Vous êtes sur la page 1sur 0

I.H.E.C C.E.S Révision comptable Année universitaire : 2007-2008

Module : Evaluation des entreprises

Enseignant : Mohamed Neji Hergli

Approches patrimoniales

Cas n° 1

Soit la situation suivante de la société industrielle « ABC » au 31 décembre 2007 :

ACTIFS

CAPITAUX P¨ROPRES

Actifs non courants Immobilisations incorporelles Amortissements

 

Capital Réserves Subvention d'investissement Résultats reportés

300 000

80 000

100 000

(16 000)

48 000

 

(23 204)

Immobilisations corporelles Amortissements

825 600

(354 466)

Résultat net de l'exercice

54 608

Immobilisations financières

62 500

PASSIFS

Autres actifs non courants

6 000

Passifs non courants Emprunt obligataire Provisions pour risques & charges

 
 

100 000

Actifs courants

20 000

Stocks

120 200 Passifs courants

Provisions

(14 500)

Fournisseurs et comptes rattachés Autres passifs courants Concours bancaires courants

19 238

 

25 392

Clients & Comptes rattachés Provisions

65 900

90 000

(43 500)

Liquidités et équivalents de liquidités

2 300

734 034

734 034

Vous avez recueilli, entre autres informations, les données suivantes :

Immobilisations incorporelles :

- Eléments incorporels d’un fonds de commerce (clientèle, achalandage, droit au bail, ) acquis depuis deux années et amortissables sur 10 ans VNC= 24.000 DT

- Frais de développement correspondant au procédé de fabrication actuel de la société. Ces frais ont été capitalisés à l’actif du bilan en début d’exercice et sont amortissables sur 5 ans. VNC = 40.000 DT

Immobilisations corporelles :

- Constructions (VNC= 233.334 DT) : Il s’agit d’une construction bâtie sur un sol pris en location pour une période de 15 ans, dont cinq années sont déjà écoulées. Le loyer annuel est de 12.000 DT. Le coût de la construction a atteint 350.000 DT. Sa valeur actuelle est estimée à 320.000 DT, celle du terrain est estimée à 145.000 DT.

La location d’un immeuble comparable (terrain et construction) avec un contrat de 10 ans, pourrait coûter à ce jour, 46.000 DT.

- Equipements industriels (VNC= 237.800 DT) : Ces équipements peuvent être pris pour leur valeur comptable. Mais il est à préciser que ces équipements ne représentent qu’une partie de ceux qui sont utilisés par la société. L’autre partie est prise en crédit bail dans les conditions suivantes :

o

Valeur d’origine : 432.500 DT, les prix actuels ont augmenté de 10%.

o

Durée estimée d’utilisation : 10 ans

o

Durée du contrat : 4 ans. Le contrat a été mis en force depuis deux ans.

o Loyer annuel : 139.406 DT (taux implicite : 11%) Immobilisations financières :

- Prêts au personnel, accordés le 31 décembre 2007 pour 20.000 DT remboursables par amortissement constant du principal sur 5 ans et portant intérêts au taux annuel de 4% ; Si ces prêts auraient été négociés sur le marché, le taux d’intérêt serait égal à 8%.

- Il s’agit de titres non cotés et non nécessaires à l’exploitation. Ils procurent des dividendes annuels de 2.100 DT Une plus-value de 5.000 DT pourrait être réalisée, si leur vente est décidée.

Autres actifs non courants :

Il s’agit de charges à répartir constatées depuis un an et résorbées sur 3 ans.

Autres actifs

Les provisions ayant été déduites fiscalement sur les stocks et les clients sont respectivement de 4.200 DT et 3.500 DT.

Passifs :

- L’emprunt obligataire est émis et est remboursable au pair.

- Les provisions pour risques et charges se rapportent à un litige opposant la société à l’un de ses clients. Ce litige n’est pas encore dénoué au 31 décembre 2007.

L’examen de la situation fiscale de la société a permis de relever l’existence d’un risque de redressement estimé à 30.000 DT non inscrit parmi les passifs de la société.

Autres informations :

L’impôt exigible sur les bénéficies de l’exercice 2007 s’élève à 25.392 DT.

Un matériel industriel objet d’un contrat de location simple et exploité de façon durable par l’entreprise a été recensé. Sa valeur d’usage est estimée à 52.582 DT (Durée résiduelle de location: 6 ans; Durée de vie résiduelle : 8 ans ; loyer annuel : 8.814 DT)

Les intérêts courus sur emprunts obligataires s’élèvent en 2007 à 10.500 DT.

Les intérêts courus sur concours bancaires s’élèvent en 2007 à 7.200 DT.

Le chiffre d’affaires de l’exercice 2007 s’élève à 780.000 DT. Le BFR normatif s’établit à 0,5 mois de Chiffre d’affaires.

Les effets escomptés et non échus totalisent au 31 décembre 2007, 17.600 DT.

T.A.F :

Déterminer la valeur globale de la société ABC en adoptant une approche patrimoniale (soit la valeur de son patrimoine et de son Goodwill), en utilisant :

1-

Une actualisation du superprofit calculé par rapport à l’actif net comptable corrigé et de la capacité bénéficiaire s’y rapportant déterminée à partir du résultat de l’exercice 2007.

2-

Une actualisation du superprofit calculé par rapport à la valeur substantielle brute et de la capacité bénéficiaire s’y rapportant déterminée à partir du résultat de l’exercice 2007.

3-

Une actualisation du superprofit calculé par rapport aux capitaux permanents nécessaires à l’exploitation et de la capacité bénéficiaire s’y rapportant déterminée à partir du résultat de l’exercice 2007

L’actualisation se fera sur une période de 4 ans, au taux de 12% tenant compte d’un risque entreprise de 4%.

I.H.E.C C.E.S Révision comptable Année universitaire : 2007-2008

Module : Evaluation des entreprises

Enseignant : Mohamed Neji Hergli

Approches patrimoniales

Cas n° 2

La société « ACB SA », est une société anonyme partiellement exportatrice créée début 2002 et ayant son siège social à Tunis. Elle opère dans le secteur de l’industrie agro-alimentaire en exploitant une unité de fabrication de biscuits. Son capital est de 1.600.000 DT divisé en 16.000 actions de 100 DT de nominal.

Filiale, détenue à hauteur de 80%, par un groupe étranger de renom, la société « ACB SA » établit, pour les besoins de la consolidation, des états financiers selon les normes internationales d’information financière "IFRS". Elle est soumise à l’impôt sur les sociétés au taux de 30%.

Le groupe « BISCO International » compte racheter la participation majoritaire de 80% dans « ACB S.A » et entre en négociations avancées avec les propriétaires actuels.

La Banque d’affaires « CA Consultants » a été chargée, dans ce contexte, de l’évaluation des actions de la société « ACB S.A » sur la base de sa situation patrimoniale établie au 31 décembre

2006.

Vous êtes le responsable du dossier au sein de la Banque "CA Consultants" et on vous demande de finaliser le rapport final d’évaluation sur la base de la note de synthèse fournie en annexe 1.

Travail à faire :

1- Déterminer l’actif net comptable corrigé de la société « ACB SA » au 31 décembre 2006 ?

2- Déterminer la valeur globale de la société « ACB SA » en adoptant une approche patrimoniale (soit la valeur de son patrimoine et de son Goodwill), en utilisant l’actualisation d’un superprofit calculé par rapport aux capitaux permanents nécessaires à l’exploitation et de la capacité bénéficiaire s’y rapportant déterminée à partir du résultat de l’exercice 2006.

L’actualisation se fera sur une période de 5 ans, au taux de 10% tenant compte d’un risque entreprise de 3%.

Annexe 1 : Note de synthèse

A. Eléments financiers : (exprimés en dinars) :

1. Bilan au 31 décembre 2006

Actifs non courants Immobilisations corporelles Immeubles de placement Immobilisations incorporelles Actifs d'impôt différé Immobilisations financières

Actifs courants Stocks Clients Autres actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie

Actifs non courants classés comme détenus en vue de la vente

Total des actifs

 

31/12/2006

 

(1)

1 800 000 1 250 000 578 000 63 000 15 100

Capitaux propres Capital social Réserves Ecart de réévaluation Résultat net de l'exercice

(2)

3

706 100 Passifs non courants

 

112 000

Passifs financiers portant intérêt Provisions Passifs d'impôt différé

118 617

356 383

421 000

Passifs courants

 

1

008 000

Passifs financiers portant intérêt

(3)

175 900

Passifs d'impôt exigible

 

1

183 900

Fournisseurs Autres passifs courants

4 890 000

Total des capitaux propres et passifs

2. Etat de résultat pour l’exercice clos le 31 décembre 2006 :

 

31/12/2006

(4)

1 600 000 75 000 245 000 410 900

2 330 900

(5)

1 827 383 70 617 135 000

2 033 000

(5)

381 630

97 414

29 930

17 126

526 100

4 890 000

Produit des activités ordinaires

(6)

3 190 000 (1 509 658)

1 680 342 100 000 (504 103) (420 086) (184 017)

672 137

Coût des ventes Marge brute

Autres produits Coûts commerciaux Charges administratives Autres charges Résultat opérationnel Charges financières Résultat avant impôt Impôt sur le résultat

 

(7)

 

(118 523)

553 614

(142 714)

Charge d’impôt exigible Charge d’impôt différé Produit d’impôt différé

(175 714)

(30 000)

63 000

Résultat de l'exercice

410 900

3. Extrait des notes aux états financiers pour l’exercice clos le 31 décembre 2006 :

3.1. Sommaire des principales méthodes comptables

Les principales méthodes comptables utilisées par la société pour la préparation de ses états financiers peuvent être récapitulées comme suit :

(3.1.1) Immobilisations corporelles :

Les immobilisations corporelles, qui comprennent les éléments physiques et tangibles durables susceptibles de générer, au profit de la société, des avantages économiques futurs, sont comptabilisées, à la date d’entrée, au coût d’acquisition historique incluant le prix d’achat hors taxes déductibles (évalué, pour les immobilisations importées, au cours de change en vigueur à la date d’entrée au patrimoine), les droits et taxes supportés et non récupérables et les frais directs hors taxes déductibles (transport jusqu’au lieu de l’installation, transit, droits de douanes, frais d’installation et de montage,…).

Postérieurement à leur comptabilisation initiale, et à partir du 31 Décembre 2006, les immobilisations corporelles sont comptabilisées à leur montant réévalué à cette date, à savoir leur juste valeur déterminée par expertise directe, diminuée du cumul des amortissements ultérieurs et du cumul des pertes de valeur ultérieures.

L’augmentation de la valeur comptable des actifs susvisés consécutive à l’opération de réévaluation a été portée directement en capitaux propres sous l’intitulé « Ecart de réévaluation ».

(3.1.2) Immeubles de placement :

Les immeubles de placement sont constitués des biens immobiliers (terrain ou bâtiment - ou partie d’un bâtiment - ou les deux) détenus (par le propriétaire ou par le preneur dans le cadre d’un contrat de location-financement) pour en retirer des loyers ou pour valoriser le capital ou les deux, plutôt que pour :

(a)

les utiliser dans la production ou la fourniture de biens ou de services ou à des fins administratives ; ou

(b)

le vendre dans le cadre de l’activité ordinaire.

Les immeubles de placement sont comptabilisés, à la date d’entrée, au coût. Postérieurement à cette date, la société a choisi d’évaluer les immeubles de placement à leur juste valeur.

Un profit ou une perte résultant d’une variation de la juste valeur d’un immeuble de placement est comptabilisé en résultat dans la période au cours de laquelle il se produit.

(3.1.3) Actifs non courants classés comme détenus en vue de la vente :

Un actif non courant est classé comme détenu en vue de la vente si sa valeur comptable est recouvrée principalement par le biais d’une transaction de vente plutôt que par l’utilisation continue. Pour que tel soit le cas, l’actif doit être disponible en vue de la vente immédiate dans son état actuel sous réserve uniquement des conditions qui sont habituelles et coutumières pour la vente de tels actifs et sa vente doit être hautement probable.

Pour que la vente soit hautement probable :

(a) la direction générale doit s’être engagée envers un plan de vente de l’actif, et un programme actif pour

trouver un acheteur et finaliser le plan doit avoir été lancé.

(b) l’actif doit être activement commercialisé en vue de la vente à un prix qui est raisonnable par rapport à sa

juste valeur actuelle.

(c) on pourrait s’attendre à ce que la vente soit conclue dans le délai d’un an à compter de la date de la

classification, et

(d) les mesures nécessaires pour finaliser le plan doivent indiquer qu’il est improbable que des changements

notables soient apportés au plan ou que celui-ci soit retiré.

Un actif non courant classé comme détenu en vue de la vente est évalué au montant le plus bas entre sa valeur comptable et sa juste valeur diminuée des coûts de la vente. L’amortissement des actifs amortissables classés comme détenus en vue de la vente est suspendu à partir de la date de classification.

(3.1.4) Impôts différés :

Les impôts différés sont comptabilisés dès lors qu’une différence temporelle est identifiée entre valeurs comptables des actifs et passifs figurant au bilan et bases fiscales respectives lorsque ces différences ont une incidence sur les paiements futurs d’impôts. Les impôts différés sont calculés sur la base du taux d’impôt voté ou quasi-voté qui devrait être en vigueur au moment où la différence temporelle s’inversera. Les actifs d’impôt différé ne sont pris en compte que s’il est probable que la société a une perspective de récupération sur un horizon déterminé.

L’impôt différé est directement débité dans les capitaux propres si l’impôt concerne des éléments qui ont été crédités directement dans les capitaux propres, lors de la même période ou d’une période différente.

Pour l’exercice 2006 et au-delà, le taux d’imposition retenu pour calculer les stocks d’impôts différés de la société s’élève à 30%.

3.2. Notes explicatives des principales rubriques du bilan et de l’état de résultat

(1) Immobilisations incorporelles :

Brevets acquis Frais de développement Fonds commercial acquis

(1-1)

(1-2)

(1-3)

Coût

500.000

180.000

40.000

720.000

Amort.

VNC au

Cumulés

31-12-06

(125.000)

375.000

(17.000)

163.000

-

40.000

(142.000)

578.000

(1-1) Il s’agit des droits d’usage d’un procédé de fabrication breveté acquis auprès de la société mère et relatif aux produits commercialisés par la société.

(1-2) Il s’agit des coûts capitalisés au titre du développement par la société d’un nouveau procédé de fabrication pour une nouvelle gamme de produits à lancer en 2007.

(1-3) Il s’agit des éléments incorporels d’un fonds de commerce (Goodwill) acquis par la société depuis le mois de février 2004. [Le goodwill n’est pas amortissable en IFRS]

(2) Immobilisations financières :

Il s’agit de dépôts et cautionnements versés par la société.

(3) Actifs non courants classés comme détenus en vue de la vente :

Il s’agit d’une chaîne industrielle obsolète classée en tant que telle le 31 décembre 2006 et dont la valeur nette comptable s’élevait avant reclassification à 175.900 DT. Leur juste valeur s’établit, à cette date, à 180.000 DT tandis que les coûts de cession sont estimés à 3.770 DT.

(4) Ecart de réévaluation :

 

VNC au

Juste

Ecart de

31-12-06

valeur

réévaluation

(1)

(2)

(2)-(1)

Terrains Constructions Outillage industriel Equipements de bureau

400.000

660.000

260.000

580.000

630.000

50.000

420.000

460.000

40.000

50.000

50.000

-

 

1.450.000

1.800.000

Ecart de réévaluation hors fiscalité différée (A) Fiscalité différée inscrite en capitaux propres (B) = (A) x 30% Ecart de réévaluation net de l’effet de la fiscalité différée (A)-(B)

 

350.000

(105.000)

245.000

(5) Passifs portant intérêt :

Emprunts bancaires Emprunts obligataires Contrats de location-financement Escompte commercial

 

Intérets

Valeur

Frais

Échéances

Échéances -

Intérets

précomptés

d'émission

d'émission et

+d'un an (a)

d'un an (b)

courus (c)

non courus

nette des frais

PRO inscrits

 

(d)

(e)

en charges (f)

600 000

200 000

32 000

-

-

-

-

-

-

-

985 000

49 186

193 197

82 489

7 581

-

-

-

-

60 000

-

440

-

-

Coût amorti

Passif non

Passif

[(a)+(b)+(c)-

courant

courant

(d)+(e)+(f)]

[(a)+(e)+(f)]

[(b)+(c)-(d)]

832 000 1 034 186 283 267 59 560

600 000 1 034 186 193 197 -

232 000

-

90 070

59 560

2 209 013

1 827 383

381 630

(6) Produits des activités ordinaires :

Ils correspondent pour 3.000.000 DT aux ventes de produits fabriqués par la société. Le reliquat représente le produit locatif des immeubles de placement.

(7) Autres produits :

Ils correspondent exclusivement au profit résultant de la variation entre le coût de l’immeuble de placement acquis au cours du mois d’avril 2006 et sa juste valeur au 31 décembre 2006.

B. Eléments de base pour la mise en œuvre de l’approche patrimoniale :

(1) Les dépréciations des stocks et des créances envers la clientèle ont été correctement appréciées par la société.

(2) Les intentions de la Direction Générale actuelle au niveau de la classification des éléments d’actifs seront préservées et reconduites après la finalisation de la cession du bloc de contrôle.

(3) La dotation aux amortissements de la chaîne industrielle classée comme étant destinée à la vente s’est élevée à 15.000 DT au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2006.

(4) Le Président et son épouse, secrétaire de direction, laquelle occupe un poste relativement fictif, perçoivent de la société des rémunérations dont 1'importance est surtout due au fait qu'ils sont proches des propriétaires actuels de la société. Ces rémunérations, en 2006 se sont élevées à 62.400 DT, charges sociales et patronales comprises. Elles pourraient facilement être réduites à 36.200 DT.

(5) Les intérêts courus en 2006 au titre du passif à court terme s’élèvent à 19.788 DT.

(6) Un matériel industriel objet d’un contrat de location simple et exploité de façon durable par la société a été identifié. Sa juste valeur est estimée à 39.400 DT (Durée résiduelle de location: 5 ans; Durée de vie résiduelle : 4 ans ; loyer annuel : 2.257 DT)

(7) Le Besoin en Fonds de Roulement normatif s’établit à 3 mois de Chiffre d’affaires réalisé en 2006.

(8) Les coûts qui seraient occasionnés par la cession éventuelle des immeubles de placement sont estimés à 41.952 DT.

I.F.I.D

Module : Evaluation des entreprises

26

ème promotion

Année universitaire : 2007-2008

Enseignant : Mohamed Neji Hergli

Approches patrimoniales

Cas n° 3 (Extrait de la session de septembre 2003)

Soit la situation suivante de la société industrielle « Bêta S.A » au 31 décembre 2006 exprimée en milliers de DT :

ACTIFS

CAPITAUX P¨ROPRES

Actifs non courants Immobilisations incorporelles Amortissements

 

Capital (100 000 actions) Réserves

1 000

 

300

4 200

(100)

 

Immobilisations corporelles Amortissements

10 400

(3 200)

Résultat net de l'exercice

800

Immobilisations financières

100

PASSIFS

Autres actifs non courants

10

Passifs non courants Dettes bancaires Provisions pour risques & charges

 
 

4 000

Actifs courants

200

Stocks

2 400 Passifs courants Fournisseurs et comptes rattachés Dettes fiscales, sociales

-

Provisions

2 000

1 800

Clients & Comptes rattachés Provisions

3 200

 

-

Liquidités et équivalents de liquidités

890

 

14 000

 

14 000

Les investigations menées sur les comptes de la société « Bêta S.A » vous permettent de constater :

La société dispose d’un stock non mouvementé équivalent à 10% des valeurs d’exploitation. Ce stock est considéré comme rossignol alors qu’il n’a pas fait l’objet de provisions.

Le compte « clients » fait apparaître des créances irrécouvrables pour 180.000 DT, non encore provisionnées.

Le terrain inscrit à l’actif du bilan a été acquis depuis 1970, il a fait l’objet d’une expertise récente qui l’estime à 800.000 DT soit une plus value de 750.000 DT.

Les immobilisations incorporelles correspondent exclusivement à des logiciels à retenir pour leur valeur comptable.

Les autres actifs non courants sont composés exclusivement de frais préliminaires.

Les immobilisations financières ont fait l’objet d’une analyse qui a dégagé les éléments suivants exprimés en DT :

Désignation du titre

Valeur globale inscrite au bilan

Valeur

Valeur

boursière

mathématique

STB

20.000

25.000

-

BNA

15.000

17.500

-

BTS

5.000

 

- 5.500

Divers

60.000

 

- 72.000

La société loue un local situé dans une avenue passante principale pour la somme de 10.000 DT l’an. Un local similaire ayant la même superficie est loué à raison de 6.000 DT par mois. La durée restante du bail est de 3 ans.

La société vient d’être contrôlée par l’administration fiscale qui lui a notifié une taxation d’office de 100.000 DT. Aucune provision pour risque n’a été constatée en comptabilité.

La société est soumise à l’I.S au taux de 30%.

T.A.F :

Dans le cadre de l’évaluation patrimoniale des actions de la société « Bêta S.A » on vous demande de déterminer la valeur de l’actif net comptable corrigé au 31 décembre 2006.

Un taux de 10% sera retenu pour tout besoin d’actualisation.