Vous êtes sur la page 1sur 10

Citations Economie

« 60 Citations sur l’Economie » (Mise à jour 03/11/2010) « Les capitaux augmentent par l’économie ; ils diminuent par la prodigalité et la mauvaise conduite. » Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776 « Le défaut d’économie, en temps de paix, impose la nécessité de contracter des dettes en temps de guerre. » Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776 « La cause immédiate de l’augmentation du capital, c’est l’économie, et non l’industrie. A la vérité, l’industrie fournit la matière des épargnes que fait l’économie ; mais, quelques gains que fasse l’industrie, sans l’économie qui les épargne et les amasse, le capital ne serait jamais plus grand. » Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776 « Ce n’est donc pas le paiement des intérêts de la dette nationale, qui accable une nation, et ce n’est pas en supprimant ce paiement qu’elle peut être soulagée. Ce n’est que par des économies sur le revenu, et en réduisant les dépenses, que le capital national peut s’accroître ; et l’anéantissement de la dette nationale ne contribuerait en rien à augmenter le revenu ni à diminuer les dépenses. C’est la profusion des dépenses du

De la production de la sécurité. et cherche à montrer quel enchaînement d’actions l’humanité. si vous y parvenez. que c’en est ennuyeux ». » Gustave de Molinari. Puis on vote comme si vous n’aviez rien prouvé du tout. et. » Frédéric Bastiat. Ce n’est que de ceux-ci que l’Economie Politique se préoccupe. […] Il est certains domaines des affaires humaines dans lesquels l’acquisition de richesses constitue le but principal et reconnu.gouvernement et des particuliers. on s’écrie : « c’est si clair. le consommateur est intéressé à ce que le travail et l’échange demeurent libres. La manière dont elle procède nécessairement est de traiter ce but principal et reconnu comme s’il était le seul. » John Stuart Mill. 1831 « S’il est une vérité bien établie en économie politique. et l’on se convaincra que la plupart des objections et des doutes qu’on oppose à l’économie politique impliquent ce principe : La disette vaut mieux que l’abondance. Sur la définition de l’économie politique et sur la méthode d’investigation qui lui est propre. en économie politique. et non de faits. Sur la définition de l’économie politique et sur la méthode d’investigation qui lui est propre. 1850 « Bon Dieu ! Que de peine à prouver. celles-ci doivent être étudiées l’une après l’autre. ne doit supporter que sa part. par conséquent. pour le faire peser sur une autre qui. pour toutes les denrées servant à pourvoir à ses besoins matériels ou immatériels. 1831 « L’Economie Politique considère l’humanité comme occupée exclusivement à l’acquisition et à la consommation de richesses . 1849 « Car. qu’on y regarde de prés. nous soutenons cette thèse. car la liberté du travail et de l’échange a pour résultat nécessaire et permanent d’abaisser au maximum le prix des choses. 1850 . mais parce que ceci est la marche que la science doit nécessairement suivre. nécessairement raisonner. toute mesure qui pourra tendre à encourager l’économie du gouvernement et des particuliers soulagera une nation du poids d’un fardeau qui l’accable. […] Non qu’un économiste politique ait jamais été assez stupide pour penser que l’humanité fût ainsi faite. que deux et deux font quatre . Des principes de l’économie politique et de l’impôt. et doit. en l’ôtant de dessus une classe de la société qui doit supporter. Abondance. Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. ce sont les emprunts qui appauvrissent un pays . vivant en état de société. suivant tous les principes d’équité. à partir de suppositions. serait amenée à accomplir si cette motivation […] présidait en maître absolu à toutes ses actions. » John Stuart Mill. c’est celle-ci : Qu’en toutes choses. Quand un effet dépend de la conjonction de plusieurs causes. 1817 « L’Economie Politique raisonne. » Frédéric Bastiat. » David Ricardo.

à l’agriculture. et des travailleurs vivant de salaires. sous le nom d’Economie politique appliquée. tout au contraire.« Heureusement l’économie politique lui restait encore […] Bien qu’elle doive être considérée comme une science. 1865 « Ainsi. » Léon Walras. » Léon Walras. l’étude pure et simple des effets naturels et nécessaires de la libre concurrence en matière de production et d’échange. conséquemment. mais à deux d’entre elles et même à toutes les trois. 1865 « C’est une question encore débattue entre économistes. 1874 . elle ne fait en cela que ce que font également toutes les sciences au point de vue abstrait et idéal. d’autre part. L’utilitarisme. des capitalistes vivant d’intérêts. travailleurs. au crédit. et. et en concevant trois types correspondants d’êtres sociaux économiques : propriétaires fonciers. Mais il faut le dire immédiatement : tandis que. de production et de crédit. facultés personnelles. sous le nom d’Economie politique pure. tels sont les trois types dont se compose la société au point de vue de l’économie politique. Les Associations populaires de consommation. à l’industrie. capital. la démonstration de la conformité de ces effets avec l’intérêt général. de production et de crédit. que de savoir si l’économie politique est une science proprement dite ou une science d’application. chaque catégorie de voyageurs est séparée et doit demeurer distincte des deux autres. mais qu’il y a lieu de distinguer. » Charles Baudelaire. 1861 « En distinguant trois sortes de richesse : terre. Principe d’une théorie mathématiques de l’échange. 1860 « C’est grâce au principe de concurrence que l’Economie Politique peut avoir la prétention de se considérer comme une science. nombre d’entre nous appartenant déjà. l’énumération détaillée des applications du principe de la libre concurrence. » John Stuart Mill. non point à une seule. d’une part. l’économie politique n’agit point autrement que ne fait la médecine. c’est à dire comme un tout organique. capitalistes. Les Associations populaires de consommation. par exemple. cependant quelques-unes de ses parties intégrantes en peuvent être détachées isolément. Les Paradis artificiels – Un mangeur d’opium. ainsi démontré. toutes ces catégories sont le plus souvent réunies et tendent de jour en jour à se mêler les unes aux autres. et. et quand elle conçoit un certain nombre de groupes correspondants de malades . ou comme qui dirait les trois classes économiques de voyageurs emportées par le convoi social. des propriétaires fonciers vivant de fermages. pour ma part. et le reste s’efforçant d’appartenir. » Léon Walras. au commerce. non pas qu’elle est à la fois l’une et l’autre (car une science ne saurait être à la fois science proprement dite et science d’application). dans la société. quand elle distingue un certain nombre de variétés de maladifs. sur les chemins de fer. Je crois.

Organisme économique et Désordre social. et qui. L’Etat et le chemin de fer. laisser passer. Les seuls . Organisme économique et Désordre social. » Clément Colson.4. dans des conditions telles que leur force ou leur quantité peuvent être mesurées avec quelque exactitude. en ajoutant aux richesses. et une grande partie de la physiques et de la psychologie générales (nature et développement des besoins physiques et moraux des hommes). etc. puis on développe cette définition en disant qu’elle étudie la production. 1918 « On définit habituellement l’Economie politique : la science des richesses . » Clément Colson.1909 « Sur les ruines de l’Economie politique. la nécessité apparaît d’étendre la définition d’un autre côté. Principes d’économie politique. la circulation. l’économie politique et sociale est une science qui tient tout entière dans ces quatre mots : Laisser faire. Manuel d’économie politique. 1875 En parlant d’Adam Smith : « […] il fut le premier à écrire un traité sur la richesse dans tous ses principaux aspects sociaux. comme mobiles d’action. sans cette restriction. indépendamment de toute observation. il a pour cette raison seule quelque droit d’être regardé comme le fondateur de l’économie politique moderne. les services. 1890 « L’avantage que l’économie politique possède sur toutes les autres branches de la science sociale semble tenir au fait qu’elle s’occupe surtout de désirs. Principes d’économie politique.» Alfred Marshall. par suite. pour certains économistes. 1890 « L’économie pure ne nous donne pas de critérium vraiment décisif pour choisir entre une organisation de la société basée sur la propriété privée et une organisation socialiste.« Il est positif que. la répartition et la consommation des richesses. médecins. » Alfred Marshall. » Léon Walras. etc. se prêtent particulièrement à être étudiés par des procédés scientifiques. soit des richesses dont cet usage n’implique pas la consommation (maisons. l’Economie politique engloberait toute la technique des métiers (physique ou chimie appliquées à la production. on voit grandir chaque jour l’économie sociale. » Vilfredo Pareto. aux transports. c’est-à-dire les relations dans lesquelles les hommes emploient à la satisfaction directe ou indirecte de leurs besoins. aspirations et autres affections de la nature humaine. Livre I. ouvriers). Livre I. qui se manifestent au dehors.). 1918 « […] l’Economie politique ne comporte aucune de ces théories vastes et complexes qui peuvent se développer par le calcul. chap. en constatant que les phénomènes en question ont un caractère économique seulement dans la mesure où ils dépendant de l’état d’esprit des hommes vivant en société . chap. Puis. Un peu de réflexion montre qu’il faut d’abord restreindre cette définition. soit d’autres hommes (domestiques. jardins.).5. un second objet d’étude.

» Clément Colson. Présentation nouvelle des problèmes fondamentaux relatifs au rôle économique du taux de l’intérêt et de leurs solutions.raisonnements dont elle use sont ceux qui sont indispensables à l’observateur. 1918 « Aucune de ces branches de l’Economie Politique Appliquée (l’économie industrielle. au bourreau. Manuel d’ethnographie. 1948 . en toute recherche scientifique. l’universalité des revenus du travail. les restrictions ultérieures ont débuté spontanément. 1944 « L’économie du laisser-faire était produite par l’action délibérée de l’Etat. La route de la servitude. et l’économie dirigée. » Karl Polanyi. l’économie rurale. l’organisation d’un Etat fédéral mondial fondé sur la libre circulation des biens. pour diriger ses études dans un sens utile. Economie et Intérêt. 1947 « C’est dans la mesure où les agents sont prêts à épargner que l’économie peut consacrer des ressources à la formation du capital. Organisme économique et Désordre social. la suppression des profits. l’économie nationale. 1944 « En dernier ressort. » Maurice Allais. » Paul Samuelson. » Karl Polanyi. 1924-1928 « L’erreur de Karl Marx est d’avoir cru que l’économie conditionnait la technique alors que c’est l’inverse. des hommes et des informations. 1944 « L’organisation concurrentielle de l’économie. la société de concurrence recourt à l’huissier. le laisser faire était planifié. L’économique. » Clément Colson. l’appropriation collective du sol. des capitaux. » Fredrich Von Hayek. Cours d’économie politique (livre I). l’annulation du taux de l’intérêt. La Grande Transformation. et au réformateur pour se rendre quelque compte des effets à attendre de telle ou telle mesure. 1926 « Le rôle joué par les marchés dans l’économie intérieure des divers pays a été insignifiant jusqu’à une époque récente. l’économie sociale) ne peut être sérieusement étudiée par quelqu’un qui ne possède pas les principes de la science. telles nous paraissent devoir être les bases scientifiques fondamentales de l’économie de demain. la réalisation d’une société sans classes par la sélection concurrentielles des meilleurs. » Marcel Mauss. La grande transformation.

Le plan Sauvy. […] Si vous cherchez son monument.« L’économie est. » . » Alfred Sauvy. L’action humaine. 1955 « Le but de l’économie n’est pas le travail mais la consommation. mais une science elle-même toujours en voie de développement. » Alfred Sauvy. Le pain et la parole. » François Perroux. » John Kenneth Galbraith. le coût pour l’obtenir étant minimum. La Crise économique de 1929. 1968 « Je m’oppose à toute ingérence du gouvernement dans l’économie. 1948 « L’économie de marché n’a pas besoin d’apologistes ni de propagandistes. » Ludwig Von Mises. 1965 « Simplement l’industrie donne à l’économie ce caractère concrètement universel qui correspond à l’exigence de sa logique essentielle qui veut la pleine valorisation de toutes les énergies humaines. Mythologie de notre temps. de marchandises et services variés et de répartir ceux-ci. 1960 « Les décisions politiques peuvent longtemps galoper. Le pain et la parole. à des fins de consommation présentes ou futures. 1968 « L’économie est efficace si les luttes et concours des agents pour obtenir et employer des choses comptabilisables sont aménagés de manière telle que le produit d’un ensemble est maximum. » Paul Samuelson. non pas une discipline achevée. l’économie était fondamentalement malsaine […] Beaucoup de choses allaient de travers : […] La mauvaise répartition des revenus […] La structure déficiente des sociétés. L’économique. L’économique. » Paul Samuelson. regardez autour de vous. » François Perroux. sans encourir la dure sanction des faits . 1948 « L’économie recherche comment les hommes et la société décident. 1949 « Il semble y avoir peu de doute qu’en 1929. en faisant ou non usage de la monnaie. d’affecter des ressources productives rares à la production à travers le temps. entre les différents individus et collectivités constituants la société. […] Un mauvais système bancaire […] L’état incertain de la balance commerciale […] L’insuffisance des connaissances économiques. mais il n’en est pas de même pour l’économie.

De même qu’il y a eu des sociétés. sûrement l’Inde. » Fernand Braudel. avec son réseau de crédit développé. c’est à dire la région qui s’étend autour du centre […] Puis viennent des zones intermédiaires autour du pivot central. Mais. 1985 « La splendeur. c’est un espace politique transformé par l’Etat. l’afflux des métaux précieux. » Fernand Braudel. The livelihood of man. La dynamique du capitalisme. en raison des nécessités et des innovations de la vie matérielle. » Fernand Braudel. si on la compare aux économies du reste du monde. 1985 « En résumé. là que se situent le point de départ et le point d’arrivée des longs trafics. dont les activités peuvent se porter ensemble dans une même direction. toute économie-monde se partage en zones successives. les marchandises « royales ». des civilisations. du moins depuis très longtemps. et l’Islam . Civilisation matérielle. C’est là que le soleil de l’histoire fait briller les plus vives couleurs. 1977 « Il y a eu des économies-monde depuis toujours. cela n’existe évidemment pas. là que se manifestent les hauts prix. et les économies de greniers de stockage de l’Antiquité connaissaient des prévisions financières et la comptabilité bien avant que l’utilisation de la monnaie comme moyen d’échange soit devenue important. et l’on peut y discerner une hiérarchie : à l’étage presque supérieur. qui. développés et utilisés à des degrés divers. 1985 « Une économie-monde peut se définir comme une triple réalité : elle occupe un espace géographique donné . plus que participantes. en son cœur. Le cœur. se trouvent subordonnées et dépendantes. » Fernand Braudel. La dynamique du capitalisme. des Etats. » Fernand Braudel. dans la division du travail qui caractérise l’économie-monde. ses . et même des empires. en un espace économique cohérent. sa pratique des prêts aux entreprises hasardées. en soi. l’économie européenne semble avoir dû son développement plus avancé à la supériorité de ses instruments et de ses institutions : les Bourses et les diverses formes du crédit. » Karl Polanyi. sans exception aucune.Milton Friedman. le Japon . La dynamique du capitalisme. les dettes et les obligations sont des phénomènes primitifs qui existaient avant l’existence du marché. le bonheur de vivre se rassemblent au centre de l’économiemonde. la richesse. Enfin. un centre […] . 1975 « En fait. des marges. les hauts salaires. unifié. des monnaies fortes et des titres de crédit. La dynamique du capitalisme. […] une économie-monde accepte toujours un pôle. les agricultures capitalistes . très larges. les industries profitables. peut-être l’Insulinde. tous les mécanismes de l’échange se retrouvent en dehors de l’Europe. 1979 « L’économie. 1985 « Une économie nationale. la banque. économique et capitalisme. interview de Que Pasa (Santiago).

le mécanisme actuel de la création de monnaie par le crédit est certainement le cancer qui ronge irrémédiablement les économies de marchés de propriété. mais vifs. sans aucune exagération. c’est la coexistence des rigidités. d’habitude. la formule économie de marché. 1998 « Les économies contemporaines ont pour caractéristiques centrales d’avoir porté le pouvoir financier à un niveau jamais atteint et de l’avoir placé au centre même de leur régime d’accumulation. La dynamique du capitalisme. dans la mesure où elle forme un tout économique. » Fernand Braudel. et d’ailleurs pas d’histoire du tout. en effet. juste au-dessous d’elle. Et ce fut. article publié dans le Figaro à l’occasion de la crise asiatique. à l’étage au-dessous. une économie de marché et un capitalisme en expansion. » André Orléan. dans la galeries souterraines des bas-fonds de la société. Elle n’avait aucun passif historique. qui font tache d’huile. qu’a prospéré le capitalisme. mais puissants. d’une croissance moderne.assurances maritimes . 1999 « C’est ainsi qu’est apparue. La dynamique du capitalisme. fabriquent peu à peu. La dynamique du capitalisme. » Maurice Allais. permet à l’économie d’avancer. 1985 « Au-dessus de la masse énorme de la vie matérielle de tous les jours. 1985 « En fait. » Moses Isegawa. quasi en autarcie . la Chine . » Fernand Braudel. inerties et pesanteurs d’une économie encore élémentaire avec les mouvements limités et minoritaires. de l’autre. La crise financière mondiale. 1985 « Ce qui ma paraît primordial dans l’économie pré-industrielle. des milliers d’économies encore primitives. Chroniques Abyssiniennes. octobre 1998 « C’est la cohorte des fourmis qui. D’un côté des paysans dans leurs villages qui vivent de façon presque autonome. On pourrait dire que l’économique du monde entier est visible sur une vraie carte en relief. Il eût . audessus de l’économie de marché proprement dite. Le pouvoir de la Finance. 1985 « Par économie-monde j’entends l’économie d’une portion seulement de notre planète. La dynamique du capitalisme. l’économie de marché a tendu ses filets et maintenu en vie ses divers réseaux. et finalement. habituée à vivre sur elle-même. dans la langue un peu savante. préfigurent déjà le monde où nous vivons. » Fernand Braudel. » Fernand Braudel.

CNN. 21 avril 2005 « L’économie n’est pas un jeu à somme nulle. c’est ce qui marche. » Jacques Attali. Nous pouvons restructurer la mondialisation au bénéfice de tous. 2006 « J’ai abandonné les principes de l’économie de marché pour sauver le système d’économie de marché. fait traire l’autre…et jette le lait.été difficile. interviewé par Alternatives Economiques « La gestion de l’économie n’est ni de gauche ni de droite. Guerre et plaies. voire pire. » Philippe Bouvard. » Joseph Stiglitz. 2003 « La bonne santé persistante des retraités finira par tuer notre économie. Mille et une pensée. 2005 « Les déficits risquent de faire stagner l’économie. » Alan Greenspan. et ce fut l’une des raisons de ce choix. en abat une. A propos du budget américain. Elle est bonne ou mauvaise…Ce qui compte. de trouver un nom plus vide de sens. source de profits. 2005 « La supériorité de l’économie sur le poker est qu’il autorise les changements de règles durant la partie. » John Kenneth Galbraith. à productivité constante. 16 décembre 2008 « Toute la logique de l’économie de marché est de basculer d’une activité de services. en fait. » Citations de Tony Blair « Economie dirigée : le gouvernement vous prend vos vaches. aucun d’eux n’a forcément tort. 2002 « Axiome de l’économie : quand deux économistes ont des avis contraires. Un autre monde. » Citation anonyme . » Georges Walker Bush. vers une logique de production d’objets en série à productivité croissante. Mille et une pensée. Les mensonges de l’économie: Vérité pour notre temps. » Philippe Bouvard. » Hervé Le Tellier.