Vous êtes sur la page 1sur 88
Pierre Bourdieu Madame Monique de Saint Martin Anatomie du gout In: Actes de la recherche

Anatomie du gout

In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 2, n°5, octobre 1976. pp. 2-81.

Citer ce document / Cite this document :

Bourdieu Pierre, de Saint Martin Monique. Anatomie du gout. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 2, n°5, octobre 1976. pp. 2-81.

doi : 10.3406/arss.1976.3471 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1976_num_2_5_3471

Résumé Sur la base d'une enquête par questionnaire (n = 1217), portant sur un ensemble de domaines communément tenus pour exclusifs (peinture, musique, photographie, cuisine, décoration, vêtement, etc.),de monographies et d'entretiens approfondis et d'une analyse secondaire des données statistiques actuellement disponibles, on a voulu construire et vérifier une théorie systématique de l'habitus, comme système de schèmes produisant des effets homologues dans des champs de pratique très différents et comme médiation entre l'espace des positions sociales et l'espace des styles de vie. Le goût comme propension et aptitude à s'approprier une classe déterminée d'objets (mobilier, vêtements, etc.) et de pratiques (peinture, musique, etc.) est en effet une des dimensions de l'habitus, c'est-à-dire d'un système de dispositions durables et transposables qui exprime, sous forme de préférences systématiques, les nécessités objectives dont il est le produit : la disposition esthétique elle-même (qui constitue la condition de l'appropriation légitime de l'oeuvre d'art) est une dimension d'un style de vie où s'expriment, sous une forme méconnaissable, les caractéristiques spécifiques d'une condition définie par la neutralisation de la nécessité économique. On peut alors analyser et caractériser les styles de vie des différentes classes sociales en les référant aux conditions objectives d'existence de chaque classe et à l'importance de leur capital culturel. On observe que les classes sociales se distinguent moins par le degré auquel elles reconnaissent la culture légitime que par le degré auquel elles la connaissent. C'est ainsi que l'on doit abandonner le mythe d'une "culture populaire" comme culture antagoniste pour comprendre dans sa logique spécifique un mode de vie systématique qui n'apparaît comme un style de vie que par référence à la stylisation de la vie dont la classe dominante a le monopole. L'élément le plus caractéristique du style de vie de la

petite bourgeoisie réside dans le rapport particulier que cette classe entretient avec la culture : celui-ci se caractérise par un écart très marqué entre la connaissance et la reconnaissance qui est au principe de la prétention culturelle sous ses formes différentes selon le degré de familiarité avec la culture légitime (bonne volonté, hypercorrection, aisance forcée, etc. ). Pour mettre en marche la dialectique de la prétention et de la distinction qui est au principe de la transformation permanente des goûts, il ne reste plus qu'à introduire la distinction "naturelle" des membres de la classe dominante :

indigènes de l'art de vivre légitime, ils détiennent le monopole de l'aisance et de l'assurance que donnent la familiarité et la compétence assurées par les apprentissages les plus précoces et les plus prolongés.

Mais du fait que la classe dominante est le lieu naturel de la distinction,

l'analyse y découvre, presque à l'infini, des oppositions entre les diverses fractions qui la composent :

il n'est pas surprenant que

opposition des professeurs, fraction riche en capital culturel, aux patrons, fraction riche en capital économique, des membres des professions libérales aux professeurs et aux patrons, des anciennes fractions aux nouvelles, des fractions provinciales aux fractions parisiennes, etc. Le goût de l'avant- garde artistique se comprend dès lors comme opposition généralisée aux goûts des différentes fractions : d'une part au goût intellectuel ou pédant des fractions riches en capital culturel et d'autre part au goût bourgeois, goût moyen ou goût de luxe des fractions riches en capital économique. A un niveau inférieur, on observe, à l'intérieur du goût petit-bourgeois, des variantes qui s'organisent selon une structure similaire.

Abstract The anatomy of taste We have sought to construct and verify a systematic theory of the habitus, conceived both as a System of schemes producing homologous effects in very different domains and as a way of mediating between the space of social positions and the space of life styles. The theory is based on several sources of information, including a survey by questionnaire (n = 1217) investigating a number of areas usually thought to be totally independent (painting, music, photography, cooking, interior decoration, clothing, etc. ), monographie studies, in-depth interviews, and an analysis of the statistical data currently available. Taste, defined as the propensity to and capacity for appropriating a particular class of objects (furniture, clothing, etc.) or activities (painting, music, etc.) is indeed one of the dimensions of the habitus, that is to say, of a system of enduring but transposable dispositions which express, in the form of systematic preferences, the objective constraints of which it is the product. And the esthetic

disposition itself (which constitutes the prerequisite for the legitimate appropriation of works of art) is a dimension of a life style in which we find expressed, in a scarcely recognizable form, the specifie characteristics of a condition defined by the neutralization of economic necessity. One may analyze and characterize the life styles of the different social classes by relating them to the objective conditions of existence of each class. and to the amount of its cultural capital. It was observed that the social classes differ less in the degree to which they recognize the legitimate culture to be such than in the degree to which they know the culture itself. Accordingly, it is necessary to abandon the myth of a "working class culture" as an antagonistic culture in order to understand the specific logic of the way of life of the working classes ; for it appears as a "life style" only by reference to the stylization of life, of which the ruling class holds the monopoly. The most characteristic element of the life style of the petite bourgeoisie is the particular relationship this class maintains with culture This relationship is characterized by very pronounced gap between its members knowledge of the culture and the recognition which is at the origin of cultural pretention in its different forms which themselves vary with the degree of familiarity with the legitimate culture eagerness to learn tendency to over-correct forced dis play of being at ease etc. In order to illustrate the workings of the dialectic of pretention and the desire to stand out which lies at the basis of the constant transformation of tastes all that remains to do is to introduce the natural distinction of the members of the ruling class Practiced in the legitimate art of living they possess monopoly of ease and assurance thanks to the familiarity and proficiency which comes with an early and prolonged apprenticeship. But precisely because the ruling class is the natural locus of the struggle for distinction it is not surpri- sing that our analysis discovers within it an almost in finite number of oppositions between the various groups of which it is composed. These encompass oppositions between professors, a group rich in cultural capital, and patrons, a group rich in economic capital ; bet ween members of the liberal professions and both professors and patrons ; between old groups and new ones ; between provincial groups and Parisian groups, etc. In this perspective, the taste of the artistic avant-garde can be understood as one which takes the form of an overall opposition to the tastes of the various other groups -notably to the intellectual or pedantic taste of the groups rich in cultural capital, on the one hand, and to the bourgeois, middle-brow, and luxurious tastes of the groups rich in economic capital, on the other. On lower level, within the domain of petit bourgeois taste, it is possible to observe variants of this situation which are organized according to a similar structure.

Zusammenfassung Anatomie des geschmacks Mit Hilfe einer Umfrage (n-1217) uber verschiedene a: "exklusiv" geltende Gebiete (Malerei, Musik, Fotographie, Kliche, Dekoration, Bekleidung, etc.), von Monographien, von Tiefeninterviews und einer Sekundär analyse vorliegenden statistischen Materials wurde hier versucht, eine Theorie des Habitus zu erstellen und zu verifizieren. Der Habitus wird dabei als System von Verhaltensschemen definiert, das gleichartige Wirkung in sehr unterschiedlichen Tätigkeitsbereichen hervorbringt und als Vermittlungsinstanz zwischen den sozialen Positionen und den Lebensstilen funktioniert. Der Geschmack, d. h. die Fahigkeit, sich vorbestimm Dinge anzueignen (Mobel, Bekleidung, etc.) und bestimmte Tatigkeiten auszuliben (Malerei, Musik, etc ist dabei eine der Dimensionen des Habitus, eines Systems dauehafter und libertragbarer Neigungen, das der Form systematischer Vorlieben jene objektiven Bedingungcn ausdrückt, aus denen es hervorgeht : sell die asthetische Neigung (die die Bedingung einer legitimen Aneignung eines Kunswerkes ist) ist eine Dimension des Lebensstils, in dem -in einer verzerrten Form- jene spezifischen Kennzeichen auftreten, die durch die Neutralisierung wirtschaftlicher Notwendigkeiten bedingt sind. Man kann infolgedessen die Lebensstile der sozialen Klassen darstellen und auf die objektiven Existenzbedingungen jeder Klasse und auf ihr kulturelles Kapital zurlickführen. Man kann beobachten, dass sich die sozialen Klassen weniger im Grad, in dem sie die legitime Kultur anerkennen, unterscheiden, als in jenem Grad, in dem sie sie kennen. Daher muss man den Mythos einer "yolkstümlichen Kultur" als antagonistischen Kultur aufgeben, um die volkstlimliche Lebensart in ihrer eigenen Logik zu verstehen. Sie stellt einen Lebensstil dar, der dauernd auf jene Lebensart Bezug nimmt, die die herrschende Klasse monopolisiert. Das sichtbarste Kennzeichen des kleinbürgerlichcn Lebenstils ist die Beziehung dieser Klasse zur

Kultur : die Diskrepanz, die das Kennen vom Anerkennen trennt, ist besonders stark ausgepragt. Diese Diskrepanz ist aber die Grundlage für jeden kulturellen Anspruch in seinen je nach Vertrautheitsgrad unterschiedlichen Formen (guter Wille, Uberkorrektheit, verkrampfte Ungezwungenheit, etc.). Um die Dialektik zwischen dem kulturellen Anspruch und dem Willen zur Unterscheidung aufzuzeigen, die die Grundlage des dauernden Wandels des Geschmacks ist, muss man die "natürlichen" Unterschiede, die unter den Mitgliedern der herrschenden Klasse bestehen, in die Analyse einfilhren : an die legitime Lebensart gewohnt. besitzen sie das Monopol der Ungezwungenheit und des sicheren Auftretens, das ihnen ihre Vertrautheit und Zuständigkeit in Fragen des guten Geschmacks gibt, den sie von früh auf und lange lernen. Aber da die herrschende Klasse der natürliche Ort des "sich Unterscheidens" ist, ist es nicht verwunderlich, dass man in der Analyse fast unendlich viele Gegensatze zwischen den verschiedenen Klassenfraktionen entdeckt : Gegensätze z. B. zwischen den Professoren, die mit kulturellem Kapital reich ausgestattet sind, und den Industriellen, die mit wirtschaftlichem Kapital reich ausgestattet sind, zwischen den freien Berufen und den Professoren und Industriellen, zwischen alten und neuen Fraktionen, zwischen den provinziellen und den pariserischen Fraktionen, etc. Den Geschmack der klinstlerischen Avant-Garde kann man als generellen Gegensatz zu samtlichen Formen des Geschmacks der verschiedenen Fraktionen sehen : als Gegensatz einerseits zum intellektuellen oder pedantischen Geschmack der kulturell reichen Fraktionen, andererseits zum blirgerlichen Geschmack, dem mittelmassigen oder Luxusgeschmack der wirtschaftlich reichen Fraktionen. Auf einer niedrigeren Ebene kann man innerhalb des kleinburgerlichen Geschmacks Variationen beobachten, die strukturell ahnlich organisiert sind.

kann man innerhalb des kleinburgerlichen Geschmacks Variationen beobachten, die strukturell ahnlich organisiert sind.

Illustration non autorisée à la diffusion

"""•*'

m.

anatomie

Illustration non autorisée à la diffusion

Illustration non autorisée à la diffusion

du

goût

S.

JlIIII

Illustration non autorisée à la diffusion

PIERRE

BOURDIEU

avecmonkiue

cfo saint ftKirfifi

"Certains croient que le luxe est le contraire de la pauvret é.Non. C'est le contraire de la vulgarité. "

Coco Chanel

4

Anatomie du goût

Le discours scientifique sur l'art et sur les usages sociaux de l'oeuvre d'art est voué à paraître à la fois vulgaire et terroriste : vulgaire, parce qu'il transgresse

la limite sacrée qui distingue le règne pur de l'art et de la culture du domaine infé rieur de la politique, distinction qui est au principe même des effets de domination symbolique exercés par la culture ou en son nom ; terroriste, parce qu'il prétend

réduire à des classes "uniformes" tout ce qui est "éclaté" et "libéré",

et "différent", et enfermer l'expérience par excellence du

"positif", donc "positiviste", "tota

"jeu" et de la "jouissance"

dans les propositions terre à terre d'un "savoir"

"multiple"

lisant",

donc "totalitaire", comme aiment à dire ceux que ce savoir dérange dans

leurs croisières de luxe sur un bateau nommé désir.

Ce discours qui se donne simplement pour objet de porter au jour certains des schemes de pensée les plus communs, ne révèle rien, à vrai dire, qui ne soit déjà connu de tous, mais toujours d'une manière partielle, partiale, intéressée et polémique, dans les éclairs du mépris ou de la haine de classe, sur qui se refer ment aussitôt les ténèbres de l'inconscience ordinaire. "Conforama est le Guy Lux du meuble" (1) : le préjugé de classe est au principe de la lucidité intéressée de

toutes les propositions de même farine qu'engendre la lutte des classes quotidienne. Seul le travail nécessaire pour construire en tant que tel le champ de luttes à l'i

duquel se définissent les points de vue partiels et les stratégies antagonistes,

ntérieur

permet d'accéder à une connaissance qui se distingue de la clairvoyance aveugle des participants sans s'identifier au regard souverain de l'observateur impartial (2). L'objectivation n'est complète que si elle objective le lieu de l'objectivation, ce point de vue non vu, ce point aveugle de toutes les théories, le champ intellectuel et ses conflits d'intérêts, où s'engendre parfois, par un accident nécessaire, l'inté rêtpour la vérité ; et aussi les contributions subtiles qu'il apporte au maintien de

l'ordre symbolique, jusque par l'intention de subversion, toute symbolique, que lui assigne le plvs souvent la division du travail ±. domination (3).

(1) M. Righini, "L'entrée dans les meubles", Le Nouvel Observateur, 17 mai 197G.

(2) C'est pourquoi on a omis d'illustrer par des extraits d'entretien ou des documents certaines des manifestations du goût petit-bourgeois ou populaire, craignant qu'aux yeux de certains la sim ple objectivation ne devienne ce qu'elle est souvent, la mise au pilori d'un goût qui ne peut être que "mauvais", étant donné la position de ceux qui l'ont.

(3) N'est-il pas significatif que les intellectuels et les artistes, "personnes" qui entendent Être traitées en tant que "personnalités", et qui opposent une résistance forcenée à toute interrogation sur la genèse de leur capital culturel et à toute objectivation de leurs bénéfices matériels ou sym

boliques

s'arrogent un droit universel d'objectivation et n'acceptent la statistique que lorsqu'elle

s'applique aux "masses" ? (On chercherait en vain un autre fondement à la distinction rituelle en

tre une sociologie de la réception des oeuvres culturelles, admissible, et une sociologie de la "création", profanatrice et vulgaire).

les opérations de la recherche

Dansleaussirecherchemêmequidespartiavaientdonnéesuneprocheoùd'adopter,versionellesetpermisdirectementquede avaientprésenterpossibleantérieuredepourrendreétéunerecueilliesdeprogressivement,effectuées,defois,laraisoncedémarcheuntexte,ausystématiquementordrelescoursonmêmeopérationsd'expositiondansavaitde diffdel'ordreprisla

érentes enquêtes statistiques et ethnographiques. On es pérait imposer ainsi plus naturellement un corps d'hypo thèses théoriques qui, posé d'emblée, aurait pu paraître arbitraire ou forcé ; mais dont on ne pouvait ignorer (ni laisser ignorer) qu'il n'aurait jamais pu se dégager

du matériel analysé s'il n'avait été présent, sous forme de schemes heuristiques, dès le commencement de la recherche. Bien que l'ordre, d'exposition qui prend pour point de départ le point d'arrivée de la recherche soit moins favorable à l'étalage complaisant de données et de protocoles de procédures que l'on tient ordinairement pour la meilleure garantie de scientificité et bien que le surcroît de rigueur qu'il implique ait pour contre partie toute une série d'ellipses et de raccourcis pro

pres

attachés à une représentation naïvement empiriste du travail scientifique, il a fini par s'imposer comme le seul qui permette de replacer chaque fait dans le sys

tème

L'enquête qui a servi de base à ce travail a été menée en 1963, au terme d'une pré-enquête par entretiens approfondis et observation ethnographique, auprès d'un

échantillon de 692 sujets (hommes et femmes) de Paris,

de Lille et d'une petite ville

poser d'une population assez importante pour permettre l'analyse des variations des pratiques et des opinions selon des unités sociales suffisamment homogènes, on a procédé en 1967-1968 à une enquête complémentaire,

à renforcer les préventions de ceux qui restent

des relations dont il tient sa valeur de vérité.

de province. Afin de dis

portant ainsi à 1 217 le nombre des personnes interro gées. Du fait que l'enquête mesurait des dispositions relativement stables, ce décalage temporel ne paraît

pas avoir affecté les réponses (à l'exception peut-être

de la question sur la chanson,

qui est soumis à un renouvellement plus rapide) (4). L'échantillon qui comportait un nombre à peu près égal

de parisiens et de provinciaux a été construit de maniè reà donner à chaque fraction de classe une représent ationproportionnelle à sa représentation réelle dans les classes moyennes ou les classes supérieures et de sorte que, à l'intérieur de chacune d'elles, la réparti tiondes individus selon l'âge et le sexe soit aussi pro che que possible de celle qui est donnée par le recen sement pour la France entière. Dans le cas des clas ses populaires, on n'a pas donné à la catégorie la plus défavorisée, celle des ouvriers spécialisés et des ma

noeuvres

c'est-à-dire très uniformément exclus de la culture légitime, le poids qui lui revient normalement en sorte que les écarts entre les classes populaires dans leur ensemble et les autres classes s'en trouvent systéma tiquement minimisés ; on a, d'autre part, exclu de

domaine de la culture

, très uniformes sous le rapport considéré ,

(4) De tels effets de mode s'observent aussi en matière de cul ture légitime. C'est ainsi que la valeur sociale de certaines des oeuvres proposées pourrait avoir changé entre 1963 et 1967, les Quatre saisons ou la Petite musique de nuit se trouvant en trathées vers la culture moyenne par leur divulgation tandis que la Traviata, Initialement située assez bas dans la hiérarchie et choisie surtout par les patrons, a fait l'objet de réhabilitations et de redécouvertes.

6 Anatomie du goût

l'analyse, les agriculteurs et salariés agricoles au terme d'une pré-enquête qui avait fait conclure à l'inadéquation totale du questionnaire et à la nécessité de recourir à de tout autres méthodes pour saisir les dispositions éthico-esthétiques d'une population total ement étrangère à la culture légitime et môme, pour l'essentiel, à la culture moyenne (5). Cette expérience n'a pas été inutile puisqu'elle a permis de recueillir la seule et la plus fondamentale des informations que puis sefournir l'interrogation sur la culture légitime lors qu'elle s'adresse à des individus qui en sont exclus, c'est-à-dire la reconnaissance à peu près universelle de la culture dominante, en même temps que d'obser ver,à son degré d'intensité maximum, l'effet d'impos ition de problématique qu'exerce toute interrogation de cette sorte lorsque, omettant de s'interroger elle- même, elle s'impose, en situation d'autorité, à des agents pour qui elle n'existerait pas en dehors de cette situation (effet qui, comme on a pu le vérifier depuis par l'analyse secondaire de très nombreuses enquêtes d'opinion, est à l'origine de la production de purs artefacts) (6).

Construit autour de l'hypothèse de l'unité des goûts, le questionnaire comportait, outre un ensemble de questions sur la pratique photographique et les attitu desà l'égard de la photographie qui ont été analysées ailleurs (cf. P. Bourdieu et al. , Un art moyen, essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Ed. de Minuit, 1965), vingt-cinq questions sur les goûts en matière de décoration intérieure de la maison, de vêtement, de chanson, de cuisine, de lecture, de ciné ma, de peinture et de musique, de photographie, de radio, d'arts d'agrément, etc. S'agissant de ressaisir des systèmes de goûts, l'enquête par questionnaire fermé n'est jamais qu'un pis -aller, imposé par la nécessité d'obtenir un nombre important d'informat ionscomparables sur une population suffisamment

nombreuse

en premier lieu, elle laisse échapper tout ce qui concerne la modalité des pratiques qui, étant le re

flet du mode d'acquisition , manifeste. les différences de trajectoire sociale; or, dans un domaine qui est

pour autoriser le traitement statistique :

entendu au sens de manière d'être et

. celui

de l'art,

de faire particulière, comme dans"art de vivre" la manière d'accomplir les pratiques (ignorée par l'en quête qui enregistre seulement le fait de la pratique

(5) En fait, cette exclusion se justifierait sans doute beaucoup moins aujourd'hui en raison des transformations profondes qui sont survenues entre autres choses dans le rapport entre la paysannerie et le système d'enseignement et qui tendent toutes à assurer l'unification du marché des biens symboliques avec pour conséquence par exemple le célibat des hommes. (La cons truction de l'échantillon fera l'objet d'un exposé et d'une jus tification plus complète dans une publication ultérieure).

(6) Cet effet s'exerce encore, sans aucun doute, sur les ouvriers spécialisés qui, bien qu'ils aient pu se reconnaître réellement dans ont été des amenés réponses à produire telles que des "le opinions, musée, le ce plus n'est souvent pas mon au fort", ha

sard,

sur des terrains où ils n'en avaient pas.

et parfois sa fréquence), et la manière d'en parler, le plus souvent perdue dans les opérations d'enregis trement, désabusée ou désinvolte, sérieuse ou passion née,font toute la différence (au moins toutes les fois que l'on a affaire à des pratiques communes , comme Ta télévision ou le cinéma) (7). C'est là une première raison qui fait que tout ce qui est dit ici des différen cesentre les classes ou les fractions de classe vaut a fortiori.

En outre, le souci d'offrir au système des disposi tionsconstitutives du goût un champ d'application aussi étendu et aussi diversifié que possible dans les limites, nécessairement restreintes, d'un questionnai rea contraint à livrer l'exploration de tout un domai ne(par exemple la musique, le cinéma, la cuisine, le vêtement) à deux ou trois questions (parfois à une seule) qui devaient elles-mêmes tenir Heu, bien sou

vent,

de toute une batterie de tests et d'observations :

c'est ainsi par exemple qu'en demandant aux person nesinterrogées de choisir dans une liste d'adjectifs établie a posteriori à partir d'une série d'entretiens

non-directifs et de tests (présentation de photographies de visages socialement marqués, test consistant à re

constituer

addition d'attributs socialement marqués, coiffure, moustaches, favoris, lunettes, etc.). ceux qui leur paraissent le mieux convenir à leurs amis, on ne pouvait espérer obtenir autre chose qu'une manifestat ionatténuée et brouillée des dispositions profondes qui orientent le choix des partenaires amoureux, ami caux ou professionnels (entre autres raisons parce que la liste de qualificatifs proposée, si travaillée fût-elle, présentait des imperfections et contraignait nombre d'enquêtes au choix négatif de l'item le moins éloigné de leur sentiment) (8). Qu'un instrument de mesure aussi imparfait ait pu enregistrer des différences aussi marquées, et surtout aussi systématiques, cela cons titue par soi un témoignage de la force des dispositions mesurées.

un visage masculin ou féminin "idéal" par

(7) Une des difficultés principales de l'enquête médiate (i.e. réalisée par l'intermédiaire d'enquêteurs) réside dans le fait qu'elle ne recueille que les mots nus qu'elle a suscités par des mots dont elle n'a pas toujours le moyen de reconstituer le con

texte d'usage. Ainsi, l'adjectif sobre, appliqué à un vêtement ou à un intérieur, peut recevoir des significations radicalement di

fférentes

esthétiques prudentes et défensives d'un petit artisan, l'ascéti smeesthétisant du professeur ou le goût de l'austérité dans le luxe du grand bourgeois de vieille roche. rede (8) La décoration même chose intérieure vaudrait, de bien la maison, sûr, des de jugements vêtement en ou matiè de cuisine. Il est vrai que l'analyse (à laquelle on s'est livré par ailleurs) de quelques intérieurs particulièrement représentatifs aurait sans doute mieux fait ressortir là systématicité concrète de ces ensembles d'objets et des relations (très clairement visibles dans les entretiens non-directifs) qui les unissent à d'autres ensembles comme le vêtement ou les préférences en

selon qu'il est employé pour exprimer les stratégies

Les opérations de la recherche

7

En fait,

ce que l'on perd en précision et en finesse

se trouve regagné en systématicité : de

à l'échelle d'un seul champ,

celui de la

dans l'analyse de chaque domaine particulier, justicia

blede tout un ensemble d'enquêtes, d'observations et

de tests,

même que,

peinture par exemple, on peut trouver dans la confi guration singulière des préférences (Renoir n'ayant pas le même sens lorsqu'il s'associe à Vinci et Picasso que lorsqu'il va avec Utrillo et Buffet) un substitut des indications de manière que fourniraient l'observation et l'interrogation directes, de même, le sens de chacune des applications particulières du système unique des dispositions se révèle dans sa relation avec toutes les autres. Rien ne révèle mieux la systématicité de l'habitus que cette sorte de re dondance systématique dans l'invention indéfinie qui définit tous ses produits, jugements ou pratiques. Mais c'est sans doute en mobilisant autour d'une enquête systématique toutes les données statistiques disponibles à propos de chacun des domaines explo rés, que l'on parvient le mieux à compenser ce que l'information directement recueillie sur un ensemble aussi étendu de domaines aussi différents peut avoir

de partiel et parfois de superficiel (selon la puissance des indicateurs utilisés), sans tomber pour autant dans l'irréalité des analyses secondaires procédant par compilation mécanique de données disparates. Il reste que certaines des limites propres à l'analyse secon daire ne peuvent être surmontées. C'est ainsi que,

comme les différentes enquêtes

réalisées par l'INSEE ,

l'enquête menée en 1966 par la SOFRES à la demande

d'un ensemble d'entreprises et aux fins, strictement pratiques, de prévoir sur cette base des intentions

sur la

fréquence et l'occasion des consommations ou sur la qualité des objets consommés qui, en plus d'un cas,

font toute la différence

d'achat (S. C. , V) (9) livre peu d'informations

(par exemple dans le

cas de

matière de musique. Mais l'établissement des régularités statis tiques ressaisir supposait systématiquement que l'on sache les se traits donner les plus les moyens significatifs de de chaque d'évoquer univers, toute la quitte richesse à se de priver chaque du môme réalisation coup singulière du pouvoir de la structure. (9) Cette référence comme les suivantes renvoie à la liste des

contrôler enquGtcs (cf. ou compléter ci-dessous, l'information Annexe 4) fournie ) qui ont par été l'cnquíte utilisées princi pour paleou pour explorer des domaines qui avaient été exclus de la définition initiale de la recherche, comme la culture économique, la fréquentation du théâtre, les dispositions en matière d'éducat iondes enfants ou de sexualité, etc. (Pour éviter de s'exposer à traiter comme dos différences objectives l'effet de variations dans les conditions de mesure, on a systématiquement recensé et pris en compte toutes les différences dans la nature des indica teurs retenus, la formulation des questions posées ou \v. codage des résultats et aussi dans les conditions de l'cnquOte et la une structure seule de question, l'échantillon ailleurs -chasse séparées et piche en deux étant questions ici groupées ; le n en

iveau d'instruction codé en cinq catégories dans un cas, étant analysé en sept niveaux dans un autre cas).

la fréquentation du théâtre qui recouvre aussi bien le théâtre d'avant-garde que le théâtre de boulevard) ; elle regroupe en outre dans une même question la fréquentation des musées et la fréquentation des expo sitions dont on sait (par l'enquête de l'INSEE sur les loisirs, S. C. , IV) qu'elles ne varient pas toujours dans le même sens -la fréquentation du musée, plus ascé

tique, étant plutôt le fait des professeurs, la fréquentat iondes expositions, plus "mondaine", des professions libérales et d'une fraction de la vieille bourgeoisie pa

tronale-

tionsur le rythme de la fréquentation des musées, des expositions ou des galeries ; de même, elle confond

concert, opéra et spectacles de danse dans une même question, alors qu'on retrouverait sans doute entre le' concert et l'opéra une opposition analogue à celle qui s'établit entre le musée et les expositions. Autre exemple, la lecture d'ouvrages philosophiques ne signi fiepas grand chose aussi longtemps que l'on ignore la qualité des auteurs lus : tout incline en effet à sup

poser

son idée du philosophe ou de la philosophie et que les uns évoqueront Teilhard de Chardin voire Saint Exupéry Ou Le prince -Ringuet là où d'autres personnes pense rontà Sartre ou à Foucault (Ainsi, interrogés -enquête CSE Grandes écoles, 1967- sur les conférenciers qu'ils souhaiteraient voir inviter dans leur école, les élèves littéraires de l'Ecole normale supérieure, issus dans de fortes proportions des fractions dominées de la classe dominante, pensaient d'abord à Sartre (1).

que chaque fraction a "ses" philosophes ou même

et elle ne fournit par ailleurs aucune indica

Lévi-Strauss (4), Ricoeur (7), Foucault (8), tandis que les élèves de l'Ecole nationale d'administration, issus

pour la plupart de

blique ou des professions libérales nommaient plutôt

Aron (4), Bloch-Lainé (7), Massé (11), Delouvrier (12), Sartre, cité au premier rang à l'ENS, n'apparaissant qu'au cinquième rang à l'ENA -qui place en tête trois hommes politiques, Mendès-France, second à l'ENS, Giscard d'Estaing et de Gaulle). Autre limite, l'enquêt

membres de la haute fonction pu

ede la SOFRES (S. C. , V) ne fournit pas

toutes les

informations nécessaires à la construction du système des principes explicatifs des consommations et des pratiques, volume et structure du patrimoine, trajec toire sociale : on ne possède à peu près aucune indi cation sur le patrimoine économique (propriétés rura les ou urbaines, bénéfices industriels et commerciaux, etc. ) ou culturel, objectivé (oeuvres d'art, meubles

anciens , piano , etc. ) ou incorporé (niveau d'instruction) ni davantage sur l'origine sociale et la carrière anté

rieure

des enquêtes. L'enquête menée par le CESP en

VI) permet de combler certaines de ces

cas de la distribution par quoti

1970 (S. C. ,

lacunes mais très imparfaitement du fait que l'on dis

pose

dien ou hebdomadaire lu (et non par classe ou fraction de classe). Quant à l'enquête menée à la demande du Secrétariat d'état à la culture (S. C. , VII), elle enfer medes informations très intéressantes (par exemple sur la possession d'oeuvres d'art) mais ne permet pas l'analyse par fractions (l'information n'ayant pas été

seulement en ce

recueillie).

8

Anatomie du goût

Enfin, l'enquête de l'INSEE sur les loisirs (S. C. , IV), bien qu'elle fournisse l'ensemble le plus remarquable d'informations jamais recueilli en matière de consom mations culturelles, trouve ses limites dans la nature de la classification employée (la position bizarre des industriels tenant par exemple au fait que la catégorie retenue groupe tous les patrons employant plus de cinq personnes) ; dans le fait que l'on a affaire aux pratiques déclarées qui, on le sait, n'entretiennent pas une relation parfaitement constante selon les classes avec les pratiques effectives ; dans le fait enfin que l'enquête ne fournit pas d'information sur la qualité des consommations culturelles et sous- estime donc la dispersion des pratiques. En réduisant les différentes classes de pratiques et de consommat ionsà leur fréquence . c'est-à-dire à la quantité , en des matières où presque tout est affaire de qualité , qualité des biens, qualité du lieu et du moment où ils sont consommés, qualité de la manière de les consom merqui, dans certains cas, fait toute la qualité des choses consommées (qu'il s'agisse de westerns ou de pain de campagne), on minimise systématiquement

(sans modifier toutefois les relations d'ordre) les di fférences entre les classes. Ainsi, on le sait, les différences dans la quantité des visites au musée se trouvent redoublées comme à l'infini par les différen cesdans la qualité de ces visites. Les classes privi légiées, moins soumises aux rythmes collectifs, trouvent dans une fréquentation plus uniformément ré

partie

d'échapper à la foule des périodes de pointe et à l'e xpérience désenchantée qu'elle suscite. Ces différences de rythme elles-mêmes s'associent à des différences non moins marquées dans la qualité des lieux d'expo

sition -musées de différents "niveaux", expositions plus ou moins "distinguées" et distinctives- et, ins

éparablement,

des auteurs. Mais, c'est surtout dans la manière de conduire la visite -avec, en particulier, le temps qui lui est consacré- et surtout, peut-être, dans la maniè rede se conduire pendant la visite que la recherche plus ou moins inconsciente de la distinction peut trou ver matière à des redoublements à peu près infinis.

dans l'année et dans la semaine le moyen

dans la qualité des genres, des styles,

LES PRINCIPES DE CONSTRUCTION DES DEUX ESPACES

Faute de disposer de l'enquête (peut-être irréalisable pratiquement) qui

fournirait, à propos de la même population (représentative), l'ensemble des indicateurs du patrimoine, de la trajectoire sociale et des pratiques qui sont nécessaires pour construire une représentation adéquate de l'e

space

sociales à partir de données prélevées dans différentes enquêtes, toutes

réalisées par l'INSEE, donc homogènes au moins en ce qui concerne la construction des catégories : dans l'enquête réalisée par l'INSEE, en 1967, sur les loisirs (tableaux concernant les hommes), on a repris des indica

teurs de temps libre tels que le temps de travail

sur la formation et la qualification professionnelle de 1970 (tableaux con

cernant les hommes), on a retenu des données sur la catégorie socio

professionnelle

culturel hérité) et le diplôme du sujet (capital scolaire) (S.C.,II); à l'en

quête

montant des revenus, les propriétés rurales, urbaines, les actions, les bénéfices industriels, commerciaux et les salaires (capital économique)

social, on a construit le schéma synoptique de l'espace des positions

(S. C,

IV); de l'enquête

du père (trajectoire sociale), le diplôme du père (capital

sur les revenus de 1970,

on a emprunté des iniormations sur le

(S.C., I); on a enfin prélevé dans l'enquête sur la consommation des

de 1972, des données sur le montant de la consommation,

et la résidence secondaire (S. C, III),

des données sur la taille du lieu de résidence*

nages

session du lave-vaiselle, du téléphone, le statut d'occupation du logement

la pos

et dans le recensement de 1968,

* Voir annexe 5 : Données Statistiques .

Outre les informations directement obtenues dans l'enquête sur le goût, le schéma synoptique de l'espace des styles de vie rassemble tout un ensemb led'indices de consommation culturelle tels que la possession d'un piano

ou de disques, l'utilisation de la télévision, la fréquentation des musées,

des expositions, des spectacles de variétés, du cinéma, l'inscription dans une bibliothèque, à des cours, la tenue d'une collection, la pratique des sports, tous prélevés dans l'enquête de l'INSEE de 1967 sur les loisirs (S. C.s IV), des Informations sur les consommations et le style de vie des membres des classes supérieures (chaîne HiFi, bateau, croisière, bridge,

collection de tableaux, champagne, whisky, sports pratiqués, etc.) tirées des enquêtes de la SOFRES et du CËSP (S. C. , V et VI) ou encore des informations sur les pièces de théâtre vues fournies par l'enquête de la

SEMA (S. C, XIV),

sur les acteurs favoris, par les enquêtes IFOP (S. C,

revues, par les

IX et X), sur la lecture des journaux, hebdomadaires,

enquêtes du CSE et du CESP (S.C., XXVIII), sur différentes activités et pratiques culturelles (céramique, poterie, fêtes foraines, etc.), par l'en quête du Secrétariat d'état à la culture (S. C, VII), etc.

On s'est aidé de l'analyse factorielle des distributions par catégorie socio professionnelle empruntées à des enquêtes différentes pour essayer d'éva luer de manière plus réaliste les positions occupées par ces différentes catégories dans l'espace structuré qu'il s'agissait de construire. Dans le

struc

ture du capital qui sont indiqués par la position occupée par rapport aux deux axes, premièrement la distribution des occupants de chacune des classes de positions considérées selon la trajectoire sociale qui les y a conduits, avec les histogrammes représentant la part dans chaque fraction des individus issus des différentes classes sociales (10), deuxièmement

l'histoire de la fraction dans son ensemble : ce sont les flèches ascendant es,descendantes et horizontales qui marquent qu'entre 1962 et 1968 la fraction considérée s'est accrue -d'au moins 25 %-, a diminué ou est de

meurée

schéma théorique ainsi élaboré,

on a évoqué,

outre le volume et la

stable et qui rendent ainsi visible l'opposition entre les fractions

nouvelles, en forte expansion, et les fractions établies, stables ou en dé clin (il).

Pour rendre raison plus complètement des différences de style de vie entre les différentes fractions -tout particulièrement en matière de culture- il faudrait prendre en compte leur distribution dans un espace géographique socialement hiérarchisé. En effet, les chances qu'un groupe peut avoir de s'approprier une classe quelconque de biens rares (et que mesurent les es pérances mathématiques d'accès) dépendent d'une part de ses capacités d'appropriation spécifique, définies par le capital économique, culturel et

(10) Afin d'éviter de nuire à la lisibilité du schéma, on n'a reproduit ces histogrammes que

pour quelques catégories repères : ce qui suffit :~i faire voir que la part des individus issus

des

sociale tandis que diminue la part de ceux qui sont issus des classes populaires -en blanc- (l 'histogramme des ouvriers spécialisés, qui n'a pas été reproduit, présente des caractéris tiquesintermédiaires entre celui des manoeuvres et des ouvriers qualifiés). Il aurait fallu, au moins pour les classes supérieures et les classes moyennes, pouvoir donner la distribu tionpar fraction d'origine.

classes supérieures -en noir- croft nettement à mesure qu'on s"élève dans la hiérarchie

(11) Les catégories que l'on peut construire dans les limites de l'Information accessible par l'enquête ou enregistrées dans les statistiques sont très inégalement homogènes. Faute de disposer d'un indicateur rigoureux de dispersion pour l'ensemble des catégories, on s'est contenté de rappeler la dispersion économique, sociale et spatiale qui caractérise en propre la catégorie des agriculteurs en écrivant verticalement l'intitulé entre les limites extrêmes

qui

la patrons définissent; de l'industrie on a employé et du commerce. le môme procédé pour les catégories, également très dispersées,

des

/f V

PRODUCTEURS

CAPITAL

ARTISTIQUES

CAPITAL ECONOMIQUE

CULTUREL © (=)

SCHEMA 1.

Villes > dooooohalo.

locataires

père salarié

PROFESSEURS

PROFESSEURS

SECONDAIRE

SUPERIEUR

père.

L'ESPACE

MEDICO-SOCIAUX

CADRES

PUBLIC

père élocies eujper bénéfices non

SERVICES

DES

PROFESSIONS UBERALES

CADRES PRIVE

4od5oh.deT«*ai\ ,

R

VOLUME- CAPITAL (+)

83.00OF. - C 51 lOO F.

INGENIEURS

POSITIONS

5oà (»oh

f£^Í¿f

Voleurs mobilières

urbaines

SOCIALES

BENEFICES

INTERMEDIAIRES ARTISANS, COMMERÇANTS D'ART CULTURELS t- R.3300OF CADRES MOYENS COMMERCE SECRETAIRES C 36000F
INTERMEDIAIRES
ARTISANS, COMMERÇANTS D'ART
CULTURELS
t-
R.3300OF
CADRES MOYENS
COMMERCE
SECRETAIRES
C 36000F
baccalauréat
INSTITUTEURS
TECHNICIENS
PETITS
COMMERÇ
pev-e cep
BEI
CADRES MOYENS
ADMINISTRATIFS
de heures
de. îra\oil
&EPC
CEP
EMPLOYES
BUREAU^COMMERCE
H
comnaones
rurales
CONTREMAITRES
CAP-&P
13 R.2d.DOOR
enÇarrts
OUVRIERS QUALIFIES
13000
de heures
13000
15000
R1ÖO0OF
40 h . F F par moins LEGENDE = = donnée, d'une consommation revenu semaine
de 40 catégorie
travail F
45à 50 h. de -C2bÛD0F
travail
7c C R < d'individus
fessionnelle
issus
des de de socio-pro F 15000
classes populaires I I ™
OUVRIERS SPECIALISES
classes moyennes
tëil ■
m
classes
supérieures
évolution de la . > . catégorie
^ 25 % et entreaccroissement ^ ^
2,8enfants
accroissement ^ 25 %
diminution
Xlfc^ 9
MANOEUVRES
R
-13.000 F.
SALARIES AGRICOLES
I
^Ti^lÄdiplôme
VOLUME CAPITAL (—]

jfclivöK»

saierie*»

"fel Vfebwrn-

Que)

Wbrhol

cfeaild

nve.

- brecht

Boulez

oaoche

F CultureIfc© Ferre - Brassens

schema 2.

CWiëcJob

musee.

Quatre saiscr« ooeai ae la ViiNt

L'ESPACE

êcWecs

Comédie sobre - diskret - harhnonieu

OUVTdDÔS

opëiaconcerfe Colonne

6or

ife

fjrt

meobies Knoll carte - |ave-vöisse»te crédit voue

pglite

ele no\t

DES

rnusioue

e*îj Kv3OTi-

Whis*N ^-

secondô»retenrtfb-

STYLES

-Vasarew

prix

Concourt

Concerto

chaîne val

Çpltedion Cia

pno -

-

bridçe -

résidence

nj-£¡

eouiiation

main

DE

-

tableaux-

Rhapsodie --»

-fele

des>«

oaocJhe * galeries riv

Otritlo

Ihéâtns - de pRenoirvvted' bou foires

VIE

E

Honcrorécits

Arië&ienne

opéreTte

«n

.ecturcs poor

Le vox-

S. -A

/ T>

Uli !fJ1* 8.1 fïf s IS£!*»• Il-8 < 2 j ajeo lis 55 Ü ■
Uli
!fJ1*
8.1 fïf
s
IS£!*»•
Il-8
< 2
j
ajeo
lis
55
Ü
I
I
CÄ-
11
511
It
'hi

1 2

Anatomie du goût

social qu'il peut mettre en oeuvre pour s'approprier matériellement et/ou symboliquement les biens considérés, c'est-à-dire de sa position dans

l'espace social, et d'autre part de la relation entre sa distribution dans l'espace géographique et la distribution des biens rares dans cet espace (relation qui peut se mesurer en distances moyennes à des biens ou à des équipements, ou en temps de déplacement, -ce qui fait intervenir l'accès à des moyens de transport, individuels ou collectifs-). Autrement dit, la distance sociale réelle d'un groupe à des biens doit intégrer la distance géographique qui est elle-même une des propriétés constitutives de l'iden titésociale de ce groupe (que l'on pense par exemple aux contraintes en matière de résidence qu'impliquent certaines carrières où l'accès à la profession -e.g. chèques postaux- ou l'avancement sont subordonnés à un exil plus ou moins prolongé). C'est ainsi par exemple que la distance des agriculteurs aux biens de culture légitime ne serait pas aussi immense si à la distance proprement culturelle qui est corrélative de leur faible ca

pital culturel

la

De même, nombre des différences observées dans les pratiques (cultu

relles ou autres) des différentes fractions de la classe dominante, se rat

tachent

ne venait s'ajouter l'éloigné ment géographique résultant de

dispersion dans l'espace qui caractérise cette classe.

sans aucun doute à leur distribution dans

un espace géographique

socialement hiérarchisé (et, plus précisément, à leur distribution selon

la

et

merce

parisiens et appartiennent à des entreprises relativement importantes tan

taille de la ville de résidence) : ainsi, l'opposition entre les ingénieurs

les cadres du privé d'un côté et les patrons de l'industrie et du com

de l'autre tient pour une part au fait que les premiers sont plutôt

1

qui sont pour la plupart à la tête de

petites entre

à 5 salariés;

étant de

30 %,

70 %, 6 à 49,

24 % plus de 50,

les chiffres corres

7 %

42 % et 12 % pour les patrons du commerce;

15,5 % des

de 10 000 habitants).

dis que les seconds,

prises (6 % des industriels de l'enquête SOFRES 1966 -S.C., V- emp

loient

pondants

des cadres du privé travaillent dans des entreprises comptant 1 à 5 sala

riés, 34 % dans des entreprises moyennes et 40 % dans des entreprises

de plus de 50 salariés), sont pour la plupart provinciaux, voire ruraux

(d'après le recensement de 1968, 22,3 % des industriels,

patrons du commerce résident dans une commune rurale, 14,1 % et

11,8 % dans une commune de moins

Sur le diagramme ainsi établi, chaque information pertinente ne figure

qu'une

selon le cas) de l'espace social. Ainsi la mention salaires

mi

seule fois et vaut donc pour toute une zone (plus ou moins étendue

qui,

située à

-hauteur dans la partie gauche du schéma 1, s'oppose à bénéfices i

ndustriels et commerciaux , vaut pour toute la moitié gauche de l'espace

social, c'est-à-dire aussi bien pour les professeurs, cadres ou ingénieurs que pour les instituteurs, cadres moyens, techniciens, employés ou ou

vriers;

vaut à la fois pour les patrons, les professions libérales, les cadres du privé et les ingénieurs. De même encore, dans l'espace des styles de vie (schéma 2), chaque trait vaut pour toute une zone, bien qu'il caractérise

d'autant plus une catégorie qu'il figure plus près de son intitulé : on lit ainsi immédiatement que la possession d'un piano et le choix du Concerto pour la main gauche sont surtout le fait des professions libérales; ou que la marche et la montagne sont particulièrement caractéristiques à la lois des professeurs du secondaire et des cadres du secteur public; ou que

natation, placée à mi-distance entre la petite bourgeoisie nouvelle et

les cadres du secteur privé ou les ingénieurs, participe des styles de vie de ces deux ensembles de professions. Ainsi, autour de l'intitulé de cha que fraction se trouvent rassemblés les traits les plus pertinents, parce

que les plus distinctifs, de son style de vie, -qu'elle peut d'ailleurs par

de même, la possession de valeurs mobilières (en haut à droite)

la

tager

une bibliothèque qui figure à proximité des cadres moyens, des instituteurs

et

avec d'autres groupes (c'est le cas par exemple de l'inscription dans

des techniciens, bien qu'elle soit au moins aussi fréquente chez les

13

professeurs, moins marqués toutefois par cette pratique qui est constitutive de leur rôle professionnel).

Du fait que les styles de vie sont essentiellement distinctifs, nombre de

traits ne prennent tout leur sens que

ment avec les positions sociales qu'ils expriment mais aussi avec des traits situés à un autre pôle de l'espace : c'est le cas de propriétaires et locataires, héritiers (père ayant fait des études supérieures) et non

héritiers (père sans diplôme),, détenteurs de temps libre (moins de 40 heu

res de travail) et non détenteurs (plus de 60 heures),

l'ordre des styles de vie, Goya et Renoir, théâtre d'avant-garde et théâtre

de boulevard,

s'ils sont mis en

relation non seule

ou encore,

dans

Jacques Brei et Tino Rossi, France -Musique et France-

Inter ou Radio Luxembourg, ciné-club et variétés, etc. Ces oppositions

s'établissent primordiale ment entre les positions les plus éloignées dans les deux dimensions fondamentales de l'espace social (c'est-à-dire sous le rapport du volume et de la structure du capital) et de l'espace politique (avec la double opposition, dans le sens vertical et dans le sens horizont al,entre la droite et la gauche). Les oppositions qui ont pu être enre

gistrées

statistique disponible ne représentent qu'une infime partie de celles qui peuvent être engendrées dans les domaines les plus différents, -vision du monde politique, morale pédagogique, sexuelle, économique- à partir des formules génératrices correspondant à chacune des positions opposées.

dans les limites de la lisibilité du schéma et de l'information

Est-il nécessaire (et suffisant) de mettre en garde contre la lecture posi

tiviste

nées

qui mesure beaucoup mieux les consommations ou même, à la rigueur, les revenus (mis à part les profits secondaires et cachés) et le patrimoine,

comme ensemble de propriétés affectées à des Individus, que le capital pro

prement

imperfections des catégories d'analyse qui, dans le cas des industriels et des gros commerçants, interdisent d'isoler par exemple les détenteurs d'un capi talcapable* d'exercer un pouvoir sur le capital. Mais il y a plus : rien ne serait plus faux que de voir le dernier mot d'une théorie des classes sociales dans la représentation statique et réiflée du monde social que donne le schéma, avec ses groupes distincts et hiérarchisés, enfermés dans leurs frontières et unis seulement par des relations de distinction symbolique. Cette représentation qu'il a fallu construire pour rendre raison d'un ensemble particulier de distri butions, celles qui définissent les styles de vie, doit une part de ses propriétés aux conditions particulières de sa production.

du schéma synoptique ? Construit à partir de l'ensemble des don disponibles, il doit ses limites d'abord aux lacunes de la statistique

dit (en particulier le capital investi dans l'économie); ensuite, aux

14

Anatomie du goût

T hypothèse de Thomologie

Lesdesschémaspratiquesvariations1 et et2)selondess'organisentgoûtsla classe,qu'ellesselonou launerévèlentfractionstructure(cf.de classelesho

mologue

mique,

à la structure des variations du capital écono du capital scolaire et de la trajectoire sociale

(telles qu'elles ressortent des tableaux présentant un

ensemble d'indicateurs du capital économique, du capital culturel et scolaire, du capital social, du temps libre et de la trajectoire -comme variation dans le temps du capital). Autrement dit, les unités que l'on peut découper en fonction de l'homogénéité des disposi tionsesthétiques (au sens le plus large du terme) cor respondent à des unités sociales définies par la pos

session

meque dans sa structure.

d'un patrimoine caractérisé tant dans son volu

Pour manifester cette relation, on peut, tirant parti des vertus synoptiques du schéma spatial, livrer, sous la forme d'un ensemble de positions susceptibles d'Être appréhendées d'un seul regard, l'espace des styles de vie (schéma 2) et l'espace des positions so ciales (schéma 1) que la logique linéaire du discours ne peut restituer que successivement et dont on voit immédiatement qu'ils se superposent à peu près exac tement, les différentes fractions se distribuant en fonction du volume (dimension verticale) et de la structure (dimension horizontale) de leur patrimoine. Pour rendre compte complètement des pratiques, il

faut considérer aussi l'évolution sur plusieurs générat ionsdu patrimoine des deux lignées qui, en se per pétuant dans les habitus, traces incorporées des tra

jectoires

différences à peu près indéfinies (ce qui ne signifie

pas inanalysables) à l'intérieur de groupes aussi h

omogènes

et des modes d'acquisition, engendre des

que les fractions

:

on est ainsi fondé

à

ser qu'une connaissance exhaustive de la combinatoire singulière de propriétés génériques qui définit chaque cas individuel permettrait de comprendre les singula ritésdes pratiques que l'idéologie du don impute :ï l:i singularité irremplaçable et inimitable de la "person

ne"(12).

(12) Pour donner une idée de la diversité des cas, il suffira de d'indiquer l'évolution qu'une au cours trajectoire de la sociale vie d'ego représente du volume la de combinaison son capi talqui peut Être décrit, très grossièrement, comme croissant, décroissant ou stationnaire , et du volume de chacune des espè ces de ce capital (justiciables des mîmes distinctions), donc de la structure de ce capital (un volume global constant pouvant cacher une transformation de la structure de ce capital, c'est- à-dire du volume relatif des différentes espèces) et, de même , façon, du volume et de la structure du capital de son père et d( sa mère et du poids relatif de ce capital sous ses différentes patron- espèces sous (e. g. le dissymétrie rapport du en capital faveur économique du père -patron et de la fils mère de sous le rapport du capital culturel -professeur fille de profes seur- ou l'inverse ou équivalence), donc du volume et de la structure du capital des grands-pères paternel et maternel. (Sachant que le style de vie du groupe familial définit les condi tions de formation des habitus, qui contribueront à. leur tour a déterminer les stratégies scolaires, matrimoniales ou autres et, par là, les trajectoires sociales, on peut supposer par exemple que c'est du secteur le plus marginal de chaque frac tion que sont issus ceux qui se dirigent vers d'autres fractions

conjoints ainsi le style appartenant de vie mixte à deux d'un fractions groupe différentes domestique ou unissant issus de des dea1 fractions différentes constitue un milieu éducogène moins favor bleà la reproduction directe de la position paternelle que le style de vie homogène d'un groupe strictement homogène).

L'hypothèse de l'homologie

15

Les différentes fractions se distribuent sur l'axe ver tical en fonction du "volume global" de leur patrimoine, c'est-à-dire depuis celles qui sont les mieux pourvues à la fois en capital économique et en capital culturel jusqu'à celles qui sont les plus démunies sous ces différents rapports. Les membres des professions l

ibérales

qui ont de hauts revenus et des diplômes éle

souvent (52,9 %) de la classe

vés, qui sont issus très

dominante (professions libérales ou cadres supérieurs), qui reçoivent beaucoup et consomment beaucoup, tant des biens matériels (comme le lave-vaisselle) que des biens culturels {comme le piano ou les disques) , s'opposent à peu près sous tous les rapports aux em ployés de bureau, peu diplômés, souvent issus des classes populaires et moyennes, recevant peu, dépen santpeu et consacrant une part importante de leur

temps à l'entretien de leur voiture et au bricolage et, plus nettement encore, aux ouvriers qualifiés ou spé

cialisés,

et surtout aux manoeuvres et salariés agri dotés des revenus les plus faibles, dépourvus

coles,

de titres scolaires et issus en qua si -totalité (à raison

de 90,5 % pour les salariés agricoles et de 84,5 % pour les manoeuvres) des classes populaires (13).

A

distinguent en ce qu'elles disposent à la fols de plus de capital économique que les professeurs et de plus de capital culturel que les patrons. De môme, à l'intérieur des classes moyennes,

l'intérieur de la classe dominante, les professions libérales se

petite bourgeoisie nouvelle, issue dans une proportion relat

la

ivement importante de la classe dominante et pourvue d'un capi talculturel (et aussi, en certains cas, économique) relativement élevé (une bonne partie a entrepris des études supérieures) s'op pose aux employés de bureau ou de commerce , assez peu pour vus de capital économique et culturel (14).

Dans la deuxième dimension de l'espace, on voit s'op

poser,

qu'au niveau des positions moyennes, des fractions que distingue la structure de leur patrimoine, c'est-à-dire le poids relatif des différentes espèces dans l'ensemble

aussi bien au niveau des positions supérieures

(13) Les écarts sont plus nets et en tout cas plus visibles en matière d'instruction qu'en matière de revenus parce que l'i

nformation

sur les revenus (fondée sur les déclarations d'impôts)

agricoles.

les

cela est beaucoup surtout pour moins les sûre patrons que l'information de l'industrie sur et du les commerce diplômes : (qui,

dans I'enqu6te CESP (S. C. , V), avaient, avec les médecins,

taux de non-réponse les plus élevés aux questions sur les reve

nus), pour les artisans, les petits commerçants et pour les ex

ploitants

(14) La catégorie des services médico-sociaux se caractérise par le fait qu'elle accueille des hommes qui sont issus pour la plupart des classes populaires et des femmes dont une bonne partie (25 %) est originaire des classes supérieures (cf. les deux histogrammes).

de leur capital : les fractions dont la reproduction do pend du capital économique, le plus souvent hérité, i

ndustriels et gros commerçants au niveau supérieur (15), artisans et petits commerçants au niveau moyen, s'op

posent

aux fractions qui sont les plus démunies (relat

ivement, bien sûr) de capital économique et dont la re

production

instituteurs au niveau moyen, professeurs à un autre

niveau, les professions libérales et les cadres occupant des positions intermédiaires (16). On voit ainsi se des siner deux ensembles de positions homologues. A l'un des pôles du premier, les professeurs, originaires dans une forte proportion des fractions salariées des classes moyennes (employés, cadres moyens), dotés de hauts titres scolaires (licence) et de temps libre en abondance, donc portés aux pratiques culturelles les plus légitimes et les plus ascétiques ; à l'autre pôle, les patrons, possesseurs de propriétés rurales et urbaines, dépourvus de titres scolaires et de temps libre, issus des fractions détenant plutôt du capital économique et voués aux pratiques culturelles les moins prestigieuses. Les ingénieurs et les cadres occupent une position neutre, un peu plus proche ce pendant des professeurs que des patrons de l'industrie ou du commerce : ils possèdent plus souvent que les professeurs des valeurs mobilières (soit 27,7 % et 30,4 % contre 21 %), plus souvent aussi des proprié tésurbaines (15,2 % et 15,5 % contre 10,4 %), des résidences secondaires (23,9 % et 22,3 % contre

dépend principalement du capital culturel,

14,2 %)

; ils ont en commun avec les professeurs

d'avoir un niveau d'études (donc des pratiques cultu

relles) plus élevé que les patrons (17).

(15) Les industriels qui, dans les enquêtes à échantillon repré sentatif, où ils sont trop peu nombreux, sont regroupés avec les commerçants, déclarent des revenus nettement supérieurs à ces derniers (33,6 % déclarent plus de 100 000 F de revenus contre 14,5 % seulement des commerçants). L'enquCte de l'INSEE (S. C. , I) fait voir qu'ils sont beaucoup plus proches de la nou velle "bourgeoisie : ils déclarent beaucoup plus souvent des sa laires, des traitements, dos actions, moins .souvent des bénéfi cesindustriels, commerciaux ou non commerciaux.

(16) Au niveau des classes populaires, très fortement hiérarchi séesselon le premier facteur, on n'a pas les moyens de saisir les différences dans la deuxième dimension : cela bien que tout Incline à supposer qu'il existe une opposition entre les ouvriers spécialisés d'une grande usine automobile de province, vivant à la campagne, ayant hérité d'une maison ou des bâtiments de la ferme paternelle, non diplômés mais pourvus d'un petit capital économique (en relation avec le marché des résidences secon daires) et les ouvriers professionnels d'une entreprise de la région parisienne, appartenant à la classe ouvrière depuis plu sieurs générations, pourvus d'une culture de métier, d'une spé cialisation et de diplômes techniques, CAP, BP ou autre (diff érences qui sont ; ans doute au principe de différences dans les prises de position politiques).

(17) Les cadres du secteur privé ont des revenus et mes plus élevés que les cadres du secteur public.

dlplo-

16

Anatomie du goût

Le second ensemble, situé plus bas sur l'axe vertical,

s'organise autour de l'opposition entre les petits com

merçants

d'autre part ; les cadres moyens, les techniciens et les employés de bureau occupent une position interméd iaire, homologue de celle qui revient aux ingénieurs et aux cadres dans l'espace supérieur. Les artisans et commerçants d'art qui, vivant de bénéfices indus triels et commerciaux, sont proches sous ce rapport des autres petits patrons, s'en distinguent cependant par un capital culturel relativement important, qui les rapproche de la petite bourgeoisie nouvelle. Quant aux services médico-sociaux, ils occupent une position centrale, à peu près homologue de celle des profes sionslibérales (bien qu'ils soient légèrement plus dé calés vers le pôle du capital culturel) : ils sont les seuls à disposer non seulement de salaires mais aussi, en certains cas, de bénéfices non commerciaux (com meles professions libérales).

et les artisans d'une part, les instituteurs

On voit immédiatement que l'homologie entre les deux univers s'explique par le fait que leur structure est le produit des mêmes principes : dans les deux cas, on voit s'opposer les propriétaires (possesseurs de leur logement, de propriétés rurales ou urbaines), souvent plus âgés, disposant de peu de temps libre, souvent fils de patrons ou d'exploitants agricoles, et les non-propriétaires, pourvus surtout de capital scolaire et de temps libre, issus des fractions sala riées des classes moyennes et supérieures ou de la classe ouvrière. Les occupants des positions homolo guesde chaque univers, instituteurs et professeurs par exemple, ou petits commerçants et gros commerçants, sont séparés principalement par le volume de l'espèce de capital qui est dominante dans leur structure patr

imoniale : les positions inférieures -et, corrélativement, les dispositions de leurs occupants-, doivent une part de leurs propriétés au fait qu'elles sont objectivement référées aux positions correspondantes du niveau su périeur vers lesquelles elles tendent et auxquelles elles pré-tendent ; cela se voit à l'évidence dans le cas de la petite bourgeoisie salariée, dont les vertus ascéti queset la bonne volonté culturelle, -qu'elle manifeste

de toutes les façons,

en s'inscrivant dans des bibliothèques, en faisant des collections- expriment très clairement l'aspiration à l'ascension à la position supérieure, destin objectif des occupants de la position inférieure qui manifestent

en suivant des cours du soir,

ces dispositions (18).

Si on laisse de côté (provisoirement) les différences qui séparent les trajectoires, donc les habitus comme traces actuelles des déplacements anciens, on a un espace social à deux dimensions dans lequel peuvent être opérées deux espèces très différentes de dépla-

(18) Cette relation de prétendant prétentieux à détenteur assuré qui est celle du petit-bourgeois au bourgeois n'est pas exempte d'ambivalence : cela se voit bien dans la relation entre les memb res des services médico-sociaux et les médecins avec qui leur profession les met en contact et en concurrence et dont ils sont séparés par la barrière des titres scolaires.

cements (19) : cette représentation qui s'impose avec évidence dès qu'elle est construite ne serait pas aussi difficile à conquérir si elle ne supposait une rupture avec la représentation spontanée du monde social que résume la métaphore de "l'échelle sociale" et qu'évo quetout le langage ordinaire de la "mobilité", avec ses "ascensions" et ses "déclins" ; et une rupture

non moins tranchée avec toute la tradition sociologique qui, lorsqu'elle ne se contente pas de reprendre tac itement à son compte la representation linéaire de l'es

pace

sur la "mobilité sociale", la soumet à une élaboration

faussement savante, réduisant l'univers social à un continuum de strates abstraites (upper middle class, lower middle class, etc. ) obtenues par l'agrégation d'espèces différentes de capital que permet la cons truction d'indices (instruments par excellence de la destruction des structures). La projection sur un seul axe que suppose la construction de la série continue, linéaire, homogène et unidimensionnelle à laquelle on

identifie ordinairement la hiérarchie sociale, implique une opération extrêmement difficile (et particulière mentrisquée lorsqu'elle est inconsciente), consistant à réduire à un étalon unique les différentes espèces

de capital ;

l'opposition entre patrons d'industrie et professeurs (ou artisans et instituteurs) et l'opposition entre pa trons et ouvriers ou cadres supérieurs et employés. Cette opération abstraite trouve un fondement objectif dans la possibilité toujours offerte de convertir une espèce de capital en une autre -D. des taux de conver sionvariables selon les moments, c'est-à-dire selon l'état du rapport de force entre les détenteurs des différentes espèces-.

La projection sur un seul axe fait disparaître les op

positions

chaque classe, définie par un volume global de capital, des fractions de classe, définies par la structure de leur capital (20). L'opposition entre les patrons d'in dustrie et les professeurs ou entre les artisans et les instituteurs est d'un autre ordre que l'opposition entre

social, comme font par exemple les recherches

à mesurer par exemple à la même aune

secondaires qui séparent, à l'intérieur de

(19) On examinera plus loin la troisième dimension, celle du temps, c'est-à-dire de la trajectoire individuelle ou collective.

(20) Prendre en compte la structure du patrimoine -et pas seu lement, comme on l'a toujours fait implicitement, l'espèce domi nante dans une structure déterminée, "naissance", "fortune" ou "talents", comme on disait au 19e siècle, ou propriété terrienne capital industriel, commercial ou financier-, c'est se donner le moyen de procéder à des découpages plus précis en même temps que d'appréhender les effets spécifiques de la structure même de la distribution entre les différentes espèces, qui peut par exemple être symétrique (comme dans le cas des professions l ibérales qui unissent à des revenus très élevés un très fort ca pital culturel) ou dissymétrique (dans le cas des professeurs ou des patrons, l'espèce dominante étant dans un cas le capital de culturel, Flaubert dans et l'autre de Frédéric le capital entre économique). les deux pôles Les de balancements l'espace de la classe dominante offrent un bon exemple de l'effet spécifique de la structure du capital (cf. P. Bourdieu, "L'invention de la

vie d'artisle",

94).

Actes de la recherche , I (2),

mars 1975, pp. 67-

les patrons et les ouvriers bien qu'elles puissent pré

senter

mêmes patrons qui, riches en capital économique et, relativement, en capital culturel, dominent sous tous les rapports les ouvriers, aussi totalement dépourvus de capital économique que de capital culturel, appa raissent comme pauvres (relativement) en capital cul turel lorsqu'on les oppose aux professeurs qui, du fait que leur patrimoine se structure selon un profil inver se,apparaissent comme riches en capital culturel et pauvres (relativement) en capital économique. Ainsi, tandis que le volume global du capital possédé définit la classe, c'est la structure patrimoniale, c'est-à-dire la forme de la distribution de ce capital global entre les différentes espèces de capital, qui, à volume de capital équivalent, distingue les différentes fractions, leur assignant leur position dans la classe.

On peut voir un indice objectif de l'équivalence (syn- chronique ou diachronique) de conditions intrinsèque mentdifférentes dans une haute fréquence des déplace mentstransversaux intragénérationnels entre ces con

ditions

la condition de petit agriculteur à celle de petit-

fonctionnaire) que l'on traite ordinairement comme des faits de mobilité ne surviennent que lorsque le maint ien de la position et la sauvegarde des propriétés or

dinales

lui sont attachées, ne peut être assure qu'au prix d'une

reconversion. Le même réalisme qui porte à décrire comme mobilité ascendante les effets, saisis à l'échell edes individus, de la translation de la structure so ciale (tel, par exemple, le passage intra- et surtout inter-générationnel d'instituteur à professeur de CEG), conduit à ignorer que la reproduction de la structure des rapports objectifs entre les positions peut n'être assurée, dans certaines conjonctures, qu'au prix d'une très faible "hérédité professionnelle".

des analogies sous certains rapports (21) : les

: de pareils déplacements ( tel

le passage de

(plus ou moins distinctives ou distinguées) qui

(21) L'homologie entre les deux oppositions, l'opposition entre dominants et dominés et l'opposition entre dominants-dominants et dominants -dominé s, se manifeste non seulement sur le ter rain de la culture mais aussi sur le terrain de la politique, où elle prend la forme d'une opposition entre la droite et la gau che ; mais cette relation entre les positions dans l'espace social et dans l'espace politique se complique encore du fait que, dans les deux cas, l'univers des dominés, absolus ou relatifs (clas sespopulaires ou intellectuels), a ses dominants "locaux" qui, l'arbre cachant la forêt, peuvent agir et choisir en accord avec les dominants (on analysera ailleurs ces bizarreries de l'espace politique que la politologie ignore). Il reste que la limite statis tique entre la droite et la gauche se situe sans doute autour de la diagonale qui va des professeurs d'enseignement supérieur au bas des exploitants agricoles.

L'hypothèse de l'homologie <\-¡

Dans un môme secteur de l'espace social, les différences sont de degré et séparent des individus inégalement pourvus des mê mes ressources rares : il suffit d'essayer de tracer la frontière entre la grande bourgeoisie des grands patrons d'industrie ou de commerce et la petite bourgeoisie des petits entrepreneurs ou des petits commerçants, opposés principalement par des diff érences de richesse , pour rencontrer le paradoxe qu'évoquait Pareto , c'est-à-dire l'impossibilité de discerner le point précis où se divisent des riches et des pauvres pourtant indubitablement distincts. Il en serait exactement de meme dans l'autre secteur inuités du champ, absolues, si le système garanties d'enseignement par des titres n'établissait juridiques, des entre discont des détenteurs de capital culturel qui ne sont jamais séparés pour tant que par des différences de degré.

Cet espace autorise deux espèces de déplacements que con fondent les études de mobilité traditionnelles : d'abord les déplacements verticaux , ascendants ou descendants, dans le même secteur vertical de l'espace, c'est-à-dire dans le môme champ (tels l'instituteur devenant professeur, le petit patron devenant grand patron) ; ensuite les déplacements trans versaux , impliquant le passage d'un champ à un autre, qui peuvent s'opérer soit dans le môme plan horizontal (lorsque l'instituteur, ou son fils, devient petit commerçant) soit dans des plans différents (avec l'instituteur -ou son fils- qui de vient patron du commerce) . Les déplacements verticaux, les plus fréquents, supposent seulement une modification du vo lume de l'espèce de capital déjà dominante dans la structure patrimoniale (du capital scolaire dans le cas de l'instituteur devenant du "volume professeur), global de capital" donc un qui déplacement prend la dans forme la d'un distribution dépla

cement dans les limites d'un champ spécifique (champ univers itaire, champ administratif, champ médical, etc.). Au con traire, les déplacements transversaux supposent le passage à un autre champ, donc une reconversion (qui peut être opérée dans la génération ou, cas le plus fréquent, entre les générat ions) soit d'une espèce de capital dans une autre, soit d'une sous -espèce de capital économique ou de capital culturel en une autre (par exemple de propriété terrienne en capital indus triel ou d'une culture littéraire ou historique en culture éco nomique), donc une transformation de la structure patrimon ialedestinée à assurer le maintien de la position dans la structure des classes.

Tous les déplacements ne sont donc pas équivalents et ils sont très inégalement probables : c'est ainsi que dans la même géné ration, on n'observe pratiquement jamais de mouvements en sens inverse de la hiérarchie des fractions (ou, ce qui revient au même, de la hiérarchie des espèces du capital). La probabilité d'accès à une fraction déterminée de la classe dominante à par tir d'une autre classe est d'autant plus faible que la fraction

occupe un rang plus élevé, c'est-à-dire inversement proportionn elleau taux d'hérédité de la fraction. Les déplacements de grande amplitude, fils de patrons devenant professeurs ou fils de professeurs, patrons, sont extrêmement rares : ainsi, en 1970 les chances de devenir patron de l'industrie ou du commerce sont, pour un fils de professeur, de 1,9 % tandis que les chan ces de devenir professeur sont, pour un fils de patron de l'i

ndustrie,

1,5 %. De même, les chances de devenir artisan ou commerç antsont de 1,2 % pour un fils d'instituteur, celles de deve nirinstituteur sont de 2,4 % pour un fils d'artisan, 1,4 % pour un fils de petit commerçant (S. C. , II).

de 0,8 % et, pour un fils de patron du commerce, de

Anatomie du goût

goûts de classe

et styles de vie

Aux différentes positions dans l'espace social corres pondent des styles de vie, systèmes d'écarts différen tielsqui sont la retraduction symbolique de différences

objectivement inscrites dans les conditions d'existence. Les pratiques et les propriétés constituent une expres sionsystématique des conditions d'existence (cela mê me qu'on appelle un style de vie) parce qu'elles sont le produit du même opérateur pratique, l'habitus, système de dispositions durables et transposables qui exprime sous forme de préférences systématiques les nécessi tésobjectives dont il est le produit (22) : la correspon dancequi s'observe entre l'espace des positions socia

leset l'espace des styles

des conditions semblables produisent des habitus subs-

tituables qui engendrent à leur tour, selon leur logique spécifique, des pratiques infiniment diverses et impré

visibles

fermées

de vie résulte du fait que

dans leur détail singulier, mais toujours en dans les limites inhérentes aux conditions ob-

(22) Les corrélations statistiques entre des propriétés comme le revenu ou le niveau d'instruction et telle ou telle pratique (la photographie ou la visite des musées) n'autorisent pas à en faire des facteurs explicatifs : ce n'est pas à proprement parler un faible ou un fort revenu qui commande les pratiques objectiv ementajustées à ces moyens mais le goût, goCU modeste ou gojlt de laxe , qui en est la transcription durable dans les dispositions et qui trouve dans ces moyens les conditions de sa réalisation. Cela se voit à l'évidence dans tous les cas où, à la suite d'un changement de position sociale, les conditions dans lesquelles l'habitus a été produit ne coïncident pas avec les conditions dans lesquelles il fonctionne et où l'on peut donc saisir un effet aut onome de l'habitus et, à travers lui, des conditions (passées) de sa production.

jectives dont elles sont le produit et auxquelles elles sont objectivement adaptées. Constitué dans un type déterminé de conditions matérielles d'existence, ce système de schemes générateurs, inséparablement éthiques ou esthétiques, en exprime la nécessité selon sa logique propre, essentiellement systématique, dans des systèmes de préférences dont les oppositions re

produisent,

connaissable

la structure de la distribution des instruments d'appro priation, ainsi transmuées en distinctions symboliques.

La connaissance des caractéristiques pertinentes de la condition économique et sociale (le volume et la struc ture du capital appréhendés synchroniquement et dia- chroniquement) ne permet de comprendre et de prévoir

la position dans l'espace des styles de vie de tel indi

vidu ou de tel groupe ou,

pratiques par lesquelles il se marque et se démarque, que si elle s'accomplit dans une connaissance (prati queou savante) de la formule génératrice du système de dispositions génératrices (habitus) dans lequel cette condition se retraduit et qui la retraduit : parler de l'ascétisme aristocratique des professeurs ou de la pr tention de la petite -bourgeoisie, ce n'est pas seulement décrire ces groupes par telle de leurs propriétés, s'agirait-il de la plus importante, c'est tenter de nom mer le principe générateur de toutes leurs propriétés.

sous une forme transfigurée et souvent mé

, les différences

liées à la position dans

ce qui revient au môme,

les

La systématicité et l'unité ne sont dans l'opus opera turn que parce qu'elles sont dans le modus operandi : elles ne sont dans l'ensemble des "propriétés", au double sens du terme, dont s'entourent les individus ou les groupes, maisons, meubles, tableaux, livres, automob iles, alcools, cigarettes, parfums, vêtements, et

Goûts de classe et styles de vie

19

dans les pratiques où ils manifestent leur distinction,

sociales les plus fondamentales parviendraient sans doute

s'exprimer au moyen d'un appareil symbolique réduit

à quatre ou cinq éléments tels que Pernod, mousseux,

eau minérale, Bordeaux, Champagne, whisky, à peu près aussi complètement qu'avec les systèmes express ifsd'apparence plus complexes et plus raffinés qu'of frent au souci de distinction les univers de la musique

à

sports, jeux, distractions culturelles, que parce qu'elles sont dans l'unité originairement synthétique de l'habitus, principe unificateur et générateur de toutes les pratiques. Le goût, propension et aptitude à l'a ppropriation (matérielle et/ou symbolique) d'une classe déterminée d'objets ou de pratiques classés et clas sants, est la formule génératrice qui est au principe du style de vie, ensemble unitaire de préférences dis

tinctive

chacun des sous-espaces symboliques, mobilier, vête ment, langage ou hexis corporelle, la même intention

expressive, principe de l'unité de style qui se livre directement à l'intuition et que l'analyse détruit en découpant des univers séparés (23) : ainsi, la vision du monde d'un vieil artisan ébéniste, sa manière de

gérer son budget, son temps ou son corps,

du langage et ses choix vestimentaires, sont tout entiers présents dans son éthique du travail scrupuleux et im

ou de la peinture.

Le luxe et la nécessité

s qui expriment, dans la logique spécifique de

Le principe des différences les plus importantes dans l'ordre du style de vie et, plus encore, de la "styli sation de la vie", réside dans les variations de la distance au monde, à ses contraintes matérielles et à

son usage

peccable,

tique du travail pour le travail qui lui fait mesurer la beauté de ses produits au soin et à la patience qu'ils ont demandés. Pars totalis, chaque dimension du style de vie symbolise avec toutes les autres et les symbol ise; les oppositions entre les classes s'expriment aussi bien dans les usages de la photographie ou dans la quantité et la qualité des boissons alcoolisées co nsommées que dans les préférences en matière de pein ture ou de musique : de même que l'opposition entre la boisson et l'abstinence, l'intempérance et la sobriét é,le café et la maison, symbolise tout un aspect de l'opposition entre les classes populaires et la petite bourgeoisie, qui identifie ses ambitions d'ascension et ses soucis de respectabilité à la rupture avec tout ce qu'elle associe à l'univers répudié, de même, à l'i ntérieur de l'univers des "connaisseurs", qui mettent le même point d'honneur à posséder une cave choisie qu'à orner leurs murs de tableaux de maîtres, l'oppo sition entre le champagne et le whisky condense tout ce qui sépare la vieille bourgeoisie de la bourgeoisie nouvelle, au même titre que les oppositions parallèles entre les meubles Louis XV et les meubles de Knoll, ou entre le gaullisme et l'atlantisme . Les différences

du soigné, du fignolé,

du fini et son esthé

ses urgences temporelles, qui dépend à la fois de l'ur

gence

de la disposition à prendre ses distances par rapport

objective de la situation au moment considéré et

cette situation : cette disposition que l'on peut à pei

à

ne appeler subjective puisqu'elle est objectivité intério

risée et ne peut se constituer que dans des conditions d'existence relativement affranchies de l'urgence, dépend à son tour de toute la trajectoire sociale (24). C'est ainsi que les ouvriers portent leurs choix plus souvent que toutes les autres classes vers l'intérieur net et propre, facile à entretenir ou vers les vêtements de coupe classique et de qualité avantageuse que la nécessité économique leur assigne en tout cas. Là où les classes populaires, réduites aux biens et aux ver tus "de première nécessité" revendiquent la propreté et la commodité, les classes moyennes, déjà plus affranchies de l'urgence, souhaitent un intérieur chaud, intime, confortable ou soigné, ou un vêtement

à

la mode et original (25). Ces valeurs, parce qu'elles leur sont acquises, et depuis longtemps, donc leur

apparaissent comme naturelles, allant de soi, sont reléguées au second plan par les classes privilégiées :

sacrifiant à des intentions socialement reconnues com

me esthétiques,

et de la composition, elles ne peuvent identifier leur

telles que la recherche de l'harmonie

(23) Destiné à manifester l'unité, qu'appréhende l'intuition imméd iate et sur laquelle se guident les opérations ordinaires de classement, entre toutes les propriétés attachées à un groupe, le schéma théorique des pratiques et des propriétés constitutives des différents styles de vie, juxtapose des informations ressor tissant à des domaines que le système de classement ordinaire sépare -au point de rendre impensable ou scandaleux le simple rapprochement : l'effet de disparate qui en résulte a pour vertu de briser les hiérarchies ordinaires, c'est-à-dire les protections dont les pratiques les plus légitimes sont entourées, et de lais ser ainsi transparaître les hiérarchies économiques et sociales qui s'y expriment, mais sous une forme méconnaissable.

que (24) l'on On a pourrait montré appeler ailleurs "théorique" comment la -par disposition opposition très à genérale, pratique- et dont la disposition esthétique est une dimension, ne peut être acquise que dans certaines conditions économiques, celles qui rendent possible l'expérience scolaire et le retrait hors des nécessités et des urgences qu'elle présuppose et réalise (cf. P. Bourdieu et L. BoltansM, "Le fétichisme de la langue", Actes de la recherche en sciences sociales, I (4), juillet 1975, pp. 2-32.

(25) La petite bourgeoisie nouvelle se distingue ici encore par le choix particulièrement fréquent des adjectifs les plus "distin gués" ou disünetifs (composé, en ce qui concerne l'intérieur, chic et racé pour le vêtement).

20

Anatomie du goût

distinction"vertus" qui,à desdepuispropriétés,longtempsdespossédées,pratiques oun'ontdesplus à être revendiquées ou, devenues communes, ne peu vent plus l'être puisque, gardant leur valeur d'usage,

. elles perdent leur valeur distinctive

(26). Les goûts

ce qui est rare et

obéissent ainsi à une sorte de loi d' Engel généralisée :

à chaque niveau de la distribution,

constitue un luxe inaccessible ou une fantaisie absurde pour les occupants du niveau antérieur ou inférieur, devient banal et commun, et se trouve relégué dans l'ordre du nécessaire, de ce qui va de soi, par l'ap parition de nouvelles consommations, plus rares, donc plus distinctives (27).

Ajustées à une condition de classe, comme ensemble

de possibilités et d'impossibilités, les dispositions sont aussi ajustées à une position, à un rang dans la struc ture des classes, donc toujours référées, au moins ob

jectivement,

aux dispositions associées à d'autres posi Par une sorte d'adhésion du second ordre à la

tions.

nécessité, les différentes classes se donnent pour idéal éthique les choix implicites de l'ethos que cette nécess itéleur impose, refusant du même coup les "vertus" appelées par d'autres nécessités. Il n'est pas de pro

fession

petite-bourgeoise d'ascétisme, pas d'éloge du

propre, du sobre, du soigneux, qui n'enferme une condamnation tacite de la saleté et de l'impropriété,

dans les mots ou dans les choses, de l'intempérance et de l'imprévoyance, de l'impudeur ou de l'impudence, comme si les agents ne pouvaient reconnaître leurs valeurs que dans ce qui fait leur valeur, dans la der

nière

conquête, dans l'écart génétique et structural qui les

différence qui est aussi, souvent, la dernière

définit en propre. De même, il n'est pas de revendi cationbourgeoise de l'aisance ou de la discrétion, du détachement et du désintéressement, qui ne vise les "prétentions", toujours marquées en trop ou en trop

peu, de la petite -bourgeoisie, étriquée et tapageuse, arrogante et servile, inculte ou scolaire. Quant aux rappels à l'ordre ("pour qui te prends-tu ?", "ce n'est pas pour des gens comme nous") où s'énonce le principe de conformité, seule norme à peu près ex

plicite

les choix "modestes" en tout cas imposés par les con ditions objectives, ils enferment eux-mêmes une mise en garde contre l'ambition de s'identifier à d'autres

du goût populaire, et qui visent à encourager

(26) La proportion des choix des adjectifs mettant l'accent sur des propriétés proprement esthétiques de l'intérieur, composé, plein de fantaisie, sobre, discret, harmonieux, s'élève à me sure qu'on s'élève dans la hiérarchie sociale (la même tendance s'observe pour l'adjectif artiste, à propos de l'ami).

(27) Tout un aspect de l'action de "moralisation" de la classe

dominante

ture appelle de "modestes" la distribution à la des "modestie", biens en exhortant et pour renforcer, les classes par qu'elle

des rappels à l'ordre explicites, des dispositions par avance ajustées à cet ordre.

consiste en un effort pour fixer un état de la struc

Une boulangère

"jus te dans la moyenne "

Madamede,passédanselle12auneansleD.,étéCEP.laiterie,a boulangèreenétéSonclasseconfiéemaripuisjusqu'ààa Grenoble,àcommed'abordl'Assistance14ouvrieranstravailléorphelinemaisboulangerpublique;n'adeàpasnuitl'âgepen

dant 12 ans. 8 ans;

il s'est installé à son compte,

il y a

Leur fille âgée de 22 ans est mariée et est

préparatrice en pharmacie. Ils sont propriétaires

qu'ils d'une petite vont bientôt boulangerie quitter, (employant avec l'intention un ouvrier) de re prendre un autre petit commerce, mais qui soit moins astreignant, dans la banlieue "moins de tenu". Grenoble Ils une viennent maison d'acheter comportant

une grand un salon, cuisine jardin une et entretenu salle une salle à manger, avec de bains beaucoup plusieurs et entourée de soin. chambres, d'un

"J'aime bien la propreté"

A l 'intérieur, tout reluit,

tout est astiqué :

"ce

n'est pas pour me vanter, mais j'aime bien la pro

preté,

ma poussière, peut-être trop, parce que finalement,

quand on y est tout le temps,

Le souci de se tenir dans ce qui

Ainsi pas juste trop de milieu, se leur faire maison, d'être remarquer, "juste elle dira oriente dans qu'elle la moyenne", tous est ses un propos. de peu ne

au'"le fruit"elle deest notrebien, travail",mais qu'il"uney a récompense",beaucoup mieux quand même; disons que c'est pas mal bien sûr (

un petit truc bien moyen,

alors j 'aime bien bichonner ma maison, faire

on ne ferait que ça".

lui apparaît un

);

ce n'est pas que je suis

*Tous ces entretiens ont été menés en 1974 afin d'ex plorer, aussi systématiquement que possible, les traits les plus significatifs de chacun des styles de vie que l'analyse de l'enquête, à ce moment déjà très avancée, avait permis de dégager : guidé par une

connaissance préalable des caractéristiques génériques de la classe dont l'enquêté faisait partie et de la for

mule

és,on a méthodiquement orienté l'enquêté (souvent uni à l'enquêteur par des relations de famille ou de familiarité) vers les régions les plus centrales de son art de vivre (ce qui explique l'hétérogénéité des discours, à l'opposé de l'homogénéité forcée des don nées que doit recueillir l'enquête statistique) en lui offrant toutes les assurances et les réassurances, voi re les renforcements et les redoublements que, dans les situations ordinaires de la vie, on attend de quel qu'un à qui "on se livre". On s'est enfin efforcé de rendre immédiatement sensible, en la portant à sa plus haute intensité par un usage alterné du style direct, indirect ou semi-direct, la figure concrète de cette totalité systématique, le style de vie, que l'analyse statistique brise dans les opérations mêmes par lesquelles elle la porte au jour.

génératrice qui est au principe de ces propriét

fiêre,

l

dans la moyenne, c'est pas du luxe,

n'est pas non plus tout à fait moyen".

vé très économe"; "en travaillant comme on travail

on n'a

pas

'il y en a qui

ont l'argent,

mais je n'ai pas

c'est malheureux à dire

elle serait un petit peu plus petite, je

'aurais quand même prise.

Il faut dire : a 'est guste

luxe, "On mais a été ce

éle

),

lait,on n'a pas le temps de dépenser (

le temps de sortir, alors on économise par la

force des choses; souvent, j'ai dit,

mais c'est la vérité".

et qui ont le temps, moi j'ai l'argent,

le temps',

"Quelque chose d'intermédiaire entre le très moderne et l 'ancien1

be coup choix de "problèmes". du mobilier, "J'ai de style couru Lêvitan, pas mal a de posé maga beau

sins (

quelque que je vois chose mal qui une aille personne avec mon de 50 âge ans un avec peu, des parce

meubles ultra-modernes (

quelque et l'ancien". chose d'intermédiaire Elle a préféré "attendre entre le très le temps moderne

qu'il faut" pour acheter la maison que d' "acneter

)

pour ne pas me tromper (

);

);

je voulais

j'ai pensé choisir

à l'aveuglette";

"il y en a qui ont tout de suite

une maison, disons que nous, on n'en profitait pas, quelque certain cela ne nombre chose servait de d'années, à plus rien confortable". d'en ce qui avoir; m'a on permis a attendu d'acheter un

"Pas les plus ordinaires mais pas non plus les plus beaux"

Les mais meubles c'est pas du salon, non plus "c'est les plus pas beaux, les plus j'ai ordinaires, choisi quelque chose de classique"; la grande banquette

grise,

n'est pas esclave",

"avec ce ton là, on peut s'y asseoir",

"on

(on n'a pas peur de la salir)

"tout en étant assez bien". Elle a dû faire seule

son mari n'ayant ni le temps,

ni

tous ces choix,

l'envie de l'accompagner : "il s'en foutait complè

tement,

cherchait quelque chose "qui aille avec le style des pièces; sus,mais je il ne faut pense respecter pas être un très certain qualifiée style là-des dans

les pièces. "

il m'a dit 'tu prends comme tu veux' ". Elle

"Ces choses ont de la valeur maintenant, parce que c'est propre"

Sur les murs,

re et un tableau qu'elle a acheté à un "peintre sur

pas toile". les moyens". "J'aimerais Elle bien pense la qu'elle peinture, aimerait mais je peut-être n'ai aussi écouter des disques mais n'en a jamais acheté

et ne se voit pas en train d'en acheter.

ne rien perdre,

un tableau que lui a donné son beau- frè

Le souci

de

le sens de

);

l 'économie l 'ont conduite

les greniers des

à "récupérer" des petits bibelots pour sa maison.

"J'ai des tas de petites saletés, que je récupère,

des choses que j 'ai trouvées dans

tantes, des oncles, des machins que j'ai astiqués.

Toutes ces choses ont de la valeur maintenant parce

que c'est propre (

pérées, masser

à l'époque où je les ai récu

personne ne se serait rabaissé pour les ra

parce que c'était trop

sale."

Goûts de classe

et styles de

vie

21

groupes,

tances avec le groupe, prétention particulièrement con damnée chez les hommes, toute recherche en matière

de langage ou de vêtement étant immédiatement perçue non seulement comme un signe d'embourgeoisement mais aussi, inséparablement, comme l'indice de dispo

sitions

produire un organon éthique commun ä toutes les clas ses est d'avance condamnée, à moins de jouer syst

ématiquement,

de ce que la langue est à la fois commune aux diffé

donc de se distinguer et de prendre ses dis

efféminées. On voit que toute tentative

pour

comme le fait toute morale universelle,

rentes classes et capable de recevoir des sens diffé

rents,

voire antagonistes, qui en sont faits.

ou même opposés, dans les usages particuliers,

Les groupes s'investissent tout entiers, avec tout ce qui les oppose aux autres groupes, dans les mots communs où s'ex prime leur identité, c'est-à-dire leur différence. Sous leur ap parente neutralité, des mots aussi ordinaires que pratique, so bre, propre, fonctionnel, drôle, fin, intime, distingué, sont ainsi divisés contre eux-mêmes, soit que les différentes classes leur accordent des sens différents, soit qu'elles leur donnent le même sens mais attribuent des valeurs opposées aux choses nommées : ainsi de soigné , si fortement approprié par ceux qui lui font dire leur goût du travail bien fait, du fini, critère de toute perfection esthétique, qu'il est chargé de connotations sociales, confusément senties et refusées par les autres ; ou encore de drOle, dont les connotations sociales, associées à une prononciation, une elocution socialement marquée, plutôt bourgeoise ou snob, entrent en contradiction avec les valeurs exprimées, détournant ceux qui se reconnaîtraient sûrement dans un équivalent populaire, comme marrant ou rigolo (28).

La disposition esthétique elle-même qui, avec la com pétence spécifique correspondante, constitue la condition de l'appropriation légitime de l'oeuvre d'art, est une dimension d'un style de vie où s'expriment, sous une forme méconnaissable, les caractéristiques spécifiques d'une condition. Capacité généralisée de neutraliser les urgences ordinaires et de mettre entre parenthèses les fins pratiques, inclination et aptitude durables à une pratique sans fonction pratique, elle ne se constitue que dans une expérience du monde affranchie de l'urgence et dans la pratique d'activités ayant en elles-mêmes leur fin, comme les exercices d'école ou la contemplat iondes oeuvres d'art. Autrement dit, elle suppose la distance au monde (dont la "distance au rôle" mise ;ui jour par Goffmann, est une dimension particulière) qui est le principe de l'expérience bourgeoise du monde. La consommation matérielle ou symbolique de l 'oeuvre d'art constitue une des mnnilesüi lions suprêmes de l'ni - sanee . au sens fi la fois de condition et de disposition

(28) De là 1'interöt et l'extröme complexité du "test éthique" consis tantà proposer à tous les enquôtés, quelle que soit leur classe so ciale, la même liste d'adjectifs, pour caractériser l'ami, le vête ment, où l'intérieur idéal.

22 Anatomie du goût

que la langue ordinaire donne à ce mot. Le détache mentdu regard pur ne peut être dissocié d'une dispo sition générale au gratuit, au désintéressé, produit paradoxal d'un conditionnement économique négatif qui engendre la distance à la nécessité. Par là même, la

disposition esthétique se définit aussi, objectivement et subjectivement, par rapport aux autres dispositions :

la distance objective à l'égard de la nécessité et de ceux qui s'y trouvent enfermés se double d'une prise de distance intentionnelle, redoublement deliberé, par

l'exhibition, de la liberté.

tance

toujours davantage le produit d'une "stylisation de la vie", parti systématique qui oriente et organise les pratiques les plus diverses, choix d'un millésime et d'un fromage ou décoration d'une maison de campagne. Affirmation d'un pouvoir sur la nécessité dominée, il enferme toujours la revendication d'une supériorité légitime sur ceux qui, faute de savoir affirmer ce mépris des contingences dans le luxe gratuit et le gaspillage ostentatoire, restent dominés par les inté

rêts

croît la dis

A mesure que

objective à la nécessité,

le style de vie devient

et les urgences mondaines : les goûts de liberté

ne peuvent s'affirmer comme tels que par rapport aux goûts de nécessité, par là portés à l'ordre de l'esthé tique, donc constitués comme vulgaires. Cette prétention a moins de chances que toute autre d'être contestée puisque la relation de la disposition "pure" et "désintéressée" sur laquelle elle se fonde aux con

ditions

qui la rendent possible, c'est-à-dire aux condi

tions matérielles d'existence les plus rares parce que

les plus affranchies de la nécessité économique, a toutes les chances de passer inaperçue, le privilège le plus classant ayant ainsi le privilège d'apparaître comme le plus fondé en nature.

Connaissant la genèse et la structure du classement arbitraire et méconnu comme tel, donc légitime, qui distingue à l'intérieur de l'univers des objets ouvrés les objets socialement désignés comme oeuvres d'art, c'est-à-dire comme exigeant et méritant d'Être abordés selon une disposition proprement esthétique, ca pable de les reconnaître et de les constituer en tant qu'oeuvres d'art (cf. P. Bourdieu, "Disposition esthétique et compétence artistique, Les Temps modernes, 295, 1971, pp. 1345-1378), on a voulu établir empiriquement les conditions sociales de pos sibilité de la disposition esthétique en déterminant comment varie l'aptitude à adopter cette disposition. Faute de pouvoir mettre en place un véritable dispositif expérimental, on a essayé de mesurer indirectement la disposition esthétique sous la forme de l'aptitude à reconnaftre comme devant Être appréhendés esthé tiquement des objets quelconques mais inégalement constitués esthétiquement, au moment considéré, par la production artisti que; cette aptitude fonctionne sur le mode de la connaissance, c'est-à-dire du savoir, qui n'implique pas nécessairement la pratique correspondante et les déclarations des enquêtes sur ce qu'ils estiment "photographiable" délimitent le champ de ce qui à leurs yeux est susceptible d'iHrc constitué esthétiquement (par opposition à ce qui en est exclu par son insignifiance, ou sa laideur ou encore pour des raisons éthiques). C'est dire que l'aptitude à adopter la disposition esthétique se mesure à l'écart (qui, dans un champ de production dont la loi d'évolution est la dialectique de la distinction, est aussi un décalage temporel, un retard) entre ce qui est esthétiquement constitué par un groupe considéré et ce qui est esthétiquement constitué par l'avant-garde artistique. (Dans la pré-enquOte on avait soumis au jugement ries

"

"J'aime pas en mettre plein la vue

Elle aime son intérieur; si elle dispose d'argent, elle chose préférera pour la maison", "le mettre acheter dans un des meuble rideaux ou ou quelque un ta

pis qu'elle pourra "garder longtemps" plutôt qu'une

robe qui l'année d'après sera un "rossignol" ou qu'un

bijou qu'elle ne portera guère.

"Il y a des gens qui

sont très coquets, qui achètent beaucoup. Moi je n'é

prouve même,

vous ont plUjOn ne sait pas pourquoi, du jour au len

demain,

suffit qu'elles vous fassent mal aux pieds, vous les

mettez une demi-journée ou une heure, puis après vous

dites 'j'ai trop mal aux pieds,

pas', puis ils restent dans la boîte. Je suis sûre

que je ne suis pas la seule dans ce cas".

pas ce besoin parce qu'après tout, quelquefois

on achète des trucs qu'on ne met jamais.

Ils

ils ne vous plaisent plus. Des chaussures, il

zut, je ne les mets

Elle "aime

les "bijoux en or" mais ne met pas

elle

sort

les vrais bijoux",

ceux qu'elle a. "J'aime pas en mettre plein la vue,

sortir tous mes bijoux, on dira 'tiens,

tous ses bijoux'; j'aime pas exposer toutes mes ri

chesses

si on peut appeler çà comme çà."

"S'arranger un peu, sans plus"

Elle ne "met jamais

ne suis pas de celles qui dépensent beaucoup en toi

lette".

cher" pour les vêtements :

on n'est jamais

"je

De toutes façons,

on a beau faire,

"la mode change, change ;

à la mode si

(

)

on va par là". Aussi recherche-t-elle plutôt des vê

tements

vitation

finir, qu'il faut ça ne trop sert acheter qu'une de fois choses pratiquement". chères et pour Elle en va

de temps en temps chez le coiffeur,

elle une "corvée" : il faut "s'arranger un peu, mais

sans plus". A la campagne où elle a passé son enfan ce,"ça ne se faisait pas de se mettre devant sa gla

ce et de se maquiller" . Dans la

Madame D. ne fait pas beaucoup de cuisine parce

qu'ils ne sont que deux ; mais,

ques", des de, rôtis elle des "aime de quiches toutes beaucoup lorraines, sortes, cuisiner des des tomates des gratins choses farcies. dauphinois, classi

"classiques" . Elle hésite à accepter une in

à un mariage :

"ça ne me dit rien parce

et c'est pour

vie quotidienne,

lorsqu'il y a du mon

"Ceux qui foutent tout par les fenêtres

Ellegoûts"s'entendqu'elle,trèsaimebien"avoiravecaffaireceux quià ontdes gens"les mêmeshonnê radin" tes". Etant ("mais "assez enfin économe on n'aime tout pas en le n'étant gaspillage"), pas, disons, elle pense qu'elle ne pourrait pas s'entendre avec

des gens qui, au contraire,

nêtres".

gairement,

"foutent tout par les fe

Elle comprend mal ceux qui "pour parler vul

tirent le diable par la queue, mais autant

ils gagnent, autant ils dépensent (

les plus riches qui se refusent le moins de choses,

souvent c 'est les gens de classe moyenne qui,

ne se refusent rien ;

boivent du bon vin quand çà leur dit et quand ils

arrivent plus, ils font marquer". Elle enferme dans

).

C'est pas

au fond,

n'y

ils ont envie de gâteaux, ils

en fin de mois, demandent que

la mime condamnation ceux qui ne savent pas "diriger

leur budget" et qui,

les dépenses soient inscrites sur leur compte afin qu'elle de payer ne plus les tard, désigne c'est-à-dire, pas explicitement, sans doute, les ouvriers. bien

"Les émissions gaies,

où il

Elle n'a pas été au cinéma "depuis dix ans au moins",

n'a pas le temps de lire des quotidiens,

domadaires

clients oublient parfois dans la boulangerie, "beau

ni les heb

n'y

a pas

trop à réfléchir"

comme Match ou Jours de France que des

"aime les émissions gaies",

où "il n'y

réclames". coup de pages Elle pour regarde pas grand un peu 'chose la télévision, et beaucoup mais de

"pas trop", le dimanche surtout, mais jamais après

heures du soir ; elle n'est pas une "fanatique

de

a

en particulier à condition que le réalisateur ne cherche pas "à trop bien faire" : "plus ça va, plus

veulent je trouve tellement que même bien les faire, émissions le de classique variétés, c'était elles mieux". pas les Elle émissions refuse d'Averty. toute recherche "J'aime formelle, pas du tout n'aime ces

trucs

on voit une jambe. Je trouve ça bete,

dois être de l'ancienne école (

dix

la télé",

pas trop à réfléchir", les émissions de variétés

tout coupés, on voit une tète, on voit un nez,

). On sûrement, voit un je chan

teur qui est long, sur trois mètres de long, après, il

y a des bras sur deux mètres de large,

ça marrant ? Ah, j 'aime pas,

elle pas l'intérêt aime regarder de déformer un chanteur les choses". "classique", Par contre, c'est-à- qui dire"un soit chanteur de taille qui normale chante, et qui qui chante ne soit normalement, pas déformé".

vous trouvez

c 'est bête, je ne vois

"Mon mari n'aime pas l'hôtel11

Chaque année, ils partent en vacances quinze jours ou

trois

semaines avec une caravane ; ils ont été deux

pas

ou trois fois dans un camping sur la cote d'Azur et

Grenoble. dernièrement Avant au bord d'avoir d'un la lac caravane, dans la ils région n'allaient de

pas en vacances, son mari "n 'aime pas l 'hôtel,

du tout, pas le restaurant". Pendant les vacances,

fait son mari beaucoup joue beaucoup d'amis". Quant aux boules, à elle, aux elle cartes, n'aime "se pas

rester sans rien faire d'utile ; aussi elle se repose

et tricote ou fait de la tapisserie :

temps agréable ;

"c'est un passe-

Ils vont

le temps passe plus vite".

un peu sur la plage,

mis. En dehors des vacances, les contraintes du tra

vail

travaille tous les dimanches soirs à partir de 21 heu

Ils res arrivent ce qui l'oblige tout au à plus dormir à sortir le dimanche "une fois après-midi. l'an,

pour

fait que c'était férié, on fermait deux jours,

manche

prennent le pastis avec des a-

son mari

sont telles qu'ils ne peuvent sortir ;

le lundi de Pâques ou le lundi de Pentecôte. Le

et le lundi".

le di

Goûts de classe

et styles

de vie

23

enquêtes des photographies, célèbres pour la plupart des objets simplement nommes dans l'enquête proprement dite -galets, fem me enceinte, etc.- et les réactions enregistrées devant le sim ple projet de l'image se sont révélées tout à fait semblables à celles que suscitait l'image réalisée ; on avait eu recours à des photographies d'une part pour éviter les effets d'imposition de l égitimité qu'aurait produits la peinture et d'autre part parce que, la pratique de la photographie étant perçue comme plus accessi ble,les jugements formulés . risquaient d'etre moins irréels).

Il n'est rien en effet qui distingue aussi rigoureusement les différentes classes que les dispositions et les com pétences objectivement exigées par la consommation lé gitime des oeuvres légitimes ; et, plus rare encore que cette capacité, relativement commune, d'adopter un point de vue proprement esthétique sur des objets déjà constitués esthétiquement -donc désignés à l'admiration

de ceux qui ont appris à reconnaître les signes-,

la

capacité réservée aux "créateurs" de constituer esthé

tiquement

(parce qu'appropriés, esthétiquement ou non, par le vulgaire) ou l'aptitude à engager les principes d'une esthétique "pure" dans les choix les plus ordinaires de l'existence ordinaire, en matière de cuisine, de vêtement ou de décoration par exemple. Affrontés aux oeuvres d'art légitimes, les plus démunis de compétenc espécifique leur appliquent les schemes d'application universelle de l'ethos, ceux-là même qui structurent leur perception des objets du monde : n'accordant qu'une attention secondaire à la forme, faute de pou voir écarter les écrans éthiques qui empêchent de la

percevoir en tant que telle et faute surtout de posséder les moyens de saisir les propriétés distinctives de ma nière et de style qui lui adviennent dans sa relation à d'autres formes (c'est-à-dire dans et par la référence

au

vent que s'attacher à la chose représentée, s'interro-

geant sur ce qu'elle "veut dire" et lui refusant toute valeur si elle ne remplit pas sa fonction première,

dire ce qu'elle a

sente. Mais elle n'est justifiée pleinement, quelle que soit la perfection avec laquelle elle remplit sa fonction de représentation, que si la chose représentée mérite de l'être, si la fonction de représentation est subordonnée à une fonction plus haute, par exemple louer et exalter, en la fixant et en l'éternisant, une réalité digne d'être sublimée. Tel est le fondement de ce "goût barbare", dont parlait Kant et auquel les formes les plus antithétiques du goût dominant se réfèrent toujours négativement : ce fonctionnalisme réaliste ne reconnaît que la représentation réaliste d'objets désignés par leur beauté et leur importance sociale, excluant la possibilité qu'une chose laide

puisse faire l'objet d'une belle représentation (le ser

pent)

des objets quelconques ou même "vulgaires"

champ des oeuvres et à son histoire),

à dire,

ils ne peu

représenter ce qu'elle repré

ou qu'une chose belle fidèlement représentée ne

soit pas belle automatiquement (le coucher de soleil) (20). L'intéi'êt pour In forme, lorsqu'il arrive qu'il

(29) Pour une analyse du goût populaire comme "goût barbare'1 en tout opposé au goût "pur" et "désintéressé", voir P. liouruieu

et al. , Un att moyen,

opi_ci_t:_ , pp.

113-133.

24 Anatomie du goût

s'exprime, trouve encore son fondement dans les sche mes de l'ethos, dispositions éthiques engendrant des produits d'une systématicitê non voulue, en tout oppo sées aux principes plus ou moins complètement expli cités d'un parti esthétique (30) : il ne revêt son vrai sens que si on le rapporte à son véritable principe, le goût du travail sqigné par exemple, qui s'exprime

aussi dans toutes les pratiques, hyper correction du lan

gage,

l'intérieur.

L'aptitude à penser comme beaux ou, mieux, comme justiciables d'une transfiguration artistique (à travers la photographie, le plus accessible des instruments de production artistique), des objets quelconques et ordi naires (comme une écorce, une charpente métallique, des choux), spontanément "odieux" (comme un serpent) ou socialement taboues (comme une femme enceinte ou un accident d'automobile) est très fortement liée au capital culturel hérité ou acquis scolairement (3i). Seu le une minorité (faite de producteurs artistiques, de professeurs d'enseignement supérieur et d'intermédiaires

correction stricte du vêtement ou sobriété de

culturels) juge, comme le veut la définition légitime de

la disposition légitime ("il n'est point de

") ,

que toute chose peut faire l'objet d'une belle photogra

phie.

Lés membres des classes populaires et des fractions les moins

riches en capital culturel des classes moyennes refusent syst ématiquement la recherche proprement esthétique lorsqu'ils la rencontrent dans les spectacles qui leur sont familiers, les va riétés télévisées en particulier : "J'aime pas du tout ces trucs

tout coupés, on voit une tête, on voit un nez,

be (

long, après il y a des bras sur deux mètres de large, vous

trouvez pas l'Intérêt ça marrant de déformer ? Ah, les j'aime choses" pas, (Boulangère, c'est bête, je Grenoble). ne vois Différentes enquêtes confirment cette hostilité à toute espèce de recherche formelle. Telle étude enregistre le déconcertement des téléspectateurs devant Les Perses, spectacle stylisé et difficile a suivre, du fait de l'absence de dialogues et de trame visible (Les Téléspectateurs en 19(37, Rapport des études de marché de l'ORTF, I, pp. 69 sq. \ Telle autre, qui compare les réactions devant "le gala de l'UNICEF", de style classique, et "Allegro", moins traditionnel, établit que le public populaire tient la recherche dans les prises de vue et la stylisation du décor pour un appauvrissement de la réalité et perçoit souvent comme défaillances techniques les prises de vue en surexposit ion; au contraire, il applaudit à ce qu'il appelle "l'ambiance",

on voit une jam

)

On voit un chanteur qui est long, sur trois mètres de

(30) Tel est sans doute le fondement objectif de la représentation

antithèse populiste parfaite du prolétaire de l'intellectuel, comme "en "pour soi", opaque, soi" transparent dense et à dur, lui- même, et inconsistant.

(31) La dépendance des goûts en matière de culture légitime à l'égard des conditions économiques s'établit donc ù la fois par l'intermédiaire de la disposition esthétique dont elles rendent possible tant la constitution que la mise en oeuvre (distance à la nécessité) et par l'intermédiaire du capital culturel qui, ne pouvant être accumulé -c'est-à-dire incorporé- qu'au prix d'une dépense d'argen' et de temps, en est une forme transformée.

c'est-à-dire une certaine qualité des rapports créés entre le public et les artistes, déplorant l'absence d'animateur comme un manque de chaleur (ibid, p. 78). On sait de même qu^au c inéma, le public populaire, souvent déconcerté par les flash back, se plaît aux intrigues logiquement et chronologiquement orientées -vers une happy end et "se retrouve" mieux dans les

"histoires" situations et ambiguës les personnages et symboliques, simplement agencées dessinés sans que ordre dans appa les rent et renvoyant a des expériences et à des problèmes total ement étrangers à l'expérience ordinaire. On voit dans tous ces exemples que le principe de ces refus ne réside pas seulement

à dans tout un un défaut ensemble de compétence de "valeurs" technique, que nie la mais recherche dans l'adhésion formelle. C'est ainsi que le goût que manifeste le plus souvent le public populaire pour les spectacles les plus spectaculaires (music-hall, théâtre de boulevard, cirque, films à grand spectacle, etc.) et pour l'aspect le plus spectaculaire de ces spectacles, costumes, musique, action, mouvement, féerie, et surtout la passion pour

leurs toutes effets les formes de la de parodie comique ou de et la notamment satire des pour "grands" celles (imitateurs qui tirent j chansonniers, etc.) sont des dimensions d'un ethos de la fPtc. de la franche rigolade, rire libre qui libère en mettant le monde social cul par-dessus tCte , en renversant les conventions et les convenances. Quant à la préférence pour la peinture figurative et pour la représentation fidèle de la beauté naturelle, bel enfant, belle jeune fille, bel animal ou beau paysage, elle s'inspire év

idemment

c'est-à-dire l'artiste, au premier plan, avec ses intentions, ses jeux, ses effets, rejette la chose môme à distance, et interdit la communion directe et totale avec la beauté du monde qui

est la forme par excellence de l'expérience esthétique populai re(32). Rien n'est plus opposé à ce culte de la beauté et de la joie du monde que doit servir l'artiste que les recherches de la peinture cubiste, perçues comme des agressions, unaniment dénoncées, contre l'ordre naturel et surtout contre la figure humaine.

d'un refus du formalisme qui, en mettant la forme,

Les écarts entre les classes ne sont pas moins mar

qués quand on considère la compétence spécifique qui est une des conditions (tacites) de la consommation

des biens de culture légitime. Ainsi,

compositeurs de musique identifiés est étroitement fonction du capital scolaire (de là, par exemple,

le nombre de

(32) La recherche formelle -qui, en littérature ou au théâtre,

conduit à l'obscurité-

des indices de ce qui est parfois ressenti comme une volonté de tenir à distance le non-initié ou, comme disait à peu près un autre enquêté à propos de certaines émissions culturelles de la télévision, de parler à d'autres initiés "par dessus la tête du public". Parce qu'elle appartient à l'ordre du sacré, du séparé, la culture légitime s'annonce toujours en effet par tout un appareil de mise à distance dont la solennité du musée est un exemple parmi d'autres. Ce n'est pas seulement parce qu'il offre des objets qui font partie du monde familier, dont on sait l'usage, qui pourraient s'insérer dans le décor quotidien, que l'on peut nommer et juger avec les mots de tous les jours (chaud cossu ou ou maigre, froid, simple etc.) que ou à le chichis, grand magasin tape à l'oeil est la ou galerie sobre, du pauvre suré à des ; c'est normes aussi transcendantes, et surtout parce c'est-à-dire qu'on ne s'y aux sent règles pas me de savoir-vivre d'une classe réputée supérieure, et que l'on se tient pour autorisé à juger librement, au nom de l'arbitraire légitime des1 goûts et des couleurs.

est, aux yeux du public populaire, un

Goûts de classe et styles de vie 25 TABLEAU 1 GOÛTS ET PRATIQUES CULTURELLES I
Goûts de classe
et styles de vie
25
TABLEAU 1
GOÛTS
ET
PRATIQUES CULTURELLES
I
1 1
1 1
1
1
1 1
1
1 1
1
1(1) à
et
les
cadres
(2>dans
du
petite
cadres
patrons
ducteurs
nouvelle
CLASSES
CLASSES
artisans,
employés,
l'exclusion
instituteurs
techniciens,
professeurs,
del'i
commerçantsn
intermédiaire01
o commeinn 5
,ingérnn °> £to PCO £•CDto
bourge«03*(0
caíQ-(D03
moyensdog|3»■ice.
Oto
1
coucher de
soleil
de01pm►iicullatD01P_PtD\01eraicole01
58,8
80,4
première
a < fB*
§ Pourc
communion
lapetitebgCD55'(DifDIle-§p3miemblfD*<m0000fD•vice¡s
danse un jouant
îb' C m
CLfB
petico
89,2enOOOSto-q56,o4*.O16,cooso10,:ODosOS1 ■"" —^t-1 'OSos CLASSESPOPULAIRESnn
S
folklorique
00
tD 3
tO-qocoooo47,4».OtoCOo
MOYENNESnnenoo4^
84,1COt—'enentoCO60,oenenco32,112,115,1uul-lI—1CD
fillette
lesseo:étaiiCD01fD g101CDooartisScoCDoi1-1gCL
avec
chat
suivai
mbre
toCO4*to50,oen-q©ento,6
(2)nnH*h->CD 71,8i—iCO-qCOen«o53,00OSo-qen,322,2tocoCDtoeoCDH-1-q
5z!
femme
nMOO 90,94^CO4*enooos57,OSenOSos23,toCDh->t-14a.H-1toO(—'o
co§
allaitant
ooCL13fDOPeraorie
écorce
1
XM
charpente
CO
faire
métallique
médicc
20,2
une'
itiqu:
femme
£.fD soci
m
4». H" oo
)-S0Cp"
enceinte
belliCD
-q
£
choux
CO
10,enMOS-qOCD
pholÖ
eratBs
CO
accident
to
3i
73,1H1~qCOCOOS"enOSenen-q-qenCO,823,1COto-qCOtoenoo11,8enCDen721,OSen-aosoooenosCOenCD-qootoH-»OSCO4»-CDoo professionslibéralesnnento
d'auto
o
CO4*.OS~q SUPERIEUREnII
64,3-q-qcoosooeno4*ento00oo,323,419,COh-»-q-q4*enCDtoCOotooo(~>I—>to»->en-300eo4».CDtoentocooCOosto-aoen
¿0353,1totototocoen4*.ooi-1eneoen4*,349,440,-aCO-qO^_i~qCO~qooH»CO10,entoi_>o4*-toCDCD4^osooCD"HlMCOO4*-toCOos4».osen artisn11
Iadm.moyensnto00 85,6COenenen-qto59,os4*OSCOtoCDC7IosCOooi-iH10034,418,oi-»-q814,entotoooenOS4*-toeotoCDen4>-)-'to4^.en00o*>
Raphaël
23,1
18,6
27,1
21,6
23,1
32,1
n00 88,3h-»CDtoenoos74,oencoCD,424,7toCOCDCOOcoCD15,315,co18,I-1I-1toen1—»toen4*-ooOSenosCDosCDM4>-toCDto1—>eneotooo
LES
LespgofDS
-q
Buffet
:>—■eo-qtoo6
hdM
(m ;s
Utrillo
4 18,
ont
tocoi—»25,osos4*.to4*-entoos
16,
12,
Vlaminck
INTRES
é&o
Watteau
c
i-1i—»co4*.eni—>*-4^-OSoo
toeoenen0000coh-14*
Renoir
»wH
o
1M
ooeotootoos4^MenOS£»CDen4*~qtoooenenh-1enosoCDi
:^-ototot->00coCOCD4^J*3toenosen4».OSOSenco4*-COtoosCOi-1CO
11,to16,4»(-1OcoH*toco4^totoenoo-qooh-1tol->to-qostoenooso
Van Gogh
4^
•épons
4*-
1
Dali
fD01fDXnlue!
to
os
Braque
h-> -a
oo
Goya
os -q CD oo i—1 t-> 00 H-» I-" to
h-' 4*- 1—' -q -q
i—» t—' os
Bruegel
os
CO
-q -q
en
to
1
Kandinsky
CD
o
'art,

26 Anatomie du goût

l'écart entre les industriels et les gros commerçants et les artisans ou petits commerçants) : alors qu'au cundes ouvriers ou des employés interrogés n'est capable d'identifier douze au moins des compositeurs des seize oeuvres proposées, 52 % des producteurs artistiques et des professeurs (et 78 % pour les seuls professeurs d'enseignement supérieur) atteignent ce score (33).

Le taux de non-réponses à la question sur les peintres ou sur les oeuvres de musique préférés dépend aussi étroitement du niveau d'instruction, opposant fortement les classes populaires, les artisans et les petits commerçants, aux classes supérieu res(34). De même, l'écoute des chaînes de radio les plus "sa vantes", France -Musique et France -Culture, et des émissions musicales ou culturelles, la possession d'un electrophone, l'au dition de disques (dont on ignore la nature, ce qui minimise les écarts), la fréquentation des musées et le niveau de compétence en peinture, autant de traits qui sont tous fortement córreles entre eux, sont étroitement fonction du capital culturel et hiérar chisent brutalement les différentes classes et fractions de classe (l'écoute des variétés variant en sens inverse) (3.r>).

Distance respectueuse et familiarité

. Les différentes classes sociales se distinguent moins par le degré auxquels .elles reconnaissent la culture légitime que par le degré auquel elles la connaissent les déclarations d'indifférence sont exceptionnelles et plus encore les rejets hostiles -au moins dans la si

tuation

d'enquête culturelle comme quasi-examen-. Un des

d'imposition de légitimité que crée la relation

(33) Du fait qu'elle se présentait comme Un véritable test de connaissance, la question sur les compositeurs a permis de mesurer les niveaux de compétence spécifique et leurs varia tions selon différentes variables plus précisément que la ques tion sur les peintres qui avait la forme d'une question de préfé rence mais ne fonctionnait comme telle qu'a partir d'un certain niveau de compétence. (34) Toutefois, dans ce cas, le fait de répondre ou non dépend sans doute autant des dispositions que de la pure compétence en sorte que le snobisme culturel qui caractérise tout particuli èrementla petite bourgeoisie nouvelle, peut s'y exprimer (tandis que, à l'inverse, les instituteurs qui identifient plus de compos iteurs que les membres de la petite bourgeoisie nouvelle -les intermédiaires culturels exceptés- renoncent plus souvent qu'eux à exprimer leurs préférences). (35) Pour des activités qui, comme la pratique d'un art plasti queou d'un instrument de musique, supposent un capital cultu relacquis le plus souvent en dehors de l'école et indépendant (relativement) du dop ré do certifie:! lion scolaire, la corrélat ion,très l'intermédiaire forte de aussi, la trajectoire avec la classe sociale sociale, (ce qui s'établit explique par la position particulière de la petite bourgeoisie nouvelle).

plus sûrs témoignages de reconnaissance de la légiti mité réside dans la propension des enquêtes à diss imuler leur ignorance ou leur indifférence et à s'effor cerde proposer les opinions et les pratiques les plus conformes à la définition légitime : il suffit de rappor terles opinions sur la musique à la connaissance des oeuvres pour voir qu'une bonne partie (les deux tiers) de ceux qui choisissent la réponse la plus "noble" ("j'aime toute musique de qualité") ont une connaissan cemédiocre des oeuvres musicales ; de même, à un autre niveau, nombre de ceux qui disent aimer "les valses de Strauss" sont parmi les plus totalement démunis de compétence culturelle et rendent hommage à la légitimité culturelle dont l'enquêteur est à leurs yeux dépositaire en choisissant dans leur patrimoine ce qui leur paraît le plus conforme à la définition légitime. Mais cette reconnaissance, indubitable, n'ex

clut pas le sentiment de l'exclusion.

Pour plus de la

moitié des personnes interrogées, la culture savante est un univers étranger, lointain, inaccessible et c'est seulement au niveau des détenteurs d'un titre d'ense ignement supérieur que le sentiment d'être de plain

pied avec les oeuvres légitimes cesse d'être le privi lège d'une minorité pour devenir un attribut statutai

re(36).

On pourrait dire que la distance aux oeuvres légitimes se mesure à la distance au système scolaire si l'édu cation familiale ne jouait aussi un rôle irremplaçable, en raison de sa priorité et de sa précocité, dans la transmission des instruments d'appropriation et du mo de d'appropriation légitime. Ce n'est pas par hasard que les enquêtes sur les pratiques et les opinions en matière de culture tendent à prendre la forme d'un examen dans lequel les enquêtes, qui sont et se sen tent toujours mesurés à une norme, obtiennent des résultats hiérarchisés conformément à leur degré de consécration scolaire et expriment des préférences qui correspondent toujours assez étroitement à leurs titres, tant dans leur contenu que dans leur modalité. La. vérité, à première apparence paradoxale, est que,

(36) L'effet d'imposition de légitimité qui s'exerce dans la situa tiond'enquête est si fort que l'on peut, si l'on n'y prend garde, produire, littéralement, des professions de foi esthétiques qui ne correspondent à aucune pratique réelle. C'est ainsi que dans telle enquête sur le public du théâtre, 74 % des enquêtes de des niveau jugements primaire préformés (et 66 tels % de que niveau "le théâtre secondaire) élève approuvent l'esprit" et se perdent en discours de complaisance sur les vertus "posi tives", "instructives", "intellectuelles" du théâtre, par opposi tionau cinéma, simple délassement distrayant, facile, factice, voire vulgaire. Si fictives soient-elles, ces déclarations enfer ment une réalité et il n'est pas indifférent que ce soient les plus démunis culturellcmcnt, les plus Hros, les plus éloignés de Paris, bref ceux qui ont le moins de chances d'aller réell ement au théfttre qui reconnaissent le plus souvent que "le théâtre élève l'esprit".

LU Q) LES JUGEMENTS SUR LA PEINTURE (1) LES OEUVRES DE LU to C U
LU
Q)
LES JUGEMENTS
SUR LA PEINTURE (1)
LES OEUVRES DE
LU
to
C U o0)
CO
l<
9
pq a «
S
S ni!
|8i! l
So o
SS. is g -S ta33
tí« lai
u
co■ ■ ■LLJ
26,2 62,2
7,3
4,3 31,9
6,6
41,7 65,8 28,3 25,024,2 33
TO CO
16,3 73,5
5,1
5,1 44,4
2,0
41,5 59,8 30,5 26,8 24,4 34
0)
Q
16,9 64,7 11,6
6,8 35,5
7,7
35,8 53,2 23,0 21,9 21,5 39
CO
Gou
2,6 50,0 25,6 21,8 53,2 14,3
17,6 17,6 17,6 20,6 30,8 38
du . commercecadres, moyenstechniciens,instituteurspetite bourgeoisienouvelleCLASSESMOYENNESpatrons de , ingénieursprofessionslibéralesprofesseurs, petitscommerçantsemployés, cadresadm l'ind.et pro
CLASSESPOPULAIRESartisans
4,2 30,3 31,9 33,6 64,1 12,8
14,0 22,4 10,3 12,125,2 25
LU
13,8 56,0 16,3 13,9 45,0
8,6
29,9 42,8 20,9 20,5 24,6 35
4,0 51,5 27,3 17,2 42,2
5,9
22,6 23,7 28,0
6,5 28,0 50,
8,0 27,4 38,9 25,7 55,3 11,4
19,8 19,8 JO, 8 12,6 25,2 42,
o
o
-
30,8 40,4 28,8 57,7 13,5
4,3 17,0
6,4
2,2 21,3 31
ducteurs
artistiques
3,8 13,9 39,2 43,1 75,0 21,3
1,3
2,6
9,1
3,9 13,0 20
CLASSES
SUPERIEURES
5, 5 30, 7 36, 6 27, 2 55, 5 12, 0
15,5 17,4 13,7
8,7 23,3 39,
<W
Les pourcentagesont été calculés non-réponses exclues.
Chaque
invité
choisir trois
entre noms
différents
jugements
qui lui parais
PQ
saitle
plus sujet sujet
proche était était de invité
son opinion.
(2) (1) Chaque
à à retenir
dans une
liste de celui 16 oeuvres.
g

28 Anatomie du goût

plus on s'élève dans la hiérarchie sociale, plus la vérité des goûts réside dans l'organisation et le fonc tionnement du système scolaire, chargé d'inculquer le programme (au sens de l'Ecole et de l'informatique) qui gouverne les esprits "cultivés" jusque dans la re cherche du "tour personnel" et dans l'ambition de 1' "originalité". Liés à la trajectoire sociale et impu tables pour l'essentiel à une transmission de capital culturel non sanctionnée par le système scolaire, les décalages entre les titres scolaires et la compétence culturelle sont toutefois assez fréquents pour que soit sauvegardée l'irréductibilité, que l'Ecole elle-même reconnaît, de la culture "authentique" au savoir "sco laire", en tant que tel dévalorisé.

Il ne serait pas nécessaire de démontrer que la cultu reest acquise ou que cette forme particulière de com

pétence

cation ou que rien n'est plus banal que la recherche

de l'originalité si tout un ensemble de mécanismes so

ciaux

la science doit rétablir tout en établissant par surcroît les conditions et les fonctions de leur dissimulation. C'est ainsi que l'idéologie du goût naturel qui repose sur la négation de toutes ces évidences tire ses appa rences et son efficacité de ce que, comme toutes les stratégies idéologiques qui s'engendrent dans la lutte des classes quotidienne, elle naturalise des différences réelles, convertissant en différences de nature des différences dans les modes d'acquisition de la culture. Cela se voit bien dans les propos de tel esthète de l'art culinaire qui ne parle pas autrement que Francastel lorsque, dans un aveu, pour un historien de l'art, auto -destructif, il ne reconnaît d'autre compé tence légitime en matière de peinture que celle qui permet non de comprendre, mais de sentir : "II ne faut pas confondre le goût avec la gastronomie. Si le goût est ce don naturel de reconnaître et d'aimer la

perfection, la gastronomie, au contraire, est l'ensem bledes règles qui président à la culture et à l'éduca

que l'on appelle le goût est un produit de l'édu

ne venaient dissimuler ces vérités premières que

tiondu goût. La gastronomie est au goût ce que la grammaire et la littérature sont au sens littéraire. Et voilà posé le problème essentiel : le gourmet étant un connaisseur délicat, le gastronome est-il un cuistre ?

(

)

Le gourmet est son propre gastronome, comme

)

l'homme de goût est son propre grammairien (

le monde n'est pas gourmet, voilà pourquoi il faut des

gastronomes (

que nous pensons des pédagogues en général : que ce sont parfois d'insupportables cuistres, mais qu'ils ont leur utilité. Ils appartiennent au genre inférieur et modeste et il dépend d'eux d'améliorer ce genre un peu subalterne à force de tact, de mesure et d'élégante

légèreté (

raffinés sentent cela d'instinct. Pour ceux qui ne le sentent pas, il faut bien une règle. "(37) Ainsi, ce que l'idéologie du goût naturel oppose, à travers

deux modalités de la compétence culturelle

) Tout

Il faut penser des gastronomes ce

)

Il existe un mauvais goût (

)

et les

et de son

utilisation, ce sont en fait deux modes d'acquisition

de la culture, l'apprentissage total, précoce et insen

sible,

mille, et l'apprentissage tardif, méthodique, accéléré ,

effectué dès la prime enfance au sein de la fa

qu'assure une action pédagogique explicite et expresse. L'apprentissage quasi naturel et spontané de la culture se distingue de toutes les formes de forçage culturel, non pas tant, comme le veut l'idéologie du "vernis" culturel, par la profondeur et la durabilité de ses ef fets, que par la modalité du rapport à la culture qu'il favorise. Il confère la certitude de soi, corrélative de la certitude de détenir la légitimité culturelle, qui

est le véritable principe de l'aisance , à laquelle on identifie l'excellence ; il produit un rapport plus famil ier, à la fois plus proche et plus désinvolte, avec la culture, sorte de bien de famille que l'on a toujours connu et dont on se sent l'héritier légitime : la musi que, ce ne sont pas les disques et 1' electrophone de

ses vingt ans, grâce auquel on a découvert Bach

et

Vivaldi, mais le piano de famille, entendu dès l'enfan ceet vaguement pratiqué jusqu'à l'adolescence ; la peinture, ce ne sont pas les musées, soudain décou verts dans le prolongement d'un apprentissage scolai re,mais le décor de l'univers familier.

En outre, comme le sentent bien les prophètes du goût naturel, tout apprentissage rationnel suppose un minimum de rationalisation qui marque sa trace dans le rapport, plus intellectuel, aux biens consommés. Le plaisir souverain de l'esthète se passe du concept. Il s'oppose aussi bien au plaisir sans pensée du "naïf" (que l'idéologie exalte à travers le mythe du regard neuf et de l'enfance) qu'à la pensée (présumée) sans plaisir du petit-bourgeois et du "parvenu", toujours exposés à ces formes de perversion ascétique qui con duisent à privilégier le savoir au détriment de l'expé rience, le discours sur l'oeuvre à la contemplation de l'oeuvre, à la façon des cinéphiles qui savent tout ce qu'on peut savoir sur des films qu'ils n'ont pas vus.

Ce n'est pas, on le sait, que le système scolaire réa lise complètement sa vérité : l'essentiel de ce que communique l'Ecole est acquis aussi par surcroît, tel le système de classement que le système scolaire in culque à travers l'ordre d'inculcation des savoirs ou

(37) P. de Prossac, Considerations sur La cuisine, Paris, NRF, 1931, pp. 23-24 (Cf. aussi, P. Francastel, "Problèmes de la sociologie de l'art", in G. Gurvitch, Traité de sociologie, Paris, PUF, 1963, t. II, pp. 278-298 : "On ne voit pas un tableau dans un pables éclair. de 'voir' Cette se illusion contentent appartient de 'reconnaître' uniquement une à ceux image qui, en inca

la

savoir intellectualisé"). On aurait pu aussi bien citer Proust, (qui n'omet jamais de rapporter les manières à la manière d'acquérir) : "Elle m'agaçait, ce qui était d'autant plus injuste qu'elle était intime ne parlait de "Même" pas ainsi mais pour à cause faire d'une mieux instructipn croire qu'elle trop ra

pide

qu'elle croyait la coutume du pays. Elle avait fait ses classes

en

confrontant, non avec une expérience visuelle, m:tis avec un

qui lui faisait nommer ces nobles seigneurs, selon ce

quelques mois et n'avait pas suivi la filière" (M. Proust,

la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1973, vol. I, p. 44).

A

tableau i.

'agitäervati

sr s sl

demetteursenceoffaamus1GQ55"n.acn«o3*

i(2)

Nombre

3Oo*ÍDCoTIi-ire"3£

COoCO

c
kO

"o 5 CL

tiom

E3 CD

(0 3-

sair»CLc"

decompoisiteuicoopcocolalicoffCLCOoC►in>co&3coJd'to

(1)

Nombre

1

era ►i CLE' CO re re

P'o3"O vite
3S'
°s
înres

3" tait

cofo' 'haque

n

COCL!013(DCO(D8-

Les
pource

ntagesont:été«Í5sco3O31;pon»CQXETco

1

URES>_lenh-1tototoCOosCDtocnoo4>--qcncoCOOSenos33,co38,cntoto35,i—»to-qtoCD001oo*>■H-»1—'Mh-i1I-1OS00coOS

CLASSESSUPERIE

pST.03c.JO|sanco-qh-1H-'COcoCOcni—1CDtototo4*.cn-qCOto1—»J-Jen15,©28,oo23,0055,oí¡encoenocoCO00i—»otoi00enencocoi-a"*>CDcoOS

professeuducteurs

•o Q

"en CO I-1 CO I—1 oo
i

ento1—1toCOenoco00"en
OS

36,

48, t—>

h-»t-»cn
CO
cn

CO
i

4*. O os *»• CO

44,

fessiolibérales

CD
CO

CO CO
oo

en CO -q -q
o

i-1 cn

to 4»-

cn

to

00 to

en

GOÛTS

pro

0) 3

03i—»os¿ttoOSt-*4».COo-qen~qco00oococntoosCO~qCDco~qCD39,-q41,4^eoascotoCDcocoas"-o11CDI—'enCDlMcoco00os

i cadres,

ingénieu

I

cootoooCOOSenOSoootoCDCOooCO00COCO67,ascoOSCOCOoenCD_g0011ooooCOoo1cocoCOosos-3

commerce

du

et

1 1

patrons clel'ind.

OS
cn

00 CO co
co

4*^-*(UCOoototo4*-oo

co to
%
en
to

4.3, en

COh-1

00
en

to M CO
CO
co

CO
o

h->
CD
oo

4*. co
OS

cn to

en

oo

CLASSESMOYENNMCfi

*> os

-q
CO

CO

oo

ET

J j j 1

COototoI-1oocococni-1ooencococn4^CO~-qOSooi—1otocoenCOOScoCOCDenenCDOco-qcooenenco-JCOtoi-1t-'OlcoCOoscoosoo*>

nouvelle

petite

argeoisire

boi

Goûts de classe

"-q co00 00

"en
CD

"m

CO 00 en
cn

CD
en

eo en to
as

-q
M

PRATIQUES

^

t1

t—'
1

00 CO o

00 CO -q
CO

(-a CD en co CD
CO

I-«>-" to co

cn co
CO

CD
i

OS

4». os cn

instituteu <s03

-q as

techniciei >03

*4^ -qai en M oo CD

■v, CO Cn en

Vj Vj too

lg eoCD OS

jo co CO co
co

V,
CD

yens

-^ to O3

co en
co

4*.00oocoi—1o-q1—>coi—'

00 en

as 1—' 00 co
o

OS cn o oo CO

oo
to

P

o

3 o

j

,cadrem

employés

cn 00 00 CO to o OS t—» -a

CO 00

00
to

00

co O co
M

to
O

to

os o o

4*

o

commerç
ants

t'

(-• o 00
o

00 o

OSenoCO-qO-qo
o

CO
cn
co

Cn

OS co

en O

to
o

O

1 j

1

petits

artisans,

00 1—> CD CO 00 I—" -q en
as

00 y-'
M

CD

CD

en

00

(-> as
en

y->

CD

t-t h-1 -qJ~> CD
CO
CO
OS
1

OS CO
o

en

o co

4^ o -q

POPULA]
w

00 i1

to i—» to
cn

00 oo
os

CO CO
eo

co
os

1

| 1

CLASSES

et styles

0 et à à à à et 34 1112 23 +histoiressentimentalesrécits 67 defrançai +aucun1 devoyagesaventures,policiersrécitshistoriquesouvragesmodernesouvragesclassiquespoésieessaisphilosophique

sargotiquefautes

scorrectchâtiémarquélégernul

CULTURELLES

de vie

O CO
M

lan{UMrnIoCTQCD
f8"
o

ïb

g.

co

HM

O O

M CQ

w CO

CO

I-1

t-l

H Q W G

MH CQ MH fH

S!

O

2
O^>

HCQ

29

30 Anatomie du goût

l'organisation môme de l'institution chargée de l'assu rer(hiérarchie des disciplines, des sections, des exercices, etc.). MaisÈil doit toujours opérer, pour les besoins de la transmission, un minimum de ratio

nalisation

titue aux schemes pratiques de classement, toujours

partiels et liés à des contextes pratiques, des taxino mies explicites et standardisées, fixées une fois pour toutes sous forme de schémas synoptiques ou de typo

logies

expressément inculquées, donc conservées dans la mé

moire sous forme de savoirs susceptibles d'Ôtre res titués de façon à peu près identiques par tous les agents soumis à son action. En fournissant les in

struments

dre du discours quasi systématique les préférences pratiques et de les organiser expressément autour de principes explicites, il rend possible la maîtrise sym

bolique (plus ou moins adéquate) des principes pratiques du goût, par une opération tout à fait analogue à celle que réalise la grammaire, rationalisant, chez ceux qui l'ont, le "sentiment de la beauté", lui donnant le mo yen de se référer à des règles, à des préceptes, à des recettes, au lieu de s'en remettre aux aléas de l'improvisation, substituant la quasi-systématicitê in

tentionnelle

vede l'esthétique en soi produite par les principes pratiques du goût. Mais par là, et c'est ce qui déter mine la fureur des esthètes contre les pédagogues et la pédagogie, il procure des substituts à l'expérience directe, il offre des raccourcis au long cheminement de la familiarisation, il rend possibles des pratiques qui sont le produit du concept et de la régir au lieu de surgir de la prétendue spontanéité du "goût naturel", offrant ainsi un recours à ceux qui espèrent pouvoir rattraper le temps perdu.

de ce qu'il transmet : c'est ainsi qu'il subs

dualistes (e.g. , classique/romantique) et

d'expression qui permettent de porter à l'or

d'une esthétique à la systématicité objecti

La dépossession culturelle

Réintégrant le rapport à la culture dans le style de vie, dont il constitue une dimension, mais privilégiée (comme principe hautement distinctif de classement social), on peut ainsi caractériser le style de vie des différentes -classes sociales, leur "culture" au sens large de l'ethnologie, en y englobant la possession ou la dépossession de la "culture", au sens restreint et normatif de l'usage ordinaire. Il serait tout aussi vain de tenter de définir le goût dominant sans le réinsérer

dans le style de vie dont il est une manifestation parmi d'autres que d'essayer, par crainte de s'exposer à le décrire en termes de privation, de définir en lui-môme et pour lui-même, en dehors de toute référence à la culture légitime et par là au style de vie dominant, un style de vie qui. comme celui des classes populai resdoit précisément l'essentiel de ses propriétés

à la privation (3 8).

pourrait n'être en plus d'un cas qu'une forme irrépro chable du racisme de classe qui conduit à ratifier la dépossession culturelle (justifiant par là la démission

Le culte de la "culture populaire"

du système scolaire).

pulaires

compris celles qui peuvent apparaître comme les plus positives, au fait qu'il représente une forme d'adapta tionà la position occupée dans la structure sociale : il enferme toujours, de ce fait, ne serait-ce que sous la forme du sentiment de l'incapacité, de l'incompétence, de l'échec, ou, ici, de l'indignité culturelle, une forme de reconnaissance des valeurs dominantes. Ce qui sé pare les classes populaires des autres classes, c'est*

moins (et sans doute de moins en moins) l'intention ob

jective

Le style de vie des classes po

doit ses caractéristiques fondamentales, y

de leur style de vie que les moyens économiques

C'est ainsi que le style de vie popul

et culturels qu'elles peuvent mettre en oeuvre pour la

réaliser, cette dépossession de la capacité de poser

ses propres fins (et l'imposition corrélative de besoins artificiels) étant sans doute la forme la plus subtile

de l'aliénation.

re se définit autant par l'absence de toutes les consom-^ mations de luxe, whisky ou tableaux, champagne ou concerts, croisières ou expositions d'art, caviar ou antiquités, que par le fait que ces consommations y sont néanmoins présentes sous la forme de substituts tels que le mousseux en place du champagne ou le simili au lieu du cuir, indices d'une dépossession à la . seconde puissance qui se laisse imposer la définition des biens dignes d'être possédés.

En fait, le rapport que les membres dès classes po

pulaires entretiennent avec la culture dominante, li

ttéraire

pas si différent de celui qu'ils entretiennent avec leur univers de travail. Exclus de la propriété des instru ments de production, ils sont aussi dépossédés des in struments d'appropriation symbolique des machines qu'ils servent, faute de posséder le capital culturel incorporé qui est la condition de l'appropriation conforme ( au moins dans la définition légitime) du capital culturel objectivé dans les objets techniques : c'est sous la forme de l'opposition entre la compétence -savoir, le mot le dit, qui implique un pouvoir- et l'incompétence, entre la maîtrise pratique et la maîtrise théorique, con naissance des principes et des discours d'accompagnement» qu'ils éprouvent concrètement leur dépossession. Dominés par les machines qu'ils servent et par ceux qui détiennent les moyens légitimes, c'est-à-dire théo riques, de les dominer, ils rencontrent la culture (à l'usine comme à l'école qui enseigne le respect des savoirs inutiles ou désintéressés) comme un principe d'ordre qui n'a pas besoin de démontrer son utilité

ou artistique, mais aussi scientifique, n'est

(38) II ne suffit pas de rappeler, contre le relativisme? demi- savant, que la "culture" dominée est marquée, de part en part, par la culture dominante et par la dévalorisation dont elle fait l'objet. La culture dominante elle-mCme doit aussi ses proprié tésles négativement plus fondamentales par rapport aux au "cultures" fait qu'elle dominées. se définit sans cesse

tableau i.

sujetétaitinvitre»05/op'osirt;roiCDO11CDt01§reistei1?

I(3)

Chaque

sionsCD*01"2-CDgCDCDp.p"rado

(2) II I

d'émis

dutype

s'agit

Louvi3es
ï

I00

unefoisau

-2- g

3o

| au | j (1) I Les

moins

d'à;

activités(pourlesmSees,ES01p"no'S.

t
|CD»S»

différentes

rcen

tagreg"oCD

8 ¡quaiup

sujetétaitinvitT3iss;:CD•e

8ceg
!

pco'
i

Chaque

pourcentages

►ire»1CDCDcoCDOereCD ontété<calculCDnoni

4*-OenOs"-qen-q"-q00CDO%eno-qi-'o-q27,OS52,-qCDOen4*.OScol-looCDto—1to4*Os4*.H-1-qCDCOtoCOl_ltoto

SUPERIEURES

1 1

CLASSES

1

toooocnto-qOCDI—iosenh-1osenos4»-to00ooen4*-OSooco-,ent—*tot—itotoent-1tococo-qcn£>-■•co00ento►t-ooi-»to4*.-q

artistiques

teurs

GOÛTS

professeurs,produc

14*tooo4»OSosCOcnh-iCOIqt-1H-loooscnco"<ih-i-qoscntotocncnooco00entoOsen1enoo-qtotooocntoto

libérales

1 |

professions
|

ingénieurscoCDOSosenoooo00osen"o^,0029,coenco00OSto-q-qOtoto00to00"~cnCOtoI—1^]otocoos00oo00

cadres,

1

j et 1

1H'tnoooocntootoCD-q00*>■i—»OS"viototoOStoosCDtoo10,otoOS©cocooosotoCOoOSI-1ot-looeno

commerce

du

patrons

del'ind.|

ET

1en-qocnCDtocntoh-1©-qentocoh-1co-qco18,encoo~qI—>toeni—'OsOSh-1tocotocotoCO-q-q-q-OS4^CDtoI—1cnCD4*.

MOYENNES

1 1

CLASSES
1

j j J J j 1 j j

1tni-1-qenCD-qOS-qto4»»—*1—'enCOcni-1coeotoh—*oenoseo00CDto10,CD1—1OSotoCDtnoi—'»to4^-CDOSji.toCDj_iCDCO

PRATIQUES

nouvelle

Goûts de classe et styles de vie

petite

bourgeoisie|

1ost-»tnosCDtoOS-qCDH»Oos"*.coCD-qh-1to00tooocnco00i-*t-»enco00enh-4CDtoh-iCDtot>oostnen-qoocoOSt—i

instituteurs

techniciens,

|

JentocnOS4*.-qO-qOh-1totoOScnen(-1enco00tnh-1cn-qtoh-LtoI—»tototo4*--q*>■-qOenooh-locoootnCD

adm.

moyens

employés,

cadres|

1-q00OStnooOSCOCDosi—»tnt-1tooosototooh-»-qOh-*enOtotootooocoooeoosobOocoh->ocotootooo4^••o

commerçants

petits|

artisans,

IOstotocnOoostoostnooenCDtotnCDCDosto-qcotot—00entoCDC5entoen-oeoteh->4^-I .*4^co00-q-

|

POPULAIRES

CULTURELLES

CLASSES

|

|

allydayBreiBrassensFerréDouai plastiquessouventinstr- ou louvre+ et/oucinémadisquessouventarts mod.variétésinformationculturemusiquevariétés mus.souventmusée mus.GuétaryMarianoP.ClarkAznavourH +cuit,

bricolagesouventphoto

art.

"cjo

3
Mco
O

RES

W

s

H Hrj CO

W
co

w w

H

O !> en M

o

H

21

32 Anatomie du goût

pratique pour être justifié (39). L'oeuvre d'art doit sans doute une bonne part de sa légitimité au fait que l'expérience qu'en peuvent faire ceux qui sont dépour vusdes savoirs inutiles dont elle est solidaire n'est que la limite d'une expérience plus fondamentale et plus ordinaire, celle de la coupure entre les savoir- faire pratiques, partiels et tacites et les connaissances théoriques, systématiques et explicites (qui tend à se reproduire jusque sur le terrain de la politique), entre la science et la technique, entre la "conception" et "l'exécution", entre le "créateur", qui donne son nom à son oeuvre "originale" et "personnelle" et s'en attribue ainsi la propriété et le "manoeuvre", simple serviteur d'une intention qui le dépasse, exécutant dépossédé de la pensée de sa pratique (40).

"De même que le peuple élu portait inscrit sur le front qu'il appartenait à Jéhovah, la division du travail imprime à l'ouvrier de manufacture un cachet qui le consacre propriété du capital". Ce cachet, dont parle Marx, ce stigmate, n'est autre que le style de vie lui- même, à travers lequel les plus démunis se dénoncent immédiatement, jusque dans leur usage du temps libre, se vouant ainsi à servir de repoussoir à toutes les entreprises de distinction et à contribuer ainsi, de ma

nière

et de la distinction qui est au principe des changements

incessants du goût. Non contents de ne détenir à peu près aucune des connaissances ou des manières qui reçoivent valeur sur le marché des examens scolaires ou des conversations mondaines, et de ne posséder que

des savoir-faire ou des savoirs qui n'ont aucune valeur sur ces marchés, non contents en un mot de manquer

"ne sa

vent

toute négative, à la dialectique de la prétention

de savoir et de savoir-vivre,

pas vivre",

ils sont ceux qui

ceux qui sacrifient le plus aux nourri

turesmatérielles, et aux plus lourdes, aux plus gros

sières

pommes de terre et corps gras, aux plus vulgaires aussi, comme le vin, ceux qui consacrent le moins au vêtement et aux soins corporels, à la cosmétique et à

et aux plus grossissantes d'entre elles, pain,

(39) Une des fonctions principales de l'enseignement technique consiste précisément à fonder cet ordre en raison, à le natura liseren lui conférant l'autorité de la raison pédagogique et

scientifique (cf. C. Grignon, L'Ordre des choses, Paris, de Minuit, 1971).

(40) "Dans Sud-Ouest Dimanche du 8 août, figure une photogra phied'une II 5 Renault transformée en cabriolet de quatre pla ces. Un article sous-titré 'Quand un carrossier et un couturier s'unissent pour h;ibillcr une voiture' prépente le carrossier Lohr comme l'auteur de la voiture. Ce qui n'est absolument pas le cas. C'est moi qui ai conçu cette version du véhicule, qui l'ai dessinée pour Cacharel et qui en garde la propriété artisti que.J'ai sier,qui personnellement n'a joué qu'un rôle veillé technique. à sa réalisation Il aurait chez donc le été carros plus

conforme à la vérité de sous-titrer : 'Quand un article et un couturier s'unissent pour transformer une voiture. ' " (Courrier des lecteurs, Sud-Ouest Dimanche, 22 août 1976).

Ed.

l'esthétique, ceux qui "ne savent pas se reposer", "qui trouvent toujours quelque chose à faire", qui vont planter leur tente dans les campings surpeuplés, qui s'installent pour pique-niquer au bord des nationales, qui s'engagent avec leur Renault 5 ou leur Simca 1000 dans les embouteillages des départs en vacances, qui se vouent aux loisirs préfabriqués conçus à leur inten tionpar les ingénieurs de la production culturelle de grande série, ceux qui, par tous ces choix si mal inspirés, confirment le racisme de classe, s'il est besoin, dans la conviction qu'ils n'ont que ce qu'ils méritent.

Ouvrier et petit-bourgeois

N'est-il pas significatif que les principes les plus vi

sibles

des statuts et des salaires) qui s'observent au sein de la classe ouvrière so i (Mil. l'ancienneté cl. l'instruc tion(technique ou générale), dont on peut se demander si elles sont valorisées au titre de garantie de compé tence ou de "moralité" (surtout chez les contremaîtres

dont 10,3 % possèdent un titre scolaire au moins égal

au brevet contre 4,4 % des ouvriers qualifiés) ?

part des individus dépourvus de tout diplôme (ou nés

d'un père lui-même sans diplôme) décroît fortement quand on va des manoeuvres aux contremaîtres en pas

sant par les ouvriers spécialisés et les ouvriers quali fiés et des indices d'une disposition ascétique comme

des différences officielles (enregistrées dans

La

le taux de fécondité

(ou la pratique de la gymnastique

et de la natation) varient dans le même sens ainsi que

des

site

théâtre ou du concert, la possession de disques (ou l'inscription dans une bibliothèque) (cf. tableaux en annexe).

indices de bonne volonté culturelle tels que la vi de chateaux ou de monuments, la fréquentation du

Il ne faudrait pas

vailleurs

se confondent avec les couches inférieures de la petite bourgeoisie. Ils s'en distinguent de mainte façon et

en conclure cependant que les tra

placés au sommet de la hiérarchie ouvrière

d'abord par le fait qu'ils se conduisent en travailleurs manuels jusque dans l'usage qu'ils font du temps libre (53,9 % des contremaîtres, 50,8 % des ouvriers quali fiés bricolent au moins une fois par semaine contre 35,4 % des employés, 39,5 % des cadres administrat ifsmoyens). Ils se montrent beaucoup moins soucieux de prendre leurs distances avec les divertissements et les passe-temps les plus typiquement populaires comme la fête foraine ou les spectacles sportifs (60,4 % des ouvriers qualifiés et des contremaîtres, 58,2 % des ouvriers spécialisés et des manoeuvres sont allés au moins une fois dans une fête foraine au cours de la dernière année contre 49,5 % des employés, 49,0 %

des cadres moyens); et l'on sait par ailleurs

VII) que les ouvriers dans leur ensemble regardent un

peu plus souvent les émissions sportives ou les spec

tacles

employés regardent beaucoup plus les émissions scien tifiques, historiques ou littéraires. Cette solidarité

(S. C. ,

de cirque tandis que les

cadres moyens et les

CO CO
03

LES VETEMENT .0) LES MEUBLES (1) L'INTERIEUR (2) (2) CO LU a -3Soo .ïg. a
LES
VETEMENT
.0)
LES MEUBLES (1)
L'INTERIEUR (2)
(2)
CO
LU
a -3Soo .ïg. a a « 2 tu 3 S
SB %Si
1 4?
CO
g &
a P o >« o *j s §
-S s 13 « I
03
LJJ
CLASSESPOPULAIRES
03 CO
37,9 23,6
4,3
1,2
3,7
41,3 44,6 22,4 25,4
4,0
3,2
7,9 23,1
43,6 27,9
3,0
CO
artisans,
commerçants
29,3 27,3
3,0
4,0
8,1
41,4 39,4 45,5 26,3
4,0 5,115,2 23,2
29.3
24,2 12,1
employés
, petits
cadres
adm.
moyens
15,1 35,4 10,5
4,2
4,2
35,0 30,5 44,6 24,2
2,8
2,5
6,337,2
25.4
48,4
5,7
U
techniciens, instituteurs
23,1 42,1
5,3
3,8 10,5
21,8 12,8 40,8 32,1
6,4 10,5 10,3 48,7
31,2 41,6 14,3
CO
petite bourgeoisie
nouvelle
15,5 25,0 11,2 13,8 21,6
11,4 12,5 47,0 33,3 18,6 15,4 19,5 47,0
16,8 38,7 26,1
MOYENNES CLASSES
19,2 33,4
8,8
6,2
9,1
30,3 26,5 44,6 27,5
6,7
6,6 10,9 38,4
25,1 39,4 12,1
O
de l'ind.
et patrons
du commerce
10,039,0
30,0 15,9
18,050,0
10,8 16,6 48,0 24,5 4,9 12,0 11,8 47,1
25,5 33,8
43,1 23,5
cadres, ingénieurs
6,2 28,3 16,8
41,6
14,8 17,5 47,8 19,3
9,6 11,3 36,5 52,6
14,7
13,9
professions
libérales
7,7 30,8 11,5 19,2 61,5
9,6 15,7 43,125,5 17,3 15,7
9,6 47,1
13,5 32,7 21,2
professeurs,
pro
ducteurs
artistiques
30,0 27,5 10,0 21,3 32,5
7,4 13,6 36,3 28,4 14,8 12,5 22,2 46,9
15,0 34,6 13,
SUPEBIEUBES CLASSES
11,4 30,9 17,9 17,7 44,0
10,7 16,5 45,2 22,7 11,1 12,7 25,1 49,8
16,9 35,9 16,
pourcentages
trois goûts;
adjectifs
qualif
s'agir
du lieu
des calculés
lieux)
où non-réponses
ont
été achetés
entre
six celles
propositio
ses
entre
dou sep
(2) (1) Les Chaque II
sujet
était ont (ou invité été
à désigner,
dans
une exclues.
liste les de meubles.
douze adjectifc, les
enfin,
des

34

Anatomie du goût

avec le style de vie populaire,

en sont porteurs, se manifeste dans tous les domaines

et en particulier dans tout ce qui touche

sation de la position sociale, comme le vêtement, où les ouvriers qualifiés et les contremaîtres, tout en se montrant un peu moins soucieux d'économie que les ouvriers spécialisés et les manoeuvres, ne mani festent pas le souci de la tenue qui caractérise les professions non-manuelles, à commencer par les emp loyés

donc avec ceux qui

à la symboli-

Pour un revenu à peu près équivalent, les ouvriers dépensent plus pour l'alimentation, et moins pour tout ce qui concerne les soins accordés à la personne (habillement, hygiène, coiffure, pharmacie) (S. C. , lu) : les hommes consacrent au vêtement 85,6 % de ce que dépensent les employés, et les femmes 83,7 %. Ils achètent les mêmes vêtements à meilleur marché (83 % par exemple pour les manteaux, 68,7 % pour les vestes, 83,5 %

s'attendre à trouver une distance ou une prise de distance, sauf toute négative, par défaut, à l'égard de la classe dominante et de ses valeurs : il y a, bien sûr, tout ce qui est de l'ordre de l'art de vivre, une sagesse acquise à l'épreuve de la nécessité, de la souffrance, de l'humiliation, et déposée dans un langage hérité, dense jusque dans ses stéréotypes,

un sens de la réjouissance et de la fête,

sionde soi et de la solidarité pratique avec les autres (tout ce que résume l'adjectif bon vivant où les clas ses populaires se reconnaissent), bref, tout ce qui s'engendre dans l'hédonisme réaliste (et non résigné) qui constitue à la fois une forme d'adaptation aux condi

tions d'existence et une défense contre ces conditions ;

il y a aussi tout ce qui ressortit à la politique,

tradition des luttes syndicales, où pourrait résider le seul principe véritable d'une contre-culture. Mais ceux qui croient en l'existence d'une "culture populaire", véritable alliance de mots à travers laquelle on impose,

de l'expres

à la

DES

CLASSES POPULAIRES

A

PETITE BOURGEOISIE NOUVELLE

LA

Illustration non autorisée à la diffusion

Illustration non autorisée à la diffusion

chez pour les les femmes) chaussures, et surtout difference des qui vêtements est beaucoup différents plus : marquée des vestes de cuir ou de simili et des canadiennes, par opposition aux manteaux des bleus des de travail employés par ; opposition des combinaisons, aux blouses des et salopettes tabliers, ou ves tes, vestons et blazers. Les ouvriers qualifiés, seule catégorie Isolée dans les statistiques disponibles, se distinguent presque autant l'ensemble des employés, des ouvriers bien (sauf qu'ils sur aient un point, les mêmes les dépenses revenus, en que mat

ière

de films et de disques).

Bref, tout semble indiquer qu'entre les ouvriers et les employés passe une véritable frontière, au moins dans l'ordre du style de vie (41). L'ensemble des ou vriers, quel que soit leur statut professionnel ou leur sexe, reste soumis au principe de conformité qui, en plus d'un cas, cesse d'être un principe négatif pour conduire à une solidarité active. Ce n'est pas sur le terrain de la culture, toutefois, que l'on peut

la définition dominante de la

culture, doivent s'attendre à ne trouver, s'ils vont y

qu'on le veuille ou non,

(41) 11 serait intéressant de déterminer par une analyse propre domaine mentlinguistique, du langage. comment Si l'on se accepte définit le cette verdict frontière du "sens dans social" le des enquêteurs, bonne mesure non du statut linguistique de la

peuvent langue utilisée s'en faire par des les interlocuteurs enquêtes mais cultivés de l'image (les sociale taxinomies que employées pour classer les langages et les prononciations étant celles de l'usage scolaire), il apparaît que cette différence est en effet très marquée entre les ouvriers (et aussi les arti sans 42 % et seulement petits commerçants) parlent un langage et les jugé employés "correct" : chez contre les premiers, 77 %

chez les employés (à quoi il faut ajouter 4 % de langage "châ

tié",

"accents nuls" pussent de 12,5 % à 28 %.

totalement absent chez los ouvriers) ; de mime, les

Goûts de classe

et styles de

vie

35

voir, qu'une forme mutilée, amoindrie, appauvrie, partielle, de la culture dominante et non la contre- culture qu'ils appellent, culture réellement dressée contre la culture dominante, sciemment revendiquée comme symbole de statut ou profession d'existence sé parée.

S'il n'existe pas d'art populaire au sens d'art de la classe ou

vrière

ses hiérarchies, au fond toutes négatives, définies par la distan

ceà la misère et à l'insécurité absolues du sous-prolétariat, reste définie fondamentalement par la relation de dépossédé à

urbaine, c'est peut-être que cette classe, bien qu'elle ait

qui et est précapitalistes, corrélative de est l'existence le produit -d'une d'une hiérarchie intention de : les sty

On oublie que toute la logique spécifique de la dominat ionsymbolique fait qu'une très forte reconnaissance de la légitimité culturelle peut coexister et coexiste souvent avec une contestation très radicale de la légi

timité

politique. Plus, la prise de conscience politique

de la dignité culturelle qui, vécue comme l (ce qu'elle est toujours aussi), implique

est souvent solidaire d'une véritable entreprise de res

tauration

ibératrice

une forme de soumission aux valeurs dominantes et aux principes sur lesquels la classe dominante fonde sa domination, comme la reconnaissance de hiérarchies liées aux titres scolaires ou aux capacités que l'Ecole

possédant qui l'unit à la bourgeoisie, en matière de culture com est censée garantir. Sur ce point (qui à lui seul exige

me ailleurs (42). Ce que l'on entend communément par art popu

laire, c'est-à-dire l'art des classes paysannes des sociétés ca

pitalistes lisation

Isolate relativement autonomes à base locale ont aussi leur hié rarchie du luxe et de, la nécessité, que les marques symboliques, vêtement, meubles, bijoux, redoublent en les exprimant. Là

raittoute une recherche mettant en relation la position

dans la division du travail, la conscience politique et la représent; .vti •■>*■>. de la culture), l'enquête établit que la reconnaissance de la culture dominante, manifestée

par exemple

de l'effort pour se conformer, est quasi universelle

au travers de la honte de l'ignorance ou

Illustration non autorisée à la diffusion

Illustration non autorisée à la diffusion

Illustration non autorisée à la diffusion

aussi, l'art marque des différences, qu'il présuppose. Ce n'est

populaires pas par hasard où le que style le en seul soi domaine accède de à la la stylisation pratique des est classes celui de la langue, avec l'argot_, langue de chefs, de "caïds" qui enferme de l'affirmation dérision et d'une de désacralisation contre-légitimité, des par "valeurs" exemple de par la morale l'intention et

de l'esthétique dominantes, même sur des terrains comme celui de l'art de vivre.

et que si on laisse de côté la culture historique et politique, non mesurée ici, mais dont les variations ont toutes les chances d'obéir aux mêmes principes, les différences les plus marquées qui s'observent au sein de la classe ouvrière concernent toutes le degré de connaissance de la culture dominante et sont donc liées à des différences de scolarisation (43).

(42) La "carrière" qui s'offre aux ouvriers est sans doute vécue d'abord comme l'envers de la carrière négative qui conduit au 6ous-prolétariat ; ce qui compte, dans les "promotions", c'est, avec les avantages financiers, les garanties supplémentaires contre la menace, toujours présente, de la retombée dans l'i

nsécurité

est aussi importante pour rendre compte des dispositions des ouvriers qualifiés que la potentialité de la promotion pour com prendre les dispositions des employés et des cadres moyens).

et la misère (La potentialité de la "carrière négative"

(43) La part des syndiqués passe de 23 % chez les manoeuvres, à 29 % chez les ouvriers spécialisés et 30 % (dont 24 % de CGT) chez les ouvriers qualifiés, retombant à 18 % chez les agents

de maîtrise et les techniciens. La relation entre le niveau d'ins

truction

que les agents de maîtrise, plus instruits, sont aussi moins syndiqués (cf. G. Adam, F. Bon, J. Capdevielle et R. 1971). Mouriaux, L'ouvrier français en 1970, Paris, Armand Colin,

et le taux de syndicalisation est brouillée par le fait

36 Anatomie du goût

Plus âgés que les ouvriers spécialisés et les manoeuvras et un peu plus longtemps scolarisés, les ouvriers qualifiés et les contremaîtres manifestent une compétence culturelle légèrement supérieure : ils ne sont que 17,5 % à connaître de nom moins de deux oeuvres de musique contre 48,5 % des premiers, qui questions s'abstiennent sur (dans la peinture une proportion et la musique très élevée^ ; ils citent de répondre plus souvent aux

les peintres canoniques, Vinci (38 % contre 20 %), Watteau, Raphaël tandis que les ouvriers spécialisés repèrent à peu près au hasard des noms connus, Picasso, Braque, Rousseau, confon

tandis dantsans que doute les ouvriers le douanier spécialisés avec l'écrivain et les manoeuvres (44). Et surtout, admettent facilement que la peinture ne les intéresse pas ou que la "grande musique" leur paraît "compliquée", les ouvriers qualifiés, plus soumis à la légitimité culturelle, se reconnaissent plus souvent dans rance une ("j'aime profession la grande de reconnaissance musique mais assortie je ne la d'un connais aveu pas" d'igno ou

"la peinture c'est beau mais c'est difficile") (45).

Tout incite à penser que la fraction la plus consciente de la classe ouvrière reste très profondément soumise,

effets d'imposition d'autorité que peut exercer, y com pris en politique, tout détenteur d'une autorité culturell esur ceux à qui le système scolaire -c'est là une des fonctions sociales de l'enseignement primaire- a inculqué une reconnaissance sans connaissance.

La bonne volonté culturelle

Tout le rapport à la culture, qui est sans doute l'él

ément le plus caractéristique

tebourgeoisie, peut en quelque sorte se déduire de l'écart, très marqué, entre la connaissance et la recon naissance, le plus souvent inconditionnelle, où s'expri mela position actuelle et surtout la trajectoire passée et potentielle (la "carrière") et la disposition à l'égard

du style de vie de la peti

Illustration non autorisée à la diffusion

Illustration non autorisée à la diffusion

Illustration non autorisée à la diffusion

en matière de culture et de langue, aux normes et aux valeurs dominantes : donc profondément sensible aux

(44) 10,5 % des ouvriers spécialisés et des manoeuvres et 17 % des petits commerçants citent Rousseau parmi les peintres con

tre par exemple 6 % des ouvriers qualifiés, 3 % des instituteurs et des techniciens, et 0 % des cadres administratifs moyens (il semble que le nom de Braque, qui est cité par 10,5 % des ou vriers spécialisés et manoeuvres contre 4 % des ouvriers quali fiés, soit l'objet d'une connaissance ex auditu, l'enquête ayant coïncidé avec la mort de Braque qui avait fait l'objet de nom

breux commentaires à la

(45) Les effetè de la différence d'âge et de la différence d'ins truction se combinent pour produire des différences assez mar quées dans les goûts en matière de chanson, les contremaîtres et les ouvriers qualifiés se portant plutôt vers les chanteurs les plus anciens et les plus établis, mais aussi les mieux pla cés Brel, dans Brassens, la hiérarchie tandis des que valeurs les ouvriers culturelles, spécialisés Piaf, et Bécaud, les

manoeuvres citent Johnny Hallyday et Françoise Hardy.

télévision et à la radio).

de l'avenir corrélative qui définit en propre cette clas se (46). Cet écart est en effet au principe de la pré- tentioiï culturelle qui prend des formes différentes selon

(46) Outre qu'ils doivent à l'éducation et qu'ils attendent de ceux l'éducation des employas tout ce qu'ils et cadres sont moyens et tout (ou ce qu'ils môme peuvent instituteurs) avoir, qui sont sortis des classes populaires sont dans un rapport qui est celui de l'exécution à la conception avec les cadres supé rieurs, rédacteurs des instructions qu'ils appliquent, auteurs des modèles fierles hiérarchies qu'ils mettent à des en oeuvre différences et tendent de compétence de ce fait ou, à identi plus simplement, ceux qui sont de sortis titres du scolaires. rang se heurtent D'autant aux plus limites que, bien (par souvent, exemp lel'ignorance de l'algèbre) que les barrières scolaires qui leur sont opposées font arbitrairement surgir devant eux, en de

hors

cicede la fonction.

de toute nécessité technique réellement inscrite dans l'exer

Goûts de classe et