Vous êtes sur la page 1sur 7

LECON 13

21 - 27 septembre

Le réveil promis: accomplissement de la mission de Dieu

SABBAT APRÈS-MIDI

Étude de la semaine: Mt 28.18-20; Jc 5.7, 8; Za 10.1; Mt 3.11; Ap 18.1; 19.11-16.

Versets à mémoriser: « Prenez donc patience, frères, jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voici que le laboureur attend le précieux fruit de la terre, plein de patience à son égard, jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière-saison » (Jc 5.7, 8, Segond révisée à la Colombe)

Prêcher l’Évangile au monde entier dans le cadre du message des trois anges peut paraître un défi impossible à relever. Même si l’Église adventiste se développe rapidement, elle ne parvient pas à suivre l’augmentation du nombre d’habitants. Il existe dans le monde de nombreuses régions où le nom d’« adventiste » n’est pas connu (et notre message encore moins).

C’est là un fait qui conduit à se poser des questions sérieuses. Est-il possible, en l’espace de cette génération, de prêcher l’Évangile au monde entier ? Va-t-il se produire un événement exceptionnel qui permettra d’accélérer d’une manière spectaculaire la proclamation du message des trois anges ? Il faut toujours garder cela à l’esprit quand on discute de ce sujet: cette mission est celle de Dieu, alors il la mènera à bien. N’oublions pas, cependant, que nous avons été appelés à jouer un rôle essentiel dans cette œuvre finale.

* Etudiez la leçon de cette semaine pour le sabbat 28 septembre.

DIMANCHE 22 septembre

La puissance promise

Le grand mandat du Christ de Mt 28.18-20 s’accompagne d’une remarquable promesse. Que signifie-t-elle concrètement? Quel réconfort y puiser? Pourquoi revêt-elle un intérêt majeur pour nous?

Les disciples prêchaient, non en s’appuyant sur leurs propres forces, mais sur la puissance du Christ. D’après Paul, en fait, l’Evangile a été prêché « à toute la création sous le ciel » en seulement quelques années (Col 1.23). Même si l’on peut s’interroger sur le sens exact de ces paroles, il est indéniable que l’Evangile a eu un impact puissant sur la société du 1er siècle. Il a changé le monde. Le Christ avait promis à ses disciples: « Moi, j’envoie sur vous ce que mon Père a promis »; il leur a également promis qu’ils seraient « revêtus de la puissance d'en haut » (Lc 24.49). Le Sauveur avait ajouté: « Mais vous recevrez de la puissance quand l’Esprit saint viendra sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et en Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.» (Ac 1.8)

Quels que soient les défis à relever, la promesse de Dieu est certaine. La déclaration de Jésus selon laquelle « cette bonne nouvelle du Règne sera proclamée par toute la terre habitée; ce sera un témoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin » (Mt 24.14) est une promesse fiable. Il semble impossible de proclamer l'Évangile sur la terre entière, mais la puissance de Dieu surmontera tous les obstacles. Tous les habitants de la planète terre auront l’occasion d’entendre et de comprendre le message d’amour et de vérité de Dieu avant le retour du Seigneur (Voir Ap 18.1).

« J’ai vu des anges voler rapidement çà et là dans le ciel, descendre sur la terre, puis remonter au ciel, préparant l’accomplissement de quelque événement important. Ensuite j’en vis un autre, puissant, envoyé sur la terre pour joindre sa voie au troisième ange, afin de donner force et puissance à son message. Cet ange était doué d’une grande puissance et environné de gloire. Lorsqu’il descendit sur la terre, celle-ci fur éclairée de sa gloire. La lumière qui l’accompagnait pénétrait partout. » — Ellen WHITE, Premiers écrits, « Le grand cri », p. 277.

Dieu achèvera son œuvre. Il répandra son Esprit avec puissance et accomplira quelque chose qui semble humainement impossible à planifier.

Comment être, au sein de votre entourage, un témoin plus efficace pour le Seigneur? Qu’allez-vous entreprendre pour voir la réalisation de Mt 24.14?

LUNDI 23 septembre

Les pluies de la première et de l’arrière-saison

Dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, le symbolisme de l’eau est employé pour

représenter le Saint-Esprit. Le prophète Ésaïe cite ces paroles du Seigneur: « Je répandrai

des eaux sur l’assoiffé [

Ésaïe utilise une figure de style courante en hébreu, appelée parallélisme. La seconde partie

du passage explique la première. Le prophète Joël fait également appel au symbolisme de l’eau. Dieu promet d’arroser les champs d’Israël, puis il déclare:« Après cela, je répandrai mon souffle sur tous » (Jl 3.1). Jésus utilise le symbolisme de l’eau pour représenter le Saint-Esprit (Jn 7.37-39).

]

je répandrai mon Esprit sur ta descendance » (Es 44.3, TOB).

Quels sont les deux symboles employés dans chacun des textes suivants pour parler de l’effusion du Saint-Esprit? Jl 2.21-24; 3.1-5; Jc 5.7, 8. Comment devons- nous en comprendre le sens?

Aux temps bibliques, labours et semis commençaient à partir de la mi-octobre, au moment des premières pluies. Ces pluies faisaient germer la semence et croître le jeune plant. La pluie de l’arrière-saison tombait à la fin du printemps, amenant le grain à maturité. Les moissons de l’orge et des autres céréales avaient lieu au printemps, suivies par la récolte des fruits en été et en automne.

Dieu fait appel au symbolisme des pluies de la première et de l’arrière-saison de deux façons. La première pluie de l’Esprit s’est répandue sur les disciples à la Pentecôte pour que la mission chrétienne soit entreprise. La pluie de l’arrière-saison se répandra sur l'Église de Dieu à la fin des temps pour que sa mission s'achève sur la terre. Le terme de première pluie se réfère également à l’œuvre quotidienne de l’Esprit de Dieu qui convainc, instruit, guide et fortifie chaque croyant. La pluie de l’arrière-saison est un terme utilisé pour designer une effusion spéciale de l’Esprit qui se répandra sur l’Eglise du Christ juste avant son retour.

« Par l’image de la pluie de la première et de l’arrière-saison, qui tombe dans les pays orientaux à l’époque des semailles et de la récolte, les prophètes hébreux prédirent une ondée sans précédent de la grâce sur l’Eglise de Dieu. L’effusion de l’Esprit aux jours des apôtres, c’était la pluie de la première saison dont les résultats furent merveilleux [ ]

Mais vers la fin de la moisson du monde, une effusion spéciale des grâces divines est promise à l’Eglise pour la préparer en vue de l’avènement du Fils de l’homme. Cette effusion de l’Esprit est comparée à la pluie de l’arrière-saison c’est pour l’obtenir que les chrétiens doivent adresser leurs requêtes au Maître de la moisson, et “demander à l’Éternel la pluie du printemps”. — Ellen WHITE, Conquérants pacifiques, « Le don du Saint-Esprit », p. 49.

MARDI 24 septembre

Les conditions préalables à la pluie de l’arrière-saison

Qu’indiquent les textes suivants sur la préparation indispensable à une abondante effusion de l’Esprit ? Ac 1.14; Za 10.1 ; Ac 3.18-20; 4.31; Ps 119.25; Jn 6.63.

Les Ecritures nous invitent à prier Dieu pour qu’il envoie le Saint-Esprit (Lc 11.13). Les disciples croyant en la promesse divine, attendaient ensemble dans l’unité sa réalisation et priaient pour qu’il y ait une effusion de l’Esprit (Ac 1.8, 14). Dieu nous demande de prier, non parce qu’il ne désire pas nous accorder son Esprit, mais parce que nous ne sommes pas prêts à le recevoir. Lorsque nous prions, Dieu œuvre dans notre cœur pour nous conduire à une repentance plus profonde. Prier en petits groupes avec d’autres membres d’Église favorise l’unité et la communion fraternelle. La prière comme l’étude de la Bible nous préparent à être réceptifs au ministère du Saint-Esprit dans notre vie.

Quelle est la conséquence naturelle d’un réveil spirituel dans notre vie? Qu’entraînent tout réveil spirituel et toute réforme? Ps 51.12-15; Ac 4.13, 20; 5.33;

8.4.

Tout réveil spirituel et toute réforme authentique conduisent au souhait ardent de témoigner. Lorsque nos cœurs sont remplis de reconnaissance pour tour ce que Jésus a fait pour nous, alors, comme Pierre et Jean, « nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu » (Ac 4.20). L’effusion de l’Esprit lors de la première pluie le jour de la Pentecôte a permis aux disciples de témoigner efficacement. Leur témoignage a été d’une telle puissance qu’à Thessalonique, une foule indisciplinée s’est écriée avec frayeur :

« Ces gens qui ont bouleversé toute la terre habitée sont maintenant ici » (Ac 17.6).

Tout comme l’effusion de l’Esprit le jour de la Pentecôte a permis aux disciples d’être de formidables témoins pour leur génération, l’effusion de l’Esprit lors de la pluie de l’arrière-saison permettra à l’Église du Christ de toucher le monde entier durant la dernière génération. Il ne faudra pas moins que la puissance de la pluie de l’arrière-saison pour compléter la mission de Dieu sur terre — or, c’est ce que Dieu offre! Le don le plus précieux du ciel nous est offert de façon illimitée afin que s’accomplisse l’œuvre la plus urgente et la plus considérable jamais confiée à son Eglise.

Les premiers disciples ont bouleversé le monde par leurs prédications et leurs témoignages. Pourquoi ne dirait-on pas la même chose de nous?

MERCREDI 25 septembre

Un baptême de feu

On trouve dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament divers symboles comme l’eau, le vent et l’huile pour décrire l’œuvre du Saint-Esprit. Jean-Baptiste ajoute une autre image, celle du feu (Mt 3. 11; Lc 3.16).

Nombreux sont ceux qui ont mal compris la déclaration de Jean. Il n'est pas dit dans ces passages : « Lui vous baptisera dans l’Esprit saint ou le feu », mais : « Lui vous baptisera dans l’Esprit saint et le feu. » (C’est nous qui soulignons). La seconde expression et le feu explique la première: « Lui vous baptisera dans l’Esprit saint ». Le baptême du Saint-Esprit est un baptême de feu. Le terme baptême est utilisé quatre-vingts fois dans le Nouveau Testament et se réfère à une immersion totale.

Redécouvrez les passages suivants et décrivez ce que le symbolisme du feu représente dans la Bible. Ex 3.2-4; 24.17; 1 R 18.24; Ml 3.2, 3; Ac 2.1-4; He 12.29.

Le symbolisme du feu représente la gloire, la présence et la puissance de Dieu s’exprimant par le ministère du Saint-Esprit. Être baptisé de feu revient à être environné de la gloire de la présence divine par l'effet du Saint-Esprit afin de pouvoir témoigner de sa puissance. Moïse a rencontré Dieu au buisson ardent, puis il s’est éloigné de la gloire de sa présence pour rendre témoignage au pharaon. Sur le mont Carmel, Elie a témoigné devant Israël, environné de la gloire ardente de Dieu. Lorsque des langues de feu sont apparues le jour de la Pentecôte, les disciples ont témoigné en des langues qu’ils ne connaissaient pas auparavant. Le baptême du Saint-Esprit est une immersion dans la présence et la puissance de Dieu afin de pouvoir témoigner de sa gloire de manière efficace. De nouveau, dans les derniers jours de l’histoire de la terre, le peuple de Dieu sera baigné de sa présence, rempli de sa puissance et envoyé dans le monde pour témoigner de sa gloire.

La terre sera remplie de la gloire de Dieu. « Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire du SEIGNEUR comme les eaux recouvrent la mer » (Ha 2.14). Au cours d'une vision prophétique, Jean a vu un messager angélique descendre du ciel et la « terre fut illuminée de sa gloire » (Ap 18.1).

La gloire et le caractère aimant de Dieu seront révélés au monde par la puissance du Saint-Esprit à un monde en attente et devant tout l’univers. Tous, sur la planète terre, auront l'occasion d’entendre et de comprendre le message de Dieu des derniers temps.

La gloire et le caractère aimant de Dieu seront révélés an monde. Comment démontrer une telle gloire des à présent an sein de votre cercle de relations ? Qu’est-ce que cela va exiger de vous?

JEUDI 26 septembre

La fin du grand conflit

Le livre de l’Apocalypse tout entier pourrait être résumé en ces quelques mots: Jésus est vainqueur, Satan en vaincu.

Lisez Ap 12.17; 17.13, 14; 19.11-16 Quel est le message central de ces textes?

Quelle bonne nouvelle! Ce même Jésus qui a vaincu Satan sur la croix reviendra; il triomphera des puissances infernales et mettra définitivement fin au mal (Ap 19.19-21; Ez 28.18, 19). Le mal n’aura pas le dernier mot. La pauvreté et la malveillance n’auront pas le dernier mot, ni le mal-être et la souffrance, ni le chaos et le crime, ni la maladie et la mort.

C’est Dieu qui aura le dernier mot.

En attendant, le Père, le Fils et le Saint-Esprit font tout ce qui est en leur pouvoir pour toucher tous les hommes. Le cœur de Dieu souffre devant ce monde perdu. Bientôt, le peuple de Dieu révélera au monde, par son témoignage oral et par ses œuvres, la grâce et la vérité étonnantes de Jésus.

Bien sûr, Satan fera son possible pour s’opposer à ce témoignage. Une dernière crise aura lieu. Jésus répandra son Esprit avec la puissance de la pluie de l’arrière-saison et l’œuvre de Dieu sur terre prendra fin.

« Les serviteurs de Dieu, le visage illuminé et rayonnant d’une sainte consécration, iront de lieu en lieu proclamer le message céleste. Des milliers de voix donneront cet avertissement dans le monde entier. Des miracles auront lieu, des malades seront guéris, et des signes et des prodiges accompagneront les croyants. »— Ellen WHITE, Le grand espoir, « L’avertissement final » p. 449.

L’œuvre de Dieu sur la terre s’achèvera. Jésus reviendra. Le ciel et la terre tout entiers se réjouiront. Il n’existe pas de priorité plus grande dans la vie que celui de vivre un réveil de la grâce divine chaque jour et d’inviter le Saint-Esprit à nous rendre semblables à Jésus (1 Jn 3.1-3).

Notre monde s’effondre. Qui ne peut le constater ? Existe-t-il quelque chose de plus fondamental que d’ouvrir son cœur à Jésus et plaider pour la réalisation du réveil et de la réforme si indispensables, non seulement pour chacun de nous, mais aussi pour l’Église tout entière? Que se passerait-il si nous lui soumettions complètement notre cœur et si nous nous consacrions totalement à proclamer son message dans le monde?

VENDREDI 27 septembre

Pour aller plus loin : « Ce message sera prêché non pas tellement par la force des arguments, mais par la conviction profonde produite par l’Esprit de Dieu. Les raisonnements ont été présentés. La semence a été semée. Maintenant, elle doit germer et produire son fruit. Les publications diffusées par les ouvriers missionnaires ont exercé leur influence. Cependant, beaucoup de personnes dont l’esprit a été obscurci ont été empêchées de comprendre pleinement la vérité ou de s’y conformer. Maintenant, les rayons de lumière pénètrent partout. La vérité est perçue dans toute sa clarté, et les enfants de Dieu honnêtes briseront les chaines qui les maintenaient prisonniers. Leurs relations familiales et ecclésiales seront alors impuissantes à les retenir. La vérité leur sera plus précieuse que toute autre chose, et en dépit des agents ligués contre elle, un grand nombre de personnes prendront position pour le Seigneur. » — Ellen WHITE, Le grand espoir, « L’avertissement final », p. 449.

A méditer

• Dans la citation ci-dessus, Ellen White écrivait: « Ce message sera prêché non

pas tellement par la force des arguments, mais par la conviction profonde produite par l’Esprit de Dieu. » Discutez du sens de ces lignes en classe. Que ne signifie-t- elle pas? En effet, notre message est tout à fait logique, raisonnable et possède de puissants arguments en sa faveur. Comment comprendre alors cette déclaration d’Ellen White?

• Quelles sont, pour l’Église de Dieu actuelle, les applications spirituelles des promesses données par le Seigneur à son peuple dans l’Ancien Testament? Dt 11.13-18; Os 6.1-3; 10.12.

• Le Dr Stephen Hawking, l’un des plus grands scientifiques du monde entier,

traitait l’idée d’une vie après la mort d’« histoire fantaisiste pour personnes effrayées par l’obscurité ». En quoi une telle déclaration montre-t-elle combien notre message est essentiel et chargé d’espoir pour un monde qui ne connait ni Dieu ni son amour?

• Même si nous ne savons pas quand le Christ reviendra, nous aspirons à son

retour, à la fin de ce monde malade du péché et au commencement d’un nouveau monde sans péché. Aussi, nous croyons en l’influence importante d’un réveil et d’une réforme pour nous en tant que peuple, et c’est pourquoi nos dirigeants nous y exhortent. En fait, réveil et réforme sont avant tout l’œuvre du Saint-Esprit en nous, œuvre qui n’est possible que si chacun de nous fait le choix délibéré de s’abandonner de tout son cœur, de toute son âme et de tout son esprit au Seigneur. Comment, sans juger autrui ni se comparer aux autres, s’encourager mutuellement à se préparer à l’œuvre du Saint-Esprit dans notre vie?