Vous êtes sur la page 1sur 3

Dispositif d’information légal

Le dispositif d’information légal est un dispositif


initié par le législateur qu’il convient de respecter. Il
consiste dans le droit de recevoir des informations de la
part de la direction et le droit de transmettre des
informations au personnel. La mise au point d’un tel
dispositif qui est permanent, ouvert et rapide de
circulation de l’information dans l’entreprise, est devenue
un enjeu important d’efficacité.

Les informations données et utilisées par les


services de l’entreprise peuvent être d’ordre comptable,
financier ou social. Concernant les informations sociales,
ils consistent à irriguer le corps social de l’entreprise par
un ensemble d’informations, ces dernières sont
étroitement liées à la taille et la complexité de
l’entreprise.

Coté comptable, on parle des processus


d'élaboration de l'information comptable et financière ;
ces processus sont constitués, d'une part, des processus
amont qui alimentent la base de données comptables
(achats, ventes...) et, d'autre part, des processus de
production de l'information comptable et de
communication financière.

Les critères de qualité


L'information comptable et financière repose sur les
processus en amont ; la qualité de cette information
dépend de la « mécanique » de production comptable qui
doit, en particulier, s'appuyer sur un certain nombre de
critères, parmi lesquels :
• la réalité (les opérations enregistrées concernent
l'entité),
• l'exhaustivité (toutes les opérations ont été
enregistrées),
• la séparation des exercices (enregistrement des
opérations sur la bonne période),
• l'exactitude (enregistrement des opérations pour un
montant correct),
• la classification (enregistrement des opérations dans
les comptes adéquats).

Les points clés à mettre sous contrôle


Concernant les différents points listés ci-après, il s'agira :
• de s'assurer que les processus amont alimentant la
comptabilité sont sous contrôle (en particulier
existence de procédures adéquates, comprises et
appliquées),
• mais également de vérifier que le processus d'arrêté
comptable relatif à chacun de ces thèmes est
parfaitement maîtrisé et concourt ainsi à la
production d'une information fiable.

Les points de vigilance


sont, plus particulièrement, les suivants :
• information des services comptables sur les
opérations d'investissement et de
désinvestissement,
• suivi adéquat des frais de recherche et
développement,
• enregistrement correct des immobilisations (en
particulier distinction charges / actif, exhaustivité du
coût d'entrée et valorisation correcte à la clôture),
• suivi adéquat des stocks (ou en cours, ou contrats
long terme), tant sur un plan comptable que
physique,
• enregistrement correct des opérations de trésorerie
et de financement (en particulier suivi adéquat des
instruments financiers complexes),
• existence d'une procédure paie (et autres avantages
sociaux) adéquate,
• analyse des opérations sous l'angle fiscal,
• enregistrement correct et exhaustif de la charge
d'impôt,

On peut ajouter comme exemple le tableau de bord qui


constitue un ensemble de dispositifs qui permettent de
contrôler la bonne marche d’une société.