Vous êtes sur la page 1sur 12

I. Introduction

Le mariage dans l'Histoire

I. Introduction Le mariage dans l'Histoire Le mariage est l'« union légitime d'un homme et d'une

Le mariage est l'« union légitime d'un homme et d'une femme ». Il s'agit d'une institution sociale qui se manifeste de manière rituelle, juridique ou religieuse, et qui régit la formation et les règles de fonctionnement d'une communauté de vie. Cette institution a initialement pour but de fournir un cadre social et légal qui permette au couple de développer une famille et de perpétuer la société par sa descendance.

D’où vient le mariage ? Si l’on s’en tient à la Bible, on peut considérer que le mariage a été immédiatement institué lorsque Adam choisit Eve. Le mariage est alors une union permettant de créer une famille et de la faire perdurer. L’histoire du mariage a beaucoup évolué au cours du temps et a été petit à petit réglementé par l’Etat et l’Eglise. De nos jours, le mariage est autant un acte civil qu’un acte religieux, mais chaque pays, chaque culture a ses rituels et ses traditions.

1

Il est né sous l’empire romain. A cette époque, se marier était un devoir de citoyens. Les mariages étaient souvent arrangés par les pères des jeunes gens qui se rencontraient pour la première fois lors de leurs fiançailles. Pour les romains, la religion avait une très grande place et il était donc important de consulter les augures afin de s’assurer la protection des dieux pour le futur mariage. Les Justes Noces « justae nuptiae » étaient réservées aux citoyens romains. C’était le seul mariage reconnu par le droit et donc le seul qui légitimait les enfants du couple. Ceux qui n’étaient pas citoyens dépendaient de leur pays d’origine. Quant aux esclaves, c’est leur maitre qui pouvait décider de leur union et de leur rupture. Cette union, le Contubernium, n’avait aucune valeur juridique. Lorsque le Christianisme prit de l’ampleur, les règles changèrent. Le mariage devint essentiellement une cérémonie privée qui se déroulait chez la future mariée. Ce mariage était le temps de fêtes familiales avec parfois une bénédiction sans valeur officielle. Cet engagement était encore alors un

engagement mutuel, écrit

Peu à peu, les écrits disparurent et laissèrent place à une plus grande liberté et plus d’abus. Les mariages pouvaient être remis en cause facilement sans la preuve d’une union connue de tous. Les mariages secrets, forcés, les

divorces devinrent

C’est dans le XIII-ème siècle que l’Eglise catholique remis de l’ordre dans les règles du mariage.Les époux doivent se donner un consentement libre et mutuel de vive voix. Enfin, il est obligatoire d’avoir l’âge requis pour se marier. Tous ces changements permirent de réduire les mariages clandestins, forcés ou arrangés ou encore le mariage des enfants. Si une de ces règles n’était pas respectée, le mariage était considéré nul pour l’Eglise

et

Dans le XVI-ème siècle, le Concile de Trente redonna un aspect sacré et divin au mariage. L’Eglise réglemente à elle seule le mariage et lui donne sa seule valeur. Il est désormais obligatoire de publier les bans avant la cérémonie. Le mariage doit être célébré devant un prêtre et devant témoins puis les deux époux doivent signer un registre. Il fut interdit de vivre ensemble hors mariage pour limiter les enfants illégitimes. A ces règles s’ajoutera plus tard, le caractère indissoluble du mariage et de ce fait une fidélité de la part des époux.

et

signé.

plus

courants.

n’existait

donc

pas.

2

II. LE MARIAGE FRANÇAIS

Le mariage en France est un acte civil et éventuellement religieux qui lie un homme et une femme en vue d'une vie commune et de fonder une famille. Après la Révolution française, la loi du 20 septembre 1792 reprit une grande partie des règles instaurées par l’Eglise afin d’instituer le mariage civil. Celui-ci devient le seul valable aux yeux de la loi. Aujourd’hui encore, le mariage civil doit se faire avant le mariage religieux quelle que soit sa

religion. Dans le XIX-ème siècle, le Code civil napoléonien définit les

conditions du mariage qui figurent encore aujourd’hui au titre V, Livre I du

Code

Mais au cours du XXème siècle on voit disparaître le texte selon lequel « le mari doit protection à sa femme et la femme obéissance à son mari ». Depuis 1970, de nombreuses réformes ont été engagées afin d’obtenir une reconnaissance de l’égalité entre les époux, autant dans leurs rapports respectifs, qu’envers les tiers et vis à vis de leurs enfants. En France, depuis une loi du 4 avril 2006, l'homme et la femme ne peuvent contracter mariage avant l'âge de 18 ans (auparavant, l'âge de la femme était fixé à 15 ans), sauf autorisation de leurs parents, qui est nécessaire même dans le cas de mineurs émancipés. L'article 145 du code civil consacre une dérogation qui pourra être accordée par le Procureur de la République pour « motifs graves ». Il s'agit en général de l'état de grossesse de la mineure mais les circonstances sont laissées à l'appréciation souveraine du Procureur.

civil.

3

III. La cérémonie civile

La cérémonie civile, qui précède la cérémonie religieuse est une cérémonie publique. Elle est la seule reconnue aux yeux de la république française. Afin qu’une personne opposée au mariage puisse entrer dans la salle des mariages, la porte doit rester ouverte. Les mariés se tiennent face à l’officier d’état civil. La mariée est à la gauche du marié. Il s’agit d’une ancienne tradition. Le marié doit toujours garder sa main droite libre et à portée de son épée, afin d’écarter d’éventuels prétendants. Les témoins des mariés se situent de chaque côté des futurs époux. En citant le code civil, l’officier d’état civil informe les futurs mariés des devoirs de chacun. Il remet ensuite le livret de famille aux nouveaux époux.

4

IV. La cérémonie religieuse

Il faut obligatoirement se marier à la mairie avant de célébrer une cérémonie religieuse. La coutume veut que la famille et les invités arrivent en premier, comme pour la cérémonie civile. Le marié arrive au bras de sa mère, et la mariée au bras de son père, au son d’une marche nuptial. A la fin de la messe, les époux et leurs témoins signent le registre. La sortie de l’église est un grand moment : celui des photos et du traditionnel lancé de riz. Désormais, le riz est souvent remplacé par des confettis, des pétales de papier ou de tissus, ou une pluie de lavande. Les mariés se rendent ensuite à la salle où se déroule le vin d’honneur. En général, le cortège de voiture fait crier son klaxon, pour annoncer la bonne nouvelle.

5

V. Les traditions el les symboles du mariage

français

1.Les 4 Éléments :

Le jour de son union, la mariée peut respecter cette tradition qui veut qu'elle porte, pour un mariage réussi, quatre éléments au choix, qui pourront être un vêtement un tissu, etc, mais qui ont des caractéristiques précises :

- Un de ces éléments doit être ancien (un bijou de famille le plus souvent),

- Un autre doit être neuf,

- Un autre doit être emprunté,

- Un autre doit être bleu.

- L'élément "vieux" : il caractérise le lien familial de la mariée et sa vie

jusqu'au mariage. Pour cela, c'est souvent un bijou de famille ancien qui est

choisi par la mariée.

- L'élément "neuf" : Il caractérise la réussite et le succès pour la vie à venir. Pour cela, c'est souvent la robe de mariée qui est choisie par la mariée.

- L'élément "emprunté" : Il caractérise la chance et le bonheur pour le couple

de futurs mariés. Pour cela, c'est souvent un accessoire ayant déjà été porté, le jour de son mariage, par une mariée heureuse et comblée, qui est choisi par la mariée.

- L'élément "bleu" : Il caractérise la fidélité et la pureté dans le couple. Pour

cela, c'est souvent un accessoire discret (mouchoir,…) qui est choisi par la mariée.

2.La Jarretière :

En fait, la jarretière symbolise le mystère, et surtout la Virginité. Chez les Hébreux, on disait que le bleu et le blanc sont les couleurs symboles de

6

l'amour, de la pureté, et de la fidélité. Les futures mariées étaient donc encouragées à

l'amour, de la pureté, et de la fidélité. Les futures mariées étaient donc encouragées à porter une jarretière à ces couleurs.De nos jours, la tradition de la jarretière de la mariée "mise en vente" provient du fait que les invités, bien avant l'apparition des listes de mariage, se devaient de participer, financièrement, au départ dans la vie des nouveaux mariés. Même si, au fil du temps, l'âge moyen des mariés évolue sensiblement, auparavant, les conjoints plus jeunes ne refusaient pas une aide financière. Les temps ayant changé, il est vrai qu'à l'heure actuelle la tradition de la jarretière se perd un peu …

3.Les Dragées :

La tradition des dragées n'est pas liée à la religion : On les retrouve à l'occasion de toutes les fêtes familiales et les dragées restent une tradition très vivace.Les dragées symbolisent donc principalement la garantie de l'Amour éternel, de la fécondité et de la descendance aux jeunes mariés. Les invités l'emportent aussi comme un souvenir, et ceux qui n'ont pu assister au mariage recevront ce témoignage de l'affection des mariés.

4.L'Alliance :

de l'affection des mariés. 4.L'Alliance : Lorsque l'on se marie, on fait alliance, on s'unit

Lorsque l'on se marie, on fait alliance, on s'unit à vie pour le meilleur et pour le pire. D'où le nom "alliance" donné à cet anneau échangé lors du mariage.Il est traditionnellement portée à l'annulaire gauche, doigt qui, selon une légende de l'Ancienne Egypte, se trouve placé sur le chemin de la "Vena Amoris" ("Veine de l'Amour") qui mène directement au

("Veine de l'Amour") qui mène directement au cœur… En fait, cela viendrait du fait qu'au 17ème

cœur…En fait, cela viendrait du fait qu'au 17ème siècle, à l'occasion d'un mariage chrétien, le prêtre qui officiait lors de cette cérémonie, après avoir touché, les uns après les autres, les trois premiers doigts de la main gauche, le pouce, l'index et le majeur (Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit), arriva alors au quatrième doigt, l'annulaire, qu'il choisit comme place pour l'alliance. A l'instar des anneaux antiques qui étaient en fer, les alliances sont toujours assez sobres de nos jours : Elle peuvent être en or jaune, en or blanc, en argent, et sont parfois serties de pierre précieuses.

5.Le Lancer de riz :

Le lancer du riz à la sortie de l'église symbolise la prospérité et la fertilité pour les nouveaux mariés. Cela remonte à un très ancien rite païen consistant à lancer des graines sur les jeunes mariés, graines dont la force et

7

surtout la fertilité leur seraient ainsi automatiquement transmises… De nos jours, les confettis et autres pétales, outre leur effet visuel non négligeable, ont aussi la réputation d'éloigner les "mauvais esprits" loin des jeunes époux.

6. Le "Voile" :

Même s'il est vrai que le mot "voile" est plus souvent employé pour parler d'une femme en deuil, et que cette tradition se perd peu à peu, certaines mariées arrivent encore "voilée"

de

l'église.

mariées arrivent encore "voilée" de l'église. jusqu'à devant l'autel Cette tradition du voile

jusqu'à devant l'autel

Cette tradition du voile pourrait provenir de l'époque ancienne où l'homme passait un drap sur la tête de la femme de son choix pour la kidnapper, "coutume" qui se serait ensuite transformée à l'époque des mariages arrangés, pour devenir une habitude de masquer le visage de la mariée jusqu'au moment où les époux était officiellement engagés. Ainsi, les critères physiques ne devaient pas entrer en ligne de compte pour le mariage. De nos jours, à la fin des cérémonies, la mariée qui porte un voile en tulle, le découpe en rubans assez longs et les distribue aux femmes célibataires

présentes, en gage de leur mariage prochain.

7.Quelques Symboles :

- Les Marguerites et Les Roses : Au Moyen-Age, lorsque la main d'une

demoiselle était demandée, cette femme pouvait porter une couronne de marguerites, indiquant qu'elle prenait le temps de considérer la demande, ou une couronne de roses, indiquant qu'elle acceptait la requête de son futur époux.

- Les Colombes symbolisent la monogamie : Ces oiseaux monogames

forment des couples unis pour la vie, et sont un exemple de fidélité absolue.

- Les Couleurs : Le blanc symbolise la virginité, le bleu symbolise la fidélité, le gris symbolise les voyages lointains, le vert symbolise la pudeur, le noir symbolise le refus du mariage, et le jaune symbolise l'adultère.

- Le Lierre symbolise l'attachement et l'amour éternel : Cela provient de son feuillage toujours vert et de sa propension à se fixer fortement là où il pousse.

8

VI.Coutumes et traditions du mariage marocain

VI.Coutumes et traditions du mariage marocain Au Maroc, l'importance de l'engagement que représente le mariage

Au Maroc, l'importance de l'engagement que représente le mariage s'exprime déjà dans sa durée. En effet, selon la grandeur et la richesse des familles, les cérémonies et festivités de mariage peuvent s'étendre de trois jours à une semaine. Les femmes y rivalisent de charme. Elles portent leurs plus beaux bijoux et sont habillées de caftans, ces amples et longues robes faites de soie, de mousseline, de satin, de taffetas et autres tissus élégants. Brodée, la robe s'orne de paillettes et se retient à la taille par une large ceinture. S'il subsiste encore des mariages "arrangés", comme autrefois, ayant essentiellement pour but d'unir des familles, le mariage marocain, à l'instar de la plupart des unions modernes, correspond, de plus en plus, à la volonté réelle des futurs époux d'unir leurs destinées. De manière générale, les formalités débutent environ un an avant les cérémonies proprement dites, par la conclusion de l'acte de mariage. Parfois, celui-ci consiste en un simple contrat oral, conclu en présence de témoins et d'adouls (une sorte de notaires).La mariée apporte une dot, tandis que la famille du marié verse une somme importante à celle de la promise, destinée à l'achat de meubles et de biens. Jadis, c'était le versement de la dot qui marquait la fin des fiançailles, environ un mois avant la noce. Parfois, on célèbre une petite fête, que chaque famille anime séparément, destinée à convenir des pâtisseries à préparer pour l'occasion et des présents que le marié offrira à son épouse la nuit des noces.

9

La veille du mariage, la coutume veut que la mariée se rende au hammam en
La veille du mariage, la coutume veut que la mariée se rende au hammam en
La veille du mariage, la coutume veut que la mariée se rende au hammam en

La veille du mariage, la coutume veut que la mariée se rende au hammam en compagnie des femmes de sa famille et de ses amies. C'est ce jour-là que se déroule la célèbre cérémonie du henné, lors de laquelle une "hennaya" dessine des motifs symboliques sur les mains et les pieds de la mariée, en guise de porte-bonheur pour sa nouvelle vie. Les autres femmes participant au mariage peuvent faire de même. Le lendemain de ce rituel, une grande cérémonie est organisée, où la mariée apparaît vêtue de ses plus beaux atours. Elle a pour but de souligner les charmes de la mariée auprès de l'ensemble des femmes de l'assistance et de son mari. Le mariage est, le plus souvent, conclu ce même jour. Le marié offre toute une série de cadeaux à son épouse. Ils sont présentés à l'admiration des invités sur de grands plateaux. La plupart de ces présents ont une valeur symbolique, comme le sucre, le lait ou les dattes ; alors que les autres sont fonction des

marié.

Selon la tradition musulmane, la cérémonie de mariage débute par la lecture de versets coraniques et des chants .Ensuite, l'ensemble des invités se réunit pour une cérémonie festive, rythmée par des airs et des danses folkloriques. On y savoure des pâtisseries et y sirote du thé, de délicieux jus de fruits frais et des boissons gazeuses et bien sûr pas d'alcool, selon les traditions musulmanes.

moyens

dont

dispose

le

Les mariages marocains sont également réputés pour les multiples tenues revêtues par la mariée au fil de la cérémonie, pouvant aller jusqu'à sept tenues différentes. A chaque fois, la mariée prend place sur un trône, afin de se prêter à l'admiration de tous et à des séances photo avec les invités. L'ultime de ces tenues est, en général, une magnifique robe de mariée blanche.

10

VI. CONCLUSION

J’ai choisi ce thème pour mon projet, parce que j’aime tout ce qui est liée au mariage, j’aime les coutumes de chaque pays, les traditions, les costumes du mariage. Je veux devenir organisateur de mariages. Le mariage fait partie du fêtes que une personne doit célébrer dans

sa vie.

Je crois que mon projet a un thème interesant. Il s’agit du mariage, de l’union entre un homme et une femme. Dans mon projet j’ai presenté le mariage en France, l’histoire du mariage, symboles du mariage français, et j’ai presenté aussi le mariage marocain. J’ai etudié des nouvelles choses en faisant ce projet et jéspère que ce projet vous pareseriez très intéresant.

11

Bibliographie:

Jean-Claude Bologne, Histoire du mariage en Occident, Lattès, 1995 Gerard Mermet , Francoscopie ,Larousse 2003 http://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage

http://www.khaoula.com/mariage_marocain_3.htm

12