Vous êtes sur la page 1sur 5

[http://mp.cpgedupuydelome.

fr] édité le 4 octobre 2013

Enoncés Montrer qu’il existe un naturel d tel que ∀n > d, N (Pn − P ) d) Conclusion ? 1 d+1

1

Espace complet
Exercice 1 [ 03304 ] [correction] On note ∞ (N, C) l’espace des suites u = (u(n))n∈N bornée normé par u

= sup |u(n)|
n∈N

Montrer que cet espace normé est complet.

Exercice 5 [ 01184 ] [correction] On considère E = C ([0, 1] , R) normé par
1

Exercice 2 [ 03296 ] [correction] On note 1 (N, C) l’espace des suites complexes u = (u(n))n∈N sommables normé par
+∞

f =
0

|f (x)| dx : [0, 1] → R définie par si 0 x 1/2 − 1/n si 1/2 − 1/n x 1/2 si 1/2 x 1

u

1

=
n=0

|u(n)|

Montrer que cet espace normé est complet.

Pour tout n ∈ N\ {0, 1}, on considère fn   1 −nx + n/2 fn (x) =  0

Exercice 3 [ 03647 ] [correction] On note 2 (N, R) l’espace des suites réelles u = (u(n))n∈N de carrés sommables normé par
+∞ 1/ 2

a) Montrer que la suite (fn )n∈N est de Cauchy b) En déduire que l’espace vectoriel normé (E, . ) n’est pas complet.

u

2

=
n=0

(u(n))

2

Montrer que cet espace normé est complet.

Exercice 6 Centrale MP [ 02476 ] [correction] Si n ∈ N , soit fn la fonction continue égale à 0 sur [0, 1/2], affine sur [1/2, 1/2 + 1/(n + 1)] et égale à 1 sur [1/2 + 1/(n + 1), 1]. a) Représenter fn avec la fonction piecewise de Maple. b) Montrer que (fn )n 1 est de Cauchy pour la norme . 1 . c) L’espace muni de . 1 est-il complet ?

Exercice 4
n

[ 03297 ]

[correction]

Pour P =
k=0

ak X k ∈ K [X ], on pose N (P ) = max |ak |
0 k n

a) Vérifier que N est une norme sur K [X ]. b) On pose 1 n X n Vérifier que la suite (Pn ) est de Cauchy pour la norme N . c) On suppose que la suite (Pn ) converge et on note P sa limite. Pn = X + · · · +
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD

Puisque C est complet. . On peut donc affirmer que u est élément de l’espace 1 ( N. C) (i. Or n n On peut donc affirmer que u est élément de l’espace Soit ε > 0. . cette suite converge et on peut poser u(n) = lim up (n) p→+∞ Or |up (n)| donc |u(n)| M ∞ up ∞ M En faisant varier n.dD . Nous allons montrer que cette suite u appartient à l’espace ∞ (N. on a |uq (n) − up (n)| uq − up 1 donc la suite numérique (up (n)) est de Cauchy. On a |u(n)| = lim |up (n)| p→+∞ Exercice 2 : [énoncé] Soit (up ) une suite de Cauchy d’éléments de 1 (N.e une suite de suites. elle est bornée et donc il existe M ∈ R+ tel que ∀p ∈ N. Soit ε > 0. En faisant varier n. on a |uq (n) − up (n)| uq − up ∞ donc la suite numérique (up (n)) est de Cauchy. On a (N. C) . l’espace ∞ (N. . cette suite converge et on peut poser u(n) = lim up (n) p→+∞ ε On peut alors conclure que la suite (up ) converge vers u. q N. Puisque C est complet. up 1 M Soit n ∈ N. C) puis que la suite (up ) converge vers u.fr] édité le 4 octobre 2013 Corrections et puisque ceci vaut pour tout n ∈ N on parvient à u − up ∞ 2 Corrections Exercice 1 : [énoncé] Soit (up ) une suite de Cauchy d’éléments de ∞ (N. Puisque toute suite de Cauchy est convergente. on obtient |u(n) − up (n)| ε ε n |u(k )| k=0 M Ainsi les sommes partielles de la série à termes positifs |u(n)| sont majorées et donc cette série converge. ) Pour n ∈ N. C) puis que la suite (up ) converge vers u. C) est complet. pour p N et q assez grand |uq (n) − up (n)| Par passage à la limite dans q → +∞. uq − up 1 ε Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement . Puisque la suite (up ) est de Cauchy. uq − up ∞ |u(k )| = lim k=0 p→+∞ |up (k )| k=0 ε n |up (k )| |u(n) − up (n)| = lim |uq (n) − up (n)| q →+∞ k=0 up 1 M donc uq − up ∞ Or |uq (n) − up (n)| Ainsi. . ce qui précède définit une suite u = (u(n)). Puisque la suite (up ) est de Cauchy. Nous allons montrer que cette suite u appartient à l’espace 1 (N. up ∞ M Soit n ∈ N. ce qui précède définit une suite u = (u(n)) ∈ CN . C) (i. Il existe N ∈ N tel que ∀p. Il existe N ∈ N tel que ∀p. elle est bornée et donc il existe M ∈ R+ tel que ∀p ∈ N.e une suite de suites. q Soit n ∈ N. On a N.[http://mp.cpgedupuydelome. ) Pour n ∈ N. C).

l’espace 2 (N. Il existe N ∈ N tel que ∀p. Nous allons montrer que cette suite u appartient à l’espace 2 (N. elle est bornée et donc il existe M ∈ R+ tel que ∀p ∈ N.cpgedupuydelome. cette suite converge et on peut poser u(n) = lim up (n) p→+∞ N et q assez grand n (u(k ) − up (k ))2 k=0 ε2 Par passage à la limite dans q → +∞. C) est complet. R) puis que la suite (up ) converge vers u. On peut donc affirmer que u est élément de l’espace 2 (N.[http://mp. (u(k ) − up (k )) k=0 2 uq − up 2 2 Ainsi.e une suite de suites. . ce qui précède définit une suite u = (u(n)) ∈ RN . On a 3 n n (u(k ))2 = lim |uq (k ) − up (k )| k=0 |u(k ) − up (k )| = lim k=0 p→+∞ (up (k ))2 k=0 q →+∞ k=0 Or n Or n (up (k ))2 |uq (k ) − up (k )| uq − up k=0 1 up 2 2 M2 k=0 donc n Ainsi. on obtient n (u(k ) − up (k ))2 k=0 ε2 En faisant varier n. Puisque toute suite de Cauchy est convergente.dD . On a n n Corrections Soit n ∈ N. on a |uq (n) − up (n)| uq − up 2 donc la suite numérique (up (n)) est de Cauchy. C) est complet. on obtient n Ainsi les sommes partielles de la série à termes positifs (u(n))2 sont majorées et donc cette série converge. R) (i. On a n n |u(k ) − up (k )| k=0 ε N. pour p N et q assez grand n k=0 (u(k ))2 ε M |uq (k ) − up (k )| k=0 Par passage à la limite dans q → +∞. ) Pour n ∈ N. Puisque la suite (up ) est de Cauchy.fr] édité le 4 octobre 2013 Soit n ∈ N. up 2 M et puisque ceci vaut pour tout n ∈ N on parvient à u − up 2 ε On peut alors conclure que la suite (up ) converge vers u. Puisque toute suite de Cauchy est convergente. Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement . uq − up 2 ε et puisque ceci vaut pour tout n ∈ N on parvient à u − up 1 ε Or (u(k ) − up (k )) = lim k=0 n 2 q →+∞ (uq (k ) − up (k )) k=0 2 On peut alors conclure que la suite (up ) converge vers u. pour p Exercice 3 : [énoncé] Soit (up ) une suite de Cauchy d’éléments de 2 (N. Soit ε > 0. . Puisque R est complet. l’espace 1 (N. q Soit n ∈ N. R).

[http://mp. α] . puis on représente celle-ci pour une valeur concrète de n plot(f(3. c’est absurde. f (t) = 0 Pour α ∈ ]0.fr] édité le 4 octobre 2013 Exercice 4 : [énoncé] a) L’application N est bien définie de E = K [X ] vers R+ . Par nullité de l’intégrale d’une fonction continue et positive on a ∀t ∈ [0. en prenant n assez grand.. 1 1 1 4 |f − fn | 1/ 2 0 |f − fn | → 0 Pour P. Pour n > d. Par nullité de l’intégrale d’une fonction continue et positive on a ∀t ∈ [1/2. . N. N (λP ) = max |λ| |ak | = |λ| max |ak | = |λ| N (P ) car |λ| 0 k n 0 k n Corrections b) Par l’absurde. . Q ∈ K [X ]. 1/2[ : α 1 et alors N (P + Q) = max |ak + bk | 0 k n 0 k n 0 k n 0 k n max (|ak | + |bk |) max |ak | + max |bk | = N (P ) + N (Q) 0 |f − fn | 0 α |f − fn | → 0 b) Pour n. . l’espace n’est pas complet. 1). 1/2 − 1/n]. x=0. 2 n ε f (t) = La fonction f n’est pas continue. = an = 0 et donc P = 0. x<=1/2+1/(n+1). Si N (P ) = 0 alors a0 = . 1] Exercice 5 : [énoncé] a) fn+p − fn est nulle sur [0. ∀p ∈ N. Exercice 6 : [énoncé] a) On définit la suite de fonctions f:=(n. . Dans l’espace vectoriel normé (E. (n+1)*(x-1/2). fn+p − fn ε La suite (fn ) est donc de Cauchy.cpgedupuydelome.1). 0. 1] et bornée par 2 sur [1/2 − 1/n. 1] . on peut écrire n n P = k=0 ak X et Q = k=0 k bk X k donc 1/2 |f (t)| dt = 0. Il existe N ∈ N tel que ∀n et alors ∀n N. nulle sur [1/2. on a 1 2 − α ∀n N. 1/2] donc 2 →0 fn+p − fn n Soit ε > 0. . ) 0. il existe une suite de Cauchy non convergente. x). 1/2[ si t ∈ [1/2. x)->piecewise(x<=1/2. On en déduit que l’espace K [X ] normé par N n’est pas complet. on a N (Pn+p − Pn ) = Pour ε > 0 et N assez grand on a 1 n donc 0 |f − fn | → 0 Or pour n assez grand. N (Pn+p − Pn ) ε 1 n α et α c) Soit d ∈ N supérieur au degré de P . p ∈ N. ). ∀p ∈ N. f (t) = 1 Finalement 0 1 si t ∈ [0. le polynôme Pn − P a le coefficient 1/(d + 1) devant le terme X d+1 et donc N (Pn − P ) 1 d+1 donc à la limite |f − fn | = 0 α 0 |f − 1| |f − 1 | = 0 0 d) Ce qui précède empêche la suite (Pn ) de converger vers P et donc il est absurde de supposer que la suite (Pn ) converge. supposons que la suite (fn ) converge et notons f sa limite (qui est continue car élément de E . ou bien on représente plusieurs de ces fonctions simultanément Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement .dD .

1]. La suite (fn )n 1 est de Cauchy pour la norme . Or la suite (fn ) converge simplement vers la fonction g : [0. 1] → R continue par morceaux définie par g (x) = 0 si x ∈ [0. x=0..1). 1/2] et g (x) = 1 si x ∈ ]1/2. n=1. Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement . 1 .fr] édité le 4 octobre 2013 plot([seq(f(n. 1 est complet alors la suite (fn ) converge vers un élément f ∈ C ([0. x). 0 |fn (t) − g (t)| dt → 0. c) Si l’espace C ([0. R). 1] . R) normé par .5)].dD .. Par 1 application du théorème de convergence dominée.cpgedupuydelome. C’est impossible car f est continue alors que g 0 ne l’est pas. b) On a 1/2+1/(n+1) Corrections 5 fn+p − fn 1 = 1/ 2 |fn+p (t) − fn (t)| dt 1 n+1 donc fn+p − fn 1 tend vers 0 uniformément en p.[http://mp. 1] . 1 Cependant on a aussi fn − f 1 = 0 |fn (t) − f (t)| dt → 0 donc 1 |f (t) − g (t)| dt = 0 puis f = g .