Vous êtes sur la page 1sur 77
Applications de la technologie WDM Fabrice Dève page 1 Fabrice Dève Formation Continue Télécom ParisTech
Applications de la
technologie WDM
Fabrice Dève
page 1
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
page 2
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Position du WDM dans le modèle des couches ATM ATM IP IP COMMUTATION COMMUTATION (
Position du WDM dans le modèle des couches
ATM
ATM
IP
IP
COMMUTATION
COMMUTATION
(
(
S
S
erv ces
erv ces
i
i
d
d
e transm ss on
e transm ss on
i
i
i
i
(
(
S
S
erv ces
erv ces
i
i
d
d
e ransm ss on
e ransm ss on
t
t
i
i
i
i
(V(Voix,oix, ServicesServices Intelligents)Intelligents)
de cellules)
de cellules)
de datagrammes)
de datagrammes)
TRANSMISSION SDH
TRANSMISSION SDH
Ethernet (MAN, WAN)
Ethernet (MAN, WAN)
(Transport de voix et de données avec qualité de service)
(Transport de voix et de données avec qualité de service)
(Transport de trames Ethernet)
(Transport de trames Ethernet)
WDM
WDM
(Transmission(Transmission «Fibre«Fibre Virtuelle»)Virtuelle»)
FIBREFIBRE OPTIQUEOPTIQUE
(Infrastructure(Infrastructure matériellematérielle dede transmission)transmission)
page 3
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
RESEAU VOIX TDM page 4 Fabrice Dève Formation Continue Télécom ParisTech
RESEAU VOIX TDM
page 4
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
RESEAU ATM page 5 Fabrice Dève Formation Continue Télécom ParisTech
RESEAU ATM
page 5
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
MAN Ethernet page 6 Fabrice Dève Formation Continue Télécom ParisTech
MAN Ethernet
page 6
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
10800 KM DE DWDM COUVRENT PLUS DE LA MOITIE DU RESEAU page 7 Fabrice Dève
10800 KM DE DWDM COUVRENT PLUS DE LA
MOITIE DU RESEAU
page 7
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Scénarios d’utilisation du WDM dans le réseau Quatre grandes applications du WDM : • économie
Scénarios d’utilisation du WDM dans le réseau
Quatre grandes applications du WDM :
• économie à court ou moyen terme de régénérateurs SDH
sur la longue distance
• économie de location de fibres
• manque d’infrastructure optique
• mise en place de la couche optique : anneaux express,
support ATM
13%
Couche optique
optique : anneaux express, support ATM 13% Couche optique 22% page 8 Fabrice Dève Formation Continue
22% page 8 Fabrice Dève Formation Continue Télécom ParisTech
22%
page 8
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Le WDM Long Haul chez l’opérateur L’opérateur a déployé un réseau SDH national à partir
Le WDM Long Haul chez l’opérateur
L’opérateur a déployé un réseau SDH national à partir de 1998 :
Architecture centralisée conçue pour supporter le trafic voix
• Hiérarchie à 3 niveaux : anneaux primaires, secondaires et tertiaires
Boucle tertiaire
Boucle secondaire
Boucle primaire
Brasseur SDH
VC-12 et VC-4
Fourniture de services de liaisons louées, transport du trafic
téléphonique TDM
page 9
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Déploiement du Backbone WDM (1/2) Crise de croissance du réseau entre 1999 et 2001 •
Déploiement du Backbone WDM (1/2)
Crise de croissance du réseau entre 1999 et 2001
• Le volume de trafic a doublé tous les ans
Le réseau SDH primaire relie entre Paris et Lyon :
• Les commutateurs voix de transit
• Les commutateurs de cœur de réseau ATM
• Les Label Switch Router IP MPLS
Déploiement de 2 sous systèmes WDM sur le réseau primaire
une partie de l’infrastructure fibre optique est sur emprise
autoroutière
page 10
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Déploiement du Backbone WDM (2/2) Site 1 Site 2 Site 1 Site 2 ADM ADM
Déploiement du Backbone WDM (2/2)
Site 1
Site 2
Site 1
Site 2
ADM
ADM
ADM ADM ADM
ADM ADM ADM
Router IP/MPLS
ADM
ADM ADM ADM
ADM ADM
1
1
Commutateur ATM
2
2
Commutateur voix
ADM
ADM
3
3
ADM ADM
ADM ADM
ADM
ADM
ADM
ADM ADM
ADM
ADM ADM ADM
Site 3
Site 4
Site 3
Site 4
page 11
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Basculement d’anneau SDH sur WDM Avec fibre optique de manœuvre : Anneau SDH Sans fibre
Basculement d’anneau SDH sur WDM
Avec fibre optique de manœuvre :
Anneau
SDH
Sans fibre optique de manœuvre :
Anneau
SDH
page 12
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Tro nçon isolé
çon isoléTron
WDWD M A AM Architecture du WDM : plaque Primaire Un réseau Primaire « maillé
WDWD
M A
AM
Architecture du WDM : plaque Primaire
Un réseau Primaire « maillé » hiérarchique par le WDM
Site 1
Site 2
IdF
Site 4
Site 3
WDMWDM BB
WDMWDM CC
88
Site 5
Site 6
Site 7
55
66
WDM A AWDM
Région Lyonnaise
Site 8
page 13
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
WW DM BDM B
WW DM CDM C
Extension du réseau WDM Collecte nationale du trafic voix et LL : • Raccordement en
Extension du réseau WDM
Collecte nationale du trafic voix et LL :
• Raccordement en SDH des CAA (Commutateurs à Autonomie
d’Acheminement) de France Télécom du trafic voix
• Raccordement des entreprises sur Boucles Tertiaires SDH dans le
cadre des services de LL
Les réseaux « data » ont une extension en région :
• Principales villes de France
• Déploiement d’équipement Edge ATM
• Déploiement de Label Edge Router IP/MPLS
• Ces équipements sont chacun raccordés à 2 équipements de cœur
Extension du réseau WDM sur le réseau secondaire
page 14
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Extension régionale du réseau WDM Où doit on installer les terminaux WDM, les OADM ?
Extension régionale du réseau WDM
Où doit on installer les terminaux WDM, les OADM ?
Client 1
Client 1
Client 2
Client 2
Client 3
Client 3
Ou
Client Client 2 1
Client Client 2 1
Client 3
Client 3
Client Client 4 5
Client Client 6 7
Client 8
Raccordement des équipements « Data » Edge
i
ADM
ADM
ADM
ADM
j
ADM
ADM
page 15
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Architecture du WDM : plaques régionales Un ensemble de sous-systèmes WDM inter-plaques régionales
Architecture du WDM : plaques régionales
Un ensemble de sous-systèmes WDM inter-plaques régionales
MutualisationMutualisation dede plusieursplusieurs
AnneauxAnneaux secondairessecondaires
SurSur WDMWDM
page 16
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Intérêt économique du WDM Cas d ’étude 1 : liaison longue distance (600 km) Cas
Intérêt économique du WDM
Cas d ’étude 1 : liaison longue distance (600 km)
Cas d ’étude 2 : liaison moyenne distance (300 km)
Cas d ’étude 3 : liaison courte distance (50 km)
Liaison longue distance
Liaison moyenne distance
Liaison courte distance
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
Nombre de couches SDH
Nombre de couches SDH
Nombre de couches SDH
SDH sur WDM
SDH
SDH sur WDM
SDH
SDH sur WDM
SDH
page 17
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Coût
Coût
Coût
En résumé : le Backbone WDM Formé de systèmes WDM Long Haul ( capacité 16
En résumé : le Backbone WDM
Formé de systèmes WDM Long Haul ( capacité 16 à 96 )
Déployé en priorité pour des besoins de pénurie de fibres optiques
(sur les axes autoroutiers)
A permis de développer le réseau à moindre coût pendant la phase
de forte croissance
Évolution vers le transport de 10Gbs
page 18
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 1. Backbone WDM 2. WDM
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM
1. Backbone WDM
2. WDM Metro et réseau d’accès optique
2. Service de longueur d’onde
3. Stockage massif de données sur réseau longue distance
4. Service de transport de flux vidéo
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
page 19
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Les spécificités des grandes agglomérations Forte concentration de populations • Importantes demandes de services
Les spécificités des grandes agglomérations
Forte concentration de populations
• Importantes demandes de services voix et données pour les résidentiels
• Importantes concentrations d’entreprises
L’infrastructure en fibre optique métropolitaine est :
• Coûteuse : dix fois plus qu’en zone rurale
• Rare : la pose de fibre nécessite de nombreuses autorisations
Besoin d’une solution :
• Réseau haut débit,
• Permettant de collecter les services voix et données,
• Minimisant la consommation de fibre optique
• D’extension métropolitaine voire régionale
Utilisation de la technologie WDM Metro
page 20
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Phases de déploiement du WDM Metro 1. Déploiement d’anneau WDM Metro régional dans les grandes
Phases de déploiement du WDM Metro
1. Déploiement d’anneau WDM Metro régional dans les grandes
villes
1. Fédère les sites FT, SFR et les hébergeurs Télécom
Sites Backbone
Héber
geur
FT
IdF
Lyon
WDM Long Haul
Opérateur
OADM
100km
50km
Metro
2. Interconnexions des anneaux WDM Metro
Terminal
1. Via WDM Long Haul
Metro
page 21
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Phases de déploiement du WDM Metro 3. Création d’anneau d’accès WDM Metro 1. Extension plus
Phases de déploiement du WDM Metro
3. Création d’anneau d’accès WDM Metro
1. Extension plus réduite
2. Interconnexion directe sur l’anneau fédérateur
3. Permet d’étendre la capillarité WDM
Accès
Fédérateur
Accès
Accès
Accès
Interconnexion
d anneaux WDM Metro
Accès
page 22
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Phases de déploiement du WDM Metro 4. Raccordement des entreprises ou des sites CAA en
Phases de déploiement du WDM Metro
4. Raccordement des entreprises ou des sites CAA
en technologie CWDM
CWDM
WDM
Filtre CWDM
CAA ou
WDM
WDM
site client
CWDM
OADM CWDM
WDM
WDM
CWDM
WDM
CWDM
page 23
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
page 24
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
L’offre de service de longueur d’onde Opérateur Service de longueur d’onde « Point à Point
L’offre de service de longueur d’onde Opérateur
Service de longueur d’onde « Point à Point »
Non sécurisé
Interface d ’accès STM-16
Disponibilité théorique moyenne de 99,5%
GTR de 4 heures aux heures contractées
Pas d’équipement WDM Opérateur chez le client
Possibilité de diversité de chemin si protection réalisée par
l’équipement Client (APS 1+1)
page 25
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Les points de terminaison du service POP B Site Client A POP A POP C
Les points de terminaison du service
POP B
Site Client A
POP A
POP C
POP D
Site Client B
i
1310 nm
1310 nm
k
n
1310 nm
Site Client D
Site Client C
i
Longueur d ’onde
utilisée par le service
Terminaison du service
Ligne WDM
Terminal
OLA
OADM
Interconnexion
interfaces Client
page 26
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Le service via plusieurs sous-systèmes Site Client A POP A Site Client C j j
Le service via plusieurs sous-systèmes
Site Client A
POP A
Site Client C
j
j ’
i
Site
Back-to-Back
k
i, k
Longueurs d ’onde
utilisées par le service
POP B
Ligne WDM
Site Client B
Terminaison
du service
Interconnexion
interfaces Client
page 27
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Le raccordement optique : Ingénierie max POP POP Site Client Site Client I-16.1 25 km,
Le raccordement optique : Ingénierie max
POP
POP
Site Client
Site Client
I-16.1
25 km, 10dB
S-16.1
I-16.1
35 km, 15dB
L-16.1
POP
POP
Site Client
Site Client
I-16.1
50 km, 12dB L-16.2 JE2
I-16.1
50 km, 15dB
L-16.2 JE1
Interfaces du client STM-16
page 28
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Le raccordement optique : Ingénierie max POP POP Site Client Site Client SX 500m SX
Le raccordement optique : Ingénierie max
POP
POP
Site Client
Site Client
SX
500m
SX
LX 10 km
LX
POP
POP
Site Client
Site Client
LX 50 km
ZX
ZX
70 km
ZX
Interfaces du client GbE
page 29
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
-
- page 29
Sécurité du service : diversité de chemin POP B Site Client A POP A Site
Sécurité du service : diversité de chemin
POP B
Site Client A
POP A
Site Client B
N
k
N
S
S
Equipement Client :
N
• une interface « N »pour le chemin normal
• une interface « S » pour le chemin de secours
protection de type APS 1+1
Diversité de chemin
à étudier au cas par cas !
S
page 30
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Le plan de contrôle ASON facilite la fourniture de service de Découverte automatique de la
Le plan de contrôle ASON facilite la fourniture
de service de
Découverte automatique de la
topologie du réseau et des
ressources de transmission
Le réseau est la base de
données inventaire
Initialisation
Gestionnaire
Evite les erreurs humaine s
d’ingénierie d e trafic
Configuration par
signalisation du plan de
contrôle
Activation rapide
Routage du trafic amélioré
Découverte automatique de la
topologie du réseau et des ressources
Activation rapide des services
Migration du trafic maitrisé
Planned
Network
Amélioration des travaux
planifiés de maintenance
Maintenance
Failure
Works
Auto sécurisation
Initialisation
Gestionnaire
Ressource de restauration
communes
Auto-Restored
Traffic
Migrated
Une disponibilité du réseau
élevée (restauration
multipannes)
Traffic
Auto sécurisation du réseau
Migration du trafic maitrisé
page 31
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
page 32
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
La vidéo, un important relais de croissance La technologie xDSL permet de fournir des services
La vidéo, un important relais de croissance
La technologie xDSL permet de fournir des services « Triple Play » :
voix + données+vidéo
Les opérateurs se lancent dans les services de TVoDSL
• France Télécom, Free, 9Télécom, Cegetel
Mais la fourniture de service vidéos est structurant pour les réseau
d’opérateur
• Consomme beaucoup de bande passante
• Sensible aux moindres perturbations réseau : coupure, latence, gigue
page 33
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Services de transport vidéo non compressée (1/2) Services de transport pour les professionnels de la
Services de transport vidéo non compressée
(1/2)
Services de transport pour les professionnels de la vidéo :
• Usages : post production de films, stockage de master copy, transmission vers
diffuseurs TV
• Transport unidirectionnel, point à point de flux vidéo non compressé
• Extension du service métropolitain
• Nécessite une haute disponibilité réseau
Studios cinéma
(tournage film)
Post production
(montage)
Opérateurs
multiplexe vidéo
(Constitution de
bouquets de chaînes.)
Emetteur/récepteur
Satellite (diffusion)
Résidentiel
IPTV (diffusion)
Stockage
(sauvegarde Master copy)
Vidéo non compressée
Vidéo compressée
page 34
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Services de transport vidéo non compressée (2/2) Forte concentration géographique des i 92 p o
Services de transport vidéo non compressée
(2/2)
Forte concentration géographique des
i
92
p o ess o
r
f
nn
e s
l
d
e
l’
au
di
o v sue
i
l
:
AB Télévision
• France télévision et Canal + : Paris 15°
M6
Pathé
• TF1 et Canal Satellite : Boulogne
ARTE
SERTE
MédiaOverseas / VCF
Canal+
F2
F3
Paris
Flux de 270Mbs :
Canal Satellite
TF1
Lagardère
d
Interface SDI : possibilité de multiplexage
n
Multithématiques
TPS
e ca aux au
n
di
o
n méri
u
ques
d
a
s
l
a
trame vidéo numérique
Volumétrie importante
92
AB Télévision
Collines SF
• 200 canaux SDI
M6
Pathé
Solution de trans ort WDM Metro
p
ARTE
SERTE
• 4 interface SDI par
VCF
Canal+
MédiaOverseas
F2
F3
Paris
• Transport haut débit : 32
Canal Satellite
Lagardère
Multithématiques
Protection de en <50ms
TPS
page 35
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
TvoDSL : de la tête de réseau à l’abonné Service de diffusion vidéo pour usage
TvoDSL : de la tête de réseau à l’abonné
Service de diffusion vidéo pour usage résidentiel
• Usages : offres de bouquets de chaînes TV numériques sur ADSL
- 80 chaînes TV
• Transport unidirectionnel, multipoints de canaux vidéo compressés
• Extension du service national (grandes villes)
• Nécessite une bonne disponibilité réseau
Chaîne 1
Encoders Mpeg
(MPEG-2/4)
Réseau de
transmission
de données
multicast
DSLAM
Chaîne 2
Chaîne 3
Tête de
Administration
réseau
Set Top
(changement
Chaîne 1
Opérateurs de
Multiplexe
(constitution de
bouquets de chaînes TV)
des chaines)
Chaîne 2
Set Top Box
(gestion des chaines
Décodeur MPEG-2/4)
Chaîne 3
Chaîne n
page 36
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie
WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
• Ethernet : rappels
• Services de connectivité Ethernet de classe opérateur
• Approche P-OTN
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
page 37
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Technologie Ethernet : brefs rappels (1/5) Technologie conçue pour échanger des informations localement entre
Technologie Ethernet : brefs rappels (1/5)
Technologie conçue pour échanger des
informations localement entre ordinateurs :
• transmission limitée à 100m sans régénérateur
• possibilité d’utiliser jusqu’à 4 régénérateurs pour
étendre le LAN à 500m
Mode de transmission non connecté et Half Duplex
basé sur l’envoi de trames
• les @ MAC sont universellement uniques
• taille des trames Ethernet : 64-1518 octets (hors
VLAN)
PRE
SFD
DA
SA
LEN
DATAS
PAD
FCS
Synchronisation
Adresse MAC de destination
Adresse MAC source
Données
page 38
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Technologie Ethernet : brefs rappels (2/5) Interconnexion des machines sur un même média partagé •
Technologie Ethernet : brefs rappels (2/5)
Interconnexion des machines sur un même média partagé
• interconnectées directement sur le câble ou reliées à un
Hub
• gestion des collisions au moyen d’un mécanisme de
détection par écoute du média de transmission :
CSMA/CD
débit Ethernet faible (<3Mbs)
Évolution des débits …
• 10Mbs, 100Mbs, 1Gbs, 10Gbs,
… et des médias de transmission
• Paires torsadées, câble coaxial, fibre optique, ondes
hertziennes ,
page 39
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Technologie Ethernet : brefs rappels (3/5) Apparition des LAN Ethernet commutés • bénéfices des LAN
Technologie Ethernet : brefs rappels (3/5)
Apparition des LAN Ethernet commutés
• bénéfices des LAN Ethernet commutés :
- réduction de la congestion des LAN
Fast
Eth
- liens haut débit full duplex entre ordinateurs
Eth
- support des VLAN (802.1Q)
- support d’une classification des trames Ethernet et d’un traitement différencié (802.1P) dans le
LAN
Possibilité de maillage des liens LAN pour offrir une sécurisation
• prévention des boucles par le protocole « Spanning Tree » (802.1D)
- les switch apprennent la topologie du LAN en s ’échangeant des BPDU (Bridge PDU)
- un arbre couvrant de poids minimum est établit entre un Switch définit Root et les autres Switch
- désactivation du port redondant du switch
• en cas de coupure, rétablissement d’un chemin en 30s-1mn
• Il existe maintenant un protocole Rapid Spanning Tree (rétablissement en 1s) et aussi
un protocole Spanning Tree par VLAN
page 40
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Technologie Ethernet : brefs rappels (4/5) A B 1 2 L’apprentissage des ordinateurs connectés aux
Technologie Ethernet : brefs rappels (4/5)
A
B
1
2
L’apprentissage des ordinateurs connectés
aux Switch se fait suivant l’analyse de
l’adresse MAC source
C
D
3
4
• lors d’un 1er envoi d’une trame Ethernet de A vers B,
le Switch ne connaissant pas le port de sortie, il
diffuse la trame sur tous ses ports (2,3,4) sauf sur
celui connecté à A.
ordi
port
A 1
• lorsque B répondra à A, le Switch connaîtra le port
sur lequel B est connecté. La trame n’est envoyée
uniquement sur le port 1
A
B
1
2
la validité des tables de correspondances des @
MAC associés aux port du Switch est typiquement de
l ’ordre de la minute
C
D
3
4
• Il est à noter que le multicast en Ethernet se traduit
par du broadcast dans le LAN
ordi
port
A 1
B 2
page 41
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Technologie Ethernet : brefs rappels (5/5) L ’usage des VLAN • pour segmenter logiquement, un
Technologie Ethernet : brefs rappels (5/5)
L ’usage des VLAN
• pour segmenter logiquement, un unique LAN physique
en plusieurs (4096 max) LAN virtuels
Exemple de « Port Based VLAN »
• permet d’isoler les trames de broadcast, fréquentes en
Ethernet
• offre une meilleure sécurité en cloisonnant les flux
Ethernet
• ajout d’un « tag » dans la trame Ethernet au niveau du
Switch
- Table d’acheminement des @MAC par VLAN
• Port based VLAN, MAC@ based VLAN, IP subnet @
based VLAN
4 octets
Très utilisé
DA
SA
TAG
LEN
DATAS
FCS
UP (Prio. 802.1p) VLAN ID
8100 (TPID)
16 bits
3 bits
1 bit
12 bits
page 42
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
En résumé : le succès de l’Ethernet Intérêts reconnus de l’Ethernet : • Technologie peu
En résumé : le succès de l’Ethernet
Intérêts reconnus de l’Ethernet :
• Technologie peu couteuse car relativement simple, et bénéficie d’effets de
volume
• Technologie basée paquets, idéale pour le transport de l’IP
• Technologie robuste, démontrée (date de plus de 30 ans) et omniprésente
dans les entreprises, les campus …
• Connectivité multipoints
Ethernet est une technologie LAN dimensionnée pour des besoins
« entreprise » :
• Gestion d’un parc de centaines de stations
• Mise à jour de la topologie LAN pour envoi de message Broadcast
• Possibilité de segmenter le LAN physique en VLAN (max 4096)
• Algorithme de prévention des boucles (Spanning Tree Protocol) permettant
un reroutage lent
page 43
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie
WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
• Ethernet : rappels
• Services de connectivité Ethernet de classe opérateur
• Approche P-OTN
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
page 44
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Caractéristiques du réseau d’opérateur Réseau étendu : plusieurs centaines d’équipements, des milliers de km
Caractéristiques du réseau d’opérateur
Réseau étendu : plusieurs centaines d’équipements, des milliers
de km de fibre optique
• Risques de coupures fréquentes (1 coupure/ 100km/an)
• Besoin d’un mécanisme de sécurisation rapide
Réseau WAN
• Besoin d’une supervision à distance
• Besoin d’outil de diagnostic pour l’isolation de défaut
Mutualisation de l’ensemble des clients de l’opérateur
• Besoin d’une solution « scalable »
Réseau de données WAN
• Utilisation statistique de la bande passante du réseau
• Risque de congestion nécessitant un mécanisme de CAC et de QoS
page 45
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Limitations actuelles reconnues d’Ethernet Manque de moyens pour garantir la QOS Manque de moyens pour
Limitations actuelles reconnues d’Ethernet
Manque de moyens pour garantir la QOS
Manque de moyens pour garantir la QOS
- -
Quel contrôle d’admission pour les nouvelles connexions ? Comment garantir que la QOS des
Quel contrôle d’admission pour les nouvelles connexions ? Comment garantir que la QOS des
connexions existantes ne sera pas impactée ?…
connexions existantes ne sera pas impactée ?…
- -
Quelle garantie de partage équitable de la bande passante disponible, en période de congestion
Quelle garantie de partage équitable de la bande passante disponible, en période de congestion
(scheduling, policing, fair access …)
(scheduling, policing, fair access …)
- -
Q
Q
ue s
ue s
l
l
ca
ca
ni
ni
s
s
m
m
es
es
d
d
e
e
COS ?
COS ?
( es
( es
l
l
3 bit
3 bit
s
s
d
d
e p
e p
ri
ri
o
o
rité d
rité d
e
e
802 1Q n
802 1Q n
.
.
e so
e so
nt
nt
pas su
pas su
ffi
ffi
sa
sa
nt
nt
s pou
s pou
r l
r l
a
a
priorisation, le scheduling, le policing)
priorisation, le scheduling, le policing)
Comment offrir un
service de connectivité
Ethernet de classe
opérateur ?
Mécanismes de protection limités
Mécanismes de protection limités
- -
Rétablissements très longs via STP : quelques dizaines de secondes …
Rétablissements très longs via STP : quelques dizaines de secondes …
Supervision limitée
Supervision limitée
- -
pas de mécanisme d’isolation des fautes avec alarmes, principes d’AIS, de RDI …
pas de mécanisme d’isolation des fautes avec alarmes, principes d’AIS, de RDI …
- -
pas d’overhead pour la gestion, pas de mesure de taux d’erreur bit, pas de PM
pas d’overhead pour la gestion, pas de mesure de taux d’erreur bit, pas de PM
Scalabilité faible des réseaux Ethernet
Scalabilité faible des réseaux Ethernet
• •
Réduire les domaines de diffusion
Réduire les domaines de diffusion
- -
par routage IP (séparation physique des subnets)
par routage IP (séparation physique des subnets)
- -
par VLAN : mais seuls 4096 VLANS sont possibles avec 802.1Q : insuffisant dès qu’on sort du LAN
par VLAN : mais seuls 4096 VLANS sont possibles avec 802.1Q : insuffisant dès qu’on sort du LAN
OK pour le LAN
OK pour le LAN
- -
pour des applications data (ni voix, ni video, ni autres applications critiques)
pour des applications data (ni voix, ni video, ni autres applications critiques)
--
QOSQOS atteinteatteinte parpar sur-dimensionnementsur-dimensionnement
page 46
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Services de connectivité Ethernet Point-to-Point EVC Ethernet offre des services de connectivité : •
Services de connectivité Ethernet
Point-to-Point EVC
Ethernet offre des services de connectivité :
• Point-à-point sur infrastructure dédiée :
UNIUNI
UNIUNI
« Ethernet Leased Line - ELL»
- transport de la partie utile d’interfaces E/FE/GbE
E-Line Service type
- a
,
extension L1 de LAN (déport), applications de
stockage
pp
lications : interconnexion de routeurs
Rooted Multipoint EVC
UNIUNI
CECE
Leaf
Root
• Point-à-point sur infrastructure partagée :
Leaf
UNIUNI
« Ethernet Virtual Line - EVL »
Leaf
CECE
CECE
- livraison agrégée sur une seule I/F Ethernet :
E-Tree Service type
« multi point-à-point » applications : accès @,
accès VPN IP, extension L2 de LAN
CECE
Multipoint-to-Multipoint EVC
• Any-to-any sur infrastructure partagée :
CECE
« Ethernet Virtual LAN - E-VPN »
UNIUNI
- Service de VLAN
- applications : Transparent LAN Services
UNIUNI
E-LAN Service type
CECE
page 47
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Quelques caractéristiques de définition des services Ethernet Travaux de définition menés par le Metro Ethernet
Quelques caractéristiques de définition des
services Ethernet
Travaux de définition menés par le Metro
Ethernet Forum (MEF)
Caractéristiques :
• Définition du type de connectivité : PtP, MptP, MPtMP
• Définition de la bande passante : CIR (Commited
Information Rate), PIR (Peak Information Rate)
• Définition d’un taux de livraison des trames Ethernet
(%)
• Définition d’une latence maximale (ms) dans le
réseau Ethernet
• Définition d’une valeur de gigue (en ms, dans le cadre
d’un service d’émulation de circuit sur Ethernet)
VLAN 30
VLAN 60
• Modification des champs VLAN du client au niveau
des extrémités du réseau de l’opérateur
• Transparence aux BPDU clients
Modification VLAN par l’opérateur
page 48
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Emergence des outils de performance monitoring Ethernet Fault Management Functions Y.1731 802.1ag
Emergence des outils de performance
monitoring Ethernet
Fault Management Functions
Y.1731
802.1ag

Le transport de l’Ethernet doit conserver d’importantes fonctions des réseaux circuits

CCM Continuity Check PPPP PPPP LBM/LRM Loopback PPPP PPPP LTM/LTR Link Trace PPPP PPPP AIS
CCM
Continuity Check
PPPP
PPPP
LBM/LRM
Loopback
PPPP
PPPP
LTM/LTR
Link Trace
PPPP
PPPP
AIS
Alarm Indication Signal
Remote Defect Indication
Locked Signal
Test Signal
Maintenance Comms. Channel
Vendor/Experimental OAM
PPPP
OOOO
Des standards en
évolution
Ingénierie de trafic
RDI
PPPP
PPPP
LCK
PPPP
OOOO
TST
PPPP
OOOO
IEEE 802.1Qay for PBB-TE –
Connection Oriented Ethernet
Planification réseau et
préréservation du trafic
MCC
PPPP
OOOO
VSM/EXM
PPPP
OOOO
IEEE 802.3ah EFM defines link
level diagnostics and OAM
Performance Management Functions
Y.1731
802.1ag
Performance monitoring &
statistiques des services
FLR
Frame Loss Ratio
Frame Delay
Frame Delay Variation
PPPP
OOOO
FD
PPPP
OOOO
ITU Y.1731 “OAM functions and
mechanisms for Ethernet based
networks”
FDV
PPPP
OOOO
Localisation des défauts et
propagation des alertes
802.3ah (2005) Link Management Functions
IEEE 802.1ag “Connectivity Fault
Management”, a subset of Y.1731
Discovery
Fonction de trace et de
bouclage logicelles
Link Monitoring
MEF10 and Y.1731 describe
Packet PM
Remote Failure Detect
Rate Limiting
Remote Loopback
MEF16 describes Ethernet-Local
Management Interface (LMI)
MEF UNI and LMI
ITU G.8031 “Ethernet Protection
Switching”
Plan de contrôle pour une
configuration bout en bout
automatisée et assurer une
résilience du service
E LMI Status
E-LMI VLAN mapping
E-LMI BW Admission
MEF-ENNI
Remote Loopback
draft-fedyk-gmpls-ethernet-pbt-
01.txt for Control Plane
page 49
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Fonctionnalités attendues d’un service Ethernet de classe opérateur page 50 Fabrice Dève Formation Continue
Fonctionnalités attendues d’un service
Ethernet de classe opérateur
page 50
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Gestion de la qualité de service en entrée du réseau CIR/EIRCIR/EIRCIR/EIRCIR/EIR Classification du trafic :
Gestion de la qualité de service en entrée du
réseau
CIR/EIRCIR/EIRCIR/EIRCIR/EIR
Classification du trafic :
20/0
Voice VLAN
• Ports, MAC Addrs, VLANs, EtherType,
Priorité, MPLS label, L3/L4 fields
ACL par sous interface
0/100
MAC DA B
50/100
25/100
L2VPN
80/200
• “Deny” ou “Accept”
DENY
IP SA 192.168.1.23
QoS hiérarchique (flux ↔ sous interface↔
interface logique)
MAC SA A
30/100
10/40
20/55
TCP port 80
• Application du profil défini: CIR/EIR,
CBS/EBS
Flux
(port TC/UDP, IP
DSCP, MAC, etc.)
Sous
interface
Interface
(N° VLAN )
logique
• Ingress metering
• Egress shaping par incrément de 64kbps
(le port
Ethernet d’un
site entreprise )
• Gestion de la congestion
• Ordonnancement strict ou par WFQ
page 51
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Standards de transport de l’Ethernet Tunnel MPLS de management des BPDU 802.1ad N-PE Bridge virtuel
Standards de transport de l’Ethernet
Tunnel MPLS de
management des
BPDU 802.1ad
N-PE
Bridge
virtuel
N-PE
client 1
U PE
-
U-PE
Bri. Cli. 1
CE client 1
CE client 1
STP
RSTP
RSTP
RSTP
STP
Bri. Cli. 1
N-PE
N-PE
Bri. Cli. 1
U-PE
U-PE
- Accès client Ethernet,
acheminement Ethernet
- Accès 802.1ad N°1
Ethernet, acheminement
- Backbone MPLS
Ethernet sur vMAN 1
- Gestion des boucles et
sécurisation STP
Tunneling des circuits entre
bridges d'un même VPN
- Accès client Ethernet,
acheminement Ethernet
-
b
sécurisation STP
G
es
ti
on
d
es
ouc es e
l
t
-
G
es on
ti
d
es
b
ouc es par
l
RSTP
entre bridges d'un même VPN
-Sécurisation MPLS FRR (PtP)
- Accès 802.1ad N°2
Ethernet, acheminement
Ethernet sur vMAN 1
- Gestion des boucles et
sécurisation STP
- Gestion des boucles et
sécurisation STP
1. Raccordement du client sur port Ethernet sur 2 U-PE.
2. Création d’un « port based vMAN » dans le domaine d’accès 802.1ad N°1. Idem sur le domaine d’accès
802.1ad N°2. Les vMAN sont choisis indépendamment.
3. Maillage complet des N-PE en LSP MPLS. Création d’une instance de Bridge Ethernet virtuelle sur chaque N-
PE. Association vMAN-Bridge Ethernet virtuel. Un LSP de Management des BPDU 802.1ad est établit sur les
N-PE raccordés aux domaines 802 1ad
.
p
our la
g
estion des boucles Ethernet dans le domaine 802 1ad
.
page 52
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie
WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
• Ethernet : rappels
• Services de connectivité Ethernet de classe opérateur
• Approche P-OTN
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
page 53
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Ethernet et OTN Doit on avoir une approche en couche… • OTN pour le transport
Ethernet et OTN
Doit on avoir une approche en couche…
• OTN pour le transport point à point haut débit de trames Ethernet
(GbE, 10GE)
• Un réseau de commutateur Ethernet pour les services Ethernet Virtual
Line, Ethernet Tree, Ethernet LAN
…Ou doit on avoir un réseau OTN intégrant les services Ethernet ?
P-OTN
• Un équipement, plusieurs fonctions
Lambda
• Fonctionnalités offertes
n+1
L2VPN
• Gestion des services
Physical
Link
L2VPN
• Économies générées ?
LAN
Lambda
Tiered
n
L2VPN
Intranet
Internet
VoIP
VoIP
page 54
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
P-OTN en complément de la couche Ethernet commutée Couche optique et paquets découplées Traitement des
P-OTN en complément de la couche Ethernet
commutée
Couche optique et paquets découplées
Traitement des paquets opérés en
dehors de la couche transport; le
transport est uniquement L1
Ethernet
Fonction
de la couche transport
concentration
en dehors
L1 Ethernet Transport

Le commutateur de terminaison traite les paquets, effectue le transport dans le coeur de réseau, fournit le service (PE)

Ethernet Service Edge Ethernet Aggregation & Concentration (EAC): L2 Service Creation “plusieurs flux
Ethernet Service Edge
Ethernet Aggregation
& Concentration (EAC):
L2 Service Creation
“plusieurs flux partiellement utilisés
concentrés en quelques flux plus haut
débit”
L2 Traffic Hand-Off
L2 Agg/Transport
Optimisé avec P-OTN
Concentration L2 intégrée dans la
couche transport
Optimisation de la consommation
de bande passante et de ports
Le commutateur de terminaison
absorbe le trafic agrégé
L2 Ethernet Transport
Optimisation de la BP
Optimise les coûts sans se substituer
à la couche service (PE)
EAC
EAC
Optimisation
des port s
L2 Traffic Hand-Off
Ethernet Service Edge
Economie smoyenne de 25 - 30% sur TCO
L2 Agg/Transport
L2 Service Creation
page 55
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Les ROADM Regionaux et P-OTN Les ROADM intégrent une couche “service” paquets Ethernet • Commutateur
Les ROADM Regionaux et P-OTN
Les ROADM intégrent une couche “service” paquets Ethernet
• Commutateur virtuels embarqués dans des cartes Muxpondeurs
• Supporte les formats Ethernet Q in Q, MPLS, HVPLS
• Offre une QoS hierarchique
• Supporte les sécurisations RSTP
Les fonctionnalités OTN en complément :
• La configuration OTUk rapide et automatique via plan de contrôle ASON
• Le reroutage des services en cas de coupure
• Les fonctionnalités de PM bout en bout, Trace, boucles
Une gestion unique des services
page 56
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
• Fonctionnement d’un datacenter
• Les technologies de réseaux de stockage
• Interconnexion de SAN distants
page 57
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
risques et coûts d’indisponibilité des Systèmes d’Information (SI) •Notion clés de disponibilité des
risques et coûts d’indisponibilité des Systèmes
d’Information (SI)
•Notion clés de disponibilité des environnements informatiques et de continuité de service
•Le coût lié à l’indisponibilité du SI dépend de l’activité de l’entreprise et de la durée
d’indisponibilité :
Business
Segment
Average Hourly Impact
Brokerage operations
Finance
$6,450,000
Credit card/sales
Finance
$2,600,000
Pay-per-view
Media
$150,000
Coût_entreprise = [(T0+Td) x (Hr+Lr)] x N
Home shopping
Retail
$113,000
T0 : temps d`indisponibilité
Catalogue sales
Retail
$90,000
Td : intervalle de temps entre la panne et le dernier Back Up
Ai li
r ne reserva ons
ti
T
ranspor a on
t
ti
$90 000
,
Phone Billing
Communications
$41,000
Tele-ticket sales
Media
$69,000
Hr : coût horaire des employés impactés par l`arrêt de production
Lr : perte de revenu par heure d`interruption
N : nombre d`occurrences
Package-shipping
Transportation
$28,000
ATM fees
Finance
$14,500
Source: FCIA
•Continuité : certaines entreprises sont très sensibles à la perte de données
•2 notions importantes sur les engagements de services de production :
-DIMA : Durée Maximale d’Indisponibilité Autorisée
-PDMA : Perte de Données Maximale Autorisée
• L
a cont nu t
i
i é
repose avant tout sur es processus
l
d’
organ sat on autour
i
i
d’
une cr se
i
•La disponibilité repose surtout sur les architectures et les techniques haute disponibilité
page 58
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Site de production informatique : 4 composants Réseaux d’accès IP Couche Télécom Couche Accès Couche
Site de production informatique : 4 composants
Réseaux d’accès IP
Couche Télécom
Couche Accès
Couche Application
Couche
données/stockage
page 59
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie
WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
• Fonctionnement d’un datacenter
• Les technologies de réseaux de stockage
• Interconnexion de SAN distants
page 60
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Les 3 architectures de stockage DAS/SASDAS/SAS NASNAS SANSAN ApplicationApplication Application Application
Les 3 architectures de stockage
DAS/SASDAS/SAS
NASNAS
SANSAN
ApplicationApplication
Application
Application
ApplicationApplication
ApplicationApplication
Application
Écriture / Lecture
Écriture / Lecture
de fichiers
de fichiers
Écriture / Lecture
Écriture / Lecture
Écriture / Lecture
Écriture / Lecture
de fichiers
de fichiers
Réseaux
Réseaux
Réseaux
de fichiers
de fichiers
de données
de données
de données
Système de gestion
Système de gestion
Système de gestion
de fichiers
de fichiers
de fichiers
Système de gestion
Système de gestion
Système de gestion
de fichiers
de fichiers
de fichiers
Système de gestion
Système de gestion
Système de gestion
Réseaux
Réseaux
Réseaux
dede fichiersfichiers
de fichiers
Écriture / Lecture
Écriture / Lecture
de blocs de données
de blocs de données
de stockage
de stockage
de stockage
Écriture / Lecture
Écriture / Lecture
de blocs de données
de blocs de données
Écriture / Lecture
Écriture / Lecture
de blocs de données
de blocs de données
Disque
Disque
Disque
Disque
Disque
Disque
Disque
Disque
Disque
de stockage
dede stockagestockage
de stockage
dede stockagestockage
dede stockagestockage
de stockage
page 61
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Le Fibre Channel Protocole réseau de transmission dans le SAN le plus répandu Il permet
Le Fibre Channel
Protocole réseau de transmission dans le SAN le plus répandu
Il permet :
• une grande fiabilité
• des extensions faciles
• une faible latence
• un throughput important
• un contrôle d ’erreurs sur tout le lien
• Un TEB faible (< 10 -12 idem SDH) grâce à un transport sur fibre optique
L’utilisation du Fibre Channel avec le SCSI comme protocole pour
la couche supérieure permet par rapport au SCSI traditionnel:
• Des débits plus importants (1Gbs, 2Gbs, 4Gbs et 10Gbs)
• Plus de connexions entre les systèmes
• Des distances plus importantes entre les équipements
page 62
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Fibre Channel : trames trames de 36 à 2148 octets Utilisation de World Wide Name
Fibre Channel : trames
trames de 36 à 2148 octets
Utilisation de World Wide Name (équivalent aux adresses MAC en
Ethernet) unique
Remarque : la trame Gigabit Ethernet ainsi que les Switch Ethernet sont
issus des travaux de normalisation FC et des Switch FC
page 63
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Fibre Channel : buffer credit Protocoles de transmission de données avec contrôle et reprise sur
Fibre Channel : buffer credit
Protocoles de transmission de données avec contrôle et reprise
sur erreur : notion de « Buffer_Credit »
• Les ports indiquent le nombre de trames maximum qu’ils peuvent recevoir
sans envoyer d’acquittement
• Le port voisin enregistre cette valeur : le « BB_credit »
• Permet d’augmenter le « throughput réseau »
Sur chaque port, un compteur BB_Credit_CNT est incrémenté de
1 pour chaque trame transmise, décrémenté pour un R_RDY reçu,
• Si BB_Credit_CNT= BB_credit alors le port concerné ne peut pas
transmettre de nouvelles trames avant d ’avoir reçus un R_RDY
Peut
P
eut
recevoir
recevoir
4 trames
A
B
8 trames
BB_credit = 8
BB_credit = 4
page 64
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
L’impact de la distance sur les technologies de réplication page 65 Fabrice Dève Formation Continue
L’impact de la distance sur les technologies de
réplication
page 65
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Réplication applicative des données page 66 Fabrice Dève Formation Continue Télécom ParisTech
Réplication applicative des données
page 66
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Réplication Baie de stockage en mode bloc de données page 67 Fabrice Dève Formation Continue
Réplication Baie de stockage en mode bloc de
données
page 67
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Evolution du SAN : 3 phases… • Ilôts de stockages SAN SANSAN “classique”“classique” • Fabric
Evolution du SAN : 3 phases…
• Ilôts de stockages SAN
SANSAN “classique”“classique”
• Fabric Haute Disponibilité
• Baies de stockages dédiées
ViVi
rtuartua satsat onon
stockagestockage
lili
ii
dd
uu
• VSAN
• Partage des baies de
stockages par les diverses
aplications
ti
stockages hétérogènes
• Uili
sa ons
d
e ressources
d
e
ExtensionExtension
géographiquegéographique dudu SANSAN
• Transport de données pour la
réplication synchrone ou
asynchrones, routage inter-SAN,
compression, encryption
• Accélérateur d’écriture des
données pour du stockage sur
bande à distance ,
page 68
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Extension géographique du SAN : choix de la technologie opérateur Clustering Utiliser des ressources distantes
Extension géographique du SAN : choix de la
technologie opérateur
Clustering
Utiliser des ressources distantes
pour augmenter la disponibilité
des applications
Réseau de
transport
Interconnexion des sites sur
réseau opérateurs :
Réplication / Mirroring
• IP (MPLS)
Réseau de
• Ethernet (MPLS)
transport
• SDH
• WDM
Back Up sur bande
Interconnexion directe des
éléments de l’architecture
informatique ou au travers de
Switch FC (SAN)
Réseau de
transport
page 69
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Performances FC sur les longues distances Les protocole Fiber Channel implémentent des mécanismes de BB-Credit
Performances FC sur les longues distances
Les protocole Fiber Channel
implémentent des mécanismes de
BB-Credit (Buffer to Buffer Credit)
permettant de maintenir un débit
important sur de longues
distances :
FC
FC
FC
FC
FC
REQ
REQ ACK
DATA
ACK
I/O
End
pour une transmission FC 1Gbs, 1
BB-Credit pour 2km de transmission
Règle de calcul du débit FC (pour
FC 1Gbs)
T_1G_100%= 0,5 BB/km
T_2G_100%= 1 BB/km
T_4G_100%= 2 BB/km
Etc…
page 70
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Les évolutions du SAN : … sur infrastructure IP Les protocoles de stockage classiques :
Les évolutions du SAN : … sur infrastructure IP
Les protocoles de stockage classiques :
Les protocoles de stockage sur IP
ESCON : (Entreprise System Connectivity)
est un protocole stockage développé par
IBM (1990).
iSCSI (SCSI / IP) est un standard (ratifié par
l’IETF début 2003)
– Objectif : interconnexion des mainframes et
leurs périphériques de stockage.
Objectif : transport des CDBs (Command
Data Blocks ) et les données SCSI dans des
connexions TCP/IP (Ethernet).
– Débits jusqu à 200 Mbit/s.
Fibre Channel : est un protocole standard
développé spécifiquement pour les besoins
du stockage (1994).
– Objectif : interconnexion des systèmes de
stockage autour d’un réseau SAN
FCIP (FC / IP) est un protocole standardisé
(ratifié IETF début 2004)
– Débit de 133 Mbit/s à 10 Gbit/s.
Objectif : transport des trames Fibre Channel
dans des connexions TCP/IP.
FICON : (Fibre Channel Connectivity) est un
protocole standard développé par IBM en
1998.
– Objectif : le rapprochement entre le FC et
l’ESCON.
– Débit : jus u’à 10 Gbit/s
q
.
L
Ethernet (GbE 10GE) soit POS (STM-1,
es n er aces
i
t
f
d
e ranspor son so
t
t
t
it
Les interfaces de transport sont soit Fiber
Channel, soit ESCON, soit FICON
STM-4)
page 71
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Stockage sur IP : FCIP et iSCSI, les usages RéseauRéseau IPIP SAN (Fibre SAN (Fibre
Stockage sur IP : FCIP et iSCSI, les usages
RéseauRéseau IPIP
SAN (Fibre
SAN (Fibre
FCIPFCIP
Channel)
Channel)
MDS9000
iSCSI: Connexion Hôte vers appareil de stockage sur IP
FCIP: Connexion SAN-à-SAN sur IP
page 72
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Les évolutions du SAN : stockage sur IP Le stockage sur IP a pour ambition
Les évolutions du SAN : stockage sur IP
Le stockage sur IP a pour ambition de :
• De consolider les ressources SAN
• Mutualiser les réseaux LAN et SAN (ou a minima l’administration des 2
infrastructures réseaux)
• D’interconnecter ces réseaux sur WAN IP
Cela permettra de rendre accessible le stockage de données
aux PME/PMI :
• Commutateur IP+iSCSI
• Stockage sur disque dur
• Connectivité LAN
• Administration IP
• Coût modeste
• Les flux de stockage peuvent être transportés dans une offre de VNP IP
Cisco et IBM ont noué un partenariat début 2003 visant à
développer l’iSCSI
• Cisco MDS95xx
iSCSI
• IBM MainFrame TotalStorage 200i
Le stockage sur IP se substitue au stockage classique au prix
d’une haute disponibilité dans le LAN et une gestion stricte de
la QoS:
• Redondance des équipements LAN
• Mise en œuvre d’une sécurisation rapide (RSTP, VRRP)
• Mise en place d’une QoS (DiffServ) et suivi des performances
Technologie mature, déploiement en cours
page 73
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
SommaireSommaire 1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM 2. Service de longueur d’onde
SommaireSommaire
1. Les applications pour l’opérateur de la technologie WDM
2. Service de longueur d’onde
3. Service de transport de flux vidéo
4. Réseaux de données haut débit : services Ethernet
5. Service d’interconnexion de réseaux de stockage
• Fonctionnement d’un datacenter
• Les technologies de réseaux de stockage
• Interconnexion de SAN distants
page 74
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Etude de cas Un datacenter est répartie sur 2 campus distants de 4km à vol
Etude de cas
Un datacenter est répartie sur 2 campus distants de 4km à vol
d’oiseau (6km en linéaire optique)
Il fournit des services informatiques bancaires exposés sur
internet disponibilité du service 24/24 365j/an à 99%,99
Il a demandé aux opérateurs 2 parcours de fibre optique sans
mode commun (DADR)
Son infrastructure informatique est composée :
• 2 mainframes fonctionnant en parallel Sysplex (8xFC2Gbs) reliés à 2
baies de disques fonctionnant en Metro Mirror (réplication
synchrone) sur 24xFC2Gbs (utilisation 100%)
• 200 serveurs Boot on SAN 400 ports FC2Gbs (utilisés à 20%)
• 2 robots de sauvegarde en cluster 2x1GbE
• 1 LAN IP/Ethernet 2xGbE
• Répartie sur les 2 campus
Quel est le dimensionnement de l’interconnexion des datacenter ?
page 75
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
Dimensionnement WDM On dimensionne les liens d’interconnexion SAN • Serveurs sur SAN : 2Gbsx200x0,2=80GbsFC
Dimensionnement WDM
On dimensionne les liens d’interconnexion SAN
• Serveurs sur SAN : 2Gbsx200x0,2=80GbsFC 8FC10Gbs
• Mainframe sur SAN : 2Gbsx24x1= 48Gbs 5FC10Gbs
• Soit une réplication synchrone inter baie de stockage nécessitant 13xFC10Gbs
• Interconnexion sysplex directe : 8xFC2Gbs
• Interconnexion robot + LAN = 2GbE+2GbE = 4GbE
Double acheminement double raccordement 2 systèmes WDM Metro
• Permutation des canaux actifs du système 1 et de scanaux secours du système 2
Ingénierie optique : 4km 1dB d’atténuation atténuateur -20dB pour adapter la ligne
à la puissance des transpondeurs et sensibilité des récepteurs
Par système WDM Metro
• Transport FC10Gbs sur transpondeur 10Gbs 7 Tx10G (6 Tx sur l’autre système)
• Transport FC2Gbs sur Muxpondeur 4:1x10Gbs 1 Mux10G
• Transport robot + LAN sur Muxpondeur 2:1x2,5Gbs 1 mux 2,5Gbs
• Un couple de switch O-MSP pour la sécurisation
• Pas de pb de distance nécessitant de BB_Credit au niveau Transpondeurs FC WDM Metro
- - page
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
76
Ingénierie Metro Terminal E1 Terminal W1 C h ass s i 1 Chassis 1 FC10Gbs
Ingénierie Metro
Terminal E1
Terminal W1
C
h
ass s
i
1
Chassis 1
FC10Gbs 7 Tx 10Gbs
FC10Gbs 7 Tx 10Gbs
Chassis 2
Chassis 2
FC2Gbs 1x4:1 Mux 10Gbs
FC2Gbs 1x4:1 Mux 10Gbs
7 10Gb s +1 2,5Gbs
Chassis 3
20
20
20
Chassis 3
2
0
dB
dB
B
dB
GbE 1x2:1 Mux 2,5Gbs
GbE 1x2:1 Mux 2,5Gbs
Terminal W2
Terminal E2
Chassis 1
Chassis 1
FC10Gbs 6Tx 10Gbs
FC10Gbs 6Tx 10Gbs
8 10Gb s +1 2,5Gbs
FC2Gbs 1x4:1 Mux 10Gbs
FC2Gbs 1x4:1 Mux 10Gbs
Chassis 2
Chassis 2
GbE 1x2:1 Mux 2,5Gbs
GbE 1x2:1 Mux 2,5Gbs
1chassis = 4 lon ueurs d’onde
g
O-SNCP désactivé au profit de l’O-MSP
-
- page
Fabrice Dève
Formation Continue Télécom ParisTech
77
O-MSP
O-
MSP
O-MSP
O-
MSP