Vous êtes sur la page 1sur 30

BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 1

Bulletin
AOÛT
mensuel L’activité des
services de police
et des unités de
2009 de l’Observatoire national de la délinquance gendarmerie

Criminalité et délinquance
enregistrées en juillet 2009

L
e 16 juillet dernier, l’Observatoire national de la délinquance (OND) a publié son
bulletin mensuel portant sur la période de 12 mois allant de juillet 2008 à juin
2009. Ce bulletin se distingue des autres bulletins mensuels, car tout comme
celui du mois de janvier portant sur l’année civile précédente, il est constitué de
données définitives sur les crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie.
Le présent bulletin, le premier du second semestre 2009, se compose des données
mensuelles provisoires du mois de juillet 2009 et des données mensuelles révisées pour
les mois précédents. On rappelle que l’OND procède tous les 6 mois à une révision des
données provisoires en fonction des données définitives, selon des modalités qui sont
expliquées dans les bulletins concernés, précisément ceux de janvier et de juillet.
La présentation des statistiques mensuelles sur 12 mois glissants est l’une des
Les commentaires sur principales caractéristiques méthodologiques des bulletins mensuels de l’OND. Il s’agit
les indicateurs d’activité d’étudier non pas le dernier mois disponible, mais les 12 derniers mois, et de les comparer
propres aux services de aux 12 mois précédents. On obtient des variations sur 12 mois dont le suivi dans le temps
police et aux unités de fournit les tendances de fond des évolutions de la délinquance enregistrée.
la gendarmerie (faits
élucidés, gardes à vue, Une comparaison du mois le plus récent au même mois de l’année précédente peut
mis en cause, écrous et être considérée en théorie comme une information plus conjoncturelle. Dans la pratique,
infractions révélées par il existe des questions liées au calendrier de collecte qui rendent cette comparaison
l’action des services), souvent inopérante, car les mois comparés ne comportent pas toujours le même nombre
réalisés par les direc- de jours de collecte. Avec une période de référence plus longue, comme les 12 mois
tions générales de la glissants, on atténue fortement les éventuelles distorsions dues au calendrier (voir la
police et de la gendar- chapitre consacré à ce thème dans le bulletin publié en juin 2009).
merie nationales, sont
Le choix d’étudier les 12 derniers mois implique qu’entre deux bulletins consécutifs la
désormais insérés à
période étudiée varie peu (un mois sur 12) et en conséquence les statistiques sont peu
l’intérieur du bulletin
différentes, sauf lorsqu’un événement peut à lui seul peser sur les 12 derniers mois (voir
mensuel, sur un support
séparé.
l’exemple de novembre 2005 étudié dans le rapport annuel de l’OND de mars 2006). Si le
plus souvent, le niveau des taux de variations d’un bulletin mensuel est proche de celui
du précédent, on peut observer sur plusieurs mois des évolutions significatives. C’est
notamment le cas lorsque mois après mois, le taux s’élève ou diminue de façon régulière.
L’OND emploie alors les termes d’accélération ou de ralentissement de tendances
(à la hausse ou à la baisse), ou de stabilité si les taux sont proches.
observatoire national Le bulletin mensuel reprend une caractéristique plus générale des publications de
de la délinquance
l’OND sur les crimes et délits enregistrés par la police ou la gendarmerie, l’utilisation
Les Borromées, d’indicateurs statistiques indépendants pour décrire les différents phénomènes de
3 avenue du Stade de France,
93218 Saint-Denis-La-Plaine cedex délinquance. Il s’agit de regrouper les infractions selon leur nature afin de savoir comment
Tél. : 01 55 84 53 00 évoluent les faits constatés d’atteintes aux biens, c’est à dire de vols et de destructions,
Fax : 01 55 84 54 29 dégradations, d’atteintes volontaires à l’intégrité physique (les actes de violences ou
Contact : Christophe Soullez, de menaces) ou encore les escroqueries et infractions économiques et financières.
chef du département OND
Tél. : 01 55 84 53 60 Chaque indicateur est analysé séparément.
BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 2

Les vols avec violences sont à la fois des atteintes aux biens et des violences physiques,
dites crapuleuses. Ils sont pris en compte dans les deux premiers indicateurs de l’OND.
En tant qu’atteintes aux biens, ils permettent de savoir quelle est la proportion de vols
qui sont commis avec violences, et parmi les atteintes volontaires à l’intégrité physique,
quelle est la part des violences qui sont commises pour voler.
L’OND ne commente pas le total des faits constatés enregistrés par la police et la
gendarmerie. C’est un ensemble très hétérogène qu’on appelle souvent par simplification
« la délinquance », sans préciser qu’il ne s’agit en fait de la partie de la délinquance qui
est connue des services de polices ou des unités de gendarmerie.
Il existe parmi les infractions enregistrées par la police et la gendarmerie, une catégorie
appelée « infractions révélées par l’action des services ». Elles sont constatées à l’ini-
tiative des services, et non comme les vols ou les violences à la suite de plainte. Cela
inclut par exemple les infractions à la législation sur les stupéfiants ou les infractions à
la législation sur les étrangers. On ne peut interpréter leurs évolutions comme on le
ferait pour des infractions constatées après des plaintes. C’est pourquoi, on ne peut
pas obtenir un ensemble cohérent en additionnant les infractions révélées par l’action
des services avec les autres infractions, comme on le ferait si on commentait le total
des faits constatés.
Si vraiment un chiffre unique devait être recherché, le total des plaintes enregistrées
par la police et la gendarmerie serait sans doute un candidat intéressant. Il n’est pas
technique accessible dans l’état actuel des outils informatiques de la police et de la
gendarmerie.
On rappelle à ce titre que si on n’interroge pas régulièrement un échantillon de la
population à propos des atteintes subies au cours du passé récent, que celles-ci aient
ou non été suivies d’une plainte, on ne peut pas aboutir à une conclusion sur leurs
évolutions. On appelle « enquête de victimation » ce mode de collecte d’informations
directes auprès des victimes potentielles.
En France, l’OND et l’INSEE se sont associés afin de développer un dispositif
d’enquêtes annuelles de victimation, les enquêtes « cadre de vie et sécurité », qui a
débuté en janvier 2007. Pour connaître les tendances de la délinquance en 2008, il faudra
attendre novembre 2009 et la publication dans le rapport annuel de l’OND d’un article sur
les évolutions comparées des faits constatés en 2008 (publiées en janvier 2009) et
celles de l’enquête de victimation 2009 portant sur les faits déclarés en 2008, dont les
premiers résultats seront alors disponibles.
En novembre 2008, dans le 4e rapport annuel de l’OND, on avait ainsi pu comparer
l’évolution du nombre de vols entre 2006 et 2007 à partir des faits constatés et des
déclarations des personnes interrogées lors des enquêtes cadre de vie et sécurité
2007 et 2008.
L’OND a un souci constant de transparence et de pédagogie. Il fait toujours état des
limites des chiffres dont il dispose. C’est pourquoi les questions de méthode occupent
une place importante dans ses publications.

Alain BAUER,
Professeur de criminologie au CNAM
Président du conseil d’orientation de l’OND

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 2


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 3

LES ÉVOLUTIONS MENSUELLES


DES TROIS INDICATEURS DE L’OBSERVATOIRE
NATIONAL DE LA DÉLINQUANCE

Un certain nombre de faits constatés ne peuvent être comptabilisés qu’en fin de semestre. Les données mensuelles
sont donc provisoires. L’OND les corrige a posteriori afin de tenir compte du décalage qui existe avec les données
définitives connues selon une méthodologie introduite en février 2007 (voir le complément au bulletin mensuel
publié à l’époque 1). Cette correction concerne les mois appartenant à un semestre échu, car, pour réviser les
données mensuelles, il faut disposer des données définitives. Les statistiques des mois du semestre en cours, celles
du mois de juillet 2009 pour le présent bulletin, sont intégrées sans correction. Elles seront révisées à la fin
du semestre, en janvier 2010, lorsque les données définitives du second semestre 2009 seront disponibles. La
révision, dont la plus récente, portant sur le premier semestre 2009, a été présentée dans le précédent bulletin
de l’OND 2, s’accompagne toujours d’une vérification de la précision des données publiées en cours de semestre,
qui n’étaient alors que partiellement révisées.

Graphique 1a : Les faits constatés d’atteintes aux biens, d’atteintes volontaires à l’intégrité physique, et les escroqueries et
infractions économiques et financières lors des deux dernières périodes de 12 mois disponibles.

Faits constatés
entre août 2007
et juillet 2008

Faits constatés
entre
août 2008
et juillet 2009

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND
Note de lecture : Les dernières données mensuelles extraites de l’état 4001, l’outil d’enregistrement des crimes et délits constatés par les services
de police et les unités de gendarmerie, sont celles du mois de juillet 2009. Elles forment avec les données mensuelles d’août 2008 à juin 2009, la
dernière série de 12 mois consécutifs. L’évolution des différents indicateurs de l’Observatoire national de la délinquance se mesure en comparant
les faits constatés au cours de ces 12 derniers mois disponibles avec les 12 mois précédents (période allant d’août 2007 à juillet 2008).

E
n juillet 2009, en comparant les faits constatés par périodes de 12 mois consécutifs
(sur 12 mois glissants), il apparaît que les atteintes aux biens sont en baisse de 1,1 % (soit
- 25 017 faits constatés), que les atteintes volontaires à l’intégrité physique augmentent
de 4,3 % (soit + 18 902 faits constatés) et que les escroqueries et infractions économiques et
financières sont en hausse de 3,8 % (soit + 19 599 faits constatés).
Pour chaque indicateur de l’Observatoire national de la délinquance (OND), les variations sur
12 mois observées en juillet 2009 s’inscrivent dans la continuité des évolutions récentes : le rythme
de la baisse du nombre d’atteintes aux biens enregistrées sur 12 mois se ralentit fortement
tout comme celui de la hausse des faits constatés d’escroqueries et infractions économiques et
financières. Pour les atteintes volontaires à l’intégrité physique, le taux d’accroissement est
stable entre juin et juillet 2009. Depuis plus d’un an, il s’élève de façon progressive.

(2) http://www.inhes.interieur.gouv.fr/fichiers/OND_BulletinMensuel_fev07_complementMetho.pdf
(3) http://www.inhes.interieur.gouv.fr/ond_bm_juillet_2009ok-df9f5fcf637d83f06509a2f88f6332cc2.pdf

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 3


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 4

Le nombre de faits constatés d’atteintes aux biens est en baisse sur 12 mois depuis
décembre 2002. En juillet 2009, pour le 80e mois consécutif (6 ans et 8 mois), policiers et
gendarmes ont constaté moins d’atteintes aux biens au cours des 12 derniers mois par
rapport aux 12 mois précédents.
Au cours de cette période de baisse continue, le rythme des variations sur 12 mois a connu
plusieurs cycles d’accélération et de ralentissement. À l’été 2008, on se situait à la fin d’une
phase d’amplification de la baisse : les faits constatés d’atteintes aux biens étaient alors en
diminution d’environ 8 % sur 12 mois. Depuis 12 mois, ce taux se réduit régulièrement de
mois en mois : il s’établissait par exemple à - 5,1 % en décembre 2008, puis à - 3,8 % en avril
2009 avant d’atteindre - 1,1 % en juillet. Il s’agit de la variation à la baisse la plus faible
depuis 2003.
Entre août 2008 et juillet 2009, 2 244 031 atteintes aux biens ont été constatées. Depuis
octobre 2008, ce nombre est inférieur au seuil de 2 250 000 faits constatés, soit un niveau
qu’on peut qualifier d’historiquement bas au regard des chiffres qui ont été enregistrés
depuis 1996.
Près de 76 % des atteintes aux biens constatées sont des vols sans violence. Un peu plus
de 1,7 millions vols de cette nature ont été constatés au cours des 12 derniers mois. Ils sont
en baisse limitée : - 0,6 % sur 12 mois (soit - 5 542 faits constatés). Les 3 principaux types de
vols sans violences affichent des évolutions distinctes : les faits constatés de vols liés aux
véhicules à moteur sont en recul de 3,3 % sur 12 mois (soit - 21 531 faits constatés), ceux de
cambriolages sont en hausse de 4,9 % (soit + 14 397 faits constatés) tandis que les vols
simples sur particuliers sont presque stables (- 0,4 %, soit - 2 619 faits constatés).
Il y a un an, en juillet 2008, ils étaient tous en forte baisse, de - 7,5 % sur 12 mois pour les
vols simples sur particuliers à - 10,5 % pour les vols liés aux véhicules à moteur. Le ralentis-
sement de la baisse a abouti pour le cas des cambriolages à un retournement de tendance :
depuis mai 2009, après 6 ans de baisse, leur nombre augmente sur 12 mois. La hausse
s’élève à près de 12 % sur 12 mois pour les cambriolages de locaux d’habitations principales
(soit + 17 474 faits constatés).
Un peu moins de 5 % des faits constatés d’atteintes aux biens sont des vols avec violences.
D’août 2008 à juillet 2009, 111 149 vols de cette nature ont été enregistrés, soit 4,8 % de plus
que lors des 12 mois précédents (soit + 5 117 faits constatés). Cette variation est aussi le résultat
d’un retournement de tendance récent. En février 2009, les faits constatés de vols avec
violences étaient en baisse de 4,1 % sur 12 mois, en moins de 6 mois ce taux s’est inversé.
L’évolution des faits constatés de vols avec violences diffère selon le mode opératoire :
le nombre de vols violents avec arme blanche est en augmentation modérée (+ 1,8 %, soit
+ 161 faits constatés) alors que celui des vols violents avec arme à feu (réelle ou factice)
s’accroît fortement : + 25,4 % sur 12 mois (soit + 1 439 faits constatés). Les vols violents sans
arme, qui représentent plus de 85 % des vols violents enregistrés, sont quant à eux en hausse
de 3,8 % (soit + 3 517 faits constatés).
Près d’une atteinte aux biens enregistrée sur 5 est un délit de type « destructions, dégra-
dations ». Entre août 2008 et juillet 2009, environ 428 200 infractions de ce type ont été
constatées. Ce nombre est en baisse de 4,3 % sur 12 mois précédents (soit - 19 475 faits
constatés). Cependant, les faits constatés de destructions, dégradations de type « incendies
volontaires » sont augmentation de 4,6 % sur 12 mois (soit + 1 915 faits constatés).

La variation sur 12 mois des faits constatés d’atteintes volontaires à l’intégrité physique de
juillet 2009 (+ 4,3 %) est très proche de celle de juin (+ 4,4 %). Ces valeurs viennent confirmer
que l’accélération de la hausse de ces faits d’atteintes volontaires à l’intégrité physique
entamée fin 2008 s’effectue par paliers. De décembre 2008 à février 2009, le nombre de
violences et menaces constatées était en augmentation d’environ 2 % sur 12 mois, puis de
mars à mai, ce taux était compris entre + 3,5 % et + 3,7 % sur 12 mois. Depuis deux mois, il
est voisin de + 4,4 %.
Entre août 2008 et juillet 2009, 454 318 atteintes volontaires à l’intégrité physique ont été
enregistrées. Ce nombre est supérieur à 450 000 depuis avril 2009. Ce seuil a été franchi en
raison d’un phénomène structurel, la hausse des faits constatés de violences physiques non
crapuleuses, et d’un phénomène conjoncturel, le retournement de tendance des violences
crapuleuses, celles qui ont pour motivation le vol (voir ci-dessus).
Les violences physiques que l’OND qualifie « non crapuleuses » comprennent notamment
les violences intra-familiales, les violences subies par les personnes dans l’exercice de leur
fonction et les altercations du quotidien qui peuvent aboutir à des violences physiques.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 4


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 5

Graphique 1b : Les variations sur 12 mois glissants des faits constatés d’atteintes aux biens, d’atteintes volontaires à l’intégrité
physique, et les escroqueries et infractions économiques et financières de juillet 2008 à juillet 2009.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND

Ce sont par exemple des altercations entre automobilistes, des bousculades dans les trans-
ports en commun ou encore des bagarres du « samedi soir » (voir Grand Angle 13, mai 2008).
Le nombre de faits constatés de ces violences physiques non crapuleuses a augmenté de
5,4 % an cours des 12 derniers mois (+ 12 247 faits constatés). Plus de 239 000 d’entre elles
ont été enregistrées entre août 2008 et juillet 2009. Depuis septembre 2008, leur hausse sur
12 mois est comprise entre + 5 % et + 6,5 %.
La continuité de l’orientation à la hausse des faits de violences physiques non crapuleuses
contraste avec les cycles de quelques mois d’augmentation puis de baisse des violences
crapuleuses. Depuis mai 2009, les faits constatés de violences physiques crapuleuses et non
crapuleuses sont en hausse simultanément, ce qui n’était plus arrivé depuis janvier 2007.
Les faits constatés de menaces et chantage augmentent aussi, + 2,9 % sur 12 mois (soit
+ 2 304 faits constatés) tandis que ceux de violences sexuelles sont en baisse de 3,1 % sur 12 mois
(soit - 755 faits constatés).

Le ralentissement de la hausse des faits constatés d’escroqueries et infractions écono-


miques et financières qui s’est produit au premier semestre 2009 se poursuit en juillet. De
janvier à juin 2009, le taux d’accroissement sur 12 mois des ces faits était passé de + 9,5 %
à + 5 %. En juillet, ce taux se situe en-deçà de + 4 % sur 12 mois, et ce pour la première fois
depuis décembre 2007.
L’évolution du nombre total de faits constatés d’escroqueries et infractions économiques et
financières est déterminée dans une large mesure par celle des faits constatés d’escroqueries
et abus de confiance. Un peu moins de 223 000 infractions de cette nature ont été enregistrées
sur les 12 derniers mois. Leur nombre s’est accru de 12,4 % par rapport aux 12 mois précédents
(soit + 24 554 faits constatés). Intrinsèquement élevé, ce taux n’en est pas mois en recul par
rapport au début de l’année : en janvier et en février 2009, les faits constatés d’escroqueries
et abus de confiance étaient en augmentation de + 20 % sur 12 mois.
Pour les autres catégories d’infractions du 3e l’indicateur de l’OND, les faits constatés sont
en baisse sur 12 mois : - 3,4 % pour les infractions économiques et financières (soit - 919 faits
constatés) et - 2,8 % pour les falsifications et usages de cartes de crédit (soit - 1 513 faits
constatés). La baisse est nettement plus marquée pour les falsifications et usages de chèques
volés enregistrés : elle atteint - 11,3 % sur 12 mois (soit - 8 050 faits constatés).

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 5


nat Polic
Gen ion e
dar ale
m
nat eri
ion e
ale
EVOLUTION DE L’ACTIVITÉ
DES SERVICES DE POLICE
ET DE GENDARMERIE

juillet 2009

En juillet 2009, l’activité des services de police et de gendarmerie a connu


une légère progression par rapport à juillet 2008, comme en attestent les
indicateurs de performance

Avec 110.646 faits élucidés pour 317.876 constatés,


le taux d’élucidation(1) atteint 34,81 % (35,57% en juillet 2008).
Sur les 12 derniers mois, l’évolution est de + 0,46 point (37,86 %).

Les faits élucidés augmentent de + 0,55 % (110.646 contre 110.039).

Sur les 12 derniers mois, la hausse est de + 1,25 %.

Les infractions révélées par l’action des services(2) sont en hausse


de + 0.81 % (30.509 contre 30.264).
Sur les 12 derniers mois, l’évolution est de - 0,35 %.

Les gardés à vue progressent de + 3,10 % (49.760 contre 48.266).

Sur les 12 derniers mois, leur nombre s’est accru de + 1,74 %.

Les mis en cause croissent de + 3,00% (100.023 contre 97.111).

Sur les 12 derniers mois, leur nombre a augmenté de + 1,57 %.

(1) Taux d’élucidation = pourcentage du nombre des faits élucidés par rapport à celui des faits
constatés.
(2) Crimes et délits découverts par les services, sans plainte préalable d’une victime (stupéfiants,
proxénétisme, infractions au séjour des étrangers, faux documents, ports d’armes...)
Service d'Information et de Communication de la
P O L I C E N AT I O N A L E


Evolution de l’activité des services de police
et des unités de gendarmerie
P
nat olice
ion
juillet 2009
Gen ale
dar
nat merie
ion
ale

Vols Atteintes aux biens


recels
(65,07 % de la délinquance constatée)
En juillet 2009 par rapport
à juillet 2008 : La lutte contre les vols à main
armée avec arme à feu
Taux d’élucidation :
13,56 %, soit - 0,28 point Sur les douze derniers mois, la lutte contre
les vols à main armée avec arme à feu s’est
 28.049 faits élucidés, soit + 1,55 % intensifiée :
 14.840 gardes à vue, soit + 3,58 %
Taux d’élucidation : 34,72 %
 27.105 mis en cause, soit + 3,40 % 2.460 faits élucidés :  19,71 %
3.474 gardes à vue :  26,42 %
3.294 mis en cause :  18,28 %

Homicides
coups et blessures, menaces Atteintes volontaires à l’intégrité physique
atteintes aux mœurs
actes contre la famille et l’enfant… (12,33 % de la délinquance constatée)
En juillet 2009 par rapport
La lutte contre les violences
à juillet 2008
physiques non crapuleuses

La lutte contre les violences physiques non Taux d’élucidation :


crapuleuses s’est poursuivie sur les douze 62,90 %, soit - 1,15 point
derniers mois :

Taux d’élucidation : 79,99 %  24.647 faits élucidés, soit + 3,26 %


190.656 f aits élucidés :  5.92 %  12.978 gardes à vue, soit + 8,15 %
96.405 gardes à vue :  8,13 %  23.333 mis en cause, soit + 5,79 %
187.134 mis en cause :  6,08 %

Escroqueries, faux
Escroqueries et infractions économiques
contrefaçons ,banqueroute
abus de confiance
emploi d’étrangers sans titre…
� et financières (10,40 % de la délinquance constatée)
En juillet 2009 par rapport La lutte contre les escroqueries,
à juillet 2008 faux et contrefaçons

Taux d’élucidation : La lutte contre les escroqueries, faux et


contrefaçons sur les douze derniers mois
46,41 %, soit - 1,94 point s’est poursuivie :

 15.349 faits élucidés, soit - 3,51 % Taux d’élucidation : 47,43 %


 2.504 gardes à vue, soit - 6,22 % 166.688 faits élucidés :  1,35 %
 8.070 mis en cause, soit + 2,22 % 24.206 gardes à vue :  3,08 %
71.838 mis en cause :  6,41 %


Service d'Information et de Communication de la
P O L I C E N AT I O N A L E
Evolution de l’activité des services de police
et des unités de gendarmerie
P
nat olice
ion
juillet 2009
Gen ale
dar
nat merie
ion
ale
La lutte contre la délinquance sur les 12 derniers mois
(Nombre de CRIMES et DELITS ELUCIDES)
2007-2008 2008-2009

400000

350000

300000

250000

200000

150000

100000
Délits financiers Atteintes aux biens Violences aux Infractions révélées
personnes par l'activité des
services

Zoom sur la vidéo protection

La vidéo protection dans les transports en commun

 Paris (75) : le 26 juillet, dans la nuit, un bus était stoppé par un groupe d’individus, qui après avoir actionné la
commande extérieure d’ouverture des portes, insultait et frappait le conducteur. Requis par la RATP, les policiers de la
BAC de nuit interpellaient peu de temps après les individus. Niant les faits lors de leurs auditions, la vidéo protection
permettait d’identifier l’auteur des violences ainsi que les individus ayant ouvert les portes. Les auteurs étaient déférés
à l’issue de leur garde-à-vue.
 Paris (75) : Dans la soirée du 10 juillet, deux individus abordaient deux usagers du métro, leur demandant leur
quartier d’origine. Devant l’absence de réponse, l’un d’eux assénait deux coup de cutter à l’une des victimes, tandis
que son comparse lui donnait deux coups de poing. Ils parvenaient à s’enfuir. Les photos extraites de la vidéo protection
étaient diffusées aux policiers du service régional de police des transports qui, après une enquête de voisinage,
identifiaient et interpellaient les deux auteurs le 20 juillet. Formellement reconnus par la victime, ils avouaient les
faits et étaient déférés le 21 juillet.

La vidéo protection sur la voie publique

 Ste-Geneviève-des-Bois (91) : le 2 juillet, une jeune femme signalait au commissariat l’enlèvement et la séquestration
de son petit-ami le jour même par cinq individus. Les premières investigations permettaient d’identifier une autre jeune
femme comme l’instigatrice de ce rapt. La sûreté départementale l’interpellait le 3 juillet, provoquant la libération
de la victime. L’exploitation de la vidéo protection de l’hôtel ayant servi à la détention permettait leur identification.
Deux personnes étaient interpellées. Les mis en cause reconnaissaient les faits et étaient écroués le 7 juillet.
 Rognes (13) : dans la nuit du 7 juillet, deux vols étaient commis dans des résidences principales. Des ordinateurs,
des bijoux et des espèces étaient dérobés. La vidéo protection de la ville permettait de repérer la présence suspecte
d’un véhicule, rapidement identifié par la brigade territoriale de gendarmerie. Le 9 juillet, le frère du propriétaire de
ce véhicule était interpellé et reconnaissait être l’auteur des faits. Il était écroué le 10 juillet.
 Hayange (57) : le 11 juillet, un individu dérobait le sac à main d’une septuagénaire et la renversait en s’enfuyant.
Un témoin parvenait à récupérer le sac bien qu’il ait été menacé par une arme blanche. Peu de temps après, l’agresseur
dérobait de nouveau le sac à main d’une automobiliste en la menaçant avec un hachoir. Une photographie extraite de
la vidéo protection de la voie publique était présentée au témoin de la première agression, qui reconnaissait l’auteur.
Interpellé grâce à son signalement le 12 juillet, il était mis en examen et écroué le 14.


Service d'Information et de Communication de la
P O L I C E N AT I O N A L E
Evolution de l’activité des services de police
et des unités de gendarmerie
P
nat olice
ion
juillet 2009
Gen ale
dar
nat merie
ion
ale

Zoom sur la police technique


et scientifique (PTS)
Le fichier national automatisé des empreintes génétiques (F.N.A.E.G.)

En juillet, 32.393 profils génétiques ont été intégrés, portant le total dans la base à 1.204.611.
Parallèlement, 1.454 profils (correspondant soit à d’autres traces relevées soit à des personnes
identifiées et désormais recherchées) et 614 affaires ont été rapprochés.

Depuis sa création, l’exploitation de la base a ainsi généré le rapprochement de 57.073 profils


génétiques.

Evolution cumulée des profils rapprochés grâce au FNAEG

60000
55000
50000
45000
40000
35000
30000
25000
20000
15000
10000
5000

0
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 31/07/2009

Illustrations :
 Villiers-le-Bel (95) : La police judiciaire  Créteil (94) : le 13 septembre 2007, un
de Versailles a identifié l’un des auteurs d’un individu commettait un vol à main armée dans
enlèvement avec séquestration, commis en un restaurant. Le service départemental de
janvier 2008, grâce à des traces ADN prélevées police judiciaire du Val-de-Marne saisissait un
à l’intérieur du véhicule de la victime qui a chargeur et un bonnet abandonnés par l’auteur.
servi à l’agression. Interpellé en juillet 2009, Une trace ADN était extraite, permettant par
un rapprochement a été effectué avec un la suite d’identifier un individu. Incarcéré à la
cambriolage perpétré en novembre 2004 maison d’arrêt de Nanterre, il était reconnu
à Dainville (62) où les mêmes empreintes par des témoins. Il a été déféré.
génétiques avaient été relevées lors des
constatations. Il a été écroué.  Verdun (55) : en mai 2009, des vols de
matériels informatique et hi-fi étaient commis
 Surbourg (67) : un incendie criminel dans des établissements publics. La brigade
se déclarait à l’école primaire. Du matériel de sûreté urbaine locale relevait des traces
multimédia était dérobé. Les investigations ADN, permettant une comparaison positive.
de la brigade de recherche de Wissembourg Deux frères, toxicomanes, étaient interpellés
permettaient de découvrir une trace ADN sur le 10 juillet et reconnaissaient une dizaine de
un gant. Suite à l’interrogation du FNAEG, un faits similaires. Les perquisitions permettaient
individu était interpellé. Le butin était retrouvé de découvrir une partie du butin. Jugés en
chez lui lors de la perquisition. Il avouait les comparution immédiate, ils étaient écroués.
faits et était écroué.
 Rennes (35) : le 12 décembre 2008, un
 Paris (75) : en mars 2009, trois individus individu forçait une prostituée à une relation
commettaient un vol à main armée dans une sexuelle, sous la menace d’une arme de poing.
superette. Des gants, bonnets et une arme Des prélèvements étaient effectués sur la
factice étaient découverts à proximité des victime et permettaient d’identifier l’auteur.
lieux, avec le tiroir caisse, par la 2ème division de Interpellé par la sûreté départementale
police judiciaire. Trois profils génétiques étaient d’Ille-et-Vilaine le 9 juillet, il a été mis en
extraits, ce qui permettait l’identification et examen et placé en détention provisoire.
l’interpellation des trois auteurs. Ils ont été
incarcérés.


Service d'Information et de Communication de la
P O L I C E N AT I O N A L E
Evolution de l’activité des services de police
et des unités de gendarmerie
P
nat olice
ion
juillet 2009
Gen ale
dar
nat merie
ion
ale

Le fichier automatisé des empreintes digitales (F.A.E.D.)


En juillet, 60.897 nouvelles fiches décadactylaires ont été saisies au FAED, portant le total
des individus enregistrés à 3,301 millions.

Dans le même temps, les interrogations de la base ont permis de résoudre 925 affaires
en identifiant 1.819 traces correspondant à 999 individus et de détecter 8.013 fausses
identités.

Evolution cumulée des affaires résolues grâce au FAED

90000

80000

70000

60000

50000

40000

30000

20000

10000
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 31/07/2009

Illustrations :

 Amiens (80) : le 17 juillet, les policiers  Paris (75) : le 8 juillet, la brigade de


du commissariat local ont interpellé en répression du banditisme était saisie de
flagrant délit deux individus qui venaient de l’enquête sur le vol à main armée d’une
cambrioler les locaux du tribunal de grande bijouterie. Un individu avait menacé la gérante
instance. Un troisième individu réussissait à avec une arme de poing afin de se faire remettre
prendre la fuite. Lors des constatations, des de nombreux bijoux. Des traces papillaires
traces papillaires ont été relevées par l’identité relevées sur un des présentoirs permettaient
judiciaire. Leur exploitation grâce au FAED a d’identifier l’auteur, interpellé le 15 juillet.
permis l’identification de l’auteur en fuite, Reconnu par la victime, il reconnaissait les faits
défavorablement connu des services de police. et était écroué.
Il était interpellé le jour-même à son domicile,
où le reste du butin était découvert. Déféré
le 18 juillet, le trio a été placé sous mandat de
 Montauban (82) : une septuagénaire était
victime d’un meurtre commis à l’arme blanche
dépôt.
le 23 juillet. Grâce à deux empreintes digitales
relevées sur la boîte à bijoux de la victime, la
 Béziers (34) : le 16 juillet, un individu
police judiciaire de Toulouse a pu identifier et
interpeller le mis en cause, connu des services
était interpellé par les policiers de la sécurité de police et demeurant non loin de sa victime.
publique pour un vol de véhicule, commis lors Il a été écroué.
d’un «home-jacking» le 10 juillet. Il déclarait
avoir agi avec un complice mais refusait de
donner son identité. Le 15 juillet, son complice  Nancy (54) : le 2 juillet, la police judiciaire
était placé en garde-à-vue pour un autre de Nancy interpellait six personnes, en région
vol par effraction, une de ses empreintes parisienne, dans le cadre d’une enquête sur
papillaires ayant été retrouvée sur les lieux du une équipe commettant des vols à main
délit. L’enquête a permis d’établir que ce duo armée en Lorraine. Des rapprochements
avait commis cinq vols de type «home-jacking». ont été effectués entre plusieurs vols grâce
Le 18 juillet, ils étaient mis en examen et placé à leurs traces papillaires. Deux individus ont
sous mandat de dépôt. été écroués.

Des informations complémentaires sont accessibles sur www.inhes.interieur.gouv.fr/Bulletin-mensuel-65.html pour l’évolution


de la délinquance et sur www.interieur.gouv.fr pour l’activité des services de police et de gendarmerie.

10
Service d'Information et de Communication de la
P O L I C E N AT I O N A L E
BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 11

LES ÉVOLUTIONS MENSUELLES


DES ATTEINTES AUX BIENS
DES ATTEINTES VOLONTAIRES À L’INTÉGRITÉ PHYSIQUE
ET DES ESCROQUERIES ET INFRACTIONS
ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 11


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 12

ibp=¨slirqflkp=jbkprbiibp=
abp=^qqbfkqbp=^ru=_fbkp
Graphique 2.a : Les faits constatés d’atteintes aux biens sur 12 mois glissants de juillet 2003 à juillet 2009.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

Note de lecture : L’échelle des graphiques 2.a, 3.a et 4.a diffère selon le total de faits constatés sur 12 mois de l’indicateur
correspondant..

Graphique 2.b : Les variations du nombre de faits constatés d’atteintes aux biens sur 12 mois glissants de
juillet 2003 à juillet 2009.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

Tableau 1 : Les faits constatés d’atteintes aux biens en juillet 2009 sur 12 mois glissants.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 12


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 13

ibp=¨slirqflkp=jbkprbiibp=abp=^qqbfkqbp
slilkq^fobp=È iÛfkq¨dofq¨=mevpfnrb
Graphique 3.a : Les faits constatés d’atteintes volontaires à l’intégrité physique sur 12 mois glissants de
juillet 2003 à juillet 2009.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

Note de lecture : L’échelle des graphiques 2.a, 3.a et 4.a diffère selon le total de faits constatés sur 12 mois de l’indicateur
correspondant.

Graphique 3.b : Les variations du nombre de faits constatés d’atteintes volontaires à l’intégrité physique sur
12 mois glissants de juillet 2003 à juillet 2009.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

Tableau 2 : Les faits constatés d’atteintes volontaires à l’intégrité physique en juillet 2009 sur 12 mois glissants.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 13


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 14

ibp=¨slirqflkp=jbkprbiibp=
abp=bp`olnrbofbp=bq=fkco^`qflkp=
¨`lkljfnrbp=bq=cfk^k`f≠obp
Graphique 4.a : Les escroqueries et infractions économiques et financières sur 12 mois glissants de juillet 2003
à juillet 2009.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

Note de lecture : L’échelle des graphiques 2.a, 3.a et 4.a diffère selon le total de faits constatés sur 12 mois de l’indicateur
correspondant.

Graphique 4.b : Les variations du nombre d’escroqueries et infractions économiques et financières sur 12 mois
glissants de juillet 2003 à juillet 2009.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND.

Tableau 3 : Les escroqueries et infractions économiques et financières constatées en juillet 2009 sur 12 mois glissants.

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 annuel, OND

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 14


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 15

iÉë=Ñ~áíë=Åçåëí~í¨ë=ÇÛáåÑê~Åíáçåë=ê¨î¨ä¨Éë
é~ê=äÛ~Åíáçå=ÇÉë=ëÉêîáÅÉë=Éí=Éå=é~êíáÅìäáÉê
ÇÛáåÑê~Åíáçåë=¶=ä~=ä¨Öáëä~íáçå=ëìê=äÉë
¨íê~åÖÉêë=ÇÛ~çºí=OMMU=¶=àìáääÉí=OMMV=
Depuis le bulletin de février 2008 3 portant sur la période de 12 mois allant de décembre 2007 à janvier 2008,
l’OND présente les évolutions mensuelles des faits constatés d’infractions révélées par l’action des services sur 12 mois
glissants à l’aide d’un tableau récapitulatif unique portant sur les 24 derniers mois (tableau b).
Pour ce 4e indicateur, il était apparu que l’analyse du taux de variations du nombre de faits constatés sur 12 mois
glissants qui permet de déterminer des phases d’accélération, de ralentissement ou de stabilité n’est pas encore envisa-
geable. On a observé des irrégularités dans les taux de variations entre le dernier mois et le premier mois de certains
semestres, et encore dernièrement entre décembre 2008 et janvier 2009, que l’OND attribue au mode de collecte.
Ainsi, alors qu’en décembre 2008, le nombre de faits constatés d’infractions révélées par l’action des services était en
hausse de 8,6 % sur 12 mois, ce taux se situe à + 6,2 % sur 12 mois en janvier 2009, soit une différence de près de
2,5 points concernant deux périodes comparées ayant 11 mois en commun.
De façon provisoire, l’OND en a donc conclut que les faits constatés d’infractions révélées par l’action des services ne
se prêtent pas au suivi dans le temps du taux de variations sur 12 mois glissants. Cette situation pourrait évoluer si lors
de plusieurs semestres consécutifs, on ne devait plus observer d’irrégularités des taux de variations en début de semestre.

Tableau b : Les faits constatés d’infractions révélées par l’action des services en juillet 2009 sur 12 mois glissants.

Source : Etat 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir des données mensuelles définitives, OND.

Entre août 2008 et juillet 2009, 381 629 infractions révélées par l’action des services ont été
enregistrées, soit 0,4 % de moins qu’au cours des 12 mois précédents (- 1 410 faits constatés).
Près de 47 % de ces faits sont des infractions à la législation sur les stupéfiants (ILS). Environ 178 300
infractions de cette nature ont été enregistrées au cours des 12 derniers mois, dont 141 389 usages
de stupéfiants. Ces derniers représentent 37 % des infractions révélées par l’action des services.
Sur 12 mois, les faits d’ILS sont en hausse de 3,7 % (+ 6 359 faits constatés), sachant que les usages
augmentent de 5,6 % (+ 7 545 faits constatés).

Les infractions à la législation sur les étrangers


Un peu moins de 98 500 faits constatés d’infractions à la législation sur les étrangers (ILE) ont été
enregistrées entre août 2008 et juillet 2009. Ce nombre est en baisse de 7,3 % sur ces 12 mois
(soit - 7 715 faits constatés). Plus du quart des faits constatés d’infractions révélées par l’action des
services sont des ILE, 25,8 % précisément.
Les infractions aux conditions générales d’entrée et de séjour des étrangers forment la plus
grande partie des faits d’ILE enregistrés. Plus de 88 300 d’entre elles ont été constatées au cours
des 12 derniers mois, soit 23,1 % des infractions révélées par l’action des services. Ce nombre est
en baisse de 7,9 % sur 12 mois (soit - 7 584 faits constatés).

(3) Voir http://www.inhes.interieur.gouv.fr/fichiers/OND_BulletinMensuel_fev08.pdf

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 15


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 16

LES ANNEXES

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 16


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 17

ibp=fkabu=ab=iÛ¨q^q=QMMN=^r=`lrop=
abp=NO=abokfbop=jlfp

* Toutes les données mensuelles, à l’exception des données de juillet 2009 ont été révisées selon la méthode de réaffectation proportionnelle
appliquée par l’OND à partir du premier bulletin de l’année 2007 (celui publié en février 2007). Cette méthode consiste à répartir sur chaque mois
d’un semestre la différence entre les données définitives et provisoires de chaque semestre proportionnellement au nombre de jours du mois dans
le semestre.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 17


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 18

Source : État 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 définitif, OND.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 18


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 19

í~ÄäÉ~ìñ=Åçãéä¨ãÉåí~áêÉë=ÇÉ=äÛ¨í~í=QMMN
Les faits constatés enregistrés en juillet 2009

Source : état 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 définitif, OND.

Les faits constatés enregistrés en juillet 2008

Source : état 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 définitif, OND

Variations des 3 indicateurs

Source : état 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 définitif, OND

Remarques : l’OND a choisi de présenter les évolutions de ses indicateurs sur 12 mois glissants. C’est la
présentation qui rend le mieux compte des évolutions de fond. À titre d’information, il publie une autre
comparaison possible : la comparaison des mois de l’année en cours depuis janvier avec les mêmes mois de
l’année précédente (les mois de janvier à juillet le présent bulletin). Le taux de variations du total des faits
constatés n’est pas diffusé car il ne peut être interprété en tant que tel.

(4) Les 3 indicateurs de l’OND s’étudient indépendamment les uns des autres, chacun étant conçu pour mesurer les
évolutions d’une forme particulière de délinquance. Or les vols avec violences sont, en tant que vol, des atteintes
aux biens et, en tant que violences, des atteintes volontaires à l’intégrité physique. Ils figurent donc dans les deux
indicateurs.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 19


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 20

Les atteintes aux biens

Source : état 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 définitif, OND.

Les atteintes volontaires à l’intégrité physique

Source : état 4001 mensuel, DCPJ ; Révision à partir de l’État 4001 définitif, OND.

Les faits constatés d’atteintes aux biens enregistrées en France métropolitaine et


dans les départements et régions d’outremer en juillet 2009 sur 12 mois glissants

Source : état 4001 mensuel,


DCPJ ; Révision à partir de
l’État 4001 définitif, OND

Les faits constatés d’atteintes volontaires à l’intégrité physique enregistrées en France métro-
politaine et dans les départements et régions d’outremer en juillet 2009 sur 12 mois glissants

Source : état 4001 mensuel,


DCPJ ; Révision à partir de
l’État 4001 définitif, OND

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 20


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 21

i^=j^fk=`lro^kqb
Le dispositif de la main courante est en vigueur sur l’ensemble du territoire français dans les
zones de la compétence de la police nationale. Toutefois, deux systèmes coexistent. L’un pour
Paris, géré par la préfecture de police (MC PP), et l’autre dans toutes les autres circonscriptions
de sécurité publique : la main courante informatisée (MCI). Les nomenclatures sont différentes
et ne peuvent donc être agrégées. C’est pourquoi elles seront présentées distinctement.
Les faits mentionnés dans la MCI ne se traduisent pas automatiquement par un fait constaté
dans l’état 4001. Si ces faits constituent des crimes et délits, et qu’ils font l’objet de procédure,
ils apparaissent alors dans l’état 4001. Mais toutes les procédures établies dans le cadre des
faits recensés dans la main courante ne sont pas comptabilisées dans l’état 4001 : procédures
établies dans le cadre de délits routiers, de police administrative ou pour l’ensemble des
5 classes de contravention 5. Les comparaisons avec 2005 (année de généralisation progressive
du système) de la main courante informatisée ne permettent pas une analyse stable en
volume. Celle-ci sera possible à compter de l’an prochain.

La main courante informatisée (MCI) de la sécurité publique (état 3.1.2)

(13) Voir l’article « Les mains courantes de la police nationale », Rapport annuel 2006, INHES, Mars 2006.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 21


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 22

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 22


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 23

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 23


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 24

Source : Main courante informatisée, DCSP

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 24


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 25

i~=ã~áå=Åçìê~åíÉ=ÇÉ=ä~=éê¨ÑÉÅíìêÉ=
ÇÉ=éçäáÅÉ=ÇÉ=m~êáë=Ej`f=mmF

En janvier 2008, la Préfecture de Police, qui utilisait jusqu’à cette date son propre système
de main courante d’enregistrement des signalements d’usagers, a adopté le dispositif de
la Direction centrale de la sécurité publique et fait désormais usage de la nomenclature de la
main courante informatisée (MCI). Désormais, les services de sécurité publique et ceux de
la Direction de la Police Urbaine de Proximité (DPUP) de Paris ont un système commun.

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 25


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 26

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 26


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 27

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 27


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 28

Source : Préfecture de Police, SDPT

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 28


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 29

ibp=`lkqo^sbkqflkp
L’état 4001 ne regroupe que les faits qualifiés crimes ou délits. Il ne comptabilise donc pas
les contraventions des cinq classes dont les contraventions pour infractions au code de la
route ou encore les contraventions pour violences légères sans ITT (C4), les violences légères
avec ITT < 8 jours (C5), des menaces de violences (C3), des destructions ou dégradations
légères (C5), etc.
Actuellement, il n’existe pas de système centralisé et général permettant de dénombrer
l’ensemble des contraventions dressées sur le territoire par nature d’infraction ou par classe de
contravention. Seule la gendarmerie nationale est en mesure de fournir, par classe, et pour
certaines infractions, le nombre de contraventions dressées mensuellement. L’autorité judiciaire
dispose également du nombre de contraventions de 5e classe mais le chiffre est annuel.

Total des contraventions des 5 classes pour la police nationale

Les contraventions dressées par la gendarmerie nationale

Source : Direction générale de la gendarmerie nationale, base nationale des statistiques des infractions (BNSI).

Les contraventions dressées par les polices municipales

© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 29


BM Aout 2009:Mise en page 1 13/08/09 17:05 Page 30

o¨c¨obk`bp=j¨qelalildfnrbë
« Les chiffres mensuels des faits constatés par les services de police et les unités de
gendarmerie », rapport annuel n° 1, INHES, mars 2005.
« Les évolutions du nombre mensuel de faits constatés d’atteintes aux biens et
d’atteintes volontaires à l’intégrité physique de 1995 à 2005 », résultats et méthodes n° 5,
INHES, janvier 2006.
« Les escroqueries et infractions économiques et financières en 2005 », Rapport annuel
n° 2, INHES, mars 2006.
Rapport annuel 2008, novembre 2008, INHES/OND.

Retrouvez les chiffres détaillés sur le site internet de l’OND

www.ond.fr
RAPPORT de l’Observatoire national de la délinquance
ANNUEL 1er rapport annuel (mars 2005)
2e rapport annuel (mars 2006)
3e rapport annuel (novembre 2007)
4e rapport annuel (novembre 2008)
L’Observatoire national de la délinquance (OND) propose une vision synoptique des
différentes informations disponibles sur la criminalité et la délinquance en 2006. Il s’agit
notamment des statistiques sur les faits constatés par la police et la gendarmerie nationales, et
des résultats d’enquêtes de victimation, qui sont menées par l’INSEE et l’OND auprès de la
population. L’évolution des phénomènes de délinquance est abordée à travers ces deux sources
principales et bien d’autres dans le cadre d’une approche dite « multi sources ».
Alliant contenu récurrent et articles inédits, comme la première publication des résultats
de l’enquête de victimation 2007 sur les violences physiques ou sexuelles, y compris celles
commises au sein des familles et dans le couple, le présent ouvrage a vocation à devenir le
document de référence sur la mesure de la criminalité.
Ainsi, grâce à ce nouveau dispositif qui complète les sources statistiques, il est aujourd’hui
possible de mieux appréhender la nature de différents phénomènes criminels qui échappaient
jusqu’à maintenant à la connaissance.
L’Observatoire national de la délinquance considère que l’usage d’un chiffre unique n’a guère
de sens et peut s’avérer trompeur. Seule une présentation détaillée par indicateurs, c’est-à-dire
en distinguant les différentes formes de délinquance, peut permettre d’approcher la réalité au
plus près. En s’appuyant sur des dispositifs pérennes et complémentaires, on peut analyser et
comparer les différentes tendances. Le développement de tels dispositifs a été le cœur de l’action de
l’OND depuis sa création en novembre 2003, date de l’installation de son conseil d’orientation
indépendant.
Alain BAUER
Criminologue, Président du conseil d'orientation de l'observatoire national de la délinquance
Contact : Christophe Soullez,
chef du département OND
observatoire.inhes@interieur.gouv.fr – www.inhes.interieur.gouv.fr

Édité par « CNRS éditions » et peut être commandé grâce à ce lien


www.cnrseditions.fr/ouvrage/6075.html
© OND – Criminalité et délinquance – Août 2009 30