Vous êtes sur la page 1sur 9
Conseils pour la présentation orale par Anne ‐ Roos Weil, Jean ‐ Claude Charlet et

Conseils pour la présentation orale

par Anne Roos Weil, JeanClaude Charlet et Philippe Mustar

I. LES DIFFERENTS FORMATS DE PITCH

1. Finale francophone le 8 Mars 2012

10 min de présentation suivies de 10 min de questions/réponses.

2. Finale mondiale à Berkeley du 19 au 21 Avril 2012

Pour le core track

15 minutes de présentation en anglais avec support PowerPoint en anglais

10 minutes de questions/réponses avec le jury

Pour le SIA

10 minutes de présentation en anglais avec support PowerPoint en anglais

5 minutes de questions/réponses avec le jury

Deux personnes sont autorisées à parler pendant la présentation, mais vous pouvez être plus que 2 sur scène. Voici quelles étaient les conditions de la finale en 2009 :

étaient les conditions de la finale en 2009 : Les finalistes sont équipés d’un micro portatif

Les finalistes sont équipés d’un micro portatif accroché à la chemise et d’un bouton volume à la ceinture.

sont équipés d’un micro portatif accroché à la chemise et d’un bouton volume à la ceinture.
sont équipés d’un micro portatif accroché à la chemise et d’un bouton volume à la ceinture.
II. LA FORME DE LA PRESENTATION Les américains sont très regardants sur la forme :

II. LA FORME DE LA PRESENTATION

Les américains sont très regardants sur la forme : le dynamisme de la présentation orale, la qualité de la langue, l’esthétisme du support PowerPoint sont essentiels.

1. Le PowerPoint

Le Power Point doit être :

Clair, aéré, très visuel (grands chiffres, photos, schémas, animations): par exemple, illustrer le potentiel de développement par une mappemonde qui se colorie au fur et à mesure ou des flèches qui se propagent… Illustrez vos propos par des images marquantes et dynamiques Simple : 2 idées maximum par slide.

Exemple :

Impact n°1 + 1 chiffre Impact n°2 + 1 chiffre

Le discours doit suivre le slide.

Le support PowerPoint doit idéalement ne pas faire plus d’une dizaine de slides pour 15 minutes.

2.

Le ton du pitch

Etre sûr de soi dans la manière de présenter, en restant réaliste ! Même si cela peut vous paraître caricatural, il ne faut pas hésiter à y aller franchement dans le registre « on est les meilleurs, avant nous ils n’avaient rien compris…»

Rythmer le discours, séquencer les 15 min (c’est long !). Par exemple, si vous avez des vidéos courtes , images du terrain, interview d’un des membres de l’équipe non

pouvez les intégrer

au Powerpoint pour varier les supports du discours. En temps limité, chaque mot est important ! Aller directement à l’essentiel et mesurez le poids de chacun des mots écrits sur le PowerPoint. Faire des transitions soignées entre les locuteurs, se répartir la parole en fonction des compétences de chacun

présent

à

Berkeley,

vous

entre les locuteurs, se répartir la parole en fonction des compétences de chacun présent à Berkeley,
entre les locuteurs, se répartir la parole en fonction des compétences de chacun présent à Berkeley,
Sur l’ensemble des projets présentés pendant la journée, il est difficile de tout retenir. Il

Sur l’ensemble des projets présentés pendant la journée, il est difficile de tout retenir. Il est donc important d’avoir quelque chose d’accrocheur au niveau du nom, du concept (ex : réseau d’hôpitaux low cost), ou du slogan.

3. La mise en scène

Soigner la mise en scène et occuper l’espace. Il s’agit de ne pas rester trop statique afin de capter l’attention de l’audience. Essayer de créer une proximité avec le jury (s’adresser à eux directement, se rapprocher etc…) Si vous avez un objet qui symbolise votre activité ou qui est représentatif de votre

projet, emmenezle le jour J ou montrezle dans la vidéo, éventuellement commencez l’accroche avec lui dans les mains « this product is the future of… » / « thanks to this product, 2 millions people will benefit from… » Orienter le pitch sur le bénéficiaire final du projet afin de rendre la présentation plus vivante et incarnée, par le biais notamment de vidéos, de photos, de témoignages, ou de citations…

4.

La langue

Ne pas sous estimer la question de la langue : qualité, intonation,…

Si le niveau n’est pas excellent, le jury sera probablement indulgent mais il peut alors y avoir un problème de rythme. Il faut donc particulièrement préparer l’épreuve de la présentation en langue anglaise en multipliant les simulations.

III. LA STRUCTURE DE LA PRESENTATION

Introduction Commencer par se présenter : nom et fonction dans l’organisation (les potentiels investisseurs ont envie et besoin de savoir à qui ils parlent).

1. Why ?

Soigner l’accroche : une phrase qui explique le besoin social et l’impact social de votre projet avec un chiffre à l’appui dans l’esprit « idée choc, chiffre choc »

social de votre projet avec un chiffre à l’appui dans l’esprit « idée choc, chiffre choc
social de votre projet avec un chiffre à l’appui dans l’esprit « idée choc, chiffre choc
‐ Exemple : « Aujourd’hui, 1 enfant sur 5 meurt avant l’âge d’un an. 70%

Exemple : « Aujourd’hui, 1 enfant sur 5 meurt avant l’âge d’un an. 70% de ces décès sont liés à des maladies bénignes non détectées à temps. Nous allons réduire 80 % de ces cas de décès grâce à notre solution ». Ne pas hésiter à passer du temps pour expliquer le contexte local, les jurys ne sont pas forcément familiers du cadre (géographique, paysage économique et social, …) dans lequel vous inscrivez votre projet.

Exemple : raconter une petite histoire pour débuter la présentation, éventuellement illustrée, qui montre comment ça se passe actuellement pour M. ou Mme. X dans le village Y

Partir des usages ou des expériences terrain. « Raconter une histoire ».

2. What?

Expliquer la solution proposée. Précisez en quoi vous apportez une solution qui

n’existait pas avant, ou en quoi vous vous différenciez de ce qui existe déjà. Le WHAT doit arriver très vite dans la présentation, pas au bout de 5 minutes.

Détailler les risques existants ou potentiels du projet. Ces derniers sont souvent sous

estimés, peu développés, voire non traités. Il vaut mieux prévenir les critiques ou les doutes inévitables de l’investisseur en se montrant lucide et en proposant des pistes d’évolution. Présenter les risques, c’est permettre à l’investisseur de rebondir sur ce que vous citez, et donc ne pas lui donner l’occasion d’en développer d’autres.

3.

How ?

Décrire succinctement le modèle économique du projet (for profit/not for profit) et

sa mise en œuvre opérationnelle (comment je « markete » mon produit? Comment estil distribué ? Sur quels canaux/acteurs vaisje m’appuyer ?) Pour le modèle économique, sans rentrer dans le détail, donner les grands indicateurs : point mort, et différents seuils critiques du développement du projet.

4. Where are we already ?

Point d’étape : où en êtesvous actuellement dans le déploiement de votre projet (ex : projet pilote en expérimentation, brevet déposé,…)

5. Where we can go if you support us?

Quel est le potentiel de développement de votre projet ? (géographique,

diversification du service, etc.)

Quel est le potentiel de développement de votre projet ? (géographique, diversification du service, etc.)
Quel est le potentiel de développement de votre projet ? (géographique, diversification du service, etc.)
‐ Ne pas sous ‐ estimer les phases amonts : expliquer la phase d’amorçage, et

Ne pas sousestimer les phases amonts : expliquer la phase d’amorçage, et rester réaliste (tout n’est pas rose, il y aura des difficultés, il faut montrer sa lucidité à ce sujet et ne pas être trop optimiste !)

Néanmoins il faut réussir à convaincre d’un fort potentiel de croissance.

Faire l’échéancier des 3 ans à venir et montrer la croissance en rythme de croisière sur les années suivantes (n’indiquer que les grandes phases sur l’échéancier: à t=0, à 6 mois, puis rythme de croissance) Permet de mieux représenter mise en place pratique du business

Quelques indications sur l’impact social/environnemental : indicateurs clés, impact déjà réalisé et/ou potentiel d’impact. Présenter rapidement le tableau de calcul du SIA, et faire apparaître les grands thèmes d’impact social mesurés et leurs résultats

Conclusion Faire une slide sur le besoin de financement pour terminer Finir sur une asymptote positive qui ouvre sur les questions

IV. PREPARER LE PITCH

Surtout veillez à ne pas dépasser la durée octroyée pour la présentation ! Pour ce faire, prévoir en répétition un pitch plus court, avec le stress, le temps de présentation est souvent rallongé…

Rédigez le texte par écrit puis entraînezvous à le dire

Faites des phrases courtes, une idée par phrase (sujet /verbe/ complément): vous plier à cette règle vous permettra d’avoir un propos clair et de ne pas vous perdre à l’oral le propos doit être très clair

Acceptez de perdre en nuance et en subtilité : en 10 minutes, vous n’avez pas le temps d’expliquer tous les ressorts de votre projet

Ménagez des pauses pendant la présentation (respiration, temps de silence après une phrase)

Attention au support PowerPoint, si vous désirez en utiliser un : il ne doit pas être un outil chronophage et qui risque de vous faire perdre le fil de votre propos. Il ne doit pas non plus vous contraindre à rester « accroché » à votre présentation. Il n’est que pour illustrer et appuyer votre discours, en aucun il ne doit constituer le support de lecture de votre présentation. Les anglosaxons sont très visuels (graphiques, schémas,…)

support de lecture de votre présentation. Les anglo ‐ saxons sont très visuels (graphiques, schémas,…)
support de lecture de votre présentation. Les anglo ‐ saxons sont très visuels (graphiques, schémas,…)
‐ Un bon exercice pour vous préparer au format du pitch est de vous obliger

Un bon exercice pour vous préparer au format du pitch est de vous obliger à expliquer votre projet en 20 lignes maximum .

1. Des exemples de pitch en 10 lignes

- MicroEnergy Credit Corporation :

Roughly 2.5 billion people worldwide suffer from “energy poverty”; a lack of access to affordable, healthy, and environmentally friendly ways to heat, light, and provide income for their families. MicroEnergy Credits Corporation makes use of the carbon emissions capand trade markets to help Microfinance institutions offer clean, efficient energy products to their customer base of over 250 million microentrepreneurs. This makes energy efficient products like solar electric lighting, efficient cookstoves, and local biogas cooking fuel, accessible and affordable to poor households. MECC bridges the gap between the $30 Billion carbon markets and billions of people making clean energy choices.

La dernière phrase = message clé du "marketing pitch"

- Pedigree Logistics

mPedigree Logistics provides pharmaceutical companies with robust anti counterfeit solutions appropriate for emerging markets, with added value via mobile marketing and granular supply chain oversight. The WHO estimates that up to 30% of drugs sold in developing nations are fakes, containing little to no active ingredients or laced with malicious chemicals. The growing global counterfeit drug market is estimated to reach US $75 billion by 2010, forming about 10% of all global pharmaceutical trade . Our technology leverages the power of 4 billion cell phones worldwide. With our service, consumers can check their drugs before use with a simple text message . Genuine manufacturers can reclaim market share lost to counterfeiters while boosting sales with targeted advertisements at the point of purchase, a worldfirst innovation.

2. L’exemple du pitch de Pesinet

PesinetA new approach to healthcare in Africa

"My name is

,

I am the Founder/ CEO/

of

"

Pesinet Pesinet ‐ A new approach to healthcare in Africa "My name is , I am
Pesinet Pesinet ‐ A new approach to healthcare in Africa "My name is , I am
Pesinet is a not ‐ for ‐ profit international organization that delivers an innovative prevention

Pesinet is a not for profit international organization that delivers an innovative prevention and early care system for countries lacking medical resources.

1Why:

In Mali where the project started, 1 child out 5 does not reach the age of 5, a ratio that is 40 times higher than in our developed countries. This is not due to major epidemics but, in 70 % of case s, to diseases as benign and easy to cure as diarrhea, pneumonia, malaria or malnutrition (big numbers)

2What

To address this situation, we developed Pesinet, a system that will reduce by 80% mortality caused by complications of simple diseases.

3How By leveraging mobile technologies, the work of our field health agents and a powerful microhealth insurance system cofinanced by relatives outside the country, the service manages to reduce mortality and emergency treatments by 50% while opening up job and learning opportunities for our employees. (What do we implement? . components of the service)

For a monthly fee affordable to low income families (the equivalent of 1 day of earning), subscribers get periodic home based health checkup by local agents, remote medical monitoring by the doctor of the local community health center, early detection and treatment of diseases and access to half price medication. Pesinet acts as a multiplier of

medical radius and allows to increase a local doctor's capacity by a factor of 30. (What does my service provide to the consumers/customers/stakeholders?)

4Where are we already? Pesinet is already demonstrating promising results in the field. The pilot validated the technology and the economical apporach and is already delivering on the social promises

with more than 100 children being called in for examination by the doctor every month. (Try to find a way to indicate results already established (nb beneficiaries, nb of employees, nb

of persons interviewed who told that they want the service

?)

5Where could we go with your support?

nb of persons interviewed who told that they want the service ?) 5 ‐ Where could
nb of persons interviewed who told that they want the service ?) 5 ‐ Where could
Next steps planned are to integrate a service of pregnant women's care and expand Pesinet

Next steps planned are to integrate a service of pregnant women's care and expand Pesinet in other African countries suffering from high maternal and child mortality rates. (Development ideas: both geographically and in terms of new population targets)

V. QUESTIONS TYPE DU JURY (BERKELEY)

Se préparer à des questions sur :

o

Les freins technologiques

o

Les freins centrés sur l’utilisateur (projet compréhensible, abrodable ?)

o

La corruption

o

La suffisance des ressources humaines

o

Le potentiel de croissance

o

Les impacts négatifs : être transparent et conscient des impacts négatifs (ex :

impact environnemental des emballages), les comptabiliser en impact négatif en SROI si on n’a pas trouvé de solution pour les supprimer

Faire des listes de questions « pièges » et être préparé à faire des réponses brèves.

1. Le problème de la corruption en Afrique

Les américains sont lourds d’a priori sur les pays africains : ils entretiennent notamment une grosse inquiétude sur la corruption en Afrique. Il faut être préparé à répondre sur ce point ! Par corruption, ils n’envisagent pas forcément la corruption étatique, mais le problème d’utilisation des fonds à d’autres fins que celles de la mission sociale initiale. Il faut donc imaginer en amont toutes les façons dont le modèle pourrait être détourné au niveau local (questions de traçabilité, contrefaçon, etc.)

Puisque les américains méconnaissent les modes de fonctionnement des pays d’Afrique francophone, par conséquent, il faut les « rassurer » :

en leur garantissant des contrôles internes (audits), des mécanismes de contrôle de l’utilisation de l’argent

grâce à des mécanismes mis en place pour s’assurer de la bonne utilisation des flux sur place (ex : mécanismes de pression sociale exercée sur des organismes de gestion communautaire comme les mutuelles)

2.

L’accessibilité du coût

exercée sur des organismes de gestion communautaire comme les mutuelles) 2. L’accessibilité du coût
exercée sur des organismes de gestion communautaire comme les mutuelles) 2. L’accessibilité du coût
C’est une question à double ‐ tranchant car le jury de Berkeley est composé de

C’est une question à double tranchant car le jury de Berkeley est composé de profils financiers pour qui la structure de prix, même si elle est un peu élevée, ne pose pas forcément problème ; en revanche pour les jurys qui sont entrepreneurs sociaux, il est très important que le produit puisse être accessible aux populations à bas revenus.

Par conséquent, il faut être très clair sur la stratégie de commercialisation: quelle(s) cible(s) / client(s) ? Quel type de pauvreté cible t on ?

3. L’appui stratégique et opérationnel pour le développement du projet

Au fur et à mesure que le projet va se développer, aurezvous la capacité de tout faire ? Allez vous contrôler en direct la chaîne de production ? Allez vous passer par des partenariats ?

Veillez à avoir un conseil d’administration et un « board of advisors » solides, quitte à l’enrichir d’ici la finale. Les jurys américains apprécient les comités d’experts associés aux compétences complémentaires et à l’expérience significative.

VI. LA PRESENTATION SIA

Le SIA doit être très clair en termes de proposition de valeurs : quelques impacts très clairement définis et hiérarchisés avec des indicateurs pertinents and mesurables. Etre réaliste et crédible dans sa monétisation.

L’impact social doit être senti de la 1 ère à la dernière slide.

dans sa monétisation. L’impact social doit être senti de la 1 è r e à la
dans sa monétisation. L’impact social doit être senti de la 1 è r e à la