Vous êtes sur la page 1sur 3
  Date de diffusion Un typhon dévaste les Philippines 15/11/2013 Dossier 375 Parcours pédagogique
 

Date de diffusion

Un typhon dévaste les Philippines

15/11/2013

Dossier 375

Parcours pédagogique

Contenu : Quelle est la différence entre un cyclone, un typhon et un ouragan ? Donner des conseils en cas de tempête.

Thème : Environnement

Niveau : B1 / intermédiaire

Public : adultes

Liste des activités

Mise en route

- Développer le lexique des catastrophes naturelles. Activité 1

- Faire des hypothèses / vérifier ses hypothèses.

Activité 2

- Comprendre les informations globales sur les tempêtes.

Activité 3

- Comprendre des informations détaillées sur le typhon Haiyan.

Activité 4

- Échanger ses idées / anticiper les règles à suivre en cas de typhon.

Suggestions d’activités pour la classe

Mise en route :

Demander aux apprenants de citer les catastrophes naturelles qu’ils connaissent. Les inviter à expliciter le phénomène dans la mesure du possible. Les noter au tableau. Inviter les apprenants à témoigner s’ils ont vécu l’un ou l’autre des phénomènes cités.

Pistes de corrections / Corrigés :

Une sécheresse, une inondation, un incendie, un typhon, un tremblement de terre, un tsunami, etc.

J’ai vécu un tremblement de terre, c’est très curieux, j’ai entendu un grand bruit, très fort, j’ai senti une secousse, et c’était fini mais toutes les assiettes étaient tombées par terre. J’ai eu très peur, ce n’est que plus tard que j’ai compris que c’était un tremblement de terre. Etc.

Activité 1 :

Distribuer la fiche destinée aux apprenants. Diviser la classe en binômes.

Faites l’activité 1 : à deux, faites des hypothèses sur les nuances entre les différents mots : une tempête, un cyclone, un typhon et une tornade.

Inviter les apprenants à exposer leurs conclusions ou leurs hypothèses. Corriger les erreurs immédiatement.

ou leurs hypothèses. Corriger les erreurs immédiatement. Niveau intermédiaire / B1 Auteur : Muriel Brachet Alliance

Niveau intermédiaire / B1 Auteur : Muriel Brachet Alliance française de Bruxelles-Europe

1

Montrer le reportage en cachant les sous-titres. La corr ection est orale et commune, ne

Montrer le reportage en cachant les sous-titres. La correction est orale et commune, ne pas solliciter de précisions puisqu’une compréhension détaillée est prévue dans l’activité suivante.

Pistes de corrections / Corrigés :

- On pense que cela dépend de la force : un typhon est plus fort qu’une tempête.

- Moi je crois que typhon vient du mot chinois, et donc les typhons ont toujours lieu en Asie.

- Il nous semble que ça dépend de la forme et de la vitesse du phénomène.

- Etc.

Les différents mots désignent le même phénomène mais ils sont utilisés par rapport à la zone géographique où ils se produisent. « Cyclone » est le mot générique.

Activité 2 :

Inviter les apprenants à prendre connaissance de l’activité.

Faites l’activité 2 : écoutez le reportage et rectifiez les affirmations erronées d’une part, puis complétez les affirmations incomplètes d’autres part.

Diffuser le reportage en dissimulant les sous-titres. Inviter les apprenants à s’échanger leurs réponses. Rediffuser éventuellement le reportage s’il y a encore beaucoup de doutes à lever. La correction est commune. À l’issue de la correction, revoir les prépositions qui précèdent les pays et les zones géographiques.

Pistes de corrections / Corrigés :

1.

Le cyclone Nargis s’abat sur le sud de la Birmanie.

2.

L’ouragan Sandy s’abat sur la côte nord-est des États-Unis.

3.

Le typhon Bopha frappe de plein fouet les Philippines.

4.

Le typhon Haiyan dévaste les Philippines.

5.

Les ouragans se forment principalement dans l’Atlantique près de l’Amérique du Nord.

6.

Les cyclones se forment dans l’océan Indien.

7.

Les typhons se forment en Asie et en Extrême-Orient.

Activité 3 :

Inviter les apprenants à lire les questions. Lever les obstacles à la compréhension sur demande, en expliquant ou en faisant expliquer les termes qui posent problème.

Faites l’activité 3 : écoutez le reportage et répondez aux questions.

Cacher les sous-titres et montrer le reportage. La correction est orale et commune.

Pistes de corrections / Corrigés :

1.

Il y en a une cinquantaine, en moyenne.

2.

Il est peut-être le plus violent mesuré à ce jour.

3.

D’habitude il s’affaiblit.

4.

Il est facile de prévoir son déplacement mais il est difficile de prévoir sa force.

5.

Il a atteint la force 5.

6.

La question qui fait débat est la suivante : ces phénomènes sont-ils liés au réchauffement climatique ?

7.

Non, il n’est pas question des victimes.

Activité 4 :

Faire travailler les apprenants en tandems.

Faites l’activité 4 : déterminez les conseils qui vous semblent pertinents. Faites ensemble une liste de consignes en cas de cyclone.

Passer dans le groupe pour apporter une aide ponctuelle.

Inviter les apprenants à s’exprimer librement. Accepter toutes les réponses mais ne pas hésiter à

Inviter les apprenants à s’exprimer librement. Accepter toutes les réponses mais ne pas hésiter à solliciter des développements, à contrer les propositions. Noter les erreurs et les travailler ensuite.

Pistes de corrections / Corrigés :

 

Oui

Non

1.

Éloigner de la maison les objets susceptibles de s’envoler. Surtout pas ! Il faut

 

X

attacher les objets.

2.

Constituer avant l’alerte des stocks d’eau et de nourriture. Aussi une pharmacie.

X

 

3. Laisser les fenêtres ouvertes pour éviter qu’elles se brisent. Il vaut mieux scotcher les fenêtres, fermer les volets…

 

X

4. Rester à l’écoute des émissions de radio et de télévision.

X

 

5. S’il y a une accalmie, partir en voiture le plus loin possible. Il vaut mieux

 

X

attendre la fin de l’alerte à la radio ou à la télévision.

6.

Prévoir des bougies, une lampe de poche et de l’eau de javel. L’eau de javel

X

 

peut servir à purifier l’eau.

7.

Ne pas aller travailler, ne pas envoyer les enfants à l’école.

X

 

- Il faut absolument se réfugier dans l’endroit le plus sûr de la maison.

- En principe, chaque quartier a un point de rendez-vous pour se retrouver après une catastrophe naturelle, il est indispensable de le connaître.

- C’est bien d’entraîner les enfants à faire des exercices d’évacuation.

- Etc.

Se référer éventuellement à un site Internet qui suggère une liste de conseils et de règles comme celui-

Pour aller plus loin :

« Mais de tels phénomènes sont-ils liés au réchauffement climatique ? »

C’est la conclusion du reportage. Inviter les apprenants à exprimer leur opinion sur le sujet.