Vous êtes sur la page 1sur 283

Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software

http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

LA VOIX

En Français et en Turc
Etude contrastive

Mustafa DURAK
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Je tiens à exprimer ma reconnaissance à M. Le Professeur


Jean PERROT, directeur de cette thèse (elle a été soutenue
en Janvier 1985). Je remercie également M. Le Professeur
Louis BAZIN, M. Le Professeur FRIDMAN, M. Le
Professeur Etienne PIETRI qui ont accepté à s'intéresser à
mon travail, et à tous ceux qui ont rendu possible sa
réalisation, particuliérement M. André STUDER et Mlle
ROUSSEAUD et leurs personnels.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

TABLE DE MATIERES

Présentation................................................................. 1

Chapitre 1
Que veut dire analyse contrastive ................................. 3
Le verbe ..................................................................... . 8
La voix ...................................................................... 14

Chapitre 2
LES VERBES REFLEXIFS

Verbes réflexifs en français:


Sur la notion de réflexivité.......................................... 18
Réflexifs pléonastiques .............................................. 25
Verbes instransitifs .................................................... 27
Verbes réfléchis ........................................................ 30
Même ....................................................................... 34
Même: adjectif .......................................................... 34
pronom.............................................................
conjonction ................................................... 36
Même combiné avec les pronoms .............................. 38
Les verbes intrinsèques .............................................. 42
Les verbes réciproques .............................................. 47
Réciprocité / réflexivité .............................................. 49
Le nombre des agents et relation entre eux ................. 51
La diversité formelle de l'expression réciproque ......... 52
Verbes réflexifs en turc:
Les verbes intransitifs ................................................. 57
Le suffixe "-(I)n-" ....................................................... 60
Le suffixe "-lAn-" ....................................................... 63
Le rapport de la combinaison de "-lAn-"
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Avec le suffixe du passif ........................................... 69


Le suffixe "-Il-"............................................................ 70
Le suffixe "-lAş-"......................................................... 72
Le suffixe "-lAş-": réflexif ............................................ 73
Le suffixe "-Ar/l-" ....................................................... 75
Le suffixe "- Ir/l-dA-" ................................................. 78
Le suffixe "-ImsA-" ...................................................... 78
Les verbes intrinsèques ............................................... 79
Le mot "kendi" en turc ............................................... 80
Récipro-contributif ................................................... 95
Le suffixe "-lAş-": récipro-contributif .......................... 99
Comparaison ............................................................. 102

Chapitre 3
LES VERBES ACTITIFS

Verbes actitifs en turc:


Définition des actitifs .................................................. 115
Le suffixe actitif "-TIr-" .............................................. 121
Agglutinabilité du suffixe actitif "-TIr-" .........................128
Actitivité pour les verbes à double transitivité ............... 129
Verbes actitifs .............................................................. 132
Les combinaisons du suffixe actitif avec les autres: .. 133
Réflexif et actitif ......................................................... 133
Récipro-contributif et actitif ......................................... 138
Passif et actitif / actitif et passif ................................... 140
Actitif hiérarchique ...................................................... 144

Verbes actitifs en français :


Actitifs avec le verbe 'faire' ........................................... 147
Actitifs avec les verbes non-pronominalisés .................. 152
Actitifs avec les verbes symétriques ............................. 154
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Actitifs avec les verbes affixés ..................................... 157


Actitifs avec les verbes distincts ................................... 164
Actitifs avec d'autres verbes......................................... 165
Actitifs avec le verbe 'rendre' suivi d'un attribut .......... 166
Comparaison .............................................................. 167

Chapitre 4
LES STRUCTURES AU PASSIF

Les structures au passif en français:


Transitivité ................................................................... 182
Passif périphrastique ..................................................... 187
Etre / Avoir .................................................................. 187
Participe passé ............................................................. 200
Passif avec la particule préverbale "SE" ...................... 203
La relation avec les autres formes passives ................... 203
Passif avec le ppv "SE"/Passif périphrastique ............ 203
Passif avec le ppv "SE" / La structure ON .......... 210
Passif avec le ppv "SE" / Verbes symétriques ............... 211
La relation avec les autres fonctions de "SE"................ 212

Les structures au passif en turc:


Les suffixes de passivation: "-Il-" et "-(I)n-" ................ 215
Passif impersonnel ...................................................... 218
Adjectif / participe ...................................................... 221
Les post-positions casuelles ........................................ 227
le nominatif ....................................................... 227
l'accusatif .......................................................... 230
le cas directif .................................................... 232
l'ablatif .............................................................. 239
Les éléments agentifs .................................................. 240
"Tarafından"..................................................... 240
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Le suffixe "-cA" ............................................... 242


Le cas directif ................................................ 243
Le locatif ....................................................... 253
Les mots "dolayısıyla, etkisiyle" ...................... 254
L'ablatif "-dAn" .............................................. 256
L'instrumental "-(I)lA" ..................................... 258
Le mot "arasında" ............................................ 260
Comparaison .............................................................. 261
Conclusion ................................................................ . 268
Notations et abréviations ........................................... . 270
Bibliographie .............................................................. 272
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

LA PRESENTATION:
Dans n'importe quelle grammaire du français et du turc, le verbe
a une place particuliere, par rapport aux autres categories du
mot. Il est considéré le noyau de la phrase. Il se charge des
problèmes de temps, d'aspect, de mode, de modalité et de voix.
Et dans le thème verbal en turc, ce sont les morphèmes de voix
qui précèdent les autres. Et ces morphèmes sont souvent traités
d'une façon simpliste. Donc pour nous, la voix constituait le
point de départ pour initier aux problèmes du verbe. C'est ainsi
que nous avons choisi le sujet.

Pour parler des problèmes, je commencerai par ceux de voix.


Signalons d'abord que le titre de notre étude nous paraît
maintenant très large et trompeur. Parce que nous n'avons pas
traité tous les aspects de la notion de voix qui donne lieu à de
differents types de définition en deux langues. Le terme de voix
correspond en turc au mot "çatı" qui veut dire le "toit", car il
encadre le thème verbal dans la structure de la langue turque.
Donc il existe une incompatibilité du point de vue de départ
pour la détermination, mais quand même ces deux termes
reflètent les phénomènes linguistiques correspondants, c-à-d, les
structures actives, passives, réflexives, réciproques et en turc
actitives. Nous disons en turc car, en français, du moins pour
certains auteurs, la formulation actitive ne concerne pas la voix.
Pourtant il a été considéré comme voix, en rendant compte la
valence verbale soulignée par Lucien TESNIERE, par rapport
aux actants exprimés.

Puis la plurifonction des éléments, lexicalisation, l'homonymie,


l'intonation, les styles différents des langues et le passage d'une
voix à une autre constituent la problématique de voix. Nous
allons donner quelques exemples significatifs concernant ces
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

problèmes:

Pour parler de la plurifonction des morphèmes de voix, on peut


chosir en turc le suffixe " –In-" qu'on appelle parfois comme le
suffixe de réflechi. En fait il est plurifonctionnel du point de vue
de voix. Voilà les exemples.

Phrase 1: Damla yıka-n-dı Damla s'est lavée

Dans cette phrase le suffixe est réflexif.

Phrase 2: Yemek ye-n-di. Le repas a été mangé

Dans celle-ci, le même suffixe rend la structure passif. Et de


plus, en la traduisant en français, elle peut être réalisée de deux
manieres: elle est simplement passive, dans "le repas a été
mangé" ou passive impersonnelle, dans la phrase "on a mangé le
repas"

Phrase 3- Alper çevresine bak-ın-dı.


Alper a regardé autour de lui, ou Alper a cherché qqch/qqn

Dans cette phrase, bien qu'on ne peut interpréter que comme


réflexif, on a le choix de traduction de la forme verbale avec le
suffixe "–In-" comme ‘regarder autour’ et ‘chercher’. En fait ce
n’est pas seulement un problème d’homonymie pour ces verbes,
mais il s’agit là d‘un problème de thématisation verbale avec le
sens ajouté par le suffixe. Dans cet exemple on oublie la fonction
de voix du suffixe et il se charge d’une fonction de former un
nouveau verbe.

Et dans une phrase, nous avons rencontré à une utilisation


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

intéressante :

Phrase 4: Ebeye bak-ın-dı. Une femme enceinte s’est fait


contrôlée à la sage femme.

Dans cette structure la même forme verbale avec –In- exprime


de ‘faire contrôler’.

Alors, dans cette phrase le suffixe –In- garde la fonction de voix.


Et plus il réalise deux fonctions de voix à la fois : réflexif et
actitif. Donc il est impossible de parler d!une seule fonction de
voix pour ce suffixe, ainsi que pour les autres.

Un autre problème, c'est ce que chaque affixe de voix s'utilise


dans la formation d'un nouveau sens. Voilà des exemples
danslesquels le suffixe se trouve intrinsèquement.

Le suffixe –In-:
kalk- se lever kalk-ın- se développer
değ- toucher değ-in- traiter, toucher
geç- passer geç-in- vivre par ses moyens ou en profitant
des moyens des autres.
De même on peut parler du même fait en français. La particule
préverbale SE: se souvenir, s'extasier, s'obstiner etc.

Le suffixe –Il-:
kurtar- délibérer kurtul- se délibérer
Le suffixe –Iş-:
tok- (onomatopée) tokuş- se heurter
Le suffixe –TIr-:
sal- laisser saldır- attaquer
uy- s'adapter uydur- imaginer, mentir
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

al- prendre aldır- se soucier

Les deux langues se servent de ces éléments pour exprimer


certains phénomènes.

Et d'autre part, dans certains verbes l'homonymie entre des


formes verbales peut constituer un problème.
düş- tomber düşün- penser
çal- voler çal-ış- travailler
kon- camper, se poser konuş- parler
yan- brûler yanıl- se tromper

Et la prosodie peut jouer un rôle déroutant pour les suffixes de


voix. Le style de langue crée aussi des problèmes. Par exemple:
On m'a piqué la blouson l'année dernière.
Geçen yıl paltomu çal-dı-lar
Geçen yıl paltom çal-ın-dı

Dans la première traduction, la voix est à l’actif, alors que dans


l'autre est au passif. Mais ce qui est important l'ordre des actants
dans deux langues est tout à fait différent. Ce que nous voulons
dire, la syntaxe d'une langue influence le système de pensée. A
propos du style, nous avons eu un grand embarras pour traduire
cette phrase turque en français:

Karısını benden kıskanıyor.


La femme + suffixe possessif + élément jonctif + accusatif + moi
+ ablatif + être jaloux + suffixe de temps

Si l’on essaie de traduire on y obtiendrait : Il éprouve de la


jalousie pour moi, à cause de ce /ou par la peur que je sois en
contact avec sa femme.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Enfin il ne faut pas oublier que le passage d'une voix à une autre
présente tant de problèmes.

A propos de voix, nous voulons raconter un phénomène réel qui


concerne les actants, pour souligner la complexité de l'homme
qui donne lieu souvent à une confusion dans l'esprit. Un
chauffeur voit soudain un vieillard sur la route et il freine. Mais
l'autre tombe et meurt. Le chauffeur se trouve devant le juge.
Celui-ci qui étudie le rapport médical déclare que le chauffeur
est incoupable, parce que la voiture n'a pas touché le vieillard, et
il est mort à cause de sa maladie de coeur. Le chauffeur est
délibéré mais, lui, il se sent coupable, et par ce sentiment de
culpabilité il finit par devenir fou.

Après avoir touché brièvement les problèmes de voix, essayons


de parler en quelque mot de la description contrastive. Pour
n'importe quel but, une théorie de la traduction, une méthode
d'enseignement, une typologie des langues, la description d'une
langue est inévitable. Même ce mot ‘description’ exige
l'existence des autres éléments, c-à-d, sans comparaison, une
bonne description n'est pas possible.

M. Perrot, dans un article intitulé, "problèmes méthodologiques


en description contrastive, met en évidence d'une part la
nécessité d'une description méticuleuse, en soulignant par les
expressions "linguistique exacte", "une bonne description",
"l'analyse précise des structures", et d’autre part la distinction de
la description contrastive avec les autres, en disant:
"la description contrastive a pour domaine spécifique celui des
effets de sens, et non celui des valeurs, plus exactement celui de
l'exploitation de ces effets de sens dans les messages véhiculant
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

des informations analogues." Et il souligne à la fin de cet article,


comme premier étape "l'analyse précise des structures".

Dans cet essai de description, nous avons essayé de nous


appuyer sur nos propres observations sans être dépendant à une
théorie linguistique.

Enfin, nous devrions essayer de toucher quelques originalités et


les faiblaisses de notre étude. D'abord nous pouvons énumérer
quelques originalités considérés par nous :
La catégorie conjonction pour le mot "même"
La comparaison des réflexifs avec les intransitifs
La fonction actitive du suffixe –In- en turc
Les observations sur le mot "kendi" en turc
Le trait défini pour l'accusatif et le nominatif
La recherche pour les mots qui expriment un agentif, dans la
structure passive en turc
Les mots créés ou utilisés première fois dans cette étude par
noous : "actitif", "élasticité", "récipro-contributif".
Les classifications des participe passé en turc
Et quelques classifications pour les suffixes en turc.

En revanche,
- La transitivité et la rection n'est pas bien étudié en fr
- L'accord et les structures actives sont totalement négligés

Finalement malgré tout notre effort de préparer une


description méticuleuse, nos conditions nous ont obligé de
vous présenter une description incomplète et déséquilibrée.
Mais nous croyons de réaliser quand même un petit pas pour
cette intention.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

INTRODUCTION
L'insuffisance de la plupart des méthodes publiées pour
1'enseignement des langues étrangères se fait sentir de plus en plus,
avec l'augmentation des exigences et à la lumière des expériences
vécues des enseignants et des apprenants. Ces méthodes sont
notamment critiquées de deux points essentiels par la linguistique
appliquée: les effets de la langue maternelle ou ceux d'autre(s)
langue(s) apprise(s) et la fixation de but y sont négligés. Elles laissent
donc les apprenants dans des impasses, à partir d'un certain stade.

La création de nouvelles méthodes exige les apports de la


linguistique, de la psychologie et de la pédagogie. C'est donc un
travail difficile et sérieux. Si l'on laisse de côté les deux dernières
sciences, la linguistique nous pousse à connaître systématiquement
deux ou plusieurs langues en contact. Après la description complète
de ces langues, il faut réaliser une comparaison systématique, qui
nous permetterait de distinguer les divergences et les convergences
de leurs systèmes grammaticaux. Après ces opérations, ce sont la
prévision et l'analyse des erreurs qui complètent le cycle. A partir du
moment ou les linguistes ont terminé toutes les démarches, les
psychologues et les pédagogues doivent intervenir pour développer
une nouvelle méthode.

Nous allons étudier "la voix" en français et en turc, du point de vue


de l'analyse contrastive, en espérant que notre étude sera une
modeste participation. Le titre de l'étude appelle l'autre sens du mot:
1a voix humaine, mais dans cette étude, certes, il s'agit de la voix des
structures grammaticales. Pour bien préciser notre sujet, nous devons
dire que nous sommes loin de faire des approches pour renouveler la
définition de la notion de voix. Ce qui nous intéresse, ce sont les
structures réflexives, actitives (causatives, factitives, permissives) et
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

passives dans deux langues (le français et le turc). Nous n'allons donc
pas traiter cette notion dans toutes ses perspectives. Et dans cette
étude limitée, il n'est pas possible d'appliquer toutes les étapes de
1'analyse contrastive. Nous allons essayer d'en réaliser les deux
étapes (la description et la comparaison). Et même pour les structures
données, nous nous sommes limité à un corpus de la langue écrite
(nous avons parfois ajouté des phrases de la langue parlée -
fabriquées par nous, pour clarifier le sujet traité). Nous n'avons pas la
prétention d'épuiser le sujet envisagé. Cependant le lecteur pourrait
suivre dans cette étude notre effort pour le cerner et discuter certains
problèmes concernant ces structures.

QUE VEUT- DIRE ANALYSE CONTRASTIVE?


Le terme "analyse contrastive" paraît très clair de prime abord, parce
qu'il s'agit de deux mots compréhensibles. Mais il y a quand même
une zone floue et nuageuse dans laquelle le débutant se trouve
bientôt. A ce propos, il faut rappeler qu'il est difficile de le rencontrer
dans les dictionnaires linguistiques. Cela prouve que la plupart des
linguistes ne la considèrent pas comme un type d'analyse ou qu'ils
ont des réserves à son égard. Il est évident que chaque domaine
scientifique ne se constitue pas tout d'un coup. Il évolue sans arrêt.
De plus y a -t-il une science finie?

Commençons tout d'abord par les éléments de ce terme. "Analyser",


par sa nature, c'est s'arrêter et en même temps s'orienter vers le passé,
ou si l'on veut, vers l'immobile pour mieux voir ce qui s'est passé.
Alors il est impossible de critiquer, d'étudier un phénomène non
terminé. On doit attendre la fin, afin que le sujet soit bien décomposé
pour saisir 1'essentiel. Pourtant quand il s'agit d'une langue, c'est une
entreprise fructueuse, puisqu'elle fonctionne sur le système à elle-
même. Puis la fin et le commencement sont des termes vagues pour
elle. Elle est une réalité potentielle, toute prête et disponible à être
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

analysée. Mais l'analyse n'a pas une forme unique à la linguistique.


Elle se charge des sens que les théories lui donnent: analyse
grammaticale, analyse logique, analyse sémique, ananalyse
distributionnelle, analyse contrastive.

Quant au mot "contrastif" il est utilisé avec "opposition" pour


désigner deux phénomènes linguistiques différents. Voici les
définitions données par A. Martinet: "On aperçoit que les unités
linguistiques, qu’elles soient signes ou phonèmes, sont entre elles
dans deux types distincts de rapport; on a d'une part, les rapports
dans l'énoncé qui sont dits syntagmatiques et sont directement
observables (...) On a intérêt à réserver, pour désigner ces rapports, le
terme de contrastes. On a d'autre part les rapports que l'on conçoit
entre des unités qui peuvent figurer dans un même contexte et qui, au
moins dans ce contexte s'excluent mutuellement; ces rapports sont
dits paradigmatiques et on les désigne comme des oppositions"(l).
On a donc des oppositions (paradigmaticmes), comme ‘d/t’, ‘par-
lait/parlerait’ et des contrastes (syntagmatinues), comme ‘m/o du
mot’, ‘son père/parlait’. Ce sont des exemples qu'on rencontre
souvent. Mais en réalité, on observe aussi des oppositions dans des
niveaux différents selon le point de vue. Il y a une tendance à ne
constater comme opposition que ceux qui se différencient comme
marqué et non marqué (exemple: ‘il arrive / ils arrivent’). Si l'on
étudie l'opposition de d/t, on remarque que le phonème /d/ a un
phème de plus, par rapport au phonème /t/, (c‘est plus sonorité) dans
son phémème. Et dans l'opposition de ‘il écoute / ils écoutent’, on y
trouve un élément marqué de plus (ilekut/ilzekut), par rapport à ‘il
parle / ils parlent’ (ilparl/ilparl) Si l'on les laisse de côté, en partant de
leur similitude phonique, on est sur le seuil d'une faute qui nous
pousse à penser que les français ont des peines à s'entendre à cette
étape. Il est sûr que l'opposition entre eux, est exprimée par la
syntaxe, ou par le contexte. En traduisant ceux-ci en turc, on voit
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

l'opposition très nette :


Il parle = konuş + uyor + Ø
Ils parlent = konuş + uyor + lar

Dans ces phrases turques, "uyor" est marque temporel et "Ø, lar"
sont marques de sujet.

On peut maintenat classifier les oppositions et les contrastes:


A) Contraste : il/parle.
B) Oppositions:
1) opposition distributionnelle : il parle /ils parlent
2) opposition additive : il écoute/ils écoutent
3a) opposition commutative (a) : il écoute/j'écoute
3b) opposition commutative (b) : il écoute/il parle

Essayons d'appliquer cette classification à des exemples en turc:


A) kara göz (noir + l'oeil) / geldi (est venu) à celui qui a des yeux
noirs est venu.
B1) kara göz / Karagöz (= un personnage humoristique)
B2) kara göz / kara gözlük (= des lunettes noires)
B3a) kara göz / yeşil göz (= l'oeil vert)
B3b) kara göz / kara gömlek (= la chemise noire)

Ce sont des phénomènes internes à une langue. Est-ce qu'on peut


parler aussi de cette dualité pour l'analyse contrastive? Deux énoncés
équivalents dans deux langues se substituent, si l’on veut, constituent
un contraste, mais en fait c'est oppositonnellement, c'est à dire
paradigmatiquement qu'on aura des choix formels ou sémantiques.
C'est là que l'étude dite contrastive s'installe et s'éloigne de cette
distinction linguistique faite entre contraste et opposition.

Maintenant on est en face des oppositions à comparer, mais le terme


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

de comparaison nous conduit à un domaine flou à cause des études


déjà réalisées dans la ligne historique. Alors l'AC n'est pas l'étude
unique à caractère comparatif. Il faut les distinguer. D'une part le
terme ‘comparaison’ réfère à la grammaire comparée historique qui
cherche un apparenté des langues pour qu'elles puissent être
comparées, et qui fait une étude à la fin génétique. Au contraire,
l'AC prend sa source des soucis didactiques. D'autre part on parle
d’une analyse confrontative qui prétend de recouvrir tout le domaine
comparatif. N Mbulamoko accuse l'AC de " s'occuper des transferts
négatifs de certaines habitudes grammaticales de la langue de départ
à la langue d'arrivée"(2). Et il continue "cela signifie qu'elle néglige
automatiquement (...) la confrontation des convergences
interlinguales et qu'elle est donc descriptivement plus ou moins
incomplète"(3). Il aurait raison, si celui qui fait de l'AC cherche à
décrire seulement la source de transfert négatif. Tandis que suivant
une certaine théorie linguistique, la description complète d'un sujet
dans deux langues est indispensable pour arriver à ce transfert
négatif. Donc il est inutile de l'accuser d'être incomplète.

L'AC a quatre étapes qui fonctionnent comme une opération


mathématique, de l'opération à la preuve:
1.Description des deux langues (Ll et L2)
2.La comparaison / la traduction
3.La prévision pour le transfert négatif
4.Analyse d'erreur, analyse quantitative

On voit "bien que la comparaison ne constitue qu'une seule étape de


sa méthode qui lui donne le droit d'être appelé ‘analyse contrastive’.

Enfin nous pouvons résumer les relations traitées de l'analyse


contrastive avec un schème:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

opposition a. confrontative
ANALYSE CONTRATIVE
contraste a. contrastivve
=
linguistique comparée

Danslequel on voit bien que ‘analyse contrastive’ refuse la


distinction comme opposition/contraste, et la distinction comme
analyse confrontative/analyse contrastive, mais elle se distingue de la
linguistique comparée.

LE VERBE
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Nous allons aborder quelques définitions données pour le verbe.


Mais avant tout, que signifie-t-il, ce mot ‘définition’? Celui qui
exclut les opposants d'un signe, et qui groupe ses ressemblants à la
fois. En imaginant de décrire quelque signifié, une facilité éventuelle
nous séduit de prime abord. Quand il s'agit d'un concept réel et
insaisissable comme le verbe qui a des relations réversibles avec le
substantif et l’adjectif, et qui occupa les esprits pendant des siècles et
les occupe encore, on a besoin d'avoir recours à ceux qui
découvrirent ses réalités propres. Et nous sommes loin de l'étudier
dans tous ses détails dans le cadre de notre travail.

Pour étudier la définition du verbe, nous allons l'axer sur la


grammaire traditionnelle et en partir, parce qu'elle est le début de son
histoire et qu’elle domine encore l'enseignement scolaire, pour des
raisons culturelles et psychologiques -elle a un caractère normatif-. Il
est possible de la trouver sous les titres de "définition notionnelle" (R.
Martin etc), et de "critère sémantique" (L. Picabia etc).

De Platon à nos jours, si l'on met à part Panini redécouvert au 19e


siècle, les recherches s'augmentent et elles influencent la définition.
Surtout la linguistique qu'on appelle la science du 20e siècle, depuis
F. de Saussure, irradie chaque notion en ébranlant son fond. Pour
initier aux définitions données, nous commençons par celle de
Denys de Thrace qui est significative: "le verbe est une partie du
discours qui n’a pas de flexion casuelle, qui admet des flexions de
temps, de personne et de nombre et qui signifie une activité ou le fait
d'être soumis à une action"(4). Prenons un exemple d'un livre publié
en 1979 par l'institution de la langue turque qui a essayé de
renouveler, dans une certaine mesure, le vocabulaire turc, en
remplaçant les mots étrangers par de nouveaux mots: "le verbe est
un mot qui signifie les faits, les actions, les états d'action, leur
déroulement, les jugements et qui est lié aux morphèmes de temps et
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

de personne"(5). Pour bien saisir les traits communs et l'évolution


interne de la grammaire traditionnellet nous allons citer deux autres
exemples. M. Grevisse: "le verbe est un mot qui exprime soit l'action
faite ou subi par le sujet, soit l'existence ou l'état d'un sujet, soit
l'union de l'attribut au sujet"(6). A.Meillet: "le verbe indique les
procès, qu'il s'agisse d'actions, d'états ou de passage d'un état à un
autre"(7).

Dans toutes ces définitions, on suit l'effort pour chercher à cerner


toutes les structures formelles et sémantiques qui appartiennent au
verbe. En analysant les éléments on y voit trois points
fondamentaux:

l. Une partie du discours, un mot:


J. Lyons critique le premier terme en disant "On peut poser que toute
théorie générale des parties du discours, qui prétend s'appliquer à
plus qu'une gamme réduite des langues du monde, doit reconnaître
explicitement la distinction entre structure profonde et structure de
surface et doit définir les parties du discours, non comme des classes
de mots dans la structure de surface, mais comme des constituants de
structure profonde (...) La grammaire traditionnelle n'établissait pas
explicitement la distinction entre syntaxe profonde et syntaxe de
surface" (8). Quant au mot ‘mot’, il est bien critiqué par des
linguistes, car les langues contiennent aussi des verbes à plus d'un
mot.

2. La flexion:
Quand on remarque que la flexion n'est pas un trait universel, on met
sous réserve ce critère. Mais la théorie qu'on rencontre sous les titres
"définition formelle" et "linguistique structuraliste", fait l'analyse
distributionnelle des morphèmes et cherche à définir par l'entourage
où le morphème est combiné. A ce propos, Hjelmslev dit, en partant
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

de la définition du nom: "le nom a la faculté de se combiner avec


certains morphèmes donnés avec lesquels le verbe fini ne peut pas se
combiner et inversement"(9). Ainsi on revient au problème de
flexion et le verbe devient un constituant du ‘syntagme verbal’, et il
n’est plus un mot. R. Martin pose cette question: "pourquoi certains
morphèmes sont-ils de phrase?"(10). Sur le problème de flexion le
turc constitue un autre type de langue bien analythique. On n’ajoute
que des suffixes. L’agglutination fonctionne même pour les verbes.
Il n’y a que des suffxes tempoerels et de suffixes de personne. Et de
plus le suffixe de futur présente trois fonctions selon le contexte
jonctionnel.

Pour montrer cette agglutination prenons un nom et écrivons le avec


les suffixes casuels :
nom àle livre = kitap
les cas nominaux àkitap (nominatif), kitab+ı (accusatif), kitab+a
(datif), kitap+ta (locatif), kitap+tan (ablatif), kitab-ın (génitif)

Et maintenant voici un exemple du verbe ‘venir’ et ses formes en


futur:
infinitif à venir = gel-
futur à je viendrai gel+eceğ+im
tu viendras gel+ecek+sin
il viendra gel+ecek+Ø
nous viendrons gel+eceğ+iz
vous viendrez gel+ecek+siniz
ils viendront gel+ecek+ler

Voici pour une comparaison, les formes de futur et les formes verbo-
nominales et ses combinaisons avec les suffixes casuelles :

Futur nominatif poss. acc. dat. loc. ablatif génitif


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

geleceğim geleceğ+im+ i -e * -den -in


geleceğin geleceğ+in+ i -e * -den -in
geleceğ-i geleceğ+ i+n+ i -e * -den -in
geleceğimiz geleceğ+imiz+ i -e * -den -in
geleceğiniz geleceğ+iniz+ i -e * -den -in
gelecekleri gelecek+ler+ i+n+i -e * -den -in

Comme on voit clairement la frontière de nominalisation c’est la


coupure après le suffixe de futur. Donc en turc après le suffixe de
futur, la langue turc a quelques choix selon les morphèmes
syntaxiques à ajouter:

forme nominaliséeà gelecek - que X venir, X à venir, avenir,


prochain
geleceğimiz tuttu. = notre+nous arriverons + il a rencontré. à
notre désir de visiter a rencontré à ce moment et nous sommes
arrivés. à c'est par hasard que nous sommes arrivés,

geleceğimi kim söyledi? - Qui a dit que je viendrai?

Pour exprimer de changement phonéque (kàğ) dans le suffixe de


futur –AcAk-, nous devons dire, en turc les phonèmes peuvent varier
selon l'entourage à cause de l'harmonie vocalique.

Bref en turc le verbe n’est pas flexionnel. Et A. Martinet qui a étudié


le Kalispel, approuve l'inexistence de la distinction de nom et de
verbe dans cette langue. Il les remplace par des fonctions
prédicatives et non prédicatives.

G. Guillaume, parti de la notion d'incidence, schématise les relations


entre les termes habituels comme substantif, adjectif, verbe et
adverbe:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

incidence interne 0 substantif


incidence externe 1. adjectif - verbe
2. adverbe

La substantif est le seul qui dit quelque chose de soi-même. Les


autres l'explique: Sb à Adj à Vb, Adv (àAdv)

Et enfin les linguistes critiquent ce qui était admis auparavant, que la


notion de temps dépend du verbe. On donne l'exemple : l'ancienne
élève.

3. Une activité, action, les états, les états d’action, déroulement,


jugement, la dépendance au sujet:
Parmi ces variations dans les définitions, c'est l'action, le terme le
plus fréquent qui attire toutes les critiques. R.Martin écrit: "Comment
rendre compte du substantif d'action (course, chasse, blanchissage,
généralisation, rangement...) dont le propre est de signifier également
des procès? Et comment appréhender le verbe copule qui semble
bien échapper à toute analyse sémantique?"(11). Et puis "le
substantif n'est pas seul à pouvoir fonctionner comme sujet, rôle dont
s'accomodent également, avec plus ou moins d'aisance l'infinitif, la
proposition relative ou la proposition conjonctionnelle"(12).

Il est évident que les définitions ne nous reflètent pas toutes les
recherches linguistiques. A ce propos, il faut noter un ouvrage publié
(13) qui donne un aperçu historique sur les études verbales, et cet
ouvrage annonce deux autres volumes sous forme de manuscrit.

La voix:
Dans les définitions de voix, on trouve d'abord, le terme de "la
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

catégorie grammaticale" et puis, on essaie de donner d’autres


particularités de la voix, une relation entre l'action et le sujet. Certes
les termes changent d’auteur à auteur, mais le même phénomène y
reste. Nous allons nous contenter de donner quelques définitions et
un essai de définition.

Pour les Lebidois, c' est l'action faite ou subie (le terme d'action est
discutable, parce qu'il exclut effectivement certaines structures). Ils
disent: "en français la catégorie de voix marque avec exactitude le
caractère spécifique de l'action en tant que faite ou subie"(14).

M. Grevisse parle des "formes que prend le verbe "pour exprimer le


rôle du sujet dans 1'action"(15), et il donne deux voix: la voix active
et la voix passive. Il considère "la voix réfléchie, ou moyenne, ou
pronominale"(16) comme "un cas particulier de la voix active"(17)

G. Guillaume la définit comme la conduction du procès :


sujet logique à conduisant à actif
conduit à passif
Et "les moyens français sont les verbes qui commencent par l'actif,
avec l'aspect simple, et finissent par le passif avec l'aspect composé"
(18).

G. Moignet qui part de la notion de "transcendance" de G.


Guillaume, et qui se sert de celle de "site" de J. C. Chevalier essaie
de catégoriser les voix en français dans deux oeuvres différemment.

Essayons d'aborder l'essai de Bernard Pottier. Il définit la voix ainsi:


"la voix est relation fondamentale entre l'entité et le comportement"
(19). Il explique les deux derniers termes, à partir d'un propos:

PROPOS : 1 2
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

support apport

"le support est l'élément volontairement posé, et on 1'appellera une


entité: ● , doté d'une vision d'indépendance. L'apport est l'élément
que l'on pose, et il est vu comme un comportement: ▬ , lié a une
vision de dépendance (apport → support)"(20). Il analyse une
phrase:
Lyon se trouve entre Paris et Marseille.
entité comportement (21)

II classifie les voix ainsi: "la relation endocentrique sera appelée voix
attributive, et la relation exocentrique voix active. Plusieurs langues
expriment des solutions intermédiaires, qu'on appellera moyennes"
(22). Enfin il sous-catégorise la voix attributive selon les actants:
"un actant: EQUATIF et DESCRIPTIF "(23)
"deux actants: SITUATIF et POSSESSIF"(24)

Et dans le cadre de la voix active, il signale "un actif réfléchi" pour


faire une distinction entre deux phrases:
"II s'est tué en glissant de l'échelle. attributif
"II s'est tué avec son propre fusil, actif réfléchi"(25)

Et plus tard, dans un article, d'une part, il prétend que "tous les
fondements théoriques se trouvent dans des publications réalisées ou
en cours" [Linguistique générale, 1974; "Estructuras oracionales del
español", Lengua española 1, Madrid]"(26), et d'autre part, sans
parler de voix active, attributive, moyenne, il écrit: "Après un long
cheminement de la recherche sémantique, nous sommes arrivés à la
nécessité de distinguer en français six voix pour rendre compte des
énoncés de cette langue"(27). Il leur attribue trois statuts (statique-
état, évolutif-changement d'état, causatif-causation d'un changement
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

d'état) et il les énumère, en les exemplifiant et encore en les sous-


catégorisant:
"existentiel, équatif, situatif, descriptif, possessif et subjectif".

Comme on l'observe, il n'existe pas un montage exact entre deux


essais, même s'il a raison de les catégoriser ainsi.

Notlar:
1) A. Martinet; Eléments de Linguistique Générale; Paris; Colin; 967
(p: 27)
2) Nzenge MBULAMOKO; Verbe et personne; Tubingen;
Tubingen Beitrage Zur Linguistik; 1973 (p: 26)
3) N. Mbulmoko, idem.
4) J. LYONS; Linguistique Générale; Paris; Larousse; 1970 (p: 244)
5) T. N. GENCAN; Dilbilgisi; Ankara; TDK; 1979 (p: 271)
Eylem, varlıkların yaptıkları işleri, devimleri, kılışları ya da onlarla
ilgili oluşları, yargıları zamana ve kişiye bağlıyarak anlatan
sözcüklerdir
6) M. GREVISSE; Le Bon Usage, Grammaire Française;
Gembloux; éd. J. Duculot, SA, 8e ed; 1964
7) A. MEILLET; Linguistique Historique et Linguistique Générale.;
Paris; Champion et Klincksieck; 1958
8) J. Lyons; idem
9) in R. Martin ; Temps et Aspect ; paris ; klinkcksieck ; 1971 (p: 25)
10) R. Martin, idem (p: 27)
(11) R. Martin; idem (p: 28)
(12) R. Martin; idem (p: 32)
13) Oleg KOEFOED, Le Verbe Comme Objet d’Etude, Aperçu
Historique des Etudes Verbales, Etudes Romanes de l'Université de
Copenhague, Revue Romane numéro spécial 17, Akademisk
Forlag, 1979
14) George LEBIDOIS et Robert LEBIDOIS, Syntaxe du Français
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Moderne; tome:1; Paris; Edition A et J.Picard ; 1971 (p: 405)


15)M.GREVISSE, Le Bon Usage, Paris, J. Duculot, 8e ed, 1964,
(p: 547)
16) Id. (p: 474)
17) Id.(p: 474)
18) G. Guillaume; Leçons de Linguistique de G.Guillaume Série B
1948-194-9 (p: 177)
19) B. Pottier, Linguistique Générale, Paris, ed Klincksieck, 1974
(p: 106)
20) Id. ; (p: 42)
21) Id. ; (p: 43)
22) Id. ; (p: 106)
23) Id. ; (p: 109)
24) Id. ; (p: 111)
25) Id. ; (p: 117)
26) B. Pottier, Les Voix du Français, in Cahiers de lexicologie, n:33,
1978/2 (p: 4)
27) Id. ; (p: 13)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

CHAPITRE 2
VERBES RÉFLEXİFS
LE FRANÇAIS

Généralités
Réflexifs pléonastiques(?)
Verbes intransitifs
Verbes réfléchis
Même
Les verbes intrinsèques
Verbes réciproques
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Généralités:
Dans le cadre des généralités, nous voudrions observer ce
qu’enferme la notion de réflexivité. En physique, la réflexion n'est
qu'un phénomène optique. Dans son système, il existe une source de
lumière, un faisceau lumineux, un milieu qui sert comme moyen de
réflexion et un objet qui reçoit et reflète la lumière,

la source l’oeil
r)
m

isc l’ai
il i

2
(
eu
le

u
eu

ea
fa

(l’

i li
i sc

ai

fa
r)
ea

le
u
1

l’objet

La lumière qui provient de la source, par l'intermédiaire de l'air,


arrive à l'objet et celui-ci la reflète de différentes manières selon sa
capacité physique, à la fin, l'oeil aperçoit le reflet, sinon on n'aurait
pas la notion de réflexivité. Si l'on applique les éléments de l'optique,
aux termes linguistiques, on aurait trois actants: A, B, C. Le premier
qui émet la lumière est actif, le deuxième qui la reçoit et reflète, est
passif et actif à la fois, et le dernier qui reçoit est passif relativement.
Nous disons relativement, car le terme d'activité est relatif.. L’oeil fait
son action: il voit. Et à côté de la double fonction de l'élément B, il y
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

a dans ce phénomène optique deux vérités: l'apparition de l'objet et la


restitution de la lumière.

Quant aux faits grammaticaux, c'est l'élément grammatical qui sert à


refléter le syntagme nominal. Cette réflexivité a été considérée de
différentes façons par certains auteurs. Par exemple H. Frei(l) utilise
le terme ‘réfléchi’ pour les propositions relatives:
La lettre qu'il a écrite (H.Frei)

Et L.Tesniere signale les autres possibilités: "La diathèse réfléchie "


se manifeste à la fois dans le substantif personnel, dans le "verbe
réfléchi (qui le contient), et dans l'adjectif possessif "réfléchi (qui en
dérive)"(2).

Jacques voit Marie à II la voit


Sa voiture ne marche pas
Pierre se voit dans la glace
Pierre s'achète une maison
Marie s'aperçut de son erreur
Elle s'avança en chancelant

Si l'on considère ainsi la réflexivation, comme présentation du


syntagme nominal, on arrive à dire que la réfléxivation dans un sens
le plus large se trouve à la pronominalisation, aux adjectifs
possessifs, et même aux faits d'ellipse.

De plus, la transparence sémantique du verbe ETRE permet de


réfléchir totalement un sujet à un régime, quand il s'agit d'une
réfléxivation logique. C'est le cas de Jean Pierre BRISSET. Il traite
les verbes ETRE, DEVENIR et intransitifs conjugués avec
l'auxiliaire ETRE, qui "n'ont pas leur régime contenu en eux-
mêmes" (1), comme des réfléchis absolus.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Pour Brisset, "le verbe être contient le pronom 'réfléchi se (...), cette
existence du pronom se n'est pas une hypothèse. Il se trouve en entier
dans le latin esse et dans l'italien essere; il est contracté dans être,
reparaît en entier dans le futur et le conditionnel; serai, serais, etc.,
que je sois, etc"(2). En fait, c'est une approche formelle qui s'appuie
sur des ressemblances formelles et qui nous conduit dans l'obscurité
étymologique de esse, et elle reste ouverte à toute sorte de
discussions. De plus, Brisset recourt souvent aux valeurs
immanentes dans d'autres verbes. D'après lui, le verbe "devenir",
c'est le verbe être au futur(3), et le verbe ‘être’ est composé du
pronom ‘se’ et du verbe ‘avoir’: "Ils sont venus ß ils s'ont venus",
"Nous sommes venus ß nous s'ons venus". Quant aux verbes
conjugués avec ETRE, ils apparaissent d'ailleurs avec le pronom se:
"sortir = se sortir. Aller = s'en aller. Mourir = se mourir, venir = s'en
venir"(5).

A ce propos, nous voudrions traiter un fait problématique en turc qui


a des suffixes prédicatifs considérés comme les éléments d'un verbe
défectif qui, dit-on, n'est employé qu'au présent, à 1'imparfait, au
dubitatif et au suppositif. Ces suffixes et le verbe OL- correspondent
au verbe ETRE en français. Le verbe OL- se conjugue comme les
autres verbes, mais avec cette particularité qu’il remplit les lacunes
des suffixes prédicatifs. Cependant nous devons préciser le rôle
d'aspect entre deux utilisations dans le domaine d'intersection. Si l’on
se place au niveau de la logique, ces deux formes peuvent être
traitées comme des réflexives. Non seulement parce qu'on n'utilise
pas ces suffixes prédicatifs à la 3ème personne, c'est-à-dire que ce
verbe défectif est nul, purement transparent et réflexif, mais parce
que le verbe OL- employé au lieu de ce verbe défectif pour combler
ses lacunes, est dans certains syntagrnes la forme réflexive par
rapport aux verbes ET-, YAP- qui sont actitifs sémantiquement.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

O yemek beni hasta etti Ce repas m'a rendu malade


O yemek beni hasta yaptı Ce repas m'a rendu malade
Hasta oldum Je suis devenu malade à je suis malade

Dans le dernier, la cause d'être malade est le sujet. Il accepte sa faute


(v. "–lAn-")

Pour déterminer ce verbe défectif, on emploie "verbe -imek"


(Dictionnaire de l'Institut de La Langue Turque) ou le terme de
"verbe i" (M.Ergin). En fait, il faut parler seulement de la fonction
syntagmatique, c'est-à-dire, de la fonction des suffixes: Ø, (I)DI, -
mIş-, -sA agglutinés aux substantifs et aux adjectifs avec les suffixes
de personne, et il faut parler aussi du suffixe prédicatif "-TIr-". Il ne
faut pas confondre ce dernier avec le suffixe d'actitif. D'ailleurs leur
distribution syntagmatique nous aide:

gör-müş-tür gör-dür-müş-tür

le suffixe prédicatif –TIr- se place à la fin du noyau verbal, alors que


celui de l'actitif, avant le suffixe temporel. On doit ajouter les formes
utilisées dans la langue parlée, pour montrer que ce suffixe a
effectivement une fonction prédicative, séparément du verbe défectif
ou bien des suffixes dits prédicatifs:

gör-müş-üm-dür C'est possible que je l'aie vu


git-miş-im-dir C'est possible que j'y sois allé

Cela prouve que la forme terminale –TIr- n'appartient pas seulement


à la troisième personne.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Nous voudrions aussi mettre en évidence la ressemblance de


suffixes :
substant if suffixes suffixes prédicatifs
ou adjectif temporels de premiers ordre
présent hasta (malade) y - Im
imparfait y - DI m
dubitatif y - m Iş Im
suppositif y - sA m

Dans ce tableau, on voit la morphémisation d'une phrase, et dans le


deuxième, on observe la similitude des suffixes prédicatifs de
premier ordre avec les suffixes possessifs et ceux de personne.

les suffixe suffixes suffixes prédicatifs


s possessifs de personne 1. ordre 2. ordre
- (I) m gid - i - yor- Im hasta - y - Im Dır
- (I) n sIn sIn
- (s) I
- (I) mIz Iz y - Iz
- (I) nız sInIz sInIz
- lArı lAr lAr(6)

Le seul élément qui sert à distinguer les suffixes de personne, et les


suffixes du prédicat, est l'élément de jonction qui n'apparait qu'aux
premières personnes, après un nom qui se termine par une voyelle.
Donc pour ne pas compliquer les faits, on peut dire que les suffixes
de personne se sont chargés d'une fonction prédicative, à la fois, en
recourant à un élément de jonction devant les mots qui se terminent
par une voyelle (à la première personne), pour ne pas donner lieu à la
cacophonie (hasta à * hasta-z à hasta-y-ız) et à l'ambiguïté (les
suffixes de possessif se présentent avec le même morphème dans ce
cas-là: hasta à hasta-m: mon malade -/ hasta-y-ım: je suis malade.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Dans d'autres cas, c'est-à-dire, après les mots qui se terminent par une
consonne, c'est aux faits prosodiques que la langue recourt.)

Dans les énoncés négatifs, cette fonction prédicative du suffixe de


personne est placée après le mot DEĞİL. Ainsi il se forme un
syntagme à part avec ce mot négatif. Parce que pour les autres
formes verbales, la négativité s'insère avec "mA", sans parler de la
forme YOK qui est l'expression de l'absence.

Quant au verbe OL-, il est impossible de le considérer dans tous les


syntagmes comme verbe réflexif même au sens logique du terme,

Saat yedi oldu (/saat yedi) L'heure est devenue sept àil est sept
heures
Çok oluyorsun Tu excèdes la limite àtu commences à m'énerver
Memnun oldum J'ai été content àenchanté / je suis content
Meyvalar oldu Les fruits sont mûris
Bir oğlum oslun (Je veux) que j'aie un fils
Görmüş oluruz Nous deviendrcns voyant à nous aurons vu
Niye olmasın Pourquoi pas ?
İmtihan nasıl oldu Comment s'est passé l'examen?
At olur meydan olmaz Quand on trouve un cheval, on n’a pas de
place
Kanaat gibi devlet olmaz On n'aura pas une richesse que d'avoir de
la conviction
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Réflexifs pléonastiques :
Pour M. Grevisse, quoi qu'il accepte la différence subtile de la forme
pronominale (par ex. "se mourir-être sur le point de (ou en train de)
mourir, mourir = cesser de vivre")(l), il y a du moins pour certains
verbes, une identité sémantique entre la forme pronominale et non
pronominale (2). Il énumere, pour cette catégorie, quelques verbes:
moisir se moisir
pourrir se pourrir
guérir se guérir
grossir se grossir etc

Cette considération a été contestée par d'autres linguistes


(Donaldson, Burston) Donaldson donne ces exemples,

"Les jours se passent Les jours passent


Le ballon se gonfle Le ballon gonfle
Le pâté s'est moisi Le pâté a moisi
Cette pièce de bois s'est pourri Cette pièce de bois a pourri"(3).

en disant qu'ils sont "semantically différent"(3). Et il exprime son


point de soutien ainsi: "According to three french informants whom I
have consulted, there is a difference-ever so subtle to be sure- of
meaning in the pairs"(3).

De la même manière Burston, refuse l'identité de sens de ces formes.


Il s'exprime ainsi: "Firstly, as is often noted by traditional
grammarians, the non-pronominal form (e.g. fondre) is far more
fréquent than the pronominal (e.g. se fondre. Secondly, and rnore
importantly, it is possible to find contexts where the présence of SE is
not only less common but actually ungrammatical:
la glace fond à 0 C
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

*la glace se fond à 0 C "(4)

Et Burston conclut que "the allegedly pleonastic pronominal is very


much akin to the so-called intransitive variety". Donc l'existence de
SE sert a empêcher l'ambiguïté entre réflexif et actitif.
Verbes intransitifs:
Dans la préoccupation de comparer deux langues, il vaudrait mieux
commencer par les verbes intransitifs qui ont un seul actant, puisqu'il
s'agit d'un redoublement du même actant pour les réflexifs. De plus
le marque du réflexif ‘SE’ transforme le verbe transitif en intransitif,
si l'on ne traite pas ‘SE’ comme objet.

L'arbre est vert


L'arbre verdoie
*L'arbre se verdoie

Pour les exemples ci-dessus, Tesnière fait cette appréciation "à la


différence de l'arbre est vert, qui exprime l'état de l'arbre dans toute sa
passivité, l'arbre verdoie suggère la notion d'une force interne active
qui est à l'origine de la négation de l'arbre (...) je ne vois rien que le
soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie "(1).

L’arbre verdoie
(○ □ ) ○ (○) □
1 (autre) 2 3 (lui-même, 2=3)

Ce qu'il faut, pour analyser une telle phrase syntaxiquement, c'est


laisser à part les autres types d'analyse, en disant qu'elle est
intransitive. Mais, en faisant une approche sémantique, il y aura deux
possibilités d'interprétation, (elles peuvent nous conduire même vers
la structure profonde de la culture des parlants de cette langue):
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1. Cette phrase est une ellipse et constitue une partie de l'énoncé:

C!est le printemps, l'arbre verdoie, ou vice versa:


L’arbre verdoie, c'est le printemps

Derrière le fait de verdoiement, on place une cause, soit de premier


ordre, naturel, soit de deuxième, surnaturel. Donc, on peut faire une
approche en disant que l'énoncé exprime une actitivité.

2. En dotant le sujet d'une activité pour se rendre lui-même vert, on


passe à la réflexivité.

Donc les verbes intransitifs s'analysent sémantiquement soit comme


réflexifs soit comme actitifs, selon le cas ou selon le point de départ.

De plus, les verbes intransitifs apparaissent diachroniquement avec


‘SE’(2). Et synchroniquement, ils continuent de se présenter
ensemble, même si la fonction de ‘SE’ n'est pas la même :

s'en aller
se mourir
C'est pourquoi ils ne se marchaient jamais sur les pieds (P.Daninos)

De même, tous les verbes marqués par SE ne reflètent pas le


syntagme nominal de la même manière. Par exemple le verbe "se
taire" est une forme obtenue figurativement du verbe ’taire’, il est
effectivement assez complexe de le distinguer comme actif, passif
ou réflexif du point de vue de sémantique.

Il va bien
II se conduit bien
II se porte bien
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Epouser ... se marier avec ...

Ces exemples montrent bien la valeur stylistique des verbes dits


intransitifs et réflexifs, car pour le même fait, l'expression formelle se
diversifie. Et puisqu'il se trouve même dans une langue, de
différentes formes pour exprimer le même fait, il serait nécessaire et
prudent de traiter provisoirement tous les verbes intransitifs comme
réflexifs, quand il s'agit de comparer les deux langues. Enfin pour
cela, on peut établir un tableau pour comparer les verbes dits
intransitifs dans une langue et réflexifs (marqués) dans l'autre:

langues 1 2 3 4

frrançais - - + +

turc + - - +

Où (+) signale la présence et (-) l'absence de marque réflexive


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

VERBES REFLECHIS
La composition de SE et d’un verbe transitif est appelée VERBE
REFLECHI, car cette particule qui constitue une partie du verbe
étendu, semble refléter le sujet. Avant, ce point de départ gouvernait
l'analyse:

Pierre se lave à Pierre1 lave Pierre2.

Ce type d'analyse s'engage à accepter que le sujet est reflété tout


entier. Mais si le sujet est surtout humain, la situation devient
complexe, parce que nous nous trouvons face à l'existence non
analysée-totalement, malgré tous les efforts des sciences. Une telle
analyse nous rappelle une séparation faite pour l'homme : l’homme
= l'âme + le corps. Bien qu'on confie aisément les deux parties de
l'ensemble à un nom propre ou à un pronom sujet, on n'attribue pas
l'ensemble, à SE préverbal.

M. Gross explique l'impossibilité de l'analyse de SE comme la


redondance du sujet, à cause de sa valeur d'adjectif possessif:

"2 Paul se lave


2a Paul lave Paul
3 Paul se lave le corps

Dans (3), le ppv [particule préverbale] a l'avantage d'être lié à un


possessif attaché à corps et se référant à Paul, ce qui pourrait être une
raison morpho-syntaxique de choisir (3) comme source de (2) plutôt
que (2a)"(1). Et pour justifier cette idée, il donne ces exemples:
"Paul se rétracte.
*Paul rétracte Marie
Paul rétracte ses paroles
*Paul rétracte (mes+vos+ leur+etc )paroles"(2).
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Et il ajoute que "L'adjectif possessif est donc ici la source la mieux


justifiée pour le ppv"(2).

Anne Zribi-Hertz étudie la valeur possessive de SE, en l’interprétant


de diverses façons à partir des verbes placés dans des phrases. Nous
avons énuméré dans l'appendice donné, 110 interprétations
différentes de cette particule préverbale selon le contexte. Elle
s'appuie sur le français familier pour montrer la valeur possessive de
SE: "Il semble, en effet, exister, d'une manière assez générale, une
relation productive unissant les formes réfléchies des structures
transitives à Dét1 possessif : ainsi a-t-on en français familier:

amener sa fraise quelque part (s'amener)


poser son cul sur un tabouret (se poser sur un tabouret
remuer sa graisse (se remuer)
balader sa carcasse (se balader)
traîner sa peau d'hôpital en hôpital (se traîner)
retirer ses billes d'une affaire (se retirer) " (18)

Mais elle signale quand même que le possessif n'appartient pas


seulement à la reflexivité, il se trouve aussi dans d'autres structures
syntaxiques, comme :
"Pierre a sali Marie en faisant cela =Pierre a sali "(le corps+... +les
vêtements+... +la réputataion) de Marie en faisant cela" (19)
Avez vous lu Brecht? = Avez vous lu (1'oeuvre +le théâtre +les
écrits ...) de Brecht?" (19).

Et, en donnant ces exemples,


? Pierre a abonné sa personne a plusieurs journaux
? Pierre couvre sa personne de cadeaux
? Pierre contraint sa personne à quitter Paris." (20)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

le même auteur avoue que "se=Poss" est valable pour "les structures
translatives à Dét possessif"(21): "son extension systématique à
l'ensemble des formes réfléchies nous paraît peu satisfaisante"(22).
Elle traite ce qui reste au dehors du critère comme "une série
d'exceptions"(23).

C'est la faillite du point de vue de réflexivité, car le vrai rôle du ppv


SE est de gouverner la direction de l'action exprimée par le verbe,
vers le sujet ou vers "l’indice de personne-sujet"(24). Sur ces
derniers, la distinction faite par Jean Perrot nous aidera à analyser
même les verbes pronominaux dits impersonnels. Pour Jean Perrot
qui élimine les autres pronoms, ‘Il’, "le ‘pronom sujet’ doit être
considéré comme partie intégrante de la forme verbale"(25). Vers la
fin de son article, I1 énumère quatre niveaux pour l'analyse (26):
1. niveau de l'unité lexicale à un monème (poire)
l' aspect d 'un syntagme (poir-ier)
2. niveau du mot à le pronom sujet qui s'intègre au verbe se
présente dans ce niveau: "Il joue".
3. niveau du groupe à "la marche rapide de l’enfant"
4. niveau de l'énoncé à"unité caractérisé par une certaine courbe
d'intonation" : "Oui. l'enfant j oue."

C'est ainsi que les phrases "Il joue" et "l'enfant joue" se placent à
différents niveaux. Donc, on n'aura aucun problème, pour une telle
phrase : "Il se peut qu'il ait tort". Car "il se peut" est le prédicatif de
"la phrase-sujet" (Il ait tort).

Ou SE placé entre le sujet et le verbe, en s’intégrant au verbe, signale


la direction de l’action, ou en se trouvant dans une autre structure
verbale par l’intégration de pronom sujet "il", il se dirige vers l’indice
de personne-sujet. Si ce pronom sujet ne réfère à aucun sujet, selon
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Stéfanini, s’il est un "symbole vide"(27), alors il se dirige vers le sujet


de l’énoncé soit exprimé soit sous-entendu.

Enfin, ces verbes dites réfléchis en français, sont appelé des verbes
"dönüşlü" (réversibles) en turc, en référant à la direction exprimée
par le verbe.

MEME
Si l'on examine la notion de réfléxivité dans un sens plus large,
comme la réfléxivité de l'identité ou de l'égalité, le mot "même" y
joue un rôle prépondérant. Il se place dans différentes catégories:
adjectif, pronom et conjonction.

Adjectif :
Ce n'était pas le même corps.
Ils semblent suivre la même courbe.
Il rencontre toujours les mêmes gens.

Quand il requiert une variation selon le genre ou le nombre du


groupe nominal, soit précédant soit suivant le nom, on peut le
classifier dans la catégorie d'adjectif. Là, on doit noter l'emploi
marginal de ce mot avec le pronom. Car à part ce mot, le pronom
n'apparaît jamais avec un adjectif, en français (elle-même...) La
grammaire normative veut souligner cette spécialité pronominale par
un trait d'union: "On ne met de trait d'union que dans le cas où le
pronom (personnel ou démonstratif) est suivi de "même" en fonction
d’adjectif"(28). Pour cette catégorie, "même" distance l'article.
Concernant l'article du groupe nominal, G. Mauger signale deux
significations, le premier par la substitution de cet article,
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

"Nous avons le même père / ou un même père avec une nuance


affective"(29).

Le deuxième par l'omission de celui-ci, "d’où plus de force dans


l' expression.

Nous avons mêmes joies, mêmes peine"(29).

Bien que les dictionnaires notent plusieurs utilisations adjectivales du


mot "même, B. Pottier caractérise bien son domaine sémantique en
le schématisant comme ci-dessous(30) :

Et il précise aussi l'ambiguïté pour ce mot: "Dire ‘J'ai pris le même


train qu'hier’ peut renvoyer à des réfèrents allant du ‘vaguement
semblable’ à 1'unicité"(31). Il faut noter que la place de ce mot
influence aussi la flèche de sens.

Il est la bonté même. (G. Mauger)


C'est la voiture même que je voulais. (B. Pottier)
C'est à Paris même que je l'ai vu. (B. Pottier)
La forme même de ces continents. (P. Daninos)
Son allure même avait changé. (P. Daninos)
De tels actes mettaient en danger la vie même de la société. (P.
Daninos)
Le jour même, Anthelme emporta sa collection. (P. Daninos)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Au moment même où j'écris ces lignes. (P. Daninos)


A l'instant même où elle survenait, il se réveillait en sursaut. (P.
Daninos)

Si l'on laisse à part la fonction conjonctive, on suit la variation de


l'identification qu'on peut interpréter comme redondance,
intensification (purement, propre, pas 1'autre, pas ailleurs).
"Autres signes du domaine à étudier dans une perspective de
parasynonymie: semblable, similaire, pareil, identique"(32).

Pronom :
Le résultat d'ailleurs était le même.
Elle avait acheté la même
Les mêmes sont partis

Pour cette fonction, "même" varie encore selon le mot qu'il


remplace, et il porte l'article de ce mot.

Contjonction:
Nous voulons discuter une classification faite pour ce mot:
1'adverbe. En effet, est-il adverbe ou conjonction? Les linguistes
s'accordent à constater que la définition de l'adverbe présente
plusieurs difficultes. Parce que même les mots qui ont été groupés
sous cette dénomination n'ont pas de relation essentielle entre eux,
comme les autres catégories. Pour cette catégorie F. Palmer dit: "The
adverb in particular is a most peculiar class. lt is quite clearly a 'rag
bag' or 'dustbin', the class into which words that do not seem to
belong elsewhere are placed"(33). Et F. Palmer donne une sous
catégorisation de l'adverbe proposée par Nesfield: "Time ; Place;
Number; Description; Affirming or denying; Quality, extent or
degree; Interrogative"(34), dans une comparaison avec celle de
Fries. Cette énumération garde sa relativité. Les classifications faites
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

sont incompatibles. Elles se varient de langue à langue et d'auteur à


auteur. Et quand il s'agit de placer le mot "même" dans les sous
catégories, on est devant une problématique. Personellement nous ne
l'avons pas rencontré dans une sous catégorie. Nous devons noter
quand même que B.Pottier, le sémanticien français, qui lui attribue le
sens de "pas autrui, pas ailleurs" approuve une description: "C'est le
même argumentâtif bien décrit par R.Martin"(35) .

Oh, même à Paris, on peut trouver des coins tranquilles (B.Pottier)


Ne savait même pas tenir une raquette (P.Daninos)
Ils ont tué les hommes, les femmes, même les enfants
II a acheté même les revues anciennes.
Les pauvres même peuvent être heureux.

Les grammaires et les dictionnaires sont unanimes pour appeler le


mot 'même ', adverbe dans cette situation. Par exemple Grevisse
écrit: "Même est adverbe et invariable quand il marque 1'extension;
il signifie alors ‘aussi, de plus, jusqu'à’ (...) et indique la gradation,
soit entre des termes semblables d'une proposition, soit entre deux
propositions; parfois le terme extrême de cette gradation est seul
exprimé"(36). Même dans cette définition, il se trouve une
contradiction ou si vous voulez, une approximation de la définition
de conjonction qui assure pour nous, après le pronom, l'unicité de
l'énoncé. Voilà la définition donnée par Bordas pour conjonction:
"Mot invariable utilisé: pour réunir deux noms, deux pronoms, deux
adjectifs, deux verbes, deux adverbes ou deux propositions ayant
dans la phrase même fonction"(10). En introduisant "deux phrases",
dans cette définition, 'même' joue un rôle de conjonction, au niveau
du discours. Et 'même' devient la conjonction. De plus, on sait bien
combien il est difficile de délimiter une phrase.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Même combiné avec les pronoms:


En français, la troisième personne devient compliquée par la
présence de "SOI". Donc pour exprimer l'identité du sujet, on a "lui /
eux, elle(s), soi" .

Ruwet précise le domaine de "soi" ainsi: "On sait que en français


moderne (cf. Sandfeld 1962 et Kayne 1969 à paraître), soi n'est plus
la forme forte correspondant au rêfléchi enclitique se, mais un
pronom objet correspondant à un pronom sujet indéfini, en général
on (parfois aussi chacun ou tout le monde)"(38).

Et content de soi (P.Daninos)


Chacun pour soi.
Le respect de soi est toujours nécessaire.
On se pose mille questions sur soi-même (J.Laghet)
Ça va de soi.
La chose va de soi ou d'elle même (G.Mauger)
II faut faire son lit soi-même (G.Mauger)
Aucun homme ne pense à lui en pareil cas (G.Mauger)
Quelques-uns, certains pensent à eux-mêmes d'abord (G.M.)

Il est évident que le critère 'indéfini' ne suffit pas à distinguer les


limites de ces pronoms. D'une part 'aucun' et ’quelqu'un’ violent la
restriction, d’autre part ‘la chose’ (et d'autres utilisations des
substantifs abstraits) permet d'utiliser ‘soi’.

L'utilisation d'autres formes de remplacement pour les sujets


humains, nous oblige à d'autres restrictions, car ils peuvent
appartenir au sujet et à l'objet.

Paul parle de lui.


Paul parle de lui-même.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Si l'on veut schématiser les morphèmes qui servent à la reflexivation,


selon leurs places syntaxiques, on aura :

a b c

SE SOI MEME

LUI
ELLE (S)
EUX...

"Même" peut être combiné avec ceux de la colonne (b). Ce cas a été
l'objet d'une étude réalisé par D.Gouquaux (39). Il y distingue trois
cas:

A.) Même est interdit: Jean a toujours ses livres avec lui!
B) Même est facultatif : Jean n'écrit qu'à lui (même)
C) Un pronom disjoint couvert par même est accepté alors que le
même pronom nu entraine 1'agrammaticalité de la phrase. [Même
est obligatoire]: Jean s'est sacrifié à lui-même (*lui)

Pour nous, c'est une classification logique qu'on peut schématiser


ainsi:

agent même
A)
B)
C)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Soit ¢ , l'identité ou réflexivation de l'agent et £, non identification


de l'agent.

Cette distinction faite par Couquaux nous paraît artificielle,


linguistiquement. Il mise un critère sémantique: anaphorique / non
anaphorique et anaphore symétrique / asymétrique. Si le pronom
reflète l'agent exprimé (soit sujet, soit objet de la phrase), c'est
anaphorique, s'il désigne une autre personne, c'est non anaphorique.
Et s'il reflète l'agent totalement, c'est anaphore symétrique, s'il le
reflète partiellement c'est asymétrique.

En vérité, il n'est pas facile de tracer une ligne distinctive entre B et


C. Lui aussi, il voit ce problème. Après l'avoir noté, il ajoute :
"D’autre part, on ne voit pas pourquoi même serait indispensable à la
grammaticalité des phrases du type de [Certain parents abandonnent
leurs enfants à ?*eux / eux-mêmes; La police a voulu confronter
Jean à ?*lui / lui-même], où l'anaphore n'est pas réflexive
(1'antécédent de lui, eux, n' est pas le sujet de la phrase)"(40). Il est
clair qu'il traite la réflexivité comme si elle était liée au sujet. Là, dans
les exemples cités, il s'agit de la réflexivation de l'objet. Et comme s'il
avait trouvé une preuve constante, il précise subitement: "En realité
la distinction de même est tout à fait indépendante de l'expression de
la réflexivité" (41).

En s'éloignant du critère sémantique, il dit: "Notre conclusion sera


que 'même' n'exprime la reflexion (ou reflexivité) d'un pronom
qu'indirectement, et pour ainsi dire par hasard, et que les contextes où
il donne l'impression d'être une particule réfléchie sont des cas
particuliers d'un phénomène plus vaste"(42). II se voit amené à un
grand effort pour vérifier les moyens transformationalistes. Il
applique le critère de transformer une phrase par placement-clitique
(PL-CL) et placement réflexif (PL-REF). Pour lui, la ressemblance
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

de B et de G, repose sur la négativité de PL-REF et leur distinction,


sur la négativité de PL-CL dans B (pour une phrase restrictive "ne ...
que") et quasi obligatoire dans C. Là, il faut noter que tous ses
exemples donnés dans C, avec un pronom nu, portent un point
d’interrogation, près d'une astérisque d'agrammaticalité.

Par conséquent, nous dirions que les critères semantiques et


syntaxiques dirigent l'utilisation de "même" que ce dernier est un
élément de réflexivation dans le cas où l'ambiguïté règne et que
l'objet a besoin d'une expression de réflexivité ou si vous voulez,
quand on veut exprimer la redondance ou l'anaphore.

Les verbes intrinsèques :


Dans une approche morphologique, le préfixe SE n'a pas toujours
de mobilité, et il s'avère fixé pour certains verbes lesquels s'insèrent
dans le lexique du français. Ces formes figées peuvent être
classifiées ainsi:

l. Les déverbatifs:
La racine, soit un verbe propre (donner), soit un dénominatif (croupir
ß croupe) se charge de deux préfixes dont le premier est SE et
l'autre variant.

s'accroupir s'adonner se déjuger


se démener se déprendre s'envoler
s'enquérir s'ensuivre s'éprendre
s'ébattre s'écrier s'exclamer
s'écrouler s'enfuir s'efforcer
se méfier se méprendre se prélasser
se raviser se rebiffer se recrier
se rengorger
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

2.Les dénominatifs :
a) La racine peut être un nom ou un adjectif et elle se place entre le
préfixe SE et le suffixe verbalisant.

s'absenter se pommeler s'extasier


s'amouracher se rebeller se fossiliser
se cotiser se réfugier se gendarmer
s'opiniâtrer se revancher se grumeler
se parjurer se pavaner

Certes, on peut demander s'ils génèrent des noms ou si les noms


proviennent de ces formes verbales, mais cela reste un problème
étymologique.

bl ) La racine chargée de deux préfixes:

s'accouder s'égosiller s'époumoner


s'acoquiner s'empresser s'évertuer
s'agenouiller s'enkyster s'ingénier

b2) On doit ajouter, sous cette rubrique, ceux qui contiennent, pour
un sens donné, deux enclitiques intrinsèques: SE et EN

s'en revenir s'en aller s'en tenir


s'en retourner s'en falloir s'en remettre
s'en rendre s'en rapporter

Cet adverbe de lieu doit être considéré comme un morphème qui


permet de changer, seul ou avec SE, le sens du verbe. A ce propos,
les exemples où se trouvent cette particule soudée, prouvent qu'il
peut être lexicalisé sans son sens d'adverbe de lieu.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

3. Les verbes uniformes:


Dans ceux-ci, la racine est oubliée dans la langue d'aujourd'hui.

s'abstenir s'égailler s'insurger


s'arroger s'emparer se blottir
s'engouer s'obstiner s'esclaffer
se repentir s'évader se tapir
s'évanouir se targuer se désister
se gausser se vautrer se goberger
se souvenir

Comme on l'a déjà vu, il existe en français un groupe de verbes qui


se trouvent dans une forme immobile morphologiquement, c'est-à-
dire, ils ne s'emploient qu'avec le préverbal SE. La différence entre
les verbes réflexifs et ceux dits intrinsèques est que les derniers
n’acceptent pas d'autres pronoms.

Elle s'aperçut de son erreur


*Elle l'a aperçu de son erreur (Donoldson p: 30)

Pour cette raison ils ont été considérés par les grammairiens comme
des verbes essentiellement réfléchis (J.P.Brisset p:14) ou
essentiellement pronominaux (Grevisse). Et ce terme ‘essentiel’ a été
la cible de plusieurs études qui mettent en évidence qu'ils ne sont pas
des verbes essentiellement réfléchis ou essentiellement
pronominaux. Par exemple, Lebidois refuse ce terme, essaie de
trouver qu'ils ne le sont pas. Il s'appuie sur les faits diachroniques: "à
peu près tous les verbes français,-et même ceux qui ont le plus
apparence d'être de purs intransitifs- ont pu autrefois s'accompagner
d'un pronom complémentaire"(43). De même il traite des différents
usages du verbe ‘s'apercevoir' et du type de "s' abstenir", pour celui-
ci, il groupe trois verbes: s'abstenir, se repentir et se souvenir. Et pour
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

le prouver, il donne une phrase de Chanson de Roland ("Ainz que


Rollant se seit aperceüt ..."), après avoir signalé la différence
synchronique entre ‘s'apercevoir’ et ‘s'a-percevoir de’. Pour lui,
‘apercevoir’, c'est proprement ‘prendre’, "saisir, par l'esprit ou par les
yeux"(44) et il ajoute qu' on "comprend dès lors, que s'apercevoir de
quelque chose, c'est proprement, exactement, se saisir soi-même de
quelque chose"(45). Comme conclusion il dit que "les verbes
prétendus "essentiellement pronominaux" ne diffèrent pas
spécifiquement des autres"(46), c'est "une affaire d'usage, non de
nature ni d’essence" (47).

De même L.Tesniere a exprimé que ces verbes dits essentiels "ne


sont pas fait réfléchis qu’accidentellement"(48), du point de vue
sémantique. Et il montre bien la confusion des termes ‘essentiel’ et
‘accidentel’, par rapport au départ morphologique et sémantique.
Bien qu’il trouve meilleur, les termes essentiellement et
accidentellement pronominaux, il note quand même que c'est
"éliminer, en même temps que le terme même de réfléchi, l'invitation
à se rendre compte de la valeur sémantique de ces catégories"(49).

Burston, qui compare le préverbal SE avec les autres préfixes et qui


fait attention à l'omission de SE devant les verbes faire, laisser,
envoyer, mener, emmener etc, exprime que SE n'est pas le
constituant invariable du verbe pour les dits intrinsèques: "Not only
is this SE not a prefix, neither is it an invariant constituant of the
verb"(50). Il ajoute quelques exemples utilisés sans SE, bien qu’il
avoue qu'ils sont "rare, archaic or literary "(51). Il précise sa
conclusion: "They are in fact quite indisguishable from any other
variety"(52).

M, Gross signale les transformations des verbes intrinsèquement


réflexifs, comme Noest Vpp et No est V-a (53). Donc, on se délibère
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

de la forme dite figée par les moyens participe passé et adjectif. Sur
quoi, il cite un contre exemple,

Paul s'échappe retrouver Marie


* Paul est échappé retrouver Marie

Il explique ce fait par "la nature du complément du verbe"(54).

On voit bien que les linguistes arrivent à dire que ces verbes sont
lexicalement idiosyncratiques (Donaldson p: 29, et Ruwet p: 100
aussi). Ce dernier écrit: "II n'y a aucune raison de ne pas introduire
directement s’évanouir, tel quel, dans la base, plus exactement
évanouir sera introduit dans la base avec le trait de sous
catégorisation obligatoire SE..."(55)

Puisque les autres pronominaux dits accidentellement réfléchis


gardent une différence de sens par rapport aux non-pronominaux, ils
nous obligent à les considérer comme des entrées lexicales, du point
de vue de l’analyse contrastive, sinon le problème d’être esssentiel
ou intrinsèque et accidentel serait un problème artificiel.

Non réflexivité de marque SE : (v: Passif)


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

VERBES RECIPROQUES :
Pour exprimer un fait réciproque, on a besoin au moins, de deux
agents, puisqu'il s'agit de deux actions exercées l'un sur l'autre. Donc,
de prime abord, la réciprocité échappe au singulier logiquement,
mais les éléments grammaticaux qui servent à exprimer la pluralité
sous la forme singulière, permettent à la réciprocité : "A verb
expressing reciprocity can be singular where on 'one' or tout 'all' etc.
is the subject"(56). A part cette particularité, elle est la concentration
de deux actions dans un seul verbe. Elle permet l'économie dans la
langue comme le souligne Frei: "le verbe réciproque permet de
condenser au moins deux phrases: Ils se battent "il1 bat il2 et il2 bat
il1"(57).

En considérant les verbes réciproques comme réduction verbale, on


se trouve à la croisée des chemins d'autres types de verbes.

1. Ils sont pareils.


2. Elle est aussi lourde que l'autre.
3. J'ai le même livre que mon frère.
4. Jean travaille avec Françoise.
5. Pierre et Jacques ont gagné un million.
6. On confond le ciel et la terre avec la mer.
7. Pierre rivalise avec Paul. (A.Borillo)
8. Nous avons partagé le pain avec nos amis (ou entre nous).
9. Jean et Françoise forment un couple.
10. Paul ressemble à son frère.
11. Paul se marie avec Hélène.
12. Paul se bat contre Pierre.
13. Ils s'aiment.

Dans ces exemples l'action ou l'état exprimés par le verbe reste le


même pour le sujet et l'objet, sauf (6e phrase) qui reflète une
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

confusion des objets à leur intersection visionnelle. Dans les


premiers exemples (1, 2, 3e phrases) les verbes n'expriment qu'un
état. Il est facile de les distinguer sous la dénomination de phrases
comparatives. Les six exemples suivants dont les quatre premiers
appartiennent à A. Borillo, sont des verbes contributifs, car le sujet ne
subit pas l'action exprimée par le verbe. A. Borillo les étudie sous la
rubrique des verbes symétriques. Mais à propos de la symétrie, on
peut expliquer aussi la réciprocité par cette notion, puisqu'elle reflète
plusieurs aspects.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

a 1
a 2
a 3

a 8 ........
a a 4

a 7
a 6
a 5

Par exemple , "X et Y s'aiment":

X aime Y Y aime X

mais comme il est assez clair que cette notion de symétrie qui est
applicable à plusieurs domaines, est loin de refléter un aspect stable
en linguistique. Quant aux exemples saisis au crochet de la définition
de Grevisse qui dit "le verbe pronominal est dit réciproque lorsqu'il
exprime une action que plusieurs sujets exercent l'un sur l'autre ou les
uns sur les autres: l'action est à la fois accomplie et reçue par chacun
d'eux"(58).

On devrait éliminer les(10e phrase) et(11e phrase) par l'expression


de "plusieurs sujets" dans cette définition, mais alors on aurait un
autre problème: est-ce qu'on va rejeter les sujets collectifs qui sont
singuliers morphologiquement et pluriel sémantiquement?

La réciprocité avec un sujet grammatical singulier dépend de


l'interprétation et de la représentation de la situation réciproque, c.a.d.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

d'action faite et subie, car dans certains exemples la conduite de


deuxième agent est incertaine ou négative :

Paul se bat contre Pierre

Et dans certains exemples, bien que la réciprocité existe


implicitement, la première direction de l'action est soulignée.

Paul se marie avec Hélène Paul ¦ 3 Hélène


(Hélène se marie avec Paul) (Hélène ¦ 3 Paul)
Paul et Hélène se marient Paul D Hélène

Réciprocité/Reflexivité:
L'élimination du sens réciproque dans le singulier ne suffit pas à
empêcher l'ambiguïté entre réflexivité et réciprocité. Nous allons
nous contenter de donner quelques remarques et un critère lexique,
puisqu’il est impossible de les distinguer par des restrictions
syntaxiques sous une forme unique.

Des loups qui se penchent, qui se tortillent, qui se couchent, se


relèvent, qui se battent (Y. Kemal)

Dans le cas où l'énoncé se penche à l'ambiguïté, l'énonciation séparée


du sujet (pluriel) donne lieu premièrement à la réciprocité. Peut-être
est-ce à cause du caractère unificateur du pronom ou du sujet au
pluriel.

Quant au critère classique qui requiert le contexte, sinon il sera futile,


Tesnière explique ainsi: "la confusion possible entre réfléchi pluriel
et réciproque est facile à éviter en français, où il suffit d'ajouter l'un
l'autre ou de faire précéder le verbe du préverbe entre pour bien
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

marquer qu'il ne peut s'agir que du réciproque"(59). Comme on a


bien remarqué, c'est une évitation du point de 1'énonciation, non du
récepteur. Mais nous soulignons encore que cela ne permet pas à en-
lever l'ambiguïté non plus, pour celui qui apprend la langue.

Nous voulons aussi discuter une autre considération. Par exemple


Tesnière utilise les termes de successivité et de simultanéité -pour
distinguer l'opération des réflexifs et celle des réciproques. "La
diathèse réfléchie et la diathèse réciproque ont ceci de commun que
chacune d'elles combine un procès actif et un procès passif. Mais
dans le réfléchi, le procès actif est, au moins psychologiquement,
antérieur au procès passif, puisqu'il n'est évidemment pas possible de
recevoir un coup avant de se l'être porté, tandis que, dans le
réciproque le procès actif et le procès passif sont simultanés, ce qui
peut s'exprimer par les formules suivantes :

Réfléchi = actif +passif (successivement)


Réciproque = actif + passif (simultanément )"(59).

Dans cette hypothèse, bien qu'il paraît qu'il s'appuie sur la logique,
Tesnière oublie le phénomène d'action-réaction. C'est à dire, sans
action première, la réaction n'existe pas. La réciprocité n'est que
l'explication condensée de ce phénomène.

Je me regarde dans la glace.

II semble acceptable la précision de Tesnière pour le réfléchi. Mais


cette supposition ne permet pas de généraliser sa décision finale.

Elle est Jolie, ils s'aiment. (J.Laghet)


Au retour ils se parlèrent à peine. (F.Daninos)
Ils correspondent entre eux.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

II est clair que dans ces phrases, parler et correspondre n'expriment


pas de simultanéité.

Le nombre des agents et relation entre eux :


Ce fut, en effet le problème des logiciens qui ont étudié la relation
des agents et qui ont classifié la réciprocité selon cette relation, (v.
l'article de D. T. Langendoen) (61). Pour nous même, s'il n'existe une
relation réciproque qu'entre deux éléments du sujet, c'est suffisant de
considérer l'énoncé comme réciprocité, la relation homogène ou
hétérogène, régulière ou discontinue, entre les éléments du sujet, n'est
qu'une expression paraphrastique ou contextuelle en français. Pour
cette logique on peut donner deux schèmes:

Relation discontinue

A¥ ¦ B | | C ¥¦ D

Relation régulière

A D B
-. &'
E E
&' -.
C D D

La diversité formelle de l'expression réciproque:


En français la possibilité se diversifie pour cette expression.

a) Le pronom SE: Il se fait la source de l’mbiguïté


b) Le pronom SE + préfixe "entre" :
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Il faut observer la nature de ce préfixe de plus près, car il a été


considéré comme un critère entre réflexif et réciproque. Par exemple
Dubois dit: "La distinction entre la phrase réciproque et la phrase
passive est assurée le plus souvent par une redondance: l'addition du
préfixe "entre"

Pierre tue Paul. Paul tue Pierre. Pierre et Paul s'ENTREtuent"(62)

II est vrai que l'utilisation générale de la préposition "entre", surtout


avec SE, se centralise sur la réciprocité. C'est valable pour les verbes
intrinsèques et déverbatifs.

s ' entraider *entraîder aider


s'entrefrapper *entrefrapper frapper
s'entreheurter *entreheurter heurter
s'entregorger *entregorger égorger
s'entrecroiser entrecroiser croiser
s'entrechoquer entrechoquer choquer
s'entremêler entremêler mêler

L'existence du passage augmente le nombre des agents (voir: verbes


actitifs). Mais la fonction du préfixe n'est pas toujours la même.

Ø ß entrevoir ß voir
Ø ß entrouvrir ß ouvrir

Et la possibilité de produire la forme finale, par le moyen de


deuxième sens du préfixe "entre" qui exprime une localité, "dans",

s'entremettre *entremettre mettre


s'entretenir entretenir tenir
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

devient un impasse à éviter. Certes, tous les verbes préfixés par


"entre" n'arrivent pas à la forme SE. Du moins dans la direction
sémantique du verbe racinal.

- ß entrelarder ß larder
- ß entreposer ß poser
- ß entrouvrir ß ouvrir
- ß entrevoir ß voir

Dans certains verbes, la dégradation du sens par l'agglutination peut


être voilée par 1'usage. C'est par ce biais que le sens se modifie, par
exemple le verbe 'entreprendre'. De plus il exprime une réciprocité
figurative entre le sujet et l'objet.

Il a entrepris une affaire.

Si l'on traduit cette phrase, on peut dire autrement:

II a commencé une affaire.

Ce serait l'ommission de la connotation donnée par les usagers, à ce


verbe.

c) Avec adverbe:
Certains adverbes de manière sont des supports pour la réciprocité, si
laparticule pv SE est nécessaire, sinon ils peuvent être utilisés
comme apports: ce sont l'un (préposition) l’autre, entre eux,
réciproquement / mutuellement (et vice-versa).

En ce qui concerne l'adverbe ‘l'un (prép)l'autre’, Gougeinheim fait


remarquer une finesse ou plutôt un domaine d'ambiguïté (traité pour
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

SE dans les pages précédants), quand il est pluriel, du point de vue


de la relation entre les unités impliqués, "Le pluriel les uns (les unes)
... les autres ... est susceptible de deux interprétations: 1. Il peut
marquer que l'action est exercée par chacune des unités qui
composent un groupe de plus de deux unités sur toutes les autres:
Aimez-vous les uns les autres. 2. I1 peut marquer que l'action est
exercée par chacun des deux groupes qui constituent un ensemble,
sur l'autre groupe:
Les Anglais et les Français se sont souvent fait la guerre les uns aux
autres"(8).

Depuis notre séparation, nos corps n'avaient pu se détacher l'un de


l'autre. (N.Gürsel)
Au nouvel an, parents et amis s'envoient réciproquement des vœux.
(Bordas)
Aidons-nous mutuellement.

Quant au mot ‘vice versa’, que les dictionnaires considèrent comme


synonyme de réciproquement, marque souvent une réciprocité pour
les objets:

Passer du blanc au tricolore et vice versa. (V.Hugo)

d) Reciprocité intrinsèque au verbe:


Certains verbes sans la particule pv SE expriment implicitement la
réciprocité.

entreprendre fraterniser
échanger discuter
négocier disputer
parier batailler
voisiner lutter
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Mais il faut avouer que ces verbes expriment aussi le contributif,


1'accompagnement. Dans ce cas, on peut paraphraser la phrase avec
‘en compagnie de’.

e) Le préfixe Co-:
Il prouve la relation stricte entre le contributif et réciproque, car il est
plurifonctionnel.

a) contributif : cohabiter, coopérer, collaborer


b) réciproque : convoler, converser, combattre,
correspondre, coïncider
c) neutre : confondre, contenir, composer

f) Réciprocité paraphrastique:
Elle peut être exprimée aussi par les pronoms en cas d'ellipse
discursive:
II m'aide et moi lui. (H. Frei)
Tu me gratteras le dos et moi toi. (H. Frei)

g) Réciprocité sans verbe:


Dans un syntagrme nominal, les éléments de réciprocité ‘entre,
mutuel etc’ ou préposition ‘de’ servent à exprimer une réciprocité.

L'opposition entre Pierre et Paul


L'opposition de Pierre et de Paul
La compréhension mutuelle de Pierre et Marie (A. Borillo)

Notlar:
(1) H.Frei ; Grammaire des Fautes; p: 182 "Dans les propositions
relatives ‘réfléchies’, c.a.d. dans les phrases où le substantif que la
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

relative détermine est en même temps l'objet du verbe de la relative


(ex. la lettre que j'ai écrite)"
(2) Lucien TESNIERE; Eléments de Syntaxe Structurale ; Paris; éd.
Klincksieck; 1976; (p: 246)
(3) Jean-Pierre BRISSET; La Grammaire Logique; Paris, Ed.
Baudouin; 1980; (p: 17)
(4) Id. (p: 19)
(5) Id. (p: 25)
(6) Id. (p: 19)
(7) Id. (p:17)
(8) Ce suffixe prédicatif est plus fréquent à la troisième personne, par
rapport aux autres personnes et à la 3ème personne du pluriel. Son
agglutination est assez lâche:
(Onlar) hasta. ils sont malades
(Onlar) hasta-DIr. "
(Onlar) hasta-lAr. "
(Onlar) hasta-DIr-lAr. "
(Onlar) hasta-lAr-DIr. "
(9) M. Grevisse; İb. (p: 467) "A remarquer que, pour certains verbes,
la forme pronominale et la forme non pronominale ne présentent pas
de différence de sens: moisir ou se moisir, pourrir ou se pourrir,
guérir ou se guérir, grossir ou se grossir, etc. (généralement la forme
pronominale est moins fréquente que l'autre)"
(10) Ibid
(11) Donaldson Weber DJ.R; French Reflexive Verbs, A case
grammar description; Paris; Mouton The Hague; 1973; (p: 37)
(12) Jack L.BURSTON; The Pronorainal Verb Construction in
French; in Lingua n: 43; 1979; (p: 163-164)
(13) Id. (p: 164)
(l4) Lucien TESNIERE, op. cit. (p: 240)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

(15) M. Grevisse op. cit. (p: 68) "l'adjonction du pronom réfléchi aux
verbes intransitifs était extrêmement fréquente dans 1’ancienne
langue"
(l6) Maurice GROSS; Méthodes en Syntaxe; Paris; Hermann; 1975;
(p: 100)
(17) Ibidem
(18) Anne ZRIBI-HERTZ; A Propos d'Une Classe de Formes
Réflexifs Métonymiques en Français; in Langue Française; no: 39;
1978
(19) Ib. ; (p: 119)
(20) Ib.; (p: 118)
(21) Ib.; (p: 122)
(22) Ib.; (p: 118)
(23) Ib.; (p: 116)
(24) Jean PERROT; Remarques sur La Notion de Sujet, in
Mélanges Marcel Cohen; Paris; The Hague; Mouton; 1970; (p: 111)
(25) Ib. (p: 108)
(26) Ib. (p: 111-112)
(27) Jean STEFANINI; A Propos des Verbes Pronominaux ; in
Langue Française ; no: 11; 1971
(28) R.THIMONIER; Code Orthographique et Grammaticale;
Marabout; 1978; (p: 205)
(29) G. MAUGER; Grammaire Pratique du Français d'Aujourd'hui;
Paris; Librairie Hachette; 1981; (éd. revue), (p: 155)
(30) Bernard POTTIER; Comparaison: le Même et l'Autre; in
Modèles Linguistiques t: 4, fasc: 2; 1982; (p: 43)
(3 1) Ibidem
(32) Ibidem
(33) P. Palmer; Grammar; Middle Sex; Penguin Books; 1975; (p:
60)
(34) lb. (p: 61)
(35) B. POTTÎER; ib. (p: 45)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

(36) GREVISSE, ib. (p: 352)


(37) BORDAS
(38) Nicolas RUWET; Théorie Syntaxique et Syntaxe du Français;
Paris; Seuil; 1972; (p: 114-115)
(39) Daniel COUQUAUX; "Même" marque-t-il qu’un pronom est
réfléchi ?; in Le Français Moderne ; n: 2 ; 1977; (p: 126-143)
(40) Daniel COUQUAUX, id. (p: 133)
(41) Ibidem
(42) Id. (p: 129)
(43) Georges et Robert LEBIDOIS; Syntaxe du Français Moderne;
Paris; Ed. A. et J. Picard; tome: 1; 1971; (p: 399)
(44) Id. (p: 400)
(45) Ibidem
(46) Id. (p: 4O4)
(47) Id. (p: 400)
(48) L.Tesnière; op.cit. (p: 274)
(49) Ibidem
(50) Jack L. BURSTON; The Pronominal Verb Construction in
French; in Lingua; 48; 1979; (p: 167)
(51) Ibidem
(52) Ib.; (p: 166)
(53) Maurice Gross; Ib.; (p: 62)
(54) Ibidem
(55) Nicolas Ruwet; Ib. ; (p: 100)
(56) Donaldson, ib.; (p: 57)
(57) Frei, ib.; (p: 175)
(58) M. Grevisse; ib. ; (p: 465)
(59) Lucien TESNIERE; op. cit. (p: 254)
(60) Ib. (p: 253)
(61) D. Terence Langendoen; The logic of Reciprocity, in
Linguistic Inquiry; vol : 9; no: 2; 1978; (pp: 177-197)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

(62) Jean Dubois; Grammaire Structurale du Français, Le Verbe;


Paris, Larousse, 1967, (p: 118)
(63) Georges GOUGENHEIM; ib.; (p:173)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

LES VERBES RÉFLEXİFS

LE TURC

Les verbes intransitifs


Le suffixe -(I)n-
Le suffixe –lAn-
Le suffixe –Il-
Le suffixe –lAş-
Le suffixe -Ar/l-
Le suffixe -Ir/l-dA-
Le suffixe –ImsA-
Les verbes intrinsèques
Le mot "kendi"
Le récipro-contributif
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Les verbes intransitifs:


On obtient souvent des racines à une syllabe, quand on analyse
les verbes intransitifs d'une langue agglutinante,
morphologiquement comme le turc. Tout d'abord nous devons
citer les suffixes qui paraissent présenter une réflexivité, avec
des exemples de deux syllabes.

1) -(I)n-: dile-n- (demanderàmendier), ısın- (se chauffer),


doku-n- (tisseràtoucher), oyna- (jouer), diren- (résister), öğiïn-
(se vanter), uza-n- (s'élargirà s'étendre), uyan- ((se )réveiller))
2) -II-: kurtul- (s'échapper), üz-ül- (s'énerveràregretter, se
soucier de), bay-ıl- (s'évanouir), ay-ıl- (revenir à soi)
3) -(I)ş-: değ-iş- (toucher/changer -intr-), kız-ış- (s'énerverà
s'échauffer), kok-uş- (sentir-intr- à être putréfié), barış- (se
réconcilier), uç-uş- (voler àvoltiger), uğra-ş- (passer chez qqn
às'occuper)
4) -Ik-: bir-ik- (un às'entasser), ac-ık- (avoir faim), ay-ık-
(revenir à soi –pour deux formes le même sens-), göz-ük- (l'œil
àapparaître)
5) -T(Ir)- cıvıt- (être molle, ne pas être sérieux), kırıt- (faire
coquetterie), sırıt- (sourire bêtement), çıldır- (devenir fou)
6) -Ar/1-: yaş-ar- (se mouiller), yeşer- (verdir)
7) -(k)Ir-: aksır- (éternuer), semir- (grossir), hıçkır- (sangloter),
fışkır- (jaillir -pour les liquides-), otur- (s'asseoir)
8) -A- : kan-a- (saigner), üre- (se reproduire), uyu- (dormir),
üşü- (avoir froid), eri- (se fondre), yaşa- (vivre), şakı- (chanter),
aksa- (boiter), kalgı- (sursauter)
9) -Ir/l-da-: cıvılda- (gazouiller), çağılda- (bouillonner)
10) -lA- : ahla (regretter), başla- (commencer), yavaş-la
(ralentir), dura(k)la- (hésiter)
11) -lAn-
12) -lAş-
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

13) -Ø- : büyü (k)- (grandir), ağrı- (avoir mal), soğu (k)-
(refroidir), ekşi- (s'aigrir), solu(k)- (respirer)

II est évident que certains exemples donnés sont choisis pour


une raison de ressemblance pour montrer, du moins la coïnci-
dence phonétique.

Et si l'on revient aux verbes intransitifs à une syllabe, eux aussi,


semblent présenter souvent l'empreinte des suffixes cités.

geç- (passer), göç- (déménager), kaç- (s'enfuir),


ak- (couler), sark- (se pencher), çık- (sortir, monter), sek-
(bondir), çök- (s'agenouiller), sığ- (entrer dans)
gel- (venir, arriver), dol- (se remplir), kal- (rester), gül- (rire),
yan- (brûler), don- (rentrer), on- (s'améliorer), in- (descendre),
din- (se fatiguer), sin- (se cacher),
kop- (se détacher)
sür- (continuer), dur- (s'arrêter ), er- (atteindre), gir-(entrer)
es- (souff1er), sus- (se taire),coş- (s'enthousiasmer), düş-
(tomber), piş- (cuire), şiş- (gonfler, enfler, grossir),
git- (aller), yit- (se perdre), bit- (finir, être épuisé),
yat- (se coucher), bat- (couler), art- (s'augmenter),
cay- (renoncer), doy- (se rassasier), kay- (glisser),
sız- (suinter), yüz- (nager),

II est sûr que l'aspect diachronique ne nous regarde pas dans le


cadre de notre étude, mais nous les présentons pour montrer la
relation d'intransitivité et de réflexivité en turc. C'est d'ailleur ce
fait qui nous poussa à traiter les intransitifs comme des réflexifs,
afin de voir les correspondants en français. De plus il existe un
changement d'expression lexicale en turc:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1. Çarşıda kendini kaybetti


2. Çarşıda kayboldu II s'est perdu au marché
3. Çarşıda yitti

Là, (1) est la paraphrase de (2), et (3) est la transformation d'un


mot turco-arabe en (2). La première phrase contient un élément
de réflexivité 'kendini', alors que les dernières n'en ont pas.
Cependant nous devons signaler l'autre sens du syntagme
kendini kaybetti = il s'est évanoui.

Le suffixe - (I)n -:
Le grammairiens et les linguistes qui ont étudié les éléments
morphologiques de la langue turque, ont tendance à voir une
caractéristique de voix, dans le morphème de -(I)n-. J. Deny en
parle plus rigoureusement, en disant "L'emploi du réfléchi est, à
la vérite, assez mal fixé. Il se confond assez souvent, ainsi qu'on
le verra plus loin avec la forme réciproque et passive"(1). Bien
que cette approche apporte un critère significatif, elle nous
semble simpliste, et cache derrière elle une domaine instable.
D'une part la réflexivité s’exprime par d'autres moyens, même si
elle est considérée dans un sens habituel, d'autre part ce suffixe
se trouve sur le triangle prismatique:

In

Réflexivité passivisation

Réflexivité oubliée
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Or, étudions ces fonctions dans les exemples:

1. Damla çamaşırları yıka-dı. Damla a lavé les linges.


2. Damla yıka-n-dı. Damla s’est lavée.
3. Çamaşırlar yıka-n-dı. Les linges ont été lavés.
4. Alper eve dön-dü. Alper est rentré à la maison.
5. Alper çevresine bak-tı. Alper a regardé autour de lui.
6. Alper çevresine bak-ın-dı. Alper a fait semblant de
regarder autour de lui.

Ces phrases correspondent évidemment au schème donné.


(phrase 2) est réflexif, (phrase 3) passif, (phrase 4) peut être
refusé pour la 3ème fonction, pour la raison selon laquelle le
verbe "dön" est insécable, mais (phrase 6) représente une
reflexivité oubliée qui contenait par origine une direction vers
l'agent. Et même dans certains syntagmes ce suffixe exprime
une actitivité:

Ebeye bakındı. Elle s’est montrée à la sage femme.

Dans la traduction française on a un réflexif, mais il ne faut pas


oublier que le thème turc est “regarder”. Donc, dans ce cas, on
peut parler de la transitivité des verbes suffixes par "-In-"

Les conditions d'emploi de ce suffixe sont problématiques. 0n


note un critère partiel pour le suffixe "-In-", après des verbes qui
se terminent en voyelle et “-Il-“. Pour les verbes qui préfèrent
l’un ou l’autre des suffixes “-In-” et “-Il-”, il est très difficile de
trouver un critère phonétique. Pour nous, ce qui fait la
complexité, c’est, à côté des règles phonétiques, l’abondance de
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

représentants de la réflexivité, puisque même celui du pasif s’y


trouve.

T. N. Gencan, pour distinguer la fonction réflexive de ce suffixe


propose de trouver le sens “kendini, kendine”: “Si le suffixe –
(I)n- ajoute le sens de “kendini, kendine” à la phrase, il est
réflexif. S’il ne l’ajoute pas, et si l’action est réalisée par un
autre que le sujet, il est pasif”(2). Mais c’est un critère lexical.
Pour le locuteur, il n’y a pas de problème, et l’auditeur qui saisit
le sens, n’a pas besoin d’un critère. Pour nous c’est avouer qu’il
est dépourvu de critère.

Le même auteur fait un pas de plus en disant: “le fait est que les
sujets inanimés ne peuvent pas influer sur eux mêmes, c.à.d. ils
ne peuvent pas réaliser une action sur eux mêmes, c’est
impossible et illogique. C’est pour cette raison que les actions
utilisés avec un sujet inanimé n’est pas réflexif”(3). Cette
explication semble de prime abord logique, mais la langue n’est
pas toujours logique. Par exemple,

Tabak birden ikiye bölündü. L’assiette s’est cassée en


deux, tout de suite.
Döngele geldi kapıya dayandı. Le chardon a roulé jusqu’au
seuil de la porte. (Yaşar Kemal)

Donc, dans certaines phrases l’ellipse discursive s’utilise pour


ne pas dire la cause, selon l’intérêt du locuteur, soit pour
économiser le discours, soit pour créer un effet mystérieux. En
réalité, il ne faut pas chercher un critère pour cela, un objet
agentif, soit exprimé, soit sous entendu est apporté par les
éléments de l’énoncé qui constituent l’information..
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Le suffixe “-lAn-“:
Ce suffixe forme généralement des verbes nominatifs à base
adjectivale ou substantivale (onomotopéique). Il peut être
analyse comme la composition de deux suffixes (-lA + n-), en
comparant les exemples dans lesquels il se trouve. Et on peut
obtenir une categorisation à partir de la racine,

a. Racine -
b. Racine - lA -
c. Racine - lA - n -
d. Racine - lA - n - Tır -

Et si l’on considère des verbes utilisés avec ces suffixes, on peut


les analyser ainsi,

1a) + a, + b, + c, + d à b à d la transmission de sens de


(b) à (d) est possible,
1b) + a, + b, + c, + d à b # d la transmission de sens de
(b) à (d) est impossible,
2) + a, + b, + c, - d
3) + a, - b, + c, - d
4) + a, - b, + c, + d

On peut schématiser cette analyse:

Racine Suffixes Ordres


lA n Tır 1
lA n ---- 2
lAn ---- 3
lAn Tır 4
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1a) Dans cette catégorie, la progression de forme parallélise


avec celle de sens. La situation est logique et purement
agglutinante. Prenon en exemple:

la racine:av la chasse, l’animal chassé


av-la- chasser
av-la-n- chasser (/pour soi-même ou comme sport
ou comme intérêt productif)
av-la-n-dır- faire ou laisser chasser

1b) Mais la nature des racines aptes à exprimer figurativement


un autre sens, trahit souvent ce paradigme,

a- boy : la taille
b- boy-la- : aller jusqu'à ...
c- boy-la-n- : grandir
d- boy-la-n-dır - : causer à grandir

voilà d'autres exemples:

yıl : année
yıl-la- : être en retard (rester un an)
yıl-la-n- : cuver (pour le vin)
yıl-la-n-dır- : aisser le vin fermenter dans des cuves.

sinir- : le nerf
sinir-le- : prendre les nerfs
sinir-le-n- : être en colere, s'enerver
sinir-le-n-dir- : énerver.

ses : la voix
ses-le- : appeler
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

ses-le-n- : appeler
ses-le-n-dir- : lire, prononcer.

bit : le poux bit~le- epouiller


bit-le-n- : être couvert de poux
bit-le-n-dir- : répandre des poux.

at : le cheval
at-la- : se jeter
at-la-n- : avoir un cheval
at-la-n-dır- : donner un cheval

ayak : le pied
ayak-la- : mesurer par pied
ayak-la-n- : se lever, se revolter
ayak-la-n-dır- : lever,voler,revolter.

sızı : la douleur aigue


sız-la- : faire mal
sız-la-n- : se lamenter
sız-la-n-dır- : faire mal, faire lamenter.

Quelquefois, seul à cause de la fréquence de l'utilisation


figurative, il existe l'autre forme pour exprimer le sens initial:

a- ağır : lourd
b- ağır-la- : honorer (un visiteur), accueillir bien
c- ağır-la-n- : être accueilli

ağır-la-ş- : devenir lourd

d- ağır-la-ş-tır- : rendre plus lourd, appesantir, ralentir


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Et la forme actitive peut être présentée avec un autre


allomorphe, qui de l'usage, qui de derivation differente.

a- kök la racine
b- kök-le- déraciner
c) kök-le-n- être déraciné, raciner, s’enraciner
d) kök-le-n-dir- faire enraciner
kök-le-t- faire déraciner

Pour certains exemples –lA- est synonyme de –lAnTIr-,

silah : le fusil silah-la-(ndır): armer


duvak : voile nuptial duvak-la-(ndır)- : voiler
acı : douleur, amer acı-la-(ndır)- : ajouter qqch amere
al : rouge al-aca : bariolé al-aca-(ndır)- : faire multicolore
duru : limpide duru-la-(ndır)- : rincer (du linge)
duygu : sentiment duygu-landır- : faire sentir
kurum : la suie kurum-la-(ndır)- : tacher avec la suie
taç : la couronne taç-la-(ndır)- : couronner
vasıf : qualité vasıf-la-(ndır)- : qualifier
yel : le vent yel-le- (n-dir)- : éventer
nişan : signe, fiançailles nişan-la-(ndır)- : fiancer
ak : blanc ak-la- blanchir, résoudre, trouver complet,
sans faute à la fin d'un controle
ak-la-n-dır- : blanchir

Mais il est possible de rencontrer certains usages bien


nuancés, à côté des usages identiques.

2) Certaines racines n’acceptent pas le composé –lanTIr-:


a) dikiz regard (argot)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

b) dikiz-le- observer, regarder


c) dikiz-le-n- être observé
d)* dikiz-le-n-dir-

On constate que "dikizlen" est passif, et il est impossible de


passer de la forme passive à l'actitif en turc.
düzen l'ordre
köpük l'ecume
mıknatıs 1'aimant
siper tout ce qui empêche la
vue ou l'attaque
torba sac, sachet
öz l’essence, l’essentiel
belir- apparaître

Ces mots ne s’utilisent pas dans la combinaison de -lAnTIr-

3- Les exemples assez nombreux n'acceptent que –lAn-, le


morphème “-Tır-“ reste latent (ou bien rare). Ces thématiques
ont souvent un sens d'avoir ou d'être (, devenir).

tomurcuk le rejet tomurcuk-lan- bourgeonner


sevda l'amour sevda-lan- tomber amoureux
esas l'essentiel esas-lan- être réalisé
aydın clair aydın-lan- se clarifier

Cette combinaison apparaît aussi avec un sens de "faire (,être)


semblant de",

ağa notable du village (ou de la région) ağa-lan-


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

se donner des airs, faire l'important


baba le père baba-lan- se gonfler
horoz le coq horoz-lan- se rengorger
büyük grand büyük-len- se donner des airs
çörek le gâteau à la forme spiroïdale çörek-len
se lover
maskara ridicule, bouffon maskara-lan- faire des
bouffonneries.
kapak le couvercle kapak-lan- trébucher
bil-me-z ignorant bil-me-z-len- se donner
comme ignorant.
yiğit vaillant, courageux yigit-len- devenir brave
sert dure sert-len- s'endurcir, s’écrier
titiz minitieux, meticuleux titiz-len- devenir
morose.

Pour les racine onomatopéiques, le sens de 'faire' est


dominant.

dırdır babillage dırdır-lan- marmonner


mızmız lourdaud mızmız-lan- faire faineantise

II est naturel que certains thématiques peuvent évoquer


un sens lointain mais adéquat à leurs origines.

karınca le fourmi karınca-lan- fourmiller


yazık dommage yazık-lan- avoir pitie

4) La combinaison “-lAn-“ donne l’impression qu'il est


un morphème non-morphémisable, car le schème
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

manque de l'usage du suffixe “-lA-”,


a) akıl la raison
b) *akıl-la-
c) akıl-lan- devenir sage, raisonné
d) akıl-lan-dır- rendre sage, raisonné

II se manifeste généralement avec une racine nominale et


exprime "avoir"

Pamuk le coton pamuk-lan- avoir du


coton, se cotonner
borç la dette borç-lan- avoir une
dette, s’endetter
hiddet la colère hiddet-len- avoir de la
colère, se metre en colère
bulut le nuage bulut-lan- être couvert de
nuages
can l’âme can-lan- s’animer
kurt le ver kurt-lan- être vermoulu
küf la moisissure küf-len- moisir
şüphe la doute şüphe-len- douter
ümit l’espoir ümit-len- espérer
yarar l’intérêt yarar-lan- bénéficier
para l’argent para-lan- (1) avoir de
l’argent (Il est utilisé aussi au sens de “se déchirer, se
briser” par la dérivation du mot “parça = la part” ( le
phonème /ç/ disparaît devant le suffixe “-lA-“ par(ç)a-
lA-(n) = se briser, se déchirer, (employer tous ses
moyens physiques ou psychiques pour qqn, se sacrifier)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

On constate que le sens “avoir” reste un peu caché dans la


structure profonde. La forme obtenue se dirige vers un sens
adéquat à la nature de la racine.

II ajoute un sens de "être, devenir"

şen gai şen-len- devenir gai


bol abondant bol-lan- être abondant
sabırsız impatient sabırsız-lan- s'impatienter
paha la valeur paha-lan- rencherir, être plus cher
hasta malade hasta-lan- être malade
cerahat le pus cerahat-lan- suppurer

II ajoute un sens de "se former, se transformer",

şekil la forme şekil-len- se former


pus le brouillard pus-lan- faire du brouillard, se
couvrir de buée
pas la rouille pas-lan- se rouiller
nem l'humidité nem-len- s'humecter
bal le miel bal-lan- devenir mielleux
cisim le corps cisim-len- s'incarner
alev la flamme alev-len- enflammer

Pour certains verbes l’un de ces sens donnés se montre à la


base de la dérivation.
ev la maison ev-len- se marier
çul la couverture çul-lan- harceler, se pencher sur
hava l'air hava-lan- s'envoler, prendre de l'air
şah chah, l'action d'un cheval qui se dresse sur ses
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

pieds de derriere et se cabre şah-lan- se cabrer


sebep la cause sebep-len- se procurer, avoir des
ressources necessaires
naz la minauderie naz-lan- minauder
hoş agreable hoş-lan- se plaire

Le rapport de la combinaison –lAn- avec le suffixe du


passif:
La combinaison de “-lAn-“ avec le suffixe du passif peut être
présentée par un schème,

Racine Suffixes Ordres


-Il- 1
-lA- -n-
2
-lAn- -
3
-n- -

-lA-
-I1- 4
-lAn-

1) Dans le premier ordre, il n'y a pas de contrainte.

av la chasse
av-la- chasser
av-la-n- chasser
av-la-n-ıl- être chassé ( ou passif impersonnel)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

2) Le deuxieme ordre contient des exemples qui n'ont pas un


sujet humain, et des exemples qui n'ont qu'une fonction de
voix.

paha la valeur
* paha-la-
paha-lan- être plus eher
* paha-lan-ıl-

3) Dans le troisième ordre la forme passive est aggramaticale.

ağır lourd
ağır-la- accueillir bien
ağır-la-n- être accueilli bien
* ağır-la-n-ıl-

4) Dans le quatrième la forme de support (dénominatif avec


le suffixe –lA-) est aggramaticale:

naz la minauderie
*naz-la-
naz-la-n- minauder
naz-la-n-ıl- (passif impersonnel)

Bu kadar da nazlanılmaz On ne fait pas tant de minauderie

Le suffixe “- Il- :
Ce suffixe qui appartient à la forme passive, se présente aussi
pour exprimer un sens réflexif. Il faut le distinguer du suffixe
-Al/r- (: -al-, -el-, -l-, -ul- …). Le suffixe “-Il-“ s'ajoute aux
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

thèmes verbaux, alors que le suffixe “-Al/r-“, aux racines


nominales. Dans quelques exemples les thèmes verbaux
peuvent être interpréter comme des racines nominales mais
en verité, elles sont transformées aux thèmes par le fait
phonétique d’interchangement (ayrı à ayır-, eğri àeğir-):

ayrı séparé ayır- séparer ayrı-1- être séparé


eğri oblique eğir- filer eğri-1- se courber

Dans ces racines, le phonème /I/ du thème, disparaît devant


le suffixe “-Il-“. Et si l'on étudie les verbes utilisés avec ce
suffixe, on voit qu'il a trois fonctions:

a. fonction passive,
b. fonction reflexive,
c. fonction mixte (deux possibilité selon le contexte)

a- fonction passive:
kov- chasser kov-ul- être chassé
um- espérer um-ul- être espéré
yarat- créer yarat-ıl- être créé

b) fonction réflexive:
bay- anesthésier bay-ıl- s'evanouir
üz- affliger, attrister üz-ül- regretter, deplorer
yor- fatiguer yor-ul- se fatiguer
sav- se débarrasser sav-ul- se ranger de côté

Quand le suffixe “-Il-“ se charge d'une fonction réflexive, il


peut être combiné avec “-In-“ qui se charge, à son tour d'une
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

fonction passive.

Arabanın önüne atılınır mı? Pourquoi te jeter devant la


voiture?
Buna da üzülünür mü? Ça vaut pas de se tracasser
Bu kadarcık çalışmayla yorulunmaz. On ne sent pas de la
fatigue avec peu de travail.
Gece yarısı bir köşeye kıvrılındı. On s'est couche à quelque
coin de la chambre, à minuit.

Certes cette combinaison se dissocie avec 1'utilisation du


pronom impersonnel.

İnsan kendini arabanın önüne atar mı?


İnsan buna da üzülür mü?
İnsan bu kadarcık çalışmayla yorulmaz
Herkes geceyarısı bir köşeye kıvrıldı.

c- fonction mixte:

at- jeter at-ıl- se jeter/ être jeté


çek-il- se retirer/être tiré
dik- planter dik-il- se mettre debout / être planté
kap- ravir, attraper kap-ıl- s'attacher / être emporté
koy- mettre koy-ul- se mettre / être mis
saç- disperser saç-ıl- se répandre / être dispersé
ser- étendre ser-il- s'etendre / être étendu
sık- serrer, ennuyer sık-ıl- s'ennuyer, se serrer / être serré
kavur- torréfier, fricasser kavr-ul- brûler –intr- / être fricassé
kıvır- plisser kıvr-ıl- se tortiller / être plissé
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

savur- jeter dans l’air savr-ul- se jeter dans l'air / être jeté
dans l'air

Les derniers exemples perdent /I/ devant “-Il-“.

Enfin il existe des formes libres, non dénominatif, non


déverbatif:

kurt - le loup
*kurt-
kurtar- libérer
kurt-ul- se libérer

Le suffixe ‘-lAş-’:
Ce suffixe qui exprime à la fois la réflexivité et la réciprocité,
peut être étudié quand même, du point de vue de sa fonction,
de deux manières différentes,

1) Il est un suffixe à part, pour les réflexifs, parce qu’il est non-
morphémisable: “-lAş-“. On a rencontré le verbe “düzen-le-ş-“
comme un exemple singulier, dans l’étude du dictionnaire, dans
le sens d’ “être en ordre”. Pour ce sens, on utulise effectivement
la forme adjectivale “düzen-li” et pour la forme réflexive
“düzen-li-le-ş-”. Donc cette forme verbale nous semble comme
une confusion des formes et un fait de transfert sémantique.

2) Il est la combinaison de deux suffixes: “-lA-ş-“, pour la


réciprocité. Mais il créa un domaine propre pour les réflexifs.
M. Ergin explique cette genèse ainsi:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

“Dans le fait qui exprime une collectivité intérieure, il existe une


part active et une participation qui concerne toute l’existence du
sujet. Mais cette expression de collectivité intérieure ne se
présente pas de la même façon dans tous les verbes. Dans
certains, la signification de collectivité forte s’est perdue et ce
qu’ils expriment ressemble à celui des verbes réfléchis. On voit
ce caractère, surtout, dans les verbes dénominatifs construits
avec les suffixes “-la, -le”: güzel-le-n-, güzel-le-ş-, hoş-lan-,
hoş-laş-, çirkin-len-, çirkin-leş-“ (4).

Il faut noter que “-lAş-“, comme réflexif est plus fréquent, alors
que “-(I)ş-”, est plus fréquent à la récipro-contributivité. Quoi
qu'il soit un suffixe seul ou la combinaison de deux, nous
devons l'étudier sous deux rubriques: réflexif et réciproque.

Le suffixe –lAş- :réflexif:


Ce suffixe dans la fonction donnée apporte aux thèmes un sens
d’être, de devenir et d'avoir. Les dénominatifs dérivés par “-lAş-
“qui exprime les premiers sens peuvent être étudié à leur tour,
du point de vue de la réalisation:

a) la transformation, c.à.d. le caractère d’être ou de devenir est


possible,

toz la poussiere toz-la-ş- se reduire en poussiere


pıhtı caillot pıhtı-laş- se coaguler
sömürge la colonie sömürge-leş- être colonisé
temel le fondement temel-leş- s'etablir définitivement
mantar liege mantar-laş- être subérifié

b) la transformation est impossible. Dans ce cas, il existe une


métaphore entre le sujet et la racine du verbe,
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

+ -
[keçi] (la chevre)
o * [keçi]
transformation impossible

keçi la chèvre keçi-leş- s'obstiner


eşek l'âne eşek-leş- rester indifferent
çocuk l'enfant çocuk-laş- faire des betises
çingene gitan çingene-leş- ne pas avoir honte

c) pour certains dénominatifs la possibilité de “être” est en train


de se réaliser et un verbe peut se trouver à n’importe quel point
entre deux pôles dont l’un est exprimé par la racine du verbe,

ol- (devenir) ol- (devenir)


}acı
amer } o } tatlı
doux,sucré}

1) O acı. Il est amer ≠ O tatlı. Il est doux


2) O acı oldu. Il est devenu amer ≠ O tatlı oldu.
3) O acılaştı. Il est devenu un peu amer ≠ O tatlılaştı.

Quoi que les deux premiers exemples (les phrases de (1) et de


(2)) se placent aux extrémités absolues de l’axe, les phrases du
dernier (3), ne sont pas si loin sémantiquement l’un de l’autre.
Donc ce suffixe exprime les points différents de zéro à la valeur
absolue. Enfin nous dirions qu’il y a une incertitude d’être.

acı amer acı-laş- devenir amer


beyaz blanc beyaz-laş- blanchir –intr-
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

bol abondant bol-laş- devenir abondant


çetin rude çetin-leş- devenir rude
çirkin laid çirkin-leş- enlaidir -intr-

Quant au sens d'avoir, il apparaît dans les exemples assez


limités,

yer le lieu, la terre yer-leş- s'installer


düzen 1'ordre düzen-leş- être en ordre
sistem le système sistem-leş- être systématisé

Le suffixe -Ar/l-:
Les grammairiens turcs et certains linguistes (T.N.Gencan,
M.Ergin, L.Bazin, H. Sebüktekin) le considèrent comme deux
suffixes. Peut-être étudient-ils le fait, du point de vue
diachronique, mais il n'existe pas une paire minimal oppositive,
entre ces deux suffixes considérés: “-Al-“ et “-Ar-“.

kara noir kara-r- devenir noir * kara-l-


az peu az-al- devenir peu * az-ar-

Ce suffixe donne des verbes dénominatifs (la racine est souvent


un adjectif, mais elle peut être un nom). Il n'est jamais considéré
évidemment comme un suffixe qui produit des verbes réflexifs
en turc. Les grammairiens turcs se contentent de l(es) expliquer
qu'il(s) ajoute(nt) un sens de "devenir" au thématique. Ils font
une distinction de catalogue avec insistance comme “al, el, ar,
er, (i)r, re”, bien qu'ils ne peuvent pas expliquer clairement
l'origine de ces formes suffixales.

T.Banguoğlu et M.Ergin ont l'habitude de les étudier un à un,


sous prétexte que le turc est une langue de suffixes.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Malheureusement ils restent au stade d'analyse et ils n'arrivent


pas à la synthese. Autrement ils négligent la notion
d'allomorphe, et la notion de fonction.

J'ai unifié, dans cette étude, toutes ces formes, sous les
rubriques: suffixe “-Ar/1-“ et suffixe d'actitif “-Tır-“ selon leur
fonction sémantique.

On peut revenir maintenant à l’analyse du suffixe “-Ar/l-“. Ses


allomorphes sont: “-ar-, -er-, -r, -al-, -el-, -l-“.

bol abondant bol-ar- abonder


deli fou deli-r- devenir fou, s’affoler
mor violet mor-ar- devenir violet
boz gris boz-ar- devenir pâle, pâlir

Dans les adjectifs qui se terminent par /k/, le phonème /k/ subit
un changement et devient /ğ/ par l'assimilation.

ak blan ağ-ar- blanchir


gök bleu göğ-er- bleuir

Dans la structure des mots en turc, deux voyelles ne se


succèdent pas:

sarı jaune sar-ar- jaunir

En tout cas, on voit bien que cet allomorphe “-Ar-” ne supporte


pas les mots de plus d’un syllabe.

-Al-:
az peu az-al- devenir peu, diminuer
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

duru limpide duru-l -se clarifier


diri vivant diri-1- se ranimer
kısa court kısa-1- devenir court
koca vieux, (sage) koca-1- vieillir
kart vieux (defraichi) kart-al- vieillir (pejoratif)
yüce haut yüce-1- s'elever
kör aveugle, émoussé kör-el- devenir moins tranchant
doğru juste doğru-1- se redresser
sivri pointu sivri-1- se distinguer, devenir pointu
sert dure sert-el- devenir dure, commencer à gronder
çok nombreux çoğ-al- augmenter, s'acroître
genç jeune genc-el- rajeunir
dinç vif dinc-el- rajeunir

Les adjectifs à deux syllabes qui se terminent par /k/, le perdent


devant 1'allomorphe “-Al-“:

eksik incomplet eksi-l- s’amoindrir


seyrek rare seyre-l- raréfier
ufak petit ufa-l- rapetisser –intr-
yüksek haut yükse-l- s’élever

2) Le suffixe “-Ar/1-“ s'ajoute à des substantifs peu nombreux:

pus brouillard pus-ar- se couvrir de buee


göl l'etang göl-er- se constituer un etang
toz la poussiere toz-ar- voler en poussiere
tümsek le tertre tümse-1- devenir convexe,voute
yön la direction yön-el- se diriger, se tourner

Le suffixe”-Ir/l-dA-“:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Les verbes dérivés des mots onomatopéiques peuvent être


considérés comme des verbes réflexifs dans un sens plus large.

çıt craquement çıt-ırda- craquer


cız cız-ırda- pétiller
gür gür-ülde- faire un grand bruit
hor hor-ulda- ronfler
fok fok-urda- bouillonner
cıv cıv-ılda- gazouiller
fing fing-irde- faire la coquetterie
kıp/m kıp-ırda- bouger (comme origine l’âme)
kım-ılda- bouger (comme origine le corps)
kık kık-ırda- rire par coquetterie
ışık ışı-lda- briller

Dans ces exemples le sens de "faire" est évident.

Le suffixe “-ImsA-“:
Nous citons ce suffixe qui donne souvent des verbes transitifs,
parmi les suffixes de réflexivité, parce qu'il contient
intrinsèquement le suffixe de personne -(I)m qui signifie pour
ces verbes "pour soi" et la forme incomplète du verbe say-
(considérer). Ainsi il possède un caractère bidimensionnel.

Avec des racines nominales:


ben moi ben-imse- adopter, considérer comme le sien
güç pénible güc-ümse- considérer pénible
az peu az-ımsa- considérer insuffisant
yok néant yok-umsa- refuser l'existence de qqn/qqch
kötü mauvais kötü-mse- prendre une chose du mauvais côté
küçük petit kötü-mse- mépriser, dédaigner
çok beaucoup çoğ-umsa- considérer beaucoup
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Avec des racines verbales:


gül- rire gül-ümse- sourire

Malheureusement quelques verbes créés par ILT (TDK) ne


correspondent pas au sens des structures données.

sayrı malade sayrı-msa- se proposer


comme malade
an le moment an- citer an-ımsa- se souvenir de
kına le henne kına- blâmer kına-msa- critiquer

VERBES INTRINSEQUES
Sous cette rubrique, on peut cataloguer les verbes intransitifs qui
contiennentt des suffixes insécables synchroniquement et les
verbes qui se sont éloignés du sens de racine en se transférant
dans le domaine de sens figuré ou en formant un autre verbe

yak- brûler yak-ın- (-DAn –abl-) se plaindre


kalk- se lever kalk-ın- (-intrans-) se developper
barı- prendre de la force barı-n- (-DA -loc-) se loger

? dokun- (-A -directif-) toucher


? sakın- (-I.., -DAn) se préserver
? düşün- (-I –acc-) penser
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

LE MOT "KENDİ" EN TURC


C'est un mot utilisable pour désigner les êtres humains. Même
si l'on le rencontre comme une pronominalisation d’un être non-
humain, il s’agit lâ, d'une personnification. Pour le classifier
dans les categories du mot, on se trouve devant un grand
embarras, parce qu'il est un mot plurifonctionnel qui va et vient
parmi quatre catégories: nom, pronom, adjectif, et adverbe.

1) NOM:
Ce caractère est souvent négligé par des grammairiens et des
dictionnaires (T.Banguoglu, T.N.Gencan, Türkçe Sözlük).
Cependant il est noté par S. Sinanoğlu et M. Ergin. Le premier
l'enfonce aux profondeurs historiques de la langue en disant:
"Ce mot qui était à l'origine, un nom au sens de 'essence,
personne, substance', a pris un caractère pronominal ou
adjectivale, en sııbissant au fur et à mesure, une restriction
sémantique qui se manifeste aussi dans d'autres langues"(5). Et
pour sa part, M.Ergin laisse incompréhensible le problème avec
des exemples peu convaincants: "Le mot 'kendi' est un nom,
qu'on utilise naturellement, c'est-à-dire sans jonction, au sens de
'origine, essence': kendi (eli) [-(sa) propre (main), kendi (gözüm)
[=(mon) propre (oeil)" (6).

Etudions maintenant s’il est possible vraiment de l’appeler un


nom.

a) Ses synonymes 'öz, zat, nefis asıl (indiqués dans les citations),
et varlık, can, gönül, iç' (les mots utilisés pour représenter
l'existence d'une personne) sont acceptés sans contestation
comme des noms communs. Parce que tous ces mots ne se
trouvent pas devant SV, sous la forme pronominale.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

b)'Kendi' est utilisé avec combinaisons nominales. Comme les


autres noms, il accepte des cas nominaux et des suffixes de
personne, alors que les autres pronoms en turc acceptent les
suffixes des cas et un seul suffixe de personne.

ben (pronom) kitap (nom) kendi


moi le livre
Avec cas : acc. ben-i kitab-ı kendi-n-i
directif ban-a kitab-a kendi-n-e
locatif ben-de kitap-ta kendi-n-de

Avec suffixes de possessif


ben-im kitab-ım kendi-m
*ben-in kitab-ın kendi-n
*ben-i kitab-ı kendi-Ø (kendi-s-i)

Le /I/ est à la fois un suffixe possessif et un suffixe de cas


accusatif du point de vue de forme.. Et ben+i est noté comme
agrammatical, car /I/ ne permet pas à exprimer un possessif de
troisisième personne.

c) On peut écrire le syntagme nominal le plus long possible en


turc:

SN + conjonction + SN ...
SN à Det + Adj +N + Gen + V + Poss + gn + Gen + Poss +
Cas nominal.

D'où on peut tirer cet exemple:

(1) Ağa-n+ın kendi(si)ni vurdular.


N +Gen +kendi +Poss + acc + vb.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

On a tué (l'existence de) le notable du village à On a tué le


notable du village lui-même.

En supprimant le premier nom (N + Gen), on peut dire,

(2) Kendi(si)ni vurdular.

On a tué son existence. à On l'a tué.

Quoi qu'il soit possible de remplacer 'kendi(si)ni', par un pronom


personnel 'onu', celui-ci ne se place pas dans le syntagme N +
Gen + X. Donc c'est la cas propre au nom. D'une part, le
passage de (1) à (2) nous oblige à dire que 'kendi(si)ni’ dans (2)
est un nom. D'autre part, il fonctionne comme un pronom, c.a.d,
il est employé à la place d'un nom, car il s'agit quand même d'un
remplacement, c'est-à-dire, il ya une ressemblance directe
fonctionnellement entre kendi(si)ni et onu,

Kendi(si)ni vurdular. ≈ Onu vurdular.

On l'a tué (lui-même). On l'a tué.

Alors il est quand même pronom et sa nominalisation n'intéresse


que le syntagme "N + Gen + kendi" syntaxiquement. Certes, du
point de vue sémantique, on exprime une extériorisation, par la
désignation précise de kendi. Il faut noter aussi sa valeur de
sublimation ou d'ironie selon le contexte: kendi(si), kendileri.
Nous voyons une convergence (pas tout à fait similaire) entre
kendi et l'usage de "Sa Majesté, Son Excellence" en français.

2) PRONOM:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Le même mot apparaît comme un pronom personnel soit non-


réflexif, soit réflexif. Les suffixes de personnes peuvent être
agglutinés à ce mot. Il est emphatique et focaIisateur à la fois. Et
on voit une gradation de l'utilisation emphatique en turc:

Gel+di + Ø = Il est venu


Yap+ın = Faites

Premièrement avec le mot 'kendi’ ou un autre pronom


personnel,

Kendi geldi Il est venu lui-même


Kendiniz yapın Faites, vous-même
O geldi Il est venu lui-même
Siz yapın Faites, vous-même

Puis avec les déterminatifs "bizzat" et "ta" plus 'kendi'. Bizzat est
le synonyme de kendi, il est un mot emprunté (arabe). Et 'ta' qui
est inaccentué pour cette fonction, semble qu'il est l'utilisation
incomplète du mot 'tam' (= exact) .

Bizzat kendi geldi Il est venu lui-même


Bizzat kendiniz yapın Faites vo\is-même
- Bu Suat mı ? - C’est suat ?
- Ta kendisi. – C’est lui-même.

Mais on emploie aussi ce déterminant ‘bizzat’ dans la fonction


pronominale,

Bizzat geldi Il est venu lui-même

et encore déterminatif avec les autres pronoms,


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Bizzat siz yapın Faites vous-même(s)

Au dernier stade de l'usage emphatique, on voit une redondance


successive,

Ben bizzat kendim geldim. Moi, je suis venu moi-même

Kendi et kendisi:
La relation entre ‘kendi’ et ‘kendisi’ est considérée
normativement par M. Ergin: "Un suffixe possessif devrait être
ajouté à kendi, pour que celui-ci soit utilisé comme pronom à la
troisième personne. Bien que la vérité soit ainsi, on le rencontre
faussement, avec cette fonction (pronom de troisième
personne)"(7). Et S. Sinanoglu prétend qu'il existe une différente
fonction de référence entre eux: "Hissederdi ki bu kadın kendini
sevmiyor (Deny)". II sentait que cette femme ne l’aimait pas.

Il est trop évident qu'on ne peut pas utiliser un autre pronom. Si


l'on dit "kendini", il réfère à la femme qui est le sujet de la
proposition subordonnée et si l'on dit ‘onu’, il réfère à une autre
personne que ‘celui qui sentait’ et la femme"(8). La traduction
française élimine cette ambiguïté. Pour nous, ‘kendi’ est
équivalent de 'kendisi'(9). D'une part, celui-là présente 'kendisi'
sémantiquement, quand on dit 'kendi', on exprime 'kendisi', c'est
à dire il réfère naturellement à une personne, il n'est pas exprimé
sans ‘personne’ (il ne faut pas oublier qu'il est un rejet de nom-
pronom); d' autre part, il n'est pas difficile de passer de "kendisi"
à "kendi" phonétiquement: le premier /i/ influence le deuxième,
et de plus /s/ est un élément de jonction (à kitap -nom-, kitab+ı
-acc-). Quant à l’hypothèse de S. Sinanoğlu, il joue dans un
énoncé isolé de son contexte. Schématisons sa phrase:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1 hissederdi (sentait) 2
k en
di (
si) n o nu
i
3 *onu
1
sevmiyor
kendi(si)ni (n’aime pas)
on
u
3n 3
2

Ici les numéros présentent (1) sujet subjectif, ou si vous voulez


le sujet de la proposition principale, il peut être ontif, antiontif,
autoontif; (2) antiontif; (3) ontif, le sujet objectif ou si vous
voulez, le sujet de la proposition subordonnée. D’après ce
schème le mot ‘onu’ peut référer au sujet subjectif ou à un autre
ontif que le sujet objectif. Et il est agrammatical dans cette
phrase pour le dernier. Quant au mot kendi(si)ni, il peut référer à
la fois au sujet subjectif ou au sujet objectif. Mais la différence
de ‘kendi’ et ‘kendisi’ n'est pas pertinent devant SV.

Kendini beğenir = kendisini beğenir = II s'admire.

Et le choix de l'un de deux, n'empêche pas 1'ambiguïté. Il paraît


que la fréquence de l'usage de la forme pousse S.Sinanoğlu à
une telle interprétation. Cependant il faut dire qu'on utilise la
forme simple ‘kendi’ dans un groupe nominal comme adjectif,

Kendi evini yıktı. II a détruit sa propre maison


* Kendisi evini yıktı.
Kendisi, evini yıktı Lui, il a détruit sa maison

II est donc pertinent devant un substantif,


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Başını vurdu. Il s'est heurté la tête


Kendi başını vurdu Il s'est heurté la tête (à lui-même)
Kendisi, başını vurdu. Lui, il s'est heurté la tête.

Sinon, il faudrait disposer d'un critère d'intonation,

Kendi, başını vurdu. Kendi başını vurdu.


(Kendisi, başını vurdu.)

M.Ergin explique les normes de "kendi" ainsi: "on voit très


clairement dans les exemples ci-dessous, la différence entre le
pronom kendi et les autres noms; et entre les formes possessives
de kendi et les autres formes possessives: (pour "j'ai fait moi-
même") kendim yap+tı+m (pas kendim yap+tı+Ø); (pour "tu
viendras toi-même") kendin gel+ir+sin (pas kendin gel+ir+Ø) ;
(pour "notre allée à . . . que nous all(i)ons") kendimizin
git+me+miz (pas kendimizin git-me-s+i)(10). Nous allons
toucher deux points dans cette explication:

1) Dans les énoncés, *Kendim yaptı et *Kendin gelir,


l'inacceptabilité provient du caractère syntaxique du verbe turc,
car le suffixe de personne ajouté au verbe peut référer tout seul
au sujet. De plus on ne dit pas non plus avec d'autres pronoms,

*Ben yaptı. mais Ben yaptım. =moi, j'ai fait


*Sen gelir. mais Sen gelirsin.= toi, tu viendras

On peut y ajouter une autre inacceptabilité,


*Kendi yaptım. mais Kendim yaptım. = J'ai fait moi-même
*Kendi yaptın. mais Kendin yaptın. = Tu as fait toi-même
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Kendi yaptı. = II a fait lui-même

Les suffixes /-m/ et /-n/ s’avèrent dans ces exemples comme


suffixe de possessif et comme suffixe de personne séparément.
Dans la forme ‘kendi-m’, il est possessif et dans la forme ‘yaptı-
m’, il est suffixe de personne. Mais dans le système possessif
pour la troisième personne du singulier le suffixe est ‘-(s)I’.
Utilisation da la forme ‘kendi’ peut être interpétée de deux
manières: ou une chute de suffixe (l’expression elliptique) ou la
nominativation casuelle du mot ‘kendi’.

2) Il nous paraît qu'il y a une erreur d'impression, dans


l’examplification de M.Ergin, car ce qui est inacceptable, c'est
"kendimizin gitmemiz", pas l'autre. Au contraire on dit,

kendimizin gitmesi = que nous all(i)ons


kendinizin gitmesi = que vous all(i)ez
kendilerinin gitmesi = qu'ils aillent / vont

Là, "kendi" est dans le cas génitif. Et avec l'autre pronom:

*bizim gitmesi mais, bizim gitmemiz = que n. all(i)ons


*sizin gitmesi mais, sizin gitmeniz = que v. all(i)ez
onların gitmesi ou, onların gitmeleri = qu'ils vont / subj.

Cela nous permet de voir qu'il est considéré singulier


sémantiquement quand il est employé avec génitif,

1
2 kendi + Gen + nominalisation
n

possédants
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

II est à noter que ce mot est utilisé au lieu d'autres pronoms


personnels, mais il est aussi chargé de quelques sèmes de plus,

kendisiyle konuştum = j'ai parlé avec lui-même

Là, il y a
- une focalisation,
- un fait de donner plus d'importance à celui dont réfère
le mot kendi.

Ce mot, comme on a déjà dit, se manifeste avec les suffixes de


possessif et avec ceux des cas nominaux. Dans certaines
combinaisons, il exprime les sens donnés ci-dessous:
a) kendi kendine = tek başına = tout seul: Il est adverbe
Kendi kendine çalıştı. = il a travaillé tout seul
Kendi kendine buldu. = Il a découvert tout seul

Dans certains contextes, on supprime "kendine". Et "kendi"


exprime le même sens.

b) kendi kendine = kendiliğinden = spontanément:

Il est adverbe devant les verbes qui exprime un changement,


une déformation,
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Kendi kendine bayıldı. ≈ Kendiliğinden bayıldı.


Il s'est évanoui (sans autre motif extérieur)
Kendi kendine soldu = Il s'est fané de lui-même

c) Attributif ou directif:
Dans ce cas-là le sujet et l'objet n'est pas le même
Kendine battı = Il a été piqué, lui-même

D) Au sens de "pour, à l'intérêt de soi-même":


Kendine çalıştı. = Il a travaillé pour lui-même
Kazandıysa kendine kazandı.
Il a gagné (ce qu'il vient de gagner) c’est pour lui-même.
Kendine bir çay demledi. = Il a infusé du thé pour lui- même
Arabayı kendine getirdi. = Il a importé la voiture pour lui-même
Kendine ayakkabı ısmarladı.
ll fait fabriquer des souliers pour soi-même.
Bunu kendine amaç edindi.
Il n'a visé que ça à c'est le but unique pour lui.

PRONOM RÉFLEXİF :
En admettant que le fait de réflexion sert à retourner la direction
de l'action du verbe transitif vers l'agent, le mot kendi ne se
manifeste réflexivement qu’avec les cas nominaux: accusatif,
directif, locatif, ablatif, et comitatif

a) Accusatif, (kendi) kendini:


II se compose souvent de deux éléments, l'un sujet (kendi) et
l'autre objet (kendini). Il accompagne les verbes transitifs
directs. Donc le pronom "kendini" est mis à la place de l'objet du
verbe (cas acc). Pour cette utilisation le pronom sujet "kendi"
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

peut être supprimé. Et ces pronoms, ou seul ou double n'utilisent


pas du point de vue transformationnel pour tous les syntagmes
SN+V+SN (cas accusatif à I)

I(a) Hüseyin Ahmedi vurdu. Hüseyin a tué Ahmet


l(b) Hüseyin kendini vurdu. Hüseyin s'est tué
l(c) Kendi kendini vurdu. Lui, il a tué lui-même
l(d) 0 kendini vurdu. Il s'est tué
2(a) Özdil Alperi buldu. Özdil a trouvé Alper
2(b) Özdil kendini buldu.
Özdil a trouvé soi-même (son identité).
2(c) Kendi kendini buldu. Elle-même, elle a trouvé soi-même
2(d) 0 kendini buldu.
Elle a trouvé soi-même à Elle est devenue elle-même
3(a) Kitabı okudu. Il a lu le livre
3(b) Kendini okudu. Il s’est découvert
3(c) Kendi kendini okudu. Lui, il séest découvert
3(d) Kendi kendini (yazdığı bir kitabını) okudu. = Lui-même, il
a lu de lui-même (c.à.d, un livre qu'il vient d'écrire ou de
publier)

Et ils peuvent avoir un autre sens, par rapport au syntagme de


base,
4(a) (O), anahtarı aradı. II a cherché la clé
4(b) Kendi kendini aradı. II a cherché lui-même
4(c) 0 üstünü aradı. II a fouillé lui-même
4(d) Kendi kendini aradı (X'i bulmak icin)
Lui, il a fouillé lui-même (pour trouver X)

Alors, le pronom "kendini" ne représente pas toujours


l'ensemble d'un être humain pronominalisé, mais quelquefois
une partie de lui. Et il peut exprimer un sens figuratif:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

5(a) Yemeği yedi. Il a mangé le repas


5(b) Kendi kendini yedi.
Il a dévoré lui-même à II est dévoré par lui-même
6(a) Çuvalı doldurdu. II a rempli le sac
6(b) Kendi kendini doldurdu.
Il a comblé soi-même des soucis à II s'est tourmenté.

II faut noter aussi, qu'on a une focalisation, à côté du sens


réfléchi, même si l'on emploie "kendini" seul.
Kendini yıkadı Il s'est lavé (pas d'autre)

La forme réfléchie avec le suffixe '-In-' ne reçoit pas kendi


kendini, car il n'est plus transitif,

yıka- laver kendi kendini yıka- laver soi-même


yıka+n- se laver à *kendi kendini yıkan-

Sauf le cas où la forme paraît déverbative morphologiquement


et insécable sémantiauement,
Kendi kendini savun- se défendre

Il paraît naturel que les deux formes de réflexîf se remplacent


mutuellement
Kendini soy- = déshabiller lui-même soy+un- = se déshabiller
Kendini yama- = attacher lui-même yama+n- = s'attacher

Cependant il ya des formes verbales dont l'une est


agrammaticale, alors que l'autre ne l'est pas.

kendi kendini durdur- s'arrêter *durdurun-


kendi kendini keşfet- connaître lui-même *keşfedin-
kendi kendini say- compter lui-même *sayın-
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

kendi kendini seç- préférer lui-même *seçin-


kendi kendini uyut- s’endormir *uyutun-
kendi kendini as- se pendre *asın-
kendi kendini bırak- se laisser *bırakın-

*kendi kendini çırp- se débattre çırpın-


*kendi kendini giy- s’habiller giyin-

T.Banguoğlu souligne l'équivalence de deux formes: "Il y a un


parallélisme d'expression entre le pronom réfléchi et l'aspect
verbal réfléchi. Et on peut exprimer la fonction du pronom
réfléchi au cas accusatif généralement, mais aussi au cas directif
quelquefois.
Avcılar kendilerini överler = Avcılar övünürler
(Les chasseurs vantent eux-mêmes = Les chasseurs se vantent)
Zeynep kendisine bir elbise dikmiş = Zeynep bir elbise dikinmiş
(Zeynep a cousu une robe pour elle-même = Zeynep a fait
coudre une robe pour elle. Ou, Une robe a été cousue pour
Zeynep"(11)

De ses exemples,
(a) Avcılar kendilerini överler.
(b) Avcılar övünürler.

Même s'ils paraîssent équivalents (a) et (b), ils impliquent assez


de nuances. (a): ils vantent eux-mêmes, pas quelqu'un d'autre.
Mais (b): ils se vantent. Dans celui-ci la vantardise est
exprimée. Donc deux énoncés ne sont pas intertransformables.
C'est pourquoi qu'ils ont de différentes formes.

Kendini çek- = se tirer çek-in- ne pas oser


Kendini döv- = se battre döv-ün- se lamenter
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Parfois les deux formes ne se correspondent jamais,


?Kendini tık- bourrer lui-m tıkın- s'alimenter
Kendini sev- aimer lui-m sevin- se réjouir
Kendini sal- se laisser salın- se dandiner, se balancer

En conséquence les deux formes pronominales réflexives en


turc n'expriment pas toujours le même sens.

Remarque : Rarement on rencontre "seni", au lieu de kendini.


Sen seni bulursun kalbime girsen. (d'une chanson)
Si tu ait un possibilité d’entrer dans mon coeur, tu y (trouverait
à) verrait toi-même.

b)Directif, (kendi)kendine:
Ce pronom est utilisé aussi avec des verbes transitifs (au cas
directif /-A/). Cette utilisation est la même que les autres
utilisations pronominales. Il exprime une réflexion. Dans
l'analyse il doit correspondre au sujet du verbe.

7(a) Kendi kendine güldü. Il a ri tout seul


7(b) Kendi (si)ne güldü. C’est à lui qu’il a souri.
7(c) Kendi (si)ne güldü. Il a ri à soi-même

Dans (a) ‘kendi kendine' ne réfère ni au sujet, ni à l'objet. Il est


insécable sémantiquement et il est adverbe. J'ai interprété ces
phrases de cette façon: dans (b) kendi(si) ne réfère à un autre
objet, alors que dans (c) il réfère à l'objet qui est le même que le
sujet.

kız- se fâcher kendine kız- se fâcher avec lui-même


bak- regarder kendine bak- se regarder / se soigner
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

dök- verser kendine dök- verser pour/sur lui-même


Tap- adorer kendine tap- s' adorer
söv- injurier kendine söv- injurier lui-même
de- dire kendi kendine de- se dire
kaydet- enregistrer kendine kaydet- enregistrer à son compte

gel- venir *gelin- kendine gel- ranimer, revenir


vur- battre *vurun- kendine vur- se battre

Revenons au deuxième exemple de T.Banguoglu(12):


8(a) Zeynep kendisine bir elbise dikmiş.
8(b) Zeynep bir elbise dikinmiş.

Dans le premier, celui qui coud, c'est défini: Zeynep. Mais dans
le deuxième, le suffixe réflexif a besoin d'une interprétation,
1-C'est elle-même qui a cousu la robe.
2-C'est une autre personne qui a cousu la robe pour elle.

Ce caractère indéfini nous conduit dans le domaine de


l'ambiguïté. Donc on ne peut pas parler d'une équivalence pour
ces phrases.

c) Locatif: kendinde:
C'est la réflexion de deuxième objet (sauf l'usage figuratif du
verbe ol- (être), si l'on considère le sujet comme objet en même
temps, pour la structure réflexive.

bul- trouver kendinde bul- trouver en / sur soi-même


ara- chercher kendinde ara- accuser lui-même
dene- essayer kendinde dene- essayer sur lui-même
ol- être kendinde ol- se trouver en soi à ne pas dire /
faire quelque chose désagréable.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

d)Ablatif: kendinden:
Il est encore une transitivité et une réflexion de deuxième ordre.

kork- avoir peur kendinden kork- avoir peur de soi-même


kıskan- être jaloux kendinden kiskan- être bien jaloux
bahset- parler de kendinden bahset- parler de lui-même
bil- savoir kendinden bil- se prendre pour (cause)

e) Commitatif: kendi(si)yle:
Il est une réfléxion directe devant les verbes réciproques. Certes
il doit référer à la même personne que le suffixe de personne du
verbe.

çat- s'attaquer à çatış- se quereller


kendisiyle çatış- se disputer avec lui-même
çel- dévier çeliş- être en contradiction
kendisiyle çeliş- être en contradiction avec lui-même
döv- battre dövüş- se battre
kendisiyle dövüş- (halinde ol-) lutter contre lui-même

Il ne se trouve pas devant tous les réciproques.


gül- rire gülüş- rire entre eux. *kendisiyle gulüş-

3)ADJECTIF :
Dans cette catégorie, il apparaît souvent seul sans suffixe devant
des substantifs exprimés avec des suffixes possessifs, et il
fonctionne comme un élément emphatique,

Kendi evimi yaparım.


propre-la maison-Poss-acc-SV
Je construis ma propre maison
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

II est aussi possible de le voir, bien qu'il soit rare, avec le


génitif :
Kendisinin kalemi kırıldı. C'est son crayon qui a été cassé

Devant la nominalisation d'un syntagme verbal, il est obligatoire


d'utiliser le génitif.
Kendilerinin yazması gerekir. II faut qu'ils écrivent

4) ADVERBE: (v. pronom (a) , (b))


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

RECIPRO-CONTRIBUTIF:
En turc, la réciprocité et la contribution se nichent dans le(s)
même(s) suffixe(s). Pour les grammairiens qui préfèrent l'une
des deux, la dénomination du suffixe “-Iş-” est choisie et sa
fonction est limitée. Pour signaler sa signification
plurifonctionnelle, nous l'appelerons "recipro-contributif".

Il s'exprime par trois moyens:


l) Par le suffixe -Iş-:
Ce suffixe considéré généralement comme la marque de
réciprocité ou de contribution, a trois fonctions essentielles:
a) réciproque,
b) contributif,
c) réflexif

A) RECIPROQUE:
Il n'exprime que deux agents (du moins) qui ont fait une action
mutuelle l'un sur l'autre, tous les deux, par ordre ou
simultanément, ils sont actifs et passifs à la fois.

Döv- battre döv-üş- se battre


Çel- faire tomber çel-iş- être en contradiction
Dürt- stimuler dürt-üş- se bousculer
Yar- fendre yar-ış- concourir

*gür- - güreş- lutter


*kav- - kavuş- se retrouver

B) CONTRIBUTIF:
Dans cet emploi sémantique, les agents (du moins, deux)
contribuent à l'action exercée. C'est une coopération soit
consciente, soit inconsciente (ou par hasard).
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

koş- courir koş-uş- accourir en foule


gül- rire gül-üş- rire ensemble
dol- se remplir dol-uş- entrer en même temps
kaç- fuir kaç-ış- se disperser

Il y a un caractère commun dans les expressions de réciprocité


et de coopération. La différence est que la réciprocité a deux
sèmes: l. avec 2. mutuellement ou réciproquement. Alors que le
contributif n'a que le premier.

réciprocité A B

contribution ou ou

Certes, en -turc, le même verbe peut produire l'un de deux sens,


selon le contexte. Par exemple, gül-üş- rire ensemble a le sens
de
a) faire rire mutuellement
b) rire ensemble de quelqu'un ou de qqch.

C) RÉFLEXİF:
Le même suffixe représente aussi un sens réfléchi "de genèse
ou de comportement". Il s'ajoute aux verbes transitifs ou
intransitifs, avec ce sens-là.
kar- mêler kar-ış- se mêler
er- parvenir, atteindre er-iş- mûrir, parvenir
kok- sentir kok-uş- pourrir
kop- se couper kop-uş- se couper à cause de la pourriture.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Cette particularité du suffixe -Iş- est souvent négligée par les


grammairiens.

Les verbes intrinsèques avec le(s) phonème(s) de -Iş-:


En turc, à côté des verbes qui permettent de transformer d'une
forme active à une forme récipro-contributive, il existe d'autres
verbes qui impliquent un certain "-(I)ş-". Ils portent cet élément
insécablement. On peut les interpréter de deux manières:
a) Ils avaient une autre forme active dans l'histoire de la langue,
b) Ils n'ont pas une autre forme active. Cet élément
homonymique s'y trouve par hasard ou c'est un verbe créé
plus tard par la voie d’exemplification.

bağdaş- s'accorder *bağda-


danış- consulter *dan-
çapraş- être confu *çapra-
kavuş- se retrouver *kav-
kamaş- être ébloui *kam(a)-
tokuş- se heurter *tok-

Dans certains verbes, la morphémisation (si l’on a droit de le


dire) ne marche pas paraléllement du point de vue de forme et
de sens.

çal- voler ≠ çalış- travailler


kon- se poser ≠ konuş- parler
ula- joindre ≠ ulaş- arriver
yan- brûler (intr) ≠ yan-a-ş- aborder
yara- permettre, être utile, servir ≠ yaraş- aller bien, convenir
yak- brûler (trans) ≠ yakış- aller bien, convenir
uyu- s’endormir ≠ uyuş- s’engourdir
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

barı- grandir naturellement ≠ barış- se reconcilier


bit- s’achever ≠ bitiş- se joindre

J.Deny et certains grammairiens ont essayé d'y voir un


fonctionnement du suffixe, tandis que ces verbes sont tout à
fait libres de leur pseudo-racines. Quand même, il existe
des verbes qu'on utilise réciproquement ou délibérément:
“Quoique les fonctions de collectivité et de genèse, du
suffixe -ş, apparaissent séparément dans des verbes différents, il
arrive qu'elles s'avèrent dans le même verbe, avec
l'ambiguïté: “ tut-uş-” (se tenir réciproquement), “tut-uş-”
(brûler –intr-), “sık-ış-” comme “el sıkışmak” (se tenir la main),
“sık-ış-” comme “bir yerde sıkışmak” (se serrer dans un
lieu)”(13).

değ- toucher değ-iş- a) se transformer


b) échanger
al- prendre alış- a) s'habituer
b) être convenable
gir- entrer gir-iş- a) entreprendre
b) être en relation, être confu;
çek- tirer çek-iş- a) se quereller
b) se tirer mutuellement

Dans ce cas-là, l'environnement syntaxique joue un rôle


distinctif:
tutuş- :
kavgaya tutuş- quereller
el (ele) tutuş- se tenir la main -transitif direct-, et au sens de
“yan- ” s'enflammer -intransitif-

Certains verbes, bien qu'ils soient dérivés des formes verbales


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

primaires dans leur structure porofonde, sont générés


figurativement et donnent un autre verbe réflexif (soit
réciproque, soit contributif, soit réfléchi) ou non réflexif. Dans
ces verbes, le sens primaire est dévié. M.Ergin exprime ce fait
ainsi: "Le suffixe -ş- signifie une collectivité secrète"(14).

gel- venir gel-iş- se développer


kır- casser kırış- partager / se froisser, rider
kalk- se lever kalkış- se mettre à, entreprendre
kap- attraper kapış- s'arracher / se disputer
çık- sortir çıkış- gronder

La relation de ce suffixe avec les autres:


Dans certains verbes, il y a un trafique entre les suffixes -In- et
-Iş-:
depren- = se mettre en mouvement = depreş-

Dans quelques verbes, il coexiste, avec le suffixe actitif -Tir-

ara- chercher araştır- rechercher


sor- demander soruştur- enqueter, s'informer
tak- fixer takıştır- s'orner
takış- se quereller/poursuivre

La plupart des grammairiens se concertent sur ce que le suffixe


-Iş- ne peut pas être procédé par le suffixe -In-. "Le suffixe -(i)ş-
du contributif ne peut se cumuler avec le suffixe -(i)n- du
réfléchi"(L.Bazin, T.N.Gencan, J.Deny). Mais il existe un verbe
exceptionnel du point de vue de ses soutiens sémantiques:
daya- appuyer daya-n- s'appuyer daya-n-ış- se solidariser. A
ce propos, M.Ergin donne un autre exemple qui est assez
suspect: soyun-uş-. Il n'existe pas dans des dictionnaires. De
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

prime abord, il paraît possible, parce que la forme soy-uş- n'est


pas acceptable. Mais il ne faut pas oublier son utilisation
paraphrasée.
soy- déshabiller
soyun- se déshabiller
*soyuş-
*soyunuş-
birbirini (-n üstünü, elbiselerini) soy- déshabiller l’un l’autre

2) Par le suffixe –lAş- :


Ce suffixe s’avère pour la fonction récipro-contributive, soit
sécable soit insécable pour ceratains verbes dénominatifs et
déverbatifs: -lAş- à -lA+ş-

söz la parole söz-le- fiancer


söz-le-ş- donner rendez-vous
yardım l’aide yardım-la- aider
yardım-la-ş- s'entraider
eş le couple eş-le- coupler, rendre pareil
eş-le-ş- se coupler
selam les salutations selam-la- saluer
selam-la-ş- échanger des salutations
eğ- courber eğle- empêcher
eğleş- s’attarder
(koku àkoku-la-) le parfum à disperser de parfum, parfumer
kok- sentir kokla- flairer, sentir
kok-la-ş- se flairer -réciproquement-

Ces formes verbales peut être paraphrasées par les verbes "et-,
ol-, yap-, ver-" par l'intermédiaire de l'adverbe “karşılıklı”
(mutuellement), pour la réciprocité.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Ces deux morphèmes (-lA- et -ş-) restent insécables pour


certaines verbes danslesquels il n’est pas possible de reculer
morphologiquement:

mektup la lettre mektup-laş- correspondre *mektup-la-


şaka la plaisanterie şaka-laş- plaisanter mutuellement
*şaka-la-
veda adieux veda-laş- (se) faire des adieux
réciproquemnent *veda-la-
bayram la fête bayram-laş- se souhaiter bonne fête
mutuellement *bayram-la-
dert le problème dert-leş- se confier réciproquemnet *dert-le

Pour T.N.Gencan, les formes constituées par la soudure de


-(I)ş- avec un autre suffixe “ –mA- ”, expriment “la réciprocité
plus forte, plus consolidé”, il donne ces exemples :
sar-ış-mak sar-maş-mak
karış-ık kar-maş-mak
al-ış-ık al-maş-mak

Mais quand on applique à ces racines les autres suffixes,

verbe réflexif réciproque substantif


sar- sar-ıl- sar-ıl-ış- sar-ma, sar-ma-la-ma
kar- kar-ıl- *kar-ıl-ış- kar-ma, ?kar-ma-la-ma
al- al-ın- *al-ın-ış- al-ma, *al-ma-la-ma
sar-maş- ?*sar-ış-
kar-maş- kar-ış-
al-maş- al-ış-

On voit que l’existence d’autres formes verbales pour une


fonction donnée, amène les autres à une autre fonction ou à un
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

autre sens. C’est ainsi que la récipro-contributivité des verbes


changent de domaine ou de fonction.

al-ış- : dans la langue enfantine on exprime la récipro-


contibutivité à pour pouvoir choisir les joueurs de son équipe
le leader concoure avec l’autre leader
al-ış- : s’habituer
kar-ış- : se mêler

la forme sar-maş- reste comme un choix du verbe sar-ıl-ış- et


les autres sont des possibilités uniques pour exprimer cette
fonction. Donc on ne peut pas parler d’une forme forte.

3) Par les adverbes:


"aralarında", "birbirini", "birbirine" ,
"birbiriyle", "karşılıklı", "birbiri için" :

De ces adverbes, seuls "birbirini" et "birbirine" n'acceptent pas


les formes combinées avec –Iş-, car ils sont des éléments de
transitivation, alors que les formes récipro-contributives sont des
verbes intransitifs ou plutôt des thèmes dirigés vers les agents.

döv- battre döv-üş- se battre


*birbirini dov-üş-à aralarında döv-üş- se battre entre eux
birbiriyle döv-üş- se battre l'un l'autre
karşılıklı döv-üş- se battre mutuellement
birbiri için döv-üş- se battre pour l'un ou l’autre
*birbirine döv-üş-
vur- battre vur-uş- se battre
birbirine vur- se battre * birbirine vur-uş-
birbirini vur- ≈ vur-uş- se battre
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Cette utilisation adverbiale, remplit une lacune, quand elle est


employée avec la forme active. Et elle peut être interprétée
comme emphatique ou distinctive.

Comparaison;
Sous la rubrique des verbes réflexifs, on vient de traiter les
verbes intransitifs et deux éléments dans les deux langues: lui-
même kendi et SE -Il/n-. Essayons maintenant de voir ce qui se
passe au niveau de la traduction, à partir du français.
A. D'abord nous devons souligner le caractère secondaire du
mot “lui-même“ pour la réflexivité.
1. Il lui dit qu'il veillera personnellement à le satisfaire.
Bizzat kendisi, onu hoşnut etmeğe çalışacağını belirtti.
2. (Il est temps de sévir contre ceux de nos confrères -
heureusement très rares- qui abusent indignement de) la
confiance que les malades placent en eux. (M.deStP")
Hastaların kendilerine duydukları güveni ...
3. C'est lassant à la fin, cette perpétuelle incertitude,
ce doute permanent sur soi-même (Curiositas)
Nihayet, kendisine karşı bu bitmez kuşku, bu sürekli
belirsizlik, can sıkıcı.
4. Je ne pouvais m'y rendre moi-même (M.de St P)
Bizzat kendim oraya gidemiyordum.

Le caractère pronominal de ces éléments permet d'être utilisés


avec souplesse, surtout la forme kendi en turc a plus de
souplesse, il apparaît souvent au lieu de "o" (=elle/il).

B. Dans la description des intransitifs en turc, on a observé


l'abondance des suffixes de réflexivité, même si plusieurs d'entre
eux sont oubliés ou utilisés rarement. Si l'on laisse de côté
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

l'aspect diachronique, nous devrions les considérer comme les


verbes intrinsèques ou non marqués. Peu importe le nom qu’on
leur attribue, les verbes intransitifs, ou intrinsèques nous
donnent une occasion de les comparer avec les correspondants
en français en deux catégories:

a. Les verbes intransitifs en turc qui correspondent en français, à


une forme pronominale:

5) armez-vous, armez vous (Y.S)


silahlanın, silahlanın.
6) Les lumières, une à une, firent des éclairs dans le ciel puis
s'éteignirent (Y.S)
Işıklar birer birer gökte parlayıp söndü.
7) Son coeur se serra (M.de St Pierre)
Kalbi sıkıştı.

b. Les verbes intransitifs en turc qui correspondent en français à


une forme non-pronominale.

dön- rentrer diren- résister yan- brûler


üz-ül- regretter in- descendre ay-ıl- revenir à soi
dile-n- mendier

C. Pour le turc, l'instabilité des suffixes qu'on appelle souvent


ceux de réfléchi, de réciproque et de passif crée un domaine de
difficultés. Et le français a un élément pronominal SE qui se
charge de plusieurs fonctions. Nous allons essayer de les
cataloguer suivant leur fonction et la particularité de la
traduction,

a. SE traduit par le suffixe -Il/n-.


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

8)Je m'allongeai près d'elle (Y.S)


Yanına uza-n-dı-m
9) en se renversant dans son fauteil
koltuğuna yığ-ıl-arak
10) Des gens qui boivent sept fois par jour du thé et se
nourrissent des mêmes végétables et de la même viande à la
longueur d'année finissent par avoir la même complexion
(P.Daninos)
Günde yedi kez çay içen, yıl boyunca aynı bitkilerle, aynı etle
besle-n-en insanlar sonunda ayni mizaca sahip oluyorlar.
11)Son époux s'était remarié avec Mme Bertrand (Curiositas)
Kocası bayan Bertrand ile evlenmişti.
12) Papa s'est trompé (Curiositas)
Babam yanıldı.
13) Bon, du calme, ne nous énervons pas (Curiositas)
Tamam, kendinize gelin, sinirlenmeyin.
14) Puis il se calma (M. de St P)
Sonra sakinleşti.
15) Guillaume Erikson se dirigea vers la forêt (M.deStP)
Guillaume Erikson ormana yöneldi.
16) Il s'enfonça plus avant dans cette solitude (M.deStP)
Bu yalnızlığa, daha da gömüldü.
17) Il sentit sa gorge se serrer et se rappela les paroles de M.
Lecoeur (G.Cesbron)
Boğazının sıkıştığını hissetti, bay Lecoeur'un sözlerini hatırladı
(..sözleri geldi aklına).
18) Il se penche vers elle (G.Cesbron)
Ona doğru eğ-il-ir
19) Par-ci, par-là se dressait une tour aux cent etages (Y.S)
Orda burda yüz katlı bir kule dikiliyordu.
... dikili duruyordu
... bulunuyordu
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

... vardı.

b) SE traduit par le mot kendi:


20) Je me sentais appartenir à cette grandeur (Y.S)
Kendimi bu büyüklüğe bağlı hissediyordum.
(Kendimin bu büyüklüğe ait olduğunu hissediyordum.)
21) Se défendre du mieux que l'on pouvait, avec ce que
l'on pouvait (Yves Simon)
Kendini, elden geldiğince iyi, eline ne geçerse onunla
savunmak.
22) Je me demandais à quoi j'allais reconnaître l'ennemi (YS)
Düşmanı nasıl tanıyacağımı soruyordum kendi kendime.
23) Je m'efforçais même de trouver savoureuse la proposition
d'une organisation de conférences (P. Daninos)
Hattâ, bir konferans düzenleme önerisini çekici bulmağa
zorluyordum kendimi.
24) L'âge où l'on se cherche, où l'on se pose mille questions
sur soi-même (Curiositas)
İnsanın kendini aradığı, kendisine binlerce soru sorduğu çağ.
25) Charles Lucien se sent mieux (Curiositas)
Charles Lucien kendini daha iyi hisseder.
26) Il ne put s'empêcher de relire une lettre (MdeStP)
(?Kendinin bir mektubu yeniden okumasma engel olamadı.)
Elinde olmadan bir mektubu bir kez daha okudu.
27) Il se donna le plaisir de la lire après dîner chez
lui (M.de StP)
(?Kendine evinde akşam yemeğinden sonra bunu okuma zevkini
verdi.)
Bunu evinde akşam yemeğinden sonra okumanın tadını çıkardı.
28) Quand pourrai-je cesser de me détester? se demanda-t-il
amèrement. (G.Cesbron)
Acı bir şekilde kendi kendine "Ne zaman kendimden
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

tiksinmekten vazgeçebilecegim" diye sordu.


29)J'aurais préféré me jeter à l'eau (G.Cesbron)
Kendimi suya atmayı yeğlerdim
30)Roland s'interdit de penser (G.Cesbron)
Roland kendine düşünmeyi yasakladı.

c) SE à fonction réciproque:
31) Là-haut ils se battent et ne savent pas qu'ils jouent à mon jeu
(Yves Simon)
Yukanda savaşıyorlar, ama benim oyunumu oynadıklarının
farkında değiller.
32) Elle est jolie, ils s'aiment (Curiositas)
Kız güzel, seviyorlar birbirlerini.
33) Les spectateurs s'entre-regardent (G.Cesbron)
Seyirciler birbirlerine bakıyorlar
34) Les uns et les autres attendent seulement la dernière
note pour s'étriper (G.Cesbron)
Birbirlerinin ciğerini sökmek için sadece müziğin bitmesini
bekliyorlar.

d) SE à fonction passive:
35) La comédie qui se joue sous mes yeux (P.Daninos)
Gözlerimin onünde oynanan komedi
36) Voilà comment le monde se divise (G.Cesbron)
İşte dünya böyle bölünüyor.

A ce propos, il faut étudier les sujets inanimés pour voir s'ils


permettent à exprimer une fonction passive.

37) La musique s'interrompit (Yves Simon)


Müzik ara verdi (/sustu/ müziğe ara verildi.)
38) Les nouveaux slogans qui se répandaient à l'arrière comme
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

des vagues de choc (Yves Simon)


Arkada şok dalgaları gibi yayılan yeni sloganlar.
39) Ma voix se mélangea à tous ces cris (Yves Simon)
Sesim, tüm bu bağırışlara karıştı.
40) Le mouvement s'arrêta (Y.Simon)
Hareket durdu.
41) Notre marche s'arrêta net (Y.Simon)
Yürüyüşümüz birden durdu.
42) Une danse folle qui se termina aussi dans la boue du
champ (Y.Simon)
Tarla çamurundaki çılgın dans da sona erdi.
43) Un soir, à l'heure où s'achevait la consultation, Guillaume vit
venir la blonde Danièle (M.de St Pierre)
Bir akşam konsültasyonun bittiği bir saatte, Guillaume sarışın
Danièle'in geldiğini gördü.
44) L'immense bâtiment se refermait sur ses secrets sordides
(G.Cesbron)
Koca bina iğrenç sırları üstüne kapanıyordu.
45) La voix s'est brisée mais se reprend (G.Cesbron)
Ses kırıldı (kesildi) ama yeniden başladı.

On voit que dans certaines structures, on attribue une réflexité


au sujet inanimé, en le personnifiant, ou on le détermine comme
passif.

D. Comme on l'a déjà vu, dans les verbes intransitifs, certains


verbes utilisés avec la particule préverbale SE, se transmettent
sans marque en turc.

46) Je me suis assis à côté d'Angela (Y.Simon)


Angela'nın yanına oturdum.
47) Bruit allant en s'amplifiant (Y.Simon)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Artarak giden gürültü


48) Vous vous apercevez soudain que sa vie est beaucoup
plus solide que la vôtre (P.Daninos)
Birden onun hayatının sizinkinden çok daha sağlam olduğunu
farkediyorsunuz.
49) Bref, il s'est décidé et il veut que son fils porte désormais
son nom (Curiositas)
Kısaca, kararını verdi, bundan böyle oğlunun kendi adını
taşımasını istiyor.
50) Ne t'inquiète pas (Curiositas)
Endişelenme
51) Il convient, en particulier, de se méfier de l'hebdomadaire
150 000 médecins (M. de St Pierre)
Özellikle, 150 000 doktor adlı haftalık dergiye dikkat etmek
yerinde olur.
52) Roland s'avançait entre le ciel et l'eau (G.Cesbron)
Roland yerle gök arasında ilerliyordu.
53) Roland voudrait déjà se trouver à la Mutualité, parmi les
siens (G.Cesbron)
Roland şimdi, Mutualité'de arkadaşlarıyla olmak istiyordu.
54) Le vieil homme s'arrêta pour reprendre souffle (MdeStP)
Yaşlı adam soluklanmak için durdu.
55) Je me suis informé (M. de St Pierre)
Haber aldım.
56) On se trouve en présence d'une véritable affaire qui marche
fort (M. de St Pierre)
Hızla gelişen gerçek bir sorunla karşı karşıyayız.
57) Je m'approchai (P.Daninos)
Yaklaştım.
58) Quinze kilomètres de galeries et c'est un autre monde,
la guerre s'efface (Yves Simon)
Onbeş kilometrelik bir galeri, başka bir dünya burası, savaş
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

siliniyor (savaş yok)


59) Il faudrait se couvrir le visage avec les mains (Y.S)
Yüzü ellerle kapamak gerekecekti.
60) Certains se déplaçaient sur le sol (Y.S)
Bazıları yerde, yer değiştiriyordu à
Oradan oraya uçuyordu (Selon le contexte)
61) Je ne savais ce qui s'était passé dans ces têtes pour
accomplir ce geste dérisoire (Y.Simon)
Bu alaycı davranışta bulunmak için şu kafalardan ne geçtiğini
bilmiyordum.
(..şu kafalarda ne olup bittiğini bilmiyordum.)
62) Il s'excuse de n'avoir pas de rendez-vous (M.deStP)
Randevusuz geldigi için özür diliyor.

Dans ce cadre, on peut parler de l'utilisation nominale en turc


pour correspondre au verbe 's'appeler'

63) Je m'appelle Angéla (Y.Simon)


Adım Angela.
64) La jeune femme s'appelle Mélanie (Curiositas)
Genç kadının adı Mélanie

L'utilisation impersonnelle en français donne lieu à passage à


une utilisation non marquée, ou nominale en turc.

65) Il s'agit de l'ancienne épouse de M.Calmel (Curiositas)


Söz konusu, bay Calmel'in eski karısı
66) J'avais le sentiment qu'il se passait quelquechose
(M. de St Pierre)
Birşeylerin olup bittiğini seziyordum.
67) Il se peut que le soleil soit très ardent demain (YS)
Yarın güneş çok yakıcı olabilir.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Enfin la fonction du 'moyen' donne lieu à un verbe intrinsèque


en turc.

68) Evacuer ce bourbier où l'on se battait pour des raisons sans


doute perfides (Y.Simon)
Kuşkusuz hiç uğruna savaştığımız, bu çamur deryasını
boşaltmak...

E. Certains verbes en français correspondent aux verbes


intrinsèques ou réflexifs marqués par le suffixe -Il/n-.

69) A une station-essence une voiture brûla (Y.Simon)


Bir benzin istasyonunda, bir araba yandı.
70) J'étais étendu derrière un tronc couché (Y.S)
Yatık bir ağaç gövdesinin ardına uzanmıştım.
71) "Nous sommes sauvés" s'écria Lebigre (M.de St P)
"Kurtulduk" diye bağırdı Lebigre.

F. L'utilisation de la particule préverbale SE avec un verbe


conjugué et un infinitif ou participe passé.

72) Nos mains se mirent à frapper en cadence (Y.Simon)


Ellerimiz düzenli olarak vurmağa başladı.
73) Chacun se mit assis par terre à l'indienne (Y.S)
Herbiri yere hintli gibi oturdu.
74) Il n'y aura plus de temps pour rester des heures à
comtempler le ciel, à se laisser envahir par un orgue écrasant, à
se prendre pour des dieux aussi (Y.Simon)
Gökyüzünü seyretmek, ezip geçen bir orga kendini kaptırmak,
bir de kendini tanrılardan biri gibi görmek için saatlerce
kalacak zaman yoktu artık.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

75) Je me laissai tomber sur la terre battue (Y.S)


Kendimi çiğnenmis toprağa bıraktım.
76) A l'école, désormais il s'entend appeler Calmel (Curiositas)
Bundan böyle okulda Calmel diye çağrıldığını duyar.

G. Dernièrement l'utilisation de la particule préverbale SE


avec l'adverbe "en" peut donner lieu à une erreur en turc qui
n'utilise pas un adverbe entre le verbe et la marque.

77) Après quoi, Samarcande s'en prenait directement à


Guillaume Erikson (M.de St P)
Bundan sonra, Samarcande doğrudan doğruya G.E'a serzenişte
bulunuyordu.
78) On s’y habitue
Buna alışılıyor.
79) Ne t’en fais pas.
Aldırış etme. (Dert etme)
80) Il s’en revenait de la chasse.
Avdan dönüyordu.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

construction sans marque


réciprocité acec les mots
KENDİ -Il/n- -Iş-

le turc pronom

non-réflextif

intrinséque

réciproque
adverbe
réflextif
adjectif

réflexif

réflexif
passif
nom
le français
adjectif
lui - même

conjonction
PEFLECHI

non-réflexif
PRONON

réflexif

passif
SE

intrinseque
PECIPROQUE

se - entre
avec adverbe
Vb sans
marque

Comparaison des structures réflexives

Notes:
(1) J.Deny; ibid; (p: 365)
(2) T.N.Gencan; id. (p: 339)
(3) T.N.Gencan; id. p: 339 “:cansız öznelerin kendi kendilerini
etkilendirmesi, yani işi kendi üzerlerinde yapması düşünülemez
ve olmaz. Bunun içindir ki cansız öznelerin eylemleri dönüşlü
olmaz.”
(4) Ib. “İçten ortaklaşma ifade eden oluşta failin bütün
bünyesini saran bir iştiraki, sıkı ve aktif bir hissesi vardır.
Yalnız, bu içten ortaklaşma ifadesi bu çeşit fiillerin hepsinde
ayni derecede hissedilmez. Bazılarının kuvvetli iştirak hissesi
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

kaybolmuş ve ifade ettikleri oluş dönüşlü fiillerinkine


benzemiştir. Bunu bilhassa isimden –la-, -le- ile yapılmış
fillerden yapılanlarda görüyoruz: güzelle-n-, güzelle-ş-, hoşla-
n-, hoşla-ş-, çirkinle-n-, çirkinle-ş- misallerinde olduğu gibi.” (p:
207)
(5) Saim SİNANOGLU; Kendi Kelimesinin Kullanılışları, in
Türk Dili, sayı: 79; 1958 (p:5?5): "Bu kelime 'aslında öz, zat,
nefis anlamına gelen bir isimken, zamanla -baska dillerde de
görülen "anlam zayıflaması" olayına uğ'rıyarak- zamir veya
zamirsi niteliğini kazanmıştır."
(6) Muharrem ERGİN; Türk Dilbilgisi; İstanbul, Minnetoğlu
yay, 1977 (p: 27l): "Kendi kelimesi tek başına normal olarak
"asıl, öz" mânasına kullanılan bir isimdir: kendi (eli), kendi
(gözüm) misallerinde olduğu gibi."
(7) Muharrem Ergin; idem; “Bunun teklik üçüncü şahıs zamiri
haline gelebi1mesi için iyelik eki alarak kendisi şekline geçmesi
lâzımdır. Böyle olduğu halde kendi'nin üçüncü şahıs zamiri
olarak yanlış bir şekilde kendisinin yerine kullanıldığı görülür”
(8) Saim Sinanoğlu; idem; “hisssederdi ki bu kadın kendisini
sevmiyor (Deny). Bu cümlede başka bir zamirin
kullanılamayacağı apaçıktır. Kendini dense yan cümleciğin
öznesi yani kadın anlaşılacak, onu dense, hissedenden ve
kadından başka bir kimse kastedilmiş olacaktır.”
(9) Dans une mini enquête réalisée parmi des étudiants et des
professeurs, on a demandé les référents de "kendini" et de
"kendisini" dans la même phrase citée par S.Sinanoglu, a de
différentes personnes, et on a obtenu ces résultats:

référe a celui qui sent la femme deux possibilités


kendini 4 2 4
kendisini 3 - 7
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

(10) Muharrem ERGİN; idem; (p:271): "kendi zamirinin diğer


isimlerden onun iyelik şekillerinin diğer iyeliklerden farkı
kendim yaptım (kendim yaptı değil), kendin gelirsin (kendin
gelir değil), kendimizin gitmemiz (kendimizin gitmesi değil) gibi
misallerde açıkça görülmektedir."
(11) Tahsin BANGUOĞLU; Türkçenin Grameri; Istanbul;
Baha matbaası; 1974 (p: 366): "Dönüşlü zamirlerle dönüşlü fiil
görünüşü arasmda anlatım birliği vardır. Bu sebeple en çok
kimi halindeki, bazan kime halindeki dönüşlü zamirin işleyişini
zaman zaman fiilin dönüşlü çatısı ile karşılayabiliriz.
Avcilar kendilerini överler = Avcılar övünürler
Zeynep kendisine bir elbise dikmiş = Zeynep bir elbise
dikinmiş”
(12) Malheureusement cet exemple est répété par T.N.Gencan
comme l'équivalent (p: 339)
(13) Muharrem ERGIN, "-ş- ekinin ortaklaşma ve oluş
fonksiyonları umumiyetle ayrı ayrı fiillerde görülmekle beraber
çift manaya gelen aynı fiilde de bulunabilir: tut-u-ş "karşılıklı
tutmak", tut-u-ş "yanmak", sık-ı-ş- "el sıkışmak), sık-ış-
(bir yerde sıkışmak) gibi." (p: 207)
14) Ib. "-ş- ekinin gösterdiği oluş gizli bir ortaklaşma ifade
etmektedir." (p: 208)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

CHAPITRE 3

VERBES ACTITIFS
LE TURC

définition des actitifs


le suffixe actitif –TIr-
agglutinabilité du suffixe actitif –TIr-
actitivité pour les verbes à double transitivité
verbes actitifs
les combinaisons du suffixe actitif avec les autres
- réflexif +actitif
- réciproque +actitif
- passif+ actitif / actitif+passif
actitif hiérarchique
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

DEFINITION DES ACTIT1FS


Si l'on essaie de rechercher des relations entre le locuteur et
l'auditeur, dans les structures d'une langue, il est inévitable de se
trouver devant beaucoup de problèmes, du mot au texte. Si l’on
parle à propos du français et du turc, pour être prudent, on peut dire
que la langue nous donne des possibilités de nous exprimer de
diverses façons pour le même événement. Pour un acte directif, on
utilise une forme impérative ou un substantif ou une phrase simple
ou complexe. Voici certains exemples, bien qu'ils n'illustrent pas
toutes les possibilités de la langue française:
a) Donne-moi le livre!
b) Donnez-moi le livre!
c) Le livre!
d) Le livre, s'il vous plaît!
e) Veuillez me donner le livre!
f) Pouvez vous me donner le livre?
g) Voudriez vous me donner le livre?
h) J'aimerais que vous me donniez le livre.
i) Je veux que vous me donniez le livre.
3) J'ordonne que vous me donniez le livre.
k) Je vous ordonne de me donner le livre.

Bien sûr, ces ordres ne sont pas tout à fait identiques, car ils
contiennent des référents pour nous dire le degré des relations entre
locuteur et auditeur. Mais le centre d'intérêt ou l'événement reste le
même, malgré les différences de ponctuation et de structure .

E.Roulet qui étudie les verbes illocutifs, dans un article, en


distingue cinq types:

"-les expositifs (...)


-les exercitifs (expriment une tentative plus ou moins ferme du
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

locuteur d'amener l'auditeur à faire quelque chose.)


-les promissifs (...)
-les comportatifs (...)
-les verdictifs(... ) " (l).

Et il énumère dix sous classes de verbes illocutifs exercitifs:


"verbes d'ordre, de demande, d'adjuration, de recommandation, de
suggestion, d'autorisation, d'exhortation, de défense, de dissuation
et de dispense"(2). Toutefois son étude se circonscrit à une partie
des relations entre locuteur et auditeur, et il délimite les exercitifs
dans la suite de son article, en disant qu'ils "présentent comme
caractéristiques essentielles les structures que Psubj et de/à V inf
(de ou à, suivie d'un infinitif dont le sujet est identique au
complément d'objet direct ou indirect de la principale" (3).

Les énoncés qui expriment une activation ou exercitivation ne


tiennent pas dans le cadre étroit "locuteur - auditeur". Ils
transmettent aussi une information sur des personnes anontives.
Pour préciser notre sujet, nous allons parler des verbes factitifs,
causatifs et permissifs. Ce sont des verbes (ou groupe verbal) qui
expriment deux actes dont l'un appartient au premier agent et l'autre
au deuxième. L'acte qui appartient au premier est implicite et
souvent incertain. Ils sont constitués d'un seul verbe ou d'un groupe
verbal enchaîné dont les constituants sont liés. Pour voir la
distinction, analysons les verbes de trois phrases aux structures
d’impératif non-actitif, d'illocutif exercitif et d'actitif:

Donne-moi le livre (vb donner à un acte)


Je vous ordonne de me donner ce livre, (vb ordonner + vb donner
à deux actes distincts sémantiquement)

II fait donner le livre à Paul (vbs faire+donner à deux actes liés, le


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

premier est soudé sémantiquement à l'autre).

Dans les grammaires, on rencontre généralement une dualité


indéterminée et imprécise ou plutôt une ambiguïté si l'on choisit
l'un de deux termes: factitif - causatif, par lesquels on essaie de
recouvrir un champ notionnel problématique. Pour la grammaire
turque, partant des formants thématiques, L.Bazin (4), (qui préfère
le terme factitif) et J.Deny ont raison de signaler un autre sens du
morphème -TIr-. J. Deny écrit: "le verbe causatif ou factitif exprime
aussi des actions causées involontairement ou simplement tolérées,
des actions que le sujet a laissé exécuter, qu'il n’a pas empêchées"
(5). Si l'on veut réaliser une comparaison entre deux langues, on
doit envelopper toutes les extensions de deux systèmes dans un
sujet donné. Donc une approche sémantique nous solliciterait
d'étudier ces faits sous trois titres factitif, causatif et permissif. Il
nous a paru que l'archisème de ces termes réside dans la qualité
d'actionnement. Pour ce motif, nous voudrions les unir sous une
rubrique générique: VERBES ACTITIFS.

Mais quel critère devrions nous adopter pour les distinguer?


D'habitude en français on emploie le terme "factitif", pour les
périphrases qui ont comme premier élément le verbe "faire";
certains auteurs emploient le terme "causatif", par référence à leur
sens général. On ne fait pas souvent une distinction et on ne définit
pas généralement les critères.

Bernard Pottier, qui examine la voix française d'une autre façon,


donne ce critère: "le double causatif est appelé "le FACTITIF
(FAC). On ajoute ainsi un nouvel actant" (6). Et il schématise :
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

}
F < FAC > C < CAUS >
} E

Ernest dort
}}
Ernest s’endort
Charles endort Ernest
Fernand fait endormir Ernest par Charles

Ainsi, “au causatif, un actant de plus apparaît, et au "FACTITIF


deux de plus” (7). Et pour lui, les causatifs sont existentiels (C
provoque des difficultés), équatif (C nomme A président), situatif
(C emprisonne A), descriptif (C fait s'enrichir, C enrichit A, C
endort A), possessif (C procure de l'argent à A), et subjectif (C
montre le jardin à A). Dans ce cas, si l’on examine bien les
exemples, la structure périphrastique de FAIRE avec les verbes
réfléchis exprime la causativité, parce qu'elle implique un deuxième
agent, même s'il s'agit de désintégration du même sujet. Et par cette
définition on élimine le déroulement de la cause, et on ne s'occupe
que de finalité de la cause. Dans la phrase:
"Charles endort Ernest "

Peu importe le moyen employé par Charles. Mais ce fait négligé


donne lieu souvent au sens figuratif. Cependant nous devons
avouer qu'il est si difficile de déterminer un seul critère, si l'on rend
compte des faits sémantiques, car, dans notre précédente étude,
nous avons essayé de fixer un critère, selon les caractères des
actants, et nous nous sommes perdus dans les détails. En fait, une
langue est comme une eau courante, elle passe d'un critère à un
autre, et le sens surgit, quelquefois par des morphèmes ou par la
combinaison des constituants, quelquefois, par l'ordre des mots, ou
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

l'intonation.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Quant aux verbes PERMISSIFS, qu'on appelle aussi "quasi-


factitif"s (8), ils ont une nuance significative par rapport aux verbes
passifs. Dans les deux types d'expression, il y a deux agents dont le
premier est passif et le deuxième actif. Mais pour les verbes
permissifs, on a un sème de plus: le premier détient une possibilité,
une activité latente:
II se laisse voir à son ennemi à permissif
II a été vu par Henri à passif

Les verbes permissifs nous conduisent à trouver selon le contexte,


un sens de volonté ou de lassitude ou d'approbation ou d'inertie.

On remarque que le fait d'actitivité se trouve du point de vue


sémantique dans un domaine vaste qui s'étend du forcement à
l'approbation, autrement dit du phénomène physique au
phénomène psychologique.

Le suffixe actitif -TIr- :


Comme on l'a déjà signalé, le suffixe -TIr- exprime en turc, soit le
factitif ou le causatif, soit le permissif. Il renferme des allomorphes.
On peut schématiser ses allomorphes selon l'ordre syntaxiques:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

THEME primitif + {(T)(Ir) + (t) + (tlr)} +...

a- (-Ir-); J.Deny (9) et L.Bazin le considèrent comme une forme


irrégulière parce que ces auteurs distribuent le domaine entre les
deux autres allomorphes (-t-) et (-TIr-), définissant "-t, après une
base verbale de plus d'une syllabe, terminée par voyelle, L ou R; -
dir- dans les autres cas: après base monosyllabique ou terminée par
consonne autre que L ou R" (10). Et voilà por nous un contre-
exemple monosyllabique avec (-t-):
ak + mak = couler; ak + ıt + mak = faire couler

En fait, ce suffixe ne se laisse pas encadrer par une règle générale,


mais les autres non plus. On le trouve sous les formes: (-ir-, -ir-, -ur-
, -ur-, -ar-, -er-).

1- Ils m'ont fait boire du rhum,


1a- Bana rom iç + ir + di + 1er.
1b Bana rom iç + ir + t + ti + 1er.

Les suffixes (-ir-,-ir+t-) sont les formants thématiques, ils


correspondent au verbe faire. Donc la phrase 1, correspond aux
phrases la et 1b à la fois, en turc. (-di-,-ti-) sont les suffixes
temporels. (-ler) est le suffixe de personne.
2) Il a fait déborder l'eau dans les soucoupes.
2a) Suyu fincanlara taş + ır + dı + Ø
2b) Suyu fincanlara taş + ır + t+ tı +Ø
3) Le vent fait voler les papiers.
3a) Rüzgâr kâğıtları uç + ur + uyor +Ø
3b) Rüzgâr kâğıtları uç + ur + t + uyor + Ø
4) Il fait tomber son chapeau.
4a) Şapkasını düş -ür + uyor + Ø
4b) Şapkasını düş + ür + t + üyor + Ø
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Dans ces quatre types de phrases (-I-) devient (-i-,-i-,-u-, -u-) à


cause de l'harmonie vocalique.

5) Pour faire sortir la médaille.


5a) Madalyayı çık + ar + mak için.
5b) Madalyayı çık + ar + t + mak için.

Certains grammairiens ont tendance à voir un autre suffixe dans


(-Ar-), mais la fonction du morphème nous prouve que ce n'est
qu'un allomorphe.

En dehors de sa fonction actitive, on pourrait rencontrer d'autres


fonctions sous les mêmes formes:
1) Il transforme les mots onomatopéique en verbes:

hapşır- = éternuer *hapş -


aksır- = éternuer *aks-
tıksır- = éternuer avec la bouche fermé *tıks-
üfür- =souffler *üf –
böğür- = beugler *böğ-
bağır- = crier *bağ-

2) Il se trouve dans les formes thématiques non morphémisables:


belir- = apparaître
çağır- = appeler
evir- = convertir
gönder- = envoyer

De voir des suffixes dans ces thèmes ne serait pas un fait


synchronique. Il faut les considérer comme des thèmes simples.

3) Il est un formant thématique dénominatif: ev + er- = marier


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

ev = la maison (M.Bazin nous a signalé que ce verbe provient de la


forme de ev-ver-)
deli + r - = devenir fou deli = fou
ayır- = rendre séparé, séparer ayrı = séparé

Dans ces structures de thèmes, on trouve des racines substantivales


ou adjectivales, mais la fonction du suffixe est différente dans
chacun de trois mots. Il ne nous dirige pas vers un sens donné. Ils
sont morphémisables mais ils constituent un thème verbal simple et
indivisible à un autre sens verbal. Dans le dernier exemple, le
changement de place de voyelle /i/ permet de créer un thématique
non morphémisable d'une part et dépendant sémantiquement à
l'adjectif "ayrı" d'autre part. Ce sont des écarts à éviter pour notre
sujet.

b- (-TIr-): Ce suffixe s'ajoute aux verbes monosyllabiques comme


les allomorphes (-Ir-) et (-t-). Pour les verbes polysyllabiques, il
peut être ajouté sauf ceux qui se terminent en /l/ ou /r/. D'après la
règle de l'harmonie vocalique, il devient (-tir-, -tir-, -tur-, -tur-,-dir-
, -dir-, -dur--, -dür-) Il a un caractère assez lâche pour l'ordre. Il peut
être ajouté pour former un thème de deuxième ordre (yap- = faire;
yap + tır- = faire faire) et un thème de quatrième ordre (yap + tır +
t + tır- = faire faire: (v. actitif hiérarchique). Il est le seul qui s'ajoute
aux verbes réfléchis et contributifs. En s'ajoutant à eux, il constitue
un thème de troisième ordre (bak- = regarder; bak + ın- = regarder
autour de soi; bak + ın + dır- = faire regarder autour de soi gör- =
voir; gör + üş- = se voir, rencontrer; gör + üş + tür- = faire
rencontrer). Il contient aussi des pièges, c'est à dire il n'exprime pas
dans tous les verbes une actitivité:
ara + ş+tır- = faire des recherches
sor + uş+tur- = faire un interrogatoire
kov + uştur - = poursuivre
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

geç + iş+tir- = parler (ou faire) très peu d'une chose importante

Dans ces verbes, il fonctionne avec (-Ş-). Il faut l'étudier avec cette
forme, sinon on n'obtient aucun sens pour le deuxième
morphémisation:
sor- = demander *sor + uş- = se demander à birbirine sor-

Avec le morphème (-Ş-), il crée un autre verbe déverbatif. Et dans


ces exemples,

sal + dır- = attaquer


uy+ dur- = imaginer
çıl dır- = devenir fou
al + dır- = se soucier (seulement pour ce sens)

il permet d'obtenir un autre verbe indépendant du premier, du point


de vue sémantique.
sal- = lâcher, détacher
*çıl- = (-)
al- = prendre

Après avoir traité les écarts, nous pouvons donner les exemples où
l'on trouve sa fonction essentielle: actitive.

6) Il a fait vendre la voiture.


6a) Arabayı sat -tır - dı + Ø
7) Il a fait couper l'arbre.
7a) Ağacı kes - tir + di + Ø
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

8) Tu m'as fait oublier ce que j'allais dire.


8a) Bana ne diyeceğimi unut + tur + du + n.
9) Il a fait embrasser Nadine par André.,
9a) Nadine'i André'ye öp + tür + dü + Ø
10) Tu ne nous feras pas croire que tu n'aimes pas ton fils.
10a) Oğlunu sevmedigine bizi inan + dır + a + ma + z + sın
11) Il a fait monter son fils dans la voiture.
11a) Oğlunu arabaya bin + dir + di + Ø
12) Tu feras noyer n'importe qui.
12a) Kimi olsa boğ + dur + acak + sın.
13) Il faisait rire tout le monde.
13a) Herkesi gül + dür + üyor + du + Ø

c) (-t-) :
On a déjà vu qu'il est difficile de dire pour les verbes
monosyllabiques, sous quelles conditions, nous devrions utiliser
l'un de (-Ir-), (-TIr-), ou (-t-). Généralement l'un d'eux est
acceptable pour un thème verbal. Mais pour les verbes
polysyllabiques qui se terminent avec /l/,/r/ ou une voyelle, c'est le
morphème (-t-) qui s'ajoute. Le turc a des verbes avec (-t-) qui
n'expriment pas un sens actitif:

sap- = dévier sap + ıt- = déraisonner


az- = s’égarer az + ıt- = aller trop loin
seğir- = clignoter seğir + t- = s’élancer
kapa- = fermer kapa + t- = fermer

Pour ces verbes, on remarque que le suffixe fonctionne pour former


un déverbatif qui se charge d’un sens spécifique ou qu'il a une
fonction zéro. Il en résulte que pour certains exemples la variation
de la forme aboutit à la différence de sens:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

sap- dévier sap-ıt- ( !réflexif) déraisonner sap-tır- faire dévier

Enfin pour le rôle actitif, ce formant thématique peut être ajouté


directement au thème primaire qui l'accepte, ou au thème
secondaire constitué avec (-Ir-) ou (-TIr-). Ses variations sont (-t-)
et (-It-).
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Agglutinabilité du suffixe actitif -TIr:


Ce suffixe transitivisant se voit de prime abord, agglutinable à
n'importe quelle forme verbale primitive, néanmoins, en réalité il ne
se voit pas avec certains verbes,
a) il existe certains verbes transformés pour exprimer cette
combinaison:
gör- voir ?gör-dür- faire voir göster- montrer (pour certaines
expressions dans un autre sens: iş-i-ni gör-dür- faire travailler)

al- prendre al-dır- se soucier, faire prendre /ver- donner


dur- rester, s'arrêter dur-dur- arrêter tut- tenir
arıza-lan- tomber en panne
*arıza-lan-dır-- à boz- faire tomber en panne, endommager
gel- venir *gel-dir- à getir- amener, apporter
git- aller *git-tir- à götür- emmener, porter
gider- écarter, supprimer
gir- entrer girdir- faire entrer / sok- faire entrer, introduire, insérer
de- dire de-dir- faire dire / söyle-t- faire dire
kaybol- se perdre *kaybol-dur àkaybet- perdre
mahvol- être supprimé *mahvol-dur- àmahvet- supprimer

on voit que certains d'entre eux ont deux formes.

b) il existe un petit nombre de verbes qui refusent ce suffixe à cause


de la cacophonie :

ata- nommer à une fonction *ata-t-


ada- consacrer,sacrifier *ada-t-

ou à cause de l'occupation de cette forme par un autre sens :


kal- rester -/à *kal-dır- faire rester mais, kal-dır- lever
sal- laisser -/à *sal-dır- faire laisser mais, sal-dır- attaquer
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

ou pour un sens, s'il y a deux formes, le suffixe prend lieu dans l'un
des deux :

şaş-s'étonner *şaş-tır- şaş-ır- s'étonner şaş-ır-t- étonner


gözük- apparaitre gör-ün- apparaitre *gözük-tür- ?gör-ün-dür-

ou bien la forme paraphrasée au sens réflchi :


kendini göster- se faire voir

Actitivité pour les verbes à double transitivité:


Pour les verbes à double transitivité, le suffixe –TIr- apporte une
ambiguïté, à l'égard des fonctions directive et agentive du cas A (en
turc, il est d'usage d'appeler les cas morphologiquement, le cas A
signifie donc le datif). Pour cette raison cette utilisation est
inacceptable pour la plupart des structures.

A ce propos, nous allons essayer d'éclaircir deux points. Premier


point: l'explication selon laquelle le mot "tarafından" est le seul
correspondant de "par / by", donne lieu à des structures douteuses.
Par exemple, Karl E. Zimmer explique, d'après l'informant de
Comrie, l'inacceptabilité de cette phrase:
1. Disçi müdüre mektubu Hasan’a göstertti.
Le dentiste a fait montrer la lettre au directeur par Hasan.

et en remplaçant le datif avec le mot "tarafından", il fait acceptable


la phrase:

2) Disçi mektub-u Hasan-a müdür tarafından göster-t-ti.

Il faut mettre en évidence l'existence d'autres formules:


'aracılığıyla’ (car l’intermédiaire de), '(I)1A' (avec) et le cas A
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

comme postpositions de l'agent (ou de l'instrument), nous dirions


plutôt,

3) Dişçi mektub-u Hasan-a müdür aracılığıyla göster(-t-)Di.

Deuxième point: Karl E. Zimmer recherche la raison


d’inacceptabilité de la première phrase "However, suspect that this
reluctance to accept a sentence with two datives may have been
due to the appearance of four NPs consisting of nothing but nouns
in a row" (11). Car, ses informants ont des réservations pour cette
phrase,

Biz-e mektub-u Hasan-a göster-t-ti-ler.


Ils nous ont fait montrer la lettre à Hasan

Et il hésite: "It might, in fact, be preferable to assume that this


constraint is general, and that the speakers of Dialect A have an
additional constraint against intermediaries appearing as datives,
but I do not have sufficient evidence for a clear-cut décision in this
matter. Of course, for sentences like [Hasana mektubu müdüre
açtırttım] the two constraints would owerlap" (12).

Certes, la supposition répond à la question posée. Nous voulons


traiter les deux phrases 1 et 4, qui sont mis au parallèle par cet
auteur. En fait ce paraléllisme y est au niveau de la structure de
surface. Mais si l'on se dirige vers la structure profonde, on sera
obligé de parler des relations entre les actants. Il existe une
classification entre initiateur, agent et patient, du point de vue de la
réalisation de l'acte. Et la phrase séparée du contexte, ne se transmet
pas sur le plan sémantique, on ne distingue pas lequel est l'agent ou
le patient. Sinon sur le plan logique, la phrase 1 est possible. Pour
comparer les phrases l et 4, on peut parler de décroissance du
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

nombre des actants, ce qui rend les fonctions claires.

dans (l) Enonciateur - le dentiste-le directeur- Hasan


dans (4) Enonciateur - l'initiateur-Hasan

Ainsi dans 4, on transmet à l'auditeur sur le plan de l'information,


l'impression d'une plainte de l'agent. Le fait que le sujet est exprimé
dans le cas A, ne permet pas l'ambiguïté. Prenons d'autres
exemples :

Size mektub - u Hasan - a gönder- t - ti

Hasan - a para - yı siz - e yolla - t - tı

Enfin, nous arrivons à dire que "les caractéristique prosodiques


(intonation) ou tactique (ordre des mots)(13) sont efficaces
à déterminer la fonction sémantique. D'ailleur J.Perrot qui
considère la phrase "comme le produit d'une double structuration",
souligne que "Les relations entre structuration d'énoncé et
structuration de message constituent un objet d'étude de grand
intérêt"(14).
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Verbes Actitifs :
En dehors du suffixe actitif, la langue turque utilise pour exprimer
l’actitivité, des verbes dont les principaux sont:

} } } }
bırak - laisser önle- empêcher

İzin ver - permettre = engelle - empêcher

müsaade et - permettre engel ol - empêcher

Et autres:
aldırma- ne pas se soucier
sağla- assurer
temin et- assurer
yara- servir à
sebep ol- causer
yol aç- causer
yardım et- aider
rica et- demander
emret- ordonner
iste- demander
kışkırt- provoquer
zorla- obliger

Les combinaisons du suffixe actitif avec les autres:

1) Réflexif+Actitif:
Karl E.Zimmer étudie cette combinaison comme l'une des
contraintes pour l’actitif en turc: "while the latter "type of réflexif
(forme pronominale kendi(ni)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Hasan kend-in-i müdafaa etti


self-3poss-acc defens do past
Hasan defended himself
Hasan-a kendin-i müdafaa et-tir-eme-di-m”
dat himself-acc defens do-cause-imposs-past-1sg"
I couldn't make Hasan défend himself) can appear in a causative
construction, the former the suffix (I)n can not "(l5). Et même, il
écrit, au témoignage de certains informants, que les formes de
départ (sans suffixe de réflexivité) utilisées avec le mot "kendini"
sont parfois moins acceptables:
yıkan- se laver
(?)kendini yıka- laver soi-même

Il cite Aissen selon qui, seuls les verbes réflexifs lexicalisés


acceptent le suffixe actitif: sevin-dir- réjouir.

Mais quand même, en donnant un exemple français:

Je les ai fait se laver

K.E.Zimmer exprime ses soupçons: pourquoi les verbes réflexifs


turcs ne seraient pas utilisés dans cette combinaison?

"I have, unfortunately, no explanation for the constraint against


combining productive -In reflexivization with causativization, nor
am I convinced by some explanations proposed elsewhere"(16).

Nous avons examiné le même sujet, dans les exemples choisis.


Nous avons observé que la langue tend à échapper à l'ambiguïté,
car on peut schématiser ainsi les fonctions de deux suffixes:

Pasif Factitif
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Réflexif Causatif
-(I)n/l- Réflexif oub -TIr- Permissif
lié (lexica- Lexicalisation
lisation)

Prenons un exemple:
vur- tuer
vur-ul- être tué
kendini vur- tuer lui-même
*vur-ul-dur-

Comme on voit, par le suffixe –Tir-, si le nomre des actants


s'augmente, l'ambiguïté s'élargit. Essayons la forme actitive,
avec le mot 'kendini':

Kendi(si)ni vur-dur-du.

L’ambiguïté y règne encore dans cette phrase. Pace que


"kendi(si)ni" a trois possibilités de présenter trois différents
références: le premier actant est la cause que le deuxième le tue (a),
et dans (b), le premier est la cause que le deuxième se tue et
trosièmement le premier cause le deuxième tue l’autre que
l’énonciateur le vise, en focalisant avec ce mot "kendisi".
a) A cause B tue A
b) A cause B tue B
c) A cause B tue C

Pour éclaircir la situation on recourt à la paraphrase:


Kendini vurmasına sebep oldu/yol açtı etc.

D’autre part, certains verbes n'acceptent pas cette combinaison à


cause de leur expression immanente.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

ata- nommer à une fonction


ata-n- être nommé * se nommer

*atan-dır-
*ata-t-
*ata-dır

Le verbe ata- (nommer) n’accepte pas les suffixes actitifs à cause


de la cacophonie. Donc la langue turque trouve son chemin dans la
formule paraphrastique :

Atama-sı-nı yap-tır-dı. II s'est fait nommer à une fonction.


Nom déverbatif-poss-acc faire-faire-passé

Ata-n-ma-sı-nı sağla-dı. Il a assuré sa nomination.


réfl/passif-nominalisant-poss-acc assurer-passé

Maintenant nous pouvons étudier les exemples. Avant tout, nous


devons dire que la langue turque ne refuse pas en principe la
combinaison de ces suffixes:
giy- s'habiller (forme transitive)
giy-in- s'habiller (forme reflexive)
giy-in-dir- faire s'habiller

ara- chercher
ara-n- chercher qqch sur soi-même
ara-n-dır- faire chercher qqch sur soi-même
ara-t- faire chercher

ört- revêtir
ört-ün- se revêtir
ört-ün-dür- faire se revêtir
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

dola- enrouler
dola-n- s'enrouler
dola-n-dır- faire s'enrouler à entourer, escroquer

On peut ajouter les verbes qui tendent à être interprétés comme


lexicalisé, soit morphologiquement soit sémantiquement:
edindir- faire posséder
bulundur- faire se trouver à avoir
büründür- faire se couvrir
boşandır- (on emploit plutôt boşat-) faire divorcer (et on emploie
boşandır- au sens de déchaîner)
takındır- faire porter sur soi (des bijoux)
kaçındır- faire courir ça et là
bayılt- anesthésier
dilendir- faire mendier
sevindir- réjouir
uyandır- réveiller
dolandır- tromper

Si l'on insiste sur le fait que le suffixe –TIr- ne s'ajoute qu'aux


formes lexicalisées, on peut dire que le verbe lexicalisé: alın- se
vexer ne l'accepte pas, car, par addition aux fonctions des suffixes,
la forme primaire al- 'prendre’ s'y confond. Si l'on fait attention aux
formes verbales qui reçoivent le –TIr- on voit qu'elles n'expriment
pas la passivité.

Pour les formes réflexives qui refusent le suffixe –TIr-, on a donc


d'autres possibilités :
1. le pronom 'kendi(ni)':
*gözetlendir- à ?kendini gözetle-t- à kendini (bir yerlerini)
göstermek s’exhiber
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

2. la forme primaire transitive,


*yandır- (qui a une utilisation dans une chanson:
Yandır Allahım yandır) à yak- brûler
*üzüldür- à üz- s’inquiéter, affliger, tracasser
*yoruldur- à yor- fatiguer
3. la suppression du suffixe -(I)n-,
*yaşandır- à yaşat- assurer une vie commode
*öğrendir- à öğret- apprendre
*başlandır- à başlat- faire commencer
*aldandır- à aldat- tromper
4. la paraphrase :
On a déjà donné des exemples.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

2) Reciprocontributif + Actitif:
K.E.Zimmer fait une objection, à bon droit, à ce que Aissen trouve
agrammatical cette combinaison sauf lexicalisation. "In Aissen
(1974 : chapter 3), ‘‘reciprocization’ is included among the
process incompatible with causativation; i.e., she regards the
séquence reciprocal + causative (-Iş-DIr) as ungrammatical unless
the reciprocal verbs has a lexicalized reading. Her example (Aissen
1974:145) is:

Mehmet çocuklar-ı sev-iş-tir-di.


child pl acc love recipr caus past

which, she says, is grammatical only if seviş- is given the


lexicalized reading 'make love', i.e., if the sentence is interpreted as
'Mehmet made the children make love’, but not if seviş- is to be
understood as 'love each other' ('Mehmet "caused the children to
love each other'). My own impression is, however, that reciprocal
causatives can receive a nonidiomatic interpretation,"(17)

En étudiant le suffixe réciprocontributif, nous avions dit qu'il a trois


fonctions. De plus, dans l'exemple donné, en deux cas, le sens
réciproque existe. Et l'insertion d'un autre actant dans l’énoncé avec
–TIr- et les constituants de la phrase gouvernent le sens. Nous
pouvons à ce propos, énumérer quelques exemples dans lesquels il
y a une combinason de deux suffixes:

bul- trouver
bul-uş- se rencontrer
bul-uş-tur- faire se rencontrer

tanı- reconnaître
tanı-ş- se reconnaître
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

tanı-ş-tır- présenter l'un à l'autre

tut- tenir,
tut-uş- réflexif: brûler, réciproque: (el ele tut-uş-): se tenir la main
tut-uş-tur- brûler, faire tenir la main l'un à l'autre,
(eline tut-uş-tur-): donner qqch dans la main de qqn

3) Passif + Actitif àActitif + Passif:


Une autre contrainte traité par Karl E.Zimmer, est la combinaison
"passif +actitif". Cette combinaison, pour L.Tesnière, est possible
en turc: "Théoriquement, le nombre des combinaisons possibles est
donc de quatre:
1. Causatif actif du transitif actif.
2. Causatif actif du transitif passif.
3. Causatif passif du transitif actif.
4. Causatif passif du transitif passif.

A --------- -> B A ß------------ B A ---------> B A ß-------- B


↑ ↑ ↓ ↓
C C C C “ (18)

II donne des exemples pour le turc: "la même distinction existe en


Turc, mais elle s'y perd un peu à date moderne où le 4. est
bien tombé en désuétude:
1. sev-dir-ir il fait aimer
2. sev-il-dir-ir il fait être aimé
3. sev-dir-il-ir ‘il est fait aimer’, c'est-à-dire, ‘il est amené à aimer’
4. sev-il-dir-il-ir ‘il est fait être aimé’, c'est-à-dire, ‘il est amené à
être aimé’ "(19).

Mais, pour Zimmer, "The morpheme sequence passive causative


does not occur productively in Turkish" (20). Prenons ses propres
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

exemples:

*Hasan kutu-yu aç- ıl-d ı r-dı


box -acc open-pass-caus-past
Hasan had the box opened

En revanche, il donne une autre structure (caus+pass+ tarafından)


qu'il précise comme "not very élégant in Turkish either, but
grammatical".
Bu iş Hasan-a Ahmet tarafmdan yap-tır-ıl-dı
this job dat by do caus pass past
'This job was caused by Ahmet to be done by Hasan." (21)

Ce que nous avons observé, soit dans ces exemples cités, soit dans
ceux qui sont donnés à la suite de l'article, c'est que le suffixe "-Il-"
est toujours présenté avec une seule fonction: passive. Mais,

Kapı Ahmet tarafmdan aç-ıl-dı. La porte a été ouverte par Ahmet

si l'on supprime les constituants 'Ahmet tarafmdan' on obtient un


passif indéfini d'utilisation fréquente. La phrase,

Kapı açıldı la porte a été ouverte / la porte s'est ouverte

peut exprimer aussi une réflexivité. Nous avons recherché


l'existence de la combinaison phonétique dans des exemples, même
s'ils ne sont pas passifs, nous avons trouvé les verbes,

aldır- ayılt-
kaldır- bayılt-
saldır- yanılt-
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

ol-dur- darıl-t-
dal-dır- dur-ul-t-

ce qui prouve que la combinaison est phonétiquement possible


et que les thèmes, à partir de la deuxième syllabe, ne supportent pas
bien le –TIr- (on utilise le variant -t-), c'est-à-dire le nombre des
phonèmes diminue. Quoi que le verbe

dağıl- disloquer à *dağılt- dağıt- distribuer

peut être un autre point de départ pour une approche phonétique à


cette combinaison, il faudrait souligner l'incompatibilité de cette
combinaison à partir du passif.

Essayons maintenant de voir le problématique de cette


combinaison.
(l) Ahmet kapı-y-ı tak-tı.
Ahmet a monté la porte (sur ses gonds) actif
(2) Ahmet kapıyı tak-tır-dı.
Ahmet a fait monter la porte

Initiateur à Agent à Patient : actitif

(3)Kapı Ahmet tarafindan tak-ıl-dı.


La porte a été montée par Ahmet : passif

4) X cause [Kapı Ahmet tarafından tak-ıl-dı] à


5) *Ahmed-e kapıyı tak-ıl-dır-dı
6) *Kapı Ahmed-e X tarafından tak-ıl-dır-ıl-dı.
Initiateur à (Agent ß Patient): actitif-passif

La fonction agentive du directif empêche le redoublement du mot


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

"tarafından"
7) X cause [Ahmet kapıyı taktı]
8) X Ahmed-e kapıyı tak-tır-dı.
9) Kapı Ahmed-e C tarafından tak-tır-ıl-dı.
10) Ahmed-e kapı X tarafından tak-tır-ıl-dı.

Initiateur à (Agent à patient) : actitif+passif

On voit que la contrainte se trouve au niveau de morpho-syntaxe,


car la forme simple d'actitif (8) exprime en même temps la passivité
du patient. Et sur la contrainte révélée, on peut faire deux
remarques:
1) La langue turque utilise rarement le passif mais fréquemment le
passif impersonnel, cela donne lieu à l'utilisation -TIr-Il-, mais non
à celle de -Il-TIr-.
2) L'utilisâtion de –Il-, avant –TIr- crée une ambiguïté à cause de sa
fonction réflexive. Même on peut dire qu'il tend plutôt à la
réflexivité, alors que dans la combinaison -TIr-Il-, il n'y a qu'une
seule fonction: passif (impersonnel). Enfin nous pouvons corriger
la phrase de K.E.Zimmer, en supprimant le mot "productively",
puisque cette combinaison n'est jamais possible en turc. Nous
indiquerons les possibilités d'exprimer le passif+actitif, avant de
refermer ce sujet.
a) ce fait s'exprime par l'ordre actitif + passif
b) il s'exprime par l'ordre des mots et l'intonation,

X cause [Kedi eti yedi. Le chat a mangé la viande]


X cause [Et kedi tarafmdan yendi. La viande a été mangé par le
chat]

Kedi-ye et-i ye-dir-di.


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Et-i kedi-ye ye-dir-di.

ce dernier exprime aussi avec un autre verbe, pour préciser la


situation passive du sujet de la phrase :
Et-i kedi-ye kap-tır-dı.

c) il s'exprime avec la paraphrase (en changeant la voix)

X cause [Y gül-dü. Y a ri]


X cause [Y-e gül-ün-dü. On s’est moqué de Y]
a) Y-i gül-dür-dü.
b) *Y-e gül-ün-dür-dü.
c) Y-i gülünç durum-a düş-ür-dü.
d) Herkes-i Y-e gül-dür-dü.

Actitif hiérarchique:
II y a en turc un phénomène linguistique appelé "causatif
redoublé"(l) ou "factitif de factitif"(2), qui rend possible la
hiérarchie de l'actitivité:
1) Gökhan bir mektup yaz+dır+dı+Ø
Gökhan a fait écrire une lettre
2) Gökhan bir mektup yaz-dır-t-tı.
2a)Gökhan a fait écrire une lettre
2b) Gökhan a ordonné de faire écrire une lettre
prié
dit
demandé
etc

Les grammairiens sont d'accord pour dire qu'on peut utiliser la


structure jusqu'au troisième ordre, mais pas plus.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Agents activisés
1 2 3
THEME PRIMITIF + -(t)Ir- -t- -Tır-

Ex: Bak- -tır- -t- -tır-


Regarder faire faire faire

Pour traduire cette structure en français on a besoin de connaître la


façon d’activisation de deux premiers agents. En effet, comme les
exemples souvent cités dans l’étude, il y a d’abord une tendance à
utiliser un morphème de plus pour l’intensification, pour souligner
l’activisation (2a). A cet égard, notre hypothèse est que le locuteur
qui vit la réalité plurifonctionnelle de ce suffixe, utilise le deuxième,
pour éliminer l'effet de causatif ou de permissif.
Donc, yaz-dır-t-tı n’exprime jamais, "faire-faire écrire", mais
simplement ‘il a fait écrire à qqn.

İki üç yıl önce bir yılkılıkta dereyi dol-dur-t-muş-tu (Abbas Sayar)


II y a deux ou trois années, il avait fait remplir le ruisseau par un
cheval hors d'usage à il y avait deux ou trois années, il avait tué un
cheval hors d'usage et ce cheval prenait place dans le ruisseau.

Quant à troisième aglutination du même suffixe, elle est en fait


improductive, bien que théoriquement compréhensible.

Et un autre remarque: on laisse de côté l'utilisation hiérarchique ,

Ev yap-tır-dı-m
J'ai fait construire une maison
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

bien qu'il soit possible de la faire bâtir, directement par les ouvriers,
cet acte se réalise souvent dans un ordre hiérarchique (architecte,
contremaître, maçons).

Notes:
1) E.Roulet; Des verbes illocutifs du français; in Cahiers de
F.de Saussure; num.: 31; 1977 (p:25l)
2) Idem; (p:255)
3) Idem; (p:252)
4) Louis BAZIN; Introduction à l’étude pratique de la langue
turque, 2e ed; Paris; libr.d'Amérique et d'Orient A. Maisonneuve;
1978 (p:67)
5) Jean DENY; Grammaire de la langue turque(dialecte osmanli);
Dr Martin Sändig OHG; 1971 (p:371)
6) Bernard Pottier; Les voix du Français, in Cahiers de Lexicologie;
n: 33; 1978 (p:13)
7) Idem; (p: 16)
8) sous la direction d’A. Martinet; La grammaire fonctionnelle du
français; Paris; Didier ; 1979 (p: 206)
9) J.Deny; op.cit. (p: 368-369)
10) L.Bazin; op.cit. (p: 67)
11) K.E.Zimmer; id, (p: 411 note 12)
12) Ibidem
13) Jean PERROT, Fonctions Syntaxiques, Enonciation,
Information; in BSLP t:73; 1978, fasc 1 (p:88)
14) Idem; (p:99)
15) Karl E.Zimmer, Some constraints on Turkish causativation in
Syntax and Semantics, The Grammar of Causative Constructions
6, Edited by Masa Yoshi SHIBATANI, Académie Press,
NewYork, 1976, (p: 401)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

16) Ibidem
17) K.E.Zimmer; id. (p: 400)
18) Lucien TESNIERE; Eléments de Syntaxe Structurale; Paris;
Ed. Klincksieck; 2e ed. 3e tirage, 1976 (p: 263)
19) Idem, (p: 264)
20) Karl E.Zimmer; idem, (p: 403)
21) K.E.Zimmer; id. (p: 404)
22) J.Deny; op.cit. (p: 373)
23) L.Bazin; op.cit. (p: 68)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

VERBES ACTITIFS

LE FRANÇAIS

Actitif avec le verbe 'faire'


Actitif avec les verbes non-pronominalisés
Actitifs avec les verbes symétriques
Actitifs avec des verbes affixés
Actitifs avec des verbes distincts
Actitifs avec d'autres verbes
Actitifs avec le verbe RENDRE suivi d'un attribut
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1) Actitifs avec le verbe FAIRE:


En français, quand il s'agit d'un terme qui nous réfère aux verbes
actitifs, on a souvent l'impression que c'est la formule ‘Verbe faire
+ Infinitif’. Pour cette raison, ce verbe constitue notre point de
départ. Il fonctionne comme les autres verbes d’auxiliation,
syntaxiquement, c'est-à-dire, il se charge de l’expression de
temporalité, et constitue l'actitif avec l'infinitif d’un verbe à
exprimer.

Ça fait parler les gens.


Il a fait couler l'eau.
Panisse fait entrer le docteur dans la chambre. (M.Pagnol)

L'insertion de ce verbe n'est pas loin d'être problématique. Parce


que la langue française ne se lie pas à une seule forme. Elle s'étend
d'une part à "faire + SN" et d'autre part elle adopte une autre forme
pour exprimer l'actitivité d'un verbe ou bien elle choisit une autre
forme (v. les verbes symétriques)

se souvenir à rappeler

je viens de leur faire une demande de bourse (P.Cannings et


M.D.Moody)
Je viens de leur faire demander une bourse.

Donc, pour certaines structures de 'faire-SN', le verbe "faire" joue


un rôle d'actitif. Les autres exemples:

Avoir peur à faire peur


II lui a fait un enfant.

Cependant la plupart des structures de 'faire-SN’ n'exprime pas


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

l'actitivité, et dans certaines structures.

Il les a fait riches. Il a rendu ││ ils sont riches ││


Faites-moi plaisir
Cela ne lui fait ni chaud, ni froid.
Vous en avez fait un enfant gâté.

Les problèmes des actitifs ne restent pas au stade du choix de la


forme. Pour la formule de Vfaire-Inf., le français a d'autres
problèmes:

a) "Faire + Infinitif+à / par (agentif):


Ce sujet a été l'objet de plusieurs études (v: celles de Kayne, Ruwet,
P. Cannings and M.D.Moody, J. Y. Morin etc).

On a fait sortir Jean de sa chambre.


II fera boire un peu de vin à son enfant.
J'ai fait rédiger mon travail par un copain (J.Y.Morin)

Si l'on y prête attention, la première phrase contient un verbe


intransitif transitivisé par le verbe faire. Donc, dans chacune des
phrases le verbe faire permet d'ajouter un actant de plus.

boire qqch à faire boire qqch à qqn / (par qqn)


rédiger qqch (pour qqn / qqch) à faire rédiger qqch (pour qqn /
qqch) par qqn

Le cas n'est pas toujours ainsi. Il se peut qu'on trouve des structures
à la rencontre du datif et de l'agentif.

J'ai fait écrire une lettre à ma secrétaire (P.C et M.D.M)


J'ai fait écrire une lettre à mon fils.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Pour la première phrase, il existe une relation sémantique entre le


verbe 'écrire' et 'la secrétaire’, mais pour la dernière, la situation est
différente. Nous ne pouvons pas l'interpréter de la même façon,
c'est-à-dire comme agentif facilement. Peut-être dirait-on qu'on
utiliserait 'par' pour exprimer que le fils est agent. Langacker pose le
problème ainsi: "une grammaire complète du français devrait
engendrer cette phrase de deux manières:

(a) Je ferai porter la lettre à Marie.

II y a vraiment deux phrases ayant la structure superficielle (a). La


première serait dérivée d'une structure pareille à celle qui est à la
base de (b); la deuxième, d'une structure pareille à celle qui est à
l'origine de (c)

(b) Je ferai porter la lettre par Marie


(c) Je ferai porter la lettre à Marie par le messager"(1).

Pour P.Cannings et M. D. Moody, c'est la "deictic orientation" qui


gouverne ces prépositions.
Nous ferons résoudre ce problème à nos étudiants.
Nous ferons résoudre ce problème par nos collègues.

Ces deux auteurs interprètent que l'agent utilisé avec la préposition


'à' est bénéficiaire à la fois: "solving the problem is construed as a
stage in the acquisition of certain skills on the part of the students,
and so they will benefit from it" (2).

Tandis dans la deuxième phrase (utilisé 'par’) ‘nos collègues’ sont


capable de résoudre le problème et l’agent n’est pas bénéficiaire.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

b) Faire + lnfinitif + Réflexif:

...allemand se fait pincer chez nous (P.Daninos)


Mais se faire traiter de tueurs et mettre en accusation par le barman
et tous les autres, ça non! (G. Cesbron)
Je me ferai photographier à côté de toi (G.Cesbron)
On ne pouvait même plus sortir sans se faire accrocher (G.C)
Une partie de bridge, c'est une simple partie de bridge qui a fait se
déplacer au cercle aéronotique de Cordoba (Curiasitas)

Dans ce type de structure, la particule préverbale SE, se place selon


l'usage devant l'infinitif ou devant le verbe faire, pour distinguer
l'agent et l'initiateur.

pincer à faire pincer à se faire pincer ≠ faire se pincer


laver à se laver à faire se laver ≠ se faire laver

c) Faire + lnfinitif + (Réflexif), l'omission de particule préverbale


SE:
On rencontre des emplois dits arbitraires de ce morphème préverbal
SE. M.Grevisse écrit: "Dans le verbe pronominal à l'infinitif après
le semi-auxiliaire faire, on omet souvent le pronom réfléchi; on
omet assez souvent aussi après envoyer, laisser, mener, emmener
(...). Mais dans ces divers cas, l'omission du pronom n'est jamais
obligatoire"(3). C'est de même pour Gougenheim(4).

Ses amis l'ont fait évader


De folle dépenses ont fait s'évanouir la fortune de l'héritier (Bordas)

En fait, cette omission crée des pièges théoriquement :


1) taire à faire taire à faire cacher
2) se taire à faire taire
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Cela prouve la volonté politique des pouvoirs publics de faire taire


la voix des anarchistes (tiré d'un tract).

A Préciser que dans (l), on n'emploie pas le verbe intransitivement.

2) Actitifs avec les verbes non-pronominalisés:


En Français, le morphème "se" qui constitue les verbes dits
pronominaux, pour les déterminer morphologiquement, se charge
de diverses fonctions: réfléchie, réciproque, passive. Ce qui est
intéressant, c'est le passage d'un verbe à forme pronominale à un
verbe non pronominal et vice versa. Car, pour ces deux formes
verbales en français, il est impossible de préciser la priorité. De la-
quelle devrions nous partir ou bien laquelle est simple: les verbes
pronominaux ou non-pronominalisés ? Si l'on prend les derniers
comme origine, il faudrait changer la terminologie: les verbes non-
pronominaux et pronominalisés. En faisant une approche du point
de vue morphologique, c'est la forme non-pronominale qui précède
1'autre :

Lever à se + lever

"se", en s'ajoutant devant la forme simple, constitue une deuxième


forme plus longue que l'autre. Et du point de vue sémantique l'ordre
se change inversement:
se lever à lever
(l)actant (l)+(2)actants

Bien que "se lever" contienne un actant, "lever" en contient deux.


Par rapport à la visée, on y voit deux actants et cela facilite le
problème. Mais quand il s'agit de comparer deux langues, est-ce
qu'on peut agir de la même manière? Pour cette raison nous avons
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

considéré le problème de la manière suivant :

Il se lève pour partir.


Il lève les mains.
Pierre s'arrête devant les jouets.
L'agent arrête les voitures.
Le petit chien se promène partout.
Il promène le petit chien.
Il va se marier avec une veuve.
Il va marier son fils.
Elle se tourne vers lui avec un sanglot.
Il tourne la page.

Ce qui nous intéresse dans le cadre de notre étude, c'est l'occurence


entre la forme non pronominalisée et la périphrase V faire + inf
(asseoir à faire asseoir). Dans le deuxième cas, bien que le
pronom disparaisse parfois, le sens reste.

3) Actitifs avec les verbes symétriques:


Pour le terme de symétrie, on trouve deux définitions distinctes. Ce
sont à A.Borillo et à J.Dubois. Pour celui-là "le caractère de
symétrie peut être défini comme l'interchangeabilité non
significative des deux sujets ou du sujet et du complément de part
et d'autre du verbe"(5). Prenons ses propres exemples:

a) Paul ressemble à son frère.


b) Paul et son frère se ressemblent.

Dans cette définition, un critère sémantique intervient dans le fait


de symétrie. Le sens de la phrase (a) est équivalent à celui de la
phrase (b).
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Ph (a) Ph(b)
----------------│--------------- à Ph (a) = Ph (b)

Et pour celui-ci, le critère est purement morphologique. Il considère


comme verbes symétriques, ceux qui "ont la double " possibilité de
transformation (verbes transitifs et intransitifs)"(6). R. Lagane qui
étudie le même sujet nous donne cette définition explicative: "La
classe des verbes symétriques est caractérisée par le fait que chacun
de ces verbes peut se trouver employé sous la même forme dans
deux énoncés sensiblement équivalents avec le même syntagme
nominal tantôt sujet, tantôt complément d'objet" (7).

c) Marie sèche le mouchoir.


d) Le mouchoir sèche.

La forme du verbe dans ph (c) et ph (d) est la même.

On voit bien que ces deux définitions sont vérifiées pour le même
terme. Et R.Lagane cite que A.Blinkenberg appelle les derniers
types d’exemples "diathétiquement neutres"(8). Nous préférons
"les verbes symétriques à défaut d’un bon terme, et nous voulons
exprimer, sans faire aucune limite, la même forme pour deux sens
et pour deux statuts (transitif et intransitif). Notre liaison avec ces
auteurs reste au niveau de la définition du terme que nous leur
devons. Nous nous écartons d'eux avec le but et les limites.

Pour approuver la différence sémantique d'une même forme


verbale dite symétrique en français, on peut essayer une
transformation.

1) Il descend l'escalier.
2) ( ?)L'escalier descend.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

3) Il descend le panier
4) (?)Le panier descend

Cette opération nous révèle que le verbe de ph 1 n'est pas transitif


direct, alors que ph 3 est transitif. Direct.

5) La clef tourne pour la seconde fois.


6) Je tourne la mappemonde.
7) Il sort de son bureau.
8) Elle sort du buffet un verre
9) Tu vas apprendre le français.
10) Tu vas apprendre le français à ta mère. (M.Pagnol)
11) Il descend du comptoir, rentre son ventre (M.Pagnol)

R.Lagane estime à 200 environ, le nombre des verbes symétriques


en français. Et il parle dans sa conclusion de deux tendances: "une
tendance à transitiver les verbes intransitifs (...), une tendance à
réduire le pronominal à l'intransitif, qu'on observe quotidiennement
surtout dans la langue parlée" (9).

4) Actitifs avec des verbes affixés:


Pour répondre aux besoins lexicologiques d'une langue, on préfère
selon les cas l'un ou l'autre de deux moyens: création lexicale ou
emprunt. Pour emprunt, on peut parler de trois types d'adoption: du
signe (l'emprunt proprement dit, adoption de signifiant et de signifié
à la fois); du signifiant (le calque); et du signifié qui aboutit aussi à
la création lexicale. Et il existe trois phénomènes linguistiques pour
la création lexicale:
a) néologisme:
la création d'un nouveau signifiant qui n'existe pas dans la langue.
b) la composition de lexèmes:
il faut distinguer trois types de lexèmes composés:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1) Composition de deux lexèmes distincts. Dans la langue écrite, ils


se trouvent, soit soudés, soit séparés avec un trait d'union.
2) Réduplication: répétition du même lexème:
3) Elasticité: premièrement la séparation d'une partie du lexème et
puis l'addition de cette partie au lexème original. C'est une
réduplication coupée. Prenons un exemple en turc: kara (=noir) à
ka(p)kara = extrêmement noir. Le phonème /p/ a une valeur
d'harmonie. Un linguiste turc a tendance de considérer ce
phénomène pour les exemples turcs, comme une préfixation: "A
kind of prefixation to be found in Turkish is the reduplication of the
(C)V of the initial syllabe with one of the consonants /p/, /s/, /r/, /m/
added to it"(l0). Mais pour qu'il soit accepté comme préfixe, il doit
être une autre unité. Il est très évident qu'il ne s'agit pas d'une unité
distincte dans la structure. Pour nommer ce fait on a constaté sa
structure. La forme et le sens s'élargissent sans s'éloigner de
l'origine. Pour cette raison, nous l'appelerions "élasticité". D'ailleurs
L.Bazin parle ferme: "Rappelons d'abord (...) que la morphologie
turque a pour procédé unique la suffixation" (11).

En fait, comme 1'alternance, ces deux derniers compositions


concernent la syntaxe.
c) la composition affixale:
c'est un moyen souvent recouru en français et en turc. On distingue
trois sortes d'affixes: préfixe, infixe, suffixe. Ce sont des unités
minimales de la première articulation.

Chaque langue s'en sert ou non selon la nécessité de son système. Il


n'existe pas d’infixe en français, et le turc ne possède que des
suffixes. En parlant du turc, il faut laisser à part les mots d'emprunt
qui sont usuels et qui contiennent des préfixes, emprunts, eux-
mêmes, car ces préfixes ne se voient qu'avec des mots d'emprunt.
Leur vivacité n'influence pas les mots à origine turque, bien que la
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

langue turque ait des combinaisons mixtes (l'arabe et le persan).

Les préfixes verbaux du français:


Base I
préfixes verbe substantif ' adjectif
A accroire accoutumer attrister
E étirer égorger éclairer
EN emporter embarquer embellir
encourir enchaîner enchérir
IN importer innerver incommoder
DE débattre déraciner dénuder
RE revoir
CO coopérer
CONTRE contrevenir
EX exporter

SUR supposer
surcharger
SUB subdiviser
ENTRE entreposer
PAR parachever
JUXTA juxtaposer
POST postposer
PRE préfixer
PRO promettre
ANTI antidater
TRANS transporter
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Les suffixes verbaux du français:

\base
suffixes substantif adjectif verbe

-ER clouer bavarder


-IR blanchir
-IFIER vitrifier simplifier
-ISER étheriser moderniser
-0YER coudoyer rudoyer
-ELER bosseler
-AILLER criailler
-ILLER mordiller
-ASSER rêvasser
-ETER voleter
-INER trottiner
-ONNER chantonner
-OTER siffloter

A vrai dire les problèmes affixaux dépassent les limites de notre


étude. Ce qui nous intéresse, c'est le rôle des affixes dans la
structure des verbes actitifs ainsi que ses pièges.

Le préfixe A- :
M.Grevisse explique : "a-; ad- (lat.ad), qui devient, par assimilation,
ac-, af-, ag-, al-, an-, ap-, ar-, as-, at-. Il marque une idée de
tendance, de direction vers un but déterminé"(12). Nous voulons
ajouter à cette explication que A- joue un rôle actitif dans certaines
structures verbales. Il se combine avec des adjectifs, des substantifs
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

et des verbes.

Il donne des dénominatifs:


a) II forme un thème verbal avec certains adjectifs. Dans
cette combinaison, il ajoute au thème le sens RENDRE, FAIRE :

AT-trist(e)-ER = keder-LEN-DİR-
A-grav(e)-ER = ciddi-LEŞ-TİR-
A-sourd-IR = sağır-LAŞ-TIR-
A-lourd-IR = ağır-LAŞ-TIR-
AN-nul-ER = *yok-LAŞ-TIR-
*sıfîr-LAŞ-TIR-
*sıfir-LA-
İptal(=yok) ET-
AC-cour(t)-cIR = kısa-LAŞ-TIR-, kısa-L-T-

b) Il forme un thème verbal avec certains substantifs:


Dans ces verbes le rôle d'affixe n'est pas unique. Il change le sens
selon l'association atribuée. La fonction actitive reste encore
effective bien qu'elle soit ensevelie dans la profondeur du mot pour
certains verbes. Donc la souplesse de direction de sens apporté par
l'affixe nous oblige à apprendre le nouveau contenu du thème
dérivé.

AC-coupl(e)-ER = çift-LEŞ-TİR-
AC-coutum(e)-ER = adet-LEŞ-TİR-, adet ED-İN-
A-lit-ER = yatağ-a düş-ÜR-
AT-tabl(e)ER = masa-ya otur-T-
AF-front-ER = yüz yüz-e getir-, çat-ış-tır-
A-nord-IR = kuzey-LEN-DIR-, kuzey-e çevir-

(note: Ici, les majuscules sont utilisés pour souligner les suffixes, ils
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

n'ont pas de valeur morphologique.)

c) II permet de construire des déverbatifs:


Lorsqu'on cherche le rôle de l'affixe dans ces dérivations, on se
heurte à une confusion ou plutôt une fusion de fonctions effectives.
Et parfois il est trompeur de morphémiser un lexème, si l'on ne
recourt pas à l'étymologie (ex.: céder / accéder / abcéder; jurer /
abjurer / adjurer). Mais l'étymologie ne résout pas tout le problème
morphémique. Voilà des exemples des verbes distincts, c'est à dire,
des paires de verbes dérivés et non dérivés qui ont un sens voisin ou
un sens éloigné.

baisser A-baisser
courir AC-courir
noter AN-noter
battre A-battre
dresser A-dresser
venir AD-venir
coucher AC-coucher
mener A-mener
croire AC-croire

Le préfixe E- :
L'utilisation de ce préfixe n'est pas aussi fréquente que le préfixe
A-. Voici la définition donnée par le Petit Robert: "E- (18e, forme
moderne de es-) variants: EF, ES- préf du lat. e(x), prép et préf,
marquant l'éloignement (échauffer), servant à former des composés
(égarer) sur le modèle des composés issus du lat. (édenter)(l3).
Dans les dérivations aux bases adjectivales, il exprime "rendre":

E-larg(e)-IR = geniş-LE-T-
E-clair-ER = aydın-LA-T-
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Le préfixe EN- :
Ce préfixe se joint aux adjectifs très limités:

EN-juiv(e)-er (péjoratif) à judaïser =yahudi-LEŞ-TİR-


EM-bell-ir =güzel-LE-Ş-TİR-
EN-chér-ir =kıymet-LE-N-DİR-
EN-rich(e)-ir = zengin- LEŞ-TİR-
EN-dur-cir =zor-LA-Ş-TIR-
EN-laid-ir =çirkin-LE-Ş-TİR-

II constitue encore des pseudo-verbes actitifs avec les substantifs et


verbes:

EN-dett(e)-er =borç-LA-N-DIR-
EM-boît (e)-er =kutu-LA-
EM-poison- n er =zehir-LE-
EM-bourgeois-er =burjuva-LAŞ-TIR-
EM-bouteill(e)-er =şişe-LE-
EN-soleill- er =güneş-LE-N-DİR-
Porter = taşı-
EM-porter =götür-

Tout se passe, comme si ces trois préfixes étaient responsables de


l'actitivité. Le suffixe d'infinitif a la même fonction dans certains
exemples:

épous(e)-er = ev-len-
modern(e)-iser = modern-leş-tir-
équilibr(e)-er = denge-le-
divers-ifier = fark-lı-laş-tır-
étiquet(te)-er = etiket-le-
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

divin(e)-iser = ilah-laş-tır-
épais- s ir = kalın-laş-tır-
épong(e)-er = sünger-le-
blanch(e)-ir = beyaz-la-t-

note: Les majuscules sont utilisés pour souligner les suffixes

Actitifs avec les verbes distincts:


Pour exprimer certaines paires d’actions actitives et non actitives,
on utilise deux lexèmes différents et libres. Dans ce cas-là,
l'actitivité est assez affaiblie, on peut objecter que ces paires de
verbes aboutissent à deux événements différents, mais si l’on étudie
sémantiquement l’on pourrait insister qu’il s’agit de l’actitivité. Par
exemple : mourir et tuer

X a tué Yà Y est mort.

L’acte de ‘tuer’ contient l’acte de ‘mourir’. Mais elle est exprimée


implicitement. Donc dans un sens l’acte de ‘tuer’, c’est l’acte de
‘faire mourir’

D’ailleurs ce fait se montre explicitement en turc, car le verbe tuer


se traduise en turc comme ‘öl-dür-‘ et mourir comme ‘öl-‘. Donc
le verbe ‘öl-dür-‘ est actitif sémantiquement et morphılogiquement.

X öl-dür-dü-Ø Y i à Y öl-dü-Ø

De plus, l’analyse sémantique de McCawley ne laisse acun doute


sur ce fait. J.Lyons écrit: "McCawley a suggéré qu'on pouvait
décomposer le sens du verbe 'tuer' (...) en CAUSER, DEVENIR,
PAS, et VIVANT " (14). Mais, puisqu’il manque la part
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

morphologique on pourrait appeler ces verbes comme pseudo-


actitifs.

Prenons d'autres exemples:


voir à monter
aller à mener
emmener
enlever
conduire
porter
emporter
transporter
venir à amener
apporter

6) Actitifs avec d'autres verbes:


II y a d'autres verbes qui expriment ou aident à exprimer une
actitivité. Ceux qui l'expriment directement, sans recourir à un
support grammatical, ont cette fonction intrinsèquement.

Ceux que nous pouvons énumérer sous ce titre sont:


laisser, permettre, aider, servir, prier, commander, ordonner, causer,
motiver, provoquer, exciter, forcer, empêcher, vouloir etc.

7) Actitifs avec le verbe RENDRE suivi d'un attribut:


Pour parler de l'actitivité de "rendre", il faut partir du verbe devenir'.

il devient riche Ça le rend riche


il devient fou Ça le rend fou
elle devient sa femme *Il la rend sa femme
*Il la fait sa femme
Il en fait sa femme
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Il la prend pour femme.


Que deviendrai-je sans le rire? à (il n'y pas de passage au verbe
rendre)

On observe que la transformation de chaque structure de "devenir-


SN", à "rendre-SN" n'est pas possible. Encore une fois la langue
trouve d'autre formulation pour le même fait logique.

3) Comparaison:
Pour réaliser une comparaison des expressions actitives en français
et en turc, nous devons tout d'abord schématiser ce que nous
venons d'étudier dans les descriptions de deux langues:

le français le turc
.verbe faire .le suffixe –TIr-
- Vfaire-Inf
- Vfaire-SN
.verbes non-pronominalisés
.verbes symétriques
.verbes affixés
.verbes distincts .verbes distincts
.d'autres verbes .d'autres verbes
-verbes laisser,permettre -verbes izin ver- etc.
-rendre-attribut -kıl-, -lAş, -TIr-,
-d'autres -d'autres

a) verbe FAIRE:
selon le schéma, le suffixe –TIr- correspond à la formule Vfaire-
Inf. Cependant nous devons les comparer par des exemples pour
bien voir, s'il y a déviation.

1) Faites commencer
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1a)Başla-t-ın.
2) J'ai fait faire un vêtement à mon tailleur.
2a) Terzime bir elbise yap-tır-dı-m
3) On ne peut pas venir dans ce café, sans se faire insulter (M.
Pagnol)
3a) İnsan şu kahveye gelip de kendine hakaret et-tir-me-den
çık-a-ma-z.
4) Ta délicatesse naturelle n'est pas assez grande pour te faire sentir
les nuances. (M. Pagnol)
4a) Senin yaradılışındaki incelik, sana bu ayrıntıları his-set-tir-ecek
derecede hassas değil.

Ces exemples sont presque convenables pour ces deux éléments.

5) Tu ne nous fera pas croire que tu n'aimes pas ton fils. (M.Pagnol)
5a) Oğlunu sevmediğine bizi inan-dır-a-ma-z-sın.

Dans cette exemple, on observe que l'énonciateur a besoin


d'employer un élément de modalité en turc, afin de transmettre le
sens de la phrase française, sinon on obtiendrait une phrase
étrangère à l'usage:
5b) ? Oğlunu sevmedigine bizi inan-dır-ma-yacak-sın.

6) Panisse fait entrer le docteur dans la chambre (M.Pagnol)


6a) ?Panisse doktoru odaya gir-dir-ir.
6b) ?Panisse doktoru odaya sok-ar.
6c) Panisse doktoru odaya al-ır.

Dans les traductions (6b) et (6c), on n'a pas de suffixe thématique,


ces verbes sont distincts du verbe "gir-" (entrer). Donc quelquefois,
le correspondant de la périphrase Vfaire-Inf est un verbe distinct.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

7) Ça fait parler les gens.


7a) ?Bu insanları konuş-tur-ur.
7b) Bu insanların dedikodu yapmasma yol açar.

La traduction révèle que le formant thématique n'est pas seul


moyen d'actitivité en turc. De temps en temps, l'acceptabilité nous
oblige à paraphraser la traduction.

Pour l'autre emploi du verbe FAIRE, le turc s'exprime selon le


contexte:

8) II lui a fait un enfant


8a) Onu doğ-ur-t-tur-du.
9) II les a fait riches.
9a) Onları zenginle-t-ti.
9b) Onları zengin yap-tı
9c) Onları zengin-leş-tir-di.
10) Vous en avez fait un enfant gâté
10a) Onu şımarık bir çocuk yap-tı-nız.
10b) Onu şımar-t-tı-nız.
11) II se fait vieux (H. Frei)
11a) İhtiyarl(a)-ıyor.

b) Verbes non pronominalisés:


Puisque le turc a deux formes linéaires du point de vue sémantique
aussi bien que morphologique et qu'en français, ce sont les verbes
pronominaux qui correspondent à la forme primaire en turc, on
peut réaliser une comparaison en partant des verbes pronominaux
en français.
12) II se lève pour partir.
12a) Gitmek için kalk-ıyor-Ø.
13) II lève les mains.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

13a) Ellerini kal-dır-ıyor-Ø.

La disparition de /k/ dans le verbe "kal-dır-mak=lever" est un fait


morphophonétique qui trouve sa réponse à la diachronie: (kal):(L.
Bazin). Continuons à comparer:

14) Pierre s’arrête devant les jouets.


14a) Pierre oyuncakların önünde dur-ur-Ø.
15) L'agent arrête les voitures.
15a) Trafik polisi arabaları dur- dur-t-ur-Ø.
16) Le petit chien se promène partout.
16a) Küçük köpek her yerde dolaş-ır-Ø. /gez-in-ir-Ø.
17) II promène le petit chien.
17a)Küçük köpeği dolaş-tır-ır-Ø. /gez-dir-ir-Ø.
18) II va se marier avec une veuve.
18a) Bir dulla evlen-ecek-Ø.
19) II va marier son fils.
19a) Oğlunu evlen-dir-ecek-Ø. / ever-ecek-Ø.
20) Je m'assieds sur une chaise.
20a) Bir sandalyeye otur-uyor-um.
21) J'assieds ma fille sur une chaise.
21a) Kızımı bir sandalyeye otur-t-uyor-um.
22) Özdil se réveille.
22a) Özdil uyan-ıyor.
23) Özdil réveille son frère.
23a) Özdil (erkek) kardeşini uyan-dır-ıyor-Ø.
24) Je n'osais pas m’approcher.
24a) Yaklaş-mağ-a cesaret edemiyordum.
25) II approche le fauteuil de la table.
25a) Koltuğu masaya yaklaş-tır-ıyor-Ø.
26) Le climat social s'alourdit.
26a) Toplumsal hava ağırlaş-ıyor-Ø.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

27) Cette tournure alourdit la phrase.


27a) Bu biçim, cümleyi ağırlaş-tır-ıyor-Ø.
28) Elle se tourne vers lui avec un sanglot.
28a) Hıçkırarak ona dön-er-Ø.
29) II tourne la toupie
29a) Topacı dön-dür-ür-Ø.

Pour traduire un verbe non pronominalisé en turc, on utilise le


morphème –TIr-. Essayons de soulever d'autres problèmes
intrinsèques à deux langues:

30) La vie s'évapore comme une vapeur.


30a) ?Hayat buhar gibi buhar-laş-ıyor-Ø.
30b) Hayat buhar gibi uç-uyor-Ø.
31) Le soleil évapore lentement l'eau.
31a) Güneş suyu yavasça buhar-laş-tır-ıyor-Ø.

Pour l'exemple (30a), on a un problème d'acceptabilité en turc:


« buhar-laş-mak (à devenir vapeur à ‘s'évaporer’) est un verbe
dénominatif. On peut rejeter au nom d’économie de mots, d'utiliser
deux fois le même mot pour deux fonctions différentes, et on
préfère un autre verbe, pour cette image: c'est uç-mak= voler.

Un autre problème se révèle pour quelques verbes turcs lorsqu'on


passe de la forme réfléchie à la forme actitive:

32) Non, je ne me trompe pas.


32a) Hayır, aldan-mı-yor-um.
33) II me trompe.
33a) Beni aldat-ıyor-Ø.

Ces suffixes sont soudés à la base verbale, car elle n'existe plus
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

indépendamment.

En français, il y a une occurrence entre la forme non


pronominalisée et la périphrase «Vfaire+inf » (asseoir à faire
asseoir). Dans le deuxième cas, bien que le pronom disparaisse, le
sens reste. Sinon il faudrait le traduire en turc dans une chaîne
hiérarchique:

s’asseoir = otur-
asseoir =otur-t-
faire asseoir =otur-t-tur-

Le dernier ne suit pas la ligne logique, et on le transfère comme


"asseoir". Ce fait donne lieu à une case vide pour les verbes dont la
forme non pronominalisée n'a pas de sens lié explicitement à
l'autre.

c) Les verbes symétriques:


Puisque le turc n'a pas de verbes symétriques, c'est souvent le
suffixe –TIr- qui correspond à ces verbes.

34) il descend
34a) in-iyor
35) il descend le panier
35a) sepeti in-dir-iyor

36) Il rentre à la maison


36a) Eve dön-er
37) Il descend du comptoir, rentre son ventre (M.Pagnol)
37a) ?Bardan iner, göbeğini dön-dür-ür
(autre sens à faire rouler, tourner)
37b ) Bardan iner göbeğini içeri çek-er.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Pour la traduction de cet exemple (37), la paraphrase (ou


changement de forme verbale) survient obligatoirement pour que
nous restions fidèle au sens, sinon avec le morphème –TIr-, on se
désoriente vers un autre sens.

38) (Elle est allée chez la couturière en sortant de la poissonnerie)


Elle se fait une robe (M.Pagnol)
38a) Kendine bir elbise yap-ıyor (ou dik-iyor prépare, coud )
38b) Kendine bir elbise yap-tır-ıyor (fait préparer etc)

Dans cet exemple une ambiguïté nous prend, si l'on ne considère


pas le contexte, le sens actitif et non actitif se trouvent
isomorphiques.

d) Les verbes affixés:


Ces verbes du français se transmettent au turc ou dans une
combinaison des suffixes danslaquelle le suffixe –TIr- se trouve
(attrister à keder-len-dir-) ou sous une autre forme verbale
(annuler à iptal et-).

e) les verbes distincts:


Pour ces verbes on utilise soit des formes distinctes dans les deux
langues,

gör- voir göster- montrer


git- aller götür- mener, emmener
gel- venir getir- amener, apporter
al- prendre ver- donner

soit la forme affixée pour la forme actitive (c'est le cas du turc, de


plus, on peut dire que les trois premiers exemples contiennent ce
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

suffixe intrinsèquement)

ö1- mourir ö1-dür- tuer

Et pour certains verbes il existe une forme distinte et une forme


affixée, pour distinguer une nuance

git- à götür- et gid-er- écarter, supprimer

Mais dans deux langues, ces deux formes distinctes acceptent un


morphème d'actitif:

faire voir = göster- / faire montrer =göster-t-


faire mourir=öl-dür- / faire tuer

Pour cette raison on se trouve parfois devant un obstacle à traduire :

montrer / faire voir = göster- tuer / faire mourir = öl-dür-

f) D'autres verbes:
1. Laisser, permettre:
De verbes actitivisants, les verbes 'laisser et permettre’ s'insèrent à
une combinaison avec Inf. comme le verbe 'faire'. Essayons de
comparer ces verbes avec leurs correspondants en turc.
a- avec le verbe "LAISSER"
Dans les phrases étudiées, on a trouvé trois formes de traductions
de ce verbe en turc:
A)Avec le correspondant lexical de LAISSER = BIRAK-
39) Laisse-moi partir.
39a) Bırak beni gid-e-y-im.

Mais on remarque que pour le turc le mode n'est plus infinitif, et il


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

est optatif. Cette formule de traduction convient généralement pour


les impératifs.

B) Avec le morphème -TIr – :


40) Il faudra que tu te laisses embrasser.
40a) Kendini öp-tür-me-n gerek-ecek-Ø.
41) Emma le laissait parler
41a) Emma onu konuş-tur-uyor-du-Ø.
42) Tu laisses couler la goutte sur l'étiquette
42a) Etekete su damla-t-ıyor-sun.
43) Tu vas pas me laisser dormir tranquille.
43a) Beni rahat uyut-ma-y-acak-sın.

C) Avec l'interprétation de la périphrase "laisser+inf":


44) Ne les laissez pas partir
44a) Git-me-ler i-n e izin ver-me-yin.
44b) Git-me-ler i-n e müsaade et-me-yin.
44c) Git-me-ler i-n i önle-yin.
44d) Git-me-ler i-n i engel-le-yin.

(44a) avec (44b) et (44c) avec (44d) sont synonymes. (44c) et


(44d) sont des formes antonymiques du verbe ‘permettre’.

41b) Emma onu konuş-ma-ya bırak-ıyor-du-Ø.


41c) Emma onun konuş-ma-sı-na al-dır-m-ıyor-du-Ø.
41d) Emma onun konuş-ma-sı-na izin ver-iyor-du-Ø.
41e) Emma onu dinl-iyor-du-Ø.

Ce sont des possibilités d'interprétation qu'on peut appliquer


selon le contexte.

45) Ne les laissez pas lire ce livre


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

45a) Onların bu kitabı oku-ma-lar-ı-na izin ver-me-yin


45b) Onlara bu kitabi oku-t--ma-y ın.
46) Je le laisserai prendre
46a) Al-ma-sı-na göz yum-acağ-ım.
47) On le laisse se lever.
47a) Kalk-ma-sı-nı bekl-iyor-uz.
48) Tu les laisses m'insulter.
48a) Bana hakaret et-me-ler i-ne al-dır-m-ıyor-sun.
49) Il se laisse travailler.
49a) Kendini çalış-ma-ya kap-tır-ıyor-Ø.
50) Marc se laisse tomber sur la banquette.
50a)Marc sıranın üzerine yığ-ıl-ır-Ø.

b) Avec le verbe "PERMETTRE"


Il présente trois formules mais avec l'interprétation limitée.

A) PERMETTRE = İZİN VER-, MÜSAADE ET-


51) Son patron lui a permis de ne pas venir travailler
demain.
51a) Patronu onun yarın çalışmaya gel-me-me-si-ne izin ver-di-Ø.

B) Avec le morphème -TIr-


52) Bu bana derin bir nefes al-dır-ır-Ø.
52a) Cela me permet d'être soulagé pour longtemps.
53) Bu çocuk bizi rahat et-tir-ir-Ø.
53a) Je crois que ce fils nous permettra de mener une
vie confortable.

C) Avec diverses tournures:


54) Ça me permet de voir ses fautes
54a) Bu, benim onun hatalarını gör-me-m-i sağ-la-r-Ø.
54b) Bu, benim onun hatalarını gör-me-m-i temin ed-er-Ø.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

54c) Bu, benim onun hatalarını gör-me-m-e yara-r-Ø.

2) Rendre suivi d'un attribut:


Cette périphrase s'exprime avec les lexèmes ETMEK, KILMAK,
YAPMAK ou avec les suffixes (-lAş-TIr-) et (-TIr-) en turc. Mais le
verbe "etmek", fonctionne avec un ou deux actants, selon les
constituants qu'il accepte.

rahat etmek = être à l'aise à un actant


yolcu etmek = envoyer qqn en voyage à deux actants.

Essayons de comparer quelques exemples:

55) Il devient riche.


55a) Zengin ol-uyor-Ø.
56) Ça le rend riche.
56a) Bu onu zengin yap-ar-Ø.
56b) Bu onu zengin kıl-ar-Ø.
56c) Bu onu zengin ed-er-Ø.
56d) Bu onu zengin-leş-tir-ir-Ø.
57) Il devient fou.
57a) Deli-r-iyor-Ø.
57b) Deli-leş-iyor-Ø.
58) Ça le rend fou.
58a) Bu onu deli ed-er-Ø.
58b) Bu onu deli kıl-ar-Ø.
58c) Bu onu deli yap-ar-Ø.
58d) Bu onu deli-leş-tir-ir-Ø.
58e) Bu onu deli-r-t-ir-Ø.
59) Elle devient sa femme
59a) Karısı ol-acak-Ø.
60) *II la rend sa femme
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

60a) *Onu karısı ed-iyor-Ø.


61) *II la fait sa femme
61a) *Onu karısı kıl-ıyor-Ø.
62) II en fait sa femme
62a) *Onu karısı-laş-tır-ıyor-Ø.
63) Il la prend pour sa femme
63a) Onu kendine karı ed-iyor-Ø.
63b) Onu karısı (olarak) kabul ed-iyor-Ø.

3- Et voilà les verbes libres qui donnent l'impression d'actitif et


leurs traductions:

64) Pierre aide Jeanne à porter le panier


64a) Pierre, Jeanne’ın sepeti taşı-ma-sı-na yardım ed-iyor-Ø.
65) Cet argent a servi à la construction de notre maison.
65a) Bu para evimizin inşaatına yara-dı-Ø.
66) Priez le médecin de venir.
66a) Doktorun gel-me-sin-i rica ed-in.
66b) Rica ed-in, doktor gel-sin.
67) Le maître a commandé aux élèves de sortir.
67a) Öğretmen öğrencilerin çık-ma-sı-nı emr- et-ti-Ø.
68) Je vous ordonne de vous taire
68a) Size sus-ma-nı-z-ı emr-ed-iyor-um.
69) II lui cause de la peine
69a) Ona dert ol-uyor-Ø.
70) II a motivé notre décision.
70a)- Kararımızı yön-len-dir-di-Ø.
70b) Kararımızı etki-le-di-Ø.
71) Il le provoque à la violence
71a) Onu şiddete teşvik ed-iyor-Ø.
72) Ces gâteaux excitent son appétit.
72a) Bu pastalar onun iştahını aç-ıyor-Ø.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

73) Une panne de voiture a obligé mon oncle à rentrer


73a) Bir araba arızası (arabanın arızalanması) amcamı dön-meğ-e
zor-la-dı-Ø.
74) Les parents obligent les enfants à travailler
74a) Ana-babalar çocuklarını çalış-ma-ğa zor-l(a)-uyor-lar-Ø.
75) Son travail l'a empêché d'y aller
75a) Çalışması oraya git-me-si-ni engel-le-di-Ø.
76) Dites lui d'entrer.
76a) Söyle-y-in gir-sin.
77) Faites le entrer
77a) Onu içeri al-ın.
78) Ça me donne soif.
78a) Bu beni susa-t-ıyor-Ø.
79) En écartant ses deux mains ouvertes devant sa poitrine, il donne
à entendre qu'elle a des seins comme des pastèques.
79a) Ellerini göğsünün üzerinde açarak, onun karpuz kadar
göğüsleri olduğunu anla-t-mağ-a çalış-ıyor-Ø.

Notes.
1) R.W.LANGACKER ; Les verbes faire, laisser, voir etc. ; in
Langages; n: 3; 1966; (p: 72)
2) Peter CANNINGS and Marvin D.MOODY; A semantic
approach to causation in French; in Linguisticae Investigationes;
vol: 2; n: 2; 1978; (p: 344)
3) M.Grevisse; Le Bon Usage, grammaire française; Gembloux;
Ed. J.Duculot, S A ; 8e ed.; 1964; (p: 467-468)
4) Georges GOUGENHEIM; Système grammatical de la langue
française; Paris; Bibliothèque du "français moderne"; 1938
5) Borillo; Remarques sur les verbes symétriques français; in
Langue Française; no:11; 1971; (p: l8)
6) J.Dubois; Grammaire structurale du français: le verbe; Paris;
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Ed. Larousse, langue et langage; 1967; (p:119)


7) R.Lagane; Les verbes symétriques; in Cahiers de lexicologie;
no: 10; 1967; (p: 21)
8) R. Lagane; ibidem
9) R. Lagane, art.cité (p: 29)
10) H.Sebüktekin; Turkish-English contrastive analysis; Paris;
Mouton, The Hague; 1971; (p: 20)
11) L. Bazin; op.cit (p: 22)
12) M.Grevisse; op.cit. (p: 95)
13) P.Robert; Petit Robert; 1973
14) J.Lyons; Sémantique linguistique; trad. par J. Durand et D.
Boulonnais; Paris; Libr. Larousse, langue et langage; 1980 (p:260)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

CHAPITRE 4

LES STRUCTURES AU PASSIF

LE FRANÇAIS

La transitivité
Passif périphrastique
Etre /avoir
Participe passé
Passif avec la particule préverbale SE
La structure du passif avec le pronom ON
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

TRANSITIVITE
Un seul critère n'est pas suffisant pour définir la notion de
transitivité qui désigne une particularité du syntagme verbal. Pour
cette raison, elle a été l'objet de plusieurs études. Dans le cadre de
notre étude, nous allons essayer de voir ces critères
panoromiquement.

A ) L'action exprimée par le verbe passe à l'objet:


les grammairiens turcs considèrent la transitivité comme un fait de
‘passage’, par exemple T.N.Gencan définit ainsi les verbes
transitifs: "les verbes dont l'action qui se réalise par le sujet, passe
aux autres, c'est-à-dire, les verbes qui acceptent un objet sont
transitifs"(1). T.Banguoğlu la définit comme une influence: "on
appelle verbes transitifs, ceux qui ont une influence sur un être cité
dans la phrase"(2). Malheureusement leurs exemples donnés ne
correspondent pas à leurs définitions:

Yalçın şiir okuyor. (T. N. Gencan)


Yalçın lit un poème.
Ali motoru getirdi. (T. Banguoğlu)
Ali a apporté la motocyclette
Kardeşim mektup yazdı. (K.Demiray)
Mon frère a écrit une lettre.

Dans quelle mesure le fait de "lire" passe au poème? Comment est-


elle influencée, la lettre, d'être écrite, puisqu'elle signifie une chose
écrite ?!

Les Bidois présentent l'insuffisance de critère de passage, en


donnant ces exemples:
J'aime Pierre.
Je vois Jean.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Je reçois André.

et ils disent: "ces actions d'aimer, de voir, de recevoir ne passent


d'aucune manière et à aucun degré sur "l'objet" - ni sur rien
d'ailleur"(3). Toutefois les objets des phrases restent
problématiques, il faudrait trouver un autre prétexte, et ils disent:
"Mais si leur action ne "passe" pas sur un objet, on peut dire
pourtant en un sens qu'elle tend à un objet. Elle y tend, en ce sens
que si l'objet n'était pas énoncé, s'il n'y avait que le verbe nu, l'action
paraîtrait manquer de son point d'appui nécessaire, elle resterait,
comme suspendue en l'air"(4). Ils les considèrent comme "réceptive
ou sensitive", alors que les autres sont effectives.

B) Incomplétude:
La transitivité s'exprime souvent par "l’incomplétude", c'est-à-dire
que le verbe a besoin d'une particule pour que l'action exprimé se
complète en cycle. Par exemple, les Bidois, pour la définition de
l'intransitivité, disent-ils: "Ils énoncent d'une manière complète, et
parfaite la nature propre de l'action; de plus, ils la dénoncent
comme rigoureusement adhérente au sujet, comme enfermée en lui
et ne "passant" pas hors de lui"(5). Les mêmes auteurs ajoutent un
critère pour discerner les intransitifs: "Mais sur l'action elle-même,
comme telle, on ne se demande qui ni quoi"(6).

A.Sechehaye qui part de cette incomplétude, montre bien qu'elle


n'appartient pas aux verbes seuls, mais elle entoure un vaste
domaine: "Or, si nous définissons la transitivité par 1'incomplétude
de l'idée principale, nous voyons aussitôt une perspective beaucoup
plus vaste s'ouvrir devant nous"(7). Et il détermine cette perspective
ainsi:

1) Elle ne reste pas au stade des verbes d'action, mais elle


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

enveloppe aussi un verbe qui demande un complément désignant le


possesseur [appartenir à]"(8), et un verbe "qui appelle une
indication de lieu [aller à], ils seront transitifs également. Parmi les
verbes, il faudra compter aussi tous ceux qui sont faits pour être
suivis d'un infinitif avec ou sans particule comme devoir, vouloir,
cesser de, se mettre à et beaucoup d'autres"(9).

2) "Il y a des adjectifs transitifs (bon à jeter)" (10).

3) "Tout ce qui est particule, instrument syntagmatique: la copule,


les prépositions, les conjonctions; tous les éléments formatifs des
mots: préfixes, suffixes, désinences et même les thèmes et les
racines, quand ils n'existent que pour les formes plus pleines.
Toutes ces choses seraient donc "transitives" puis qu'elles sont
incomplètes en elles mêmes [Il ne s'arrête (jamais)]"(11).

Après avoir ouvert les limites de l'incomplétude, cependant sans


s'éloigner de cette notion, en délimitant certains comme "transitivité
morphologique", il définit la transitivité: "La transitivité,
phénomène en principe psychique, est une des voies qui conduisent
à la "transitivité" morphologique; un terme d'une incomplétude très
accusée et consacrée comme tel par l'usage, cesse d'être un mot
pour devenir un auxiliaire, une particule, un outil de grammaire.
Mais ce ne sont pas ces conséquences qui nous intéressent ici: c'est
le fait initial, celui qui concerne les idées, et c'est à lui que nous
réserverons le nom transitivité"(12). C'est ainsi la transitivité se lie
au concept d'idée. Et on arrive au carrefour de séparation faite
nettement par Frei:

1. Catégories sémantiques 2. Procédés grammaticaux

1. Catégories sémantiques:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

La transitivite appartient à cette catégorie. Frei et A.Sechehaye


distinguent deux sortes de transitivite:

transitivite d'inhérence (A.Sechehaye) ou transitivite intrinsèque


(H.Frei). Aussi se distingue-t-elle à son tour, comme l'état (être) et
le procès (devenir), ce verbe a été cité par A. Sechehaye parmi les
verbes attributifs.

transitivité de relation (A. Sechehaye) ou transitivité extrinsèque


(H. Frei). Celle-ci est encore distingué par H. Frei comme l'état
(avoir: la maison du jardinier), et le procès (faire: Pierre frappe
Paul). A.Sechehaye qui parle de la transitivité de relation des
prépositions, des verbes et des adjectifs (au bout de; la jeune fille
travaille pour les pauvres; un animal utile aux hommes), distingue
une transitivité accidentelle (Il ne s'ennuie pas, il lit / Je viens de lire
Jean Christophe) et une transitivité essentielle (faire, mettre,
prendre)

Et H.Frei, fait une autre distinction, cette fois pour les intransitifs:
a) Intransitif absolu (Dieu est)
b) Intransitif neutre (Dieu existe)

II exprime leur différence ainsi: "le verbe intransitif absolu diffère


du verbe intransitif neutre par le fait que ce dernier constitue
toujours plus ou moins un syntagme dans lequel le rapport de
copule à prédicat n'est pas analysable par la forme. Exister = être là,
être qch"(13).

2. Procédés grammaticaux:
H. Frei signale la coïncidence de l'inhérence et de la relation avec
l'accord et la rection qui sont "dans un très grand nombre de cas ces
deux couples (...) synonymes"(14). Il donne comme exemple
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

"Dans le tour une boucherie chevaline"


"l'adjectif est accordé (procédé grammatical), mais le rapport
sémantique est un rapport de relation (boucherie où l'on vend du
cheval) "( 15).

A.Sechehaye qui traite la rection, la définit comme "un fait qui


manifeste la solidarité étroite du principal et du procédé par lequel
le complément de relation est introduit"(16). Là, pour éclaircir la
définition nous devons signaler que la distinction "principal/
complément" est faite par l'auteur au lieu de "déterminé/
déterminant". Au sujet de rection, prenons ses propres exemples:

vǐcǐnus Belgǐs = voisin des Belges


datif

suivre qqn/qqch
sans préposition

Le principal régit l'autre. Voilà, à ce propos un exemple en turc :


A X-i vur-du-Ø. A a tué / blessé X
A X-e vur-du-Ø. A a frappé X

Danslesquels le sens du verbe régit le complément: le cas accusatif


pour le premier, et datif pour le second.

A.Sechehaye qui exprime le rattachement de la rection à la


synthèse lexicologique (sur le champ ), cherche encore à révéler la
nuance: "les synthèses de rection ne se présentent pas en général
par cas isolés"(17). Là, il faut développer pour ne pas le confondre
avec la détermination citée par Lyons:: "Hockett says that
government [= la rection] is found only in exocentric constructions
(of a particular subtype); ad urbem is exocentric - it differs
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

distributionally from its constituents ad and urbem" (18).


Néanmoins, le cas isolé pour A. Sechehaye, c'est la conservation du
sens du syntagme. Prenons encore une fois son exemple,

"La jeune fille travaille pour les pauvres."

Dans cette phrase, la synthèse de rection est "travaille pour les


pauvres", quand on l'enlève de la phrase, le sens change. Enfin,
nous allons donner une dernière citation d'A. Sechehaye: "la rection
(...) constitue certainement le procédé grammatical le plus
complètement adopté à l'expression de la relation extrinsèque, et
cela surtout quand l'outil de liaison est une préposition et que cette
dernière n'est pas entièrement dépouillée de valeur
significative"(19).

C) La transformation au passif :
Un autre critère plus usuel, c’est la transposition. La possibilité
d'être transposé au passif pour un syntagme verbal. D'après
A.Blinkenberg, le pour et le contre de ce critère sont:

Pour: "le critère a l'avantage indéniable d'être précis et clair. Par


l'affinité qu'il met en lumière entre objet et sujet, il souligne de plus
le rôle de l'objet du verbe comme étant celui des termes principaux
de la phrase qui s'apparente de plus près au sujet"(20).

Contre: ce critère n'est pas applicable complètement, car,


a)"Il ne s'adapte normalement en français qu'aux objets directs"
(21), mais, pas à tous. "Or il est facile de constater que toutes les
phrases actives contenant un objet direct ne se prêtent pas à
l'opération de la transposition au passif" (22).
Par exemple: "Eviter le mal - fuir le mal
La transposition au passif est possible pour le premier, impossible
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

pour le second" (23).

b) D'après lui, ce critère est applicable indirectement aux objets


indirects, (décerner le prix à qqn. Le prix a été décerné à X. X s'est
vu décerner le prix). De plus certains objets indirects peuvent être
présentés sous la forme d'objet direct. On pourrait penser à établir
pour les objets indirects des critères suplémentaires utilisant des
parallélismes basés sur des équivalences sémantiques (...)

faire des compliments à qqn. / complimenter q.


faire un outrage à qqn. / outrager q.
condamner qqn. à une amende / infliger une amende à qqn."(24).

Et quand même ce dernier procédé "semble artificiel et manque "de


rigueur"(25) et "pour les objets indirects qui sont des objets
premiers, la transposition au passif reste le plus souvent impossible.
Ainsi ‘il manque à ses devoirs’ est diathétiquement irréversible"
(26).

c)Pour ce critère, les verbes modaux présentent un autre embarras.


"devoir une somme d'argent
devoir payer une somme d'argent

On voit que ‘la somme’ peut être due, ‘payer’ ne peut guère l'être.
Et le verbe ‘pouvoir’ semble tout à fait exclu de la transposition au
passif"(27).

d) Nous voudrions ajouter à ce compte, la situation du turc. En turc,


même les verbes intransitifs peuvent être agglutinés
avec le suffixe du passif (quoi qu'ils expriment un passif
impersonnel):
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

kal- rester kal-ın-dı on est resté


git- aller gid-il-di on est allé

En revanche, tous les verbes transitifs n'acceptent pas directement


ce suffixe:

benze- ressembler

D) Ordre des mots:


Un autre critère traité par A.Blinkenberg, c'est la variation d'ordre
des mots. Il le déclare comme "le meilleur critère" pour "des verbes
dans le français moderne". Il énumère les aspects positifs de ce
critère:
1) "le français a substitué une syntaxe de position à la syntaxe
casuelle du latin"(28).
2) "les variations de cohésion des groupes de détermination comme
le facteur primordial dans la constitution de la transitivité"(29).

Cependant il ne tarde pas à apporter un argument contraire en


disant: "La cohésion des groupes se reflète dans l'ordre des mots; la
transitivité supposant une cohésion moyenne qui relie deux
membres principaux interdépendants de la phrase, il sera facile (...)
d'écarter d'abord les termes dépendants à forte cohésion c.à.d. en
première ligne les adverbes de degré et, en partie, de mode, en
s'aidant toutefois de l'opposition sémantique inhérence-direction
(...) le critère de l'ordre des mots a donc comme les autres ses
limites"(30).

E) L'épreuve par la transposition thématique :


C'est encore chez A.Blinkenberg que nous puisons un autre critère.
Après avoir essayé la possibilité de transformer au passif ("la
transposition objet-sujet") et l'ordre des mots ("la cohésion
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

moyenne par rapport au verbe"), il essaie de les combiner: "puisque


les deux procédés combinés forment ce qu'on pourrait appeler,
"l’épreuve par la transposition thématique". Il l'applique,

"II a dormi toute sa vie ,


Toute sa vie, il a dormi
II a dansé la première danse avec Jeanne
La première danse il l'a dansé avec Jeanne

On voit combien plus naturelle est ici cette épreuve par la structure
thématique que l'épreuve par la transposition au passif qui donnerait
un résultat comique:

*La première danse a été dansée par lui avec Jeanne"(31)

Donc ce critère n’est pas parfait, puisque "il assigne des limites
assez large à l'objet direct"(32). Et "il ne le délimite pas de façon
catégorique"(33). Dans le cas de l’objet indirect, il donne "des
résultats indécis"(34).

Il donne tout à son petit frère


A son petit frère, il donne tout
Son petit frère, il lui donne tout

En outre, "il détermine le concept de "sujet" un peu autrement, en


l'élargissant, c'est ce que nous appelons le "thème" de la
construction disloquée"(35). Enfin, il "met bien en lumière la
notion de la cohésion, fondamentale pour "le concept de la
transitivité"(36).

En conclusion, A.Blinkenberg nous souligne le caractère mouvant


et dynamique du domaine de la transitivité.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Une autre approche pour la transitivité:


transitivité forte / transitivité faible
P.J.Hopper et S.A.Thompson, en partant du sens étymologique du
mot "transitivité" et de la considération traditionnelle, disent:
"Transitivity in the traditional view thus necessarily involves at
least two participants (...) and an action which is typically
EFFECTIVE in some way”(37). Et ils segmentent la transitivité.
Pour eux, le degré de la transitivité d'une phrase est relative par
rapport à une autre phrase, Ainsi, ils dénomment, de deux phrases,
l'une, transitive haute, et l'autre, transitive basse: "Transitivity, then
viewed in the most conventional and traditional way possible - as a
matter of carrying-over or transfering an action from one
participant to another- can be broken down into its component
parts, each focusing on a différent facet of this carrying-over in a
différent part of the clause. Taken together, they allow clauses to be
characterized as MORE or LESS Transitive" (38). Donc la
transitivité est une notion qui se place entre deux pôles (-) et (+). Ils
énumèrent ceux qui caractérisent la hauteur et l'infériorité de la
transitivité. Nous les présenterons en y ajoutant les exemples
donnés à la suite de leur article, dans un tableau:

Tableau des composants et des degrés de la transitivité

Pour éclaircir la situation, nous prenons leurs propres exemples:


Susan left.
Jerry likes beer.

La transitivité du premier exemple est haute, bien qu'il implique un


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

seul participant, car il implique l'action, l‘accompli, la ponctualité et


la volonté par rapport à deuxième. Ils résument leur hypothèse
ainsi: "If two clauses (a) and (b) in a language differ in that (a) is
higher in Transitivity according to any of the features 1A-J [ce sont
l'ordre des composants donnés], then, if a concomitant grammatical
or semantic différence appears elsewhere in the clause, that
différence will also show (a) to be higher in Transitivity"(40).

Passif périphrastique:
Etre / Avoir:
Les verbes 'être’ et 'avoir' adoptent dans peu d'exemples la même
fonction, et ils sont différents ou opposés dans la plupart des
structures. Cette similitude et cette différence ont poussé les
linguistes à faire des recherches sur ces verbes. Nous voudrions
traiter brièvement leur situation, pour l'intérêt de notre sujet. Par
exemple, A. Joly présente ainsi leur similitude: "Si avoir et être ont
un comportement syntaxique différent, il existe entre eux un
rapport sémantique étroit, qu'ils soient employés comme verbes
pleins ou comme copules"(41), et il donne ces exemples:

II était une fois / II y avait une fois


il n'est que de / II n'y a qu'à
Ses cheveux sont noirs / Elle a les cheveux noirs
L'air était d'une tendresse / L'air avait une tendresse

Toutefois le verbe 'être' paraît comme un verbe libre pour exprimer


'exister' (je pense donc je suis), et les deux verbes ont besoin d'un
autre élément, soit nominal soit verbal. Cependant; il n'est pas facile
effectivement de les accepter comme des verbes transitifs par
rapport à leur incomplétude. Et ils ont été considérés, dans des
structures qui contiennent un nom, comme copules ou "auxiliaire
de prédication"(42).
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Il est médecin.
Il est jeune.
Il n'est pas là.
Il a peur.
Il a faim.

Les verbes 'être’ et 'avoir' qui se combinent avec les noms, font une
autre combinaison avec les verbes à forme participe passé. La
fonction de cette combinaison est bien expliquée par E.Benveniste,
selon lequel il existe une fonction de "la somme", à côté des valeurs
lexicales de l'auxiliant et de l'auxilié. E.Benveniste qui évite le
terme "verbe auxiliaire" parle de l'auxiliation dont les éléments sont
auxiliant et auxilié. Pour arriver à la fonction de temporalité de "la
somme" dans la quelle l'auxiliant se charge de la fonction de
temporalité et l'auxilié de la fonction de dénotation, E. Benveniste
dit: "II apparaît donc que l'auxilié doit être reconnu comme
bifonctionnel.. En sus de sa fonction paradigmatique, qui est
d'assurer la liaison sémantique avec le verbe, il remplit une fonction
syntagmatique complémentaire de celle de l'auxiliant. Auxilié et
auxiliant sont mutuellement adjuvants dans ce procès" (43).

Dans la fonction de temporalité, les deux verbes 'être' et 'avoir'


paraissent liés à la syntaxe, car le même auxilié peut être utilisé
avec 'être' et 'avoir:

Il est monté Il a monté l'escalier


Il est descendu Il a descendu la malle.

E.Benveniste énumère ainsi les verbes qui "demandent l'auxiliant


"être" (...): aller, venir, devenir, intervenir, retourner, accourir, partir,
arriver, rester, entrer, sortir, naître, éclore, mourir, décéder, tomber,
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

échoir, monter, descendre"(44). G.Guillaume rassemble ces verbes


sous la dénomination de "voix déponente"(45), et il explique
l'utilisation différente pour le parfait par un terme inventé par lui-
même: "dirimant", cela veut dire "peut continuer": "la langue
française fait la distinction des verbes à parfait dirimant, qui se
conjuguent avec avoir, et des verbes à parfait intégrant, qui se
conjuguent avec être"(46).

Avoir marché à dirimant


Etre sorti à intégrant

Cependant la langue échappe à tout effort de fixation de critère, par


exemple le verbe "passer" s'utilise à la fois avec être ou avoir pour
le même sens.

le facteur a passé le facteur est passé

E.Benveniste attire l’attention sur une autre particularité de ces


verbes: "On remarquera qu'aucun de ces verbes les verbes qui
demandent l'auxiliant être ne peut s'employer au présent duratif,
mais seulement au présent de définition ou au présent historique"
(47).

A.Joly exprime que ces verbes n'ont pas de formes passives: "Un
fait intéressant: les verbes qui ont recours à être pour former l'aspect
transcendant n'ont pas de passif; c'est qu'ils sont déjà devenus, d'une
certaine manière, des passifs. Aspect et voix sont intimement
mêlés. Il est difficile de traiter de l'un sans évoquer l'autre"(48).
Pour E.Benveniste "l’auxiliation de diathése commence un degré
plus haut que l'auxiliation de temporalité. Il n'y a pas de symétrie
entre ‘il est frappé’ et ‘il a frappé’ "(49), et "l'auxiliation de diathèse
s'arrête un degré plus haut que l'auxiliation de temporalité "(50):
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Il a frappé à Il a été frappé


Il a eu frappé à --

Participe passé :
Pour les verbes qui se conjuguent avec avoir, l'emploi de l'auxiliaire
'être' signale théoriquement la voix. Et le participe passé donne lieu
selon les structures, à une diversité de catégories grammaticales:

a) Adjectif:
la porte est ouverte
je suis fatigué
un voyage organisé
c'est une idée communément admise

b) Verbe:
Corneille et Racine étaient joués par Albert Lambert et Segond-
Weber (P.Daninos)
Et si je suis condamné par les tribunaux répressifs (Michel de Saint
Pierre)

c) Substantif:
Sous-développés
Quinze inconnus avec des fusils de chasse (G. Cesbron)
Relation sommaire de cette équipée par un ami au cours d’un dîner
(P.Daninos)

d) Adverbe:
Arrivé à l'embranchement appelé "le Delta rouge", il s‘arrêtait ...
(Yves Simon)
Penchée à nouveau, elle lui dit de sa voix normale (M. St. P)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Suivant la multiplicité de fonction, le participe passé s'utilise sans


verbe "être", en exprimant le passif, pour économiser le discours.

Le visage modelé par la mort frémit, se crispa (M.St.P)


Ces yeux fixes, ce visage de bronze sillonné de rides blanches
(G.Cesbron)

A cet égard, la préposition agentive qu'on supprime souvent reste


problématique.

Pour être aimé, soyez aimable (G.Cesbron)


Le mot même d'armistice ne serait pas prononcé une seule fois
dans cette nation apparemment engourdie (P. Daninos)

D'une part les prépositions "par / de" signalent un instrumental


(commitatif) ainsi que l'agent.

Il écrivait des ouvrages supra-confidentiels, appréciés d'une élite


(M.de St Pierre)
Elle est constituée des meilleurs spécialistes (Curiositas)
Sa poitrine était couverte de rubans fanés (G.Cesbron)
Comme un industriel, etonné par la précision (P.Daninos)
Il a été traumatisé par un siffle (P. Daninos)
Ils étaient les héros de toute une nation, encensés par la propagande
officielle de leur pays (Curiositas)

D'autre part un verbe régit un complément avec la préposition "de".

Ils seront obligés de faire demi-tour (Curiositas)


Les fonctionnaires chargés de rédiger (P.Daninos)
Un autre transport chargé de cercueils et drapé de tricolore
(G. Cesbron)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Remarque 1: par le souci de stylisation, on observe rarement un


changement dans l'ordre des mots:

Le goût du travail se perdait, perdue était la jeunesse, percluse la


vieillesse, finie la richesse, évanouies les déesses. (P.Daninos)

Remarque 2: la suppression de particule préverbale SE (ou si vous


voulez, la fonction attributive du participe passé) donne lieu à une
confusion entre réflexif et passif:

Elle [la population de la Chine] est répandue dans les montagnes


(Curiositas)

Remarque 3: pour le passif périphrastique certaines structures ont


un sujet indéfini:

Il est dîscuté de sa mise à la retraite.


Il a été commis des erreurs par le gouvernement.

PASSIF avec la particule préverbale (le ppv) SE:


Dans ce chapitre, on va étudier la fonction passive de la particule
préverbale (M.Gross). Ce sujet fut déjà la visée de plusieurs études
et le brandon de discorde, sur sa dénomination. Certains linguistes
l'identifient comme une autre forme du passif (Bidois, Stéfanini
etc), alors que les autres ne le considèrent pas comme passif, et
pour cette raison, certains l'appellent "moyen" (N.Ruwet, M.Gross
etc). Et J.Dubois emploie cette forme pronominale dans un sens
plus large, comme "la troisième forme de transformation passive"
par la formule SN1+V+SN2 à SN2 + pronom +V+prépos + SN1.
En plein milieu de cette différenciation dénominative se trouve
l'opportunité de cette structure au passif périphrastique. Le mot
passif présente de sa nature linguistique, des aspects syntaxique et
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

sémantique à la fois. On va étudier ses particularités et ses rapports


avec les autres formes passives et réflexives.

A) La relation avec les autres formes passives


1) Passif avec le ppv SE / Passif périphrastique
1a) L'approche du point de vue de l'auxiliaire:
Du point de vue syntaxique, une comparaison paraît possible par
l'auxiliaire utilisé:

Ce livre est vendu (par lui)


Ce livre s'est bien vendu

A ce propos, il faudrait rappeler la contrainte qui nous obligerait à


hésiter: le passé surcomposé réfléchi.

Quand il s’est eu blessé ... (Dauzat)

Pierre Delattre qui traite l'utilisation de l'auxiliaire pour le


surcomposé réfléchi, conclut ainsi: "C'est la seule forme légitime en
subordonnée temporelle en concordance avec le passé composé
pour exprimer l'antériorité précise et unique à un passé"(51).

Cependant cette forme doit être considérée comme une intersection


des verbes auxiliaires 'être' et 'avoir'.

1b) Le problème de ponctualité:


Si l'on considère les deux formes, du point de vue des temps
grammaticaux, on se heurte au problème d'accompli et de non
accompli. La forme périphrastique la plus réduite qui est qualifié
comme le présent prédomine (nous excluons les structures de type
'il est fatigué') l'aspect accompli,
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Cela est discuté (accompli)


Cela se discute (non-accompli)

Donc, deux formes au présent reflètent deux aspects différents.

Une telle chose ne se fait pas


Ces fruits se servent crus
Le rhum ne se boit pas toujours chaud (K. 0lsson)

On rencontre souvent la structure passive avec le ppv


au présent. C'est à cause de cette fréquence que quelques
linguistes le chargent de l'habitualité (N. Ruwet, J. Dubois),

Ruwet écrit très net: "La construction ne peut pas être utilisée pour
signifier un événement particulier localisé en un point du temps;
elle peut en revanche prendre des valeurs habituelles normatives,
ou génériques (...) la construction est impossible avec un temps
ponctuel"(52).

*Ces lunettes se sont nettoyées hier à 8h et quart" (N.Ruwet)

Mais, Stéfanini réfute cette spécification, en donnant des exemples


ponctuels au présent de l'indicatif, ainsi qu'au passé: "Ce même
présent indicatif prendra valeur "ponctuelle" dans une narration ou
une hypothétique:

En 1659, 1a paix se conclut, le mariage avec l'infante se décide, se


célèbre ...
Si la maison se vend un bon prix, on pourra s'offrir une belle
croisière

Aux autres temps, la valeur ponctuelle sera encore plus fréquente:


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

L'affaire s'est faite à de bonnes conditions


Tout le quartier se construisit en quelques années"(53)

Bref, le passif avec le ppv n'accepte pas de délimitation "habituelle /


ponctuelle", mais il présente la possibilité de remplir une lacune
dans le domaine du passif en français. Néanmoins cette
différenciation peut être neutralisée aux formes composés.

Cette maison s'est construite en un an.


Cette maison a été construite en un an. (Les Bidois)

1c) De /Par Agentif et / ou instrumental:


Une restriction syntaxique admise par les traditionnalistes, entre
passif périphrastique et passif avec le ppv SE, est que seul l'agent
de la phrase de type périphrastique peut être précédé par une des
prépositions agentives "de" ou "par". Ce sujet n'est pas resté sans
discussion, il a subi une ondulation d'approbation et d'objection.
Car la langue française utilisait dans son histoire, ces prépositions
avec le passif à SE. Gougeinheim explique: "Sur ce point il y a eu
régression depuis la langue classique qui admettait des phrases
telles que celle-ci: cela se dit par chacun selon sa force
(Montaigne)"(54). Et certains linguistes ont critiqué cette
restriction, en donnant des exemples avec les prépositions "de" et
"par" (Stéfanini 1962, J.L.Burston 1979 etc.). Le premier
abandonne son objection dans un de ses articles ultérieurs(55), alors
que le dernier donne comme preuve l'un de ses exemples
antérieurs). Enfin, N.Ruvet a montré qu'on confond deux fonctions
de ces prépositions: agentive et instrumentale. Il a proposé de
questionner la phrase avec "comment" pour rendre compréhensible
la fonction instrumentale (56):

"L'éducation du coeur se fait par les mères.


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

- Comment se fait l'éducation du coeur? ...


- Par les mères. »

Pour bien souligner il applique le même critère à la phrase


périphrastique :

Pierre a été frappé par Paul / avec une matraque


Comment Pierre a-t-il été frappé?
– *Par Paul / avec une matraque

Les exemples trouvés dans notre recherche et ceux des auteurs cités
conviennent à la règle de Ruwet.

Les arbres se couvrent de feuilles nouvelles


Le ciel d'été sans nuages se remplissait de cerfs-volants
Les peuples se gouvernent par des exemples..

1d) Humain, animé/non-animé:


Pour le sujet grammatical des phrases passives avec le ppv SE, on
avait prétendu qu'il doit être non animé. Ce qui influence cette
prétention, c'est la crainte de confondre les fonctions de la particule
préverbale SE. Par exemple G.Gougenheim trouve un sens
contributif pour des sujets humains dans ces structures:
"Quand le sujet est un nom de personne, cette construction est
employée lorsqu'il a contribué pour une part, si minime soit-elle, à
l'action subie: on dira de quelqu'un ‘il s'est tué en automobile’
même s'il ne conduisait pas la voiture, mais simplement s'il s'y
trouvait; de même pour ‘Il s'est noyé’, de quelqu'un qui est tombé
accidentellement à la mer, parce que les efforts pour lutter contre
les flots constituent une activité du sujet"(57). Alors que Donaldson
(1973), utilise le verbe noyer pour refuser cette prétention en disant:
"another convincing example to réfute those grammars which
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

claim there are no examples of pronominal passives occuring with


animate subjects. The underlying accidentally and pseudo-reflexive
sentoids are + [--- O+A] and + [ ---- O +A] respectively
II s'est noyé 'He drowned himself +[---- O+ A] and 'He got)
drowned' +[---- O] (58).
Dans cette citation : O = objet; A = animé

Puisqu'il existe d'autres formes d'expression passive, il est naturel


que les usagers de cette langue préfèrent ou plutôt fréquentent le
plus souvent l'une d'elles par le souci d'éviter 1'ambiguïté. Si l'une
des fonctions est creusée par l'usage dans une forme verbale, elle
exclut l'autre et c'est ainsi que se crée 1'inacceptabilité.

Elle se sentait seule (réfléchi, *passif)


Il se jette dans la mer (réfléchi, *passif)
Pierre et François se battent (réciproque, *passif)

Donc, il paraît que le critère ±animé ou particulièrement ±humain


apparait valable généralement. Dans une phrase comme,

"Une jeune femme s'interroge sur le suicide de son fils".

Cette phrase pourrait donner lieu à deux possibilités au niveau de la


fonction de la particule préverbale SE:
a) Une jeune femme demande à elle-même
b) Elle est en train d'être interrogée (par la police) et l'usage
renonce (b) convenablement à ce critère, mais ces exemples
viennent le remettre en question:

"Une nourrice se traitait beaucoup mieux qu'un tacheron (cité par


Stéfanini)
Un homme et une femme se remarquent bien moins qu'une femme
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

seule (cité par Hatcher, d'après Burston et Donaldson)


Les patrons, ça se séquestre (P.Ruwet)

Finalement, ce critère n'est pas valable totalement. Il est possible


que la langue le justifie provisoirement. Et malgré la prétention,
l'ambiguïté sera inévitable puisqu'un élément morphologique se
charge de plusieurs fonctions.

Même Ruwet note les restrictions signalées personnellement par


R.Kayne et H.Obenauer sur l'agent sous entendu pour l'interpréter
"comme animé, et même plus précisément comme humain" (59).
Mais quand il essaie de vérifier, il ne se trouve pas convaincu.

1e) L’utilisation à la troisième personne:


La fréquence de l’emploie de la forme "se" avec un sujet non
animé nous semble influencer de prime abord, l'utilisation du passif
avec le ppv SE seule à la troisième personne. Grevisse écrit ainsi:
"On emploie fréquemment la forme pronominale dans le sens
passif mais à peu près uniquement à la 3e personne"(60).
Donaldson, arguant l'exemple de Grevisse (sans le citer) se place
contre telle restriction:
"The restriction of the pronominal passive to the third person is
also subject to réfutation. 240 below is felt to be passive in
meaning, yet it is both second person and animate.”
Tu t'appelleras Pierre 'You shall be called Peter'” (61).

L'auteur, en la traduisant en anglais laisse dans l'ombre une partie


de l'extension de cette phrase: le sujet "tu" réfléchit l'objet2 'Pierre ',
à travers l'objet1, 'te'. Donc il est en même temps actif. D’ailleurs
pour cette raison, on l'appelle moyen.

Quoi que nous n'ayons pas rencontré un exemple aux autres


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

personnes, nous évitons de faire une restriction puisqu'il est


impossible d'en faire sur le sujet ±humain.

2) Passif avec le ppv SE / La structure "on" :


Par la restriction prépositionnelle agentive le passif avec leppv SE a
un agent sous-entendu, naturellement indéterminé. Cette spécificité
le porte au parallélisme avec une autre forme passive: ‘on’. En
tenant compte de ce parallélisme, ils sont donnés comme
l'équivalent pour l'un de l'autre.

"La maison se construit (= on construit la maison )" Stéfanini

Pour notre analyse, nous partirons de la relation entre actif-passif:


"le passif n'est pas une catégorie sémantique. C'est un simple
instrument syntagmatique servant à transposer l'objet en sujet, la
signification de la phrase étant censé rester la même:
Pierre bat Paul Z Paul est battu par Pierre"(62).

De la même manière,

La maison se construit à on construit la maison.

Donc il s'agit là, d'un jeu syntaxique afin de souligner l'intérêt


premier pour le sujet grammatical. Du reste, le pronom indéfini
"on" a plus de souplesse pour exprimer un passif que la forme à
ppv SE. Sur le problème de la concurrence Frei écrit:
"Au lieu du passif en se, il arrive que la langue moderne se serve
directement de la forme active: les meilleurs voitures graissent à la
Kervoline, l'huile qui s'impose (Z on graisse ...); ce corsage
boutonne par derrière (Z on boutonne ...)" (63).

Il est impossible de remplacer chaque forme verbale employée


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

avec ‘on’, par le passif à ppv SE.

On vient à *la maison se vient

On se promène à ? *le parc se promène

3- Passif à ppv SE / Verbes symétriques:


Certains verbes à formes actives sont susceptibles de fonctionner
comme actif, passif et actitif.

La branche a cassé
La branche s'est cassée.
*La branche a brisé
La branche s'est brisée (N.Ruwet)

Ces exemples montrent bien que les verbes ne présentent pas la


même souplesse, même s'ils sont synonymiques.

Paul casse la branche


La branche se casse
La branche casse

Cette utilisation symétrique subit une restriction semblable à celle


du passif avec le ppv SE: on n’emploie pas d'objet agentif et les
prépositions 'de' ou 'par'. Cela les rend équivalents.

B) Relation avec les autres fonctions de SE:


II est naturel que certaines fonctions de cet élément s'entrecroisent
dans le même verbe, ou dans la même phrase, cela crée un
domaine d'ambiguïté. Ce qui est problématique, c’est le choix de
critère à adopter ou autrement la définition de la fonction. Pour le
réfléchi, le sujet fait l'action et subit à la fois.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Réfléchi Pierre se lave

Pour le réciproque, le sujet et l'objet sont agent et patient à la fois.

Réciproque X Y Pierre et Paul se battent

Pour le moyen, le sujet est actif et passif à la fois.

Moyen X Y Pierre se réveille au bruit du train

Pour le passif, le sujet est passif, et l'énoncé a un agent non


exprimé.

Passif X Z La confiance, cela ne se commande pas

Cette cooccurrence des fonctions influence l'agrammaticalité. Il est


certain que la fréquence des fonctions varie selon les verbes et cette
fréquence, si elle est dominante exclut l'autre. Sinon on a besoin
d'autres éléments:

Les enfants se lavent (réfléchi)


Les enfants se lavent difficile (passif)
Les enfants se lavent difficilement (passif)

REMARQUES :
1)Les grammaires traditionnelles notent que la structure avec le ppv
SE est souvent accompagnée d'un adverbe, mais c'est loin d'être un
critère valable pour la restriction d'acceptabilité. Si, dans certains
cas, l’ajout d’un adverbe est nécessaire, il faudrait chercher la cause
dans la relation sémantique. L’agrammaticalité se trouve dans la
relation des éléments de l'énoncé, ainsi que dans le problème de
l'économie et celui de l'utilisation générale. Ce fait ne peut pas être
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

seulement syntaxique.

2. Pour les verbes intransitifs, on laisse le domaine à la structure


avec "on".

On va *Cela se va
On vient *Cela se vient
On marche *Cela se marche

3) La nature du verbe peut chasser la forme passive avec le ppv SE


"pour c [aimer une maison], les deux tours [le ppv SE et
périphrastique] sont agrammaticaux, semble-t-il [à la note] "On a,
avec ces verbes de goût et de "dégoût" un groupe refusant le
pronominal passif (M.Gross)"(64). Ruwet note le signal fait; par
J.P.Roons et M.Gross que "le verbe comporter ne peut pas être mis
au moyen [passif avec le ppv SE]"(65).

4) Dans le cas où il existe l'agrammaticalité, on peut utiliser la


forme avec les pronoms indéfinis "cela, ça"(Obenauer et Ruwet).

Notes:
1) T.N.Gencan; id.; (p: 329) (“Öznenin yaptığı iş, başkalarına
geçen, yani nesne alan eylemler geçişlidir.”)
2) T.Banguoğlu; id.; (p: 409) (“Söz içinde bir varlık üzerinde etkisi
olan fillere geçişli fiiller deriz.”)
3) Les Bidois; id.; (p: 395)
4) Ibid.
5) Georges et Robert le Bidois; Syntaxe du Français Moderne; (p:
339)
6) Ibid.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

7) Albert SECHEHAYE; Essai sur la Structure Logique de la


Phrase; Paris; Librairie Ancienne Champion; 1950; (p: 81)
8) Ibid
9) Ibid
10) Ibid
11) Ibid
12) Id.; (p: 82)
13) H.Frei; La Grammaire des Fautes; Genève; Slatkine Reprints;
1971; (p: 214)
14) Id.; (p: 152)
15) Ibid
16) A.Sechehaye; id.; (p: 86)
17) A.Sechehaye; id.; (p: 87)
18) J.Lyons; Introduction to theoratical linguistics; Cambridge Un.
Press; 1969; (p: 241)
19) A.Sechehaye; id.; (p: 90)
20) A.Blinkenberg; Le problème de la transitivité en français
moderne; essai syntactico-sémantique; 1960; (p: 64)
21) Ibid
22) Ibid
23) Id.; (p: 64-65)
24) Id.; (65)
25) Id.; (p: 67)
26) Id.; (p: 64)
27) Id.; (p: 65)
28) Id.; (p: 67)
29) Ibid
30) Ibid
31) A.Blinkenberg; id.; (p: 318 note)
32) Id.; (p: 69)
33) Id.; (p: 70)
34) Ibid.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

35) Ibid
36) Ibid
37) P.J.Hopper et S.A.Thompson; Transitivity in grammar and
discourse, in Language Journal of the linguistic society of America;
vol: 56; n: 2; 1980; (p: 251)
38) Id.; (p: 255)
39) Définition de ‘telic’:
1. Of a conjunction or clause; Expressing end or purpose.
2. Directed or tending to a definite end; purposive.
(The oxford English Dictionary, 1933)
40) P.J.Hopper et S.A.Thompson; id.; (p: 255)
41) A.JOLY ; Les auxiliaires Avoir et Etre, approche
psychosystématique; in Le Français Dans Le Monde; n: 129; 1977
(p: 23)
42) Denise FRANÇOIS; Les auxiliaires de prédication; in La
Linguistique 1975/1; n: 11; (p: 34)
43) Emile BENVENISTE; Problèmes de Linguistique Générale
2; Paris; Gallimard; nrf; 1974; (p: 183)
44) Id.; (p :181)
45) G.Guillaume, Leçons de linguistique de G.Guillaume 1949,
1950, structure sémiologique et structure de la langue française 2;
publiées par Roch Valin; Paris; Klincksieck; 1974; (p: 175)
46) Id.; (p:171)
47) E.Benveniste; id.; (p: 181)
48) A.Joly; id.; (p: 28)
49) E.Benveniste; id.; (p: 186)
50) Id.; (p: 187)
51) Pierre DELATTRE; Le surcomposé réfléchi en subordonnée
temporelle; in Le Français Moderne; 1950; n: 2; (p: 108)
52) Nicolas RUWET; Théorie syntaxique et syntaxe du français;
Paris; Seuil; 1972; (p: 95)
53) Jean STEFANINI; A propos des verbes pronominaux; in
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Langue Française; Larousse; 1971; n: 11; (p : 121)


54) Georges Gougenheim; Système Grammatical de la langue
Française; Paris; Bibliothèque du "français Moderne"; 1938; (p:
227)
55) Jean STEFANINI; ibid: (En effet, dire-très justement-qu'à la
différence du passif périphrastique, le pronominal passif n'admet
pas ce type de complément)
56) Nicolas RUWJET; id.; (p: 110-111)
57) Georges Gougenheim; id.; (p: 226-227)
58) Weber D.J.R. DONALDSON; French Reflexive Verbs; Paris;
Mouton The Hague; 1973; (p: 91)
59) N.Ruwet; id.; (p: 96)
60) Grevisse, id.; (p: 469)
61) Donaldson; id.; (p: 76)
62) H. Frei; id.; (p: 221)
63) İbidem
64) J. Stéfanini; id.; (p: 121)
65) N.Ruwet; id.; (p: 98)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

LES STRUCTURES AU PASSIF

LE TURC

Les suffixes de passivation : -Il- et -(I)n-


Passif impersonnel
Adjectif / participe
Les post-positions casuelles
a) nominatif
b) accusatif
c) directif (datif), (le cas A)
d) ablatif
Les éléments agentifs :
a) "tarafmdan"
b) " -cA "
c) directif
d) locatif
e) les mots " dolayısıyla", "etkisiyle" etc,
f) ablatif
g) instrumental "(I)lA"
h) " arasmda"
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Les suffixes de passivation –Il- et –In- :


On a déjà signalé que le suffixe "–Il-", considéré souvent comme le
suffixe de passivation, exprime aussi la réflexivité, et qu'il se trouve, de
plus, déponent dans certains exemples,

kaykıl- s'appuyer
dağıl- se disperser
darıl- se brouiller
ayıl- revenir à soi
yanıl- se tromper

II ne faut pas confondre ce suffixe de passivation ou de réflexivation,


avec l'autre suffixe -(A)l- qui exprime "être ou devenir". Par exemple
T.Banguoglu, bien qu'il fixe un suffixe -el- dans les exemples düzel-
(s'améliorer), çoğal- (s'accroître), il tend à voir une passivation dans les
autres: "ince-1-mek (s'amincir), doğru-1-mak (se lever, se redresser), kısa-
l-mak (se raccourcir), eğri-l-mek (se courber), duru-l-mak (se calmer, se
clarifier), sivri-1-mek (devenir aigu), koyu-l-mak (être visqueux, foncé),
yüce-l-mek (s'élever), diri-1-mek (se ranimer) etc. Il serait faux de les
considérer comme des verbes dérivés dénominatifs par le moyen du
suffixe -il- (presque tous des adjectifs), car bien que leurs racines se
terminent par une voyelle, elles acceptent -il- au lieu de -in-, cela prouve
que ces verbes proviennent de l'Ancien Turc"(1). Comme on le voit
clairement, ils sont bien loin d'être considérés du point de vue passif.
Quant à l'interprétation qu‘ils proviennent de l’Ancienne Turc, elle insiste
sur le fait que ce suffixe est le même que le suffixe de passivation. Nous
l'avons considéré comme une autre forme de suffixe -(A)l/r- dans notre
étude.

Et pour les thèmes qui se terminent par -l- ou par une voyelle, on ajoute le
suffixe -(I)n-, au lieu de -Il-. Donc -(I)n- devient la variante de –Il-.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

kazı- gratter kazın- être gratté


yol- arracher yolun- être arraché

Pour des verbes qui se terminent par une consonne, la fonction de –Il-
(passivisant) et de -(I)n- (réflexivisant) est pertinente.

gör- voir gör-ül- être vu gör-ün- se voir

Du reste là où l'ambiguïté règne sur le plan lexical, le sens du verbe ou


l'ensemble de 1'énoncé gouverne la fonction du suffixe.

Certains verbes intransitifs passent à la forme passive par l'intermédiaire


du suffixe actitif -TIr- qui est transitivisant.

kana- saigner kana-t- faire saigner kana-t-ıl- être saigné

Certains grammairiens (M.Ergin, T.Banguoglu, O.Adalı) parlent d'un


redoublement de la passivation, par l'agglutination des suffixes -(I)n- et
–II-.

ye- manger ye-n- être mangé ye-n-il- être mangé


de- dire de-n- être dit, se dire de-n-il- être dit, se dire
söyle- dire söyle-n- être dit, se dire söyle-n-il- être dit, se dire
koy- mettre kon- être mis ko-n-ul- être mis
iste- vouloir iste-n- être voulu iste-n-il- être voulu
başla- commencer başla-n- être commencé başla-n-ıl- être commencé

Mais nous parlerions plutôt d’éloquence et d'un effort pour empêcher


l'ambiguïté de la fonction. Toutefois c'est presque effacé à cause de la
règle du moinre effort, puisque -(I)n- se charge de la fonction passive en
même temps.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Passif impersonnel:
A propos des pronoms impersonnels en turc, J.Bastuji constate que "les
structures dites impersonnelles avec sujet apparent obligatoire du type il
faut, il pleut, ou les structures avec sujet indifférencié comme le on
français sont impossible en turc"(2). La langue turque exprime les faits
météorologiques explicitement

yağmur yağıyor la pluie tombe

pour la formulation de "il faut", elle a une forme verbale qui n'accepte pas
les suffixes de personne,

git-me-m gerek il faut que je parte


git-me-si gerek il faut qu'il aille
git-mek gerek il faut partir / aller

Et pour les pronoms impersonnels, elle utilise des noms en fonction de


pronom; insan, adam, kişi = l'homme, kimse, hiç kimse = personne,

İnsan bir mektup yazar on écrit une lettre / tu devrais écrire une lettre /
pourquoi tu n'as pas écrit?
Kimse gelmedi personne n'est venu.

Et on recourt souvent à la forme passive pour exprimer l'impersonnalité


ou l'indéfinitude de l'agent. Pour ces structures A.Davison cherche à
mettre en évidence un aspect de celles-ci, dans l'utilisation avec le suffixe
d'aoriste: In Turkish, 'présent' or 'aorist' passive sentences (without
agents) are used to express prohibitions, although, objectively speaking,
the active should be equally suitable for this purpose (3).

a. Buraya gir-me-z
here -to enter-not-pres
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

'One does not enter here' [ he does not enter here]


b. Buraya gir-il-me-z
here -to enter- PASS-not-PRES (Underhill 1976; 351)
'Do not enter; One does not enter here. (4)

Il considère cette combinaison comme une possibilité (forme affirmative)


et une prohibition (forme négative). Et il dit: The présent in itself might
be sufficient to convey the inference that the speaker is actually talking
about possibility, rather than just some state of affairs or event. But the
point of using a passive rather than an active form of the sentence seems
to be convey the inference(5). Nous allons nous contenter pour ne pas
entrer en détail, de dire que cet auteur s'appuie sur une phrase
agrammaticale en actif, mais il a raison de signaler l'aspect de possibilité,
d’interdiction [et d'habitude] pour l'utilisation du passif impersonnel.

En bref, le suffixe du passif s'agglutine à un verbe transitif ou à un verbe


intransitif. Quoi que l'utililisation agentive soit rare en turc, les verbes
transitifs ont la possibilité latente d'avoir un agent, alors que les verbes
intransitifs conservent l'indéfinitude. Cependant nous devrions rappeler
que le suffixe du passif ne s'agglutine pas directement à n'importe quel
verbe, sinon il serait mal décrit,

bit- (intr.) finir, se fatiguer, êttre terminé


Ders bitti. la classe est finie.
* bit-il
bit-ir-il- être fini
anla- comprendre
* anla-n
anla-ş- se comprendre
anla-ş-ıl- être compris

Comme on l'observe la transformation de la forme active nécessite


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

parfois que quelque suffixe intermédiaire, soit ajouté pour exprimer la


forme passive.

Adjectif / Participe :
Les suffixes du participe en turc dont quelques uns (-AcAk, -dIK) sont
capables de s'agglutiner aux suffixes possessifs transmettant la personne,
aux suffixes casuels, ont souvent une valeur propositionnelle. Ils peuvent
exprimer le temps, l'aspect et la voix. Ils servent à changer la classe
grammaticale du mot. Le verbe auquel ils s'agglutinent n'est plus un
verbe de l'énoncé, il est placé dans un syntagme nominal qui fonctionne
comme un nom ou adjectif ou adverbe (le suffixe –AsI). Du point de vue
de la relation formelle, ils peuvent être étudiés dans deux groupes:

1) Les suffixes de temps utilisés, soit agglutinés par d'autres suffixes, soit
seuls, fonctionnent comme un participe:

a)L'aoriste -Ir : ce suffixe présente une autre forme pour le négatif:-mA-z:

İnsan, hiç olmazsa, yüzüne bak-ıl-ır birini alır.


On choisit, du moins celle qui a une belle figure.

b) La non-constatation: -mIş :
Tır nakları sök-ül-müş parmaklar ... (N.Gürsel)
Les doigts dont les ongles sont arrachés...

c) Le passé défini -dI-K (le dernier archiphonème se réalise comme k et


ğ)
Yaz-dığ-ın kitabı okudum
J'ai lu le livre que tu viens d'écrire
Bak-tık-lar-ı ev güzel.
La maison qu'ils regardent (examinent) est jolie.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

d) Le futur: -AcAk-

Yap-ıl-acak iş mi bu? (Füruzan)


Est-ce une chose à faire?

Ces suffixes paraissent avec les suffixes de voix, sauf que. non-
constatation n'est pas utilisable avec l’actitif comme particule *TIr –mIş-
SN ni l'aoriste avec actitif et réciproque *TIr - Ir SN / *Iş – Ir SN

2) Les autres suffixes qui servent à nominaliser le verbe,


a) -(y)An :
Ce suffixe tend à présenter le présent

Oyna-yan kız la fille qui joue

Mais on traduirait ces phrases françaises ci-dessous, en turc, par ce


suffixe –(y)An :
l'homme qui vient de parler, c'est le président
l'homme qui a parlé, c'est le président
l'homme qui parlait, c'est /était le président
l'homme qui parle, c'est le président
konuş-an adam başkandı(r)

II peut aussi exprimer le passé, si l'on veille à distinguer le temps, on peut


changer le temps de la proposition principale, ou bien on doit ajouter un
mot adverbial: biraz önce / iki saat önce / konuşan adam başkandı.

b) -AsI :
Ce suffixe permet de formuler un souhait, et on l'utilise pour des
expressions figées, mais il n'est pas fréquent.

c) -(I)k:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Avec ce suffixe assez fréquent, on produit (de différentes manières) des


substantifs et des adjectifs ou des adverbes (par redoublement)

A) Les substantifs:
dola-k bander à molletière
kav(u)ş-ak se joindre à carrefour
tükür-ük cracher à crachat
tanı-k connaître à témoin
sun-ak présenter à altar, autel
san-ık croire à accusé
sap-ık tourner à pédéraste
del-ik percer à trou
art-ık s’augmenter, croître àle reste
bulaş-ık se souiller à la vaisselle

B) Les adjectifs:
büyü-k grandir à grand
aç-ık ouvrir à ouvert
soğu-k refroidir à froid

sol-uk ≈ sol-muş se faner à fané

Ce mot a un homophone dérivé d’une autre racine: solu- respirer solu-k


respiration)
bat-ık ≈ bat-mış couler, s’enfoncer submergé
sark-ık ≈sark-mış se pencher pendant
sön-ük ≈sön-müş s’éteindre éteint
yan-ık ≈yan-mış brûler brûlé, amoureux
kızış-ık ≈kızış-mış s’échauffer échauffé
giy-in-ik ≈giy-in-miş s’habiller habillé

uç- uç-uk uç-muş


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

voler pâle envolé


uyu- uy-an- uy-an-ık uy-an-mış
dormir se réveiller profiteur, réveillé réveillé
uyu- uyu-ş- uyu-ş-uk uyu-ş-muş
dormir s’anesthesier paresseux, engourdi engourdi

Ce suffixe parait synonyme de –mIş- pour certains exemples, parfois la


variation formelle gagne un autre sens, bien qu'elle reste liée au sens
thématique, et parfois l'utilisation avec -mIş- exige un autre suffixe.

yol- yol-uk yol-un-muş


arracher arraché arraché
sil- sil-ik sil-in-miş
effacer effacé effacé
devir- dev(i)r-ik dev(i)r-il-miş
renverser renversé renversé
çöz- çöz-ük çöz-ül-müş
délier délié délié
ayır- ay(ı)r-ık ay(ı)r-ıl-mış
séparer séparé séparé (reflexivement ou passivement)
yık- yık-ık yık-ıl-mış
démolir démoli démoli
sök- sök-ük sök-ül-müş
découdre décousu décousu
bula-n- bula-n-ık bula-n-dır-ıl-mış
se brouiller brouillé brouillé;
être bourbeux bourbeux rendu bourbeux

Et parfois ce suffixe exprime une habitude, une fréquence.

oyna- oyna-k (oyna-yan +habitude)


jouer inconstant, légère
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

kır-ıt- kır-ıt-ık (kır-ıt-an +habitude)


(casser à) minauder coquette
uğra- uğra-k (uğra-n-ıl-an +fréquence)
passer chez qqn escale

C) Les adverbes:

yaklaş- yaklaş-ık
se rapprocher presque
dit- did-ik did-ik
effiler effilé bien

D) –IlI :
ce suffixe combiné (-Il+I) exprime le reflexivo-passif -Il+mIş-:

ört- ört-ülü ört-ül-müş


couvrir couvert (d'écharpe) couvert
dik- dik-ili dik-il-miş
dresser, planter dressé, planté dressé, planté
ek- ek-ili ek-il-miş
semer semé semé
göm- göm-ülü göm-ül-müş
enterrer,enfouir, enterré enterré
say- say-ılı say-ıl-mış / say-ıl-acak
compter compté, déterminé compté, déterminé
yaz- yaz-ılı yaz-ıl-mış / yaz-ıl-acak
écrire écrit écrit
sür- sür-ülü sür-ül-müş
labourer labouré labouré

E) -KIn: ce suffixe produit des adjectifs transformables aux autres


suffixes de participe:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

yor-gun fatiguer fatigué


bit-kin épuiser épuisé
düş-kün tomber pauvre
seç-kin choisir élite
sus-kun se taire taciturne
süz-gün filtrer maigri
şaş-kın s'étonner étonné
yet-iş-kin suffire, grandir adolescent

De ces suffixes, -(y)An s'entend avec les suffixes de voix, l’agglutination


de -Ik et –Kin, avec ceux-ci est rare (sat-ıl-ık ‘à vendre’), -IlI et -AsI ne
s'entendent pas avec les suffixes de voix:
* kapa-t-ılı kapı à kapalı kapı la porte fermée.
* gör-ül-esi bir şehir à gör-ül-ecek bir şehir
une ville à voir (merveilleuse)

Les suffixes casuels :


Le nominatif :
II est inévitable, en étudiant le nominatif, de toucher la distinction faite par
ceux qui ont étudié les cas en turc. Selon leur considération il existe une
opposition pertinente entre accusatif et nominatif, du point de vue du trait
± défini. J.Bastuji écrit: "le nominatif qui ne porte pas de marque et assure
la majorité des emplois, est le cas prédicatif par excellence: par opposition
aux deux cas fléchés du génitif et de l'accusatif, nous le caractérisons
comme le "cas indéfini"(6). A vrai dire, elle n'est pas la première qui
l'appelle ainsi, les grammairiens turcs refusent la définitude du syntagme
au nominatif, même s'il est le sujet grammatical de la structure passive,
par exemple V.Hatipoğlu écrit: "le sujet grammatical est effectivement
l'objet indéfini, chargé de la fonction sujet du verbe passif utilisé avec ou
sans conjugaison"(7).
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

En revanche dans un article qui traite l’indéfini l’ambiguïté, Ahmet


Kocaman écrit: "par exemple, dans un énoncé comme kitabı getir, si
l'auditeur n'est pas au courant de quel livre parle le locuteur, le livre serait
indéfini"(8). Cependant cet exemple peut être considéré comme un
élargissement du sujet, parce qu'il s'agit des conditions du locuteur et de
l'auditeur. Pour nous, la situation spéciale du sujet grammatical rend
complexe le trait défini.

Alper kitab- ı al-dı Alper a pris / acheté le livre (accusatif)


Alper kitap al-dı Alper a acheté un/des livre(s)

Les deux phrases prennent la même forme dans la structure passive

Kitap al-ın-dı On a acheté le livre


Nom+ racine verbale +suf.fixe de passif + suffixe temporel (de passé)

Dans cette structure transformée, l'agent est indéfini, mais la situation de


l'objet se précise par les faits prosodiques dans la langue parlée, et dans la
langue écrite c'est le contexte ou la ponctuation qui le détermine.

ä æ
kitap al-ın-dı défini
æ
kitap al-ın-dı indéfini

Dans le cas d'indéfini, il y a une relation immédiate entre le nominatif et le


verbe.

Sonra kadın nasıl dirilivermişti (A.Nesin)


Et puis, comment la femme avait ressucité.
Delikanlı israil vatandaşlığından çıkarıldı (N. Cumalı)
Et le jeune homme a été expulsé de la nationalité israélienne.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Si l'on prétend que kadın et delikanlı sont indéfinie, ce serait enfermer le


sens d'indéfini dans une forme donnée, car les auteurs de ces phrases
avaient déjà parlé de cette "femme" et de ce "jeune homme". Donc ces
mots donnés au nominatif relient la phrase à l'énoncé. Et de plus, si l'on
veut insister sur le caractère indéfini, on peut utiliser aussi les mots bir,
herhangibir (un, n'importe qui, n’importe quoi).

Quant à l'accusatif, comparons deux phrases:

İçki-y-i fazla kaç-ır-mış


Il semble qu'il a bu trop. (accusatif)
İçki sevmem
Je n'aime pas les boissons alcoliques (nominatif)

Dans la première phrase, il est impossible de déterminer l’accusatif


comme indéfini. De plus dans la deuxième phrase, le nominatif
fonctionne comme accusatif içki = içkiyi, mais en tout cas, il est indéfini,
parce que c'est une dénomination d'un phénomène, il ne désigne pas un
objet. Alors le trait ±indéfini ne peut être résolu seulement par les cas
dans toutes les structures.

Un autre fait qui nous intéresse, c'est que le cas nominatif utilisé au lieu de
l'accusatif, tend à se perdre dans le verbe, et quelquefois il exprime le
partitif. Donc l'analyse dépend de point de départ.

sigara iç- cigarette + boire à fumer


sürme çek- khôl + tirer à mettre du khôl
yalan söyle- mensonge + dire à mentir
dayak ye- coup + manger à être battu
radyo dinle- radio + écouter à écouter la radio
öğüt ver- conseil + donner à conseiller
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

el öp- main + embrasser à embrasser la main


ateş yak- feu + brûler à faire du feu
mektup yaz- lettre + écrire à écrire une lettre
güzel sev- belle + aimer à aimer une belle fille

Accusatif:
Le suffixe casuel /-I/, est l'élément qui désigne le premier objet du verbe,
en turc. Cependant il existe une utilisation fréquente sans /-I/, qu'on
appelle nominatif absolu. En fait c'est le mot simple. D'ailleurs, pour cette
raison, cet emploi de l'objet ou du sujet est appelé le cas simple par les
grammairiens turcs. Donc, il y a une concurrence entre le cas dit absolu et
l'accusatif, du point de vue d'être premier objet du verbe. L'absence de
l'article en turc pousse la langue à doter le morphème /-I/ d’un sens défini.
A ce propos, il se trouve quand même un amalgame pour certaines
structures (v. le nominatif). Et il existe peu de verbes qui exigent le
directif pour leurs premiers objets (v. le directif).

Quant à la transformation au passif, des structures qui impliquent


l’accusatif elle est théoriquement possible pour tous les verbes. A ce
sujet, quelques verbes exigent un autre morphème pour être passif (anla
à *anla-n à anla-t-ıl), et pour peu de verbes cette agglutination reste
impossible.
Cehennemi boyla-dı. Il a fini par aller en enfer
*Cehennem boyla-n-dı on est allé en enfer

Ce suffixe est considéré comme cas grammatical au même degré que le


génitif (L.Bazin, J.Bastuji). En fait il est difficile de comprendre la logique
de cette distinction :

Cas absolu Nominatif


cas grammaticaux accusatif, génitif
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

cas spatiaux directif, ablatif, locatif

Car en faisant ceci, on met de différents notions en relation d’opposition


pertinente. Certes le directif peut être considéré comme une catégorie
spatiale opposée à la catégorie non spatiale (temporelle par exemple),
mais pas en opposition à la grammaticalité, parce que le directif est en
même temps, deuxième objet (généralement) de la construcion
syntaxique.

Le cas directif:
A propos de ce cas, J.Bastuji signale l'attitude difficile à dénommer
simplement: "le directif turc, qui néglige la distinction (±Accompli) sur le
procès et la distinction (± Animé) sur le destinataire couvre une aire de
signification plus vaste"(9). Elle fixe trois, disons plutôt quatre fonctions
pour le directif:

a) la direction (vers un but, une personne, un lieu)


b) la ressemblance, l'approche, l'intérêt, l'attachement
c) la valeur de conjonction / rapprochement
d) "on observe, à titre exceptionnel, la co-occurence du directif avec un
verbe au passif"(10).

Nous allons traiter les verbes vus avec ce suffixe dans trois groupes, du
point de vue morpho-syntaxiques et on va essayer de montrer la capacité
transformative au passif, pour le GN qui contient le cas directif.

1) Les verbes régissant le cas directif:


On a introduit dans ce groupe les verbes qui acceptent un complément
relié au verbe. Dans ces structures, le cas tend à signifier la direction.
bak- regarder
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

J.Bastuji interprète la rection de ce verbe : "bak-mak regarder" en


opposition pertinente avec gör- "voir" qui se construit avec
l'accusatif "(11) Mais, quoi que la rection soit en contact strict avec les
autres formes du sens visé du verbe, pour ce verbe il est difficile de parler
d'une opposition pertinente puisqu'il s'agit de deux formes verbales
distinctes. Nous voudrions plutôt rechercher la raison dans la stylistique
de la langue.

Ceyda kitab-a bak-t ı


Ceyda a regardé le livre. (directif)

boyan- être peint :


* ?Alper duvarı yeşil boyadı
Alper duv arı yeşile boyadı Alper a peint en vert le mur
Duv ar yeşile boyandı le mur a été peint en vert

On peut énumérer ces verbes, mais pas à titre exhaustif:

dadan- s’adonner, s’habituer daya-n- s’appuyer


değ-in- traiter dokun- toucher
güven- avoir confiance değ- toucher
yaran- complaire inan- croire
imren- envier sinirlen- s’énerver
darıl- se brouiller benze- ressembler
koyul- se mettre yapış- adhérer
yanaş- accoster yaraş- aller bien, convenir
yakış- aller bein, convenir giriş- entreprendre
er(iş)- atteindre yetiş- atteindre
dönüş- se transformer doluş- s’assembler, se réunir
rastla- rencontrer yara- servir à
yalvar- supplier, implorer
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

La plupart des verbes qui apparaissent dans cette catégorie, portent une
marque de réflexivité soit intrinsèque soit transformable.

2) Les verbes qui s'emploient dans différents cas nominaux.

alın- ressentir, être sensible à


Senin sözlerine alındı
il a interprété tes paroles pour lui-même àTes paroles l'ont touchée
(directif)
Senin sözlerinden aındı (ablatif)

atlat- faire sauter, éluder, renvoyer


Ahmede dereyi atlattı (directif) II a fait sauter Ahmet sur le ruisseau
Ahmedi dereden atlattı (ablatif) II a fait sauter Ahmet sur le ruisseau

bin- monter
Ata bindi (directif) Il est monté à cheval
At bin! (nominatif) Monte à cheval

in- descendre
Merdiveni iniyordu (accusatif) Il descendait l'escalier
Merdivenden iniyordu (ablatif) Il descendait l'escalier

geç- passer
Aylin berrini geçti (accusatif) Aylin a passé Berrin
Top potaya geçti (directif) Le ballon a passé (est entré) dans le filet

Et on peut ajouter les verbes qui s'emploient ou bien sans avoir besoin
d'un substantif casuel, c-à-d. intransitifs, ou au contraire avec un
substantif. Dans le deuxième cas la transitivité dévie quelquefois de sens.

gül-üyor il rit
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

ban-a gül-üyor il rit (au sens de se moquer) de moi


yet- (-A yet-) suffire
kaç- ( -A kaç-) s'évader s'évader à (un lieu)
(mais s'il s'agit d'un sujet féminin et d'un objet masculin, ce dernier
exprime que le sujet a choisi son mari sans permission de ses parents et le
sujet a quitté sa maison pour vivre avec son bien aimé )
karış- (-A karış-) se mêler, s’entremêler, intervenir
küs- ( -A küs-) se brouiller
özen- (-A özen-) vouloir, envier, se faire passer pour
şaş.- (- A şaş-) s'étonner

3) Dans la troisième groupe, on peut encadrer les verbes qui s'adaptent à


un autre sens par le changement de cas.

vur- tuer, blesser, frapper


Hasan Ali-yi vurdu (accusatif) Hasan a tué
Ali Hasan Ali-ye vurdu (directif) Hasan a frappé Ali

benzet- (directif) ressembler (accusatif -figuratif-) battre


Ahmed-e benzettiler II leur a semblé que c'est Ahmet
Ahmed-i benzettiler Ils ont battu Ahmet

aldır- (accusatif) faire prendre, faire piquer (directif) se soucier


Bavulunu aldırdı. II a fait prendre sa valise / On a piqué sa valise.
*Bavuluna aldırdı.
Onun sözlerine aldırmaz. II ne se soucie pas de ses paroles.

alın- (directif) ambiguïté entre passif du verbe prendre et le sens de ‘se


soucier’. L ‘ambiguïté se résoud selon l’objet du verbe (±animé).
Kitap alındı. On a acheté le livre.
Kitap Ahmede alındı On a acheté le livre pour Ahmet
Ahmede alındı II a acheté pour Ahmet/ il s'est soucié des paroles ou du
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

comportement d'Ahmet.

bas- presser, marcher sur,


X bu kitabı bastı X a pressé ce livre
X bu kitaba bastı X a marché sur ce livre

dolan- contourner / s'enrouler, embrasser


Ceyda evi dolandı Ceyda a contourné la maison
* ? Ceyda eve dolandı
Yılan, koluna dolandı le serpent s'est enroulé à son bras

takıl- s'attacher (-A takıl-) s'attacher, plaisanter


ağla- pleurer ( -A ağla-) se plaindre
bayıl- s'évanouir (-A bayıl-) aimer trop

La capacité transformative d'un substantif utilisé avec le directif dans une


phrase active, reste inacceptable pour la fonction de sujet de la phrase
passive. Pour les verbes qui changent de sens selon le cas utilisé, la forme
passive exprime le sens du verbe utilisé au cas accusatif à la forme active

Hasan Ali-yi vurdu Hasan a tué Ali


Hasan Ali-ye vurdu Hasan a frappé Ali
Ali Hasan tarafından vuruldu Ali a été tué par Hasan

Mustafa kitab-ı bastı Mustafa a imprimé le livre


Mustafa kitab-a bastı Mustafa a marché sur le livre
Kitap Mustafa tarafmdan basıldı Le livre a été imprimé par Mustafa

Donc, il est inacceptable, pour les substantifs régis avec le directif, de


passer du rôle de complément à celui de sujet, par une forme passive. En
revanche, le même substantif est acceptable, à condition qu'il garde le
directif, dans la forme passive indéfinie.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

*Kitap Ceyda tarafından bakıldı à Kitab-a bakıldı ,


Le livre a été regardé par Ceyda à On a regardé le livre
*Bu ev hırsız tarafından dadanıldı. à Bu eve dadanılmış
Cette maison a été bien fixée par le voleur à On fréquente cette maison
(pour voler)
*Bu konu bizim tarafımızdan değinildi. à Bu konuya değinildi
Ce sujet a été traité par nous à On a traité ce sujet

Après avoir fait une classification du directif, nous pouvons résumer nos
observations: il y a deux faits qui gouvernent l'utilisation du directif:
l) les verbes qui expriment une réflexivité ou une actitivité sur le sujet, soit
marqués soit non marqués (c.à.d. explicitement ou implicitement)
exigent le cas directif, même si la marque a besoin d'une interprétation
pour la diachronie.

Là, on peut prétendre que les verbes bak-, rastla-, benze- n'expriment ni
la rêflexivité ni l’actitivité. Mais si l'on fait une approche sémantique, on
verra facilement qu'ils l'expriment.

bak- contient deux situations:


a) se diriger pour voir
b) voir.

Donc regarder implique une actitivité, par rapport à l’interprétation faite.

2) Dans les phrases actitives, le cas -A , signale le deuxième agent. Une


autre observation pour les syntaxes où le choix du cas crée une
opposition pertinente. Dans ce cas-là, c'est le champ sémantique, ou bien
la syntaxe des verbes synonymes ou proches de sens, par rapport au
sens visé, qui influence le choix du cas.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Hasan-ı vurdu Il a tué Hasan


Hasan-ı öldürdü II a tué Hasan
Hasan-ı yaraladı II a blessé Hasan
Hasan-a vurdu II a frappé Hasan
Hasan-a değdi II a touché Hasan

Enfin, la détermination de ce cas comme directif de L. Bazin, au lieu de


datif, touche bien la réalité.

Ablatif;
L. Bazin résume ainsi les fonctions de ce morphème -dAn, qui se permet
d'être appelé ablatif: "II exprime la translation à partir d'un lieu,
l'éloignement, la sortie, le point de départ, l'origine, le passage suivi
d'éloignement, et même "la traversée d'un espace" et il ajoute à la suite,
"le sens participe" et "la matière, le point de départ d'une comparaison"
(12). Ce suffixe se montre en collaboration avec le directif:

directif ablatif
-------à ß---------

II faudrait préciser que certaines utilisations de ce morphème restent au


dehors de la limite du verbe, c'est-à-dire qu’il n'existe pas une relation
immédiate entre le verbe et le nom utilisé avec ablatif, alors que certaines
autres en ont,

İrfan kapı-dan gir-di Irfan est entré par la porte


İrfan gir-di. Irfan est entré

Mais, les verbes hoşlan- (se plaire), bez- (se lasser), bık- (en avoir assez),
kaç(-ın)- (s'enfuir (éviter)), iğren- (se dégoûter), utan- (avoir honte), usan-
(se lasser), bahset- (parler de), etc. régissent l'ablatif -dAn. Ce qui est
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

intéressant, c'est que ces verbes contiennent intrinsèquement des


éléments réflexifs. Donc les observations faites nous mènent à catégoriser
l'ablatif et le directif comme deuxième objet du verbe, si l'on cherche le
psychomécanisme de la langue. Certes, parfois la langue introduit un
élément de plus à la structure, en paraissant oublier l'existence d’un
élément, soit intrinsèque, soit morphémisable.

X-i Y-den kıskan-ıyor.


Z éprouve de la jalousie pour Y, à cause de ce que Y soit en contact avec
X.

Les éléments agentif:


‘Taraf ından’:
Les linguistes transformationnalistes (H.Sebüktekin, R.H.Meskill) qui
traitent du passif en turc, donne ce mot "tarafindan" comme le seul
indicateur du sujet réel dans la phrase passive.

Ce mot composé a une situation dominante pour exprimer le sujet réel


dans la phrase passive. J. Bastuji en parle ainsi: " [dans la passivation] Le
COD passe en tête de phrase sous forme de GN sujet au nominatif, et le
sujet devient complément d'agent exprimé par un syntagme de
détermination internominale à l'ablatif avec le nom taraf, dont le sens
ordinaire est côté, mais qui semble ici désémantisé"(13). Quoi que ce mot
signale bien l'agent, on n’y recourt pas souvent. Dans notre recherche, on
ne l'a rencontré que dans deux exemples:

Bu bilgiç dedeyi can kulağı ile dinleyen acemiler kamptaki ilk akşamın
sakinliği içinde, kıdemliler tarafından önce Demirtaş Topal'a takdim
edilirler. (F. Erdinç)
Kurt, sol yamaç tepede artığının tilkiler tarafından kemirildiğini haz ve
gururla seyrediyordu. (A. Sayar)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Et ce qui est intéressant l'une de ces phrases appartient à un auteur qui se


trouve en Bulgarie depuis longtemps et l'autre à un récit où l’auteur
personnifie les animaux. Donc l'utilisation de ce mot tend à être nulle
dans le domaine littéraire. F.Ülken explique pour les autres domaines:
"En fait, la plupart de nos linguistes ne recherche pas les particularités du
sujet réel de la voix passive (qui / quoi est-il, comment s’exprime-t-il ?) Ils
ont raison, car, le turc n'a pas une tendance à signaler le sujet par
tarafmdan et par le suffixe -ce, dans la langue parlée (sauf les écritures
scientifiques et les manières de présenter les informations dans les
émissions / journaux)"(14). T.Banguoglu considère ce fait ainsi: "On ne
dit pas généralement le sujet logique des verbes passifs, parce qu'il est
inconnu, ou qu'on ne veut pas l'expliquer, ou qu'on change le style"(15).
Mais nous voudrions mettre en évidence qu'il s'agit de la stylistique de la
langue, non de celle du langage.

Le suffixe – cA:
Les grammairiens ne se concertent pas sur ce que ce suffixe a une
fonction agentive. La plupart (T.N.Gencan, T.Banguoglu, L.Bazin)
acceptent cette fonction du suffixe -cA, par ex. L.Bazin écrit : "Dans un
nombre restreint de cas, ‘par’ est rendu par le suffixe adverbial –ce
"hükümetçe yasak edildi" (cela) a été interdit par le gouvernement",
("gouvernementalement"); cette tournure s'emploie surtout avec des
noms d'institutions"(16), et certains, soit en énumérant les fonctions de
'-cA', soit en parlant du passif, ne citent pas cette fonction (M.Ergin,
H.Sebüktekin). Dans notre recherche, on a rencontré un seul exemple:
Civar kasabalardan gelip de dilenirken yakalananlar, Belediye-ce
sağlanan yol parasıyla yerlerine gönderilirler (F.Erdinç)

Bien que -cA soit plus économique que "tarafından", celui-ci est plus
fréquent que -cA, peut-être parce qu'il est chargé de suffixe de possessif,
ou d'un sens connotatif (dans certains cas, il charge l'agent d’une
supériorité). Une autre raison présentée par L.Bazin, oblige le suffixe
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

-cA de rester dans un cadre restreint, c’est à cause du fait que ce suffixe
–cA a d’autres fonctions. Du reste, F.Ülken écrit:" (d) [Ayşe bence
görüldü (Ayşe a été vue par moi) est presque inacceptable" (17). Dans la
phrase citée, deux fonctions de -cA se superposent et la deuxième peut
être traduite: ‘A mon avis, Ayse a été vue.’

Et la fréquence de la deuxième exclut l'autre.

Le cas A (directif) :
Dans certains conditions, ce cas s'agglutine à SN agentif, pour certains
verbes. Mais il faut quand même, être prudent de ne pas dire, de prime
abord, que ce cas remplit les lacunes de "tarafından", sinon, nous serions
tenus d'accepter, a priori, que ce suffixe désigne la voix passive, du
moins pour certaines structures. Or, les suffixes du passif et du réflexif,
bien qu'ils soient pertinents dans certains cas, tiennent souvent lieu de
l’un l'autre. Cela rend problématique notre sujet.

F.Ülken prend en considération que le cas -A signale l'agent du verbe


passif (18). Et elle étudie ces verbes dans trois catégories:

1. Ceux qui expriment l'admiration:


(yak- brûler / yan-), (vur- tuer / vurul-), (kes- couper / kesil-), (tut- tenir /
tutul-), (kap- saisir / kapıl-) dans lesquels les deuxièmes expriment
"tomber amoureux"

2. Ceux qui expriment le triomphe / la défaite :


(yen- vaincre / yenil- être vaincu), (yakala- saisir / yakalan- être saisi),
(ensele- saisir / enselen- être saisi), (yut- gagner / yutul- perdre), (aldat-
tromper / aldan- être trompé), (kandır- tromper / kandırıl- être trompé,
être persuadé
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

3. Ceux qui expriment une souffrance:


(kır- casser, blesser par paroles / kırıl- se sentir blessé), (gör- voir/ görül-,
görün- être vu, se voir), (üz- énerver, tracasser / üzül- s'énerver, être
tracassé, regretter), (sık- agacer, gêner / sıkıl- se gêner) (19), (boz- gâter /
bozul- se gâter, s'énerver), (sar- embrasser / sarıl- prendre dans ses bras,
embrasser)

F.Ülken traite le problème du point de vue de la transformation.


Cependant elle avoue à la fin de son article, que pour les verbes de
deuxième groupe, il serait imprudent, d'accepter que le cas -A avec SN,
représente "le sujet réel"(20). Et elle termine son article sans trancher, en
disant d'une part: "c'est vrai que ces verbes présentent des particularités à
la voix passive"(21), et d'autre part "il se trouve des rapports strictes entre
la reflexivité et la passivité (...) et le verbe lexicalisé peut avoir de
nouveau, des champs de complément"(22).

Nous ajoutons ces verbes çarp- heurter / çarpıl- s'éprendre, bay- pâmer /
bayıl- s’évanouir, aç- ouvrir / a-çıl- se confier, döv- battre / dövül- être
battu. L'article cité nous donne l’impression que l'analyse
transformationnaliste ne peut résoudre le problème. On ne transmet pas
tout le sens de la forme active, au passif, sans subir un changement
sémantique. Dans les pairs (vur- / vurul-), (tut- / tutul-), (kap- / kapıl-),
(çarp- / çarpıl-) etc, le sens dénotatif passe au sens connotatif pour les
deuxièmes formes utilisés dans la syntaxe; Sn-A-Vb-Il / n-, Alors, il s'agit
d'un partage de domaine entre eux.

1. X yandı (réflexif)
2. X, Y-e yandı
3. X yakıldı (passif)
4. X, Y-e yakıldı

Si l'on donne des exermples pour les formules (2) et (4),


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

2a. Annesi kızına yandı Sa mère a beaucoup pleuré pour sa fille


2b. Hasan Ayşeye yandı Hasan est tombé amoureux pour Ayşe

F.Ülken interprète (2b) comme 'Hasan est tombé amoureux pour Ayşe et
elle charge Ayşe, d'une fonction agentive. (Bien qu'on rencontre avec ce
sens dans une structure semblable par exemple Ben sana yandım Zühtü
(Je suis tombée amoureuse pour toi, Zühtü) : (d'une chanson populaire
où il s'agit d'une coïncidence du sujet et du locuteur) Une telle phrase
nous paraît inacceptable pour le sens donné. De plus ce sens envisagé
par F.Ülken n'est pas mentionné dans le dictionnaire de TDK. Même si
c'est acceptable, il n'est pas facile d'accepter l’agentivité d'Ayşe.

4. Geline kına yakıldı.


On a mis du henné dans la main de la bru.

Cet exemple se sépare des autres structures

5. Cahide, gelin-e kına yaktı.


Cahide a mis du henné dans la main de la bru.
6. Gelin kına yak-ın-dı.
La bru s'est mis du henné dans la main.

Puisque Y dans (4), n'est pas agentif, il faut l'exclure de ce groupe.

7) Ali Hasan-ı vur-du Ali a tué Hasan


8) Ali Hasan-a vur-du Ali a frappé Hasan
9) Ali Aylin-e vur-ul-du Ali est tombé amoureux pour Aylin (23)

La différence des 'cas' utilisés dans (7) et (8) joue un rôle


essentiel pour distinguer le sens du verbe. Dans (9), on a un sens tout
différent. Donc, cette forme syntaxique qui se sert des fonctions de
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

réflexif et de passif du suffixe "-Il-", est utilisée à exprimer un autre sens


verbal. Et si l'on supprime le syntagme nominal + le cas -A, on perd le
sens donné. Cette fois, la structure marque le passif de 'tuer'. Donc la
forme syntaxique gouverne le sens.

Une autre interprétation est que ‘Ali Aylin için vuruldu’ Dans ce cas, le
verbe est passif, mais l’agent sous entendu est un être surnaturel
(Cupidon etc). Encore une autre interprétation: Ali kendini Aylin için
vurdu c.à.d. ona kendini kurban etti il s'est sacrifié pour elle. On observe
que la culture du locuteur influence l'interprétation. Mais en tout cas il
n'est pas possible de parler de l'agentivité de ‘Aylin’

F.Ülken qui paraphrase la forme active, essaie de montrer l'utilisation de


ce sens "être amoureux", dans cette forme,
10. Ayşe Hasan-ı (kalbinden) vurdu (silahla değil).

Et elle recourt à une ruse, en donnant entre paranthèse, le mot qui sert à
paraphraser le sens. Elle donne l’impression que si l'on supprime le mot
"kalbinden", 1e sens résiste encore. Alors que même la forme
paraphrasée (par 'silahla değil' (pas par une arme)) ne suffit pas pour
exprimer ce sens donné. Donc aucun informant ne dira que la phrase

Hasan-ı vurdu

exprime à la fois, ‘Ayşe a tué Hasan’ et ‘Ayşe a rendu amoureux


Hasan’. Alors, il y a une relation stricte entre la forme syntaxique et le
sens.

Si l'on revient à (9), l'application de la post-position tarafından et du


suffixe –cA ne permet pas d'interpréter (9) comme passif,

11. Ali Ayşe tarafından vuruldu ≠ (9)


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

12. Ali Ayşe-ce vur-ul-du ≠ (9)

De plus, en rappelant que tous les verbes réflexifs ne peuvent être


paraphrasés par le mot 'kendi', nous dirons que (9) est une forme
reflexive. Cependant si l'on envisage l'indépendance sémantique de cette
structure, comme celle des verbes déponents, on dirait qu'il y a une
lexicalisation. On peut énumérer les autres verbes:

tutul- : Ali Ayşe-ye tutul-du Ali s'est éprit d'A,


kapıl- : Ali Ayşe-ye kapıl-dı Ali est tombé amoureux pour Ayse
çarpıl- : Ali Ayşe-ye çarpıl-dı Ali s'est éprit ..
bayıl- : Ali Ayşe-ye bayıldı Ayşe a beaucoup plu à Ali
açıl- : Ali Ayşe-ye açıldı Ali s'est confié

Dans tous ces exemples SN au cas -A, joue un rôle directif, non agentif,

13. Ali Ayşe-yi kesti (figuratif et argotique) Ali a dragué Ayşe


14. Ali Ayşe-ye kesil-di Ali est tombé amoureux pour Ayse
15. Ali Ayşe tarafmdan kesildi. Ali a été égorgé par Ayşe.

Le souci d'empêcher l'ambiguïté tend à utiliser les faits prosodiques (pour


distinguer le sens dénotatif et connatatif de la phrase (13)) et les éléments
syntaxiques ((14)et(15))

kır- / kırıl- : Murat Ceyda-yı kırdı Murat a offensé Ceyda


Ceyda Murat-a kırıldı Ceyda s'est senti blessé par ( le comportement ou
les paroles de) Murat .
boz- / bozul- : X Y-i bozdu X a offensé Y ou X a violé Y
X Y-e bozuldu X s'est senti blessé de (comportement ou paroles de) Y
sar- / sarıl- : Bu iş Alper-i sardı Alper a aimé beaucoup cette affaire
Alper bu işe (dört elle) sarıldı. Alper essaie de réussir parce que cette
affaire lui a plu.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

sok- / sokul- : pénétrer, faire entrer / approcher -intr-


16. Alper Özdil-i üzdü Alper a tracassé Özdil
17. Özdil üzüldü Özdil s'est tracassée
18. Özdil Alper-e üzüldü Özdil s'est souciée pourAlper
19. Özdil Alper için üzüldü Özdil s'est souciée pour Alper
20. ?*Özdil Alper tarafından üzüldü Özdil a été tracassée par Alper

Si l'on étudie bien ces exemples, bien que (18) soit acceptable il n'est pas
l’équivalent de (20) qui est inacceptable, mais (18) correspond plutôt à
(19). Donc nous pouvons prétendre que (18) est réflexif, de la même
manière que (17) et que le rôle de SN au cas -A n'est point agentif, mais
directif.

Examinons maintenant ces structures sous les critères lexicaux "kendini +


actitif " (Réflexif) et "tarafindan" (Passif)

21. Ali Mehmedi yendi Ali a battu Mehmet


22. Ali Mehmed-e yenildi Ali a été battu par Mehmet
23. Ali Mehmed-i yuttu Ali a gagné l'argent de Mehmet au jeu de hasard
24. Ali Mehmed-e yutuldu
Mehmet a gagné 1'argent d'Ali au jeu de hasard
25. Ali Mehmed-i dövdü Ali a battu Mehmet
26. Ali Mehmed-e dövüldü Ali a été battu par Mehmet
27. Ali Mehmed-i yakala-dı Ali a saisi Mehmet
28. Ali Mehmed-e yakala-n-dı Ali a été saisi par Mehmet
29. Ali Mehmed-i ensele-di Ali a saisi Mehmet
30. Ali Mehmed-e ensele-n-di Ali a été saisi par Mehmet

Le même sens que (27), (29) et (28), (30), mais argotique.

31. Ali Mehmed-i kap-tı Ali a bien saisi Mehmet


32. Ali Mehmed’e kap-ıl-dı Ali s’est entrainé par Mehmet
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Ayşe Mehmed-e kap-ıl-dı Ayşe s'est tombé amoureux pour Mehmet


Ali çanta-yı kap-tı Ali a attrapé le sac

Ayşe Mehmed’in yeşil gözlerine kapıl-dı.


Les yeux verts à Mehmet ont rendu amoureux Ayşe.

33. ?Ali Mehmed-i tak-tı


Ali Mehmed-i tak-tır-dı
Ali a fait échouer Mehmet
34. Ali Mehmed-e tak-tı
Ali est haineux envers Mehmet
Ali Mehmed-e tak-ıl-dı
Ali a été empêché par Mehmet ou Ali a fait une plaisenterie à Mehmet.
35. Ali Mehmed-i kan-dır-dı Ali a trompé Mehmet
36. Ali Mehmed-e kan-dı. A cause de Mehmet, Ali a fait qqch injuste
37. Ali Mehmed-i aldat-tı Ali a trompé Mehmet
38. Ali Mehmed-e aldan-dı.

Le (38) a le même sens que (36).


39. Ali Mehmed-i gör-dü Ali a vu Mehmet
40. Ali Mehmed’e gör-ün-dü et Ali mehmed’e gözük-tü
Ali s'est fait voir à Mehmet ou Ali a grondé Mehmet
*Ali Mehmed-e gör-ül-dü

Examinons maintenant ces structures sous les critères lexicales


"kendini+actitif" (Réflexif) et "tarafîndan" (Passif)

41. Ali kendini Mehmed-e yen-dir-di.


42. Ali kendini Mehmed’e yut-tur-du
43. Ali kendini Mehmed’e döv-dür-dü
44. Ali kendini Mehmed’e yakala-t-tı
45. Ali kendini Mehmed’e ensele-t-ti
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

46. Ali kendini Mehmed-e kap-tır-dı


47. Ali kendini Mehmed’e tak-tır-dı
48. Ali kendini Mehmed’e kan-dır-t-tı
49. Ali kendini Mehmed’e aldat-tır-dı.
50. Ali kendini Mehmed’e göster-di
51. Ali Mehmet tarafından yen-il-di
52. Ali Mehmet tarafmdan yut-ul-du
53. Ali Mehmet tarafmdan döv-ül-dü
54. Ali Mehmet tarafmdan yakala-n-dı
55. Ali Mehmet tarafmdan ensele-n-di
56. Ali Mehmet tarafmdan kap-ıl-dı
57. Ali Mehmet tarafmdan tak-ıl-dı
58. Ali Mehmet tarafmdan kan-dır-ıl-dı
59. Ali Mehmet tarafmdan aldat-ıl-dı
60. Ali Mehmet tarafmdan gör-ül-dü
61. Ali Mehmet tarafmdan gör-ün-dü

On observe que la langue présente les couples : görül-/ görün-, kan- /


kandırıl- aldan- / aldatıl- comme des oppositions pertinentes. Cela nous
permet de considérer ces structures au cas -A, comme des réflexifs. Nous
devons souligner que les verbes réflexifs intrinsèque ou non, régissent le
cas -A,

Ahmet su-ya at-ıl-dı Ahmet se jeta dans la mer


Ahmet taksi-ye bin-di Ahmet a pris le taxi

C'est ainsi que dans les structures réflexives à deux actants humains, par
la nécessité syntaxique, l'activité des actants coïncident. De plus le même
morphème exprime à la fois le réflexif et le passif:

Ahmet yen-il-di.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Cette phrase peut être interprété ainsi:


Ahmet (X tarafından) yenildi
Ahmet a été battu par X
Ahmet (isteyerek) yenildi Ahmet s'est fait battre exprès

Et la langue turque qui a tendance à supprimer le mot "tarafından", se


sert de cette intersection fonctionnelle. Et l'énoncé en tout cas aboutit à
cette structure: Ahmet X-e yen-il-di

La fonction agentive de SN avec le cas -A, nous oblige d'envisager ces


structures qui se trouvent dans l'intersection fonctionnelle, comme des
réflexivo-passives (Le même terme est utilisé par H. Sebüktekin, pour
des réflexifs construits par le suffixe ‘-Il-‘. Alors que nous l’employons
pour ceux qui restent dans l’inersection de deux voix). Et nous arrivons à
faire une classification pour des verbes à forme -Il/n-, qui régissent le cas
-A,
1) les verbes indépendants,
2) les verbes réflexifs,
3) les verbes réflexivopassifs.

Le troisième groupe apporte une information de plus, sur le locuteur. Car


le locuteur y trouve une chance de présenter sa part: dans la phrase

Ahmet Mehmed-e yenildi,

Comme possibilité d’interprétation ‘Il est plus proche sentimentalement à


Ahmet’. Donc cette structure permet au locuteur de s'insérer dans la
phrase. Certes pour l'insertion du locuteur, ce n'est pas le seul cas.

Ali Mehmed-i yen-di


Ali a battu Mehmet
Mehmed-i Ali yen-di
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

C'est Ali qui a battu Mehmet


Mehmed-i yen-di Ali
C'est Mehmet qu'Ali a battu
Mehmet Ali-ye yen-il-di
Mehmet a été battu par Ali
*Ali-ye Mehmet yen-il-di
Ali-ye yen-il-di Mehmet

Dans les derniers exemples la traduction ne reflète pas toute l'information


des phrases turques. La focalisation est donnée par l'ordre des mots et par
les faits prosodiques. D’ailleurs l'inacceptabilité de 'Ali-ye Mehmet yen-il-
di-', malgré le caractère assez lâche du turc , prouve notre hypothèse.

Le locatif:
Dans notre recherche, nous avons trouvé une utilisation intéressante: le
syntagme au locatif s'entrecoupe avec l'agent de la phrase passive:

Üst baş, gereksinmeleri, çocukların bisiklet gibi araçları, spor malzemesi


alımına Kibutz yönetim kurulu-nda karar ver-il-ir-di . (N. Cumalı)
On décidait l'achat des matériels sportifs, des vêtements et des bicyclettes
des enfants dans / par le conseil d'administration de Kibutz

Dans cette phrase, il n'y aurait aucune différence sémantique, si l'on


substitue le suffixe locatif par le suffixe -cA ou le mot 'tarafmdan’,

a) yönetim kurulu-n-da karar verilirdi.


b) yönetim kurulu-n-ca karar verilirdi.
c) yönetim kurulu tarafmdan karar verilirdi.

Donc, on peut parler d'une coïncidence ou d'une ellipse,


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

d) yönetim kurulu-nda / yönetim kurulu-n-ca karar verilirdi.


on décidait par le conseil d'administration/dans le conseil d'administration

N'importe comment on obtient une structure intéressante, bien que le


locatif conserve sa fonction..

Les mots "dolayı-sı-y-la" (en raison de), "etki-si-y-le" (sous


l'influence de):
T.N.Gencan écrit sur la structure passive: "s'il le faut, le sujet réel du
verbe passif, peut être employé avec les mots tarafindan, dolayısıyla,
etkisiyle ... et ce syntagme construit, devient l'adverbe du verbe"(24).
Cette citation explique que les mots 'dolayısıyla', 'etkisiyle' et même les
autres mots équivalents (puisqu'il utilise trois points), peuvent déterminer
l'agent. Et F.Ülken répète la même explication. Mais ils ne donnent pas
des exemples. Nous avons essayé de les étudier avec des exemples.

SN + génitif + dolayısıyla + SN + döv-ül-dü : a été battu


yüzünden gör-ül-dü : a été vu
etkisiyle vur-ul-du : a été tué
yık-ıl-dı : a été démoli
devr-il-di : a été renversé
sat-ıl-dı : a été vendu
kır-ıl-dı : a été cassé

Bien que ces mots soient équivalents, le mot ‘dolayısıyla’ se relie


directement au SN, alors que le mot 'etkisiyle' se relie avec génitif et
'yüzünden' avec / sans génitif. Dans une structure explicite, ces syntagmes
signalent la circonstance. La coïncidence du circonstant et de l'agent ne
peut avoir lieu que si ce syntagme nominal est inhumain. Encore faut-il
rappeler la fonction réflexive de "-Il-" et la fréquence du passif indéfini.

Kitap sat-ıl-dı
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Le livre a été vendu


Kitap Ahmet yüzünden satıldı
Le livre a été vendu, à cause d’Ahmet
Ağaç devr-il-di
L'arbre s'est renversé
L'arbre a été renversé
?Ağaç Murat yüzünden devrildi
L'arbre s'est renversé / a été "enversé , à cause de Murat
Ağaç rüzgar yüzünden devr-il-di
L’arbre s'est renversé / a été renversé, à cause du vent

Pour les exemples, ces mots signifient sémantiquement l'agent et le


circonstant à la fois, si l'on insiste sur le fait que ces structures sont
passives. Et analysant la structure verbale comme réflexive, la fonction
circonstancielle de ces mots est plus claire. De plus, l'opération de
suppression de ces mots permet à voir la réflexivité.

L'ablatif; -dAn:
1. Çevreye akasyalardan dökülen kuru yapraklar dolmuştu. (Füruzan)
1a. Les feuilles détachées des acacias remplissaient les alentours
2. Akbabalardan beklenmedik bir saldırış oldu. (A.Sayar)
2a. Les vautours ont attaqué soudain
3. Ondan korkulmaz. (Y.Kemal)
3a. On n'a pas peur de lui
4. Bu da, denizler aşırı bir ülkeden idare edilen direction simidi iste,
diyorum kendi kendime (B. Yıldız)
4a. Je me disais: voilà un autre volant que les pays d'outre-mer tiennent à
la main
5. Renkli küçük ışıkların yanıp söndüğü bir çelik kutudan yönetiliyor. (S.
İleri)
5a. Ça se conduisait d'une boîte en acier, dans laquelle les petites lumières
multicolores s'allumaient et s'éteignaient.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

6. Yürüyerek gidip gelmek-ten yor-ul-ma-yız


6a. On ne se fatigue pas d'aller et venir à pied. (Füruzan)

La phrase (1) accepte facilement l'application d un critère lexical "kendi


kendine" et elle est réflexive. (2) contient une utilisation adjectivale du
syntagme verbal, qui implique un passif indéfini: bekle-n-me-dik à on
n'avait pas attendu à inattendu, et l'ablatif exprime le directif inverse. La
situation de la phrase (3) est assez complexe.

a. X kork-ut-tu Y X a appeuré Y
b. Y kork-ut-ul-du (agentif) X Y est appeuré par X
c. Y kork-tu X -dAn Y a eu peur de X
d. kork-ul-ur X-dAn On a peur de X
e. *köpek tarafindan kork-ul-ur On a peur du chien
f. *köpek tarafından kork-ut-ul-ur
g. köpek-ten kork-ul-ur Tout le monde / on, a peur du chien

La forme actitive(a) permet à une transformation de "actif-passif"(b),


pour (c) la transformation ne marche pas de la même manière, car c'est la
passivation indéfinie qui implicite un pronom indéfini (insan '1'homme',
adam 'l'homme', herkes 'tout le monde'). Alors, la passivation est valable,
si le sujet est indéfini. Cependant cette structure ne peut pas non plus
supporter l'existence du sujet indéfini.

* ?İnsan, ondan korkulur

Cette phrase n'est acceptable que si le support et l'apport représentent le


même sujet;

l'homme, on a peur de lui (lui = l’homme)

Si l'on revient à l'agent utilisé avec l'ablatif, il constitue effectivement la


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

source de la peur. Mais si l'on accepte son agentivité, ce serait d'accepter


que cette structure est un passif pur.

L.Bazin explique le passage du "sens d'origine", à "celui de cause" pour


le suffixe –Dan : "ce sens de cause permet à l'ablatif, pour les noms
d'êtres inanimés seulement, de servir aussi de complément d'agent
(inanimé) d'un verbe passif: soğuktan yorulur "il est fatigué par le froid"
(12). Comme on voit la phrase (3) constitue un contre exemple à cette
explication, car dans le roman de Y. Kemal, ce pronom "o" (= il, elle)
présente un actant humain.

Quant à (4) et (5), la fonction directive inverse coïncide avec l'agent,


comme on l'a déjà signalé pour le locatif et les formes lexicales. Et le
verbe du dernier exemple ne signifie qu'une réflexivité, bien que la
transformation soit possible:

Gidip gelmek biz-i yor-du Le va et vient nous a fatigué


Biz gidip gelmek-ten yorulduk Nous sommes fatigué du va et vient,

Cette forme verbale est lexicalisé pour exprimer la réflexivité, car on ne


peut pas dire,

*Biz X tarafmdan yorulduk Nous sommes fatigués par X

Instrumental: (I)lA:
l. Sağmallar makina ile sağ-ıl-ır-dı. (N.Cumali)
On trayait les vaches à lait par des machines
2. Uykusuz kaldığı, kalın sopalarla dövüldüğü perdeleri çekili odadayken
böyle düşünmüştü. (N.Gürsel)
II pensait ainsi dans la pièce aux rideaux tirés, dans laquelle il était resté
sans sommeil, et battu par de gros bâtons.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

3. Açık pencere-den gelen hava göz-le gor-ül-üyor. (B.Yıldız)


On voyait (par l'oeil) l'air qui venait de la fenêtre ouverte
4. Göz-le gör-ül-se bile gövdeyi sarsmayan bir titreyiş, bir büzülmeydi
daha çok. (N.Gürsel)
C'était plutôt, un tremblement qui ne secoue pas le corps, et une
rétraction, même si cela est vu par l'oeil
5. Gidip gelmek-le yor-ul-un-maz. On ne se fatigue pas d'aller et venir

De prime abord, il enveloppe un agent derrière le SN. Mais il est évident


et connu qu'il a une fonction instrumentale, car ces formes passives
signalent des agents indéfinis.
1a. Sağmalları makinalar sağıyorlardı.
Les vaches à lait étaient trayées par les machines.
2a. ? Kalın sopalar onu dövüyordu. De gros bâtons le battaient.
3a. ? Göz, açık pencereden gelen havayı görüyordu.
L'oeil voyait l'air qui venait de la fenêtre ouverte

En étudiant (3) et (4), on peut dire que le syntagme verbal constitue


avec le SN, le prédicat mais le SN est séparé du verbe, car c'est une
forme utilisé par opposition à ‘gönül gözüyle gör-‘ (sentir les choses par
le coeur).

Pour ce mot (I)lA, L.Bazin fait cette explication: "Pour les êtres inanimés,
ce complément d'agent est formé parfois avec l'ablatif de cause, mais
bien plus souvent avec la postposition ile "au moyen de, par": Engerek,
bir taşla ezildi "la vipère fut écrasé par une pierre" (26).

Et le dernier exemple approuve notre décision sur le verbe yorul-. Car,


l'ordre d'agglutination des suffixes '-In' (réflexif) et –Il- (passif) est
rigoureux: le suffixe du passif -Il- suit -In-.

Arasında entre, parmi:


Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

l. Bu olay evlerde, sokaktaki çocuklar arasında anlatıldı durdu uzun süre


(N.Eruz)
1a. Ce phénomène a été raconté longtemps dans les maisons, parmi les
enfants qui jouent dans la rue.
2. Leş, akbabalarla tilkiler arasında kuvvetin, şansın adaleti içinde
paylaşıldı. (A. Sayar)
2a. La charogne a été partagée, par (parmi) les vautours et les renards
selon la justice de la force et de la chance .

La postposition "arasmda" est un élément de réciprocité. Mais dans ces


exemples il cache derrière sa fonction réciproque, l'agent du passif.

Notes:
l) T.Banguoğlu; Id.; (p: 282)
(Bunları isimden (hemen hepsi sıfattır) bir -il- ekiyle yapılmış fiiller
saymak yanlış olur. Tabanları sesliyle bittiği halde çatısında -in- değil, -il-
almış olmaları da Eski Türkçeden geldiklerine işaret eder.)
2) J.Bastuji; Relations entre verbe et syntagmes nominaux dans la phrase
turque; in Lacito-documents, Eurasie 2, Relations prédicats-Actants 1;
1979 ; (p: 49)
3) Alice DAVISON; Peculiar passives; in Language Journal of the
Linguistics Society of America; vol. 56; n: l; 1980; (p: 4-3)
4) Ibid
5) Id.; (p: 60)
6) Jacqueline BASTUJI; Les relations spatiales en Turc contemporain;
Paris; Ed. Klincksieck; 1976; (p: 116)
7) Vecihe HATIBOĞLU; Türkçenin sozdizimi; Ankara, TDK, 1972,
(p: 116) "Sözde özne, çekimli veya çekimsiz olarak kullanılan edilgen
eylemin özne görevini yüklenmiş gerçekteki belirtisiz nesnesidir"
8) Ahmet Kocaman; Dilde Belirsizlik Kavramı Üzerine; in FDE 12;
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

1983; (p:70) (“sözgelimi ‘kitabı getir’ gibi bir sözce, dinleyen hangi
kitaptan sözedildiğini bilmiyorsa belirsizdir”)
9) J.Bastuji; id.; (p: 106)
10) Id.; (p: 110)
11) İd.; (p: 109)
12) Louis BAZIN; id.; (p: 35-36)
13) Jacqueline BASTUJI; Relations entre verbe et syntagme nominaux
dans la phrase turque; Lacito-documents, Eurasie 2, Relations prédicat-
actans 1; 1979; (p: 55)
14) F.Ülken; Türkçede Edilgen Çatı Özneleri Üstüne Bir Araştırma;
in DİLBİLİM; no: 6; 1981; (p: 55) (Kısacası, dilbilimcilerimizin çoğu
edilgen çatıda gerçek öznenin kim (ne) olduğu, nasıl belirtildiği üstiinde
fazlaca durmamaktadırlar. Bunda da haklıdırlar, çüinkü Türkçe'nin
kendi de (bilimsel yazılar ve basın / yayındaki haber sunuş biçimleri
dışında) gündelik konuşmalarda tarafmdan ve -ce ekiyle özne belirtme
eğiliminde değildir)
15) T. Banguoğlu; id.; (p: 413) (Edilen fiillerin mantıkça kimsesi çoğu
zaman bilinmediği, açıklanmak istenmediği için, ya da uslûp değişikliği
için söylenmez)
16) Louis Bazin; id; (p: 54)
17) Fatma Ülken; id; (p: 57)
18) Fatma Ülken; id. (pp:55-70)
19) Du paire verbal, la forme (sıkıl-) ne se trouve pas au sens donné par F.
Ülken, dans le dictionnaire qu'elle prétend dépouiller (c.à.d. dans Le
Dictionnaire Turc de TDK, mais on cite une utilisation sans objet: can
sıkıntısına uğra- ‘se sentir gêné', -den sıkıl- (yalnız oturmaktan sıkıldı) ‘il
s'est gêné d'être assis seul'. TDK Türkçe Sözlük 1974
20) F.Ülken; id; (p: 68)
21) Ibidem
22) Ibidem
23) Une autre interprétation est que ‘Ali Aylin için vuruldu’. Dans ce cas,
le verbe est passif, mais l’agent sous entendu est un être surnaturel
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

(Cupidon etc) . Encore une autre interprétation: ‘Ali kendini aylin için
vurdu’ c.à d. ‘Ona kendini kurban etti’ (Il s’est sacrifié pour elle). On
observe que la culture du locuteur influence l’interprétation. Mais en tout
cas, il n’est pas possible de parler de l’agentivité de Aylin.
24) T.Nejat Gencan; id.; (p: 337 note): "Gerekirse, edilgen eylemin
gerçek öznesi (...) tarafından, dolayısıyla, etkisiyle ... sözcüklerinin
tamlayıcısı olarak tümceye girer ve bu söz öbeği yüklemin belirteci
olur.”
25) Louis Bazin; id.; (p: 35)
26) Ibid. (p: 54)
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Comparaison:
Pour l'expression au passif, le français possède trois formes:
a) passif périphrastique
b) passif avec la particule préverbale SE
c) passif avec le pronom indéfini ON

En revanche, le turc possède le suffixe -Il/n-. Donc, la traduction des


phrases françaises aboutiront théoriquement à ce suffixe -Il/n- en turc.
Essayons de voir la réalité par le moyen de traduction:

A. la structure périphrastique:

1. Ma décision est prise (M. de St.Pierre)


1a. Karar al-ın-mış-tır / ver-il-miş-tir.
1b. Karar(-ım-ı) ver-di-m.

Cette structure française implique, ‘La décision est prise par moi.’

L'explication de l'agent par l'adjectif possessif crée une tournure


spécifique à la langue, car si l'on traduit cette phrase mot à mot en turc, on
obtiendrait:

?* karar-ım al-ın-dı.

Cette traduction donnerait lieu à l’inacceptabilité ou à un autre sens : ‘La


sentence (me concernant) a été lue. La traduction (a) correspond presque
à une traduction mot à mot, par remplacement du participe –mIş-, au lieu
de –dI-, sous la condition que l'adjectif possessif ne s'utilise pas, sinon on
arriverait à une structure inutilisable, pour correspondre à la phrase
française,

?Karar-ım al-ın-mış-tır.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

De plus si l'on veut arriver à la même phrase française, en partant de


(a), ce ne sera pas possible si l'on ne recourt pas au contexte. Et le
correspondant (b) est à la voix active. Donc, en chaque langue, parfois
c'est l’expression qui gouverne la voix.

2. Sa vie fut placée sous le signe du Taureau (Y.Simon)


2a. *Hayat-ı Boğa burcu-n-a yerleş-tir-il-miş-ti
2b. Hayat-ı Boğa burcu-na bağla-nmış-tı
2c. Hayat-ı Boğa burcu-na bağlı-ydı.

Le souci de transmission du sens exige le changement du verbe, et par


(c) on viole le temps de la phrase (2). Il s'agit de comparer les temps,
dans ce cas-là.

3. Le commandant a été appelé mardi à l'état major du secteur


(G.Cesbron)
3a. Komutan, Salı günii, kurmaylığa çağrıldı.
4. Mes cousins ont été éventrés par les soldats (G.Cesbron)
4a. *Yeğen-ler-im asker-ler tarafmdan karın-lar-ı deş-il-di.
4b. Asker-ler yeğen-ler-im-in karn-ı-n-ı deş-ti.
5. Je n'ai pas été influencé par Apollinaire (P.Daninos)
5a. ?*Apollinaire tarafindan etkile-n-me-di-m.
5b. Apollinaire'den etkile-n-me-dim.
5c. Apollinaire'in etki-si-nde kal-ma-dı-m.
5d. Apollinaire beni etkile-me-di.
5e) Apollinaire beni etkilememiştir.
6. Les mitrailleuses ont été dissimulées (Curiositas)
Mitralyöz-ler gizle-n-miş-ti.

Pour les verbes qui correspondent à une forme verbale pleine, la voix
peut être gardée, et s'il existe une forme paraphrastique (éventrer: karın (le
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

ventre) + deş- (percer)) la voix peut changer. Pour (5), le fait que le mot
tarafından soit peu usité, donne lieu à l'emploi d'autres morphèmes, par
exemple dans (b), c'est l'ablatif qui signale l'agent.

7. (les soldats dont tu parles, si Saadi, ont dû avoir peur, eux aussi:) peur
d'être trahis (G. Cesbron)
7a. İhanet ed-il-mek-ten kork-uyor-lar.
7b. İhanet-e uğra-mak-tan kork-uyor-lar.

Encore la forme paraphrastique change la voix.

8. J'ai l'impression d'être arrêté par le "Qui va là" d'une sentinelle de nuit
(P.Daninos)
8a. *Gece nöbetçi-si-nin "Kim var orda" sı-yla dur-dur-ul-muş-um gibi
gel-di ban-a.
8b. Gece bekçisi, "Kim var orda" dedi gibi gel-di bana (da), ondan dur-
du-m.

Pour (8), bien qu'il est possible de traduire "être arrêté", au passif comme
"dur-dur-ul-" en turc, l'expression totale de la phrase visée par locuteur
français nous oblige à changer l'ordre des événements, car la stylistique
de la langue française exige d'abord l'événement final "être arrêté", tandis
que celle de la langue turque exige l'événement causal (dedi gibi geldi il
me sembla qu'une sentinelle de nuit a dit:(...)). Donc il est naturel que la
voix change, puis qu'elle-même présente le côté stylistique de
l'expression.

9. La femme à Jacques doit être nippée comme une princesse (Yves


Simon)
9a. Jacques'ın karısı bir prenses gibi giy-dir-il-meli.
9b) Jacques'in karısı bir prenses gibi giy-in-meli.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

La traduction (a) est conforme à la forme française (passive), alors que


(b) reste comme une interprétation (réflexif) qui reflète le souci de bien
exprimer en turc. D'ailleurs nous avons observé dans quelques structures
périphrastiques passives, une utilisation réflexive:

II est vêtu de soie, mais pieds nus . (Curiositas)


Son fils était installé à plus de cinq cents kilomètres de là. (Yves
Simon)
Elle n'est d'ailleurs pas terminée . (M. de St Pierre)
Nous sommes attachés ici . (G.Cesbron)

C'est ce phénomène qui facilite le passage à la fonction attributive du


participe passé. Il déchaine la corrélation de la syntaxe passive.

10. M. Vernier veut que cette journée soit réussie. (Y. S.)
10a. Bay Vernier bu günün başarılı olmasını istiyor.
10b. Bay Vernier bu günün başarılı geçmesini istiyor.
11. J'étais angoissé (P.Daninos)
11a. Canım sık-ıl-mış-tı.
12. Je peux rester assis. (P.Daninos)
12a. Otur-muş kal-abil-ir-im.
12b. Otur-up kal-abil-ir-im.
13. Beaucoup d'autres semblent survoltés par les approches de la mort
(P.Daninos)
13a. Bir çoğu ölümün yaklaşmasıyla iyice gergin-leş-tir-il-miş-e
benziyorlar.
13b. ... iyice gerginleşmişe benziyorlar.
13c. Sanki bir çoğu ölümün yaklaşmasıyla iyice, gerginleş(tiril)miş.
14. Toutes les promesses sont sacrées (M.de St P.)
14a. Verilen bütün sözler kutsaldır.
15. Et je suis crevé (M.de St Pierre)
15a. Üstelik yorgun-um.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

L'impossibilité d'être interprété comme passif, rend claire la situation de la


forme participe passé ; et on dit qu’elle est attributive. De plus la
transmission de sens de certaines structures françaises en turc refuse la
forme passive, par exemple (13a).

L'économie de l'expression finit par supprimer le verbe ‘être’, en dotant le


participe passé d'une fonction adjectivale, adverbiale ou attributive.
Essayons de voir les formes de traduction de ces structures en turc:

16. Comportement d'artiste plus ou moins bien contrôlé. (M.de St Pierre)


Sanatçının az çok denetle-n-miş davranışı
17. Stangalen, avec une nonchalence étudiée, se leva (M de St Pierre)
Stangalen dikkatli bir gevşeklik içinde kalktı.
18. Dans les milieux généralement bien informés (P.Daninos)
Genellikle iyi haber alan çevrelerde
19. Un débat télévisé sur Mata-Hari (P.Daninos)
a. Mata-Hari üzerine bir televizyon tartışması
b. Mata-Hari üzerine, televizyon için filme alınmış bir tartışma.
20. Ce corps désiré (Yves Simon)
Arzulanan bu vücut
21. Sa peau parfumée (Yves Simon)
a. Onun koku-la-nmış derisi
b. Onun koku-lu derisi
c. Onun mis gibi kok-an teni
22. Neubert est là, couché sur le dos (Curiositas)
Neubert orada, sırtüstü. yat-mış.

Une telle utilisation du participe passé donne lieu, selon le contexte à des
traductions soit par la forme du participe passé en turc (16, 22), soit par un
adjectif (17), soit par un participe qu'on peut appeler présent (20), soit par
une paraphrase qui se repose sur la transmission de l'interprétation
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

convenable de la phrase sous un autre aspect (18, 19, 21).

Enfin une autre difficulté apporté par la suppression du verbe être, c'est si
le participe est encore à la voix passive ou s'il reflète l'activité:

Dans les pays développés


Geliş-miş / geliş-tir-il-miş ülkelerde

A ce propos, du point de vue du français, le participe du dernier exemple,


peut être considéré directement comme passif, mais pour celui de (22),
on ne peut pas faire la même remarque. Donc, pour la traduction de ce
mot, il faudrait s'adapter au contexte.

B. La structure passive avec SE:


La fonction passive du ppv SE permet d'être transmise par le suffixe -Il/n-
à fonction du passif impersonnel, soit restant fidèle à la forme verbale en
français, soit en changeant ce qui signale la forme française:

Cela ne se discute pas


Bu tartış-ıl-ma-z
Ces fruits se servent crus
Bu meyvalar çiğ ye-n-ir
Une telle chose ne se fait pas
Böyle bir şey yap-ıl-ma-z
Cette maison s'est construite en un an
Bu ev bir yılda yap-ıl-dı
Les peuples se gouvernent par des exemples
Halklar örneklerle yönet-il-ir
La confiance, cela ne se commande pas
Güven, ısmarla-n-ma-z (ısmarlama olmaz)
Güven, çarşıdan al-ın-ma-z
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

C. La structure avec ON:


Quant au passif utilisé avec le pronom indéfini ON il donne lieu à la
considération du contexte, puisqu'il présente presque tous les pronoms,
c'est-à-dire, qu'on peut lui substituer n'importe quel pronom, pour préciser
la situation.

On se promène
Gezin-il-ir /gez -in-iyor-uz etc.
On vient
Gel-in-ir / gel-iyor-uz etc
On achète
(Satın) al-ın-ır / al-ıyor-uz etc
On construit la maison
Ev yap-ıl-ır /yap-ıyor-uz etc
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Conclusion:
Dans ce travail, on a essayé d’étudier les structures réflexives, actitives et
passives dans deux langues, comme le français et le turc qui n'ont pas de
parenté parmi eux, l'un qui appartient au groupe indo-européen, et l'autre
au groupe altaïque, autrement le français est synthétique par rapport au
turc,, alors que le turc est analytique. Dans ce cas-là, il est naturel que la
convergence parmi ces langues ne se trouve qu'au niveau de la
terminologie. Sauf l'utilisation de 'kendi' dans certaines structures pour
correspondre à la particule préverbale SE en français, les structures don-
nées sont souvent faites avec les suffixes en turc (morphologique), alors
que français construit syntaxiquement. Donc il ne nous reste que la
divergence. Il nous paraît que l'influence de la divergence aura lieu
généralement sur le plan d’économie, ou sur le plan d'absence.

Pour présenter les résultats de l'analyse contrastive au service d'autres


sciences, afin de réaliser une méthode d'enseignement (ce ne sera jamais
unique, même pour une langue), on aura besoin de prévision et d'analyse
d'erreur, et d'autres types d'études. Notre travail n'est qu'un petit pas sur ce
domaine. Donc il faudrait étudier deux langues de tout point de vue:
phonétique, morphologique, syntaxique, sémantique, sans oublier le
style. Nous pouvons schématiser ces domaines ainsi:

Tableau de domains linguistiques à comparer deux langues

Sinon quand on étudie seulement les éléments morphologiques et


syntaxiques des langues en contact on n'obtiendrait qu'une seule partie de
la ressemblance et de la dissemblance.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Selon le schème donné, on peut énumérer les niveaux d'erreurs ainsi:


a) le niveau phonique: il s'agit des erreurs qui proviennent de la
divergence des sytèmes phoniques et / ou de la convergence hasardeuse
de quelques phonèmes.
b) le niveau morphologique.
c) le niveau syntaxique.
d) le niveau sémantique.
e) le niveau stylistique.

Enfin, si l'on vise l'enseignement d'une langue par l'analyse contrastive,


l'étude doit être réalisée dans la langue parlée, parmi les gens qui
pratiquent les deux langues, sinon il est inévitable de rester dans le cadre
de la théorie ou l’analyse fournira les matériaux pour les autres
disciplines, la traduction ou la linguistique générale par exemple.
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Notations et abréviations:

Ppv : particule préverbale

tr : transitif
intr : intransitif
Vb : verbe
Adj : adjectif
Gen : génitif
Poss : possessif
Det : déterminant
V-a : adjectif (M.Gross)
Vpp : participe passé (M.Gross)

m : Même
SN : syntagme nominal
SV : syntagme verbal
N : Nom
0 Objet
A Animé
(ser)- : (ser) mAk
X, Y, Z : symbolisation des agents
* : agrammaticalite
? : acceptabilité douteuse
() : supprimable
¦ : pas de relation
¦ : le développement ou la provenance
≈ : presque égal
# : contraire, ou pas égal
[] : addition pour clarifier la citation
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

• : actant
Ü : point de départ
£ : verbe
ä : la courbe montant d'intonation
æ : la courbe descendant d'intonation
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

BIBLIOGRAPHIE:
Oya ADALI; Türkiye Tiïrkçesinde Biçimbirimler; Ankara; TDK
yayınları; 1979
Tahsin BANGUOĞLU; Türkçenin Grameri; İstanbul; Baha Matbaası;
1974
Jacqueline BASTUJI; Les Relations Spatiales En Turc Contemporain;
Paris; Ed. Klincksieck; 1976
Relations Entre Verbe et Syntagmes Nominaux Dans La Phrase
Turque; in Lacito-documents Eurasie 2, Relations prédicat-actants 1;
1979; (pp: 39-62)
Louis BAZIN; Introduction à L'étude Pratique de La Langue Turque; 2e
éd.; Paris; Librairie d'Amérique et d'Orient A. Maisonneuve; 1978
Emile BENVENISTE; Problèmes de Linguistique Générale 2; Paris;
Gallimard nrf; 1974
A.BLINKENBERG; Le Problème de la Transitivité en Français
Moderne, essai syntactico-sémantique; I960
A.BORILLO; Remarques sur Les Verbes Symétriques Français; in
Langue Française ; n: 11; 1971
Jean Pierre BRISSET; La Grammaire Logique; Paris; Baudouin; 1980
Jack L.BURSTON; The Pronominal Verb Construction in French; in
Lingua 48; 1979; (pp: 147-176)
Peter CANNINGS and Marvin D.MOODY; A Semantic Approach to
Causation in French; in Linguisticae Investigations; vol: 2; n: 2; 1978;
(pp: 331-362)
Daniel COUQUAUX; "Même" Marque-t-il Qu'un Pronom est
Réfléchi?; in Le Français Moderne; n: 2; 1977; (pp: 126-143)
Pierre DELATTRE; Le Surcomposé Réfléchi En Subordonnée
Temporelle ; in Le Français Moderne; n: 2; 1950
Jean DENY; Grammaire de La Langue Turque (dialecte osmanli), Dr
Martin Sandig OHG; 1971
Weber DJR, DONALDSON; French Reflexive Verbs; Paris; Mouton
The Hague; 1973
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Jean DUBOIS; Grammaire Structurale du Français: Le Verbe; Paris;


Larousse; 1967
Muharrem ERGIN; Türk Dilbilgisi; İstanbul; Minnetoğlu Yayınları;
1977
Zygmunt FRAJZYNGIER; Indefinite Agent, Passive and Impersonal
Passive: a functional study; in Lingua; no: 58 ¾; (1982); (pp: 267-290)
Denise FRANÇOIS; Les Auxiliaires de Prédication ; in La Linguistique;
n: 11; 1975/1
Henry FREI; La Grammaire des Fautes; Genève; Slatkine Reprints;
1971
Tahir Nejat GENCAN; Dilbilgisi; Ankara; Türk Dil Kurumu Yayınları;
1979
Georges GOUGENHEIM; Système Grammatical de La Langue
Française; Paris; Bibliothèque du Français Moderne; 1938
Maurice GREVISSE; Le Bon Usage, grammaire française; Paris;
P-Geuthner-Gembloux (Belgique); J. Duculot; 8e ed.; 1964
Maurice GROSS; Méthodes en Syntaxe; Paris; Hermann; 1975
Gustave Guillaume; Leçons de linguistique de G.Guillaume 1949, 1950,
structure sémiologique et structure de la langue française 2; publiées par
Roch Valin; Paris; Klincksieck; 1974
Veciha HATIBOĞLU; Türkçenin Sözdizimi; Ankara; TDK; 1972
A. JOLY; Les Auxiliaires Avoir et Etre, approche psychosystématique;
in Le Français dans le Monde; n: 129; 1977; (pp: 21-28)
Ahmet KOCAMAN; Dilde Belirsizlik Kavramı Üzerine, in FDE n: 12,
1983
Oleg KOEFOED; Le verbe Comme Objet d'Etude, aperçu historique
des études verbales dans le domaine non-subjonctif , Etudes Romanes de
l'Université de Copenhague; Revue Romane; numéro spécial 17; 1979
Akademisk Forlag
R.LAGANE; Les Verbes Symétriques; in Cahiers de lexicologie; n:10;
1967
R.W.LANGACKER; Les Verbes faire, laisser, voir etc; in Langages; n:
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

5; 1966; (pp: 72-89)


D.Terence LANGENDOEN; The logic of Reciprocity; in Linguistics
Inquiry; vol: 9; n: 2; 1978; (pp: 177-197)
LEBIDOIS George et LEBIDOIS Robert; Syntaxe du Français
Moderne; tome 1; Paris; Ed.A et J. Picard; 1971
John LYONS; Linguistique Générale; traduction de F.D-Charlier et
D.Robinson; Paris; Larousse; 1970
Sémantique Linguistique; traduit par J. Durand et D.Boulonnais;
Paris; Larousse; 1980
R.MARTIN; Temps et Aspect; Paris; Klincksieck; 1971
Sous la direction d’A.MARTINET; La Grammaire Fonctionnelle du
Français; Paris; Didier; 1979
André MARTINET; Eléments de Linguistique Générale; Paris; Colin;
I960
N.MBULAMOKO; Verbe et Personne; Tubingen; Tübingen Beitrage
Zur Linguistik; 1973
G.MAUGER; Grammaire Pratique du Français d'Aujourd'hui; Paris;
Librarie Hachette; ed revue; 1981
A.MEILLET; Linguistique Historique et Linguistique Générale; Paris;
Champion et Klincksieck; 1958
F.PALMER; Grammar, Middle sex; Penguin Books; 1975
Jean PERROT; Remarques Sur La notion de Sujet; in Mélanges Marcel
Cohen; Paris; The Hague Mouton; 1970; (pp: 107-112)
Fonctions Syntaxiques, énonciation, information; in BSLP; t: 73;
1978; fasc: l; (pp: 85-101)
Bernard POTTIER; Linguistique Générale; Paris; Klincksieck; 1974
Les Voix du Français, syntaxe et sémantique;
in Cahiers de lexicologie; n : 55; 1978, 2 ; (pp: 3-39)
Comparaison: Le Même et L'autre; in Modèles Linguistiques; t:
4; fasc.: 2; 1982
E.ROULET; Des Verbes Illocutifs du Français; in Cahiers de F.de
Saussure; n: 51; 1977
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Nicolas RUWET; Théorie Syntaxique et Syntaxe du Français; Paris;


Seuil; 1972
Hikmet SEBÜKTEKİN; Turkish-English Contrastive Analysis; Paris;
Mouton, The Hague; 1971
Albert SECHEHAYE; Essai Sur La Structure Logique de La Phrase;
Paris; Librarie Ancienne Champion; 1950
Saim SINANOĞLU; Kendi Kelimesinin Kullamları; in Tiirk Dili; n: 79;
1958
Jean STEFANINI; A Propos des Verbes Pronominaux; in Langue
Française; no: 11; 1971
Lucien TESNIERE; Eléments de Syntaxe Structurale; Paris; Ed.
Klincksieck; 1976
R. THIMONNIER; Code Orthographique et Grammaticale; Marabout,
1978
Paul J.Hopper and Sandra A.THOMPSON; Transitivity in Grammar
and Discourse; in Language Journal of the Linguistic Society of
America; vol: 56; n: 2; 1980; (pp: 251-299)
Fatma Ülken; Türkçede Edilgen Çatı Özneleri Üstüne Bir Araştırma; in
Dilbilim; no: 6; 1981
Karl E.ZIMMER; Some Constraints on Turkish Causativation in
Syntaxe and Semantics, The grammar of causative constructions 6;
edited by Masa Yoshi SHIBATANI; Académie Press; New York; 1976
Anne ZRIBI-HERTZ; A Propos d'une Classe de Formes Réflexives
Métonymiques en Français; in Langue Française; no: 39; 1978 ; (pp:
104-128)

Les ouvrages utilisés comme corpus:


Aziz NESİN; Ölmüş Eşek; Ankara; Bilgi Yayınevi; 1970
Abbas SAYAR; Yılkı Atı; İstanbul; Cem yay.; 1979
Nedim GÜJRSEL; Uzun Sürmüş Bir Yaz; Cem Yay.; 1975
Selçuk BARAN; Haziran; İstanbul; Yelken Matbaası; 1972
Selim İLERİ; Pastırma Yazı; Ankara; Bilgi Yay.; 1971
Generated by Foxit PDF Creator © Foxit Software
http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Fahri ERDINÇ; Türkiye Hikayeleri; İstanbul; Koza yay.; 1976


Sait FAIK; Medarı Maişet Motoru; Ankara; Bilgi Yay.; 4. basım; 1970
Nahit ERUZ; Gül Hırsızı; İstanbul; Sinan yay.; 1973
Necati CUMALI; Yakubun Koyunları; İst.; Tekin Yay.; 1979
Fùruzan; Parasız Yatılı; Ankara; Bilgi yay.; 5. basım; 1975
Yaşar KEMAL; Ortadirek; İst.; Tekin yay.; 6. basım; 1980
Şükran KURDAKUL; Kurtuluştan Sonra; İst.; Ataç Yay.; 1973
Bekir YILDIZ; Harran; İst.; Cem Yay.; 3. basım; 1974
Gilbert CESBRON; Entre Chiens et Loups ; Le livre de Poche ; 1969
Michel de St Pierre; Docteur Erickson; Le livre de Poche; 1982
Pierre DANINOS; Le carnet de Bon Dieu; Le livre de Poche; 1975
Le Pyjama; Le livre de Poche; 1972
Yves SIMON; L'homme en Arc-en-ciel; Le livre de Poche; 1971
CURIOSITAS; Ed.Télé 7 jours; 1980
Marcel PAGNOL; Marius; Le livre de Poche; 1970
Fanny; Le livre de Poche, 1969