Vous êtes sur la page 1sur 33

Chapitre 5 Convertisseur : Analogique Numérique Numérique Analogique

Introduction

: Analogique Numérique Numérique Analogique Introduction Structure d’une chaîne d’acquisition numérique Chaine

Structure d’une chaîne d’acquisition numérique

Structure d’une chaîne d’acquisition numérique Chaine d’acquisition FIEEA 2009-2010 Électronique

Chaine d’acquisition

Structure d’une chaîne d’acquisition numérique Chaine d’acquisition FIEEA 2009-2010 Électronique Numérique 76

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

76

Chaîne de restitution

1.1 Intérêt de la conversion

Un système automatisé comprend généralement deux parties distinctes :

- Une partie opérative: Elle est en contact avec la matière d'œuvre du système et comprend :

- Les actionneurs qui agissent sur cette matière d'œuvre ( outils, moteurs …). - Les capteurs qui mesurent cette matière d'œuvre.

- Une partie commande :

Elle reçoit des informations en provenance des capteurs, gère ces informations, et renvoie des ordres aux actionneurs pour que la fonction d'usage du système soit réalisée.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

77

Les informations reçues ainsi que les ordres donnés par la partie commande peuvent être de trois types :

1.Analogique (variation de grandeurs électriques telle que la tension, l'intensité, la puissance ou la fréquence). 2.Numériques (représentation d'un nombre). 3.Logique (avec deux valeurs ou niveaux).

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

78

1.2 Définitions

a) Convertisseur analogique numérique (CAN)

b) Convertisseur numérique analogique (CNA)

c) Capteur

d) Amplificateur de signal

e) Filtre d’entrée filtre anti-repliement. f) L’échantillonneur - Son rôle est de prélever à chaque période d’échantillonnage (Te) la valeur du signal.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

79

-

On l’associe de manière quasi-systématique à un bloqueur.

-

On parle d’échantillonneur bloqueur. zone de stockage

g)

 

- (DSP, ordinateur),

- (RAM, Disque sur),

h)

une transmission vers un récepteur Le filtre de sortie

-

Son rôle est de « lisser » le signal de sortie pour ne restituer que le

signal utile. Il a les mêmes caractéristiques que le filtre d’entrée. i) Amplificateur de puissance Il adapte la sortie du filtre à la charge.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

80

1.3 Performances globales

a) Fréquence de fonctionnement

- Echantillonnage T ech ,

- Conversion T conv ,

- Stockage T stock

- Conversion T c o n v , - Stockage T s t o c k

b) Résolution de la chaîne

La numérisation d’un signal génère un code binaire sur N bits.

On obtient donc une précision de numérisation de

N bits. On obtient donc une précision de numérisation de . On leur demande en général

.

On leur demande en général une résolution absolue de

de numérisation de . On leur demande en général une résolution absolue de FIEEA 2009-2010 Électronique

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

81

L’échantillonnage et de la quantification

2. Théorie de l’échantillonnage

2-1 Introduction Le but est de comprendre :

- Le choix de Te, période d’échantillonnage.

- Le choix de n, nombre de bit de code.

- L’influence de l’échantillonnage sur les propriétés d’un signal.

Voix : [0 ;20kHz] ; Vidéo [0 ;6MHz]

2.2 Acquisition des Signaux

: [0 ;20kHz] ; Vidéo [0 ;6MHz] 2.2 Acquisition des Signaux Allure d’un signal échantillonné FIEEA

Allure d’un signal échantillonné

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

82

2.3 Modélisation de l’échantillonnage L’opération mathématique associée à cette discrétisation revient à

multiplier le signal e(t) par un peigne de Dirac Te (t) :

le signal e(t) par un peigne de Dirac  T e (t) : peigne de dirac
le signal e(t) par un peigne de Dirac  T e (t) : peigne de dirac

peigne de dirac et sa représentation fréquentielle

(t) : peigne de dirac et sa représentation fréquentielle soit Echantillonner le signal e(t) dans le
(t) : peigne de dirac et sa représentation fréquentielle soit Echantillonner le signal e(t) dans le

soit

Echantillonner le signal e(t) dans le domaine temporel, revient donc à

recopier dans le domaine fréquentiel son spectre E(f) tous les Fe.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

83

Propriétés temporelles et fréquentielles du signal d’entrée Propriétés temporelles et fréquentielles du signal
Propriétés temporelles et fréquentielles du signal d’entrée Propriétés temporelles et fréquentielles du signal

Propriétés temporelles et fréquentielles du signal d’entrée

temporelles et fréquentielles du signal d’entrée Propriétés temporelles et fréquentielles du signal
temporelles et fréquentielles du signal d’entrée Propriétés temporelles et fréquentielles du signal

Propriétés temporelles et fréquentielles du signal échantillonné

2-4 Notion de repliement de spectre On remarquera que si le spectre du signal d'origine à une largeur

supérieur à 2Fe on a ce qu'on appelle un repliement de spectre.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

84

Echantillonnage provoquant le repliement de spectre S’il y a repliement de spectre, il n’est plus

Echantillonnage provoquant le repliement de spectre S’il y a repliement de spectre, il n’est plus possible de retrouver le spectre du signal d’origine.

- Dans ce cas, l’opération d’échantillonnage modifie les caractéristiques du signal d’entrée. - Ainsi, si l’on ne veut pas perdre d’informations par rapport au signal que l’on échantillonne, on devra toujours respecter la condition : (Fe≥2Fmax). - Condition plus connue par le théorème de Shannon.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

85

2.5

Théorème de Shannon

On ne peut échantillonner un signal sans pertes d’informations que si :

un signal sans pertes d’informations que si : 2.6 Rôle du filtre d’entrée Dans le cas

2.6 Rôle du filtre d’entrée

Dans le cas d'un spectre de largeur infinie (la réalité), il y a donc

toujours repliement de spectre. Il est donc nécessaire de filtrer le signal

d'origine afin de limiter cet effet de repliement.

d'origine afin de limiter cet effet de repliement. Utilisation du filtre en amont de l’échantillonneur FIEEA

Utilisation du filtre en amont de l’échantillonneur

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

86

2.7

L’échantillonnage blocage

2.7 L’échantillonnage blocage Association d’un bloqueur à l’échantillonneur 2.7 Modélisation de

Association d’un bloqueur à l’échantillonneur

2.7 Modélisation de l’échantillonneur bloqueur

On suppose le blocage d’une durée Te où ]0, 1] L'opération

mathématique associée est la convolution du signal échantillonné e*(t)

avec un rectangle de durée Te:

signal échantillonné e*(t) avec un rectangle de durée Te: Ce qui alors pour le spectre, revient

Ce qui alors pour le spectre, revient à le multiplier par un sinus

cardinal :

Ce qui alors pour le spectre, revient à le multiplier par un sinus cardinal : FIEEA

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

87

On peut tracer alors les caractéristiques du signal échantillonné-bloqué en fonction du signal d’entrée :

échantillonné-bloqué en fonction du signal d’entrée : Propriétés d’un signal échantillonné bloqué (
échantillonné-bloqué en fonction du signal d’entrée : Propriétés d’un signal échantillonné bloqué (

Propriétés d’un signal échantillonné bloqué (<1)

d’un signal échantillonné bloqué ( <1) Propriétés d’un signal échantillonné bloqué ( =1)
d’un signal échantillonné bloqué ( <1) Propriétés d’un signal échantillonné bloqué ( =1)

Propriétés d’un signal échantillonné bloqué (=1)

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

88

2.8 Nécessité du filtre d’anti-repliement Caractéristiques idéales

du filtre d’anti-repliement Caractéristiques idéales Gabarit idéal du filtre anti-repliement 2.9 Filtre réel On

Gabarit idéal du filtre anti-repliement

2.9 Filtre réel

On fait en général appel, dans le cadre d’un filtre anti-repliement, à un filtre du type Butterworth :

FIEEA 2009-2010

le cadre d’un filtre anti-repliement, à un filtre du type Butterworth : FIEEA 2009-2010 Électronique Numérique

Électronique Numérique

89

3. Théorie de la quantification

Passage Analogique – Numérique Signal Continu – Signal discret Tension – Chiffre

3.1 Principe

Distinguer 2n niveaux de tension répartis de -V m à +Vm. On a ainsi

un pas de quantification

de -V m à +Vm. On a ainsi un pas de quantification Caractéristique entrée-sortie d’un CAN
de -V m à +Vm. On a ainsi un pas de quantification Caractéristique entrée-sortie d’un CAN
de -V m à +Vm. On a ainsi un pas de quantification Caractéristique entrée-sortie d’un CAN

Caractéristique entrée-sortie d’un CAN Allure du bruit de quantification

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

90

3.2

Bruit de quantification

3.3 Caractéristiques du bruit de quantification

3.3.1 Quantification linéaire par défaut

On obtient une codification du signal d’entrée telle que :

obtient une codification du signal d’entrée telle que : L’erreur de quantification évolue alors entre 0

L’erreur de quantification évolue alors entre 0 et q.

: L’erreur de quantification évolue alors entre 0 et q. Quantification par défaut Le signal d’entrée
: L’erreur de quantification évolue alors entre 0 et q. Quantification par défaut Le signal d’entrée
: L’erreur de quantification évolue alors entre 0 et q. Quantification par défaut Le signal d’entrée

Quantification par défaut

Le signal d’entrée est donc codé tel que :

erreur de quantification

Le signal d’entrée est donc codé tel que : erreur de quantification FIEEA 2009-2010 Électronique Numérique

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

91

La puissance du bruit de quantification que l’on obtient est :

du bruit de quantification que l’on obtient est : On notera l’avantage du codage centré par

On notera l’avantage du codage centré par rapport à un codage par défaut. Le bruit de quantification est plus faible. 3.3.3 Quantification non linéaire Dans le cadre de l’audio (cadre de la téléphonie) plutôt que d’utiliser une loi de quantification linéaire, on fait appel à une quantification logarithmique.

on fait appel à une quantification logarithmique. Cas d’une quantification logarithmique FIEEA 2009-2010

Cas d’une quantification logarithmique

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

logarithmique. Cas d’une quantification logarithmique FIEEA 2009-2010 Électronique Numérique Evolution du SNR 92

Evolution du SNR

92

4.2 Principe de conversion

A- CNA A AIL SOMMATEUR (SORTIE TENSION )

de conversion A- CNA A AIL SOMMATEUR (SORTIE TENSION ) L'AIL est utilisé en sommateur inverseur,

L'AIL est utilisé en sommateur inverseur, d'où le signe - (il faudra ré inverser la sortie pour avoir un signal positif).

Si les entrées V1 à V4 sont des signaux logiques ( 0 ou 5v), il suffira de calculer les valeurs de résistances R1 à R5 de façon à pondérer chaque entrée en fonction de son poids.

Pondérer : affecter un coefficient.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

93

Un tel type de montage n'est envisageable que si les signaux numériques (A0 à A3)

Un tel type de montage n'est envisageable que si les signaux numériques (A0 à A3) ont des valeurs analogiques identiques, stables et fiables (0 – 5v par exemple)ce qui n'est possible qu'avec certaines familles technologiques.

B-

CNA

A

RESEAU

DE

RESISTANCES

(SORTIE

COURANT)

FIEEA 2009-2010

familles technologiques. B- CNA A RESEAU DE RESISTANCES (SORTIE COURANT) FIEEA 2009-2010 Électronique Numérique 94

Électronique Numérique

94

Ce sont les plus courants. Ils sont facilement intégrables, mais demandent la mise en oeuvre de composants extérieurs pour leur fonctionnement.

Un "1" logique sur un bit d'entrée fermera l'interrupteur correspondant. Si on prend Rch<< R, on peut considérer Rch comme un court-circuit (valeur idéale pour Rch).Dans ce cas, les valeurs des courants pouvant traverser chaque résistance (si l'interrupteur est fermé) sont :

I

;

I/2

;

I/4

;

I/8

avec I = Vref/R

La valeur de Is sera donc la somme des courants sélectionnés.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

95

Is = A3.I + A2.I/2 + A1.I/4 + A0.I/8 avec A0 à A3 = 0 ou 1

R Ie Vs = -R.Ie
R
Ie
Vs = -R.Ie

Pour que Is soit précis, il faudrait Rch = 0.Pour le réaliser, on a recourt à un AIL utilisé en convertisseur courant tension comme ci-contre

C- CAN A RAMPE NUMERIQUE OU INCREMENTAL

Schéma de principe

C- CAN A RAMPE NUMERIQUE OU INCREMENTAL Schéma de principe Chronogrammes L'entrée analogique à convertir Va

Chronogrammes

NUMERIQUE OU INCREMENTAL Schéma de principe Chronogrammes L'entrée analogique à convertir Va est appliquée à

L'entrée analogique à convertir Va est appliquée à l'entrée "+" d'un comparateur. Sur l'entrée "-" est appliquée une rampe numérique Va' crée par un CNA et un compteur. Quand Va'

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

96

devient supérieur à Va, le comparateur passe en saturation basse ( FDC = 0 ).H est l'horloge permettant d'incrémenter le compteur. START a pour rôle de remettre le compteur à zéro ( RAZ ) par une impulsion positive. Dès qu'il repasse à "0", la porte ET est validée, le signal d'horloge peut passer, le compteur évolue jusqu'à ce que Va' devienne supérieur à Va, FDC passe alors à "0" et bloque la porte ET. Le mot binaire présent à la sortie du compteur sera la représentation numérique de Va.

Remarques

Dans un tel convertisseur, la précision dépend de celle du CNA et du comparateur. La vitesse dépend de celle de l'horloge. Si la tension à convertir est faible, il faudra peu de temps pour

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

97

l'atteindre. Si elle est proche de la tension pleine échelle, il faudra un temps beaucoup plus long. En fait, le temps de conversion

durera de 1 impulsion d'horloge à 2 N -1 impulsions d'horloge selon la valeur de la tension à convertir.

D- CAN A APPROXIMATIONS SUCCESSIVES

Schéma de principe

D- CAN A APPROXIMATIONS SUCCESSIVES Schéma de principe Il utilise le même principe que précédemment, mais,

Il utilise le même principe que précédemment, mais, pour rendre le temps de conversion fixe quel que soit la valeur à convertir, une logique de commande associée à un registre va effectuer une série de comparaisons successives, en en partant du MSB jusqu'au LSB.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

98

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

99

Exemple

Soit un CNA de 4 bits avec un pas de progression de 1v; On veut convertir une tension de 10,4v

OPERATIONS

REGISTRE

Va'

Va

C

Observations

 

OOOO

0

10,4

1

Situation initiale

A3 = 1

1OOO

8

10,4

1

1

cycle

garde A3 = 1

1OOO

d'horloge

A2 = 1

11OO

12

10,4

O

1

cycle

ramène A2 à 0

1OOO

d'horloge

A1 = 1

1O1O

10

10,4

1

1

cycle

garde A1 = 1

1O1O

d'horloge

A0 = 1

1O11

11

10,4

O

1

cycle

ramène A0 à 0

1O1O

d'horloge

info sur FDC

Va' < Va C = 1 On garde le bit actif à "1". Va' > Va C = 0 On ramène le bit actif à "0". La logique positionne le MSB à "1". Si C "1", le MSB reste à "1". Si C passe à MSB repasse à "0". Puis les mêmes opé sont effectuées sur le bit suivant et ce j

LSB. La valeur binaire présente dans le r sera une représentation de Va.

Les opérations effectuées par la logique étant très rapides, il suffira souvent d'un cycle d'horloge par bit pour effectuer la conversion. Tc = N x Th

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

100

Ce sont des convertisseurs assez rapides et précis. Ils sont fréquemment utilisés dans l'industrie et représentent une grande part des CAN intégrés.

et représentent une grande part des CAN intégrés. E- CAN PARRALLELES OU FLASH Ce sont les

E- CAN PARRALLELES OU FLASH

Ce sont les plus rapides, mais aussi ceux qui comportent le plus de circuits, donc les plus difficilement "intégrables".

Exemple d'un CAN flash de 3 bits

Les résistances fixent les tensions de référence de chaque comparateur. On applique Va aux entrées "-" des comparateurs. Si leur tension de référence est inférieure à Va, leur sortie passe à "0". Si leur tension de référence est supérieure à Va, leur sortie passe à "1". Il suffira ensuite de transcoder ces niveaux logiques en code binaire.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

101

Table de vérité du transcodeur

C

C

C

C

C

C

C

A

A

A

1

2

3

4

5

6

7

2

1

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

1

0

0

1

0

0

0

0

0

1

1

0

1

0

0

0

0

0

1

1

1

0

1

1

0

0

0

1

1

1

1

1

0

0

0

0

1

1

1

1

1

1

0

1

0

1

1

1

1

1

1

1

1

0

1

1

1

1

1

1

1

1

1

1

On remarquera qu'il faut 7 comparateurs pour un CAN de 3 bits, 15 pour un de 4 bits , etc. Il en faudra donc 511 pour un de 8 bits d'où les problèmes d'intégration.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

102

CAN A INTEGRATION Les CAN à intégration utilise le principe de la charge d'un condensateur à courant constant. Si on charge un condensateur à courant constant, on obtient à ses bornes une "rampe de tension".

I = cte C Générateur de courant
I = cte
C
Générateur
de courant

RAMPE

Schéma de principe

I pente = C
I
pente = C
de courant RAMPE Schéma de principe I pente = C FIEEA 2009-2010 Électronique Numérique Rappels Q

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

Rappels

Q

I.t

C.Vc

 

CAN

SIMPLE

Vc

I.t

I

t

avec

I

constante

C

C

C

Chronogrammes

 
 
 
 

103

C'est un principe analogue au CAN à rampe numérique. La tension à convertir Va est appliquée à l'entrée + d'un comparateur. A l'entrée - est appliqué une rampe de tension. Avant l'instant t0 (départ de la rampe) le compteur est remis à zéro. A l'instant t0, on commute le générateur de courant constant (départ de la rampe ) et le compteur reçoit le signal d'horloge. Selon la valeur de la tension à convertir, Vc mettra plus ou moins de temps pour atteindre la valeur Va. Lorsque Vc = Va, S passe à "0" et bloque le compteur. Le mot binaire présent à la sortie du compteur sera une représentation de Va. Pour une deuxième conversion, on décharge C en le court-circuitant.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

104

Ces types de CAN sont facile à mettre en oeuvre et demandent peu de composant. Cependant leur précision dépend de plusieurs facteurs

* De la stabilité du générateur de courant

* De la stabilité de la période d'horloge

* De la stabilité de la valeur du condensateur

Pour

éliminer

problèmes

ces principe d'intégration.

on

utilise

souvent

un

autre

CAN DOUBLE RAMPE

on utilise souvent un autre CAN DOUBLE RAMPE FIEEA 2009-2010 Rappels sur les montages intégrateurs Si

FIEEA 2009-2010

Rappels sur les montages intégrateurs

Si on applique une tension Ve à l'entrée du montage, un courant i

circule à travers R et C. L'intensité de ce courant sera de :

On en déduit donc la valeur de Vc :

Électronique Numérique

Vs Vc

i.t

 

Ve

t

C

RC

i 

Ve

R

105

Ve, R et C étant des constantes, Vs est de la forme VS = k.t (droite passant par l'origine). Ce sera donc une rampe de tension si Ve est non nulle.

C'est un montage intégrateur permettant de créer une rampe de tension dont la pente dépend de la valeur de la tension d'entrée. Si Ve est positive, la pente est positive; si VE est négative, la pente est négative; plus la valeur de Ve est grande, plus la pente est importante.

la valeur de Ve est grande, plus la pente est importante. FIEEA 2009-2010 Électronique Numérique Schéma

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique
Électronique Numérique

Schéma de principe du CNA

106

Principe de fonctionnement A l'instant t 0 , le compteur est à zéro K passe en position 1. Une rampe de tension de pente positive est obtenue en Vs pendant que le compteur s'incrémente. Quand le compteur arrive à sa valeur maximale, (à l'instant t 1 ) K passe en position 2, le compteur repasse à zéro et on obtient une rampe de tension de pente négative partant de la valeur de charge du condensateur obtenue lors de la première intégration et diminuant jusqu'à la valeur 0v.quand, à l'instant t2, Vs = 0v, FDC passe à "0" et

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

107

bloque le compteur. Le mot binaire présent en sortie du compteur sera une représentation de la tension Va a convertir.

Chronogrammes pour deux valeurs à convertir

( Va' > Va )

pour deux valeurs à convertir ( Va' > Va ) Inconvénient : lenteur. FIEEA 2009-2010 Électronique

Inconvénient : lenteur.

FIEEA 2009-2010

Électronique Numérique

108