Vous êtes sur la page 1sur 1
COMMUNIQUE DE PRESSE __________________________________________________________________________________ Ville de Sion - projet de budget 2014 - « L’effet falaise

COMMUNIQUE DE PRESSE

__________________________________________________________________________________

Ville de Sion - projet de budget 2014 - « L’effet falaise » ou encore « le syndrome de la faillite de Détroit », semblent selon certains frapper à la porte de la ville. Pourtant la municipalité maîtrise sa dynamique d’investissements et la croissance des dépenses de son fonctionnement. Le groupe PLR accepte le budget 2014 de la ville de Sion.

En Suisse, Confédération, cantons, communes ou PME, tous rencontrent la même difficulté lorsqu’il s’agit de boucler un budget. Cela relève du casse-tête et donne lieu à d’âpres négociations. Malgré notre situation économique privilégiée, nous subissons les répercussions des décisions de nos voisins. La baisse inattendue des recettes énergétiques, due aux surplus d’énergie verte largement sponsorisée, image bien le phénomène et ses répercussions sur la ville.

Face à cette problématique, il serait faux d’adopter une position de statu quo, car les modes de vie changent et les enjeux à venir demandent des infrastructures : démographie, développement économique, projets d’agglo, de transports publics, de santé, d’instruction.

Cette dynamique de budget « compressé » se renforcera certainement dans les prochaines années. La baisse de la dépense publique est toujours une priorité pour des élus, tous partis confondus. Comme capitale du Valais, la Ville de Sion assure des compétences élargies. De ce statut découlent bien des postes au budget peu négociables, liés à celui du canton. Ces éléments impactent directement ses dépenses et ses investissements.

La situation des années où l’autofinancement était assuré, n’est pas à comparer. Non seulement l’environnement est différent, mais la législature actuelle s’acquitte notamment de recapitalisations de la caisse de pension, de rénovations tardives de bâtiments scolaires et de réaménagements négligés ou reportés. Ces charges reportées du passé grèvent lourdement les finances municipales actuelles.

La marge de manœuvre de la ville s’en voit restreinte et dans le futur la municipalité devra redoubler d’imagination dans ses investissements : fixation de priorités, partenariat privé public optimal, approche entrepreneuriale de sa gestion financière. Limiter les risques passera par des économies sur les charges de fonctionnement. A l’instar du privé, des spécialistes rompus aux arcanes de la finance, des acheteurs professionnels deviendront indispensables afin d’éviter l’archétype « investissements et autofinancement passent par l’augmentation d’impôts » ….

Nous ne vivons pas au théâtre, entre intrigue et rebondissement. Nous n’habitons pas non plus dans cette ville virtuelle appelée Second Life, où le buzz doit être recherché. Dans la « vraie vie », l’optimisme et le pessimisme ambiants se doivent de parvenir à un équilibre. Le succès découle presque toujours d’une prise de risque maîtrisée. L’essentiel est de prendre le tournant dont la ville de Sion a besoin : les projets porteront et créeront la ville de demain.

Sion, le 17 décembre 2013

Pour tout contact presse :

  • - Philippe Dubuis - Président

  • - Ruth Bornet - Cheffe de groupe