Vous êtes sur la page 1sur 59

Conception 2 LMD1 /S2

SOMMAIRE

CHAPITRE 1 : MODELISATION DES SYSTEMES MECANIQUES……..2

CHAPITRE 2 : TECHNOLOGIE DES LIAISONS……………………………..20

BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………................58

Page 1 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

CHAPITRE 1 : MODELISATION DES SYSTEMES MECANIQUES

1. Modélisation des liaisons mécaniques usuelles……………….…….………....3


1.1.Définition…………………………………………………………………………….3
1.2.Liaisons élémentaires…………………...…………………………………………..3
1.3.Liaisons composées………………………………………………………………….3
1.4.Définition modélisation……………………………………………………………..4
1.5.Modélisation des liaisons parfaites………………………………………………...4
1.6.Caractéristiques des liaisons mécaniques…………………………………………5
1.7.Etude des liaisons………….………………………………………………………..6
1.8.Tableau des symboles normalisés des liaisons mécaniques……………………..10
2. Modélisation d’un mécanisme.…………………………………………………..11
2.1.Introduction………………………………………………………………………..11
2.2.Méthode d’élaboration d’un schéma cinématique………………………………11
2.3.Différence entre schéma cinématique et schéma d’architecture…………...…..14
3. Applications d’évaluation…………………………...…………………….………
15

Page 2 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

CHAPITRE 1

MODELISATION DES SYSTEMES


MECANIQUES
1. Modélisation des liaisons mécaniques usuelles :
1.1.Définition
Une liaison est l’ensemble des conditions particulières auxquelles est assujetti un corps solide
par rapport à un autre. Ces conditions limitent les mouvements possibles de l’un des corps par
rapport à l’autre et déterminent leur degré de liberté relatif.
1.2.Liaisons élémentaires
Une liaison élémentaire entre deux solides S1 et S2 est obtenue à partir du contact d'une surface
géométrique élémentaire liée à S1 sur une surface géométrique élémentaire liée à S2.
Les surfaces géométriques élémentaires obtenues à partir des principaux procédés d'usinage sont
le plan, le cylindre et la sphère.
Le tableau ci–dessous donne les différentes combinaisons :

Contact plan/sphère : ponctuelle


Contact plan/cylindre :  linéaire rectiligne
Contact plan/plan : appuie plan,
Contact cylindre/sphère : linéaires annulaires
Contact cylindre/cylindre pivot glissant,
Contact sphère/sphère rotule ou sphérique.

1.3.Liaisons composées
Une liaison composée est obtenue par association cohérente de liaisons élémentaires.
* Appui plan/Linéaire rectiligne/Ponctuelle
donne : liaison complète
* Appui plan/Linéaire rectiligne
donne : liaison glissière
* Linéaire annulaire/Appui plan
donne : liaison pivot
* Association Rotule/Ponctuelle
donne : liaison sphérique à doigt

Page 3 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

1.4.Définition modélisation :
En analyse d’un objet technique existant, la modélisation permet de comprendre le
fonctionnement, de mettre en évidence certaines propriétés, de justifier voire même d’améliorer
certaines solutions technologiques du produit étudié.
En conception, la modélisation permet de prévoir des événements physiques, de déterminer ou
optimiser des formes, de déterminer des positions et des dimensions alors que le produit n’existe
pas encore.

1.5.Modélisation des liaisons parfaites


Pour tout ce que suit on considère que les deux solides en contacts sont supposés indéformables.

1.5.1.Définition d’une liaison parfaite.


Une liaison parfaite est une liaison telle que :
- les possibilités de mouvement relatifs sont obtenues à partir de surfaces de contact
géométriquement parfaites qui ont entre elles un jeu de fonctionnement nul.
- le contact de ces surfaces se fait sans adhérence.
Une liaison parfaite est donc une liaison théorique.

1.5.2.Notion de degré de liberté.


Considérons deux solides 1 et 2 liés et R(A,x,y,z) le repère local associé à cette liaison.
Nous pouvons définir dans R les différentes possibilités de mouvements relatifs indépendants de
1/2 (ou de 2/1). Dans l’espace, il y a 6 mouvements indépendants :
- Tx, translation selon l’axe (A,x),
- Ty, translation selon l’axe (A,y),
- Tz, translation selon l’axe (A,z),
- Rx, rotation autour de l’axe (A,x),
- Ry, rotation autour de l’axe (A,y),
- Rz, rotation autour de l’axe (A,z),

Le nombre de degré de liberté d’une liaison est le nombre de mouvements relatifs indépendants
que la liaison autorise entre les deux solides Ce nombre est au maximum égal à 6.
Quand le nombre de degrés de liberté est égal à 0, les deux solides sont en liaison complète ; on
l’appelle : Liaison d’encastrement.

Page 4 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Quand le nombre de degré de liberté est égal à 6, les deux solides n’ont aucune liaison ; on
l’appelle : Liaison libre.
1.5.3.Mécanismes
Un mécanisme est un ensemble de solides liés entre eux par des liaisons, dans le but de réaliser
une ou plusieurs fonctions telle que :
- Transmission avec ou sans transformation de mouvements
- Transmission d’actions mécaniques (forces ou couples)

1.6.Caractéristiques des liaisons mécaniques


Les liaisons mécaniques sont caractérisées par leurs degrés de liberté, leur torseur d'action
mécanique transmissible (statique) et leur torseur cinématique.

1.6.1.Torseur d'action mécanique transmissible (statique)


Un torseur d’action mécanique transmissible permet d’écrire les efforts et les moments
transmissibles par une liaison entre deux solides S1 et S2.
Le torseur {T} est composé :
• Du vecteur R, Somme des actions mutuelles entre ces deux pièces,

• Du vecteur M, moment en un point des actions mutuelles entre ces deux pièces.
Son écriture au centre de la liaison (centre de réduction) se réduit à ces deux vecteurs que l'on
appelle ses éléments de réduction.

R Ecriture vectorielle du torseur d’action


mécanique transmissible
M

Ecriture projetée du torseur d’action mécanique


transmissible

(X, Y, Z) sont les composantes de : R


(L, M, N) sont les composantes de : M
• Expression du torseur d'action mécanique transmissible dans une liaison :
Le nombre de paramètres du torseur est égal au nombre de degrés de liaison.
- A un degré de liaison en translation correspond un paramètre de la résultante R du torseur;
- A un degré de liaison en rotation correspond un paramètre du moment M du torseur.

Page 5 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

1.6.2.Torseur cinématique
Le torseur cinématique d'un solide par rapport à un référentiel R quelconque est entièrement
défini par deux vecteurs :
• Le premier, caractéristique du champ des vitesses et indépendant du point d'expression du
torseur, décrit le comportement rotatif du solide :
• Le second, exprimé en un point A du repère correspond à la vitesse du point A
appartenant au solide par rapport à R :

Ecriture vectorielle du torseur cinématique


On associe à ces deux vecteurs un seul torseur
(cinématique) noté :

(α, β, γ) sont les composantes de


(u, v, w) sont les composantes de
• Expression du torseur d'action cinématique :
Le nombre de paramètres du torseur est égal au nombre de degrés de liberté.
- A un degré de liberté en rotation correspond un paramètre du vecteur du torseur;
- A un degré de liberté en translation correspond un paramètre du vecteur du torseur.

1.7.Etude des liaisons


1.7.1. Liaison ponctuelle ou sphère plan
²²²

T 00000Z2/1 νS/R UαVβ0γ


=A et = A

Page 6 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

1.7.2. Liaison linéaire rectiligne

T L2/10000Z2/1 νS/R U0Vβ0γ


=A et = A

1.7.3. Liaison linéaire annulaire

T 0X2/1000Z2/1 νS/R 0αVβ0γ


=A et = A

1.7.4. Liaison sphérique ou rotule

Page 7 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

0X2/10Y2/10
T νS/R 0α0β0γ
Z2/1
=A et = A

1.7.5. Liaison appui plan

L2/10M2/100
T νS/R U0V00γ
Z2/1
=A et = A

1.7.6. Liaison pivot glissant

00M2/1Y2/1
T νS/R Uα0000
N2/1Z2/1
=A et = A

1.7.7. Liaison pivot

Page 8 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

0X2/1M2/1
T νS/R 0α0000
Y2/1N2/1Z2/1
=A et = A

1.7.8. Liaison glissière

L2/10M2/1
T νS/R U00000
Y2/1N2/1Z2/1
=A et = A

1.7.9. Liaison hélicoïdale

kX2/1X2/1
T M2/1Y2/1N2/1 νS/R kαα0000
=A Z2/1 et = A

1.7.10. Liaison complète ou encastrement


Aucun degré de liberté possible. Ce type de liaison est soit démontable, soit indémontable.

L2/1X2/1X2/1
T M2/1Y2/1Y2/1 νS/R 000000
=A N Z Z et = A
2/1 2/1 2/1
Page 9 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA
Conception 2 LMD1 /S2

1.8.Tableau des symboles normalisés des liaisons mécaniques

Page 10 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

2. Modélisation d’un mécanisme :


2.1.Introduction :
Par définition, un mécanisme est composé de plusieurs sous ensembles reliés entre eux par une
ou plusieurs liaisons sont le but est de remplie une fonction globale correspondante au cahier des
charges fonctionnel qui permet son existence.
Mais la lecture des plans d’ensemble n’est pas toujours aisée. Donc il faut simplifier leur
représentation.
Lorsque un mécanisme n’existe pas (en phase de conception), on a besoin d’un schémas
illustrant le fonctionnement attendu sans toute fois limiter le concepteur dans les formes et
dimensions à concevoir.
C’est le rôle des schémas cinématique.

2.2.Méthode d’élaboration d’un schéma cinématique


Exemple
A fin d’illusrer ces étapes , prenons l’exemple d’un Serre joint pour le bricolage.

Y C
B

Z
X
L’élaboration d’un shémas cinmatique se resume en quatre étapes :

2.2.1. Etape 1 : Identification des classes d’équivalence :


Classe d’équivalence : C’est un groupe de pièces n’ayant aucun mouvement entre elles : Pièces
en liaison fixe.
• On exclue :
- Les pièces qui se déforment durant le fonctionnement du mécanisme (Joints, courroie,
ressorts).
- Les pièces à géométrie complexes (chaînes, roulements, butée et glissières à base
d’éléments roulants,…) tout en gardant à l’esprit les liaisons réalisées par ces éléments.

Page 11 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

• On rassemble sous formes de groupes les pièces qui sont fixes les une par rapport aux autres
• Les groupes ainsi obtenues sont appelés classes d’équivalence et qui sont généralement
désignés par une lette E1= 2,3,…. .
Pour notre exemple ; les classes d’équivalence sont comme suit :
E1 = {1, 2, 3} E2 = {4} E3 = {5, 6} E4 = {7}
(3 est riveté à 1 et 2 est soudé à 1 : 1,2 et 3 forment donc la classe d’équivalence E1).

2.2.2. Etape 2 : Identifications des liaisons entres les classes d’équivalences


• Déterminer la nature du ou des contacts entre les classes d’équivalence cinématique.
On ne s’intéresse qu’aux contacts permanents entre les pièces lors du fonctionnement considéré
du mécanisme.
• En déduire les degrés de mobilité entre les classes d’équivalence .
• Identifier les liaisons mécaniques entre les classes d’équivalence (nom de la liaison
normalisée + centre de la liaison + axe et/ou normale au plan de contact).
• Remplir le tableau des mobilités.
Exemple :
Nature des surfaces de Translation Rotation
Repère de Nom, centre et axe
contact (cylindrique, suivant l'axe suivant l'axe
la liaison de la liaison
plane, …) X Y Z X Y Z
Entre Plan de normale Ay +
L12 1 0 0 0 0 0 Glissière (A, Ax)
E1 et E2 Plan de normale Az
Entre Filetage/taraudage
L23 1 0 0 1 0 0 Hélicoïdale (B, Bx)
E2 et E3 d’axe Bx
Entre Surface sphérique
L34 0 0 0 1 1 1 Rotule de centre C
E3 et E4 de centre C

2.2.3. Etape 3 : Etablissement de graphe des liaisons :


• Définition :
Le graphe de liaisons cinématique d’un mécanisme est un modèle qui traduit les liaisons entre les
ensembles de solides qui le constituent.
L’image donnée par ce type de modélisation, doit permettre de faire apparaître les circuits de
transmission de mouvements.
Il faut analyser l’ensemble du mécanisme afin de déterminer les liaisons entre les pièces ou entre
les classes d ‘équivalence. Ces liaisons sont regroupé et représentées sous la forme d’un graphe

Page 12 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

où chacune des classes d’équivalence est représentée par une ellipse portant le même nom, puis,
par des flèches entre ces ellipse qui symbolise les liaisons définies précédemment.
• On y indique pour chaque liaison :
- Le nom de la liaison mécanique
- Le centre de la liaison mécanique
- L’axe de la liaison et/ou la normale au plan de contact.

E1 Glissière (A, Ax) E2 Hélicoïdale (B, Bx)

E3

E4 Rotule (C)

2.2.4. Etape 4 : Etablissement du schéma cinématique :


Pourquoi schéma : Parce qu’il sert à expliquer ou comprendre le fonctionnement du mécanisme.
Pourquoi cinématique : Parce qu’il représente les mouvements possibles entre les pièces.
Pourquoi minimal : Car il est constitué de classes d’équivalence. Le nombre de solides
représenté est donc minimal, ainsi que le nombre de liaisons entre solides.
• Principe :
- Les liaisons que l’on a trouvées doivent être disposées si possible de la même manière que
sur le dessin d’ensemble.
- Les traits reliants les liaisons doivent faire apparaître la silhouette générale des pièces du
dessin. Le schéma représente le dessin d’ensemble du mécanisme. Il doit donc y ressembler.
- Il est élaboré des classes d’équivalence en utilisant la représentation normalisée des liaisons
(toutes les classes d’équivalence ont la même épaisseur de traits).
- La pièce immobile par rapport à la terre (ou s’il n’y en a pas, celle qui sert de référence par
rapport aux autres), sera repérée par des hachures ou le symbole

E1 E2

C
B
Z E3
X E4
Page 13 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA
Conception 2 LMD1 /S2

2.3.Différence entre schéma cinématique et schéma d’architecture


schéma cinématique schéma d’architecture
L’architecture du mécanisme
La cinématique du mécanisme
(c'est-à-dire la disposition des liaisons )
(c'est-à-dire les mouvements
Permet de Il colle à la rélité technologique
relatifs des differentes classes
visualiser : puisqu’il tient compte du choix des
d’équivalence)
constituants adoptés
Elle est construite
Graphe de liaisons Graphe de structure
à partir de :

Exemple :
Utilisation de deux roulement à bille situés à chaque extrémité de l’arbre 1, modélisables l’un par
une liaison rotule et l’autre par une liaison linéaire annulaire.

Graphe de liaison Graphe de structure

Schéma cinématique minimal : Schéma d’architecture

Sur le schéma d’architecture, figurent toutes les liaisons élémentaires se situant dans la zone de
guidage.
3. Applications d’évaluation :

Page 14 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Application N°1 : Etau de modeliste (avec corrigé)


Mise en situation :
L’étau de modéliste représenté sur le document DT01 est un outil employé par les modélistes
pour maintenir en position une ou plusieurs pièces entre elles afin de réaliser des opérations
diverses telles que : Collage, Perçage, …
La semelle de l’étau (10) est fixée à un établi. L’utilisateur en tournant la poignée (09) autour de
l’axe X fait translater le mors mobile (01) par rapport à la semelle (10) suivant l’axe X et
provoque l’écartement ou le rapprochement du mors mobile (01) par rapport au mors fixe (02).
Questions :
1) Compléter le tableau ci-dessous en indiquant pour chaque liaison fixe la nature des
surfaces fonctionnelles en contact, le composant et/ou le procédé de liaison et cocher la case
correspondant au critère de démontabilité.
Nature des surfaces Démontabilité
Pièces en Composant de
de contact Non
liaison fixe liaison (vis, soudage) Démontable
démontable
2 vis d’assemblage
02 – 05 Surface Plane X
(04)
01 – 12 S. Cylindrique 1 vis de pression (13) X

08 – 06 S. Cylindrique Soudage X
Goupille élastique
07 – 06 Filetage/Taraudage (14) : Freinage par X
obstacle de l’écrou 07

2) Indentifier les classes d’equivalence en indiquant la quantité de chaque pièce si celle-ci est
différente de 1:
Classe d’équivalence E1 liée à la pièce 01 :
E1 = {01, 03, 04 (x2), 12 (x2), 13 (x2)}
Classe d’équivalence E2 liée à la pièce 02 :
E2 = {02, 04 (x2), 05, 10, 11 (x2) }
Classe d’équivalence E3 liée à la pièce 06 :
E3 = {06, 07, 08, 14 }
Classe d’équivalence E4 liée à la pièce 09 :
E4 = {09, 15 (x2)
3) Identifier les liaisons entre les classes d’équivalence :

Page 15 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Repère Translation Rotation


Nom, centre, axe ou normale au plan de
de la suivant l'axe suivant l'axe
contact de la liaison
liaison X Y Z X Y Z
Nom de la liaison : Glissière
Entre
L12 1 0 0 0 0 0 Centre : B Axe : Bx
E1 et E2
Glissière (B, Bx)
Nom de la liaison :Pivot
Entre
L13 0 0 0 1 0 0 Centre : C Axe : Cx
E1 et E3
Pivot (C, Cx)
Nom de la liaison : Hélicoidale
Entre Centre : A Axe : Ax
L23 1 0 0 1 0 0
E2 et E3
Hélicoidale (A, Ax)
Nom de la liaison :Pivot glissant
Entre
E3 et L34 0 1 0 0 1 0 Centre : D Axe : Dy
E4 Pivot glissant (D, Dy)

4) Compléter le graphe des liaisons :


Hélicoïdale (A, Ax) E2

E4 Pivot glissant (D, Dy) E3 Glissière (B, Bx)

Pivot (C, Cx) E1

5) Compléter Le shéma cinématique minimal suivant la vue de face en coupe A-A :

E4

E3
C D
A

B
E1 Y
E1
X Z

Page 16 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

X
DT 01

Page 17 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Application N°2 : Borne reglable (avec corrigé)

Soit la borne réglable illustrée par son dessin d’ensemble suivant :

La borne reglable est un mécanisme employé pour regler la hauteur d’une charge à une limite
disirée
L’utilisateur en tournant la vis de maneuvre (06) autour de l’axe X fait translater le coulisseau(4)
par rapport au corps (2) suivant l’axe X et provoque la montée ou bien la descente du doigt(3)
par rapport au corps .
Questions :
1) Indentifier les classes d’equivalence /
Classe d’équivalence E1 liée à la pièce 01 :
E1 = {01, 04, 06, 07, 08}
Classe d’équivalence E2 liée à la pièce 02 :
E2 = {02}
Classe d’équivalence E3 liée à la pièce 03 :
E3 = {3}
Classe d’équivalence E4 liée à la pièce 05 :
E4 = {05)

2) Identifier les liaisons entre les classes d’équivalence :

Page 18 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Repère Translation Rotation


Nom, centre, axe ou normale au plan de
de la suivant l'axe suivant l'axe
contact de la liaison
liaison X Y Z X Y Z
Nom de la liaison : Pivot Glissant
Entre
L12 0 1 0 0 1 0 Centre : A Axe : Ay
E1 et E2
Glissière (A, Ay)
Nom de la liaison :Glissière
Entre
L13 1 0 0 0 0 0 Centre : D Axe : Dx
E1 et E3
Pivot (D, Dx)
Nom de la liaison :Pivot
Entre
L14 0 0 0 1 0 0 Centre : E Axe :Ex
E1 et E4
Pivot (E, Ex)
Nom de la liaison : Appui plan
Entre
L23 1 0 1 0 1 0 Centre : B normale: By
E2 et E3
Appui plan (B, By)
Nom de la liaison : Hélicoidale
Entre
E3 et L34 1 0 0 1 0 0 Centre : C Axe : Cx
E4
Hélicoidale (C, Cx)

3) Compléter le graphe des liaisons :

E1 Pivot (E, Ex) E4

Pivot glissant
(A,Ay) Glissière (D, Dx) Hélicoïdale (C, Cx)

E2 Appui plan (B,y) E3

4) Compléter Le shéma cinématique minimal suivant la vue de face en coupe A-A :

Page 19 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

CHAPITRE 2 : TECHNOLOGIE DES LIAISONS

1. Liaison complète ou encastrement..……………………………………………..21


1.1.Liaison complète démontable……………………………………………………..22
1.2.Liaison complète permanente……………………………………………………..22
1.3.Solutions constructives et critères de choix ……………………………………...22
1.4.Représentation normalisée des éléments filetés………………………………….25
1.5.Les éléments standard de commerce……………………………………………..26
2. Liaison glissière…………………………..…………………………………………..31
2.1.Introduction………………………………………………………………………...31
2.2.Guidages par contact direct……………………………………………………….31
2.3.Guidages par interposition d’éléments antifriction……………………………...32
2.4.Guidages par interposition d’éléments roulants…………………………………32
2.5.Critères de choix d’une solution…………………………………………………..34
2.6.Précision d’une liaison glissière…………………………………………………...34
2.7.Risque d’arc-boutement…………………………………………………………..35
3. Liaison pivot…………………………………………………………………………..37
3.1.Guidage en rotation par contact direct……………………………………………37
3.2.Guidage en rotation par paliers lisses (coussinets)……………………………….37
3.3.Guidage en rotation par roulements………………………………………………39
3.4.Applications…………………………………………………………………………49
4. Etanchiété……………………………………………………………………………...51
4.1.Fonction étanchéité…………………………………………………………………51
4.2.Types d’étanchéité…………………………………………………………………..51
4.3.Symbolisation des joints…………………………………………………………….53
5. Applications d’évaluation…………………………………………………………...53

Page 20 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

CHAPITRE 2

TECHNOLOGIE DES LIAISONS

1. Liaison complète ou encastrement :


Introduction:
• Une liaison complète est réalisée pour plusieurs raisons :
- De fabrication : forme complexe comme le pignon conique
- De montage : pour monter l’arbre sur le bâti par exemple
- D’intégration de composants standards : les roulements,…
- De transport : le démontage du mécanisme permet de gagner en encombrement
• Une liaison encastrement doit être capable de transmettre des efforts dans toutes les
directions, le choix de la solution constructive et le dimensionnement de celle-ci dépendra entre
autres critères de l’intensité des efforts à transmettre
• Assurer une liaison complète entre deux solides S1 et S2 revient à éliminer tous les degrés de
libertés.

R2 1 X2 Y2 Z2
T2 1 = = 1 1 1

M2 L2 M2 N2
A 1 A
1 1 1 A,x,y,

Analyse fonctionnelle d’une liaison complète :

Réaliser une Liaison


FT Positionner
Complète entre
S1 par rapport à S2
S1et S2 1

FT Transmettre
2 des efforts

FT Être démontable
3 Optionnelle
F4 Résister à
L’environnement

Page 21 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Pour les liaisons complètes on distingue deux types :


1.1.Liaison complète démontable :
a) Liaisons complètes par adhérence : les deux solides sont serrés fortement l’un contre l’autre,
le plus souvent par des éléments filetés.
b) Par obstacle : lorsque l’adhérence ne suffit plus pour transmettre l’effort, le plus souvent, on
ajoute au dispositif réalisant les fonctions techniques 1 et 2, un élément dont l’unique objectif
est de transmettre l’effort en s’intercalant comme obstacle (goupille, clavette,...etc.)

1.2.Liaison complète permanente


Le démontage est impossible sans détérioration des pièces, mais son coût est souvent moins
élevé.
a) Assemblage par ajustement serré : Le contenu et le contenant ont un diamètre nominal
identique et l’ajustement est serré. L’emmanchement forcé est réalisé par une presse .
b) Par frettage qui consiste à modifier les dimensions des pièces avant leur assemblage, par
variation de leur température il n’est utilisé sauf si les deux matériaux sont de même type.
c) Par rivetage : Il existe les rivets massifs, rivet creux et rivet « pop »

d) Soudage : c’est assembler 2 pièces de façon permanente en assurant la continuité de la


matière. Il existe de nombreuses méthodes pour souder deux pièces : A l’arc ; par résistance
électrique ; au gaz ; par pression.
e) Collage : L’ajustement entre les pièces à coller doit être précis. C’est un procédé rapide.
1.3.Solutions constructives et critères de choix :

Solutions assurant la fonction maintien et démontable


Solutions Exemples Critères de choix

Eléments Filetés :
- Pas de jeu dans l’axe
- Vis
de la vis.
- Ecrou
- Possibilité de
- Boulon
démontages
- Goujon
fréquents
- Vis de pression

Page 22 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Solutions assurant la fonction maintien et non démontable


Solutions Exemples Critères de choix

Page 23 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Solutions assurant la fonction transmission d’une action mécanique


Solutions Exemples Critères de choix

Si l’on souhaite augmenter les efforts


transmissibles :
1 : augmenter la longueur utile Lu
2 : ajouter une clavette
diamétralement
Page 24 opposée N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA
3 : Cannelures
Conception 2 LMD1 /S2

1.4.Représentation normalisée des éléments filetés :

Règles:
o La limite de la matière est représentée en trait fort et le creux des dents en trait fin.
o L’assemblage d’une vis et d’un écrou nécessite qu’ils aient les mêmes caractéristiques
principales à savoir : diamètre nominal, profil du filet, nombre de filets, pas, et sens de
l’hélice.

o Le Diamètre nominal : (∅d) correspond


au ∅ mesuré sur le sommet du filet de la
vis et le fond de filet de l'écrou.

o Il existe différents types de profils : on site principalement :


- Profil ISO ou «triangulaire» (Symbole M) qui est le plus répandu (visserie courante du
commerce) .
- Profil Trapézoïdal (Symbole Tr) (transformation du mouvement avec efforts importants.

o Le pas est la dimension axiale entre deux filets issus d'une même hélicoïde. C'est aussi la
valeur de la translation pour un tour de vissage (ou dévissage).

Page 25 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

1.5. Les éléments standards de commerce :


Définition: Tige filetée + tête ou forme adaptée à un type d'outil.

1.5.1.Les vis d’assemblage


Définition :
Tige filetée + tête ou
forme adaptée à un type d'outil.

Type Tête Classe de qualité


Profil de filet Longueur sous tête
Diamètre nominal

le serrage le plus énergétique est obtenue par les têtes H et Q puis par les vis CHC qui presentent
l’avantage d’être logés dans un chambrage
Suivant les dimensions , la tige peut être complètement ou partiellement filetée .

Page 26 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Page 27 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Remarque :
La classe de qualité est parfois gravée sur la tête de la vis, elle définit la résistance à la traction
du vis.

Exemple : Classe de qualité 6.8


Premier chiffre × 100 = 6 × 100 = 600 MPa de résistance à la rupture en traction.
2ème chiffre × 1er chiffre × 10 = 6 × 8 × 10 = 480 Mpa de résistance élastique en traction.

1.5.2.Les vis de pression

Les vis de pressions


sont utilisées pour
réaliser un guidage
figures 1 et 2), un
réglage (figures 3 et
4) ou l’arrêt (figure 5).

Exemples d’application :

Page 28 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Application :

Un tambour moteur est maintenu par les deux


supports.
Compléter sur le dessin en dessous :
1) La liaison encastrement de l’arbre avec le
support.
2) La liaison encastrement du support avec la
table de la machine. Cette liaison doit
permettre le réglage de tension du tapis
roulant

Page 29 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Solution ( à titre indicatif) :

Page 30 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

2. Liaison Glissière :
2.1.Introduction:
Le guidage en translation est la solution constructive qui réalise une liaison glissière entre
deux pièces ou ensembles de pièces.
Le seul mouvement relatif possible entre les deux pièces ou ensembles de pièces est une
translation rectiligne.


R2 1 0 Y2 Z2
T2 1 = = 1 1

M2 L2 M2 N2
A 1 A
1 1 1
A,x,y,z

Fonction principale et fonctions techniques :

Guidage en translation

Assurer un mouvement relatif


FT1 FT2 Transmettre et supporter les efforts
de translation

- Précision du guidage - Efforts transmissibles statiques


- Vitesse de déplacement - Efforts transmissibles dynamiques
- Rendement - Efforts transmissibles - Durée de vie
statiques

Il existe plusieurs types de guidages en translation ayant des performances spécifiques :


1- guidages par contact direct.
2- guidages avec interposition d’éléments antifriction.
3- guidages avec interposition d’éléments roulants.

Page 31 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

2.2.Guidages par contact direct :


2.2.1.Guidages par arbre ou moyeu coulissant
Les guidages par arbre ou moyeu coulissant, sont les solutions qui associent une surface de
contact cylindrique et un arrêt en rotation autour de l’axe de cette surface cylindrique.

2.2.2.Guidages de type prismatique


Les guidages de type prismatique associent des surfaces de contact planes. Ils comportent un
dispositif de réglage du jeu et permettant de rattraper l’usure par des cales d’épaisseur ajustable
ou bien des vis de réglage. En général on utilise des cales en matériau tendre (bronze…).

2.3.Guidages par interposition d’éléments antifriction


L’interposition d’éléments antifriction entre les surfaces de liaison permet :
• de diminuer le coefficient de frottement
• de reporter l’usure sur ces éléments interchangeables

Pour ce type de solutions, on utilise généralement les pallier lisse en bronze.

2.4.Guidages par interposition d’éléments roulants


Les guidages par éléments roulants constituent une famille de composants standard dont le
principe est de remplacer le glissement par du roulement :

Page 32 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

2.4.1.Guidage par cages à éléments roulants


Ils comportent trois catégories de constituants :
- Les éléments roulants (avec ou sans cage).
- Les rails de guidage qui porte les chemins de
roulements liés respectivement au coulisseau et à la glissière
- Les organes d’arrêt ou de protection.
2.4.2.Guidage par patin
Les éléments roulants forment une sorte de chaîne et passent à tour de rôle de la phase utile où
ils roulent sous la charge, à la phase dite de « recirculation » comme une chenille.
D’une section plus encombrante que les cages vues précédemment, ils présentent l’avantage de
suivre le mouvement du chariot auquel ils sont fixes. Ils sont donc adaptés à des courses plus
importantes.

2.4.3.Guidage par douilles :


Ils sont souvent réalisés par 4 douilles d’éléments roulants. Il ont le même principe de guidage
que les patins

2.4.4.Guidage par galets :


Ils comportent 4 galets. A fin de régler le jeu de fonctionnement, deux de quatre galets sont
monté sur des axes excentriques

Page 33 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

2.5.Critères de choix d’une solution :


Le choix d’une solution constructive repose sur son aptitude à satisfaire le cahier des
charges de l’application, en mettant en jeu le minimum de ressources.
Les principaux indicateurs de qualité sont les suivants :
•Précision du guidage
•Vitesse de déplacement maximale
•Intensité des actions mécaniques transmissibles
•Fiabilité (probabilité de bon fonctionnement)
•Maintenabilité (probabilité liée à la durée de réparation)
•Encombrement
•Esthétique
•Coût

2.6.Précision d’une liaison glissière :


La précision du guidage dépend principalement :

Page 34 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

- de la valeur du jeu interne du guidage j (jeu radial)


- de la longueur du guidage L
Contact direct ou par interposition d’éléments antifriction
Un jeu minimal est nécessaire au fonctionnement de la liaison glissière.
Ce jeu interne permet au coulisseau des déplacements transversaux et angulaires.

Le jeu radial dépend de l’ajustement


entre le coulisseau et le guide.
La déviation angulaire est minimisée
en augmentant le rapport de guidage L/D.
En pratique : 5 ≤ L/D ≤ 2 .
Les Ajustements usuels sont:
H7g6 : jeu faible
H8e7 : jeu moyen.

Guidages par interposition d’éléments roulants


Les jeux (initial et d’usure) sont annulés par réglage ou par précontrainte des éléments
roulants.
Les constructeurs donnent les ajustements et les conditions nécessaires au montage de
chaque type d’éléments roulants.

Systèmes de rattrapage de jeu


Afin de limiter le jeu dans le guidage, il existe de nombreux systèmes de rattrapage de jeu.

Page 35 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

2.7.Risque d’arc-boutement :
Le phénomène d’arc-boutement se traduit par le basculement du coulisseau (figure en dessous),
entraînant une impossibilité de déplacement par rapport à la glissière (quelle que soit l’intensité
de l’effort).

Ce blocage peut provoquer la détérioration du coulisseau ou de la glissière.


Pour éviter ce phénomène, on doit :
- Augmenter la longueur de guidage L ;
- Diminuer le jeu de guidage

La condition de non arc-boutement pour un jeu donné est :


f : coefficient d’adhérence entre les surfaces de contact .
L : longueur de guidage
: : distance entre la direction de l’action mécanique et l’axe de la liaison .

Page 36 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

3. Liaison Pivot :
Introduction:
• Le guidage en rotation consiste à réaliser une liaison PIVOT entre un arbre et un alésage.
• Il existe 4 solutions principales permettant de réaliser guidage en rotation :
- par contact direct
- par interposition d'une bague de frottement
- par interposition d'éléments roulants
- par interposition d'un film d'huile
Contraintes
Type de guidage en rotation
précision Vitesse de rotation Efforts à transmettre
par contact direct - -- -
par interposition de bague de frottement + + +
par interposition d'éléments roulants ++ ++ +++

3.1.Guidage en rotation par contact direct


Ce guidage est peu précis, mais le coût est très
faible. Son utilisation est limitée à des vitesses
de rotation faibles et des efforts faibles.

3.2.Guidage en rotation par paliers lisses (coussinets).


On interpose entre l'arbre et l'alésage un
coussinet.

3.2.1.Types de coussinets
1) Coussinets nécessitant une lubrification continue (en bronze, fonte, …)
Il est nécessaire de prévoir un dispositif de graissage afin d’assurer une présence continue de
lubrifiant pendant le fonctionnement

Page 37 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

2) Coussinets sans graissage ( carbone graphite, nylon) :


Ils sont très pratiques mais sont constitué de matériaux peu résistants. Ils ne supportent que des
efforts très faibles.
3) Coussinets autolubrifiants :
Il est constitué de poudre de bronze (cuivre + étain) ou encore d'alliages ferreux (fer + cuivre +
plomb) compactée. Cette poudre est dans un premier temps comprimée dans un moule, puis
chauffée dans un four pour rendre le coussinet poreux. Cette opération de fabrication s'appelle le
frittage.
Avant le montage, on imprègne le coussinet d'huile (environ 25 % du volume de métal), lors du
fonctionnement, la rotation de l'arbre crée une aspiration de l'huile, et la création d'un film d'huile
entre le coussinet et l'arbre.
A l'arrêt, la porosité du coussinet permet une réabsorption de l'huile.

4) Coussinets en tôle roulée


Il s’agit d’une bague constituée d'une tôle roulée recouverte de bronze fritté et d'une couche de
résine PTFE imprégnée du lubrifiant solide (graphite ou plomb) dont le coefficient de frottement
avec l'acier est très faible (0.01 à 0.05).

3.2.2.Montage des coussinets


Le coussinet est monté serrer dans l'alésage et glissant sur l'arbre.
Lorsque l'effort à transmettre n'est par purement radial, il est conseillé d'utiliser un coussinet à
collerette.

Page 38 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

3.2.3.Avantages et limites d'utilisation des coussinets


Avantages :
- réduction du coefficient de frottement et fonctionnement sans lubrification
- augmentation de la durée de vie des pièces fonctionnelles par report de l'usure sur le
coussinet
- fonctionnement silencieux
- encombrement radial réduit
- coût réduit
Limites d'utilisation :
- encombrement en longueur
- sensibilité aux défauts d'alignement
- capacité de charge inversement proportionnelle à la vitesse

3.3.Guidage en rotation par roulements


3.3.1.Avantage du roulement
Le guidage par palier lisse (coussinets) présente les inconvénients suivants :
Usure, échauffement, perte de puissance par frottement.
Pour éviter ces inconvénients, une solution consiste à interposer des éléments roulants entre les
pièces mobiles (arbre et alésage)

3.3.2.Constitution d’un roulement


1 : Bague extérieure, liée à l’alésage (logement du
1 roulement)
2 : Bague intérieure, liée à l’arbre
2
3 : Cage, assure le maintien des éléments roulants
4 : Eléments roulants, situés entre les deux
3 bagues :
4

Page 39 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Remarques :
- La fabrication en grande série permet des prix de revient intéressants.
- Le roulement constitue un atout qui peut être facilement changé en cas d’usure.
- La valeur du jeu fonctionnel est garantie par le fabricant.

Page 40 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

3.3.3.Différents types de roulements


Les roulements peuvent être classés suivant différents critères :
* en fonction de la forme de l’élément roulant : Billes, Rouleaux, Aiguilles.
* en fonction du mouvement relatif possible entre les bagues : Aucun (roulements rigides) ;
Rotulage (roulements à rotule).
* en fonction de la direction de la charge principale supportée : radiale ; radiale et axiale ; Axiale
seule.

3.3.4.Désignation normalisée :
Exemple : roulement 30 BC 02 : Roulement rigide à billes Ø30 série 02.
30 : Diamètre de l’arbre supportant le roulement.
BC : Type du roulement.
02 : Série qui permet de déterminer le diamètre extérieur et la largeur
3.3.5. Critères de choix
Le roulement est choisi en fonction de plusieurs critères : Vitesse de rotation ; Direction et
intensité des efforts.

Charge Radiale Charge Axiale Charge Combinée

Page 41 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Les types de charges supportées par un roulement sont présentées en dessus.


- Vitesse élevée : Roulements à billes, à rouleaux cylindriques, à aiguilles.
- Effort radial : Faible ou moyen : Roulements à billes
Important : Roulements à rouleaux ou à aiguilles
- Effort axial : Faible : Roulements rigide à billes
Moyen : Roulements à billes à contact oblique
Important : Roulements à rouleaux coniques
Très important : Roulements + Butée

3.3.6.Cotation des portées de roulement :


Seul le diamètre des portées de l’arbre ∅ d et de l’alésage ∅ D sont à coter.
∅d

∅D

3.3.7.Arrêt des bagues :


Entre l’arbre et la bague intérieure

Page 42 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Entre l’alésage et la bague extérieure

3.3.8.Règles de montage des roulements :


Règne n°1 :
- La bague du roulement qui tourne par rapport à la direction de la charge doit être ajustée avec
serrage
Règle n°2 :
- La bague du roulement qui est fixe par rapport à la direction de la charge doit être ajustée
glissante

3.3.9.Montage des roulements a billes a contact radial :

1er cas : Arbre TOURNANT par rapport à la charge

FIXE
∅13 k6
∅40 H7

TOURNANT

Ajustement SERRE

Ajustement AVEC JEU


Page 43 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA
Conception 2 LMD1 /S2

• Ajustements :
- Les bagues intérieures tournantes sont montées SERREES : Tolérance de l’arbre : k6
- Les bagues extérieures fixes sont montées GLISSANTES : Tolérance de l’alésage : H7
• Arrêts axiaux des bagues :
- Les bagues intérieures sont arrêtées en translation par quatre obstacles:A, B, C, D
- Les bagues extérieures sont arrêtées en translation par deux obstacles :E et F

2nd cas : Alésage(moyeu) TOURNANT par rapport à la charge

TOURNANT
∅40 M7

∅13 g6

FIXE

Ajustement AVEC JEU


Ajustement SERRE
• Ajustements :;
- Les bagues intérieures fixes sont montées GLISSANTES :Tolérance de l’arbre : g6
- Les bagues extérieures tournantes sont montées SERREES :;Tolérance de l’alésage : M7
• Arrêts axiaux des bagues :
- Les bagues intérieures sont arrêtées en translation par deux obstacles :E et F
- Les bagues extérieures sont arrêtées en translation par quatre obstacles : A, B, C, D
3.3.10.Montage des roulements a rouleaux coniques :
1er cas : Arbre TOURNANT par rapport à la charge : Montage en « X »

FIXE
C D
∅45

∅14
m6
H7

A B

TOURNANT
A B

D
C

Ajustement Ajustement SERRE


AVEC JEU
Page 44 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA
Conception 2 LMD1 /S2

Montage appelé en « X » car les perpendiculaires aux chemins de roulement dessinent un « X »


• Ajustements :
- Les bagues intérieures tournantes sont montées SERREES : Tolérance de l’arbre : m6
- Les bagues extérieures fixes sont montées GLISSANTES : Tolérance de l’alésage : H7
• Liaisons axiales des bagues :
- Les bagues intérieures avec l’arbre : Obstacles A et B
- Les bagues extérieures avec l’alésage : Obstacles C
Réglage axial du jeu du montage en D

2nd cas : Alésage (moyeu) TOURNANT par rapport à la charge : Montage en « O »

TOURNANT
A B
∅45 P7

∅14 f6

C
D

FIXE

D
C

A B

Ajustement AVEC JEU


Ajustement SERRE
Montage appelé en « O » car les perpendiculaires aux chemins de roulement dessinent un « O »
• Ajustements :
- Les bagues intérieures fixes sont montées GLISSANTES : Tolérance de l’arbre : f6
- Les bagues extérieures tournantes sont montées SERREES : Tolérance de l’alésage : P7
• Liaisons axiales des bagues :
- Les bagues intérieures avec l’arbre :Obstacles C + Réglage axial du jeu du montage en D
- Les bagues extérieures avec l’alésage : Obstacles A et B
3.3.11.Montage des autres types de roulement :
- Pour les roulements à rouleaux cylindriques, les roulements à deux rangées de billes à contact
oblique et les montages mixtes, on applique les mêmes règles de montage que pour les
roulements à billes à contact radial
- Pour les roulements à une rangée de billes à contact oblique, on applique les mêmes règles de

Page 45 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

montage que pour les roulements à rouleaux coniques.


ANNXES
pour le dimensionnement des roulements

Page 46 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Page 47 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Page 48 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Page 49 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

3.4.Applications :

Application N°1 : Touret a meuler (avec corrigé)

Echelle 1:2

(Meule
)

∅ 40 k6

∅ 96 H7

∅ 84 H7

∅ 36 k6

L’arbre porte meule (2) est guidé en rotation par deux roulements (3) et (4). Répondre aux
questions suivantes :
a) Colorier l’ensemble des pièces en rotation
b) De quel type de roulement s’agit-il ? Roulement à billes à contact radial
c) Est-ce un montage à arbre ou à alésage tournant ? Arbre tournant
d) Quelles sont les bagues montées serrées (extérieures ou intérieures) ? Bagues intérieures
e) Identifier les obstacles arrêtant ces bagues axialement (A, B, C, D, E, F, G, H) : E, F, G, H
f) Les bagues extérieures sont-elles montées avec jeu ou avec serrage ? Avec jeu (glissantes)
g) Identifier les obstacles arrêtant ces bagues axialement (A, B, C, D, E, F, G, H) : C, D
h) Donner la tolérance des portées des bagues intérieures situées sur l’arbre : k6
i) Donner la tolérance des portées des bagues extérieures situées sur l’alésage : H7
j) Coter les portées de roulement sur l’arbre (2) .
k) Coter les portées de roulement sur les alésages (1) et (8).

Page 50 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Application N°2 : Roue de remorque ou caravane (avec corrigé)

Echelle 3 :4

∅ 35 f6
∅ 52 P7
∅25 f6

∅ 72 P7

La jante d’une roue est fixée sur un ensemble moyeu/tambour de frein (2) . Cet ensemble est
guidé en rotation autour de la fusée de l’essieu (1) avec deux roulements (3) et (4) :
a) Colorier l’ensemble des pièces en rotation
b) De quel type de roulement s’agit-il ? Roulements à rouleaux coniques
c) Est-ce un montage à arbre ou à alésage tournant ? Alésage (moyeu) tournant
d) Est-ce un montage direct en « X » ou indirect en « O » ? Montage en « O »
e) Comment appelle-t-on l’écrou (6) ? Ecrou à encoches
f) Quelle est la fonction de la rondelle (7) ? Freiner par obstacles l’écrou à encoches (6)
g) Choisir une rondelle frein (7) entre les deux rondelles ci-contre et justifier :
(A) ou (B) : Rondelle frein (A) possédant une languette interne.
h) Les bagues intérieures sont montées serrées ou avec jeu ? Avec jeu
i) Donner la tolérance des portées des bagues intérieures situées sur l’arbre : f6
j) Les bagues extérieures sont-elles montées serrées ou avec jeu ? Serrées
k) Donner la tolérance des portées des bagues extérieures situées sur l’alésage : P7 ou R7
pour charges élevées
l) Quel élément permet de régler axialement le jeu du montage des roulements ? Ecrou à
encoches (6) (réglage sur le bagues intérieures montées avec jeu sur l’arbre 2)
m) Coter les portées de roulement sur la fusée de l’essieu (1)
n) Coter les portées de roulement sur l’ensemble moyeu/tambour de frein (2).

Page 51 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

4. Etanchéité :
Bien qu’elle passe inaperçu, l’étanchéité a un rôle à ne pas négliger .
Une des raisons de l’explosion dramatique de la navette spatiale Challenger est justement la
défaillance d’un joint non compatible.
4.1.Fonction étanchéité :
Soit deux solides S1 et S2 (voir schéma ci-contre) possédant des surfaces de contact communes,
séparant deux milieux contenant des fluides distincts et/ou ayant des pressions différentes.
Le dispositif d’étanchéité doit : S1 S2
• Empécher les impuretés du milieu extérieur
Pression p
d’accéder aux surfaces à protéger.
• Empécher le fluide de s’échapper vers le
Milieu ext. pression
milieu extérieur. atmosphérique pa

( Les flèches symbolisent ces deux types de fuites ) Zone à étancher

4.2.Types d’étanchéité :
Selon la liaison (fixe ou mobile) entre les deux solides S1 et S2, on distingue les types
d’étanchéités suivantes :
Mouvement relatif S1/S2 Type d’étanchéité à réaliser

Fixe ( deux conduites) Etanchéité STATIQUE

Mobile en Rotation (robinet) Etanchéité DYNAMIQUE

Mobile en Translation
Etanchéité DYNAMIQUE
( tige et corps du vérin)

4.2.1.Etanchéité statique :
• Par contact direct :
Etanchéité assurée uniquement par l’état des surfaces en contact entre S1 et S2, sans élément
d’étanchéité supplémentaire (sans joint). Cette étanchéité peut être réalisée soit :
- En rodant les surfaces de contact à lier l’une sur l’autre afin d’obtenir des états des
surfaces parfaits. Exemple : Raccord à joint cônique

- En utilisant un produit de collage et d’étanchéité.


(Cette solution est onereuse)

Page 52 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

• Indirecte : par interposition d’un joint contact direct :


Etanchéité réalisée en interposant entre les deux surfaces à étancher un joint de commerce. Il
peut s’agir :
- D’un JOINT PLAT :

Exemple : Vis de
vidange

- D’un JOINT TORIQUE :

4.2.2.Etanchéité Dynamique :
Les technologies mises en œuvre dépendent des mouvements relatifs entre les deux pièces.
•Cas d’une translation :
Dans ce cas, on utilise des joints toriques ou de section sensiblement carrée :

- Joint torique à section circulaire :

- Joint quadrilobes (section « carrée ») :

•Cas d’une rotation : Exemple

- On peut utiliser un joint torique lorsque la vitesse de rotation reste faible.


- Lorsque la vitesse de rotation est importante, on utilise un joint à lèvre :
:

Lèvr
e

Joint à lèvre à contact radial

Page 53 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Joint à lèvre à frottement axial (Joint V. RING) :


4.3.Symbolisation des joints :
•Joint à contact radial :
Dans tous les cas , le contour exact du joint est représenté
par un rectangle. La croix centrale, peut être complétée par
une flèche indiquant l’étanchéité principale assurée :

Page 54 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

•Joint à frottement axial (V. RING) :


Ce joint est entièrement en élastomère. Sa lèvre de forme conique s’appuie sur une surface
perpendiculaire à l’arbre et agit comme un déflecteur centrifuge qui éjecte la poussière , boues,.
Il supporte de plus grandes vitesses de rotation que le joint à lèvre radiale mais il est moins
efficace.

Page 55 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

5. Applications d’évaluation
Application N°1 : Montage de roulement et étanchéité
On se propose de transformer la liaison pivot entre (3) et (10) en plaçant un roulement à une
rangé de billes à contact radial.
Compléter le dessin de cette liaison en assurant l’étanchéité et en indiquant les ajustements
nécessaires.
Se référer à l’annexe de ce chapitre pour les composants technique .

Application N°2 : Dimensionnement, montage de roulement, et étanchéité.


Le dessin ci-dessous représente à l’échelle 1:1 une partie de moto-reducteur d’un malaxeur dont
l’arbre (49) est guidé en rotation par deux roulements à bille type BC par rapport au carter (51) et
au couvercle (50) . (Roulements : (45) : 20 BC 10 et (46) :30 BC 10.
1) Compléter le montage de roulements. (On utilise un circlips comme obstacle à droite de la
bague extérieure de roulement (46)
Rque : prévoir deux obstacles pour la bague extérieure de ce roulement.
2) Réaliser la liaison encastrement entre l’arbre (49) et le pignon (47).
L’arrêt en rotation sera assuré par une clavette parallèle.
3) Prévoir un joint à lèvre entre le couvercle (50) et l’arbre (49).
4) Remplir le tableau des ajustement suivant : Placer ces ajustements sur le dessin .

Pièces 46/49 46/50 45/51 45/49 47/49

Ajustements

Page 56 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Solution application N°1 :

Page 57 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

Solution Application 2 ( A titre indicatif)

Pièces 46/49 46/50 45/51 45/49 47/49


∅30k5 ∅55H7 ∅42H7 ∅20k5 ∅26H8h7
Ajustements
Ou ∅30k6 Ou ∅55H8 Ou ∅42H8 Ou ∅20k6 Ou ∅26H7g6

Page 58 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA


Conception 2 LMD1 /S2

BIBLIOGRAPHIE
Guide des sciences et techniques industrielles – Jean LOUIS_FANCHON

Mémotech Génie Mécanique (productique mécanique) 2ème édition- Benoît POULET

http://laparrej.free.fr/index.htm _ Jerôme laparre

Spécification géométrique des produits (GPS) LIVRET NF ISO 1101 Février 2005 -Indice de
classement : E 04-552

Page 59 N.FARES & E.BOUHAMED & I.HAMZA