Vous êtes sur la page 1sur 61

Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Chapitre 1 : METHODOLOGIE DE L’AUDIT SOCIAL

La méthodologie de l’audit social prend en compte la spécificité du domaine


étudié. La démarche de l’auditeur, comporte en particulier une enquête
préliminaire. Elle s’achève par la remise d’un rapport d’audit.

1.1 Caractéristiques de l’audit social :


La spécificité de l’audit social a émergé progressivement en se
différenciant de l’audit général et financier par le domaine étudié et les attentes
suscitées.
1.1.1 Evolution des définitions de l’audit social :

Si l’audit social n’est pas une idée nouvelle, sa définition a évolué en


fonction du domaine étudié et des méthodes adoptées.
L’existence de conceptions différentes de l’Audit social explique que le
terme ne soit pas encore normalisé.
Raym et Vatier considèrent que l’audit social est «Un instrument de
direction et de gestion et une démarche d’observation qui, à l’instar de l’audit
financier et comptable, dans son domaine, tend à estimer la capacité d’une
entreprise ou d’une organisation à maîtriser les problèmes humains ou sociaux
que lui pose son environnement, et à gérer ceux qu’elle suscite elle-même par
l’emploi du personnel nécessaire à son activité.»1
Pierre candou définit l’audit social comme «Une démarche indépendante
et inductive d’observation, d’analyse, dévaluation et de recommandation
reposant sur une des référentiels explicites, d’identifier, dans une première
étape, les points forts et les problèmes induits par l’emploi du personnel, les
contraintes, sous formes de coûts et de risques. Ceci conduit à diagnostiquer les
causes des problèmes décelés à en évaluer l’importance et, enfin, à aboutir à la
formation de recommandations ou propositions d’action qui ne sont jamais
mises en œuvre par l’auditeur»2
Alain Couret et Jacques Igalens proposent la définition suivante : «L’audit
social aura pour mission d’analyser chaque facteur de risque et de proposer les
recommandations de nature à les réduire. »3
1.1.2 Spécificités de l’audit social :
1
- Vatier, l’audit social les éditions organisations.
2
- P. Candou.Audit social, Vcibert
3
- Couret et J. Igalens : Audit social. Pu F 1988

-1- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

La spécificité de l’audit social se fonde essentiellement sur la nature du


domaine audité, qui détermine l’utilisation de certaines méthodes et techniques
propres à ce type d’audit. La fonction ressources humaines a une dimension
qualitative qui infléchit la méthodologie et en particulier dans le recueil
d’informations et dans la recherche de référentiels spécifiques.
Pour parvenir au diagnostic ou pour suppléer l’insuffisance des
informations quantitatives, l’auditeur utilise des méthodes et des techniques
appartenant au domaine des sciences sociales. Il se différencie ainsi des autres
types d’audit.
1.2 La démarche de l’auditeur :
D’après IGALENS J (*) :Les principales étapes de la démarche sont la
définition du cadre de la mission, l’enquête préliminaire , la préparation du
programme de travail détaillé et la réalisation des travaux de la rédaction du
rapport d’audit.
1.2.1 Cadre de la mission :
L’ordre de mission remis à l’auditeur responsable fixe les caractéristiques
de l’audit à mener selon les trois points suivants :.
 Axes principaux :
Un audit de la formation peut avoir les objectifs ci-dessous :
• S’assurer qu’il existe en matière de formation un personnel suffisant ;
• Apprécier le bon emploi des sommes consacrées à la formation :
 Etendue du contrôle :
Il est nécessaire de préciser les limites du champ et les points exclus.
 Les méthodes et les moyens :
Les divers types d’audit doivent être précisés : audit de conformité, audit
comptable, audit opérationnel.
*Igalens J « audit des ressources humaines »,édition liaisons 1991

-2- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

1-2-2 L’organisation de la mission :


A partir du cadre défini par l’ordre de mission, l’auditeur est responsable
de la mise en œuvre de moyens propres à assurer des résultats satisfaisants.
Quatre étapes peuvent être distinguées :
 L’enquête préliminaire :
L’auditeur doit se familiariser avec l’activité à contrôler afin de
déterminer les points significatifs du contrôle, élaborer un programme d’audit
adapté, bien répartir son temps et ses efforts.
 Etablissement du programme de travail détaillé :
Ce programme précise :
Les personnes à rencontrer ;
Les constatations matérielles à effectuer ;
Les documents à utiliser ;
La chronologie détaillée des interventions ;
Le budget temps
 Réalisation des travaux
 Rédaction du rapport

-3- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

1-2-3 Les travaux d’audit :

Conformément au programme arrêté, l'auditeur réalise les divers travaux


d'audit.
Parmi les travaux les plus fréquents, il faut mentionner :
 L'analyse par diagramme

Le diagramme doit faire ressortir :


La division des responsabilités pour les opérations à effectuer ;
La localisation des points d'action, de décision, de contrôle et de
vérification ;
La description des documents utilisés pour le transfert d'information ou
d'instruction;
La liaison avec d'autres circuits et les interconnexions.
Par sa représentation symbolique, le diagramme permet mieux qu'une
description rédigée, d'appréhender la complexité des procédures, de mettre en
évidence les sécurités et éventuellement les carences ou les redondances.
 Les questionnaires d'audit

Pour mener à bien la collecte des informations, l'auditeur utilise une


batterie de questions.
La forme du questionnaire dépendra des objets de la mission, du module
audité.
L'auditeur dispose parfois de questionnaires standards qu'il adapte aux
caractéristiques de l'entreprise et de la mission. Plus fréquemment, il construit
son questionnaire autour des six familles de question : Quoi ? Qui ? Où ?
Quand ? Combien ? Comment ? Avec, après chaque réponse, une question de
relance : Pourquoi ?
L'ensemble de ces questions décrit d'une façon complète la réalisation
d'une tâche.

-4- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

 L'analyse des documents obligatoires

L'entreprise est tenue de rédiger périodiquement des déclarations et des


rapports sur divers aspects de la GRH.
L'analyse de ces documents doit permettre à l'auditeur de porter un
jugement sur le respect des dispositions applicables. Ces documents peuvent
également fournir des informations nécessaires à la réalisation des missions.
 Examen des manuels de procédure et des descriptifs de poste

L'examen des descriptions de poste apporte à l'auditeur des éléments


importants pour apprécier l'efficience de l'organisation et la qualité de
l'information.
L'auditeur utilise les descriptions existantes et contrôle leur validité. En
leur absence, il pratique lui-même les analyses nécessaires à leur élaboration.
Les descriptions de poste ne présentent pas le détail des procédures.
Celles-ci sont décrites dans les manuels.
Ces manuels regroupent l'ensemble des instructions et des notes de service
qu'une personne doit appliquer. L'auditeur intervient à trois niveaux :
Existence de procédures écrites portant sur les activités du poste;
Fiabilité des procédures;
Opérationnalité des procédures.
Par des sondages dans les services, il relève les procédures réelles qui
parfois se substituent aux procédures formelles.
 Les enquêtes auprès du personnel

 Le traitement des comptes rendus

 L'analyse des incidents critiques :

L'auditeur utilise l'arbre des causes pour reconstituer la chaîne causale.


L'arbre des causes permet d'identifier les responsabilités et d'élaborer des
préconisations adaptées.

-5- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Parmi les différents travaux, l'auditeur choisit ceux qui sont adaptés à sa
mission.
1-3 L'enquête préliminaire
Selon IGALENS J (*) :Toute mission d'audit impose une enquête
préliminaire pour se familiariser avec l'entreprise et le problème à traiter. Cette
enquête permet d'adopter un programme de travail adapté en sélectionnant les
points significatifs sur lesquels centrer la mission.
Les modalités qui régissent la présence et le travail des hommes dans
l'entreprise dépendent de contraintes externes et internes, des choix effectués et
du poids du passé. Il faut, pour une connaissance préalable de l'entité auditée,
identifier les caractéristiques technologiques, commerciales, économiques et
financières qui ont un impact humain et social. Le bilan social de l'établissement
et de l'entreprise contient une masse importante d'informations.
L'analyse de ce document complète la connaissance préalable de l'entité à
auditer sur le plan des caractéristiques sociales, des politiques passées et du
poids des décisions antérieures. Il est également nécessaire pour comprendre les
politiques sociales de se référer aux choix de sa politique sociale. L'enquête
préliminaire doit permettre d'identifier les axes et orientations mis en œuvre
dans le domaine audité.
De nombreuses règles sont déterminées en dehors de l'entreprise par les
pouvoirs publics ou conventionnellement, entre les organisations
professionnelles patronales auxquelles adhèrent l'entreprise et les syndicats des
salariés.
1.3.1 Connaissance générale de l’entité auditée :

Cette prise de conscience porte sur les caractéristiques techniques,


commerciales et financières. Elle débute par un recueil d'informations générales
et s'achève par la rédaction d'une fiche d'information.
* Audit des ressources humaines ; édition liaison 1991

-6- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

 Les informations générales

L'auditeur rassemble les chiffres significatifs, les données historiques et


des informations sur la structure des responsabilités.
 Les caractéristiques techniques

Il s'agit ici de faire ressortir les contraintes qui pèsent sur l'organisation du
travail, les conditions physiques de travail, l'aménagement des temps, les
niveaux de qualification, les risques et, plus généralement, l'ensemble des
conditions de vie et de travail des salariés dans l'entreprise.
Une description succincte du cycle de production, des équipements et des
postes de travail est nécessaire. L'auditeur sera particulièrement attentif aux
aspects techniques pouvant avoir une incidence sur le thème de sa mission.
Si, par exemple, la mission concerne la formation, l'analyse des
caractéristiques techniques est entrée sur les qualifications requises pour les
différentes opérations et sur leur évolution à moyen terme. Les perspectives
d'innovations et de mutations technologiques, la transformation des compétences
requises font l'objet d'un intérêt particulier.
 Les caractéristiques financières et économiques

Pour élaborer son programme de travail, l'auditeur doit connaître


l'importance des enjeux. Il doit donc analyser les documents comptables et
financiers.
Il s'intéresse également aux documents de comptabilité analytique afin de
connaître les composantes du prix de revient.
Le suivi des charges liées au personnel sur plusieurs années permet à
l'auditeur de mieux situer les points importants de sa mission.
1-3-2 La stratégie sociale de l’entreprise :
Toute mission d'audit social s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre
d'une stratégie sociale, partie importante de la politique générale de l'entreprise.
L'auditeur, au cours de son enquête préliminaire, doit identifier les
principaux axes de la politique humaine et sociale de l'entreprise.

-7- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

1-3-3 La réglementation applicable :


La richesse du cadre légal, réglementaire et conventionnel en matière
sociale limite la liberté d'action de l'entreprise. il est donc nécessaire d'identifier
les règles applicables préalablement à toute mission d'audit. cet inventaire doit
être particulièrement minutieux s'il s'agit d'un audit de conformité. Cette
recherche des règles applicables est délicate du fait de la variété des sources :
sources étatiques, sources conventionnelles, autres sources.

1-4 Le rapport d'audit


La réussite de la mission d'audit social repose sur la qualité de
l'information transmise à la direction et sur sa volonté et sa capacité à l'exploiter.
Cette information est présentée selon diverses modalités. Elle doit
répondre à plusieurs exigences. Sa qualité est essentielle. L'information porte sur
trois points :
Les travaux effectués, leur finalité et les constatations;
L'opinion de l'auditeur;
Les recommandations permettant d'orienter l'action.
La qualité de l'information résulte de la rigueur de la démarche présentée
et de la pertinence et la praticabilité des recommandations. La réussite de l'audit
repose également sur la mise en œuvre effective des recommandations et son
suivi.
cette formule de L.SAWYER traduit l'importance du rapport comme outil
de communication et comme appel à l'action4 :
"L'auditeur doit voir son rapport sous le même angle qu'un vendeur
considère l'occasion qu'il a d'offrir son produit au directeur d'une entreprise :
une ouverture pour une présentation bien répétée, bien conçue et sans faille".

4
- L. SAWYER, la Pratique de l'audit interne, Publi-Union, Paris, 1976, p.393.

-8- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Le rapport d'audit social peut revêtir trois formes :


Rapport intermédiaire;
Rapport oral;
Rapport final.
Le rapport final comporte trois parties.
Les réalisations (travaux effectués et constations).
Quelle que soit la nature des investigations réalisées, il est nécessaire
d'apporter au lecteur tous les éléments lui permettant d'apprécier la rigueur, la
portée et les limites des travaux.
♦L'opinion
C'est le jugement professionnel formulé par l'auditeur. elle repose sur les
constations effectuées. Elle doit être l'expression exacte de ce que pense
l'auditeur, ne comporter que des éléments justifiables et appuyés sur des faits.
Selon Peretti * « Une anomalie mineure n'entraîne pas la formulation
d'une opinion défavorable. Leur multiplication constitue un élément négatif.
L'anomalie majeure empêche d'atteindre l'un des objectifs importants de l'entité.
elle justifie généralement une opinion défavorable.
Une analyse des causes des anomalies est nécessaire. Les causes les plus
souvent identifiées dans les missions d'audit social portent sur les quinze points
suivants :
Définitions insuffisantes d'objectifs;
Définitions insuffisantes des responsabilités;
Absence de guide de procédure et d'instructions adéquates;
Formation insuffisante du personnel;
Absence de dispositions propres à garantir le respect des dispositions
légales ou internes;
Absence de mise à jour et d'actualisation;
- Absence d'affectation d'un personnel suffisant;

-9- Effectué à la CDG


Rapport de stage de conception Essai d’audit social

* Peretti « Gestion des ressources humaines » , vuibert coll entreprise paris

Absence d'affectation d'un personnel suffisant;


Absence d'équipement suffisant;
Absence de coordination;
Absence de fixation ou de respect des délais;
Attitude non satisfaisante du personnel;
Erreurs humaines;
Absence de fixation de priorité;
Surveillance insuffisante.
L'analyse des causes permet d'orienter les préconisations.
♦Les recommandations
Les attentes de la direction ne se limitent pas aux constatations et aux
opinions. Elle souhaite que ces préconisations permettent d'améliorer la
conformité et l'efficacité des pratiques, la définition et la mise en œuvre des
politiques sociales.
Le rapport de l'auditeur doit donc s'achever sur des recommandations. En
fonction des problèmes soulevés et des difficultés constatées, l'auditeur peut
parfois formuler des propositions opérationnelles : Modification des procédures
existantes, transformation de documents, précisions à apporter dans une
définition de fonction, nouveaux circuits, etc. Ce n'est pas toujours le cas.
Dans de nombreux domaines, l'auditeur se limitera à proposer une
démarche permettant d'aboutir à des recommandations opérationnelles :
organisation d'un groupe de travail, d'une action de formation, recours à un
expert interne ou externe, audits complémentaires. Etc.

- 10 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

- 11 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Chapitre 2 : Présentation de la CDG

2-1 HISTORIQUE

Juste après l’indépendance, le Maroc se devait de reconstruire son économie sur


de nouvelles bases, avec l’aide de d’hommes prêts à faire face à ce défit.
Ainsi, le 10 février 1959, la CDG voit le jour dans un environnement
interventionniste par le dahir n°1-59-074 du premier chaâbane 1378 (10 février 1959).
Elle est considérée comme l’une des principales entreprises du royaume et aussi l’une
des plus impliquée dans la dynamisation et le développement de l’économie
marocaine.
Il s’agit d’un établissement public doté de la personnalité civile et de l’autonomie
financière. L’objet majeur est de mobiliser l’épargne au profit de l’investissement.
Ainsi la mission est d’ordre économique : Le législateur fait obligation à certains
déposants institutionnels (CNSS, CEN) de confier à la CDG l’excédent de leur
ressources. La caisse devra donc les placer ou les investir de façon sure et rentable de
telle sorte à contribuer au développement du pays.
Privatisation, déréglementation financière et déréglementation du marché en
général, sont à l’origine de la réévaluation de sa mission.
Nous avons dit avant que la CDG bénéficie de l’autonomie financière,
néanmoins, la liberté d’action de la CDG connaît une limite : Le volume des fonds
propres dont elle dispose dépend de la part des bénéfices prélevés par l’état et du taux
de rémunération des dépôts qui est indexé sur celui des bons de trésor. Telle est la
contrainte qui représenterait un frein éventuel aux ambitions de la caisse.
D’autres arrêtés, dahirs et décrets (1960,1963) ont été légiféré après pour
modifier le dahir de 59 ou bien combler le vide relatif à l’organisation financière et
comptable de la CDG.
Le crédit immobilier et hôtelier (CIH), spécialisé dans le crédit immobilier et le
financement de la construction d’hôtels, est restructuré est devient une filiale de la
CDG.

- 12 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Dans l’optique de créer un climat favorable à la prospérité et au développement


de l’économie marocaine, la CDG a créé à l’initiative des pouvoirs publics, la société
nationale d’investissement (SNI). Par ailleurs la CDG a joué un rôle moteur dans le
développement touristique du pays en créant un nombre important d’unités hôtelières
sur la cote méditerranéenne.
La période allant de 1973 à 1982, a connu un événement marquant : La
marocanisation des industries et des services. Cette nouvelle orientation a été soutenue
par la marocanisation d’importantes sociétés telles LAFARGE, CIFM.
Le régime collectif d’allocation de retraite (RCAR) fut crée le 4 octobre 1977,
faisant ainsi partie des régimes obligatoires de protection de base au MAROC.
A fin de répondre aux divers besoins exprimés par l’environnement externe, de
nouveaux produits ont émergés (Addamane al filahi) de même de nouveaux métiers
ont surgi tel le métier d’un « trader » qui consiste à gérer le portefeuille obligataire de
la CDG.

Rapport d’activité de la CDG 1983

- 13 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

2-2 Structure de la CDG

1- La direction :
a/ Le directeur général :
Principal ordonnateur, le directeur général de la CDG est nommé par dahir il est
doté de larges pouvoirs lui permettant d’assurer la célérité, la souplesse et l’efficacité
dans la gestion des dépôts confiés à l’établissement.
Il jouit d’une large compétence en matière d’ordonnancement, de nomination, de
délégation, d’emploi de fonds et dans une moindre mesure en matière budgétaire.

b/ Le secrétaire général :
Nommé par décret, il assiste le directeur dans la direction et le remplacement en cas
d’absence.

2- Les organes de contrôle :


a/ La commission de surveillance :
Selon l’article 4 du dahir de création, la commission de surveillance est chargée de
surveiller au nom de l’état le contrôle des opérations de caisse.
En cette qualité d’organe de contrôle, la commission de surveillance est investie des
attributions suivantes :
1- Le suivi de la situation de la caisse et le droit d’être informé de son activité.
2- Le pouvoir de vérification des fonds en caisse et du portefeuille.
3- L’examen préalable du budget administratif de la CDG.
4- Le pouvoir de l’approbation des comptes de l’exercice écoulé.
5- Le pouvoir de présenter à sa majesté le roi, un rapport annuel sur la gestion
financière et l’activité de la caisse.

- 14 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

b/ Le caissier général :
Il a le statut de comptable public, il est nommé par décret ; ses comptes sont soumis
à la juridiction des comptes devant laquelle il prête comme tel serment son entrée en
fonction. Il est chargé :
• D’effectuer toutes les opérations de recettes et de dépenses au vu des titres
établis par le directeur général.
• De conserver et de garder des deniers déposés entre ses mains à quelques titres
que ce soit.
• D’assurer la gestion des valeurs de la caisse.
• Il est seul comptable des oppositions et empêchement au paiement ; étant
considérés comme nulles et non avenus toutes saisies-arrêts, oppositions ou
signification faites à des personnes autre que le caissier général.
• Il intervient à la demande du directeur général pour effectuer autres opérations
telles que l’exécution de l’ordre de vente ou de souscription aux émissions,
l’exercice des droits d’attribution gratuite des actions.

- 15 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

2-3 L’organisation de la CDG :

La CDG est présidée par le directeur général, il est assisté par le secrétaire général
dont dépendent directement le département comptable, le département informatique, la
direction des ressources humaines et la division des moyens logistiques.
La caisse générale ainsi que la direction des études dépendent du directeur
général. Ce dernier supervise l’activité de plusieurs pôles :
• Le pôle d ‘assurance et de prévoyance.
• Le pôle des participations et des placements financiers.
• Le pôle immobilier et de tourisme.
• Le pôle collecte des ressources dont dépendent le département des dépôts et la
direction des consignations.
• Le pôle activité de marché.

Voir organigramme page suivante :

- 16 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

- 17 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

- 18 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

2-4 Les principales activités de la CDG :


1-Intervention dans le marché des capitaux :
La CDG est considérée comme un centralisateur de l’épargne. Elle apporte son
soutien au développement économique par sa contribution au financement de
l’économie au travers de l’animation du marché financier et de la promotion de
l’investissement. La structure de l’épargne drainée par la CDG est dominée par les
fonds de la CNSS et la caisse d’épargne nationale (CEN). A eux seuls, c’est deux
déposants, totalisent 71,4% des ressources. Le reliquat est ventilé notamment entre les
fonds de travail, les secrétaires greffiers et les cautionnements et consignations.
Concernant les emplois, la caisse consolide son rôle entant que principal animateur
du marché financier. Le portefeuille à revenus fixes de l’établissement représente la
part du lion de ses emplois. Avec la mise en place de nouveaux instruments tels que les
OPCVM, les titres de créances négociables(TCN) et surtout l’instauration du marché
secondaire des bons de trésor, la CDG est appelée à jouer un rôle très important pour
soutenir le développement de ces nouveaux produits.
Par ailleurs, après avoir mis en place les moyens nécessaires pour contribuer au
démarrage et à l’animation du marché secondaire des instruments de taux, la caisse, en
tant qu 'intermédiaire en valeur du trésor (IVT), a commencé à intervenir sur ce
compartiment à partir du 15/12/96.
La CDG intervient aussi sur le marché des titres à revenus variables, son portefeuille
est à prédominance de titres de placement. Le secteur des sociétés de crédits et de
tourisme constitue la cible préférée de la CDG.

2-La prévoyance sociale et l’assurance :


Au niveau de la prévoyance, le système de « Addamane al hirafi » lancé par la
CNRA et la nord-africaine et internationale d’assurance (CNIA) ( parmi les filiales de
la CDG), couvre actuellement 15 587 commerçants et artisans et donne lieu à un
montant total de primes et de cotisations de l’ordre de 25 milliards de DMS. Suivant la
même stratégie, les deux compagnies continuent de finaliser les différentes prestations
d’assurance que le système « Addamane al bahri ». Par ailleurs, l’activité du régime

- 19 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

collectif d’allocation de retraite(RCAR), connaît une expansion traduite par le niveau


accroissant de ses filiales.
En plus de son activité dans le domaine de la prévoyance, la CDG est présentée dans
le secteur de l’assurance par le biais de la société de réassurance.
3- Investissement, immobiliers et aménagements des zones industrielles :
Conformément à ses orientations stratégique, la CDG poursuit par le biais de ses
filiales, considérées comme des maîtres d'ouvrage délègues , la réalisation de
d’importants programmes à RABAT, CASA et les autres villes. Ces projets concernent
notamment les travaux relatifs à l’aile nord du centre d’affaire du mail central à hay
ryad et le programme de construction de dawliz à Casa.
L’infrastructure constitue en la réalisation du complexe sportif, pour le compte des
F.A.R à la sortie de SALE. D’autres projets très ambitieux portant sur le logement, le
commerce et les bureaux constituent des programmes propres de certaines filiales de la
CDG comme la CGI (La compagnie générale immobilière).
En matière d'aménagement des zones industrielles, la caisse a contribué par des
études techniques relatives à Gzenaya située à Tanger. Ce projet qui se tend sur une
superficie de 130 ha, consiste à réaliser en 4 tranches 495 lots industriels. 740 lots à
usage d’habitat et 22 lots d'équipements.

Les activités de la caisse sont organisées en cinq pôles, chacun correspondant à un


ensemble d'activités cohérentes entre elles :

Activités contenu

Collecte des ressources • Gestion des dépôts réglementés et consignation.


• Gestion pour compte des tiers.
• Services bancaires de base.
Activité du marché • Métiers de placement transactions sur marché
financier.
• Métiers d'ingénierie financière.
Participations • Activité de gestion portefeuille de participations
et placements

- 20 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Assurance, prévoyance • Retraite publique ou privée.


• Assurance vie et corporelle.
• Réassurance
Immobilier et tourisme • Gestion du portefeuille immobilier.
• Gestion du portefeuille touristique.
• Aménagement.

Certaines activités, comme l’immobilier et le tourisme connaissent peu de


bouleversement, d’autres, comme celles du marché, ont connu et connaissent des
évolutions significatives, exigeant la mise en place de moyens et de savoir-faire
nouveaux.
Les priorités sont hiérarchisées en fonction de quatre critères :
• Conformité des activités aux objectifs des pouvoirs publics.
• Perspective de rentabilité et de croissance.
• Risques financiers attachés aux activités de la caisse.
• Niveau de fonds propres nécessaires au développement de son rôle d’investisseur.
Cependant chaque pôle d’activité a des objectifs précis.

- 21 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

2-5 Rapport d’activité de la CDG pour 2000

1/ Les dépôts :
L’exercice 2000 s’inscrit pour la caisse dans le prolongement de l’exercice
précèdent qui a été marqué par une décélération du rythme de croissance des dépôts.
Le taux de progression s’est établi à 3,3% contre 6,8% et 8,4% respectivement en
1999 et 1998.
Ce ralentissement résulte des deux principales causes déjà enregistrées l’an
dernier, à savoir la tendance baissière des flux de capitalisation, suite à la baisse des
taux d’intérêts et des transferts effectués au profit des OPCVM dédiés aux principaux
déposants. Le montant total transféré en faveur des OPCVM dédiés à la caisse
nationale de sécurité sociale(CNSS) et à la caisse d’épargne nationale (CEN) s’est
élevé à 1.975 MDH.
Par ailleurs, le phénomène d‘érosion de la part de la CNSS et de la CEN dans la
structure des dépôts s’est accentue71% en 1997, cette part est passée à 64,6% en l’an
2000. La CNSS à elle seule, a perdu près de 6 points entre 1997 et 2000, ramenant sa
part dans les dépôts de la caisse de 50,8% à 44,9%. Quant à la CEN, sa part est
passée de 20,1% à 19,6% a fin décembre 2000.

2/ Marché des taux :


Les investissements nets réalisés en bons du trésor par la caisse et ses organismes
gérés sont repartis entre le court terme pour 26,8%, le moyen terme pour 49% et le
long terme pour 24,2%. En tant qu’intermédiaire en valeurs du trésor, la caisse a
réalisé pour son compte propre et pour celui de sa clientèle 6.750MDH sur le marché
primaire contre 4.733MDH l’année dernière. Sa part de marche s’est située à 16,8%
en 1999.
Le volume des opérations réalisées sur le marché secondaire s’est élevé à 141
milliards de dirhams contre 136 milliards de dirhams une année auparavant. Les
opérations fermes ont porté sur 19 milliards de dirhams. Les réalisations nettes du

- 22 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

groupe CDG sur le marché de la dette privée se sont inscrites en baisse par rapport à
l’exercice précèdent en passant de 573MDH à 368MDH.
Ces souscriptions sont ventilées entre les certificats de dépôts pour 160MDH
constitués en totalité des titres BNDE et les bons de sociétés de financement pour
208MDH. Le portefeuille global de la caisse a atteint, en valeur nominale,
25.673MDH, en progression de 7% par rapport à l’exercice précèdent. La part des
actifs émis ou garantis par l’état est passée de 90,6% à 92,6%. Cette évolution traduit
la politique de prudence suivie par la caisse dans l’allocation de ses ressources et de
celle de ses organismes gérés.

3/ Participations et placements :
Concernant les participations et placements hors immobiliers et tourisme, l’année
2000 a été marquée par :
♦ La prise de participation de 8% dans le capital de Meditel, soit l’équivalent de
480MDH.
♦ La participation à l’augmentation du capital du CIH fixe à 2 milliards de dirhams.
Le portefeuille participations (hors immobiliers et tourisme) qui représente désormais
5% du total bilan contre 4% en 1999 s’est élevé, en valeur comptable, à 2.072,5MDH
en augmentation de 64% par rapport à son niveau de 1999.
Les revenus générés par ce portefeuille ont atteint 763,4MDH, en hausse de 86%
par rapport à 1999. Le rendement, sur la base des revenus reçus à fin décembre 2000
est de 5%, soit un niveau sensiblement identique à celui de l’exercice précèdent 4,9%.
Quant au portefeuille placements, sa constitution, en terme de valeur boursière, fait
ressortir la prédominance des titres de sept sociétés relevant de trois secteurs : Les
banques, les sociétés de portefeuilles et la branche «matériaux de construction ». A
elles seules, ces valeurs interviennent pour 80% de ce portefeuille. Sa valorisation
boursière, qui ressort à 2.066MDH pour un coût d’acquisition de 1.716,29MDH, est en
domination de 14,2%. Son poids dans la capitalisation totale de la bourse de
Casablanca est de l’ordre de 1,8%.
Globalement, les transactions n’ont représenté que 0,3% du volume global du
marché en l’an 2000 au lieu de 1% en 1999. Ainsi, la caisse a été très peu active en

- 23 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

bourse en raison du contexte peu favorable et suite à la décision de réduire le risque


sur les actions. Les actions se sont élevées à 81MDH et les ventes ont été quasiment
insignifiantes 1 MDH.
4/ Capital-investissement :
L’intérêt qu’accorde la caisse à la dynamisation de l’investissement l’a amené à
s’intéresser à la promotion du métier de capital-investissement. A cet effet, les
démarches entreprises auprès de la caisse de dépôts et placements du Québec (CDP),
en vue de l’établissement d’un partenariat pour la création d’un fonds de capital-
risque. En effet, une convention a été signée à la fin du mois d’octobre et porte sur la
création d’une structure de capital-investissement. Le fonds sera abondé au démarrage
de 300 MDH, niveau qui est appelé à augmenter pour atteindre 500 MDH. En outre, la
caisse détiendra 40% du capital de la société de gestion. Les structures opérationnelles
sont encours de constitution.

5/ Tourisme :
S’agissant de l’activité touristique, la caisse a procédé au lancement de plusieurs
opérations de rénovation de ses unités hôtelières ; l’objectif étant de les mettre à
niveau dans la perspective soit de les céder, soit de les confier en gestion. Le budget
d’investissement prévu à cet effet est de l’ordre de 393,13 MDH dont près de 56% a
été réalisé au cours de l’exercice 2000.
Dans ce cadre, l’année 2000 a été marquée par la réouverture en septembre de
l’hôtel N’FIS géré désormais sous l’enseigne « Le Méridien n"fis Marrakech ».
Conformément à sa politique de désengagement de la gestion touristique, la caisse a
procédé en l’an 2000 à la signature de deux contrats de gérance libre. Le premier
contrat d’une durée de dix ans est passé avec le groupe LOOK VOYAGE(filiale du
groupe canadien Transat). Il concerne la gestion de l’hôtel ISSIL à Marrakech qui fait
l’objet de travaux de remise en état des chambres et l’extension de sa capacité. Le coût
de cette opération est de l’ordre de 43 MDH. Le second est une reconduction de la
gérance libre liant la caisse au club med et portant sur le club de Ristinga Smir. Les
parties contractantes se sont engagées à rénover ces unités hôtelières. Le coût
prévisionnel de cette rénovation est de 60 MDH dont 40 MDH à la charge du

- 24 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

propriétaire. Enfin, des consultations sont encours en vue de confier la gestion de


l’hôtel JNANE Palace à un groupe de dimension internationale.

6/ Prévoyance sociale :
Sur le plan de la prévoyance, la CNRA a réalisé un chiffre d’affaires, toutes
activités confondues, de 395,70 MDH, en baisse de 8,8% par rapport à l’exercice
précèdent. Cette diminution s’explique notamment par le fléchissement de l’activité
des rentes d‘accidents de circulation qui a connu une accélération de l’exécution des
jugements.
Compte tenu des produits de placement, le chiffre d’affaire global de la CNRA s’est
élevé à 478,34 MDH. Soucieuse de l’extension de la couverture sociale
complémentaire à une population aussi large que possible, la CNRA continue à
prospecter d’autres marchés potentiels. Dans ce cadre, une convention a été
récemment conclue avec l’OCP pour l’affiliation de son personnel au RCAR et au
système RECORD. Cette opération de grande envergure concerne un effectif potentiel
de 26000 affiliés.
Des contrats sont également encours avec d’autres grands organismes, tels que
l’ONE, la RAM et l’administration des douanes, pour l’affiliation de leur personnel au
système record.
Quant au régime collectif d’allocation de retraite, il couvre une population de
218.663 affiliés cotisants, soit environ 10% de la population des affiliés actifs de
l’ensemble des régimes de retraite. Il assure aussi des prestations à 28.768 pensionnés
pour lesquels il a alloué un montant de pensions de 348,33 MDH.
Les cotisations et contributions recouvrées par ce régime se sont élevées à 804,44
MDH, en augmentation de 1,2% par rapport à l’année 1999.
Enfin, le régime a pris toutes les dispositions techniques nécessaires pour intégrer le
personnel de la caisse interne de retraite de l’ONCF. Ce transfert concerne plus de
10.000 agents en activité et plus de 9000 pensionnés.

- 25 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

7/ La réassurance :
L’environnement de la réassurance en 1999 a été peu favorable tant sur le plan
national qu’international. Au cours de 2000, la société centrale de réassurance (SCR) a
enregistré un volume de prime de 1.509,96 MDH en progression de 3,08%. En effet,
les affaires légales atteignent en terme de primes 923,07 MDH, ont marqué un
accroissement de 6,4% alors que les affaires conventionnelles tant marocaines
qu’étrangères, avec un montant de 586,89 MDH ont reculé de 1,7%. Cette baisse est
due aux affaires marocaines facultatives qu’ont diminué de 14,32%. Les affaires
marocaines traitées et les affaires étrangères, pour leur part, ont évolué respectivement
de 6,39% et 9,69%.
En tant que réassureur national, la SCR, investie de missions de régularisation, de
sécurisation du marché marocain d’assurance et de conservation des primes
localement, a absorbé en 1999 environ 69% des besoins de réassurance du marché et
en a conservé pour sa part son propre compte 84,23%.
La SCR a affilié pour la quatrième année consécutive, un résultat excédentaire. Le
résultat net de l’exercice s’est soldé par un bénéfice de 537,49 MDH au lieu de 171,66
MDH en 1999.
Par ailleurs, la convention de 1960 entre l’Etat et la caisse fixant le fonctionnement
de la SCR qui arrive à échéance à fin 2000, a été reconduite pour une période de 5 ans
au lieu de 10 ans précédemment. Cette reconduction devra contribuer d’une part, à la
mise en œuvre d’une politique de réassurance nationale, et d’autre part au
renforcement des structures organisationnelles, techniques et financières de la SRC.

8/ Ressources humaines et organisation :


L’année 2000 a été marquée par ailleurs par la poursuite et la finalisation de deux
chantiers d’une importance primordiale pour l’activité de la caisse.
Ainsi, l’étude visant la refonte des méthodes de recrutement, de gestion de carrière
et de rémunération des ressources humaines a été finalisée. Sa mise en application est
prévue pour le deuxième semestre de l’exercice 2001.

- 26 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

D’un autre coté, le schéma directeur des systèmes d’information a donné lieu à
l’établissement des cahiers des charges détaillés pour chacun des domaines retenus.
Allant de la gestion du portefeuille au pilotage de la trésorerie. La liste des progiciels à
mettre en œuvre a été arrêtée. Ils seront opérationnels progressivement d’ici 2002.

9/ Résultat :
L’exercice 2000 a été marqué par un contrôle fiscal de la caisse, le premier du genre
depuis1986. Il s’est soldé par des redressements que la caisse a contestés dans leur
quasi-totalité.
Le résultat net a atteint 470,29 MDH au lieu de 560,05 l’exercice précédent.

- 27 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

L’audit des Ressources humaines

Introduction :
Les conclusions les plus importantes du diagnostic concernant les
ressources humaines :
Bien que certaines activités doivent être renforcées par l'intégration d'un
personnel qualifié supplémentaire à la (C.D.G), par exemple, dans la division
financière, au pôle participations et au pôle des activités de marché, etc., la
contrainte fondamentale actuelle concerne la capacité de gestion et de
motivation du personnel et non le manque de compétence. Ceci a déjà été
reconnu par la direction générale et par l'audit qui vient d'être fait récemment par
le cabinet Ernest and Young
L'état de démobilisation des ressources humaines constaté au sein
de plusieurs structures de la CDG est grave, à tel point que les aspects liés à
la gestion et à la motivation du personnel exigent une attention de toute
urgence.

Trois exemples peuvent illustrer la gravité de la situation :

• Plusieurs responsables occupant des postes clés ont manifesté leur


intention de quitter l'établissement à la première occasion ;
• La non-coopération a atteint en plusieurs cas l'état de blocage
systématique des travaux des autres ;
• L'esprit de "clan" empêche toute action constructive de
redressement.

- 28 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Une bonne partie des problèmes que nous avons constatés durant
ces deux mois de stage à l'aide des interviews et des observations ne sont
que la conséquence directe de la situation des ressources humaines qui
prévaut. Et si cette situation n'est pas radicalement améliorée, ces
problèmes peuvent persister.

- 29 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Chapitre 3 : L’audit du recrutement et de la motivation

3-1 Sélection et recrutement du personnel :

3-1-1 Introduction :
La fonction de recrutement est gouvernée par les plans et budgets, eux-mêmes
établis d'après les prévisions des besoins en personnel.
Le recrutement obéit à certains critères, dont l'un des éléments
fondamentaux est la définition de descriptions et profils de postes détaillés,
pour les postes de responsabilités et profils plus succincts pour le personnel
non-cadre.

3-1-2 Responsabilités :

♣ Principes :
Le principe est que les utilisateurs sont responsables de la
définition et de la planification de leurs besoins en effectifs, ainsi que de la
sélection du personnel à recruter et de son affectation.
En vue de réaliser les recrutements prévus et approuvés, les
candidatures sont centralisées au niveau d'une administration spécialisée,
qui reçoit spontanément des demandes ou les suscite par voie de presse ou
contacts directs lorsque des candidatures spontanées sont reçues en dehors
des compagnes de recrutement, la structure administrative enregistre, classe
et conserve ces candidatures dans un fichier approprié, et en notifie les
utilisateurs potentiels, de façon résumée.
Dans cette structure, une sous-structure psychotechnique conduit
les premiers entretiens, fait passer les tests d'aptitudes générales ou

- 30 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

techniques souhaitables, accompagne les candidats dans leurs visites aux


responsables. Elle contribue également à la sélection, mais en se limitant à
une appréciation générale sur les motivations compétences techniques.
Quant à la décision finale de recrutement appartiennent à l'utilisateur, c'est
à dire au futur responsable hiérarchique (directeur) du candidat.
Pendant la phase de recueil des candidatures et de sélection, les
structures administratives doivent fournir de manière informelle aux
utilisateurs les informations dont ceux-ci pourraient avoir besoin, en
matière de formation, équivalence de diplômes, classement des candidats
suivant les statuts et dans la grille des salaires , calcul des avantages
sociaux et autre compensations en espèce ou en nature, dont les candidats
pourraient bénéficier.

Après la décision de recrutement, la structure administrative


établit les conditions précises de l'embauche, effectue ou coordonne les
formalités de recrutement et envoie la lettre de recrutement sous la
signature du directeur du personnel ou du directeur général.

Les directions utilisatrices ont la responsabilité de préparer


l'accueil, l'orientation et l'insertion des candidats embauchés. Les
recrutements sont généralement sanctionnés par une période d'essai, de
longueur variable suivant la catégorie de personnel, à la fin de laquelle
l'utilisateur apprécie le stagiaire et recommande ou non son engagement
définitif.

- 31 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

♣ Diagnostic :

Dans l'organisation de recrutement, la CDG manque d'un certain


nombre de moyens et de structures, sans lesquels la fonction ne peut pas
être exercée :

• Il n'existe aucune politique de recrutement .


• Les prévisions de recrutement sont faites année par année sans
prendre en considération l'évolution des activités de la CDG à moyen
et long terme. Mais surtout absence de planification en terme de
description du poste et du profil. On recrute des personnes à haut
niveau de compétence mais pour des postes opérationnels et non pas
pour des postes de décision et de gestion.
• Une grande partie des candidatures passent directement aux
utilisateurs qui n'exploitent pas à fond les possibilités du marché de
l'emploi et dont les décisions de recrutement ne paraissent pas
toujours justifiées faute de critères tels que la description et le profil
des postes, ou faute de tests, etc ;

• Un système informel de dérogations s'est développé, par rapport au


statut, de manière à recruter et maintenir certaines spécialistes et
responsables de haut niveau, en les faisant échapper au statut ou en
leur accordant des avantages particuliers hors statut.
• Des délais exagérément longs interviennent parfois entre la décision
de recrutement, la constitution du dossier et l'engagement effectif, du
fait de la rigidité du système actuel ;

- 32 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• La division affaire administratives, qui reçoit quelques 30 dossiers


quotidiennement d'offres de services spontanées ne tient plus de
fichier de candidatures.

• Du point de vue du marché local de l'emploi, la CDG offre peu


d'avantages, du fait de l'actuel statut du personnel et de la nouvelle
grille de rémunération récemment proposée par le cabinet d'audit
Ernest and Young, d'ou la difficulté d ‘attirer un nombre appréciable
de candidatures valables et de permettre une véritable sélection.

Ceci explique le système de recrutement de la CDG injuste et basé sur l'abus


de pouvoir.

3-1-3 Le recrutement interne :

♣ Principe :
La priorité doit être donnée au recrutement interne, facteur clé,
en vue de :
- Développer des compétences internes et valoriser l'expérience ;
- Maintenir le personnel et le motiver pour faire ses preuves ;
- Créer un esprit de collaboration "esprit-maison"

En général cette priorité devrait être organisée par différents moyens :

• Moyens organisationnels et partage de compétences :

- 33 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Une cellule responsable du développement des ressources


humaines, distincte de la structure administrative gérant le
personnel, suit les carrières des cadres et des titulaires de
postes hiérarchiques, ainsi que la planification de la
formation à long terme.

• Information inter-entreprise :

Les campagnes de recrutement et les postes vacants sont


annoncés par voie d'affichage ou dans le bulletin interne de
l'entreprise suffisamment à l'avance pour susciter des
candidatures.
les candidatures internes sont traitées comme celles provenant
de l'extérieur.

♣ Diagnostic :
Or, à la CDG,
-Le recrutement interne n'est pas organisé actuellement faute de concept de
développement et de planification des ressources humaines.
Cela peut être considéré comme un danger pour la CDG, puisque des
personnes compétentes occupant le même poste plus de 20 ans se trouvent
souvent subordonnées à des jeunes sans expérience qui viennent d'être recrutés
de l'extérieur, ce qui crée pour la plupart du temps des insubordinations et un
manque de collaboration.

3-1-4 Appel à la concurrence :

- 34 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

♣ Principes :

Pour certaines catégories de personnel, les campagnes de


recrutement ont lieu une fois par année ; pour d'autres deux ou quatre fois,
à des périodes appropriées.

Pour une liste de poste, qui dépend en général des conditions


locales du marché du travail, les procédures de recrutement proviennent de
l'organisation obligatoire et périodique de concours, confiée à une cellule
chargée du recrutement dans la structure administrative.

Les campagnes de recrutement servent à mettre le maximum de


candidats en concurrence pour un ou des postes déterminés. La structure
administrative effectue ainsi une première sélection et le classement des
candidats retenus avant d'adresser ceux-ci aux utilisateurs responsables
pour interview et sélection définitive.

♣ Diagnostic :

• La CDG ne bénéficie pas de meilleures conditions internes de


recrutement à l'heure actuelle. Outre l'imprécision de la
frontière "fonctionnels".

• Il n'existe ni politique, ni procédures formelles de


recrutement, indiquant les postes pour lesquels le recrutement
par concours devrait d'ailleurs être obligatoire, ceci se fait

- 35 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

justement sans concours d'embauche pour la CDG dont les


personnes qui viennent passer ce concours n'ont reçu
d'information qu'à travers le bouche à oreille.

(Ceci est donc à l'origine d'un clivage important relevé à la CDG,


où les gens distinguent volontiers les anciens et les hommes de l'ex-
directeur.)

3-1-5 Conclusion et recommandation :

Outre l'établissement de description et de profil des postes, la


CDG devrait, en priorité :

• Centraliser toutes les candidatures dans une sous-structure


appropriée. Au plan organisationnel, la fonction de recrutement
devrait être confiée à une unité distincte, dirigée par une personne de
l’entreprise avec quelques années d'expérience dans l'administration
des tests, l'évaluation des qualifications et des besoins.

Cette sous-structure, chargée du recrutement pour l'ensemble de


l'établissement, suivant les besoins des utilisateurs, peut être située dans la
structure administrative chargée de l'organigramme de la société.

La sous-structure chargée du recrutement contrôlerait la


conformité formelle des recrutements aux statuts et au budget et testerait
les conditions du point de vue de leurs motivations et de leurs aptitudes
générales.

- 36 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• Définir une politique et des procédures de recrutement.


• Concevoir et organiser le recrutement et la promotion internes,
fondamentaux, si on veut changer l'esprit qui règne actuellement
dans l'établissement ; faire circuler aussi toute l'information
nécessaire sur le développement des activités, les postes vacants et la
création de postes budgétaires.
• Assurer un choix rigoureux entre un nombre plus grand de candidats,
par le lancement de campagnes de recrutement centralisées à la sous-
structure à créer.
• Concevoir et tenir un fichier de candidatures pour certaines
catégories du personnel et circuler l'information résumée auprès des
utilisateurs potentiels, c'est à dire les directeurs des fonctions.
• Suivre les recrutements et essentiellement le rapport entre l'offre, la
demande et les recrutements effectués, pour certaines catégories du
personnel.
• Assouplir les formalités d'embauche, de façon à permettre aux
candidats sélectionnés de commencer leur travail aussi rapidement
que possible.
• Valoriser la période d'essai, en réévaluant les stagiaires à la fin de
cette période de façon effective avant leur engagement définitif.
• Valoriser les stages de conception, et voir s'il y a possibilité de
recruter les meilleurs.

- 37 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

3-2 Motivation, Rémunération et avantages sociaux :


3-2-1 Rémunération :
♣ principes :
Le salaire constitue la contre partie du travail rendu par l’employé. Il dépend
des conditions de travail du poste, de la qualification du titulaire et de et de son
rendement.
Les avantages sociaux sont accordés par les employeurs pour assurer une
stabilité de leurs personnels, un climat social sain, et garantir les employés
contre des risques d’ordre professionnel ou extra-professionnel.
Une entreprise ayant des objectifs ambitieux, doit aussi avoir des niveaux de
salaires et des conditions d ‘emploi lui permettant de constituer son potentiel
humain.
Ainsi, la plupart des entreprises offrent :
• Des systèmes de rémunération et d’avantages sociaux compétitifs avec
les entreprises opérant dans le même secteur d’activité.
• Une structure des salaires composée d’une partie fixe, correspondant à la
cotation de base du poste à laquelle s’ajoutent différentes majoration de
caractère familial ou social ( ancienneté, allocations de familles, etc. ) , une
partie indemnitaire dépendant de la fonction et, ou des conditions particulières
du travail, et une partie variable liée à la seule évaluation des performances.
• Une progression des salaires qui suit également le coût de la vie.
♣ Diagnostic :
L’étude qui a été menée a révélé que :
• La progression statutaire des salaires, particulièrement défavorable pour
le personnel non cadre.
• Les augmentations de salaire annuelles, qui ne sont pas fondées sur une
évaluation réaliste des performances, l’avancement se fait à l’ancienneté.

- 38 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• Le fait que le salaire de base est établi d’après les diplômes et la


reconstitution de carrière uniquement.(Il semblerait que jusqu’à présent le
ministère de finance ait refusé le rattachement du salaire au poste, par crainte
d’abus)
• Des possibilités limitées de promotion, chaque année, du fait de la règle
des quotas et des conditions trop restrictives de changement de catégorie.

• La grille des salaires n'a pas été actualisée et les salaires sont loin de
suivre la hausse économique du coût de la vie, particulièrement à Rabat.
(Avant mon départ, une commission travaillait sur la nouvelle grille de
rémunération, basée sur l'évaluation des postes).
• La C.D.G. n'est pas compétitive, du point de vue des rémunérations,
(salaires et avantages sociaux) qu'elle peut offrir, par rapport au privé, ni
même à d'autres établissements ou administrations publics telles que l'OCP,
la SCP, l'ONE, voire le ministère de l'équipement. etc.…
• Le faible niveau des salaires est "compensé" par divers complémentaires,
allongements injustifiés des missions et déplacement à l'étranger, etc.…,
qui exacerbent les tensions entre l'établissement et les contrôleurs du
ministère des finances.

La commission du statut du personnel travaille actuellement sur


un projet de statut, qui devrait proposer des changements simplificateurs
dans la structure des salaires et une nouvelle grille. D'après les informations
reçues, il viserait également à revaloriser l'emploi indépendamment des
diplômes du titulaire.

La commission a prévu, en effet, de mener une action en trois


étapes, en collaboration avec les directions :

- 39 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

-La codification des différents types d'emplois, par spécialité.


-La fixation d'une fourchette d'évolution dans les postes et les
catégories de personnel correspondantes.
-Etude des liens entre les différentes postes et spécialités.

3-2-2 Avantages sociaux :


♣ Principes :

Les avantages sociaux dépendent largement des conditions


économiques et politiques (équilibre des forces sociales dans l'entreprise et
la nation) et varient largement d'un pays à un autre. Il n'y a pas à
proprement parler de critères-clés dans la pratique internationale de ce
point de vue.

Le système de présentation sociales, cependant, joue un rôle


important dans le maintien du personnel. Il paraît revêtir une grande
importance au Maroc, où les différences de salaires sont faibles d'un
établissement public à l'autre tandis que les avantages sociaux varient
considérablement.

♣ Diagnostic :

La CDG offre un système complet d'avantages sociaux, dans la mesure de


ses moyens financiers actuels, (même si la plupart des employés affirment que
l'établissement peut faire encore mieux, surtout avec sa situation financière
actuelle).

- 40 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

La compétitivité de la CDG dans le domaine du recrutement et du


maintien de son personnel est souvent analysée par comparaison avec d'autres
offices marocains, tels que l'ONE ou l'OCP qui, pour différentes raisons
historiques ou économiques, servent à leurs employés des prestations sociales
beaucoup plus intéressantes et variées, dans les domaines du logement, des
services médicaux et des colonies de vacances, notamment.

Prévoyance :
­ La division administrative de la CDG a réalisé des efforts importants pour
assurer la continuité des prestations sociales aux personnels.
­ Des actions ont été lancées par la division administrative pour améliorer les
services sociaux rendus au personnel (assurances-maladies, caisse de retraite
et service médical).
­ Tout le personnel de la CDG est affilié au régime collectif de retraite et
d’assurance, organisme géré par la CDG elle même, par ce que le dahir
instituant le RCAR stipule que ce régime s’applique obligatoirement au
personnel des établissements publics. Dans ce cadre le personnel peut jouir
de quelques avantages offerts par ce régime, l’exemple du RECORD.
­ A l’heure actuelle, les retraites, calculées sur le salaire de base ( qui
représentent seulement 50% à 70% du salaire réel, suivant les catégories de
personnel, sont source d’inquiétude parmi le personnel-cadre ayant dépassé
la quarantaine.

- 41 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

3-2-3 Autres éléments de la motivation :


♣ Principe :

D’autres facteurs jouent également un rôle important dans la motivation du


personnel, et notamment des cadres, à savoir :
• Les possibilités de formation par et dans l’entreprise.
• L’existence d’un cadre discipliné de travail, avec des règles autoritaires
imposées par les responsables, et reconnaissance des mérites individuels.
• Le respect des agents envers leur supérieurs hiérarchiques, en reconnaissant le
principe de (l’homme qu’il faut à la place qu’il faut).
• Une évaluation rigoureuse et juste des performances, assortie de sanctions
positives et négatives susceptible de motiver l’ensemble du personnel et sur
laquelle puisse se fonder une planification des carrières à long terme.
• Un climat de travail favorable : souplesse des équipes de travail, allégement
de la hiérarchie, accès facile à l’information, concertation et liberté
d’expression, relations de travail informelles, volonté de coopération de la part
de tous, etc.

Un tel climat semble être favorisé, d’une part par l’existence d’organes de
liaison et de coordination (comités, commissions, réunions périodiques par
structure, brainstorming) et, d’autre part, par un effort d’amélioration des
conditions de travail.

♣ Diagnostic :

- 42 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Outre le manque de compétitivité de l’établissement du point de vue des salaires


et des avantages sociaux, d’autres contraintes internes et externes sembles
contribuer à la démotivation actuelle grave du personnel :
• Une insuffisance d’encadrement, combinée à une mauvaise organisation
des compétences existantes et une sous-utilisation de certains personnels
pourtant qualifiés et motivés. S’ajoute à cela les effectifs qui n’ont pas pu
être quantifiés et appréciés dans toutes les sous-structures, il apparaît que
certaines souffrent de pléthore tandis que d’autres arrivent à peine à
absorber leur volume de taches courantes, faute d’une quantité suffisante
de personnel.
• La hâte de certaines nominations, qui paraissent avoir été faites sans
tenir compte du principe « l"homme qu’il faut à la place qu’il faut », d’ou
la frustration et la démotivation d’une quantité suffisante de personnel.
• L’absence d’une véritable gestion des ressources humaines à long terme
(évaluation des performances et plans de carrière).
• Des comportements fâcheux de résistance par inertie ou blocage, en cas
de désaccord, au lieu de rechercher les solutions.
• L’existence de nombreux clivages à l’établissement, entraînent la
constitution de clans, les anciens, les groupes et sous-groupes régionaux ;
homme de confiance d’un ministre ou d’une personnalité, etc.
• L’incertitude quant au degré de décentralisation des responsabilités :
incertitude quant au partage des taches entre opérationnels et fonctionnels
et absence d’un système formel de délégation de pouvoir, par niveau
hiérarchique.

Quoique de tels clivages puissent être observés dans particulièrement toutes les
entreprises, il semble que ces divisions aient pris une acuité particulière à la

- 43 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

CDG. De nombreux responsables, dans toutes les directions ont déclarés


s’apprêter à quitter l’établissement ou envisagent de le faire à moins
qu’interviennent des changements radicaux dans le bref délai.

3-2-4 Conclusions et recommandations :


Il importe que tous les moyens soient donnés à la CDG, pour mener rapidement
à bien un nouveau projet de motivation, ce qui implique :
• La collaboration nécessaire et sincère des responsables, par opposition à leur
désintérêt actuel.
• L’étude, en priorité, d’un nouveau système de rémunération simplifié et
approprié aux activités de l’établissement, conçu pour attirer et stabiliser le
personnel compétent.
• La définition claire du rôle des délégués du personnel, ainsi que des modalités
de leur intervention dans la vie de l’établissement, y compris leurs rapports avec
la direction.
• Une information largement diffusée sur les objectifs de l’organisation et sur les
principes de promotion et de rémunération, de manière à rassurer le personnel et
créer un climat serein.
Nous recommandons également d’autres modifications dans l’organisation :
• Envisager un effort de sensibilisation à la gestion des ressources humaines, le
commandement et, surtout, la motivation des hommes ainsi que la dynamique
des groupes. Afin de favoriser le dépassement de certaines attitudes actuelles
négatives et renforcer la motivation.
• La création d’une fonction de conception et de mise à jour de l’organisation et
des procédures, dans la cellule qui s’occupe du développement des ressources
humaines.

- 44 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• En vue de donner aux ressources humaines toute l’importance et l’attention


qu’elles exigent dans l’effort actuel d’organisation de la CDG, la création d’une
nouvelle fonction chargée de proposer et planifier le développement des
ressources humaines, rattachée directement à la direction générale, est
recommandée.
• Le développement et la planification des carrières, d’une part par l’élaboration
des fiches individuelles de carrière, et d’autre part, l’établissement de filière de
carrières(successions possibles de postes et/ou de compléments de formation), et
le suivi à terme de la planification des carrières.

- 45 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Chapitre 4 : L’audit de l’évaluation des performances, des


sanctions et de la formation

4-1 Evaluation des performances et développement des


carrières
4-1-1 Evaluation et notation :
♣ Principe :
L’évaluation du personnel, annuelle et parfois bi-annuelle, suivant la catégorie
de personnel, est généralement faite sur la base de plusieurs critères :
♦ Des critères qualificatifs, tels que les critères des mesures des performances
contenus dans des descriptions de postes détaillées ; taches précises, qualité des
services fournis, aptitudes particulières démontrées, ponctualité et fiabilité des
rapports, etc.… Ces critères étant connus préalablement du titulaire de poste et
faisant partie d’un accord entre lui et son supérieur hiérarchique ;
♦Des critères quantitatifs, tels que des objectifs mesurables définis et acceptés
par l’intéressé, dans le cadre de ses prévisions budgétaires et de l’évaluation
précédente .

Les formulaires d’évaluation sont individuels et comprennent également des


rubriques en vue d’évaluer les aptitudes générales des gens, leur potentiel dans
leur activité présente et d’autres activités possibles, ainsi que des
recommandations en vue d’une formation complémentaire, d’une promotion,
d’un stage sur le terrain, d’un changement d’affectation à plus ou à moins long
terme, etc.

Plusieurs formulaires existent généralement, avec différents critères


d’appréciation, pour le personnel technique, le personnel administratif, cadre et

- 46 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

de maîtrise, employé et ouvriers, suivant les compagnies. Le degré de


sophistication des formulaires varie d ‘une entreprise à l’autre.

♣ Diagnostic :
• A la CDG, l’évaluation annuelle des performances est réalisée chaque
automne par les responsables hiérarchiques, à l’initiative de la structure
administrative, sous forme de notation sur 20 points.
Elle est liée à l’évaluation de l’année précédente puisque le nombre de points
accordés chaque année ne doit pas dépasser plus ou moins trois points à la note
accordée l’année précédente.
La notation est liée à la prime de rendement. Celle-ci évolue en fonction de la
note à laquelle correspond un taux en %.
Cependant, les cadres ne sont pas notés ; ils échappent à la notation et dans
leur cas, la prime de rendement est calculée sur une autre base, avec un
pourcentage d’augmentation annuelle variant entre 0 et 3 %.
• La promotion, en revanche, n’est pas liée à la notation. Elle a lieu au
printemps : 30% des effectifs peuvent chaque année être promus. Cette
promotion est faite sur proposition de la hiérarchie, par changement de
catégorie ou échelle dans le classement.
Ni la notation ni la promotion ne sont fondées sur des critères pré-établis.
• Le système parait extrêmement compliqué, d’après ce que j’ai compris, crée
il y a fort longtemps .
La commission du statut du personnel de la CDG travaille actuellement sur la
grille et la structure des salaires. Le principe est de lier désormais une partie du
salaire à une évaluation réelle des performances.

- 47 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

4-1-2 Organisation de l’évaluation des performances :


♣ Principe :
L’évaluation est, par définition, un processus qui commence au bas de la
pyramide hiérarchique et se poursuit, en montant d’un niveau hiérarchique à
l’autre, jusqu’à la direction générale. Les chefs de services, par exemple,
évaluent leurs collaborateurs puis sont ensuite évalués par leurs supérieurs, etc.
Les fiches d’évaluation sont transmises ainsi au niveau hiérarchique
immédiatement supérieur et ainsi de suite, avec des propositions et des
commentaires. Elles font l’objet d’une discussion d’abord entre l’intéressé et
son supérieur hiérarchique, puis de niveau en niveau, à l’intérieur de chaque
sous-structure.
Au cours de la discussion entre l’intéressé et son supérieur, les performances de
l’année en cours sont analysées et appréciées ainsi que les objectifs arrêtés d’un
commun accord pour l’année à venir. La discussion dans le cadre de
l’évaluation annuelle réaffirme ainsi une sorte de « contrat moral » entre
employé et ses supérieurs, au nom de l’entreprise.

Il importe, pour la motivation générale, que l’évaluation soit faite dans les
délais et de façon aussi impartiale et objective que possible. Il importe aussi
que ses résultats soient consolidés, analysés, justifiés le cas échéant et traduits
immédiatement en mesures concrètes, dans le sens d’une amélioration, du
maintien du statu-quo, de propositions en vue d’une formation ou d’un stage,
de responsabilité accrue, etc.
Les résultats d’évaluation sont consolidés par une structure administrative, puis
exploités par la structure chargée du développement des ressources humaines :

- 48 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• La structure administrative est tout d’abord chargée de recueillir et de


consolider les fiches d’évaluation. Elle en tire la liste des avancements dont
découlent les primes ou les augmentations de salaires pour l’année suivante
et prépare, en collaboration avec la structure financière, l’état prévisionnelle
des augmentations de salaires pour l’année à venir.
• L’autre structure, chargée du développement des ressources humaines à long
terme, consolide et traduit les résultats de l’évaluation en besoins
recrutement, programmes de formation, etc. Et fournir des données pour la
planification des ressources humaines à long terme.
Cette structure suit également, de façon permanente, la carrière d’une liste
pré-établie d’individus ou de titulaires de postes hiérarchiques.
L’évaluation annuelle sert donc à deux niveaux et permet d’atteindre plusieurs
objectifs :
• D’une part, elle permet de déterminer les avancements et promotions
annuelles,
• D’autre part, elle fournit la documentation indispensable au
développement des carrières individuelles des principaux cadres de
l’entreprise et à la planification des ressources humaines.
• Enfin, elle fournit les bases de la définition des besoins en
formation.
Un comité de développement des carrières, généralement présidé par le directeur
général, se réunit périodiquement pour mettre à jour les fiches individuelles de
carrières, discuter des évaluations, envisager les différentes filières possibles de
carrière, préparer des nominations et de façon générale, arrêter les orientations
générales annuelles au niveau de l’entreprise, pour la planification et la
budgétisation des ressources humaines.

- 49 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Certaines dossiers font l’objet suivi trimestriel (par exemple, quand les individus
concernés suivent une formation, sont en stage ou ont été chargés de missions
ponctuelles), tandis que d’autres sont examinés seulement une fois par an.
Les équipes qui animent la structure chargée du développement des ressources
humaines et le comité de développement des carrières, sont restreintes et
composées de quelques spécialistes en ressources humaines qui travaillent en
étroite collaboration avec des cadres opérationnels expérimentés, de manière à
avoir une compréhension parfaite de toutes les activités de l’entreprise et une
juste appréciation de la valeur individuelle, du point de vue de l’entreprise, des
cadres dont les carrières font l’objet d’un suivi.
Un membre du comité de développement des carrières assure la coordination
avec les autorités extérieures concernées également par la formation et le
développement des ressources humaines.

♣ Diagnostic :
• A la CDG, le système de notation est inspiré du statut de la fonction publique
et ne permet pas de mesurer véritablement les performances individuelles,
faute de critères pré-établis.
• Il ne donne pas lieu à une réelle discussion entre l’intéressé et son supérieur
hiérarchique mais les notations et les promotions proposées sont discutées,
structure par structure.

4-1-3 Conclusions et recommandations :


Comme indiqué plus haut, l’évaluation du personnel doit déboucher sur des
gratifications ou des sanctions appropriées et fonder la promotion et le
développement des ressources humaines.
Les actions prioritaires, dans ce domaine, pour l’établissement apparaissent
être :

- 50 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• La définition d’une politique de développement des ressources humaines


fondée essentiellement sur l’évaluation des performances, avec au plan
organisationnel, la création d’une structure de développement des
ressources humaines pour assurer l’exploitation des fiches d’évaluation
pour le développement des carrières.

• La conception d’un système d’évaluation approprié des performances aux


activités actuelles.
• L’établissement d’une procédure unique d’évaluation du personnel,
permettant de déterminer les primes à servir et d’identifier les
opportunités de promotion, transfert, recyclage, envoi en formation,
déplacement de personnel, en fonction des performances individuelles.
• La définition des critères d’évaluation appropriés, par postes, et leur
inclusion dans les descriptions de postes correspondants, Ainsi que la
conception de formulaire d’évaluation appropriés pour les cadres et pour
les non-cadres.

- 51 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

4-2 SANCTION

4-2-1 Introduction :

Dans la Pratique, les sanctions, positives ou négatives,


interviennent :

➣ Soit, dans le cadre de l'évaluation annuelle des performances ;

➣ Soit, ponctuellement, pour des abus ou infractions


caractérisées, ou en raison d'actes ou de comportements
particulièrement méritants du point de vue de l'entreprise.

4-2-2 Sanctions générales :

♣ Principes :

Dans le cadre de l'évaluation annuelle des performances les responsables


hiérarchiques attribuent une note ou un certain nombre de points auquel
correspond une augmentation de salaire ou une prime. Les promotions,
changements de postes, mutations, détachements, envois en formation, etc. Sont
également proposés dans ce cadre, une fois ou deux par an, suivant les
compagnies.

Cependant, en cas de fléchissement significatif dans les


performances, de démotivations, d'absence prolongée, ou toutes autres
raisons (infractions et sanctions du deuxième type, notamment, au cours de
l'exercice écoulé). La direction peut décider d'un avancement nul, voire
négatif (encore que certaines conventions collective excluent les pénalités
ou la rétrogradation dans le classement). De même, l'évaluation des
performances peut entraîner le déplacement d'office, la destitution d'un
poste hiérarchique ou la résiliation du contrat de travail.

Si la cotations des postes hiérarchiques correspondent à des


fourchette de points, rien n'entrave en général, une progression rapide dans
la fourchette correspondant à un poste, jusqu'a l'extrémité supérieure de la
fourchette . la rémunérations est alors plafonnée à moins que l'intéressé ne
change de poste.

- 52 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

Outre la progression des salaires, d'autres sanctions positives


peuvent intervenir en résultat de l'évaluation annuelle des performances,
suivant les usages de l'entreprise : inscription à un tableau d'honneur, prime
exceptionnelle de mérite, distinction particulière, sur proposition de la
hiérarchique.

Enfin, on notera qu'outre l'évaluation annuelle des performances,


les entreprises bien organisées procèdent parfois à des évaluations
beaucoup plus approfondies de leurs personnels, en cas de restriction ou de
création d'activités nouvelles cette évaluation , confiées généralement à des
sociétés de services spécialisés, débouchent sur des recommandations en
vue de mutation, programmes de formation individualisés transferts et
promotions d'agents.

♣ Diagnostic :

D'après les quelques questions que j'ai pu poser sur les quelques personnes
travaillant à la CDG, j'ai pu comprendre que :

• il est impossible de licencier un agent, sauf pour faute


lourde, dûment constatée, et tout licenciement doit être
approuvé par les délégués du personnel ;

• toute compression de personnel (licenciement économique


ou pour abandon d'activité) doit être préalablement
soumise à des instances extérieures ;

• la pré-retraite, ou retraite proportionnelle n'est possible que


dans les cas limités.

• la notation ne permet pas de sanctionner réellement les


performances. Faut de critères établis, elle varie également
en fonction des responsables et introduit des distorsions
plutôt que des gratifications justifiées (certains
responsables notent « large » , d'autres avec moins
d'amplitude).

• De façon générale, la place de l'évaluation de


performances qu'est un processus de sanction générale,

- 53 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

n'est pas comprise au niveau de la gestion des ressources


humaines ou paraît inapplicable du fait de considérations
réglementaires ou politiques.

4-2-3 Sanctions ponctuelles :

♣ Principes :

Ce sont les sanctions négatives classiques et traditionnelles, en cas d'abus ou


d'infraction. Dans toutes les entreprises, une liste plus ou moins précise et
détaillée des infractions et sanctions, figure dans la convention collective et ou
le règlement intérieur.

Les infractions considérées concernant les atteintes aux biens,


aux personnes, à la discipline et à l'image de manque de l'entreprise. Des
procédures précises régient aussi le contrôle des retards et des absences et
prévoient des sanctions échelonnées suivant la gravité du manquement. Le
pouvoir de sanctionner doit appartenir normalement au seul directeur
général, après avis de la hiérarchie.

Cependant un organe de recours existe en général, composé de


représentant de la directions, du personnel et éventuellement d'autre
instances extérieures, auquel le personnel peut faire appel, à posteriori, en
cas de contestation de la sanction.

Dans la plupart des pays, cet organe de recours doit être


nécessairement consulté à titre préalable en cas de licenciement par faute
grave. Il fournit un avis qui ne lie pas nécessairement le directeur général.

- 54 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

♣ Diagnostic :

• A la CDG, la procédure de sanction implique la réunion


préalable d'un conseil de discipline (où siègent des
représentants de la direction et les délégués du personnel)
dès que la sanction dépasse 4 jours de mise à pied. Le
recours au conseil de discipline est seulement en cas de
faute grave ;

• La ponctualité et l'assiduité au travail, les absences et les


sorties font l'objet d'un contrôle variable suivant les
structures et la division responsable de ce genre de
comportement ne maîtrise pas cet aspect de l'organisation
du travail est de la discipline en général ;

• Enfin, d'un coté des sanctions positives, le statut ne laisse


aucune latitude à la direction générale pour accorder des
gratifications exceptionnelles ou des distinctions
particulières pour des actions ou des performances
particulièrement méritantes, dans les opérations.

4-2-4 conclusion et recommandations :

• Concernant les sanctions ponctuelles, une plus grande


latitude devrait pouvoir sanctionner tous abus
automatiquement et récompenser les performances
exceptionnelles plus librement ;

• Une plus grande rigueur devrait être possible pour le


contrôle et le suivi des retards, des absences, des congés
non justifiés, etc ;

• Il convient que la CDG, envisage une série d'options,


compte tenu de son environnement institutionnel et social,
qui lui permettrait quand même de déplacer ou de se passer
des services d'agents qui ne répondent pas au critère de
''l'homme qu'il faut à la place qu'il faut".

- 55 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

4-3 Formation :

La formation est l'un des moyens-clés du développement et du


maintien des ressources humaines dans l'entreprise.

4-3-1 Politique de formation :

♣ Principes :

La formation prend diverses formes, selon ses objectifs :

• Donner à un personnel cadre un enseignement approprié,


théorique ou pratique, nécessaire à l'exercice d'une
fonction ;

• Faire acquérir des connaissances générales, techniques


linguistiques ou en gestion, à différentes catégories de
personnel, pour aider les individus à se développer et
s'élever dans la hiérarchie et, en relevant le niveau général
du personnel, améliorer la productivité ;

• Permettre, dans des cas précis, de réajuster des


connaissances et des expériences, afin de les adapter à
l'évolution récente des techniques.

Le principe est que la responsabilité de la définition des besoins


en formation appartient aux seuls responsables administratifs. D'après leurs
plans d'action à moyen et long terme, eux seuls peuvent définir les profils
et qualifications requises pour mener leurs opérations à bien, et actualiser
leurs besoins dans le cadre de l'évaluation annuelle des performances.

Ils expriment ces besoins entre autre en programmes de


formation, dans le cadre de leurs plans et budgets annuels, avec la
collaboration éventuelle de la structure financière.

- 56 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

La cellule chargée de la planification et du développement des


ressources humaines, de son côte, consolide les besoins en formation de
l'ensemble du personnel.

Une fois les plans et budgets, de formation approuvés pour


l'ensemble de l'entreprise, suivant la procédure en vigueur, la structure
chargée de la gestion de la formation les exécutes, en coordonnant la
logistique nécessaire : Contacts avec les établissements de formation avec
clause de fidélité à l'entreprise, modalités de départ et ordres de mission
éventuels, suivi de la notation et de la formation, évaluation des cours et
des programmes, réinsertion des stagiaires à leur retour.

Enfin, une commission de formation présidée par le directeur


général, existe, avec pour mission d'arrêter la politique de formation de se
prononcer sur et de suivre les principales actions de formations dans le
centre interne de la société ou à l'extérieur.

♣ Diagnostic :

A la CDG, il n'existe pas de politique globale de formation, pour l'instant et la


fonction de formation n'est pas réellement remplie. Cependant, différentes
actions de formation sont menées ponctuellement, au tour de quelques grands
axes :

• C’est le personnel qui se propose lui même à la formation


et non pas par besoin ou proposition des structures.
la plupart des personnes affirment avoir fait la même
formation pour la troisième fois successive rien que pour
échapper à la routine du travail ;

• Les programmes de formation proposés ne correspondent


pas à un réel besoin. et se limitent pour la plupart dans
"le perfectionnement sur l'Excel et Word, que tout le
monde maîtrise" ;

- 57 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• Il n'existe pas de commission de formation ni de


préoccupation de développement de carrière, de façon
générale ;

• La responsabilité de la formation est incertaine. la


distinction n'a jamais été précisée entre le différentes
tâches : Définition des besoins, conception, planification,
suivi ou gestion de la formation ;

• Une absence complète d'un suivi et d'un contrôle de


formation ;

• En fait, la formation est l'une des sources de problèmes à la


CDG, puisque la priorité est donnée à quelques
départements jugés plus importants que d'autres l'exemple
du pôle activité de marché ou encore pôle participations ;

• La CDG, encourage l'auto formation, puisqu'elle contribue


de 50% des frais en cas d'inscription dans un centre de
formation de soir, ou école privée.

4-3-2 Conclusions et recommandations :

L'établissement doit, en priorité, définir une politique de formation conforme


à ses besoins et planifier le développement de cette activité critique dans le
temps.

• La création d'une fonction rattachée directement au


directeur général, responsable de la conception et de la
planification de la formation à long terme, ainsi que des
programmes de formation individualisés des cadres et
autres postes clés ;

• L’établissement devrait également pouvoir envoyer des


candidats à l'I.S.C.A.E et l'E.N.C.G. pour des programmes
de durée variable, de manière à donner une formation en
gestion à des anciens cadres et responsables toujours dans
le cadre de plans de carrières et de plan de formation
individualisés ;

- 58 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• L’établissement, tout en développant ses propres


politiques, stratégie et moyens de formation, devrait
obtenir du ministère de l'économie et de finances, le
maximum de support et de coordination ;

• L’établissement doit également réaliser que la formation


permanente est l'un des meilleurs moyens de motiver le
personnel et de créer un "esprit-maison". L'aspect
"gratification" de la formation n'est pas négligeable et la
formation permanente doit être largement accessible ;

• Des actions de formations doivent être envisagées à


différents niveaux et aussi pour le personnel ancien, à titre
de recyclage ou de stimulation. Les anciens se plaignent
des privilèges exorbitants des jeunes dans le domaine de
formation ;

• L’établissement devrait entreprendre une étude


dans d'autre établissement du genre public, sur leur
politique et moyens de formation, afin d'en tirer des
conclusions pertinentes et d'envisager des échanges avec
eux ;

Enfin, des séminaires de très haut niveau devraient être organisés, à l'intention
des responsables hiérarchiques en gestion et notamment gestion des ressources
humaines.

- 59 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

En guise de conclusion je peux dire que cette expérience de stage m’a


bien servi pour améliorer mes capacités pratiques.
Certes, je n’ai pas pu appliquer tous les acquis théoriques par manque de
temps, mais je pense que cette conception d’un audit social m’a permis de
toucher de prêt la situation, malheureusement grave et détériorées de la gestion
des ressources humaines au Maroc et surtout dans un organisme public et
administratif tel la CDG. Et ce qui est important dans tout cela c’est d’apporter
des jugements et proposer des recommandations suite à une analyse d’une
situation concrète .
Mais cette expérience a relevé certains problèmes relatifs, notamment, à
l’hostilité de l’organisme quant à la fourniture des informations aidant
l’élaboration de ce travail.
Ce problème est, malheureusement, le cas de la plupart des sociétés
marocaines qui ne veulent pas se doter d’une certaine transparence vis à vis des
stagiaires, ce qui bloque leur volonté d’effectuer un travail complet dans les
meilleures conditions, sachant que ce travail peut être bénéfique aussi bien pour
le stagiaire que pour la société.

Pour terminer, nous espérons que l’afflux des jeunes cadres dotés d’une
mentalité moderne sur le marché de travail pourra améliorer cette situation.

- 60 - Effectué à la CDG
Rapport de stage de conception Essai d’audit social

• Guide de la fonction personnel, I.F.A.C.I 1982


• Igalens J., Audit des ressources humaines, édition liaisons 1991
• Igalens J. Peretti J-M, Audit des rémunérations, paris édition :organisation
• Le Boterf G, du Pouey P, Viallet F, L’audit de la formation
professionnelle, les éditions d’organisation.
• EGG G. Audit des emplois et gestion prévisionnelle des ressources
humaines, édition d’organisation.
• Candau P, Audit social, Vuibert, coll gestion paris.
• Peretti J-M Gestion des ressources humaines, vuibert coll entreprise,
paris.

- 61 - Effectué à la CDG