Vous êtes sur la page 1sur 4

Le secteur de la

construction et du BTP
en Corée du sud
Actualisation mai 2008
© MINEIE – DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001

Conjoncture Après trois années de ralentissement, l’amorce d’une


reprise ?
Croissance du PIB : Le secteur de la construction, l’un des éléments clés de l’économie coréenne,
En 2007 : 5% contribue aujourd’hui à 18% du PIB coréen et emploie environ 1,9 million de
En 2006 : 5,1% personnes (8% de la population active).
En 2005 : 4,2%
La forte croissance des années 1970 et 1980 s’est abruptement arrêtée avec la
crise financière de 1997 et le secteur n’a pu retrouver une partie de son
dynamisme qu’à partir 2003, avec la reprise des constructions résidentielles et
un plan gouvernemental de relance de l’économie.

En 2007, le budget alloué aux infrastructures publiques s’est élevé à 55,6


Ventilation par type de contrats Mds USD. Il est de 61 Mds USD en 2008 (+9,7%). Cette augmentation
passés en 2007 devrait contribuer au maintien de la croissance du secteur, de même que le
lancement de grands projets annoncés par le gouvernement nouvellement élu
(janvier 2008).
30% 30%
Les investissements dans la construction sont estimés à 130 Mds USD en
2007. Ils concernent le logement (30%), les constructions commerciales et
industrielles (30%), et le génie civil (40%). En 2008, les investissements
devraient croître de 6,5%, mais de 3% seulement pour les constructions non-
résidentielles. Des perspectives existent également dans la rénovation et la
restauration d’anciens appartements.
40%

Résidentiel Pour sa part, la ville de Séoul a annoncé des programmes ambitieux de


Génie civile développement et de réhabilitation. Les futurs chantiers concerneraient
Non résidentiel
davantage les infrastructures, les domaines industriels et commerciaux.

Secteur résidentiel
Les mesures du gouvernement précédent pour contrôler la spéculation dans
l’immobilier et une hausse des taux d’intérêts de la Banque de Corée ont
Source : Construction & fortement contribué au ralentissement de nouveaux programmes de
Economy Research Institute of construction, entraînant une hausse du stock de logements invendus. Ainsi le
Korea nombre moyen de logements proposés est passé de 594 000 en 2003 à 556
000 en 2007, et le stock des invendus de 38 261 en 2003 à 112 254 en 2007.

Secteur non-résidentiel
Les constructions non-résidentielles concernent pour près de la moitié la
construction de bureaux (41,6 %), les constructions industrielles privées
(entrepôts, usines, mais aussi hôtellerie, etc.) représentent 34,1 % et les
bâtiments « administratifs » (écoles, hôpitaux, gares, etc.) 18,1%. Les
commerces et magasins composent le reliquat, 6,2 %.
– © MINEIE - DGTPE

Infrastructures
En 2006, les commandes publiques représentaient 59,6% de l’ensemble, les
projets privés 26,3%, et les projets PPP 14,1%. Cette proportion n’évolue
qu’à la marge d’une année sur l’autre en raison de la durée d’instruction des
financements en partenariats public-privé. Placé au rang des priorités par le
gouvernement LEE Myung-Bak, le développement des infrastructures devrait
contribuer largement à la croissance du secteur du BTP en Corée.

Offre coréenne Un marché dominé par les « Grands »


Les « majors » de la construction Les entreprises coréennes de construction
appartiennent à des On dénombre environ 13 000 entreprises (hors artisans) dans le secteur du
conglomérats et entreprennent BTP. Le secteur se distingue d’un côté par une multitude de petites
de nombreux projets de grande entreprises à l’activité aléatoire pratiquant des prix très bas et travaillant le
envergure. plus souvent en sous-traitance, de l’autre par quelques grands groupes qui
monopolisent les affaires à forte valeur ajoutée en réalisant environ 60% du
CA total.

Principales sociétés de construction (Résultat 2007)


Evolution du nombre de
constructeurs en Corée
CA (Unité : M USD) Nombre d’employés
1997 3 896 Samsung 10 497 4 141
1998 4 207 Daewoo 6 488 3 420
1999 5 151
2000 7 978 GS 6 429 4 082
2001 11 961 Hyundai E&C 6 042 3 688
2002 12 643
2003 12 996
Daelim 5 283 3 071
2004 12 988 SK 4 423 2 943
2005 13 202
Lotte 3 775 1 789
2006 12 914
Posco 371 2 580
Source : Ministère du Territoire, Hyundai 2 953 1 918
du transport et des Affaires Developpement
maritimes Company
Kumho 2 050 3 854
Source : Financial Supervisory Service

Une activité croissante à l’international


L’insuffisance de la demande interne des années précédentes a encore
favorisé l’internationalisation des entreprises coréennes. Les principaux
Les projets entrepris sont pour clients restent les pays du Moyen Orient et de l’Asie.
la majorité les usines industriels
(52% dont 30% pour la chimie), le En 2007, les contrats internationaux remportés par les entreprises coréennes
génie civil (21%), et se sont élevés à près de 40 Mds USD (619 contrats décrochés). Le Moyen-
constructions (21% : logements, Orient est le premier marché avec 22,8 Mds USD, suivi par les marchés
écoles, hôpitaux). asiatiques avec 12,8 Mds USD. L’Afrique se positionne au 3ème rang, mais à
un niveau nettement inférieur (1,6 Mds USD). Pour les trois premiers mois de
2008, la tendance se poursuit avec un total de contrats atteignant 14 Mds
USD, soit une hausse de 53% par rapport à la même période de l’année
précédente. Sauf accident de conjoncture, les entreprises coréennes devraient
Disponible à la ME de Séoul pouvoir engranger 45 Mds USD de contrats en 2008.

Cet envol des commandes peut s’expliquer aussi en partie par des facteurs

- 2 -
– © MINEIE - DGTPE

extérieurs : la flambée des prix du pétrole, qui donne aux pays producteurs les
moyens de s’offrir des usines sud-coréennes chez eux, et l’insuffisance
mondiale des capacités en raffinage et en production de produits
pétrochimiques. Mais la dynamique des exportations d’usines clé en main
s’explique aussi par la qualité de l’offre sud-coréenne.

Les grandes sociétés, telles que Daewoo, Hyundai, Samsung, GS, ont une
activité internationale significative. Elles pourraient être suivies dans un
avenir proche, par des opérateurs coréens de moindre taille, que des
perspectives locales moins favorables incitent également à rechercher des
débouchés à l’étranger.

Réglementation Accès au marché


Cadre réglementaire

En 1996, la Corée a autorisé les Le cadre juridique et les conditions d’immatriculation des sociétés sont régis
investissements étrangers à par la loi « Act on Construction Industry » qui classe les entreprises selon 5
créer des entreprises de niveaux d’importance et en une trentaine de domaines spécialisés (ce qui leur
construction générales.
permet d’être éligibles à une partie des appels d’offres).
Les travaux publics d’un montant supérieur à 3 millions d’USD (attribués par
le Public Procurement Service – PPS) sont réservés aux entreprises locales
d’une certaine taille.

Partenariat Public-Privé

La forte croissance économique a induit des besoins d’infrastructures dont


l’Etat n’était pas en mesure d’assurer seul le financement. Le gouvernement
La Corée est signataire de coréen a donc partiellement ouvert le financement des projets publics
l’Accord sur les Marchés Publics
d’infrastructures au secteur privé dès 1994 avec la loi « Promotion of Private
de l’OMC (entré en vigueur en
Corée le 1er Janvier 1997). Capital into Social Overhead Investment Act ».

Ce texte a été remplacé en 1999 par la loi « Private Participation in


Infrastructures (PPI). En 2005, la formule BTL y a été introduite.

Fin 2007, on recensait 79 projets. Ils concernent essentiellement des


infrastructures routières et ferroviaires, des tunnels et des ports. La durée des
contrats se situe en moyenne entre 20 et 30 ans.

Opportunités Grands projets : Perspectives pour les entreprises


françaises
Grands projets
 Construction d’un « Grand Canal »: Il s’agit du creusement d’un réseau de
canaux à travers le pays, reliant les quatre principaux fleuves du pays. Le
montant du projet est estimé à environ 20 Mds USD.

 Développement du territoire de Saemangeum (situé au sud-ouest du pays).


Le projet consiste à faire de la zone (40 000 hectares) une zone industrielle.
Saemangeum a été déclarée « zone franche » en décembre 2007.

 Création d’une zone industrielle de type de Silicon Valley, dans la région de


Chungcheong, située au centre-ouest de la Corée, dans le cadre du projet dit
« International Science-Business Belt ».

- 3 -
– © MINEIE - DGTPE

 Poursuite du développement de la ville de Songdo ainsi que la création de


Disponible à la ME de Séoul
nouvelles villes satellites dans la région de Séoul.

 Développement de l’île de Jeju : Un certain nombre de programmes


immobiliers et hôteliers sont prévus dans le cadre de l’aménagement de la 1ère
zone touristique du pays.

 Développement de la ville de Yeosu (situé dans le sud-ouest du pays), dans


le cadre de la préparation de l’Exposition internationale de 2012. L’Expo
2012 est appelée à jour un rôle considérable dans le développement urbain de
la ville hôte et de sa périphérie. L’investissement prévu pour la seule
préparation de l’Exposition est de l’ordre de 1,7 Mds USD, mais le budget
global sera largement supérieur, car au-delà de la construction du site, un
effort important dans le développement des infrastructures (nouveaux tunnels,
nouveaux ponts, extension de l’aéroport, etc) est en cours.

Opportunités pour les entreprises françaises

La compétitivité des entreprises locales rend difficile la présence


d’entreprises étrangères dans le secteur du bâtiment, sauf si celles-ci sont
Pour en savoir plus détentrices d’un savoir-faire particulier ou sollicités à investir. En 2008, on
compte 8 grandes entreprises étrangères implantées : Taisei (Japon), Fujita
Ministère de la Construction et (Japon), Toyo Engineering (Japon), CSCEC (Chine), KBR (USA), PB
des Transport, Constructors (Hongkong), Bouygues Travaux Publics, et Soletanche
www.mltm.go.kr (France).
Construction Association of
Korea Le marché coréen présente néanmoins de larges opportunités à différents
www.cak.or.kr stades : Matières premières : Lafarge est l’un des principaux acteurs du
Construction Guarantee marché ciment et plâtre ; Verre : Saint-Gobain produit sur place; Schneider et
http://www.cgbest.co.kr Legrand possèdent également des sites de production d’équipements
Construction&Economy électriques. D’autres PME exportent des éléments de second œuvre (porte-
Research Institute of Korea placards, robinetterie, etc…). L’augmentation durable de l’énergie ouvre de
http://www.cerik.re.kr nouveaux débouchés liés à l’amélioration de l’habitat et des infrastructures.

Copyright Auteur : Mission Economique


Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation
expresse de la Mission Economique (adresser les Adresse : Kangnam P.O. Box 2165
demandes à ). SEOUL 135-621Auteur :

Clause de non-responsabilité Rédigée par : JUN Ji-Yun


La ME s’efforce de diffuser des informations exactes et à Revue par : Richard KWIATEK
jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs
qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun Version originelle du 2 mai 2008
cas être tenue responsable de l’utilisation et de
l’interprétation de l’information contenue dans cette
publication qui ne vise pas à délivrer des conseils
personnalisés qui supposent l’étude et l’analyse de cas
particuliers.

- 4 -