Vous êtes sur la page 1sur 4

Les MIX1, pour territorialiser l’Internet

En 1997, l’ART indiquait http://www.art-telecom.fr/publications/rapport/lemot.htm que " La


boucle locale est un enjeu décisif pour le développement de la concurrence ». Six ans plus tard, des
représentants de la société civile en préparation au Sommet Mondial de la Société de l’Information
s’exprimaient ainsi http://www.itu.int/dms_pub/itu-s/md/03/wsispc3/td/030915/S03-WSISPC3-
030915-TD-GEN-0006!R1!PDF-F.pdf , « L'Internet est une ressource publique mondiale
aujourd’hui incontournable pour le développement de la société de l’information. »

Comment concilier l’Internet public et la concurrence sur la boucle locale ? Les MIX apportent une
réponse avec l’interconnexion des boucles « locales » et de l’Internet « global ».

La planète Internet est plate


« [ ] les grands acteurs mondiaux de l’Internet sont tous américains : au niveau des grands réseaux
mondiaux (backbones), les américains WorldCom, Sprint, Genuity, et Teleglobe totalisent plus de
50% des « routes » de l’internet http://www.caida.org/. Mi-2001, les Etats-Unis monopolisaient
encore 64% des adresses internet distribuées au niveau mondial. Selon l’UIT, en 2000 les
connexions inter-continentales de l’internet totalisaient 60 Gigabits/s entre les l’Europe et les USA
et 20 Gigabits/s entre les USA et l’Asie. On aurait pu s’attendre à ce la boucle soit bouclée avec
des liens du même ordre de grandeur entre l’Asie et l’Europe. En réalité ces liens étaient quasi
inexistants (0,5 Gigabits/s). Les échanges entre l’Europe et l’Asie transitent presque tous par les
Etats-Unis. […]. Bref, en termes d’interconnexions continentales la planète Internet est plate et son
centre est aux Etats-Unis.»

Le local se rebiffe
« [ ] la France, composée à l’origine de plus de 36 000 communes, pourrait être organisée autour
de 3 500 communautés de communes, 130 communautés d’agglomération et 20 communautés
urbaines». (Rapport Mauroy « Refonder l’action publique locale » 17 octobre 2000)
http://www.ladocfrancaise.gouv.fr/brp/notices/004001812.shtml
Cette dynamique de recomposition territoriale est aujourd’hui une réalité planétaire. Dès à présent
en France les ¾ de la population est regroupée sur 360 aires urbaines. Les réseaux métropolitains
(MAN - Metropolitan Area Network) sont une réponse, dans le secteur des télécommunications, à
cette dynamique fondamentale de re-zonage territorial. Qu’ils soient déployés en zone urbaine ou
rurale, en fibre ou en wi-max, les MAN visent à réunir une masse critique d’usagers, nécessaire
d’une part à la mobilisation de l’initiative privée et d’autre part à l’intégrité des nouveaux
territoires. Ces ouvrages permettent l’agrégation des différentes infrastructures d’accès (Wi-Max,
xDSL, Wi-fi, CPL, …), en cohérence avec les re-zonages territoriaux.
« Des centaines de MANs ont ainsi fait leur apparition dans le monde. [ ] des nœuds d'échange
métropolitains se mettent en place pour gérer le trafic, réduire les coûts et améliorer la qualité des
services au niveau local. »

Les MIX, espaces de partenariats public/privé


Comment maintenir et développer un bon niveau de services avec l’Internet et l’ouverture du
secteur des télécommunication à la concurrence ?
Les grands FAI/opérateurs installent des infrastructures d'accès à haut débit sur les portions de
territoire les plus attractives. L’objectif est la desserte de segments de clientèles, tous territoires
confondus. La règle est la concurrence. Il en résulte une segmentation des territoires par marchés
adressables.
1
MIX :Metropolitan Internet eXchange où LIX : Local Internet eXchange
De leur coté, les aménageurs développent toute forme d’action qui préserve l’intégrité du territoire.
L’objectif est la desserte de tous les usagers d’une portion de territoire. La règle est la cohérence
territoriale. Et il en résulte une forme de segmentation du marché par territoires administrés.

Les acteurs publics et privés sont engagés de longue date dans cette dialectique. Ils sont en
recherche de dispositifs de coopération qui n’entravent pas leur action dans le respect de l'intégrité
du territoire d’une part et des règles de la concurrence d’autre part. Sans dispositif adapté à la
situation crée par le nouveau contexte réglementaire, la notion de territoire court le risque de
s’effacer derrière celle de marché adressable (problématique de la fracture numérique).

Les MIX sont au croisement de ces logiques de développement des services :


« concurrence/acteurs privés » et « cohérence/action publique ». D’une part, ils ouvrent les
territoires aux services distants des grands FAI/opérateurs. D’autre part ils facilitent le
développement et la mise en ligne de contenus et de savoir-faire locaux. Ils sont le moyen
d’introduire un nouveau maillon dans la chaîne de la valeur pour le développement et l’accès aux
services dans un partenariat public/privé.

L’Internet se territorialise.
Les échanges qui irriguent le tissu socio-économique d’un territoire sont fortement locaux (près de
60% des communications téléphoniques et des e-mail ). Malgré ce, dans la situation actuelle deux
usagers d'un même territoire, clients de deux FAI concurrents, échangeront via un GIX (Global
Internet eXchange) parisien ou international.
Ce principe de " verticalité " des flux locaux vers les nœuds d’échanges (inter)nationaux, est
l’héritage d’un Internet de première génération qui a parfaitement fonctionné pour l’envoi de
messages courts. Il ne tient pas compte de la révolution numérique fulgurante (voix, données,
images sur un même support) qui, via la boucle locale, transforme l’Internet en un vecteur de
communication universel. Economie, santé, enseignement, transport, sécurité, culture, recherche,
…, il n’existe plus aujourd’hui de secteur socio-économique indépendant de ce moyen d’échange.

L’enjeu est celui de l’organisation de la Société de l’Information. Et si l’Internet est perçu à juste
titre comme « un réseau de réseaux » par les opérateurs privés de télécommunication, il est tout
aussi légitimement perçu comme un outil de mise en cohérence et d’interconnexion des territoires
par les aménageurs. Les MIX sont des dispositifs mutants qui permettent la coexistence de ces
deux dynamiques. Ni infrastructures, ni services, ce sont des Infostructures2.
[http://www.fing.org/index.php?num=1935,4] Ces «échangeurs métropolitains» donnent à
l’Internet l’assise territoriale nécessaire à son ancrage local. Les MIX territorialisent l’Internet.
« Ces nœuds d'échange sont aussi le prolongement, au niveau local, d'une Infostructure IP dont les
nœuds d'interconnexion nationaux ou internationaux sont les GIX (Global Internet eXchange).»

Des espaces neutres sont nécessaires pour permettre la coexistence des dynamiques de
développement du local et du global

2
Infostructure : Néologisme qui désigne une réalité de toujours. Dans le domaine des transport par exemple,
l'infostructure autoroutière désigne la signalétique, les règles de circulation, l'encadrement sécuritaire du trafic, la
fourniture d'indications sur l'encombrement des routes, l'aide à la localisation des services rendus sur l'autoroute, etc.
… L'infostructure est au développement de biens immatériels ce que les infrastructures sont au développement de
biens matériels. C'est l'émergence de la société de l'Information qui met en relief la notion d'infostructure. Pour les
autoroutes classiques de la société industrielle, l'essentiel de la valeur ajoutée est dans l'infrastructure. Pour les
autoroutes de la société de l'information, la valeur ajoutée et le potentiel de création de richesses est dans
l'infostructure.
Quelques grands acteurs privés maîtrisent aujourd’hui les backbones de l’Internet et la localisation
des GIX est du ressort de ces opérateurs internationaux. En effet, c’est eux qui décident du tracé
des réseaux transcontinentaux et in fine de leur points de convergence que sont les GIX.
Vu par Worldcom, un GIX dans une campagne française n’a aucun intérêt. Les boucles locales qui
irriguent ces régions reculées sont le « dernier kilomètre ».

A contrario, pour un aménageur en charge du développement local, chaque boucle locale constitue
le « premier kilomètre » en direction des backbones de l’Internet. Pour ces acteurs publics
l’implantation d’un nœud d’échange répond à des impératifs géostratégiques d’aménagement du
territoire. Et le positionnement géographique des nœuds d’échanges correspond cette fois aux
points de convergence et d’agrégation des boucles locales qui irriguent le territoire.

Les MIX sont à la fois le lieu où s’opère localement l’agrégation des flux de la boucle locale et des
backbones de l’Internet. La localisation des immeubles qui hébergent ces infostructures, au cœur
des réalités du terrain, est stratégique. Ces locaux sont des lieux d’accueil pour les acteurs du
développement numérique et pour les futures places de marché électroniques. Ils créent des
conditions propices à l’échange et à la concertation entre les acteurs concernés localement par la
société de l’information : collectivités territoriales, acteurs privés et société civile. Ils sont les
points d’ancrage locaux d’un Internet territorialisé.
Les MIX sont des outils de mise en cohérence du local et du global. Leur neutralité est une
condition importante d’adhésion des différents acteurs au principe de leur mutualisation.

De l’industrialisation des services


Si la société industrielle s’est distinguée par une capacité de production massive d’équipements, la
société de l’information se distinguera probablement par sa capacité de production de services en
proximité de chaque individu. Dans ce nouveau contexte, le remodelage du « service public à la
française » est inévitable. Les services en général, représentent déjà 70% de la valeur ajoutée dans
les pays occidentaux et l’âpreté des négociations autour de l’AGCS (Accord Général sur le
Commerce et les Services ) http://www.reseauvoltaire.net/IMG/pdf/doc-707.pdf donne la mesure
des enjeux économiques et sociaux.

Les groupes de travail du SMSI (Sommet mondial de la société de l’Information )


http://www.wsis2005.org/wsis/indexa02.htm ont clairement exprimé le besoin de nouveaux relais
décisionnels organisés en « réseaux d’acteurs ». Il est symptomatique que pour la première fois, la
société civile soit invitée à participer aux cotés des Etats, du secteur privé et des organisations
internationales. La question de fond est celle de l’adaptation du modèle d’organisation socio-
économique de la société industrielle, à la société de l’information. Vaste sujet que l’on pourrait
ramener à la question suivante : jusqu’où peut-on traiter les services comme des produits
industriels ?

Les services sont « de proximité »


Les produits industriels s’accommodent parfaitement d’une production hors lieu de consommation.
En effet à qualité égale, il sera fait un usage similaire d’un objet industriel, quelque soit son lieu de
fabrication. Que le microprocesseur ou le sèche cheveux soit produit en Europe ou en Asie du Sud
Est importe peu car in fine, seule la valeur d’échange du produit à du sens.

A contrario, un certain nombre de services ont une valeur, d’usage, intimement liée à leur
production en proximité de l’usager (santé, culture, enseignement, ….). A la différence du client
acquéreur d’un produit industriel, le destinataire de services de proximité est autant la matière
première que le consommateur de la prestation. Ceci devrait nous inciter à plus de prudence
concernant les usages. Le niveau de finesse requis dans la fourniture de services de proximité,
relève de « l’économie domestique », du champ de survie de l’usager, de son « biotope ».

Ainsi, tandis que la production industrielle peut être mise en œuvre de façon « globalisée » et
aspaciale, la production de services renvoie au « local », à la proximité physique de l’usager, à
son identité et in fine au territoire. Et si les contenus numériques sont facilement délocalisables
dans des « datacenters » , la culture et les savoir-faire sont liés aux terroirs.
Il ne s'agit pas pour autant d'abandonner le principe d'une vision globale au bénéfice d'actions
locales "aveugles". Car nous vivons avec l'Internet un changement d'échelle sans précédent, une
proximité qui modifie le rapport du local au global. Les nouveaux outils de communication
permettent l'élaboration d'une connaissance immédiate du contexte planétaire dans lequel les
actions locales sont conduites.

Dans la Société de l’Information, l’individu cour le risque d’être glocalisé


Le véritable changement apporté par l’Internet réside probablement dans la mise en
communication massive des individus entre eux. Cette réalité ne peut plus être négligée à l’heure
de Linux et des logiciels « libres », au moment où les adolescents sont les véritables artisans du
service SMS et à une époque où fleurissent les réseaux Wi-Fi dans le monde. Avec la multiplication
des objets communicants personnels, les modèles coopératifs (P2P) se développent. Ce potentiel
sera-t-il mis à profit ? Les nouveaux usages induits par les technologies de l’information et de la
communication se réduiront-ils à une version monolithique des us et coutume ou seront-ils aussi la
traduction d’un nouveau souffle de la société civile ?

Dans le modèle industriel de production de services, l’usager est confiné dans un rôle de
consommateur passif et la société civile n’est pas partie prenante. En outre, le phénomène mondial
de concentration financière actuellement à l’œuvre, repousse les acteurs locaux en marge du
système de production. L’effet de tenaille produit par l’hypertrophie des acteurs globaux et
l’atrophie des dynamiques locales est une entrave à la maîtrise locale des usages. Coupé de son
environnement immédiat, l’individu court le risque d’être « glocalisé » dans son quotidien d’accès
aux services. La perte de lien social qui en résulte renforce le fameux sentiment « d’ultra moderne
solitude » du citoyen-consommateur.

Le traitement industriel des services crée « l’isolement dans la société de l’information ». Ce


curieux paradoxe est admis comme un moindre mal. Mais il serait illusoire de considérer ce « blues
social » comme l’unique prix à payer. Car le paradoxe se double d’une réciproque, à savoir que la
perte de lien social a un retentissement négatif sur l’efficacité des actions économiques. Dans la
Société de l’Information, l’efficacité économique ne pourra pas être déconnectée des modes
d’échanges. La création de valeur ajoutée locale dans les services, en proximité de chaque individu,
se joue sur un échiquier tridimensionnel : technologique, économique et social.

Il est vital de permettre l'appropriation des technologies de l'information par les acteurs locaux et la
société civile et de laisser aux usagers le choix de leurs usages. Les MIX font partie des dispositifs
qui créent des conditions favorables à cette appropriation. Personne n’ignore le rôle des us et
coutumes de chaque territoire, véritable ciment communautaire et outil de préservation des cultures
et des biotopes. Personne non plus ne contestera sérieusement la remise en question permanente
des règles de survie d’une communauté, même sous l’effet de forces extérieures, dès lors que la
remise en question est endogène.

combes.claude@online.fr - Informédi@tique