Vous êtes sur la page 1sur 12

SEMINARIUM N.

 3 * LE VIRTÙ UMANE NELLA FORMAZlONE 
SACERDOTALE

Pierre DULAU

Les vertus humaines
en saint Vincent de Paul

Eseratto
dalla Rivista «Seminarium», N. 3, 1969
s. Congregatione per l’Educatione Cattolica

TIPOGRAPLA POLIGLOTTA VATICANA
CITTÀ DEL VATICANO

Les vertus humaines en saint Vincent de Paul

P. PIERRE DULAU, Secrétaire Général des Lazaristes, Rome

SUMMARIUM
S. Vincentius a Paulo nullum de doctrina vel vita, spirituali tractatum scriprit. Attamen ex copioso eius epistulario, ex  
conferentiis et consiliis sacerdotibus Congregationis Missionis ab eo fundatae datis aliisque huiusmodi fontibus, et  
præsertim ex testimonio vitae sanctae, momentum qund virtutes humanae spiritu evangelico illuminatæ et corroboratæ  
pro viro apostolico acquirant, et efficacia quam ministerio sacadotali procurant, multimode apparent. Auctor notat  
insuper sanctum Vincentium una ex parte semper rigorismum larisenisticam mere naturales virtutes condemnantem  
semper   abloruisse,   altera   autem   ex   parte   omnes   virtutes   in   vita   theologali,   in   spifftu   evangelico   in   conceptione  
christocen trica fundasse. Tale fandamentum nedum humanas virtutes superfluas declaret nec invalidas reddat, eas e  
contra ad maiorem perfectionem purioremque splendorem promovet. De pluribus virtutibus humanis, quae in sancto  
Vincentio effulgent, auctor, concretis interiectis exemplis, disserit. Sic de valdo exculto sensu institiae aliis debitae, de  
honore unicuique tribuendo, de caritate effectiva, de comitate et urbanitate, de sincera et efficaci simplicitate, de  
severissima   rectitudine   et   honestate,   de   discretione   a   de   maturitate   in   deliberando,   de   indefessa   operositate,   de  
miranda   humilitate,   de   continuo   nisu   ad   seipsum   reformandum,   de   dominio   suiipsius,   de   fortitudine   in   ferendis  
difficultatibus, de (supernaturali) amore Crucis. Auctor in memoriam revocat influxunt quem s. Franciscus Salesius  
aliique   sancti   viri   Galliae   sæculi   XVII   in   spirituali   evolutiones.   Vincentii   habuerunt.   Pariter   auctor   pluries   nos  
præmonet   virtutes et   vitam  evangelicam  eximii viri   apostolici   ex eo  vim  suam haurire quod  s.  Vincentius  spiritu  
supernaturali «usque ad midullam» imbutus fuerit.
INCENT  DE PAUL n’a composé aucun ouvrage de spiritualité. Ses occupations si nombreuses 

V et si variées, qui auraient suffi à occuper plusieurs vies, ne lui en laissaient pas le loisir. 
Puis, une humilité qui le portait à passer le plus inaperçu possible l’empêcha de rien écrire 
pour le public. Mais les devoirs de sa charge lui imposaient une correspondance conservée 
seulement en partie et qui suffit pourtant à remplir huit volumes du recueil de M. Coste : 
«Saint Vincent de Paul. Correspondance, Entretiens, Documents. Chez Lecoffre 1920­
1925.  1  Ses conférences aux Prêtres de la Mission, ses Entretiens avec les Filles de la 
Charité, forment dans ce recueil la matière de quatre autres volumes. Il faut enfin ajouter à 
ces   sources   d’information   sur   la   pensée   de   Vincent   de   Paul   les   Règles   qu’il   a  [456] 
données   aux   membres   de   sa   double   famille.   On   comprend   donc   que   depuis   que   ces 
sources ont été mises à la disposition du public de nombreux ouvrages aient été consacrés à faire 
connaître sa doctrine sur divers points de la vie spirituelle.
Qui ne connaît Monsieur Vincent que par ses œuvres pourrait croire qu’il ne s’intéressait guère 
qu’aux questions de la vie pratique, laissant à ceux qui en avaient le goût et les loisirs, de traiter des 
sujets de doctrine. Sans doute il était avant tout un homme d’action. Il aimait à répéter l’axiome 
«Totum opus nostrum est in operatione» (Tout ce que nous avons à faire est d’agir). Mais il savait 
que pour être efficace et sûre l’action devait reposer sur des fondements doctrinaux solides. Il avait 
fait   de   longues   et   sérieuses   études.   On   reste   émerveillé   quand   on   a   lu   la   longue   lettre  sur   le 
jansénisme écrite par lui à un de ses fils qu’il voyait attiré par certains aspects de la doctrine des 
novateurs. Elle est pleine de références et témoigne que son auteur connaît le sujet à fond. Pourtant 
il peut dire, pour s’excuser de ce que son exposé peut avoir d’imparfait, qu’il a écrit cette lettre au 
courant de la plume sans avoir eu le temps de recourir aux livres. Il faisait le plus grand cas des 
docteurs de la Sorbonne, surtout quand ils étaient à la fois doctes et pieux.
Ce  n’est pas  sans en subir l’influence qu’il fut quelque temps  sous la mouvance de l’Oratoire 
naissant. Il avait une haute idée de la science et de la vertu de monsieur de Bérulle. La spiritualité 
bérullienne est à la fois éminemment théologale et christocentriste. Ces deux aspects se retrouvent, 
de façon inégale, dans la doctrine et dans la spiritualité de monsieur Vincent. Il a une dévotion 
spéciale aux attributs divins et aux personnes de la Sainte Trinité. Il dit qu’il suffirait de centrer sa 
vie pendant quelques mois sur tel ou tel attribut de Dieu pour devenir un saint. Il aime méditer sur 
les personnes de la Trinité et il voit dans leur vie intime, dans leurs relations mutuelles, le modèle 
achevé de ce que doit être la vie des enfants de Dieu que nous sommes. Mais c’est dans le Verbe 
incarné que la Trinité a voulu se manifester au monde ; et c’est surtout dans le Dieu fait homme que 
monsieur   Vincent   cherchera   la   règle   de   son   esprit,   de   son   cœur   et   de   sa   vie   entière.   Fait 
caractéristique : le deuxième chapitre des Règles communes des Prêtres de la Mission est consacré 
tout entier aux maximes évangéliques. Puis, en tête de tous les autres chapitres il rappellera la 
doctrine   et   l’exemple   de   Jésus­Christ   touchant   les   dispositions   d’esprit   et   de   cœur   et   le 
comportement extérieur qu’il va prescrire à ses fils. Et comme il écrit pour des personnes appelées 
à vivre en communauté et qui gardent, de par leur ministère, un contact fréquent avec le monde, ce 
sont surtout les vertus commandant [457] nos relations avec les autres qui attirent particulièrement 
son attention. Dans les Règles communes des Prêtres de la Mission un chapitre est consacré à la 

1 C'est à ce recueil que, sauf indication contraire, renvoient toutes les références de
cet article.
manière dont doivent se comporter entre eux les missionnaires ; un autre leur dit ce que doivent être 
leurs rapports avec les gens du dehors. Et il est encore question des relations avec le prochain dans 
le   chapitre   concernant   les   malades   et   dans   celui   qui   porte   le   titre   un   peu   énigmatique   «De 
modestia».
Bon nombre de ces recommandations de saint Vincent sont utiles aussi aux simples fidèles, et il 
s’en trouve dont les incroyants eux­mêmes peuvent faire leur profit. Et ceci m’amène au sujet fixé à 
cet article : Les vertus humaines dans la doctrine et la vie de saint Vincent de Paul. Entendons­nous 
bien. Vincent de Paul n’est pas simplement un honnête homme, un homme d’un grand bon sens et 
d’un parfait savoir­vivre. Il ne s’arrêtait pas à l’idéal proposé à l’homme par la raison. Il redit sans 
cesse à ses enfants que dans tous ses détails leur vie doit s’inspirer de l’idéal chrétien et tendre à 
glorifier Dieu. Se contenter des vertus des païens serait une faillite pour des chrétiens, à plus forte 
raison pour des personnes totalement consacrées à Dieu. Mais il sait que les vertus humaines par la 
maîtrise   de   soi,   par   le   sens   de   l’autre   qu’elles   supposent,   facilitent   l’exercice   des   vertus 
surnaturelles. Plus d’une fois, mentionnant avec éloge, avec admiration même, les exemples de 
vertu donnés par des personnes peu instruites des vertus surnaturelles, ou même incroyantes, il dira 
à ses enfants : «Ces gens­là seront nos juges». Il sait par expérience combien la pratique de ces 
vertus humaines lui a ouvert la porte des cœurs. Il a admiré particulièrement ces vertus dans le 
grand humaniste chrétien que fut son ami François de Sales. Et c’est certainement pour les avoir 
trouvées dans le jeune prêtre qu’était alors monsieur Vincent que l’évêque de Genève prit une 
résolution qui en dit long sur son estime pour lui. Dans ce Paris du début du XVIIème siècle, qui 
comptait tant de maîtres éprouvés de la vie spirituelle, c’est à un jeune inconnu, à un roturier sans 
crédit que l’évêque de Genève confie les maisons de la Visitation de la capitale de la France. Il s’y 
connaissait en hommes. Il eut vite fait de constater en monsieur Vincent la rencontre à un degré peu 
commun d’un grand bon sens, d’un jugement sûr, du sens inné de la mesure s’alliant à une vie 
intérieure profonde et un fervent désir de sainteté pour lui­même et pour ceux qui lui confiaient la 
direction de leur âme.
Le Concile Vatican II a voulu, sans diminuer en quoi que ce soit le rôle des vertus surnaturelles 
dans la formation du prêtre et dans son action apostolique, souligner aussi l’importance des qualités 
qui lui facilitent le contact avec les hommes, quels qu’ils soient, de tout  [458]  ce qui amorce le 
dialogue et le rend fructueux. Il pourra donc être de quelque utilité d’écouter monsieur Vincent 
nous   donner   d’utiles   directives   dans   ce   domaine   et   de   le   voir   rendre   son   enseignement   plus 
lumineux et plus attirant par la manière dont il a le premier vécu cet enseignement.
Monsieur Vincent, nous l’avons déjà souligné, est surnaturel jusqu’à la moelle des os. Quand il faut 
choisir entre les maximes de l’évangile et celles du monde, aucune hésitation n’est possible. Avant 
toutes choses un chacun tâchera de se bien établir dans cette vérité que la doctrine de Jésus­Christ 
ne peut jamais nous tromper, au lieu que celle du monde porte toujours à faux, Jésus­Christ nous 
assurant lui­ même que celle­ci est semblable à une maison bâtie sur le sable, et la sienne à un 
bâtiment fondé sur le rocher (Règles com. des P. de la M. Ch II, 1). Et d’une façon plus énergique 
encore il disait que dans les choses de Dieu il croyait aux moyens humains «comme au diable». Il 
sait que les vertus humaines sont toujours courtes par quelque endroit. Il sait aussi qu’une certaine 
élévation morale peut suffire à quelques­uns et leur rendre impossible le sentiment de leur misère 
foncière, cette «metanoïa» qui est la première condition requise pour entendre l’appel de Dieu à une 
vie plus haute encore. Il est très juste le mot de monseigneur d’Hulst écrivant à une de ses dirigées 
ce mot si surprenant au premier abord : Votre père est trop vertueux pour devenir chrétien. Mais il 
n’est pas moins vrai le mot de Polyeucte disant de son épouse Pauline : «Elle a trop de vertu pour 
n’être pas chrétienne». Monsieur Vincent a su se garder du pessimisme avec lequel le jansénisme 
considérait la nature humaine. Ce n’est pas lui qui professera que tous les actes des païens sont 
autant de péchés, fussent­ ils en eux­mêmes vertueux. Et quand il s’agit de maximes qui ont cours 
dans le monde, toutes ne sont pas inspirées par 1’«esprit du monde», au sens que la spiritualité 
chrétienne   donne   à   ce   mot.   Beaucoup   de   ces   maximes   sont   l’expression   du   bon   sens ;   elles 
traduisent   les   exigences   de   la   morale   humaine,   elles   formulent   des   lois   auxquelles   il   faut   se 
soumettre pour que la vie en commun soit possible et agréable. Comment, dès lors, Vincent de Paul 
s’inscrirait­ il en faux contre elles ? Dans cette condamnation il décèlerait vite une émancipation de 
mauvais aloi inspirée par l’orgueil et le sans­gêne.
Même dans les milieux les plus étrangers à toute foi religieuse une vertu a gardé son prestige : la 
justice. Il est vrai qu’on la comprend souvent comme le devoir qui s’impose à autrui de respecter 
nos droits. Mais on reconnaît aussi les siens au prochain, et on se fait gloire de les respecter. Sans 
doute, on restreint sensiblement le domaine de [459] ces droits du prochain auxquels il ne faut pas 
attenter, en les limitant à son argent, à sa vie, peut­être à sa santé. On se fera moins scrupule de 
léser sa réputation, on se souciera assez peu de ne pas compromettre le bien de son âme, de ne pas 
troubler   son   bonheur   familial.   Même   en   matière   d’argent   on   couvrira   du   nom   de   savoir­faire, 
d’habileté, des projets notoirement injustes. Mais on veut demeurer fidèle à la notion que l’on se fait 
de la justice. On protestera contre les injustices dont certains de ses semblables sont victimes. On 
ira même jusqu’à s’engager dans un parti pour faire triompher son idéal de justice et de liberté, et 
parfois jusqu’à risquer sa vie pour le triomphe de cette cause. Et cela n’est pas sans grandeur. Il y a 
quelques années, une Fille de la Charité donnait ses soins à un membre d’un parti révolutionnaire 
mortellement blessé dans une bagarre. Et comme elle lui disait sa tristesse de le voir s’en aller 
laissant après lui une veuve et des enfants en bas âge, il lui répondit : Ma sœur, ne me plaignez pas. 
Je meurs pour la cause. Et la sœur de me dire humblement après m’avoir rapporté cette parole : J’en 
ai   pleuré   par  compassion,  mais aussi d’humiliation, tellement je me  sentais dépassée  par  cette 
générosité. a L’âme des saints n’a pas moins de grandeur». Eux aussi ont su s’exposer à tous les 
dangers pour la défense du pauvre et de l’opprimé. Rappelons­nous l’exemple de monsieur Vincent 
n’hésitant pas à demander à Mazarin de se a jeter à l’eau» pour rendre la paix à la France. Sa force 
d’âme pour défendre les droits de la justice au Conseil de conscience lui valut bien des avanies, 
parfois   dit­on,   des   voies   de   fait.   Mais   il   n’attendait   pas   les   circonstances   d’une   importance 
exceptionnelle pour rendre ou faire rendre à chacun son dû. Il avait, en effet, un souverain respect 
pour tous les hommes, même les plus humbles. Il traite avec égard les plus petits, les plus délaissés, 
ceux qu’il demande aux Filles de la Charité d’appeler leurs a seigneurs et maîtres». Rentrant un soir 
à sa maison de Saint­Lazare, il trouve à la porte une pauvre femme qui lui demande l’aumône 
N’ayant rien sur lui, il lui promet de revenir avec un secours, puis il l’oublie. Quand il s’en souvient, 
il court à la porte, trouve la mendiante encore là, lui donne l’aide promise ; puis, à genoux, il lui 
demande pardon de l’avoir fait attendre. Il ne voulait pas que l’on tardât à s’acquitter envers les 
créanciers et qu’on les obligeât à venir chercher leur dû en perdant ainsi de leur temps et, sans doute 
aussi, ce que pendant leur absence, le travail leur eût permis de gagner. Il voulait réparer aussitôt 
que   possible   les   dommages   causés   même   involontairement.   Un   jour   il   renverse   par   mégarde 
quelques pains à un étalage, il les achète. Une autre fois sa voiture érafle quelque peu une porte 
cochère ; il envoie le frère menuisier pour la réparer.  [460]  Et l’on pense au vieux père Pouget, 
presque aveugle, qui heurte un cycliste. Aux paroles irritées et insolentes de celui­ci il répond : 
«Monsieur, pardonnez­moi ; je ne pouvais pas vous voir. Prenez dans mon porte­monnaie ce qu’il 
vous faut pour réparer le tort que je vous ai fait». Petits gestes, sans doute. Mais ils procèdent d’un 
sens des droits d’autrui qui jouera aussi quand ces droits seront d’ordre plus important.
L’un des témoignages les plus significatifs du respect que monsieur Vincent avait pour les droits de 
tout homme malgré les différences ou les dispositions qui pouvaient l’en séparer se trouve dans la 
lettre   qu’il   écrivit   le   13   février   1644   à   son   confrère   M.   Guillaume   Gallais,   curé   à   Sedan.   Ce 
témoignage est d’autant plus précieux que la lettre est toute entière de sa main et nous livre, dès 
lors, sa pensée de la façon la plus authentique. Sedan était passé au protestantisme en 1555 avec son 
seigneur Henri­Robert de la Marche, et saint Vincent peut dire, dans une autre lettre, que «l’hérésie 
avait  établi   son  trône en cette principauté­là» (II,  131).  La récente  conversion du duc  et de  la 
duchesse de Bouillon avait favorisé, il est vrai, le retour progressif des habitants de Sedan à la 
religion catholique. Mais les relations entre catholiques et protestants dans cette ville n’étaient, on 
le comprend, rien moins que cordiales. M. Gallais souffrait vivement de ce qu’il estimait être les 
injustes vexations des protestants contre les nouveaux convertis. Or, précisément, depuis deux ans, 
Sedan avait pour gouverneur le général de Fabert, un des plus illustres généraux du XVIIéme siècle 
chez   qui   la   valeur   militaire   s’accompagnait   de   remarquables   vertus   civiques   et   d’aptitudes 
administratives exceptionnelles. M. Gallais, qui n’avait guère l’esprit œcuménique, crut qu’il serait 
bon de recourir au gouverneur pour réprimer l’audace des huguenots, et de protéger contre eux les 
droits des catholiques. Il eut la bonne idée de s’en ouvrir à monsieur Vincent ; et cela nous a valu la 
lettre du février 1644. Vincent commence par rappeler à son correspondant que les ecclésiastiques 
ne   doivent   pas   se   mêler   des   affaires   séculières,   quelque   relation   qu’elles   aient   aux   choses 
spirituelles.   Et   parlant   des   différents   cas   où   M.   Gallais   serait   tenté   d’intervenir   auprès   du 
gouverneur, il envisage celui d’un procès entre protestant et catholique, et il dit nettement : «Que 
savez­vous si le catholique est bien fondé à demander en justice ce qu’il demande ? Il y a bien 
différence entre être catholique et être juste. Quand vous seriez assuré qu’il serait bien fondé en 
justice, pourquoi n’estimeriez­vous pas que M. Ie gouverneur et les magistrats jugeront la cause en 
leur conscience, notamment quand elle ne regarde pas purement la religion ?» Il faut, à l’exemple 
de Jésus, se refuser à intervenir dans les débats en matière purement temporelle. Et Vincent ajoute : 
«Ce sont ces considérations [461] et autres semblables qui font que je ne mêle, dans l’emploi qu’il a 
plu à la Reine me donner dans son conseil des choses ecclésiastiques, que de celles qui sont de cette 
nature et qui regardent aussi l’état religieux et celui des pauvres, quelque apparence de piété et de 
charité qu’aient les autres affaires qu’on me propose». Avec un sourire, sans doute, M. Vincent met 
sur les lèvres de M. Gallais cette exclamation : «Mais à quoi m’emploierai­je ?» Et il énumère sept 
domaines d’activité où il aura toujours de quoi s’occuper, en commençant par sa propre perfection 
et celle de ses confrères. M. Gallais insiste, et Vincent répond de façon pertinente à ses objections. 
Les juges du procès seront des protestants ? «mais ils sont aussi jurisconsultes et jugent selon les 
lois, les coutumes et les ordonnances ; et outre leur conscience ils font profession d’honneur. De 
plus, si vous vous mêlez au fait du catholique, les ministres feront de même pour ceux de leur parti, 
et vous devez estimer qu’ils seront mieux écoutés que vous, et qu’ainsi vous nuirez au catholique 
parce   qu’en   sollicitant   pour   lui   vous   provoquez   un   plus   puissant   contre   lui.   «Enfin,   dernière 
insistance de M. Gallais. Il prend la défense d’un catholique parce que M. Ie gouverneur se sera 
prononcé contre lui pour avoir été mal informé». La réponse de M. Vincent est courte mais de 
nature à dissuader M. Gallais de continuer : «C’est ici que je dois vous dire, monsieur, que M. Ie 
gouverneur est plus clairvoyant en sa charge que vous ni moi, et que je ne suis point d’avis pour tout 
que vous entriez là dedans» (La lettre en question se trouve au tome II, pp. 446­450). La ligne de 
conduite était nette. Probablement elle ne fut pas tout à fait du goût de M. Gallais. Ou bien M. 
Vincent   pensa   qu’il   lui   serait   difficile   de   changer   de   sentiments   et   de   procédés   envers   les 
protestants. Toujours est­il que dans une lettre écrite quelques mois plus tard au supérieur de sa 
maison de Rome, nous lisons ces mots : «Nous avons rappelé M. Gallais de Sedan» (II, 489).
Dans ce domaine Vincent parlait d’expérience. Il avait eu souvent à traiter avec des hérétiques. Il 
s’était rendu compte qu’on gagnait peu à discuter en chaire des questions controversées. Il ne voulait 
absolument   pas   qu’on   provoquât   les   ministres,   les   mettant   au   défi   de   prouver   aucune   de   leurs 
doctrines. Le simple exposé de l’enseignement authentique de l’Église avait autrement d’efficacité. 
Puis, et surtout, il fallait beaucoup de douceur, d’humilité et de patience. Mais l’argument le plus 
efficace en faveur de l’Église catholique devait être l’exemple donné par ses fidèles et surtout par 
les prêtres. Un jour, notre saint fit à sa communauté un entretien sur la conversion d’un hérétique 
pour   laquelle   Dieu   s’était   servi   de   lui.   La   grande   objection   derrière   laquelle   cet   homme   se 
retranchait   était la suivante :  Les  [462]  pauvres  étaient laissés  dans  les  campagnes  à ces curés 
ignorants et vicieux tandis que les villes étaient remplies de prêtres qui ne faisaient rien. A cette 
objection Vincent répondit de son mieux. Rien n’y fit. Mais l’année suivante il revint dans cette 
localité (c’était à Montmirail) prêcher une mission avec ses confrères et des religieux de ses amis. 
L’hérétique les observa curieusement. Il fut touché du soin mis par ces ecclésiastiques à instruire les 
pauvres et à les ramener dans le chemin de la vertu, et il se déclara convaincu.
Il est dans la vie en commun bien des circonstances où peut et doit s’affirmer ce souci des droits 
d’autrui, par exemple le silence de parole et d’action qui lui permet de travailler et de se reposer. 
Saint   Vincent   ne   croit   pas   inutile   d’insister   sur   ce   point.   En   dehors   des   récréations,   les 
missionnaires ne parleront qu’à voix basse et en peu de mots, sauf le cas de nécessité. Il ajoute, pour 
ce qui concerne le silence d’action : «Chacun fera attention, le plus qu’il pourra, à ne pas faire de 
bruit dans sa chambre ou en allant et venant dans la maison, ou même en ouvrant et fermant les 
portes, particulièrement pendant la nuit» (Règles comm. Ch. VIII, n. 6). On dira : «Ce n’est qu’une 
question de savoir­vivre, de bonne éducation. Mais Bergson a dit avec raison que la politesse est ~ 
la fleur de la charité» quand il ne s’agit pas seulement de la politesse des manières mais de celle de 
l’esprit et surtout de celle du cœur. Elle ne court pas les rues, parce que son mot d’ordre est «gênez­
vous !»   et   que   bien   peu   de   gens   acceptent   de   se   gêner.   Aussi   de   tout   côté   se   plaint­on   de   la 
disparition du silence. On fait campagne contre le bruit, mais sans grand résultat. Et il arrive que 
des gens exaspérés par le bruit dans lequel ils voient une brimade finissent par assassiner celui qui, 
pensent­ils, les poursuit de son hostilité.
Il   est   d’autres   vertus   qui   sont   chères   à   monsieur   Vincent   sans   doute   parce   qu’il   les   voit 
recommandées  par  l’évangile  et  pratiquées   à  la  perfection  par  Jésus,   mais  aussi  parce  qu’elles 
contribuent beaucoup à l’agrément de la vie commune.  Et tout d’abord la simplicité. Notre saint 
avait pour cette vertu un attachement tout spécial. Il l’appelait «son évangile», et avait une affection 
toute spéciale à dire les choses comme elles sont sans user de finesse ni de tromperie. Ici encore se 
faisait   sentir   l’influence   de   l’évêque   de   Genève.   Faisant   allusion   au   texte   de   l’évangile   qui 
recommande aux apôtres d’être prudents comme des serpents et simples comme des colombes, 
saint François de Sales dit qu’il donnerait cent serpents pour une colombe et qu’il aimerait mieux 
être enclume que marteau. Sur ce point il y a entre l’esprit de l’évangile et l’esprit du monde une 
opposition   totale.   Saint   Grégoire   le   Grand   la   souligne   dans   une   page   magnifique   [463]   où   il 
commente le mot du Livre de Job : «deridetur justi simplicitas». Vincent avait transcrit de sa main 
et en partie traduit cette page qui répondait si bien à ses sentiments sur ce sujet. Cet amour de la 
simplicité a de quoi nous surprendre chez lui. Il est d’origine paysanne, et on sait que le paysan est 
habituellement très réservé sur ce qui le concerne, qu’il craint instinctivement le parti qu’on pourrait 
tirer contre lui de sa candeur. Vincent est, de plus, «gascon» ; et on sait que La Fontaine dit d’un 
certain   renard   qui   manquait   totalement   de   simplicité :   «Certain   renard   gascon,   d’autres   disent 
normand». Peut­être sa simplicité fut­elle une réaction instinctive de sa droiture devant la duplicité 
dont il était souvent le témoin à la cour de la reine Margot dont il fut un temps l’aumônier. Puis son 
amour du pauvre et l’institution d’une double famille consacrée au service des pauvres achevèrent 
de l’attacher à la simplicité. Elle était indispensable à ses missionnaires et aux Filles de la Charité 
pour garder le contact avec les pauvres, les mettre à l’aise et gagner leur confiance. Et d’ailleurs la 
simplicité les aidera dans leurs rapports avec qui que ce soit. Saint Vincent l’avait observé. «Tout le 
monde aime les simples, les gens candides qui vont bonnement et parlent sincèrement, en sorte que 
tout ce qu’ils disent réponde à leur cœur. Ils sont estimés à la cour, quand il y en a, d’une estime 
universelle ;   en   une   compagnie   chacun   leur   porte   une   affection   singulière ;   car   bien   que   tous 
n’agissent pas candidement, néanmoins ceux qui n’ont pas la candeur en eux ne laissent pas de 
l’aimer en autrui» (XII, 171). Monsieur Vincent n’a pas vu beaucoup d’âmes simples à la cour 
(notons le «quand il y en a»). Mais la simplicité n’est pas universellement pratiquée non plus dans 
le monde ecclésiastique, ni même dans le cloître : «A peine voit­ on aujourd’hui un homme qui 
parle comme il pense. Le siècle est tellement corrompu qu’on n’y voit qu’artifice et déguisement ; 
cela passe même, le dirai­je ? cela passe même la grille (XII, 303).
Le manque de simplicité se faisait remarquer jusque dans la chaire. Ce n’était plus l’instruction des 
auditeurs et la gloire de Dieu qu’on se proposait dans la prédication, mais une occasion que l’on 
cherchait de faire admirer son érudition et la finesse de son esprit. Rien d’étonnant si le langage des 
prédicateurs était le plus souvent inintelligible pour le peuple et si les âmes n’en retiraient que peu 
ou point de fruit. François de Sales avait vigoureusement réagi contre cet abus. On sait que la 
simplicité des ses prédications ne fut pas du goût de son père. Il les trouvait trop fréquentes, et 
surtout trop simples. Quelle différence avec les prédicateurs en renom ! Ils ne se prodiguaient pas ; 
mais dans un seul de leurs sermons il y avait plus de latin et de grec que dans une vingtaine de ceux 
du a prévôt» c’est [464] à dire François de Sales, prévôt du chapitre. Devenu évêque il ne perdit pas 
son amour de la simplicité dans la prédication. De passage à Paris il prêcha le 11 novembre 1618 
dans l’église de l’Oratoire en présence du roi, de deux reines, de la cour et de ce que la ville 
comptait de plus célèbre. Après un magnifique exorde l’idée lui vient de s’humilier ; il se contenta 
de raconter de façon très simple l’histoire de saint Martin. Et il se délectait en entendant près de la 
chaire une dame dire à sa voisine «Voyez un peu ce maroufle et ce montagnard, comme il prêche 
bassement ; il fallait venir de si loin pour nous dire ce qu’il dit et exercer la patience de tant de 
monde !» (V, 472­473). C’est de François de Sales lui­même que Vincent apprit la chose, et il en fut 
profondément édifié.
A la décadence, on pourrait dire à cette perversion de la chaire, Vincent s’opposa lui aussi de tout 
son   pouvoir.   Il   le   fit   tout   particulièrement   en   donnant   à   ses   missionnaires   sa   fameuse   “Petite 
méthode” de prêcher. Et il veillait à ce que ses directives fussent observées. Un de ses confrères à 
qui il avait confié la prédication d’une retraite aux ordinands dans sa maison de Saint­Lazare se 
départit dès le début de cette simplicité si chère à monsieur Vincent. Il fut donc prié par lui de 
parler «plus bonnement». Comme il n’en tenait aucun compte, Vincent l’en conjura à genoux. Et 
comme tout était inutile, en pleine retraite il le remplaça par un autre prédicateur.
Il s’indignait quand il voyait quelqu’un des siens recourir à un procédé qui frisait la duplicité ou 
sentait le mensonge. Un de ses prêtres, monsieur Jacques Chiroye, veut remettre une cure à un 
certain M. Rasine ; et pour y mieux réussir il veut le présenter à l’évêque de Luçon comme un 
membre de la Compagnie. a Ce serait, lui répond monsieur Vincent, une grande faute contre la 
simplicité   de   laquelle   nous   faisons   profession,   et   un   déguisement   bien   éloigné   de   l’usage   des 
premiers chrétiens desquels Pline le Jeune a rapporté qu’ils avaient coutume de ne rien faire en 
cachette ni d’user d’équivoque. Il ne faut donc point penser que je consente à cette feintise» (V, 
464). Dieu se chargeait, d’ailleurs, le cas échéant, d’augmenter cet attachement de M. Vincent à la 
simplicité en lui ménageant quelque déception si l’un des siens venait à y manquer. Il le dit à M. 
Codoing, supérieur de la maison de Rome. Celui­ci, trop préoccupé de donner dès le début une idée 
avantageuse de la Compagnie, embrassait trop de choses et manquait d’esprit de suite. M. Vincent 
lui dit qu’il faut faire preuve de a patience et de longanimité à Rome où les esprits sont patients, 
observateurs de la conduite des hommes ; et que, comme ils sont solides, ils ont peine à confier des 
choses d’importance à des personnes qui suivent et s’attachent aux secondes imaginations, et [465] 
cela   quelquefois   au   préjudice   des   premières.   Oh !   qu’ils   sont   patients   et   longanimes ;   et   qu’ils 
aiment la patience et la persévérance aux premiers desseins !» (II, 313). Et voici pour la simplicité : 
«J’ai toujours fui de faire des actions de piété en un lieu pour me rendre recommandable en un 
autre ; excepté une fois que nous fîmes la mission en un lieu pour nous rendre considérables à feu 
monsieur le premier président de Paris (Nicolas Le Jay), duquel nous avions à faire. Dieu permit 
que la chose fit un effet tout contraire, pour ce que la Compagnie y fit paraître plus qu’en pas un 
lieu les pauvretés et les misères d’icelle, et qu’il fallut que j’y retournasse après la mission, pour 
demander pardon à un prêtre, à genoux, pour quelque offense qu’un de la Compagnie lui avait faite, 
de   sorte   que  Notre­Seigneur me  fit connaître évidemment pour  lors, et par expérience, ce  que 
j’avais cru jusque­là par théorie, que Dieu demande de nous que nous ne fassions jamais un bien en 
un   lieu   pour   nous   rendre   considérables   en   d’autres,   afin   que   nous   le   regardions   toujours 
directement, immédiatement et sans moyen en toutes nos actions et nous laissions conduire par se 
paternelle main (II, 314­315).
Son culte pour la simplicité ne l’empêchait pas de la distinguer de la niaiserie et de comprendre que 
la simplicité doit être toujours accompagnée de prudence. Voici comment il s’explique dans une 
conférence à ses missionnaires : a Il y en a qui disent qu’il y a deux sortes de simplicité : l’une 
purement naturelle et niaise, qui se trouve en certaines personnes sans jugement ni discernement, 
qui tiennent plutôt de la… je n’ose le dire, que de la raison. Parlez­leur, vous verrez qu’ils sont 
stupides… C’est une simplicité qui ne vaut rien, ou, du moins, ce n’est pas une vertu» (XII, 171).
S. Vincent définit la prudence «Une vertu qui nous fait parler et agir avec discernement». Il faut 
donc, avant de parler et d’agir, surtout si la chose est importante, prendre le temps de réfléchir, 
penser   aux   conséquences   possibles   de   ce   qu’on   va   dire   ou   faire.   Ce   serait   se   faire   une   idée 
caricaturale de la simplicité, que de croire qu’elle se confonde avec l’impulsivité. De quelqu’un qui 
dit tout ce qui lui passe par la tête ou qui se décide à l’action sans en avoir pesé le pour et le contre 
ni envisagé les conséquences, on pourra dire qu’il est a nature». Mais l’homme raisonnable contrôle 
l’instinct par la raison. La discrétion de monsieur Vincent était admirable. Quand on pense à ce que 
cet homme savait sur les événements et les personnes de son temps, on est émerveillé, tout en le 
regrettant   presque,   surtout   si   on   est   historien,   de   trouver   dans   sa   correspondance   si   peu   de 
renseignements, et surtout de jugements sur les affaires du temps. [466] Et encore lui arrive­t­il de 
dire après quelque confidence qu’il a faite, ce qui est bien rare : «Je dis ceci à l’oreille de votre 
cœur».
Quant au domaine de l’action, il a horreur de la précipitation ; et c’est un des points où se constate 
le plus la maîtrise qu’il a acquise, quand on pense à ses débuts. Lui propose­t­on quelque chose 
d’intéressant ? Il réserve d’abord son assentiment. Il le fait surtout par esprit de soumission à la 
volonté de Dieu, ne voulant pas enjamber sur la Providence, mais la suivre pas à pas. Il veut aussi 
«émousser la pointe de la nature» qui le porterait à se décider tout de suite, surtout quand la chose 
lui plaît, sans prendre le temps d’envisager la question sous tous ses aspects.
Cela n’était pas toujours du goût de ceux qui le consultaient. Tel encore M. Codoing qui se plaint 
du retard de monsieur Vincent à répondre à ses lettres laissant ainsi les occasions se perdre. Voici la 
justification du supérieur général : «Il est vrai que je suis trop longtemps à répondre et à faire les 
choses, mais que pourtant je n’ai jamais vu encore aucune affaire gâtée par mon retardement, mais 
que tout s’est fait en son temps et avec les vues et les précautions nécessaires, et que néanmoins, je 
me propose à l’avenir de vous faire réponse au plus tôt après avoir reçu vos lettres et avoir considéré 
les choses devant Dieu, qui s’honore beaucoup du temps qu’on prend pour considérer mûrement les 
choses qui regardent son service, comme sont toutes celles dont nous traitons. Vous vous corrigerez 
donc, s’il vous plaît, de votre promptitude à résoudre et à faire les choses, et je travaillerai à me 
corriger de ma nonchalance» (II, 207).
Comment parler des vertus de monsieur Vincent et ne pas mentionner celle qu’il a pratiquée à un tel 
degré que l’on pourrait vraiment croire que, sur ce point, lui, l’homme de la mesure qui pèse bien 
ses   mots  et  a  le  culte de la  vérité, a vraiment exagéré ? Il est sûr  que l’humilité, telle que  la 
comprennent l’honnête homme et bien souvent le chrétien moyen, est très éloignée de ces excès. 
Pour eux, l’humilité consiste à ne pas surfaire sa valeur et à reconnaître celle d’autrui, à ne pas 
exiger plus d’honneur qu’on n’y a droit et à donner aux autres les marques d’estime qu’ils méritent. 
Il y a loin, de cet idéal à celui que nous propose l’Imitation : «Ama nesciri et pro nihilo reputari». 
Pour accepter cette consigne, et surtout pour la vivre, il faut plus que du bon sens et que le souci de 
respecter   les   droits   d’autrui.  Il   faut   avoir   médité   l’anéantissement   du   Verbe   incarné,   avoir   été 
bouleversé par la pensée des humiliations, des insultes dont il fut l’objet durant sa passion Mais 
l’homme qui ne sait rien de tout cela ou qui ne cherche pas dans ces exemples une leçon pour sa 
propre vie, peut faire son profit des enseignements et des exemples de  [467]  monsieur Vincent 
quand il se trouve avec lui sur le niveau de l’humilité vertu morale humaine.
L’humilité c’est, a­t­on dit, la connaissance exacte de soi­même. Qui est humble a le sens de ses 
limites, il ne se croit pas une compétence universelle, il reconnaît volontiers les dons de l’esprit, les 
talents   et   l’expérience   des   autres ;   il   en   fera   son   profit   en   les   consultant.   Une   des   choses   qui 
frappent le  plus dans la vie et la correspondance de saint Vincent est ce recours fréquent  aux 
lumières   d’autrui.   Il   sollicitait   les   lumières   des   gens   compétents   dans   tous   les   domaines.   Il 
s’adressait volontiers aux docteurs de la Sorbonne pour les questions qui étaient de leur ressort, à 
ceux surtout en qui une grande science s’unissait à une égale piété. Mais il demandait aussi leur 
avis aux frères coadjuteurs quand il s’agissait de questions où leur expérience les qualifiait pour 
donner un avis. Bien avant les enseignements du Concile Vatican II sur le dialogue, sur l’obéissance 
religieuse et l’exercice de l’autorité en communauté, il en inspirait sa conduite et recommandait 
cette façon de faire aux détenteurs de l’autorité dans sa double famille. Il disait dans une conférence 
au Filles de la Charité : «Ce que les supérieures ont encore à faire, c’est de ne jamais commander à 
leurs sœurs, mais de toujours leur parler avec une grande douceur, en sorte qu’on ne sente point la 
personne qui veut trancher par elle­même, comme qui dirait : «Faites ceci», «allez là», «venez ici». 
O, mes filles, ce sont des paroles de démon. Gardez­vous en bien» (IX, 304).
Humble,   le   supérieur  sera   facilement  condescendant,  aussi  longtemps  que  sa   conscience  le   lui 
permet. Sans doute c’est lui qui, en définitive, a la responsabilité des mesures à prendre. Mais il 
sera  heureux  d’en  partager  le poids en sollicitant  l’avis de ses  confrères,  en  l’accueillant  avec 
estime. Il y déférera même volontiers s’il le juge meilleur que le sien. A M. Durand, supérieur 
d’Agde, il écrit : «Vivez avec vos confrères cordialement et simplement, en sorte qu’à vous voir 
ensemble, on ne puisse juger qui est le supérieur» (VI, 66). Cet idéal, monsieur Vincent l’avait vu 
réaliser au cours d’un de ses voyages, et il en parlait volontiers. Il se trouvait dans le même cache 
que trois pères carmes et ce fut seulement le troisième jour qu’il put savoir qui des trois était le 
supérieur.   Il   y   fallait,   de   la   part   de   ce   supérieur,   une   vertu   peu   commune.   Vincent   parlait 
quelquefois du «venin de la supériorité», du sentiment de sa propre valeur dont elle s’accompagne 
trop souvent. Voilà pourquoi il souhaitait pouvoir changer assez souvent les supérieurs et félicitait 
ceux qui demandaient être déposés, même s’il ne pouvait leur donner tout de suite satisfaction. Et 
parfois,   montrant   comme   il   prenait   au   sérieux   cette   démarche  [468]  et   rendant   hommage   à 
l’humilité qui l’inspirait, il maintenait le supérieur relevé de sa fonction dans la même maison. 
Pouvait­il donner meilleure preuve de la confiance qu’il avait en sa vertu et en celle du missionnaire 
qui lui succédait ?
De la pratique de ces vertus et d’autres que les limites assignées à ce modeste travail ne permettent 
pas  d’aborder, résultait en monsieur Vincent une physionomie morale qui lui valait l’estime  et 
l’affection de qui avait affaire à lui. Et c’est ce caractère qui lui permit d’avoir une telle influence, 
d’exercer un tel rayonnement. Il n’y parvint pas tout de suite. On a dit de saint François de Sales 
que c’est en prenant souvent «sa colère au collet» qu’il devint l’homme le plus doux de son siècle. 
C’est  aussi   par un travail assidu sur  lui­même  que monsieur Vincent parvint  à ce  merveilleux 
équilibre, à cette maîtrise de lui­même, à cette cordialité respectueuse qui rendait si agréables les 
relations avec lui. Comme beaucoup des gens de son pays il était sujet à deux dispositions en 
apparence contradictoires et dont la présence dans une même âme s’explique bien : une extrême 
vivacité et le repliement sur soi­même. De bonne heure il comprit qu’il ne pouvait se contenter de 
dire : «Prenez­moi tel que je suis ; c’est mon caractère». Il vit que chacune de ces deux tendances 
avait quelque chose de bon, mais qu’elle deviendrait facilement excessive aux dépens de l’influence 
que Dieu lui demandait d’exercer. Devenu précepteur des enfants du comte et de la comtesse de 
Joigny, monsieur et madame de Gondi, il se fit une règle de se limiter aux occupations de son 
emploi, et notamment de se tenir sur une très grande réserve dans ses relations avec le comte et la 
comtesse. Rien de mieux. Mais il comprit vite que plus d’aménité ne serait pas déplacé et pourrait 
porter d’heureux fruits. Madame de Gondi était une sainte âme, mais portée au scrupule et qui 
n’osait s’ouvrir au jeune prêtre qu’elle vénérait, mais dont la froideur l’intimidait. Sans se départir 
en rien de la réserve que lui dictaient la différence de leur niveau social et le souci d’éviter qu’une 
femme, si vertueuse fût­elle, eût pour lui une affection trop humaine, il se montra moins rébarbatif, 
et on sait ce que madame de Gondi libérée et épanouie, fit pour le bien spirituel de ses sujets et la 
part qu’elle eut dans la fondation de la Mission. Si nous en croyons monsieur Vincent, sa victoire 
sur cette tendance de son caractère n’aurait pas été complète. Il s’accusait d’avoir un caractère 
revêche, de laisser trop voir ses mécontentements. Nous ne sommes pas obligés de le croire tout à 
fait, mais on comprend qu’ayant sans cesse les yeux fixés sur le Christ et sur la parfaite copie qu’il 
en admirait chez François de Sales, il se soit senti bien dépassé par leur débonnaireté. Quoi qu’il en 
soit, l’estime affectueuse  [469]  que tous lui témoignaient, au dedans et au dehors de sa famille 
religieuse, montre bien qu’il n’avait pas trop mal réussi dans ses efforts.
On admettrait plus facilement M. Vincent lorsque, même dans les derniers temps de sa vie, il 
s’accuse d’une vivacité excessive et s’en humilie. Il avait très vif le sentiment de ses responsabilités. 
Le laisser aller, le manque de mortification, la paresse qu’il constatait parfois autour de lui ou qu’on 
lui signalait par écrit, provoquaient justement sa réprobation. Il le disait parfois avec sévérité, et 
même s’il le jugeait nécessaire, en présence du délinquant. Et on sent comme un frisson à lire 
certains reproches adressés à tel missionnaire attiédi, dans une lettre ou au cours d’un chapitre ou 
d’une répétition d’oraison. Mais comme on sent la main qui ne frappe que pour guérir. Il rappelle 
au  besoin  les  beaux exemples donnés  jadis par le délinquant. Il laisse  voir qu’il lui garde  son 
affection et qu’il espère son redressement. Cela ne vaut­il pas mieux qu’une indulgence qui serait 
complice et laisserait le coupable s’engager plus avant dans la voie de la tiédeur ?
Une autre preuve de la maîtrise de monsieur Vincent nous est donnée par sa largeur de vues, son 
esprit de collaboration, son acceptation de la diversité de vues chez les autres. Toutes dispositions 
qui   sont   précieuses   en   tout   temps,   mais   plus   particulièrement   nécessaires   en   ce   lendemain   de 
Concile. Le succès des missions données à la campagne par les fils de monsieur Vincent leur valut 
des imitateurs. On demanda quelquefois au fondateur de la Mission s’il le trouverait bon. Et lui de 
reprendre le souhait de Moïse : «Utinam omnes prophetent». Il y avait du travail pour tous ; les 
ouvriers ne seraient jamais trop nombreux. Il demandait seulement aux nouveaux venus de ne pas 
prendre   le   nom   de   «Prêtres   de   la   Mission»,   pour   éviter   des   confusions   qui   pourraient   être 
dommageables à tous. Il parlait avec éloges des nouveaux ouvriers évangéliques. Ceci pour l’œuvre 
des séminaires comme pour celle des missions. Chacun pouvait avoir son charisme, qui complétait 
celui de l’autre. C’est ainsi que M. Vincent a très heureusement caractérisé le trait particulier de 
l’œuvre entreprise par les réformateurs du clergé de son temps. Il avait une spéciale estime pour M. 
Olier qu’il avait orienté vers le sacerdoce, qui prit souvent part aux travaux de ses missionnaires, et 
qui fut pendant trois ans son dirigé. Il cessa de l’être peut­être parce que M. Olier ne voulut pas être 
nommé évêque, malgré les conseils de son directeur. M. Olier passa donc sous la direction de M. de 
Condren.  Peut­être fut­ce à la suggestion de M. Vincent, qui avait en grande estime l’éminent 
spirituel oratorien. Quoi qu’il en soit, leurs relations ne furent pas brisées pour autant, Et quand M. 
Olier mourut, Vincent [470] qui avait assisté à ses derniers moments, adressa aux prêtres de Saint­ 
Sulpice pour les consoler une allocution dont des fragments nous ont été conservés.
Notons un dernier trait du caractère de monsieur Vincent dont tout prêtre fera bien de s’inspirer : sa 
force d’âme dans les difficultés de toute sorte. Elle se manifesta notamment dans la sérénité avec 
laquelle il accueillit ses épreuves personnelles et celles qu’avait à supporter sa communauté. On 
demeure stupéfait devant son attitude, lorsque nouvellement arrivé à Paris, il est accusé de vol par 
son cochambriste, le juge de Sore, un landais comme lui. Il se contente d’affirmer qu’il n’est pas 
l’auteur de ce larcin et se laisse insulter, calomnier, au risque t’y perdre sa réputation. Plus tard, 
membre du Conseil de conscience, que d’avanies, on a même dit de voies de fait il eut à subir de la 
part de personnes à qui il était chargé de notifier que leur demande d’un bénéfice avait été écartée. a 
La nature ne va pas jusque­là», aimait­il à dire en parlant de certains actes signalés de vertu. C’est 
bien parce qu’il s’en remettait à Dieu, comme saint Paul, pour sa défense (1 Cor IV, 3­5). Mais 
comme le grand apôtre, le désir ardent d’être semblable à Jésus durant sa passion le poussait non 
seulement à tolérer, à accepter des épreuves mais à les souhaiter. Cette attitude, il la voulait aussi 
chez   ses   confrères.  Il  s’inquiétait  que  sa   Compagnie  eût   peu  à  souffrir.  «Jusqu’à  présent   nous 
n’avons souffert que fort peu de choses. Dieu nous a épargnés, dans la connaissance qu’il a de notre 
faiblesse… Il me semble qu’il est nécessaire de tirer du sang pour diminuer cette chaleur que je 
remarque dans la Compagnie. Presque tout nous vient à souhait ; nous avons besoin de quelque 
contrariété qui nous établisse dans la confiance en Dieu, dans le détachement de nous­mêmes et 
dans cette plénitude de joie qui accompagne ceux qui sont dans la souffrance» (XII, 285).
Quand le cardinal de Retz échappé du château de Nantes, trouva un refuge à Rome, Vincent, bien 
qu’il sût la fureur que Mazarin allait en éprouver, demanda à ses confrères de la Ville Éternelle de 
recevoir chez eux le fugitif. La réplique ne se fit pas attendre. Ordre fut donné aux fils de saint 
Vincent   de   rentrer   en   France ;   et   il   se   déclara   heureux   d’avoir   eu   l’occasion   de   témoigner   sa 
reconnaissance à la famille de Gondi et en même temps de se soumettre aux ordres du roi.
Son amour surnaturel de la souffrance éclate dans cette magnifique prière que l’on trouve dans la 
belle conférence que Vincent fit à ses missionnaires le 6 juin 1659 et à laquelle nous avons fait déjà 
quelques  emprunts : «Venez, chères  calomnies, venez, aimable persécution, venez, chères croix 
envoyées du ciel ; je me propose de faire bon usage [471] de la visite que vous me faites de la part 
de Dieu. La pauvre nature souffrira, elle grondera. N’importe ! Il faut souffrir et souffrir avec joie 
ce que Dieu veut que nous souffrions» (XII, 279).
C’est à cette hauteur qu’il faut s’élever, c’est avec les yeux éclairés par la foi, c’est avec cette ferveur 
de charité qu’il faut voir venir l’épreuve, pour la porter constamment sans raideur, sans forfanterie, 
sans   mépris   pour   le   persécuteur   qu’on   plaint   et   qu’on   ne   cesse   pas   d’aimer.   Oui,   sans   doute, 
efforçons­nous   de   faire   de   nos   futurs   prêtres,   de   parfaits   honnêtes   hommes.   Cela   leur   vaudra 
l’estime   de   tous.   Mais   n’en   restons   pas   là.   Pour   qu’ils   soient   constamment   à   la   hauteur   des 
exigences de leur vocation sacerdotale, mettons­les à l’école de l’évangile et des saints qui l’ont 
intégralement vécu.

Revue «Seminarium», N. 3, 1969, pp.455-471 ; s. Congrégation pour l’Éducation Catholique.

Numérisé le Dimanche 1 Décembre 1996, Cl. Lautissier