Vous êtes sur la page 1sur 6

L’œil et la qualité des instruments

Exercice l : Calcul du système centré équivalent

On représente l’œil par le système centré schématisé sur la figure ci-dessous.

le système centré schématisé sur la figure ci-dessous. L’épaisseur du cristallin est =e=2,4mm. Les indices des

L’épaisseur du cristallin est

sur la figure ci-dessous. L’épaisseur du cristallin est =e=2,4mm. Les indices des espaces objet et image

=e=2,4mm.

Les indices des espaces objet et image valent respectivement : n=l et n’=1,34. L’indice du cristallin est n 1 =1,41. Les rayons de courbure des faces d’entrée et de sortie du cristallin sont :

des faces d’entrée et de sortie du cristallin sont : et . 1. Calculer la vergence

et

des faces d’entrée et de sortie du cristallin sont : et . 1. Calculer la vergence

.

1. Calculer la vergence V 1 et V 2 de chaque dioptre et la vergence V de ce système centré.

2. Déterminer la position des foyers F et F’, des plans principaux P et P’ et des points nodaux N et N’ du système.

3. Montrer que l’œil peut être assimilé à un dioptre sphérique dont on déterminera le sommet, le centre et le rayon de courbure.

Exercice 2 : Œil hypermétrope et sa correction

Le but de l’exercice est de montrer que la correction à apporter à la vision est différente selon le dispositif utilisé, verre correcteur ou lentille de contact.

Du point de vue optique, l’œil sera assimilé pour tout l’exercice à une lentille mince convergente L, dont le centre optique O se trouve à une distance constante, 17 mm, de la rétine, surface où doit se former l’image pour une vision nette. Ce modèle sera appelé œil réduit. L’axe optique est orienté positivement dans le sens de propagation de la lumière.

L’œil hypermétrope donne d’un objet à l’infini une image située derrière la rétine.

La distance focale de l’œil hypermétrope est de 18,5 m. On la considèrera constante dans la suite du problème, l’œil n’accommodant pas.

1.

L’œil est il trop ou pas assez convergent ? Corrige t on ce défaut en ajoutant une lentille convergente ou divergente ?

2. Correction avec un verre de lunette : Celui-ci est assimilé à une lentille mince L 1 de centre optique O 1 , placé à une distance d=12 mm du centre optique de l’œil réduit. On veut une vision nette d’un objet situé à l’infini.

a. Rappeler l’endroit où doit se trouver l’image définitive

b. Calculer OA 1 définissant la position de l’image intermédiaire A 1 B 1 de l’objet AB donné par la lentille L 1 .

c. En déduite O 1 A 1 ainsi que la distance focale de L 1 .

3. Correction avec une lentille de contact : La lentille correctrice L 2 étant appliquée contre l’œil hypermétrope précédent, on admettra que la distance d est nulle. En déduire la distance focale de la lentille L 2 ; on pourra s’aider du résultat de la question

1.b.

L’œil et la qualité des instruments

Exercice l : Calcul du système centré équivalent

La formule de conjugaison d’un dioptre sphérique avec origine au sommet est :

d’un dioptre sphérique avec origine au sommet est : exprimées en mètre. où V est la

exprimées en mètre.

où V est la vergence exprimée en dioptries si les distances sont

1) Calcul de V 1 , V 2 et V

On a donc :

sont 1) Calcul de V 1 , V 2 et V On a donc : et

et

sont 1) Calcul de V 1 , V 2 et V On a donc : et

.

Pour calculer la vergence du système total, on utilise la formule de Gullstrand :

du système total, on utilise la formule de Gullstrand : n 1 l’indice séparant les 2

n 1 l’indice séparant les 2 dioptres.

2) Position de F, F’, H, H’, N et N’

où e est la distance entre les sommets des 2 dioptres et

Formule de conjugaison avec origine au sommet du premier dioptre :

de conjugaison avec origine au sommet du premier dioptre : (1) Formule de conjugaison avec origine

(1)

Formule de conjugaison avec origine au sommet du deuxième dioptre :

avec origine au sommet du premier dioptre : (1) Formule de conjugaison avec origine au sommet

(2)

Position de F’

Si on considère le système optique complet, en plaçant l’objet A en trouve en F’ foyer image du système centré. Si l’objet A se trouve en

intermédiaire A 1 se trouve en F’ 1 foyer image du premier dioptre. Le foyer image du système

centré F’ est donc l’image de F’ 1 par le deuxième dioptre.

, l’image finale A’ se , l’image

Soit :

dioptre. , l’image finale A’ se , l’image Soit : D’après l’équation (1), on obtient :

D’après l’équation (1), on obtient :

l’image Soit : D’après l’équation (1), on obtient : (3). D’après l’équation (2), on obtient :

(3).

D’après l’équation (2), on obtient :

on obtient : (3). D’après l’équation (2), on obtient : soit et en remplaçant l’équation (3)

soit

: (3). D’après l’équation (2), on obtient : soit et en remplaçant l’équation (3) : donc
: (3). D’après l’équation (2), on obtient : soit et en remplaçant l’équation (3) : donc

et en remplaçant l’équation (3) :

donc

on obtient : soit et en remplaçant l’équation (3) : donc Position de F’ Si on

Position de F’

Si on considère le système optique complet, en plaçant l’objet A en F (foyer objet du système

complet) , l’image finale A’ se trouve en

intermédiaire A 1 se trouve en F 2 foyer objet du deuxième dioptre. Le foyer objet du deuxième

dioptre F 2 est donc l’image de F par le premier dioptre.

dioptre F 2 est donc l’image de F par le premier dioptre. . Si l’image finale

. Si l’image finale A’ se trouve en

dioptre F 2 est donc l’image de F par le premier dioptre. . Si l’image finale

, l’image

Soit :

dioptre F 2 est donc l’image de F par le premier dioptre. . Si l’image finale

D’après l’équation (2), on obtient :

D’après l’équation (2), on obtient : (4) D’après l’équation (1), on obtient : et en remplaçant

(4)

D’après l’équation (1), on obtient :

on obtient : (4) D’après l’équation (1), on obtient : et en remplaçant l’équation (4) :

et en remplaçant l’équation (4) :

(1), on obtient : et en remplaçant l’équation (4) : donc Position des plans principaux P

donc

(1), on obtient : et en remplaçant l’équation (4) : donc Position des plans principaux P

Position des plans principaux P et P’ (position de H et H’)

L’équation reliant la distance focale et la vergence est :

soit

reliant la distance focale et la vergence est : soit . De la même manière, nous

.

reliant la distance focale et la vergence est : soit . De la même manière, nous

De la même manière, nous pouvons écrire :

soit

.
.
: soit . De la même manière, nous pouvons écrire : soit . Position des points

Position des points nodaux N et N’

écrire : soit . Position des points nodaux N et N’ 3) Dioptre équivalent Calculons la

3) Dioptre équivalent

Calculons la distance

.
.

Dans un dioptre sphérique, il existe un seul point principal (grandissement linéaire de 1), c’est le sommet du dioptre

Dans un dioptre sphérique, il existe un seul point nodal (grandissement angulaire de 1), c’est le centre du dioptre (le rayon passant par le centre n’est pas dévié).

Donc si on néglige la distance HH’=NN’, les points principaux sont confondus ainsi que les points nodaux, l’œil peut être assimilé à un dioptre sphérique de sommet les points principaux confondus et de centre les points nodaux confondus.

La distance H’N’=6,3 mm donne le rayon de courbure du dioptre.

Exercice 2 : Œil hypermétrope et sa correction

L’image par l’œil hypermétrope, d’un objet à l’infini se forme à 18,5 mm du cristallin alors que la rétine est à 17 mm de O. Cet œil n’est donc pas assez convergent.

On corrige ce défaut en ajoutant une lentille convergente.

Correction avec un verre de lunette

L’œil ne voit nettement que les images qui se forment sur la rétine.

L’image définitive, notée A’B’, doit évidemment se trouver sur la rétine, c’est à dire à une distance de 17 mm de O si l’œil n’accommode pas.

Soit A’ le conjugué de A 1 par L (œil), les positions vérifient la relation de conjugaison :

les positions véri fient la relation de conjugaison : mm donc Remarque : L’œil étudié est
les positions véri fient la relation de conjugaison : mm donc Remarque : L’œil étudié est

mm

donc

positions véri fient la relation de conjugaison : mm donc Remarque : L’œil étudié est hyperm

Remarque : L’œil étudié est hypermétrope et n’accommode pas ; donc f’ = 18,5mm. En revanche, la distance O-rétine vaut toujours 17 mm.

En revanche, la distance O-ré tine vaut toujours 17 mm. , l’image intermédiaire A 1 B

, l’image intermédiaire A 1 B 1 est un objet virtuel pour L.

Nous avons :

A 1 B 1 est un objet virtuel pour L. Nous avons : , mm donc
,
,

mm donc1 B 1 est un objet virtuel pour L. Nous avons : , Puisque l’objet est

1 est un objet virtuel pour L. Nous avons : , mm donc Puisque l’objet est

Puisque l’objet est à l’infini, A 1 est confondu avec le foyer image F’ 1 de L 1 ; ainsi :

confondu avec le foyer image F’ 1 de L 1 ; ainsi : soit La vergence

soit

avec le foyer image F’ 1 de L 1 ; ainsi : soit La vergence V

La vergence V 1 de la lentille L 1 (verre de lunette) est :

V 1 de la lentille L 1 (verre de lunette) est : 4,5  avec en

4,5

avec

la lentille L 1 (verre de lunette) est : 4,5  avec en mètres Correction avec

en mètres

Correction avec un lentille de contact

On utilisera les résultats du 1-c), mais avec d = 0.

Puisque ici d = 0, nous obtenons, en reprenant le raisonnement du 1-c) et en adaptant les notations :

mm ; m donc V 2 = 4,8 Conclusion : La correction de l’hypermétropie par

mm ;

mm ; m donc V 2 = 4,8 Conclusion : La correction de l’hypermétropie par une

m

donc V 2 = 4,8

mm ; m donc V 2 = 4,8 Conclusion : La correction de l’hypermétropie par une

Conclusion : La correction de l’hypermétropie par une lentille de contact nécessite une lentille légèrement plus convergente que la correction par un verre de lunette (V 2 = +4,8 > V 1 = +4,5 )