Texte 3

:

L’avenir se joue maintenant !

Texte d’orientation présenté par Agir en Jeunes socialistes,

Hugo GOUYSSE (BN) et,

Ghilès AKROUNE (AF 71), Pauline BLANC (AF 82), Christian BRUGEROLLE (BN), Aline FERRIERE (AF 21), Aykel GARBAA (AF 49), Guillaume GOUFFIER-CHA (AF 94), Sébastien JEHANNO (AF 56), Guillaume KLEIN (CNA), Aurore LUSSO (AF 30), Guillaume MENIER (AF 22), Jérémy PINTO (BN), Sarah TAILLEBOIS (BN)

11e au des

SOMMAIRE
Réinventons nos modèles de développement ............................................................................................................... 5
-Pour une prise en compte efficiente des échelles de gouvernance..................................................................................... 5 Porter nos valeurs et notre méthode à tous les niveaux de décision................................................................................................................ 5 Agissons au niveau mondial ........................................................................................................................................................................................................................................................6 L’Europe, actrice de la mondialisation.............................................................................................................................................................................................................................6 Pour une Europe du progrès social et du respect des peuples......................................................................................... 8 Changeons le rôle de l’Etat ........................................................................................................................................................................................ 9 -Repensons notre modèle de production ...................................................................................................................... 10 Améliorer la compétitivité de nos entreprises par une réforme structurelle...................................................................................... 10 Penser une société de l'innovation ............................................................................................................................................ 11 Encart : Pour une politique du plein emploi .......................................................................................................................... 12 La compétitivité par la transition écologique .................................................................................................................................................................................................. 13 -Permettre l’émancipation de chacun.............................................................................................................................. 16 Repenser l’Ecole de la République ............................................................................................................................................. 16 Encart : L’intégration scolaire des enfants en situation de handicap ................................................................... 17 L’application réelle des 35 heures, un facteur déterminant de la qualité de vie .......................................... 19 Encart : Bien vivre son travail .......................................................................................................................................................... 20 « Il nous faudra reprendre en main nos villes » ................................................................................................................ 21 Une nécessaire consultation des citoyens sur la transition écologique ............................................................. 23

Réinventons notre modèle de société ............................................................................................. 25
-Mettre fin aux exclusions ...................................................................................................................................................... 25 Faire l’égalité femmes – hommes ...................................................................................................................................................................................................................................25 Penser les politiques du handicap ................................................................................................................................................................................................................................. 28 Faire la réforme pénale en mettant l’humain au cœur du débat ..................................................................................................................... 30 -Le vivre-ensemble, ciment du pacte national ............................................................................................................ 31 La mixité, un combat dans tous les domaines ....................................................................................................................................................................................... 31 Encart : Freiner le développement périurbain ............................................................................................................................................................................................. 32 Faire la mixité intergénérationnelle ......................................................................................................................................................33 Encart : Pour un service civique obligatoire..............................................................................................................................................................................................................3 4 Encart : La culture comme vecteur du vivre-ensemble .............................................................................................................................................................. 35 Justice et sécurité, les piliers du vivre ensemble...........................................................................................................................35 -Le progrès dans le respect de chacun ........................................................................................................................... 37 Une République laïque et exemplaire......................................................................................................................................................................................................................37 Encart : Révisons la loi sur la bioéthique................................................................................................................................................................................................................ 38 Portons la légalisation de la PMA et de la GPA...................................................................................................................................................................................... 39 Encart : Pour un encadrement légal de l’assistance sexuelle ..................................................................................................................................... 40 Mettre fin à la prohibition de la prostitution ................................................................................................................................................................................................. 40 Encart : Une alternative à la politique répressive des drogues ................................................................................................................................ 41
Page 2 sur

11e au des

Changer la politique pour redonner confiance ............................................................................ 42
-Repenser nos institutions...................................................................................................................................................... 42 Rapprocher le pouvoir des citoyens ................................................................................................................................ 42 Rénover notre République .................................................................................................................................................... 42 Encart : Pour un véritable statut de l’élu .................................................................................................................................. 43 Une décentralisation plus ambitieuse .......................................................................................................................... 44 Encart : Renforçons les intercommunalités ............................................................................................................................ 47 -Le citoyen, un acteur à part entière du changement.............................................................................................. 49 Etre citoyen, une action quotidienne .............................................................................................................................. 49 L’action locale citoyenne ....................................................................................................................................................... 50 Encart : Droit au congé citoyen : un outil pour la participation de tous .............................................................. 51 Citoyen français, donc citoyen européen .................................................................................................................... 52 -Le Mouvement des jeunes socialistes, au cœur du changement................................................................... 53 Rénovons notre organisation .............................................................................................................................................. 53 Encart : Plus concrètement, que faire ? ........................................................................................................................... 54 Lutter contre l’extrême droite ............................................................................................................................................... 56

CONCLUSION ............................................................................................................................................ 58 PLAN D’ACTION NATIONAL ................................................................................................................... 59

Page 3 sur

11e au des

A l'heure de son 11e congrès, notre organisation fête ses 20 ans. La gauche, la France et le monde ont beaucoup changé depuis la date à laquelle Michel Rocard a choisi de donner aux jeunes socialistes une autonomie nouvelle. Notre mouvement peine parfois à suivre le rythme de ces mutations dont tous les jeunes de gauche sont pourtant bien conscients.

La conquête du pouvoir nous oblige. Les socialistes sont désormais en responsabilité dans de nombreux territoires et dirigent ou participent à beaucoup de gouvernements européens, y compris en France depuis la dernière élection présidentielle. Notre rôle est de se saisir du changement en cours, de lui donner du sens et de l'accompagner de toutes nos forces. A l'aube des élections européennes, notre ambition est aussi de rendre possible, rassemblés avec nos camarades socialistes et sociaux-démocrates européens, un vrai tournant politique en Europe.

Nous ne le dirons jamais assez : les mutations en cours sont profondes. La mondialisation et son impact dans les territoires, le nouvel usage des technologies de l'information et de la communication, et l'évolution du rapport à la politique interrogent à la fois notre militantisme et nos politiques. Il nous faut renouveler nos modes d'actions et faire de la politique autrement pour répondre aux nouvelles aspirations des jeunes. Nous appelons notre génération à faire le choix de l'engagement pour retrouver confiance dans son avenir.

C'est en prenant la mesure des inquiétudes que partagent beaucoup de Français que nous lutterons efficacement contre les populismes de tous bords. Les réformes sont la seule réponse au pessimisme ambiant ; elles sont aussi la seule manière d'emprunter le chemin du progrès en accompagnant les mutations à l'œuvre.

Notre ambition est de refaire du MJS un laboratoire d'idées. Réinventons de nouveaux modèles de développement, conformes à nos valeurs et à nos méthodes, pour allier au renouveau de la production celui de nos modes de vie. Repensons aussi nos modèles de société, grâce à de nouvelles politiques de l'égalité et en promouvant de nouvelles réformes sociétales. Renouvelons enfin le rôle du politique en repensant nos institutions, en réimpliquant les citoyens à tous les niveaux de décision, et en engageant la refondation de notre mouvement.

Ce Congrès est l'occasion de rappeler inlassablement le chemin à suivre : le fédéralisme européen, la régulation de l'économie de marché, l'éthique en politique, la défense de la République et celle des individus.

Page 4 sur

11e au des

Réinventons nos modèles de développement
A. Pour une prise en compte efficiente des échelles de gouvernance

Porter nos valeurs et notre méthode à tous les niveaux de décision
En chaque point du globe, toutes les transformations à l’œuvre sont désormais affectées par des phénomènes mondiaux. Pour les jeunes socialistes, comprendre les ressorts de ces transformations est une condition de notre engagement. Si nos territoires sont pour beaucoup le point de départ de notre militantisme, la mondialisation nous oblige à considérer les enjeux à une échelle plus vaste. L'accélération des échanges économiques, démographiques et culturels crée un monde d'opportunités immenses, tant le champ des possibles s'élargit ; mais aussi d'interdépendances mutuelles et permanentes. Souvent, les objets de notre quotidien ont ainsi traversé plusieurs pays différents pour leur fabrication, et nos salaires sont en partie payés par le revenu de personnes qui résident à plusieurs milliers de kilomètres de nos villes. La mondialisation est invoquée lorsque son impact est le plus visible, par exemple lors de licenciements, mais elle est indissociable de notre vie quotidienne. Dans le même temps, nous sommes conscients que le changement climatique s'impose comme une réalité tangible et incontestable. L'instabilité croissante du climat et l'augmentation de la fréquence des catastrophes naturelles en témoignent. Selon le GIEC (Groupement indépendant des experts sur le climat), d'ici 2100, la température moyenne pourrait ainsi augmenter de 5°C, et le niveau des eaux monter de près d'1 mètre. Enfin, les migrations constituent jour après jour une réalité de plus en plus concrète pour toutes et tous. Au-delà de la problématique des réfugiés, les migrations sont avant tout liées aux mutations économiques. N’oublions pas toutefois que la réalité est souvent plus complexe que cette trame générale. Une part importante des migrations internationales est ainsi réservée aux couches sociales favorisées des pays dont elles sont issues. En Europe, la question rom nous montre par ailleurs que chaque migration est spécifique tant celle-ci est le produit d'un contexte historique, politique, social et économique bien particulier.

Nous voulons inscrire nos prises de positions dans la réalité du monde d’aujourd’hui, sans renier la réalité des effets de la mondialisation sur notre quotidien et sans nier la nécessité de rechercher des solutions à certains problèmes (emploi, migrations, réchauffement climatique, …etc.) à l’échelle mondiale et européenne.

Page 5 sur

11e au des

Agissons au niveau mondial
Face aux mutations, deux tentations existent. La première tentation, celle du rejet en bloc du « système », repose sur la théorie d’un effondrement inéluctable, face auquel faire table rase serait la seule réponse possible. Dangereusement simplificatrice, cette théorie masque le fait que les crises successives se manifestent de différentes manières en chaque point du globe. Ainsi l'Europe connait-elle plusieurs années de récession, quand le reste du monde connait la reprise – la croissance économique est par exemple de 8% par en Chine et de plus de 10% par an dans certains pays d'Afrique ou d'Asie. La thèse de l'effondrement s’accompagne aussi trop souvent d’une nostalgie malvenue, car on ne peut répondre aux problèmes d’aujourd’hui avec les solutions du passé. La seconde tentation est celle de l’isolationnisme. Qu’elle se manifeste par le nationalisme et l’isolement culturel, par le protectionnisme économique, ou par le renoncement à une politique extérieure, elle implique de nous résigner à n’agir que sur ce que nous maîtrisons. C'est l'option du renoncement et du déclin. Dans les deux cas, une même faute : le refus d’affronter la complexité du monde. Pour les socialistes, comprendre et analyser les défis qui se présentent n’est pas un détour sur le chemin qui mène à la transformation de la société. Elle est au contraire le passage obligé de l’action réformiste, et ce à tous les niveaux.

Nous refusons l’isolationnisme et les visions révolutionnaires simplistes prétendant qu’un rejet en bloc du système serait la solution. Le changement ne peut se faire que par le réformisme, c’est-àdire en tenant compte de la complexité du monde et par des améliorations successives.

L’Europe, actrice de la mondialisation
Notre vision est celle d'une Europe ouverte sur le monde, qui mène une politique cohérente fondée sur une approche globale des enjeux et sur des valeurs universelles. L’Union Européenne doit parler d'une voix forte et unie car les nations, prises individuellement, seront bientôt inaudibles face aux Etats-Unis et face aux géants du monde émergé. En alliant la force de l’exemplarité à une vision moderne du développement, nous nous inscrirons dans la droite ligne des combats du socialisme démocratique et ferons renaître une fierté d'être européen. La protection et la promotion des droits humains doivent être au cœur de la construction européenne. L'incapacité des Européens à parler d'une voix unie lorsque des drames se déroulent aux portes ou à l'intérieur même du continent met en danger la parole européenne. Celle-ci est alors concurrencée par d'autres visions, telles que le néo-isolationnisme aux Etats-Unis, ou celle du Parti communiste en Chine, dont la doctrine incite les cadres du Parti à lutter contre les valeurs universelles prônant les droits de l'homme, ou encore contre la société civile et les droits des citoyens.

Page 6 sur

11e au des

Chaque échec économique renforce la crédibilité des cyniques et des nationalistes. Sachons plutôt allier le pragmatisme à l'ambition. On peut assumer de devoir soumettre un discours humaniste à des impératifs stratégiques si l'on mène par ailleurs une politique cohérente de protection et de promotion des droits humains. Plutôt que de se restreindre au champ des relations internationales, celle-ci doit intégrer une dimension économique, car l'Europe du marché commun n'est pas celle du fondamentalisme de marché. Instaurons un régime de responsabilité sociale et environnementale des entreprises de l'UE pour que les acteurs économiques européens ne puissent plus être complices - voire directement responsables - de violations et d'exactions qui sont parfois la cause de l'extrémisme, du terrorisme et de la piraterie. A titre d’exemple, la piraterie somalienne est ainsi une conséquence de la sur-pêche étrangère et de la perturbation des activités de pêche traditionnelle liée à la route maritime du Golfe d’Aden. Au nom du pragmatisme, donnons-nous également les moyens de nos ambitions en créant l'Europe de la défense. L'histoire récente nous enseigne que s'il n'y a pas de gendarme du monde, chaque puissance peut contribuer à construire un monde plus sûr. La puissance militaire est le complément naturel d'une diplomatie commune, qui devra se traduire par une représentation proprement européenne au Conseil de sécurité de l'ONU et une meilleure représentation de l’Afrique et de l’Amérique du Sud. Enfin, construire une Europe démocratique permettra de promouvoir ce modèle unique d'intégration régionale comme une solution possible pour d'autres continents. Nous plaçons beaucoup d'espoir dans le sommet de Paris, qui se déroulera en 2015, mais l'échec de Copenhague a montré les limites du multilatéralisme. Favoriser la constitution de pôles régionaux, que ceux-ci imitent ou non l'architecture des institutions européennes, permettra d'ouvrir de nouveaux chantiers au niveau mondial. L'Europe doit être exemplaire pour inciter d'autres nations à poursuivre cette voie. Conformément à son rôle originel, l’ONU doit se concentrer sur la sécurité collective, tandis que les organisations régionales assureront l’essentiel du soutien au développement.

Nous voulons une Europe Forte. Forte car unie, Forte car elle place la protection et la promotion des droits humains au cœur de ses priorités, Forte car elle contraint les entreprises européennes à la responsabilité sociale et environnementale, Forte par une Europe de la Défense et enfin Forte par une Europe plus démocratique. Cette Europe Forte est une condition sine qua none pour porter dans le monde les changements que nous voulons et que la France n’a pas le pouvoir de porter seule.

Page 7 sur

11e au des

Pour une Europe du progrès social et du respect des peuples
Rappelons d'abord que notre action européenne est guidée par le respect des peuples. François Hollande a fait de la croissance une priorité. En réponse à la crise des dettes souveraines et à la récession, il est urgent d'accélérer le mouvement vers la coordination des politiques économiques, avec l’instauration d’un gouvernement économique de la zone euro et la mise en place d’une véritable harmonisation fiscale. Il faudra de surcroît soutenir la compétitivité des entreprises européennes par des politiques industrielles nouvelles. Entre 2008 et 2011, les G20 de coordination des politiques d’expansion budgétaire ont même prouvé qu’une démarche globale est possible en la matière.

L’Europe que nous voulons est celle du progrès social. Nous militons pour l’accès pour tous aux soins médicaux de base, pour un minimum vieillesse européen et pour un salaire minimum européen calculé en fonction du niveau de vie de chaque pays. Nous militons aussi pour la portabilité des droits acquis d’un pays à un autre, car elle est essentielle pour favoriser la mobilité des travailleurs et faire ainsi vivre l’Europe. L’Union doit aussi inventer de nouveaux mécanismes de solidarité entre les peuples européens : c'est pourquoi nous proposons la création rapide d’une assurance-chômage européenne, en mutualisant une partie du financement de cet instrument de stabilisation économique, et en l’orientant vers la formation des chômeurs. Pour construire une Europe solidaire, nous sommes également attachés à la démocratie sociale ; le rôle des syndicats européens doit être reconnu. Ils seront à la table d’un Eurogroupe social réunissant les ministres des affaires sociales de chaque Etat.

Enfin, l'Europe doit être exemplaire en défendant les libertés des personnes et en prenant le chemin de la transition écologique. Les crises économiques et sociales alimentent le ressentiment et rendent parfois plus acceptables des mesures qui ne l'auraient pas été auparavant. Pour combattre cela, nous soutiendrons la création d'une Agence européenne des libertés, qui pourrait saisir les justices nationale et européenne pour protéger les libertés et les droits individuels des personnes en Europe. Un engagement fort de l’Europe en faveur de la protection de la vie privées et des données personnelles sur Internet serait plus que souhaitable. Nous aspirons par ailleurs à une Europe pionnière pour un nouveau modèle de développement, qui passe par l'instauration d'une politique commune de l'énergie et par une refondation de la politique agricole commune pour rendre l'agriculture plus respectueuse des écosystèmes.

De telles avancées ne peuvent se faire qu’avec un budget qui atteindrait au moins 2,5% du PIB des pays membres, avec un Parlement européen dont le rôle serait renforcé et par l’assouplissement des mécanismes de prises de décision.

Nous voulons une Europe respectueuse des peuples, porteuse de progrès social, de solidarité entre les peuples et prenant le chemin de la transition énergétique.

Page 8 sur

11e au des

Changeons le rôle de l’Etat
Les fondamentaux de la social-démocratie, intrinsèquement liés au progrès économique, social et politique, sont mis à l’épreuve par la fragilisation de l’Etat providence et des politiques redistributives. La crise des dettes souveraines renforce une conviction profonde : le rôle de l’Etat dans la société doit évoluer. Tirons les leçons des crises que traversent des pays comme la Grèce, l’Espagne et le Portugal. L’incapacité des Européens à prendre des décisions rapides et la position de blocage des conservateurs sont en grande partie responsable de la situation actuelle, mais ne perdons pas de vue les graves dysfonctionnements et les mauvais choix politiques qui ont précédé la crise. A l’inverse de ces contre-modèles, la social-démocratie dont se réclame le gouvernement français expérimente dès aujourd’hui une lecture réaliste de la situation. De l’échelon européen à nos territoires, les pouvoirs publics doivent adopter des stratégies économiques qui permettent la mise en œuvre de politiques sociales ambitieuses. Repensons l’action de l’Etat en direction du collectif, en promouvant l’idée d’investissement social dans toutes nos politiques pour prévenir les inégalités à l’origine. C’est le sens de la Priorité Jeunesse affirmée par le gouvernement avec la sanctuarisation de l’Education nationale, la réforme des rythmes scolaires, l’expérimentation de la garantie jeunes et la mise en place des emplois d’avenir. Il faut évidemment aller plus loin en augmentant la part du PIB consacrée à l’enseignement supérieur et à la recherche : en France et partout en Europe, il est urgent d’investir dans la jeunesse ! Repensons l’action de l’Etat en direction des individus. Soutenir les jeunes qui innovent et qui souhaitent entreprendre est à la fois une politique sociale et une politique de l’offre : elle doit être une priorité d’un Etat qui donne à chacun les moyens d’inventer et de participer au progrès. L’idée d’investissement social doit aussi être au cœur d’une réforme radicale et globale de la formation professionnelle, pour que celle-ci bénéficie en priorité aux chômeurs et aux travailleurs peu qualifiés. Cela nécessite d’ouvrir les questions du financement et de la gouvernance.

Repensons enfin l’action des pouvoirs publics dans les territoires. Là où l’Etat hésite sans cesse entre garder le contrôle ou accroître l’autonomie des collectivités, affirmons avec force que le progrès passe une décentralisation moderne et ambitieuse.

Nous voulons que l’action de l’Etat soit guidée par la réduction des inégalités à la naissance, par la libération des énergies créatrices et innovantes et par une décentralisation des décisions au plus près des réalités du terrain et du quotidien.

Page 9 sur

11e au des

B. Repensons notre modèle de production
Améliorer la compétitivité de nos entreprises par une réforme structurelle
Parce qu’elle permettra d’offrir aux jeunes un horizon de croissance et d’emploi, la réforme structurelle pour la compétitivité est une condition sine qua none de la réussite du quinquennat de François Hollande. Le conseil économique et social définit la compétitivité comme «la capacité d'une Nation à améliorer le niveau de vie de ses habitants et à leur procurer un haut niveau d'emploi et de cohésion sociale dans un environnement de qualité. Elle peut s'apprécier par l'aptitude d'un territoire à maintenir et attirer les activités et par celle des entreprises à faire face à leurs concurrentes.» Nous constatons que cette définition est bien éloignée des acceptions opportunément admises par une partie de la gauche. Pourtant, nous devons prendre en compte sans tabous, la compétitivité dans sa globalité et les tenants et aboutissants qui en font un enjeu majeur pour notre société. Dès lors, nous assumons la nécessité de réduire le prix du travail en France dans les secteurs les plus exposés à la concurrence internationale. Pour autant, nous récusons la politique du choc : une réforme doit s’inscrire dans la durée, notamment en permettant une stabilisation réglementaire. Nous ne croyons pas aux effets d’annonce mais aux réformes structurelles, que seule la gauche peut mener tant la droite est restée atone sur ce plan pendant dix ans. Une réforme profonde de la fiscalité du travail a donc un rôle particulier à jouer. Néanmoins, baisser le prix du travail ne veut pas dire diminuer la qualité de vie au travail. Multiplication des réductions d'effectifs, pré-retraites, cette stratégie de baisse systématique des coûts sans réflexion préalable a pour conséquence la dégradation des conditions de travail des salariés, à qui on demande de travailler de manière toujours plus intensive. En outre, la logique de sous-traitance et de dévalorisation des salariés considérés comme insuffisamment productifs a conduit au développement de plus en plus d’emplois précaires. Cette stratégie d’hyperproductivisme ne crée pas d’emplois, elle épuise les ressources humaines. Sur le plan fiscal, une réforme de la compétitivité a déjà commencé avec la loi de finances pour 2013. En réduisant le déficit, nous sanctuarisons les dépenses publiques afin que les recettes soient utilisées intelligemment. La révision de toutes les niches fiscales en fonction de leur efficacité doit se porter désormais, sur les exonérations de cotisations sociales, trop nombreuses et peu lisibles. La réforme de la compétitivité sera également guidée par la justice fiscale et par une volonté redistributive. Faire payer les plus modestes serait en effet inacceptable. A ce titre, nous refusons le principe d’un transfert vers une seule imposition du financement de la protection sociale et nous souhaitons privilégier des hausses des impositions touchant les plus aisés pour ne pas nuire à la compétitivité. Nous devons réformer les exonérations partielles de cotisations sociales, censées bénéficier aux PME, mais qui sont accaparées pour 90% par les filiales des grands groupes, pour favoriser davantage les créateurs d'entreprises. L’adoption d’une définition européenne de la PME, qui permet d’exclure un tel détournement, est dès lors impérative. C'est aussi une stratégie qui mise sur l’avenir par le biais de l'innovation. L’impôt sur les sociétés doit à la fois favoriser la création d’entreprise en allégeant l’impôt pour les PME, mais aussi en stimulant l'innovation. Il est nécessaire de cibler les domaines les plus performants et innovants, par exemple en instaurant des taux réduits à 15% (au lieu de 33) pour les PME intervenant dans le domaine des hautes technologies ou de la transition énergétique.

Page 10 sur

11e au des

Une stratégie juste de compétitivité doit dès lors étaler sur plusieurs années la diminution générale des cotisations patronales dans certains secteurs, aujourd’hui largement supérieures à 20% en plus du salaire brut. Nous proposons néanmoins que cette baisse soit beaucoup plus rapide et prononcée pour les TPE/PME afin de favoriser la dynamique de l’investissement et de l'entrepreneuriat en France. Nous négocierons par secteur des diminutions plus importantes en fonction de la création d’emplois et de la politique salariale, notamment en termes d’égalité femmes-hommes. La notation sociale des entreprises pourrait alors être un levier intéressant de compétitivité. Juste, intelligente, et progressive, cette stratégie de compétitivité devra être financée par une réforme globale de la fiscalité. En prenant en compte une dose de progressivité au niveau de la CSG ou des droits de succession, nous pourrons ainsi assurer un équilibre de notre modèle social, incitant la mobilité des capitaux tout en pénalisant leur stagnation contre-productive.

Nous assumons la nécessité d’une réforme structurelle sur la compétitivité des entreprises pour maintenir le poids économique et politique de la France dans le monde ; l’allégement des charges des entreprises devant être centré sur les TPE/PME et sur l’innovation et financée par une réforme globale de la fiscalité et la mise à contribution des hauts revenus et hauts patrimoines.

Penser une société de l'innovation
Face au ralentissement de notre économie et la morosité qui gagne la vie interne de l’ensemble des acteurs du monde du travail, nous devons faire de l’innovation un des leviers majeurs de notre économie, un levier de qualité créateur d’emplois pérennes. Une question préalable doit d’abord être posée. Quelle est notre vision de l’entreprise et de son utilité dans la société ? L’entreprise a avant tout une vocation d’innovation, il est important de le rappeler. Une vocation d’innovation matérielle tout d’abord. Une vocation d’innovation managériale ensuite. Elle développe de nouvelles méthodes de travail qui garantissent un processus de production efficace, efficient et novateur. Une vocation sociale et, aujourd’hui, environnementale. Elle a pour but de développer un cadre de vie professionnelle et un système de protection sociale. Ces trois piliers doivent guider notre action de redressement productif si nous voulons que nos entreprises soient des lieux de progrès. Nous faisons donc le constat que le problème majeur de notre économie n'est pas uniquement le prix du travail. L’enjeu est aussi celui de la spécialisation et de la montée en gamme de nos entreprises. L'économie française se situant sur des secteurs d'activité très concurrentiels dans l'économie mondiale. Nous devons donc nous concentrer sur l'amélioration des qualifications des salariés et sur la diversification de notre production -être plus innovants, plus qualitatifs- autant que sur les coûts de production. Cela nous permettrait de créer plus d'emplois, mieux rémunérés, et qui plus est créateurs de recettes pour le financement de notre sécurité sociale.

Page 11 sur

11e au des

Pour construire une prospérité durable, respectueuse des hommes et de l’environnement, il convient d’investir dans de nouvelles infrastructures, dans de nouvelles énergies, renouvelables, et dans de nouvelles activités de services, qui vont être au cœur de l’économie à venir. L’ensemble doit être tiré par une vision qualitative des productions (qualité des produits, qualité des services rendus, qualité environnementale, qualité de vie), plutôt que purement quantitative. Pour accompagner cette reconversion économique vers la qualité et l’innovation, il nous faudra investir dans le social, pour promouvoir des emplois et une main d’œuvre de qualité, et améliorer à terme non seulement le niveau de vie, mais aussi la vie quotidienne des Français. Nous devons investir dans les conditions de travail, et donc garantir à terme une productivité fondée sur la créativité, l’innovation et la qualité. L’investissement dans la qualité des emplois doit devenir à la fois un objectif collectif pour la France et un comportement normal des entreprises. Il s’agit d’un ensemble de conquêtes sociales visant à obtenir une plus grande sécurisation des parcours professionnels, un accès à la formation pour tous ceux qui travaillent, une organisation du travail qui permette de concilier vie familiale et vie professionnelle, un emploi qui procure satisfaction à celle ou celui qui l’occupe et permette à tous d’être représentés dans les instances décisionnaires de l’entreprise. Il est aussi essentiel de garantir à tous ceux qui travaillent un accès complet à la protection sociale. La banque publique d'investissement doit pouvoir aider ces entreprises, et particulièrement nos PME, à effectuer cette mutation nécessaire.

une

du plein emploi

Le gouvernement a répondu à l’urgence sociale en engageant la bataille pour l’emploi. Les emplois d’avenir, la loi sur la sécurisation de l’emploi permise par l’ANI et la politique de compétitivité sont les différentes traductions d’une seule ambition : répondre au problème avec pragmatisme dans un contexte de crise. Nous sommes convaincus que ces réformes permettront bientôt l’inversion de la courbe du chômage. C’est pourquoi nous accompagnons sans relâche l’action du gouvernement, en lui donnant du sens afin de redonner, aux jeunes, confiance dans leur avenir. Nous appelons aussi à une mobilisation européenne contre le chômage des jeunes. En vue des élections européennes, rappelons d’abord que c’est grâce aux socialistes européens que la garantie jeunes pourra voir le jour. Militons ensuite pour qu’elle aille plus loin que ce qui a jusqu’à maintenant été concédé par Mme Merkel et les conservateurs. Elle doit permettre aux jeunes laissés-pour-compte de tous les pays européens d’avoir une seconde chance. Sachons aussi voir plus loin que le simple horizon du quinquennat. Il faut penser à long terme pour créer les conditions du plein emploi. Dans cette optique, nous refusons toutefois le prêt-à-penser idéologique : les 32h et le SMIC à 1500¤ ne sont pas une réponse. C’est d’abord par une politique économique et industrielle ambitieuse et à travers des réformes structurelles que nous lutterons efficacement contre le chômage. Dans ce cadre, le partage du temps de travail peut-être une solution parmi d’autres à condition d’être négociée entre les partenaires sociaux, comme c’est déjà le cas dans certaines entreprises et comme le souhaitent certains syndicats en Europe. La question des temps du travail doit plus généralement faire l’objet d’un dialogue social renouvelé, y compris sur des questions comme le travail de nuit, le travail de dimanche, et l’aménagement du travail en fin de carrière. C’est en repensant le rapport au travail que nous progresserons vers le plein emploi.

Page 12 sur

11e au des

Notre pays doit se doter d’une réelle politique industrielle, il doit se doter d’un réel pacte d’innovation industriel créateur d’emplois. Pour y arriver, La France doit être en capacité d’anticiper les changements propres à chaque secteur et y apporter des solutions d’évolutions économiques viables et équitables. Nous ne pouvons continuer à conduire une politique qui nous amène à être seulement en capacité de constater les dégâts une fois que les plans sociaux s’annoncent. Elle doit être en capacité de faciliter le développement de nouvelles filières dans les secteurs de l’énergie, de l’informatique, des nanotechnologies, du logement, des transports, etc. Elle doit être en capacité de leur offrir un cadre juridique, financier et économique solide. La France ne doit plus être un îlot où chacun attend que le progrès ou la solution vienne d’ailleurs. Cela passe aussi par la formation dans nos universités et nos grandes écoles. Notre pays ne doit pas craindre d'investir massivement dans l'enseignement supérieur et la recherche. Les dépenses d'aujourd'hui sont des investissements pour l'avenir. A ce titre, nous ne pouvons que saluer les mesures édifiées dans la loi Fioraso qui instaurent davantage de parité dans les carrières d'enseignants-chercheurs, ainsi que des techniques de mutualisation des moyens technologiques avec les entreprises innovantes, ou encore des dispositifs incitatifs destinés à rendre plus attractif le territoire national, et qui permettent aux salariés de bénéficier d'une véritable formation tout au long de la vie.

Nous voulons faire de l’innovation un des leviers majeurs de la reprise. L’investissement dans la formation professionnelle, les infrastructures, les énergies renouvelables, le bien-être au travail, l’enseignement supérieur et la recherche et l’existence d’une réelle politique industrielle française sont les clés de la réussite de notre économie.

La compétitivité par la transition écologique
Il serait illusoire de penser que le gouvernement eût été en capacité de redresser la France sur le long terme simplement sur la période mai 2012-Octobre 2013. Au contraire, lors de la campagne présidentielle, François Hollande n'a pas menti aux français. Il a insisté sur la difficulté de gouverner, la nécessité de réformer sur le temps long, de ne pas répondre systématiquement à l'urgence. Nous devons nous rappeler dans quel état nous avons trouvé le pays après notre victoire : dérégulation organisée du marché du travail, fiscalité injuste avec la baisse du bouclier fiscal et des droits de successions, la dégradation de la compétitivité. D'autre part, personne en 2011 n'avait été en mesure d'anticiper la prolongation voire même l'aggravation de la crise. Personne n'avait imaginé une croissance nulle et généralisée à l'ensemble des pays européens. Nous devons aujourd'hui saluer la lucidité du Président de la République qui pendant la campagne n'a eu de cesse de rappeler l'étroitesse des marges de manœuvre et la contrainte du poids de la dette. Il en allait de la crédibilité de la parole publique, déjà fortement secouée par une succession de promesses non tenues depuis plus 30 ans. Ce discours de vérité doit continuer d'être le fil conducteur de l'action de la gauche au pouvoir.
Page 13 sur

11e au des

Pour redresser le pays, nous devons être innovants, inventifs, impertinents même, tout en gardant à l'esprit cette nécessité de sérieux, d'exigence, de crédibilité. Nos activités de production et de consommation font courir des risques pour l'environnement désormais quantifiés et acceptés par tous : concentration de gaz à effet de serre, perte de biodiversité, consommation d'eaux et de sols, pollution chimique, amincissement de la couche d'ozone. Ces exemples illustrent parfaitement les limites à ne pas dépasser sous peine de menacer durablement la viabilité des ressources naturelles de l'Homme. De plus, les sociétés occidentales, et particulièrement la France, sont confrontées à une crise de l'emploi, de l'industrie, et des modes de production. La croissance est faible, le taux de chômage moyen dépasse les 10%, 25% chez les jeunes, et nos produits peinent considérablement à s'exporter. Comment prendre en compte ces deux urgences - l'une économique, l'autre environnementale dont les paradigmes respectifs se sont construits de façon parfaitement antagoniste ? Comment le politique peut-il parvenir à conjuguer le développement économique et social tout en répondant de manière sérieuse aux impératifs de transition énergétique ? Il est aujourd'hui légitime de penser que ces deux questions ne doivent pas être prises indépendamment l'une de l'autre mais au contraire s'appréhender de manière globale : la transition écologique peut être un levier pour sortir de la crise à laquelle nous sommes confrontés. Les socialistes doivent être en capacité d'inventer un nouveau modèle de développement, parfois appelé le découplage, où l'accroissement du bien-être et de la richesse des individus soit compatible avec une baisse de notre consommation en ressources naturelles et de notre empreinte énergétique. Il nous est possible de parvenir à un système qui par l'investissement massif dans l'économie verte crée des emplois non-délocalisables, et parvienne à respecter l'environnement tout en étant générateur d'un bien-être durable. Plusieurs mesures pourraient avoir un impact durable sur notre modèle de production et de consommation. La première serait de se réapproprier l'outil fiscal plutôt qu'un crédit d'impôt de 20 milliards d'euros sans critères sociaux ou environnementaux. On pourrait envisager une fiscalité des entreprises écologique, modulable et progressive sur la base du principe pollueur/payeur et dont l'impact serait amorti par la baisse du prix du travail pour ne pas mettre à mal la compétitivité de nos entreprises. Cette nouvelle fiscalité verte serait déterminée par un comité d'experts définissant une valeur de la pollution qui prendra en compte l'atteinte portée à la préservation des écosystèmes et des ressources naturelles. En ce qui concerne les plus petites entreprises, la réduction du taux de gaz à effet de serre provient de deux sources : les restrictions volontaires (écogestes, chasse au gaspillage), mais également et surtout des investissements relevant essentiellement de la rénovation énergétique qui ne peuvent être réalisés qu'avec une aide financière conséquente. C'est la raison pour laquelle nous proposons de mettre en place un mécanisme de redistribution de cet impôt écologique qui permettrait d'en atténuer le coût, mais aussi de financer ces travaux de rénovation thermique. Plus généralement les pouvoirs publics doivent envisager des mécanismes d'accompagnement permettant aux ménages et aux plus petites entreprises de s'adapter plus facilement à ces nouvelles exigences.
Page 14 sur

11e au des

De plus, la conversion de l'économie traditionnelle vers l'économie verte mobilise des secteurs intensifs en travail, modifie les compétences attendues dans la plupart des secteurs, mais remet aussi en cause la viabilité économique d’un certain nombre d’activités. Un accompagnement important par des politiques de formation professionnelle et de reconversion est indispensable pour réussir la transition écologique. Plus globalement, la réflexion amorcée sur la hausse de la fiscalité énergétique doit se mener au regard des réformes attendues sur la fiscalité dans son ensemble. La fiscalité verte doit être considérée comme le premier étage de la fusée. Les socialistes doivent envisager également la suppression graduelle des niches fiscales. Nous proposons également qu'une fiscalité sur le carbone soit introduite dès 2014 de manière à atteindre progressivement le niveau de prix du carbone recommandé par les économistes pour respecter les engagements de la France de réduction de gaz à effet de serre d'ici 2020. Cet objectif et la trajectoire pour l'atteindre pourront être inscrits dans la loi pluri-annuelle, et les lois de finance successives devront déterminer de manière pragmatique les hausses d'impôt nécessaires sur les différentes énergies. Par ailleurs, la transition énergétique ne pourra pas se faire sans prendre en compte distinctement les problématiques urbaines et rurales. Les socialistes doivent encourager massivement la mutation de la ville durable en revisitant le dispositif fiscal de l'aménagement et de l'immobilier. Par exemple, la fiscalité de l'aménagement doit être modulée pour inciter à la limitation de l'étalement urbain. De même, les autres dépenses fiscales liées au logement ou au développement commercial doivent être corrigées si elles sont liées à l'aménagement des villes. Les taxes sur la plus-value immobilières doivent être adaptées à la valorisation de la qualité environnementale du bâti existant. Concernant les zones rurales, la fiscalité écologique doit contribuer à la mise en place d'un projet agroécologique, tel que le proposait au mois de décembre 2012 le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll. Le verdissement du premier pilier de la PAC constitue une première étape importante pour atteindre l'objectif de meilleure prise en compte des impacts de l’agriculture sur la pérennité de notre planète. Cette étape doit s'accompagner d'un ajustement progressif et cohérent de la fiscalité nationale sur les pollutions liées à l'agriculture. Le principe pollueur/payeur est ici toujours de mise, mais il est dénué de sens s'il ne s'accompagne pas de politiques fortement incitatives de diversification des modes de production agricole. Les exonérations de charges pour les carburants agricoles devront à terme disparaître tandis que la redevance sur les pollutions diffuses devra être élargie et renforcée. Enfin, la contrainte budgétaire devra être atténuée par une approche globale sur les dépenses publiques. Les socialistes ne doivent pas concevoir cette nouvelle fiscalité écologique comme un simple vecteur de recettes supplémentaires opportunément acquises pour parvenir à réduire nos déficits. Les marges de manœuvre budgétaires qui seront créées devront être utilisées prioritairement pour mettre en place les compensations économiques et sociales nécessaires liées à cette fiscalité nouvelle. Les conséquences indirectes de sa mise en œuvre, par exemple la diminution des effets de serre négatifs ou la diminution du coût de traitement des pollutions, contribueront d'elles-mêmes à réduire le déficit budgétaire de la Nation.

Page 15 sur

11e au des

Une réforme volontariste alliant création d’une véritable fiscalité progressive sur les revenus du travail et du capital, allègement des charges sociales et hausse de la fiscalité énergétique, serait ainsi à même de répondre rapidement aux enjeux de compétitivité, de transition écologique et de redistribution. Ce nouveau modèle de développement que nous pensons aujourd’hui ne peut se faire sans former les citoyens de notre pays aux métiers de demain, et sans leur donner la capacité de penser ces enjeux majeurs de manière globale. L’Ecole de la République, et au-delà la formation continue tout au long de la vie, ont toute leur place à prendre dans la nouvelle dynamique que nous voulons impulser au niveau national.

Nous voulons la transition énergétique. Elle peut être un levier pour sortir de la crise à laquelle nous sommes confrontés. Elle doit se mettre en place par une fiscalité verte sur le principe pollueur/payeur, par un accompagnement des secteurs économiques en reconversion écologique et en préservant, par la redistribution d’une partie des recettes de cette fiscalité verte, les ménages les plus pauvres et les petites entreprises.

C. Permettre l’émancipation de chacun
Refonder l’Ecole de la République
La voie de l'émancipation des enfants, futurs citoyens de la République, passe inexorablement par l’École ! Si cet idéal de méritocratie peut sembler s’être perdu sous les mandats de la droite, notre devoir commun est de permettre à l’École républicaine de redevenir le ferment de l’ascension sociale. Nous devons garantir à chacun les mêmes possibilités, quel que soit son origine sociale, par les biais de la formation et de l’instruction. Notre devoir est de faire de l’Ecole un lieu d’égalité de la nation car les élèves constituent la force vive et les citoyens de demain dont notre pays aura besoin pour exister comme puissance mondiale. L’école doit pouvoir parer au diktat des déterminismes sociaux. -­‐ Notre devoir, avoir confiance en l’Éducation nationale et faire en sorte que celle-ci redonne de l’espoir aux jeunes. -­ ‐ Notre devoir, faire de l’école un lieu d’intégration. -­ ‐ Notre devoir, faire de l’école le lieu de la laïcité en permettant aux jeunes de France de se forger leur propre esprit critique et une capacité d’analyse des enjeux de plus en plus complexes d’un monde globalisé. Pour ces raisons, le Président de la République a décidé de placer la jeunesse et l’école au cœur de son mandat. Dans ce cadre, des réformes ont été et restent nécessaires. Nous devons allouer à l’école les moyens nécessaires à l’accomplissement de ses missions. François Hollande a donc pris l’engagement de créer 60 000 postes dans l’Éducation nationale. Ceux-ci ne concerneront d’ailleurs pas uniquement des postes d’enseignants, mais aussi des postes d’infirmiers, de psychologues scolaires, de CPE, d’assistants sociaux… Car c’est à l’école que tout se joue et notre devoir est de donner à chacun les moyens de construire son avenir.
Page 16 sur

11e au des

Ces nouveaux postes doivent permettre de pallier aux inégalités d'accès à l'enseignement, notamment pour les enfants en situation de handicap. Le nombre de place en structure spécialisée n'est absolument pas suffisant pour répondre au besoin actuel, laissant les familles dans des situations de précarité et d'isolement. Il est donc urgent de donner les moyens d'accueillir ces enfants de la République en particulier dans le système scolaire général pour leur permettre de se développer psychologiquement et intellectuellement afin de gagner en autonomie et en épanouissement personnel. Concernant plus particulièrement les enfants atteints de syndromes autistiques, l’Education présente une dimension thérapeutique : elle participe à la réduction de ces troubles et diminue les difficultés d’apprentissage. La loi du 11 février 2005 pose comme priorité l'accès à l'éducation pour les personnes en situation de handicap, sans toutefois lui donner les moyens de l’assurer. Elle reconnaît à tout enfant porteur de handicap le droit d’être inscrit dans l’école la plus proche de son domicile, qui constituera son « établissement de référence ». L’Etat doit donc garantir la mise en place de moyens financiers et humains nécessaires à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants, adolescents ou adultes en situation de handicap. L'Etat doit donner les moyens pour répondre aux obligations posées par la loi. Un enseignant ne peut pas assumer seul l’intégration d’un enfant en situation de handicap dans sa classe. Des moyens humains sont nécessaires afin de réellement permettre cette scolarisation. Les auxiliaires de vie scolaire sont des atouts majeurs de cette intégration mais leur reconnaissance est récente, leur formation inachevée et leur rémunération indécente. Le gouvernement a permis de former des professionnels aux compétences essentielles à l'accompagnement des élèves en situation de handicap et en pérennisant cette profession par la titularisation progressive de 28 000 auxiliaires de vie scolaire. Cette évolution est donc à saluer mais nous avons la responsabilité de continuer à nous mobiliser pour l’intégration scolaire. Face à ces enjeux nous devons rester exigeants pour donner à chacun les mêmes chances de réussite et d’épanouissement et ne pas oublier qu’une nouvelle prise en charge des enfants en situation de handicap passe en grande partie par leur intégration avec des enfants en milieu scolaire ordinaire afin de changer le regard posé sur le handicap dès le plus jeune âge.

Pour construire cette école de demain et réussir l'intégration de tous dans le système éducatif, nous devons remettre en place une formation de qualité pour les futurs enseignants car si le savoir-faire est important, le “faire savoir” l’est tout autant. Nicolas Sarkozy l’a oublié en s’attaquant à la formation des enseignants pendant son mandat. Sa politique a touché au concept même de service public d’éducation, notamment avec les non remplacements d’enseignants partis en retraite. La gauche refonde la formation des professeurs afin de proposer un service public de qualité, revaloriser ce métier et rompre avec le système de masterisation. Pour se faire, Vincent Peillon met en place les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPÉ), afin de proposer aux futurs enseignants une formation en alternance adaptée et professionnalisante répondant aux besoins des élèves. Les ESPÉ sont rattachées aux universités pour ne pas créer une coupure entre le monde de l'enseignement et celui de la Recherche. La formation des enseignants doit être capable d'évoluer et de s'adapter, notamment pour une meilleure intégration des ESPÉ dès la licence et un renouvellement des méthodes pédagogiques. Les dernières innovations permettant de réduire de façon significative l'échec scolaire. Les futurs enseignants doivent être les fers de lance de ce changement.
Page 17 sur

11e au des

Le gouvernement a complété cette formation par les emplois d’avenirs professeur (EAP) qui permettent aux étudiants boursiers se destinant à l’enseignement de mettre un premier pied à l’étrier et travaillant à mi- temps dans un établissement scolaire. Cette première approche professionnelle se fait en adéquation avec la formation universitaire. Pourquoi limiter les EAP aux boursiers ? Intégrer durablement ce dispositif dans la formation universitaire et valoriser le statut permet de mettre au plus tôt le futur enseignant au contact des élèves et de se forger une vision plus large du système éducatif, notamment en étant sensibilisé aux différents handicaps. Nous devons également revoir notre système d’orientation afin de favoriser toujours plus l’individualisation de l’orientation. Une des réformes essentielles sera celle qui portera un changement de mentalité vis à vis des filières techniques et professionnelles : en plus d’être des filières diplômantes, diversifiées et enrichissantes, ce sont également des filières pourvoyeuses d’emplois. Des quotas devront être instauré pour permettre aux étudiants de bac technologique et professionnel d’intégrer plus facilement les IUT et les BTS qui leurs étaient initialement réservé. Notre école doit aussi s’adapter à notre société. C’est en menant une politique courageuse et volontariste, associant les différents corps de l’Education Nationale, prêts à s’engager dans la voie des réformes que nous retrouverons la confiance perdue sous la précédente majorité. La politique menée par la droite se résumait, en effet, à une diminution du budget. Nous devrons surmonter de nombreuses difficultés, mais notre responsabilité est d’être à la hauteur des engagements du Président de la République François Hollande, pour préparer l’avenir, pour que les prochaines générations vivent mieux que les précédentes, pour que la France redevienne le pays de l'innovation et de la croissance.

Nous voulons une école qui donne à chaque enfant les mêmes chances, quel que soit son origine sociale. Cette école de demain nécessite un investissement pour améliorer le nombre et la formation des enseignants, passe par une refonte du système d’orientation scolaire et par des programmes plus en phase avec la société et les attentes des jeunes.

Page 18 sur

11e au des

L’application réelle des 35 heures, un facteur déterminant de la qualité de vie
Pour les jeunes socialistes, la transformation sociale doit se mesurer à l’aune des individus et de leur quotidien. Depuis la victoire de François Hollande, les impatiences s’accumulent alors même que de nombreuses mesures prennent effet et changent progressivement la vie de nos concitoyens. Nous devons réussir à mesurer ce qui fait le bien-être de chacun pour anticiper toujours mieux les attentes des français. L’accession à l’emploi et l’épanouissement au travail, la qualité de l’espace public et de l’urbanisme, la performance des transports et la modernisation des services publics constituent des chantiers fondamentaux. Ce diagnostic, nous fait donc proposer quelques priorités à mettre en place pour une société plus harmonieuse et plus agréable. Bien évidemment, nous n’oublions en aucune manière la complexité des trajectoires sociales, les accidents ou les âges de la vie qui demandent des réponses plus spécifiques. Il a été prouvé que ce ne sont pas seulement les contraintes financières qui ont des impacts négatifs sur le bien-être des personnes. Le rapport Stiglitz sur la mesure des performances économiques et le progrès social montre que d’autres aspects de la qualité de vie, comme la faiblesse des liens sociaux, le stress dans la vie courante, les aléas psychosociaux au travail jouent autant, voire davantage. Viennent ensuite les difficultés liées à la santé, au logement, et à l’insécurité physique et économique. De la même manière, l’enquête conduite en France par l’INSEE en 2011 montre que les écarts de bien-être ne se réduisent pas à des écarts de ressources. Les risques psychosociaux au travail vont de pair avec un moindre sentiment de bien-être, et il apparaît que le mal-être au travail ne se substitue pas au mal-être émotionnel de la vie courante, mais peut au contraire venir s’y ajouter. Il ne s’agit pas du facteur le plus déterminant mais dans la mesure où les personnes en situation d’emploi passent généralement au moins 35 heures par semaine sur leur lieu de travail. Celui-ci n’en n’est pas moins un facteur majeur de la qualité de vie. Inverser la courbe du chômage est donc le combat de l’ensemble de notre gouvernement. En effet, ce chômage de masse qui s’installe dans notre pays et qui frappe très durement les jeunes actifs, est un des facteurs de la récession qui menace. Il participe de l’exclusion sociale de nombreuses personnes et remet en cause les racines mêmes de notre système de protection sociale qui repose essentiellement sur l’exercice d’une activité salariée. Nous pensons qu’il ne convient pas en cette période de morosité économique de partager d’avantage le temps de travail. Nous croyons par contre qu’il faut créer les conditions les plus favorables possibles au retour de la croissance. Cela implique de faciliter l’entrepreneuriat et de renforcer la compétitivité de nos entreprises, d’investir intelligemment dans les services publics et plus généralement dans la protection sociale. Quelles que soient les orientations choisies dans le cadre de cette lutte contre le chômage, le gouvernement et l’ensemble des socialistes doivent avoir à l’esprit les mutations profondes initiées depuis les années 1980 dans la dynamique et la structure de l’emploi. Elles s’accélèrent aujourd’hui sous le double effet du rétrécissement du marché du travail et des bouleversements technologiques.

Page 19 sur

11e au des

Quelles que soient les orientations choisies dans le cadre de cette lutte contre le chômage, le gouvernement et l’ensemble des socialistes doivent avoir à l’esprit les mutations profondes initiées depuis les années 1980 dans la dynamique et la structure de l’emploi. Elles s’accélèrent aujourd’hui sous le double effet du rétrécissement du marché du travail et des bouleversements technologiques.

Temps partiels subis, stages à répétitions, CDD qui s’accumulent, horaires à rallonge, management tyrannique, nouvelles technologies inquisitrices, bureaucratisation rampante, postes multitâches, open spaces étouffants, etc. En plus de la responsabilité sociale des entreprises, de l’exercice des droits syndicaux, du respect des directives émises par les CHSCT, nous devons réfléchir aux contenus même du travail, aux conditions de son exercice et à l’utilité sociale qu’il possède. L’emploi se fait si rare que l’on écarte petit à petit les questionnements légitimes sur son caractère rémunérateur, sur sa stabilité, l’épanouissement qu’il doit induire… pour se replier sur des acquis formels et reposants pour l’esprit. Que l’on soit dans la fonction publique ou dans le secteur privé, cadre ou ouvrier, dans la banque ou dans le tourisme, auto-entrepreneur ou salarié d’un grand groupe, travailleur agricole ou profession libérale, le travail – pour ceux qui ont la chance d’exercer un métier – occupe une partie toujours grandissante dans nos vies

Quelle plus grande angoisse que l’idée de perdre et de ne pas retrouver un emploi ? Les études montrent que le sentiment de sécurité dans l’emploi est corrélé positivement à la générosité de l’indemnisation chômage et négativement à la rigueur de la protection de l’emploi. Le système de flexisécurité, qui à la fois facilite les ajustements de l’emploi et propose un revenu de remplacement élevé, est associé à un très fort sentiment de sécurité. Cela suggère que les politiques de flexisécurité, expérimentées initialement au Danemark, sont une bonne façon de dissiper la peur du chômage et de la précarité. Cependant, dans la définition qu’en a la Commission Européenne, il s’agit avant tout de rendre la maind’œuvre plus adaptable et plus flexible. Ce n’est pas la vision que nous en avons car pour nous, il s’agit bien d’établir un compromis qui garantisse un haut niveau de protection sociale tout en permettant une plus grande rotation des travailleurs, des gains de compétence généralisés et donc un plus grand dynamisme du marché de l’emploi. Cela afin de changer l’emploi pour le rendre plus accessible et sa perte moins irrémédiable. Il nous faut donc, dans les suites de l’ANI qui a permis de grandes avancées, poursuivre les dans ce sens à l’échelle nationale de manière partenariale, dans l’esprit de démocratie sociale qui a prédominé jusqu’à présent. Pour poursuivre ces chantiers, il faut bien entendu que les syndicats représentatifs des salariés soient forts et légitimes. Réveiller le réflexe syndical en augmentant toujours plus la participation des représentants des salariés notamment au conseil d’administration des entreprises. Il faut également que cessent les stigmatisations dont font l’objet actuellement les représentants syndicaux en faisant en sorte qu’ils deviennent parties intégrantes de la culture d’entreprise, y compris dans les TPE/PME/PMI. En effet, si la norme négociée est toujours la mieux acceptée alors la présence de syndicats actifs à l’échelle de l’entreprise constitue le meilleur moyen de les faire respecter.
Page 20 sur

11e au des

En rompant avec le sentiment d’anomie et l’atomisation des salariés, nous souhaitons faire en sorte de pouvoir remettre en cause au quotidien tout ce qui pèse trop souvent aujourd’hui sur les épaules des travailleurs : horaires supplémentaires inutiles et souvent non payés, management inique, postes sans contours, stagnation professionnelle, etc. Cela constituera non seulement un gain pour l’ensemble des salariés de toutes les entreprises et de toutes les branches mais aussi pour l’organisation, la productivité, la qualité du travail et donc ultimement pour les employeurs également. Délivré de la peur de perdre son emploi, pouvant en retrouver un plus facilement, en mesure d’interroger utilement les conditions de travail qu’il connaît, le salarié sera moins soumis aux aléas psychosociaux, ce qui renforcera considérablement son bien- être et sa qualité de vie.

Nous voulons l’inversion de la courbe du chômage, une meilleure protection sociale et un meilleur bien-être au travail. Ces changements passent par le retour de la croissance, rendu possible par le développement de l’entrepreneuriat et de la compétitivité, par la mise en place d’une flexisécurité à la française et par un meilleur dialogue social.

« Il nous faudra reprendre en main nos villes »
L’exposition La Ville magique qui s’est tenue jusqu’au 13 janvier dernier au LaM (musée d’Art moderne, d’Art contemporain et d’Art brut de Villeneuve-d’Ascq) offrait une perspective saisissante, onirique et angoissante de la ville, ou plutôt des villes : verticalité monumentale de New York, monstre à cœur ouvert de la Métropolis de Fritz Lang, théâtre privilégié du roman et du film noir, rêvée, secrète, publique, anonyme, de coursives en grands boulevards, la ville, cet espace-temps ramassé, se déployait devant nous dans les galeries du musée. Mais qu’en est-il des villes « réelles et immédiates », bien tangibles, que nous connaissons ? Aujourd’hui, 77,5% de la population vit en zone urbaine. Cette urbanisation connaît une nouvelle accélération depuis une dizaine d’année, comparable à celle des années 1950 et 60, et se caractérise par l’étalement de grandes zones urbaines et conséquemment par la mutation de zones anciennement rurales. Cette nouvelle urbanisation invite à avoir une double réflexion, à l’aune de notre souci de la qualité de vie de nos concitoyens. Il s’agit à la fois de concevoir la ville comme territoire spécifique à aménager et de rénover la ville, certains espaces urbains étant vétustes ou inadaptés aux nouveaux modes de vie. La ville moderne se caractérise par la spécialité de ces quartiers, ce qui invite à revoir son système de transport mais aussi à construire un nouveau vivre-ensemble qui fasse place à plus de mixité fonctionnelle et à la préservation d’un tissu urbain plus harmonieux. Cette spécialisation des quartiers de la ville peut se résumer en trois fonctions principales : résidence, travail et loisir. La ville moderne est fondamentalement une ville mobile, ce qui exige une gestion unifiée de celle-ci. La ville se distingue par son territoire spécifique dont la morphologie évolue continuellement, ce qui est corroboré par les travaux des géographes qui démontrent de manière quasi-systématique l’existence de plusieurs cercles concentriques : ville-centre, banlieue et enfin zone péri-urbaine.

Page 21 sur

11e au des

Le péri-urbain se caractérise par sa spécificité fonctionnelle, puisqu’au-delà du critère géographique, il est défini par l’INSEE par une forte mobilité domicile – travail. La ville reste ainsi un territoire porteur de comportements spécifiques, dont l’articulation avec les territoires ruraux doit d’ailleurs être mieux pensée. L’égalité des territoires ne saurait être le traitement identique de tous les territoires. En revanche, des autorités puissantes capables d’organiser activement un territoire sont nécessaires. Le volet de l’acte III de la décentralisation sur la métropolisation constitue un signal encourageant en direction d’une meilleure gestion des territoires qui composent notre pays. Dans cette évolution de la ville, le transport collectif prend une place de plus en plus importante surtout avec l’étiolement définitif de la France pompidolienne de l’automobile triomphante. La ville de Strasbourg a de même été pionnière en matière d’incorporation du vélo dans les voies de circulation (avec notamment la mise en place des tournes-à-droite, ou céder le passage aux feux à l’intention des seuls vélos). Dans les centres villes, automobiles, bus, vélos, taxis et piétons doivent cohabiter. Le transport concerne aussi les territoires en périphérie, vers notamment les concentrations de zones productives héritées d’un zonage surspécialisé. Ainsi, la distance moyenne des français du domicile au lieu de travail est de 19km. A cela s’ajoute la distance aux loisirs. Augmenter la vitesse et la fréquence des transports n’est qu’une partie de la solution. Car nous pouvons faire en sorte que le temps de transport soit valorisé et non perdu, ce qui réduit d’ailleurs le sentiment d’attente et permet de véritables continuités spatio-temporelles. Il faut travailler sur l’habitabilité et la qualité d’usage des transports en commun : mise-à-disposition de connexions internet, aménagement dédiés à la lecture, au repos, etc. La question des transports collectifs, qui constituent souvent des infrastructures lourdes, renvoie aussi aux mérites respectifs de la ville compacte et de la ville étendue. Il n’existe probablement pas de réponse unique et la sur-densification s’avère extrêmement nuisible. Enfin, la ville est dotée d’un espace public qu’on a trop longtemps ignoré. Lieu à la fois de promiscuité et de distanciation, de segmentation et de passage, le vivre-ensemble n’y est pas évident. Un exemple concret : la cohabitation difficile entre travailleurs qui veulent dormir et étudiants qui veulent sortir. Créer la ville de demain nécessite de rénover la ville d’aujourd’hui. S’il existe des enjeux transversaux à tous les types d’espaces urbains, une attention particulière doit être apportée aux banlieues et aux périurbains. Le logement est bien évidemment au cœur de la ville. La dégradation des grands ensembles et des logements sociaux de même que les copropriétés dégradées sont des enjeux majeurs de la politique du logement. Ainsi la loi ALUR se saisie de cet enjeu avec des mesures contre l’habitat indigne. Il est cependant possible d’aller plus loin notamment avec des plans pluriannuels de travaux ou en consacrant plus d’efforts à la rénovation énergétique. Cela permet d’allier justice sociale et économies des énergies. Ces enjeux concernent la plupart des villes. Le péri-urbain et ses problèmes cristallisent l’attention des médias depuis quelques années, notamment à la suite de travaux de géographes montrant la prégnance du vote FN dans ces territoires. L’habitat péri-urbain se caractérise plus que les centres villes par un regroupement de population trop homogène, ce qui « émiette » l’espace public. Le péri-urbain s’approprie ainsi moins le centre-ville. Si les travaux sur ces zones sont complexes, ils invitent à créer de nouveaux espaces de centralités distincts des centres-villes.

Page 22 sur

11e au des

La politique de la ville existe en France depuis une trentaine d’années. Il ne s’agit pas ici d’en faire un bilan complet mais d’insister sur les échecs des seules opérations de rénovation urbaine. En 2003 a été lancé le Programme Nationale de Rénovation Urbaine, porté par une Agence ad hoc. Les quartiers rénovés sont fortement similaires, les logements construits sont souvent plus petits que les anciens logements. Ainsi en 2006, une seconde agence à destination des habitants des quartiers sensibles a été lancée, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé). Or normalement quartiers et habitants sont deux faces d’une même pièce, ils sont les deux sujets de la politique de la ville. Pourtant ils ont été séparés. Si un PNRU 2 est souhaitable, il doit être l’occasion de fusionner Acsé et ANRU, potentiellement au sein du nouveau pôle politique de la ville du Commissariat Général à l’Égalité des Territoires. Encore une fois, le gradient d’urbanité est trop perçu et est parfois trop dans la réalité un gradient d’aménités et d’attractivité du territoire. Il est donc primordial de renforcer l’attractivité des banlieues et de réfléchir à un développement multipolaire au sein des pôles urbains.

Nous voulons des villes modernes qui font de la qualité des transports en commun, de la rénovation des quartiers dégradés et de la rénovation énergétique leurs priorités.

Une nécessaire consultation des citoyens sur la transition écologique
Les trente dernières années ont été marquées par l’émergence d’un nouveau type de mouvement social, dans le domaine de la santé environnementale, d’abord ultra-localisé, mais socialement très hétérogène. Ces nouvelles expertises citoyennes remettent en question les visions classiques des mouvements sociaux mais aussi la façon dont elles sont accueillies par les pouvoirs locaux. Dans un même temps, nous assistons à une extrême politisation des choix environnementaux, sanitaires et scientifiques. Que ce soit lors des débats sur le gaz de schiste, sur le changement climatique, les biotechnologies ou la mise en œuvre de réserve de biodiversité locale, citoyens et lobbies économiques ne sont pas à armes égales. Ces derniers produisent un discours politique d’apparence scientifique, il est nécessaire d’avoir un rapport distancié à ces productions orientées et dissimulées. Le seul moyen d’armer les citoyens dans ces controverses est de leur fournir de nouveaux instruments de décision et d’information. Forums hybrides, réforme de la Commission Nationale du Débat Public, expériences participatives : les leviers d’action sont multiples, à travers une réhabilitation des non- spécialistes et des groupes concernés. C’est la seule façon de réarmer les mouvements sociaux face à une bataille qui semble perdue d’avance. Ainsi, la transition écologique et les arbitrages éthiques qu’impose le progrès scientifique ne se feront pas sans la consultation et l’association des citoyens, pour une co-production de nouvelles normes durables.

Page 23 sur

11e au des

La mise en œuvre de la continuité écologique dans les documents d’urbanisme, par exemple, répond aux objectifs politiques. Cependant, la société civile a peu de poids, elle a du mal à se mobiliser collectivement et retombe donc dans des revendications individuelles qui pèsent peu face aux préconisations ou orientations des acteurs institutionnels. C’est pourquoi nous souhaitons passer d’une démocratie délégative à une démocratie mette à bas les séparations classiques et ouvre à la discussion publique les politiques scientifiques, environnementales et sanitaires.

Nous voulons que les citoyens soient mieux associés aux grands débats sur la transition écologique et le progrès scientifique, en dépolitisant ses sujets par la mise en place d’une démocratique directe plus à même de faire face aux pressions des lobbys.

Page 24 sur

11e au des

Réinventons notre modèle de société
A. Mettre fin aux exclusions
Faire l’égalité femmes – hommes
Aujourd’hui une grande partie de la population vit une exclusion. Une exclusion sociale, une exclusion de fait. Une exclusion de certains métiers, une exclusion de certains droits. Trop souvent encore les femmes subissent des discriminations en tout genre. Cette discrimination de tous les jours, elle se vit dans le milieu familial, dans la sphère publique, comme dans le monde professionnel. Ce sont les différences de salaire entre femmes et hommes aux mêmes postes et aux mêmes responsabilités, ce sont des entretiens où la question de la maternité s’installe comme un obstacle à l’embauche. Ce sont aussi les réflexes des agences de publicité : une femme pour vendre de la lessive, un homme pour nous vendre des outils de bricolage. Dès la petite enfance, nous sommes enfermés dans des carcans, les paquets d’emballage des jouets pour enfants sont dramatiquement et caricaturalement révélateurs à ce titre. C’est enfin les chiffres qui nous révèlent que les femmes passent deux, à trois fois plus de temps aux tâches ménagères et à s’occuper des enfants que les hommes dans un ménage. Nous devons changer les mœurs. Pour cela, le politique doit agir. D’une part en soutenant les lois en faveur de l’égalité hommes femmes, égalité salariale, parité, sanctions concernant tout propos sexiste. D’autre part en étant irréprochable. Le milieu politique est aujourd’hui encore pollué par une certaine forme de machisme. Nous condamnons fermement les propos d’hommes politiques qui se permettent des réflexions sur les députées ou autres élues de terrain. Non la femme n’est pas faite pour rester dans la sphère privée comme le défendent certains politiques d’extrême droite, le FN en tête dans un bel exercice de schizophrénie permanent. Oui une femme a les mêmes droits que les hommes, et notamment celui de défendre ses valeurs. Réaffirmons-le !

Nous souhaitons lutter contre les discriminations et les exclusions, en particuliers celles touchant les femmes. Il nous faut soutenir les lois en faveur de l’égalité hommes-femmes, de l’égalité salariale, de la parité, du renforcement des sanctions pour propos sexiste et de la place des femmes en politique.

Page 25 sur

11e au des

Mieux accompagner la perte d’autonomie
« Je souhaite que notre société change son regard sur le vieillissement qui n’est pas la dépendance, qui doit être une vie longue, une vie autonome le plus souvent, une vie digne. » François HOLLANDE, Intervention au congrès de l’UNIOPSS, le 25 janvier 2013
La dépendance décrit l’état dans lequel se retrouve une personne qui dépend de quelqu’un ou de quelque chose pour son bien-être, sa santé ou sa survie. Cela désigne aussi la nécessité d’une assistance régulière pour des activités de base, quotidiennes, qu’une personne ne peut plus faire en raison de déficiences ou d’incapacités. La part de la population d’anciens progresse dans notre société, et c’est une bonne nouvelle. Dans les années 1960, les français atteignant l’âge de 60 ans vivaient en moyenne 10 ans de plus. En 2013, le gain d’expérience de vie est de 26 années. Si l’on comptait en 2011, 1,4 millions de personnes de plus de 85 ans, ce nombre quadruplera d’ici 2050. La focalisation des débats sur les réformes des retraites ne doit pas nous empêcher d'adopter une vision plus globale. Nous pouvons continuer de subir le choc démographique ou nous pouvons décider d’adapter notre société et faire de l’allongement de la vie une chance et non un fardeau ! Aujourd'hui une chambre en EHPAD coûte en moyenne 2000¤ par mois, avec de grandes disparités entre territoires et entre public et privé. Malgré un coût croissant, la qualité de la prise en charge n'est pas toujours au rendez-vous. La prise en charge est de plus en plus lourde car l'entrée en établissement et de plus en plus tardive. Il faut donc consacrer plus de moyens au financement de la dépendance. Le patrimoine des Français peut servir à financer la dépendance, mais il faut en finir avec la reprise sur héritage, qui conditionne aujourd'hui l'aide sociale, car elle est inefficace et vécue comme confiscatoire. Nous privilégions une augmentation des droits de succession. Pour lutter contre les inégalités, nous proposons aussi la fusion des aides sociales existantes – Allocation Personnalisée d'Autonomie, Aide au logement, Aide sociale à l'hébergement – pour créer une aide unique dégressive en fonction du revenu de la personne. Cette aide permettra de financer l'ensemble de la prise en charge, qu'elle soit à domicile ou en établissement. Elle couvrira tous les besoins des plus modestes, tandis que les mutuelles pourront participer au financement de la prise en charge du reste de la population. Le coût de la dépendance serait ainsi partagé entre un financement public et privé (mutuelles, particuliers).Il nous faut par ailleurs intégrer la question de la perte d'autonomie dans une réflexion plus large. C’est l’ensemble de la société qu’il faut adapter au vieillissement de la population. La vieillesse ne doit plus être stigmatisée. Le conflit entre générations n’est pas inévitable, les jeunes et les vieux ont à s’apporter mutuellement. Ainsi l’adaptation de notre vivre-ensemble à ce vieillissement de la population est une opportunité : les emplois attendus dans le domaine de l’aide sociale sont estimés à 350 000.Nous pensons par exemple qu’il faut développer, encourager, les projets de vie intergénérationnels pour lutter contre la précarité étudiante et l’isolement des personnes âgées, au travers de logements ou colocations intergénérationnels.

Page 26 sur

11e au des

Un grand plan national d’adaptation des logements doit être initié par le gouvernement afin de favoriser le maintien à domicile qui est moins coûteux pour la collectivité et souvent souhaité par les personnes âgées elles-mêmes. L'ensemble des services à domicile (SSIAD, SAD, etc.) doivent pouvoir travailler en soutien des aidants familiaux. Il faut aussi repenser les transports en commun, en développant les transports à la demande et le covoiturage, par exemple. Le but de ces mesures est de retarder et de préparer le basculement d’une vieillesse active vers la fin de vie. Les études prouvent qu’un isolement social est un facteur aggravant ce basculement. Il faut refaire du lien social avec nos Anciens. La prise en charge des malades d'Alzheimer reste par ailleurs une problématique essentielle dans l'adaptation de la société au vieillissement. La création de places spécialisées, d'accueils de jour et d'équipes dédiées doit se poursuivre dans le cadre d'un nouveau plan Alzheimer faisant de cette maladie une cause nationale mobilisant toute la population. Il doit aussi permettre l'évolution du système de santé. Les professionnels libéraux et les établissements sanitaires et médico-sociaux doivent mieux collaborer au service du parcours des patients, notamment par le développement de la télémédecine qui constitue aussi un potentiel d'activité économique. Enfin, la réforme à venir doit simplifier l’information disponible pour les familles et les personnes en perte d’autonomie. De nombreuses structures et institutions participent au financement de ce système, mais sans qu’il n’y ait de claire répartition des responsabilités. Poursuivons l’ouverture de guichets d’information au niveau local, au plus proche de la vie des gens, par exemple au niveau intercommunal. Il faut par ailleurs penser l'adaptation au vieillissement jusque dans le monde de l'entreprise. Nous considérons ainsi comme primordiale la mise en place d’un compte formation personnel disponible pour chaque travailleur afin qu’il puisse se réorienter au fil de sa vie vers des métiers moins pénibles alors qu’il avance dans l’âge. On peut accepter de travailler jusqu'à âge plus avancé, mais il faut dans le même temps encourager l'aménagement des fins de carrière pour éviter une rupture sèche de l'activité. Cela passe aussi par une promotion de la santé au travail, notamment via la prévention des risques psychosociaux. Les socialistes doivent inciter les partenaires sociaux à s'emparer de ces sujets.

Nous voulons un changement de regard sur la vieillesse et une meilleure prise en charge par l’Etat de la dépendance permettant une meilleure adaptation des emplois et du cadre de vie (Transport, Logement, …) et un meilleur accompagnement des familles, financée par une augmentation des droits de succession et la fusion des aides sociales existantes.

Page 27 sur

11e au Penser les politiques du handicap
En France, d’après l’Insee, 1,8 million de personnes de 15 à 64 ans, vivant à domicile, ont une reconnaissance administrative du handicap qui leur permet de bénéficier de la loi sur l'obligation d'emploi de travailleur handicapé. En ajoutant les personnes qui déclarent avoir un problème de santé depuis au moins six mois et rencontrent des difficultés importantes dans leur activité quotidienne ou avoir eu un accident du travail dans l'année comme définition beaucoup plus large de la population handicapée, ce nombre s'élève à 9,6 millions de personnes. Plus de la moitié des personnes bénéficiant d'une reconnaissance administrative du handicap sont inactives, 44 % d'entre elles déclarent avoir un emploi ou en rechercher un, alors que le taux d'activité atteint 71 % pour l'ensemble de la population de 15 à 64 ans. Grâce à la loi de 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » et grâce à l’action du gouvernement, de nombreuses mesures déjà prises : -­ ‐ Tous les projets de loi doivent prendre en compte le handicap et comporter des « dispositions spécifiques » ; -­ ‐ Proposition d’un CDI aux 28.000 auxiliaires de vie scolaire ; -­ ‐ Professionnalisation de l’accompagnement des jeunes enfants ; -­ ‐ Augmentation du nombre d'AVS ; -­ ‐ Adoption du troisième plan autisme et meilleure prise en compte des besoins des personnes en situation de handicap dans les conditions d’âge des emplois d’avenir ou des contrats de génération. Si la prise en charge du handicap s’améliore et ne se limite plus uniquement au cadre médical, de nombreuses choses restent à faire en matière de jeunesse, d’emploi, d’accessibilité et d’accompagnement médico-social. La réglementation s’avère parfois difficile à mettre en œuvre : le handicap constitue toujours un des premiers motifs de discrimination à l’embauche, trop de famille ne trouvent pas de places en institution spécialisée pour leur enfant lourdement handicapé (ex : autisme). De trop nombreux enfants atteints de handicap se retrouvent encore dans leur collège de secteur, où le personnel n’est pas formé et ne peut pas s’en occuper, par manque de place en établissement scolaire spécialisé. Ces enfants ne peuvent pas progresser. C’est pourquoi, il est urgent d’ouvrir des places supplémentaires en CLIS (Classes pour l’inclusion scolaire), en ULIS (unités locales pour l’inclusion scolaire), mais aussi en Institut Médico-Educatif et en Institut Médico-Professionnel pour les enfants et adolescents présentant un handicap plus lourd. De plus, la formation des personnels de l’éducation nationale, du premier comme du second degré, doit être repensée pour inclure un volet handicap, qu’il soit mental ou physique, et donner aux enseignants qui s’y trouveront confrontés, les moyens de venir en aide à ces élèves. Chaque enseignant doit pouvoir agir à son niveau, même s’il n’est pas spécialisé. Il faut également former plus d’enseignants spécialisés.
Page 28 sur

des

11e au des

Pour les enfants handicapés résidant à leur domicile, les parents doivent être davantage aidés, notamment par un développement accru des SESSAD (service d’éducation spéciale et de soins à domicile). Pour les adultes, il faut également développer les Foyers d’Accueil Médicalisés, les Maisons d’Accueil Spécialisées et les ESAT (Etablissements et Service d’Aide par le Travail). Trop d’entre eux présentant des handicaps lourds, restent à la charge de leur famille jusqu’à la disparition de leurs parents, et se trouvent ensuite placés dans des établissements ne correspondant pas à leurs besoins (hôpitaux psychiatriques par exemple). Pour les personnes en situation de handicap et autonomes, il est urgent de développer leur accessibilité à l’emploi. Le taux de chômage des personnes en situation de handicap est deux fois supérieur à la moyenne nationale. Il faut renforcer les sanctions contre les employeurs ne respectant pas la loi sur l’insertion professionnelle des personnes handicapées, et pratiquant des discriminations à l’embauche. Le taux de 6% de personnes en situation de handicap dans les entreprises et la fonction publique doit être respecté, et la dérogation faite à l’éducation nationale doit être levée. La formation professionnelle doit être adaptée pour ces travailleurs, afin qu’ils puissent pleinement avoir accès à l’emploi, et par là, s’intégrer pleinement à la société. Il faut travailler également sur l’accessibilité qui est la condition incontournable d’une société plus égalitaire. L’accessibilité du cadre bâti, de la voirie et des transports doit faciliter la vie de l’usager, la vie du citoyen et permettre l’accès à la culture et au sport, à tous les services, et présenter des réponses adaptées selon l’évolution du projet de vie de chacun. Aujourd’hui, malgré les échéances fixées pour 2015, seulement 15% de travaux en faveur de l’accessibilité ont été réalisés. C’est pourquoi, nous sommes favorables à la création d'une agence de l’accessibilité universelle. Enfin, de nombreux emplois peuvent être crées dans le secteur de l’aide médico-sociale des personnes handicapées et dépendantes, mais il convient de repenser l’emploi et les qualifications dans ces métiers de l’aide, ce qui suppose de bien mettre au clair ce qui est entendu communément sous l'appellation, extrêmement confuse, de « services à la personne ». De nouveaux métiers d’accompagnants pourront ainsi se développer et être davantage reconnus.

Nous voulons favoriser une meilleure adaptation de la société au handicap. Cela doit passer avant tout par l’école avec des classes spécialisées et des professeurs formés mais également par une amélioration de l’accessibilité handicapé dans la vie quotidienne (transport, logement, bâtiments publics, …) et par une meilleure accessibilité des emplois.

Page 29 sur

11e au des

Faire la réforme pénale en mettant l’humain au cœur du débat
Nous constatons aujourd’hui de graves problèmes dans nos prisons. En juin le nombre de prisonniers atteint un nouveau record en France : 67 977 détenus pour un peu moins de 58 000 places, soit un taux d’occupation de 118,5%. Surpeuplées, vétustes, mal organisées, mélangeant petits et grands délinquants, elles deviennent ainsi de véritables zones de misère et d’apprentissage du crime. Les conditions carcérales de notre pays sont d’ailleurs régulièrement épinglées par l’UE qui souligne les conditions de vie inacceptables. Désaveu du système en place, de la politique de la droite, désavouée par le manque de résultat et une politique du chiffre grossière, comme si la hausse constante du nombre de prisonniers était une réponse au sentiment de besoin de sécurité. Ce n’est pas la politique des dix dernières années qui a été bénéfique pour la sécurité et le respect de la condition humaine. La question est donc aujourd’hui de savoir comment répondre à la situation des prisons, sommes-nous capables de donner au milieu carcéral une dignité, et de lui rendre sa fonction originelle ? Le Gouvernement a pris la question des prisons à bras le corps. Dans le respect des engagements du Président, et après 10 ans d’une politique pénale erratique, contre-productive dans la lutte contre la récidive, l’efficacité est le mot d’ordre de cette réforme gouvernementale. Présentée par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, la réforme pénale est une réforme qui met l’humain au centre. D’une part, le respect des prisonniers est un axe qui ne doit plus être effacé, caché sous prétexte qu’ils n’auraient pas à avoir de droits et d’accès à une condition de vie correcte. Nous souhaitons la garantie de la pleine exécution des peines. Des aménagements devront rester possibles afin de favoriser la réinsertion du détenu, qui ne devra pas être remis en liberté sous la seule décision des psychiatres. C’est l’ensemble de la chaine pénale qui devra être repensée de façon à éviter des remises en liberté dangereuses, et qui ne garantissent pas la pleine reconstruction des victimes. Le système répressif doit être réorganisé au service des citoyens. Il nous faut ainsi lutter plus efficacement contre la récidive, et ainsi mieux protéger les Français, il faut mettre fin aux automatismes, mieux encadrer la sortie de prison des délinquants, fixer des peines plus adaptées et donc plus efficaces, accroître les moyens pour l’exécution des peines. Le Gouvernement a engagé une nouvelle approche pour lutter plus efficacement contre la récidive et mieux protéger les Français, couplée avec un renforcement des moyens. La méthode est pragmatique car elle restaure la capacité du juge à choisir la peine la mieux adaptée. En cela, nous soutenons la réforme Taubira qui nous semble aller dans la bonne voie, face à l’échec des 70 lois de la droite de 2002 à 2012. La suppression des peines planchers était nécessaire car elles étaient inefficaces jusqu’alors contre la récidive; Une peine supplémentaire doit être créée, comme la contrainte pénale où sont concernées les personnes condamnées à des peines de prison avec sursis et mise à l’épreuve ou à de courtes peines de prison.

Page 30 sur

11e au des

Nous appelons au renforcement des moyens juridiques de la police et de la justice dans le contrôle des condamnés, tout comme dans les services sociaux pénitentiaires d’insertion et de probation. Un véritable service dédié au contrôle judiciaire doit voir le jour, afin d’instaurer un suivi des délinquants au-delà de leur condamnation et de ne pas déléguer complètement la mission de réinsertion à une administration pénitentiaire débordée. Enfin, cette dernière doit avoir un budget à la hauteur de sa mission et le pouvoir de mener des expériences pilotes, notamment dans le cadre de structures semi- ouvertes, voire ouvertes.

Nous voulons une réforme pénale humaniste envers les détenus et les victimes mais aussi ferme et efficace, qui concilie la prévention et la répression et s’accompagne d’un renforcement des moyens juridiques de la police et de la justice pour redonner à l’ensemble de la population un sentiment de sécurité et de justice.

B. Le vivre-ensemble, ciment du pacte national
Promouvoir le vivre-ensemble en est un marqueur politique tout à fait indispensable, auquel nous, jeunes socialistes, sommes très attachés. Il est le ciment du pacte national et aujourd’hui la gauche à la responsabilité de rassembler la Nation dans les idéaux communs de la République quand la droite les a tant attaqués et fourvoyés ces dernières années. Faire prospérer le vivre-ensemble se décline de l’Etat à la commune. C’est cette capacité à projeter un peuple face à son destin, le destin de la France dans un monde globalisé où chaque citoyen trouve sa place ; jusqu’à l’échelon de la ville où les municipalités de gauche agissent pour le lien social et la démocratie locale à travers l’ensemble de leurs politiques publique.

La mixité, un combat dans tous les domaines
Le vivre-ensemble, c’est encourager la mixité. La mixité sociale sert une politique de gauche, le catalyseur des inégalités dans leur plus grande diversité. Nous devons mesurer la diversité des problématiques et avoir une approche globale. La gauche a aussi intérêt à promouvoir la mixité sociale car elle permet de combattre les préjugés. Pointer les discriminations est le premier mouvement pour les diminuer et renforcer la cohésion sociale. Il nous revient néanmoins d’être modestes dans notre approche et d’intégrer toutes les contraintes d’une telle ambition car une mixité sociale forcée peut amener de la souffrance due à des phénomènes de comparaison. Si une mixité sociale qui brasse toutes les couches de la population est certainement souhaitable, elle n’est pas facilement atteignable et ne peut se faire sans douleur. En effet, accoler arbitrairement des populations très différentes peut engendrer de la souffrance due à des phénomènes de comparaison. En outre, le véritable enjeu de la mixité sociale se concentre sur la masse de la population. Les logiques de l'entre soi ne concernent pas uniquement les extrêmes de la population mais bien son ensemble de la population. Ces phénomènes de stratégie sociale des acteurs font que certaines des meilleures politiques ont échoué. Des quartiers ont vu les « classes moyennes » les déserter et, par conséquent, se paupériser. Il faut, ainsi, lutter contre ces phénomènes de fuites sociales.

Page 31 sur

11e au des

Agir pour la mixité, c’est une politique de l’habitat pensée à long terme. Il est nécessaire d’appréhender différemment notre rapport à la verticalité. Elle n’est pas un désavantage en soi, elle favorise même le lien social. Face à l'échec de la mixité horizontale construite autour de types d'immeubles et de quartiers différenciés, nous devons encourager la mixité par des offres de logements variés au sein d’un même immeuble et par une diversification par étage. Cela est vrai quel que soit l’espace urbain : il en est de même dans les centres-villes. Ayant fonction de régulation et de « plaques tournantes » des flux, les centres-villes se sont soit rénovés, entraînant un mouvement de gentrification, soit paupérisés avec des offres de logements insalubres. Le développement des logements sociaux doit donc également concerner les centres-villes. La verticalité et la densité favorisent le lien social. Il s'agit de recréer des liens de solidarité entre habitants d'un même lieu par exemple par la promotion des fêtes des voisins, de la vie associative de quartier, etc. C’est cette solidarité et cette vie collective qu’il manque dans les lotissements de deuxième couronne et qui se perd parfois dans les grands ensembles des banlieues. Il y a un équilibre à tenir entre d’une part, l’habitat collectif parfois subi (grands ensembles avec vis à vis importants, absence de lieux ouverts privés comme les jardins et accaparation de certains lieux collectifs par une partie de la population) et, d’autre part, l’habitat individuel de type résidentiel, où la vie collective est marquée par une absence de lieux de sociabilité. Dans ces lotissements, le tissu urbain n’est pas pensé collectif mais comme purement privatif.

Nous devons nous débarrasser de l’idée que l’accession à la propriété serait un aboutissement. Les modèles d’accession au pavillonnaire de première voire de deuxième couronne ont déjà montrés leurs limites. La question des limites de la ville est clairement posée. L’étalement urbain ne règle en rien celui de la crise du logement. La périurbanisation, faisant croître les mouvements pendulaires, est un contresens tant écologique qu’en termes d’aménagement du territoire maîtrisé ; le grignotage des terres arables rend effective la disparition de l’équivalent de la surface moyenne d’un département tous les dix ans. La seule commune ne peut être en mesure de maîtriser l’accélération de l’étalement urbain : l’échelon intercommunal (ou de la métropole) apparaît plus approprié dans la maîtrise d’un développement harmonieux et équilibré d’un territoire. Les règles des outils déjà à disposition tels que les PLU (plans locaux d’urbanisme) et les SCOT (schémas de cohérence territoriale) nous apparaissent devoir être plus contraignants et surtout plus homogènes entre les communes d’un même bassin de population. Cette mise en cohérence possible via l’intercommunalité doit aussi être perçue par le prisme des opportunités de péréquation des moyens entre communes riches et celles moins bien dotées où les problèmes de logement y sont persistants.

Page 32 sur

11e au des

Traiter du vivre-ensemble, c’est penser les territoires dans leur globalité. C’est d’ailleurs le sens de la réforme de la politique de la ville engagée par le Gouvernement qui traite de ces questions en transversalité. Ce changement d’approche est particulièrement pertinent. Implanter les différents services publics relève de l’aménagement de tout le territoire. Il convient de favoriser les mobilités afin de faire se déplacer les habitants au sein dans leurs villes, pour lutter contre le repli communautaire. C’est précisément pour lutter contre ces phénomènes d’entre soi que la carte scolaire demeure pertinente. La politique de l’emploi doit-elle s’exercer partout et être accessible à toutes et à tous. C’est aussi ce qui contribue à l'ouverture de chaque quartier sur sa ville et sur le monde. C’est d’ailleurs à ce titre que les dispositifs tels que les emplois d’avenir et les emplois francs doivent être soutenus fortement par tous les acteurs de l’action publique.

Nous voulons encourager une mixité sociale raisonnable, pensée sur le long terme et variée jusque dans chaque immeuble et favoriser le vivre ensemble par un décloisonnement des quartiers et la mise en place d’activités sociales ou associatives dans chaque territoire.

Faire la mixité intergénérationnelle
Les jeunes socialistes doivent s’intéresser à la mixité intergénérationnelle. La vie ne s'arrête pas à la retraite, la vieillesse n’est pas une maladie. Nous plaidons pour un «service civique intergénérationnel», où des jeunes en service civique iraient dans des maisons de retraites, ou dans les services de la DRPA des différents CCAS pour faire de l'aide à domicile. Cela peut aussi se traduire, par exemple, en implantant des écoles près de maisons de retraites, et en créant des liens entre ces différents établissements. Les associations sont des acteurs indispensables du vivre-ensemble. Elles ne peuvent plus constituer la variable d’ajustement dans les collectivités. Le fait de faire venir des associations dans les villes et les quartiers permet de faire sortir les habitants de leurs routines, mais surtout de faire découvrir d'autres formes de cultures. Nous devons encourager dans nos villes, l'échange entre les différents quartiers et de leurs associations, afin de créer des liens et d’atteindre notre objectif d'ouverture sociale et culturelle. Car mieux intégrer tous les âges est aussi nécessaire pour les jeunes. Sans tomber dans le misérabilisme ou une vision catastrophiste de l'état des relations entre les générations aujourd'hui, force est de constater que les jeunes souffrent du regard que la société porte sur eux. Premier constat, les différentes limites d'âges qui comptent pour la société: 16 ans possibilité d'émancipation et droit de conduire encadré, 18 ans majorité légale et pénale, 25ans majorité sociale et droit de toucher réellement le RSA.

Page 33 sur

11e au des

Le service militaire assurait pour chacun des réformés une période de vie où la mixité sociale jouait à plein. Le retour d’un service militaire, même rénové, nous paraît anachronique. En revanche, jeunes socialistes, plaidons pour la création d’un service civique obligatoire. Loin d’être un retour en arrière, c’est un nouveau socle commun à toute une génération qui est proposé obligatoirement aux femmes et aux hommes de 16-25 ans. Ce service, d’une durée de six semaines et pouvant être intégré au cursus scolaire pour les jeunes en études, suit plusieurs objectifs : le développement du vivre- ensemble et de la mixité, l’apprentissage de compétences (brevet de secourisme, pourquoi pas le permis de conduire…), l’ouverture aux autres (initiation à la vie associative), la sensibilisation aux valeurs de la République. Ce service civique pourra être effectué dans les associations, les collectivités ou l’armée, où tous trouveront place, quelle que soit l’origine sociale, et chacun acteur au sein de la société.

Pour les devoirs la société a tendance à abaisser l'âge, tandis que pour les droits pas de changements en vue ! Cet exemple illustre la tendance de la société à bizuter socialement les jeunes. Nous devons poser la question des restrictions actuelles de l'accès au RSA pour les moins de 25ans. Il n'est pas justifiable que ce dispositif soit quasi exclusivement réservé aux plus de 25 ans. A la fois pour répondre au principe d'égalité de notre République, mais aussi pour lutter contre le sentiment d'exclusion que ressentent de nombreux jeunes, il faut généraliser ce système du RSA à tous les citoyens sur une base justifiable qui ne soit pas l'âge. Nous sommes par ailleurs favorable à la fusion du RSA avec la Prime pour l’Emploi. De même, la question de l'usage abusif des stages doit être traitée. Cette pratique prétendument justifié par le manque d'expérience des jeunes et le déséquilibre du marché de l'emploi font que les jeunes (y compris ceux qui possèdent une expérience professionnelle) subissent ces pratiques, des rémunérations inferieures à la moitié du SMIC tandis que les autres catégories de population y échappent. Dans le sens de ce qu'a déjà proposé le gouvernement, il faut continuer à encadrer l'usage des stages pour éviter que ces pratiques injustes perdurent.

Nous voulons réconcilier la jeunesse avec les autres générations et porter la création de nouveaux droits pour la jeunesse : Ouverture du RSA aux moins de 25 ans, encadrement des stages, …etc.

Page 34 sur

11e au des

La culture est un formidable creuset pour le vivre-ensemble. Mais force est de constater que l’accès à la culture pour tous demeure encore aujourd’hui un enjeu fort ; il nous faut faire tomber les barrières qu’elles soient d’origines culturelles, éducatives, sociales. Nous encourageons la reconnaissance de toutes les formes culturelles. Outre la gratuité des musées qui est un encouragement important que nous soutenons, mais cette mesure ne suffit pas à susciter un intérêt et une compréhension des arts. Il nous faut poursuivre cet effort de sensibilisation à la culture, par d’autres moyens. Les politiques de médiation culturelle doivent être encouragées tout au long de la vie. Nous proposons que celles-ci soit développées dès le plus jeune âge, en instaurant dans l’Education nationale des initiations à l’art. Ces initiations à l’art, celles-ci développées sous forme de parcours pédagogiques devraient pouvoir être généralisées dans les régions sous forme d’activités ludiques notamment pour les jeunes enfants, leur permettant ainsi de saisir et de comprendre ce qu’est la création artistique. Le rôle des artistes doit être pleinement reconnu dans ces parcours. Il faut aussi développer les sorties scolaires dans les musées ou dans les expositions : la réforme actuelle des rythmes scolaires devrait pouvoir permettre de laisser plus de temps à ce type d’activité. Enfin, nous militons activement pour l’abrogation de la loi HADOPI. Cette dernière en plus d’être inadaptée à l’ère numérique, va à l’encontre du soutien au partage des biens culturels. Il va de soi qu’une réforme profonde du droit d’auteur est à mettre en œuvre car il n’est plus possible de continuer à opposer les auteurs et artistes à leurs publics. Surtout, on sait aujourd’hui, que l’achat de biens culturels est bien plus régulier chez les personnes qui bénéficient également de leur partage via la toile.

Justice et sécurité, les piliers du vivre ensemble
« Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté doit commencer par leur garantir l’existence »,
disait Léon Blum. La sûreté est un des tout premiers droits du citoyen. La loi du plus fort, c’est la négation de l’égalité. L’insécurité au pas de sa porte, c’est l’éclipse de la liberté d’aller et de venir, de la liberté d’expression et d’opinion, c’est renoncer au vivre-ensemble. La gauche a le devoir de faire face, sans tabous, aux prêt-à-penser idéologiques de la droite comme de l’extrême gauche sur les questions de sécurité et de justice. Parce que ce sont là des valeurs de gauche en ce qu’elles permettent à tous d’avoir une place dans la société, dans le respect de chacun, de s’émanciper, jeunes socialistes ne devons pas rester en retrait sur ces questions. Les passions autour de ce débat, ses excès et ses tonalités les plus populistes, ne doivent pas empêcher la gauche de s’emparer du sujet de la protection publique des personnes et des biens. Le mot d’ordre que doit porter la gauche ne doit plus seulement être la politique de sécurité, discours qui porte implicitement en lui une ethnicisation de notre société et de nos pensées mais le respect de la Loi, qui concerne tous les citoyens, tous les délits, tous les types de délinquance.
Page 35 sur

11e au des

Nous considérons que le phénomène de délinquance ne peut s’appréhender qu’en prenant en compte toutes les considérations économiques, sociales, et politiques. Nous devrons substituer à la politique du chiffre - absurde et arbitraire dans bien des situations - la culture de l’évaluation et du résultat, plus conforme à notre idéale démocratique et à notre volonté d’efficacité en matière de sécurité publique et d’action des services de police. Nous tenons à rappeler que l’insécurité est un problème social car il concerne d’abord les plus modestes et les plus fragiles de notre société. Si nous devons être dur avec la violence, nous devons l’être encore davantage avec ses causes. Dans notre société, les causes de la délinquance ne manquent pas. Elles découlent d’un mal être aux origines diverses, de la précarité économique au manque d’intégration sociale. L'analyse que nous avons construit dans le domaine de l'ordre public, et plus particulièrement de la lutte contre la délinquance, est de manière générale intimement liée à l'amélioration de la situation sociale et du marché du travail. Un meilleur accès à l'emploi pour l'ensemble des foyers de France est à nos yeux une partie importante de la solution pour une réduction durable des phénomènes de délinquance. Notre ambition comprend également des procédés plus spécifiques, visant plus directement une meilleure cohésion entre les actions de police et la société, l'environnement sur lequel elles agissent. Ce renforcement de la mission de police se concentre sur deux volets : un dialogue plus important avec la société, et la poursuite de la remise en valeur de son capital humain. Le retour de la police de proximité, dans les ZSP, marque en cela une différence fondamentale d’approche et un retour de la confiance pour la population dans leurs forces de l’ordre. Dans notre projet, la meilleure prise en compte de la dimension humaine de la mission de police va de pair avec une augmentation des moyens humains. A ce titre, nous encourageons l’action gouvernementale qui consiste à soustraire aux efforts les moyens de sécurité et de justice. La question de la formation des sous-officiers de police et de gendarmerie nécessite d’être mieux traitée qu’elle ne l’est aujourd’hui. Nous appelons à une réforme des concours, des moyens d’accès et de la formation. Un Haut Conseil des Citoyens, tirés au sort, pourrait permettre de faire la transparence et remettre de la confiance dans le système. La reconstitution de la Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité participe aussi pleinement à une mission de police renforcée. Faire appliquer la loi, c’est naturellement donner tous les moyens nécessaires aux forces de l’ordre mais également, bien entendu, à la Justice. Le démantèlement méthodique des fondements de notre système judiciaire, la réduction de ses moyens, lors des dix dernières années du pouvoir de droite, a mis en péril le rôle régalien de l’Etat et l’Etat de Droit. Les interpellations musclées, les gardes à vues abusives, la politique du chiffre qui ne s’attaque pas aux racines, la suppression qui avait été annoncée du juge d’instruction ont été autant de mesures qui décrédibilisent l’action publique, mettent en cause son autorité et contrevient à la séparation constitutionnelle des pouvoirs que nous souhaitons réaffirmer. Nous saluons l’action du Gouvernement qui a sanctuarisé les moyens de la Justice.

Page 36 sur

11e au des

Nous souhaitons encourager un dialogue plus fort entre la magistrature et les forces de l’ordre. La sécurité c’est l’affaire de toute l’administration de l’Etat. C’est une condition nécessaire pour que notre système répressif - qui repose sur le Ministère de l’Intérieur, la Chancellerie et l’administration pénitentiaire entre dans une véritable logique de service public. Nous militons pour la création d'un conseil national permanent pour les questions de police et de justice, composé des principaux interlocuteurs syndicaux. Les Conseil locaux de sécurité et prévention de la délinquance (CLSPD) répondent de cette même logique. Ce sont des outils innovants de travail puisqu’ils permettent de cordonner une politique globale prenant en compte tous les acteurs : police nationale et municipale, préfecture, médiateurs, élus locaux, etc. Enfin, un renforcement des polices municipales en véritables polices de terrain, orientés vers l'îlotage, la prévention des risques et la tranquillité publique, peut être envisagé, à condition de définir clairement la fonction des polices municipales pour en faire non-pas une force supplétive de la police nationale, mais bel et bien une force complémentaire.

Nous voulons lutter contre l’insécurité qui touche en premier lieu les plus fragiles. Cette lutte doit passer par un effort de prévention des causes sociales de la délinquance et par un renforcement de la coordination et des moyens des services de Police et Justice.

C. Le progrès dans le respect de chacun
Une République laïque et exemplaire
La Laïcité c’est dissocier la citoyenneté de toute appartenance religieuse, c’est à la fois la liberté de conscience, la liberté de penser, la neutralité des pouvoirs publics, l’égalité des droits et des devoirs des citoyens sans distinction de religion ou de conviction. La laïcité s’exprime par la reconnaissance et le respect de toutes les religions. La question de la laïcité aujourd’hui ne doit pas se cristalliser autour de questions telles que celle du port du voile dans l’espace public. Dans ce cas bien précis, il s’agit moins d’une question de religion que d’une question de culture. Nous devons repenser le rapport de notre société avec les religions. En France la laïcité s’est construite dans un combat politique en opposition à l’Eglise catholique. Nous devons redéfinir les fondements de ces valeurs pour passer d’un phénomène politique d’opposition à des valeurs partagées par l’ensemble de nos concitoyens. La République doit être ferme si elle veut être efficace. Les valeurs républicaines, dont la laïcité, ne sont plus une évidence au sein de notre population. Le Front national se sert de ce phénomène pour faire croire que certains individus sont inadaptés à la République, visant ainsi les populations immigrées. Nous appelons donc à l’exemplarité au sommet de l’Etat. Si, nous refusons le financement public des organisations à caractère religieux, chaque religion doit être accueilli partout ainsi nous saluons et encourageons la possibilité pour les associations cultuelles de contracter avec les collectivités des baux emphytéotiques administratifs permettant de construire des lieux de cultes et d’en devenir à terme propriétaire. Cette solution garantie le respect de la laïcité tout en garantissant le libre exercice du culte.
Page 37 sur

11e au des

Cette laïcité devra aussi s’instaurer pleinement au niveau européen. Elle exige une ouverture à tous. La laïcité c’est le combat pour l’égalité des droits entre les hommes et les femmes. Nous assimilons la laïcité au pluralisme et à la tolérance car elle conduit à respecter la diversité des opinions des croyances. A l’heure où le repli sur soi devient la norme, où les extrémismes religieux et politiques jouent sur la détresse des gens, le solidarisme doit devenir notre véritable rempart. Les partis sociaux-démocrates inspirés du solidarisme ont toujours été les remparts contre les poussées des mouvements fascistes. Ces mouvements fonctionnent partout où la protection sociale est menacée et contestée dans ses fondamentaux. Rappelons-le, l’individu isolé n’existe pas ! Ouvrons grand nos portes et fenêtres, ouvrons nous au syndicalisme, aux fédérations des œuvres laïques, aux associations d’enseignants, aux nouveaux mouvements sociaux et aux associations. Construisons ensemble la société de demain. Aujourd’hui notre organisation est trop refermée sur elle-même et quelques fois totalement déconnectée des réalités. Trouvons une voie entre l’individualisme libérale et le socialisme autoritaire et réaffirmons le principe de solidarité et d’interdépendance entre les hommes.

Nous voulons que l’Etat défende le principe de laïcité et la solidarité républicaine entre les individus pour lutter contre le repli sur soi et les communautarismes.

La loi sur la bioéthique encadre l’ensemble des techniques biomédicales, elle comprend donc l’encadrement, la recherche, l’expérimentation, l’acquisition ou encore la diffusion du savoir scientifique sur le vivant. La loi de 2011 a permis l’autorisation du don croisé d’organes intervenant en cas d’incompatibilité entre proches, ainsi que l’encadrement des procédés des procédés d’assistance médicale à la procréation. Mais le débat se focalise aujourd’hui sur l’interdiction de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Ces fameuses cellules souches sont ce qu’on appelle des cellules souches embryonnaires issues d’embryons surnuméraires. Lors d’une fécondation in vitro, les médecins sont conduits à constituer plusieurs embryons pour le couple afin de favoriser la réussite du processus. Dès lors que les parents réussissent à avoir un enfant, se pose la question du devenir de ces embryons surnuméraires. La loi de 2011 revient rapidement sur la recherche sur les cellules souches, les possibilités de dérogations à l’interdiction étant affinées, pour permettre les recherches non plus susceptibles de permettre des « progrès thérapeutiques majeurs », mais des « progrès médicaux majeurs, permettant d’inclure les recherches en matière de prévention et de diagnostic. Dans ce cadre, nous jeunes socialistes devons réaffirmer notre soutien à la recherche et aux chercheurs, proposer une révision de la loi de 2011 dans le but d’autoriser la recherche sur les cellules souches embryonnaires, porteuse de progrès pour l’avenir de la médecine. Cette recherche doit être bien sur encadrée par des règles éthiques, et toujours être en conformité avec le principe de respect de la dignité humaine. Nous devons également défendre un véritable débat sur ces questions, avec la participation de la société civile et de l’ensemble des acteurs et citoyens qui se sentent concernés.

Page 38 sur

11e au des

Portons la légalisation de la PMA et de la GPA
Le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault a adopté la proposition du candidat Hollande du mariage et de l’adoption pour tous les couples. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Il a cependant soigneusement évité de revenir sur des enjeux qui continuent de poser question, y compris au sein de la Gauche, celui de la procréation médicalement assistée ou PMA, et celui de la gestation pour autrui ou GPA. Si nous avons reconnu le mariage et l’adoption à tous les couples, c’est bien pour permettre à chacun, quel que soit ses orientations sexuelles, de construire une famille et d’avoir des enfants. Or aujourd’hui, nous ne pourrons pas ignorer les exceptions qui existent encore dans notre société, les exclus de cette possibilité fondamentale. Qui sont-ils ? Toutes ces personnes qui s’étaient imaginées pouvoir donner leurs gènes à leurs enfants, qui souhaitaient voir leurs enfants grandir en leur ressemblant de plus en plus. L’adoption est une belle solution pour avoir des enfants, mais l’envie de filiation est un sentiment naturel. Si pour les couples hétérosexuels il existe la possibilité de l’insémination artificielle, celle-ci n’existe pas légalement pour les couples de même sexe. La seule circulaire parue sur le sujet se contente de reconnaître les enfants français nés à l’étranger d’une PMA… Nous savons que ces pratiques ont lieu dans des pays comme en Belgique ou aux Etats-Unis, et nous sommes bien sur prêts à reconnaître ces enfants, mais nous nions la possibilité d’une PMA pour les couples de même sexe en France. Ce qui interroge sur les conditions sanitaires, financières et juridiques de ces pratiques. La question de l’ouverture de la PMA aux couples de même sexe, posera de fait celle de l’ouverture à la GPA. Si les couples de femmes, une fois l’insémination réalisée, pourront accueillir cet enfant dans le ventre de l’une d’entre elles, cela ne règle pas le problème pour les couples d’hommes. Pour eux, la seule possibilité reste celle de la gestation pour autrui. Faire appel à une femme pour qu’elle porte pendant 9 mois leur bébé. Cette possibilité devra bien sur être également ouverte aux couples hétérosexuels. Cela pose bien sur de nombreuses questions. Mais ne tombons pas dans le débat caricatural de l’aliénation et de la marchandisation des corps, car alors nous continuerions d’ignorer la situation de ces couples. Nous pourrions envisager que cette femme ait déjà eu des enfants, pour qu’elle ait une meilleure conscience de ce que c’est que d’être enceinte et de donner naissance à un enfant. Cette relation ne serait en aucun cas tarifée la gestation pour autrui ne peux pas être une réponse à la misère sociale de certaines femmes, un enfant n’a pas de prix. La mère serait seulement dédommagée de ses frais de grossesse. Enfin, un suivi psychologique serait bien sur assuré pour cette femme, ce couple et leur enfant. Cette pratique bien encadrée permet de prendre en compte le vœu de ces couples d’avoir des enfants qui aient leurs gênes, sans passer par la procédure longue et pas toujours simple de l’adoption. Les pays, dans lesquels cette pratique est encadrée, ne rencontrent pas de difficultés particulières.

Nous voulons que la France soit avant-gardiste en terme de droits sociétaux et sommes ainsi favorables notamment à la PMA, la GPA, à la recherche sur les cellules souches ou à la mise en place d’une assistance sexuelle pour les personnes handicapées.

Page 39 sur

11e au des

Les personnes en situation de handicap ne doivent pas être empêchées d’exercer leur droit à la dignité et à la dimension citoyenne. A l’égalité de droit doit s’ajouter l’égalité de fait. Or s’il est coutume de proclamer le droit des personnes dépendantes à l’égalité des chances dans tous les domaines, l’accompagnement érotique de personnes en situation de handicap demeure encore un sujet ignoré, éludé. La demande des personnes en situation de handicap d’accéder à des pratiques sensuelles, voir sexuelles, suscite à la fois incompréhension et méfiance. Elle soulève des problèmes à la fois éthiques, techniques, médicaux, juridiques ou encore économiques. Une reconnaissance de la sexualité pour les personnes en situation de handicap constitue une étape dans l’acceptation du handicap. Ignorer la sensibilité et la sensualité des personnes nécessitant un accompagnement constant contribue à les enfermer dans leur différence et à les désincarner. La profession d’assistant sexuel permet de répondre en partie à cette demande en mettant en place un accompagnement personnalisé dont le but est d’aider la personne handicapée à rééduquer et à se réapproprier son corps, ainsi que l’amener à reprendre confiance en elle-même en lui offrant l’aisance et l’assurance nécessaire pour aller vers autrui. En Italie, en Suisse, aux Pays-Bas, au Danemark et en Allemagne la pratique de ce métier est reconnue et les prestations réalisées sont remboursées par la sécurité sociale. Ce métier n’est en aucun cas assimilable à la prostitution dans le sens où il nécessite une solide formation spécialisée afin de garantir des gestes et des soins spécifiques ainsi que le respect de la dignité des personnes en situation de handicap. Ces assistants sexuels proposent le plus souvent des massages, des contacts corps à corps, des enlacements, des caresses et des touchers. Les rapports sexuels et les relations sexuelles orales peuvent être proscrites, l’objectif principal n’étant pas nécessairement l’orgasme mais un mieux-être corporel.

Mettre fin à la prohibition de la prostitution
D’autres tabous peuvent ainsi être levés, si on sort du discours bien-pensant qui tend à ignorer les problèmes. Nous ne cautionnons pas le discours moralisateur d’une partie de la Gauche. Abolir la prostitution ? Au-delà du fait que cette assertion reste vide de sens, elle n’est pas souhaitable. La prostitution existe aujourd’hui en France. Nous voulons éliminer certains moyens qui lui permettent d’exister : la violence, les réseaux criminels, l’isolement, la misère sociale, la traite des êtres humains. Nous l’assumons : la prostitution est une pratique libre qui doit pouvoir exister. Chaque homme et chaque femme a le droit de se prostituer. Ce que nous devons aujourd’hui condamner c’est bien la coercition qui existe à la base pour de nombreux et nombreuses prostitué(e)s. Pour casser les réseaux, casser l’isolement de ces personnes, qui n’arrivent pas à sortir de ce système, casser enfin la violence qui fait de ces personnes des exclus, quasiment des criminels, nous devons instaurer un cadre légal pour la prostitution et condamner sévèrement les responsables de toute pratique extérieure à ce cadre.

Page 40 sur

11e au des

Nous devons nous adresser d’abord aux prostitué(e)s. Leur permettre d’exercer ce métier dans un cadre sain qui comprenne des locaux agréables, un suivi psychologique, médical et social, et un cadre juridique qui leur permette d’exister enfin dans la société française. Aujourd’hui nombre de prostitué(e)s sont devenus des invisibles. Ils n’existent pas dans notre pays, n’ont pas de papier, ne payent pas d’impôt, n’ont pas de droit de vote, encore moins de sécurité sociale ou de retraite. Ces hommes et ces femmes travaillent toute leur vie et ne peuvent pas sortir de ce cercle vicieux. Ils n’ont même pas la possibilité de s’exprimer dans la sphère publique sur ce qui les concerne. C’est à eux que nous devons d’abord nous adresser. Et c’est eux que nous devons entendre. De nombreuses associations de prostitué(e)s ont signé récemment un manifeste contre la pénalisation de prostitué(e)s et de leurs clients et se prononcent en faveur d’un cadre légal de la prostitution. La pénalisation des clients ne peut qu’accentuer la précarisation des prostitué(e)s les forçant à davantage de clandestinité, les éloignant des associations de soutien et des structures de suivi.

Nous souhaitons un meilleur encadrement de la prostitution, respectueuse des travailleurs et travailleuses sexuels et une lutte accrue contre les réseaux de prostitution forcée.

Le chemin du tout répressif en France a depuis longtemps montré ses limites : hausse des trafics, marché noir, augmentation des prix et hausse des violences liées à la vente de drogues. Les vendeurs illégaux ne pouvant faire appel à la loi pour régler leurs différends, les problèmes s’arbitrent par vendetta et règlements de compte. Pourtant si la France est toujours le pays dont la consommation de cannabis en Europe est la plus élevée, son commerce et son usage restent prohibés. Contrairement à ce que raconte la droite, les pays ayant dépénalisé l’usage de cannabis n’ont pas étés confrontés à une augmentation de la consommation de toutes les drogues. Nous jeunes socialistes devons promouvoir d’autres solutions en défendant une alternative à la politique répressive qui criminalise toutes les formes de consommation, sans accompagner les victimes de toxicomanie. Car le problème se pose aussi vis-à-vis des consommateurs. Comment peuvent-ils bénéficier d’un véritable suivi pour sortir de leur addiction à la drogue, s’ils sont considérés comme des criminels ? L’Etat se doit d’organiser une régulation publique en commençant pas définir la vente et la consommation de cannabis, et en mettant en œuvre les moyens nécessaires pour un enseignement et une éducation pédagogique vis-à-vis de cette nouvelle approche des drogues. En attendant que les conditions politiques soient réunies pour réaliser cette réforme, il est urgent de promouvoir l’ouverture massive de salles de consommation pour répondre aux problématiques sanitaires .

Page 41 sur

11e au des

Changer la politique pour redonner confiance
A. Repenser nos institutions
Rapprocher le pouvoir des citoyens
« La République doit se construire sans cesse car nous la concevons éternellement révolutionnaire, à l’encontre de l’inégalité, de l’oppression, de la misère, de la routine, des préjugés, éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir » - Pierre Mendès France.
Plus que jamais, la gauche au pouvoir, si elle veut être en capacité de transformer la société, doit renouer avec elle et retrouver le sens d’un dialogue avec les citoyens. Plus qu’à la gauche d’ailleurs, cette responsabilité incombe à l’ensemble de la classe politique française. Jamais, le fossé n’aura été aussi grand entre le responsable public et le citoyen qui, sur les marchés, lors d’actions de terrain, rappelle à chacun que le défi est essentiel. Refuser de le relever reviendrait ainsi à laisser le doute et la défiance rompre ce qui fait notre République et les valeurs que nous portons collectivement. Y renoncer, ce serait donner du crédit aux populismes de tous bords qui n’attendent que nos faiblesses pour prospérer.

Rénover notre République
Répondre à cette perte de confiance dans les institutions et la République, c’est d’abord interroger nos façons de penser et nos modes d’action publique, ouvrir des chantiers courageux pour préparer l’avenir et qui répondent aux aspirations de nos concitoyens sur le long terme. Il n’y a pas de recette miracle : c’est d’abord en étant au rendez-vous des enjeux socioéconomiques du moment, en adaptant notre logiciel que la confiance dans le politique pourra être restaurée. Nous ne partageons pas l’idée qu’un saut dans un nouveau régime serait de nature à répondre à la situation. Au contraire, ce serait créer davantage d’illisibilité dans le système quand la Vème République permet précisément d’assurer de la stabilité dans la permanence des institutions et d’éviter des crises profondes de gouvernement. Pour autant, nous souhaitons rénover notre Vème République. Les différentes affaires politicomédiatiques semblent avoir réveillé certains de nos responsables, et d’importantes avancées ont été enregistrées, notamment il y a quelques semaines, dans le cadre d’une loi sur la transparence de la vie publique. Une réforme profonde des habitudes comme des règles doit être engagée : transparence, ouverture et efficacité doivent désormais commander cette transformation du système politique et démocratique. Renouveler notre approche de l’action publique, c’est systématiser le recours à l’expérimentation, à l’évaluation des politiques publiques, à l’expertise citoyenne. La fermeté de nos convictions n’induit ni l’arbitraire ni les prêt-à-penser, la souplesse dans la mise en œuvre est source d’efficacité.

Page 42 sur

11e au des

Nous souhaitons assurer davantage de représentativité dans notre système. Le non-cumul des mandats doit devenir une réalité pour assurer le renouvellement des instances représentatives nationales comme des assemblées locales. Nous pourrions même réfléchir à coupler le dispositif prévu par la future loi par une interdiction dans le temps au-delà de trois mandats consécutifs. Les députés et sénateurs, lorsqu’ils obtiennent les suffrages des citoyens, doivent également être en capacité de démissionner de la fonction publique et de ne pas avoir recours à des activités professionnelles privées annexes pouvant se révéler contradictoires à l’intérêt général et au bon exercice de leurs fonctions. Nous voulons également aller plus loin en mettant en place un véritable statut de l’élu. Ce statut permettrait, d’abord, de favoriser l’accès aux fonctions électives et un certain renouvellement de la représentation politique. Aujourd’hui, 60% des maires de communes de 5000 à 20000 habitants sont des retraités, 20% des fonctionnaires et 18% des professions libérales. Il convient de rassurer sur les ruptures de vie et de carrières afin que les citoyens de tous âges, de tous horizons, puissent s’engager dans la vie publique.

Nous proposons que l’allocation de fin de mandat puisse devenir une allocation de retour à l’emploi : elle doit donc être versée à l’ensemble des membres de l'exécutif dans les communes de 10000 habitants et plus. Cette indemnité, actuellement plafonnée aux six mois suivant la fin du mandat, pourrait être plus longue dans le temps - sur une année, par exemple - tout en étant régressive à compter du septième mois Nous proposons également la création d’un droit au congé électif pour tout candidat aux élections municipales dans les communes de 1000 habitants et plus (contre 3500 aujourd’hui). Dans les communes de plus de 10000 habitants, les membres des exécutifs pourraient bénéficier d’une suspension de leur contrat de travail, garantissant un retour plus aisé à l’emploi à la fin du mandat. Un droit individuel à la formation doit être créé : il serait financé par une cotisation obligatoire sur les indemnités. Un mandat électif doit également être valorisé par l’ouverture d’une procédure de validation des acquis de l’expérience (VAE). Le CNFPT, l’actuel organisme de formation des fonctionnaires territoriaux, pourrait prendre en charge la formation des élus locaux. Enfin, s’agissant des indemnités, une réforme doit être envisagée afin de réduire les disparités entre les territoires en particulier dans le cas des conseils départementaux et régionaux.

Nous souhaitons aller encore plus loin dans la question de la représentativité : avec l’ouverture du droit de vote aux étrangers non-communautaires aux élections locales, ainsi qu’avec l’introduction d’une dose de proportionnelle aux élections législatives. Nous pourrions également revoir à la baisse le nombre de députés. Ces dispositions majeures appellent à une modification de la constitution et donc à un vote du congrès. Par une réforme globale et équilibrée, le consensus doit être recherché.

Page 43 sur

11e au des

A l’essence même de notre démocratie, il y a également la transparence. Le citoyen ne souhaite pas être mis de côté au moment de la prise de décision, comme il refuse qu’on lui masque des éléments sur ceux à qui il a confié un pouvoir. Beaucoup de choses changent avec la loi de transparence de la vie publique : création d’une autorité indépendante, à qui les principaux responsables politiques et administratifs de notre pays devront transmettre une déclaration de patrimoine en début et en fin de mandat ainsi qu’une déclaration d’intérêts, possibilité pour le citoyen de consulter ces déclarations de situation patrimoniale... Considérant l’éthique comme l’implicite de la vie publique, et plus spécifiquement de la politique, nous souhaitons aller plus loin en supprimant la réserve parlementaire, aujourd’hui symbole d’opacité. Nous sommes ceux qui portons l’éthique en politique. L’éthique en politique, c’est la mise en application d’un état d’esprit reposant à la fois effectivement sur la transparence mais aussi sur la fidélité. Fidélité envers ses propres idées dans le cadre d’une cohésion de l’action, et fidélité envers les citoyens. La transparence, elle, est l’autre face de la fidélité, sa mise en œuvre : l’élu doit répondre de tous ses actes, et être à même de pouvoir justifier ses conduites, ses choix, ses votes. Si le socialisme n'est pas une religion, c'est un idéal politique qui, sûrement plus qu'un autre, mérite de notre part un comportement irréprochable, sans manipulation ni manigance, qui impose de répondre sérieusement aux enjeux d’aujourd’hui sans tromperie. A l’heure où le fossé entre les politiques et les citoyens se creusent, avec le nécessaire renouvellement des pratiques, il est fondamental de faire de l’éthique le point cardinal de toute action politique. Cela nous conduit également à réfléchir à la place de la politique : elle n’a pas vocation à s’immiscer dans tous les domaines de la société. Si elle doit être ferme et juste, elle doit cependant laisser la place à la négociation et au compromis à chaque fois que cela est possible. Faire croire que l’on peut tout changer grâce à la politique, c’est mentir ou tendre vers le totalitarisme. En politique, il n'y a pas de science exacte : chaque problème peut amener plusieurs réponses. C'est l'électeur qui choisit, et c'est au militant politique d'aiguiller son choix, sans mensonge. La démocratie représentative reste le fondement de la démocratie, elle n’est pas, réaffirmons-le, un pis- aller technique permettant l’expression de la volonté générale. La volonté générale ne préexiste pas à la représentation et c’est parce qu’un dialogue peut se nouer entre le représentant et le représenté que celle-ci peut se construire. Cependant la démocratie représentative ou « délégatrice » doit être, non pas remise en cause, mais complétée par une participation plus régulière des citoyens au-delà d’une convocation au suffrage tous les cinq ans. Nous portons l’idée de mise en place de larges plates-formes de débats et de consultations pendant la législature pour permettre au citoyen de s’exprimer sur des sujets marqués par une forte incertitude technique, sociale ou politique. La transparence sur le traitement des déchets nucléaires appelle par exemple une participation citoyenne.

Page 44 sur

11e au des

Cette transformation du système politique français doit nécessairement passer, également, par une adaptation de ses institutions nationales. La souveraineté du parlement sera pleinement rétablie en lui confiant tout la pleine maîtrise de son ordre du jour. Nous souhaitons ainsi porter la réflexion d’une réforme du Sénat et d’une fusion de cette assemblée avec le Conseil Economique, Social et Environnemental. L’alliance d’une représentation des territoires avec le CESE composé aujourd’hui de représentants de la société civile et des corps intermédiaires nous parait tout à fait pertinente quand, aujourd’hui, ce dernier produit un travail de qualité mais en vain. Cette réforme serait la base d’une démocratie sociale revivifiée, d’un dialogue entre l’Etat, les territoires et la société civile, ainsi que l’occasion de modifier en profondeur les habitudes de conception des politiques publiques. Cette réforme serait, qui plus est, l’occasion d’assurer plus d’efficacité dans le processus législatif. L’efficacité devra également être considérée lors de la nomination des gouvernements. Pour en finir avec un exécutif illisible et incohérent, répondant davantage à des considérations politiques, nous souhaitons, comme c’est le cas dans d’autres démocraties européennes, limiter le nombre de membres du gouvernement à quinze ministres maximum.

Nous voulons rénover les institutions de la Vème République pour permettre d’avantage d’efficacité (expérimentation, évaluation des politiques publiques, limitation du nombre de ministres, statut de l’élu, fusion du Sénat et du CESE) et une meilleure démocratie citoyenne (consultations directes, droits de vote des étrangers, …) ; et nous souhaitons une classe politique exemplaire : plus éthique, plus transparente, s’appliquant le non-cumul des mandats.

Une décentralisation plus ambitieuse
La rénovation de nos institutions n’est pas l’unique réponse. Nous sommes profondément attachés à la décentralisation et nous pensons précisément qu’il s’agit sans nul doute d’une clé davantage opérante pour l’efficience des politiques publiques. Rapprocher le pouvoir des citoyens pour mieux répondre à leurs attentes, voilà la grande œuvre historique de la gauche qui doit être au rendez-vous. Bien des choses ont changés, depuis la première loi de décentralisation de 1982, portée par la gauche, rares ont été les véritables réformes ambitieuses bousculant le système. Pendant la campagne présidentielle l’ambition était pourtant là, sans doute aussi forte que les attentes : on nous annonçait un nouvel acte pour plus de démocratie, plus de proximité et plus d’efficacité. Force est de constater que le compte n’y est pas et que, si des évolutions salutaires, à la marge, peuvent être appuyées et soulignées à leur juste valeur, la grande réforme promise a été mise de côté, à cause des conservatismes des élus locaux.

Page 45 sur

11e au des

Aujourd’hui, la gauche se doit de replacer la décentralisation au cœur de son action avec trois objectifs majeurs : -­ a ‐L clarification des compétences pour en finir avec les doublons et le gaspillage, -­ a ‐Lsimplification et la rationalisation des structures pour replacer le citoyen au cœur du système et permettre à la fois de la lisibilité ainsi qu’une dépense publique plus efficace, -­ e ‐L renforcement des collectivités locales dans leurs pouvoirs d’initiative et d’impulsion pour permettre aux territoires de tirer parti de leurs forces, qu’elles soient économiques, sociales, démographiques et culturelles, de mieux servir l’économie et les énergies créatives dans les territoires. Ne soyons pas les effrayés ou les naïfs. Oui, une telle réforme peut être source d’économies et d’efficacité. Prétendre l’inverse reviendrait à conserver un statu quo qui, par l’absence d’autonomie fiscale comme c’est le cas pour les conseils régionaux aujourd’hui, reviendrait à renforcer, un peu plus demain, les inégalités et à mettre à mal nos territoires. Nous plaidons alors pour une redistribution des compétences. La disparition des conseils généraux et le transfert de leurs compétences, entre les régions et les intercommunalités, s’il s’agit d’un objectif ambitieux et lourd de sens, doit être envisagée. Elle permettrait une grande clarification. L’échelon départemental, sur le plan des politiques publiques, est aujourd’hui dépassé : il ne correspond ni aux besoins du pays, ni à la réalité européenne. Il n’est pas un échelon pertinent pour les politiques de proximité. Le découpage en cantons, surtout en milieu urbain, ne correspond plus à aucune réalité territoriale. La forte abstention, aux élections cantonales, remarquable depuis bien des années, est sans nul doute le signal de son incohérence. Nous pouvons mieux répondre aux attentes de la population en redistribuant les compétences dites « stratégiques » du conseil général vers le conseil régional (les interventions économiques, d’aménagement du territoire, de gestion des collèges par exemple) et les compétences dites de « proximité » vers les intercommunalités comme l’ensemble de l’action sociale (handicap, gestion de l’APA, du RSA…etc). Cette suppression, outre les économies d’échelle et celles engendrées par la rationalisation des moyens liés à la réforme, permettra également une diminution du nombre d’élus locaux. Cette réforme, plutôt qu’une simple suppression symbolique, permet donc de renforcer (budget, compétences...) deux niveaux de collectivités territoriales que nous jugeons essentielles pour le développement et plus cohérentes vis-à-vis des réalités territoriales: les Régions, éventuellement redessinées en fonction du vécu des citoyens et des exigences de l’aménagement du territoire, et les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI).

Page 46 sur

11e au des

La redistribution des compétences que nous appelons de nos vœux a pour conséquence de renforcer certains échelons locaux parmi lesquels l’intercommunalité. Cela nous semble être un enjeu tout à fait considérable aujourd’hui que de raisonner sur ce périmètre, celui des bassins de vie, dans lesquels des projets d’intérêt communautaire peuvent être déployés pour mieux répondre aux attentes des citoyens. C’est par exemple souvent vrai des compétences de développement stratégiques comme les questions d’habitat, de rénovation urbaine, de PLU ou autre SCOT. Mais c’est également le cas de compétences de plus en plus communautaires comme la gestion des déchets ou encore de la petite enfance. La réforme de 2010 conduit à ne laisser plus aucune commune isolée du système intercommunal. Ces établissements publics à coopération intercommunale (EPCI) vont donc couvrir la totalité du territoire français en 2014. Ces compétences sont considérables et, pourtant, les élus communautaires ne le sont pas au suffrage universel direct, ce qui apparaît pour nous un manquement démocratique désormais à réparer. Aussi, si le prochain scrutin municipal, par le système du fléchage, permettra d’améliorer la situation sans vraiment toutefois la clarifier, nous militons pour une démocratisation de l’intercommunalité par le biais d’une élection au suffrage universel direct de ses représentants. Cette évolution n’est pas pour nous une négation du fait communal auquel les Français sont attachés. Nous souhaitons que les communes conservent leurs compétences de proximité, en termes de politiques éducative, culturelle, sportive. En revanche, le périmètre de certaines communes pourrait être discuté pour diminuer son nombre. Quel est le sens d’une commune de 50, 100, 300 habitants, qui n’a aucun moyen d’action ?

Nous souhaitons lancer un vaste processus de régionalisation à la française. La réorganisation des régions existantes peut être envisagée mais la réduction du nombre de régions et la fusion de certains territoires ne pourront être réalisées qu’après consultation des citoyens. Nous souhaitons que les Régions se voient reconnaître un pouvoir normatif étendu, c’est-à-dire un pouvoir réglementaire délégué par la loi dans certains champs de l’action publique, notamment dans l’objectif d’adapter les normes aux réalités locales. Ce pouvoir réglementaire régional existe déjà mais pourrait faire l’objet de développements plus conséquents sur certaines compétences. Les régions deviendraient ainsi de véritables autorités organisatrices et auraient pour vocation de coordonner l’action des collectivités infrarégionales au sein d’une Conférence régionale des exécutifs territoriaux (CRETE), chargée de mettre en œuvre un véritable projet de territoire en concertation avec l’ensemble des élus locaux. Nous pourrions ainsi permettre l’émergence d’une véritable gouvernance politique au niveau régional, comme cela peut être le cas dans d’autres pays européens. A ce propos, le Haut Conseil des Territoires, conférence qui réunira demain les représentants de toutes les collectivités au sein d’une région constitue une avancée salutaire.

Page 47 sur

11e au des

La réforme de décentralisation que nous souhaitons doit également permettre une clarification des domaines d’intervention de l’Etat. Celui-ci devra, en effet, se concentrer sur ses missions régaliennes (sécurité, justice, affaires étrangères, questions européennes, défense, santé, éducation). Moins dispersée, l’action de l’Etat n’en sera que plus efficace. Les Régions, quant à elles, verront leurs compétences en matière d’enseignement et de formation renforcées : outre la gestion des collèges et des lycées, les Régions prendront la charge de l’organisation dans l’enseignement supérieur, et verront se renforcer leur rôle en matière de formation initiale comme continue, et d’orientation. Elles auront également vocation à être les fers de lance des politiques économiques, notamment en termes de compétitivité, de soutien à l’industrie, à l’économie sociale et solidaire, encourager les nouvelles démarches environnementales et agricoles. Raisonner à l’échelle régionale, c’est évidemment reconnaître le fait urbain et métropolitain. Le développement des métropoles -dans des approches qui peuvent être très intégrées comme le cas lyonnais- est souhaitable car elles tirent l’ensemble des territoires de son périmètre dans une dynamique de croissance et d’innovation. La démocratisation de ses instances délibératives est néanmoins une condition intrinsèque à sa montée en puissance. Mais au soutien des métropoles, celui plus actif encore de l’Etat doit aussi s’engager vers ces villes dites moyennes, véritables pôles d’équilibre dans les petits territoires urbains, périurbains, ruraux et de leurs intercommunalités. Ces villes qui représentent près d’un cinquième de la population française sont celles qui assurent un maillage important du territoire en termes d’accès aux services publics, de démocratisation à l’enseignement, de soutien à l’industrie et à l’innovation. Elles sont indispensables pour une gestion harmonieuse des territoires. Cette réforme devra être accompagnée d’une autonomie budgétaire et fiscale réelle. Les Régions doivent en effet pouvoir compter sur des recettes fiscales et des fonds propres, non pas seulement, comme c’est le cas aujourd’hui sur les dotations de l’Etat ou les ressources fixées par celui-ci, qui instaurent une instabilité et mettent en cause l’autonomie des collectivités. Le poids des dotations de l'Etat aux collectivités locales est son 2ème poste budgétaire de l'Etat. Pour réduire son déficit et partager les efforts -ce qui est légitime et souhaitable-, l'Etat réduira la dépense dans ce secteur de 3 milliards en 2014 et 2015. La réforme de décentralisation doit donc aujourd'hui être menée en même temps qu'une restructuration de l'appareil des collectivités locales. Une décentralisation réussie et ambitieuse dans une perspective de réforme de ses échelons et de ses compétences passe nécessairement par une réforme profonde du financement de celle-ci. Faire plus et mieux avec moins, tel est l’impératif des élus locaux et des administrations aujourd'hui.

Page 48 sur

11e au des

Nous identifions quatre leviers d'actions pour répondre à cet enjeu : -­ ne ‐U formation des élus plus forte sur les outils d'expertises surtout en milieu rural. -­ ne ‐U péréquation verticale plus adaptée (de l'Etat aux collectivités locales) dans un budget national contraint. -­ aire ‐F monter en puissance la péréquation horizontale (des collectivités "riches" aux "pauvres") c’està-dire, induire une véritable solidarité entre les territoires. -­ ‐ Donner des marges de manœuvre fiscales aux collectivités, la suppression de la taxe professionnelle consacre presqu'exclusivement le poids de l'impôt sur les ménages, favoriser plus de justice fiscale au plan local.

Nous voulons renforcer la décentralisation, source d’économies et d’efficacité accrue, et donc la capacité des élus à prendre des décisions au plus près des réalités du terrain et du quotidien. Cette décentralisation doit s’appuyer notamment sur une redistribution des compétences et une clarification du rôle de l’Etat, par un rôle central des Régions et nécessite un renforcement de la péréquation entre communes riches et pauvres et une autonomie budgétaire et fiscale renforcée des collectivités.

B. Le citoyen, un acteur à part entière du changement
Nous assistons depuis quelques années à un phénomène de méfiance grandissant vis-à-vis du politique. L’abstention, le vote extrême, le désintérêt quotidien pour les questions publiques, nous prouvent chaque jour la nécessité de réimpliquer le citoyen dans la vie publique, de l’inviter, voire de l’inciter, à reprendre en main ses droits et ses devoirs citoyens. Si le paiement de l’impôt est conçu en France comme l’un des devoirs fondamentaux des citoyens, le vote et la concertation publique, sur l’ensemble des politiques développées, sont de véritables droits dont les citoyens doivent pouvoir se saisir.

Etre citoyen, une action quotidienne
Nous sommes attachés à défendre le dialogue social et à l’ériger en norme pour toutes les lois relevant du droit du travail. Le dialogue social recouvre tout ce qui favorise la compréhension entre les différentes composantes de la société. Il inclut toutes formes de négociation, de consultation ou simplement d'échange d'informations entre représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions d'intérêt commun liées à la politique économique et sociale. C’est le choix qu’à fait le gouvernement, dont l’exemple le plus marquant est celui de l'accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013.

Page 49 sur

11e au des

Nous pensons que la pratique du dialogue social et du tripartisme entre le gouvernement et les organisations représentatives des travailleurs et des employeurs sont aujourd’hui ce qu’il y a de plus pertinents pour parvenir à des solutions et pour renforcer la cohésion sociale. Des contrats d’emploi équitables, des conditions de travail décentes et un développement au service de tous ne peuvent être obtenus sans le consentement des travailleurs, des employeurs et des gouvernements, ni sans l’effort concerté de tous. Pour poursuivre à tous les niveaux un dialogue social opérationnel et légitime qui soit la règle et non l’exception, il doit avoir lieu dans un climat de respect des droits fondamentaux que sont la liberté syndicale et la négociation collective. Les organisations d’employeurs et de travailleurs doivent être fortes et indépendantes, en ayant les capacités et les connaissances techniques requises pour participer au dialogue social. C’est pourquoi, nous devons faire en sorte d’accroître le taux de syndicalisation et de participation aux élections professionnelles. Le réflexe syndical est avant tout une culture que la France doit s'approprier et qui peut être favorisée par la constitutionnalisation du dialogue social qui érige les partenaires sociaux en interlocuteurs incontournables.

Nous voulons défendre le dialogue social, et l’ériger en norme pour toutes les lois relevant du droit du travail. Cela passe nécessairement par un respect de la liberté syndicale, de la négociation collective et par un accroissement du taux de syndicalisation.

L’action locale citoyenne
Réimpliquer le citoyen c’est avant tout lui permettre de s’exprimer en dehors des temps de vote. Nous ne sommes pas citoyen un ou deux jours par an. Au niveau local, de nombreux outils peuvent être utilisés par les collectivités territoriales pour permettre aux citoyens de donner leur avis sur les politiques mises en œuvre, voire de participer à leur élaboration. Certaines villes ont ainsi développé un conseil consultatif de la jeunesse. Loin d’être un outil politique destiné à ne servir qu’au moment des élections municipales, le CCJ doit pouvoir se réunir tout au long du mandat pour émettre des avis, des vœux quant aux grands enjeux locaux, mais aussi pour monter des projets : voyages, festivals, débats. Les jeunes doivent pouvoir se saisir pleinement de cet instrument qui ne doit en aucun cas rester entre les seules mains des réseaux jeunes des organisations politiques et syndicales. Le CCJ est au contraire le lieu idéal pour faire se rencontrer toutes les jeunesses, engagées ou pas, mais partageant une volonté commune de participation à la vie publique et à la construction de leur ville. Ces conseils peuvent avoir des budgets alloués et signer des conventions avec les collèges et lycées pour intervenir dans ceux-ci en présentant le conseil et ses activités, attirant ainsi toujours plus de jeunes. La présentation des CCJ peut être lié aux cours d’éducation civique qui doivent être remis au goût du jour et respectés en tant que tels dans les établissements scolaires. Nous ne pouvons faire l’impasse sur l’éducation populaire à la citoyenneté.

Page 50 sur

11e au des

Les conseils de quartier peuvent également permettre à l’ensemble des citoyens de s’exprimer sur les politiques qui impactent directement leur vie quotidienne, mais aussi sur les difficultés qu’ils rencontrent. Parler poubelles renversées, stationnement difficile, ou encore dépôts sauvages, doit faire partie de notre conception de la démocratie participative. L’implication des citoyens dans la vie publique peut commencer par exprimer des difficultés très concrètes. Et c’est le rôle des élus de participer à ces conseils de quartier et de faire remonter les difficultés de leurs concitoyens. La création de maisons de la citoyenneté ou encore de budgets participatifs dans les communes sont d’autres façons pour les citoyens d’accéder de manière informative ou de manière active à l’élaboration des projets qui se déroulent sur leur commune. Des partenariats peuvent également être créés avec les associations locales, qu’elles soient culturelles, sportives ou citoyennes, pour donner une véritable dimension à cette vie sociale qui se déroule dans chacune de nos villes.

Nous voulons favoriser l’implication du citoyen dans la vie politique. Des initiatives existent qui méritent d’être mieux diffusés (CCLJ, Conseils de quartier, budgets participatifs, …etc.).

La vie démocratique ne peut se résumer aux élections. Elle est un dialogue permanent entre les représentants du peuple que sont les élus, mais aussi entre les associations, les syndicats, les partis politiques et les citoyens. Dans une démocratie qui traverse aujourd’hui une crise de représentativité, la question de la participation des citoyens se pose. Celle-ci prend plusieurs formes. Elle est informelle dans la pratique du pouvoir de critique, d’évaluation, de contestation que Pierre Rosanvallon a décrit sous le nom de « contre-démocratie ». Mais elle est aussi institutionnelle à travers le suffrage universel, le référendum et l’ensemble des dispositifs participatifs qui existent et qui concourent à la construction de la décision publique et politique, et qu’il est important de davantage développer. Il s’agit là des budgets participatifs, des débats publics ou bien encore des jurys citoyens et des conférences de citoyens. Ces dispositifs, tous complémentaires, doivent notamment permettre à chaque citoyen de pouvoir participer à la gestion des services publics en apportant leur expertise de « citoyen-usager ». On entend souvent ici ou là que la participation aurait un coût élevé. Ceci est une réalité. Mais ce coût reste moindre que celui engendré par une décision erronée et rejetée par les citoyens. On entend cependant moins parler de l’absence d’outils permettant à tous les citoyens de pouvoir participer à un dispositif participatif pour lequel ils auraient été tirés au sort. En effet, comment participer à une Conférence de citoyens lorsqu’on a un travail ou bien lorsqu’on n’a pas les moyens d’y participer ? Nous proposons donc la reconnaissance du droit au congé citoyen pour tous les citoyens. La reconnaissance d’un tel droit permettra à toute personne tirée au sort de participer au dispositif participatif concerné sans que sa situation personnelle ou professionnelle ne représente un obstacle. Ce congé, de 5 jours maximum dans l’année, sera intégralement pris en charge par l’autorité publique organisatrice du dispositif participatif. Il permettra aux salariés de participer à l’instance en question sans que leur employeur ne puisse s’y opposer et sans subir une perte de revenu. Il permettra par ailleurs aux personnes au chômage, aux bénéficiaires des minima sociaux et aux étudiants, de voir l’ensemble de leur frais de participation pris en charge. La vie démocratique doit reposer sur un idéal d’inclusion permanent. Chaque citoyen, de par ses expériences personnelles, professionnelles et associatives, a son mot à dire dans la construction de l’action publique.
Page 51 sur

11e au Citoyen français, donc citoyen européen
L’action du citoyen peut être également valorisée aux niveaux national et européen. Le Gouvernement a récemment rouvert le débat sur le référendum d’initiative populaire qui doit permettre aux citoyens de s’exprimer sur les grandes politiques mises en place au niveau national. Le problème reconnu pour ce genre de référendum étant notamment le manque d’information et de maîtrise des sujets des citoyens. Il serait donc nécessaire de les accompagner de commissions citoyennes sur les grands projets de loi. Sans que celles-ci soient systématiquement couplées à la mise en place d’un référendum, il faut permettre à tous les citoyens, par exemple sur une base de tirage au sort ou de bénévolat, de participer à des commissions dont la réflexion peut être intégrée aux débats au Parlement. Un véritable travail a été engagé également sur l’accessibilité et la lisibilité de la loi. Il doit être poursuivi et amplifié. Pour que chaque citoyen puisse se saisir des enjeux de politiques nationales, nos textes de loi et l’ensemble des documents relatifs à ceux-ci doivent devenir accessibles à tous. Chaque texte doit faire l’objet d’une vulgarisation, sous réserve que les termes légaux soient conservés dans des versions complètes des documents. Nous sommes aussi des citoyens européens. Les citoyens des pays de l’Union européenne ont aujourd’hui la possibilité de voter aux élections locales et européennes dans tous les pays de l’UE. Or, le taux de participation aux élections européennes ne dépasse pas les 40% en France (et parfois bien en dessous dans certains pays européens). La grande majorité des citoyens européens ne connait pas cette citoyenneté, ainsi que leurs droits, et ne comprend pas non plus les enjeux des politiques européennes, et encore moins le système institutionnel. Alors que nous voulons faire du Parlement européen, seule instance de l’UE élue au suffrage universel direct, la véritable institution légitime à prendre des décisions politiques pour l’UE, nous ne trouvons pas pour le moment les voies et moyens d’expliquer ce qu’est l’UE à nos concitoyens. C’est pourquoi cette citoyenneté européenne doit être mise en avant de deux façons différentes. D’une part, nous devons nous atteler à démocratiser l’ensemble des institutions en les rendant plus accessibles et plus compréhensibles aux citoyens européens. D’autre part, nous devons d’ores et déjà faire plus de pédagogie et développer l’enseignement civique sur cette question. Nous pourrions également envisager le développement de jumelages avec d’autres communes européennes qui donnent à voir ce que sont les liens créés par l’UE, et quelle peut être l’identité européenne. Enfin, nous réaffirmons aussi notre volonté de voir adopter le droit de vote des étrangers aux élections locales dès que possible. Notre citoyenneté doit refléter notre attachement profond à la France. Et si celui-ci n’existe pas moins chez les hommes et femmes de nationalité étrangère qui habitent en France depuis de nombreuses années, que chez les personnes de nationalité française. Alors que nous reconnaissons ce droit aux étrangers communautaires, nous ne pouvons le nier à des femmes et des hommes qui vivent en France.

des

Nous voulons favoriser l’accès à la citoyenneté en France (droit de votes des étrangers aux élections locales, commissions citoyennes, référendum d’initiative populaire, lisibilité de la loi, …) mais aussi sensibiliser les français à la citoyenneté européenne. Cette citoyenneté européenne doit d’ailleurs être mieux connue, mieux valorisée, renforcée, notamment en accordant d’avantage de pouvoir au Parlement Européen et rendant les institutions européennes plus accessibles et plus compréhensibles pour les citoyens européens.
Page 52 sur

11e au des

C. Le Mouvement des jeunes socialistes, au cœur du changement
Rénovons notre organisation
Déjà plus d’un an que la gauche est au gouvernement, et plus d’un an que le MJS ne parvient pas à se positionner sur son rôle et sa ligne politique. Entre critique publique et soutien poussif à la politique du gouvernement, nos militants s’interrogent ainsi que les acteurs de la société civile. A ce titre, le forum « Génération Changement » organisé avec le Parti à Soustons a été un demi-succès. Nous avons eu le plaisir d’accueillir de nombreux ministres et de nous retrouver entre camarades le temps d’un weekend mais les journalistes invités n’ont pas compris notre positionnement, ce qui a été dommageable pour notre crédibilité, et les militants ont peiné à trouver leur place dans un rassemblement laissant peu de place à l’innovation militante. Le MJS voit chaque année des adhérents s’éloigner de lui, découragés, démotivés par la pesanteur de notre organisation, son organisation pyramidale et opaque, ses réflexes sectaires et bureaucratiques. Il est d’ailleurs malheureux de noter que ce ne soit qu’en période de congrès que les adhésions affluent. Notre mouvement se félicite aujourd’hui de compter plus de 7000 membres ; cela reste malheureusement bien dérisoire en comparaison de ses équivalents en Europe. L’élaboration participative de la campagne contre le Front National, les dossiers du changement, les points gouv’ organisés avec les ministres sont des évolutions récentes et encourageantes qui doivent être poursuivies et approfondies. Cependant, notre organisation doit, tant au niveau local que national, s’ouvrir à l’ensemble de la société (syndicats, associations, think tanks, etc.) afin d’élargir son audience et élaborer des propositions innovantes et partagées. Il nous faudra plus généralement sortir de notre entre soi et rompre avec notre fonctionnement hyper-centralisé. Le bureau national constitue certes le sommet organique de notre mouvement mais il doit cesser d’être son seul centre de gravité. Nos différentes fédérations, et donc notre mouvement dans son ensemble, sont les premières victimes de ce mode de fonctionnement. Elles doivent au contraire prendre leur plein essor en tâchant d’élaborer de saines relations de travail avec le Parti. A ce titre, rappelons que l’autonomie de notre organisation ne doit en aucun cas être un prétexte à des menées politiques sectaires à l’échelle des territoires. Nous sommes d’ailleurs convaincus que certaines fédérations gagneraient en dynamisme si elles avaient plus d’autonomie. Cela permettrait à notre mouvement d’élargir sa base militante. Nous ne parvenons à attirer dans nos rangs que certaines catégories de jeunes. Le militant typique de notre organisation est étudiant en licence de droit ou dans un IEP, issu de catégories sociales relativement aisées et déjà familier de la chose publique. Ne nous appesantissons pas sur un passé mythifié dont la radicalité militante est une image d’Epinal mensongère. Si notre recrutement n’est pas diversifié, c’est de notre responsabilité. Si notre mouvement n’est pas massifié, c’est de notre responsabilité. Si nous n’avons pas d’échos convenables dans les médias et ne sommes pas respectés de nos aînés, c’est encore une fois de notre responsabilité.

Page 53 sur

11e au des

Notre organisation se veut un mouvement d’éducation populaire et d’animation de la jeunesse de gauche. Nous ne parviendrons à rendre cette aspiration effective qu’en réformant notre organisation de manière à ce qu’elle soit plus ouverte et fonctionnelle. Il nous faudra revoir nos statuts et dépasser nos querelles internes pour pouvoir nous consacrer plus activement à notre mission militante. Comment pouvons-nous croire un instant qu’un jeune non politisé puisse supporter nos pratiques, notamment en période de Congrès ? Nos petites chicanes bureaucratiques, dont le plus bel exemple est certainement le fameux bureau national des adhésions qui n’a rien à envier aux romans de Kafka ou d’Orwell, sont de terribles repoussoirs. Nous pouvons poser le choix collectif de nous mettre d’accord sur des règles saines et pérennes qui garantissent notre épanouissement et notre succès à tous, au-delà de nos divergences idéologiques. Nous savons partager, dans nos combats contre les droites, de beaux moments de sincère camaraderie. Faisons de cette exception une permanence. En plus de nous donner les moyens de nous ouvrir à l’ensemble des jeunes dans la période politiquement troublée que nous traversons, la réforme statutaire et fonctionnelle que nous appelons de nos vœux devra nous permettre de stimuler notre démocratie interne. En tant que militants d’Agir en Jeunes Socialistes, nous sommes convaincus des vertus du débat contradictoire et du pluralisme. La confrontation respectueuse de nos idées ne peut qu’améliorer la qualité de nos réflexions et propositions. Si le socialisme n’est ni une vérité révélée ni une science exacte, il est en revanche certain que le décalage permanent entre le discours et les pratiques n’est pas soutenable. Sur ce point, nos contorsions pour expliquer à des étonnés camarades partageant les valeurs de la gauche démocratique l’absence d’alternance politique à la tête de notre mouvement depuis vingt ans sont, au mieux, comiques. Nous entrons dans un Congrès dont nous connaissons, à quelques nuances près, l’issue d’avance.

Nous souhaitons un MJS plus clair à la fois sur son rôle vis-à-vis du gouvernement, sur sa ligne politique et sur son fonctionnement interne. Ce fonctionnement pyramidal et opaque, parfois sectaire, détourne de nous de bien trop nombreux militants. Certaines améliorations ont pu être notées au cours du dernier mandat mais il reste tant à faire : Mettre fin aux pratiques sectaires dans certains fédérations, Renforcer l’autonomie des fédérations, S’ouvrir à la société civile, Diversifier le profil des militants, Massifier le mouvement, Développer notre écho dans les médias ou encore Renforcer les liens avec le Parti Socialiste.

Page 54 sur

11e au des

Plus concrètement, que faire ?

Faire en sorte que chaque adhérent soit informé de l’existence des différents groupes politiques de l’organisation lors de son adhésion. Cela pourrait être formalisé par la remise d’un cahier de l’adhérent contenant un texte de présentation de chaque sensibilité constituée. Respecter l’autonomie des fédérations pour ancrer notre mouvement dans les territoires et le rendre plus efficace et dynamique au quotidien. Faire du bureau national une véritable instance de débat qui pèse sur l’orientation du mouvement entre les Congrès et rendre accessible des comptes-rendus de réunion complète à l’ensemble des adhérents. Permettre aux différentes sensibilités de s’exprimer sur ces campagnes. Permettre à l’ensemble des sensibilités de l’organisation de s’exprimer librement, avec respect. Permettre le débat et le respect de la parole de chacun lors des instances nationales. Permettre à chacun de prendre connaissance des convocations et ordres du jour des instances nationales suffisamment à l’avance. Débattre sur des résolutions en conseil national. Ré-intéresser nos militants en leur permettant de participer à des débats nationaux, de manière délocalisée. Abolir le texte d’orientation, imposée par la majorité nationale, sans concertation avec les courants minoritaires. Sanctionner sévèrement toute forme de dysfonctionnement lors des votes. Permettre la discussion des positions du PS et des décisions gouvernementales, et prendre des positions publiques cohérentes avec celles de notre famille politique.

Page 55 sur

11e au des

Lutter contre l’extrême droite
Et voilà, c’est fait, après avoir sorti la France de l’Euro, supprimé la déclaration des droits de l’Homme de 1789 … elle l’a fait. L’interruption volontaire de grossesse est supprimée, abolie, terminée … « Notre présidente » voilà comment ils l’appelaient au lendemain de son élection, Marine, disaient certains... Pour moi, c’était simplement Le Pen, la candidate du front national. Ça fait des années que nous avions vu cette montée du front national, 20 % aux législatives dans certaines provinces, des municipales victorieuses dans les campagnes, des européennes comme les sondages le prédisaient … et vint 2017, année redoutée de tous les socialistes à l’aube d’un ras le bol des citoyens envers leur classe politique et d’un terrible rapprochement intéressé de l’UMP vers le FN, le vote de sanction ne se fit pas attendre… Depuis, chacun s’en mord les doigts, et aimerait remonter le passé, chacun se souvient de François Hollande, ce candidat élu en 2012, socialiste, que chacun critiquait mais que maintenant tout le monde regrette.
Mais retournons en arrière, en 2013, où tout a commencé. 2013, année où nous redoutons que ce phénomène se produise, année où la lutte contre le front national occupe notre combat militant.

En octobre 2013, le constat est amer, un sondage vient de paraître, il présente le Front National comme le parti qui obtiendra le plus de voix aux élections européennes, soit 24 % selon l’IFOP. Quelles contradictions pour un parti qui ne veut pas d’Europe mais d’un Etat protégé, et fermé. Un parti qui s’oppose à l’immigration, à l’Europe, à l’évolution des droits des femmes. En 2013, Jean-François Copé ne s’est pas gardé d’affirmer le soutien qu’il exprimerait envers le front national, si celui-ci était opposé au parti socialiste lors d’élections. Adieu le front républicain, adieu les valeurs françaises et la solidarité entre tous les concitoyens. L’arrivée de Marine Le Pen à la tête du Front National n’est pas le signe d’une évolution de pensée de ce parti, malgré ses impostures pour changer son image. Les valeurs de l’extrême droite ne sont pas celles de la République, elles sanctionnent toute idée de vivre-ensemble. Il est interpellant de voir le FN défendre les femmes, ou même la laïcité. Le FN se montre en véritable défenseur de la République, mais à chacune de ses attaques, il vise une partie de notre société. La religion musulmane serait ainsi une religion barbare, menaçante. La laïcité suppose la tolérance envers les religions et les croyants. Une organisation politique n’a pas à arbitrer entre les vertus ou les défauts supposés d’une religion. Une organisation politique se doit d’être le garant de la liberté de croyance et de la séparation des sphères religieuse et publique, bien que faisant preuve de fermeté. A la tête du Front National, Marine Le Pen cherche à dédiaboliser le Front National, ce parti qui selon elle : « n’est pas d’extrême droite » et qui attirerait selon un sondage Ipsos récent, près de 53,1 % des sympathisants UMP, favorables à des accords au niveau local, avec le front national. Les candidats s’appuient sur un programme national sans prise de risque locale puisqu’ils portent peu d’orientations. La ruralité est un ressort qui apporte un « matelas » de résultats constant lors de chaque échéance électorale, motivé par le déni du système, et le désamour du citoyen envers des élus qui pratiquent le cumul des mandats, la non tenue des promesses électorales faites localement.

Page 56 sur

11e au des

Nous devons connaître notre adversaire, nous devons nous confronter au Front National. L'extrême droite est désormais représentée au Parlement. Elle prend la parole à l'Assemblée et prend part aux votes qui s'y déroulent. C'est un constat qui doit nous rappeler que cette menace est inéluctable, et que ce qui est arrivé dans le Gard, le Vaucluse ou à Brignolles peut se reproduire dans n'importe quelle autre endroit. N'oublions pas qu'il suffit qu'un candidat FN accède au second tour pour que tout bascule, qu'il ait une chance d'accéder à un poste. Ce n'est pas en nous tenant à l'écart du monde que nous serons protégés, mais au contraire en y prenant pleinement notre place et en y affirmant une volonté de différence, certes, mais aussi d'ouverture aux autres. C'est précisément en cela que nous devons nous distinguer du conservatisme protectionniste et obstiné du Front National. Le premier outil est l’exemplarité, cette exemplarité qui permettra de lutter contre les formules toutes prêtes « tous pourris ». Le second, c’est la sensibilisation, afin de réconcilier citoyens et élus. Le dernier, c’est nous, la jeunesse. Certains jeunes ne se cachent plus de voter FN. Désaveux des systèmes en place, désabusés par le manque de résultats, chômage, crise, morosité économique et sociétale. Nous avons une responsabilité sans précédent, puisque nous disposons désormais de tous les leviers du pouvoir. Dans ce cadre, le mouvement des jeunes socialistes doit déterminer la façon dont il peut être utile à François Hollande pour répondre aux nombreuses difficultés qui poussent nos concitoyens à voter FN. C’est pourquoi, nous, jeunes socialistes pensons qu’il est essentiel que le MJS se saisisse de ces questions. Notre mouvement, implanté dans chaque territoire, doit pouvoir s’adresser à l’ensemble de la jeunesse, et non pas à une partie d’entre elle. Nous pensons qu’il est de notre devoir de lutter contre les idées de l’extrême droite, en sensibilisant les citoyens sur ce qu’est réellement le Front National, quelles sont ces valeurs, et quelle régression entraînerait la mise en pratique de leurs idées, notamment en matière de droit des femmes. Il nous faut décrédibiliser ces discours « républicains », en rappelant aux citoyens ce que sont réellement les valeurs de la République. Agir pour la gauche, c’est nous organiser et affiner nos positions, pour mieux déconstruire le nouveau discours tenu par l’extrême droite et pour répondre aux attaques de la droite. Pour porter la contradiction, et convaincre les jeunes, acceptons de nous confronter aux militants de droite et d’extrême droite sur les médias jeunes ou étudiants, dans les amphis, et dans tous les cadres où nos valeurs doivent être défendues. C’est dans le débat que nous arriverons à les décrédibiliser.

Nous nous devons de lutter contre l’extrême droite, qui sondage après sondage s’affirme comme une menace grandissante pour notre République alors qu’elle n’a pas fondamentalement changé avec le passage de témoin du père à la fille. Cette lutte, nous devons la mener par l’exemplarité de nos élus d’abord mais aussi par d’importants efforts de sensibilisation de la population sur la réalité de ce qu’est le Front National et par le débat et la déconstruction du discours frontiste.

Page 57 sur

11e au des

CONCLUSION
Aujourd’hui nous construisons l’avenir et nous avons des promesses à tenir. Il y a plus d’un an maintenant, François Hollande a gagné. Il a gagné pour les français, il a gagné pour la Gauche. Il a surtout gagné sur la base d’un programme et nous devons nous y tenir. Nous devons soutenir le Gouvernement dans un contexte difficile où toutes les mesures proposées ne peuvent pas être mises en place dans l’immédiat mais aussi leur rappeler les engagements que nous avons pris. Nous mettons en œuvre un programme dans une logique de long terme, et sans dresser un bilan dans l’immédiat du quinquennat, nous devons avoir à cœur de réaliser les politiques de gauche pour lesquelles nous nous sommes tant battus. 2015 sera le rendez-vous de la famille socialiste pour un premier bilan. Ce sera également le début d’une grande réflexion qui doit nous aider à préparer l’avenir, et notamment la campagne présidentielle de 2017. En attendant ces échéances, il nous appartient de continuer à militer. Continuons à porter la voix des socialistes partout en France, à faire avancer les débats, à proposer des solutions aux problèmes petits et grands de nos concitoyens, à les écouter. Mettons en cela fin au pessimisme qui veut que le politique aime s’écouter parler sans jamais entendre ce qu’a à dire le citoyen. Redonnons confiance dans le politique, et dans l’action réformiste qui est la nôtre. Pour que la Gauche tienne ses promesses, il nous faut tenir le cap, celui du réformisme, de la sociale-démocrate, de l’éthique en politique, de l’égalité et du dialogue social. Nous avons encore beaucoup de batailles à mener, mais n’oublions jamais que les batailles ne sont justes que si elles sont menées justement.

Page 58 sur

Plan d’Action National
Partie 1 : le militant, au cœur de sa fédération et du MJS
Engagement d’action n°1 : Accueil du nouveau militant Tout nouveau militant devra être accueilli par son équipe ou sa fédération lors d’une réunion organisée à cet effet. Pour cela, la fédération organisera régulièrement un accueil des nouveaux adhérents, qui seront conviés de droit. L’adhérent se verra remettre un livret d’accueil national et il sera informé du fonctionnement du MJS et de l’existence des différentes sensibilités. Tout adhérent au MJS doit être accueilli rapidement, chaleureusement, dans la neutralité et le respect de son parcours personnel et de ses idées. Engagement d’action n°2 : Droit d'Initiative Militante Tout membre du MJS pourra soumettre à sa fédération et à l’organisation toute idée d’action militante, de thématique sous la forme d’une proposition rédigée et argumentée, synthétique. L’instance sollicitée s’engagera à donner une réponse justifiée à cette proposition. A l’initiative d’au moins 10 fédérations, des référendums militants pourront être organisés en cours de mandat afin de définir la ligne et l’orientation de notre organisation sur les sujets les plus importants. Engagement d’action n°3 : Plate-forme d'échange interactive Nous proposons que soit mise en place une liste de discussion numérique, sur laquelle seront inscrits tous les adhérents de la fédération et sur laquelle ils pourront intervenir directement, afin de proposer leurs idées ou de relayer leurs problématiques. Tout nouveau militant y sera inscrit de droit. Engagement d’action n°4 : Conventions nationales thématiques Nous souhaitons que le modèle des Conventions Nationales thématiques soit perpétué et favorisé. Elles pourront aussi permettre le vote des militants pour clarifier la position du MJS sur un sujet donné, après une période d’échanges et de débats en fédérations. Tous les camarades pourront y assister. L’Université permanente doit pouvoir être régulièrement décentralisée afin de pouvoir former plus de militants. De même, notre organisation doit se rapprocher des « penseurs socialistes », comme la Fondation Jean-Jaurès, l’OURS, la Forge ou Terra Nova. Des débats institutionnels avec d’autres mouvements de jeunesse politiques seront organisés, ou du moins encouragés, pour que les militants puissent développer et exprimer leurs argumentaires. Le débat sur les résolutions devra être réintroduit pour permettre un véritable débat technique et sur des propositions concrètes en Conseil national. Engagement d’action n°5 : Aide aux fédérations Nous nous engageons à ce que l’Organisation produise et fournisse aux fédérations du matériel militant (affiches, tracts,…) 3 fois par an minimum. Elle produira et fournira aux militants, régulièrement et suffisamment à l’avance, des argumentaires sur les grands sujets nationaux d’actualité, qui accompagnent les tracts. Les campagnes auront pour but de défendre la ligne gouvernementale mais aussi de recueillir le sentiment des jeunes sur les politiques qui sont menées, et d’interpeller nos ainés sur les sujets qui nous semblent importants. L’organisation mettra à disposition des fédérations, et des militants, une plate-forme de blogs et un modèle commun pour la création de sites internet. Nous mettrons en place une plate-forme inter fédérale pour l’échange de matériel militant. Les fédérations auront un droit de regard sur les campagnes nationales et liberté leur sera laissée de diffuser ou non ces campagnes. Les situations locales, les spécificités territoriales devront être prises en compte.

Engagement d’action n°6 : Outils de communication internes et externes Une newsletter nationale interactive sera diffusée auprès des militants chaque mois. Elle informera les militants des actions en cours, des réunions venues ou à venir. Nous nous engageons à ce que tous les militants puissent participer à l’élaboration des campagnes de communication nationale. Au moins une fois par an, la direction nationale organisera un appel à projets de communication sur des thèmes particuliers, et elle sélectionnera les projets les plus intéressants pour une diffusion nationale. Nous continuerons à investir les nouveaux outils de communication: Internet (facebook, twitter, blogs), mais soutiendrons aussi les flash mob (mobilisations éclair) et les actions coup de poing.

Partie 2 : Une organisation nationale au service des militants
Engagement d’action n°7 : Transparence renforcée des instances Les militants pourront assister au Conseil National, sauf décision contraire du Bureau National. Les membres exécutifs du BN rendront compte de leur action à chaque Conseil National et une fois par an de leur mandat auprès des militants. L’AF devra rendre compte de l’état d’avancement du Plan d’Action Fédéral. L’organigramme du MJS sera mis à disposition des adhérents, avec le nom des principaux responsables nationaux (BN et CNA) mais aussi locaux (AF et CCR), et leurs adresses mail afin de les joindre plus facilement. Le compte rendu des CN et des BN sera envoyé à chaque militant par voie numérique. Celui-ci contiendra la liste des décisions adoptées et le résultat des votes qui s’y sont déroulés. L’information sur la tenue du CN et son ordre du jour, puis le compte-rendu seront placés dans la newsletter. Les sensibilités qui composent l’organisation ont systématiquement le droit de faire une communication suite aux conseils et bureaux nationaux. Ces communications sont transmises à l’ensemble des militants de l’organisation. Engagement d’action n°8 : Fin du TO unique Nous proposons que le « Texte d’Orientation présenté par le Bureau National » soit définitivement supprimé. A la place, sera mis en place un système garantissant l’égalité de traitement dans l’expression politique de toutes les sensibilités : chaque texte devra faire l’objet d’une présentation selon le même calendrier et dans les mêmes conditions que le texte de la majorité sortante. Engagement d’action n°9 : Vote légitime et incontestable Le vote sur les motions et pour les équipes fédérales devra se tenir à bulletin secret, dans des isoloirs prévus à cet effet. La régularité du scrutin devra être contrôlée par un représentant de chacune des sensibilités dans chacune des fédérations. Aucune pratique douteuse ne devra être tolérée. Tout dysfonctionnement dans l’organisation d’un vote devra être sanctionné par l’annulation du vote. Engagement d’action n°10 : Réorganiser nos instances nationales Nous ferons en sorte que toutes les instances dirigeantes du MJS soient paritaires. Nous repenserons notre mode de fonctionnement et de prise de décision national, sur la base d’un exécutif resserré et d’une présidence plus collective : mise en place de Vice-présidences, à la proportionnelle des sensibilités, en charge de responsabilités opérationnelles ou de l’animation de grands pôles de réflexion et de proposition thématiques (ouverts aux membres du Conseil National). Les vice-présidents feront partie du Secrétariat au Bureau National. Le nombre de vice présidences sera limité à 10. Nous Ferons du Bureau national l’instance politique principale de l’organisation. Les membres du BN se verront confiés des délégations opérationnelles ou thématiques rattachées à un ou une Vice-président. Les permanents devront rendre compte de leur action devant le Bureau National, qui leur fixe des objectifs et missions à remplir. Conformément aux dispositions du code des associations, s’ils sont salariés, ils ne pourront donc pas être membres de ce BN.

Engagement d’action n°11 : Rénover nos instances de contrôle Le Bureau National des Adhésions sera conservé mais son fonctionnement évoluera. Le SN aux fédérations informera les responsables fédéraux de toute modification concernant les adhésions et tiendra le fichier avec les coordonnées des militants à la disposition des AF via un intranet sur le site du MJS France, pour ce qui concerne leur fédération. Le BNA sera garant des feuilles d’émargement de vote, il se réunira au minimum deux fois par an et autant de fois que nécessaire sur demande d’une sensibilité. Le travail du SN aux fédérations sera strictement encadré par les membres du BNA. La Commission Nationale des Comptes se réunira lors de chaque CN. Un compte rendu de la situation financière de l’organisation sera fait une fois par mois en BN. Comme l’impose le statut d’association loi 1901, le bilan moral et financier du MJS sera diffusé auprès des militants chaque année. Chaque Contribution générale déposée au CN du Congrès nommera un délégué aux comptes qui aura accès à sa demande à tous les documents comptables souhaités dans les plus brefs délais. Pour chaque décision du BN engageant une dépense financière importante, une présentation budgétaire sera faite en BN. Le trésorier sera nommé par le BN de façon impartiale et unanime, et rend des comptes lors de chaque réunion de la commission des comptes. Engagement d’action n°12 : Rendre transparentes les tutelles La consultation de l’ensemble des groupes politiques sera nécessaire lors de la mise ou de la levée de la tutelle d’une fédération. La gestion de la tutelle devra être transparente.

Partie 3 : UN MJS fort pour s’ouvrir vers la jeunesse engagée
Engagement d’action n°13 : Porter le changement aussi en Europe Nous proposons, d’ouvrir au maximum nos activités et nos campagnes, notamment à l’échelle européenne. Nous serons à l’initiative d’une réforme pour faire de YES une véritable organisation politique force de propositions communes, une véritable structure militante, plus fédérale et plus accessible aux adhérents qui puisse porter l’alternance au sein de l’Union Européenne lors des prochaines élections européennes. Nous demanderons, qu’au début de l’année 2014 se tiennent des assises extraordinaires de YES, afin de rapprocher les camarades européens et de l’ancrer dans les problématiques transnationales concrètes. L’action du MJS France au sein de YES deviendra plus transparente et un véritable suivi de la parole portée et de l’action menée par les camarades nous représentant sera fait par les instances politiques de l’Organisation Engagement d’action n°14 : Internationaliser nos actions A l’heure de la mondialisation galopante, le MJS devra de même se rapprocher de la IUSY, pour que soient mises en place les premières campagnes internationales communes propres à la jeunesse. Nous créerons une « instance », au sein du BN, dédiée à la mise en place de partenariats et de jumelages locaux et nationaux avec des organisations sœurs internationales. Les camps d’été de la IUSY ne doivent pas être les seules occasions d’échange et de partage, l’internationalisme doit se vivre au quotidien. Engagement d’action n°15 : Organiser l'adhésion des jeunesses de France La stratégie d’adhésion doit être repensée et inclura une définition des différents publics ciblés afin de tendre enfin vers un mouvement de masse et de dépasser les 10 000 adhérents. Nous porterons une réflexion sur la sociologie de l’organisation par la création d’un portail thématique sur le site du MJS répondant aux attentes des jeunes qui ne sont pas touchés aujourd’hui par nos campagnes.
Nous diversifierons notre stratégie d’adhésion et notre recrutement car le MJS se doit d’être le porte- étendard de toute la jeunesse de gauche, qu’elle soit universitaire, lycéenne ou jeune activité, urbaine ou rurale.

Partie 4 : Repolitiser le MJS pour conserver le pouvoir
Engagement d’action n°16 : Organiser la résistance face à la droite et à l’extrême droite Par tout moyen, nous organiserons la résistance sociale et sociétale aux idées libérales conservatrices défendues par les droites en France, en restant au cœur des mouvements sociaux et syndicaux, en participant autant que possible aux actions menées par les associations.
Le MJS doit donc développer des liens horizontaux et non verticaux, notamment par des travaux en commun, avec les syndicats lycéens, étudiants et professionnels de Gauche dans leur ensemble, ainsi qu’avec les associations, les think-tanks et tout autre organisation qui partage nos valeurs. Nous nous impliquerons toujours plus dans les rouages de l’économie sociale et solidaire, défendant notre nécessaire ancrage au sein de la société civile. Nous défendrons l’action du gouvernement quand elle nous semblera aller dans la bonne direction et l’interpellerons dans le cas inverse. Les positions du Parti socialiste, ainsi que les décisions du Gouvernement devront être discutées en interne. L’ensemble des prises de position publiques du MJS devront aussi être cohérentes avec celles de notre famille politique.

Engagement d’action n°17 : Un MJS ancré dans les territoires Dans la perspective des élections municipales, régionales et départementales, nous serons au cœur des campagnes électorales, défendant nos élus, promouvant la gauche décentralisatrice et l’action des collectivités locales comme continuum des politiques de gauches menées au niveau national. Nous défendrons et porterons les idées du socialisme municipal : penser global, agir local. Nous ferons la promotion et soutiendrons toutes les candidatures issues du MJS, quelque soient les sensibilités, pour que la voix de la jeunesse puisse porter. Engagement d’action n°18 : Etre à l’écoute de la jeunesse Nous nous engageons, à être le porte-voix de notre génération, dont les difficultés rencontrées sont en perpétuelle augmentation, mutation et évolution. Le MJS ne devra plus discuter seulement avec lui- même mais aussi et surtout avec les gens qu’il doit défendre, par le biais de forums populaires dans les quartiers par exemple. Le MJS devra être le porte-parole de la jeunesse auprès du gouvernement et de nos élus, défendant ses revendications générationnelles et ses aspirations légitimes. Engagement d’action n°19 : Porter des combats visibles et précurseurs Nous devons être efficaces et efficients, nous saisir de grands enjeux de société propres à la gauche pour toucher au maximum nos concitoyens : droit de vote des étrangers, abolition internationale de la peine de mort, autogestion dans les entreprises, droit à la PMA et à la GPA, etc.… et propager nos idées à travers des campagnes identitaires. Plus que jamais, nous continuerons notre combat contre le Front National et sa prétendue dédiabolisation pour que pas une mairie ne bascule dans son camp lors des élections de mars 2014. Engagement d’action n°20 : Etre au service du Parti, de la gauche et de l’alternance Nous nous engageons, durant notre mandat, à inscrire le MJS dans la préparation de l’élection présidentielle de 2017, que ce soit par la préparation d’un éventail de nouvelles mesures propres à la jeunesse ou un inventaire des politiques qui auront été menées. Le MJS deviendra indépendant de toute courant du Parti socialiste et travaille main dans la main avec le Parti pour assurer la défense des valeurs de la Gauche.