Vous êtes sur la page 1sur 1

Possible pénurie de vaccins contre la grippe

Le vaccin Influvac n’aurait été livré qu’à 85%

« I l e s t p a r f a i t e m e n t p o s s i b l e d ’ u t i l i s e r u n d e s q u a t r e a u t r e s v a c c i n s » , e x p l i q u e n t l e s m é d e c i n s .

M a i s o n i g n o r e s i l e

s t o c k g l o b a l s e r a

s

u f f i s a n t .

U ne pénurie de vaccin

Chaque année, lorsque

commence la période de vaccination, entre la mi- octobre et la minovembre, des bruits de pénurie courent. Cette année, ce sont des soucis de production d’un des cinq vaccins disponibles sur le marché belge qui attirent l’attention. « L’Influvac-S aurait connu des soucis de production sur deux des souches dans une partie des lots. Mais on ne parle pas de pénurie. Tous les patients à qui j’ai prescrit ce vaccin l’ont obtenu sans souci », explique le docteur Vincent Momin, généraliste à Waterloo et membre de la société scientifique de médecine générale. La firme productrice, Abbott, confirme des difficultés de fabrication qui feront que l’approvisionnement d’Influvac en Belgique ne correspondra pas à la demande. Elle couvrirait 100 % pour les hôpitaux, mais seulement « environ 85%» en pharmacie. «Si, par hasard, ce vaccin n’est pas disponible, il n’y a pas de

contre la grippe ?

n’est pas disponible, il n’y a pas de contre la grippe ? Pour l’instant, au début

Pour l’instant, au début de la campagne de vaccination, il n’y aucune

pénurie, mais cela pourrait changer dans quelques semaines

© D.R.

souci à employer un des cinq autres vaccins disponibles.

Leur efficacité et leur effet sont exactement les mêmes. On peut utiliser l’un ou l’autre », explique Vincent Momin. Il faut savoir en effet que la composition de ces cinq vaccins est identique quant aux trois souches grippales retenues, deux souches de grippe A, California 2009 (la grippe dite pandémique) et Victoria 2011. Quant à la

souche

la

Massachusetts 2012. Chaque

année, vers février, les experts de l’OMS déterminent quelles seront les souches les répandues dans l’hémisphère sud et qui seront les plus susceptibles de faire rage chez nous, une fois l’automne venu. Cela reste chaque fois un pari.

peut

Et

malheureusement pas encore inclure plus de trois souches

B,

c’est

on

ne

dans les vaccins, même si des

incluant

projets

quatre souches existent à un

avancé.

stade

de

vaccins

très

Parfois seulement 50% Ce serait la difficulté de production sur deux des souches choisies cette année qui aurait provoqué une diminution de la quantité de vaccins disponibles. « Pour l’instant, il n’y a aucune pénurie, puisque nous sommes au début de la période de vaccination. Mais les officines n’ont en effet reçu qu’une partie des doses commandées. Parfois seulement 50 %. Nous n’avons pas encore reçu d’information sur un envoi différé des quantités non fournies et sur d’éventuels stocks de réserve. Ordinairement, nous pouvons pourvoir au manque de vaccins d’une

marque en fournissant un autre vaccin de composition identique. Il y a un clair consensus pour

cela », explique Christian Elsen, vice-président de l’association pharmaceutique belge. « Il faut rappeler que la vaccination est le meilleur moyen préventif contre une maladie qui n’est pas bénigne, qui peut occasionner de lourdes complications, des hospitalisations et des décès », souligne le docteur Momin. Qui insiste sur les groupes à risques : femmes enceintes au 2e et 3e trimestre, malades chroniques (cardiaque, pulmonaire, rénale) ainsi que toutes les personnes âgées de 65 ans et plus. Lors de la saison 2008, on avait connu une telle pénurie de vaccins, qui avait entraîné un déficit de vaccination chez des groupes à risque alors que des patients non prioritaires avaient été vaccinés, par exemple pour diminuer l’absentéisme dans

l’entreprise.

FRÉDÉRIC SOUMOIS