conscience proposée 6 l0-ssemblée Nationale au su<et des vaccinations 4 « Moute personne 1ui, pour des motifs personnels et apr,s avoir pris l0avis de son médecin, refuse d0;tre vaccinée ne pourra 2 ;tre contrainte7 /es parents et

les tuteurs d0enfants mineurs peuvent c'oisir pour leur enfant dont ils ont la c'arge de ne pas le faire vacciner7 /a personne doit alors signer une déc'arge indi1uant 1u0elle assume, pour elle-m;me ou pour son enfant, la pleine responsabilité de cette déclaration dont les consé1uences, 1uant au. ris1ues encourus, ont été préalablement e.posés par son médecin7 Cette décision ne devra entraRner aucune pénalisation dans l0e.ercice de la profession ou d0entrave 6 l0inscription dans un établissement scolaire ou d0éducation »7 /es lois d0obligation vaccinale doivent ;tre abolies 6 l0instar des autres pa2s d0Jurope 1ui ont compris 1ue l0obligation dans ce domaine était un principe incompatible avec l0e.ercice de la démocratie7

Oéforme des études médicales et formation continue – réforme de l0Erdre des "édecins7
/a sélection sous forme de concours 6 l0entrée des études médicales est e.cessivement basée sur les capacités de mémorisation et les connaissances t'éori1ues centrées sur les sciences mat'émati1ues7 Nous préconisons un recentrage sur l0apprentissage prati1ue, la clini1ue, la motivation profonde, les 1ualités d0écoute et de compassion des candidats7 Nous proposons 4 - 1ue les candidatBeDs médecins obtiennent d0abord le diplUme d0infirmierBeDs et <ustifient d0une prati1ue d0au moins un an 6 ce titre avant de postuler 6 poursuivre leurs études médicales apr,s sélection des plus aptes et des plus motivéBeDs @ - l0introduction dans les études médicales de cours de to.icologie et d0écologie générale @ - la reconnaissance des certificats des écoles privées de médecines naturelles Bostéopat'ie, naturopat'ie, Sinésiologie, acupuncture, etc7D apr,s vérification des connaissances par un organisme agréé par l0Jtat Bgarantie de sérieu.D ce 1ui permettrait d0ouvrir les portes des 'Upitau. et des clini1ues au. t'érapies naturelles comme c0est le cas dans plusieurs pa2s7 /es t'érapeutes alternatifs confirmés pourraient prati1uer des enseignements 6 l0université7 - 1ue soit instaurée l0obligation pour tous les praticiens de se rec2cler périodi1uement pour une bonne prati1ue de la médecine7 $upprimer l3Erdre des "édecins et celui des P'armaciens et les remplacer par des s2ndicats professionnels, de faHon 6 limiter leur poids sur la politi1ue de la santé7 /3Erdre des "édecins est la clef de voXte du pouvoir médical7 Il est 6 noter 1ue la déontologie de cet Erdre interdit la collaboration entre médecins et non médecins, ce 1ui, in e.tenso, revient 6 dire 1ue l3Erdre des "édecins interdit la collaboration entre le médecin et son malade7 En comprend alors pour1uoi le médecin n3informe pas le malade de la nature et de l3évolution de sa maladie et de l3efficacité de tel traitement ou de telle t'érapie7 /e simple mot de ]patient] est révélateur 6 lui seul de l3état d3esprit de nombreu. médecins7 Cette m;me déontologie offre également de nombreuses contradictions avec la prati1ue médicale actuelle 4 par e.emple celle concernant certains vaccins rendus obligatoires7 /a déontologie affirme 1ue le médecin ne doit en aucun cas obliger son patient 6 suivre tel ou tel traitement, or la vaccination constitue un traitement @ par consé1uent, il serait parfaitement illégal de rendre obligatoire tel ou tel vaccin7 Jn cas de délit ou de faute professionnelle grave, la ?ustice, $JN/J, pourrait radier ou suspendre un médecin de l3e.ercice de ses fonctions7 Nous proposons 4 - l0intégration dans le corps médical parall,lement au. médecins, de t'érapeutes non docteurs en médecine7 Ces derniers sont seuls 'abilités 6 <uger leurs confr,res sur leur spécialité - la création d3un éc'elon de contrUle et de certification des écoles de médecine non officielles,

Oetrouver une vision globale de la santé et accepter une médecine plurielle7
/3'omme n3est pas 1u3une mac'ine dont on répare les pi,ces défaillantes7 /a médecine allopat'i1ue, d3une grande efficacité dans l3urgence, man1ue d3une vision globale de l3'omme @ d3oP ses résultats tr,s médiocres en termes de santé globale de l3individu7 /es dimensions p'2si1ue, énergéti1ue, mentale, sensible et spirituelle doivent ;tre prises en compte et traitées de faHon adaptée par des mo2ens t'érapeuti1ues diversifiés7 évelopper et favoriser les s2st,mes t'érapeuti1ues naturels7 Pour une vision globale de la santé et les médecines douces telles 1ue la diététi1ue, l3'erboristerie, l3-2urvéda et la naturopat'ie7

Instaurer un forfait annuel de prévention en '2gi,ne de vie, remboursé par la $écurité $ociale7
Cette mesure aurait pour effet de garantir l3acc,s au. soins naturels pour les plus démunis, ce 1ui actuellement est tr,s loin d3;tre le cas, ces soins étant considérés comme réservés au. ric'es, puis1ue non remboursés7 Jn prati1ue, on peut imaginer 1ue ce forfait permettrait d3accéder 6 deu. consultations par an, d3une 'eure environ7 /3'2giéniste, s3appu2ant sur le diagnostic et le suivi du médecin généraliste du malade, pourrait également proposer des conseils en '2gi,ne de vie, des prescriptions 6 base de plantes, de compléments alimentaires, etc7 /e montant remboursable de ces prescriptions de soins préventifs devrait ;tre plafonné Bplafond annuel 6 étudierD7 Jnfin, l3'2giéniste en 1uestion serait rattac'é 6 la $écurité $ociale et assermenté, afin de le responsabiliser face 6 son devoir d3informateur en '2gi,ne de vie7

Créer un Ebservatoire des prati1ues de santé naturelle, capable d3évaluer et de reconnaRtre les découvertes, les avancées et les innovations de ces prati1ues7
-ctuellement, l3enseignement des prati1ues de santé est relativement figé, car en fin de compte c3est l3Erdre des "édecins 1ui en reconnaRt la validité7 Er cet Erdre est tr,s conservateur, tenant fermement 6 ses avantages7 -insi, seules les tec'nologies médicales évoluent, mais en aucun cas les approc'es t'érapeuti1ues7 En en arrive donc au fait 1ue, en marge de la médecine officielle, il e.iste une asseA grande diversité d3approc'es complémentaires, non reconnues et néanmoins tr,s utiles7

Instaurer des diplUmes d3Jtat en t'érapie naturelle7
Pour éviter le c'arlatanisme ou l3incompétence, il serait nécessaire 1ue la reconnaissance des t'érapies naturelles s3accompagne de l3instauration de diplUmes d3Jtat, accessibles 6 tout le monde, 1uels 1ue soient les mo2ens financiers de c'acun7 -ctuellement, certains cours de t'érapie naturelle atteignent des tarifs e.orbitants, <us1u36 1> >>> e le c2cle en naturopat'ie, par e.emple7 /3instauration de diplUmes d3Jtat permettrait de normaliser les pri. des formations7 /es cursus d3apprentissage des

t'érapies naturelles pourraient ;tre établis par l3Ebservatoire des "édecines Naturelles, 1ui sélectionnerait les enseignants7 Ces cursus débouc'eraient sur des diplUmes délivrés selon réussite 6 des e.amens, les1uels seraient proposés dans les conditions des concours7 Il serait absurde de nier la 1ualité de certains guérisseurs autodidactes, 1ui pourraient alors se présenter 6 ces e.amens sans passer par un c2cle de cours7 ans le cas de certaines disciplines, il est difficile d3évaluer la 1ualité d3un t'érapeute par un e.amen7 Cette évaluation pourrait ;tre faite par l3Ebservatoire des "édecines Naturelles7

-limentation
Pour garantir 6 tous les cito2ens l0égalité devant l0acc,s 6 une alimentation de 1ualité, et en vertu de l0application du principe de prévention, nous proposons les mesures suivantes 4 - Promouvoir l0alimentation biologi1ue, en limitant les transformations au minimum7 - Jn partenariat avec les producteurs locau., encourager l0alimentation biologi1ue dans les cantines scolaires et les 'Upitau.7 - Ma.er fortement les pesticides afin d0en diminuer l0utilisation et 6 mo2en terme en interdire l0utilisation7 - Prélever une ta.e sur les produits alimentaires importés de contrées lointaines, proportionnellement 6 la distance parcourue, afin de favoriser la consommation des produits locau.7 - Erganiser des campagnes d0information et de sensibilisation sur les effets d0une consommation e.cessive de produits carnés7 - Interdire des élevages concentrationnaires et des transports prolongés et insalubres d0animau.7 - Interdire les cultures d0E9"7 - /es colorants et arUmes c'imi1ues inutiles et dangereu. ne seront plus autorisés dans les préparations alimentaires7 - /0alimentation saine et le <ardinage biologi1ue seront enseignés 6 l0école et des conseils en ce sens largement et réguli,rement prodigués par les médias7

… % – &ducation & rec'erc'e
Nne éducation 1ui appuie davantage sur l3enseignement des valeurs 'umaines
"ettre l3accent sur l3enseignement du partage, de la générosité, de l3ét'i1ue, de la patience, de la solidarité, de la compassion, de la sagesse et de la discipline plus 1ue sur les connaissances tec'ni1ues7 évelopper 1ue les fondements des relations 'umaines sont dans la coopération et le soutien mutuel, bien plus 1ue dans la compétition et l3affaiblissement de l3autre7 Promouvoir une culture de non-violence7 évelopper l3attitude 6 réfléc'ir et 6 apprendre par soi-m;me7 JntraRner au discernement par la prati1ue du débat contradictoire7 -rmer et protéger les esprits des enfants contre la pollution mentale présente dans la publicité, la télévision ou Internet Bviolence, racisme, consumérisme, pornograp'ie, mensonge, calomnie, délation777D7 Oemettre en valeur les mét'odes pédagogi1ues comme le compagnonnage7 Oevaloriser les écoles d3apprentissage et le travail manuel7 Jnseigner une connaissance de base des différentes religions du monde ce 1ui permettrait la tolérance par la compré'ension de la multiplicité des voies spirituelles possibles7 $outenir les grands enseignants spirituels, 1uelle 1ue soit leur tradition, dans leur mission d3enseignement et d3éveil7 Promouvoir les livres et la lecture des vies de sages de toutes traditions7 &du1uer au. prati1ues de base de toute spiritualité 4 "éditation, contemplation, prati1ues de c'ants, respect et attitude d3écoute7 -ccompagner c'a1ue ;tre 'umain dans la découverte de lui-m;me Bde ses aptitudes, de ses talentsD, des autres Bvie sociale, r,glesCD et lui transmettre les savoirs et connaissances dont il aura besoin pour s3épanouir dans la société et relever les défis du !1e si,cle7

/ibérer l0école7
Permettre au. établissements, au. enseignants, de mener des démarc'es pédagogi1ues ouvertes sur les savoirs intellectuels autant 1ue manuels, sensibles, relationnels @ d3e.plorer des pédagogies adaptées 6 leurs él,ves7 Permettre au. c'efs d3établissement de c'oisir leur é1uipe pédagogi1ue7 Permettre au. enseignants d3;tre des c'erc'eurs en pédagogie7 5aire entrer 6 part enti,re l3enseignement de la coopération, de la communication interpersonnelle, la connaissance de soi, dans les mati,res enseignées7

/ibérer les él,ves7
Placer l3él,ve et non les savoirs au centre du s2st,me scolaire7 5aciliter et rendre libres et égau. les c'oi. d3instruction 4 école publi1ue, privée, école 6 la maison, etc7 Permettre 6 c'a1ue él,ve de c'oisir progressivement son « plan d3étude » 4 les mati,res et les disciplines 1u3il va étudier, d,s le plus <eune Qge7 :oriAontaliser l3enseignement pour 1ue les enseignants ne soient pas les seules sources du savoir mais créent des situations d3apprentissage pour leurs él,ves7 -ssurer des passerelles entre les formations et supprimer la 'iérarc'isation des métiers7

Jnseigner la nature et l3intelligence des mains7
"ettre au cbur de l3enseignement des enfants, la connaissance, la compré'ension, l3interaction avec la Nature, tant par l3e.périence et l3immersion 1ue par l3étude, d,s le plus <eune Qge7 Jnseigner les c2cles du vivant et la dépendance de l3;tre 'umain 6 la Nature7 Placer les activités manuelles, indispensables 6 l3é1uilibre général des compétences, au cbur des

programmes7 5avoriser ainsi l3épanouissement des enfants, leur estime d3eu.-m;mes et une véritable autonomie, gage de sécurité7

Parfaire la formation des enseignants et revaloriser leur métier7
5ormer les enseignants au. savoirs-;tre et 6 la coopération7 évelopper leur formation 6 la pédagogie et 2 inclure au moins un an de stage in situ7 $3assurer 1ue les candidats au métier de professeurs aient eu l3occasion de découvrir la vie active 6 la1uelle ils prépareront leurs él,ves, 6 travers l3e.périence d3un ou plusieurs métiers notamment7 5ormer les enseignants tout au long de leur carri,re7 ans le cursus de départ, former les enseignants 6 la didacti1ue, au. différentes pédagogies, au. tec'ni1ues d3apprentissage, 6 la ps2c'ologie de l3enfant et 6 la gestion des groupes7

5avoriser une société 1ui prend soin de ses enfants7
évelopper l3éducation 6 la parentalité, tout au long de la vie des parents7 "ettre en place des mo2ens préventifs et curatifs pour lutter activement contre les violences faites au. enfants, et la violence éducative en général7

&du1uer 6 la vie, en m;me temps 1ue préparer 6 un métier7
\ cUté d3une transmission des savoirs et des tec'ni1ues 1ui préparent au métier, une éducation doit préparer 6 l3art de vivre7 éveloppement du caract,re, de la sensibilité, de l3intelligence du cbur – culture de l3écoute et du respect, de la discipline et de l3effort, de la compassion et de la solidarité – ouverture 6 la vie intérieure, 6 la responsabilité, au don de soi et 6 l3esprit de service – doivent compléter l3accumulation des connaissances et l3e.ercice de la raison7

Oevaloriser la profession d3enseignant et créer un poste d3enseignant général au niveau secondaire7
Ce professeur sera l3é1uivalent dans le secondaire de l3institutrice 1ui suit les él,ves de pr,s, établit les ponts entre les disciplines et serait c'argé de l3enseignement de la cito2enneté et de l3art de vivre en société7

$ervice civi1ue7
Mout les <eunes cito2ens de l3Qge de 1+ ans 6 l3Qge de !> ans seront invités 6 faire un service civi1ue de vingt-1uatre mois7 Ce service social sera rémunéré au salaire minimum7 urant ces vingt-1uatre mois le <eune cito2en pourra e.périmenter plusieurs tQc'es communautaires comme 4 service de santé Baide soignant dans les 'Upitau.D, services sociau. Baide au. personnes Qgées et au. 'andicapésD, pompiers, armée de pai. pour l3aide au. pa2s défavorisés, services municipau. Bvoirie, ramassage des déc'ets, police, etc7D, éducation Bsoutien scolaire et surveillance dans les l2cées et coll,gesD7 Ce service civi1ue sera donc une e.cellente faHon de rentrer dans la vie active7

-utres propositions 4
Jnric'ir la formation des enseignants pour renforcer l0apprentissage de la pédagogie, accentuer les e.périences de terrain, inclure savoir-;tre et coopération7 "odifier les programmes scolaires pour 2 inclure 4 coopération, savoir-;tre, écologie et lien 6 la nature, enseignements manuels et permettre au. él,ves de c'oisir progressivement leurs cursus7 Oendre libres et égau. les c'oi. d0instruction Bécole publi1ue, privée, école 6 la maison, etc7D7 Eptimiser le fonctionnement de l0éducation nationale en limitant le nombre d0administratifs et en augmentant le nombre d0enseignants7 /imiter 6 !> le nombre d0él,ves par classe et augmenter le nombre d0encadrants7 "ettre en place un s2st,me d0évaluation progressif et favorisant l0estime d0eu.-m;mes des él,ves7 Permettre des passerelles entre les formations et des é1uivalences nationales et européennes7 Jncourager les démarc'es de transition écologi1ue et 'umaine dans les écoles de son territoire 4 rénovation t'ermi1ues, cantines bio, rec2clage, etc7

Jnseignement supérieur et rec'erc'e
ans une économie basée sur la connaissance, le développement durable de nos sociétés dépend essentiellement du niveau de formation et de 1ualification atteint par le plus grand nombre de ses membres7 /es nécessités de formation initiale, les e.igences de formation tout au long de la vie professionnelle et l0aspiration croissante 6 l0ac1uisition de connaissances pendant le temps libéré se con<uguent pour faire de l0enseignement supérieur un en<eu sociétal essentiel7 ans le conte.te européen, le s2st,me franHais de l0enseignement supérieur présente plusieurs caractéristi1ues singuli,res7 -lors 1ue l0acc,s 6 l0université est réputé libre 6 tous les bac'eliers, l0Jtat concentre une part disproportionnée de son budget 6 des fili,res BINM, classes préparatoires au. grandes écoles et grandes écolesD accessibles sur sélection7 Jn revanc'e, et 6 l0opposé des autres pa2s développés, la 5rance dépense en mo2enne moins d0argent par étudiant 1ue par l2céen7 Cela n0est pas sans rapport avec le fort tau. d0éc'ec observé en premier c2cle d0université7 Il est grand temps de consentir des efforts financiers importants pour une meilleure prise en c'arge de ce secteur7

5avoriser l0autonomisation des étudiants7
ans un premier temps, il apparaRt nécessaire de mettre en place un véritable statut étudiant permettant au. <eunes d0ac1uérir leur autonomie financi,re dans des conditions satisfaisantes pour leurs études7 Ceci passe, notamment, par le découplage entre les aides au. <eunes Bau moins 6 partir d0un certain QgeD et les aides 6 la famille @ 6 cette condition, on peut imaginer la mise en place d0un véritable revenu étudiant, 1ui permette de répondre au. attentes des 1>> >>> étudiants vivant au-dessous du seuil de pauvreté7 ans le m;me temps, l0accompagnement doit se faire vers une véritable autonomie intellectuelle, dans une perspective de 1uestionnement et de pro<et, 1ui permette 6 l0étudiant-e de s0approprier réellement ses études7 Plusieurs dispositifs e.istent dé<6 Btutorat, groupes de parole, années de transition, liens avec les l2cées, etc7D dont l0efficacité reste 6

évaluer7 /aissons les é1uipes imaginer, en fonction de la situation locale, les dispositifs 1u0elles <ugent appropriés pour le meilleur soutien apporté au. étudiants7 ans tous les cas, l0optimisation de leur suivi demande évidemment une augmentation de l0encadrement, et surtout par une plus grande disponibilité des enseignant-e-s7 Parmi les efforts matériels 6 effectuer figurent la construction de bureau., salles de travail, salles informati1ues, bibliot',1ues, lieu. de convivialité, etc7

… ( – Nature & agriculture
/0'omo sapiens sapiens a élargi sa nic'e écologi1ue 6 l0ensemble de la plan,te7 Il a modifié l0évolution de l0écos2st,me terrestre et détruit l0'abitat de milliers d0esp,ces animales et végétales7 /a comple.ité et la diversité biologi1ues sont des conditions fondamentales de l0é1uilibre de l0écos2st,me terrestre7 Cette solidarité avec les animau. est en 1uel1ue sorte un corollaire de l0unicité de la vie7 Il faut réintégrer l3'omme au sein de la nature au niveau de l3esp,ce comme de l3individu7 /3'omme est partie intégrante de la nature7 Il 2 a ses racines, il 2 puise sa substance, elle le nourrit, elle le guérit et le régén,re7 Iuand l3'omme pollue la nature, il se pollue7 Iuand il la détruit, il se détruit7 Iuand il lui man1ue de respect, c3est lui-m;me 1u3il insulte7 Protéger les espaces naturels, les mettre en réseau., reconstituer les biotopes, assainir les cours d3eau et les sols7 $outenir les écos2st,mes fragilisés et la biodiversité7 "ise en oeuvre du réseau européen Natura !>>> avec pour ob<ectif la protection de 1>[ au moins du territoire national7 Création et e.tension de Parcs nationau.7 Oenforcement des mo2ens et des prérogatives du Conservatoire du littoral et des conservatoires régionau. d3espaces naturels7 Préservation des Aones 'umides littorales7 -rr;t du bétonnage des cUtes7 Notre respect de l0animal ne doit pas ;tre réservé 6 nos animau. domesti1ues et de compagnie7 Plus généralement nous devons adopter une attitude responsable dans la mani,re dont nous 'abitons le monde, en clair laisser suffisamment de territoire au. autres esp,ces pour 1u0elles puissent survivre7 Cette auto restriction nécessaire remet en cause notre propension d0occuper tout l0espace disponible7 Jn fait nous devons passer de l0animalité 6 l0'umanité, élargir en 1uel1ue sorte l0impératif Santien « conduis-toi envers autrui comme tu voudrais 1u0il se conduise envers toi » au respect des lois de l0écos2st,me, et donc au respect des animau.7 -insi, la défense des animau. s3inscrit dans une conception 'oliste de l3écologie, oP écologie science et ét'i1ue ne peuvent ;tre dissociées7 /e premier droit de l0animal est un droit 6 la vie dans son 'abitat naturel et préservé pour les animau. sauvages et dans des conditions de bien-;tre p'2siologi1ue pour les animau. domesti1ues7

P;c'e & a1uaculture
Il ne faut pas se le cac'er, les ressources en mer diminuent de plus en plus7 /es stocSs ne se renouvellent plus7 Il faut donc agir de mani,re 6 sauver ce 1ui reste, 6 ce 1ue les professionnels de la mer se reconvertissent, et enfin 6 ce 1ue la mer puisse continuer 6 contribuer 6 nourrir l0'umanité7 -u large de Merre Neuve, le cabillaud a disparu alors 1u0il était surabondant7 "algré son interdiction de p,c'e depuis pr,s de vingt ans, il est tou<ours absent7 Jt c0est ce 1ui va arriver partout dans le monde pour toutes les esp,ces de poisson si nous continuons ainsi 6 ratisser les fonds sans discernement7 /a p,c'e en mer peut continuer, mais il faut une réduction drasti1ue de la flotte afin 1ue cette p,c'e soit essentiellement réservée pour les poissons destinés au. tables e.ceptionnelles, avec des 1uotas réduits au minimum7 Il faut 1ue le nombre de poissons péc'és soit largement inférieur 6 celui de son renouvellement naturel7 - Négociation avec les partenaires sociau. pour établir des r,gles de contrUle de la p;c'e afin de diminuer les prises tout en assurant la pérennité de la fili,re7 - Oéorganisation de la criée avec les mises en enc',res 6 partir d0un pri. planc'é négocié entre les partenaires sociau. et les services ministériels et réactualisés réguli,rement7 - Ebligation pour tous les professionnels de la distribution de la préférence nationale7 - Ebligation d0autorisation administrative pour l0importation de tout produit de la p;c'e avec pri. planc'é fi.é par l0Jtat en concertation avec les partenaires sociau.7 /es fermes a1uacoles intensives engendrent non seulement de la souffrance animale comparable 6 celle 1ue l3on trouve dans les fermes concentrationnaires terrestres, mais sont aussi 4 - Nn élevage aberrant 4 Pour produire un Silo de saumon d0élevage, sept Silos de poissons sauvages réduits en farine sont nécessaires K - Nne source de pollution 4 /es effets nocifs sur l3environnement proviennent du gaspillage de nourriture non consommée par les poissons Bde 1>[ 6 #>[ selon la mét'ode de nourrissageD, des produits du métabolisme des poissons, des traitements c'imi1ues pour traiter les maladies et parasites des poissons7 - Nn danger pour la santé 4 "anger deu. filets de saumon d3élevage par semaine dépasse les limites de sécurité fi.ées par l0E"$7 /es saumons d0élevages européens auraient ainsi des indices de pollution BPCW, M, :CW et autres organoc'lorésD 1% fois supérieurs 6 ceu. relevés c'eA les saumons sauvages7 C0est pour1uoi nous proposons la suppression de l0a1uaculture7

$topper la vivisection et l3e.périmentation animale
/0e.périmentation animale est non seulement indéfendable sur le plan ét'i1ue par les souffrances 1u0elle gén,re sur les animau., mais elle l0est également sur le plan de la santé 'umaine car il faut savoir 1u0aucune esp,ce animale n0est le mod,le d0une autre7 Jn effet c'acune a son propre patrimoine généti1ue 1ui détermine ses propriétés biologi1ues7 -insi l0absorption d0un produit c'imi1ue provo1uera des réactions variables selon l0esp,ce7 Par voie de consé1uence les résultats obtenus lors de ces e.périences ne sont pas totalement transposables au. 'umains7 Nous proposons 4 - /a validation de mét'odes substitutives accompagnée de subventions au. laboratoires de rec'erc'e médicale travaillant dé<6 sur ces mét'odes, ce 1ui permettrait de rattraper le retard de la 5rance dans ce domaine7 En constate dé<6 1ue les tests effectués sur les cellules permettent de cibler et d0éliminer un grand nombre de substances c'imi1ues to.i1ues et il est important de souligner 1ue tous les t2pes cellulaires de notre organisme peuvent ;tre mis en culture Be. 4 le cancer débutant par un dér,glement cellulaire, on note tout l0intér;t 1u0il 2 aurait dans ce cas 6 développer le financement de la rec'erc'e en biologie cellulaire et moléculaire 'umaineD7 - ans le cadre du pro<et OJ-C: de l0Nnion Juropéenne, de ne pas re-tester en masse les produits c'imi1ues sur les animau., mais un soutien au programme de to.icologie scientifi1ue Butilisation de cultures de cellules et tec'nologie des puces 6 - ND 1ui serait nettement plus fiable et moins coXteu.7 - /a création d0une ban1ue de données internationale permettant 6 tout c'erc'eur d0avoir connaissance des travau. dé<6 effectués et d0éviter toute répétition7 - Il faut une limitation tr,s strict des tests sur les animau. au. seuls cas ou les autres mét'odes s0av,rent totalement inappropriées et ou le bénéfice de ses tests soit véritablement <ugé indispensable7 Ces tests seraient autorisés uni1uement suite 6 une validation par une commission ét'i1ue nationale7 Notez que cette version est abrégée, pour les autres propositions voir la version intégrale sur la toile.

-griculture
- manger pour tous, sans endommager la nature, ni la santé et sans compromettre la liberté et la capacité des populations 6 se nourrir par elles-m;mes7 Il faut assurer la sécurité, la salubrité et l0autonomie alimentaire pour tous et ceci durablement7 ans un premier temps, il faut subventionner largement l3agriculture biologi1ue7 Nne agriculture respectueuse de l3environnement Bagrobiologi1ue, c7a7d7 sans intrant c'imi1ueD et un élevage non intensif, tous deu., fortement subventionnés7 /3agriculture biologi1ue produit des aliments beaucoup plus ric'es en vitamines, en oligo-éléments et en sels minérau. 1ue les aliments classi1ues7 Jn 5rance, l3agriculture biologi1ue ne connaRt pas de développement suffisant, de plus, nous importons <us1u36 %> >>> tonnes par an de produits biologi1ues pour satisfaire la demande intérieure, un comble, tandis 1ue des régions agricoles enti,res sont mises en <ac',re7 Il faut installer des espaces agricoles et d3élevages dans les Aones urbaines périp'éri1ues7 Oapproc'er les <eunes citadins de la nature et du contact avec les animau. pour 2 réintroduire une relation avec la nature7 "aintenir les <eunes pr,s de la nature, en contact avec des animau., les aidera 6 grandir é1uilibrés7 Participation des associations au. décisions agricoles7 Permettre la participation des associations de consommateurs, de défenseurs de l3environnement et d3acteurs du développement local 6 toutes les instances de décision agricole7 5avoriser la relative autonomie alimentaire locale7 5avoriser les e.ploitations agricoles diversifiées et de taille 'umaine, fabri1uant des produits de 1ualité pour leur région7 -rr;t de l3utilisation des pesticides7 $upprimer les subventions 6 l3e.portation agricole7 5avoriser l3e.ode urbain et les éco-villages7 "ultiplier les conservatoires de semences des plantes naturelles7 $topper la rec'erc'e et la mise en culture des organismes généti1uement modifiés BE9"D7 Interdire les E9" et le brevetage du vivant7 Permettre au. plus démunis de se nourrir, de la faHon la plus autonome possible7 Oelocaliser la production, la transformation et la distribution alimentaire7 Jngager la transition de l0agriculture c'imi1ue vers l0agroécologie, c0est 6 dire prendre en compte la globalité de la problémati1ue écologi1ue 4 eau, érosion, déforestation, biodiversité, etc7 dans la prati1ue agricole7 Oéduire les 9J$ Z s0affranc'ir des énergies fossiles7 rasti1uement diminuer les émissions liées 6 l0alimentation7 Erganiser une agriculture sans pétrole7 /ibérer les semences Z 5avoriser la biodiversité7 Permettre la libre production, reproduction et dissémination des semences agricoles, présentes et anciennes, par les pa2sans7 Oéorienter les subventions agricoles vers l0agroécologie Bpetites unités de production vivri,re en pol2culture et utilisant pas ou peu de produits p'2tosanitairesD7 Oéorienter la fiscalité Bpolleur-pa2eur, ta.er les produits 1ui viennent de loin et peuvent ;tre produits sur place, l0eau d0irrigation, le fuel agricole, etc7D7 Inscrire dans la loi la possibilité pour les pa2sans de reproduire et d0éc'anger leurs semences librement7 Interdire la spéculation sur les mati,res premi,res agricoles7 Créer des cursus de formation 6 l0agroécologie dans tous les établissements d0enseignement agricole7 $oustraire la gestion du foncier public et privé au seul pouvoir e.écutif local et la confier 6 une structure indépendante ouverte 6 tout résident ma<eur du territoire concerné7 Préempter les terres pour 2 réinstaller des agriculteurs locau. en agroécologie7 -ugmenter drasti1uement la part de l0alimentation locale biologi1ue dans la restauration collective7 Créer des marc'és de producteurs locau. et bio7 $outenir les fili,res de production, transformation, distribution locale en favorisant l0installation de MPJZP"J dans ces secteurs ou en aidant au maintien de leur activité7 )ur les d(!Gts de l'a!riculture moderne oir l'anne/e A.

) – &nergie & transports
&nergie
Inscrire dans la constitution le droit de tout cito2en 6 avoir acc,s 6 une source d3énergie sXre, respectueuse de l3environnement et 6 un pri. acceptable, par la mise en oeuvre d3une politi1ue basée sur le développement de la sobriété énergéti1ue, de l3efficacité énergéti1ue et des énergies renouvelables7 Créer une 'aute autorité indépendante de l3énergie, du climat et de l3environnement a2ant pour mission d3aider les responsables politi1ues 6 préparer leurs décisions, d3en contrUler la mise en oeuvre et de sanctionner les man1uements 6 l3application des mesures prises7 onner un caract,re d3intér;t général au développement des énergies renouvelables Breconnu par la loiD7 Erganiser la décentralisation de la production d3énergie et la gouvernance territoriale7 5avoriser et encourager les petites productions locales d3énergie7 Imposer au. collectivités de produire de l3énergie en priorité avec les ressources locales et renouvelables7 /ancer un vaste programme de sensibilisation, d3information, d3éducation et de formation sur l3énergie et le climat7 Pour financer la transition énergéti1ue, instaurer un instrument fiscal uni1ue sous forme d3une Contribution sur l3Jnergie Primaire et les J.ternalités environnementales BCJPJ.D7 -ppli1uer un principe général de progressivité du pri. de l3énergie, de faHon 6 dissuader les surconsommations inutiles tout en facilitant l3acc,s de tous 6 un minimum vital d3énergie7

/0'abitat et l0énergie
/3acc,s 6 l3énergie pour tous avec la plus grande autonomie possible sans mettre en péril les é1uilibres naturels Btempérature du globe, biodiversité, ressources naturellesD ni la santé 'umaine7

e l3ébriété 6 la sobriété
C'asse au gaspi 4 drasti1uement économiser l3énergie partout oP cela est possible 6 tous les étages et dans tous les domaines de la société7 Oec'erc'er la sobriété B'eureuseD dans nos modes de vie 4 faire plus avec moins, évaluer nos besoins au plus <uste en développant davantage notre intériorité et notre potentiel 'umain 1ue notre capacité 6 produire et 6 consommer7

5aire mieu. avec moins
$2stémati1uement rec'erc'er la plus grande efficacité énergéti1ue possible 4 conception des appareils, organisation et rationalisation des transports, des installations industrielles e.istantes, récupération de c'aleur, de déc'ets, rénovation t'ermi1ue des bQtiments, réduction de l3étalement urbain, revivification des espaces rurau., développement des transports dou. et collectifs, développement du fret, du transport fluvial, arr;t de l3obsolescence programmée7

évelopper les énergies renouvelables
évelopper le mi. énergéti1ue du futur en associant, en fonction de la potentialité des territoires, les meilleures options en terme de renouvelabilité et d3efficacité 4 biomasse, solaire, éolien, '2drauli1ue, géot'ermi1ueC Oec'erc'er la complémentarité entre les différentes sources7

-bandonner les énergies fossiles et fissiles
Progressivement abandonner l3utilisation de l3énergie nucléaire Bentre !>#> et !>#(D et des énergies fossiles B!>(>D en les remplaHant par un mi. d3énergies renouvelables et en accompagnant les c'angements structurels 1ue cette transition énergéti1ue occasionne7

Oelocaliser, autonomiser, décentraliser
Oedonner au. individus et au. territoires la plus grande autonomie possible dans leur capacité de produire de l3énergie et d3;tre parties prenantes de la gouvernance de leurs s2st,mes de productionZdistribution7 9énéraliser le principe du bonus-malus 6 tous les biens d3é1uipement générant une consommation d3énergie récurrente pour leur utilisation7 "ettre en place un programme de lutte contre la précarité énergéti1ue visant 6 sortir les ménages de leur situation de dépendance par des actions préventives et éducatives financées par les recettes des mesures précédentes7 $outenir un vaste programme OOOOO Bréduction, réutilisation, réparabilité, rec2clabilité, relocalisationD dans le secteur industriel7 "ettre en place une réglementation énergéti1ue dans le bQtiment concernant avec la m;me rigueur et le m;me degré d3ambition la construction neuve et la rénovation des bQtiments e.istants7 /ancer un vaste programme d3isolation de l3ensemble du parc immobilier7 5aciliter les démarc'es cito2ennes ou entrepreneuriales de t2pe 'abitats groupés et écolieu. Béco1uartiers et écovillagesD 1ui ont une grande efficacité énergéti1ue en adaptant la législation7 Oéorienter les transports de la route au rail et au. cours d3eau7

-ctions des élus locau.
Jlaborer et mettre en place un plan de transition énergéti1ue pour son territoire, en lien avec les autres collectivités, les entreprises et les cito2ens7 -ppli1uer la grille de sobriété, efficacité, renouvelables 6 toutes les activités de la collectivité et du territoire7 5aciliter et soutenir les démarc'es t2pe 'abitats groupés et écolieu. sur son territoire7 Participer 6 la création d3unités

de production d3énergie renouvelable, autonomes et indépendantes7 -ffic'er en mairie c'a1ue année la consommation et la production d3énergie de la collectivité7 Oedéfinir les P/N pour diminuer les déplacements 1uotidiens Bréorganisation géograp'i1ue des activités, logements, écoles, services publicsD7 Jlaboration d3un plan de transport communal rationalisé7 /ancer un vaste programme de sensibilisation, d3information, d3éducation et de formation sur l3énergie et le climat dans sa collectivité7

Mransports
/e droit 6 la mobilité des personnes et la nécessité du transport de marc'andises sont subordonnés au respect de l0environnement naturel et 'umain7 /es transports contribuant fortement au. nombreuses pat'ologies liées 6 la pollution, nous proposons une politi1ue volontariste de réé1uilibrage des modes de transport en faveur du ferroviaire, du maritime et du fluvial, des transports collectifs et des modes dou. Bmarc'e et véloD7 Cette politi1ue passe aussi par la lutte contre les déplacements et les transports inutiles7 Il faut faire une remise en cause radicale des prati1ues et modes de pensée du !> e si,cle 4 la vitesse comme crit,re de modernité ou de liberté, l0accroissement des mobilités comme facteur de développement économi1ue, la circulation intercontinentale des marc'andises ou encore l0automobile individuelle comme s2mbole de la réussite sociale et du bon'eur7

5avoriser le train plutUt 1ue la route
Cette politi1ue doit rétablir des conditions de concurrence é1uitables entre le rail et la route, 1ui ne pa2e 1u0une partie de ses coXts e.ternes sur l0environnement et 1ui a bénéficié dans les %> derni,res années d0un effort d0investissement sans précédent7 /a ma<orité des investissements doit donc se faire au profit du rail7 /e c'emin de fer doit constituer l0ossature de base du s2st,me des déplacements interurbains, en raison de ses 1ualités propres 4 sécurité, confort, faible consommation d0espace et d0énergie, pollution réduite7 Pour autant, continuer 6 réaliser un réseau M9F au détriment du réseau actuel, en particulier le fret ferroviaire et le Mrain J.press Oégional, n0est plus sou'aitable7 /a construction de nouvelles autoroutes ne se <ustifie plus 1u0e.ceptionnellement7 /e réseau routier doit continuer d0;tre modernisé pour améliorer la sécurité, mais aussi la 1ualité de vie des 'abitants de localités traversées7 Jnfin, la premi,re alternative 6 la route e.istante, c0est la route intelligente, oP des s2st,mes de régulation de vitesses et de trafic permettent d0éviter le ]tou<ours plus de routes]7

/0urgence de la maRtrise du trafic aérien
/e développement de la concurrence a eu comme consé1uence une baisse des tarifs, rendant les vols intérieurs plus accessibles, et une offre surabondante, 1ui entraRne un accroissement des fré1uences et une baisse du tau. de remplissage7 Il en résulte une augmentation du nombre de mouvements d0avions, source de bruit insupportable pour les riverains et d0une fuite en avant vers la création de nouvelles plates formes7 /a compétitivité de l0avion s0e.pli1ue, entre autres, par la faible ta.ation du Séros,ne et l0e.onération de MF- sur les vols internationau. 4 au contraire, le Séros,ne doit ;tre ta.é en proportion de ses émissions de gaA 6 effet de serre et le transport aérien assu<etti 6 la MF-, comme les autres modes de transport7

Oelancer le transport fluvial sans travau. p'araoni1ues
/e transport fluvial doit ;tre promu, notamment par l0organisation de navettes réguli,res et la valorisation des ports7 $0agissant de voies nouvelles, nous ne sommes favorables au pro<et particulier de $eine-Nord, proc'e des plaines de l0Jurope du Nord, 1u06 condition d0en limiter le gabarit 6 # >>> tonnes, et de lancer des études préalables, prenant sérieusement en compte les alternatives ferroviaires et les impacts sur les ports7

Oedécouvrir nos faHades maritimes
Nne partie importante du transport transcontinental se fait 6 partir des ports du nord de l0Jurope7 /es marc'andises traversent donc souvent la 5rance par camion pour les re<oindre7 Pour minimiser ces flu., il est nécessaire de développer les ports de la faHade atlanti1ue et les voies ferrées 1ui les desservent pour le cabotage maritime7 Nous proposons 1ue les armateurs 1ui font construire des navires pour le cabotage reHoivent des aides financi,res, et 1ue les politi1ues sociales soient 'armonisées, a minima au niveau européen, afin d0éviter le dumping social7 Jn amont de toutes ces mesures tec'ni1ues, nous affirmons la nécessité pour freiner et m;me, 6 terme, inverser la croissance désastreuse du trafic de marc'andises, de substituer 6 l0idéologie du libre-éc'angisme sans fronti,res et sans contraintes une prise en considération prioritaire de crit,res écologi1ues et d0utilité sociale, et une volonté de relocalisation de l0activité économi1ue7

… * – Production & consommation
Crise sociale et crise écologi1ue ont la m;me source 4 un mode de développement productiviste fondé sur le m2t'e de la croissance et de la rec'erc'e du profit 6 court terme7 Parce 1ue la plan,te et ses ressources ne sont pas illimitées, le s2st,me industriel doit ;tre profondément réorganisé7 Il faut une économie remise 6 sa place 4 au service de l3intér;t général, c3est 6 dire 6

la fois du bien-;tre, de l3autonomie et de la liberté des ;tres 'umains et de la restauration des écos2st,mes7 /a protection des ressources naturelles ne peut se réduire simplement 6 une gestion é1uitable des gisements, elle doit aussi se traduire par une véritable volonté d0économiser l0usage des ressources par l0ensemble des activités 'umaines7 Cela ne peut pas non plus se résumer 6 réparer7 épolluer l0eau, c0est-6-dire réparer, c0est répondre 6 un état de fait insupportable7 Nn véritable développement soutenable doit permettre de réduire au minimum les missions de restauration contrainte et artificielle des ressources7 /es traditionnelles remises en cause du s2st,me industriel dominé par des 1uestions de pollution et d0épuisement des ressources, si elles répondent 6 des urgences immédiates, ne suffisent plus7 -u nom de l0efficacité et du productivisme, les c2cles industriels sont fondés sur d0une part l0entrée de mati,res premi,res, et d0autre part la sortie d0un produit et de déc'ets7 Combien de déc'arges encombrées de matériau. divers, alors m;me 1u0ils auraient pu ;tre utilisés comme ressources pour d0autres activités T Il faut développer des économies locales interconnectées 1ui fonctionnent comme des écos2st,mes vivants et décentraliser le pouvoir économi1ue7 Il faut protéger et prendre soin des biens communs7 Jmp;c'er une appropriation commerciale des biens communs de l3'umanité et rendre leur utilisation é1uitable, respectueuse de leur r2t'me de reconstitution et des grands é1uilibres naturels7 Pour développer les entreprises et les activités du !1e si,cle, il faut soutenir, créer et relier les activités utiles 6 nos sociétés sur les plans écologi1ue, économi1ue et social7 - partir d3elles, construire les mod,les économi1ues viables et innovants de demain7 Erienter massivement l3épargne vers les investissements nécessaires au. transformations sociétales BOéduction du gaspillage et de la dépendance énergéti1ues en particulier dans la constructionZrénovation, $2st,mes /ocau. de Nourriture, médias locau. indépendants, économie circulaire, consommation collaborative, etc7D7 Pour préserver et permettre le renouvellement des biens communs de l3'umanité Bénergie, eau, terres, semences, etc7D tout en garantissant leur accessibilité par tous, les recenser puis interdire leur privatisation et la spéculation sur leur pri.7 Jnfin, les gérer de faHon 6 respecter leur r2t'me de reconstitution et éviter tout impact négatif des prél,vements opérés sur les grands é1uilibres naturels7 ans le respect du principe de subsidiarité, confier cette mission, 6 c'a1ue éc'elle de territoire Bdu local au mondialD, au. parties prenantes réunies au sein d3un CJ$J BConseil économi1ue, social et environnementalD7 Pour financer les activités de préservation et de restauration de ces biens communs tout en décourageant celles 1ui au<ourd3'ui les détruisent, réintégrer - par une refonte de la fiscalité - les coXts environnementau. et sociau. dans le pri. des produits et des services vendus, 1uelle 1ue soit leur provenance géograp'i1ue7 Pour anticiper, a<uster et réguler les activités marc'andes, compléter le PIW par unZdes indicateurZs rendant plus réellement compte de leur impact Bpositif ou négatifD sur la vie des 'umains et de la nature7 B9enuine progress indicatorZ Indicateur de Progr,s Féritable, etc7D7 Il importe en effet de garder 6 l3esprit 1ue, si l3économie permet la création de ric'esse, sa finalité ultime est de satisfaire les besoins vitau. de l3ensemble des 'umains tout en préservant les conditions de possibilité de la vie sur Merre7 Pour renforcer la résilience de l3activité économi1ue locale face au. aléas du s2st,me monétaire, faire des monnaies cito2ennes locales un outil 6 part enti,re de nos politi1ues publi1ues7 Notamment, les accepter en paiement d3au moins une partie des impUts, ta.es, cotisations et services des institutions, entreprises et collectivités publi1ues7 Pour localiser les éc'anges économi1ues vitau. dans nos territoires de vie, créer des monnaies cito2ennes locales BJ. 4 $olFiolette 6 MoulouseD et partager leur gouvernance, au sein d3un organisme paritaire composé des parties prenantes de l3économie locale Bcito2ens, organisations marc'andes ou non, partenaires financiers et collectivités territorialesD7 Pour renforcer la circulation des ric'esses réelles entre ces acteurs économi1ues locau., intégrer dans la passation des marc'és publics des crit,res sociau. et environnementau. @ les concéder prioritairement 6 des prestataires acceptant d3;tre rémunérés au moins pour partie en monnaie cito2enne locale7 Pour un développement durable et résilient de nos territoires de vie, donner la priorité au. politi1ues et au. actions 1ui les renforcent, telles 1ue la production locale de nourriture saine, l3investissement massif dans la sobriété et l3efficacité énergéti1ue, ou la production locale d3énergie renouvelable @ organiser la fili,re écoconstruction @ favoriser l3usage de transports « dou. » et les activités économes en énergies fossiles @ investir dans l3économie de l3intelligence et les activités de restauration de la nature Bsol, eau, biodiversité, etcD @ enfin, encourager l3investissement local, notamment en monnaie cito2enne, pour appu2er la création d3entreprises porteuses d3innovations favorisant une production soutenable sur c'a1ue territoire7 Pour consolider la performance globale des entreprises du territoire BMriple bénéfice économi1ue, social et environnementalD, favoriser notamment par leur mise en réseau la coopération et la s2nergie avec d3autres acteurs du territoire7

/0économie des ressources par un autre mode de consommation
Il doit ;tre mis fin au ]tout <etable] pour privilégier une stratégie de la durabilité, 1ui consiste 6 prolonger au ma.imum la durée de vie des produits, ce 1ui permet de réduire la vitesse des flu. de ressources7 Certes, apr,s des décennies de conditionnement par le marSeting consumériste, la notion de durabilité évo1ue des images d0ob<ets vieu., tristes, démodés et dépassés tec'nologi1uement7 \ ces clic'és s0a<oute une connotation misérabiliste d0usure et de récupération motivée par la pauvreté7

Pourtant la stratégie de durabilité ne demande pas de renoncer au confort, au progr,s tec'ni1ue, ni m;me 6 la mode 4 elle les redéfinit7 Nos propositions 4 - Concevoir d,s le départ les produits pour 1u0ils durent longtemps, c0est-6-dire en particulier une conception modulaire, éventuellement multifonctionnelle, 1ui permet de ne c'anger 1ue les éléments tec'ni1ues obsol,tes, ou le boRtier démodé, luim;me conHu comme rec2clable7 PlutUt 1ue de <eter un appareillage comple.e pour la panne anodine d0un seul composant7 - /0entretien préventif, et non plus simplement de réparation, dont la logi1ue actuelle est essentiellement dissuasive par les coXts et contraintes7 /0entretien est au cbur de la p'ilosop'ie de la durabilité7 Il ne s0agit plus de privilégier l0ac'at Bou la venteD de ] neuf ] mais de ] durable ]7 - /0utilisation en cascade oP l0on réutilise des biens usagés, des matériau. pour des fonctions moins e.igeantes7 - /a mise sur pied de ] collectivité de revente ] par les entreprises et les collectivités publi1ues, en particulier pour le matériel d0entreprise, trop souvent envo2é 6 la casse7 -gir de faHon pertinente nécessite de connaRtre et de comprendre7 /a mise en place de mo2ens d0étude et d0anal2se de bilan des ressources, des mati,res, mais aussi des surfaces agricoles, foresti,res et autres, utilisés pour répondre au besoin d0une ville, d0une région, d0un pa2s, est une urgence, afin de réorienter plus <ustement et plus écologi1uement leurs usages7 \ cet égard, le pouvoir des OIOJ B irections Oégionales de l0Industrie, de la Oec'erc'e et de l0JnvironnementD doit ;tre renforcé @ les différentes normes industrielles, respectées7 /a surface terrestre ]utile] totale et ses ressources potentielles ne pourraient suffire 6 donner 6 l0ensemble des 'abitants actuels un mode de vie identi1ue 6 celui du monde industriel7 Cela conduit évidemment 6 remettre en cause le dogme central du productivisme, largement partagé 6 gauc'e Bparfois sous couvert de généreuses intentionsD comme 6 droite, et 1ui réduit étroitement la ric'esse 6 la seule augmentation de la production7 /es s2st,mes productifs doivent ;tre intégrés et adaptés 6 des territoires7 Pour la destruction ou le stocSage, c'a1ue traitement de déc'ets spéciau. est un cas spécifi1ue 1ui doit faire appel 6 la moins nocive des procédures7 /6 encore la solution de fond, leur réduction massive si ce n0est leur suppression, passe par la reconstruction des procédés industriels sur d0autres bases7 /0écologie pose en effet la 1uestion m;me de la pertinence sociale et écologi1ue de telles ou telles productions et activités dévoreuses de mati,res premi,res et d0énergie7 Cette stratégie de la ]soutenabilité] comporte également des consé1uences sur le plan de l0emploi, aussi bien par la nécessité de politi1ue d0anticipation volontariste de reconversion, 1u0en termes de niveau de 1ualification, de réduction des nuisances et donc d0amélioration des conditions de travail7

ContrUler la publicité
/a publicité est omniprésente Bdans les rues, 6 la télé, 6 la radio, au cinéma, dans les boRtes au. lettres, au café, sur les v;tements, 6 l0école, etc7D7 Nous subissons c'acun pr,s de # >>> publicités par <our et, 6 moins de vivre sur une Rle déserte, il est impossible d02 éc'apper7 C'anger l0environnement, c0est aussi laisser place 6 l0imaginaire et sortir de la pensée uni1ue du toutconsommation7 /0affic'age publicitaire a défiguré les abords des villes, et les villes elles-m;mes7 C0est une forme de privatisation de l0espace public, au mépris des cito2ens7 /a publicité n0est pas seulement une pollution visuelle et sonore, elle pousse 6 la consommation, au mépris des réalités 'umaines, écologi1ues, et sociales, et 1uels 1ue soient les ris1ues sur l0environnement et les répercussions sur la santé p'2si1ue et mentale Bnucléaire, automobile, etc7D7 /a perpétuelle frustration 1u0elle engendre met les personnes en situation de dépendance7 Jlle est la partie la plus visible et caricaturale de notre société consumériste7 Inutile, la publicité participe au gaspillage généralisé7 C0est d0ailleurs un des facteurs de l0e.plosion des déc'ets car l0économie publicitaire est fondée sur le <etable, le suremballage et le gadget ]communi1uant]7 Jlle pousse 6 créer sans cesse des produits et emballages nouveau., comple.es, dont l0élimination est sans cesse plus coXteuse et dangereuse pour l0environnement7 coups de milliards Ble budget publicitaire de NiSe est supérieur au PIW de certains pa2sD, les entreprises diffusent leur propagande7 /a publicité enva'it notre 1uotidien, faisant régner désinformation et mal-information des cito2ens7 /e s2st,me publicitaire détourne la liberté d0e.pression et d0information au profit de la seule communication commerciale7 Parado.e s0il en est 4 l0affic'age libre est réprimé au nom de la protection de l0environnement, 1uand l0affic'age publicitaire monna2é est une pollution acceptée par les pouvoirs publics7 Nos propositions 4 - une restriction de l0affic'age publicitaire dans les espaces publics 4 instauration de 1uotas publicitaires par espace délimité Bmétro comprisD @ pas de publicité au. alentours des écoles @ - la création d0une ] polluta.e ], sur le principe pollueur-pa2eur, pour la publicité affic'ée @ - une protection des monuments 'istori1ues et des <ardins @ pas de publicité animée BécransD ou sonore dans les espaces publics @ - la suppression de toute publicité commerciale sur les supports audiovisuels publics, l0encadrement réglementaire de la publicité pour l0audiovisuel privé @ - une attention portée au contenu publicitaire pour limiter ses effets destructeurs, anti-environnementau. et discriminants @ - interdiction des publicités destinées au. enfants @ - interdiction des publicités 1ui promeuvent des produits nuisibles 6 la santé et 6 l0environnement Bcomme la loi Jvin pour l0alcool et le tabacD

- le contrUle de la publicité ne doit plus se baser sur la seule autodiscipline des annonceurs7 Il faut redéfinir la composition du Wureau de Férification de la Publicité 4 avec la présence de minist,res concernés Bsanté, environnement, droits des femmes, etc7D et de représentants de l0-utorité contre les discriminations @ avec des subventions supplémentaires au. associations de consommateurs Bmeilleure garantie pour rétablir des informations plus <ustesD @ - l0instauration d0un droit de réponse 6 la publicité 4 un principe selon le1uel les particuliers ou associations Breconnues comme défenderesses d0un intér;t collectifD mis en cause par une publicité, pourraient faire un droit de réponse dans les m;mes conditions 1ue la publicité et pa2é par l0annonceur @ - la création d0espaces artisti1ues d0e.pression libre7

… + – éfense & affaires étrang,res
/es attentats du 11->=-!>>1 puis les e.péditions anglo-américaines, tant en IraS 1u0en -fg'anistan, ont accentué les interrogations 1uant au. mutations des logi1ues de guerre et de pai.7 Il importe d0autant plus de rappeler 1ue la pai., la nonviolence et le multilatéralisme doivent ;tre au cbur des mécanismes de prévention et de résolution des conflits7 Il faut démilitariser le concept de défense par une éducation 6 la pai. et 6 la non-violence7 ,s l0école, l0'istoire des prouesses guerri,res nous a incul1ué l0idée 1ue seule la voie militaire permettrait les avancées de l0:istoire7 /a mobilisation, la motivation, la co'ésion des sociétés, c0est-6-dire la résistance non-violente, sont passées sous silence7 Il est temps de développer un service civil de pai. afin d0agir en amont dans les secteurs oP des situations de conflit se développent7 /a préparation 6 la défense civile d0un pa2s est une garantie sociale forte pour conserver des structures de démocratie et de <ustice 6 l0abri soit de coups d0Jtat, soit d0agressions e.térieures7 /a non-violence reste la démarc'e naturelle pour garantir la sécurité commune 4 les mo2ens mis en buvre ne peuvent en effet ;tre en contradiction avec le c'oi. d0une société basée sur la <ustice et le droit7 /a non-violence est une d2nami1ue de résolution des conflits 1ui n0envisage ni la suppression ni la destruction de l0autre, 6 1ui on reconnaRt le droit de continuer 6 vivre avec soi, apr,s le conflit réglé7 Cette d2nami1ue impli1ue des structures internationales Bt2pe E$CJ et ENND et la participation de cito2ens 6 des missions de terrain7 epuis ses débuts en 1=(*, l0Nnion européenne est un mod,le de construction de la pai.7 PlutUt 1ue de recourir encore 6 la force, les ennemis d0autrefois ont décidé de régler leurs éternels conflits par la voi. du dialogue politi1ue et de la coopération pacifi1ue7 - l0éc'elle européenne, un nouvel élan politi1ue a créé en 1==% l0E$CJ, l0Erganisation pour la $écurité et la Coopération en Jurope, accord signé par (! c'efs d0&tats, dont la Oussie, le Canada et les N$-7 /0E$CJ est établie comme instrument prioritaire pour « l0alerte précoce, la prévention de conflits et la gestion des crises » et a dé<6 prati1ué un travail de terrain dans plusieurs conflits en Jurope BMc'étc'énie, -lbanie, 8osovoD7 "ais il faut reconnaRtre 1ue son financement n0est pas 6 la 'auteur du travail 6 accomplir7 -ctuellement son budget annuel est de 1+( millions d0euros - 6 comparer au 1,# milliard d0euros de l0EM-N7

ésarmer garantit la pai. – refuser l0armement nucléaire7
/es armes gén,rent des conflits, pas des solutions7 Oéduire les niveau. d0armement est une condition indispensable 6 la résolution pacifi1ue des conflits7 Nous soutenons toute mesure tendant au désarmement ainsi 1u0au contrUle de la production et du commerce des armes 4 réduction des budgets militaires, reconversion des industries militaires, notamment dans le sens de la promotion de tec'nologies de prévention des ris1ues naturels, interdiction des mines anti-personnel, mais aussi codes de conduite bannissant les e.portations d0armes vers des pa2s en conflit ou ne respectant pas les droits de l0'omme7 Il faut envisager un abandon de la force nucléaire stratégi1ue et cette 1uestion fondamentale doit faire l3ob<et d3un débat national puis ;tre soumise 6 un référendum7 /e conte.te international actuel montre clairement l0inutilité d0un armement nucléaire pour régler les crises ouvertes ou larvées 1ue sont les conflits régionau.7 /es conflits, comme ceu. 1ui ont eu lieu récemment, ne peuvent ;tre emp;c'és par l0e.ercice de la menace nucléaire sur leurs auteurs7 /e terrorisme international, lui non plus, ne peut pas ;tre dissuadé par le c'antage nucléaire7 /a défense de la démocratie, de la <ustice et de la pai. peut-elle co'abiter avec la menace d0anéantissement de populations T Nous constatons 1ue la c'ute de régimes racistes ou totalitaires B-fri1ue du $ud, pa2s d0Jurope de l0Jst777 D n0a pas été due 6 la menace nucléaire7 Er, des milliers d0armes nucléaires prennent encore l0'umanité en otage, des essais en Inde et PaSistan se poursuivent, la Corée du Nord s0est retirée du Mraité de non-prolifération BMNPD 4 le moment est venu pour la 5rance de lancer un signal fort7 /0action en faveur de la pai. et de la sécurité commune doit ;tre au premier rang des préoccupations de nos politi1ues étrang,res7 ans ce sens, nous sommes favorables 6 une réforme des organisations internationales pour en accroRtre la démocratie et l0efficacité 4 réforme de l0ENN par la revalorisation du rUle de l0-ssemblée générale, la démocratisation et l0élargissement du Conseil de sécurité @ rUle accru dans la prévention des crises par la création d0une institution pour la prévention des conflits7 /0action de protection des peuples en danger, le besoin d0assistance, doivent reposer sur le roit International BConvention des droits Civils et Politi1ues, Convention pour la prévention des 9énocidesD et l0ENN7 -pplication effective des articles de la C'arte des Nations Nnies instaurant une force de police internationale, intervenant préventivement dans une perspective d0interposition, de dissuasion et de médiation7 -u moins % [ du budget de la éfense sera consacré 6 la pai. et 6 la résolution des conflits7

$i c0est le seul mo2en de prévenir d0autres violations des droits de l0'omme et d0autres souffrances, l0emploi de la force peut ;tre <ustifié7 Cette action devra s0opérer sous l0égide de l0ENN, 1ui peut déléguer 6 des organisations régionales la gestion de l0intervention BNJ, EN-777D7 -gir pour la réduction des armements 4 diminution des participations financi,res publi1ues au. sociétés d0armement Bpa2s producteurs d0armesD, mise en buvre et financement des programmes sur l0interdiction des mines antipersonnel, lutte contre la contrebande d0armes lég,res, destruction des surplus dans les régions en conflit et réintégration des combattants démobilisés7 /utter contre la prolifération nucléaire et le pro<et N" Bbouclier anti-missileD en se fi.ant comme ob<ectif l0élimination des armes de destruction massive7 émant,lement des s2st,mes d0armes nucléaires, soumission de tous matériau. radioactifs 6 de stricts contrUles internationau. Binstauration d0un registre internationalD, reconnaissance par la Cour Internationale de ?ustice de l0illégalité de l0usage de ou de la menace par des armes nucléaires7 /a société civile doit ;tre impli1uée dans la promotion de la pai. et les 1uestions de la pai. et de la guerre ne sauraient se régler dans le strict cadre étati1ue7 Nous proposons de former les <eunes - 'ommes et femmes - au. valeurs de la non-violence et de ses mo2ens d0action, en développant un service civil de pai.7 Nous dénonHons un man1ue clair de démocratie concernant la politi1ue étrang,re en général et les 1uestions de pai. et de guerre en particulier7 Il faut mettre l0accent sur le caract,re cito2en et la nécessité d0articuler l0action des élus et de l0e.écutif avec celle de la société civile Bprincipalement les EN9 travaillant sur le droit 'umanitaire et de prévention de conflitsD afin de construire une démocratie participative, et pas seulement ]délégative]7 Nous sou'aitons 1ue l0ensemble des organisations régionales, internationales BENN, NJ, CPI, E$CJ, etc7D puissent buvrer 6 de véritables réformes pour rendre efficace toute politi1ue de prévention des conflits7 Nous sou'aitons, en m;me temps, la création d0une Cour internationale de prévention des conflits, 1ue l0E$CJ puisse ;tre financée et améliorée pour devenir une référence en mati,re de gestion des conflits en Jurope, et la création d0une institution pour la prévention des conflits7 Nne autre piste possible serait de créer une -gence pour la prévention des conflits Bsans empiéter sur les missions propres 6 l0E$CJD, 1ui pourrait nous permettre de relever la provocation, émise 6 l0article III-!1!, de la création d0une -gence européenne de l0armement, de la rec'erc'e et des capacités militaire, et ceci dans le cadre de la ]politi1ue étrang,re et de sécurité commune]7

Politi1ue internationale
/a 5rance doit s3engager pour un monde plus pacifi1ue et plus <uste et doit agir pour des relations internationales plus solidaires7 /a 5rance et l0Jurope ne doivent pas ;tre ni m;me apparaRtre associés 6 la politi1ue agressive de domination des Jtats-Nnis7 C0est essentiel vis-6-vis du reste du "onde et pour la défense d0une politi1ue efficace de pai. et de coopération7 Nous refuserons en consé1uence un lien transatlanti1ue privilégié7 Nous conduirons une politi1ue étrang,re 1ui fera de la 5rance un acteur solidaire et pacifi1ue dans le monde7 /a 5rance développera une culture de pai. et soutiendra les programmes de pai.7 Nous prendrons des initiatives et les proposerons 6 nos partenaires européens afin de contribuer 6 c'anger profondément les relations internationales7 Nous agirons pour en finir avec la g 5ranHafri1ue h et les prati1ues néo-coloniales7 /a 5rance c'erc'era 6 construire des alliances et des partenariats durables pour des coopérations d3intér;t commun favorisant récipro1uement l3emploi et le développement dans toutes ses dimensions, pour des relations d3égalité et de respect mutuel bannissant les rapports de domination, pour la pai. et pour les conditions d3une sécurité collective par le désarmement et le r,glement politi1ue des conflits7 /es orientations et les c'oi. de politi1ue étrang,re de la 5rance devront faire l3ob<et de débats publics7 /e Parlement doit assumer un rUle de contrUle et de décision afin de mettre un terme au. prati1ues obscures du g domaine réservé h7 -vec l3Jurope, elle doit combattre et faire reculer les r,gles et les politi1ues de libéralisation 1ui favorisent, dans la mondialisation capitaliste, la guerre économi1ue, l3e.acerbation des concurrences, les privatisations et les déréglementations7 Jlle doit contribuer 6 l3annulation des dettes des pa2s du $ud, 6 la mise en cause des plans d3a<ustement structurels fondés sur les crit,res du néo-libéralisme, 6 la réalisation des ob<ectifs du "illénaire adoptés par l3ensemble des Jtats membres de l3ENN en !>>> pour faire face au. urgences sociales et au. besoins sociau. élémentaires7 Jlle doit proposer un rUle central de l3ENN dans la coordination et la gestion des secours d3urgence dans les cas de grandes catastrop'es naturelles7 Jlle doit agir avec détermination pour la mise en oeuvre de politi1ues multilatérales de lutte contre la pauvreté, la sous-alimentation et les pandémies, pour le développement d3une agriculture adaptée au. besoins7 Nous appuierons, 2 compris au sein des instances internationales, la restauration et le développement de véritables services publics dans les pa2s du $ud, afin de protéger leurs biens publics des privatisations accomplies depuis !> ans au bénéfice d0intér;ts économi1ues des pa2s développés7 Nous augmenterons de mani,re importante l0-ide Publi1ue au éveloppement B-P D en direction de ces pa2s, tout en rendant transparents les mécanismes d0une aide 1ui, au<ourd0'ui, ne profite 1ue rarement au. peuples 6 1ui elle est destinée 4 la politi1ue de coopération et l0-P seront sous contrUle démocrati1ue du Parlement7 /a 5rance veillera 6 la pérennité de l3ENN et 6 sa transformation, au respect des valeurs et des principes inscrits dans sa C'arte, 6 l3e.igence d3une réforme d3ensemble lui assurant une plus grande représentativité et une plus forte légitimité universelle Bpar e.emple le renforcement des pouvoirs de l3assemblée générale, une réforme de la composition et des fonctions du conseil de

sécurité, la fin du droit de veto des membres permanentsD, dans l3ob<ectif de promouvoir les droits 'umains et les libertés fondamentales, et les principes permettant 1ue le droit international ne soit plus pris en otage par la mondialisation et la loi du plus fort7 /a 5rance proposera d3instaurer une 'iérarc'ie des normes du droit international afin d3en supprimer les multiples dispositions contradictoires et de donner la prééminence au. normes et e.igences sociales, sanitaires, environnementales et culturelles7 Jlle proposera de créer un instrument d3arbitrage indépendant c'argé de les faire respecter7 /a 5rance agira en faveur d0une refondation compl,te des institutions financi,res internationales, oP tous les pa2s seront associés, pour 1ue celles-ci soient dégagées du poids et des contraintes des marc'és financiers, pour promouvoir un nouveau t2pe de développement, et de nouveau. mécanismes de régulation financi,re mondiale7 -ctuellement, le 5"I et la Wan1ue "ondiale, institutions contrUlées par les pa2s les plus puissants et les plus ric'es, ne répondent 1u06 une logi1ue de gestion financi,re et de rentabilité des investissements des ban1ues des pa2s développés, sans souci des droits 'umains et des consé1uences sociales et environnementales, comme l0on démontré le gestion de la dette et l0imposition de plans d0a<ustements structurels imposés au. pa2s les plus faibles7 /es crit,res de pr;ts et les modes de décisions d0institutions financi,res internationales refondées devraient permettre de redéfinir de faHon transparente des missions 1ui correspondent au. besoins réels du développement des pa2s concernés et permettre 6 ceu.-ci de conserver pleinement la maRtrise de leur c'oi. et de leurs ressources7 /a 5rance proposera une réforme de l3Erganisation "ondiale du Commerce afin 1ue, dans le cadre du s2st,me des Nations Nnies, celle-ci régule effectivement le commerce mondial et cesse d3;tre un instrument de dérégulation, afin 1ue soient contrUlées les activités des firmes transnationales et 1ue soient respectés les droits des peuples7 Ce 1ui impli1ue une révision en profondeur des finalités de l3E"C et des accords e.istants, en particulier de l3-9C$, de l3accord sur l3agriculture, de l3accord sur les droits de propriété intellectuelle, de l3accord sur les obstacles au commerce7 /a 5rance et ses partenaires de l3Nnion européenne p,seront pour 1ue les pa2s 1ui c'erc'ent 6 se libérer de la tutelle des institutions financi,res et des politi1ues néo-libérales, en -méri1ue latine, en -fri1ue, en -sie, soient largement soutenus sur le plan international et voient leur souveraineté confortée7 Pour en finir avec le scandale des paradis fiscau. et <udiciaires 1ui permettent l3évasion de sommes colossales, la 5rance agira avec détermination au niveau européen et international pour 4 1 - établir la traHabilité des transactions financi,res et la transparence des mouvements de fonds et des patrimoines @ ! - lutter contre l3impunité en renforHant la coopération <udiciaire et fiscale entre Jtats @ # - en favorisant un espace <udiciaire européen doté d3un pUle financier a2ant acc,s au secret bancaire7

Pour une politi1ue de défense au service de la sécurité pour la 5rance, pour l0Jurope et pour le "onde7
/a 5rance, avec ses partenaires européens, sera porteuse de pai. véritable, de <ustice sociale et de démocratie7 Jlle s0attac'era 6 transformer la politi1ue européenne de défense et 6 promouvoir une conception nouvelle de la sécurité, comme une 1uestion 'umaine basée sur la solidarité7 Nous installerons les conditions d3une maRtrise et d3un contrUle public, démocrati1ue et notamment parlementaire de la politi1ue de défense et de sécurité7 Nous bannirons en particulier tout soutien et toute intervention militaire au profit de régimes dictatoriau., autoritaires et corrompus7 /a politi1ue africaine de la 5rance ne rel,vera plus du g domaine réservé h du président de la Oépubli1ue7 Jlle sera mise sous contrUle du Parlement7 /es accords de défense seront remis 6 plat, ainsi 1ue le maintien de bases permanentes de l0armée franHaise7 Nne réévaluation de certains c'oi. sera menée 4 niveau du budget militaire, armement nucléaire et dérive vers une logi1ue d3emploi, volonté de placer la défense de l0Jurope sous l0égide de l0EM-N, privatisation des industries de défense 1ui, relevant de l0intér;t général, doivent ;tre propriété publi1ue7 /a 5rance combattra la construction d0une Jurope fondée sur une volonté de domination internationale7 /3Nnion européenne n en refusant tout alignement sur les Jtats-Nnis n doit <ouer un rUle positif pour la pai. dans le monde et pour coordonner des initiatives de sécurité collective7 /a 5rance agira pour la dissolution de l3EM-N, et pour de nouvelles coopérations européennes et internationales de sécurité et de défense7 C3est la conception m;me de la sécurité internationale 1u3il faut redéfinir dans un monde reconnu comme instable, imprévisible et dangereu., oP les dépenses pour le surarmement ont dépassé les 1>>> milliards de dollars par an7 Nous agirons pour 1ue la 5rance s3oppose fermement 6 la militarisation en cours des relations internationales, 6 la logi1ue de guerre et 6 la stratégie unilatérale américaine 1ui ne font 1u3accentuer l3insécurité, la violence et le terrorisme7 Il faut penser et prévoir la sécurité autrement 1u3en termes e.clusivement militaires7 /a 5rance, avec ses partenaires européens, prendra des initiatives pour contribuer 6 réduire fortement les ris1ues et les facteurs d3insécurité, en particulier la pauvreté massive et le sous-développement, les conflits non résolus, les tensions et les crises e.acerbées par les politi1ues de puissance, le non respect du droit et de la souveraineté des peuples7 C3est 6 la racine des insécurités 1u3il faut s3atta1uer7 En ne peut, en effet, continuer, sans ris1ues graves pour la stabilité du monde, 6 nourrir l3escalade des tensions et des crises par des logi1ues de force et des entreprises militaires 1ui ne font 1u3augmenter l3insécurité globale7

/a 5rance sera la plus active, avec ses partenaires de l3Nnion, pour susciter un climat international de plus grande détente et confiance, et pour le désarmement7 Jlle c'erc'era 6 entraRner ses partenaires européens pour obtenir le respect du Mraité de nonprolifération par tous et dans son intégralité, l3interdiction de la diffusion du nucléaire militaire et l3engagement d3un processus de désarmement nucléaire multilatéral et contrUlé concernant tous les pa2s au<ourd3'ui détenteurs de l3arme nucléaire7 Il faut aller vers l3élimination de toutes les armes nucléaires dans le monde7 /a 5rance s0opposera 6 toute nouvelle course au. armements7 Jlle refusera la banalisation de l0utilisation de l0arme nucléaire sous la forme de mini-bombes, prUnée par les N7$7comme armes de g prévention h, rompant m;me avec les p'ilosop'ies antérieures de la dissuasion et les conventions internationales, notamment le MNP7 Jlle n0engagera aucun budget pour développer de nouvelles armes nucléaires, fermera le Centre d3essai des /andes et abandonnera notamment le pro<et de missile " (17 Jlle respectera et contribuera 6 faire respecter le traité d3interdiction générale des essais nucléaires7 Jlle s3opposera 6 la militarisation de l3espace7 Jlle contribuera activement 6 la réalisation au niveau de l3ENN d3un traité international sur le commerce des armes et l3élimination des trafics illicites7 Jlle instituera un contrUle parlementaire sur ses propres e.portations d3armes7 Jlle interviendra en faveur de l3e.tension du c'amp d3application de la Convention d3EttaLa afin d32 inclure les bombes 6 sous-munitions et toutes autres sortes d3armes nouvelles 1ui, par leur pouvoir destructeur et leur mode de déclenc'ement s3apparentent au. mines antipersonnel7 Jlle n3acceptera de contribuer 6 des opérations militaires e.térieures, seule ou avec certains de ses partenaires européens, 1ue sur un mandat e.plicite de l3ENN, pour des missions de prévention des conflits, de protection des populations civiles, de sécurisation de maintien de la pai., dans le cadre de processus politi1ues de r,glement des crises conformes 6 la C'arte des Nations Nnies et 6 l3intér;t des peuples concernés7 Jlle sera en permanence 6 l3initiative, 2 compris dans le cadre de l3Nnion européenne, pour la résolution politi1ue négociée des conflits7

Pour une contribution active de la 5rance dans la résolution politi1ue des conflits7
/a 5rance refusera de contribuer 6 l3entreprise guerri,re des Jtats-Nnis mise en oeuvre dans le cadre de la stratégie 'égémoni1ue dite du 9rand "o2en Erient7 - Jn IraS et en -fg'anistan, la 5rance s3engagera pour le retrait des troupes américaines et celles de l3EM-N7 Jlle agira pour la redéfinition de politi1ues d3aide et de soutien sans ingérence 6 ces deu. pa2s 1ui doivent pouvoir retrouver le c'emin de la démocratie, de la sécurité, de la reconstruction et du développement en toute indépendance7 - -u Proc'e-Erient, avec l3Nnion européenne, elle agira pour la fin de l3occupation et de la colonisation, pour la réalisation des droits nationau. du peuple palestinien, pour l3édification d3un Jtat palestinien indépendant, 6 cUté de l3Jtat d3Israfl, dans les fronti,res de 1=)*, avec ?érusalem-Jst pour capitale7 -fin d3aboutir 6 un r,glement négocié garantissant une pai. <uste et durable et la garantie de la sécurité pour tous, la 5rance prendra les initiatives nécessaires pour la convocation d3une Conférence internationale sous l3égide de l3ENN pour l3application de l3ensemble des résolutions des Nations Nnies 2 compris celles concernant la 1uestion des réfugiés et de leur droit au retour7 ans l3immédiat, elle e.igera la reprise des aides financi,res 6 l3-utorité palestinienne, le démant,lement du mur d3anne.ion, la fin des bouclages et la levée des barrages militaires7 - Jn ce 1ui concerne le conflit sino-tibétain, il est plus 1ue temps 1ue la patrie des droits de l3'omme reconnaisse le Mibet comme pa2s colonisé par la C'ine, reconnaisse le gouvernement tibétain en e.il et demande officiellement 6 la C'ine d3accepter l3ouverture de négociations, sans conditions préalables, sur le futur statut du Mibet7 Jn 1=%=, la C'ine, en lanHant son -rmée de /ibération Populaire, a enclenc'é un processus d3assimilation de cette ancienne civilisation7 /3occupation du Mibet est un acte d3agression en violation du roit international7 /e Mibet, bien 1u3en retard en termes de progr,s matériel, menait une vie 'eureuse 1ui le satisfaisait7 $on peuple était tourné vers le développement spirituel7 e 1=(1 6 1=*+ plus de 1,! million de tibétains a péri du fait de cette occupation7 Nn transfert de population c'inoise intensive est en train d3assurer une ]solution finale] au probl,me tibétain7 /3occupant prati1ue depuis plus d0un demi-si,cle l3emprisonnement politi1ue, la torture, la destruction d3une culture, l3avortement forcé et la discrimination en mati,re d3éducation et de soins médicau.7

-ides et coopérations ciblées aupr,s des pa2s les plus pauvres
Priorité au programme visant 6 la sécurité alimentaire7 $tabilisation des marc'és mondiau. des produits agricoles et des mati,res premi,res7 Pour une véritable coopération visant l3autonomie alimentaire des populations7 /a coopération Nord-$ud est au<ourd3'ui négligée par l3Nnion européenne7 &crasés sous le poids de la dette et contraints 6 des politi1ues d3a<ustement structurel par le 5"I les pa2s du tiers-monde s3enfonce dans le sous développement7 Il faut annuler les dettes des pa2s les plus pauvres Bsauf si cela favorise des régimes dictatoriau.D 1ui les contraignent 6 une stratégie d3e.portation 1ui pousse 6 la sure.ploitation accélérée des ressources naturelles7 3autre part, il faut réaffirmer les accords de /omé Bces accords définissent des conditions d3acc,s privilégiés au. marc'és européens pour les pa2s d3-fri1ue, CaraGbes, Pacifi1ue, anciennement colonisés par les &tats membres de l3Nnion, ainsi 1ue des mécanismes de stabilisation des cours de leurs produits d3e.portation7 Cette convention se trouve mise 6 mal depuis 1ue les pa2s européens ont ratifié les accords de "arraSec', créant l3E"CD7 Il faut aussi accroRtre l3aide au. EN9s, les mouvements en lutte pour l3émancipation 'umaine et pour le respect de l3environnement naturel7 Privilégier les transferts de tec'nologies ]propres] et des mod,les de développement les moins prédateurs possible pour l3environnement7

"oraliser la politi1ue e.térieure de la 5rance
/es gouvernements franHais, de droite ou de gauc'e, se précipitent c'eA les dictateurs du monde entier pour ouvrir 6 nos industriels 1uel1ues portes d3un vaste marc'é potentiel 1ui, s3ils aboutissent, seront pa2és par la CE5-CJ K Il faut démanteler tous les réseau. franHais, parall,les ou souterrains, de ventes d3armes, en commenHant par les pa2s non démocrati1ues7 Il convient de restaurer le débat parlementaire sur la politi1ue étrang,re et renégocier les accords de défense 1ui nous lient 6 certains pa2s africains en proposant une suppression progressive des contingents d3intervention7 Il convient aussi 1u3il 2 ait un strict contrUle parlementaire des e.portations d3armes et un arr;t de la garantie CE5-CJ7 3autre part, les &tats-Nnis d3-méri1ue imposent leur mod,le au reste du monde7 Il faut rompre avec l3'égémonie américaine et contribuer 6 c'anger la donne en mati,re de pai. et de sécurité sur le continent européen comme, 6 plus long terme, dans le monde7 Il faut revoir les r,gles du <eu mondial pour fonder un nouveau contrat social universel7

émocratisation des instances internationales
Oénovation de l3ENN par l3attribution de si,ges permanents au Conseil de sécurité au. &tats les plus peuplés BInde, Wrésil, ?apon777D et suppression du droit de veto des ]superpuissances]7 Oemplacement du 5"I, de la Wan1ue mondiale et de l3E"C par des organismes internationau. démocrati1ues c'argés de mettre le commerce au service du développement ]soutenable] et soumis au. directives politi1ues de l3-ssemblée générale des Nations unies7 Participation des EN9s au. institutions internationales7 ContrUle parlementaire sur les politi1ues poursuivies en mati,re d3aide au développement en impli1uant les acteurs sociau. concernés, associations et s2ndicats7 Privilégier l3aide et le commerce avec les démocraties naissantes7 $outenir les mouvements démocrati1ues dans les pa2s totalitaires7 &laboration d3un droit international des minorités7 evoir de soutien et de solidarité au bénéfice de populations victimes d3atteinte au. droits 'umains7 /es politi1ues économi1ues actuelles promues par la ban1ue mondiale et le 5"I redistribuent les ressources des pauvres au. ric'es K /e remboursement de la dette est une monumentale escro1uerie et a eu comme consé1uence le transfert de la ric'esse des pa2s pauvres vers les ric'es créanciers du nord7 /es pa2s ric'es ont profité pendant des années des ressources naturelles du sud en les sous pa2ant7 Ils ont, de fait, contracté une dette écologi1ue envers les pa2s du sud7


-mendements
Ce programme n0a rien de définitif @ les amendements, les a<outs, les suggestions et les commentaires sont les bienvenus7 /e c'emin est long avant ma candidature officielle au. proc'aines primaires organisées par le Parti $ocialiste, c0est pour1uoi <0ai besoin de votre appui pour faire campagne d,s maintenant dans toute la 5rance7 "erci de faire connaRtre ce livre et ce programme7 Pour l0application d0un programme fait par les cito2ens pour les cito2ens, il faut un cito2en ordinaire 6 l0&l2sée7 Plus la volonté populaire se mobilisera et s0e.primera, plus la possibilité de l0application d0un tel programme est probable7 ?0appelle donc tous les franHais 1ui se reconnaissent dans ce programme 6 se mettre en rapport avec moi 4 mjutier<orange.fr 7 C0est 6 vous de bouger maintenant, <e vous attends K

-nne.es
1 = >?oligarc3ie occidentale et l?illusion démocrati%ue.
7 « *ous sommes reconnaissants en ers le Has.in!ton :ost" le *eF IorJ Kimes" Kime 8a!a$ine et d'autres !rands =ournau/" leurs directeurs a,ant particip( + nos rencontres et a,ant respect( la promesse de discr(tion pendant près de 40 ans. 2l nous aurait (t( impossible de d( elopper notre :lan pour le 8onde toutes ces ann(es durant si les pro=ecteurs a aient (t( bra#u(s sur nos acti it(s. &e 8onde est maintenant plus sop.isti#u( et plus pr(par( + accepter un Lou ernement 8ondial. &a )ou erainet( )upra3*ationale d'une ?lite intellectuelle et de ban#uiers est sMrement pr(f(rable au principe d';utod(termination *ationale des peuples" prati#u(e tout au lon! de ces derniers siècle . % avid OocSefeller dans son discours 6 la Commission Mrilatérale en 1==17

Foici les véritables cercles du pouvoir en Eccident au<ourd0'ui7 /es principales sociétés secr,tes, sectes et organisations 1ui dirigent le monde occidental au. N$- et en 5rance en particulier7

/es responsables des organisations e.erHant le pouvoir réel ne sont pas élus, et le public n3est pas informé de leurs décisions7 /a marge d3action des &tats est de plus en plus réduite par des accords économi1ues internationau. pour les1uels les cito2ens n3ont été ni consultés, ni informés7 Mous ces traités élaborés ces derni,res années B9-MM, E"C, -"I, NM"D visent un but uni1ue 4 le transfert du pouvoir des &tats vers des organisations non-élues7 /es cito2ens continuent 6 voter, mais leur vote a été vidé de tout contenu7 Ils votent pour des responsables 1ui n3ont plus de pouvoir réel7 Jt c3est bien parce 1u3il n32 a plus rien 6 décider 1ue les programmes politi1ues de ]droite] et de ]gauc'e] en sont venus 6 tant se ressembler dans tous les pa2s occidentau.7 /es responsables du pouvoir économi1ue sont 1uasiment tous issus du m;me monde, des m;mes milieu. sociau.7 Il se connaissent, se rencontrent, partagent les m;mes vues et les m;mes intér;ts7 Ils partagent donc tout naturellement la m;me vision de ce 1ue devrait ;tre le monde idéal futur7 Il est d,s lors naturel 1u3ils s3accordent sur une stratégie et s2nc'ronisent leurs actions respectives vers des ob<ectifs communs, en induisant des situations économi1ues favorables 6 la réalisation de leurs ob<ectifs, 6 savoir 4 l0affaiblissement des gouvernements, la déréglementation, la privatisation des services publics, le désengagement des états des secteurs de l3éducation et de la rec'erc'e, la précarisation des emplois et le maintien d3un niveau de c'Umage élevé BN-ION – anne.e +D entretenu grQce au. délocalisations et 6 la mondialisation du marc'é du travail ce 1ui accroRt la pression économi1ue sur les salariés, la réduction des aides sociales afin d0accroRtre la motivation du c'Umeur 6 accepter n3importe 1uel travail7 Mous les éléments de contrUle nécessaires 6 une future dictature mondiale sont désormais en place7 /e pouvoir n32 est plus de t2pe représentatif ou électif, il est e.ercé directement par ceu. 1ui contrUlent le s2st,me financier et la production des marc'andises7 /es instruments de ce pouvoir sont le contrUle de la tec'nologie, de l3énergie, de la monnaie et de l3information7 /e sommet de la 'iérarc'ie du pouvoir occidental, la classe dirigeante américaine, se maintient par des alliances de familles de la 'aute société a2ant des st2les de vie similaires, des liens dans l0industrie et 1ui sont membres des m;mes clubs d0élites et des m;mes écoles privées7 Cette classe s0auto-reproduit et maintient son influence grQce 6 des institutions 1ui agissent dans le domaine politi1ue, comme la National "anufacturing -ssociation, la National C'amber of commerce, le Wusiness Council, la Wusiness Ooundtable, le Conference Woard, l0-merican Jnterprise Institute, le Council on 5oreign OelationsC 7 Jn 1=(), C7 Vrig't "ills dans son livre « M'e PoLer Jlite », montre comment la $econde 9uerre mondiale a permis la cristallisation au. Jtats-Nnis d0un triple pouvoir formé des élites industrielles, militaires et gouvernementales réunies en une seule structure centralisée, motivée par des intér;ts de classe7 /0influence du p'ilosop'e /éo $trauss est particuli,rement présente dans ces cercles supérieurs de générau., d0industriels, d0universitaires et d0'ommes politi1ues7 $trauss embrassait une t'éorie 1ui séduisit les 'éritiers de grandes fortunes menant des vies oisives et ne se souciant 1ue de leur intér;t7 $es idées se transform,rent en une idéologie convaincante selon la1uelle les médias et le gouvernement ont coutume de soumettre les masses alors 1ue les vrais « nobles » poursuivent leur propre volonté sans égard pour les lois faites pour contrUler ceu. de basse e.traction7 $trauss aimait aussi les secrets, 1u0il estimait nécessaires au contrUle de la société, car si les individus inférieurs étaient avertis de ce 1ui se fait, nul doute 1u0ils en seraient bouleversés7 « /es gens ne seront pas 'eureu. d0apprendre 1u0il n0e.iste 1u0un seul droit naturel 4 le droit du supérieur 6 diriger l0inférieur, le maRtre l0esclave, le sage la foule des sots »7 /éo $trauss, -lbert Vo'lstetter et d0autres appartenant au Committee on $ocial M'oug't de l0Nniversité de C'icago ont eu d0importants crédits pour promouvoir le programme des néo-conservateurs 6 travers leurs él,ves Paul VolfoLitA, -llan Wloom, Oic'ard PerleC 7 /0élite des médias américains – comme en 5rance – est le c'ien de garde des messages idéologi1uement acceptables, elle contrUle le contenu des informations, décide de ce 1ui peut ;tre diffusé7 /a trame d0un pouvoir diffus, opa1ue, pres1ue insaisissable, 1ui tisse ses liens 6 travers des clubs fermés et des rencontres internationales dont le forum de avos représente l0e.pression la plus ostentatoire7 ans ces lieu. de rencontres, d0éc'anges, de tractations gravitent les m;mes protagonistes, s0élaborent les anal2ses et les compromis 1ui préc,dent souvent les grandes décisions7 /a Commission trilatérale est une des pi,ces de cet éc'i1uier pol2morp'e, elle consolide l0alliance entre le pouvoir des multinationales, de la finance et de la politi1ue7

Trilatérale /a Commission Mrilatérale est une organisation privée 1ui fut créée en 1=*# 6 l3initiative des principau. dirigeants du groupe Wilderberg et du C5O, parmi les1uels avid OocSefeller, :enr2 8issinger et _bignieL WrAeAinsSi7 /a raison de sa création a été le déclin passager du pouvoir du t'inS tanS américain C5O 6 cause de sa politi1ue vis-6-vis de la guerre du Fietnam 1ui a mécontenté beaucoup d0américains7 Oegroupant #>> 6 %>> personnalités parmi les plus distinguées et influentes – 'ommes d0affaires, politiciens et décideurs intellectuels – de l0Jurope occidentale, de l0-méri1ue du Nord et de l3-sie Pacifi1ue B&tats dont la plupart sont également membres de l3EC JD, son but est de promouvoir et construire une coopération politi1ue et économi1ue entre ces trois Aones clés du monde, pUles de la Mriade7 - l3instar du groupe Wilderberg, il s3agit d3un groupe partisan de l3idéologie mondialiste et de la mondialisation économi1ue7 /a Mrilatérale édite des études Bla revue M'e Mriangle PapersD réalisées par des MasS 5orces Bgroupe de travail réunissant des personnalités de premier plan, généralement d3au moins trois Aones régionalesD et 1ui, une fois transmises 6 leurs membres et au. gouvernants, ont des répercussions internationales ma<eures en politi1ue étrang,re, 1u0il s0agisse d0économie ou de géopoliti1ue Bcommunication, énergie, démograp'ie, grands é1uilibres, etc7D7 Jntre un rapport préliminaire B raft Oeport, généralement non disponible aupr,s du publicD et le rapport définitif publié dans la revue Mriangle Papers, le rapport est discuté en réunion internationale annuelle7 /e rapport peut alors ;tre remanié avant publication7 Nne revue est aussi publiée 6 l3issue de la réunion annuelle, il s3agit de la revue Mrialogue7 /es rapports sont disponibles sur le site officiel de la Commission Mrilatérale4 LLL7trilateral7org Cette organisation, est donc, semi-secr,te et internationale et réunit en son sein des personnages considérables, le plus souvent affiliés 6 d3autres sociétés secr,tes comme la 5ranc-maHonnerie, le W3nai W3rit', le 9roupe Wilderberg, le C5O, et 1ui ont entrepris de gouverner, 6 leur mani,re, le monde occidental associé au ?apon7 /es membres de la Mrilatérale se recrutent par

cooptation, aussi bien dans les cercles financiers et économi1ues 1ue parmi les politiciens et les patrons de presse7 $eul crit,re4 ils doivent ;tre <ugés capables de comprendre le grand dessein mondialiste de l3organisation et de travailler utilement 6 sa réalisation7 $on action feutrée, volontairement ignorée des gouvernements et des médias, lui permet de placer au. rouages essentiels des Jtats des 'ommes 6 elle, d]infiltrer] les 'autes sp',res du monde occidental7 /a Mrilatérale est formée de la cr,me du C5O, du Wilderberg 9roup et de la 5ranc-maHonnerie anglaise, m,re de toutes les loges francs-maHonnes mondiales7 /a loi du silence, c',re 6 la mafia, a permis <us1u3ici 6 la Mrilatérale d3agir dans l3ombre, si bien 1ue rares sont les 5ranHais 1ui savent 1ue cette m2stérieuse société e.iste et 1u3elle e.erce un contrUle rigoureu. sur les Jtats et l3économie internationale par l3intermédiaire des affiliés 1u3elle compte dans la 'aute finance, la politi1ue, la diplomatie et l3administration7 /es membres de la trilatérale sont, naturellement, démocrates, tout en a2ant conscience du danger 1ue la démocratie peut représenter pour leur plan4 ]Plus un s2st,me est démocrati1ue, plus il est e.posé 6 des menaces intrins,1ues], notait, d,s 1=*(, un rapport de la Mrilatérale sur la ]gouvernabilité] des démocraties7 /es noms des ban1ues, des trusts, des consortiums 1ue représentent la plupart des affiliés donnent une idée de la puissance dont dispose la m2stérieuse société 1ui veut faire de notre univers un monde de robots dominé par une oligarc'ie de tec'nocrates et de financiers7 /es affiliés franHais de la Mrilatérale se recrutent aussi bien 6 gauc'e 1u3au centre ou 6 droite7 Ceu. 1ui se disent de 9auc'e vantant ]l3internationalisme], et ceu. 1ui se disent de roite vantant le ]"ondialisme], les deu. appellations nous conduisant au 9ouvernement "ondial7 Oa2mond Warre et $imone Feil sont les poissons pilotes de la puissante Mrilatérale en Jurope7 /a présence de "7 Warre aupr,s du président 9iscard d3Jstaing s3e.pli1ue d3autant mieu. 1ue ce dernier ne cac'e pas son A,le pour cette m2stérieuse société7 Invité 6 l3un de ses dRners, le ! décembre 1=*(, ?ac1ues C'irac devait définir ainsi la Mrilatérale 4 ]C3est ce 1ue nous appelons en 5rance une société de pensée7 Jlle est l3une des plus éminentes7] -u meeting tenu secr,tement en avril 1=+= 6 Paris, apr,s une annonce publi1ue, le socialiste "itterrand et le libéral 9iscard d3Jstaing ont fait assaut de courtoisie 6 l3endroit du c'ef supr;me de la puissante société4 le premier a décerné au ban1uier avid OocSefeller la /égion d3:onneur, dont le ruban lui a été remis tr,s officiellement par le second7 Pour plus de détails voir 4 « Mrente ans d0une institution secr,te, pouvoirs opa1ues de la Mrilatérale 4 LLL7mondediplomati1ue7frZ!>>#Z11ZWEIO-/Z1>)** » et l0article du !%Z11Z!>11 « /a Commission Mrilatérale contrUle le gouvernement Ebama 4 'ttp4ZZLLL7voltairenet7orgZ/a-Commission-Mrilaterale-contrUle »7 8ouncil on !oreign $elations. LLL7cfr7org /e C5O est une organisation américaine 1ui rassemble des leaders politi1ues ou économi1ues de 'aut niveau Bcomme 9eorges Wus', :enr2 8issinger, ou avid OocSefellerD7 /e conseil des relations étrang,res est un t'inS tanS américain, a2ant pour but d3anal2ser la situation politi1ue mondiale et de conseiller le gouvernement des &tats-Nnis en mati,re de politi1ue étrang,re7 5ondé en 1=!1, il est composé, au<ourd0'ui, d3environ %>>> membres issus du milieu des affaires, de l3économie et de la politi1ue7 Jn fonction des anal2ses menées, le C5O publie le magaAine 5oreign -ffairs et propose des résolutions Bde t2pe politi1ue, militaire ou autreD au gouvernement américain7 Il e.erce une influence certaine sur le rUle 1ue <ouent les &tats-Nnis sur la sc,ne internationale7 Il si,ge 6 NeL ^orS, et poss,de des bureau. 6 Vas'ington C7 -ussi, étant donné son influence, son opacité et sa discrétion dans les médias, et bien 1u3il soit au<ourd3'ui 1uel1ue peu rela2é par le t'inS tanS néoconservateur PN-C, certains voient en lui le véritable organe décisionnel de la politi1ue étrang,re des &tats-Nnis, et de fait, au vu de la puissance américaine dans le monde, l3un des plus importants lobbies au monde7 \ noter 1ue bon nombre de membres du C5O sont également des Wilderbergers, tandis 1ue d3autres sont membres de la Commission Mrilatérale, autant de groupes régissant l3économie et la géopoloti1ue mondiales7 /es intér;ts défendus par le C5O seraient ceu. des principales multinationales7 /a famille OocSefeller 2 a par e.emple <oué un grand rUle7 e ce fait, certains consid,rent 1ue le pouvoir de cet organe est, d3une part, trop important, et de l3autre, 1u3il n3obéit 1u36 une minorité de personnages tr,s ric'es7 Nn courant culturel américain de t2pe conspirationniste a élaboré une véritale gm2t'ologieh autour du C5O, en avanHant 1ue ce dernier est contrUlé par un groupe de personnes issues des sociétés secr,tes d3étudiants des universités de :arvard et de ^ale 4 le $Sull and Wones et le $croll and 8e27 Ces personnes, apr,s leur prétendue intégration dans un groupe d3élite appelé «?-$EN $ociet2», seraient élues par leurs pairs pour constituer le comité e.écutif du C5O7 3apr,s ces m;mes t'éories du complot, le C5O contrUle au<ourd3'ui l3administration américaine au terme d3une infiltration progressive de toute la branc'e e.écutive du gouvernement 4 le département d0&tat, le département de la <ustice, la CI-, et les militaires les plus 'auts gradés7 ?us1u36 présent, tous les directeurs de la CI- auraient été membres du C5O, de m;me 1ue la plupart des présidents depuis 5ranSlin Ooosevelt7 Mou<ours selon les t'éoriciens de la conspiration, le C5O contrUlerait également la grande presse, car la plupart des grands <ournalistes américains en seraient membres7 >a &ociété du 'ont Pèlerin. LLL7montpelerin7org "ont Pelerin $ociet2 est une organisation internationale composée d3économistes, d3intellectuels et d3'ommes politi1ues réunis pour promouvoir le libéralisme7 e nombreu. membres ont créé des t'inS tanSs importants comme la :eritage 5oundation dont la "P$ reHoit d3ailleurs le soutien financier pour organiser sa réunion annuelle7 Pascal $alin, ancien président de la $ociété estime 1ue plus de 1>> instituts libérau. ont été créés par des membres du "P$7 Pour 8eit' i.on, elle « constitue en 1uel1ue sorte la maison m,re des t'inS tanSs néolibérau. »7 /0économiste autric'ien 5riedric' von :a2eS s0est appli1ué 6 discréditer toute forme de régulation de l0économie au motif 1ue celle-ci est trop comple.e pour 1ue l0on prétende l0organiser7 $a t'éorie de « l0&tat minimal » est devenue la religion du Parti républicain états-unien en opposition aussi bien au « NeL eal » des démocrates 1u0au mar.isme des soviéti1ues7 $on école, financée par les fondations des grandes multinationales, s0est structurée autour de la $ociété du "ont-P,lerin, et a obtenu sept fois le pri. Nobel d0économie7 Jlle a inspiré les gouvernements de Pinoc'et, Oeagan et M'atc'er7 Pour plus de détails voir l0article 4 « 5riedric' von :a2eS, pape de l0ultra-libéralisme par enis Woneau 4 'ttp4ZZLLL7voltairenet7orgZarticle1!*)17'tml »7 ilderberg

/a conférence de Wilderberg est une association secr,te annuelle 1ui, depuis 1=(%, réunirait sur invitation environ 1#> nin<as des affaires, académi1ues ou politi1ues de différents pa2s7 $es membres, des 'ommes politi1ues, des industriels, et des ban1uiers, s3appellent eu.-m;mes les « Wilderbergers » ou « groupe Wilderberg »7 /0ob<ectif initial du groupe aurait été, dans le conte.te de la guerre froide, de renforcer la coopération entre les &tats-Nnis et leurs partenaires européens, notamment via l3EM-N7 -ussi, du fait du caract,re tr,s confidentiel des conférences et de sa non-médiatisation, le groupe a longtemps été considéré par certains comme une société secr,te7 En lui reproc'e des possibilités de décisions antidémocrati1ues 1ui pourraient ;tre prise par un groupe aussi puissant7 Il demeure tou<ours au<ourd3'ui l3un des dossiers favoris des adeptes du conspirationnisme7 epuis la c'ute de l3empire soviéti1ue, on reproc'e notamment 6 ce puissant lobb2 l3orc'estration de la mondialisation économi1ue7 /3organisation aurait été initié en 1=(!, financée par la multinationale néerlandaise Nnilever et la CI-7 /a premi,re réunion se serait tenu en mai 1=(% 6 l3'Utel Wilderberg 6 EosterbeeS BPa2s-WasD7 En compte parmi ses membres fondateurs le Prince Wern'ard des Pa2s-Was, enis :eale2, ?osep' Oetinger, avid OocSefeller, mais aussi ?oAef /uns Be.-secrétaire général de l3EM-ND et Paul Fan _eeland Be.-premier ministre belge et ban1uierD7 /e groupe Wilderberg était alors une organisation d3influence atlantiste dont le but officiel était, dans un conte.te de «guerre froide», d3assurer secr,tement la coopération entre les &tats-Nnis et les gouvernements d3Jurope occidentale7 /e groupe Wilderberg se composerait en trois cercles concentri1ues 4 le Wilderberg -dvisor2 Committee B« comité consultatif »D est le cercle le plus central7 Il comprend une diAaine de membres7 /e $teering Committee B« comité de direction »D est un cercle constitué d3environ #( membres, e.clusivement européens et américains7 le « cercle e.térieur » est asseA large et comprend +>[ des participants au. réunions7 /e groupe Wilderberg rassemble annuellement, lors d3une réunion d3une durée de % <ours, des personnalités de tous les pa2s 4 leaders de la politi1ue, de l3économie, de la finance, des médias, des responsables de l3armée etZou des services secrets, ainsi 1ue 1uel1ues scientifi1ues et universitaires7 Nn rapport de s2nt',se de la réunion est rédigé7 Ce rapport serait envo2é 6 l3issue de c'a1ue réunion au. grands décideurs mondiau.7 Pour le cito2en lambda, il est tr,s difficile voire impossible de connaRtre 6 l3avance le lieu ou l3ob<et de la réunion 4 /3'Utel c'oisi est enti,rement vidé de tout autre client @ la sécurité est en partie assurée par les forces de l3ordre du pa2s d3accueil7 -ucune conférence de presse n3a lieu7 /es discussions se tiennent 6 'uis-clos7 Il est interdit au. Wilderbergers de prendre des notes ou de faire des déclarations 6 la presse7 /es discussions menées au sein du groupe sont organisées de faHon 6 obtenir un consensus parmi les membres, sans devoir recourir 6 un vote ni 6 l3adoption de résolutions 1uelcon1ues7 /e standing et l3influence détenue par les participants sont tels 1ue si un consensus se forme autour d3un pro<et d3action, celui-ci pourra ;tre réalisé plus facilement et plus rapidement7 Certains pensent 1ue c'a1ue réunion annuelle Bofficiellement la seuleD se prolonge par de nombreu. contacts restreints entre des membres de souscommissions, sur un probl,me particulier concernant un point précis, l3ensemble étant organisé en faisceau. regroupés au niveau supérieur7 >?avènement d?une société mondiale ans un e.posé intitulé « /0internationalisation des affaires » présenté lors de la conférence Wilderberg 1=)+, 9eorge Wall a laissé entrevoir l0orientation économi1ue du groupe Wall, 1ui était sous-secrétaire d0&tat au. affaires économi1ues sous ?58 et /2ndon ?o'nson, membre du Comité de direction du groupe Wilderberg et directeur principal de /e'man Wrot'ers and 8u'n /oeb Inc7, a défini la nouvelle politi1ue de mondialisation de Wilderberg et la mani,re dont elle faHonnerait le nouvel ordre mondial7 Comme le note Pierre Weaudr2 dans $2narc'2 "ovement of Jmpire B&tats-Nnis, !>>(D , « 777 Wall a e.posé les avantages d0un ordre économi1ue mondial néo-colonial basé sur le concept d0une « société mondiale », et décrit certains des obstacles 6 éliminer pour 2 parvenir7 $elon Wall, la priorité était d0en finir avec « la structure politi1ue arc'aG1ue de l0&tat Nation » »7 -utrement dit, Wall réclamait un retour 6 l0ancien s2st,me colonialiste, mais bQti cette fois-ci sur le concept d0une « société mondiale »7 Weaudr2 poursuit 4 « $elon Wall, « pour ;tre productifs, nous devons commencer par reconnaRtre e.plicitement le décalage entre le développement de la société mondiale Bconcept répondant au. besoins modernesD et la persistance d0une structure politi1ue arc'aG1ue d0&tats nations, la plupart de petite ou mo2enne taille, 1ui évolue trop lentement face au. besoins du nouveau monde7 »7 Weaudr2 conclut 4 « Il était clair pour Wall 1ue la structure m;me de l0&tat nation, et l0idée d0&tat, ou d0une assistance générale 6 un peuple, représentaient le principal obstacle 6 toute tentative de pillage de la plan,te, en particulier des nations faibles et pauvres, et 6 la création d0un empire mondial néo-colonial7 /a priorité de la société mondiale est évidemment basée sur le libre éc'ange international, le1uel est mesuré par le crit,re britanni1ue de profit, 6 savoir ac'eter bon marc'é et vendre 6 pri. d0or7 /e probl,me est 1ue les gouvernements nationau. ont des priorités différentes, voire contraires777 » -u. &tats-Nnis, ce s2st,me bancaire « indépendant » est connu sous le nom de Oéserve fédérale, ban1ue privée étroitement liée au groupe Wilderberg7 Jn Jurope, le s2st,me bancaire indépendant est géré via la Wan1ue centrale européenne, dont les politi1ues monétaires sont établies par les membres dirigeants de l0élite Wilderberger7 "ario rag'i par e.emple, en fonction depuis le 1er novembre !>11 B fin de fonction prévue le #1 octobre !>1=D 6 été vice-président pour l3Jurope de 9oldman $ac's entre !>>! et !>>( K Jn 9rande-Wretagne, ce s2st,me indépendant est géré par la Wan1ue d0-ngleterre, dont les membres sont aussi des membres 6 temps plein du cercle d0initiés du groupe Wilderberg7 /e s2st,me bancaire central indépendant contrUle l0émission de monnaie et les tau. de crédit et d0intér;t nationau.7 /a société mondiale conHue par les Wilderbergers est bQtie partout dans le monde, par le biais de fusions et d0ac1uisitions7 Ces derni,res décennies, toute la politi1ue de déréglementation des industries et des ban1ues américaines a précisément été établie en réponse 6 ce scénario, en vue de créer des corporations géantes au service d0un nouvel empire dont l0intention n0est autre 1ue la guerre perpétuelle7 /e groupe Wilderberg n0est pas un but en soi, mais le mo2en d0instaurer un gouvernement mondial uni1ue7 Cette organisation est devenue un gouvernement fantUme 1ui, lors de ses conférences annuelles ultra secr,tes, décide de la faHon dont elle va e.écuter ses plans7 /e but ultime est de transformer la Merre en prison en amenant un marc'é mondial uni1ue, contrUlé par un

gouvernement mondial uni1ue, surveillé par une armée uni1ue, financi,rement tenu par une ban1ue mondiale et peuplé d0'abitants bardés de puces électroni1ues dont les besoins vitau. se réduisent au matérialisme et 6 la survie Btravailler, ac'eter, procréer et dormirD, tous connectés 6 un ordinateur mondial surveillant leurs moindres faits et gestes7 Jt cela devient de plus en plus facile parce 1ue le développement des tec'nologies de télécommunication, combiné au. avancées du savoir et au. nouvelles mét'odes de manipulation comportementale, est en train de transformer en affreuse réalité ce 1ui, 6 d0autres épo1ues de l0'istoire, n0était 1u0une mauvaise intention7 C'a1ue nouvelle mesure, prise individuellement, peut sembler aberrante, mais l0accumulation de c'angements, dans le cadre d0une progression permanente, m,ne tout droit 6 l0asservissement7 Il 2 a pourtant de l0espoir7 Nn peu partout sur la plan,te, des points de tension commencent 6 se fracturer et des gens commencent 6 prendre parti7 /a population commence 6 ouvrir les 2eu. sur l0irrationalité 1ui lui est imposée7 Notre conscience collective commence 6 s0éveiller7 Fous vo2eA, les pouvoirs établis nous ont dit 1ue les événements mondiau. étaient trop difficiles 6 comprendre pour les non-initiés7 Ils ont menti K En nous a dit 1u0il fallait protéger les secrets nationau.7 &videmment K -ucun gouvernement n0a envie 1ue ses cito2ens découvrent 1ue ses plus brillants éléments participent 6 une collusion massive, 6 une conspiration et au pillage de la plan,te7 -u<ourd0'ui, nous sommes 6 la croisée des c'emins7 Nous avons le c'oi. 4 devenir un &tat mondial électroni1ue sous surveillance polici,re ou rester des ;tres 'umains libres7 >e &iècle 1 @le club@ du pouvoir en !rance. Nltrasélectif, ce club ou l3on retrouve des 'auts fonctionnaires, des c'efs d3entreprises, des 'ommes politi1ues de droite ou de gauc'e, des <ournalistes de premier plan, 1uel1ues universitaires et des s2ndicalistes a été créé en 1=%% par 9eorges WérardIuélin, ancien dirigeant du Parti radical et fondateur de la $ociété générale de presse, décédé en 1==>, le cénacle rassemble la 1uintessence du pouvoir politi1ue, économi1ue, médiati1ue, voire intellectuel ou s2ndical7 Plusieurs de ses membres font également parti du 9roupe de Wilderberg7 /a discrétion de ses membres est 6 la 'auteur de son influence7 Nn mercredi par mois, place de la Concorde 6 Paris, la fine fleur de la communication et des médias pén,tre discr,tement dans les salons de l3-utomobile club de 5rance7 Ce n3est pas l3amour des voitures 1ui rassemble "aurice /év2 BPublicisD, -lain de PouAil'ac B:avasD, $erge ?ul2 B/ibérationD ou PatricS Poivre d3-rvor BM51D, mais un dRner en compagnie de Nicolas $arSoA2, omini1ue $trauss-8a'n, M'ierr2 Wreton, Claude Wébéar ou Nicole Notat7 Mous sont membres du $i,cle, le plus prestigieu. des cercles de décideurs 'e.agonau.7 /es ministres membres se comptent sur les deu. mains, de ?ean-Pierre Oaffarin 6 5ranHois 5illon7 /es barons du Parti socialiste aussi, comme /ionel ?ospin ou /aurent 5abius7 /e milieu des affaires n3est pas en reste, avec la 1uasitotalité des grands patrons, de /ouis $c'LeitAer BOenaultD 6 "ic'el Pébereau BWNP ParibasD7 $ans oublier la plupart des dirigeants de la presse et de l3édition, d3Edile ?acob 6 ?ean-"arie Colombani, en passant par Claude Imbert et /aurent ?offrin7 Ce n3est ni une mafia, ni une loge, mais n3entre pas 1ui veut7 /a sélection est rude7 « En ne c'oisit pas le $i,cle, c3est lui 1ui vous c'oisit K », souligne &tienne /acour7 Présidé en !>>( par Oenaud enoi. de $aint-"arc, vice-président du Conseil d3&tat, le conseil d3administration compte une 1uinAaine de personnalités comme enis ?eambar B/3J.pressD, -nne-"arie Couderc B:ac'ette 5ilipacc'i "édiasD, "arc Messier B5rance MélévisionsD et m;me Nicole Notat BFigeoD7 Mriées sur le volet, les recrues gardent le statut d3invités pendant au moins un an avant de devenir membres7 avid Pu<adas B5rance !D, Jmmanuel C'ain, &douard de Oot'sc'ild ou ?ean-5ranHois Copé ont également décroc'é le sésame7 Nombre de membres du club 4 (+>7 Nombre d3« invités » en attente de leur acceptation comme membres 1)>7 oge mo2en des membres du club 4 (( ans7 oge limite pour devenir membre 4 )> ans et )( ans pour le rester7 Nombre de parrainages nécessaires pour soutenir une candidature 4 !7 Nombre de membres et invités conviés 6 c'a1ue dRner mensuel 4 #>>7 Nombre annuel de candidatures proposées, dont le tiers est refusé 4 (>7 Pour en savoir plus voir « -u cbur du pouvoir » @ 5aits & ocuments B1==)D d0Jmmanuel Oatier, auteur du seul livre publié sur le su<et7 :uel%ues membres du &iècle 1 "artine -ubr2 Bancienne ministreD, 5ranHois Wa2rou, Claude Wébéar Bancien P 9 d3-a-D, Pierre Wilger Bancien P 9 d3-lstomD, Wernard Woulito B:einA et -sicsD, M'ierr2 Wreton Bancien ministre des 5inancesD, Jmmanuel C'ain B<ournalisteD, ?ean-Pierre C'ev,nement Bancien ministreD, Wertrand Collomb Be.-P 9 de /afargeD, ?ean"arie Colombani B/e "ondeD, ?ean-5ranHois Copé, "ic',le Cotta B<ournaliste, ancienne directrice de 5rance!D, -nne-"arie Couderc B:ac'ette 5ilipacc'i "édiasD, Meresa Cremisi B5lammarionD, Oac'ida ati Bancienne ministreD, Oenaud enoi. de $aint "arc Bprésident, vice-président du Conseil d3&tatD, Oic'ard escoings Bdirecteur de $ciences PoD, Elivier u'amel Bprofesseur 6 $ciences PoD, Wertrand Jveno BéditeurD, /aurent 5abius BministreD, 5ranA-Elivier 9iesbert B/e PointD, &lisabet' 9uigou Bancienne ministreD, Claude Imbert B/e PointD, Edile ?acob BéditeurD, P'ilippe ?affré Bancien P 9 d3JlfD, enis ?eambar B/e $euilD, /aurent ?offrin B/ibérationD, /ionel ?ospin Bancien premier ministreD, $erge ?ul2 Bancien P 9 de /ibérationD, Wernard 8ouc'ner Bancien ministre des -ffaires étrang,resD, &tienne /acour Bsecrétaire général du $i,cleD, "aurice /év2 BP 9 de PublicisD, -ndré /év2-/ang BP 9D, ?ean-"arie "essier Bancien membreD, -lain "inc Bconseiller de P 9 et dirigeantsD, Nicolas "olfessis BNniversité de Paris IID, Nicole Notat BFigeoD Bancienne dirigeante de la C5 MD, "ic'el Pébereau BWNP ParibasD, PatricS Poivre d3-rvor BM51D, -lain de PouAil'ac Be.-P 9 d3:avasD, avid Pu<adas B5rance !D, &douard de Oot'sc'ild, Nicolas $arSoA2, /ouis $c'LeitAer Bprésident du conseil d3administration de OenaultD, Jrnest--ntoine $eilli,re Bancien président du "J J5D, -nne $inclair Bancienne présentatrice de M51, épouse de omini1ue $trauss-8a'nD, omini1ue $trauss-8a'n Bancien ministreD, "arc Messier Bancien président de 5rance MélévisionsD, ?ean-Claude Mric'et Bancien gouverneur de la WCJD, :ubert Fédrine Bancien ministre des -ffaires étrang,res de 5ranHois "itterrandD, -rlette C'abot B<ournaliste politi1ue, directrice de l3information de 5rance !D, $2lvie Pierre-Wrossolette B<ournaliste /e PointD, PatricS Poivre d3-rvor B<ournaliste et présentateur télévisé M51D, -lain de PouAil'ac Be.-P 9 d3:avasD, ?ean-Pierre Oaffarin Bancien premier ministreD7 >a fondation &aint-&imon C3est l3organisation 1ui a le plus oeuvré pour la conversion idéologi1ue de la gauc'e franHaise au libéralisme économi1ue7 Issue des milieu. anti-communistes de la 9uerre froide, la 5ondation $aint-$imon a discr,tement rassemblé en 5rance, dans les

années +> et =>, des personnalités politi1ues, économi1ues, culturelles et médiati1ues7 Jntre autres membres éminents 4 Pierre Oosanvallon, -lain "inc, 5rancis "er, $erge ?ul2, /aurent ?offrin, /uc 5err2, -lain 5inSielSraut, ou encore C'ristine EcSrent7 "embre du Club de /a :a2e, un réseau international de t'inS tanSs animé par la CI-, la 5ondation $aint-$imon a éclipsé les intellectuels de la gauc'e non-atlantiste et imposé une forme de pensée uni1ue en 5rance7 e 1=+! 6 1===, cette 5ondation e.erHa un véritable magist,re sur la vie intellectuelle et médiati1ue franHaise7 ans le prolongement de la « Mroisi,me voie » c',re 6 Oa2mond Warre, ?ac1ues elors ou "ic'el Oocard, elle rassembla une centaine de personnalités issues des cercles libérau. et sociau.-démocrates et développa un discours « ni de gauc'e, ni de droite »7 /a 5ondation $aint-$imon, devenue trop visible, est dissoute en 1===7 Pour plus de détails voir l0article 4 « /a face cac'ée de la 5ondation $aint-$imon par enis Woneau - LLL7voltairenet7orgZarticle1!%#17'tml »7

>a !renc3 *merican !oundation 1 LLL7frenc'-american7org /0opposition politi1ue fondamentale réside au<ourd0'ui entre ceu. 1ui soutiennent une gouvernance unipolaire du monde sous l0autorité des &tats-Nnis et ceu. 1ui prUnent un é1uilibre des puissances régi par le droit international7 \ ce niveau, la grille de lecture traditionnelle franHaise opposant une gauc'e 6 une droite n0a plus de pertinence – car on retrouve des deu. cUtés des partisans de la Pa. -mericana7 Nne organisation non-lucrative, mais ric'ement dotée, la 5renc' -merican 5oundation, a depuis trente ans pour fonction de recruter les <eunes leaders appelés 6 occuper des postes de dirigeants pour les former au soutien de la politi1ue atlantiste7 Pour plus de détails voir l0article 4 « Nn relais des &tats-Nnis en 5rance 4 la 5renc' -merican 5oundation par Pierre :illard - LLL7voltairenet7orgZarticle1%)+++7'tml » et le vidéo « Nn relais des &tats-Nnis en 5rance 'ttp4ZZLLL7dail2motion7comZvideoZ.%%tc1ppierre-'illard-europe-et-nouvel-ordppolitics D »7 >e !ond 'onétaire 5nternational )!'5, ou 5'! en anglais+ et la an%ue 'ondiale dessinent l3économie et l3environnement de la plan,te par le biais des pr;ts accordés au. états du Miers-"onde 6 condition 1u3ils appli1uent une politi1ue économi1ue d3inspiration ultra-libérale7 I"54 LLL7imf7org - Vorld WanS4 LLL7LorldbanS7org 7 $i les peuples d0Jurope ne se l,vent pas, les ban1ues ram,neront le fascisme 4 'ttp4ZZLLL7legrandsoir7infoZsi-les-peuples-d-europe-ne-selevent-pas-les-ban1ues-rameneront-le-fascisme7'tml

Jn savoir plus T googleliser K
/e signe secret - /e groupe Wilderberg 4 LLL7dail2motion7comZvideoZ.p=Luuple-signe-secret-le-groupe-bilderbergpneLs LLL7dail2motion7comZrelatedZ!>1)#%)ZvideoZ.t%sdpt'e-bilderberg-grouppevents 'ttp4ZZ1uestionscriti1ues7free7frZWilderbergZconspiration7'tm LLL7s2ti7netZErganisationsZWilderberg7'tml Wilderberg !>>* 4 Wienvenue au. <us1u3au-boutistes par aniel Jstulin le !1 mai !>>*4 'ttp4ZZ1uestionscriti1ues7free7frZWilderbergZWilderbergp!>>*p!1>(>*7'tm ]/es plus ric'es ont pris le pouvoir 6 l0éc'elle mondiale]- Jmmanuel Modd 4 'ttp4ZZblogs7mediapart7frZblogZcorinne-nZ1(>+1!Zles-plus-ric'es-ont-pris-le-pouvoir-l-ec'elle-mondiale-emmanuel-todd Fictoire de l0oligarc'ie LLL7bvoltaire7frZpierre'illardZvictoire-de-loligarc'ie,1(=! « /e $i,cle » est la matrice de la pensée uni1ue LLL7voltairenet7orgZJmmanuel-Oatier-/e-$iecle-est-la /e « fr,re » "élenc'on prétend ne pas connaRtre le dRner du « $i,cle » LLL72outube7comZLatc'Tvi1O*dLSA SIs /e groupe Wilderberg dénoncé par le député Juropéen -nglais 9erard Watten4 LLL72outube7comZLatc'TviN/!MV!SFS/-

Complot mondial A
Il est certain 1ue la démocratie n0est 1u0un vernis sur une oligarc'ie dont la propagande n0a 1u0un seul but 4 conserver le pouvoir 6 tout pri.7 Jt il n0est pas impossible 1ue cela dégén,re en dictature K les 1uel1ues centaines de personnes 1ui sont dans les organisations 1ue nous avons mentionnées ici, font tout ce 1u0elles peuvent pour entretenir la m2stification bancaire afin, simplement, de ne pas perdre leur confortable et puissante position7 /eurs positions sont loin d0;tre enviables, parce 1u0elles sont responsables de bien des absurdités et des violences de ce monde7 Ce 1ui 6 pour consé1uence d0amener beaucoup de souffrance7 Jlles ne doivent pas avoir l0esprit tr,s paisible K Ce serait, finalement, leur rendre un immense service 1ue de les congédier, en 5rance tout au moins, et ceci par un processus politi1ue et démocrati1ue bien évidemment7 Jlles pourraient ainsi prendre des vacances K


! = >e système monétaire actuel et la pétition , Pour 1ue l3argent serve au lieu d0asservir »7

Comme plusieurs d'entre ous ici le sa ent bien" le s,stème mon(taire contemporain est purement arbitraire" et la fabrication de l'ar!ent dans le monde ne coMte !uère plus #ue le pri/ de l'encre et du papier. Clifford :ug' ouglas BNeLcastle - Npon M2ne, le = mars 1=#*D &e pri ilè!e de cr(er et de produire de la monnaie est le plus opportun dessein d'un !ou ernement. :ar l'adoption de ces principes" le besoin ressenti depuis lon!temps d'uniformiser la monnaie au/ besoins sera satisfait. &es assu=ettis au/ ta/es seraient lib(r(s des int(r4ts. &'ar!ent cesserait d'4tre le ma-tre pour de enir la ser ante de l'.umanit(. -bra'am /incoln Celui #ui contrNle l'ar!ent de la nation contrNle la nation. Oe crois #ue les institutions bancaires sont plus dan!ereuses pour nos libert(s #u'une arm(e debout. M'omas ?efferson, troisi,me président des N$- de 1+>1 6 1+>=7 &'.istoire relate #ue les ban#uiers ont utilis( toutes sortes d'abus" intri!ues" superc.eries et iolences possibles pour obtenir le contrNle des !ou ernements en contrNlant l'ar!ent et son (mission. ?ames "adison, 1uatri,me président des N$- de 1+>= 6 1+1*7 )i les !ens de cette nation comprenaient notre s,stème bancaire et mon(taire" =e crois #u'il , aurait une r( olution a ant demain matin. :enr2 5ord7 /a monnaie n0est pas créée par un organisme de l0&tat7 Jn effet depuis le 1er <anvier 1===, la Wan1ue Centrale Juropéenne BWCJD s0est vue transférer les compétences des Wan1ues Centrales Nationales BWCND des &tats membres7 /a WCJ et les WCN devenus ses sous-traitants forment le $2st,me Juropéen de Wan1ues Centrales B$JWCD7 /a WCJ a le monopole d0émission de la monnaie fiduciaire, autrement dit des pi,ces et des billets de ban1ue7 C0est une institution indépendante selon le traité de "aastric't et elle ne peut en aucun cas accorder un découvert ni aucune autre forme de crédit gau. institutions ou organes de la Communauté, au. administrations centrales, au. autorités régionales ou locales, au. autres autorités publi1ues, au. autres organismes ou entreprises publi1ues des &tats membres @ l0ac1uisition directe, aupr,s d0eu., par la WCJ ou les ban1ues centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite7h B-rticle 1>%D et g/0ob<ectif principal du $JWC est de maintenir la stabilité des pri.7 cCd $ans pré<udice de l0ob<ectif de stabilité des pri., le $JWC apporte son soutien au. politi1ues économi1ues générales dans la Communauté, en vue de contribuer 6 la réalisation des ob<ectifs de la Communauté, tels 1ue définis 6 l0article !h Barticle 1>(, paragrap'e 1, du traitéD7 /a Communauté se donne pour ob<ectifs d0obtenir un niveau d0emploi élevé et une croissance durable et non inflationniste Barticle ! du traité sur l0Nnion européenneD7 -utrement dit, l0&tat franHais doit financer son déficit en vendant au. organismes privés et 6 1uel1ues ric'es investisseurs des bons au trésor7 Il s0agit ni plus ni moins de pr;ts remboursables 6 plus ou moins long terme et au.1uels sont associés des intér;ts comme pour n0importe 1uel pr;t contracté par une entreprise ou un particulier7 /es détenteurs de ces bons au trésor sont donc les créanciers de l0&tat7 /a WCJ a donc le monopole d0émission de la monnaie fiduciaire7 "ais la plus grande partie des transactions s0effectuent en monnaie scripturale Bc',1ues, carte bancaire, virements CD 1ui est la forme dématérialisée de la monnaie7 Jn !>>) par e.emple, il 2 avait * #+* milliards d0e en circulation Bagrégat "# - bulletin Nj1(# de la Wan1ue de 5rance, septembre !>>)D dont seulement ((! milliards d0e de pi,ces et de billets7 -lors comment sont créé les ) +#( milliards d0e de monnaie supplémentaire T Ce sont les ban1ues privées 1ui créent cet argent par l0intermédiaire du crédit7 Certains feront appel ici 6 une deu.i,me idée reHue pour se rassurer 4 gc0est l0épargne 1ui permet le crédith7 Jn fait non K le crédit n0est pas réellement limité par la valeur des dépUts effectifs dans une ban1ue, comme on pouvait le lire dans un opuscule édité en 1=*1 par la Wan1ue de 5rance, /a "onnaie et la Politi1ue monétaire 4 g/es particuliers - m;me paraRt-il certains ban1uiers - ont du mal 6 comprendre 1ue les ban1ues aient le pouvoir de créer de la monnaie K Pour eu., une ban1ue est un endroit oP ils déposent de l0argent en compte et c0est ce dépUt 1ui permettrait 6 la ban1ue de consentir un crédit 6 un autre client7 /es dépUts permettraient les crédits7 Er, cette vue n0est pas conforme 6 la réalité, car ce sont les crédits 1ui font les dépUtsh7 -lors, comment Ha se passe T isons 1ue vous aveA besoin de 1> >>> e pour ac'eter une nouvelle voiture7 Fous alleA voir votre ban1uier 1ui étudie vos capacité de gremboursementh et décide s0il va oui ou non vous gpr;terh cet argent7 -u1uel cas il n0a en réalité 1u06 inscrire la somme sur votre compte7 Il vous fait bien sXr signer 1uel1ues papiers, vous engageant 6 lui rembourser le capital 1u0il vous a pr;té plus les intér;ts convenus sous peine de saisie de vos biens ou d0autres compensations7 J' oui 4 la monnaie est créée par un simple <eu d0écriture7 /e ban1uier porte 6 l0actif de son bilan une créance de 1> >>> e, et au passif les 1> >>> e 1u0il vient de mettre sur votre compte7 Fous pouveA noter 1ue le ban1uier n0a pas créé les intér;ts 1u0il vous demande de pa2er7 $i vous parveneA 6 rembourser votre pr;t, les 1> >>> e disparaRtront de la masse monétaire7 C0est pour1uoi on 1ualifie ce t2pe de monnaie de temporaire ou encore de gmonnaie de crédith7 $euls resteront les intér;ts 1ue vous aureA versés7 Ils représentent la rémunération du ban1uier pour avoir créé de l0argent 6 partir de rien7 /a seule c'ose 1ui permette de limiter l0octroi par les ban1ues de ce t2pe de crédit est une r,gle prudentielle 1ui dit 1u0une ban1ue ne peut pr;ter 1u06 'auteur de =+[ des dépUts 1u0elle détient7 Moutefois il faut savoir 1ue parmi ces dépUts la ma<eure partie provient, en définitive, de crédits accordés par d0autres ban1ues 6 leurs clients, selon le m;me procédé décris ci-dessus7 /a monnaie n0e.iste au<ourd0'ui 1ue sous forme de crédit et donc de dettes7 $i tous les cito2ens du monde, las de toutes leurs dettes, décident de les régler toutes en m;me temps, 1ue se passerait-il T Mout simplement 4 il n02 aurait plus de monnaie du tout K Jn réalité, il est impossible de régler toutes les dettes puis1ue aucune ban1ue n0a créé la monnaie correspondant au. intér;ts demandés7 Il est mat'émati1uement impossible de pa2er toutes les dettes car pour cela il faudrait plus de monnaie 1u0il n0en a été mis en circulation7 C0est la vraie raison d0;tre de la doctrine de la croissance7 Nous devons créer tou<ours plus de crédits afin

de pouvoir rembourser les intér;ts7 "ais en créant ces crédits nous engendrons de nouveau. intér;ts 1u0il faudra pa2er en faisant de nouveau crédits et ainsi de suite7 C0est une spirale sans fin7 /0intér;t est la cause principale de l0inflation, puis1ue avec un crédit 6 ( [ par an par e.emple, c0est le double de la somme empruntée 1ui doit ;tre remboursée sur 1( ans, par le <eu des intér;ts composés7 $ans parler des ravages 1ue font les intér;ts 6 tau. variable7 /0intér;t est le premier responsable de la pauvreté dans le monde et de l0élargissement de la fracture sociale7 $ac'eA 1ue les pri. 1ue vous pa2eA sont constitués 6 #>-%> [ du seul poids des intér;ts, comme l0ont mis en évidence dans leurs études "agrit 8enned2 et Oalp' WecSer, vous pouveA imaginer la somme colossale 1ui est transférée du monde de l0économie réelle au monde financier7 \ l0origine les intér;ts servaient 6 rémunérer les épargnants dont les dépUts permettaient d0effectuer les pr;ts, le ban1uier se pa2ant grQce 6 la différence des tau.7 "ais dans le conte.te actuel, étant donné la faHon dont la monnaie est créée, cela n0est plus <ustifié7 /a société civile doit prendre conscience de cette situation aberrante, étudier sérieusement la 1uestion et réclamer la fin de ces privil,ges 'onteu. et absurdes7 Plus le temps passe, et plus la finance internationale s0accapare les vraies ric'esses du monde Bles réserves mini,res, l0eau, la terre, les biens immobiliers777D 1u0elle ac',te avec de la monnaie de singe7

Iuel1ues livres 4
/es secrets de la Oéserve 5édérale – /a « /ondon Connection »7 Justace "ullins7 Mraduit par ?ean-5ranHois 9oulon77 /e retour au. sources éditeur, !>1>7 Five la ban1ueroute K comment la 5rance a réglé ses dettes, de P'ilippe le Wel au général de 9aulle7 Euvrage collectif sous la direction de M'omas "orel et 5ranHois Ouffin7 5aSir éditions, !>1!7 /es $ecrets de la monnaie – C'anger la monnaie pour c'anger le monde7 9érard 5ouc'er7 Jditions ^ves "ic'el7 ?ac1ues uboin 4 Pour1uoi man1uons nous de crédits T, /J I$, 1=)17 /a 9rande Oel,ve des :ommes par la "ac'ine7 /es Jditions nouvelles, 1=#! "ic'el-Pierre C'élini4 :istoire du franc au !>,me si,cle, Picard, !>>17

Iuel1ues liens 4
1>>[ mone2 Bs2st,me monétaire 6 réserves pleinesD LLL7agoravo.7frZactualitesZeconomieZarticleZ1>>-mone2-s2steme-monetaire-a-*>))( /a monnaie - du pouvoir d3ac'at au pouvoir d3;tre7 Nn film de P'ilippe erudder, pédagogi1ue et positif7 LLL72outube7comZLatc'Tvia"s>aI%C>Oo /e testament de "aurice -llais B1=11-!>1>D 4 LLL7les-crises7frZle-testament-de-maurice-allaisZ /e ( décembre !>>=, le <ournal "arianne a publié le testament politi1ue de "aurice -llais, 1u0il a sou'aité rédiger sous forme d0une /ettre au. 5ranHais7 /e complot de 9oldman $ac's7 Jn -llemagne, les banSsters sont démas1ués 6 la MF C et en 5rance KT LLL7dail2motion7comZvideoZ.v)!!iple-complot-de-goldman-sac'spfun -rgent dette 4 Nnissons nos indignations pour e.iger l0abrogation de l0article 1!# LLL7agoravo.7frZtribune-libreZarticleZunissons-nos-indignations-pour-1>##)# Création monétaire 'ttp4ZZfr7LiSipedia7orgZLiSiZCr[C#[-=ationpmon[C#[-=taire ans le conte.te du s2st,me dit de Oéserves 5ractionnaires, l0e.pansion monétaire est en partie la consé1uence de l0effet multiplicateur du crédit7 'ttp4ZZfr7LiSipedia7orgZLiSiZJffetpmultiplicateurpdupcr[C#[-=dit /oi du # <anvier 1=*# sur la Wan1ue de 5rance 'ttp4ZZfr7LiSipedia7orgZLiSiZ/oipdup#p<anvierp1=*#psurplapWan1uepdep5rance PENO CE"POJN OJ /- COJ-MIEN "ENJM-IOJ 'ttp4ZZloeildebrutus7over-blog7comZpour-comprendre-la-creation-monetaire 5rapper monnaie q /e déficit public finance la repriseC et la croissance 'ttp4ZZfrappermonnaie7Lordpress7com /a Oéserve 5édérale américaine - /e ContrUle de l3argent BOot'sc'ildZOocSefellerD7 /e scandale de la réserve fédérale américaine, crée par le cartel de ) méga ban1ues7 /e m;me processus a conduit 6 la création de ban1ues centrales dépossédant les Jtats de la création monétaire, au seul profit d3une oligarc'ie financi,re mondialiste, et au détriment de tous les peuples 4 LLL72outube7comZLatc'Tvi'Pps#un#FJ% C0est la Crise finale K 4 LLL7agoravo.7frZactualitesZeconomieZarticleZc-est-la-crise-finale-+=11) -u. sources de l3escro1uerie de la Oéserve 5édérale 'ttp4ZZaline7dediegueA7pagesperso-orange7frZmarialiZpicroc'oleZconspirateursZconspirateur7'tm "anifeste pour 1ue l3argent serve au lieu d3asservir 4 LLL7amaAon7frZdpZ!*>##>=+1#Z /es $ecrets de la "onnaie – C'anger la monnaie pour c'anger le monde 4 'ttp4ZZlibert2booSs7euZbouti1ueZles-secrets-de-la-monnaie-c'anger-la-monnaie-pour-c'anger-le-mondeZ $ECI&M& - /a crise du crédit pour les nuls 4 LLL72outube7comZLatc'TviP51:^/s?_(^ "onnaie – essine-moi du pognon K 4 'ttp4ZZbit7l2Z8mP99I Bpage compilationD M'e WanSing $2stem, Itself, is t'e OEEM C-N$J of "one2 $2stem Instabilit2 b2 Paul 9rignon 4 LLL7mone2asdebt7net 'ttp4ZZpaulgrignon7netfirms7comZ"one2as ebtZ-nal2sispofpWanSing7'tml "one2 as ebt # - M'e Oot'sc'ild mafia BPaul 9rignonD4 LLL72outube7comZLatc'Tvif)uu-upM%-I IJ# 4 /J &WNM J /0-PEC-/^P$J 5IN-NCIJO T :2per-inflation en perspective T toute la monnaie en circulation sur cette plan,te est de la monnaie de singe C et il n0est pas impossible 1ue les singes de la 5J abusent K

'ttp4ZZglobalpresse7Lordpress7comZ!>1!Z>=Z1%Z1e#-le-debut-de-lapocal2pse-financierZ Nn petit rappel sur l0'istoire de la 5J Bloi adoptée le !! décembre 1=1#D C 6 lire pour ceu. 1ui ne sont pas au courant de l0'istoire de la premi,re réunion des banSsters7 $uivi de l0e.plication de la plus grande escro1uerie de toute l0'istoire de l0'umanité 4 'ttp4ZZliesidotorg7Lordpress7comZ!>11Z1!Z#>Zla-creation-et-le-controle-de-la-ban1ue-centrale-americaineZ M'e 'ouse of Oot'sc'ild - t'e "one23s prop'ets - full ()min4 LLL72outube7comZLatc'Tvi^pLSF?c:)(s 1> raisons pour réformer notre s2st,me monétaire par "arS ?orb 'ttp4ZZdocs7banSs-need-boundaries7netZfrZ1>praisonsppourpreformerpnotreps2stemepmonetaire7pdf "arS ?orb est professeur 'onoraire 6 la 5aculté des sciences économi1ues de l0Nniversit2 of Vest :ungar2 et c'erc'eur 6 l0Institut d0ét'i1ue économi1ue 6 l0Nniversité $t-9all en $uisse7 Il si,ge également au comité de gestion de l0association suisse «"odernisation monétaire»7

Pour 1ue l3argent serve au lieu d0asservir
:(tition en li!ne B 3ttp1BBc3n.geB''bC;n (si!n(e par en iron 1000 personnes) adress(e au :r(sident de la 7(publi#ue franPaise et + son !ou ernement. 3oP vient la JMMJ T Comment faire pour en sortir T /3austérité n3est pas une fatalité et la croissance n0est pas la solution K Nous, les == [, sommes victimes du s2st,me monétaire actuel 1ui est profondément ini1ue et défectueu. 4 le s2st,me monétaire 6 couverture fractionnaire ou 6 réserves fractionnaires7 Pour dénoncer cette in<ustice et proposer une solution de remplacement, des cito2ens 1ui s0occupent de 1uestions monétaires depuis de nombreuses années vous proposent de reprendre au. ban1ues le pouvoir de créer la monnaie7 -fin d0assurer tous les besoins d3éc'anges de la société nous avons besoin d3une nouvelle source de monnaie répartie dans la société de mani,re réguli,re, <uste, é1uitable et non associée 6 une dette7 Nous vous invitons pour cela 6 nous re<oindre dans un mouvement national 4 >e 'ouvement pour une monnaie démocrati%ue - &ection franDaise /e probl,me des dettes souveraines a pour origine la loi nj*#-* du # <anvier 1=*#, remplacé par les articles 1>% B"aastric'tD puis 1!# B/isbonneD7 -lors, 1uand le gouvernement va-t-il aborder un débat ouvert, serein et sinc,re sur le fait 1ue les &tats européens se sont interdit 6 eu.-m;me de se pr;ter de l0argent sans intér;t T Jt au del6, une réfle.ion générale sur notre s2st,me monétaire 6 réserves fractionnaires 1ui débouc'e sur un empilage de dettes sans fin et 1ui nous emprisonne dans une croissance obligatoire afin de pa2er, <us1u36 la fin des temps, une rente 6 l0oligarc'ie financi,re de la plan,te T en clair, la privatisation de la planc'e 6 billets est-elle une idée supportable pour un gouvernement socialiste T /a crise de confiance dans le s2st,me bancaire associée au man1ue de courage des politi1ues est 6 la base d0un mélange détonnant, capable de transformer la crise financi,re en catastrop'e politi1ue et sociale irréversible7 /es derniers développements semblent révéler, cependant, une connivence coupable de longue date entre les secteurs public et bancaire 1ui, en les rendant progressivement interdépendants les uns des autres, a réduit d0autant la capacité de contrUle 1ue le premier était censé e.ercer sur le second7 Jn effet, les &tats dépendent, pour le placement de leur dette, des ban1ues, mais celles-ci s0appuient sur les &tats pour assurer la confiance des contreparties Bdéposants et autres créanciersD @ ainsi, &tats et ban1ues dépendent les uns des autres pour assurer leur solvabilité récipro1ue7 $e sac'ant en position de force Btoo big to failD, les ban1ues sont 6 m;me d0e.ercer un c'antage sur les gouvernements pour influencer toute législation <ugée trop contraignante BFolSer rule, etc7D7 0autre part, préte.tant de la nécessité de renforcer les fonds propres des ban1ues BWQle IIID pour éviter un nouveau sauvetage par le contribuable, les &tats ont favorisé l0accumulation des profits en fermant délibérément les 2eu. sur des prati1ues comme la manipulation de tau., dont ils étaient pourtant informés7 /es dépositions, tant des ban1uiers 1ue des régulateurs, devant les Commissions d0en1u;te parlementaires au. &tats-Nnis et en 9rande-Wretagne ont démontré l0ampleur de la relation incestueuse entre les protagonistes7 /0e.pertise étant tr,s largement cantonnée dans le secteur financier, les politi1ues se sont aisément laissés « mener en bateau » dans des dossiers particuli,rement comple.es, ignorants des tenants et aboutissants des mesures partielles 1u0ils étaient amenés 6 prendre7 "onsieur le Président, le temps des compromis boiteu. avec nos partenaires européens est révolu, il faut s0engager résolument dans l0organisation d0un retour 6 un &tat souverain en terme monétaire pour mettre en place une véritable réforme afin 1ue l0&tat franHais contrUle la totalité de l0émission monétaire sur son territoire B réforme dite du 1>>[ mone2 ou s2st,me monétaire 6 réserves pleines 4 LLL7agoravo.7frZactualitesZeconomieZarticleZ1>>-mone2-s2steme-monetaire-a-*>))( 7 promu par notre seul pri. Nobel d0économie 4 "7 -llaisD7 e faHon générale, "onsieur le Président, en tant 1ue socialiste, comment pouveA-vous accepter le s2st,me monétaire actuel T Comment pouveA-vous penser 1u0il n02 a pas d0alternative BMIN-D T Comment ne pas voir 1ue l0'umanité est en pleine mutation T Iue le capitalisme est en pleine déconfiture T

Pour %ue l2argent serve au lieu d?asservir E Nne Nation souveraine a le pouvoir et la légitimité d3émettre sa propre monnaie7 ette et austérité sont des c'oi. idéologi1ues7 $aveA-vous 1ue - /es intér;ts de la dette publi1ue absorbent la totalité de l0impUt sur le revenu K - /a WCJ a pr;té 1>>> milliards au. ban1ues mais refuse de pr;ter au. &tats pour alléger leur fardeau K - /e retour du droit de création monétaire par la Wan1ue Centrale au service des &tats leur éviterait de dépendre de la spéculation et leur permettrait de financer les urgences sociales et écologi1ues K -u lieu de cela en 9r,ce des familles en sont réduites 6 abandonner leurs enfants7 Jn 5rance des postes sont supprimés dans la fonction publi1ue et les emplois disparaissent dans les entreprises7 Nos revenus diminuent, on Nous oblige 6 travailler plus longtemps, on ferme des 'Upitau., des maternités, des tribunau. pour cause de déficit budgétaire7 Peut-;tre vous interrogeA-vous, ;tes-vous c'o1ué, dépassé T Pour%uoi sauver les ban%ues et non pas les peuples A Pour beaucoup d3entre nous, c3est parfaitement incompré'ensible K "ais c3est mal'eureusement l3ignorance dans la1uelle les populations sont tenues en mati,re de fonctionnement du s2st,me monétaire 1ui permet de telles aberrations7 Wien sXr on peut se dire 1ue tout cela nous dépasse ou 1ue l3on n32 peut rien 6 notre niveau7 étrompeA-vous K Nous pouvons non seulement résoudre la 1uestion de la dette publi1ue, mais en plus nous donner les mo2ens de financer les immenses c'antiers 6 mettre en buvre pour permettre 6 tous une réelle amélioration de la 1ualité de la vie7 Pure utopie penseF-vous A 8ertainement pas E Contrairement 6 ce 1ue croient encore certains, ce ne sont pas les &tats 1ui émettent la monnaie, mais le s2st,me bancaire privé, simplement lors1u3il accepte une demande de crédit7 - epuis longtemps, les monnaies ne sont plus liées 6 un bien réel, m;me le dollar dont la convertibilité en or a été supprimée le 1( aoXt 1=*1, ce 1ui les rend totalement virtuelles @ leurs 1uantités sont donc potentiellement illimitées et seules les r,gles définies par les 'ommes eu.-m;mes en limitent l3émission7 - epuis novembre 1==#, l3article 1>% du Mraité de "aastric't Bl3actuel article 1!# du traité de /isbonneD interdit 6 la WCJ ou au. Wan1ues Centrales nationales d3accorder un 1uelcon1ue crédit au. institutions ou organes publics7 Jt toute l3Jurope est dans la m;me situation7 Cela conduit les &tats 6 s3endetter pour obtenir, au pri. fort aupr,s de la finance privée, la monnaie dont ils avaient, s0ils le sou'aitaient, le pouvoir d0émission antérieurement K - C3est ainsi 1ue dans notre pa2s, de début 1==( 6 fin !>11 la dette a augmenté de 11(> milliards d3euros7 Pendant ce temps nous avons pa2é Bet donc dX emprunterD, au seul titre de l3intér;t, plus de +1( milliards d3euros7 -u<ourd3'ui, pour seulement pa2er les intér;ts, c3est un endettement supplémentaire de plus de 1#> millions d3euros par <our7 -u final, si nous n0avions pas eu 6 pa2er d0intér;ts, nous n0aurions 1u3une dette publi1ue tr,s faible ne dépassant pas #([ du PIW BProduit Intérieur WrutD7 "ieu., nous aurions pu, sans ris1ue d3inflation, émettre nos besoins annuels de trésorerie et financer ainsi nos déficits, au lieu de laisser les ban1ues commerciales s3en c'arger contre intér;t K ;nsemble disons , Da suffit E 0. Oéclamons 1u3au minimum la Wan1ue Centrale Juropéenne Bou la Wan1ue de 5rance si nécessaireD puisse disposer du droit d3émission monétaire et de crédit au bénéfice des collectivités - &tat, Oégions, épartements et Communes - pour financer les investissements nécessaires et raisonnables décidés démocrati1uement par la collectivité7 C0est au. instances représentatives de la $ociété de décider, apr,s avis des organismes publics concernés, du montant d3émission monétaire imposé 6 la Wan1ue Centrale7 Jn situation de sous-emploi et de pénurie, alors 1ue les compétences 'umaines, les ressources naturelles et la volonté sont présentes, l3argent, tou<ours issu d3une simple ligne d3écriture, ne peut et ne doit pas man1uer7 ans ce cadre, une émission monétaire n3est pas inflationniste7 Nous demandons donc auG pouvoirs politi%ues d2accéder auG demandes suivantes 1 Pour tout ce 1ui concerne le financement des pro<ets collectifs de l3JuroAone, la Wan1ue Centrale Juropéenne BWCJD doit pouvoir ;tre contrainte 6 une émission monétaire centrale, sans éc'éance et sans intér;ts, directement au bénéfice de la collectivité et non 6 celui des seules ban1ues - en particulier, pour financer la mutation 1u3e.ige le défi tec'ni1ue, social et écologi1ue de notre épo1ue, la rec'erc'e, un enseignement ainsi 1u3un s2st,me de santé de 1ualité et, en général, pour tout ce 1ui sera considéré démocrati1uement comme nécessaire pour l3amélioration collective durable de la 1ualité de la vie7 /es statuts et la mission de la Wan1ue Centrale Juropéenne doivent ;tre revus en consé1uence7 - défaut de faire aboutir ce pro<et au niveau européen, le gouvernement franHais doit opérer une reprise du droit collectif Bdonc nationalD d3émettre la monnaie, éventuellement par émission d3une monnaie nationale complémentaire 6 l3euro, 1uitte 6 se mettre en dissidence 6 l3égard de l3NJ, non par anti européanisme mais pour se donner la possibilité de devenir un mod,le d3inspiration des autres Nations7


$ejoigneF le mouvement, pas de cotisation, pas d0ad'ésion, pas d0association loi 1=>1, faites connaRtre cette pétition et les liens ci-dessous 4 Page d0info relatif 6 la campagne franHaise de sensibilisation sur l0escro1uerie monétaire 4 'ttp4ZZbit7l2Z8mP99I Oetrouver le "ouvement pour une monnaie démocrati1ue B5ranceD ici4 'ttp4ZZbit7l2Z/uINO1

-ideA-vous, aidons nos concito2ens 6 faire connaRtre cette situation véritablement inadmissible reposant sur des dogmes erronés7 Pour soutenir cet appel, faites le circuler par tous mo2ens 6 votre disposition, conforteA cette action en écrivant directement 6 votre député et 6 votre sénateur7 Il est essentiel 1u3elle arrive en nombre, réguli,rement et de toute part sur le bureau des élus et personnalités - notamment de la presse - pour 1u3elle ne soit pas traitée 6 la lég,re7 Notre ob<ectif est 1ue les envois proviennent, nombreu., d3individus, d3associations, de groupes ou d3organismes cito2ens7 C3est le seul mo2en pour 1ue cette 1uestion, si importante pour l3avenir des Peuples et de la Plan,te, soit enfin connue7

Iuel1ues documentaires pour 2 voir plus clair sur l0escro1uerie du s2st,me monétaire actuel 4
BCes liens sont sur la page de la pétitionD /es secrets de la réserve fédérale 4 LLL72outube7comZLatc'TviaIgu(aLpclo /es Principes du pouvoir 4 la Propagande - /e 5ilm 4 LLL72outube7comZLatc'TviJ(e*dPgdp!/es Principes du pouvoir 4 l3Jmpire - /e 5ilm 4 LLL72outube7comZLatc'Tvit1(=91SNI?c /es Principes du pouvoir 4 l3-pocal2pse - /e 5ilm 4 LLL72outube7comZLatc'TvicCW#iP*tJcc Ps2Lar 4 9uerre Ps2c'ologi1ue - /e film 4 LLL72outube7comZLatc'Tvi!.uoa*t5-.+ ?o'n PerSins on 9lobaliAation 4 LLL72outube7comZLatc'TviM5C1+p5vo1g /3argent ette B!>1>D Paul 9rignon 4 LLL72outube7comZLatc'TviSg-!-bVa$N% /3-rgent ette ! - la mafia Oot'sc'ild de Paul 9rignon 4 LLL72outube7comZLatc'Tvic=<fN)1!9p" Oévolution monétaire7 Oedonner le contrUle de l3émission monétaire 6 l3Jtat 4 'ttp4ZZrevolution-monetaire7blogspot7fr M'e "one2 "asters Bsous-titres en franHaisD 4 LLL72outube7comZLatc'Tvip^vIoa5f?pS M'e $ecret of EA – F5 4 LLL72outube7comZLatc'Tvi?sS-5d?L/)> /oi de *# Ootsc'ild-Pompidou-9iscard d3ou la dette de la 5rance 4 LLL72outube7comZLatc'TviIMp%%IfsrPc& /e signe secret - /e groupe Wilderberg 4 LLL7dail2motion7comZvideoZ.p=Luuple-signe-secret-le-groupe-bilderbergpneLs ?o'n PerSins « mémoires d3un assassin financier »4 LLL7dail2motion7comZvideoZ.a)#)dp<o'n-perSins-confessions-d-uncorrupneLs Nne mise au point indispensable par un des grands penseurs contemporains sur le socialisme, la démocratie et sur notre véritable pouvoir en tant 1u3individu 4 LLL72outube7comZLatc'Tfeatureipla2erpembedded&vi/bd*a%e>!OI /a crise du crédit pour les nuls 4 LLL72outube7comZLatc'TviP51:^/s?_(^ /a Consommation par /a Merreur 1Z# 4 LLL7dail2motion7comZvideoZ.e(g1upla-consommation-par-la-terreur-1-#pneLs "aladies 6 vendre Bles inventeurs de maladiesD 4 LLL72outube7comZLatc'Tvi:a?lW*VJ$mL -utres documentaires 4 'ttp4ZZ<aiundoute7com


# = *griculture 1 états des lieuG et associations.
*e pou ant produire sans (puiser" d(truire et polluer" le modèle dominant contient en fait les !ermes de sa propre destruction et n(cessit( d'ur!ence des alternati es fond(es sur la d,nami#ue du 6i ant. Pierre Oab'i /a Plan,te se meurt d3e.traction, se meurt de combustion7 /a Plan,te Merre s3enlise, s3ensable, se désertifie7 -u cours des !> derni,res années, environ #>> millions d3'ectares Bsi. fois la surface de la 5ranceD de for;t tropicales, ont été détruits pour implanter des domaines fermiers et des pQturages ou des plantations 6 grande éc'elle d3'uile de palme, de caoutc'ouc, de so<a, de canne 6 sucre et autres récoltes7 - l3éc'elle planétaire, ce sont 1#*> 'ectares de sol 1ui sont désertifiés 6 <amais toutes les 'eures, ce 1ui fait 1! millions d3'ectares c'a1ue année, l3é1uivalent de la moitié de la surface agricole de la 5rance7 -u "e.i1ue, la désertification c'asse *>> >>> pa2sans tous les ans vers les cités ou vers les N$-7 Jn -ustralie, parler de catastrop'e n3est tout au plus 1u3un eup'émisme7 Ce pa2s se prépare 6 sa septi,me année consécutive de séc'eresse7 /3-ustralie sera sans doute le premier pa2s dit ]occidental] 6 ;tre ruiné par les processus de salinisation et de désertification4 certaines terres -ustraliennes ont des concentrations de sel trois fois supérieures 6 celles de l3océan7 Il aura fallu 6 la société occidentale un si,cle et demi d3agriculture et d3élevage intensifs pour transformer l3-ustralie en un désert7 5ast-food and fast-destructionK 5aut-il vous l3emballer ou est-ce pour ]consumer] de suiteT Nn record 1ue m;me les N$- n3ont pas réussi 6 battre4 ils n3ont perdu, en 1(> ans de colonialisme, 1ue *( [ de leur 'umusK C3est 1(> cm d3'umus 1ui est parti 6 tout <amais dans les océans7 Jn région tempérée, il faut (>> ans pour produire naturellement !,( cm d3'umus7 Cela veut dire 1u3il faudra 6 la nature #> >>> années pour régénérer ce patrimoine 'umi1ue au. N$-7 Ju Jurope, le tau. mo2en d3érosion du sol est de 1* tonnes par 'ectare et par année alors 1ue le tau. mo2en de formation du sol est d31 tonne par 'ectare et par année7 - l3érosion s3a<oute la destruction des sols brXlés par l3agriculture to.i1ue7 Ne nous méprenons pas4 de nombreuses régions 5ranHaises ne sont peut-;tre pas des déserts de sable mais elles sont des déserts en gestation7 /3agriculture occidentale moderne est une agriculture 'ors-sol produisant des aliments-poisons7 C3est une agriculture 1ui bombarde le sol de tout un arsenal de produits to.i1ues7 Il faut se rendre 6 l3évidence4 la communauté internationale a décidé de laisser mourir de soif, ou de maladies liées 6 des eau. souillées, toute une partie de l3'umanité7 C3est une 1uestion de survie pour leur agriculture moderne 1ui consomme 1uasiment => [ de l3eau douce de toute la plan,te7 /3agriculture moderne non seulement désertifie les sols, non seulement empoisonne les 'umains et les animau. mais en plus, elle épuise les réserves d3eau douce7 /es variétés modernes de maGs sont la 1uintessence de ce délire agricole7 Nn 'ectare de maGs re1uiert, au. N$-, au moins ( millions de litres d3eau mais en raison de l3évaporation, ce sont + millions de litres d3eau 1u3il faut amener par 'ectare7 Ce 1ui fait 1>>> litres d3eau par Silo de maGs produit7 /es variétés de maGs traditionnelles pouvaient croRtre dans les déserts du "e.i1ue ou de l3-riAona7 /es :opis,

par e.emple, semaient leur maGs 6 #> ou %> cm de profondeur dans le sable du désert avec des bQtons 6 semer7 C3est l3agronomie moderne 1ui a fait du maGs une pompe 6 eau7 Jt comme les réserves d3eau sont en train de baisser sur toute la plan,te, les apprentis-sorciers du bricolage généti1ue nous promettent de nouvelles variétés de maGs c'iméri1ues résistantes 6 la séc'eresse7 /a consommation de viande, au niveau planétaire, rappelons-le, est passée de %% millions de tonnes en 1=(> 6 !)( millions de tonnes en !>>(7 Jt cette tendance ne fait 1ue s3amplifier7 $elon l3Nniversité de Californie, il faut %% >>> litres d3eau pour produire 1 Silo de viande de boeuf, 1# *>> litres d3eau pour produire 1 Silo de viande porc et ) +>> litres d3eau pour produire 1 Silo de viande de poulet7 -u. N$-, )( [ des productions agricoles sont destinées 6 nourrir le bétail Bcontre 1 [ en IndeD7 $ur le plan mondial, la production de grains est de 1=+( millions de tonnes dont )> [ sont consommés par l3'omme, #) [ sont utilisés comme aliment pour le bétail et # [ sont brXlés comme fuel7 $i on raisonne en termes de calories, il faut (> fois plus d3eau pour produire une calorie de viande 1u3une calorie de pomme de terre7 Ces 1uel1ues c'iffres nous aident 6 mieu. comprendre le dilemme de la plan,te 1ue l3on pourrait Bpres1ueD résumer comme un c'oi. entre l3eau pour les pauvres ou de la viande pour les ric'es7 /e dilemme se comple.ifie, en fait, car les ric'es, maintenant, non seulement veulent de la viande, et encore plus de viande, mais ils veulent aussi des agro-carburants pour faire rouler leurs voitures7 /a folie des nécro-carburants est ainsi en train de se répandre comme une peste sur toute la plan,te7 Jlle accentue d3autant plus la pénurie de l3eau car il faut <us1u36 #)>> litres d3eau pour produire un litre d3ét'anol B6 partir de !,( Silos de maGsD7 Jn !>>), au. N$-, !> [ de la production nationale de maGs B6 savoir (( millions sur les !*> millions de tonnes produitesD a été brXlée dans les centrales 6 ét'anol7 /3irrigation intensive des cultures n3e.iste 1ue parce 1ue la structure des sols a été compl,tement détruite et parce 1u3aussi, l3industrie a inventé des arroseurs mécani1ues7 /3irrigation intensive des terres agricoles provo1ue un énorme probl,me de salinisation sur toute la plan,te7 /e troisi,me aspect est lié 6 la déforestation7 /es #>> millions d3'ectares de for;ts tropicales 1ui ont été détruits durant ces !> derni,res années, l3ont été en grande partie pour des productions agricoles7 C3est une catastrop'e planétaire car les for;ts sont non seulement un poumon mais une immense réserve d3eau7 /3arbre, par essence, appelle la pluie7 Jt 1uand la pluie vient, elle percole sans aucun ruissellement7 /a déforestation c'asse la pluie et am,ne la séc'eresse7 Jt si <amais la pluie vient, elle ne percole plus, elle ne fait 1ue ruisseler et générer des inondations 1ui aggravent l3érosion des sols7 $elon les en1u;tes publiées par l3I5JN en !>>( en 5rance, =)[ ]seulement] de nos cours d3eau. et )1[ ]seulement] de nos nappes p'réati1ues sont pollués par ]seulement] !#> pesticides 4 la molécule la plus présente étant l3atraAine 1ui gén,re cancers Bdu sein et des ovairesD, maladies cardio-vasculaires, dégénérescences musculaires, lésions des poumons et des reins, etc7 -u. N$- et au Canada, des études sérieuses ont mis en évidence la présence, dans les eau., de tr,s nombreuses substances4 estrone, et'in2lestradiol Bvenant des pilules contraceptivesD, des anti-inflammatoires, des rem,des contre le cancer, des tran1uillisants, etc7 -u. N$-, c'a1ue année un million de patients cancéreu. sont traités par c'imiot'érapie7 Ces patients gén,rent appro.imativement, c'a1ue année, )(> >>> tonnes d3e.créments 1ui sont évacuées dans les égouts7 es c'erc'eurs se sont aperHus 1ue toutes les substances utilisées en c'imiot'érapie sortaient intactes des s2st,mes de retraitement d3eau7 Moutes ces substances sont mutag,nes, carcinog,nes, tératog,nes et embr2oto.i1ues7 Jn !>>(, en $uisse, une t',se de doctorat a porté sur la contamination de l0environnement par les substances p'armaceuti1ues7 Brec'erc'e de Mau.e Vsrsc', -nnicS @ Marradellas, ?osep'D7 ] ans la premi,re partie de cette rec'erc'e, la présence et le devenir de cin1 médicaments tr,s utilisés B-cide Clofibri1ue, Ibuprof,ne, 8étoprof,ne, -cide "éfénami1ue et iclofénacD ont été anal2sés dans trois $MJPs durant 1uatre 6 sept <ours consécutifs7 /3Ibuprof,ne, le 8étoprof,ne, l3-cide "éfénami1ue et le iclofénac sont des anti-inflammatoires BN$-I sD7 /3Ibuprof,ne et l3-cide "éfénami1ue sont les médicaments les plus vendus de cette étude4 1* tonnes par an et par substance en $uisse7 /3-cide Clofibri1ue est un métabolite du clofibrate, de l3étofibrate et du clofibrate d3étof2lline7 Ces substances '2polipémiantes sont utilisées pour abaisser les concentrations plasmati1ues élevées de c'olestérol et de trigl2cérides7 /a mét'ode anal2ti1ue développée pour anal2ser ces cin1 médicaments permet de récupérer généralement plus de *>[ de ces composés7 /es limites de détection B(-1( ngZlD permettent la détection de ces substances dans les éc'antillons d3eau. usées7 /3eau de boisson, l3eau d3irrigation, est devenue un dangereu. cocStail de pesticides, de produits p'armaceuti1ues et de résidus industriels7 Jt pour couronner le tout, l3eau, bien précieu. et bien collectif de l3'umanité, est devenue une affaire privée dans les griffes de 1uel1ues multinationales mafieuses7 Foleurs d3eau, Foleurs de terre, Pollueurs d3eau, Pollueurs de terre, ce sont les m;mesK /es vers de terre peuvent abonder dans des terres fertiles et saines7 Nne prairie permanente non traitée peut en compter de 1(> 6 %>> par m,tre carré, 6 savoir d31,( 6 % millions d3individus par 'ectare, ce 1ui représente une masse d31 6 # tonnes de vers par 'ectare7 Jn comparaison, un vignoble ou un c'amp de céréales maltraités par l3agriculture industrielle et to.i1ue n3en contient 1ue d3un 6 trois individus par m,tre carré7 - savoir 1#> fois moins7 /es vers de terre sont la clé de la fertilité des sols7 /es vers de terre sont de grands percolateurs4 toutes les eau. de pluie, 2 compris de violentes pluies d3orages, B<us1u36 1)> mm d3eau par 'eureD peuvent ;tre absorbées par le sol grQce au travail d3élaboration de galeries7 /es vers de terre sont de grands digesteurs4 une biomasse mo2enne de vers de terre Benviron une tonne par 'ectareD ing,re, en une année, %>> tonnes par 'ectare de terre et de mati,re organi1ue B<us1u36 1 >>> tonnes dans les Aones tropicalesD7 /es vers de terre sont, ainsi, de grands régulateurs biologi1ues du sol, grQce 6 leur grande capacité d3interaction avec les micro-organismes7 Ils produisent du mucus B1ui est un substrat organi1ue tr,s énergéti1ueD 1u3ils mélangent dans leur tube digestif avec le sol ingéré B1ui contient des particules minérales, organi1ues, et de la microfloreD et de l3eau7 /eur s2st,me digestif mutualiste crée ainsi un milieu idéal pour les bactéries dormantes dans le sol ingéré4 elles réactivent leurs capacités enA2mati1ues et dig,rent la mati,re organi1ue7 /es vers de terre, source par e.cellence de fertilité, ont ]déserté] les terres agricoles 1ui sont devenues les poubelles to.i1ues de l3agroindustrie7 Iuel pourcentage de vers subsiste dans les terres agricoles franHaises, par e.empleT /e calcul est simple7 Comme

l3agriculture biologi1ue ne représente 1ue ! [ des surfaces et 1ue les vers de terre ne survivent pas dans les terres massacrées par l3agro-c'imie, ce sont donc =+ [ des vers de terre 1ui ont disparu7 $elon la 5-E, la surface mo2enne de terre arable par 'abitant était de >,#! 'ectare en 1=)! Bpour une population mondiale de #,! milliardsD, de >,!1 'ectare en 1==+ Bpour une population mondiale de ) milliardsD et sera de >,1) 'ectare en !>#> Bpour une population mondiale estimée 6 +,# milliardsD7 $elon certains e.perts indépendants, les pro<ections ci-dessus sont 'autement optimistes car la surface mo2enne de terre arable par 'abitant dans les pa2s pauvres sera seulement de >,>= 'ectare en !>1%7 Jlle n3était dé<6 1ue de >,>+ 'ectare en 1==) en C'ine7 Iuel est l3état de la production de grains 6 l3éc'elle planétaireT /3an passé, l3-ustralie n3a produit 1ue 1> millions de tonnes de blé au lieu des !1 millions escomptées7 Jn C'ine, ces derni,res années, la production de blé est tombée en-dessous de 1>> millions de tonnes alors 1u3elle avait été de 1!* millions de tonnes en 1==*7 Cette baisse est imputable 6 la pénurie en eau7 Jn fait, les pa2s grands producteurs de grains, les N$-, la C'ine, l3Inde, l3-ustralie, la 5rance sont confrontés 6 de graves pénuries d3eau7 ans le sud-ouest de la 5rance, des agriculteurs abandonnent la culture du maGs irrigué7 -u niveau mondial, les stocSs sont au plus bas depuis #( années7 Ils étaient de (* <ours 6 fin !>>)7 /es cours des denrées alimentaires flambent7 -u. N$-, 11( [ d3augmentation pour le maGs en 1( mois7 $elon des scénarios réalistes, de grandes crises alimentaires vont se profiler d0ici !>1>7 /e Mitanic agricole est en train de sombrer et c3est un tsunami alimentaire 1u3il va provo1uer7 Nne civilisation 1ui détruit ses semences, 1ui détruit ses sols, 1ui détruit ses eau., 1ui détruit ses enfants, c3est une civilisation en train de mourir7 /a civilisation occidentale est moribonde7 Fa-t-elle entraRner le reste de l3'umanité et tous les écos2st,mes dans son sillageT ans le passé de l3'umanité, de nombreuses civilisations ont émergé et puis disparu, parfois 6 la suite de la désertification de leurs terres7 Ce 1ui caractérise notre civilisation occidentale, cependant, c3est sa capacité 6 détruire tout ce 1u3elle touc'e7 Jlle gén,re un désert d3amplitude planétaire7 Peut-;tre la mission de l3'umanité future et survivante sera-t-elle de réapprivoiser le désertT HHH.terre-3umanisme.org - Merre & :umanisme4 la préservation de la terre nourrici,re et l3éveil de l3'umanisme comme deu. éléments fondamentau. et indissociables777 Créée en 1==% sous le nom des ]-mis de Pierre Oab'i], rebaptisée en 1===, l3association Merre & :umanisme oeuvre pour la transmission de l3agroécologie comme prati1ue et ét'i1ue visant l3amélioration de la condition de l3;tre 'umain et de son environnement naturel7 - travers des activités de formation et de sensibilisation, elle place au coeur de ses engagements la contribution active 6 l3autonomie, la sécurité et la salubrité alimentaires des populations, ainsi 1ue la préservation et la régénération des patrimoines nourriciers7 3ttps1BBIoIopelli-semences.fr - 8oSopelli a perdu K /es verdicts sont tombés, l0-ssociation est lourdement condamnée 4 1!7>>> e pour le grainetier Waumau. @ !#7>>> e pour l0état et la fédération des industriels de la semence B5NP$P5D7 "algré les directives européennes, les avis de l0ENN, du $énat, de scientifi1ues, d0agronomes affirmant l0urgence de sauvegarder la biodiversité végétale alimentaire, l0état franHais refuse de libérer l0acc,s au. semences anciennes pour tout un c'acun7 Nous avons eu droit au grenelle de l0environnement 4 il faut sauver la biodiversité K alors pour1uoi condamner une association 1ui sauvegarde avec ses ad'érents et ses s2mpat'isants, plus de !(>> variétés en ris1ue de disparition T Pour1uoi condamner ces semences dont la 5-E reconnaRt 1u0elles sont une des solutions pour assurer la souveraineté alimentaire, face au. dér,glements climati1ues et 6 l0augmentation de la population mondiale T Pour1uoi les m;mes variétés, selon 1u0elles sont vendues par 8E8EPJ//I ou d0autres opérateurs entraRnent condamnation ou mansuétude T /0association propose au. <ardiniers, au. pa2sans, d0;tre autonomes et responsables, face au vivant7 ans notre société du tout marc'andise, c0est intolérable7 /e plus grand grief Bsous <acentD fait au. semences anciennes ou de pa2s, est d0;tre reproductibles et 1ui plus est adaptables 6 de tr,s nombreuses conditions de cultures, sans le soutien de l0agro c'imie7 Foil6 la faute de 8E8EPJ//I 4 conserver le levain des savoirs populaires, agronomi1ues et généti1ues7 - l0'eure oP l0on veut nous faire croire 1ue le tout '2bride, E9", c'imi1ue, énergie fossile, sont les seules possibilités d0assurer notre alimentation, propager l0autonomie semenci,re par l0e.emple est devenu répré'ensible7 Ce 1u0il faut retenir de ces condamnations, c0est la volonté affic'ée d téradi1uer les alternatives tec'ni1ues et semenci,res autonomes7 Il est intéressant de noter la similitude des actions et de la répression envers les fauc'eurs volontaires, les amis de l0ortie, les défenseurs de l0'erboristerie et 8E8EPJ//I 4 c'acun c'erc'e 6 sa faHon, 6 protéger et promouvoir la vie et la continuité des savoirs7 Pour notre gouvernement, tout cela est devenu répré'ensible K HHH.liberterre.fr - Pour libérer la Merre, la vie et les consciences de la t2rannie des cro2ances occidentales7 HHH.confederationpaysanne.fr - /a Confédération pa2sanne est, par son importance, le !e s2ndicat agricole franHais7 Jlle remet en cause le mod,le agricole productiviste des %E derni,res années 1ui a engendré 4 surproductions, crises sanitaires, dégradation des ressources naturelles disparités entre régions franHaises, européennes et mondiales et diminution continue du nombre de pa2sans7

… % = >e mouvement des 8olibris et leur plan.
/e mouvement compte au<ourd0'ui plus de )> >>> personnes Ben !>1!D et des diAaines de groupes Colibris partout en 5rance7 C0est !> >>> de plus 1u0il 2 a un an7 C0est une force cito2enne émergente BLLL7colibris-lemouvement7orgD et les colibris ont un plan 4 reprendre le pouvoir sur l0économie, l0agriculture, l0éducation, la démocratie, l0énergie, d,s !>1#7 LLL7colibrislemouvement7orgZagirZla-revolution-des-colibris 7 Pour cela, ils ont regroupé les propositions recueillies lors des forums MNM

et de l0Nniversité des colibris, ainsi 1ue des recommandations d0e.perts, pour élaborer un Plan de Mransition de la société, 6 destination de tous 4 cito2ens, entrepreneurs et élus7 $i nos responsables politi1ues ne proposent pas toutes les transformations 1ue nous pensons nécessaires, nous pouvons commencer 6 leur montrer le c'emin K C0est un véritable e.ercice démocrati1ue7 ans ( grands domaines Béconomie, agriculture, énergie, éducation et démocratieD, ils ont compilé les réfle.ions et les propositions issues des !* forums organisés par Colibris 6 travers toute la 5rance, 1ui ont réunis plus !>>> personnes dans *>> ateliers7 Jlles sont regroupées, s2nt'étisées, et ad<ointes 6 des propositions d0e.perts et d0organisations 1ui travaillent ardemment sur ces 1uestions depuis des années telles 1ue l0association NégaVatt pour l0énergie, le collectif d0agronomes $olagro pour l0agriculture, le réseau américain d0entrepreneurs et de cito2ens W-//J BWusiness -lliance for /ocal /iving JconomiesD pour l0économie7 /e résultat est une véritable feuille de route alternative, destinée 6 tous, tant pour stimuler les esprits, ouvrir un nouvel imaginaire, 1ue pour agir, d,s au<ourd0'ui7 /a premi,re version est en ligne ici4 LLL7colibris-lemouvement7orgZsitesZdefaultZfilesZcontentsZfilesZPlanpdespcolibris7pdf Mous ceu. 1ui le sou'aitent sont invités 6 l0enric'ir et 6 le bonifier7 Mous les si. mois, une nouvelle version sera publiée, intégrant le meilleur des apports recueillis7

… ( = !raternité 8itoyenne.
-ssociation loi 1=>1 1ui a pour mission la promotion et les mises 6 <our de l0avant pro<et du programme4 « Non-violence et force de la vérité7 Nn nouveau paradigme, une nouvelle civilisation, un véritable socialisme7 Wienvenu dans la 5rance du #e millénaire »7 Fersion 17>1 du 1+ février !>1# - le te.te complet en un seul clic4 'ttp4ZZbit7l2Z1#ePms2 - en 11 sections sur le blog officiel4 3ttp1BBfraternitecitoyenne.blogJever.com 9roupe sur fb4 'ttp4ZZon7fb7meZ1>Iefbn B` de !>>> membresD7 Moutes les publications de 5C4 'ttp4ZZbit7l2Z^FleNd - 'ttp4ZZfr7scribd7comZmarcp<utierZdocuments B Fersion abrégée 17>!-a du = aoXt !>1#, Fersion 17>1, Nouvelle Civilisation, "ENN-IJD Pour contacter les correspondants départementau. de 9raternit( Cito,enne aller sur le blog officiel4 'ttp4ZZbit7l2ZF$>g(u -ccepterieA-vous d0;tre correspondant de ce programme dans votre département T /ettres envo2ées au. parlementaires du P$4 'ttp4ZZbit7l2Z1%PmcCa NoteA 1ue le nom de domaine FFF.fraternitecito,enne.or! a été la propriété de l0association en !>1> et en !>11 @ ce nom de domaine a été abandonné en !>1!7

… ) = *uteurs, ouvrages & te.tes 6 lire
- Oené umont auteur de 4 /0utopie ou la mort7 /e monde est mal parti 4 c'eA les pauvres, la famine @ c'eA les ric'es l0asp'2.ie7 /0égoGsme des nantis nous condamne tous 6 la mort, $euil collection Politi1ue, 1=*#7 EuvreA les 2eu. K /e !1e si,cle est mal parti par, Politis, éditions arléa, 1==(7Jt aussi 4 Nn monde intolérable @ Pour en finir avec la société du gaspillage @ /es Oaisons de la col,re7 - alaG-lama auteur de 4 Mout l3univers dans un atome7 $cience et boudd'isme, une invitation au dialogue du alaG-lama BJd7 /affont, !>>)D7 -llocution 6 Oio le * <uin 1==! 4 LLL7<utier7netZcontenuZdalailam7'tm et aussi 4 /e pouvoir de la bonté, fondement ma<eur de la p'ilosop'ie et de l0action politi1ue du alaG-lama7 Me.tes réunis par $2dneA Piburn, préface de "att'ieu Oicard, "arabout, !>>)7 - $erge /atouc'e auteur de 4 $urvivre au développement, de la décolonisation de l0imaginaire économi1ue 6 la construction d0une société alternative, mille et une nuits, !>>(7 /3invention de l3économie, -lbin "ic'el, !>>(7 /a mégamac'ine, Jd7 /a écouverteZ"auss7 1==(7 Oéédition !>>%7 /es mirages de l0occidentalisation du monde 4 LLL7<utier7netZcontenuZslatouc'7'tm - Noam C'omsS2 4 LLL7c'omsS27info - Cornelius Castoriadis 4 LLL7castoriadis7org - 8arl Polan2i B1++)-1=)%D 4 LLL7Sarlpolan2i7org - -ndré-?ac1ues :olbec1 auteur de 4 Nn regard cito2en sur l0économie, ^ves "ic'el, !>>!7 $ites 4 LLL7fau.monna2eurs7org @ 'ttp4ZZtiSi7societal7org @ LLL71>mensonges7org - P'ilippe erudder, auteur de 4 /a renaissance du plein emploi ou la for;t derri,re l3arbre, Jd7 9u2 Mrédaniel, 1==*7 Oendre la création monétaire 6 la société civile, Jd ^7 "ic'el7 Co-écrit avec --?7 :olbec1 4 /es 1> plus gros mensonges sur l3économie, angles, !>>*7 /a dette publi1ue, une affaire rentable, ^7 "ic'el7 Plaido2er pour l3altruisme 4 /a force de la bienveillance de "att'ieu Oicard, éditions Nil, !>1#7 9uide des -lternatives 1!>>> références et adresses pour un autre futur, éditions du 5ra2sse7 Fivre et penser comme des porcs par 9illes C'Qtelet, folio actuel7 /es évangélistes du marc'é, les intellectuels britanni1ue et le néo-libéralisme par 8eit' i.on, Oaisons d0agir éditions, 1==+7 /es nouveau. c'iens de garde par $erge :alimi, éditions /iber-Oaisons 0agir, 1==+7 5onds de pension, pi,ge 6 cons T "irage de la démocratie actionnariale par 5rédéric /ordon, 1==+7 /a fin du Mravail par ?erem2 OifSin, la écouverteZPoc'e, 1==*7

/e défi du !1e si,cle, une vision écologiste du monde par Jdouard 9oldsmit', éditions du roc'er, Conscience de la terre, 1==%7 Oééditer en !>>! sous le titre 4 /e Mao de l0écologie7 Cette crise 1ui n0en est pas une de 5ranHois Partant, Jd7 de l0:armattan, 1==%7 Pour 1ui travailler T 57 Partant 4 LLL7<utier7netZcontenuZfpartant7'tm éfaire le développement – Oefaire le monde7 #> intervenants du collo1ue de mars !>>! 6 Paris, Jd7 Paragon7 /a civilisation tec'nicienne 6 la dérive, les rendements décroissants de la tec'nologie, E7 9iarini et :7 /oubergé, unod, 1=*=7 Impasse -dam $mit' de ?ean-Claude "ic'éa, Climats, !>>!7 Wiopirac2, t'e plunder of nature and SnoLledge b2 Fandana $'iva, $out' end Press Jcologie spirituelle, pour renouer avec la nature par ?im Nollman, editions ?ouvence, 1==17 Pour1uoi le socialismeT d3-lbert Jinstein 4 LLL7<utier7netZcontenuZalberteinstein7'tm /a 9rande Implosion de Pierre M'uillier 4 LLL7<utier7netZcontenuZpt'uilie7'tm Be.traitD Jd7 5a2ard, 1==(7 /es !* principes réguli,rement bafoués de la déclaration de Oio signée pourtant par 1(+ c'efs d3état 4 LLL7<utier7netZcontenuZ!*prin7'tm Jsprit $cience 4 dialogue entre Erient et Eccident7 Ce collo1ue, 1ui faisait partie du programme du département de formation médicale continue de l3université d3:arvard, s3est tenu le !% mars 1==1 6 Cambridge 4 LLL7<utier7netZcontenuZ!=>#7'tm LLL7mindandlife7org

… * = Citations
&e monde contient bien asse$ pour les besoins de c.acun mais pas asse$ pour la cupidit( de tous. 6i re tous simplement pour #ue tous puissent simplement i re. 6is comme si tu de ais mourir demain. ;pprends comme si tu de ais i re tou=ours. Qne erreur ne de ient pas (rit( parce #ue tout le monde , croit R Qn arbre #ui tombe fait beaucoup de bruit" une for4t en !ermination ne fait aucun bruit. K.ere is no Lod .i!.er t.an trut. (2l n', a pas de Dieu sup(rieur + la (rit(). "7 87 9-N :I7 ; ec nos pens(es" nous cr(ons le monde. Woudd'a ;ucun problème ne peut 4tre r(solu sans c.an!er le ni eau de conscience #ui l'a en!endr(. &'ima!ination est plus importante #ue le sa oir. -lbert Jinstein &e capitalisme a le pou oir de transformer en dro!ue" imm(diatement et continuellement" le enin #ui lui est lanc( au isa!e" et de s'en d(lecter. Wertolt Wrec't :our#uoi tout ce #ui est bon pour nos corps" nos communaut(s" notre monde" notre planète" est3il appel( « alternatif % S ?ulia Wutterfl2 &a bra oure est encore la plus sMre des attitudes. &es c.oses perdent de leur (pou ante + 4tre re!ard(es en face. ;le/andra avid-Neel &'.omme le plus .eureu/ est celui #ui fait le bon.eur d'un plus !rand nombre d'autres. iderot &aisse$3 ous !uider par otre r4 e" m4me si ous de e$ momentan(ment le mettre de cNt( pour trou er un emploi ou pa,er otre lo,er. ?t reste$ tou=ours ou ert au/ opportunit(s de sortir du cadre pour mener la ie et faire les c.oses #ui ous inspirent profond(mentT n'a,e$ pas peur. ?ane 9oodall *ous ne de ons pas attendre #ue la crise de notre soci(t( attei!ne un point de non retour. *ous de ons a!ir R C.a#ue personne peut a!ir. )i c.acun fait la part #ui lui re ient" aussi modeste soit3elle" nous pou ons tous ensemble arri er + faire ce #ui est n(cessaire. "iS'afl 9orbac'ev *ous de ons tirer nos rè!les de comportement du monde naturel. *ous de ons respecter" a ec l'.umilit( des )a!es" les limites de la nature et le m,stère #u'elles cac.ent" en reconnaissant #u'il , a #uel#ue c.ose dans l'ordre du i ant #ui d(passe très ( idemment toute notre comp(tence. Faclav :avel 2l n'est rien au monde d'aussi puissant #u'une id(e dont l'.eure est enue. Fictor :ugo Utre conscient #ue demain e/istera et #ue =e peu/ a oir une influence sur lui est le propre de l'.omme. -lbert ?ac1uard &e monde d(teste le c.an!ement" c'est pourtant la seule c.ose #ui lui a permis de pro!resser. C'arles 57 8ettering

&es problèmes du monde ne peu ent 4tre r(solus par des scepti#ues ou des c,ni#ues dont les .ori$ons se limitent au/ r(alit(s ( identes. *ous a ons besoin d'.ommes capables d'ima!iner ce #ui n'a =amais e/ist(. ?o'n 57 8enned2 *e doute$ =amais #u'un petit !roupe d'indi idus conscients et en!a!(s puisse c.an!er le monde. C'est m4me de cette faPon #ue cela s'est tou=ours produit. "argaret "ead *ous n'.(ritons pas la Kerre de nos anc4tres" nous l'empruntons + nos enfants. -ntoine de $aint-J.upér2 Dans la ie" il , a deu/ cat(!ories d'indi idus B ceu/ #ui re!ardent le monde tel #u'il est et se demandent pour#uoi et ceu/ #ui ima!inent le monde tel #u'il de rait 4tre et #ui se disent B pour#uoi pas S &'.omme raisonnable s'adapte au monde" l'.omme d(raisonnable s'obstine + essa,er d'adapter le monde + lui m4me. Kout pro!rès d(pend donc de l'.omme d(raisonnable. 9eorge Wernard $'aL &e problème dans une course de rats est #ue m4me si ous arri e$ en t4te" ous n'en 4tes pas moins un rat. /il2 Momlin Oe crois absolument dans une planification mondiale totale de l'(conomie" des affaires sociales" de la politi#ue" de l'arm(e. *ous sommes + la eille d'une transformation !lobale. Kout ce dont nous a ons besoin est la bonne crise ma=eure" et les nations ont accepter le *ou el Vrdre 8ondial. <uel#ues3uns croient m4me #ue nous (la famille 7ocJefeller) faisons partie d'une cabale secrète tra aillant contre les meilleurs int(r4ts des Q);" caract(risant ma famille et moi en tant #u'internationalistes et conspirant a ec d'autres autour de la Kerre pour construire une politi#ue !lobale plus int(!r(e ainsi #u'une structure (conomi#ue C un seul monde si ous oule$. )i cela est l'accusation" =e suis coupable et fier de l'4tre. avid OocSefeller dans ses mémoires7 <uel#ue c.ose doit remplacer les !ou ernements" et le pou oir pri ( me semble l'entit( ad(#uate pour le faire. avid OocSefeller dans NeLsLeeS International du 1er février 1===7 *ous aurons un !ou ernement mondial" #ue nous le oulions ou non. &a seule #uestion est + sa oir si le Lou ernement 8ondial sera instaur( par l'ad.(sion" ou par la con#u4te. ?ames Paul VarburgB1+=)-1=)=D, officier de l0E$$ et membre du C5O, le * février 1=(>, devant le $énat des &tats-Nnis7 &e but du Concil Vn 9orei!n 7elations est la dilution de la sou erainet( am(ricaine et de l'ind(pendance nationale dans un tout puissant !ou ernement mondial uni#ue. C'ester Vard, -miral 6 la retraite, et ancien membre du Council on 5oreign Oelations, dans un mémo en 1=*(7 *ous in o#uons la Kerre" notre demeure" ses mer eilleu/ ab-mes et ses .auteurs ful!urantes" sa italit( et sa profusion de ie" et tous ensemble nous lui demandons de nous ensei!ner et de nous montrer le c.emin. *ous in o#uons les monta!nes" les cascades et les Vl,mpes " les .autes all(es erdo,antes et les prairies cou ertes de fleurs sau a!es" les nei!es (ternelles" les sommets silencieu/ et nous leur demandons de nous ensei!ner et de nous montrer le c.emin. *ous in o#uons les eau/ #ui cou rent la Kerre d'un .ori$on + l'autre" #ui coulent dans nos ri ières et nos ruisseau/" #ui tombent sur nos =ardins et nos c.amps" et nous leur demandons de nous ensei!ner et de nous montrer le c.emin. *ous in o#uons la Kerre #ui fait pousser notre nourriture" le sol nourricier" les c.amps fertiles" les =ardins et les er!ers abondants et nous leur demandons de nous ensei!ner et de nous montrer le c.emin. ?t enfin" nous in o#uons ce #ue nous a ons de plus sacr(" la pr(sence et la puissance du Lrand ?sprit d'amour et de (rit( #ui bai!ne tout l'uni ers et nous lui demandons d'4tre a ec nous pour nous ensei!ner et nous montrer le c.emin. Wénédiction C'inooS7 Dans c.acune de nos d(lib(rations" nous de ons r(fl(c.ir au/ effets de nos d(cisions sur les sept !(n(rations + enir. C'a1ue réunion du conseil tribal des Iro1uois commenHait par le rappel de cette obligation7 ?n (rit(" le c.emin importe peu" la olont( d'arri er suffit + tout. -lbert Camus &a p.ilosop.ie a pr(par(" commenc(" fa oris( la r( olution actuelle" cela est incontestable. 8ais les (crits ne suffisent pas" il faut des actions7 ?ean-Paul "arat B1*%# -1*=#D7 &'ère du monde fini a commencer. Paul Falér27 2l faut sa oir #ue les c.oses sont sans espoir. ?t tout faire pour les c.an!er. Oainer "aria OilSe Qne croissance ind(finie est impossible" nous n'a ons #u'une seule Kerre" mais une ci ilisation du bon.eur est possible. &es solutions e/istent" mais l'opinion les i!nore car les structures actuelles et les d(tenteurs des pou oirs (conomi#ue et politi#ue s', opposent. *os conditions de ie et de tra ail continuent + se d(t(riorer et les in(!alit(s sociales s'accentuent. De multiples conflits traduisent cette situation de crise. ?lle ne peut #ue s'a!!ra er. C'est un seul et m4me s,stème #ui or!anise l'e/ploitation des tra ailleurs et la d(!radation de ie #ui met en p(ril la terre entière. &a croissance a eu!le ne tient compte ni du bien34tre" ni de l'en ironnement. Oené umont Koute personne cro,ant #u'une croissance e/ponentielle peut durer ind(finiment dans un monde fini est soit un fou" soit un (conomiste. 8ennet' Woulding

?n raison des lePons #ue nous a ons commenc(es + apprendre" =e crois #ue nous pou ons dire #ue le siècle proc.ain (le 21 e) sera plus cordial" plus .armonieu/ et moins nuisible. &a compassion et les !raines de pai/ pourront fleurir. Oe l'espère profond(ment. Dans le m4me temps" =e crois #ue c.a#ue indi idu a pour responsabilit( d'aider + !uider notre famille !lobale dans la bonne direction. &es Wu/ pieu/ ne suffisent pas" nous de ons assumer nos responsabilit(s. &es !rands mou ements .umains =aillissent d'initiati es indi iduelles. Oe crois (ritablement #ue les indi idus peu ent faire la diff(rence dans la soci(t(. 2l appartient + c.acun de nous d'utiliser au mieu/ son temps pour aider + cr(er un monde plus .eureu/. /e dalaG-lama C?&Q2 <Q2 *? LQ?Q&? :;) &; 6X72KX" <Q;*D 2& CV**;2K &; 6X72KX" )? 9;2K &? CV8:&2C? D?) 8?*K?Q7) ?K D?) 9;Q));27?). C'arles Pégu2


+ = -utres anne.es et notes
>e pic du pétrole - -$PE 5rance est une association 6 but non lucratif poursuivant # ob<ectifs principau. 4 Informer sur les ressources mondiales de pétrole et de gaA naturel et leurs incertitudes7 J.pli1uer la réalité du p'énom,ne de déplétion7 Jtudier la déplétion et ses consé1uences en tenant compte de la demande en énergie ainsi 1ue des aspects tec'nologi1ues, économi1ues, sociau. et politi1ues 4 LLL7aspofrance7org - epuis des années les e.perts nous rendent attentifs au. dangers de la déplétion du pétrole7 Ils ont été accusés de crier au loup7 Cette fois, le loup est réellement 6 notre porte 4 LLL7Lolfatt'edoor7org7uSZfrancais - /e monde 1ue nous connaissons est appelé 6 connaRtre dans un futur tr,s proc'e des c'angements radicau.7 Notre civilisation est sur le point d3affronter la plus grande crise 1u3elle ait <amais connue7 Nne crise 1ui ne s3est <amais produite auparavant, et 1u3elle ne connaRtra <amais plus7 Cette crise, c3est la fin de l3Qge du pétrole7 Comme tout le monde, vous saveA sans doute 1ue le pétrole ne durera pas éternellement et, si vous devieA donner une date, vous dirieA sans doute 1u3il en reste suffisamment pour 1uarante ou cin1uante ans7 "al'eureusement, la réalité est toute autre7 ans ce site, vous apprendreA entre autres c'oses 4 Pour1uoi le pétrole est sur le point de man1uer7 Iuelles seront les consé1uences sur notre mode de vie7 Comment cette crise e.pli1ue dé<6 en grande partie la géopoliti1ue actuelle 4 LLL7oleocene7org - /e cours officiel du baril de pétrole 4 'ttp4ZZpri.dubaril7com - Eil, smoSe & mirrors - sous-titré franHais 4 LLL72outube7comZLatc'TviN)por_$ebr" -u travers d0une série d0intervieLs e.traordinairement informées et élo1uentes, ce film montre 1ue les év,nements du 11 septembre et les poursuites de la soi-disant ]guerre au terrorisme], peuvent ;tre mieu. compris dans le conte.te plus large de l0imminence d0une crise pétroli,re7 - $ites anglop'one sur la fin du pétrole 4 LLL7peaSoil7net BInternational -ssociation for t'e $tud2 of PeaS Eil&9asD - LLL7t'eoildrum7com - LLL7postcarbon7org N*5$U 1 >e 83Kmage est-il voulu et planifié A /e N-ION 4 Non -ccelerating Inflation Oate of Nnemplo2ment, littéralement le ]Mau. de c'Umage 1ui n3accél,re pas Bn3augmente pasD l3inflation]7 $ur les traces du m2stérieu. N-ION - 'ttp4ZZlinflation7free7frZpagesZ1*al'omepag7'tml 7 /e Nairu, parfois appelé tau. de c'Umage naturel, a été mis au point dans les années *> pour <ustifier l0idée 1u0il est impossible de faire baisser le c'Umage en dessous d0un certain niveau sans relancer ltinflation7 Jlle fortifie bien sXr les politi1ues monétaires neutres ou restrictives7 /e N-ION est omniprésent dans certains milieu., et pourtant il reste invisible au. 2eu. de la population7 C'ut, il vaut mieu. ne pas s3étendre l6-dessus K Comme le déclarait en 1==) le vice-président de la Wan1ue Centrale américaine, -lan Wlinder, ce N-ION est « le petit secret de la macro-économie » B]t'e clean little secret of macroeconomics] DK /es résultats de cette investigation ont permis de mettre en pleine lumi,re les tenants et les aboutissants de cette e.plication 'éréti1ue du c'Umage massif et durable dans nos sociétés7 /e fruit de ces travau. se trouve ici, sur 4 N-ION, /e Nom de la Ouse7 /a face cac'ée du c'Umage - 'ttp4ZZlenairu7blogspot7fr >e c3Kmage a une 3istoire 1 3ttp1BBlbsjs.free.frB albastreB albastreLc3omage.3tm

Notes 1
-+ *d3érer au P& en %uel%ues clics 1 HHH.parti-socialiste.frBagissons-ensembleBad3ereF-au-ps B!> eD M+ N;NU& 1 HHH.neGus.fr "+ >e 'anifeste des économistes déterrés avec ?o'n-"a2nard 8e2nes, "ilton 5riedman, :enr2 $imons, Irving 5is'er, "aurice -llais, :2man "insS2 et ?osep' $c'umpeter, pour une sortie de crise sans violence, é1uitable et progressive 4 3ttp1BBfr.scribd.comBdocB-JC-"M-."B'anifeste-des-economistes-deterres J+ O2accepte )le contrat tacite de notre monde libre+ Ce te.te est une tr,s « belle » illustration de notre économie de mort7 Il a été mis en circulation sur Internet le 11 $eptembre !>># par unBeD anon2me7 :eu importe nos cro,ances ou nos id(es politi#ues" le s,stème mis en place dans notre monde libre repose sur l'accord tacite d'une sorte de contrat pass( a ec c.acun d'entre nous" dont oici dans les !randes li!nes le contenuT LLL7dail2motion7comZvideoZ.#d%o)p<-accepte-le-contrat-tacite-des-genpneLs P+ 4ccupy Qall &treet )4Q&+ 1 'ttp4ZZoccup2Lallst7org - 4ccupy Rour Seart, $eclaim >ove 1 LLL72outube7comZLatc'TviM!IaLOaeVNg - T3e $evolution 5s >ove 1 'ttp4ZZoccup2love7orgZvideosZ - *HaIening - M.-M - * 'essage of Sope 1 LLL72outube7comZLatc'Tvi):*rS1rfp*c C+ >2actualité de la médecine officielle et médecine naturelle depuis -TCM 1 'ttp4ZZLLL7votre-sante7com

U+ Veny *rIana W *utre 'onde Possible1 LLL7dail2motion7comZvideoZ.mepspSen2-arSana-autre-monde-possiblepcreation - :istoire et dégQt de la mondialisation7 IntervieL de résistants du monde entier7 ocumentaire dense et tr,s bien documenté7 X+ T3e $oad to Qorld Qar "4 LLL72outube7comZLatc'Tvi:P*/+bL(I5% - 1% minutes de bon sens, un document comme celui-ci, outre 1u0il est d0une grande acuité intellectuelle sur la réalité de la détresse dans la1uelle se trouve l0oligarc'ie N$ Bla 5J D pr;te 6 aller <us1u06 déclenc'er un conflit généralisé pour ne pas perdre son pouvoir, nous montre 6 1uel point la nouvelle intelligentsia américaine est déterminée7 T+ -- &eptembre M..-, des psyc3ologues eGpli%uent pour%uoi vous refuseF de voir la vérité 1 'ttp4ZZLLL72outube7comZLatc'Tvi)<gI1Cmtg+^ 3ttp1BBHHH.Hat.tvBvideoB---septembre-psyc3ologues-PTaMULM3m-TL.3tml -.+ T3e iggest &cam 5n T3e Sistory 4f 'anIind - Sidden &ecrets of 'oney 1 3ttp1BBHHH.youtube.comBHatc3A vYi!ZePIUUyT. ^ou are about to learn one of t'e biggest secrets in t'e 'istor2 of t'e Lorld777 it3s a secret t'at 'as 'uge effects for ever2one L'o lives on t'is planet7 ^ou are about to discover t'e s2stem t'at is ultimatel2 responsible for most of t'e ine1ualit2 in our Lorld toda27 M'e poLers t'at be E NEM Lant 2ou to SnoL about t'is, as t'is s2stem is L'at 'as Sept t'em at t'e top of t'e financial food-c'ain for t'e last 1>> 2ears7 /earning t'is Lill c'ange 2our life, because it Lill c'ange t'e c'oices t'at 2ou maSe7 If enoug' people learn it, it Lill c'ange t'e Lorld777 because it Lill c'ange t'e s2stem7 Never in 'uman 'istor2 'ave so man2 been plundered b2 so feL7

C /0auteur, 'arc Outier, est né le 11 aoXt 1=)! 6 Paris, est candidat au. primaires cito2ennes organisées par le P$ afin de
désigner le candidat du Parti $ocialiste pour les élections présidentielles de !>1* et de !>!!7 Ingénieur, auteur et conférencier, il est le mandataire du département de la ordogne pour la "otion % B1er signataire 4 $tép'ane :essel D7 /ors du dernier congr,s du P$ Bfin octobre !>1! 6 MoulouseD cette motion a recueilli plus de 1> >>> suffrages B1![ des votes e.primés des membres du P$D7 Pour le contacter 4 mjutier<orange.fr Euvrages publiés 4 m Nouvelle Civilisation !>1! B&d7 P-$C-/, !>>+D m /e 9uide de l3écologie Politi1ue7 1>+ propositions pour une civilisation 1ui s0éveille B&d7 -/I-$, !>>#D m Carnet de route d3un <eune iconoclaste7 /e !1e si,cle sera777 ce 1ue nous en ferons B&d7 du 5ra2sse 1===D

Publications sur la toile 4
- $ite4 'ttp4ZZLLL7<utier7net - Wlog4 'ttp4ZZmarc<utier7over-blog7fr - Ene page 4 'ttp4ZZbit7l2Z1(1$P+2 - Page facebooS4 'ttp4ZZon7fb7meZ1>Id-1' - -rticles4 'ttp4ZZbit7l2Ze='Nt- Fidéos 4 'ttp4ZZLn7comZmarc<utier Z 'ttp4ZZLLL7agoravo.7tvZauteurZmarc-<utier Z 'ttp4ZZLLL72outube7comZuserZ"arc?utier m iscours prononcé au collo1ue du 1=->=-!>>= avec $erge /atouc'e et le maire du !e arrondissement de Paris « Nouveau paradigme pour une nouvelle civilisation »4 3ttp1BBdai.lyBj!P;5d B` de %=>> vuesD … NO/s de ce document 4 'ttp4ZZfr7scribd7comZdocZ1*)(#+)=(ZPlaido2er-pour-un-nouveau-pro<et-socialiste 'ttp4ZZbit7l2Z:1eNW) 7

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful