Vous êtes sur la page 1sur 10

S’organiser

DOSSIER pour réussir

Réussir
S’organiser pour réussir
DOSSIER réalisé Par Gilles marchand

Pour réussir dans la vie et atteindre


ses principaux objectifs, faut-il tout
miser sur le facteur chance ? À moins
de tomber sur un trèfle à quatre
feuilles ou de compter sur votre
bonne étoile, le succès tient surtout
à l’attitude, aux comportements,
à l’état d’esprit. Confiance en soi,
motivation, autorégulation, créativité,
émotions, compétences sociales…
Les recherches en psychologie et en
neurosciences vous ouvrent aujourd’hui
les portes de la réussite.

Sommaire
p10 - Tout pour réussir
p18 - Les secrets des bons élèves
p21 - Réussite collective : 1+1=3
p24 - Les clefs de la réussite professionnelle

8 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 / 9
S’organiser
DOSSIER pour réussir la réussite individuelle

Tout pour réussir !


L’intelligence, la motivation et les efforts sont indispensables
au succès. Mais la réussite s’appuie aussi sur des dimensions
plus subjectives : la confiance en soi, les stéréotypes et une
vision dynamique de ses compétences. Autant de domaines qui
peuvent être exploités, par un simple changement d’attitude…

P
our Suzanne Stone, présentatrice
météo d’une chaîne de télévision
locale, tous les moyens sont bons
pour réussir. Usant de ses charmes
pour gravir les échelons profession-
nels, elle ne supporte plus son mari, coupable de bri-
der son ambition. Au point de manipuler des lycéens
pour les pousser à se débarrasser de l’encombrant
conjoint… Dans le film “Prête à tout”, son premier
succès, Nicole Kidman incarne cette personnalité
ambitieuse, forcenée de reconnaissance et de gloire,
capable de tout pour éliminer le moindre obstacle à
son ascension sociale. Son personnage mise en pre-
mier lieu sur sa beauté et son charme. À juste titre,
si l’on en croit plusieurs études.

Une qualité = des qualités. L’une d’elles,


publiée en 2000, a été conduite par des chercheurs
de la London Guildhall University sur plus de 11
000 trentenaires. Les résultats confirment un lien
direct entre la beauté et la réussite professionnelle. Les
hommes séduisants gagnent, à poste équivalent, 15 %
de plus en moyenne que les hommes qui s’estiment
moins attirants. On retrouve une différence semblable
(11 %) chez les femmes. D’autres études ont confirmé
le lien entre de meilleurs revenus ou perspectives de
promotion et d’autres “qualités” physiques, comme
la taille et le poids. Comment expliquer un tel biais ?
Par l’effet de halo, découvert dans les années 1920
par le psychologue Edward Thorndike. Il s’agit d’un
Tomas Chamorro- biais cognitif puissant qui affecte nos perceptions :
Premuzic face à une personne présentant un trait positif, on
Chercheur en psychologie a tendance à lui attribuer inconsciemment d’autres
de l’Université Goldsmiths, qualités positives, et inversement. Par exemple, on
à Londres. va juger plus intelligente, généreuse ou gentille
une personne au physique agréable. Les critères

10 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mars/AVRIL 2011 / 11
S’organiser
DOSSIER pour réussir la réussite individuelle

physiques n’entrent pas seuls en compte. D’ailleurs, Plus on se


l’effet de halo peut concerner toutes les caractéris-
tiques personnelles positives. Au cours d’un entretien croit intelligent et Le pouvoir des
d’embauche, on a tout intérêt à mettre en avant ses
qualités humaines et sociales, qu’un recruteur pourra
inconsciemment (quitte à être dans le faux) associer
compétent, mieux bonnes résolutions
à des qualités professionnelles. La réussite est-elle
injuste ? Heureusement, chacun peut compter sur on réussit ! On y a tous cédé à l’occasion de la nouvelle
d’autres atouts et les développer, dès l’enfance. année, sans toujours s’y tenir. Pourtant, les
bonnes résolutions peuvent devenir un puissant
Croire en soi (et en son intelligence). enfants présentant des problèmes comportementaux. moteur de réussite, en transformant une simple
Depuis de nombreuses années, les pédagogues s’in- Alors, suffit-il de comprendre les règles d’addition et intention en objectif concret. John Norcross,
terrogent : comment expliquer la réussite scolaire ? de soustraction, de savoir déjà lire et d’être attentif chercheur en psychologie de l’université de
Derrière cette question à l’origine de nombreuses pour réussir au collège ? Si ces critères objectifs sont Scranton, en Pennsylvanie, a étudié deux groupes
recherches, l’enjeu est importants, la percep- de personnes qui souhaitaient un changement
d’identifier les apti- tion subjective de ses dans leur vie (arrêter de fumer, évoluer
tudes essentielles à propres compétences professionnellement, etc.). Dans le premier
la réussite des élèves. l’est tout autant. Plus groupe, les individus se contentent d’exprimer
Par exemple, des on se croit intelligent, leur désir de changement, alors que les membres
chercheurs nord-amé- mieux on réussit ! du second groupe ont élaboré des résolutions
ricains ont analysé les Tomas Chamorro- précises. Six mois après le 1er janvier, seuls 4 %
résultats de six études Premuzic, chercheur des personnes du premier groupe ont concrétisé
ayant suivi des élèves en psychologie de leur objectif, contre 46 % dans le second groupe. l’engagement. Comme le confirme Meg Selig il en parle ou l’écrit, ce qui renforce
pendant plusieurs l’Université Golds- Le simple fait de formaliser une intention en dans Psychological Today, plusieurs éléments l’engagement ; surtout, la résolution doit être
années, pour décou- miths de Londres, résolution multiplie par onze les chances de accentuent le pouvoir des résolutions : la décision précise – pas « je vais faire plus de sport »,
vrir les liens entre a étudié plusieurs succès ! Cette transformation est déjà un de changement doit être personnelle et non dictée mais « je vais faire du sport tous les lundis et
les compétences pré- milliers de jumeaux acte fort, qui renforce la volonté de l’individu. par l’entourage ; elle doit avoir du sens pour mercredis ».
sentes à l’entrée en en s’intéressant à Les résultats de l’étude de John Norcross l’individu ; celui-ci veut réellement changer, pas J. C. Norcross et al, Journal of Clinical
primaire et la réussite leur intelligence, confirment donc le poids de la motivation et de simplement estimer qu’il devrait changer ; Psychology, 2002.
au collège. D’après leur niveau scolaire
leurs conclusions, le et leur confiance en
fait d’avoir des com- soi intellectuelle.
pétences arithmé- Il a découvert ont tendance à avoir une haute opinion de leurs com- mauvais a tendance à la diminuer. La croyance en
tiques et linguistiques que la conf iance pétences intellectuelles. « Plusieurs études montrent son aptitude à réussir dépendrait de quatre éléments :
précoces est un vrai intellect uelle est qu’il existe une forte relation entre la confiance en soi l’histoire personnelle d’échec ou de succès dans des
“plus”. C’est sur la indép end a nte de et le succès », précise Tomas Chamorro-Premuzic. La situations similaires, les connaissances sur la façon
base de ces premières l’intelligence : question centrale concerne le sens de cette relation. dont les autres se sont eux-mêmes débrouillés, le sou-
connaissances que les apprentissages futurs vont se on peut s’estimer très intelligent sans l’être vrai- En d’autres termes, est-ce que la confiance conduit tien et les encouragements, et les émotions ressenties
construire efficacement. L’analyse confirme aussi ment, tout comme on peut juger sa propre intelli- réellement à une meilleure performance, ou est-ce - en premier lieu, le stress.
le rôle indispensable des capacités attentionnelles gence inférieure à ses facultés réelles. Surtout, il a les personnes s’en sortant le mieux dans la vie qui La confiance en soi et la perception de ses
et de la concentration. Par contre, les compétences découvert que la confiance intellectuelle permettait tendent à être plus confiantes en leurs capacités ? capacités sont donc un moteur de la réussite. Elles
sociales et émotionnelles jouent un rôle insignifiant de prédire la réussite scolaire. D’après ses résultats, les « Nous avons découvert que la relation va dans les confirment le rôle du subjectif dans nos succès et
dans la réussite ou l’échec futurs, même chez les enfants de 7 à 10 ans qui marchent le mieux à l’école deux sens : ainsi, si vous vous en sortez vraiment bien nos échecs. Certains adolescents sont très populaires
à l’école, à l’université ou dans votre carrière, votre dans leur collège, et reconnus comme tels. D’autres
confiance va augmenter, et si votre confiance est adolescents s’estiment populaires sans l’être réel-
élevée, vous avez de meilleures chances de succès. » lement. D’après une étude menée par Kathleen
Boykin McElhaney, de l’université de Virginie, les
 Quelques conseils pour vaincre la peur du succès  Je suis efficace donc je réussis. L’étude
a porté sur la confiance intellectuelle, mais elle
deux groupes réussissent aussi bien socialement.
La psychologue a suivi 160 jeunes à l’âge de 13 ans
conforte d’autres résultats de recherche sur le suc- puis de 14 ans, en les interrogeant sur leur popularité
k Découvrir pourquoi on sabote les buts qu’on s’est fixés k Admettre sa responsabilité dans le succès ou l’échec cès, dans les relations sociales, le sport ou la carrière. perçue, leur intégration sociale et leur capacité à se
k Se préparer au mieux à la réalisation des objectifs k Rentrer en compétition avec soi, pas avec les autres Le célèbre psychosociologue Albert Bandura a montré faire des amis. Elle a ainsi découvert que les adoles-
l’importance du sentiment d’efficacité personnelle. cents qui s’estiment populaires adoptent une attitude
k Accepter la possibilité d’un résultat négatif k Considérer que ses capacités sont évolutives Le fait de penser qu’on est bon dans tel domaine positive et ouverte sur les autres. En réaction, leurs
améliore la performance, et inversement, s’estimer amis les jugent plus sympas et recherchent leur

12 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mars/AVRIL 2011 / 13
S’organiser
DOSSIER pour réussir la réussite individuelle

compagnie. Pour Kathleen Boykin McElhaney, experts peuvent en être victimes ! Les golfeurs de haut nouvelle activité. Au lieu d’être motivé par son succès,
la perception des adolescents de leur propre réussite niveau deviennent moins précis si on les prévient que il est désorienté et ne sait pas le gérer, ce qui diminue
sociale serait un bon indicateur de leur fonctionne- les membres de leur sexe sont de moins bons golfeurs ses performances suivantes. Paradoxalement, une
ment social futur, à l’âge adulte. Qu’il s’agisse de que l’autre sexe. Mais l’inverse est vrai, un stéréotype réussite inattendue peut donc conduire à une spi-
réussite académique ou sociale, l’important est de positif pour son groupe a tendance à augmenter la per- rale négative. Pour dépasser cette “peur du succès”,
Pour aller croire en soi. Une perception positive est un vrai plus, formance. Par exemple, les Asiatiques sont considérés mieux vaut envisager ses talents et ses points forts
plus loin surtout si l’on manque d’atouts. Pour séduire une comme bons en maths : une femme asiatique aura comme évolutifs, variables, changeants. « D’après
n B. Harper, Oxford jeune femme, un homme quelconque a tout intérêt une meilleure performance si elle se considère avant de nombreuses études, les parents et les professeurs
Bulletin of Economics à se montrer confiant et sûr de lui. Le subjectif joue tout comme asiatique, plutôt qu’en tant que femme. enseignent aux enfants, dès leur plus jeune âge, à
and Statistics, 2000. donc un rôle de premier plan. La réussite n’est-elle qu’affaire de perceptions et croire que leurs capacités sont fixées ou sont mal-
n Greg J. Duncan et al, de stéréotypes ? Non, bien sûr. Des atouts très objec- léables, explique Jason Plaks. Quand des enfants de
Developmental Le stéréotype, allié ou ennemi du tifs font la différence et s’imposent comme des clés 5 ans réussissent à une tâche, leur dire “tu es intel-
Psychology, 2007. succès. Preuve de la force des perceptions et du succès. « Plusieurs caractéristiques personnelles ligent” leur inculque une vision fixée de leurs com-
n T. Chamorro- des croyances, le stéréotype de groupe a des consé- sont impliquées dans la réussite, confirme Tomas pétences, alors que leur dire “tu as fait des efforts et
Premuzic et al, Psycho- quences directes sur la réussite. Positif, il favorise la Chamorro-Premuzic. L’intelligence, la motivation, tu es récompensé” construit une vision malléable. »
logical Science, 2009. performance ; négatif, il plombe les compétences le charisme, les compétences sociales et interperson- Cette différence a des conséquences importantes. Les
n A. Bandura, Auto- individuelles et met en danger la réussite. Chaque nelles, et bien sûr la chance ! » Comment expliquer enfants qui reçoivent un feedback “tu es intelligent”
efficacité : Le sentiment membre du groupe peut subir les conséquences du alors que des personnes intelligentes et compétentes vont moins bien réussir que les autres face à une série
d'efficacité personnelle, stéréotype, en se les attribuant inconsciemment. Par vivent des échecs répétés, quand d’autres individus, de défis à résoudre.
De Boeck, 2007. exemple, « c’est bien connu, les femmes sont nulles en avec les mêmes atouts, connaissent le succès ? Pour Jason Plaks, « les messages des parents,
n K. B. McElhaney et maths » : une femme aura tendance à sous-performer des enseignants, de la société qui impliquent “soit
al, Child Development, à un test de mathématiques si elle connaît ce stéréo- Les raisons de l’autosabotage. Pour Jason tu as la compétence, soit tu ne l’as pas” sont moins
2008. type. Autre exemple, des personnes âgées réussiront Plaks, psychosociologue à l’université de Toronto, bénéfiques que les messages qui sous-tendent “tout
n M. Shih et al, Psycho- moins bien dans un exercice mnésique si elles sont l’individu est parfois son pire ennemi. Ce chercheur le monde peut réussir avec la motivation et l’entraî-
logical Science, 1999. au courant du stéréotype associant la vieillesse à la a découvert la principale cause de l’autosabotage : nement adaptés”. » Son analyse rejoint celle de Ca-
n J. Plaks & K. Stecher, détérioration cognitive. Ce phénomène puissant, une vision figée de ses compétences. Lorsqu’un indi- rol Dweck, professeur de psychologie à l’université
Personality and Social qu’on appelle la menace du stéréotype, a été démontré vidu pense que ses capacités sont fixées et ne peuvent Stanford (voir l’entretien, page suivante). Valoriser
Psychology, 2007. par de nombreuses études. Étonnamment, même les pas évoluer, il devient anxieux lorsqu’il réussit une l’intelligence rend vulnérable à l’échec et inhibe la
motivation, pourtant essentielle pour réussir dans
une situation inédite.

Changer de perception de soi… Grâce


à la recherche, les déterminants de
Le cerveau apprend plus du dans l’apprentissage. C’est ce que vient de successifs. Chaque bonne réponse augmente la la réussite et de l’échec sont au-
succès que de l’échec découvrir une équipe de recherche dirigée par réaction neurologique dans le cortex préfrontal jourd’hui décryptés. Une meilleure com-
Pour réussir, mieux vaut… réussir d’abord. Les Earl Miller, neuroscientifique du Massachusetts et les ganglions de la base, impliqués dans préhension qui se révèle utile pour augmenter les
expériences de succès ont un effet beaucoup Institute of Technology. L’étude consistait l’apprentissage, et améliore la performance lors chances de succès dans ce qu’on entreprend ! Une
plus puissant sur le cerveau que les erreurs, en à observer le cerveau des singes en train de l’essai suivant. Par contre, la moindre erreur et vision figée des compétences peut se transformer en
particulier sur les zones cérébrales impliquées d’apprendre une nouvelle tâche, par essais tout est à refaire, même après une série de bonnes vision évolutive, simplement en y étant confronté.
réponses : la performance à l’essai suivant est « Nous avons découvert qu’il est possible d’activer une
au niveau du hasard, comme si le singe n’avait perspective évolutive en présentant aux sujets une liste
rien appris. Contrairement à l’image populaire, de mots évoquant cette dynamique, comme “effort”,
on n’apprend pas de ses erreurs… Le succès a “persévérance, “motivation, “entraînement”, explique
donc une influence bien plus forte sur le cerveau Jason Plaks. On peut supposer que, sur le long terme,
que l’échec. Il provoque une libération de la vision figée reviendra chez des personnes habituées
dopamine, l’hormone de la récompense, qui à fonctionner sur ce principe, mais le fait que chaque
renforce la réactivité des neurones situés dans approche puisse être activée si facilement donne des
le cortex moteur et les ganglions de la base. motifs d’espoir. La voie la plus efficace vers la réussite
Ce neurotransmetteur signale à ces cellules est sûrement de comprendre que certains aspects de la Pour dépasser la “peur du
nerveuses que l’action est une réussite et les personnalité sont fixés alors que d’autres aspects sont
incite à la reproduire aussi efficacement. Pour malléables, et d’être capable d’adopter sélectivement succès”, mieux vaut envisager ses
apprendre, le cerveau se dope au succès.
M. H. Histed, A. Pasupathy et E. K.
la théorie la plus appropriée à la situation. » Bref, se
montrer souple dans son autoperception et se focaliser
talents et ses points forts comme
Miller, Neuron, juillet 2009. sur les axes de progrès… Par exemple, une compéti-
tion sportive : on peut très bien reconnaître que ses
évolutifs et variables

14 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 / 15
S’organiser
DOSSIER cerner son État d’ESPRIT
pour réussir la réussite individuelle
Diagramme par Nigel Holmes ©

qualités physiques ont des limites et n’évolueront


plus vraiment, tout en cherchant à être meilleur sur
coaching ou des méthodes cognitivo-comportemen-
tales. « On peut booster la confiance des étudiants
État d’esprit État d’esprit de
la stratégie du jeu et l’identification des faiblesses
de l’adversaire.
dans leur capacité à réussir à l’école, même lorsque
la capacité réelle est sans relation avec leur QI réel et
FIXE DÉVELOPPEMENT
Dans son étude sur la confiance intellectuelle, perçu. En effet, la plupart des étudiants réussissent ou
Tomas Chamorro-Premuzic a découvert que les échouent pour des raisons autres que l’intelligence.
L’intelligence L’intelligence
facteurs génétiques étaient fortement impliqués. On peut résumer ces nombreux facteurs sous le label est statique est dynamique
Pourtant, il estime que l’inné ne fait pas tout. L’édu- de personnalité ou de motivation. Les autoperceptions
cation peut renforcer la confiance des personnes sont très importantes à cause de leurs effets motiva- Il incite à vouloir Il incite à vouloir
par le biais d’interventions ciblées, par exemple du tionnels. Croire en soi, c’est avoir le pouvoir. » n paraître intelligent apprendre et
et par conséquent par conséquent
pousse à… pousse à…

« Grâce à l’extraordinaire DÉFIS


plasticité du cerveau, les talents Éviter les défis Se saisir des challenges

peuvent être développés par


Carol Dweck l’entraînement et l’effort » OBSTACLES
Professeur de Abandonner facilement Persister face
psychologie à Rencontre avec Carol Dweck, professeur de psychologie à l’université Stanford. Elle aux échecs
l’université Stanford. est l’auteur de « Changer d’état d’esprit. Une nouvelle psychologie de la réussite »
(Mardaga, 2010).

 - D’après vos études, un état d’esprit de développement est très bénéfique à individus avec un état d’esprit fixe peuvent commencer une activité
la motivation et la productivité. Pourtant, l’état d’esprit fixe reste une avec confiance, mais face à un obstacle ils se découragent souvent EFFORTS
façon courante pour expliquer des succès ou des échecs. Comment ou sont sur la défensive, parce qu’ils craignent que les difficultés Considérer que les Voir les efforts comme
l’expliquez-vous ? reflètent leurs capacités et surtout leurs limites. Ainsi, quand un efforts sont inutiles le chemin de la maîtrise
Traditionnellement, les cultures occidentales se focalisent étudiant avec un état d’esprit fixe connaît l’échec dans les premiers
davantage sur les capacités et le talent et moins sur l’effort et l’enga- mois du cours, il abandonne souvent au lieu d’essayer à nouveau. 
gement, comme déterminants du succès. Pourtant nous avons de
plus en plus la preuve que le cerveau a une extraordinaire plasticité - L’autosabotage est-il lié à un état d’esprit fixe ?
et que l’intelligence et le talent peuvent être développés par l’entraî- C’est un comportement de défense que les personnes utilisent
nement et l’effort. Si un individu réalise qu’il peut développer ses pour s’assurer que leurs capacités ne pourront pas être jugées né- CRITIQUES
compétences, il va adopter un état d’esprit de développement, qui gativement à cause d’une performance médiocre. Ils ont toujours Ignorer les feed-back Apprendre des critiques
permet l’amélioration de l’apprentissage et une meilleure réussite. l’autosabotage comme excuse. La recherche a montré qu’il est plus négatifs pertinents
Mes recherches ont ainsi montré que féliciter quelqu’un pour son fréquent chez les personnes avec un état d’esprit fixe. Ce sont elles
intelligence ou son talent a des conséquences négatives. Cette qui s’inquiètent de la façon dont leurs compétences vont apparaître,
attitude le pousse à s’occuper davantage de l’intelligence que de à leurs yeux et à ceux des autres. 
l’apprentissage et le rend moins capable de gérer les défis, les revers,
les échecs. Par contre, féliciter une personne pour ses efforts, ses - Si une personne construit un état d’esprit fixe, de l’enfance à l’âge adulte,
stratégies, ses progrès, les défis qu’elle a relevés, sa persévérance, a peut-elle évoluer et changer pour un état d’esprit de développement ?
un effet positif : on recherche les activités nouvelles et difficiles dans Comment ?
le but d’apprendre et on supporte mieux les difficultés.  Il n’est jamais trop tard pour développer un état d’esprit de déve- SUCCÈS D’AUTRUI
loppement. Même si une personne a grandi avec un état d’esprit Se sentir menacé par la Tirer des leçons
réussite des autres et de l’inspiration
- Une étude récente indique le pouvoir de la confiance intellectuelle sur fixe, elle peut apprendre, avec de l’entraînement, à penser dans le de la réussite
les succès scolaires. Pensez-vous que la confiance intellectuelle soit sens d’un état d’esprit de développement. Par exemple, quand elle des autres
compatible avec un état d’esprit de développement ? est confrontée à un défi, subit un revers ou rencontre quelqu’un
Oui, car un état d’esprit de développement permet aux per- de plus performant qu’elle, elle peut pratiquer en se répétant des
sonnes d’entretenir leur confiance, même quand elles rencontrent éléments évolutifs et motivants « tu peux y arriver avec des efforts »,
des difficultés et des revers. Par exemple, elles restent confiantes plutôt qu’avoir en tête un état d’esprit fixe « tu es doué, ça doit De ce fait, une personne avec un état d’esprit De ce fait, une personne avec un état d’esprit de
fixe ne réalisera pas son plein potentiel. développement atteindra un haut niveau d’accomplissement.
et efficaces même après un résultat décevant à un examen. Les marcher ».
C’est la principale conséquence d’une Elle en retire un sens plus marqué du libre arbitre.
vision déterministe sur le monde.

16 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 / 17
S’organiser
DOSSIER pour réussir LA réussite scolaire

Les secrets des


obligatoirement devenir recherches met en évidence le rôle des compor-
un bon élève. L’essentiel tements et des attitudes dans l’efficacité des apprentis-
concerne la salle de classe, sages. Christopher Armitage, chercheur en psychologie

bons élèves
et les chercheurs en psychologie sociale à l’université de Sheffield, a découvert en 2008
s’attachent à comprendre ce qui qu’une théorie rend compte d’une grande part des
s’y passe. succès académiques. « Elle est loin d’expliquer toute
l’histoire, sachant qu’il existe des influences multiples
Ce qui prédit la et souvent non mesurables », avertit le chercheur.
réussite au col- Il s’agit de la théorie du comportement planifié, ou
lège. Premier ensei- TCP, qui permet de lier les attitudes et les actions.
« Des efforts ce trimestre », « peut mieux faire », gnement, la maîtrise Elle part du principe que le comportement humain,
« résultats satisfaisants »… Les notes et les de certaines matières pour être vraiment réalisé, doit d’abord être décidé.
est indispensable à la Pour qu’un élève réussisse un apprentissage ou
appréciations des professeurs ne sont que la partie suite de la scolarité. En apprenne une leçon, il doit donc s’y engager.
visible de l’iceberg. Un simple instantané, qui analysant les résultats Trois facteurs favorisent ce passage à l’acte. D’abord,
de plusieurs études, des l’élève juge la désirabilité du comportement et de
révèle l’efficacité d’un ensemble de compétences chercheurs nord-améri- ses conséquences : en a-t-il envie ? Quel intérêt en
indispensables à la réussite scolaire et universitaire. cains ont découvert que retire-t-il ? Ensuite, il prend en compte l’opinion de
la réussite au collège se ses proches (parents, enseignant, amis) sur ce com-
jouait dès l’âge de six portement. Comment sera-t-il perçu s’il révise ses
ans, à condition que cours ? Enfin, il va évaluer sa capacité à réussir ce qu’il
l’enfant ait développé va entreprendre, ce que le psychologue Albert Ban-

P
une certaine maîtrise dura a appelé le sentiment d’efficacité personnelle.
our les pédagogues et les parents, le de la lecture et des ma- « De nombreuses études confirment son rôle essentiel,
défi s’apparente à la quête du Graal : thématiques, et que ses précise Christopher Armitage. Il existe plusieurs tech-
comment faire en sorte que les enfants capacités attentionnelles niques que les enseignants peuvent utiliser pour ren-
réussissent leur scolarité ? Le simple soient suffisantes. Des forcer le sentiment d’efficacité personnelle des élèves.
fait que cette question soit toujours résultats confirmés par Par exemple, on peut leur donner des sous-tâches à
actuelle prouve la difficulté à apporter des réponses les évaluations nationales réussir, ces sous-tâches étant nécessaires au but prin-
claires et satisfaisantes. Tout ne se joue pas à l’école, d’enfants en CE2 et en 6e : cipal à atteindre. Par ce moyen ils expérimentent le
comme le confirment plusieurs études révélant les trois compétences prédisent succès et prennent confiance en eux. »
bienfaits cognitifs du sport ou d’une activité musicale. la réussite au collège, à savoir
Une bonne condition physique dès l’enfance est l’orthographe, le calcul et les Les bienfaits de l’autorégulation.
associée à de meilleures performances sco- capacités attentionnelles. Cette La façon dont les étudiants envisagent les apprentis-
laires et, en dehors des entraînements et des étude souligne aussi le rôle es- sages est donc essentielle à leur réussite, et cela persiste
compétitions, des phases d’étirements et de sentiel du calcul mental. Son à l’université. Anastasia Kitsantas, professeur de psy-
sauts aident à la concentration. L’origine de niveau en CE2 est associé aux chologie de l’éducation à l’université George Mason,
ces effets positifs reste mystérieuse, mais on capacités de compréhension qui a étudié l’influence de l’autorégulation : « Les princi-
suppose que le sport booste le cerveau en sti- seront nécessaires aux appren- paux facteurs de succès universitaire sont l’initiative
mulant les facteurs de croissance neuronaux, tissages du collège. Pour être personnelle, la responsabilité et l’assiduité. Mais la
impliqués dans la formation de connexions bon plus tard, il faut donc être réussite académique implique aussi de savoir com-
entre les cellules nerveuses. bon dès le début de la scola- ment apprendre, c’est-à-dire de se fixer des objectifs
Les parents ont également tout intérêt rité ! Pour Alain Lieury, profes- pertinents, de percevoir ses progrès, de s’autoévaluer,
à encourager la pratique d’un instrument seur de psychologie cognitive, de chercher de l’aide si nécessaire. » Le modèle
de musique, d’après une étude récente c’est bien cette mémoire des ---cyclique de Zimmerman met en évidence trois
menée par des chercheurs de l’université connaissances qui est un fac-
de l’Ohio. Ils ont découvert que ce loisir teur essentiel des succès aca-
avait un impact sur les performances en démiques (voir l’entretien).
mathématiques et en lecture en classe Aussi indispensable
Christopher
de primaire. Les exigences de la pratique
musicale – discipline, concentration et
soit-elle, elle n’est pas le
seul élément en jeu, et un
La réussite au collège se noue
Armitage
Chercheur en psychologie capacités intellectuelles – pourraient nombre croissant de dès l’âge de six ans, par la découverte
sociale à l’université de
Sheffield.
expliquer ces bénéfices.
Évidemment, un enfant sportif
de la lecture et des mathématiques
et maîtrisant le solfège ne va pas

18 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 / 19
S’organiser
DOSSIER pour réussir la réussite scolaire

phases du processus d’apprentissage. La première La seconde phase est celle de la performance.


phase concerne les acquis cognitifs et la motivation « Les étudiants doivent être capables de percevoir

Réussite
liés à la tâche. Par exemple, avant de passer un leurs progrès, de savoir quelles méthodes d’apprentis-
examen en mathématiques, l’étudiant a déjà sage sont les plus efficaces, et de résister à la tentation
des croyances et des perceptions sur cette des distractions. » Dans la dernière phase, dite d’auto-

collective :
discipline : il peut s’estimer mauvais, ou régulation, l’élève analyse ses résultats pour évaluer
adorer les maths, etc. « Ces facteurs ses progrès. Les réactions personnelles – j’ai échoué
motivationnels, qu’il s’agisse du sen- parce que je ne suis pas bon dans cette tâche, ou parce
timent d’efficacité personnelle ou que je n’ai pas utilisé la meilleure stratégie – auront

1 + 1 = 3 !
de la valeur que l’étudiant donne alors un impact sur la première phase. « Si les étu-
à la discipline, ont des implica- diants réussissent à réguler leur apprentissage et sont
tions importantes sur les ap- suffisamment motivés, alors ils ont tous les atouts pour
prentissages, sur la façon apprendre efficacement, estime Anastasia Kitsantas.
dont les élèves vont les Heureusement, l’autorégulation peut être développée,
appréhender. » et les enseignants sont capables de concevoir des acti-
vités destinées à entraîner les étudiants ». n « Ensemble on est plus fort » : si l’adage se vérifie
souvent, il n’est pas automatique. L’efficacité
d’un groupe, sous la dépendance de dimensions
Pour aller
sociales, s’appuie davantage sur
« La mémoire des connaissances plus loin l’intelligence collective que sur
l’addition de compétences
est essentielle à la réussite » n « La réussite
scolaire expliquée individuelles.
3 questions à… Alain Lieury, psychologue et spécialiste de l’apprentissage en aux parents », d’Alain
milieu scolaire. Lieury (Dunod, 2010).

- Quel est le principal facteur de réussite scolaire ? - Un bon niveau en 6e est-il l’assurance de la réussite acadé-
Plusieurs éléments sont impliqués, mais le fac- mique au lycée ?
teur essentiel est la mémoire des connaissances. On Une étude que j’ai menée sur 200 élèves in-
a longtemps considéré notre mémoire comme étant dique que les notes en 6e prédisent la réussite en 3e.
passive, réduite à une simple fonction “perroquet”. Ce lien positif se poursuit au lycée. Françoise Aubret
Alain Lieury est

C
Professeur de psychologie à
Au contraire, elle est dynamique et utile au dévelop- a découvert que le niveau scolaire en 3e donne une
l’Université Rennes II. pement d’autres compétences cognitives. Dans le juste indication de la réussite des élèves au lycée, omment s’assurer de l’efficacité avons découvert que l’intelligence collective est large-
cadre d’une évaluation du ministère de l’Éducation, jusqu’au bac. Les notes au collège ou au lycée d’un groupe de travail ? Tout sim- ment indépendante des capacités de chaque membre
nous avons testé les connaissances encyclopédiques marquent le niveau de connaissances, qui s’inscrit plement en intégrant des femmes ! du groupe. Si on essaie de prédire la performance d’un
de 31 000 élèves de 6e. Nous avons ainsi découvert dans un cercle vertueux : plus on connaît de choses, Une étude conduite par des cher- groupe, une analyse de leur intelligence collective est
notes que leurs résultats sont fortement corrélés à ceux plus on développe une appétence pour des connais- cheurs du MIT et de l’université bien plus utile que des informations sur les compé-
obtenus en compréhension de texte, en mathéma- sances nouvelles. La mémoire encyclopédique peut Carnegie Mellon vient d’en apporter la démonstra- tences intellectuelles de chaque membre. »
n G. J. Duncan et tiques et en test de raisonnement, ce qui confirme ainsi stimuler le processus d’apprentissage. tion. Ils ont recruté près de 700 personnes, qu’ils ont Les résultats d’un groupe sont largement dépen-
al, Developmental mes études sur les classes d’un collège de Rennes, où séparées en groupes de deux à cinq membres. Ces dants de la coopération et de l’engagement de ses
Psychology, 2007. les connaissances étaient le meilleur prédicteur de la - Quels conseils pédagogiques peut-on en tirer ? petits groupes devaient réaliser de nombreuses acti- membres. Le fait d’être attentif à des indices subtils,
n C. J. Armitage, British réussite en fin d’année. En clair, le fait d’avoir appris Les programmes scolaires sont si ambitieux qu’ils vités : puzzles et énigmes, négociations, séances de marquant le degré d’accord des membres de l’équipe
Journal of Psychology, de nombreuses choses a un impact direct sur les ca- provoquent une surcharge cognitive. Idéalement, il brainstorming, jeux, etc. En analysant leurs résultats, avec les objectifs et la ligne de conduite, se révèle très
2008. pacités d’abstraction et de compréhension. Plus on a faudrait les simplifier pour s’assurer que les acquis sont les chercheurs ont découvert que l’intelligence collec- utile pour atteindre le bon niveau de coopération.
n A. Kitsantas et al., de connaissances, plus on est capable d’inférences solides. Ensuite, contrairement à la vision cartésienne tive dont les membres font preuve compte pour 40 % « Nous avons mis en évidence que la sensibilité so-
Journal of Advanced et mieux on raisonne ! Les trois principaux facteurs selon laquelle il suffit de comprendre pour apprendre, de la performance des groupes. ciale, c’est-à-dire la capacité des membres à décrypter
Academics, 2008. de réussite scolaire sont, dans l’ordre d’importance, la répétition est essentielle. La mémoire s’appuie les signes non verbaux des autres membres, prédisait
n B. J. Zimmerman, la mémoire des connaissances, le raisonnement et la sur des connexions entre neurones, et la force des Une intelligence collective. « Nous avons en grande partie leur performance collective », pré-
American Educational motivation. connexions nécessite de répéter les enseignements. On été surpris par le rôle modeste de l’intelligence indivi- cise la professeur à la Tepper School of Business de
Research Journal, a également intérêt à diversifier les formes d’apprentis- duelle, explique Anita Williams Woolley, qui a dirigé l’université Carnegie Mellon.
2008. sage pour faciliter le développement de la mémoire cette recherche. Traditionnellement, les chercheurs L’étude a ainsi montré un lien direct entre la
des connaissances. considèrent que les compétences individuelles four- proportion de femmes et l’efficacité du groupe. « En
nissent la base de la performance du groupe. Nous moyenne, la sensibilité sociale est plus présente

20 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 / 21
S’organiser
DOSSIER pour réussir la réussite collective

chez les femmes, mais la clé de l’efficacité d’un


groupe est l’intégration de membres, hommes ou
les interactions entre les membres du groupe et les
relations actives entre le leader et chaque membre Sports d’équipe :
femmes, qui présentent un niveau suffisant de sen-
sibilité sociale. » Pour Estelle Michinov, maître de
conférences en psychologie sociale à l’université de
facilitent la cohésion et l’entraide.
La composante sociale est particulièrement
utile aux équipes d’urgence, comme le montrent les
jouez la cohésion !
Rennes 2, il est plus facile de construire rapidement études d’Estelle Michinov : « Pour des pompiers ou En 2002, des chercheurs l’ampleur de la relation
Estelle Michinov une intelligence collective dans les groupes composés des médecins urgentistes, l’efficacité de l’action est ont réalisé une méta- cohésion/performance varie
Maître de conférences essentiellement de membres féminins. « L’empathie indispensable. Plus que les capacités techniques, ce analyse des résultats de en fonction du niveau de
en psychologie sociale à et le décryptage émotionnel sont sans doute impli- sont les compétences sociales et l’entraide qui vont 46 études. Leur objectif ? compétition : elle apparaît
l’université de Rennes 2. qués, mais l’impact de la féminisation des équipes primer. Le leader du groupe doit être capable de sol- Comprendre en quoi la faible ou inexistante dans
reste à vérifier, notamment en fonction de la nature liciter les membres, de les mobiliser rapidement, de cohésion d’une équipe le sport professionnel, mais
de l’activité ». gérer les ressources de son équipe. Ce n’est pas inné, influence sa performance. très marquée au lycée et à
les équipes doivent s’entraîner pour exploiter au mieux Ils ont notamment mis l’université.
La composante sociale en première la mémoire transactive du groupe ». en évidence le rôle joué Les études confirment
ligne. Depuis quelques années, la recherche se par le genre, le niveau que la cohésion est une
prend de passion pour les conditions de réussite des Miser sur la diversité des expertises. de compétition et le type des clefs de la réussite
groupes. Plusieurs études, menées notamment par L’organisation du travail fait également toute la diffé- de sport. Ainsi, dans les d’une équipe sportive.
Steve Kozlowski et Daniel Ilgen, de l’université d’état rence. La contribution de chaque membre du groupe équipes féminines, la Elle renforce l’efficacité
du Michigan, révèlent plusieurs facteurs essentiels. Les et son rôle doivent être clairement identifiés, ce qui cohésion est source de collective et facilite le
Anita Williams équipes de travail doivent être capables de se fixer des renforce son engagement et sa motivation. Le senti- performance, bien plus respect des normes du
Woolley buts précis, de s’adapter au changement, de résoudre les ment d’interdépendance permet à chacun de sentir que dans les équipes groupe. Mais ses bénéfices
Professeur à la Tepper School conflits et d’apporter un feed-back sur la contribution qu’il a besoin des autres pour réussir. « La mise en masculines. Concernant sont également individuels :
of Business de l’université de chaque membre. Par cette attitude constructive, comparaison avec un autre groupe a tendance à ren- le type d’activité sportive, chaque membre se sent
Carnegie Mellon. les équipes sont mieux armées pour relever les défis forcer la cohésion d’équipe », complète Estelle Mi- la cohésion est aussi plus engagé, sans avoir
et améliorer leur performance. Surtout, les recherches chinov. D’autres éléments entrent en compte, comme importante pour les équipes la sensation d’être moins
pointent le rôle déterminant des qualités relationnelles : la taille du groupe – « les tâches collectives, comme coactives (chaque membre utile que les autres. On
la résolution de problèmes, sont mieux adaptées aux de l’équipe participe à constate également moins
petits groupes, alors que les groupes importants sont la performance globale, de tensions, ce qui permet
meilleurs en brainstorming » – ou le degré de familia- mais sans interactions, de focaliser les énergies
L’efficacité d’un groupe dépend rité des membres – « les groupes d’amis sont souvent
efficaces ».
par exemple dans les
compétitions de tennis ou
sur les efforts sportifs à
fournir.
du niveau de sensibilité sociale de ses Si l’organisation de l’équipe et son mode de de badminton) que pour
Référence: A.V.
membres les équipes interactives,
impliquées dans des Carron et al, Journal
sports collectifs – volley- of Sport and Exercise
ball, basket, etc. Enfin, Psychology, 2002.

fonctionnement sont si importants dans la réussite, diversité des expertises. « La coordination nécessite
les compétences individuelles ont-elles une utilité ? une véritable mise en synergie des compétences indi-
« D’autres travaux de recherche nous ont permis de viduelles, explique-t-elle. Il ne s’agit pas d’une juxta-
découvrir que ce n’est pas la présence de compétences position, mais d’une intégration. » Pour aller
spécifiques qui compte, mais la diversité de ces com- Il n’existe aucune formule magique pour rendre plus loin
pétences, explique Anita Williams Woolley. Nous un groupe efficace. Le succès repose sur l’équilibre n A. Williams Woolley
nous sommes centrés sur différents styles cognitifs, subtil de nombreux éléments et conditions. Des et al, Science, 2010.
notamment les capacités verbales et visuospatiales. méthodes peuvent renforcer le bon fonctionnement n N. Michinov et E.
Ces capacités sont typiques de certaines professions : d’un groupe, mais tous les facteurs ne se prêtent pas Michinov, Learning and
les écrivains et les avocats ont tendance à être forts à un entraînement. « Pour la sensibilité sociale, les Instruction, 2009.
dans la sphère verbale, les artistes dans la visualisa- études révèlent des résultats mitigés sur les possibilités n S. W. J. Kozlowski
tion des objets, et les scientifiques et ingénieurs dans de développement, précise Anita Williams Woolley. et D. R. Ilgen,
la visualisation spatiale. Nous avons montré que les Par contre, des méthodes d’aide à la décision peuvent Psychological Science
groupes manquant de diversité dans les styles cognitifs faciliter la mise en évidence des informations et des in the Public Interest,
font preuve d’une intelligence collective moins mar- opinions de chaque membre du groupe, qui serviront 2006.
quée que les groupes hétérogènes. » Un avis partagé au choix collectif ». n
par Estelle Michinov, qui conseille de privilégier la

22 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mars/AVRIL 2011 / 23
S’organiser
DOSSIER pour réussir la réussite professionnelle

Les clefs de la réussite


professionnelle
Pour réussir une belle carrière, la chance, les opportunités et les
diplômes entrent en jeu, mais ne suffisent pas. Nous avons tout
intérêt à nous appuyer sur les multiples facettes de notre intelligence –
analytique, mais aussi créative, pratique et émotionnelle.

L
es personnes intellectuellement
br i llante s sont- elle s celle s qui
connaissent les plus belles carrières ?
Quand le célèbre psychologue Howard
Gardner s’est intéressé aux facteurs en
jeu dans les succès professionnels, il a découvert que
le QI compte pour moins de 10 % dans la réussite.
De très nombreux éléments entrent en jeu, comme
la chance, l’éducation et les circonstances. Il suffit
En dehors de l’intelligence analytique, on gagne à
pour s’en convaincre de s’intéresser aux self-made- compter sur son intelligence pratique et sa créativité
men comme Bill Gates : serait-il devenu le roi de
la micro-informatique s’il n’avait pas eu accès à un Cinq compétences à développer. Plusieurs
des premiers ordinateurs destinés au grand public ?
Depuis les années 1980, de nombreux chercheurs
compétences sociales s’imposent comme des clés de
la réussite. La capacité d’adaptation, l’esprit d’initia- L’intelligence
découvrent que l’intelligence ne se résume pas
aux mesures du QI. Robert Sternberg, professeur à
tive, la recherche de performance et l’empathie sont
mises en avant par de nombreuses études. Or pour u émotionnelle, facteur de
l’université Tufts, a conçu une théorie triarchique de
l’intelligence, qui précise les contours d’une « intel-
ligence efficace ». En dehors de l’intelligence ana-
Daniel Goleman, ces qualités sont des composantes
de l’intelligence émotionnelle. Ce psychologue amé-
ricain s’appuie sur des études menées avec des milliers
réussite professionnelle
lytique, évaluée par les tests de QI, l’être humain de salariés pour affirmer le rôle déterminant de cette Trois zones cérébrales sont à l’origine de l’intelligence émotionnelle.
gagne à compter sur son intelligence pratique et sa forme d’intelligence. Il conseille ainsi de chercher à L’amygdale u, la petite zone cérébrale qui gère les émotions, est la
créativité. Pour le chercheur, les trois dimensions développer cinq compétences : la conscience de soi, w première zone impliquée. Le néocortex v, essentiel au raisonnement et
sont complémentaires : on a besoin de créativité la maîtrise de soi, la motivation, l’empathie et les à la récupération des souvenirs, est connecté à l’amygdale.
pour avoir des idées, de compétences analytiques aptitudes humaines. Plus un individu monte dans Ces deux zones sont étroitement liées, et le nombre de leurs
pour évaluer la pertinence des idées, et de capacités la hiérarchie professionnelle, plus ces compétences connexions peut prédire l’intensité et la qualité de la réponse
pratiques pour réaliser ses idées et convaincre les personnelles comptent dans sa performance et ses émotionnelle. Chez les personnes dont les deux aires cérébrales
autres de leur intérêt. succès. sont déconnectées, la capacité à prendre des décisions est
Un cercle vertueux dont l’efficacité a été véri- « En tenant compte des résultats de recherche v atténuée, voire disparaît parce qu’elles deviennent incapables de
fiée dans la réussite universitaire, et qui semble qui confirment l’importance des compétences émo- ressentir émotionnellement si la décision est bonne ou mauvaise
bénéfique à la carrière. Robert Sternberg a suivi des tionnelles et interpersonnelles, on a toutes les raisons pour eux.
Paulo Lopes étudiants jusqu’à leur entrée sur le marché du tra- de penser que l’intelligence émotionnelle contribue Dernière zone concernée, l’insula frontale droite w, qui est connectée
Professeur à la Catolica vail, et a découvert que ceux qui manifestent le plus aux succès professionnels, estime Paulo Lopes, pro- à l’amygdale. Cette aire, impliquée dans l’intégration des informations
Lisbon School of Business d’intelligence pratique travaillent efficacement en fesseur à la Catolica Lisbon School of Business and venant du corps et de l’esprit, s’active lorsque l’amygdale exprime une
and Economics. groupe, s’imposent souvent comme des leaders, et Economics. Quand il s’agit de gérer des individus, émotion et communique ce message au reste du corps.
reçoivent davantage d’offres d’emploi. d’inf luencer des collègues ou de travailler en

24 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mars/AVRIL 2011 / 25
S’organiser
DOSSIER pour réussir

le collège mars/juin 2011

Les hormones de la réussite sociale


La testostérone a toujours molécule, le récepteur de la
ConférenCes été associée à l’agressivité dopamine. Des chercheurs
science et philosophie et la domination physique. de l’université Columbia ont
26 mars, 28 mai De nouveaux travaux découvert que les personnes
lui donnent aujourd’hui présentant une forte
Des chimistes dans la société une autre dimension, en concentration de récepteurs
10, 17, 24 et 31 mai
l’associant au statut social. à la dopamine avaient
et le monde devint numérique D’après les recherches tendance à se distinguer
18 et 25 mai, 8 juin
d’Ernst Fehr, la testostérone par un statut social élevé
exprime surtout l’aspiration et une meilleure réussite
Colloques et renContres à s’élever socialement. Pour professionnelle. Cette
Porte de la Villette le découvrir, il a proposé spécificité neurobiologique
la science-fiction à l’assaut du manga
entrée libre 2 avril l’hormone en comprimé à augmenterait leur
des femmes, qui se sont motivation et la recherche
l’océan et le climat vus de l’espace révélées plus équitables de satisfaction, ce qui
cite-sciences.fr 8 et 9 avril
et généreuses dans une les inciterait à rechercher
les machines peuvent-elles imiter le cerveau humain ? tâche de partage d’argent. davantage le succès.
16 avril
De cette façon, elles sont C. Eisenegger et al,
mieux considérées par Nature, 2009.
entretiens universCienCe le reste du groupe. Une D. Martinez et
al, Biological
Paul Collier, économiste, université d’oxford autre étude, plus récente,
Psychiatry, 2010.
6 avril apporte un éclairage sur une
Ada Yonath, prix nobel de chimie 2009
21 mai
équipe, la capacité à manager ses émotions et les Si d’autres études sont nécessaires pour confirmer
émotions d’autrui est particulièrement important, l’intérêt de l’intelligence émotionnelle, il est probable
parce que les émotions et les sentiments sont liés à que ses bénéfices concernent la plupart des fonctions
ConférenCes la motivation. Des managers peuvent avoir besoin de occupées. « Des résultats de recherche récents sug-
générer de l’enthousiasme, d’inciter leurs collabora- gèrent qu’elle serait particulièrement efficace pour
les femmes et la science teurs à donner le meilleur d’eux-mêmes, de faciliter les postes qui exigent de gérer ses émotions et celles
1er avril, 6 et 27 mai un projet de changement, ou de générer des idées d’autrui, comme le management et les fonctions
la science en débat créatives lors de séances de brainstorming. La capa- impliquant des contacts directs avec les clients. »
19 mars, 16 avril, 21 mai et 18 juin cité à décoder les expressions non verbales facilite la Mais là encore, l’intelligence émotionnelle n’est pas Pour aller
communication dans des phases de négociation ou présente dans les mêmes proportions chez tous les plus loin
raconte-moi un chercheur avec Pour la science de travail collectif. » salariés. Des programmes de développement semblent
26 avril, 24 mai et 28 juin
faire leurs preuves, estime Paulo Lopes. « Il existe de n D. Goleman,
Arts sciences et technologies Avenue Franklin Réussir grâce à son intelligence nombreux résultats de recherche indiquant l’effica- « L’intelligence
10 mai D. Roosevelt émotionnelle. Les émotions ne sont pas décon- cité de l’entraînement des compétences émotionnelles émotionnelle,
nectées des compétences cognitives, au contraire elles et interpersonnelles. Par exemple, il est possible de volume 2 », Robert
les rendez-vous de La Recherche 75008 Paris
les stimulent. Pour le chercheur portugais, « la capa- former les personnes au management du stress, à la Laffont, 1999.
7 juin
cité à intégrer des informations émotionnelles et des reconnaissance des émotions d’autrui. Il existe encore n S. Côté et C. T. H.
Académie de l’Air et de l’espace : l’avion propre et sûr palais-decouverte.fr analyses rationnelles peut nous aider à prendre des de nombreux défis à relever, notamment pour vérifier Miners, Administrative
24 mars décisions appropriées et à suivre efficacement son intui- si l’efficacité des méthodes de développement dépend Science Quarterly,
énergie et développement durable tion. On se trompe souvent quand il s’agit de juger les du contexte ou de la situation professionnelle. » 2006.
5 avril, 3 mai, 31 mai réactions d’autrui, parce qu’on se focalise sur la raison Grâce à la recherche, la réussite professionnelle n P. N. Lopes et al,
en oubliant que l’être humain dispose d’un cerveau commence à livrer ses secrets. Dernier conseil, ne Psicothema, 2006.
rencontres avec des auteurs émotionnel. La capacité à manager les émotions peut comptez pas sur une carrière couronnée de succès n M. A. Brackett et al,
2 avril et 7 mai aussi nous aider à prendre des décisions intelligentes pour être heureux. Si des études établissent bien un Social and Personality
sous l’effet du stress. Si nous nous laissons envahir par lien entre le bonheur et la réussite, il semble que ce Psychology Compass,
la colère ou la peur, nous pouvons perdre la capacité soit les gens heureux qui ont le plus de chances de
CAbinets De leCture de réfléchir aux conséquences de nos actions et de succès professionnels, et non la réussite qui soit source
2011.

nicolas de Condorcet chercher des solutions alternatives. » de félicité… n


12 mai

26 / Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 Le monde de l’intelligence – n° 18 – mARS/AVRIL 2011 / 27