Vous êtes sur la page 1sur 224

f y

ï . O

Î

*

3

RECUEIL

TRAVAUX

R ELA T IFS

A LA

PHILOLOGIE ET A ^ARCHÉOLOGIE

ÉG YPTIEN N ES

ET

Q U A TRIÈM E

ASSYRIENNES.

A N N É E .

.

P A R IS ,

F. VIEWEG, LIBRAIRE-ÉDITEUR

67,

Rue

de Richelieu,

67.

M DCCC L X X X III.

VIENNE. — TYP. ADOLPHE HOLZHAÜSEN,

IMPRIMEUR DE LA COUR I

A R. ET DK L’UKIVKRSITK.

TABLE DES MATIERES.

Fragments de manuscrits thébains du Musée de Boulaq, I , parU rbain B o u b ia n t

Page

1— 4

Sur différentes formes des mots dérivés, par £.

L k f é b u r e

5—11

Dialectes

égyptiens (suite), par A uguste

B a e l l e t

12—20

Les fêtes d’Osiris au mois de Khoiak (suite), par V . L o r e t

 

21—33

Ein Denkmal aus den Zeiten Amenophis II.,

von £.von B e r g m a n n

 

33—38

Monuments égyptiens de la collection de Schackenborg, par leC omte d e S c h a c k

 

38—40

La pyramide du roi Ounas (suite et iin), par

 

41—78

Relies from the

tomb of the priest-kings at Dayr-el-Baharce, byA melia

B.E dw ards

.

.

.

.

79—87

Die Aussprache

der Negation

von Dr. A.

W i e d e m

a n n

 

87—89

Les statuettes funéraires du Musée de Boulaq, par V. L o r e t Petites notes de critique et de philologie (5 e article), par

K

arl

P i e h l

89—117

1 1 7 — 124

Rapport sur une mission en Italie (suite), par G. M a s p e r o Fragments de manuscrits thébains du Musée de Boulaq, II(suite), par U rbain B oukiant

Note complémentaire sur le I , par V. L oret

/WNAAA

V

Essai sur le système métrique assyrien (suite), par A. A urê»

126—151

152 —156 •

156

157—220

RECUEIL

DE TRAVAUX RELATIFS A LA PHILOLOGIE ET A L’ARCHÉOLOGIE ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES.

Toi. IY.

FRAGMENTS

DE

1882.

MANUSCRITS THÉBAINS DU MUSÉE DE BOULAQ.

PAR

U

r b a i n

B

I.

o ü r ia n t .

Le Musée de Boulaq possède plusieurs feuillets de parchemin, provenant de manuscrits coptes achetés chez un marchand du Caire. Les différents usages auxquels ils ont été employés les ont assez gravement endommagés; la lecture néanmoins en est relativement facile. M. Maspero, directeur du Musée, a bien voulu m'autoriser à les soumettre aux lecteurs du Recueil. Je le remercie de la bienveillance avec laquelle il a mis à ma disposition ces fragments, que je m’empresse de publier avant que le temps et leur état, qui s’aggrave de jou r en jour, ne les aient rendus indéchiffrables. Les feuillets ont été arrachés à des manuscrits de dialecte thébain dont la date ne nous a pas été conservée; mais, d’après récriture et l’absence de traduction arabe, on peut présumer qu'ils remontent à une époque antérieure à la conquête musulmane, ou du moins, à une période de la conquête, où la langue arabe ne s’était pas encore assez implantée dans le pays pour nécessiter une traduction. De ces fragments, les uns appartenaient à des traductions suivies du Nouveau Testament, d’autres à des hagiographies égyptiennes, quelques-uns à des Recueils de sermons et de prières,

les

derniers enfin à des Rituels semblables à ceux qu’a publiés Tuki.

ça

Aucun d’eux n’a fait partie d’un texte suivi de l’Ancien Testament, mais on retrouve et là quelques versets épars dans les sermons; nous les signalerons à leur place.

Ces textes, trop peu longs et trop peu nombreux, peuvent donc se classer en trois séries:

I e

Nouveau Testament,

2e Hagiographies, 3e Sermons et Prières. Tel est l’ordre dans lequel seront publiés les fragments de Boulaq. Nous n’en donnons pas une description générale plus étendue, chaque manuscrit devant être étudié séparément.

2

F

r a g m en ts

d e

m a n u sc r its

t h é b a in s .

I.

NOUVEAU TESTAMENT.

P r e m ie r

F ragm ent.

E van gile

d e

M a t th ieu .

Le manuscrit auquel appartenaient ces deux feuilles était haut de 32 cent., large de

0-18. Le texte, sur deux colonnes, est d’une écriture de moyenne largeur, très nette et fort

lisible malgré l’humidité qui

deux feuilles sont rongées, et des lettres ont disparu, mais il a été facile de les restituer grâce au texte de W o id e .

Quelques parties des

en certains endroits à fait pâlir l’encre.

Chapitres VII, 13 à VIII, 31.

 

Ch. VII,

13.

.

.

ac.iM.oeiT cçoth

епт&но a ,™

 

n t m f t u

m

eçoirn

ç ito o tc.

 

14. ace

 

w h t

x

t

no'i

 

¿vtû>

t c ç ik

 

e T x i^ o e iT

tçO Tn

 

¿ п

^ .

мгш ^епнотп neTn&çe

 

epoc.

 

15.

^ çth tk

epuTH

ипотас.

uj^poiTn

 

çn

çen çA

cm 2

п есоот.

 

^

çen o T om u j3 npeqTCopn не. — 16. сАоЛ. çn

к петн& рпос

 

4.

m k t i 5 гц&тасееЛс

еЛ оо\ев

çn

uioitTc.

i4

и)&тнетц

 

çn

çen& pooTC7.

 

17.

 

e t

nujnn

n u i

en&noTq

Ш u j^ qT ^ T t

к&рпос

e&oX

cn^noTq

en&nOTq.

nujHn

т л т е ’0 n&pnoc

a^e

e&o\

tq ^ o o T 8 uj^qTM 1«

к&рпос

eAo\

eq ço o T

11

o tu jh h

eqçooT

 

eqçooT .

н&рпос

18. ma

е&оЛ

ujcTom9 nOTujüii en&nOTq. — 19.

tyttn

<тс

 

CTeneq

[п

R * p

т n o c ]n * n

 

e£o\

[cn&noTq

cen&]

nopq

n[cenoTæ.q

етсл т е ].

20.

&p&

v *p

[eûo\

çn

R&p]noc

ететп ьсо тш п о т.

 

21.

m ж

 

,3

пел ac.cnae.ocic n ^ .o cic петпь&йш eçoT n — етм птеро п м л
пел ac.cnae.ocic n ^ .o cic петпь&йш eçoT n
етм птеро
п
м
л
к
т
с
u
neTn& cipe ne AnOTmuj мп& екот
CTçn
м
п
и
те.
22.
O Tnç^ç
^ *р
n&ac.ooc п ы
çm
rcçoot
е
т
м
м
л
т
асе
çm пенр^л m i
п
р
о
ф
к
т
ст
е
лтгю ^p&ï çm пенр&п
eotneac. а^гммотю п
n a to e ic
мн
n aco eic
«м
çp & ï
&
npç& ç пв'ом.
— 23.
т
о
т
с
^n&çOMOÀovei
п
л
т
ас.с A neicoT n
т
н
т
т
п
èn eç.
т
^ p ^ ï
т
н
т
п
neTpçcoA CT&HOMI&.
24.
отоп
(Тс
ш
м
етсю тм
ên&u)&ac.e
ctc
n * ï
i
ne
c * ç e
eq eip e
м
м
о
о
и
16 çm пскр&п
еАоЛ. mmoi
eqn& einc
т
потрш ме
nc&&e
п
ы
пт&цкшт
m
еас.птпетр&17.
25.
* q
e
с
п
с
A n cq çe
ne
с
к
т
n<ri nçmOT
*
t c i
n<ri
neïepm oT
& Tniqc
пол
iît k t
&TÇiOTee
eço T n
çm
ли!
ctm m &t
ac.e ncqT*ac.pHT
ллр
n e
eçp & ï
еасл
тп
етр
л
.
— 26.
ллгш
отгон
ш
AneqKÏ
м
ctcîotm
ên&uj&ac.e
с
т
с
пеЛ
en qeip e
м
м
о
о
т
m i .
eqn& eine
потрш ме
л
со
т.
пеЛ
л
т
^
н
ш
т
ç ia tn
nujco. —
27. &qei
nTi
nçcoOT.
*
t c i
n<ri ncYcpcoOT.
г
— 28. ьсидопс a^c птерс ic o t <*>rineiu)&ac.e &три)пнре ri<ri mmkhujc cçp& ï eacn TeqcAm.— 29. neq^cûm
MTHiâc no'i
пт
и
t
.
&t ç io t c
cçoth
çm
n n ï
е
т
м
м
м
& qçe
сп ссн т
¿vtîû neq
ç e
neqô
потпов'
^ p
Амг
ne
çioc
етп тц
Te^OTCHt МММ* лтю
n « e
п
е
т
^
р
л
м
м
л
т
е
т
с
.
Ch.
V III, 1. ецпнтг a^e епесит çihtoot
^ t o t ^ çot
nccoq fte'i
çenMKKtye èn&tymOT. — 2. mpw

eicçHHTe eic ota eqcoûç * 4 ^ HtqoTOÏ epoq eqoTmujT eqi&(û mmoci; ac.e nacoeic eRiy&noTmaj

&qcooTTn a^e nTeqtTiac. eôo\ &qac.coç^ epoq eqatcû ммос ac.e ^orw ig

otuuj (Tû>19 mmor

ct AAoY. — 3.

1) W o ide , Fragm . N. T. Sahtdice. cçeaciçioa*

— 2) id. çeûciû. — 3) id. потюпид p. çetiOT<onu).

4)

id . тетп&сотошот

p.

ететплсотеапот.

5)

id.

m

h

t c

i .

— 6) id. и|лтас.ере \oo\e p. ц|^тас.ееЛе

eÀoo\e.

7)

id.

çn^pooTe

p.

çn

çeniwpooTe.

8)

id. е*оот

è

р|^цтлте.

9)

id.

в’ом.

10) id.

n en & n O

T q

eu }& q T & T e .

— 11)

id.

   

— 12) Cette lacune et

les suivantes sont comblées

d'après le

guillemets est passée dans W o ide. — 16) id.

texte de W

o ide .

13)

W oide ,

 

£ р

* Л

е * n .

 

.

14) id.

— 17) W o ide donne

.

— 15) La partie entre

simplement : л м

nT^qR<*>T

eac.cn

;

dans notre manuscrit, entre квот et eac.n il y a place pour un mot dont la première lettre

est

lisible — peut-être

faut-il lire

м

м

о

о

т

.

18)

id.

eqoT<otgT

n * q

e q a tm

м

м

о

с

.

19)

id.

отп«|<Го.

F ragments de m anuscrits th éba in s. 3 TÊfio птвтпот AqT&Ao ne'i neqcaA
F ragments
de
m anuscrits
th éba in s.
3
TÊfio
птвтпот
AqT&Ao
ne'i
neqcaA ç.
— 4. neat&q
n&q
itcri
ic
3te
<r<»ujT
д
п
р
х
о
о
с
c \
a a t
ô cû r n^TO vO R
с
п
о
т
и
н
А
п
г
т
л
Х
о
c ^ p ^ ï
л
п
а
^
ш
р
о
л
1
п
т
^
о
т
е
^
с
л
^
п
е
д
м
о
ц
n<ri
м
с
о
т
с
н
с
е
т
м
п
т
-
жптре
п
а
т
.
— 5. KTtpqÂAm
îx c
е^отп
е
нАфАрпАОтм
neqoTOi
epoq п^х
о т^ ен
^
то
п
т^
р
^
о
с
cqn&p&R&\ci
ÂAoq.
6.
е
ц
к
ш
Амос
а
с
е
п
а
с
о
е
х
с
п
А
гу
н
р
е
п
к
ж
.
п
л
и
»
CAnxqe
CA&TÊ. —
7 . n eat^ q
n&q
n^i
хс
a te
а
п
о
н
^
п
н
т
т
^
р
л
^
^
р
^p&ï 9 м
cpoq.
с
cqcH<r
— 8 . &qoT(ü«)&
х
е
q fi& -
n<ri
n^CRikTonT^p^oc
q
a
t w
А
м
о
с
а
с
е
п
а
с
о
е
х
с
н
^ м
п \ д&
а
п
асенА С
е
к
е
е
х
eço rn
о
а
t a o t c ç c o ï
а
Х
\ а
A StIC
А
м
А
Т
С
9 м
nUJAace АТСО ¿¡П
аХ о.
9 . RAI
X.C
T'Ap
АПОН
AltV^ ОтрСйМС
ClUjOOn ÇA OTegOTCIA
CpC
ÇMMATOÏ 2 UJOOn
ÇApAT
UJAÏacOOC
AïïAÏ
ÊCÛR ATCÛ UJAqÊCOR ATCü RCOTA ЭС.С. AMOT ATCÛ Xiqei 3
л
т
м
r a ç m
ç a X
a te
Api
п
а
7
п
ц
а
а
ц
.
10 .
ацссотм
л
n<rx
ic
Aqpxynnpe a t w
л
с
х
а
ц
nneTOTHÇ
iiccaq ate ç a m h h ^atw
м
м
о
с
п
н
тп
ace
Anxçe*
énxcTic
п
техо 'о т
п
тп
X
a a t
çm
шнЛ.
1 1 .
А
м
о
с
п
н
тп
а
с
е
o t h
ç a ç
п
и
т
eftoX
ç n
m m a h u ja
а
п
п
а
а
п
^
т
л
п
с
е
п
о
а
с
о
т
а
п
a A p a ç a m
а
п
х
с
а
а
н
АП
IARCOÊ çp ^ ï
ÇH
ТАПТСрО ПАЛИТС. — 12.
ПХуНре ХС
ПТМПТСрО ССПАПОХОТ С&о\ СПКАКе C T Ç lM
t q n
A
u j c û n e
А
м
а
т
iio'i
прхме ми
n
a c A
ç a t ç 5
tinoAçe. —
13.
n e a c A q
х
е
n<rx
ïc
[A h ç c ra to h
ta p ^ o c
а
с
е
6 [ ш
нос
птАн]пхстсте
[ M A p c q iy c io n e Jn A R
а
т
ш
[
а
ц
\
о
tiffi
n c q ] t y R p e
а
с
ш
п тетп о т6 [ с т
]
м
м
а
т
.
14.
A q e x
[a h .e
n < rx]
i c
e ç p A
Ï
e
n n
ï
[Апстрос] а ц п а т
¿ T e q
[хушме]7 е с и н а с
a t < o
c c [ ç r m .]
15 . A q actoR *

cTcetttac [ац каас] n<rx neçMOM аст<*>[отп] ас^ханоисх иац. — 16. p[oTÇe] îx c птереци)шп[е. Ат]еш с

R A q r ç a ç е т 0 [п*хА х]м опхоп А ц
R A q
r ç a
ç
е т 0 [п*хА х]м опхоп
А
ц
н
о
т
а
се
с
6 [о \ ]
п
п
с
п
п
а
9
çm
n
u jA a c e
[ n p u q j
a
t w
A
q e p n A
ç p e
м
п
о
п
.
.
.
n i M
10
eqeacom
eAoX n<rx
c t m
o
r ç
.
17 .
а
с е[н
А
с]
п
п
ATacooq ^ хтп
h
c a
i [ a
c ]
п
е
л
р
о
ф
н
т
н
е
cqacco
Амос
асе
nToq
[nenjTAqacx
nnenu)<nm[c] a t î o
Aqqx11 ç a
пей X[oac]Xeac. — 18. птереЦААт
[л.е]
ii<ri
хс
етмннхуе
M n [e q ]R < D T e
A q o T e ç c A Ç n e
A
û ir
епенро.
19 .
A q [^ ]n e q O T O i 12
cpoq
[n<rx
от]с«рАММАт[етс
neacAq]
иац
ace
ncAÇ
[ t a o t a ç t
псош
слм а
е]т
нпаАсон [epoq.
— 20. neac]Aq
n[(fi
ic
ace]
n £ iA v y [ o ]p
[
петАнА
t e
птлс
ç myn[pe xe|
о
т
п
т
а
т
]
a to o
ïi[ ç a X a ] a
o t h
[ t a ] t
h c t m
a
Â
n p « A C
M
n [ T q ]
M A
iip c R T
T e
q A n e
.
2 1 .
[ r c
o
t a
]
х
с
п
м
м
а
о
н
т
н
с
[ n e a c ] A q
n x q
a c e
n a c o e i c
[ o
t
] c ç
-
CAçne h a ï
nyjopn
А[па]схшт.
22.
neacAq
x c
nAq ne'i
ic ace
ri[c]coi
[ t a
]A cûr
t a t î o m
c
o
t a
ç
r
h
c r î o
пнетмоотт
етш ме 13 ппетрецмоотт.
2 3 .
HTepcq[AX]e
x c
ênacoï
a t o
t a
ç o
t
[n]c<oq lie’i
*teqM.AO-RCRC. — 24.
a t î o
eic
отпов'14 пнмто
A q u j c o n e
çn
o - a X a c c a
ç c o c t c
етре nacoï çe>Ac cAoX
Ç IT M 15
[ k ] ç im r .
*nT oq
x .c
[n]cqnH O TR
ne.
2 5 .
a
t ^
- r
c
t o
t o
ï
16 ep o q "
A T T O T n o cq
етгасо* ммос
а
с
е
[ n a
c o e jx c
m a t a h ç o h
с
е
ти]иаА <ои.
~
2 6 . ne[acAq и ]атг a e e AÇpcoTn [TeTnpJçoTe
и
атн 'ю
т
г
!
17
m
r i c t i c .
t o
t c
AqT<oovnls AqeniTiMA
п
й
т
и
т 19
а
п
o ^ a A
a c c a
Acujconc20 no'i oitho< t п а сА м
н
.
— 2 7 . пршме
x c
А
т
р
^
л
н
р
с
е
т
х
<
а
м
м
о
с
a c e
o
t a u
j
m
m i u
¿ n
e
n A
ï
а
с
е
п
т
и
т
г
a t û ù
21 «
a
X
a
c c
a
c î d t m
n c i o q .
28.
п
т
е
р
е
х
2
x
c
епенро
ете^оорА
nnoepA^nnoc
а
т
т
о
о
м
и
т 23 epoq xio'x пршме24 c h a t
epe
çenpequjAAp ç x w o t
е
т
п
и
т
eAo\
çn
neAçxATT
с
т
п
а
п
|
т
емАте
ç c
ù c t c
птетм
\
а
а
т
г
u je e ï25 eAoX çx TeçiR
ctm m at. —
sic
_
.
2 9 .
à
T
t t
exe
ç h
h
t c
A T a c iu g R A
R
еАоЛ. v e a c c o
Амос асе енотесу
от
п
м
а
а
п
х
с
n u j n p e
мппотте
h
t a
r c
ï
éneÏM A
¿Аасапх^с
ммоп
ç
a
o
r
Апетоехсд2*. -
30. пет
потАоеХн
х
с
npip
¿ r a u j c i o o t
о
т
и
т
м
м
о
о
т
е'тм.оопе
м
м
о
с
.
3 1 .
n p e q u jA
A p 27 а^е
A T cn c o o n q
е
т
а
с
ш
м
м
о
с
а
с
е
1)
Id,. Алена^сороп.
2)
id .
ç c
h m
a t o ï .
— 3) id. ujAqei. — 4) ici. Mnexçe. — 5) id. no'AÇcrç. —

6) id. пптетпот. — 7) id. nTeqnjcoMe. — 8) id. Aqaccoç a^e. — 9) id. ünennA ПАКА^Артоп. — Ю) W oid k

ne

présente aucun intervalle entre AqepnAçpe et ni м. Dans notre manuscrit il se trouve à cette place un

du verset, ne peut être autre chose que Апопнрос. — 11) W o id e Aqqex. —

an tre mot qui, d’après

le sens

1 2 ;

id. neqoTOex. — 13) id.,

¿теме.

14)

exe ç r r t c

exe отпоо'. —

15)

ç i t m

.

16) id.

ат^п стотосх.

17)

ici.

патпотх. — 18) AqTCûOTn passé

dans W o id e.

19) id.

ап ти т.

— 20)

id.

a t w

Acujconc. —

21 }

id.

AT6i.

— 22)

id.

nTepeqex. — 23)id. a t t o o m t .

24) W o id e donne рв>ме

sans

article.

26j

id.

p.

мп ÇttCTt стмптрс Л.аат CUJC1. — 26) id. Ancnocxu|. — 27) id. vyoop p. ujAAp.

 

4

S ur

d iffé r e n t e s

form es

d es

2e

F rag m en t.

E v a n g ile

mots

d e

Luc.

d é r iv é s.

Cette feuille a été arrachée d'un rituel. Les deux premières lignes en effet sont ainsi conçues:

S.P*« [çjrt] TcmeAeià jui&iam.

«Jusqu'à la consommation des siècles». C'est la fin d'une prière ou d'une invocation, qui n'a rien à voir avec le passage de Luc cité plus bas. Celui-ci, du reste, a pour son propre compte un titre à l'encre rouge, nçsoMivr Mnty& HK&T& \oTHoe. Ce manuscrit était d'une petite écriture ordinaire assez lisible; la hauteur en était de 0.26 et la largeur de 0.16. Comme le précédent il a souffert de l'humidité.

Ohap. X X IV ,

12 à

26.

Ch. X X IV ,

12.

«wiieTpoc a^e tîoottu &qnûvr éneM.ç&&T1 ¿vq^ioiyT

e^ovn AqnATr èneçAû>o>c2 rie*

otc& ¿tqA&m a^e eqpjnoeiçe3 nçwTq ÂnenT^q^otne. — 13. &?ra> etc pcoxe chat e&o\ iîçhtot

eTMOOuje iinei^ ooT4 iîotcot eqoTHT1 H«iépoTC&\ii lice ncT^a^iow éneqp&n ne îm a a o t c 6.

nTpexru||\ac.e] A.TTCO ncec[im cn]Tei7. & îc çcon çovn epooT &qM.oou)e h m m t . — 16. neîr&M.&ÇTC

a^es nneT&&A ne eTji*TpeTCOTr<*mq 9. — 17. neat&q a^e n *^ ace o r ne neiuj&ace10 ¿Tern atco mmoot

MnneTnepKTr ¿TeTnAOOuje m *û> [^TjAçep^TOT ctoha. — 18. & o v * a^e iîçhtot otcùujû 11 eneqp&n

ne nXeon&c12 ncat&q n^q ace wtor a &t ^ h 13 ne*rô niyA[AO] eeiepO Tc[^H A ] atoj MnKe[iAe]

ênenT&T[uj<i>]ne îiçhtc [nniçooT. n e ^ q s^e iimt àig ne. nxooT a^e neac&q n^T ate eTÛe] îc

nn&3<û[p&ioc] n&ï en[T*q] tgome noirpioMe ÂnporpHTnc ns^'orn&TOC n çaft An nuj^ate ÀnejiA.TO

eûo\ ça nnotrxe ah nA^oc TKpq. — 20. e*Tr M p ^ ia L O T ÂAoq n<ri n^p^HepeTC An n&[p^]<on

«Tç^n

14.

iitoot

x e

[neîruj*ac.e

MnnexrepHTr

«t&c i\m THpOT n]TAT«j(u[n€]. — 15. &cu)<one [ x e ç a ]

[nTe] ïïaotp àT[c^]oT

AAoq. — 21. &non a^e ençeA m ^e14 ace nToq neTHAWT eAnmA

15

nûnA16 lin&Y TnpoTr nj^e^ujOM.nT nçooT ne

efto]A n^HT[otr neujc nençKT àT&(OR liçiooT e ¿ x iA ^ tr e . — 23. Mnovçe nqctttAà M*ei ev]

atw [aaoc ace ¿oijn&'or e[ironT^]cic n^v^eAoc haï eT attt18 âaoc ace àqTMOTiiq19. — 24. attûj

& çoeine &(ûk nneTnÂA&n ê n e A ^ T î0 &trçe epoc n*Y k &ta **e nT&nReçiojke atooc nToq a^e

knOTrn&Tr epoq. — 25. neat&q a^e n^tr ace co n&noKTOC a^û> neTCûCR çj À. netrçwT êniCTetre eçaift21

niA nenpoq>HTHC atooT. — 26. ah ç^ iîc m i e rp e 22

wot. — ^ P X e î3 rxLin. AODTpe

ot 17 ac.mT&[n&Y] ujcone. — 2*2. [*ri]ne c^ia c [a^e

n e ^ c çjen n*Y ¿mpîo nq&uR eçovn eneq-

(A

»uivre.J

1) Woidk ênAdÇAiwTe. 2) id. êneçAooc.

eTOTKT.

6)

id.

eneqp&n

¿m a^ ottc.

3) * i r &qAom

7)

id.

eqptyntvpe.

15)

id.

4)

id.

¿uniçootr.

ne

qui

p. îx.e, par suite le

suit nneTÔ^A, ne se trouve pas dans Woide. — 9) id. eTM.nTpeTCOvûmq. 10) id. niuj&ate.

5)

id.

cnncn^. 8) id. ne

11) id.

&AX*. —

ovatyq. — 12) id- nAeconAC. — 13) id. JMtOtrA&n. — 14) TençeXns^e. —

attû*

p.

16)

id.

nôtrA.

17)

id.

nçocm

nooT

atin

u t r .

18)

id.

evacco.

19)

Aonç^ p.

*qT«OTrnq.

20) id.

açoiiw

çn

neeTn^ÂAMt

êcor

eiiAÇ&&Te.

— 21)

id.

eçuttq.

22)

id. ah

ç^ne Mt ne

evpe. 23) id. M ^p^çe.

Sur

d i f f é r e n t e s

fo rm e s

d es

m ots

d é riv é s.

5

SUR DIFFÉRENTES FORMES DES MOTS DÉRIVÉS.

PAR

E. L e f é b u r e .

Les textes thébains des tombes royales présentent certaines particularités, entre autres l'habitude de mentionner souvent deux fois, et avec variantes, les noms ou les surnoms des personnages divins. En réunissant à ces exemples d'autres variantes moins directes que four­ nissent les mêmes textes, ou peut grouper des renseignements assez nombreux sur les suffixes qui servent à tirer de substantifs ou de verbes, des noms d'agent, des ethniques ou des adjectifs, et qui nont le sens passif qu'en des cas assez rares, comme dans variante

féminin, avec la signification de l'immolé, le

de

et

^

T

V

masculin,

supplicié, la suppliciée.

Quelques-uns des noms ou surnoms, dont il s'agit, sont figurés en écriture secrète :

la valeur <=>, et

Ces valeurs ont déjà été signalées par MM. G oodwin , Le P

y

a la valeur —

la valeur (J,

ainsi que

R enouf

et

la valeur

En

comme

ou *****

a g e

M a s p e r o .

dehors de l'écriture secrète, il sera encore utile de noter les variantes s= 5 pour o,

o

dans y

S -"•»

^

n *vwvvO

^

pour y

xx m\

(j P°ur û ou s==>? comme dans ^

^ ^

pour

*****

L'équivalence de | et de o ou s=> se retrouve dans des

textes analogues à ceux des tombes royales, ainsi le mot du tombeau de Séti Ier 8, est écrit dans le passage correspondant, au papyrus publié par M. L anzone .

Il y a quatre divisions à faire parmi les variantes de noms dérivés que fournissent les

textes des tombes royales :

ou le suffixe est supprimé,

ou il

estexprimé par la lettre

ty

ou il

estexprimé par la lettre

i pouvant seréunir

au t,

ou il estexprimé par diverses combinaisonsquecaractérise la présence de la voyelle u.

S u p p r e ss io n

du

s u f f ix e .

n

,4, mot

analogue à

remarquera dans Tes deux derniers exemples le redoublement de la consonne finale,

rencontrera encore d'autres exemples du même genre, reconnaissables malgré l'absence de

On

et l'on

Quelquefois le suffixe ne s'écrit pas, comme dans

,2, dans

a pour

,5' et ^ans

^

0 P°ur

A/VWSAAA/V\AA^

^

®

( pour {

analogue

l0> ^ans

l3, dans

l|(j ,6;

pour

à ^ /WSAAA 1] 1] ^

/WWWJ\pj

^

'7, etc.

variantes immédiates, comme ^

pour qu'on

puisse y voir avec certitude une manière d'exprimer le suffixe, qui serait propre surtout aux

O \\J8> le frappeur, au féminin

\^19.

Ces cas de redoublement ne sont ni assez nombreux, ni assez concluants,

 

1)

C ham pollion,

Notice»,

II,

p. 510.

— 2)

id., p.

593.

3)

id.,

p. 693.

4)

id. II,

510.

5)

id.

I,

767. —

6)

id. II,

526 et

597.

7)

id.

694. — 8) id. I, 782. — 9) Lanzonk, Le Domicile de» E»pril», pl. II,

2* registre. 10) C ham pollion, Notice», I,

782. — 11) Denkmäler, III,

203,

b,

1. 23.

12)

C ham pollion,

Notice», I,

754. —

13) id.

II,

585.

— 14) Denkmäler, III, 79. — 16) C h am pollion ,

Notice», II, 428.

16) id.

I, 760.

17)

id. II,

600.

18) id.

I,

785.

19) id.

789.

6 S ub

d iffé r e n t e s

fo rm es

d es

mots

d é r iv é s.

mots en », et qui se rapprocherait ainsi d’une terminaison n entrevue par M. Maspero pour

le suffixe des participes. On trouve au tombeau de Ramsès VI le mot

ceux du pays de Mafek (l’Orient), pour

m

d’après une phrase du contexte) : malheureusement le passage qui parle des Orientaux

bien incorrect, et sur le sarcophage de Séti Ier, le o doit être une erreur pour o, variante

est

|

2,

et au

sarcophage de Séti Ier

\

\

>

^

con*emPteur8> ceux Qui mettent derrière eux, (<=>n/^~

de et de OS qui détermine dans le même texte les noms donnés aux ennemis ou aux

inâucs,

 

, W

, ^

J |

!

|

° ^

j ‘,

et

variant

,le Ü

M

V

f c h

u

*

a encore là la variante

 

^

* pour

®

*

 

E m p lo i

du

t

.

 

Quand le suffixe n’est pas vocalisé, tantôt il s’écrit par un simple t, au féminin, comme

dans

 

pour

orientale, et même au masculin, comme dans : ^

û

pour

dans :

m

l\ ITl^s.Pour

 

Q (sic) n, le rugissant, mot analogue à ^

^

Où12; et dans:

J

^ pour

13 (cf. la forme

, L/o

du pronom relatif,

au

pluriel u,

et

pour

, —••— pour P K etc. ) ; tantôt les deux t remplacent la terminaison it pour le féminin, et

la

terminaison ti pour les deux genres, comme dans : l’adoratrice ,5, mot écrit ailleurs

*

(j(j^16; dans ^ /wwv\J

S

nom d’un dieu dont la

forme féminine est ^ WVAAA

 

dans

*

|19,

au sarcophage de T’aho

 

le divin;

et

dans '

qui est la transcription en écriture secrète du nom féminin 4—

 

î#, nesu-t,

écrit ailleurs

A/VWSA

,

,

i

T T

(

^ j

^

TX

l’ignée; on trouve aussi le nom de déesse

|

c ^ 22, qui équivaut à

j ^

 

xx(^ 23-

E

m plo i

d e

l 7 .

Tantôt le suffixe se présente, dans ce cas, sous sa forme la plus simple (J, par exemple

dans

( j * ^

( j 2*,

variantes

et

au sarcophage de Taho

dans

celui de la flèche, mot qui équivaut pour le sens à ^ ^ 8

ou

8

127, l’archer,

le sagittaire, etc.

Tantôt

i varie avec ti, avec it au féminin,

et avec iti,

comme dans : ^

(|[j -s,

nom

de créocéphale écrit ailleurs <_

>^

29; dans

(j(j pour

Pour

«

14,

 

pour

 

327 et P

J *

M

pOUrP J i C 33 noms féminins; dans

 

1) C ham

pollion,

Notices,

II,

641.

2)

id.

639.

3)

S h a rp e

et Bonomi,

Le Sarcophage

de

Séti

I*r.

c .

4)

id. II,

ö l 8.

5) Sarcophage de Séti Ier,

14,

c.

6)

Id.

b .

7)

C ham pollion,

Notices, II, 518.

8)

id. ihid.

9)

Sarcophage de Séti /«»•, 15, c.

10)

C ham pollion,

Notices, II,

4 2 8 .

11)

ici.

I,

440.

12)

Id.

II,

600.

13) Denkmäler, III,

1 1 3 ;

cf. Notices, I,

4 38,

et

Sarcophage de

Taho. 14)

Cham pollion,

Notices,

II,

645, 657 et 6 5 3 ; et Denkmäler, VI, 115

b .

1

à

4.

15)

C ham pollion,

Notices, II, 5 6 8 . —

16)

id.

588.

17)

id. 5 74

et

575. 18)

ici.

5 4 0 .

19) Denkmäler, III,

113.

20)

C h am p ollion ,

Notices, II., 629.

21)

id.

591.

22)

Sarcophage de Séti Ifr,

9,

A.

23)

C ham pollion ,

Notices, I,

8 2 8 .

24)

ici.

43 8 .

25) Denkmäler, III, 113. 26) C h am p ollion , Notices, I, 7 8 4 : cf. B ru g s ch ,

Zeitschrift, 1880, p. 3.

27) C ham pollion,

Notices, I, 786. 28)

id. II,

54 2 . 29)

id.

5 06. 30)

ici.

5 2 7 .

31) id. I,

799. 3 2 )

ici. 800. 3 3 )

id. 800.

S ur

l e s

d if f é r e n t e s

form es

des

mots

d é r iv é s.

7

pour

^

<knS ^ > | ^ ( ) ( ) f jy a

pour

<=

pleureur,

mot dans lequel, comme dans:

J

J

apparaît

une

forme en iti,

née

sans

doute du besoin de distinguer

le

suffixe

féminines ou non, ont persisté dans certaines finales en e ou en

en i des terminaisons qui

i du copte.

Tantôt, dans les noms pouvant s'écrire par un seul syllabique, la réduplication du signe

celui qui parle, plutôt que la double

remplace la finale

I I I I

comme dans

^

■|

I K

(1 [i pour

I

[\{\7,

|

f*4 ' 'a [

mmi q

$

maître ;

parole ; dans II II pour

au sarcophage de Taho ; dans ^ y pour

celui du vêtement, plutôt que le double vêtement,

o

\\

le

dominant,

plutôt que

le

double

dans :

Pour ]j vv*”""3!

etjj^ c=^ :3^ *

ce^u*

séj° ur de dieu ou des dieux,

plutôt que

le double

séjour de dieu ou des dieux

(on

remarquera que le déterminatif c “zj

n'est pas redoublé) ; dans j ] nQJ]J ] J j ] pour j)j]j]^ , 11 (avec un seul déterminatif aussi) celui de la campagne plutôt que la double campagne, et dans le guide, plutôt que le double

(dans ^ ® pour C ® ou MM. Naville et P iehl voient de même le dieu

local, et non le dieu des deux régions). Le redoublement du déterminatif paraît avoir eu, au

moins quelquefois, la même valeur que le redoublement du syllabique, comme dans : ^ s » —o

guide12;

pour

vipérin, plutôt que la double vipère14.

Tantôt enfin, it varie avec ti, au féminin, comme dans :

1

^

~

pour

o

> i 16, ou bien

avec ti-i, comme dans :

ti-i au masculin n'a rien d'invraisemblable, car il existe un féminin qui pourrait lui corres­

pondre,

0* l'infernale, si l'on veut lire ce mot ament-i-it.

fois que, dans ces deux derniers cas, (j(j pourrait n'être aussi qu'un simple redoublement

graphique, analogue à d'autres phénomènes de redoublement déjà signalés par M. de R o u g é .

de R o ü g é transcrivait liai et non han 2], le groupe

J/l15; et

71

ti varie avec i-ti, comme dans :

[1 [j ^

J

(fjh °)i (|û

AWW\\\U I 1

pour

if[h

L y

-F ’£’<■'

wwwW 11 w sièc

17 pour

qui équivaut à ,9. La forme mer-

Ou remarquera toute­

En ce qui concerne la combinaison w [ (J, M.

(j ai et non ait le groupe

^

22,

etc.,

et de même,

^

:74, variantes de

ou de

26> snggèrent les lectures semui et

nebui, plutôt

que

les lectures semuü et nebuü.

D’un autre côté, quand le syllabique

ou

ti, inter­

vient comme marque du suffixe,

phonétiques, le t ou 1’*, soit par tous les deux;

il peut être,

accompagné soit par l’un de ses compléments

on

trouve

en

conséquence le t complémen­

taire dans

|27, ceux qui

sont,

j29> les justes,

variante

^

j 30>

variante ^ J j ° 3l> les orientaux, et

*es occidentaux, mot analogue à

 

trouve l ï complémentaire, par contre, dans

 

ou

^

et en®D>

203, b,

1) Sarcophage de

1.

29.

— 5)

id.

Séti 7*r,

204,

1.

14, c. —

72.

6)

2) C ham pollion, Notices, II, 518.

Cf. K.

P ie h l,

Zeitschrifl,

1879,

-

p.

3) id. I, 754. — 4) DenkmiUer, III,

145,

et N a v ille ,

id.

1880, p.

24

et

25.

— 7) C ham pollion,

Notices, I, 439. —

8)

id.

777. — 9)

id., ibid.

- 10)id.

777 et 778. — 11)

id.

779.

12)

id.

788. — 13) Zeitschrifl,

1880, p.

25,

26

et

65;

cf.

C ham pollion ,

Notices,

I, 410.

14)

Cham pollion,

Notices, II, 527. —

15)

id.

529.

16)

id.

I,

406.

17)

id.

II,

628.

18)

id. 614.

19) id.

629. —

■20) Sarcophage de Séti Ier, pl. 9, b, et C ham pollion, Notices, II, 537. — 21) Chrestomathie, 3* fascicule, p. 84.

— 22)

Chrestomathie, 2* fascicule, p. 109. — 23)

C ham pollion,

Notices,

II,

583.

24) id.

628.

25) id.

5*3. —

26) id. 614. — 27) Sarcophage de Séti Ier,

14,

a.

— 28)

id.

6, c.— 29)

id., ibid.

— 30)

C ham pollion,

.VoCieet,

I I ,

538.

31) Sarcophage de Séti I er, 9,

a .

32)

id.

6,

b.

33) C ham pollion,

Notices, II, 641.

54)

id.

499. — 35)

id.

500.

8 S ur

le s

d if f é r e n t e s

form es

d es

mots

d é r iv é s.

on trouve les deux lettres

ЛЛЛЛЛЛ

•о

\\

ф

0

1

dans

1

(j ‘~

l

о

(J (J *^ (W ) ^

! *,

H I

I >,

les ennemis,

[Ц|)а

etc.

ц

l’habitant1,

pour

Dans le papyrus de Turin

qui reproduit Tun des textes des tom

royales, le nom de l'Amenti est écrit |

Ces observations montrent qu'il faut lire ti et non ai le suffixe

(W) et

signalé

par M. d e R ougé 8, et qu'il n'est pas nécessaire de chercher une distinction entre des mots,

comme

:

[

S

/WNAAAj par exemple, et leurs variantes :

et

L’on concluera donc,

pour que

^QQJ) 80^ mer-ti, et

flfl

en dernier lieu, qu’il y a beaucoup de cl

°

cm

Amen-tit.

Em ploi

de

l 'u.

Quand les noms d’agent prennent la finale v, dans laquelle M. d e R o u g é 10 a déjà vu un véritable suffixe du participe, d’après un exemple à la vérité peu concluant, il se présente des cas assez variés. Tantôt l’w est seul, comme dans le nom d’un ibiocéphale, •>, mot analogue

à

l3, le repousseur, etc., noms

qui, au nombre de six, en accompagnant six autres du même genre, dont un sans suffixe,

deux avec suffixe en a,

et un avec redoublement de la dernière

!

^

^

Porfeur, ' dans^>

deux avec

le lanceur,

suffixe en ti,

ЛЛЛЛЛЛ ЛЛЛЛЛЛ

consonne radicale, , le frappeur 14. Une série analogue ls, composée de treize noms, en

v.

O

a deux sans suffixes, un avec suffixe en a, |, un avec suffixe en ti, rendu par le redouble­

ment du syllabique, un avec suffixe en ti (au moins à ce qu’il semble), rendu par l’hiéro­ glyphe un avec redoublement du o final, et quatre avec finale en parmi lesquels

p^> le preneur (cf.

(j(j, l’éclaireur l6).

Tantôt le suffixe i ou ti est précédé par la

lettre u, comme dans

*L*j^

^

^ l7, celui

du sceptre, mot dont la forme féminine paraît être j(|(J<=18, et dont la racine est djam-t, au

comme dans ser-uti, variante de ser t, déjà cité2#, et comme dans :

Ptariel

<==> mK. v

Q

Q

Pour rm 't2î ou rem-i-ti73, au féminin rem-itu, de la racine

laquelle sans le suffixe suffit à rendre l’idée de pleureur.

Tantôt l’u figure après le suffixe en i ou en ti, comme dans : Q

¡26’

mot analogue à

j

^es mort, dans : ^—o jj J

29, de la racine abebt, pique, au pluriel *>— o

,

! 2s, variante - —n j j j

,30> dans :

 

1) Denkmäler, III, 303, b ,

5.

2)

C h âm pollion ,

Notices,

I,

784.

3)

id.

657,

etc.

4)

id.

592.

5)

id.

I,

787.

6) L an zon e,

Le

Domicile des

Esprits, pl.

9,

1.

52.

7)

Lan zon e,

Le

Domicile des

Esprits,

pl.

10,

1. 68. 8) Chrestomathie, 2e fascicule, p. 35. 9)

L an zon e,

Le Domicile des Esprits, pl. 2, 3e registre.

— 10) Chrestomathie, 2e fascicule, p. 83. — 11) C hâm pollion, Notices, I,

767. —

12) id.

II,

621. —

13) id.

I,

784 et 785.

14)

id.

785.

15) id.

788 à 790.

16)

id.

429. —

17) id.

780.

18)

id.

I,

784.

19) id.

778.

— 20)

id. II,

506

et

542. — 21)

id.

I,

755. -

22) id.

754. — 23) Denkmäler,

III,

203,

b ,

1.

29.

24)

id. III,

79.

25)

C hâm pollion ,

Notices,

И,

678.

26)

id.

I, 753. — 27) Sarcophage de SéH I*r,

4,

c.

— 28)

C hâm pollion,

p o l lio n ,

Notices,

И,

522.

Notices,

I I ,

521. — 29) Sarcophage de Séti Itr,

12,

в

.

30) id.

12,

в

et

Снам-

 

S u r

 

l e s

d if f é r e n t e s

fo rm es

d es

mots

d é r iv é s .

9

pour [

J

J

j

(

j

(

)

dans :

variante probable de

dans :

^ 11

piariei 4

m

*>et®-

On remarquera l’analogie des désinences u, ui et tu, qui sont masculines, avec les

désinences plurielles du masculin, lesquelles ne sont pas toujours accompagnées du déter- minatif i, par exemple dans : s= s'ès du papyrus publié par M. L a n z o n e 7, variante de

et dans

enfin dans

du tombeau ae Séti Ier *,

dans 3 j^ (J ij^ 9,

variante de

,0>

variante de * ij (|j12, pour le pluriel en u et iu; ij^ l3> guides,
variante de * ij (|j12, pour le pluriel en u et iu; ij^ l3> guides,
variante de * ij (|j12, pour le pluriel en u et iu; ij^ l3> guides,

variante de * ij (|j12, pour le pluriel en u et iu; ij^ l3> guides, dans -JJ-^ u, habitants, (accompagnant il est vrai un

de * ij (|j12, pour le pluriel en u et iu; ij^ l3> guides, dans -JJ-^
de * ij (|j12, pour le pluriel en u et iu; ij^ l3> guides, dans -JJ-^
de * ij (|j12, pour le pluriel en u et iu; ij^ l3> guides, dans -JJ-^

substantif) mot écrit aussi

([, variante de et ore.

dans

ceux qui sont, et dans jr j j ^ î0> ï®8 occidentaux, ce qui pourrait expliquer pourquoi

sous sa forme habituelle Khent-Âmenti ou Ehenti-Amenti

12 P°nr

_L amam rv

ls, pour

l6> e* dans

I7, pour le pluriel en ui, correspondant aux pluriels coptes en on

L’expression du pluriel est moins visible encore dans *

les ennemis,

^

û

f ^

J L

le

est écrit tantôt avec la marque du pluriel,

surnom Khent-ament d’Osiris,

a

r

3’

—- /wwvs a

et dlhô

m

1 |2I> ( ü

h

/ y

^

a*vw\

/w w vaI_J

tentôt 88118 ,a mar(iae da p,uriel> f i 0

rilb A

Q

l~ ~ l 28> etc. Comprise comme un singulier, l’expression Khenti-Amenti paraît avoir Sonné naissance à deux personnages divins du tombeau de Ramsès VI, *^~ffïh0 () l~~\ ^ , Osins qm est dans l’Ament, et (I— H -ll-jv . l’Amen-ti qui est avec Osiris27. L’absence assez fréquente de^Ta' marqueaéterminative du pluriel fera reconnaître des pluriels véritables dans certains singuliers des tombes royales. Ainsi, dans la Litanie du Soleil, où 75 formes de Ra sont successivement adorées, quelques-unes d’entre elles représentent des groupes de personnages réunis sous une seule dénomination, laquelle correspond à l’un des aspects du dieu : trois momies, par exemple, les Aat, sont appelées dans le

Dans le

et la

remarquera encore l’unification des

dernier exemple,

voyelle « y

Veilleurs, trois momies allongées dont les pieds touchent à un disque,

On

et dont le nom est ^

tablean, et dans la légende

est le seul reste

j 29 ou

30.

le nom des Aat-u n’éveille plus

du pluriel primitif.

:

le

dans

texte

en

le

mot

que l’idée d’un personnage unique,

On

fait

Yurshi-u,

(j^>,

(J(

r-m (j[j( ®

déterminé

par

3J-

un

(|dans le tableau31 retrouvera de même les suppliciés

personnage33, et les pleureurs dans le mot

aakebi-u sont représentés par groupes de quatre personnages isolés au tombeau de Ramsès V I33:

34- L®9 ur*hi-u ®t les

seul

il y a même là quatre akebi-u, hommes et quatre akebi-t-u, femmes. Quant aux néki-u, leur

1)

C hàm pollion,