Vous êtes sur la page 1sur 1

Chers camarades,

Chers camarades, Rédiger sa profession de foi est un exercice difficile, mais je m’y prête avec

Rédiger sa profession de foi est un exercice difficile, mais je m’y prête avec plaisir car j’espère ainsi me raconter un peu à vous, et vous dire pourquoi j’ai souhaité déposer ma candidature pour être l’un des colistiers de Marie-Christine à l’élection municipale

de 2014.

J’aimerais d’abord vous présenter mon parcours. J’ai une formation en philosophie politique et philosophie du droit, ainsi qu’en sciences politiques. Après ma khâgne, j’ai suivi la totalité de mes études dans le quartier latin, à l’Université Paris 1 (après un passage à Paris 4). J’ai choisi d’habiter le 5 ème , car c’est l’arrondissement qui m’a fait aimer Paris. Après ces quelques années, mon sentiment n’a pas changé, et je suis toujours fier d’y habiter, mais je souhaite plus et mieux- pour notre arrondissement.

J’ai commencé à travailler assez jeune (21 ans), et j’ai vécu plusieurs expériences professionnelles. Je suis entrepreneur depuis désormais quatre ans, et je réalise des prestations de conseil et de formation en relation client pour de grandes entreprises françaises, principalement à destination de managers. J’ai moi-même eu à manager différentes équipes, et ce fût une étape intéressante dans mon parcours car elle m’a imposé de nombreux défis, et notamment celui de tirer le meilleur de chacun pour réussir collectivement. Je crois que c’est ce qui m’a le plus marqué, ce qui m’a le plus appris. J’aime le travail collaboratif, je le

défends et je le pratique car je suis convaincu que la clef de la réussite, c’est le collectif, c’est l’unité.

Je suis entré au Parti Socialiste en 2008, et j’ai rejoint la section du 5 ème arrondissement en 2010, mais mon activité professionnelle ne me permettait pas alors d’être aussi présent qu’aujourd’hui (difficile de refuser des contrats en Province pour un jeune entrepreneur). J’ai toutefois fait le maximum pour m’impliquer dans toutes les formes de militantisme possibles, qu’il s’agisse des tractages sur les marchés, des Assemblées Générales, des Commissions Administratives, des conseils de quartier ou d’arrondissement, mais aussi des groupes de travail mis en place pour contribuer au projet municipal que portera Marie- Christine.

Je m’intéresse à tous les sujets qui font la vie de l’arrondissement, mais deux me tiennent particulièrement à cœur. Le premier, c’est la politique que nous pouvons mener à destination des seniors de l’arrondissement, et le développement du lien intergénérationnel. J’ai dirigé le groupe de travail qui s’est occupé de cette question, et qui a abouti à plusieurs propositions à destination de nos concitoyens. J’aimerais défendre ces propositions. Cela est particulièrement vrai pour la projet de « Maison

pour tous » que nous avons élaboré. Le rapport à autrui est fondamental pour moi, il m’a permis de me construire, il me fait

vivre, et il me donne la force de me battre. Je souhaite lutter contre l’isolement, et permettre à ceux qui en pâtissent d’avoir une chance de s’ouvrir aux autres en leur offrant un lieu accessible, financièrement et géographiquement.

Je me suis également beaucoup investi sur les questions de démocratie locale. Les processus participatifs ont été mon champ d’étude en philosophie politique, et j’ai dans un premier temps écrit sur ce sujet, sur les enjeux qu’il peut représenter pour notre société. Mais je ne me suis pas arrêté à une réflexion « hors sol », et à une approche intellectuelle. J’ai pu pratiquer et observer sur le terrain différentes formes de participation citoyenne. J’ai activement participé aux conseils de quartier de notre arrondissement, je suis allé observer les pratiques d’autres arrondissements en la matière, et celles d’autres villes (Montreuil notamment). J’ai également construit une solide expérience des procédures de concertation et de leur réglementation chez Réseau Ferré de France, lorsque je travaillais dans l’Unité Concertation et Débat Public de leur Direction régionale Ile de France. J’y ai appris à gérer des situations de conflit, à les apaiser, et à traverser la phase de reproches et de griefs des participants pour

aborder une phase plus positive, celle de la construction collective d’un projet.

Je défends une nouvelle pratique pour notre démocratie locale, qui n’a que trop souffert de la gestion des Tiberi en la matière. J’ai écrit un article sur ce sujet dans le Cinquième Gauche #31, que vous pouvez consulter si vous souhaitez en savoir plus sur mes convictions. Je souhaite que nous cessions la politique du « bureau des plaintes » telle que la pratique le pouvoir actuelle, pour construire une dynamique positive, et pour profiter des idées de chacun -notamment en exploitant les enveloppes budgétaires dont dispose chaque conseil de quartier- afin de faire vivre notre 5 ème arrondissement.

Je me sens capable de porter ces propositions auprès de nos électeurs, et de les mettre en application si vous et Marie-Christine

y consentez. Je suis travailleur, et je ne recule pas devant la difficulté, je n’ai pas peur de prendre des coups. La campagne sera difficile, nous connaissons nos adversaires, mais cela ne m’effraie pas, bien au contraire.

Il n’est pas simple de se dire, de tout dire, en une seule page. Je serais toutefois ravi d’échanger avec vous à propos de cette candidature, ou des points de programme que je souhaite défendre, si vous le voulez.

Unissons-nous pour la victoire de Marie-Christine, pour la conquête du 5 ème . Amicalement,

Josselin Abrivard