Vous êtes sur la page 1sur 3
Pierre Lévêque Julien le Grand et les Cyniques : Giuliano imperatore contro i Cinici ignoranti.

Julien le Grand et les Cyniques : Giuliano imperatore contro i Cinici ignoranti. Edizione critica, traduzione e commento a cura di C. Prato e D. Micalella

In: Dialogues d'histoire ancienne. Vol. 16 N°2, 1990. pp. 401-402.

Citer ce document / Cite this document :

Lévêque Pierre. Julien le Grand et les Cyniques : Giuliano imperatore contro i Cinici ignoranti. Edizione critica, traduzione e commento a cura di C. Prato e D. Micalella. In: Dialogues d'histoire ancienne. Vol. 16 N°2, 1990. pp. 401-402.

Vol. 16 N°2, 1990. pp. 401-402. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/dha_0755-7256_1990_num_16_2_1515

DIALOGUES D'HISTOIRE ANCIENNE

401

du mode de représentation illusionniste. La troisième (peinture et discours dans la tradition) nous entraîne dans le monde de l'image et de la rhétorique. Une vaste bibliographie classée par rubriques, 4 index, 2 appendices, font de ce livre important un outil de travail de grande qualité. Il ouvre sans cesse çles perspectives et des problématiques. D'aventure le lecteur regrette les précautions oratoires qui alourdissent l'analyse. Il doit emprunter des chemins de traverse effectuer des retours en arrière pour arriver au terme de ce voyage, quêtant une halte. Cette démarche n'est point sans

Marie-Claude L'HUILLIER

A propos de Agnès ROUVERET, Histoire et imaginaire de la peinture antique (Ve siècle avant J.-C. - 1er siècle après J.-C). Bibliothèque des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome 274, Paris 1989, 577 p. + XXV pi.

O*

Julien le Grand et les Cyniques.

Julien a écrit le traité Contre les cyniques ignorants * deux mois après son invective contre le cynique Héraclius. C'est une oeuvre rapide, une improvisation rédigée en deux jours, nous dit-il. Elle débouche sur un éloge très puissant de Diogène, qu'il se dit très satisfait de louer, et n'hésite pas à fixer les règles permettant d'accéder à un cynisme digne du maître. Cette operetta est construite avec force en blocs bien arrimés les uns sur les autres, où Julien peut faire état de sa culture philosophique si riche et si complexe. Elle est évidemment écrite sous l'influence de sa paideia néo-platonicienne, qui lui impose de repousser les cyniques vulgaires, contempteurs de l'ordre social romain. "La lutte de Julien représente une manière de combattre la désagrégation de l'Empire par le moyen de mesures idéologiques sur la base du Néoplatonisme, avec une finalité sociale" (J.M. Alonso- Nufiez, cité p. XVII). Rien d'étonnant à ce que cet opuscule ait été écrit au moment même où Julien fait entrer dans leur phase décisive les préparatifs pour la grande expédition contre la Perse. Ce sont

402

ACTUALITES

deux manières de défendre et d'illustrer l'empire de Rome, à l'intérieur comme à l'extérieur. Cette oeuvre si importante, malgré sa modeste taille, nous est présentée dans une nouvelle édition dans la collection des Studi e testi latini e greci de l'Université de Lecce, dirigée avec tant d'autorité par Carlo Prato. Ce savant a ici établi le texte (apparat critique d'allure très moderne, dont les choix semblent devoir s'imposer) et donné une traduction aussi limpide que précise. (Dans le serment pythagoricien de 15, 31, on attendrait plutôt dans la traduction Tétractys que Tétrade). L. Micalella a rédigé une introduction et un commentaire qui élucident les points difficiles et montrent bien l'ouverture de la pensée de Julien dans cette oeuvre mineure. Une édition pleinement réussie, munie en outre d'une bibliographie et d'un index verborum.

Pierre LÉVÊQUE

Giuliano imperatore contro i Cinici ignoranti. Edizione critica, traduzione e commento a cura di C. Prato e D. Micalella. Lecce, Universita degli Studi, 1988, 127 p.

C>

Al Tau SU Min : des mots qui tuent

On sait de mieux en mieux que la Gaule est terre de magie et les efforts se multiplient pour décrypter des textes qui font sens, mais pas toujours sens patent. Une très belle réussite est à porter au compte de Fiorenza Granucci * : elle vient de démêler l'écheveau complexe d'une formule qui court, d'hexamètre en hexamètre, de Virgile à Ausone. L'intérêt de son étude est tel que je voudrais en présenter les résultats dans notre Chronique. Les poèmes d'Ausone sont tous ludiques, Ypa^H-cnrmbv te nXoxàç xaî XoyoSatSaXioTiv , comme il le dit lui-même dans une épitre (14, 26) adressée à son ami Assius Paulus. L'un des plus déroutants (donc des plus réussis dans l'optique du poète-grammairien) est le Grammaticomastix, qui est la dernière pièce du Technopaegnion. Un commentaire très digne d'Ausone par sa subtilité et par son talent à distinguer divers niveaux de lecture nous est fourni par Fiorenza