Vous êtes sur la page 1sur 78

Le magazine des bibliothèques de la Ville de Paris

EXPIONNAGE Cahier central


Les espions Spécial musiques
se livrent 10 africaines 43 Jeunesse
N O V. D É C. 2013

TOUS LES TALENTS DE


L’AFRIQUE DU SUD
SIBONGILE MBAMBO EN CONCERT V O I R PA G E 20
bre et grasttuatite
Entrée liité des manife
ions,
pour la major ibles
s places dispon
dans la limite de

4 Appel à participation, appel à photo !


5 LE QUESTIONNAIRE D’ANNABELLE : Mike Nicol, écrivain sud-africain

6 Expositions
Villes du monde [1870 -1939] à la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris (4e)

12 Afrique du Sud : une nation en mouvement


Le polar sud-africain : rencontre avec Mike Nicol
à la bibliothèque Parmentier (11e)

22 Société
Le jeu vidéo dans trois bibliothèques parisiennes (1er, 18e, 20e)

33 Histoire
Le centenaire de la Police Judiciaire à la Bilipo (5e)

36 Littératures
Une traversée de la littérature sud-africaine à la bibliothèque Vaugirard (15e)

I Cah ier Jeunesse


Spectacle graphique : Trucha, Rino et les autres

43 Musiques
Festival Monte le son ! spécial musiques africaines avec Pédro Kouyaté
en concert d’ouverture à la médiathèque Hélène Berr (12e)
51 Artistes et images
L’art et les faussaires à la bibliothèque Drouot (9e)

62 Arts du spectacle
Rencontre avec Stanilas Nordey à la bibliothèque Oscar Wilde (20e)
66 Les Bons Plans d’En Vue
68 Infos pratiques - Où ? Calendrier par arrondissement et bibliothèque
74 Infos pratiques - Quand ? Sélection chronologique

SIBONGILE MBAMBO, CHANTEUSE, QUI SERA


EN CONCERT LE 22 NOVEMBRE À 19 H 30
À LA MÉDIATHÈQUE MARGUERITE D URAS
DANS LE CADRE DU FESTIVAL MONTE LE SON !
VOIR PAGE 48.

3
Paris sous l’objectif pour
Appel à participation,
appel à photo !
En Vue propose désormais de publier en pleine page
une de vos photographies dans chacun de ses numéros.
Chaque mois, nous vous annoncerons le thème choisi,
inspiré largement de Paris.

« Au petit matin Paris s’éveille » est notre première proposition pour


ce lancement prévu dans notre numéro de janvier-février 2014.
La photographie retenue sera sélectionnée, par le comité de rédaction d’En Vue
et par Florence Monod, responsable de la bibliothèque Château d’eau (10e) qui possède un fonds
important de documents sur la photographie et organisatrice des Rencontres Photos du 10e.

Comment participer ?
Vous avez jusqu’au 23 novembre pour nous adresser votre photo,
par mail à : envue@paris-bibliotheques.org ou par courrier postal à :
Paris bibliothèques, Rédaction En Vue, 3 impasse de la Planchette, Paris 3e.
Votre photo, noir et blanc ou couleur, doit être accompagnée d’une légende,
essentielle pour témoigner du caractère personnel du document envoyé.
Eléments techniques
Numérique : format jpg, résolution 300 dpi, dimensions 1280 x 1020 pixels. Poids jusqu’à 7 Mo
Papier : tirage au format 21 x 29,7 cm (A4)

Participation libre et gratuite !


Consultez le règlement sur notre site : www.paris-bibliotheques.org
Le Questionnaire d’Annabelle
avec Mike NICOL
Né en 1951, Mike Nicol vit au Cap (Afrique du Sud). Journaliste et
écrivain d’expression anglaise, il anime aussi des cours d’écriture en
ligne. C’est l’un des rares auteurs de romans policiers sud-africains.
À lire : Le temps du prophète (Seuil , 1993) ; Mandela , le portrait autorisé
(Acropole , 2011) ; La dette, (Ombres noires, 2013)
> Mike Nicol intervient à la bibliothèque Parmentier le 19 novembre à 19 h, voir p. 12.

Votre premier grand souvenir nesse); Usual Suspects, Rosencrantz et Guil- naient au genre du thriller et qui obéis-
de lecture ? denstern sont morts, Pulp Fiction, Michael saient à toutes ses conventions. Je voulais
L’île au trésor de Robert Louis Stevenson. Clayton et la nouvelle version de La Taupe. m’amuser, je voulais expérimenter une fa-
J’étais un jeune garçon lorsque je l’ai lu. On voit où va mon goût ! çon différente d’écrire de la fiction. Cela
Même après plusieurs lectures, j’ai été me plaît d’élaborer des intrigues, d’écrire
Vous vivez au Cap. Quel est l’endroit où
happé par l’arrivée du vieux loup de mer des dialogues, de créer des personnages
vous aimez écrire ?
avec sa queue de cheval, ses ongles abî- amusants. Ce n’est pas un hasard si En at-
En fait à une exception près, tous mes ro- tendant Godot et Rozencrantz et Guildens-
més et son sale manteau bleu ; il sifflait mans, qu’ils soient policiers ou non, ont
cette chanson de marin qui parle de quinze tern sont morts figurent parmi mes œuvres
pour cadre le Cap. C’est une ville qui sied littéraires préférées. Les deux font appel à
hommes sur le coffre d’un mort et une bou- idéalement à la fiction : une dramatique et
teille de rhum. Immédiatement j’étais un duo comique et j’ai découvert que c’était
naturelle toile de fond de la montagne et de un élément nécessaire de mes fictions po-
transporté dans un autre monde.
la mer ; un centre ville qui ressemble à des licières. Quant à la poésie, c’était une façon
Votre héros favori ? ossements de baleine échouée sur une d’apprendre à écrire et cela n’a donné que
Probablement Jay Gatsby dans le roman plage, de riches banlieues verdoyantes près deux volumes. L’écriture non romanesque a
Gatsby le Magnifique de Scott Fitzgerald. des montagnes et puis les bidonvilles et les été un des moments marquants de ma car-
Ce n’est pas que j’admire forcément Gatsby habitations sommaires de la Plaine du Cap. rière d’écrivain. J’ai eu la chance que l’on
mais son obsession pour Daisy m’intrigue et Le meilleur et le pire des perspectives hu- me confie le soin d’écrire sur des faits his-
il y a tant de mystère autour de lui. J’ai maines est immédiatement visible dans toriques, des mémoires, des biographies
souvent relu le livre et à chaque fois l’his- cette ville, ainsi que le contraste de ses op- (dont celle de Nelson Mandela), et même le
toire me révèle quelque chose de nouveau. positions : la lumière, l’obscurité, le beau, le récit d’un vrai crime.
Le personnage de Gatsby a une profondeur laid, la pauvreté, la richesse, la joie, la peur.
Vous avez été journaliste. Quels
étourdissante. Vous aimez écrire sur les évolutions souvenirs gardez-vous de cette période ?
Celui que vous auriez pu être ? de l’Afrique du Sud. Comment imaginez J’imagine que les souvenirs qui restent sont
Je ne pense pas qu’il y ait la moindre chance vous l’Afrique du Sud dans 30 ans ? ceux des premiers temps à Johannesbourg.
que je devienne un jour un héros. Je suis J’ai une petite fille qui aura 34 ans dans Ces journées de 1976 où les bidonvilles de
heureux de n’avoir jamais été confronté à trois décennies. Jamais auparavant je n’ai Soweto et d’Alexandra étaient en flammes.
une guerre ou à une situation nécessitant craint pour l’avenir de ce pays mais c’est le Pendant cette période, pour la première
du courage. Si j’avais été courageux j’aurais cas maintenant. Bien sûr à l’époque de fois, j’ai perçu l’histoire comme une force
pu être surfeur de grandes vagues ! l’apartheid, il y avait toujours l’espoir que physique en mouvement. Alors que j’ob-
cela cesserait. Maintenant j’observe ce qui servais ces événements, je savais que le
La musique que vous avez en tête ?
se passe au gouvernement, ce qu’il arrive à pays ne serait plus jamais le même après,
Cela change constamment. Il y a quelques nos institutions et je me demande com- c’est la raison pour laquelle ces souvenirs ne
années c’était de la country aux accents ment nous allons survivre. Nous détruisons m’ont jamais quitté.
rock que l’on trouve dans les territoires hos- notre futur. À moins, bien sûr, qu’il y ait une
tiles où les gens boivent trop et s’entre- profonde remise en question de l’ANC et Qu’avez-vous ressenti quand Nelson
tuent. En ce moment, je suis complètement que leur avenir en tant que parti au pouvoir Mandela a annoncé qu’il quittait son
pris par le blues dur de Joe Bonamassa. Sa ne soit menacé. Là on verra des améliora- poste de Président de l’Afrique du Sud ?
voix et sa guitare sont ma musique de tous tions se produire rapidement. Avec un peu Je sais que cela peut sembler étrange mais
les jours. de chance, dans 30 ans l’ANC sera simple- je n’ai rien ressenti du tout. Cela me semble
Un spectacle inoubliable ? ment un parti parmi d’autres dans une dé- parfaitement normal qu’il ait souhaité quit-
Comme je vis à bonne distance de la ville, mocratie pluraliste, et l’on ne sera plus ter son poste. Il a vécu une vie longue et dif-
arriver jusqu’au théâtre devient une véri- l’État d’un seul parti. L’Afrique du Sud est ficile, il a fait du bien au pays dans une pé-
table expédition. Je ne suis pas non plus si capable de se tirer d’affaire et j’imagine riode tumultueuse. Il a aussi compris qu’il
enthousiaste que cela à l’idée d’aller voir que c’est ce qui va arriver. devait se retirer pour que le pays continue
une pièce. Cela dit, lorsque Sir Ian McKellen à avancer vers son futur.
Après 25 ans comme poète et écrivain,
a monté En attendant Godot de Beckett au vous avez décidé d’écrire des polars. Où pourriez-vous imaginer une scène de
Cap en 2010 j’y suis allé, parce que j’adore Pourquoi ? crime à Paris dans l’un de vos prochains
cette pièce, mais aussi pour McKellen et ouvrages ?
J’ai tendance à voir mes premiers romans
surtout parce que l’on n’est pas prêt de re- Assez étonnamment, dans mon dernier
voir Godot de sitôt par ici. (publiés en France en 1991, 1993, 1998,
2004) comme de la fiction en général plu- roman publié cette année en Afrique du
Un film que vous aimeriez (re)voir ? tôt que comme des thrillers. Au milieu des Sud, Of Cops and Robbers, un crime a lieu
Il y en a quelques-uns et je les regarde au années 2000, j’ai décidé qu’il était temps de à Paris, dans le métro à la station Mont-
moins une fois par an : Profession Reporter changer de style et de sujet et j’ai com- parnasse.
(The Passenger) d’Antonioni (depuis ma jeu- mencé à écrire des romans qui apparte-
Villes du monde
Zoom sur

[1870 /1939] iothèques


Galerie des bibl – Paris 4e
ris
Collections photographiques de de la Ville de Pa
vembre
Jusqu’au 24 no 19 h
la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville anche de 13 h à
Du mardi au dim jusqu’à 21 h
dis
Nocturne les jeu is et le 1er novembre
nd
Fermeture les lu -tarif 3 €
trée 6 €, tarif réduit 4 €, demi
En

© BH DV/R OGER-VIOLLET

N EW YORK EN 1930.

La Bibliothèque de l’Hôtel de Ville de Paris physionomie se transforme, où architectes et ingé-


présente à la Galerie des bibliothèques quelques- nieurs, mandatés par les municipalités ou les États,
uns de ses trésors photographiques à l’intérêt docu- en modernisant les villes, créent des espaces dans
mentaire exceptionnel à l’occasion de cette expo- lesquels on vit encore parfois aujourd’hui.
sition consacrée aux villes étrangères de la fin du Photographies de Melbourne, d’Hanoï, de New York,
XIXe au milieu du XXe siècle. de Tanger, de Nuremberg…, elles ont été prises par
En un véritable voyage dans l’espace et dans le des photographes locaux ou Français partis à l’étran-
temps, un remarquable ensemble de photographies ger pour leur travail ou en voyage.
provenant du monde entier. Près de 175 documents Cet ensemble photographique permet des compa-
photographiques méconnus montrent les grandes raisons ou des mises en perspective intéressantes
villes ou capitales du monde à l’époque où leur dans le domaine de l’urbanisme et de l’architecture.
6
Expositions
Photographies de rues, de bâtiments, de jardins…
autant de vues qui témoignent de l’histoire urbaine
à travers le monde.
Ces photographies sont issues de plusieurs fonds de
la Bibliothèque. Certaines s’inscrivent dans les
échanges de publications entre la Préfecture de la
Seine et les municipalités d’autres grandes villes du
monde (Florence, Vienne, Toronto, Montréal, New
York, Melbourne); d’autres ont été envoyées à l’Hôtel
de Ville en remerciement ou à l’occasion de visites
officielles ; les documents sur le Maghreb provien-
nent du « fonds colonial » de la bibliothèque qui
conserve plusieurs milliers de publications sur les

© BH DV/R OGER-VIOLLET
anciennes colonies françaises. D’autres enfin ont été
données à la Bibliothèque et appartiennent aux
fonds Davioud, d’Espezel, Benoit-Levy et Lausi.
Les photographies exposées offrent un large éven- PALERME VERS 1914.
tail des supports et techniques employés à partir des
années 1870 par les photographes professionnels et Exposition conçue par la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville
amateurs : le négatif sur verre ou le tirage au gélati- Commissaire : Agnès Tartié
nobromure d’argent, le nitrate de cellulose, la stéréo- Conseil scientifique : Pierre Casselle et Pierre-Alain Tilliette
scopie en noir et blanc ou en couleur (autochrome), Scénographie : Marie-Noëlle Perriau
la vue de détail ou aérienne, la carte album, la carte Graphisme : Antoine Robaglia
Production : Paris bibliothèques - www.paris-bibliotheques.org
postale ou le cliché 40 x 60 cm, des vues techniques
ou touristiques... Pour les visites de groupes :
Morgane Menad, médiatrice au 01 44 59 29 40
morgane.menad@paris.fr
R OME VERS 1935.
Voir avec le regard de l'autre

Visite commentée (inclus dans le prix du billet)


© BH DV/R OGER-VIOLLET

par Agnès Tartié, commissaire de l’exposition.


Vendredi 15 novembre – 16 h

L E C ATA L O G U E
DE L’ EXP OS ITI ON
Villes du monde [1870 /1939]
Il y a plus d’un siècle et demi, la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville de Paris s’était consacrée à collectionner le monde grâce
à un système d’échanges internationaux, qui fonctionna efficacement jusqu’à la Première Guerre mondiale. Ce souci
pionnier d’ouverture sur les expériences étrangères permit la constitution de collections souvent uniques en France pro-
venant de villes, provinces ou États, parmi lesquelles des photographies réunies en albums, auxquelles sont venus
s’ajouter d’autres témoignages photographiques, au gré des relations internationales entretenues par la Ville de Paris.
Cette mémoire s’est enrichie de photographies, manifestes du regard de l’amateur éclairé
à côté de celui de l’urbaniste, de l’architecte et de l’ingénieur. À l’heure où le monde bas-
cule dans la modernité, la photographie enregistre les métamorphoses des grandes villes,
entre vestiges du passé et grands chantiers préfigurant le monde à venir.
Ces quelque 100 photographies, inédites pour la plupart, proposent un voyage dans l’es-
pace et dans le temps à travers les cinq continents. Des années 1870 aux années 1930, elles
donnent à voir dans toute la diversité de leur histoire 45 métropoles étrangères.
Auteur : Agnès Tartié
Introduction : Pierre-Alain Tilliette
Panorama dépliant à l’intérieur
Format 24 x 27 cm, 128 pages, photos en noir et couleur
Paris bibliothèques Éditions, 2013 - Prix : 29,50 €
Diffusion Actes Sud - disponible en librairie
et surwww.paris-bibliotheques.org

7
Précieux passages
Bijoux contemporains Forney
BibliothèqueParis 4e

Hôtel de Sens
cembre
Jusqu’au 28 dé h à 19 h
di de 13
Du mardi au same cembre
er novembre, 25 dé
Fermetur e : 1 3€
rif rédu it 4 €, demi-tarif
Entrée 6 €, ta
aq ue samed i à 15 h
tée ch
Visite commen billet)
prix du
(inclus dans le

CÉLINE SYLVESTRE JANINA STÜBLER

Dans le cadre de l’événement « Circuits bijoux » Précieux, de messages, d’émotions, de souvenirs,


(événement parisien regroupant plus de 60 mani- d’histoires qui se trament dans les bijoux exposés.
festations culturelles sur le thème du bijou contem- Passages, liens subtils qui se tissent entre bijoutier et
porain de septembre à mars), 22 artistes bijoutiers bijou, bijou et porteur, porteur et regard extérieur,
proposent pour l’exposition Précieux passages de enfin entre les bijoux eux-mêmes. Précieux Passages,
plonger dans l’actualité et l’avant-garde du bijou ceux de cette exposition dont les différents prota-
contemporain. Ces pièces uniques sont présentées gonistes, bijoutiers et visiteurs seront ensemble les
dans une « scénographie-écrin » conçue et pensée passagers de cette aventure artistique.
pour ces bijoux. Précieux passages est l’occasion de Commissaires : Céline Sylvestre, Laurence Verdier
découvrir l’univers de créateurs internationaux d’au- et Galatée Pestre
jourd’hui qui nous invitent à appréhender leur vision Scénographie : Rym Tarfaya et Antoine Farcis-Morgat
du bijou, bien au-delà de la fonction purement déco- Graphisme : Aurélie Bertram
rative, utilitaire ou esthétique de l’objet. Coproduction : Paris bibliothèques
Pour en savoir plus sur Circuits Bijoux, tout le programme
Porté par les artistes eux-mêmes, cet événement sur le site de l’association D’un bijou à l’autre :
montre l’étonnante dynamique de cette relève de www.dunbijoualautre.com et sur le site d’Ateliers d’Art
bijoutiers-plasticiens. Plus de 200 bijoux, dont la de France : www.ateliersdart.com/circuits-bijoux
majorité spécialement créés pour l’événement, sont
exposés à cette occasion.

8
Expositions
Les artistes invités
Ulrike Kampfert, Allemagne • Céline Sylvestre, France • Babette Boucher, France • Sonia Ledos, Venezuela
Jonathan Hens, Belgique • Patricia Correia Domingues, Portugal • Nathalie Perret, Chili • Stella Bierrenbach,
Brésil – Aude Medori, France • Galatée Pestre, France • Laurence Verdier, France • Angela Bermúdez, Espagne
Elvira H. Mateu, Espagne • Janire Román Díaz, Espagne • Edu Tarín, Espagne • Rodrigo Acosta Arias, Argentine
Christiane Köhne, Allemagne • Linda Pieri, Suisse • Janina Stübler, Allemagne • Nadine Simone Kuffner,
Allemagne • Céline Buffetrille, France • Caro Weiss, Allemagne.

U LRIKE K AMPFERT U LRIKE K AMPFERT

A U T O U R D E L’ E X P O S I T I O N
Quelle place pour le bijou contemporain
dans l’art ?
Pour aborder cette question, de nombreuses
problématiques sont envisageables : de la démarche E DU TARIN
du bijoutier contemporain (le nom qu'il donne à sa
production, son contexte…) au nom même de cette
pratique, ou, de l’intérêt pour des objets nouveaux
dans l’art contemporain (céramique, BD...) aux
pratiques transversales proposées par des bijoutiers
(installations, photos...).
Des acteurs importants de ces deux sphères évoquent
ces questions :
Michèle Heuzé, historienne du bijou, commissaire
priseur et experte en joaillerie et passionnée du bijou
contemporain.
Monica Brugger, artiste, historienne du bijou
contemporain, commissaire d’exposition.
Emmanuel Guigon, conservateur et directeur
du Musée des Beaux-Arts et Archéologie de Besançon,
spécialiste de l’art contemporain.
Jeudi 21 novembre – 19 h
upes
(salle de lecture) Visites pour les gro
de 9 h 30 à 18 h
Du mardi au samedi
rich on , mé diatrice culturelle au
Justine Per errichon@paris.fr
- jus tin e.p
01 42 78 14 60

9
Expositions

E PIONNAGE
Les espions
se livrent

s littératures
Bibliothèque de e
O) – Paris 5
policières (BILIP
mars
15 novembre - 24
redi de 14 h à 18 h,
Du mardi au vend
à 17 h
le samedi de 10 h rs fériés
etu re les diman ches, lundis et jou
Ferm
Entrée libre

J EAN K LEE, AGENT « K »

À partir des fonds de la Bibliothèque des littéra- Rapports, fiches, dossiers, messages codés et autres
tures policières (BILIPO), mais aussi des collections microfilms sont au cœur des grandes affaires qui,
historiques des services français, cette exposition va elles-mêmes, ont inspiré de nombreuses fictions,
dévoiler la relation trouble et complexe entre les plus ou moins fidèles.
services de renseignement et l’écrit, de 1800 à 1989. Pour la première fois en France, d’authentiques docu-
Écrivains espionnés, écrivains espions et écrivains ments et objets utilisés par les agents sont aujour-
d’espionnage nous révèlent comment s’est bâti un d’hui présentés au public. Appareils photo minia-
pan de l’imaginaire moderne à travers la littérature tures comme le célèbre Minox, micros dissimulés
populaire et le cinéma. dans un livre ou dans une boîte d’allumettes, montre
Dans les films, les instructions sont orales et les à détecter les radiations, stylos lance-gaz, et
mallettes s’autodétruisent ; dans la réalité, les machines codeuses, plus de trente instruments de la
services de renseignement intérieur et extérieur dernière chance sont exposés.
sont des administrations qui ont, de longue date,
une culture de l’écrit.

10
Expositions
I LLUSTRATION DE JACQUES LECLERC
(ÉD. P ORTE SAINT-MARTIN).
MACHINE E NIGMA (COLL. DE LA DGSE).

3 questions à Bruno Fuligni,


commissaire de l’exposition
L’exposition EXpionnage, Les espions se livrent,
est une exposition unique et étonnante qui devrait
attiser la curiosité du public. Pourquoi selon vous,
un tel engouement pour l’univers secret
de l’espionnage ?
C’est l’attrait du mystère : le monde du secret nous
attire tous parce que nous aimerions percer le
Le parcours de l’exposition secret… Cela dit, le grand public ne connaît l’univers
de l’espionnage qu’à travers de grands archétypes,
L’écrit est d’abord une menace, parce qu’il peut véhiculés par la littérature et le cinéma. L’exposition,
subvertir la société et révéler des secrets d’État. C’est centrée sur les rapports entre l’écrit et le
pourquoi les services de renseignement français ont renseignement, vise justement à distinguer la part
pris l’habitude de surveiller tout ce qui paraît, quand de vérité de la part de fiction dans notre imaginaire
ils ne s’immiscent pas directement dans la vie privée de l’espionnage.
des écrivains : Victor Hugo, Jules Vallès, Émile Zola
Quels sont les espions célèbres qui ont marqué
ont fait l’objet d’une telle attention, tout comme
l’histoire ?
Jacques Prévert.
Tout le monde a entendu parler de Mata Hari, agent
Mais l’écrit est aussi une nécessité pour les services H 21, ou de Vladimir Vetrov alias Farewell. On sait
de renseignement, en ce qu’il permet de transmettre moins que Mistinguett ou Joséphine Baker ont aidé
et de conserver les informations. Tout l’art est alors les SR français. Certaines figures sont passées du réel
de garantir la confidentialité des documents à la fiction, comme Fräulein Doktor. Mais n’oublions
produits, en particulier par des codes secrets plus ou pas que les plus grands espions sont ceux qui ne se
moins complexes, éventuellement générés par des sont jamais fait prendre : nous ignorons leur nom
instruments ou des machines. À l’inverse, les services comme leur existence !
de renseignement extérieur s’efforceront de
dupliquer et de décrypter la « production » adverse. MATA HARI

L’écrit peut enfin se révéler une sauvegarde, pour


les services qui cherchent à sensibiliser la
population, ou plus particulièrement pour les
espions eux-mêmes qui ont besoin de révéler une
partie de leur existence. Entre propagande et
règlements de comptes, c’est un foisonnement
d’ouvrages et d’imprimés divers qui ont été publiés
par les professionnels du renseignement, nourrissant
et inspirant la littérature d’espionnage.

Exposition conçue par Bruno Fuligni, écrivain, historien,


Dans l’exposition le public va pouvoir découvrir
auteur de Dans les archives inédites des services secrets
et du Livre des espions (Éd. L’Iconoclaste, 2010). des objets ayant appartenu à des espions. En quoi
ces objets sont-ils inédits et exceptionnels ?
Conception : Bruno Fuligni et la BILIPO
Scénographie : BILIPO et Dominique Floirat La première fois que les services de renseignement
Commissaires : Bruno Fuligni, historien et écrivain, français acceptent de montrer leur patrimoine au
et Catherine Chauchard, responsable de la BILIPO public. On verra donc des appareils photos
Graphisme : Marine Lebreton miniaturisés, un livre-micro, une montre détectrice
Production : Paris bibliothèques d’ondes, des machines à coder et même un
www.paris-bibliotheques.org authentique soutien-gorge d’espionne à
compartiment secret, pour passer les documents ou
Remerciements : DCRI, DGSE, Préfecture de Police,
dissimuler de faux papiers… Ces objets, qui tous
Musée du Plan Sussex, Éditions L’iconoclaste.
témoignent d’affaires réelles, n’étaient jusqu’alors
visibles que par les seuls professionnels du
renseignement.

11
Terre d’apartheid jusqu’en 1991 puis lieu du miracle politique de la nation « arc-en-ciel » si symbo-
Zoom sur
liquement incarnée par Nelson Mandela, l’Afrique du Sud se raconte dans le cadre de la saison croi-
sée France-Afrique du Sud par la voix de personnalités sud-africaines : écrivains, poètes, musiciens,
conteurs, comédiens, historiens, journalistes...
Pour traduire et éclairer cette nation en mouvement, complexe et parfois contradictoire mais
portée par une énergie et une créativité artistique enthousiasmantes, un parcours parisien dans
les bibliothèques propose à tous plus d’une trentaine de manifestations jusqu’au mois de décembre.
Ce cycle, qui a débuté en octobre, est organisé avec le soutien de l’Institut français, du National Arts Council d’Afrique
du Sud et de la Délégation générale aux Relations internationales de la Ville de Paris.

le POLAR SUD-AFRICAIN
Rencontre
avec Mike Nicol

rmentier
Bibliothèque Pa
e
Paris 11
Mike Nicol
Rencontre avec
mbre – 19 h
Mardi 19 nove

Mike Nicol, auteur sud-africain, a choisi le polar Comment évoquer les sujets politiques et sociaux,
pour exprimer l’Afrique du Sud et la violence plurielle en ayant ce double regard de journaliste et d’auteur ?
qui s’y exerce. Son dernier livre La Dette (éd. Ombres Gérard Meudal, journaliste littéraire au quotidien
Noires, 2013) évoque la corruption politique, la Le Monde, questionne Mike Nicol sur ses choix d’écri-
drogue qui gangrène les quartiers, la sexualité et les ture et sur la situation actuelle en Afrique du Sud.
rapports hommes/femmes. Quel rôle et quel espace Voir l’interview de Mike Nicol page 4.
de liberté le roman noir permet-il à l’écrivain ?

12
Afrique du Sud
Bibliothèque Marguerite Audoux – Paris 3e
Lectures-performances des poétesses sud-africaines,
Lebogang Mashile et Ronelda Kamfer
Denis Hirson, auteur et poète sud-africain présente deux poétesses sud-afri-
caines, Lebogang Mashile et Ronelda Kamfer et parle de l’évolution de la poésie
sud-africaine. Les deux poétesses proposent chacune une lecture de leurs textes :
Lebogang donne une lecture performée d’inspiration hip hop, en anglais (traduc-
tion en français); Ronelda fait une lecture en anglais et en afrikaans (traduction
en français).
Bibliothèque
François Villon
NÉE EN 1979 DE PARENTS SUD-AFRICAINS EN EXIL AUX ÉTATS-U NIS,
LEBOGANG MASHILE EST POÉTESSE, ACTRICE, PRÉSENTATRICE ET Paris 10e
PRODUCTRICE D’UNE ÉMISSION DE TÉLÉ. ELLE REVIENT EN AFRIQUE DU SUD
POUR SES ÉTUDES ET ŒUVRE DEPUIS À LA DIFFUSION DE LA POÉSIE PAR Afrique du Sud,
LA PAROLE ET LA PERFORMANCE. LES QUESTIONS SOCIALES ET DE GENRE
TRAVERSENT SON ŒUVRE ET SON PARCOURS. E N 2006, SA POÉSIE A ÉTÉ
le grand pardon
RÉCOMPENSÉE PAR LE P RIX PANAFRICAIN DU LIVRE 2006 ET LE P RIX NOMA. Documentaire
À écouter :
de Jane Thandi Lipman
Lebo Mashile Live !, album CD, performance poétique sur fond et Robin Benger
de hip-hop, house et RnB (2010, 52 min, coproduction
LCP/French Connection
Films).
NÉE EN 1981 PRÈS DU CAP, RONELDA K AMFER EST UNE POÉTESSE SUD-
De la haine d’autrefois
AFRICAINE DE LANGUE AFRIKAANS. E LLE PASSE SON ADOLESCENCE DANS UNE
à la paix d’aujourd’hui,
BANLIEUE CONFRONTÉE À DE VIOLENTS PROBLÈMES SOCIAUX, EXPÉRIENCE QUI
MARQUE PROFONDÉMENT SA VIE ET SON ÉCRITURE. E N 2009, ELLE REÇOIT
l’Afrique du Sud racontée
LE P RIX EUGÈNE-MARAIS DÉCERNÉ PAR L'ACADÉMIE SUD-AFRICAINE.
sans idéalisme ni
évitement à travers
À lire :
Afrique du Sud, une traversée littéraire (contributrice), l’histoire de cinq
éditions Philippe Rey, 2011 personnages : un ancien
Samedi 16 novembre – 16 h
policier blanc ; une star
du foot ; un seigneur de
En partenariat avec la Maison de la Poésie de Nantes guerre ; la sœur de Maki
www.maisondelapoesie-nantes.com Skhosana, brûlée vive et
un avocat blanc en
PR O J E C T I O N disgrâce pour avoir aimé
Classified people une femme noire. Du
de Yolande Zauberman (1987, 60 min) cauchemar de l’apartheid
jusqu’au retournement
La loi de classification de 1948 a été l’un de destin, ces images
des fondements de l’apartheid. Robert se révèlent les visages de
croyait Blanc ; lorsque la Cour le classe ces hommes et de ces
métis, il perd tous ses droits. Il refait sa vie femmes qui, contre toute
avec Doris qui est noire. Tous deux attente, se sont engagés
racontent, avec tendresse, humour et sur le chemin de l’unité
simplicité, leur vie de « personnes et de la réconciliation
classées », en butte aux exactions légales, multiraciale, ont survécu
aux humiliations, à la délation. au désespoir et à
Samedi 30 novembre – 16 h l’arrogance des partisans
Dans le cadre des Samedis du documentaire de l’apartheid.
et du Mois du film documentaire.
Jeudi 28 novembre – 19 h
Également à la : Dans le cadre du Mois
Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e du film documentaire.
Samedi 7 décembre – 16 h

13
Afrique du Sud
Bibliothèque Georges Brassens – Paris 14e

Nelson Mandela
Nelson Mandela est le symbole de l’émergence d’une
nouvelle Afrique du Sud. Défenseur de l’égalité des
Médiathèque Hélène Berr – Paris 12e citoyens et de l’abolition de l’apartheid, il a passé
27 ans en prison (dont 18 à Robben Island, au large
Les villes sud-africaines du Cap). Comprenant que les raisons de la
domination afrikaner sont plus complexes que la
Le territoire sud-africain est divisé entre les grandes
perspective du fait colonial, il prône la réconciliation,
villes (Johannesburg, Le Cap, Pretoria, Durban...)
lors de sa libération, puis de son élection en 1994
et les campagnes. À l’intérieur de ces espaces, les
à la présidence de
fractures sociales sont apparentes, imposées par
la République sud-
l’apartheid et la ségrégation raciale ou par les écarts
africaine. Les invités
de richesses. Les villes sont les espaces où ces
de ce plateau rendent
inégalités sont les plus flagrantes. À quoi ressemblent
hommage au père de
les villes sud-africaines ? Répondent-elles toutes au la nation arc-en-ciel.
même modèle ou des disparités liées aux différentes
populations et ethnies sont-elles visibles ? 20 ans Rencontre avec Njabulo S. Ndebele
après la fin de l’apartheid, quel en est leur quotidien ? et Georges Lory, journaliste et auteur.
Débat avec Sophie Didier, maître de conférences en NÉ EN 1948 À JOHANNESBURG, NJABULO SIMAKAHLE NDEBELE
géographie à l’Université Paris 13 Nord, et ancienne EST PROFESSEUR DE LITTÉRATURE ET ÉCRIVAIN DE FICTION. ÉTUDIANT,
IL S’IMPLIQUE DANS LE « B LACK C ONSCIOUSNESS MOVEMENT ». I L
directrice de recherche à l’Institut français d’Afrique
A OCCUPÉ DE NOMBREUX HAUTS POSTES AU SEIN D’UNIVERSITÉS SUD-
du Sud et Niq Mhlongo. Rencontre modérée par AFRICAINES ET EST ACTUELLEMENT PRÉSIDENT DE L’U NIVERSITÉ DE
Sophie Bouillon, journaliste. Basée en Afrique JOHANNESBURG. IL OCCUPE ÉGALEMENT LA CHAIRE DE PRÉSIDENT DE
australe pendant 5 ans, elle a collaboré à la revue XXI LA MANDELA R HODES F OUNDATION, QUI PERMET À DES ÉTUDIANTS DU
et à Libération et est aujourd’hui chef de la rubrique CONTINENT AFRICAIN DE BÉNÉFICIER D’UNE ÉDUCATION UNIVERSITAIRE.
« Afrique » à Courrier international. À lire :
NIQ MHLONGO NÉ EN 1973 À SOWETO DANS LA BANLIEUE DE Fools, 1985, trad. de l’anglais, éditions Complexes, 2000
JOHANNESBURG, ÉTUDIE LA LITTÉRATURE AFRICAINE ET LES SCIENCES Rencontre modérée par Jean Guiloineau, directeur
POLITIQUES AVANT DE SE METTRE À ÉCRIRE. I L EXERCE AUJOURD’HUI LES de la revue littéraire Siècle 21, Littérature & Société.
PROFESSIONS DE JOURNALISTE ET DE ROMANCIER. Auteur de la biographie Nelson Mandela, Naissance
À lire : d’un destin (éd. Autrement, 1998), il est par ailleurs
After Tears, éditions Yago, 2007 traducteur, entre autres, des ouvrages de Nelson
Mardi 26 novembre – 19 h Mandela, André Brink et Nadine Gordimer.
Mardi 3 décembre – 19 h

Bibliothèque Marguerite Durand – Paris 13e

Être une femme en Afrique du Sud aujourd’hui ?


Comment trouver et préserver son identité par-delà DANSEUSE ET CHORÉGRAPHE, NELISIWE XABA EST NÉE À SOWETO ET A
les coutumes, les rituels du mariage, les usages ÉTUDIÉ LA DANSE À LONDRES. E N 1997, ELLE REJOINT LA PACT DANCE

domestiques ? Comment déjouer les stéréotypes COMPANY PUIS TRAVAILLE, ENTRE AUTRES, AVEC ROBYN ORLIN, SOPHIE
LOUCACHEVSKY ET LA PLASTICIENNE RODNEY P LACE.
qu’on voudrait attacher aux femmes sud-africaines ?
DEPUIS 2001, ELLE CHORÉGRAPHIE
Comment affirmer son désir d’être artiste quand on est
SES PROPRES PIÈCES. SA DERNIÈRE
une femme issue des townships ? Une rencontre entre CRÉATION, THEY LOOK AT ME AND THAT’S
les deux artistes, Lebogang Mashile (voir biographie ALL THEY THINK, REVISITE L’HISTOIRE
p. 13) et Nelisiwe Xaba pour parler de la vie, des TRAGIQUE DE SARAH BARTMAAN,
hommes, de la politique, de leur rébellion contre la LA « VÉNUS HOTTENTOTE».
domination masculine, de la violence qui s’exerce Mercredi 20 novembre
contre elles. 19 h 30
Rencontre modérée par Sophie Bouillon, journaliste En partenariat avec
indépendante, ancienne correspondante à la Maison de la Poésie
Johannesburg. Prix Albert Londres 2009 pour son de Nantes
reportage Bienvenue chez Mugabe. www.maisondelapoesie-nantes.com

14
Afrique du Sud
Bibliothèque Vaugirard – Paris 15e Bibliothèque Batignolles – Paris 17e
Une traversée de la littérature
sud-africaine La violence en Afrique
Rencontre avec Njabulo S. Ndebele, du Sud, quelle origine ?
Denise Coussy, Jean-Pierre Richard
et Catherine Pont-Humbert.
Voir détail en zoom Littérature,
p. 36. Régulièrement pointée du doigt dans les médias
autour des faits de violence, l’Afrique du Sud est
Mercredi 4 décembre – 19 h considérée comme l’un des pays les plus violents
au monde. L’origine de la criminalité est enracinée
dans une histoire longue et douloureuse entre des
peuples qui se sont affrontés pour la possession du
Bibliothèque Germaine Tillion – Paris 16e territoire.
Pour tenter de comprendre les origines et les
Histoire de l’Afrique du Sud enjeux de la lutte contre la criminalité, Mike Nicol,
Nelisiwe Xaba et Myriam Houssay-Holzschuch,
Pour comprendre pleinement les enjeux des divisions
ancienne élève de l’École normale supérieure,
actuelles et passées de l’Afrique du Sud, il est
agrégée de géographie, qui poursuit des
nécessaire de se pencher sur son Histoire. Au-delà
recherches sur les villes, les territoires
d’un retour purement factuel sur l’Histoire du pays,
cette rencontre est l’occasion de comprendre et les identités de
comment se sont construites, au fil des siècles, les l’Afrique du Sud post-
identités collectives en Afrique du Sud : des apartheid, dialoguent
populations « d’origine » à la colonisation anglo- avec la journaliste
néerlandaise, de la guerre des Boers à l’apartheid, ce Sabine Cessou, auteure
pays multi-identitaire est le fruit d’une histoire riche de Johannesburg, la fin
et passionnante. de l’apartheid, et après ?
(éd. Autrement, 2008).
Rencontre avec François-Xavier Fauvelle-Aymar,
historien spécialiste de l’Afrique, qui a notamment Jeudi 21 novembre
publié une Histoire de l’Afrique du Sud (éd. du Seuil, 19 h 30
2006) et Gilles Teulié, professeur des Universités en (Salle des Mariages,
Mairie du 17e)
civilisations britanniques et du Commonwealth, qui a
travaillé sur l’histoire des mentalités et des
représentations en Afrique du Sud. Rencontre
modérée par Nicolas Champeaux, journaliste à RFI,
ancien correspondant en Afrique du Sud.
Jeudi 12 décembre –19 h

Vous souhaitez être informé des manifestations


culturelles des bibliothèques ?
Connectez-vous sur le site www.paris-bibliotheques.org
pour vous inscrire à notre lettre d’infos mensuelle.
Nouvelles expos, débats des « Jeudis de l’actualité », invitations
à des soirées spéciales, animations jeunesse, boutique en ligne...
Recevez une sélection du programme par e-mail !
Devenez fan et retrouvez nos activités sur notre page Facebook
et sur Twitter @parisbiblio

En Vue est téléchargeable et « feuilletable » sur :


www.paris-bibliotheques.org

15
Afrique du Sud
Médiathèque Edmond Rostand – Paris 17e
Histoire de la littérature Nous n’irons pas à Khayelitsha
sud-africaine (2005, 57 min)

Présentation par Denis Hirson, poète Projection du film et rencontre avec le réalisateur
et auteur sud-africain, de l’histoire Darryl Evans.
de la littérature sud-africaine depuis
le XIXe siècle jusqu’en 1994.
À lire :
Afrique du Sud, une traversée littéraire
(éd. Philippe Rey, Institut Français, 2011).
Samedi 9 novembre – 16 h

Rainbow Soldiers,
hommage à la liberté
L’exposition, conçue par l’association Impala,
allie peintures et poèmes, en hommage à la
démocratie et à la liberté. L’exposition Rainbow
Soldiers, ou les Soldats de l’Arc en ciel, symbolise Themba vit à Khayelitsha, le plus grand bidonville
l’union : union et alliance entre les peuples, d’Afrique du Sud, près du Cap. Il nous emmène dans
union et alliance malgré les différences, union l’effervescence de son quotidien. L’histoire de ce film,
et alliance des artistes et des genres puisque Asiyi eKhayelitsha, Nous n’irons pas à Khayelitsha est
l’exposition mêle peinture sur bâches, textes aussi celle du retour de Darryl Evans dans son pays
poétiques, en bilingue (anglais/français), et natal pour tenter de comprendre pourquoi, malgré
bande son originale. toutes les souffrances et la pauvreté, ces habitants
« Les « Rainbow Soldiers »... sont des artistes qui croient à l’avenir de Khayelitsha.
ne veulent pas d’autres armes que la parole, dite NÉ DANS LA VILLE DU CAP, DARRYL EVANS QUITTE SON PAYS EN
ou écrite, les sons et les couleurs. Ils n’ont d’autre 1980 ET OBTIENT EN F RANCE L’ASILE POLITIQUE. IL TRAVAILLE COMME
but que de réveiller ce grand cœur paresseux des PHOTOGRAPHE PROFESSIONNEL POUR L’A GENCE V U ET RETOURNE
RÉGULIÈREMENT EN A FRIQUE DU S UD .
hommes et des femmes qui se croient impuissants
à lutter contre l’injustice et l’oppression. » À lire :
Afrique du Sud, de l’apartheid à la citoyenneté, Syros, 1994.
MARC-ALBERT LEVIN
L’association Impala a pour objet de promouvoir une Samedi 23 novembre – 16 h 30
nouvelle approche des arts, en présentant les facettes Dans le cadre du Mois du film documentaire.
inconnues d’œuvres célèbres, en faisant découvrir de
nouvelles œuvres, en explorant les connexions entre Concert de Sam Tshabalala
les arts dans tous les domaines et en promouvant et
soutenant les jeunes artistes engagés, de 16-25 ans, Inspiré par la mosaïque des cultures sud-africaines
dans toutes les disciplines artistiques. et chantant aussi bien en Zoulou, en Sotho, en Tswana
Jusqu’au 29 novembre qu’en Anglais, Sam Tshabalala nous transporte dans
Vernissage de l’exposition le 14 novembre à 18h30. sa terre d’origine et nous décrit la vie qu’on mène
dans les townships.
Écrire la liberté, lire la liberté Concert organisé
dans le cadre du
Festival Monte le son !
Les comédiens de l’association Impala proposent (voir programmation
de lire, dire, propager et partager les textes et p. 47).
poèmes présentés dans l’exposition Rainbow
Samedi 30 novembre
Soldiers. Découverte de nouveaux talents, partage
16 h 30
de mots, partage d’idéaux de démocratie et de
En partenariat avec
liberté, convivialité et bonne humeur avec l’écoute
l’association Impala.
de la bande-son de l’exposition et le jeu du
« Kokibarre ».
Samedi 16 novembre – 16 h 30

16
Afrique du Sud
Bibliothèque Goutte d’or – Paris 18e Bibliothèque Place des fêtes – Paris 20e
Cinéma et littérature : rencontre Traversée de la poésie sud-africaine
avec Caryl Ferey et Julien Rappeneau Lecture à deux voix et en trois langues, le français,
En écho à la sortie l’anglais et l’afrikaans, de poèmes d’Afrique du Sud,
CARYL F EREY accompagnée par Steve Potts au saxophone.
du film Zulu, adaptation
cinématographique De rapides éclaircissements sur le contexte historique
du best-seller éponyme encadrent la lecture des poèmes. L’écrivain sud-africain
de Caryl Ferey édité chez Denis Hirson et la comédienne Sonia Emmanuel livrent
Gallimard, « Série Noire ». des mots denses, économes, porteurs d’une musique
Voir page 40. qui puise sa force dans l’oralité.
Vendredi 6 décembre – 19 h Samedi 7 décembre – 16 h

Bibliothèque Claude Lévi-Strauss – Paris 19e


Le cinéma africain Come back, Africa
et sud-africain Projection du film de Lionel
Conférence par Daniel Chocron, Rogosin tourné en Afrique du Sud
historien du cinéma, ponctuée en 1958 (95 min), suivie d’une
d’extraits commentés. rencontre avec Michael Rogosin,
son fils.
Après une introduction au cinéma
Filmé clandestinement, ce
africain, la conférence est
documentaire-fiction avant l’heure
consacrée au cinéma d’Afrique du
Sud, souvent méconnu du public Lettres de fin est l’un des premiers à dénoncer
la politique ségrégationniste de
français. Il a été soumis aux aléas d’apartheid l’état sud-africain. Venu des États-
des guerres de la puissance
Projection de Lettres de fin Unis, Lionel Rogosin est l’auteur
coloniale ou de la politique
d’apartheid suivie d’un débat en d’un film qui a puissamment
d’apartheid apparue en 1948.
présence de la réalisatrice Corinne marqué la critique en 1956: On the
Daniel Chocron évoque les Bowery, peinture de la déshérence
principaux cinéastes, de Jamie Uys Moutout. (2001, 86 min)
sociale d’un quartier new-yorkais.
(Les Dieux sont tombés sur la tête) Que reste-t-il de l’apartheid ?
Lui qui revendique la double
à John Marshall, et souligne L’Afrique du Sud a certes rompu
influence de Flaherty pour ses
l’intérêt grandissant des avec son système raciste en 1994,
méthodes de tournage, et du néo-
réalisateurs américains qui mais le passé n’est pas aboli : les réalisme italien pour son esthétique,
tournent dans ce pays, comme inégalités sociales et les préjugés invente avec ce documentaire
Clint Eastwood (Invictus). ne disparaissent pas si vite. scénarisé une écriture qui inspirera
Samedi 14 décembre – 16 h L’enquête de Corinne Moutout, bientôt des cinéastes comme John
menée en ville (Johannesburg Cassavetes ou Shirley Clarke.
et Le Cap) et à la campagne,
s’attache avant tout à montrer le M ICHAEL ARIEL R OGOSIN, FILS DE LIONEL
ROGOSIN, EST NÉ À JOHANNESBURG EN
chemin parcouru. Elle est portée 1958 PENDANT LE TOURNAGE DU FILM COME
par la voix off d’une jeune femme BACK AFRICA. IL A PASSÉ SON ENFANCE ENTRE
blanche qui écrit à son compagnon NEW YORK, LONDRES, ET NEW DELHI AU GRÉ
noir demeuré en Europe. DES PROJETS DE SON PÈRE. D EPUIS 2004,
M ICHAEL ROGOSIN A RÉALISÉ UN CYCLE
Samedi 16 novembre – 15 h DE SIX DOCUMENTAIRES SUR CES FILMS.
Dans le cadre du Mois L’ŒUVRE DE L. ROGOSIN A ÉTÉ RESTAURÉE
du film documentaire. PAR LA C INETECA DE B OLOGNE.

Samedi 23 novembre – 15 h 30
Dans le cadre du Mois du film
documentaire.

17
Afrique du Sud
Bibliothèque Couronnes – Paris 20e

Ster City
(Tout public, dès 12 ans)

Rencontre autour du spectacle Ster City (texte et mise


en scène de Jean-Paul Delore). Deux jeunes acteurs-
performeurs sud-africains, représentants de la
nouvelle scène artistique et underground sud-
africaine, nous livrent leur vision insolente, libre et
joyeuse de l’histoire d’Afrique du Sud, de la
préhistoire à l’après-Mandela. La compagnie propose
des extraits du spectacle suivis d’une rencontre avec
l’équipe artistique.
Samedi 30 novembre – 15 h
Le spectacle se joue à la Maison des Métallos
du 27 novembre au 8 décembre (durée 1h).

Bibliothèque Louise Michel – Paris 20e

Rencontre musicale
avec le DJ Mo Laudi
et Bintou Simporé
Bintou Simporé, reine de la sono mondiale et
animatrice à Radio Nova présente un jeune DJ
sud-africain, Mo Laudi.
Mo Laudi vit depuis quelques années à Paris. Ce DJ très
apprécié des nuits de la capitale, est connu avant tout
pour être le Mc de Radioclit. Initiateur du courant
Nu world techno, Mo Laudi crée une ambiance sonore
emprunte de la techno de Détroit et de la house de
Chicago avec des influences disco, funk UK, bass Music,
house, Afro roots. Il est habitué à être aux platines
de bon nombre de lieux du clubbing parisien.
Il anime une fois par semaine les soirées Secousse au
Comptoir Général, fait des sets au Nouveau Casino,
participe aux compilations Secousse chez Crammed
Disc, prépare des nouveaux remixs de Fela Kuti.
Samedi 14 décembre – 17 h 30

Toute la programmation
de la Saison sud-africaine
en France :

18
Afrique du Sud
Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
Sharp, Sharp ! R ENCONTRE-SPECTACLE
Film de Sylvie Coulon (2009, 65 min, France) La création sud-africaine
À l’occasion des résidences croisées d’artistes entre À la découverte de la création sud-africaine autour
l’Île-de-France et les townships d’Afrique du Sud, d’hommes et de femmes qui composent le paysage
les luthiers, musiciens et danseurs professionnels artistique et littéraire de ce pays.
et amateurs engagés dans le projet Sharp Sharp !
transforment la partition complexe de J.L. Mechali 15 h 15 Ster City : les comédiens jouent un extrait du
en spectacle trépidant. spectacle, qui sera présenté à la Maison des Métallos.
À bien des égards, Ster City est un défi : raconter sous forme
Le film raconte cette démarche et le processus de création
pluridisciplinaire intercontinental. « Sharp Sharp ! » d’un spectacle tout public, sorte de vraie fausse conférence
dans le langage des townships d’Afrique du Sud, signifie aux accents burlesques, rien de moins que toute l’histoire
« Salut ! »: c’est un code entre les gens, un signe de l’Afrique du Sud depuis l’apparition de l’Homo sapiens
de reconnaissance né au temps de l’apartheid. à l’après-Mandela... Une histoire jouée par deux acteurs
Projection suivie d’une rencontre avec Claire hors-normes, Lindiwe Matshikiza et Nicholas Welch.
Lenormand, chargée de production de Lutherie 16 h Rencontre autour de la jeune création sud-africaine :
urbaine, et la réalisatrice Sylvie Coulon (sous réserve). pour témoigner de la richesse de la culture sud-africaine,
Samedi 16 novembre – 16 h avec les artistes du spectacle Ster City Lindiwe Matshikiza,
Dans le cadre du Mois Nicholas Welch, le metteur en scène Jean-Paul Delore et
du film documentaire. l’auteur Niq Mhlongo (voir sa biographie page 14).
Ils évoquent les origines de leurs créations, leurs parcours
respectifs et les aspirations qui sont celles des jeunes
C ONCERT artistes de la scène sud-africaine.
Sibongile Mbambo Rencontre modérée par Bintou Simporé, journaliste
et coordinatrice de programmes à Radio Nova.
Sibongile Mbambo chante en xhosa, sa « musique
mère ». Elle est accompagnée de quatre musiciens. COMÉDIENNE, METTEUR EN SCÈNE ET RÉALISATRICE, LINDIWE MATSHIKIZA EST
Son inspiration musicale plonge tout autant dans NÉE À LONDRES. F ILLE DE L’ACTEUR ET ÉCRIVAIN JOHN MATSHIKIZA, ELLE JOUE
DANS DE NOMBREUSES PRODUCTIONS AU CAP ET À L’ÉTRANGER, SE MET À LA MISE
la tradition que dans une culture urbaine.
EN SCÈNE PUIS S’ESSAIE AU CINÉMA ET À LA TÉLÉVISION — ELLE RÉALISE LA SÉRIE
ZONE 14 ET UN DOCUMENTAIRE. ELLE EST À L’AFFICHE DU SPECTACLE STER CITY.
ACTEUR, CLOWN, LINGUISTE, RAPPEUR… DIPLÔMÉ EN ARTS DRAMATIQUES
À JOHANNESBOURG, N ICK WELCH NE CESSE DE VARIER LES GENRES. PARLANT
COURAMMENT LE ZULU ET LE SOTHO, IL SE SPÉCIALISE DANS L’ÉTUDE DE LA LANGUE
ZULU. D EPUIS 2008, IL ENCHAÎNE LES PROJETS THÉÂTRAUX. S OUS LE NOM
DE SCÈNE GWASA JUSE, IL JOUE AVEC LE GROUPE DE HIP-HOP DE SOWETO, THIRD
WAVE. IL EST À L’AFFICHE DU SPECTACLE STER CITY.
Samedi 23 novembre – 15 h 15 et 16 h

Mama Africa
Projection du documentaire de Mika Kaurismäki (2010, 90 min),
suivie d’une rencontre avec Marie-Hélène Gutberlet.
La célèbre chanteuse sud-africaine Miriam Makeba
(1932-2008) a parcouru le monde pendant un demi-siècle
en propageant son message politique contre le racisme
et la misère et pour la justice et la paix. Ce film-hommage
à une femme qui incarnait comme aucune autre l’espoir
NÉE DANS LA VILLE DU CAP, SIBONGILE MBAMBO EST CHANTEUSE, et la voix de l’Afrique, a inspiré des musiciens du monde
MUSICIENNE ET DANSEUSE. E LLE PORTE UN CHANT INTENSE, entier et enthousiasmé un public international pendant
RYTHMIQUE ET ENVOÛTANT, PROFONDÉMENT SUD-AFRICAIN. plus de cinquante ans.
SES COMPOSITIONS NAISSENT AU RYTHME DU UDU OU DE SA « BONGI-
BOX», UNE CAISSE QUI LA SUIT DEPUIS CAPE TOWN ET LUI SERT DE www.trigon-film.org
TAMBOUR BASSE. E LLE PUISE SON INSPIRATION DANS LA TRADITION MARIE-HÉLÈNE GUTBERLET A FAIT DES ÉTUDES D’HISTOIRE DE L’ART, PHILOSOPHIE
XHOSA, SON PEUPLE DE NAISSANCE, ET DANS LA CULTURE URBAINE. ET CINÉMA À L’UNIVERSITÉ FRANKFURT/MAIN. ELLE TRAVAILLE EN TANT QU’AUTEURE,
Dans le cadre du Festival Monte le Son ! Voir page 48. ÉDITRICE ET COMMISSAIRE INDÉPENDANTE.

Vendredi 22 novembre – 19 h 30 Vendredi 6 décembre – 19 h 30


En partenariat avec le festival Africolor. Dans le cadre du Festival Possessions
www.africolor.com www.possessions.fr

20
Afrique du Sud
Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
Les hommes debout Mine
Projet d’art contemporain conçu par Bruce Clarke Mine est une exposition présentant les travaux vidéos
pour la mémoire et la dignité des victimes du génocide de 19 artistes sud-africains, projetés dans quatre lieux
des Tutsi au Rwanda. différents. La médiathèque accueille les œuvres
de 7 d’entre eux. Ces projections sont suivies d’une
rencontre avec l’artiste Teboho Edkins et Bridget
Baker (sous réserve).
Mine est à la fois le titre de l’exposition et celui d’un
film produit, en 1991, par William Kentridge. Cette
vidéo d’animation fondamentale évoque des images
de mines souterraines d’Afrique du Sud, et le titre,
aussi bien que le contenu, se réfère à l’exploitation
sans précédent de la terre et du peuple au temps du
colonialisme et par conséquent au système de
l’apartheid qui en découle.
Le titre renvoie également, non seulement à la mine
en sous-sol mais aussi à l’idée de propriété
personnelle, Mine cherchant à explorer les multiples
Le projet artistique et mémoriel « Les Hommes façons grâce auxquelles nous identifions et
debout » s’inscrit dans le cadre d’une longue réflexion positionnons nos propres identités.
du plasticien Bruce Clarke, britannique d’origine sud- Programmation : Bridget Baker Steglitz House - Dineo
africaine, suite au génocide des Tutsi de 1994 au Seshee Bopape Birds Milk - Doris Bloom Southern Breeze
Rwanda. (A Play of Shadows) - Jacques Coetzer Desperado - Barend
L’exposition présentée ici constitue la première étape de Wet Projected Identities - Teboho Edkins Gangster Project
- William Kentridge Johannesburg, 2nd Greatest City After
de ce projet gigantesque dans lequel il s’agira de Paris ; Monument ; Mine.
peindre des hommes, des femmes et des enfants,
Possessions est un programme de projections, performances
debout et dignes, sur l’extérieur des lieux de mémoire. et conférences proposé du 14 novembre au 12 décembre
www.uprightmen.org en Île-de-France (cinémas, centres d’art, musées,
BRUCE CLARKE EST NÉ À LONDRES EN 1959. SES PARENTS, ORIGINAIRES médiathèques...). Réalisé par un groupe de curateurs et
D’AFRIQUE DU S UD ET MILITANTS ANTI-APARTHEID SE SONT INSTALLÉS programmateurs du Nord et du Sud sur une invitation
EN ANGLETERRE PEU AVANT SA NAISSANCE. LUI-MÊME, FIDÈLE À CETTE d’Olivier Marbœuf.
FILIATION, DEVIENDRA PLUS TARD MILITANT DE LA CAUSE ANTI-APARTHEID
EN AFRIQUE DU SUD ET TENTERA D’INTÉGRER CET ENGAGEMENT POLITIQUE
Mardi 10 décembre – 19 h 30
DANS SA RECHERCHE PLASTIQUE QUI SE SITUE DANS UN COURANT Projections proposées dans le cadre du Festival Possessions,
DE FIGURATION CRITIQUE. en partenariat avec Khiasma et du cycle L’Afrique du Sud,
SON TRAVAIL une nation en mouvement programmé dans les
PLASTIQUE TRAITE bibliothèques de la Ville de Paris.
DE L’HISTOIRE www.phantom-productions.org/blog/possessions/
CONTEMPORAINE,
www.khiasma.net/
DE L’ÉCRITURE ET
DE LA TRANSMISSION
DE CETTE HISTOIRE.
IL SOUHAITE QUE SA
PEINTURE STIMULE
UNE RÉFLEXION
SUR LE MONDE
CONTEMPORAIN ET
LA REPRÉSENTATION
QU’ON EN FAIT. P LASTICIEN ET PHOTOGRAPHE, IL EXPOSE DEPUIS
1989 EN F RANCE ET À L’ÉTRANGER. IL PARTICIPE À F EST’AFRICA À
LILLE AVEC LE PROJET « RWANDA : ÉCRIRE, FILMER, PEINDRE PAR
DEVOIR DE MÉMOIRE » ET DEVIENT COLLABORATEUR ET ANIMATEUR DE
L’AFRIKA C ULTURAL C ENTRE À JOHANNESBURG EN AFRIQUE DU S UD.
www.bruce-clarke.com
7 novembre - 11 décembre
Vernissage le 7 novembre à 19h30
en présence de l’artiste. ifestations
mbreuses man
À noter : de no e du Sud sont destinées
qu
autour de l’Afri ultez le cahier jeunesse !
ns
aux enfants. Co

21
Zoom sur

Le jeu vidéo Dans 3 biblioth


èques
parisiennes
bats, exposition
Rencontres, dé mbre
e au 14 déce
Du 14 novembr

Les Journées mondiales du jeu vidéo sont l’occasion pour de nombreuses bibliothèques
de s’interroger sur les liens étroits entre ce média et le cinéma.

22
Société
Bibliothèque du Cinéma François Truffaut Paris 1er

Les jeux vidéo au cinéma


Rencontre avec Alexis Blanchet, autour du livre
Les jeux vidéo au cinéma (éd. Armand Colin, 2012).
Le cinéma et les jeux vidéo entretiennent une relation
pour le moins contrariée et ambiguë depuis la fin des
années 1970. À travers le prisme du jeu vidéo, le
cinéma s’interroge sur le rôle de l’informatique dans
nos sociétés, sur l’émergence de réalités alternatives,
virtuelles ou vidéoludiques et questionne les pratiques
ludiques des adolescents. Hackers, programmeurs,
gamers et icônes du jeu vidéo sont autant de figures
dont le cinéma s’empare afin de parler de l’émergence
d’un nouveau média et de s’inquiéter de son influence
souvent jugée néfaste sur la jeunesse. De Tron à Super
Cette rencontre est animée par Erwan Cario,
Mario Bros, nous voici conviés à un voyage surprenant journaliste à Libération et spécialiste des jeux vidéo,
entre pixels et pellicule. auteur du livre Start !: la grande histoire des jeux
ALEXIS BLANCHET EST MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN SCIENCES DE vidéo (sous réserve).
L’I NFORMATION ET DE LA C OMMUNICATION AU DÉPARTEMENT C INÉMA Jeudi 12 décembre – 19 h 15
ET AUDIO-VISUEL DE L’UNIVERSITÉ PARIS III - SORBONNE NOUVELLE. (au Forum des images, contremarques à retirer à l’accueil).
AUTEUR DES OUVRAGES DES PIXELS À HOLLYWOOD (ÉD. PIX’N LOVE,
2010) ET LES JEUX VIDÉO AU CINÉMA (ÉD. ARMAND COLIN, 2012), En partenariat avec le Forum des images
www.forumdesimages.fr
IL ANIME LE BLOG HTTP://JEUVIDEAL.COM .

Bibliothèque Vaclav Havel – Paris 18e Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
Retrogaming, l’exposition jouable : Le jeu vidéo est-il l’enfant terrible
« Cinéma et jeux vidéo» du cinéma ?
Découvrez les liens étroits qu’entretiennent jeux vidéo
et cinéma depuis les années 80 ! De James Bond à
Aladdin en passant par Le Seigneur des anneaux, les
Difficile d’évoquer la dimension culturelle du jeu vidéo
classiques du cinéma sont à portée de manette !
sans évoquer les liens, réels ou supposés, qu’il entre-
Cette exposition « jouable » sur d’anciennes consoles tient avec le cinéma. Les liens économiques, on les
de jeux a lieu dans le forum s’inscrit dans le cadre des connaît : adaptations des films en jeux qui sont sou-
Journées mondiales du jeu vidéo en partenariat avec vent considérés comme de simples produits dérivés, ou
le Serpent Retrogamer et avec les bibliothèques du l’inverse, Hollywood étant toujours en manque d’uni-
réseau parisien. vers originaux.Mais ces liens sont aussi présents au
15 novembre - 14 décembre niveau créatif à travers tous les âges du jeu vidéo.
À noter : la bibliothèque propose une rencontre autour Aujourd’hui, on demande même parfois à des acteurs
du thème Narration et jeu vidéo. Se renseigner auprès d’incarner des personnages de jeu. Certains jeux s’ins-
de la bibliothèque. pirent donc directement des codes du cinéma quand
d’autres cherchent à s’en émanciper totalement. Quel
est l’état des relations que le jeu vidéo entretient avec
son illustre ancêtre ?
Rencontre-débat avec Erwan Cario et Alexis Blanchet.
Voir biographies ci-dessus.
Jeudi 5 décembre – 19 h 30

23
Société
Bibliothèque du cinéma François Truffaut – Paris 1er
Projections : la pause documentaire
Le dernier train Trésors des poubelles
de Lixin Fan (2009, 1h27) de Samba Félix Ndiaye (1989, 1h)
En Chine, à l’époque du Nouvel an, 130 millions de En Afrique, les petits métiers survivent comme une
travailleurs migrants retournent dans leur famille. Cette résistance face à l’invasion de biens de consommation.
migration est la plus importante au monde. Si Dans les cinq films qui composent cette série, Trésors
spectaculaires que soient les images de foules et de des poubelles, on suit les étapes de la fabrication
bousculades dans les gares chinoises, elles ne constituent d’objets artisanaux avec du matériel de récupération et
pas le sujet du film. Le train, dans ce film dédié aux on est à chaque fois émerveillé de l’habileté et
travailleurs migrants, est un symbole. de l’intelligence de ces artisans.
Il illustre ce Le réalisateur a construit
qui depuis chaque film comme
toujours sous- une petite énigme, qui ne
tend le cinéma dévoile l’objet fini qu’à
et la littérature la fin, sans dialogue,
chinoise : ni commentaire, avec juste
la séparation le son direct.
des familles, des parents et des enfants, des maris et 1. Aqua (11 min)
des femmes, pour la survie. La famille confucéenne est 2. Les chutes de N’galam
d’autant plus sacrée que la vie la malmène. Les fêtes (8 min)
du Nouvel an célèbrent avant tout une unité familiale 3. Diplomate à la tomate
aussi éphémère qu’impossible. (11 min)
D’APRÈS LE CATALOGUE CINÉMA DU RÉEL 2010. 4. Les malles (12 min)
Depuis janvier, chaque deuxième mercredi du mois 5. Teug ou la chaudronnerie
à 12h à la Lucarne, prenez une « pause documentaire » d’art (15 min)
et découvrez un film choisi par les bibliothécaires. CATALOGUE NATIONAL DE FILMS DOCUMENTAIRES DE LA BPI.
Mercredi 13 novembre – 12 h Mercredi 11 décembre – 12 h

Bibliothèque Charlotte Delbo – Paris 2e

Pierre Rabhi,
la reconquête du songe
Projection du film de Marie-Dominique Dhelsing,
Pierre Rabhi, la reconquête du songe (52 min,
« Histoire et Société »), suivie d’une rencontre
avec la réalisatrice. P IERRE R ABHI

Agriculteur, penseur, écrivain, précurseur de


l’agroécologie, Pierre Rabhi fait partie de ces MARIE-DOMINIQUE DHELSING RÉALISE DES FILMS DOCUMENTAIRES
DEPUIS UNE VINGTAINE D’ANNÉE SUR DES SUJETS CULTURELS ET DE
humanistes qui élaborent des utopies réalistes.
SOCIÉTÉ ET S’ENGAGE DANS DES PROJETS QUI CONTRIBUENT À UNE
Le film part à sa rencontre et retrace son parcours, RÉFLEXION SUR LES MUTATIONS DE NOS SOCIÉTÉS. C’EST AINSI QU’ELLE
depuis le Sahara algérien de son enfance jusqu’aux A CHOISI DE RÉALISER UN FILM SUR P IERRE R ABHI, INTITULÉ P IERRE
Cévennes ardéchoises. C’est là qu’il a choisi RABHI, LA RECONQUÊTE DU SONGE POUR LA TÉLÉVISION. ELLE A DÉCIDÉ
d’effectuer un retour à la terre avec sa femme, DE PROLONGER L’EXPÉRIENCE PAR LA RÉALISATION D’UN LONG-MÉTRAGE
DE CINÉMA P IERRE R ABHI AU NOM DE LA TERRE, QUI OUVRE SUR LES
dès le début des années 1960, et qu’il va devenir un
DIFFÉRENTES EXPÉRIENCES AGROÉCOLOGIQUES QU’IL A INSPIRÉ DE PRÈS
des pionniers de l’agriculture biologique, inventant OU DE LOIN. CE FILM EST SORTI DANS LES SALLES EN F RANCE EN MARS.
le concept d’« oasis en tous lieux ». Son blog : www.dhelsing.com
Portrait intime et personnel sur l’homme et son
Jeudi 28 novembre – 19 h (Mairie du 2e)
itinéraire, ce film témoigne de son combat incessant
pour l’insurrection des consciences et des valeurs de Dans le cadre du Mois
du film documentaire.
ce qu’il nomme la « sobriété heureuse ».

24
Société
Bibliothèque Marguerite Audoux – Paris 3e
Projection Journée Écran libre
My left foot de Jim Sheridan À l’occasion du mois du film documentaire, trois
D’après l’histoire vraie de Christy Brown, cet homme projections en présence des auteurs sont prévues
né en 1932, atteint de paralysie cérébrale et dans la journée.
condamné à rester totalement 10h30: Nicolas Eprendre présente Elisée Reclus,
handicapé toute sa vie. Grâce à la passion du monde.
l’affection de toute sa famille et à 14h : Bernadette Mermier propose deux portraits
son courage personnel, il produits par les ateliers Varan, Mon royaume pour
deviendra un véritable artiste- un cheval, un jeune fleuriste du marché de la rue de
peintre et un grand écrivain, avec Bretagne porté par sa passion pour les chevaux et
pour seul moyen d’expression son La vie du bon coté, comment devenir mère quand on a
pied gauche... La projection est été soi-même abandonnée.
suivie d’un débat. 16h : Hala Mohammed présente Voyage dans la
Jeudi 21 novembre – 18 h 30 mémoire. Syrie, en 2006 trois intellectuels, anciens
Dans le cadre de la semaine prisonniers d’opinion, retournent sur les lieux de leur
du handicap. détention.
Samedi 23 novembre –10 h 30, 14 h, 16 h
Sur réservation auprès
E XPOSITION des bibliothécaires.

Le sport : la revanche du handicap Projection


Exposition photographique par Emmanuel Sarnin.
Kurdish lover
Emmanuel Sarnin vit à Paris, après avoir vécu à de Clarisse Hahn
Londres et New York. Il a assisté Annie Leibovitz et a (2011, 98 min)
collaboré avec le Studio Harcourt. Il réalise
aujourd’hui des reportages pour des magazines Avec son compagnon
internationaux. On a pu le voir récemment dans kurde rencontré à Paris,
diverses expositions à Paris et à Londres. Il s’explique Clarisse Hahn découvre
sur son projet : « Il s’agit par cette série de portraits, « un pays qui n’existe
de promouvoir une image positive des personnes en pas » et une belle
situation de handicap et pratiquant une activité famille méfiante.
sportive. Je ne souhaite pas forcement mettre le Samedi 28 décembre
handicap au premier plan sur la photo, mais surtout 16 h
me concentrer sur le dynamisme, la combativité, Sur réservation auprès
l’esprit d’équipe, le dépassement de soi ; en somme des bibliothécaires.
toutes les qualités requises dans le milieu sportif et
que certaines personnes en situation de handicap
vivent au quotidien. »
26 novembre - 7 décembre
Dans le cadre de la semaine du handicap
organisée par la Mairie du 3e. Le Mois Extra-Ordinaire
Valoriser les réalisations des Parisiens en

?
situation de handicap mais également les
dispositifs mis en place par des établissements
culturels ou sportifs pour favoriser les échanges
et les rencontres, c’est l’objectif du Mois Extra-
Ordinaire. Depuis 2009, la Ville de Paris a initié
le « Mois Extra-Ordinaire du handicap » pour
promouvoir autour d’évènements festifs, de
conférences, de débats, l’apport des Parisiens
en situation de handicap à la vie de la Cité.
1er - 30 novembre
www.facebook.com/MoisExtraOrdinaire

25
Société
Bibliothèque Buffon – Paris 5e
Esquisse de Chine Ce que la religion fait aux gens...

Présentation de l’essai Esquisse de Chine Rencontre avec Anne Gotman auteur du livre Ce que
(éd. Belin, 2013) qui aborde l’épopée des relations la religion fait aux gens… (éd. Maison des Sciences
francochinoises sous un angle inédit. Lieux de de l’Homme, 2013) et Jean-Michel Henny.
mémoire, singularités nationales, anthropologie On parle fréquemment d’un «retour du religieux »,
culturelle sont tour à tour étudiés. mais qu’en est-il en réalité ? Qu’en est-il des formes
Avec humour et sans complaisance, Emmanuel Lincot de vie et des motivations des personnes qui, sans être
s’interroge sur la nature des enjeux et des liens que particulièrement dévotes, demeurent attachées à
cultivent la France et la Chine. Plus de liberté pour leur religion et à ses traditions ?
la Chine, plus ANNE GOTMAN EST SOCIOLOGUE ET DIRECTRICE DE RECHERCHE AU
de sagesse pour CNRS. SES THÈMES DE RECHERCHE CONCERNENT LE PATRIMOINE,
la France : LA TRANSMISSION, L’HÉRITAGE ; LES TRAJECTOIRES RÉSIDENTIELLES
cet ouvrage ET TERRITOIRES DE LA FAMILLE ; LES FORMES URBAINES, PUBLIQUES
trace aussi ET PRIVÉES DE L’HOSPITALITÉ ; LA FOI ET LES CROYANCES RELIGIEUSES.
les linéaments D IPLÔMÉ EN PHILOSOPHIE ET EN SCIENCES DU LANGAGE,
possibles de JEAN-MICHEL HENNY EST CONSEILLER ÉDITORIAL AUPRÈS DES ÉDITIONS
nos conduites DE LA F ONDATION MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME ET FONDATEUR
pour les temps DU SITE PHILOSOPHIQUE S OPHIE’S LOVERS.

à venir. En avant-première du 7e Salon du livre de sciences


EMMANUEL LINCOT EST SPÉCIALISTE D’HISTOIRE CULTURELLE humaines, qui se tiendra au Palais de la Porte Dorée
CONTEMPORAINE DE LA C HINE, FONDATEUR DE LA CHAIRE DES ÉTUDES du 22 au 24 novembre.
CHINOISES CONTEMPORAINES (CECC) ET VICE-DOYEN CHARGÉ DES Plus d’informations sur www.salonsh.fr
AFFAIRES INTERNATIONALES (I NSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS). IL EST
Jeudi 21 novembre – 19 h
ÉGALEMENT RÉDACTEUR EN CHEF DE LA REVUE MONDE CHINOIS NOUVELLE
ASIE. IL A VÉCU CINQ ANS EN CHINE ET S’EST RENDU EN ASIE PLUS
D’UNE CENTAINE DE FOIS.

Jeudi 7 novembre – 19 h

Syrie : anatomie d’un régime autoritaire


Comment Bachar al-Assad, peut-il encore
se maintenir à la tête de l’État ?
Contrairement aux autres régimes autoritaires du Maghreb
ou du Proche-Orient, le régime ba’thiste de Bachar al-Assad
ne s’est pas effondré après quasiment deux ans de
soulèvement et le pays ne s’est pas disloqué en une
mosaïque de communautés.
Souhaïl Belhadj nous mène au cœur du fonctionnement
de ce régime autoritaire et nous fait comprendre comment
les mécanismes de partage du pouvoir entre les différentes
communautés, ainsi que le rôle incontournable des services
de renseignement dans la vie politique, permettent
aujourd’hui encore au président Assad de se maintenir à
la tête de l’État syrien.
SOUHAÏL BELHADJ, DOCTEUR À L’INSTITUT D’ÉTUDES POLITIQUES DE PARIS ET POLITOLOGUE. SPÉCIALISTE DE LA SYRIE CONTEMPORAINE, IL
Y A LONGUEMENT SÉJOURNÉ ENTRE 2003 ET 2011 POUR RÉALISER UNE ENQUÊTE INÉDITE SUR LE POUVOIR SYRIEN. I L A NOTAMMENT PUBLIÉ
LA RELIGION À TOUTES FINS PARLEMENTAIRES PRATIQUES : COMMENT L’ISLAM EST THÉMATISÉ À L’ASSEMBLÉE DU P EUPLE SYRIENNE (REVUE MAGHREB-
MACHREK, N° 198, 2009), AINSI QUE LES TRANSFORMATIONS POLITIQUES INTERNES EN SYRIE (LA SYRIE AU PRÉSENT. REFLETS D’UNE SOCIÉTÉ,
ÉD. ACTES S UD, 2007).

Jeudi 5 décembre – 19 h

26
Société
Bibliothèque Mouffetard – Paris 5e
Samedi du livre
La voix verticale
Samedi du livre proposé par le Collège International
de Philosophie autour du livre de Bruno Clément.
Intervenants : Gisèle Berkman, Bruno Clément,
Marc de Launay, Jean-Michel Rey.
La voix humaine est pour la pensée un objet résistant :
charnelle et spirituelle, medium de la parole et
du chant, ajoutant aux mots qu’elle profère la saveur
de son intonation, animale et humaine, la voix est
naturelle, en somme. Mais pas seulement...
Le présent essai choisit d’aborder cette équivocité Bibliothèque Chaptal – Paris 9e
essentielle à partir d’une figure, la prosopopée, qui,
donnant voix aux absents, aux morts, aux êtres Comment donner le goût
surnaturels, ou même inanimés, confère aux textes
qu’elle informe un relief toujours édifiant. Usant de de la lecture aux enfants sourds ?
la prosopopée, les philosophes ou les théoriciens
(Platon, Rousseau, Nietzsche,
Freud, Foucault, Levinas), les
On s’accorde à dire que tous les enfants ont besoin de
poètes ou les romanciers (Beckett,
livres et d’histoires pour grandir et se construire. Mais
Blanchot, Deguy, Sarraute) font
qu’en est-il des enfants sourds ? Comment leur donner
entendre, surplombant le discours
le goût de la lecture ?
ordinaire et reçu, une voix
étrangère et intempestive – une Marie-Thérèse L’Huillier, ingénieure au CNRS,
autre voix. Voix véridique et s’intéresse depuis de nombreuses années à ce sujet
exigeante, voix morale, au zénith et se propose d’échanger avec le public.
de la conscience. Voix verticale. Jeudi 28 novembre – 19 h
Samedi 14 décembre – 10 h En présence d’interprètes en LSF.

Bibliothèque André Malraux – Paris 6e


Projections
À l’occasion des 30 ans de la bibliothèque, Faits divers de Raymond Depardon (100 min)
cycle de projections de films sortis en 1983. Le quotidien des policiers du commissariat du 5e
Chaque séance est animée par Marcos Uzal, arrondissement filmé par un grand documentariste.
critique de cinéma. Raymond Depardon s’intéresse au travail des agents,
mais plus encore à la diversité des personnes qu’ils
Travail au noir de Jerzy Skolimowski (97 min) rencontrent, et il dresse ainsi un portrait souvent
À Londres en décembre 1981, des ouvriers polonais pathétique et parfois drôle de la condition humaine
sont embauchés au noir pour rénover la maison d’un dans une grande ville.
riche compatriote. Le contremaître (Jeremy Irons)
Samedi 23 novembre
leur cache les événements qui se déroulent alors en 15 h
Pologne : l’état d’urgence décrété par Jaruzelski...
Dans le cadre du Mois
Samedi 16 novembre – 15 h du film documentaire.

27
Société
Bibliothèque Château d’eau – Paris 10e Bibliothèque Parmentier – Paris 11e
Photojournalisme, Premières fêtes des ados : intérêts
tous photographes ? et risques pour les adolescents
Débat animé par Lorenzo Virgili, photojournaliste-
enseignant à l’École des Métiers de l’Information,
EMI-CFD. Pour les adolescents, les premières fêtes qu’ils
Jeudi 21 novembre – 19 h organisent ou auxquelles ils sont invités sont des
(Salle des fêtes, 2e étage de la Mairie du 10e) moments de vie sociale et amicale importants. Ces
Dans le cadre des Rencontres Photos du 10e, voir p. 54. expériences, souvent vécues loin du regard des
parents, sont aussi l’occasion de « tester ses limites »;
elles s’accompagnent fréquemment de consommations
de produits psychotropes, en particulier l’alcool, qui
peuvent induire des conduites à risques.
Bibliothèque Lancry – Paris 10e
En tant que
Hors champs, parents, que
dire à son
film de Marianne Estèbe adolescent qui
Projection du film en présence de la réalisatrice. se rend à une
Anne, Élisabeth et Philippe sont électro-hypersensibles. fête, comment
Comme des milliers d’autres personnes dans leur cas, le prévenir de
ils souffrent des ondes émises par les téléphones ces risques ?
portables, le wifi, et parfois même le réseau Que mettre en
électrique. Dans une société qui ne reconnaît pas leur place lorsque
maladie, face à une médecine qui en ignore les c’est lui-même qui organise sa soirée ? Être présent
mécanismes, ils ne peuvent compter que sur eux- ou pas ? Interdire l’alcool ou pas ? En somme,
mêmes pour sauver leur peau. comment jouer son rôle de parents pour qu’une fête
reste une fête ?
À leurs côtés, plusieurs scientifiques et quelques
politiques, soutiennent ce combat. Leur but : alerter Avec Jean-Pierre Couteron, psychologue clinicien et
président de la Fédération Addiction, Hélène David,
les autorités sanitaires au sujet de ce problème de
directrice adjointe de l’association Charonne (sous
santé publique, et informer la population des risques
réserve), et Grégory Pfau, pharmacien de l’association
liés à la pollution éléctromagnétique. Hors champs
Charonne.
raconte leur histoire…
Jeudi 12 décembre – 19 h
Samedi 30 novembre – 18 h 30 (4e étage)
En partenariat avec la DASES.
Sur réservation auprès des bibliothécaires.
Dans le cadre du mois
du film documentaire.

Bibliothèque Faidherbe – Paris 11e

Décryptez le JT
Séance de décryptage du journal télévisé avec
l’association Acrimed.
Le journal télévisé est encore pour une majorité de
Français l’accès privilégié à l’information. La « messe
du 20 heures » est un spectacle particulièrement
élaboré et codifié. Regardons ensemble le journal
télévisé de la veille et, sujet par sujet, déconstruisons
le dispositif de mise en scène et analysons quels types
d’information sont réellement offerts au spectateur.
Cet « atelier » est animé par Nicolas Spengler et
Yannick Kergoat, membres de l’association Acrimed
(Action-Critique-Média).
Jeudi 12 décembre – 19 h

28
Société
Médiathèque Hélène Berr – Paris 12e

Les débats autour


du mariage pour tous
L’association Aequivox veut redonner aux citoyens
la possibilité d’acquérir la maîtrise de l’analyse
du discours en promouvant l’étude de la rhétorique,
à travers des conférences ponctuées d’extraits vidéo
de discours. Le sujet choisi ici étudie les débats
politiques qui ont eu lieu autour du « mariage pour
tous », le thème étant d’importance et le temps
écoulé permettant un essai de bilan.
Par Clément Viktorovitch, président d’Aequivox
et professeur de réthorique à Sciences Po.
Jeudi 14 novembre – 19 h
www.aequivox.fr

Médiathèque Jean-Pierre Melville Bibliothèque Vandamme – Paris 14e


Paris 13 e

Chine, le nouvel empire


P ROJECTION : Tu seras sumo
Takuya rêvait d’être judoka. À 18 ans pourtant, il
intègre une écurie de sumo à Tokyo, poussé par son
père : « Il n’y a plus de place pour toi à la maison. Ne Projection du 3e volet du film de Jean-Michel Carré,
pense même pas à échouer ! » La Chine domine consacré à la période 2002-2013
Loin de ses amis et de sa vie (60 min, Arte éditions, 2013), suivie de la rencontre
d’adolescent branché, avec le réalisateur et Emmanuel Lincot, spécialiste
il est initié à son futur métier d’histoire culturelle contemporaine de la Chine, vice
et à sa nouvelle vie, rigoureuse doyen chargé des Affaires Internationales à l’Institut
et traditionnelle... catholique de Paris, et auteur de Esquisse de Chine
Projection suivie (éd. Belin, 2013).
d’une rencontre avec la À l’horizon 2017, la Chine
réalisatrice Jill Coulon. accèdera au 1er rang
Samedi 16 novembre – 16 h 30
économique mondial,
devant les États-Unis,
Dans le cadre du Mois selon les derniers chiffres
du film documentaire.
du F.M.I. et de la Banque
Mondiale. Le film de Jean-
P ROJECTION Michel Carré, fresque en
Công Binh, la longue nuit trois volets, passionnante
indochinoise et dense, retrace un siècle
et demi de l’histoire de la
À la veille de la Seconde Guerre mondiale, vingt mille Chine pour comprendre
Vietnamiens d’Indochine sont amenés de force en l’ascension fulgurante
France, pour travailler dans les usines désertées par d’une superpuissance en devenir. Le dernier volet de
les soldats. Pris au piège du conflit, souvent ce film, présenté lors de cette soirée, se penche sur la
considérés comme des traîtres au Vietnam, ils dernière décennie où, sous la présidence de Hu
resteront toute leur vie marqués par ce traumatisme. Jintao, la Chine va passer de la 6e à la 2e place de
Le réalisateur Lam Lé a rencontré plusieurs de ces l’économie mondiale.
anciens Công Binh – littéralement « ouvriers-soldats »
– en France et au Vietnam, et a construit un film Jeudi 5 décembre – 19 h
bouleversant autour de leur histoire et de celle de Sur inscription auprès des bibliothécaires.
leurs enfants. La projection est suivie d’un débat En partenariat avec Arte.
avec le réalisateur Lam Lé.
Samedi 7 décembre – 16 h

29
Société
Médiathèque Marguerite Yourcenar – Paris 15e
Carte blanche au Master Comment devient-on
Image et Société d’Évry documentariste ?
Comment devient-on documentariste ? Trois élèves Seconde partie
présentent leur film de fin d’études réalisé dans le Magali Roucaut, ancienne élève du Master vient
cadre de ce Master. présenter son film de fin d’étude mais également
un film récent afin d’échanger avec le public sur
P ROJECTIONS
son parcours de cinéaste documentariste.
La chair de ma chair d’Amal Bou Hachem (2004, 20 min)
Sandra et Hussein viennent d’avoir leur premier P ROJECTIONS
enfant. Les deux belles-mères les rejoignent à Paris La terre n’est le jardin d’aucun homme
suite à cette naissance. Cet heureux événement va (2002, 17 min)
révéler les difficultés de la rencontre de deux cultures. La disparition progressive des paysans pose la
Shaman Shalom d’Alexandra Tesorini (2008, 25 min) question de la transformation des paysages et de
Le « mouvement de Techouva » signifie « retour au l’entretien des espaces naturels. La réalisatrice du
judaïsme ». À la suite de la naissance de sa deuxième film nous entraîne dans le village où elle a grandi,
fille, Laure décide d’entreprendre ce voyage religieux près de Lyon, et nous invite à réfléchir à la notion de
tout en continuant sa pratique du bouddhisme et du campagne et de nature.
chamanisme. Incursion dans une spiritualité La friche (2012, 43 min)
polymorphe et incertaine. Une friche dans Paris, isolée du reste de la ville par de
Venez quand vous pouvez de Xavier Jourdin hautes palissades. À l’intérieur, des plantes sauvages
(2009, 18 min) et les traces d’une ancienne usine. Bientôt un jardin
Dans sa chambre de maison de retraite, Madame public, le repos, le loisir. Abandonné depuis plus de
Vignot passe la majeure partie de son temps. Ne 20 ans, cet endroit est peuplé de fantômes, vivants et
voulant pas sortir de cette chambre par peur de se voir morts. Qui étaient ces personnes qui vivaient et
renvoyer sa propre vieillesse par les autres résidents, travaillaient là? La réalisatrice du film a retrouvé
Madame Vignot s’occupe par quelques-uns de ces anciens occupants. Grâce à leurs
la lecture, la télévision... souvenirs, se reconstruit peu à peu l’espace de ce lieu
Et lorsque des membres de et se reconstitue son histoire. Une histoire qui raconte
sa famille viennent lui rendre celle d’un Paris disparu et méconnu.
visite c’est l’occasion pour Vendredi 22 novembre – 19 h
elle de s’exprimer. Dans le cadre du Mois
Vendredi 15 novembre – 19 h du film documentaire.

Bibliothèque Vaclav Havel – Paris 18e

Le mystère
de la matière noire
La matière noire, inconnue indétectable dans nos
modèles physiques, peuplerait massivement le
cosmos. Pour la première fois, un film montre la folle
quête scientifique dont elle est l’objet. Un vrai thriller.
Dans nos modèles physiques, le poids de toute la
matière observable (étoiles, galaxies...) ne représente
Projection du film documentaire de Cécile Denjean,
que 4 % de l’univers, alors qu’une matière inconnue,
Le mystère de la matière noire (52 min, Scientifilms,
invisible, qu’aucun outil n’a jamais permis de détecter,
2013) suivie d’une rencontre avec la réalisatrice et
peuplerait massivement le cosmos. Aujourd’hui,
Yannick Mellier, chercheur à l’Institut d’Astrophysique
astrophysiciens et cosmologistes, chercheurs dans les
de Paris.
champs de l’infiniment grand et de l’infiniment petit,
unissent leurs forces pour résoudre cette grande Jeudi 7 novembre – 19 h
énigme : quelle est la nature de cette fameuse
« matière noire »?

30
Société
Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
Bibliothèque Une découverte sensible de l’audio-description
Place des Fêtes – Paris 19e La version audio décrite des films : un atelier avec Marie Diagne.
À partir de différents fragments de films et dans l’échange avec les autres
Déjouer participants – non-voyants, malvoyants ou voyants –, vous pourrez
éprouver chacune des étapes de la réalisation d’une audio-description
les pièges et interroger à votre tour quels pourraient être les éléments
incontournables d’une audio-description réussie.
du discours L’atelier « découverte
publicitaire sensible de
l’audiodescription » vous
La publicité fait partie de notre propose d’appréhender les
quotidien. Elle nous entoure, nous enjeux artistiques non
parle, nous séduit. Pour les experts seulement de cette
en marketing, tous les moyens singulière manière d’écrire
sont bons dès lors qu’ils le cinéma mais aussi de son
parviennent à leur fin : nous faire interprétation et de son
acheter leurs produits. Ils sont enregistrement (montage,
aujourd’hui passés maîtres dans harmonisation des pistes
l’art de susciter un désir sons ou mixage).
inexplicable, irrationnel et, À l’issue de la séance, vous découvrirez un film de court-métrage dans
parfois, irrépressible. Pour autant, sa version audio-décrite. Cette version donne-t-elle à percevoir le projet
la publicité n’agit pas uniquement du réalisateur ? Ses choix de mise en scène et ses partis pris esthétiques ?
au niveau inconscient. Une grande Et, d’une manière plus générale : quelles perspectives ouvrent la
partie de ses techniques relève possibilité de partager, pour un public mixte et réuni dans une même
d’un art ancestral et parfaitement salle, des émotions de cinéma ?
explicite : la rhétorique. MARIE D IAGNE A ÉTUDIÉ LES LETTRES ET LE CINÉMA À L’UNIVERSITÉ AVANT DE DÉCOUVRIR LE
Cette conférence vous propose MONTAGE DE FILMS DOCUMENTAIRES ET DE FICTION. E LLE EST AUTEURE DE SCÉNARII DE FILMS
de découvrir les secrets DOCUMENTAIRES ET EXPÉRIMENTE DEPUIS PLUS DE 15 ANS, SOUS DES FORMES DIVERSES, LA
de l’argumentation publicitaire. TRANSMISSION DU CINÉMA. E LLE DÉCRIT DES FILMS DEPUIS 2009.

À travers l’analyse de nombreux Samedi 30 novembre – 14 h 30 (Adapté aux mal-voyants)


exemples concrets, apprenez à Sur inscription auprès
déjouer les pièges du marketing ! des bibliothécaires.
Par Clément Viktorovitch,
président d’Aequivox et professeur
de rhétorique à Sciences Po.
Promouvoir l’étude et l’enseignement
de l’analyse du discours : telle est la
raison d’être d’Aequivox, association
politiquement neutre et indépendante.
Leurs conférences sont accessibles
à tout public.
www.aequivox.fr
Samedi 14 décembre – 10 h

31
Société
Dans votre quartier...
Bibliothèque Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
Saint-Éloi – Paris 12e Atelier Lire autrement : le Braille
Atelier-rencontre Comment peut-on lire cette écriture composée de petits points en relief ?
Comment raconter des histoires en Comment fait-on pour l’écrire ? À la fin de cette séance, vous aurez les clés en
LSF ? Nouvel atelier ouvert aux sourds main pour la déchiffrer et vous repartirez avec votre prénom écrit en braille.
et aux entendants qui savent signer. Samedi 30 novembre – 10 h 30 (Adapté aux mal-voyants)
Sur inscription auprès des bibliothécaires.
Samedi 23 novembre – 10 h 30
Sur réservation auprès L’heure du cinéma : les ados
des bibliothécaires. Bandes d’ados ! Bandes rivales - Bandes d’amis - Bandes à part : qui êtes-vous ?
Cette question identitaire, à la fois récurrente et universelle, ponctue les teen
movies ou films d’adolescents depuis la Fureur de vivre de Nicholas Ray (1955)
jusqu’à Hunger games de Gary Ross (2012). Interrogation exacerbée par
le phénomène de groupe dans lequel l’adolescent cherche sa place.
En effet, l’adolescent se construit ou se déconstruit dans son rapport au monde
et aux autres. Bandes d’amis, bandes rivales ou bandes à part, les adolescents
à l’écran fascinent bien des réalisateurs à travers le monde. Les bibliothécaires
présentent ce genre cinématographique.
Samedi 30 novembre – 14 h 30

32
Histoire
Zoom sur

Le centenaire de
la Police Judiciaire
s littératures
Bibliothèque de ) – Paris 5e
O
policières (BILIP n
Matthieu Fracho
Rencontre avec
mbre – 16 h
Samedi 7 déce s bibliothécair
es.
auprès de
Sur réservation

En 1905 est votée la loi de séparation de l’Église Par Matthieu Frachon , ancien grand reporter,
et de l’État. En 1913, c’est la police judiciaire et passionné d’histoire et spécialiste des questions poli-
la police « de renseignements » qui se séparent. cières. Il est membre de la société d’Histoire de la
La P.J. est née, la Sûreté parisienne est morte. En Police nationale.
100 ans, les brigades centrales vont grandir, chan- À lire: Histoire de la crim’: 100 ans
ger de nom, de style, Maigret va céder la place à de crimes, d’enquêtes et d’aveux ; préface de
ses héritiers, la Financière fera les gros titres des Christian Flaesch (éd. J.-C. Gawsewitch, 2011).
journaux, l’Antigang traquera Mesrine, la Mondaine
évoluera…
33
Histoire
Bibliothèque du cinéma François Truffaut – Paris 1er
LE MOIS DU FILM DOCUMENTAIRE
Chili
Le Mois du film documentaire, à la bibliothèque du cinéma François Truffaut, a pour thème le Chili (1973-2013),
avec du 9 au 30 novembre, chaque samedi à 15 h, des projections, suivies de rencontres avec les réalisateurs
ou avec des spécialistes du Chili.

Projection de : Projection de :
La mémoire obstinée (1997, 56 min) Septembre chilien de Bruno Muel,
Réalisateur de La Bataille du Chili, Théo Robichet et Valérie Mayoux
peu avant le coup d’État de 1973, (1973, 40 min).
Patricio Guzman revient Le 11 septembre 1973 au Chili,
aujourd’hui dans son pays pour les colonels prennent le pouvoir
questionner la mémoire et l’oubli. avec l’aide souterraine des États-
Le rêve brisé par la répression Unis et instaurent une répression
sanglante qui lui a succédé, est sanglante. Le film est tourné
encore trop douloureux pour être pendant les semaines qui suivirent
assumé par ceux qui l’ont vécu cette date fatidique. Les
de près. Projection de : témoignages recueillis contredisent
(NATHALIE MAGNAN, CNC-IMAGES DE LA CULTURE). La flaca Alejandra (1994, 1h). toutes les déclarations officielles.
Carmen Castillo revient au Chili Un état des lieux de Santiago
vingt ans après l’arrestation et la en état de choc, contribution
disparition de son camarade Miguel poignante à la mémoire d’une
Henrique, dirigeant du MIR répression.
(mouvement de résistance), et des En première partie projection de :
aveux sous la torture de la militante L’ambassade de Chris Marker
Marcia Morino, qui ont provoqué la (1973, 20 min).
chute du réseau. Soumise à ses Fragments de films super 8, trouvés
tortionnaires pendant dix-huit ans, dans une ambassade après un coup
d’état.
Marcia rompt aujourd’hui le silence
et demande publiquement pardon Chile de Raymond Depardon,
En première partie projection de : Chas Geretsen, David Burnet (1974,16 min).
de cette trahison.
Adieu général : court métrage Chili, 1973, par les reporters de l’agence
de Luis Briceño (2009, 5 min 46). En première partie :
Gamma. Un montage poignant
Un émigré chilien se retourne sur Projection de deux courts métrages de photographies célèbres, sans
l’histoire récente de son pays. Mais que de Pedro Chaskell et Pablo Salas. commentaire, avec des sons choisis avec
s’est-il donc passé au Chili dans les Imagenes del 1 de Mayo précision, retracent avec émotion les
annés 1980 ? D’origine chilienne, (1986, 5 min 21) et événements qui virent l’anéantissement
Luis Briceño est arrivé en France dans de la démocratie et l’instauration
Somos + (1985, 16 min 20)
les années 1990. Il a appris le cinéma du régime totalitaire de Pinochet.
Images rares de manifestations hostiles
d’animation en autodidacte
et fondé avec d’autres réalisateurs la à la dictature.
société de production Metronomic. Les projections sont suivies
Cette séance est présentée d’une rencontre avec Guy Girard
par Catherine Roudé. et Carmen Castillo.
DOCTORANTE EN HISTOIRE DU CINÉMA, Samedi 16 novembre – 15 h
CATHERINE ROUDÉ TRAVAILLE DEPUIS 2007
SUR LE CINÉMA MILITANT FRANÇAIS DES ANNÉES
1960-1970 ET PLUS PARTICULIÈREMENT SUR
LA SOCIÉTÉ DE PRODUCTION S LON/I SKRA, Toutes les séances
OBJET DE SA THÈSE DIRIGÉE À PARIS 1 PAR sur réservation auprès
des bibliothécaires. Les projections sont suivies
SYLVIE LINDEPERG.
d’une rencontre avec le réalisateur
Samedi 9 novembre – 15 h Bruno Muel.
www.peripherie.asso.fr
(Centre de création cinématographique). Samedi 23 novembre – 15 h

34
Histoire
Bibliothèque Marguerite Audoux – Paris 3e

Une enfance juive en


Projection de :
Pinochet et ses trois généraux : Méditerranée musulmane
souvenirs d’un voyage au Chili Rencontre avec Leila Sebbar
en 1976-77 (2004, 1h41)
En 1976-1977, le réalisateur José Autour du livre dirigé par Leila Sebbar et publié aux éditions
Maria Berzosa parvient à approcher Bleu autour. Table ronde coordonnée par Leila Sebbar avec Chochana
le général Pinochet à l’occasion d’un Boukhobza, auteur et scénariste et Rachel Cohen, comédienne,
voyage en Antarctique à l’extrême metteur en scène. Elles racontent
sud du Chili. De retour à Santiago, leur enfance juive en Méditerranée
Pinochet accepte d’accueillir l’équipe musulmane, des récits inédits dans
de tournage et de livrer à la caméra le Maroc, l’Algérie, le Liban et la Turquie
une partie de ses souvenirs et de sa des années 1930-1960.
pensée politique. Trois des principaux Ces récits révèlent un monde cosmopolite
membres de la junte, l’amiral Merino, et séculaire avant l’exil.
le général Leigh, chef de l’aviation, LEILA Samedi 23 novembre – 18 h
S EBBAR
et le général Mendoza, chef des
carabiniers, acceptent également
de se confier à la caméra.
Bibliothèque Mairie du 10e
Château d’eau – Paris 10e arrondissement
L’histoire de la BALADE PHOTOGRAPHIQUE
Commune à travers La Commune,
la photographie photographes
La Commune a été l’un des et photographies
premiers grands événements Animée par William Blanc,
photographiés. Des deux côtés historien.
En première partie projection de :
des barricades, Communards
Venceremos court métrage de Hector Rios La Commune de Paris (1871) est
et Versaillais ont usé de la
et Pedro Chaskell, (1970, 15 min 50). l’un des premiers conflits, avec
photographie pour faire passer un
Destinées au départ à un documentaire la guerre de Sécession américaine,
message politique. La conférence,
sur la violence, ces images filmées sur le à utiliser massivement la
animée par deux historiens, revient
terrain montrent la violence qui est exercée photographie afin de faire passer
sur une grande partie de la population dans
sur les enjeux sociaux, mais aussi
un discours politique. Les
la vie quotidienne. Il ne s’agit pas d’une esthétiques, qui ont présidé au
photographes (comme Pierre-
violence manifeste, mais d’une violence choix des sujets (comme celui
Ambroise Richebourg) et leurs
moins visible, plus quotidienne, résultant de la barricade), sur les clichés.
appareils seront ainsi mobilisés
de la pauvreté, de la marginalisation, Un détour par la mémoire
avant, pendant et après les
qu’il s’agisse de devoir s’entasser dans un photographique de la Commune
bus bondé ou qu’il s’agisse d’être obligé combats par les deux côtés dans un
permet de mettre à jour comment
de jouer dans une décharge. but de témoignage, de célébration
les commémorations de cet
mais aussi de dénonciation.
Projection suivie d’une rencontre événement ont été traitées par
la photographie. La balade a pour objectif d’amener
avec Victor Barbat, doctorant en
les participants sur les lieux de
Histoire de l’art à l’Université Paris 1 Conférence animée par prise des clichés, ce qui permet de
- Panthéon Sorbonne. William Blanc, conférencier les remettre dans leur contexte et
Samedi 30 novembre – 15 h et Éric Fournier, auteur de Paris de voir les changements provoqués
en ruines. Du Paris haussmannien par l’épisode de
Ces séances sont proposées en
partenariat avec l’Université Paris 1.
au Paris communard, (éd. Imago, la Commune.
Panthéon-Sorbonne et avec l’Équipe 2008) et La Commune n’est pas
morte (éd. Libertalia, 2013). Dimanche 17 novembre
d’accueil 4100 Histoire culturelle et 14 h 30 à 17 h 30
sociale de l’art (HiCSA). Jeudi 14 novembre – 19 h Rendez-vous devant la Mairie du 10e
Dans le cadre des Rencontres à 14h30.
Photographiques du 10e.
Dans le cadre des Rencontres
Voir p. 54.
Photographiques du 10e.
Voir p. 54.

35
Littératures
Zoom sur

Une traversée de la
littérature sud-africaine
rd
Bibliothèque Vaugira
Paris 15e
lo S. Ndebele,
Rencontre avec Njabu
n-Pierre Richard
Denise Coussy et Jea
– 19 h
Mercredi 4 décembre

© U BUMI / S HANAYA

La littérature sud-africaine témoigne d’une N JABULO S. N DEBELE EST ÉCRIVAIN ET PROFESSEUR DE LITTÉRATURE.
NÉ EN 1948 À JOHANNESBURG, N JABULO SIMAKAHLE N DEBELE
grande diversité et créativité, qui prend aujourd’hui EST PROFESSEUR DE LITTÉRATURE ET ÉCRIVAIN DE FICTION. ÉTUDIANT,
pleinement sa place au sein de la littérature mondiale IL S’IMPLIQUE DANS LE « B LACK C ONSCIOUSNES MOVEMENT ».
et qui parvient, à l’image de la « nation arc-en-ciel », IL A OCCUPÉ DE NOMBREUX HAUTS POSTES AU SEIN D’UNIVERSITÉS
SUD-AFRICAINES. ACTUELLEMENT PRÉSIDENT DE L’U NIVERSITÉ DE
à se libérer du passé et fonder le contemporain. JOHANNESBURG, IL OCCUPE ÉGALEMENT LA CHAIRE DE PRÉSIDENT DE
Comment les auteurs se sont-ils emparés du réel pour LA MANDELA R HODES F OUNDATION, QUI PERMET À DES ÉTUDIANTS DU
CONTINENT AFRICAIN DE BÉNÉFICIER D’UNE ÉDUCATION UNIVERSITAIRE.
décrire dans le roman et la fiction, l’histoire sud-afri-
caine ? Quel rôle l’écrivain sud-africain a-t-il pris dans D ENISE C OUSSY, UNIVERSITAIRE SPÉCIALISTE DES « NOUVELLES
LITTÉRATURES ANGLAISES », A CONTRIBUÉ AU NUMÉRO SPÉCIAL DE
cette histoire collective ? SIÈCLE 21 SUR « LA LITTÉRATURE SUD-AFRICAINE POST-APARTHEID »
(2005) ET A PUBLIÉ AFRIQUE DU S UD, UNE TRAVERSÉE LITTÉRAIRE
Cette rencontre réunit : Njabulo S. Ndebele, Denise (ÉD. P HILIPPE REY - INSTITUT FRANÇAIS, 2010).
Coussy et Jean-Pierre Richard. J EAN-P IERRE R ICHARD EST MAÎTRE DE CONFÉRENCES À L’UNIVERSITÉ
PARIS 7 ET TRADUCTEUR D’AUTEURS SUD-AFRICAINS, NOTAMMENT
Rencontre modérée par Catherine Pont-Humbert, N JABULO S. N DEBELE ET ALEX LA G UMA.
journaliste, critique littéraire et productrice à France Rencontre organisée dans le cadre du cycle Afrique du Sud,
Culture. voir page 12.

36
Littératures
Bibliothèque Charlotte Delbo – Paris 2e
Spectres, mes compagnons
Lettre inachevée à Louis Jouvet
Lecture musicale.
Dans ce texte de Charlotte Delbo, donné comme une
lettre inachevée et qui est la poursuite d’un dialogue
avec Louis Jouvet, des personnages de roman
et de théâtre accompagnent la narratrice dans
les différentes étapes de son voyage de la prison vers
Auschwitz. L’intériorité de l’être, face à une épreuve
qui tente de la détruire, place cet écrit au cœur
de la démarche de Charlotte Delbo.
Textes dits par Simone Hérault de la compagnie
Lire autrement, accompagnée à la harpe.
Jeudi 12 décembre – 19 h
(Mairie du 2e arrondissement)

Bibliothèque Marguerite Audoux – Paris 3e


Les samedis du livre La bibliothèque idéale
Rencontre autour de l’ouvrage
Terrains d’écrivains, littérature et de Frédéric Martin
ethnographie, coordonnée par
Alban Bensa et François
des éditions Attila-Le Tripode
Pouillon, animée par Une fois par an, la bibliothèque invite Les Filles du Loir autour d’une
Seloua Luste Boulbina. personnalité qui se prête à l’exercice de la bibliothèque idéale.
Conrad et Stevenson nous en L’invité choisit les dix livres (ou disques, ou films) qui ont marqué son
apprennent-ils moins sur les existence, son parcours. Cette fois, c’est Frédéric Martin des éditions
tropiques que Malinowski et Attila-Le Tripode que nous avons décidé de recevoir. Cette magnifique
Chateaubriand ou Proust que Lévi- maison d’édition nous a fait retrouver des œuvres splendides, comme
Strauss sur l’homme en société ? celles de Jacques Abeilles, Papini, etc.
Pourquoi les écrivains – les grands Récemment, Attila a également fait
– disent-ils mieux le monde que paraître un livre de Jacques Roubaud
les anthropologues patentés ? sur la fameuse ligne du bus 29.
Dans ce livre impertinent, douze Frédéric Martin
spécialistes de l’enquête en nous fait
science sociale se plongent dans partager son
les expériences vécues où amour des livres
s’enracinent quelques grands
rares, des
textes littéraires : Montaigne,
écrivains et
Lamartine, Pouchkine, Sand,
son rapport à
Nerval, Flaubert, Rimbaud,
la langue.
Kipling, Woolf, Céline,
Montherlant, Camus sont ici Samedi 14 décembre – 18 h
successivement sollicités.
Organisé par le Collège international
de Philosophie.
Samedi 16 novembre – 10 h

37
Littératures
Bibliothèque historique de la Ville de Paris – Paris 4e
Cocteau et les peintres : Stendhal dilettante
le dialogue par les livres et son héritage rousseauiste
Mêlant la projection d’illustrations à ses propos, L’auteur des Notes d’un dilettante était-il réellement
Ioannis Kontaxopoulos, archiviste-documentaliste celui sous les traits duquel il aime à se présenter ?
de la Société des Amis de Jean Cocteau et commissaire Suzel Esquier, professeur de chaire supérieure
de deux expositions autour de l’œuvre graphique du et chargée de cours à l’Université d’Orléans, revient
poète, invite à découvrir et à explorer l’univers fascinant sur cette image de dilettante, en particulier au prisme
et secret de la bibliophilie autour de Jean Cocteau, de l’influence de Rousseau sur Henri Beyle.
bibliophage à sa façon, puisqu’il disait : «Un livre doit
Mercredi 6 novembre – 18 h 30
être mangé comme le fit Jean à Patmos, et provoquer
ensuite les visions qui composent notre Apocalypse ».
Appelle-moi Stendhal
Le livre de peintre ou livre de
dialogue est un art éminemment Rencontre avec Gérard Guégan.
français, parisien en tout cas, Journaliste et écrivain, il revient
qui connut son apogée durant dans son ouvrage sur les heures qui
la première moitié du XXe siècle. précédèrent et suivirent la mort
Il se distingue du livre illustré de Stendhal. Chacun le sait, tout ce
ordinaire par le recours à qui s’est écrit sur la mort d’Henri
des procédés graphiques Beyle, alias Stendhal, relève de
traditionnels pour les l’invention. Aussi bien son cousin
illustrations (pointes sèches, Romain Colomb que son ami
eaux-fortes, etc.), une Prosper Mérimée, ami de longue date, n’ont pas hésité
typographie et une mise en page à s’éloigner de la vérité pour parler de lui. Même sa
soignées, l’impression à tirage mort a suscité controverses et rumeurs : sortait-il d’un
limité et l’utilisation de grands rendez-vous avec Guizot, alors ministre, ou d’une
papiers artisanaux. maison de tolérance lorsqu’une crise d’apoplexie l’a
Mais à travers la fusion de ces deux langages, verbal foudroyé ? L’événement a pourtant eu un témoin direct,
et optique, le livre de peintre démontre ce que chacun Joseph Lingay. Éminence grise de la monarchie
n’aurait pu être sans les autres, sans le partage de Juillet, cet élève de Fouché, qui se disait « le plus
d’un esprit avec un autre esprit. C’est à ce caractère corrompu des corrupteurs », régnait sur les fonds secrets
fédérateur du médium que nous devons le dialogue de cinq ministères. Il en fit ainsi profiter Gautier, Nerval,
de Jean Cocteau avec quinze artistes du XXe siècle qui Heine. Fort de son pouvoir, il était sur le point de réussir
ont illustré sa poésie. Il s’agit de Pablo Picasso, Giorgio à faire élire son ami à l’Académie française. Parce qu’il
de Chirico, Bernard Buffet, André Lhote, Man Ray, a pu consulter les carnets secrets de Lingay, réputés
Anthony Gross, Henri Matisse, Christian Bérard, Leonor perdus, et un inédit de Gobineau, Gérard Guégan revient
Fini, Feri Varga, Léonard Foujita, Léopold Survage, sur les dernières heures d’Henri Beyle, au moment où
Raymond Moretti, Alecos Fassianos et Serge Dieudonné.
il devient, pour la postérité, Stendhal.
Lundi 25 novembre – 18 h 30
Mercredi 4 décembre – 18 h 30

Bibliothèque Buffon – Paris 5e


P ROJECTION
Julio Cortazar
d’Alan Caroff et Claude Namer
Dans ce documentaire, le grand écrivain argentin
Julio Cortazar nous parle de sa relation avec la France,
du bilinguisme, du genre fantastique, des techniques
d’écriture de la nouvelle et du roman, et du rôle
de l’écrivain dans la société. Présentation de Claude
Namer, journaliste franco-uruguayen, directeur
du festival Paris Banlieues Tango (PBT).
Mardi 12 novembre – 19 h
Dans le cadre du 16e Festival
Paris Banlieues Tango.

38
Littératures
Bibliothèque des Bibliothèque Rainer Maria Rilke – Paris 5e
littératures policières
(BILIPO) – Paris 5e Le « steampunk »
Mais que se cache-t-il donc derrière ce terme qui
Les détectives du futur peut paraître obscur aux non initiés ? Il s’agit en fait
Dernier volet d’un cycle d’un courant issu de la science-fiction, à l’esthétique
de trois conférences autour superbe, baptisé aussi parfois de rétro futurisme.
des détectives de l’étrange, Découvrez cet univers splendide où les robots
proposé par Jean-Luc Rivera, et autres engins sophistiqués fonctionnent... à la
passionné et érudit de tous vapeur dans un univers
les genres de l’Imaginaire. proche, et cependant
Quelle que soit la société imaginée par les auteurs de différent, de la société
science-fiction, il est rare que le crime en soit absent. industrielle du XIXe siècle.
Il y a donc toujours des détectives pour résoudre ces Rencontre avec
affaires énigmatiques : qu’ils soient humains, Arthur Morgan, l’un des
extraterrestres, robots ou intelligences artificielles, spécialistes du genre en
qu’ils exercent sur la terre, sur d’autres planètes ou France, coauteur du Guide
dans l’espace, ils utilisent toujours toutes les ressources Steampunk aux éditions
intellectuelles et matérielles à leur disposition pour ActuSF et rédacteur en
mener de manière souvent surprenante des chef du site www.french-
enquêtes étonnantes. steampunk.fr.
JEAN-LUC RIVERA EST ORGANISATEUR DU FESTIVAL DE SCIENCE- Jeudi 5 décembre – 19 h
FICTION ET DE FANTASY DE SÈVRES, CONSEILLER LITTÉRAIRE
DU F ESTIVAL « ZONE FRANCHE» DE BAGNEUX, COORGANISATEUR
DU SALON DE LA LITTÉRATURE POPULAIRE D’E LVEN. I L EST AUSSI
CONFÉRENCIER ET MEMBRE DU JURY DU G RAND P RIX DE
L’I MAGINAIRE. Bibliothèque Aimé Césaire – Paris 14e
Samedi 23 novembre –16 h
Sur réservation auprès des bibliothécaires. Ki moun ki koupab’la ?
Qui est le coupable ?
Lecture de polars antillais avec la compagnie
Bibliothèque Mouffetard – Paris 5e Man Lala.
Légendes, sorcellerie, vengeance... et ti punch !
Samedi du livre : Laissez-vous transporter dans l’univers du polar
antillais avec Souria Adèle et Igo Drané de la
Signes, Formes, Gestes Compagnie Man Lala. Ces comédiens vous proposent
Études sur les régimes symboliques des sciences. une lecture inspirée de quatre classiques du polar
Proposé par le Collège International de Philosophie créole : Tim-Tim Bois-Sec de Jypé Carraud, Solibo
autour de l’ouvrage d’Andréa Cavazzini. Magnifique de Patrick Chamoiseau, Le Meurtre
Intervenants : Françoise Balibar, Andrea Cavazzini, du Samedi-Gloria de Raphaël Confiant et L’Homme-
Yves Duroux, Giuseppe Longo. au-Bâton d’Ernest Pépin.
Une philosophie des sciences est-elle possible Vendredi 15 novembre – 19 h (Pôle d’activités
aujourd’hui ? La tendance dominante vise à la fonder Maurice Noguès, 5 avenue de la Porte de Vanves)
sur une analyse des pouvoirs de l’esprit dont la Sur réservation
notion centrale est celle de représentation. Il y a auprès des
convergence sur ce point des théories bibliothécaires.
psychologiques de la cognition et de la vision Dans le cadre
formaliste d’une pensée mécanisée. Mais l’étude des de la Fureur
présupposés de ces positions suggère qu’elles des mots
imposent trop rapidement des limites à la pensée qui organisée par
œuvre dans les sciences. Il s’agira donc de leur la Mairie du 14e
opposer des analyses portant sur les formes arrondissement.
symboliques différentes qui structurent la pensée
scientifique : nombres, formules, figures...
Samedi 9 novembre – 10 h

39
Littératures
LES MANIFESTATIONS « POLAR» PROPOSÉES DANS LES BIBLIOTHÈQUES DU 13E S’INSCRIVENT
DANS LE CADRE DU FESTIVAL PARIS P OLAR , ORGANISÉ PAR LA M AIRIE DU 13 E ARRONDISSEMENT.
http ://parispolar.fr/

Bibliothèque Glacière Bibliothèque Italie Médiathèque


Paris 13e Paris 13e Jean-Pierre Melville
Paris 13e
Rencontre avec La voix des polars
Jean-Hugues Oppel Lectures policières à voix haute Jeu de piste :
Auteur de thrillers politiques dans le cadre de Paris Polar. Deux Macchabée chez
féroces, Jean-Hugues Oppel, comédiennes de l’Antre aux livres les sucriers
Grand Prix de littérature policière, prêtent leurs voix aux auteurs du
Prix Mystère de la critique, est festival Paris Polar, pour une heure Un riche industriel a été retrouvé
insaisissable et ne saurait être de frissons et de mystères à passer mort ce matin dans un hôtel
enfermé dans des définitions suspendus à leurs lèvres. Elles particulier des beaux quartiers.
et des carcans. Le ton change lisent des extraits de textes de La police enquête sur les lieux du
radicalement de roman en roman. Patrick Pécherot, Maxime Chattam, crime. Vous, vous préférez fouiller
Jean-Hugues Oppel et Pascal du côté du 13e arrondissement !
Dessaint, qu’elles ont sélectionnés Paris Polar et Paris Ma Belle vous
pour les différentes ambiances proposent de jouer les détectives
qu’ils créent : de l’interrogatoire à et de vous lancer dans les rues
l’expertise scientifique, du mystère du 13e arrondissement, à la
à l’absurde, c’est une heure recherche des indices qui vous
palpitante qui vous attend ! mèneront au coupable.
Samedi 23 novembre – 14 h Jeu en équipe, 60 personnes maximum.
Samedi 23 novembre – 14 h
Sur inscription auprès
des bibliothécaires.
À noter : une chasse aux indices
Ses écrits se placent donc est également proposée aux enfants,
résolument sous le sceau d’un voir p. IX du cahier jeunesse.
univers mental protéiforme.
http ://sitejhoppel.free.fr/
Samedi 23 novembre – 10 h 30

Bibliothèque Goutte d’or – Paris 18e

C INÉMA ET LITTÉRATURE
Rencontre avec Caryl Ferey
et Julien Rappeneau
À l’occasion de la sortie du film Zulu, adaptation CARYL F EREY A OBTENU
cinématographique du best-seller éponyme de LE P RIX SNCF DU POLAR
2005 POUR UTU
Caryl Ferey édité chez Gallimard dans la collection ET LE G RAND PRIX DE
« Série Noire » en 2008. LITTÉRATURE POLICIÈRE
Rencontre avec Caryl Ferey, écrivain révolté et 2008 POUR ZULU. EN
baroudeur qui aime la vie mais écrit des polars noirs 2009, IL OBTIENT LE PRIX
J EAN AMILA AU SALON DU LIVRE D’EXPRESSION POPULAIRE
et violents et Julien Rappeneau, scénariste du film. ET DE CRITIQUE SOCIALE D’ARRAS POUR ZULU.
Tous deux nous entraînent en Afrique du Sud post- À lire : Mapuche (Gallimard « Série noire », 2012).
apartheid, à Cape Town, dans un pays où la misère
la plus crasse commence à quelques kilomètres JULIEN RAPPENEAU, SCÉNARISTE, NOMINÉ DEUX FOIS AUX CÉSARS
EN 2004 ET 2005.
des centres-villes cossus, où la délinquance bat
À voir : Zulu : film de Jérôme Salle
des records, où la violence exprime, outre la misère, (sortie nationale le 4 décembre).
la résurgence d’un passé occulté par la
Vendredi 6 décembre – 19h
réconciliation nationale.

40
Littératures
Bibliothèque Couronnes – Paris 20e

La bibliothèque idéale
de Cécile Oumhani
Elle nous présente sa Bibliothèque idéale : les romans, recueils de poésie,
films et œuvres musicales qui ont eu une importance dans son parcours de
femme et d’écrivain.
Des animatrices de l’association Les Filles du Loir font résonner les
correspondances entre les écrits de Cécile Oumhani et les œuvres de sa
Bibliothèque bibliothèque idéale.
Louise Michel NÉE À NAMUR, CÉCILE OUMHANI VIT EN F RANCE. P OÈTE ET
Paris 20e ROMANCIÈRE, SES ATTACHES FAMILIALES ET SES AFFINITÉS
INTELLECTUELLES L’ONT AMENÉE À TISSER DES LIENS TRÈS FORTS, QUI
RENCONTRE-DÉDICACE NOURRISSENT AUJOURD’HUI SON ÉCRITURE, AVEC DES PAYS COMME LA
TUNISIE ET LE CANADA. ELLE A ÉCRIT UNE DIZAINE DE ROMANS (UNE
Fabrice Colin ODEUR DE HENNÉ, L’ATELIER DES STRÉSOR...) AINSI QU’UNE DEMI-
DOUZAINE D’AUTRES OUVRAGES COMME DES RECUEILS DE POÉSIE
Auteur inclassable, (DEMEURES DE MOTS ET DE NUIT, LA NUDITÉ DES PIERRES...). ELLE VIENT
symbole d’une DE PUBLIER AUX ÉDITIONS E LYZAD TUNISIE, CARNETS D’INCERTITUDE.
génération de créateurs, Avec la participation des éditions Elyzad.
aussi à l’aise dans la SF
Samedi 23 novembre – 15 h 30
que dans les polars,
écrivant aussi bien pour
les adultes que pour les
enfants, Fabrice Colin est
Rencontre avec Julien Lacombe
unique dans le paysage Julien Lacombe est scénariste et vient présenter sa BD La première fleur du pays
éditorial français. sans arbre (éd. Les requins marteaux, 2012). Un récit loin de l’approche
Il commence sa carrière sensationnaliste et parfois réductrice du traitement médiatique dont l’Afghanistan
dans la Fantasy et la SF fait d’habitude l’objet.
– Confessions d’un À travers des
automate mangeur anecdotes
d’opium (éd. Bragelonne) touchantes
et Dreamericana magnifiées
(éd. J’ai lu) –, les romans par le trait
pour la jeunesse – minimaliste de
Cyberpan (éd. Mango) Sarah Arnal,
et la Saga Mendelson (éd. nous découvrons
Seuil) –, et la poursuit en un pays ravagé
s’essayant au polar aux par 20 ans de
éditions Sonatine – Blue guerre mais dont la volonté d’aller de
Jay Way et Ta mort sera l’avant et de se reconstruire est plus forte
la mienne. Fabrice Colin que tout. Un récit atypique pour une
et son imagination maison d’édition qui aime sortir des
débordante promettent sentiers battus.
toujours à ses lecteurs de
Samedi 7 décembre – 15 h
surprenantes aventures
littéraires.
Mercredi 13 novembre
18 h 30
Rencontre suivie d’une
dédicace en partenariat
avec la librairie Atout Livre.

41
Littératures
Dans votre quartier...
Bibliothèque André Malraux – Paris 6e Bibliothèque Jacqueline de Romilly
Écrivains d’ici et d’ailleurs : textes et Paris 18e
photographies Comprendre le manga !
Appréciant les mots et les images, depuis plusieurs années Le manga s’expose !
Pascal Hée est parti à la rencontre d’écrivains pour mieux Que vous soyez amateurs de manga ou simples curieux,
les connaître en les photographiant. Plus lecteur que découvrez une exposition sur le manga, ses codes
photographe, passionné par leur conversation, il oublie graphiques, ses genres, son évolution en France, sa
parfois de régler au mieux son appareil et, au lieu de les situation au Japon, et un aperçu de la société japonaise.
regarder avec les yeux d’un photographe, il les écoute à
travers son objectif. Pour mieux les faire entendre, il Plus d’informations sur Les Mordus du Manga sur le blog
associe souvent à leur portrait un texte qu’il choisit dans www.lesmordusdumanga.com/ et sur la page Facebook
un de leurs livres. www.facebook.com/lesmordusdumanga
Découvrez cette exposition, réalisée spécialement pour les 17 décembre - 11 janvier
30 ans de la bibliothèque André Malraux !
Dans le cadre
26 novembre - 20 décembre des Mordus du Manga.

Bibliothèque Château d’eau – Paris 10e


Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
Les Mille et une Nuits
Ou comment la magie de la parole rompt la malédiction
L’oreille ne fait pas la sieste
des jours de deuil par mille et une nuits enchantées. Venez échanger avec d’autres audiolecteurs et des
Convaincu par une expérience malheureuse qu’aucune bibliothécaires autour des livres audio que vous avez
femme n’est digne de confiance, le roi Shahriar épouse aimés.
chaque jour une femme qu’il immolera au lendemain de Jeudi 21 novembre – 15 h
ses noces. Commence alors une longue série de meurtres Adapté aux mal-voyants
qui frappent les filles du royaume. Shéhérazade rompra
la malédiction par la magie de sa parole en substituant
aux jours de deuil les nuits de lumière. Et le cycle des
Mille et une Nuits est commencé...
Lecture par Gabriel Ohayon et Sylvie Kersen.
Vendredi 6 décembre – 17 h 30

Clubs de lecture, petit-déjeuners littéraire


et musicaux... des moments d’échanges
qui vous sont régulièrement proposés par
les bibliothécaires.
N’hésitez pas à vous renseigner
auprès de votre bibliothèque de quartier !
ou sur : quefaireaparis.fr

À consulter :

42
Musiques
Zoom sur

Festival Monte le son !


Spécial musiques africaines
C ONCERTS, RENCONTRES, PROJECTIONS
2 - 30 novembre
ble des
Entrée libre à l’ensem ation pour
erv
manifestations (sur rés s).
lier
certains concerts et ate
ite des pla ces disponibles
Dans la lim

Monte le son, festival musical des bibliothèques Avec plus de 15 concerts live, des projections et des
et discothèques de la Ville de Paris revient cette rencontres, ce festival réunit du 2 au 30 novembre
année avec une programmation autour des musi- des artistes africains qui font l’actualité de la scène
ques africaines. Du Mali en passant par la Guinée, afro d’aujourd’hui tels que : Pédro Kouyaté, Mamani
Madagascar, le Sénégal, ou le Congo, venez vibrer Keita, K’Bossy, Donso, Djeli Moussa Condé et bien
aux rythmes des musiques africaines traditionnelles d’autres... Plus de 18 bibliothèques participent à cet
ou actuelles, parfois empreintes d’électro, de jazz événement.
ou même de pop !

43
Musiques

Pédro
Kouyaté
Berr
Médiathèque Hélène
e
Paris 12
– 18 h 30
Samedi 2 novembre

Chanteur, auteur-compositeur d’origine malienne, et l’influence du jazz et d’autres musiques du monde.


ancien percussionniste de Boubacar Traoré, Pédro Le concert est suivi d’une présentation d’instruments
Kouyaté est musicien au Musée de la Cité de la traditionnels mandingues et d’un temps d’échange
musique à Paris et artiste des Jeunesses Musicales avec le public sur la particularité de la culture
de France. Également leader du groupe Pédro Kouyaté musicale malienne.
& Band, il nous propose son concert en solo Two you, www.pedrokouyate.com
du titre de son deuxième album. Dans ses compositions
libres et percutantes, se croisent ses racines de griot

Bibliothèque Buffon – Paris 5e


Concert de clôture
Concert : Mamani Keita
Musicienne précoce, ancienne choriste de Salif Keita, la chanteuse
malienne Mamani Keita a sorti son premier album, Electro Bamako,
en 2002. Fruit de sa collaboration avec le musicien rock Marc Minelli,
il mélange jazz, électro et tradition mandingue. Son deuxième
album, Yelema, est sorti en 2006. Elle connaît la consécration avec
son troisième album, Comment gagner l’argent français ? (2011).
En résonance avec son passé d’étrangère sans-papiers, il décline
les misères et les joies des immigrés africains sur le sol national.
Mamani Keita est accompagnée d’un guitariste, d’un percussionniste
et d’un joueur de n’goni (instrument à cordes pincées d’Afrique de l’Ouest). Programmée dès lors dans de
nombreux festivals (festival de la Côte d’Opale, festival de Nice en collaboration avec le jazzman Éric Legnini),
elle est l’une des meilleures ambassadrices de la modernité musicale africaine.
Samedi 30 novembre – 18 h

44
Musiques
Bibliothèque Mouffetard – Paris 5e Bibliothèque François Villon – Paris 10e
C ONCERT Cherif Mbaw C ONCERT Roland Tchakounté
Une fusion sans confusion, voilà la grande force de Pour guérir du blues,
Cherif Mbaw. Il voyage à travers des univers musicaux le seul remède c’est le
différents, les assimile et les renforce de sa voix blues. Roland Tchakounté
attachante le tout sublimé par est un musicien de blues
cette technique si particulière liée originaire du Cameroun.
au chant wolof et à sa Influencé par Sun House,
connaissance rythmique qui Robert Johnson, Elmore
lui vient des traditions James, Muddy Waters,
sénégalaises. Cherif Mbaw est ou John Lee Hooker, il
accompagné d’un guitariste, qualifie sa musique de « mélodie sauvage » permettant
bassiste et percussionniste. d’aborder des sentiments tristes ou joyeux, mais aussi
Samedi 16 novembre – 15 h à exprimer l’état d’abandon dans lequel est laissée
Dans le cadre du Tandem Dakar-Paris
l’Afrique. Son utopie est de rassembler l’espèce
humaine au sein d’une seule et même grande famille
sans distinctions de couleurs et de races.
Jeudi 21 novembre – 19 h
Bibliothèque Valeyre – Paris 9e www.roland-tchakounte.com
C ONCERT Brassens en Afrique
Un pari audacieux et réussi : le répertoire de
Georges Brassens revisité par Kristo Numpuby sur Bibliothèque Saint-Éloi – Paris 12e
fond de makossa, mbalax, assiko, sega, et autres
rythmes ensoleillés. Un hommage étonnant, C ONCERT Abdoulaye Cissé
à la fois respectueux et original, une belle manière Auteur-compositeur, chanteur et guitariste Abdoulaye
de perpétuer l’esprit et l’œuvre de Brassens, Cissé est un pionnier de la musique burkinabée. Il varie
par un interprète de talent. ses chansons en français et dans sa langue, mêlant
Vendredi 15 novembre – 19 h tradition, mélodie et humour. Il est accompagné
de son fils Ahmed. Véritable icône de la musique
voltaïque depuis
une quarantaine
d’années, Abdoulaye
Bibliothèque Lancry – Paris 10e Cissé est l’un
des intellectuels de
C ONCERT K’Bossy cette musique.
La bibliothèque et le centre d’animation Jean Verdier Samedi 9 novembre
accueillent le groupe malgache K’Bossy. 15 h 30
Ce concert met à l’honneur la Valiha qui est l’un des
instruments majeurs de la musique traditionnelle
malgache. Cet instrument typique est d’une facture
très simple puisqu’il s’agit Médiathèque Jean-Pierre Melville – Paris 13e
au départ d’un morceau
de bambou, C ONCERT Ali Boulo Santo
le long duquel Du Sénégal à la France où il demeure depuis plus de dix
le musicien a ans, Ali Boulo Santo, d’origine Manding-Ko, ne vit pas
détaché les fibres une journée sans sa Kora dans les mains, instrument
pour obtenir seize à cordes traditionnel d’Afrique de l’Ouest. Ali Boulo
cordes, ainsi que Santo ose avec succès et générosité, des rythmes
le Kabôsy, une sorte inattendus, de l’afro-beat au rock en passant par
de mandoline malgache. le jazz, la pop, le folk, le reggae, la salsa ou le blues,
Samedi 16 novembre – 17 h sans craindre de les associer à son registre traditionnel
Sur réservation auprès confortant ainsi son génie de grand découvreur.
des bibliothécaires. Avec son trio Manding-Ko, Ali Boulo Santo propose un
concert métissé, mêlant chants traditionnels et
rythmes actuels.
Samedi 9 novembre 17 h
Dans le cadre du Tandem Dakar-Paris
45
Musiques
Bibliothèque Vandamme – Paris 14e
P ROJECTIONS C ONFÉRENCE
Papa Wendo et la Rumba congolaise La Rumba congolaise
Deux documentaires pour retracer la vie d’un homme et celle d’un courant Apparu vers 1800 à La Havane dans
musical. Depuis son premier succès Marie-Louise en 1948 jusqu’à sa mort les « cabildos » (confréries noires de
en 2008, Antoine Wendo Kolossoy a très largement contribué à faire de la la période esclavagiste), le mot
Rumba congolaise le mouvement populaire et panafricain qu’il est devenu. « rumba » s’est imposé un siècle
Un mouvement né entre les rives d’un fleuve majestueux, et qui a traversé plus tard pour désigner la plus
soixante-dix ans de l’histoire politique et sociale des deux Congos. élégante des musiques de danse
afro-cubaines. Importée en Afrique
On the Rumba river occidentale dans les années 1930
de Jacques Sarasin (1 h 25, 2006) par les marins cubains nombreux
Tourné plus de quinze ans après sur les cargos transatlantiques,
Tango Ya ba Wendo et quelque la rumba cubaine s’est diffusée sur
temps avant la mort de Wendo les deux rives du Congo.
Kolossoy, ce documentaire nous Conservant son nom et pour
donne à voir plus intimement les quelque temps son allure
efforts de « papa » Wendo pour rythmique, la rumba y a pris une
re-former un orchestre et revenir forme totalement originale,
à la chanson. chantée en langues locales et
Tango Ya ba Wendo
enrichie de la fabuleuse diversité
ou « le temps de Wendo »
musicale des quelques
de Mirko Popovitch & Kwami 250 peuples du bassin du Congo.
Mambu Zinga (52 min,1992)
Par Gérald Arnaud, journaliste,
Ce documentaire revient, images
chroniqueur du jazz et des
d’archives et témoignages à
musiques du monde, hier à Balafon-
l’appui, sur l’âge d’or de la rumba
congolaise durant lequel naît et s Air Afrique, Jazzman, Africa
Vendredi 8 novembre – 17 h 30
Samedi 23 novembre – 16 h 30 e construit ce genre musical que International ou Trad’Magazine,
Ray Léma qualifie de « respiration aujourd’hui au Nouvel
du peuple », et qui verra éclore Observateur/Paris Obs et à
de novembre,
Durant tout le mois l’indépendance de chaque côté Africultures. Il a notamment publié
lio thè que Van dam me vibrera
la bib
a congolaise, du fleuve en 1960. l’encyclopédie Musiques de toutes
hm es de la Ru mb
aux ryt tiques les Afriques (éd. Fayard) avec
ect ion s thé ma
avec des sél Samedi 16 novembre – 16 h 30
l’ethnomusicologue Henri Lecomte.
des
des discothécaires et Vendredi 29 novembre – 17 h 30
exposition de
bibliothécaires, une Sur inscription auprès Vendredi 15 novembre – 19 h 30
poc het tes vin yle s de la grande époque,
journalière des bibliothécaires. Sur inscription auprès
et bie n sûr la diffus ion
tio n discothèque. des bibliothécaires.
d’albums dan s la sec

Médiathèque Marguerite Yourcenar – Paris 15e

C ONCERT Donso
L’histoire de Donso s’est construite entre Paris et Bamako.
Une rencontre fertile au croisement de la musique des
chasseurs du Mali et des sons électro. Après son premier
album éponyme en 2010, Donso poursuit l’aventure avec
Denfila, « la bande son d’un Mali fantasmagorique, avant-
gardiste, déchaîné et mystique ». Entre-temps, le groupe
a découvert la scène lors d’une tournée européenne
remarquée, en première partie de Seun Kuti en Angleterre
ou aux Transmusicales de Rennes. Les mélopées hypnotiques
de Donso vous invitent à la transe et au voyage de l’esprit.
Vendredi 8 novembre – 19 h

46
Musiques
Médiathèque Edmond Rostand – Paris 17e

C ONCERT
Sam Tshabalala
La médiathèque s’associe à l’association Impala pour
vous offrir un grand moment. Inspiré par la mosaïque
des cultures sud-africaines et chantant aussi bien en
Zoulou, en Sotho, en Tswana qu’en Anglais, Sam
Tshabalala nous transporte dans sa terre d’origine et
nous décrit la vie qu’on mène dans les townships. Sam
Tshabalala est né et a grandi près de Pretoria. Chanteur
et guitariste, notamment du célèbre groupe The L’association Impala a pour objet de promouvoir une nouvelle
approche des arts, en présentant les facettes inconnues
Malopoets, premier musicien noir sud-africain à se d’œuvres célèbres, en faisant découvrir de nouvelles œuvres,
produire au Market Theater de Johannesburg, il a dû en explorant les connexions entre les arts dans tous les
quitter l’Afrique du Sud et l’apartheid. Après avoir domaines et en promouvant et soutenant les jeunes artistes
sillonné l’Europe et les USA, il vit en France depuis plus engagés, de 16-25 ans, dans toutes les disciplines artistiques.
de 20 ans maintenant. Auteur-compositeur, il emploie Samedi 30 novembre – 16 h 30
dans sa musique plusieurs langues sud-africaines. Dans le cadre des Saisons Afrique du Sud/France 2012 & 2013.

Bibliothèque Bibliothèque Bibliothèque Place des Fêtes – Paris 19e


Clignancourt Goutte d’or
Paris 18e Paris 18e C ONCERT
C ONCERT C ONFÉRENCE
MUSICALE
Tousseï Midy
Trio Frabana La musique de Tousseï Midy, musicien, compositeur,
À l’initiative de L’épopée interprète est le fruit du métissage de musiques
Yéyé Kanté, chanteur de la musique congolaises et occidentales. « Mon frère aîné m’a fait
percussionniste guinéen, africaine découvrir la chanson française et les compositeurs de
Trio Frabana est une classique. Le dimanche matin, on écoutait du
rencontre entre trois Spécialiste des musiques classique. À la maison, c’était un mélange de musique
musiciens, venus africaines et afro- traditionnelle congolaise et de musiques occidentales ;
d’horizons différents. américaines, auteur on admirait Bob Marley, Barry White, Marvin Gaye ».
du récent L’épopée Nous vous
de la musique africaine, invitons à venir
(éd. Hors-collection, l’écouter
mars 2013), Florent accompagné
Mazzoleni donne une de son combo.
conférence sur le thème Samedi
« rythmes d’Afrique 16 novembre
atlantique ». Comment 16 h
les musiques africaines
traditionnelles et
Métissage musical où
modernes ont fusionné
P ROJECTION : Mögöbalu
se mêlent compositions Mögöbalu : documentaire de Laurent Chevallier
à l’époque des
inspirées de la tradition (Les films d’ici, CNC, 1998).
indépendances,
Mandingue, et influences C’est l’histoire de Mamady Keita, virtuose guinéen
pour donner naissance
Reggae, Jazz, Funk et du djembé. Dans sa maison de Conakry, il retrouve
à certains courants
Séga, chacun improvise d’autres musiciens (Manu Dibango, Mory Kanté)
musicaux parmi les plus
en apportant ses propres à l’occasion d’un concert hommage aux grands
marquants du XXe siècle.
couleurs musicales : maîtres des tambours d’Afrique.
Rumba congolaise,
percussions explosives,
high-life ghanéen, afro- Samedi 30 novembre – 16 h
piano salsa et guitares
beat nigérian...
flamenco-rock.
Samedi 16 novembre – 15 h
Samedi 9 novembre – 17 h

47
Musiques
Bibliothèque Hergé – Paris 19e Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
C ONCERT
Supreme Jika
C ONCERT
Représentant Sibongile Mbambo
emblématique du jazz
Il y a d’abord la voix. Elle porte un chant intense,
sud-africain en France,
rythmique et envoûtant, profondément sud-africain.
le quintet Supreme Jika
fait revivre ce singulier
mélange de musiques des townships (kwela et
mbaqanga), de jazz et de soul qui fut développé par
des exilés de l’apartheid dans les années 60 et 70. Dans
la lignée de Chris McGregor et Dudu Pukwan, Supreme
Jika joue une musique qui, tout en gardant le caractère
d’improvisation et d’interaction du jazz, offre une
dimension plus charnelle grâce aux mélodies et aux
rythmes sud-africains.
Vendredi 29 novembre – 18 h 30
Dans le cadre des Saisons Afrique du Sud/France 2012 & 2013.

Bibliothèque Couronnes – Paris 20e


C ONCERT Djeli Moussa Condé
Griot urbain aux allures de rocker, Djeli chante au
travers de textes engagés sa propre route, celle d’un Sibongile Mbambo chante en xhosa, sa « musique
musicien atypique. Une voix profonde, puissante et mère ». Née dans la ville du Cap, elle est à la fois
sincère, un jeu de kora acéré, Djeli enivre son public chanteuse, musicienne et danseuse. Ses compositions
dès les premières notes. D’origine guinéenne, à Paris naissent au rythme du udu ou de sa « Bongi-Box », une
depuis 17 ans, Djeli, « le griot de Ménilmontant » est caisse qui la suit depuis Cape Town et lui sert de tambour
très vite repéré. Influencé par de nombreuses cultures, basse. Viennent ensuite s’y mêler les notes tissées d’une
il offre un univers singulier dans un esprit tribal et guitare, des percussions transafricaines et le souffle
moderne à la fois, effleurant pop, sonorité arabo- peul ou jazz des instruments à vent. Son inspiration
andalouse, insérant une touche d’électro. musicale plonge tout autant dans la tradition xhosa, son
Avant de remplir la salle peuple de naissance, que dans une culture urbaine. Elle
du New Morning le est accompagnée de quatre musiciens.
7 décembre, Djeli revient Vendredi 22 novembre – 19 h 30
sur ses terres en compagnie Dans le cadre des Saisons Afrique du Sud/France 2012 & 2013.
de Vincent Lassalle, En partenariat avec le festival Africolor.25e édition
percussionniste et producteur du festival qui continue d’affirmer la présence des musiques
de l’album sorti en 2012. africaines et surtout des artistes africains confirmés ou
« en developpement ». www.africolor.com
Vendredi 29 novembre – 19 h 30

Bonne découverte !
Au-delà de la programmation du festival Monte le son, voici 10 disques,
10 groupes et artistes d'Afrique et sa diaspora que Bintou Simporé,
célèbre animatrice de Radio Nova, a aimé et programmé cette année !

Mayra Andrade, Lovely difficult, The Garifuna Collective, Ayo,


Red Hot + Fela, Knitting factory Columbia (France, Cap-Vert) Stonetree Rec/Cumbancha Rec, 2013
Records, 2013 (Afrique/divers pays) Mamar Kassey, Taboussizé, (Belize)
Africando, Viva africando, Innacor, 2013 (Niger) Sonny Troupé, Voyages et Rêves,
Syllart, 2013 (Afrique, Caraïbes) Gasandji, Gasandji, C Mizik 2013 (France, Guadeloupe)
Plus loin Music, 2013 (France, RDC)
Bombino, Nomad, Chebli Msaïdie, Heza, Weedoo/
Nonesuch Records, 2013 (Niger) Hervé Samb, Time to feel, Such cantos, 2013 (France, Comores)
Production, 2013 (France, Sénégal)

48
Musiques
Médiathèque musicale de Paris – Paris 1er
C ONFÉRENCE MUSICALE La Grande Duchesse de Gérolstein
Cours d’initiation et bal tango Rencontre autour de La Grande Duchesse
de Gérolstein de Jacques Offenbach.
e
À l’occasion de la 16 édition du festival « Paris
Banlieues Tango », l’après-midi est dédié à cet art En donnant au Théâtre de l’Athénée, du 12 décembre
venu d’Argentine et d’Uruguay. au 5 janvier, La Grande Duchesse de Gérolstein,
la compagnie Les Brigands monte une œuvre majeure
Accompagné d’un piano,
et fantasque de Jacques Offenbach. Intrigues,
le musicien Juan Carlos
incompétence, complots,
Cáceres évoque la
passe-droits et
genèse musicale du
courtisaneries... Si elle
tango et son évolution.
clame haut et fort aimer
Ensuite, un cours
les militaires, cette
d’initiation et
« Grande Duchesse » n’en
l’apprentissage de
offre pas moins un aperçu
quelques pas de danse
ironique de l’armée.
vous permettront
de briller sur la piste Par Loïc Boissier,
de bal (n’oubliez pas vos délégué artistique de la
chaussures à semelles compagnie Les Brigands.
glissantes). Jeudi 28 novembre – 19 h
Samedi 9 novembre – 15 h En partenariat avec
le théâtre de l’Athénée.
P ROJECTION
C ONCERT-SPECTACLE
Metal : voyage au cœur de la Bête
Metal : A Headbanger’s journey
Le violon dingue fait son cinéma
Grâce au brillant documentaire de Sam Dunn Par Didier Riey (violon) et Lionel Jaureguy (guitare).
et Scot McFadyen, la médiathèque vous propose Quand la magie du violon revisite la mémoire
de découvrir ou d’approfondir vos connaissances du cinéma : c’est une promenade ludique et festive,
sur le Metal. sur les chemins de la mémoire cinématographique,
que vous proposent Didier Riey et Lionel Jaureguy.
Le Heavy Metal
Un voyage musical coloré où vous croiserez, au
aujourd’hui,
détour d’un coup
c’est plus
d’archet, Jacques Tati,
de 110 000
Maurice Jarre,
personnes au
Stéphane Grappelli
Hellfest en juin
ou encore Tony Gatlif.
dernier et un
festival Samedi 30 novembre
itinérant dans 17 h
toute l’Europe,
le Sonisphere
(13 pays y participaient en 2011, avec notamment une
participation de 190 000 personnes en Angleterre).
Autant dire que ce genre musical, qui s’est popularisé
dans les années 70 et 80, est encore très prisé. Souvent
stéréotypé, critiqué, accusé même, connaissez-vous
pour autant ses origines, ses racines musicales ?
Quel lien véritable le metal entretient-il avec la religion
et le satanisme ? Avec le sexe, la mort et la violence ?
Sam Dunn, anthropologiste canadien fan de metal
depuis ses 12 ans, répond à toutes ces questions dans
ce documentaire.
Samedi 23 novembre – 17 h
Dans le cadre du Mois du Film Documentaire.

49
Musiques
Bibliothèque Bibliothèque Bibliothèque
Rainer Maria Rilke – Paris 5e Faidherbe – Paris 11e Vandamme – Paris 14e
Richard Wagner 200e anniversaire La fabrication
1813-1883 de la naissance d’une guitare
de Guiseppe Verdi Par Romuald Provost, luthier en
Gérard Sutton, professeur au guitares, installé à Paris 14e depuis
conservatoire Charles Munch treize ans.
du 11e arrondissement, vous invite
à une conférence musicale autour
de l’œuvre de Verdi (1813-1901).
Samedi 30 novembre – 15 h

2013 année Wagner : venez


découvrir ou redécouvrir cet
immense compositeur avec le
journaliste musical Alain Cochard.
Drame musical, leitmotiv, abîme Il crée des guitares classiques de
mystique : l’univers de Richard concert, domaine dans lequel il
Wagner, la postérité passionnée s’est spécialisé, mais également
dont le compositeur fait l’objet des guitares Flamenca, Folk
et la longueur de ses œuvres et Jazz. La conception d’un
peuvent intimider le profane. instrument donne lieu à chaque
L’art de ce magicien des sons fois à de nouvelles aventures.
s’avère pourtant plus accessible Il aime travailler au plus près et
qu’on ne le croit. Il suffit de partir en collaboration avec le musicien,
à sa découverte armé de quelques pour aboutir à des guitares de
repères précis que cette grandes qualités où ne sont
conférence se propose de fournir, utilisées que des essences de bois
pour en goûter toute sélectionnées.
l’envoûtante puissance. Jeudi 12 décembre – 19 h 30
Jeudi 21 novembre – 19 h Sur inscription auprès
des bibliothécaires.

Dans votre quartier...


Médiathèque Bibliothèque Buffon – Paris 5e Médiathèque Hélène Berr
musicale de Paris – Paris 1er Scène ouverte : Paris 12e
Jazz et cinéma appel à candidatures La musique, ça me dit
La médiathèque vous propose une Vous êtes musicien amateur, et vous Les cordes frottées (violon, alto...).
sélection de documents sonores et êtes inscrit dans les bibliothèques de Venez partager vos expériences de
imprimés (vinyles, livres, revues...) la Ville de Paris ? la pratique d’un instrument en
illustrant la relation privilégiée et La discothèque Buffon vous invite rencontrant des élèves de différents
tumultueuse entre le jazz et le cinéma. à vous produire le 7 décembre après- niveaux (débutant, intermédiaire,
Vous y trouverez le premier film parlant midi dans notre auditorium de étudiant) du conservatoire du
Le chanteur de jazz (A. Crosland), 110 places. Vous disposerez 12e arrondissement. Si vous le désirez,
l’angoissant Blow up (M. Antonioni), d’1/2 heure à 1 heure, installation et vous pouvez même nous accompagner
Autopsie d’un meurtre (O. Preminger), rangement de votre matériel compris. dans l’animation de ces rencontres.
sans oublier le fameux Ascenseur pour Si vous êtes intéressé, veuillez nous Chaque année (scolaire), sera abordé
l’échafaud (Louis Malle). adresser d’ici le 16 novembre un un type spécifique d’instrument :
échantillon de votre travail, sous forme cordes, vents, percussions, etc.
20 novembre - 31 décembre – 12 h
numérique ou en mains propres. Le rendez-vous sera toujours
un samedi à 15h, au 5e étage de
Samedi 7 décembre – 15 h à 17 h la médiathèque.
Samedi 14 décembre – 15 h
Sur inscription auprès
des bibliothécaires.

50
Artistes etimages
Zoom sur

Bibliothèque Drouot
Paris 9e
jection.
Conférence et vidéo pro
h
Jeudi 5 décembre – 19
97 78
Inscription au 01 42 46

L’art et les faussaires

Conférence et vidéo-projection par Frédéric Ballon, auteurs. Au-delà du fantasme et des jugements
historien de l’art et directeur de Drouot Formation. hâtifs, cette série de conférences retrace le parcours
Première des deux conférences sur les faussaires et les stratégies très complexes de ces étonnants
dans l’art qui seront données à la bibliothèque. faussaires, personnalités hautes en couleur dont les
Bêtes noires de l’amateur, les faux artistiques fasci- œuvres parfois très recherchées font aujourd’hui
nent autant qu’ils rebutent de part l’esprit suppo- l’objet, par une singulière ironie de l’histoire, de
sément machiavélique et transgressif de leurs collections à travers le monde.

51
Artistes etimages
Bibliothèque du cinéma François Truffaut – Paris 1er
Le jour le plus Court PROJECTION-RENCONTRE
Comme chaque année, la Les accords de Yalta
bibliothèque participe au Jour de Pierre Crézé (2012, 1h40)
le plus Court, manifestation
nationale consacrée au court La projection est suivie d’une
métrage. Des projections en rencontre avec l’équipe du film.
continu de courts métrages ont Antoine est un metteur en
lieu à la Lucarne, de 12h à 19h. scène de théâtre à qui on a
Pour cette troisième édition, commandé un texte sur les
la programmation est élaborée camps d’extermination. On
en partenariat avec l’association l’appelle un jour pour lui dire
Silence, on court ! que l’enfant dont il ne voulait
Samedi 21 décembre – 12 h pas huit mois plus tôt est né.
http ://lejourlepluscourt.com Peut-être alors Les accords de Yalta n’est-il ni un film sur le théâtre
ni un film sur les camps. [...] Disons qu’il s’agit d’un film de superhéros
AUTRES BIBLIOTHÈQUES PARTICIPANTES
dont le personnage principal, comme poète, appréhenderait le don
Bibliothèque de connaître le pouvoir et limites du langage. [...]
Marguerite Audoux – 3e
Samedi 21 décembre – 16 h P IERRE CRÉZÉ EST NÉ EN 1984 À SAINT-NAZAIRE. IL A ÉTUDIÉ LA LITTÉRATURE PUIS LE CINÉMA.
LES ACCORDS DE YALTA EST SON PREMIER LONG MÉTRAGE.
Médiathèque www.lesaccordsdeyalta-lefilm.com
Marguerite Yourcenar – 15e
Samedi 21 décembre – 16 h Samedi 7 décembre – 15 h
Sur réservation auprès des bibliothécaires ou au 01 40 26 29 33
ou bibliotheque.cinema@paris.fr

Bibliothèque Marguerite Audoux – Paris 3e


Yves Bergeret : « poèmes-peintures »
La bibliothèque invite Yves Bergeret, ce poète, voyageur, peintre, conférencier,
ethnologue et présente les peintures-poèmes de cet artiste hors-norme.
P OÈTE PLASTICIEN, YVES BERGERET, NÉ EN 1948, VIT DANS LA DRÔME ET À PARIS. SES PUBLICATIONS,
DEPUIS 1978, EN POÉSIE ET EN PROSE, EXPLORENT LES ESPACES EN TURBULENCE: MONTAGNES JEUNES,
ARCHIPELS INSTABLES, VILLAGES DU SAHEL, VOLCANS. S ES RECHERCHES ABOUTISSENT À DES LIVRES,
DES « PERFORMANCES», DES « INSTALLATIONS » ET DES EXPOSITIONS AUXQUELLES IL AIME ASSOCIER
DES CRÉATEURS POPULAIRES, QU’IL APPELLE DES « POSEURS DE SIGNES». I L CRÉE AUSSI DES POÈMES-
PEINTURES SUR PAPIER OU SUR TISSU DONT LE FORMAT PEUT ALLER JUSQU’À 6 MÈTRES SUR 10 MÈTRES.

2 - 30 novembre
Vernissage le 8 novembre à 19h30 suivie d’une conférence avec l’artiste.

- 29 DÉC.
CIRQUE / 7 NOV. E S IN TO UCHABL ES
L P O RT E U R S LE B A L D
LES CO

Un cirque drôle et
poétique à voir en famille villette.com - fnac.com
Artistes etimages
Bibliothèque Rainer Maria Rilke – Paris 5e

1925, quand l’Art Déco séduit le monde


Formes géométriques, pures et dynamiques,
le style Art Déco (1919-1940) se caractérise par
son attractivité et sa vivacité.
Né de l’impulsion des créateurs français tels que les
architectes Henri Sauvage, Robert Mallet-Stevens,
Roger-Henri Expert, Pierre Patout, les décorateurs
André Véra, Louis Süe, André Mare et Jacques-Émile
Ruhlmann,… il est le fruit d’une vision commune
émanant de champs artistiques variés.
Par Émilie Verger. Docteur en histoire de l’art,
spécialiste en art moderne et contemporain,
Émilie Verger est conférencière au musée d’Art
moderne de la Ville de Paris. Elle intervient
également pour l’Université permanente de Paris.
Jeudi 14 novembre – 19 h
En écho à l’exposition de la Cité de l’Architecture
et du Patrimoine (jusqu’au 17 février).

Bibliothèque Drouot – Paris 9e


La Renaissance italienne :
Florence au XVe siècle
Conférence et vidéo projection par Axelle Bataille,
historienne de l’art.
Cette conférence est la deuxième du cycle consacré
à la peinture italienne. Les débuts de la Renaissance
– Florence au XVe siècle (en parallèle de l’exposition
que le Louvre consacre à ce sujet jusqu’au 6 janvier).
Après avoir abordé lors de la dernière conférence,
les primitifs italiens, cette nouvelle présentation
dédiée au « Printemps de la renaissance » se
concentre sur Florence dans les années 1400. À cette
époque, les arts se caractérisent par un renouveau des
formes et des sujets. L’Antiquité redécouverte donne
aux artistes l’occasion de se réapproprier leur héritage
et un nouveau répertoire formel voit le jour en
peinture mais aussi en sculpture.
Jeudi 21 novembre – 10 h 30
Sur inscription au 01 42 46 97 78.

53
Artistes etimages
La 5e édition des Rencontres
Photographiques du 10e
Depuis 2005, cette manifestation biennale organisée par la bibliothèque
Château d’eau et la Mairie du 10e anime l’arrondissement. Pendant un mois et demi,
les Parisiens peuvent profiter gratuitement de plus de 90 expositions, animations
et rencontres-débats autour de la photographie. Autant d’occasions pour les
photographes et le public de se rencontrer et d’échanger.
Jusqu’au 30 novembre www.rencontresphoto10.com

P R O G R A M M E
Mairie du 10e arrondissement
P HOTOGRAPHES EN Corps et feuillets : Exposition des lauréats
RÉSIDENCE À LA BIBLIOTHÈQUE
C HÂTEAU D’EAU photographies des Rencontres
de Louise Narbo Photographiques
Barbara Portailler :
« J’ai voulu mettre en du 10e
qu’avez-vous perdu ? correspondance le corps, sa peau, Cette année, 11 lauréats ont
Installation photographique et avec les feuilles du carnet. Surface remporté le concours organisé
plastique participative in progress. sensible de la peau où le temps par la bibliothèque Château d’eau
Venez cueillir un mouchoir aux écrit une histoire. Feuillets et la mairie du 10e :
branches de l’arbre pour y déposer abandonnés aux mots qui nous
traversent. Étrange relation Raphaëlle Abib, Anne Barthelemy
la photo d’une chose que vous avez
de deux surfaces accueillant et Pierre Bernardi, François Caillon,
perdue. L’Arbre aux Mouchoirs est
une installation réalisée par Barbara l’écriture. » Irène Jonas, Françoise Lambert,
LOUISE NARBO
Portailler, Laure Devenelle et Sandrine Lissac, Robert Matra,
Jusqu’au 30 novembre
des artistes invités à partir d’objets Anne-Lise Michoud, Huynh Nguyen,
(À la bibliothèque Château d’eau)
et photographies récupérés, avec Camille Portevin et Marcello Togni.
la participation des photographes Commissaire de l’exposition :
des Rencontres Photographiques Philippe Bachelier.
et du public. Jusqu’au 30 novembre
Jusqu’au 28 novembre (dans le hall de la mairie)
pour déposer vos photos
Vernissage de l’installation
photographique et plastique
participative in progress le
jeudi 28 novembre à 19 h.
Dès le 28 novembre, installation
présentée à la Rotonde.
Le Louxor - Palais du cinéma – Paris 10e
Projections de documentaires
Documentaires sur les photographes Claude Nori
et Malick Sidibé, en présence des réalisateurs.
Claude Nori, un flirt photographique réalisé par Franck Landron.
Malick Sidibé, le partage réalisé par Thomas Glaser.
Lundi 4 novembre – 20 h
Entrée libre.
Dans le cadre
des Rencontres
Photographiques
du 10e.

54
Artistes etimages
Bibliothèque Château d’eau – Paris 10e
Atelier photo-écriture LIVRES DE PHOTOGRAPHIE
animé par Auto-édition et édition
Françoise Khoury indépendante
Que voit-on d’une photographie ? Conférence.
On a cru voir, on n’a pas vu. Ce Débat animé par Rémi Coignet
qu’on voit est différent de ce que (blog Des Livres et des Photos).
voient les autres. On écrit ces mots
qui révèlent notre regard. Un texte
nourri d’éléments autobiogra-
Kadavreski
phiques, fenêtre vers la fiction. Rencontre avec
Atelier d’écriture en lien avec les photographes
l’exposition de Louise Narbo, Organisée par Carlo Werner.
Corps et feuillets, présentée à Sur une idée de Carlo Werner,
la bibliothèque Château d’eau. Avec Geoffroy de Boismenu
(photographe), Raphaël Dallaporta une vingtaine de photographes
Samedi 2 novembre – 9 h 30 (photographe), André Frère s’associent pour une œuvre
Sur réservation sur : (André Frère Éditions), Sébastien commune inspirée du jeu
rencontres_photo_paris10@yahoo.fr Hau (Le Bal), Marc Pussemier surréaliste. À découvrir le long
(Librairie Photographique Le 29) des galeries du 4e étage, devant
P HOTOGRAPHE EN RÉSIDENCE et Laurence Vecten (Publish it la bibliothèque Château d’eau.
Emmanuelle Yourself). Samedi 16 novembre – 14 h
Schmitt-Richard Jeudi 7 novembre – 19 h

« Essai de solarigraphie »,
Visite du fonds
exposition collaborative avec Atelier sténopé photographique
les participants des Rencontres Animé par Emmanuelle Schmitt- de la bibliothèque
Photographiques du 10e. Des Richard et Christophe Siebert.
sténopés chargés de feuilles
Château d’eau
de papier photo seront distribués Par Dominique Gaessler, éditeur
pendant les Rencontres (Trans Photographic Press)
Photographiques du 10e par Les dos apparents des livres dans
Emmanuelle Schmitt-Richard, les linéaires des bibliothèques
photographe en résidence à n’incitent pas toujours à la
la bibliothèque Château d’eau. curiosité. Derrière cette face
L’idée est d’exposer ce papier technique du livre se cachent les
durant toute la manifestation. trésors de l’histoire d’un art.
Les papiers seront ensuite scannés
et nous aurons, avec un peu
de chance, des photographies sur
lesquelles apparaîtront toutes
les modifications (course du soleil)
intervenues durant un mois. Après une présentation rapide
Une exposition sera réalisée à du sténopé et de quelques artistes
la fin de l’expérience. l’utilisant, les stagiaires
Samedis 2, 16 novembre – 11 h expérimentent eux-mêmes la prise
de vue sans optique. Ils peuvent C’est dans cet esprit que cette
Vernissage de l’exposition développer leurs essais et
le jeudi 28 novembre à 19h.
visite entend introduire cet espace
améliorer leur temps d’exposition singulier pour la photographie :
au fil de la journée. le livre. Venez découvrir le Fonds
Samedi 9 novembre – 10 h Photo de la bibliothèque Château
Inscriptions sur : d’eau, qui possède 3 500 livres de
rencontres_photo_paris10@yahoo.fr photographie et 16 abonnements
à des revues photo, à consulter
et emprunter...
Samedi 23 novembre – 10 h
Sur inscription sur
rencontres_photo_paris10@yahoo.fr

55
Artistes etimages
Bibliothèque François Villon – Paris 10e
Portraits de rêves
Exposition de Cybèle Desarnauts.
En réalisant ces clichés, Cybèle
Desarnauts a souhaité saisir en
chaque enfant sa capacité à
visualiser ses rêves et la promesse
qu’il porte en lui de les accomplir.
Pour l’artiste, la photographie peut
ramener l’enfant, « dans sa vie
Bibliothèque Lancry de tous les jours, à un désir logé
Paris 10e au plus profond de lui. » C’est, pour
l’auteur, un « signe d’espoir ».
Vodoun child Jusqu’au 30 novembre
Exposition photos Dans le cadre des Rencontres
Photographiques du 10e.
de Camille Gharbi
« Vodoun child » est une série de
photographies réalisées à Porto- Le monde à l’envers :
Novo, au Bénin, en juillet 2011. reflets debout de passants parisiens
Au cours d’un séjour de plusieurs Exposition de Sybille Bougault. Dans les clichés de Sybille Bougault, le
semaines, Camille Gharbi s’est
ciel a rendez-vous avec Paris l’espace de quelques instants privilégiés
employée à saisir les différentes
dans un monde « à l’envers » qui vous laisse « tout retourné ».
facettes de cette ville envoûtante,
par le biais de ses habitants. Jusqu’au 30 novembre
Cette exposition fait écho au Festival
« Monte le son ! » qui a pour thème
les musiques africaines.
Jusqu’au 29 novembre

Moi je(ux)
Photographies
de Mathieu Oui

Dans cette série, Mathieu Oui


saisit des enfants absorbés dans À consulter :
leurs jeux. En jouant, l’enfant
explore : son environnement,
son imaginaire, ses limites. Il
s’affirme. Dans l’espace du jeu,
il se prend au « je ». Réalisées en
couleur et avec un appareil moyen
format, ces photos saisissent ce
qui lie les individus entre eux.
Jusqu’au 30 novembre

56
Artistes etimages
Le Mois du film documentaire 2013
Participez à la 14e édition du Mois du film documentaire !
Les bibliothèques participent à la nouvelle édition du Mois du film documentaire
2013 en proposant un programme de projections sur des thèmes très variés.
Cette année plus de 3000 projections se déroulent en France et dans
le monde. Alors ne manquez pas cet événement et participez à
des moments de convivialité autour de projections, ateliers, débats...
Le Mois du film documentaire est organisé par Images en bibliothèques.
www.moisdudoc.com

Bibliothèque Faidherbe – Paris 11e


Contacts
Les plus grands photographes contemporains
dévoilent les secrets de leurs images.
Contacts est une collection de films sur la
photographie contemporaine, qui invite à suivre
des itinéraires d’artistes. Chaque photographe,
guidé par un réalisateur, effectue au travers d’une
sélection d’images (planches-contacts, épreuves
d’essai, tirages définitifs) un parcours rétrospectif
sur le caractère et le sens de son œuvre.
C’est ainsi que
Sophie Calle, Jeff Wall,
Nan Goldin, Hiroshi
Sugimoto, William
Klein, Helmut Newton La Quête d’inspiration,
ou Martin Parr se sont
prêtés à cet exercice. Alexandre Deschaumes
La collection Contacts, Photographies Éthérées,
coproduite par Arte documentaire réalisé par Mathieu Le Lay
France, Le Jeu de (Production : Mona Lisa Production, durée : 52 min)
Paume et KS Visions,
La bibliothèque Faidherbe consacre cette année
compte aujourd’hui le Mois du film documentaire à la photographie
36 films de 13 minutes contemporaine.
chacun. Projection
Guidé par les atmosphères oniriques et envoûtantes
d’une sélection de
de la nature sauvage, Alexandre Deschaumes,
quelques uns de ces
photographe de paysage, tente de transformer
films en présence de
ses émotions en une certaine forme de beauté
Jean-Pierre Krief. évocatrice. Le documentariste, Mathieu Le Lay,
J EAN-P IERRE K RIEF EST AUTEUR-RÉALISATEUR, IL TRAVAILLE DANS l’a suivi au gré de ses pérégrinations : Patagonie,
LE CADRE DE SA PROPRE STRUCTURE DE P RODUCTION (KS VISIONS) Islande, Argentine… et nous donne à voir dans
QU’IL A CRÉÉE AVEC ALEX SZALAT EN 1986. IL A RÉALISÉ DE NOMBREUX ce film « les paysages bluffants d’une nature
DOCUMENTAIRES CONSACRÉS À DES PHOTOGRAPHES DONT 7 NUMÉROS sauvage et royale ». TÉLÉRAMA
DE LA COLLECTION « C ONTACTS ». AUJOURD’HUI, IL SE PARTAGE ENTRE
LA CRÉATION ET LA PRODUCTION, L’ENSEIGNEMENT (U NIVERSITÉ PARIS
Projection en présence du réalisateur Mathieu Le Lay
VII-DENIS DIDEROT ) ET LE CNC OÙ IL EST, DEPUIS 2005, MEMBRE et – sous réserve – d’Alexandre Deschaumes.
DE LA COMMISSION D’AIDE AU DOCUMENTAIRE. Samedi 23 novembre – 15 h
Samedi 16 novembre – 15 h

57
Artistes etimages
Bibliothèque Faidherbe – Paris 11e Médiathèque Hélène Berr
Paris 12e
Enjoy California, Chantal Montellier :
photographies de dessins de presse E XP OSITION
Daniela Roman Dans les années 70, Chantal Des fourmis
Exposition-photos en écho au Montellier publie des dessins de dans les jambes
Mois du film documentaire que la presse politiques (l’Humanité,
Politis, l’Unité, la Nouvelle Critique, L’association Sans Tambour
bibliothèque consace cette année
à la photographie contemporaine. quelques fois Libération et le Ni Trompette organise depuis
Monde). Elle est la première femme 2011, lors du festival d’Angoulême,
à exercer ses talents sur ce terrain, un prix (trophée) récompensant
exclusivement réservé aux une bande dessinée traitant
hommes. du handicap. Elle développe cet
Elle aborde la bande dessinée dans événement par une exposition,
Charlie Mensuel, Métal Hurlant et à la médiathèque, sur la bande
Ah ! Nana (revue de BD féminine). dessinée lauréate du prix 2013.
Suivront de nombreux albums Il s’agit de Des fourmis dans les
publiés auprès de différents jambes, un témoignage lucide et
éditeurs : Les Damnés de Nanterre poignant, non dénué d’humour,
(éd. Denoël Graphic, 2005), d’Arnaud Gautelier, mis en images
Tchernobyl, mon amour (éd. Actes par Renaud Pennelle
Sud BD, 2006), Sorcières, mes (Emmanuel Proust éditions).
sœurs (éd. La Boîte à bulles,
2006), son dernier album
l’Insoumise est paru au début de
l’année aux éditions Actes Sud-
L’an 2.
« J’ai photographié l’Ouest Elle collabore à la revue (À Suivre)
américain, comme un road movie, où elle se fait remarquer avec la
d’abord la route, puis les villes série Julie Bristol qui revisite
emprisonnées par le sable. Les l’histoire de l’art au féminin.
ombres à travers les constructions,
www.montellier.org
les reflets dans les vitres,
les objets abandonnés laissent 3 décembre - 4 janvier
deviner un quotidien difficile
et toujours d’actualité ».
5 - 30 novembre

Aux originaux encadrés et


Mette et les cygnes sauvages reproductions agrandies, s’ajoute
une partie documentaire sur le
Sandra Dufour au fil des images sujet spécifiquement traité dans
Sandra Dufour aime à se présenter l’album, la sclérose en plaques.
comme une « illustratrice en Avec l’appui d’une borne
broderie ». Formée au Département interactive conçue en partenariat
Textile du National College of Art and avec l’Université Paris VIII,
Design de Dublin, elle use de l’aiguille l’association et le trophée seront
comme d’un crayon au trait d’une aussi présentés, ainsi que les
grande expressivité. Associant piqués bandes dessinées des sélections
libres à la machine et points à la main, précédentes. Ces albums pourront
son imagerie joliment précieuse, être consultés sur place.
poétique, sensuelle est aussi capable www.stnt.asso.fr
de violence et le figuratif de laisser
5 - 29 novembre
alors place à l’abstraction et au vide.
Dans le cadre du Mois Extra-Ordinaire
Présentation d’originaux accompagnés
et de la Quinzaine du handicap dans
de quelques travaux personnels. le 12e.
Jusqu’au 16 novembre

58
Artistes etimages
Médiathèque Marguerite Yourcenar – Paris 15e
Bibliothèque
À la croisée du journalisme Fessart – Paris 19e

et de la bande dessinée : La Revue De main


de maître
dessinée ! Conférence
Rencontrez des membres de l’équipe et Marion Montaigne. par Valérie Mettais.
Tous les trois mois, La Revue dessinée propose 228 pages d’enquêtes, reportages
et documentaires en bande dessinée, en version papier et numérique. Parmi
les nombreux journalistes, auteurs, dessinateurs de talent qui y contribuent,
figure Marion Montaigne. Elle est l’auteure d’une dizaine de BD et d’un blog de
vulgarisation scientifique en BD, instructif et irrésistiblement drôle : Tu mourras
moins bête mais tu mourras
quand même. Elle a reçu le prix
du public au festival
d’Angoulême 2013 pour Quoi
Des empreintes dans l’art
de neuf, docteur Moustache?
rupestre jusqu’au Pouce
Pour La Revue dessinée, Marion immense dressé par
Montaigne passe de l’autre coté César, la main signe
des grilles de la Ménagerie du partout sa présence dans
Jardin des plantes et nous
l’art antique, moderne et
guide dans les coulisses
contemporain. Comment
de ce zoo. En attendant la
en serait-il autrement,
parution du 2e numéro de La
elle qui saisit, attrape
Revue dessinée le 9 décembre,
et agrippe, mais aussi
venez à la rencontre de
l’équipe de rédaction et de façonne, modèle, peint,
Marion Montaigne. Rencontre caresse, écrit et compose
suivie d’une dédicace. un langage, en un mot
crée ? Qu’elle devienne
Samedi 7 décembre – 15 h 30
une œuvre à part entière
www.larevuedessinee.fr
– ainsi chez Géricault ou
Le Goût du doc ! chez Rodin – ou qu’elle
donne tout son sens,
Une fois par mois, venez découvrir l’univers comme détail, à une
passionnant du documentaire composition – ainsi chez
East Punk Memories de Lucile Chaufour (2012, 1h20, VOST) Michel-Ange ou chez
La Tour.
À la fin des années 1980, la réalisatrice a suivi
et filmé des groupes punks en Hongrie, à Budapest. Dans le cadre du
programme La Main
Vingt ans plus tard, elle part à leur rencontre. Extraordinaire.
Les images du passé et du présent se mêlent
et s’entrechoquent dans une ronde incessante : Samedi 16 novembre
noir et blanc ou couleur, jeune ou vieux, 17 h 45
communiste ou capitaliste. Dans les scènes de Sur inscription auprès
concerts, de jeunes punks de vingt ans arborant des bibliothécaires.
iroquoise, cheveux teints, jeans troués, ongles Accessible aux Sourds
et lèvres noirs pour les filles, rugissent leur et malentendants.
révolte contre le système communiste. Un petit
tour et puis s’en vont : les jeunes d’autrefois ont
aujourd’hui la quarantaine.
Samedi 14 décembre – 16 h

59
Artistes etimages
Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20e
L’adversaire (Pratidwandi) Sténopé - séquence
En avant-première du Salon L’Inde des livres et pour Exposition Clara Chichin, lauréate du prix A minima.
célébrer le centenaire du cinéma indien, la Pellicules photographiques marquées par le hasard
médiathèque vous propose la projection – prises de vues, temps de pause aléatoires. Pellicules
de L’Adversaire de Satyajit Ray (1970). sensibles impressionnées au gré des promenades et
Projection suivie d’une présentation par voyages. Les différentes prises de vues, faites à des
Daniel Chocron, historien du cinéma, des moments et en des lieux différents donnent naissance
grandes étapes qui ont jalonné le cinéma à des images-séquences, à une certaine temporalité,
indien, des grands réalisateurs qui l’ont comme en apesanteur.
illustré, d’un panorama des cinémas CLARA CHICHIN EST NÉE EN 1985. APRÈS UN PARCOURS
régionaux et du phénomène Bollywood. UNIVERSITAIRE EN « ARTS, LITTÉRATURE ET P ENSÉE CONTEMPORAINE »
À L’U NIVERSITÉ PARIS VII OÙ ELLE RÉDIGE UN MÉMOIRE SUR L’USAGE
Vendredi 15 novembre – 19 h
DE LA PHOTO D’ANNIE ERNAUX ET MARC MARIE SOUS LA DIRECTION D’ÉRIC
La 3e édition du Salon L’Inde des Livres, organisé les 16 MARTY, ELLE ÉTUDIE À L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX ARTS
et 17 novembre à la mairie du 10e arrondissement, sous DE PARIS. ELLE OBTIENT LE DIPLÔME NATIONAL SUPÉRIEUR D’ARTS
le haut patronage de l’Ambassade de l’Inde. Une librairie, P LASTIQUES EN 2012. EN OCTOBRE 2012, ELLE ENTRE AU STUDIO-
50 auteurs en dédicace, des rencontres et des débats sur AGENCE-PLATETEFORME HANS LUCAS FONDÉ PAR VIRGINIE TERRASSE,
l’Inde... Tout le programme sur www.comptoirsinde.org WILFRID ESTÈVE ET LORENZO VIRGILI. (HTTP://CLARACHICHIN.BLOGSPOT.COM)
En partenariat avec l’association Les Comptoirs de l’Inde. 19 décembre - 17 janvier

Dans votre quartier...


Bibliothèque André Malraux Médiathèque Edmond Rostand Bibliothèque
Paris 6e Paris 17e Claude Lévi-Strauss – Paris 19e
Projection : Voir le livre, lire l’objet Photographies : Julien Guillery
Vivement dimanche ! Exposition de Bernadette Mercier. En marge de son travail de directeur
« Le projet de l’exposition Voir le livre, de la photographie pour le cinéma,
Film de François Truffaut (110 min) Julien Guillery développe une écriture
lire l’objet s’inscrit dans la continuité de
Lorsqu’un agent immobilier (Jean-Louis photographique où il explore au travers
mon travail sur l’ombre (notre intérieur)
Trintignant) est accusé de deux meurtres, d’insignifiants détails, une distance à
et le silence. Ainsi le papier cristal
sa secrétaire (Fanny Ardant) l’aide à se la nature. À la manière de notes autobio-
transparent et fragile placé sur les vitres
cacher et à mener sa propre enquête... graphiques, il s’attache à retenir les
est une passerelle entre dehors-dedans,
Samedi 7 décembre – 15h ombre-lumière... Une exposition du mot, choses et les êtres.
une exposition de la matière ». 2 - 30 novembre
4 décembre - 11 janvier Peintures : Olivier Lorin
Bibliothèque Chaptal – Paris 9e
Vernissage et rencontre avec l’artiste de la Grandmaison
C’est l’image qui conte : le jeudi 5 décembre à 17h.
Trois Cheveux d’Or, Trois Petites Des paysages urbains en grands formats
qui dégagent une réelle poésie, avec une
Étoiles approche et une sensibilité influencée
Exposition d’aquarelles de Bibliothèque Place des Fêtes par la peinture réaliste américaine.
Syldan Baucis, d’après le conte de Paris 19e Médecin de formation, Olivier Lorin de
O.V. de Lubicz-Milosz. Couleurs marines : la Grandmaison s’est ensuite auto-formé
pendant plusieurs années au dessin,
2 - 30 novembre Yves Chouraqui à la peinture ainsi qu’à l’histoire de l’art.
Enivré par ses couleurs chaudes, où l’iode 3 - 31 décembre
vous fait chavirer dans l’extase suprême,
Médiathèque Marguerite Yves Chouraqui scrute dans
Yourcenar – Paris 15e les moindres détails les splendeurs Médiathèque Marguerite Duras
La médiathèque vous expose ! du paysage breton. L’âme du bois, de Paris 20e
la rouille, travaillée par la mer, par le
Venez découvrir les œuvres de nos
temps, se métamorphose pour devenir
Nikita : projection
usagers-photographes sur les murs de en audiodescription
dans l’instant, une œuvre unique.
la bibliothèque. Le thème cette année :
Traces et empreintes. Et le concours 22 novembre - 31 décembre Film de Luc Besson (1990, 1h57)
photo continue : vous pouvez Vernissage : vendredi 22 novembre Le braquage d’une pharmacie par
maintenant voter pour votre photo 18h une bande de junkies tourne mal :
préférée en déposant un bulletin à une fusillade cause la mort de plusieurs
la médiathèque. personnes dont un policier, abbatu
par la jeune Nikita.
12 - 30 novembre
Vendredi 8 novembre – 15 h
60
Ateliers, parcours, contes, stages ados,
concerts découverte, publications jeunesse...
Scolaires, familles, ados
Expositions pédagogiques itinérantes
Médiathèque jeunesse
Bibliothèque itinérante

Institut du monde arabe


1, rue des Fossés Saint-Bernard
Place Mohammed V, 75005 Paris
Tél : 01 40 51 38 38 - www.imarabe.org
Arts du spectacle
Zoom sur

Rencontre avec
Stanislas Nordey,
metteur en scène
et comédien Bibliothèque
Oscar Wilde – Paris 20
Rencontre et débat
e

– 15 h
Samedi 16 novembre

Stanislas Nordey, artiste associé du festival deux frères, l’intellectuel et l’ouvrier, à qui l’auteur
d’Avignon 2013, a mis en scène dans la Cour confie le point d’orgue, véritable manifeste des
d’Honneur du Palais des Papes Par les villages de humiliés et offensés.
Peter Handke. Cette pièce est reprise au théâtre « Qui est Stanislas Nordey ? Il semblait bien urgent
national de La Colline du 5 au 30 novembre. de tenter la rédaction d’un livre qui puisse faire la
La pièce : un homme, devenu écrivain, retourne au lumière sur un artiste aussi singulier, polémique,
lieu de sa naissance. Il vient voir son frère et sa radical, démesuré et inclassable. Difficile de nier
sœur, qui lui refusent sa part d’héritage. Parti depuis tout cela au regard de son esthétique, de son
longtemps, il ne reconnaît plus le paysage de sa parcours, de ses choix de carrière et de textes, du
vallée, métamorphosé par la vie moderne. Entre la nombre de spectacles créés dans une saison, de sa
mort de l’ancien monde, celui des parents, et l’es- méthode et de ses engagements.»
quisse de l’avenir, la pièce ouvre le temps de la EXTRAIT DE STANISLAS NORDEY, LOCATAIRE DE LA PAROLE
parole. Elle déferle comme une vague, comme un DE FRÉDÉRIC VOSSIER (ÉD. LES SOLITAIRES INTEMPESTIFS, JUILLET 2013)
cri, comme une guerre. Au centre, l’opposition des

62
Arts du spectacle
Bibliothèque Buffon – Paris 5e Bibliothèque Saint-Éloi – Paris 12e
Initiation au tango Spectacle bilingue
Langue des signes française/français
Venez découvrir la beauté et la technique de base
du tango argentin. Né au Rio de la Plata (Argentine La compagnie Sale Petit Bonhomme fait chanter les
et Uruguay) à la fin du XIXe siècle, de fusions multiples mains et dire les signes et présente un nouveau spectacle
(esclavage africain, émigrations européennes autour de ses chansons et de la Langue des Signes
massives...), ce genre musical n’a plus de frontières Française (LSF). Le groupe a fait appel au comédien Sourd
aujourd’hui... Olivier Schetrit et au metteur en scène Jean-Louis
Compagnon, tous deux séduits par cette aventure inédite.
N’oubliez pas d’apporter
des chaussures confortables Un travail d’adaptation des textes a été effectué en amont
et à semelles glissantes par Olivier, en collaboration avec l’auteur Jean-Jacques
(éviter les tennis, bottes, Mouzac, l’interprète Maud Thibault et Jean-Louis
Compagnon. Le souhait de Sale Petit Bonhomme est,
etc., qui adhèrent au sol).
au-delà de permettre à un public Sourd d’accéder à
Pour les femmes, nous
un spectacle vivant de chansons
recommandons aussi à texte, de donner du sens à
les petits talons (autour la rencontre des deux cultures,
de 5 cm). Possibilité de Sourde et Entendante, la
se changer sur place. dimension visuelle des textes
Mercredi 13 novembre – 19 h permettant ce moment
Dans le cadre du 16e Festival de partage et de découverte
Paris Banlieues Tango. du monde de l’autre.
Samedi 14 décembre – 15 h
Sur réservation auprès
des bibliothécaires.

Médiathèque Hélène Berr – Paris 12e

P ERFORMANCE DANSÉE Zinimo Zinimo Zi


Step out /2 (tout public)
Le danseur et chorégraphe Andréya Ouamba, originaire
du Congo-Brazzaville, installé au Sénégal depuis 1999, Pour revenir vers sa culture d’origine, le comédien
a créé son premier spectacle L’haleine en 1995 et fondé et conteur Akonio Dolo a créé un spectacle en se
sa compagnie 1er temps à Dakar en 2000. remémorant les contes dogons. Pour chaque héros
de ces récits, le
Ici en solo, il nous propose un extrait de sa création pouvoir du temps
Step out/2, née d’une rencontre avec le compositeur permet de
et bassiste Armel Malonga, construite dans un esprit surmonter peurs
d’ouverture et de liberté entre deux artistes venant de et épreuves. La
pratiques différentes. L’improvisation a été le point de magie intervient
départ de Step out/2, parfois, mais ils
et la pièce, désormais sortent toujours
écrite, en a gardé grandis de leurs
dans son déroulement aventures...
des espaces ouverts
Le conteur utilise tous les registres, poésie, étrange
à l’inconnu.
ou burlesque, avec une grande souplesse du corps
Vendredi 6 décembre et de la voix. Sa flûte, ses tambours d’eau ou d’autres
17 h percussions forment le décor du spectacle et scandent
En partenariat avec les péripéties. Un spectacle familial, dans l’esprit de
l’Atelier de Paris- la veillée de contes.
Carolyn Carlson, où la
pièce sera présentée le Vendredi 13 décembre – 19 h
19 décembre à 20h30. www.dogontheatre.com/zinimo.html
www.atelierdeparis.org

63
Arts du spectacle
Bibliothèque Place des Fêtes – Paris 19e
Spectacle Fanta
(Tout public)
Inspiré d’un conte sénégalais, ce spectacle est une
invitation au voyage pour toute la famille. Fanta,
Bibliothèque Andrée Chedid – Paris 15 e
une mère Sénégalaise, aime raconter les histoires
et les légendes de son pays. La salle de bains où elle
Journée du conte s’apprête à laver son fils Samba devient un petit
(tout public)
théâtre où le gant de toilette, les serviettes se
Des conteuses de l’association Art en liberté vous transforment en
invitent à les rejoindre sur les chemins du conte et personnages du
passent la parole à tous ceux qui souhaitent raconter. conte. Tels les
Enfants ou adultes, conteurs en herbe ou aguerris, conteurs de son
tout le monde peut conter... ou simplement venir pays, elle raconte,
écouter les contes et histoires en tout genre. joue, mime,
Exceptionnellement l’auditorium de la bibliothèque communique avec
restera accessible jusqu’à 22h. le public.
Samedi 30 novembre – 15 h Par la Compagnie
Varsorio.
Samedi 14
décembre – 16 h
Bibliothèque Musset – Paris 16e Sur inscription
auprès des
Un style : le ballet français bibliothécaires.

Anne-Marie Sandrini,
danseuse puis inspectrice
de la danse, a dédié toute
sa vie au ballet français.
Elle vient faire une Bibliothèque Fessart – Paris 19e
conférence sur la danse,
mais aussi sur son Que dit la main qui danse ?
parcours : un véritable Conférence sur la gestuelle des mains dans le
« grand écart » du music- Bharata Natyam (danse classique du sud de l’Inde).
hall à la danse classique,
d’où le titre de son dernier
ouvrage (Le grand écart,
du classique au cancan,
éd. du Mauconduit, 2013).
Ses propos sont ponctués
par des figures de danse.
Samedi 16 novembre – 15 h

Bibliothèque Vaclav Havel – Paris 18e


Václav Havel, lecture Shalini est professeure de danse au sein de l’association
Une lecture de textes choisis de Václav Havel, avec un Triloka dans le 19e arrondissement. À l’occasion de cette
accompagnement au violon. conférence, elle parle de l’importance des positions de
mains (ou mùdras) qui constituent un véritable langage
Les extraits sont issus d’Interrogatoire à distance,
dans la pratique du Bharata Natyam.
Lettres à Olga, Anticodes, et Perpetuum mobile.
Par Jean-Gaspard Pálenícek, auteur et comédien, et Vendredi 29 novembre – 19 h
Petr Rika, violoniste et compositeur. Sur inscription auprès des bibliothécaires.
Dans le cadre du programme La Main Extraordinaire.
Mercredi 20 novembre – 19 h
En collaboration avec le Centre culturel tchèque.

64
Arts du spectacle
Bibliothèque Oscar Wilde – Paris 20e
ATELIER DE LECTURE THÉÂTRALE L ECTURE
Migration, polar Migration, polar
et architecture et architecture
La bibliothèque Oscar Wilde poursuit son travail en Les bibliothécaires accompagnés par des complices
collaboration avec la Compagnie du Huitième Jour et passionnés de lecture lisent des textes sur les
la bibliothèque Charlotte Delbo à Vigneux-sur-Seine. migrations. Question politique, support d’intenses
Les bibliothécaires et Nicolas Thibault (metteur en polémiques et batailles de chiffres ! Pour tenter de
scène) vous proposent de plonger dans le théâtre retrouver l’humain qui sommeille sous ces
contemporain au cours d’un atelier de lecture à haute « voyages » rêvés ou subis, qui changent notre vie et
voix. À l’issue de cet atelier, ceux qui désirent notre regard sur le monde de manière définitive.
prolonger cette expérience pourront participer, La Compagnie du Huitième Jour reçoit le soutien de la
vendredi 6 décembre au matin, à la préparation d’une Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Île-de-
France/Ministère de la Culture et de la Communication, de
lecture publique qui se déroulera le lendemain,
l’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France/Ministère des
samedi 7 décembre après-midi. Affaires sociales et de la Santé, du Centre Hospitalier Sud
Les œuvres choisies abordent les questions de Francilien dans le cadre du programme « Culture à
migrations à l’échelle locale ou internationale, dans l’hôpital », du Conseil Général de l’Essonne.
sa dimension intime autant que publique ! Samedi 7 décembre – 15 h
Mercredi 27 novembre – 18 h

Rencontre avec
Œdipe sur la route, Jean-Claude Gallota
lecture théâtralisée (Tout public)
D’après le roman de Henry Bauchau (éd. Actes Sud, Autour du spectacle L’enfance de Mammame.
2003). Adaptation et interprétation : Antoine Caubet Le chorégraphe reprend au Théâtre de la Ville, pour
(durée : 45 min), production du Théâtre de le jeune public, sa pièce légendaire Mammame. C’est
l’Aquarium. en suivant les tribulations de personnages étonnants
Cette lecture théâtralisée qui « mangent de l’humour et boivent de la
est présentée en prélude gentillesse » que les jeunes spectateurs sont invités
au spectacle Œdipe Roi à découvrir que la danse contemporaine est aussi
que vous pourrez ensuite une écriture et un langage.
découvrir au Théâtre de APRÈS AVOIR ÉTUDIÉ À NEW
l’Aquarium. Œdipe, jouet YORK AUPRÈS DE MERCE
des dieux, a tué son père CUNNINGHAM, DE 1976 À
et épousé sa mère. Aveugle 1978, JEAN-CLAUDE
et accablé par le poids GALLOTTA FONDE EN 1979
À G RENOBLE, AVEC
terrible de son destin,
MATHILDE ALTARAZ, LE
il quitte Thèbes aux côtés GROUPE ÉMILE DUBOIS.
d’Antigone, et s’engage dans une longue errance L’ANNÉE SUIVANTE, LE
pour se libérer du remords et de la culpabilité. SUCCÈS D’U LYSSE EN FAIT
Henry Bauchau relate la vie sur la route du roi banni UNE PIÈCE EMBLÉMATIQUE
et de sa plus jeune fille. Ce périple fait le lien entre DE LA DANSE
CONTEMPORAINE QUI
les deux tragédies de Sophocle, Œdipe Roi et Œdipe
ÉMERGE ALORS EN
à Colone. Merveille d’écriture et de poésie, ce roman F RANCE. IL DIRIGE
livre une somptueuse interrogation sur l’individu DEPUIS 1984 LE
et son destin. CENTRE
La lecture théâtralisée est suivie d’une rencontre CHORÉGRAPHIQUE
avec Antoine Caubet, pour échanger vos impressions NATIONAL DE

en toute simplicité. GRENOBLE.


Œdipe sur la route est en tournée Samedi 14
d’octobre à décembre 2013. décembre – 15 h
Samedi 30 novembre – 15 h

65
RÉSERVÉS AUX INSCRITS DES BIBLIOTHÈQUES
D E L A V I L L E D E PA R I S S U R P R É S E N TAT I O N D E L E U R C A R T E

Forum des images (1er) Théâtre Artistic Théâtre Douze (12e)


Athévains (11e)
Doc & Doc Le Baiser
Ravel de la Veuve
Mise en scène Mise en scène
Théâtre de la Ville (4e) par Anne-Marie Lazarini de Tony Le Guern.
2 films du cinéaste américain
(en sa présence). 8 novembre - 31 décembre Avec Capucine Jaworski,
Bruno Guillot, Tony le Guern.
Mardi 5 novembre – 19 h The Old Woman 7 novembre - 7 décembre
Jeudi, vendredi, samedi
20 h 30, dimanche – 15 h 30
Mise en scène de Bob Wilson
Avec Mikail Baryshnikov
et Willem Dafoe
6 - 23 novembre – 20 h 30 BON PLAN : 1 place achetée
10, 17 novembre – 15 h, (30 €) = 1 place offerte
23 novembre – 15h et 20h30 Réservation : 01 43 56 38 32
BON PLAN : www.artistic-athevains.com
BON PLAN : 25 € (au lieu de 35 €)
10 places gratuites 24 € (au lieu de 26 €, tarif jeune)
aux premiers qui contacteront BON PLAN : 1 place achetée
Réservation : 01 42 74 22 77
edenis@documentairesurgrand Atelier de (14 €) = 1 place offerte
ou aux caisses avec le code En Vue
ecran.fr sur présentation du magazine
www.docsurgrandecran.fr
www.theatredelaville-paris.com la Bonne Graine (11e)
En Vue
Réservation : 01 44 75 60 31
www.theatredouze.fr
À la Folie Théâtre (11e) Dernier
Opéra Comique (2e) Tour de Piste
S P E C TA C L E JEUNESSE

Les Contes des Théâtre de l’Atalante


Manfred Conception et manipulation (18e)
Mille et une Nuits de Thomas Blumenfeld,
Laura Cros et Juliette Didtsch.

Mise en scène
6 novembre - 18 décembre Lomania
de Georges Lavaudant 7 septembre - 4 janvier
Direction musicale 14 h30 les mercredis Noces de Sang
d’Emmanuel Krivine et samedis
Texte de Charlotte Escamez,
Avec Pascal Rénéric, Vacances scolaires : mise en scène de
Astrid Bas. 21 octobre - 1er novembre, William Mesguich.
9, 11, 12, 14, 15 décembre et 23 décembre - 3 janvier
Avec Zazie Delem,
14 h 30, du lundi au samedi
Agathe Alexis et
(Relâches les dimanches et
Anne de Broca.
24, 25, 31 décembre, 1er janvier)
29 novembre - 30 décembre
BON PLAN : 8 € (au lieu de 10 €) Jeudis et samedis – 19 h,
sur présentation du magazine dimanches – 17 h
En Vue
Réservation obligatoire :
BON PLAN :
01 43 55 14 80 ou 12 € (au lieu de 20 €)
reservation@folietheatre.com
BON PLAN : 8 € (au lieu de 12 €, tarif
(sur toute la période) 7, 50 € (au lieu de 9,50 €) étudiant - 26 ans)
et enfant 8, 50 € dans la limite Réservation : 01 46 06 11 90
des places disponibles ou sur latalante.resa@gmail.com
BON PLAN :
Réservation : au moins 24 h à l’avance
35 € (au lieu de 67 €)
01 43 57 40 47 ou
3e catégorie
reservation@atelierbonnegraine.fr
Date unique de réservation : www.atelierbonnegraine.fr
6 décembre
Réservation : 0825 01 01 23
(0,15 €/min) avec le code :
Les éléments
www.opera-comique.com
Les Bons Plans d’
L’Étoile du Nord (18e) Théâtre de Châtillon
(92)
Obo, Le rêve d’un roi
Dom Juan
Auteur et metteur en scène, Mise en scène
Adam Baladincz. de Gilles Bouillon, Centre
Avec Adam Baladincz, Dramatique de Tours.
Judith Margolin, Ixchel Cuardros, Avec Codrina Pricopoaia.
Sandrine Nobileau.
10 - 21 décembre
11 - 14 décembre Parc de la Villette
BON PLAN :
BON PLAN : ESPACE CHAPITEAU (19e) 12 € (au lieu de 22 €) du 10
1 place adulte achetée à 10 € au 15 décembre dans la limite
= 1 place enfant offerte des places disponibles
Mercredi 11 et samedi 14 décembre Le Bal des Réservation : 01 55 48 06 90 ou
(dans la limite des places disponibles)
Réservation : 01 42 26 47 47 ou
intouchables billetterie@theatreachatillon.com
www.theatreachatillon.com
contact@etoiledunord-theatre.com
www.etoiledunord-theatre.com 7 novembre - 29 décembre
Les jeudis – 19 h 30,
vendredis, samedis – 20 h 30,
dimanches – 16 h

Vos suggestions BON PLAN :


20 € (au lieu de 26 €) sur

d e B o n s P la n ss.o:rg
présentation du magazine
En Vue (offre limitée à deux billets
eq ue par personne, dans la limite des
envue@paris-biblioth places disponibles)
Réservation indispensable :
01 40 03 75 75 avec le code :
136403
où ? Infos
Expositions
pratiques
1 er
arrondissement
MÉDIATHÈQUE MUSICALE DE PARIS F ORUM DES HALLES : 8, Porte Saint-Eustache - Tél. 01 55 80 75 30 - Métro : Les Halles
Conférence musicale : cours d’initiation et bal tango . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 15h 49
Présentation : Jazz et cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 nov. - 31 déc. 50
Projection : Metal, voyage au cœur de la Bête - A Headbanger’s journey . . . . . . . sam. 23 nov. – 17h 49
Rencontre : La Grande Duchesse de Gérolstein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 28 nov. – 19h 49
Concert-spectacle : le violon dingue fait son cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 17h 49

BIBLIOTHÈQUE DU CINÉMA FRANÇOIS TRUFFAUT 4, rue du Cinéma - Tél. 01 40 26 29 33 - Métro : Les Halles
Projection-rencontre : La mémoire obstinée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 15h 34
La pause documentaire : Le dernier train . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 13 nov. – 12h 24
Projection-rencontre : La flaca Alejandra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 15h 34
Séance Bruno Muel et rencontre avec le réalisateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 15h 34
Séance José Maria Berzosa et rencontre avec Victor Barbat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 15h 35
Projection-rencontre : Les accords de Yalta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 15h 52
La pause documentaire : Trésors des poubelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 11 déc. – 12h 24
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Les jeux vidéo au cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 12 déc. – 19h15 23
Le jour le plus Court : projections de courts-métrages en continu . . . . . . . . . . . . . sam. 21 déc. – dès 12h 52

2e arrondissement
BIBLIOTHÈQUE CHARLOTTE DELBO 2, passage des Petits Pères - Tél. 01 53 29 74 30 - Métro : Bourse, Palais-Royal
Projection : Pierre Rabhi, la reconquête du songe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 28 nov. – 19h 24
Lecture musicale : Spectres, mes compagnons de Charlotte Delbo . . . . . . . . . . . . . jeu. 12 déc. – 19h 37
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III

3e arrondissement
BIBLIOTHÈQUE MARGUERITE AUDOUX 10, rue Portefoin - Tél. 01 44 78 55 20 - Métro : Temple, Arts et Métiers
Exposition : « poèmes-peintures » d’Yves Bergeret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - 30 nov. 52
Samedis du livre : Terrains d’écrivains, littérature et etnographie . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 10h 37
Lectures-performances : L. Mashile et R. Kamfer, poétesses sud-africaines . . sam. 16 nov. – 16h 30
Journée Écran libre : projections-rencontres documentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 nov. – 10h30, 14h, 16h 25
Rencontre : L. Sebbar : Une enfance juive en Méditerranée musulmane . . . . . . . . sam. 23 nov. – 18h 35
Projection : My left foot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 18h30 25
Accrochage : le sport, la revanche du handicap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 nov. - 7 déc. 25
Projection : Classified people . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 16h 13
La bibliothèque idéale de Frédéric Martin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 18h 37
Projection : Kurdish lover . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 28 déc. – 16h 25
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III

4e arrondissement
BIBLIOTHÈQUE FORNEY HÔTEL DE SENS : 1, rue du Figuier - Tél. 01 42 78 14 60 - Métro : Pont-Marie, Saint-Paul
Conférence : quelle place pour le bijou contemporain dans l’art ? . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 19h 9
Exposition : Précieux passages, bijoux contemporains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jusqu’au 28 déc. 8

BIBLIOTHÈQUE HISTORIQUE DE LA VILLE DE PARIS 24, rue Pavée - Tél. 01 44 59 29 40 - Métro : Saint-Paul
Stendhal dilettante et son héritage rousseauiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 6 nov. – 18h30 38
Cocteau et les peintres : le dialogue par les livres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . lun. 25 nov. – 18h30 38
Rencontre : appelle-moi Stendhal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 4 déc. – 18h30 38

GALERIE DES BIBLIOTHÈQUES 22, rue Malher - Tél. 01 44 59 29 60 - Métro : Saint-Paul


Exposition : Villes du monde (1870/1939) ..................................... jusqu’au 24 nov. 6

68
où ? Infos
Expositions
pratiques
5 e
arrondissement
BILIPO 48/50, rue du Cardinal Lemoine - Tél. 01 42 34 93 00 - Métro : Cardinal Lemoine
Exposition : E pionnage, les espions se livrent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 nov. - 24 mars 10
Conférence : les détectives du futur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 16h 39
Conférence : le centenaire de la P.J. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 16h 33

BIBLIOTHÈQUE BUFFON 15 bis, rue Buffon - Tél. 01 55 43 25 25 - Métro : Gare d’Austerlitz


JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Rencontre : Esquisse de Chine d’Emmanuel Lincot . . . . . . . . jeu. 7 nov. – 19h 26
Projection : Julio Cortázar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mar. 12 nov. – 19h 38
Initiation au tango . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 13 nov. – 19h 63
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Ce que la religion fait aux gens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 19h 26
Concert : Mamani Keita . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 18h 44
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ La Syrie : anatomie d’un régime autoritaire . . . . . . . . . . . . . . jeu. 5 déc. – 19h 26
Scène ouverte : appel à candidatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 15h à 17h 50
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III

BIBLIOTHÈQUE RAINER MARIA RILKE 88 ter, bd de Port-Royal - Tél. 01 56 81 10 70 - RER : Port-Royal


Conférence : 1925, quand l’Art Déco séduit le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 14 nov. – 19h 53
Richard Wagner, 1813-1883 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 19h 50
Rencontre : le « steampunk » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 5 déc. – 19h 39
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IV

BIBLIOTHÈQUE MOUFFETARD 74-76, rue Mouffetard - Tél. 01 43 37 96 54 - Métro : Monge, Cardinal Lemoine
Samedi du livre : Signes, Formes, Gestes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 10h 39
Concert : Cherif Mbaw . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 15h 45
Samedi du livre : la Voix verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 10h 27

6 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE ANDRÉ MALRAUX 112, rue de Rennes - Tél. 01 45 44 53 85 - Métro : Rennes, Saint-Placide
Projection du documentaire : Travail au noir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 15h 27
Projection du documentaire : Faits divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 15h 27
Écrivains d’ici et d’ailleurs : textes et photographies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 nov. - 20 déc. 42
Projection : Vivement dimanche ! de François Truffaut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 15h 60
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IV

7 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE AMÉLIE 164, rue de Grenelle - Tél. 01 47 05 89 66 - Métro : Latour Maubourg
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . V

BIBLIOTHÈQUE SAINT-SIMON MAIRIE : 116, rue de Grenelle - Tél. 01 53 58 76 40 - Métro : Solferino, Varenne
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . V

9 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE CHAPTAL 26, rue Chaptal - Tél. 01 49 70 92 80 - Métro : Blanche, Liège, Saint-Georges
Exposition d’aquarelles : C’est l’image qui conte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - 30 nov. 60
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Comment donner le goût de la lecture aux enfants sourds ? jeu. 28 nov. – 19h 27
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . V

BIBLIOTHÈQUE DROUOT 11, rue Drouot - Tél. 01 42 46 97 78 - Métro : Richelieu-Drouot, Le Peletier


Conférence, vidéo-projection : la Renaissance italienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 10h30 53
Conférence, vidéo-projection : l’art et les faussaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 5 déc. – 19h 51

BIBLIOTHÈQUE VALEYRE 24, rue de Rochechouart - Tél. 01 42 85 27 56 - Métro : Cadet


Concert : Kristo Numpuby, Brassens en Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 15 nov. – 19h 45
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . V

69
où ? Infos pratiques
10 e
arrondissement
MAIRIE DU 10E 72, rue du faubourg Saint-Martin - Tél. 01 53 72 11 75 - Métro : Château d’eau
Balade photographique : la Commune, photographes et photographies . . . . . . . dim. 17 nov. – 14h30 35
Installation photographique : Barbara Portailler, Qu’avez-vous perdu ? . . . . . . jusqu’au 28 nov. 54
Exposition des Lauréats des Rencontres Photographiques du 10e . . . . . . . . . . . . . jusqu’au 30 nov. 54
Exposition : Corps et feuillets, photographies de Louise Narbo . . . . . . . . . . . . . . . . jusqu’au 30 nov. 54
LE LOUXOR - PALAIS DU CINEMA 170, boulevard de Magenta - Tél. 01 44 63 96 96 - Métro : Barbès-Rochechouart
Projection-rencontre : documentaires sur la photographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . lun. 4 nov. – 20h 54
BIBLIOTHÈQUE CHÂTEAU D’EAU MAIRIE : 72, rue du faubourg Saint-Martin - Tél. 01 53 72 11 75 - Métro : Château d’eau
Atelier : photo-écriture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 2 nov. – 9h30 55
Photographe en résidence : Emmanuelle Schmitt-Richard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 2 et 16 nov. – 11h 55
Livres de photographie, auto-édition et édition indépendante . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 7 nov. – 19h 55
Atelier : sténopé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 10h 55
L’histoire de la Commune à travers la photographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 14 nov. – 19h 35
Rencontre avec les photographes : Kadavreski . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 14h 55
Photojournalisme, tous photographes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 19h 28
Visite du fonds photographique de la bibliothèque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 10h 55
Vernissage photographe en résidence : Emmanuelle Schmitt-Richard . . . . . . . . . jeu. 28 nov. – 19h 55
Lecture : Les Mille et une Nuits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 6 déc. – 17h30 42
BIBLIOTHÈQUE LANCRY 11, rue de Lancry - Tél. 01 42 03 25 98 - Métro : Château-d’eau, République
Concert : K’Bossy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 17h 45
Exposition : Vodoun child, photographies de Camille Gharbi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jusqu’au 29 nov. 56
Projection du documentaire : Hors champs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 18h30 28
Exposition : Moi je(ux), photographies de Mathieu Oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jusqu’au 30 nov. 56
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III
BIBLIOTHÈQUE FRANÇOIS VILLON 81, boulevard de la Villette - Tél. 01 42 41 14 30 - Métro : Colonel Fabien
Concert : Roland Tchakounté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 19h 45
Projection du documentaire : Afrique du Sud, le grand pardon . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 28 nov. – 19h 13
Exposition : Portraits de rêves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jusqu’au 30 nov. 56
Exposition : Le monde à l’envers : reflets debout de passants parisiens . . . . . . . jusqu’au 30 nov. 56
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III

11 arrondissement
e

BIBLIOTHÈQUE FAIDHERBE 18/20, rue Faidherbe - Tél. 01 55 25 80 20 - Métro : Faidherbe-Chaligny


Exposition : Mette et les cygnes sauvages, Sandra Dufour au fil des images . . . jusqu’au 16 nov. 58
Exposition : Enjoy California, photographies de Daniela Roman . . . . . . . . . . . . . . . 5 - 30 nov. 58
Projection-rencontre : Contacts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 15h 57
Projection-rencontre : La Quête d’inspiration - Alexandre Deschaumes . . . . . . . . sam. 23 nov. – 15h 57
Guiseppe Verdi : 200e anniversaire de sa naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 15h 50
Exposition : Chantal Montellier, dessins de presse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 déc. - 4 jan. 58
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Décryptez le JT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 12 déc. – 19h 28
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VII
BIBLIOTHÈQUE PARMENTIER 20 bis, avenue Parmentier - Tél. 01 55 28 30 15 - Métro : Voltaire
Rencontre : le polar sud-africain avec Mike Nicol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mar. 19 nov. – 19h 12
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Premières fêtes des ados . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 12 déc. – 19h 28
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VI

12 e
arrondissement
MÉDIATHÈQUE HÉLÈNE BERR 70, rue de Picpus - Tél. 01 43 45 87 12 - Métro : Daumesnil, Nation
Concert : Pédro Kouyaté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 2 nov. – 18h30 44
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Les débats autour du mariage pour tous . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 14 nov. – 19h 29
Rencontre : les villes sud-africaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mar. 26 nov. – 19h 14
Exposition : Des fourmis dans les jambes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 - 29 nov. 58
Performance dansée : Step out/2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 6 déc. – 17h 63
Zinimo Zinimo Zi, contes d’Afrique de l’Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 13 déc. – 19h 63
La musique, ça me dit : découverte d’un instrument . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 15h 50
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VIII

70
où ? Infos pratiques
BIBLIOTHÈQUE DIDEROT 42, avenue Daumesnil - Tél. 01 43 40 69 94 - Métro : Gare de Lyon
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IX

BIBLIOTHÈQUE SAINT-ÉLOI 23, rue du Colonel Rozanoff - Tél. 01 53 44 70 30 - Métro : Reuilly-Diderot, Montgallet
Concert : Abdoulaye Cissé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 15h30 45
Atelier-rencontre : comment raconter des histoires en LSF ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 10h30 32
Spectacle bilingue langue des signes française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 15h 63
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VI

13 e
arrondissement
MÉDIATHÈQUE JEAN-PIERRE MELVILLE 79, rue Nationale - Tél. 01 53 82 76 76 - Métro : Tolbiac, Nationale, Olympiade
Concert : Ali Boulo Santo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 17h 45
Projection du documentaire : Tu seras sumo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 16h30 29
Jeu de piste : Macchabée chez les sucriers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 14h 40
Projection-débat : Công Binh, la longue nuit indochinoise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 16h 29
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IX

BIBLIOTHÈQUE MARGUERITE DURAND 79, rue Nationale - Tél. 01 53 82 76 77 - Métro : Olympiades, Tolbiac, Nationale
Rencontre : être femme en Afrique du Sud aujourd’hui ? ...................... mer. 20 nov. – 19h30 14

BIBLIOTHÈQUE ITALIE 211-213, bd Vincent Auriol - Tél. 01 56 61 34 30 - Métro : Place d’Italie


Lecture : la voix des polars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 14h 40
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IX

BIBLIOTHÈQUE GLACIÈRE 132, rue de la Glacière - Tél. 01 45 89 55 47 - Métro : Glacière


Rencontre : Jean-Hugues Oppel, auteur ....................................... sam. 23 nov. – 10h30 40
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IX

14 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE GEORGES BRASSENS 38, rue Gassendi - Tél. 01 53 90 30 30 - Métro : Denfert-Rochereau, Mouton-Duvernet
Rencontre autour de Nelson Mandela . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mar. 3 déc. – 19h 14
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X

BIBLIOTHÈQUE VANDAMME 80, avenue du Maine - Tél. 01 43 22 42 18 - Métro : Gaîté


Projection : On the Rumba river . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 8 nov. – 17h30 46
Conférence : la Rumba congolaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 15 nov. – 19h30 46
Projection : Le temps de Wendo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 16h30 46
Projection : On the Rumba river . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 16h30 46
Projection : Le temps de Wendo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 29 nov. – 17h30 46
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Projection-rencontre : Chine, le nouvel empire . . . . . . . . . . . . jeu. 5 déc. – 19h 29
Rencontre : la fabrication d’une guitare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 12 déc. – 19h30 50
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X

BIBLIOTHÈQUE AIMÉ CÉSAIRE 5, rue de Ridder - Tél. 01 45 41 24 74 - Métro : Plaisance


Lecture de polars antillais ...................................................... ven. 15 nov. – 19h 39

15 e
arrondissement
MÉDIATHÈQUE MARGUERITE YOURCENAR 41, rue d’Alleray - Tél. 01 45 30 71 41 - Métro : Vaugirard, Convention
Concert : Donso . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 8 nov. – 19h 46
La médiathèque vous expose ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 - 30 nov. 60
Projections : carte blanche au Master Image et Société d’Evry . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 15 nov. – 19h 30
Comment devient-on documentariste ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 22 nov. – 19h 30
Rencontre : La revue dessinée ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 15h30 59
Le goût du doc ! East Punk Memories . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 16h 59
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XI

BIBLIOTHÈQUE ANDRÉE CHEDID 36-40 rue Émeriau - Tél. 01 45 77 63 40 - Métro : Ch. Michels, Dupleix et Bir Hakeim
Journée du conte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 15h 64
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X

71
où ? Infos pratiques
BIBLIOTHÈQUE GUTENBERG 8, rue de la Montagne d’Aulas - Tél. 01 45 54 69 76 - Métro : Balard
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XII

BIBLIOTHÈQUE VAUGIRARD 154, rue Lecourbe - Tél. 01 48 28 77 42 - Métro : Vaugirard


Rencontre : une traversée de la littérature sud-africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 4 déc. – 19h 36
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . X

16 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE GERMAINE TILLION 6, rue du Cdt Schlœsing - Tél. 01 47 04 70 85 - Métro : Trocadéro
Rencontre : Histoire de l’Afrique du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 12 déc. – 19h 15
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XII

BIBLIOTHÈQUE MUSSET 20, rue de Musset - Tél. 01 45 25 69 83 - Métro : Exelmans


Conférence dansée : un style, le ballet français ................................ sam. 16 nov. – 15h 64

17 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE BATIGNOLLES MAIRIE : 18, rue des Batignolles - Tél. 01 44 69 18 30 - Métro : Rome
Rencontre : la violence en Afrique du Sud : quelle origine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 19h30 15
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XIII

MÉDIATHÈQUE EDMOND ROSTAND 11, rue Nicolas Chuquet - Tél : 01 48 88 07 17 - Métro : Péreire, RER Péreire-Levallois
Rencontre : Denis Hirson, Histoire de la littérature sud-africaine . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 16h 16
Lecture : textes des « Rainbow Soldiers » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 16h30 16
Exposition : Rainbow Soldiers, hommage à la liberté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jusqu’au 29 nov. 16
Projection-rencontre : Nous n’irons pas à Khayelitsha . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 16h30 16
Concert : Sam Tshabalala . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 16h30 16
Exposition : Voir le livre, lire l’objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 déc. - 11 jan. 60
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XIII

18 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE VACLAV HAVEL 26, esplanade Nathalie Sarraute - Tél. 01 40 38 65 40 - Métro : Max Dormoy, La Chapelle
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Projection-rencontre : Le mystère de la matière noire . . . . jeu. 7 nov. – 19h 30
Exposition jouable : Retrogaming, « Cinéma et jeux vidéo » . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 nov. - 14 déc. 23
Lecture : Václav Havel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 20 nov. – 19h 64

BIBLIOTHÈQUE MAURICE GENEVOIX 19, rue Tristan Tzara – Tél. 01 46 07 35 05 - Métro : Marx-Dormoy, Porte de la Chapelle
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XIV

BIBLIOTHÈQUE JACQUELINE DE ROMILLY (PORTE MONTMARTRE) 16, avenue de la Porte Montmartre - Tél. 01 42 55 60 20
Exposition : Comprendre le manga ! ............................................ 17 déc. - 11 jan. 42
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XIII

BIBLIOTHÈQUE CLIGNANCOURT 29, rue Hermel - Tél. 01 53 41 35 60 - Métro : Jules Joffrin


Concert : Trio Frabana . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 9 nov. – 17h 47
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XIII

BIBLIOTHÈQUE GOUTTE D’OR 2-4, de Fleury - Tél. 01 53 09 26 10 – Métro : Barbès-Rochechouart, La Chapelle


Conférence musicale : l’épopée de la musique africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 15h 47
Cinéma et littérature : rencontre avec Caryl Ferey et Julien Rappeneau . . . . . . . ven. 6 déc. – 19h 40
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XIV

19 e
arrondissement
BIBLIOTHÈQUE CRIMÉE 42-44, rue Petit - Tél. 01 42 45 56 40 - Métro : Laumière
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XV

72
où ? Infos pratiques
BIBLIOTHÈQUE PLACE DES FÊTES 18, rue Janssen - Tél. 01 42 49 55 90 - Métro : Place des fêtes, Pré Saint-Gervais
Concert : Tousseï Midy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 16h 47
Projection : Mögöbalu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 16h 47
Exposition : Couleurs marines d’Yves Chouraqui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 nov. - 31 déc. 60
Lecture : la poésie sud-africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 16h 17
Déjouer les pièges du discours publicitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 10h 31
Spectacle : Fanta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 16h 64
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XV
BIBLIOTHÈQUE FESSART 6, rue Fessart - Tél. 01 42 08 49 15 - Métro : Jourdain
Conférence : de main de maître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 17h45 59
Conférence : que dit la main qui danse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 29 nov. – 19h 64
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XVI
BIBLIOTHÈQUE HERGÉ 2-4, rue du Département - Tél. 01 40 38 18 08 - Métro : Stalingrad
Concert : Supreme Jika .......................................... ven. 29 nov. – 18h30 48
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XV
BIBLIOTHÈQUE CLAUDE LEVI-STRAUSS 41, avenue de Flandre - Tél. 01 40 35 96 46 - Métro : Stalingrad
Expositions : photographies de Julien Guillery . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - 30 nov. 60
Projection-rencontre : Lettres de fin d’apartheid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 15h 17
Projection-rencontre : Come back, Africa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 15h30 17
Exposition : peintures d’Olivier Lorin de la Grandmaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 - 31 déc. 60
Conférence : le cinéma africain et sud-africain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 16h 17

20 e
arrondissement
MÉDIATHÈQUE MARGUERITE DURAS 115, rue de Bagnolet - Tél. 01 55 25 49 10 - Métro : Porte de Bagnolet
Vernissage de l’exposition Les hommes debout en présence de B. Clarke . . . . . . jeu. 7 nov. – 19h30 21
Projection en audiodescription : Nikita . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 8 nov. – 15h 60
Projection : L’adversaire et conférence sur le cinéma indien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 15 nov. – 19h 60
Projection-rencontre : Sharp, Sharp ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 16h 20
Rencontre autour du livre audio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeu. 21 nov. – 15h 42
Concert : Sibongile Mbambo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 22 nov. – 19h30 20
Rencontre-spectacle : la création sud-africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 15h15 et 16h 20
Exposition : Les hommes debout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 nov. - 11 déc. 21
Atelier Lire autrement : le Braille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 10h30 32
Une découverte sensible de l’audio-description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 14h30 31
L’heure du cinéma : les ados . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 14h30 32
JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Le jeu vidéo est-il l’enfant terrible du cinéma ? . . . . . . . . . . . jeu. 5 déc. – 19h30 23
Projection-rencontre : Mama Africa (documentaire) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 6 déc. – 19h30 20
Projections-rencontre : Mine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mar. 10 déc. – 19h30 21
Projection Classified people . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 16h 12
Exposition : Sténopé - séquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 déc. - 17 jan. 60
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XVII
BIBLIOTHÈQUE OSCAR WILDE 12, rue du Télégraphe - Tél. 01 43 66 84 29 - Métro : Télégraphe
Rencontre : Stanislas Nordey, metteur en scène et comédien . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 16 nov. – 15h 62
Atelier de lecture Théâtre : migration, polar et architecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 27 nov. – 18h 65
Lecture théâtralisée : Œdipe sur la route . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 15h 65
Lecture : migration, polar et architecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 15h 65
Rencontre : Jean-Claude Gallota . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 15h 65
BIBLIOTHÈQUE COURONNES 66, rue des Couronnes - Tél. 01 40 33 26 01 - Métro : Couronnes
La bibliothèque idéale de Cécile Oumhani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 23 nov. – 15h30 41
Concert : Djeli Moussa Condé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ven. 29 nov. – 19h30 48
Ster City . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 30 nov. – 15h 18
Rencontre avec le bédéiste Julien Lacombe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 7 déc. – 15h 41
Voir toute la programmation jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XVII
BIBLIOTHÈQUE LOUISE MICHEL 29/35, rue des Haies - Tél. 01 58 39 32 10 - Métro : Buzenval
Rencontre-dédicace : Fabrice Colin, auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mer. 13 nov. – 18h30 41
Rencontre musicale : DJ Mo Laudi et Bintou Simporé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . sam. 14 déc. – 17h30 18

73
Quand ? Infos pratiques
A G E N D A D E S P R I N C I P A L E S M A N I F E S TAT I O N S ( H O R S E X P O S E T A N I M AT I O N S J E U N E S S E )

sam. 2 nov. 9 h 30 Château d’eau (10e) Atelier : photo-écriture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55


sam. 2 & 16 nov. 9 h 30 Château d’eau (10e) Atelier photo E. Schmitt-Richard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
sam. 2 nov. 18 h 30 Hélène Berr (12e) MONTE LE SON ! Concert : Pédro Kouyaté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44
lun. 4 nov. 20 h Le Louxor (10e) Projection-rencontre sur la photographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54
mer. 6 nov. 18 h 30 Historique (4e) Stendhal dilettante et son héritage rousseauiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
jeu. 7 nov. 19 h Buffon (5e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Esquisse de Chine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
jeu. 7 nov. 19 h Château d’eau (10e) Livres de photographie, auto-édition et édition indépendante . . . . . . . . . . .55
jeu. 7 nov. 19 h Václav Havel (18e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Le mystère de la matière noire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
ven. 8 nov. 15 h M. Duras (20e) Projection en audiodescription : Nikita . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60
ven. 8 nov. 17 h 30 Vandamne (14e) Projection : On the Rumba river . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
ven. 8 nov. 19 h M. Yourcenar (15e) MONTE LE SON ! Concert : Donso . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
sam. 9 nov. 10 h Château d’eau (10e) Atelier sténopé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
sam. 9 nov. 10 h Mouffetard (5e) Samedi du livre : Signes, Formes, Gestes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
sam. 9 nov. 15 h M. musicale (1er) Conférence musicale : cours d’initiation et bal tango . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
sam. 9 nov. 15 h F. Truffaut (1er) Projection-rencontre : La mémoire obstinée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
sam. 9 nov. 15 h 30 Saint-Éloi (12e) MONTE LE SON ! Concert : Abdoulaye Cissé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
sam. 9 nov. 16 h E. Rostand (17e) Rencontre : Denis Hirson, auteur sud-africain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
sam. 9 nov. 17 h J.-P. Melville (13e) MONTE LE SON ! Concert : Ali Boulo Santo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
sam. 9 nov. 17 h Clignancourt (18e) MONTE LE SON ! Concert : Trio Frabana . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
mar. 12 nov. 19 h Buffon (5e) Projection : Julio Cortazar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
mer. 13 nov. 12 h F. Truffaut (1er) La pause documentaire : Le dernier train . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24
mer. 13 nov. 18 h 30 Louise Michel (20e) Rencontre-dédicace : Fabrice Colin, auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
mer. 13 nov. 19 h Buffon (5e) Initiation au tango . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
jeu. 14 nov. 19 h Hélène Berr (12e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Les débats autour du mariage pour tous . . . . . . . . . . . . . . . .29
jeu. 14 nov. 19 h Château d’eau (10e) L’histoire de la Commune à travers la photographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
jeu. 14 nov. 19 h R. M. Rilke (5e) Conférence : 1925, quand l’Art Déco séduit le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53
ven. 15 nov. 19 h A. Césaire (14e) Lecture de polars antillais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
ven. 15 nov. 19 h M. Duras (20e) Projection : L’adversaire, conférence sur le cinéma indien . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60
ven. 15 nov. 19 h Valeyre (9e) MONTE LE SON ! Concert : Brassens en Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
ven. 15 nov. 19 h M. Yourcenar (15e) Projections : carte blanche au Master Image et Société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
ven. 15 nov. 19 h 30 Vandamne (14e) Conférence : la Rumba congolaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
sam. 16 nov. 10 h M. Audoux (3e) Terrains d’écrivains, littérature et etnographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
sam. 16 nov. 16 h M. Audoux (3e) Lectures-performances : L. Mashile et R. Kamfer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
sam. 16 nov. 14 h Château d’eau (10e) Kadavreski : rencontre avec les photographes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
sam. 16 nov. 15 h Faidherbe (11e) Projection-rencontre : Contacts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57
sam. 16 nov. 15 h Goutte d’or (18e) Conférence musicale : l’épopée de la musique africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
sam. 16 nov. 15 h A. Malraux (6e) Projection du documentaire : Travail au noir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27
sam. 16 nov. 15 h C. Lévi-Strauss (19e) Projection-rencontre : Lettres de fin d’apartheid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
sam. 16 nov. 15 h Mouffetard (5e) MONTE LE SON ! Concert : Cherif Mbaw . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
sam. 16 nov. 15 h Musset (16e) Conférence dansée : un style, le ballet français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
sam. 16 nov. 15 h F. Truffaut (1er) Projection-rencontre : La flaca Alejandra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
sam. 16 nov. 15 h Oscar Wilde (20e) Rencontre : Stanislas Nordey, metteur en scène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
sam. 16 nov. 16 h M. Duras (20e) Projection-rencontre : Sharp, Sharp ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
sam. 16 nov. 16 h Place des Fêtes (19e) MONTE LE SON ! Concert : Tousseï Midy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
sam. 16 nov. 16 h 30 J.-P. Melville (13e) Projection du documentaire : Tu seras sumo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
sam. 16 nov. 16 h 30 E. Rostand (17e) Lecture : textes des « Rainbow Soldiers » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
sam. 16 nov. 16 h 30 Vandamne (14e) Projection : Le temps de Wendo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
sam. 16 nov. 17 h Lancry (10e) MONTE LE SON ! Concert : K’Bossy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
sam. 16 nov. 17 h 45 Fessart (19e) Conférence : De main de maître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
dim. 17 nov. 14 h 30 Mairie (10e) Balade photographique : la Commune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
mar. 19 nov. 19 h Parmentier (11e) Le polar sud-africain : rencontre avec Mike Nicol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
mer. 20 nov. 19 h Václav Havel (18e) Lecture : Václav Havel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
mer. 20 nov. 19 h 30 M. Durand (13e) Être femme en Afrique du Sud aujourd’hui ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
jeu. 21 nov. 10 h 30 Drouot (9e) Conférence : la Renaissance italienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53
jeu. 21 nov. 15 h M. Duras (20e) Rencontre autour du livre audio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42
jeu. 21 nov. 18 h 30 M. Audoux (3e) Projection : My left foot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
jeu. 21 nov. 19 h Buffon (5e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Ce que la religion fait aux gens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
jeu. 21 nov. 19 h Château d’eau (10e) Photojournalisme, tous photographes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
jeu. 21 nov. 19 h Forney (4e) Quelle place pour le bijou contemporain dans l’art ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
jeu. 21 nov. 19 h R. M. Rilke (5e) Richard Wagner, 1813-1883 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
jeu. 21 nov. 19 h F. Villon (10e) MONTE LE SON ! Concert : Roland Tchakounté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
jeu. 21 nov. 19 h 30 Batignolles (17e) La violence en Afrique du Sud : quelle origine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
ven. 22 nov. 19 h M. Yourcenar (15e) Comment devient-on documentariste ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
ven. 22 nov. 19 h 30 M. Duras (20e) MONTE LE SON ! Concert : Sibongile Mbambo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20

74
Quand ? Infos pratiques
sam. 23 nov. 10 h Château d’eau (10e) Visite du fonds photographique de la bibliothèque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
sam. 23 nov. 10h30/14h/16h M. Audoux (3e) Projections-rencontres : Journée Écran libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
sam. 23 nov. 10 h 30 Glacière (13e) Rencontre : Jean-Hugues Oppel, auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
sam. 23 nov. 10 h 30 Saint-Éloi (12e) Atelier : comment raconter des histoires en LSF ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
sam. 23 nov. 14 h Italie (13e) Lecture : la voix des polars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
sam. 23 nov. 14 h J.-P. Melville (13e) Jeu de piste : Macchabée chez les sucriers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
sam. 23 nov. 15 h & 16h M. Duras (20e) Rencontre-spectacle : la création sud-africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
sam. 23 nov. 15 h Faidherbe (11e) Projection-rencontre : La Quête d’inspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57
sam. 23 nov. 15 h A. Malraux (6e) Projection du documentaire : Faits divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27
sam. 23 nov. 15 h F. Truffaut (1er) Séance Bruno Muel et rencontre avec le réalisateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
sam. 23 nov. 15 h 30 Couronnes (20e) La bibliothèque idéale de Cécile Oumhani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
sam. 23 nov. 15 h 30 C. Lévi-Strauss (19e) Projection-rencontre : Come back, Africa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
sam. 23 nov. 16 h BILIPO (5e) Conférence : les détectives du futur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
sam. 23 nov. 16 h 30 E. Rostand (17e) Projection-rencontre : Nous n’irons pas à Khayelitsha . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
sam. 23 nov. 16 h 30 Vandamne (14e) Projection : On the Rumba river . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
sam. 23 nov. 17 h M. musicale (1er) Projection : Metal, voyage au cœur de la Bête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
sam. 23 nov. 18 h M. Audoux (3e) Rencontre : Leïla Sebbar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
lun. 25 nov. 18 h 30 Historique (4e) Cocteau et les peintres : le dialogue par les livres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
mar. 26 nov. 19 h Hélène Berr (12e) Rencontre : les villes sud-africaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
mer. 27 nov. 18 h Oscar Wilde (20e) Atelier de lecture Théâtre : migration, polar & architecture . . . . . . . . . . . . . . . .65
jeu. 28 nov. 19 h F. Villon (10e) Projection du documentaire : Afrique du Sud, le grand pardon . . . . . . . . . . .13
jeu. 28 nov. 19 h Chaptal (9e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Donner le goût de la lecture aux enfants sourds . . . . .27
jeu. 28 nov. 19 h Château d’eau (10e) Photographe en résidence : Emmanuelle Schmitt-Richard . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
jeu. 28 nov. 19 h C. Delbo (2e) Projection : Pierre Rabhi, la reconquête du songe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24
jeu. 28 nov. 19 h M. musicale (1er) Rencontre autour de La Grande Duchesse de Gérolstein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
ven. 29 nov. 17 h 30 Vandamne (14e) Projection : Le temps de Wendo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
ven. 29 nov. 18 h 30 Hergé (19e) MONTE LE SON ! Concert : Supreme Jika . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48
ven. 29 nov. 19 h Fessart (19e) Conférence : Que dit la main qui danse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
ven. 29 nov. 19 h 30 Couronnes (20e) MONTE LE SON ! Concert : Djeli Moussa Condé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48
sam. 30 nov. 10 h 30 M. Duras (20e) Atelier Lire autrement : le Braille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
sam. 30 nov. 14 h 30 M. Duras (20e) Une découverte sensible de l’audio-description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
sam. 30 nov. 14 h 30 M. Duras (20e) L’heure du cinéma : les ados . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
sam. 30 nov. 15 h A. Chedid (15e) Journée du conte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
sam. 30 nov. 15 h Couronnes (20e) Ster City . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
sam. 30 nov. 15 h Faidherbe (11e) Guiseppe Verdi : 200e anniversaire de sa naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
sam. 30 nov. 15 h F. Truffaut (1er) Séance José Maria Berzosa et rencontre avec V. Barbat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
sam. 30 nov. 15 h Oscar Wilde (20e) Lecture théâtralisée : Œdipe sur la route . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
sam. 30 nov. 16 h M. Audoux (3e) Projection : Classified people . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
sam. 30 nov. 16 h Place des Fêtes (19e) Projection : Mögöbalu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
sam. 30 nov. 16 h 30 E. Rostand (17e) MONTE LE SON ! Concert : Sam Tshabalala . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
sam. 30 nov. 17 h M. musicale (1er) Concert-spectacle : le violon dingue fait son cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
sam. 30 nov. 18 h Buffon (5e) MONTE LE SON ! Concert : Mamani Keita . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44
sam. 30 nov. 18 h 30 Lancry (10e) Projection du documentaire : Hors champs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
mar. 3 déc. 19 h G. Brassens (14e) Rencontre autour de Nelson Mandela . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
mer. 4 déc. 18 h 30 Historique (4e) Rencontre : Appelle-moi Stendhal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
mer. 4 déc. 19 h Vaugirard (15e) Rencontre : une traversée de la littérature sud-africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
jeu. 5 déc. 19 h Buffon (5e) Rencontre : le « steampunk » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
jeu. 5 déc. 19 h Buffon (5e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ La Syrie de Bachar al-Assad . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
jeu. 5 déc. 19 h Drouot (9e) Conférence et vidéo-projection : l’art et les faussaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
jeu. 5 déc. 19 h Vandamne (14e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Chine, le nouvel empire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
jeu. 5 déc. 19 h 30 M. Duras (20e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Le jeu vidéo est-il l’enfant terrible du cinéma ? . .23
ven. 6 déc. 17 h Hélène Berr (12e) Performance dansée : Step out /2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
ven. 6 déc. 17 h 30 Château d’eau (10e) Lecture : Les Mille et Une Nuits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42
ven. 6 déc. 19 h Goutte d’or (18e) Rencontre : Caryl Ferey et Julien Rappeneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
ven. 6 déc. 19 h 30 M. Duras (20e) Projection-rencontre : Mama Africa (documentaire) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
sam. 7 déc. 15 h à 17 h Buffon (5e) Scène ouverte : appel à candidatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
sam. 7 déc. 15 h Couronnes (20e) Rencontre avec le bédéiste Julien Lacombe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
sam. 7 déc. 15 h A. Malraux (6e) Projection : Vivement dimanche ! de François Truffaut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60
sam. 7 déc. 15 h F. Truffaut (1er) Projection-rencontre : Les accords de Yalta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52
sam. 7 déc. 15 h Oscar Wilde (20e) Lecture : migration, polar & architecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
sam. 7 déc. 15 h 30 M. Yourcenar (15e) Rencontre : La Revue dessinée ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
sam. 7 déc. 16 h M. Duras (20e) Projection Classified people . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
sam. 7 déc. 16 h BILIPO (5e) Conférence : le centenaire de la P.J. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33

75
Quand ? Infos pratiques
sam. 7 déc. 16 h Place des Fêtes (19e) Lecture : la poésie sud-africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
sam. 7 déc. 16 h J.-P. Melville (13e) Projection-débat : Công Binh, la longue nuit indochinoise . . . . . . . . . . . . . . . .29
mar. 10 déc. 19 h 30 M. Duras (20e) Projections-rencontre : Mine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
mer. 11 déc. 12 h F. Truffaut (1er) La pause documentaire : Trésors des poubelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24
jeu. 12 déc. 19 h C. Delbo (2e) Lecture musicale : Spectres, mes compagnons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
jeu. 12 déc. 19 h Faidherbe (11e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Décryptez le JT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
jeu. 12 déc. 19 h Parmentier (11e) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Premières fêtes des ados . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
jeu. 12 déc. 19 h G. Tillon (16e) Rencontre : Histoire de l’Afrique du Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
jeu. 12 déc. 19 h 15 F. Truffaut (1er) JEUDIS DE L’ACTUALITÉ Les jeux vidéo au cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
jeu. 12 déc. 19 h 30 Vandamne (14e) Rencontre : la fabrication d’une guitare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
ven. 13 déc. 19 h Hélène Berr (12e) Zinimo Zinimo Zi, contes d’Afrique de l’Ouest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
sam. 14 déc. 10 h Mouffetard (5e) Samedi du livre : la Voix verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27
sam. 14 déc. 10 h Place des Fêtes (19e) Déjouer les pièges du discours publicitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
sam. 14 déc. 15 h Hélène Berr (12e) La musique, ça me dit : découverte d’un instrument . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
sam. 14 déc. 15 h Saint-Éloi (12e) Spectacle bilingue langue des signes française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
sam. 14 déc. 15 h Oscar Wilde (20e) Rencontre : Jean-Claude Gallota . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
sam. 14 déc. 16 h C. Lévi-Strauss (19e) Conférence : le cinéma africain et sud-africain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
sam. 14 déc. 16 h Place des Fêtes (19e) Spectacle Fanta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
sam. 14 déc. 16 h M. Yourcenar (15e) Le goût du doc ! East Punk Memories . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
sam. 14 déc. 17 h 30 Louise Michel (20e) Rencontre musicale : DJ Mo Laudi et Bintou Simporé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
sam. 14 déc. 18 h M. Audoux (3e) La bibliothèque idéale de Frédéric Martin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
sam. 21 déc. dès 12 h F. Truffaut (1er) Le jour le plus Court : projections de courts-métrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52
sam. 28 déc. 16 h M. Audoux (3e) Projection : Kurdish lover . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
• Bibliothèques fermées : Baudoyer (4e),Aimé Césaire (14e), Benjamin Rabier (19e), Crimée (19e) réouverture le 19 novembre,
Sorbier (20e).

Crédits •
Une Photo de Sibongile Mbambo & 3, 20, 48 ©Patrick Gherdoussi p.4 & 12 Mike Nicol ©Annari van der Merwe p.5 •
• •
Appel à photo ©ra2 studio/Fotolia p.6 New York 1930 ©BHdV/Roger-Viollet p.7 Palerme 1914 ©BHdV/Roger-Viollet ; Rome Le
palais des études dans la Cité universitaire, vers 1935, Bibliothèque de l’Hôtel de Ville ©BHdV/Roger-Viollet p.8 Broche ©Céline Syl-
vestre ; collier de J. Stubler ©Mirei Takeuchi et 9 broche d’U. Kampfert ©Enrico Bartolucci ; collier d’U. Kampfert ©Matthieu Gau-

est édité par Paris bibliothèques • •
cher p.10 Espion J. Klee ©service historique de la Défense p.11 Machine Enigma pour coder les transmissions allemandes pen-
dant la Seconde Guerre mondiale ©collections DGSE ; couv. Une femme a trahi de Jean-Pierre Conty, couv. illustrée par Jacques Leclerc,
éd. Porte Saint-Martin (série Guerre secrète), 1952 ©éd. Porte Saint-Martin/Jacques Leclerc ; photo de Mata Hari, futur agent H21, dans
3, impasse de la planchette – 75003 Paris •
les années 1900 ©DR p.13 L. Mashile ©DR ; R. Kamker ©Simone Scholtz, affiche du film Classified People ©Plain chant ; photo du film
Tél. 01 44 78 80 50 •
Afrique du Sud, le grand pardon ©LCP/French Connection Films p.13 Panneaux villes africaines ©association Ubumi ; photo de Man-

dela ©DR ; photo de N. Xaba ©Sally Shorkend p.15 N. S. Ndebele ©DR ; couv. du livre ©éd. Autrement p.16 D. Hirson ©DR ; D. •
www.paris-bibliotheques.org •
Evans ©DR ; S. Tshabalala (et p. 47) ©Eugénie Martinez p.17 C. Ferey ©DR ; affiche de film ©DR ; photo du film Lettre de fin d’apar-

envue@paris-bibliotheques.org
• •
theid ©Les Films d’Ici, Senso Films p.18 Ster City ©Sean Hart ; Mo Laudi ©DR p.21 Photo performance B. Clarke ©DR ; B. Clarke
• •
©Jérôme Panconi p.22 Visuel jeux vidéo ©Fotolia p.23 Couv. du livre ©éd. Armand Colin ; visuels jeux vidéo ©Fotolia p.24
photo du film Trésors de poubelles ©Almadies Films ; photo du film Le dernier train ©Métropole Films Distribution ; photo de P. Rabhi ©Mont-

• •
champ p.25 affiche My left Foot et Kurdish lover ©DR p.26 Visuel Chine ©DR ; dessin de presse ©Chapatte/International Herald
Numéro 63 – nov.-déc. 2013 •
Tribune p.27 couv. livre ©éd. Belin ; photo mère et enfant ©DR ; photo du film Faits divers ©R. Depardon ; photo du film Travail au
• •
noir ©J. Skolimowski p.28 Photo de fête ©DR ; photo D. Pujadas déformé ©DR p.29 Illustration famille ©Fotolia ; affiche du

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Jean-Marie Borzeix



film Tu seras sumo ©Aloest Dist ; affiche du film Chine, le nouvel empire ©Arte Édition p.30 Photo de documentaire ©X. Jourdin ; photo

matière noire ©Scientifilms p.31 Photo micros ©Fotolia ; visuel Audio-description ©DR p.33 Photo du Quai des Orfèvres •
DIRECTRICE DE LA RÉDACTION : Carole Médrinal

©DR p.34 affiche du Mois du film documentaire ©Images en bibliothèques ; photo du film La mémoire obstinée ©P. Guzman ; photo

du film La Flaca Alejandra ©INA; photo du film Chile ©R. Depardon p.35 Photo du film Pinochet et ses trois généraux ©J. M. Berzosa ;

RÉDACTION : Service Communication de Paris



photo de L. Sebbar ©DR p.36 Photo Afrique du Sud ©association Ubumi-Shanaya/revue par Joëlle Dimbour p.37 C. Delbo ©DR ; •

couv. du livre ©éd. Anacharsis ; photo de F. Martin ©DR ; couv. de livre ©éd. Attila p.38 Dessin de Cocteau ©Comité Jean Cocteau ;
bibliothèques : Annabelle Allain, •
portrait de Stendhal par Johan Olaf Sodermark ©DR ; photo de Cortazar ©DR p.39 Robot à la loupe ©Julien Tromeur/Fotolia ; couv.

de livre ©ActuSF; photo Souria Adèle ©Cie Man Lala p.40 J.-H. Oppel ©DR ; affiche du film Zulu ©Pathé Distribution p.41 Photo •
Gérald Ciolkowski, Élise Le Corre, avec la de Fabrice Colin ©Daylon ; photo de C. Oumhani ©DR ; couv. de BD ©éd. Les requins marteaux p.43 Visuel ©Eka Panova/Foto- •
collaboration du service Action culturelle • •
lia p.44 P. Kouyaté ©Sophie Comtet ; M. Keita ©Roberto Fonseca p.45 C. Mbaw ©DR, K’Bossy ©DR ; R. Tchakounté ©Francis Ta-

kataka & www.stone-design.be ; A. Cissé ©DR p.46 Photo du film On the Rumba river ©J. Sarasin ; photo du film Tango Ya ba Wendo
(Linda Fardon, Pamela Jammes) •
©M. Popovitch & K. Mamgu Zinga ; Donso ©Donso p.47 Trio Frabana ©Olivier Perrin ; T. Midy ©DR p.48 Supreme Jika ©DR ; D. •

M. Condé ©DR p.49 Photo de concert ©Fotolia ; affiche de spectacle ©Théâtre de l’Athénée ; illustration D. Riey ©DR ; tango ©Foto-
et des bibliothécaires de la Ville de Paris • •
lia p.50 Portrait de Wagner ©DR ; Verdi ©DR ; guitare ©DR p.51 Mona lisa revue ©Fotolia p.52 Photo du film ©Pierre •

Crézé p.53 Affiche expo Art Déco ©Cité de l’Architecture et du Patrimoine ; vue de Florence ©Fotolia p.54 Femme dans l’escalier •
Ont collaboré à ce numéro : Mike Nicol, ©B. Portailler ; la main et le bouquet ©L. Narbo ; deux photos en bas (de gauche à droite) ©T. Glaser, F. Landon p.55 Photographe
en résidence et atelier de sténopé ©E. Schmitt-Richard; livres de photo ©Remi Coignet ; Kadavreski ©A Zawislak & JP. Velu ; photo de la

Yann Levenez •
bibliothèque ©DR p.56 Enfant ©Camille Gharbi ; photo du bas colonne gauche ©M. Oui ; photo Portraits de rêves ©Cybèle Desarnaults ;

Maquette : ZAOS (René Gonzalez)



photo Le monde à l’envers ©Sybille Bougault p.57 Couv. coll. Contacts ©Arte éditions ; La Quête d’inspiration ©Alexandre Des-

chaumes p.58 photo ©D. Roman ; illustration ©Sandra Dufour ; couv. de BD ©A. Gautelier/éd. E. Proust p.59 Couv. La Revue •
Imprimeur : Fabrègue •
dessinée ©La Revue dessinée ; affiche ©DR ; pochoir ©enfant7art p.60 Affiche L’adversaire ©DR p.62 S. Nordey ©DR p.63 • •
affiche Paris Banlieue Tango ©DR ; affiche Sale Petit Bonhomme ©DR ; photo Step out/2 ©DR ; Zinimo Zinimo Zi ©Omolei Dolo p.64 Jour- •
Régie publicitaire : IMRégie, Valérie Devay née du conte ©Arthur Rackham ; couv. de livre ©éd. Mauconduit ; affiche Fanta ©Compagnie Varsorio ; objet indien ©Fotopedia p.65 •
01 40 24 21 24 •
A. Caubet ©DR ; J.-C. Gallota ©DR p.66 Photo ©DR ; Manfred ©DR ; The Old Woman ©DR ; Les Mille et une Nuits ©À la folie théâtre ;
Ravel ©Artistic Athévains ; Dernier tour de piste ©@Le Collectif du K; Le baiser de la veuve ©Théâtre Douze p.67 Obo, le rêve d’un roi •
Diffusion : 35 000 exemplaires ©Virginie Meigne ; Le bal des intouchables ©Anne Rigot/conception graphique L. Ballesteros ; Dom Juan ©Plainpicture-Hollandse Hoogte.

ISSN : 1957-6811 Crédits jeunesse • •


p.I Photo ©Zaü p.II Photo ©Zaü ; affiche salon ©SLPJ ; affiche du film Mandela ©Pathé distribution p.III •

Gravure ©Vilhelm Pedersen ; photo origami ©Slashman ; illustration Africain ©DR p.IV Photo ampoule ©DR ; photo Akonio Dolo ©A.
Dolo ; image film ©Danny De Vent ; visuel musiciens ©Isabelle Caillard; photo module Marcel ©Paris bibliothèques p.V ©Photo Naomi •
Canard ©N. Canard; photo Clémence Roy ©Cie Ordinaire ; photo Aurélie Loiseau ©DR p.VI Visuel Alphabécédaire ©Paris biblio- •
thèques/Alix Romero ; visuel sténopé ©Lisa Rossi ; photo Lazare Minoungou ©Emmanuel Delaloy ; dessin contes ©DR p.VII Photo
personnage en papier ©Patrick Pasques ; photo ours en papier ©Patrick Pasques ; visuel homme/femme ©DR ; photo Naomi Canard ©N.


Canard p.VIII Photo Gumboot ©DR ; photo danse ©Atelier de Paris-Carolyn Carlson ; visuel manga ©Fotolia p.IX Photo livre 3D •
LICENCES D’ENTREPRENEUR DE SPECTACLES : •
©Eva Vincze ; visuel mains ©DR ; photo Mr Potatoes ©DR p.X Photo Catherine Ahonkoba ©C. Ahonkoba ; street art manga ©Format-
2-1057029 et 3-1057030 •
brain ; visuel marionnettes ©Cie Les Asticoteurs p.XI Visuel sapin ©DR ; Naomi Canard ©N. Canard; visuel mercredis Vidéo clic

©DR p.XII Couverture CD Zinimo Zinimo Zi ©Akonio Dolo ; couverture Goûters philo ©éd.Milan p.XIII Image Les Contes de la nuit •
Parisbibliothèques, association à but non lucratif
©Michel Ocelot ; visuel Fête des pieds et des mains ©DR ; Dessin Doudou ©Hugo Berthus p.XIV Photo instrument ©Cie Histoire de •
sons ; couverture Des bébés, des livres ©Paris bibliothèques ; photo carte ©DR ; photo tapis à histoires ©Claude Boujon/Paris biblio-
sous contrat avec la Mairie de Paris, produit les •
thèques p.XV Image Astérix ©Laurent Tirard; photo Klee ©Cie Carré blanc sur fond bleu ; Photo Taxi conteur ©Adama Adepoju ; des-
expositions et les animations des bibliothèques de •
sin manga ©Megane Nguyen ; photo poupées ©Pascale Lemonizp p.XVI Photo mains ©Clicpostal ; photo d’enfant ©Signepetitloup ;

photo d’ombre ©A. Fontalive ; photo atelier ©Petitgirondin p.XVII Photo N. Canard ©DR ; illustration girafe ©Anna Fléau ; Mordus
la Ville de Paris, édite et diffuse leurs publications. •
du polar ©Fotolia p.XVIII Une du supplément En Vue : graphiste Line Célo sur un dessin de Martine Bourre.

•Vos réactions, vos remarques, vos suggestions, dans notre boîte aux lettres : envue@paris-bibliotheques.org

76
8
© ÉDITIONS SOLEIL / GUÉNO / COLLEC TIF

a n ts a d aptés en b ande dessinée


stalgiqu es et p o ig n Nouveauté :
no
Des témoignctiaonges
:
Dans la même colle
IRIE
N L IBRAEMBRE
E 3 NOV
E1
L

e Paroles d’École
Paroles de la guerr
Paroles
Paroles d’Algérie
, tomes 1 et 2 d’Étoiles
Paroles de Poilus deVerdun