Vous êtes sur la page 1sur 7

« Le dispositif

de
coordination»

Préparé par :

 TAOUFIK Younes
 NAHI Zineb
PLAN

I. L’AUDIT DE
COMMUNICATION
A- Définition
B- Objectifs
II. LA COORDINATION AU
SEIN DE L’ENTREPRISE
III. LE DISPOSITIF DE
COORDINATION
IV. LES SUPPORTS ET OUTILS
UTILISES POUR LA
COORDINATION

2
I. L’AUDIT DE COMMUNICATION

A-Définition
L'Audit de communication interne est une activité
indépendante et objective qui donne à une organisation
une assurance sur le degré de maîtrise de sa
communication et lui apporte ses conseils pour
l’améliorer.

Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en


évaluant, par une approche systématique et
méthodique, ses processus de communication en
faisant des propositions pour renforcer leur efficience.
L'audit de communication interne est une activité de
contrôle et de conseil qui permet de rendre efficace la
communication d'une organisation : activité
stratégique, l'audit de communication interne est
exercé à l'intérieur de l'organisation, même si le recours
à des prestataires extérieurs est parfois nécessaire ;
activité indépendante, l'audit de communication interne
est rattaché au service communication et a une relation
forte avec la direction générale.

Centré sur les enjeux majeurs de l'organisation, ses


missions "d'expression d'assurance" portent sur
l'évaluation de l'ensemble des processus, fonctions et
opérations de celle-ci et plus particulièrement sur
l’adéquation des outils de communication avec la
stratégie de l’entreprise.

Son rôle de conseil auprès de la Direction générale et


des directions opérationnelles et fonctionnelles, qui

3
s'exerce dans le cadre de normes particulièrement
exigeantes, contribue grandement à créer de la valeur
ajoutée.

B- Objectif
Identifier tous les outils de communication existants et
valider l’adéquation entre les outils et les attentes des
publics cibles d’une part et les objectifs des émetteurs
d’autre part. Cet audit permet de décider en toute
objectif du maintien d’un outil de communication, de sa
suppression ou de la mise en place d’une nouvelle
formule en s’appuyant sur des moyens comme les
enquêtes, les sondages et les recensements
documentaires.

II. LA COORDINATION AU SEIN DE


L’ENTREPRISE

La communication interne contribue à la construction


de l’image de l’entreprise au même titre que la
communication externe. Elle dépend de l’image qu’en
diffusent les hommes qui y vivent.
L’objectif est de permettre une bonne circulation de
l’information entre les membres du personnel, en vue
d’une meilleure coordination.
L’interactivité et la coordination sont indispensables
au bon fonctionnement d’une organisation. La
communication interne ne peut fonctionner à vide, elle
est un levier qui doit contribuer à faire partager le
devenir de l’entreprise par son personnel. La

4
communication est un outil qui ne servira pas s’il n’y a
pas derrière une main qui sait pourquoi et comment
l’utiliser. D’où l’importance de l’instauration d’un
dispositif de coordination au sein de l’entreprise.

III. LE DISPOSITIF DE
COORDINATION
En général, les dispositifs de communication internes
doivent être analysés et vérifiés de façon à ce qu’ils
soient adéquats avec les objectifs à court, moyen et
long termes de l’organisation et assurent une meilleure
efficacité/cohérence vers un plan de communication.
Il est aussi primordial de réaliser une “photographie”
de l’ensemble des outils internes pour caractériser le
rôle et les fonctionnalités de chacun dans leur
articulation d’ensemble.
C’est pourquoi on opte souvent pour la méthode de
Prestation Scribe qui est une mission d’audit passant
par l’analyse des outils et une étude qualitative via des
entretiens avec un échantillon représentatif de
collaborateurs.
Le rôle du dispositif de coordination consiste à
s’assurer de l’existence d’une information précise et
actualisée sur l’organisation interne avec une
détermination précise des responsables, des missions
de chacun, des relations hiérarchiques et présentation
de l’organigramme de l’administration. La direction doit
donner un exemple remarquable de la coordination en
étant soudée, soucieuse de décisions collégiales, en

5
dirigeant parfaitement les équipes de travail et en
mettant à leur disposition, quelles que soient leur place
dans la hiérarchie et leur fonction, les moyens et outils
leur permettant de coordonner mutuellement ainsi que
les directives nécessaires pour leurs missions.
Les réunions sur tous les niveaux doivent se faire de
façon formelle et périodique en fonction des problèmes
à résoudre et l’organisation de l’espace doit faciliter
moyennement la coordination, toutefois quelques
réaménagements sont nécessaires dans quelques
services provinciaux afin de faciliter la communication
interne.
Le réseau technique est appelé à contribuer à la
favorisation de la communication et ce par le moyen de
téléphone, toutefois d’autres moyens doivent être mis
en place pour le compléter.
Et finalement il est préférable que les réunions de
coordination débouchent des informations et des
décisions qui sont prises en concertation avec l’équipe
de travail et les décisions de coordination tels les
contrats programmes soient prises lors des contacts
directs entre les fonctionnaires.

IV. LES SUPPORTS ET OUTILS


UTILISES POUR LA
COORDINATION

-La radio,

6
-Le téléphone,

-L’affichage,

-Le numéro rouge gratuit,

-le véhicule.

Centres d'intérêt liés