La naissance du mouvement corporatiste en Suisse romande

, patrimoniale: «En supprimant les fortunes collectives et par là même le contrepoids à la fortune individuelle, la Révolution française L'implantation et l'acclimatation de l'idée corporative en Suisse romande sont le fait à la fois de milieux conservateurs, proches de harles !aurras, et du mouvement chrétien social naissant, lui"même issu du mouvement des catholi#ues sociaux et comme lui tout impré$né de l'ensei$nement social de l'%$lise& L''ction française, le #uotidien de !aurras, fait son apparition dans les (ios#ues de Suisse romande d)s sa fondation en *+,-& .eux revues se rattachent peu ou prou au mouvement néo"monarchiste français à partir de *+**& 'est d'a/ord La 0oix clémentine, éditée par harles"'l/ert in$ria, #ui se détache de La 0oile latine, pha$oc1tée par Ro/ert de 2ra3& ette éphém)re «revue contre" révolutionnaire4 pr5ne la suppression des partis politi#ues et la restauration des corporations et associations li/res 6industrielles, intellectuelles et confessionnelles7 «dans leur autonomie propre et naturelle4& Sous la conduite d''lexandre in$ria, fr)re de harles"'l/ert, une vin$taine de 8eunes $ens lancent la même année à Lausanne «le seul 8ournal inté$ralement conservateur #ui paraisse en Suisse4, Les 9dées de demain, #ui se veut aussi l'or$ane d'un :roupe franco" suisse d''ction française& Le $roupe et la revue ;endash< #ui para=tra 8us#u'en *+*> ;endash< militent «pour un s1ndicalisme moderne /asé sur la restauration des anciennes corporations4& elles"ci avaient le mérite, à leurs 1eux, de dresser leur fortune impersonnelle en face de la fortune individuelledonnait li/re cours au pouvoir a/solu de l'ar$ent&4 6?@7 'u lendemain de la Aremi)re :uerre mondiale, le B> mars *+*+, six collé$iens de troisi)me année constituent à Lausanne un petit cercle pour étudier ensem/le l'histoire et ses /ranches annexes, la $énéalo$ie et l'héraldi#ue & Cn an plus tard, ils découvrent L''ction française& Leur aversion pour les idées de la Révolution française se trouve «8ustifiée4 par l'anal1se de ces principes à la#uelle se livre !aurras 6?-7 & Auis un statut fondamental en #uatre articles confie au chef de cette «'ssociation internationale 6sic7 monarchiste4 la direction $énérale du mouvement& En 8uin *+B@, une conférence donnée par Léon .audet à Lausanne met le feu à la presse romande& 0ictor de :autard, 'lphonse !orel et !arcel Re$ame1 protestent dans la :a3ette de Lausanne contre l'affirmation de son rédacteur en chef #ue «cesser d'être démocrateD c'est cesser d'être suisse4& En automne *+B@, Re$ame1 si$ne son premier cahier d'Erdre et 2radition& 2elle est l'ori$ine de l'association politi#ue vaudoise du même nom 6?+7& Erdre et 2radition aura pour /ut, d)s *+B+, «la rénovation de la Aatrie de 0aud par la suppression du $ouvernement des partis et par l'éta/lissement d'un ré$ime de li/ertés ré$ionales, communales et corporatives sous l'ar/itra$e d'un pouvoir personnel et responsa/le46>,7 & La méthode de l'empirisme or$anisateur ch)re à !aurras $uidera cet essai de rénovation& harles de Flona1, mem/re du mouvement depuis *+BG, est le premier $ouverneur d'Erdre et 2radition, association #ui fera place en *+?G à l'Erdre national, autour du#uel $raviteront la Li$ue vaudoise et le cercle plus lar$e du !ouvement de la Renaissance vaudoise&

Corporatisme d'association: l'œuvre de l'abbé Savoy

roit du peuple 6«Le dedans d'un saint homme47 pour rallier à sa cause des patrons et des s1ndi#ués catholi#ues de l'industrie horlo$)re 8urassienne& La orporation horlo$)re des Hranches"!onta$nes voit le 8our le BN 8uin *+BB aux Fois& réée par Emile Oistler sur une /ase confessionnelle. lors de la Semaine sociale de Lausanne. contre la t1rannie de l'ar$ent4 6>B7& En *+B.. l'a//é Savo1 veut passer aux actes: il rédi$e les statuts d'une corporation des plLtriers"peintres du canton de MeuchLtel& Le pro8et échoue& L'année suivante. «c'est la premi)re or$anisation corporative dans l'Europe du PPe si)cle4.)s *+*?. premier président du $roupe des 'mis de la orporation $enevois. constituent la cham/re professionnelle& Le Aarlement professionnel sera la réunion pléni)re des cham/res professionnelles& . orateur né et infati$a/le meneur d'hommes& Erdonné prêtre en *+*. s'exclame l'animateur du mouvement corporatiste à :en)ve. or$ane de l'Cnion romande des travailleurs catholi#ues 6CR2 7. par leur $roupement. et fonde en :ru1)re des coopératives de consommation et des unions de travailleurs& En 8uin *+*+. est le premier Suisse à être licencié en %criture sainte de l'9nstitut /i/li#ue de Rome. on voit se développer à partir de Hri/our$ un puissant mouvement chrétien social sous la férule de l'a//é 'ndré Savo1 6*--G"*+>.E7..E.Aarall)lement au courant maurrassien. héritier spirituel de !ontenach. au retour d'un con$r)s international d'ouvriers chrétiens à Aaris. #ui n'a $u)re pris corps #ue dans le canton de 0aud. les ouvriers et les techniciens sont appelés à former des conseils professionnels #ui. de confession .et #uatre ans avant l'instauration officielle du corporatisme d'%tat en 9talie& Si la caisse d'allocations familiales de la corporation horlo$)re est alimentée exclusivement par les patrons. bastions du corporatisme romand L'action de l'a//é Savo1 et de ses disciples porte plus rapidement des fruits dans les cantons de Hri/our$ et de :en)ve #ue dans le reste de la Suisse romande& En *+B@. L''ction sociale. dans une famille pa1sanne de dou3e enfants.7. adopte un pro$ramme corporatiste en *+B-& Cn :roupe patronal interprofessionnel voit le 8our cette année"là& Cne premi)re association patronale corporative est créée dans l'alimentation en *+B+& !em/re de l'C. $rand admirateur de La 2our du Ain. il triomphe de harles Maine dans un dé/at contradictoire et profite des atta#ues fielleuses de son adversaire dans le . apr)s des études au oll)$e Saint"!ichel. ce Hri/our$eois né à 'ttalens. il es#uisse les $randes li$nes de son pro8et corporatiste dans les colonnes de L''ction sociale 6>*7 & Les patrons. oI l'Cniversité $ré$orienne lui conf)re par ailleurs le $rade de docteur en théolo$ie& . il milite au sein du mouvement chrétien social de Suisse romande aux c5tés de son condisciple l'a//é 'u$uste Ailloud 6*--?"*+G@7: il colla/ore à son 8ournal. conformément à la doctrine chrétienne"sociale& Fribourg et Genève. Qenri Ferra fonde à :en)ve une modeste orporation des travailleurs de la terre& R la fin de l'année suivante. Aierre Re$ard 6*-+-" *+-G7. la ité de alvin voit appara=tre une orporation chrétienne sociale du /ois. /ient5t re/aptisée orporation des travailleurs du /ois pour atteindre un milieu plus lar$e& L'Cnion de défense économi#ue 6C. il appelle de ses vJux l'av)nement d'une «corporation ra8eunie4 #ui constituera «la plus sKre protection du travail contre l'usure. #uatre ans apr)s la $r)ve $énérale de *+*. les institutions sociales des futures corporations s'éta/liront toutes sur des /ases paritaires. le s1ndicaliste chrétien"social d'ori$ine valaisanne Qenri Ferra 6*-+>"*+G-7& Elle na=t en pleine crise économi#ue. sous l'impulsion de son député Sulien Lesca3e 6*-+-"*+@*7.ans un premier article spécifi#uement consacré à la corporation.

fondée sur «un certain étatisme contradictoire à l'idée corporative même: dispositions consacrant l'immixtion profonde de l'%tat dans la composition. MeuchLtel.es $roupes se forment à Hri/our$. comptait G? patrons et N. :en)ve.. il aura pour successeur à la direction du mouvement patronal un autre protestant 6>?7. il est le premier secrétaire patronal permanent d'une Hédération $enevoise des corporations #ui a vu le 8our le *@ novem/re *+?*& Mommé secrétaire $énéral. paru en novem/re. la orporation de l'industrie du /Ltiment 6 9F7.7& En octo/re *+?B. Hri/our$. ouvriers en *+B+< elle en aura respectivement *GG et *'G>> six ans plus tard 6>G7 & R l'Cniversité de Hri/our$. la direction et l'activité des s1ndicats. secrétaire permanent d)s *+?@& . la 9F.protestante mais tr)s impré$né de la pensée de l'a//é Savo1.endash< :en)ve& L'autre p5le du mouvement corporatiste en Suisse romande.. une association supra"confessionnelle des 'mis de la orporation est créée sur l'initiative de l'a//é Savo1& .ans le premier numéro. elle. avec 'ndré hama1. dans les années ?. «l'%tat doit laisser à la . a/rite la Hédération romande des corporations d)s sa création en 8uin *+B-& elle"ci $roupera une éphém)re orporation des arts $raphi#ues 6 ':7. La haux"de"Honds et en 0alais& L'Cnion romande des corporations chrétiennes"sociales se su/stitue en *+BN à l'Cnion romande des travailleurs catholi#ues et deviendra en *+?? l'Cnion romande des corporations& En mai *+BN. une réunion de personnalités suisses favora/les à la corporation et présidée par le conseiller national fri/our$eois Ernest Aerrier 6>N7 décide le lancement de ahiers de la corporation& . dans un minuscule /ureau de la oraterie. la orporation horlo$)re des Hranches"!onta$nes 6 QH!7. est celle des petits pas: «L'idée corporative doit impré$ner pro$ressivement la lé$islation& e n'est pas l'or$ane #ui créera la fonction. mais la fonction #ui créera l'or$ane4& Et surtout. le professeur Sa(o/ Loren3 6*--?"*+>@7 se fera l'avocat d'un corporatisme autoritaire& et ancien colla/orateur du diri$eant s1ndicaliste Qermann :reulich pr5nera une or$anisation professionnelle «évolutionniste. puis chancelier du onsistoire.. re/aptisée l'an dernier Hédération des entreprises romandes . 0aud et Hri/our$& La plus importante de toutes.. est le p)re.. adhérents et *'*G. 0alais. Lausanne. dé8à mentionnée. emplo1eurs or$anisés en G* associations professionnelles &6>>7 La Hédération $enevoise des corporations dispara=tra fin *+>@ en raison du renforcement des or$anisations patronales au détriment des s1ndicats ouvriers< sa composante patronale continuera son activité sous le nom de Hédération des s1ndicats patronaux. lors#ue le Secrétariat patronal passe du numéro > de la rue de la R5tisserie au numéro B..*7. le monopole accordé à un seul s1ndicat dans l'or$anisation du travail. or$ani#ue4 et néanmoins «démocrati#ue4 6>@7& Les 'mis de la orporation Aeu apr)s le déc)s en terre vaudoise du théoricien français du néo"corporatisme. Renaud Farde 6*+**"B. celle des commerçants de Suisse romande 6 SR7 et la orporation pa1sanne des Hranches" !onta$nes 6 AH!7& es or$anisations recruteront leurs mem/res dans les cantons de Ferne. le mouvement corporatiste $enevois compte *B'. les associations patronales corporatives $roupent plus de B'. Aerrier pr5ne une «méthode suisse4 pour réaliser l'or$anisation corporative par opposition à la méthode fasciste. répartis entre ?> associations professionnelles& En *+>B.. de la orporation $enevoise du textile et de l'ha/illement 6*+?. le peu de considération prati#ue accordé au s1ndicat mixte au sein du#uel patrons et ouvriers se rencontrent li/rement&4 La méthode suisse. patrons.eux ans plus tard.

ancêtre d'Entreprise romande.)s *+B+. alors #ue Sulien Lesca3e. des Juvres de prévo1ance sociale dont elles ont /esoin46>-7 & e 8uriste. ami d''ndré Savo1. est fondée par Qenri Ferra. soumis à l'appro/ation de l'autorité& e statut prévoira la création d'une cham/re professionnelle pour toute la profession. discute des relations de l'économie avec l'%tat. en dehors de l'%tat mais avec son appui. #ui féd)re les différents $roupes des 'mis de la orporation& 9l en anime le secrétariat. un conflit salarial secoue la Aar#ueterie d''i$le et dé/ouche sur une $r)ve. sans exclure. planche sur la propriété intellectuelle& Lesca3e et Ferra 1 c5toient !arcel Re$ame1 et le 0alaisan Es(ar de hastona1& Le chef de la Li$ue vaudoise. préconise «le s1ndicat li/re dans la profession or$anisée4. en *+?. à Hri/our$. a pour rédacteur responsa/le Aierre Re$ard. 'ndré Savo1 /ataille ferme pour opposer un contre"pro8et d'assurance"vieillesse et survivants à la solution proposée par Schulthess& L'a//é est aussi homme de terrain& Lors#ue. décidément tr)s présent sur le front économi#ue. cependant #ue L'Erdre professionnel. cantonales ou locales& . sur le terrain professionnel. à #ui succédera Renaud Farde& L''ction sociale repara=t à Hri/our$ apr)s une interruption de plusieurs années. n'ont plus #u'à accepter les conditions fixées dans la conventionD En *+??. redevenant l'or$ane uni#ue des corporations fri/our$eoises. en est le président& Le /ut de l'C S est «l'étude de l'ordre social chrétien4 et la réalisation en Suisse d'un ordre social corporatif assurant une «or$anisation rationnelle de l'économie nationale4& L'C S. et en vue de leur faciliter la création. en formant une communauté professionnelle ré$ie par un statut professionnel. des cham/res ré$ionales. pu/liés che3 'ttin$er. avait déposé un audacieux postulat demandant des mesures «en vue d'encoura$er les professions à s'or$aniser pour la protection de leurs intérêts économi#ues. selon la formule d''l/ert de !un< mais 'ndré Savo1 parle désormais plus volontiers de «s1ndicat li/re dans la profession autonome et lé$alement reconnue4& La ommission de doctrine de l'C S s'efforce de définir le r5le du capital. #ui édite une nouvelle série de ahiers de la corporation. en décem/re *+B?. l'a//é Savo1 porte sur les fonts /aptismaux l'Cnion corporative suisse 6C S7. à :en)ve. au de$ré inférieur. cependant #ue les MeuchLtelois pu/lient leur propre Sournal des corporations& Uuatre ouvra$es de doctrine re$roupés sous le titre de «Fi/lioth)#ue corporative4. avec le concours du caricaturiste MoTl Hontanet. plaidera Re$ame1& Sur l'initiative de l'a//é Savo1. se verra même nommé par Lesca3e responsa/le de ladite commission en *+>?& «Mous sommes l'o/8et d'atta#ues parce #ue notre doctrine est incompl)te& 9l est indispensa/le de la préciser surtout du point de vue économi#ue4.corporation sa vie propre et se contenter d'interventions exceptionnelles pour ar/itrer les difficultés4& olla/ore aussi à ce premier numéro le conseiller national li/éral neuchLtelois 'rnold Folle #ui. une presse s1ndicale et patronale voit le 8our à :en)ve en *+??: La Li/erté s1ndicale. sont diffusés par l'C S entre *+?> et *+?G &6>+7 .. minoritaires. souhaite #ue les professions s'or$anisent corporativement selon leurs /esoins. or$ane des s1ndicats chrétiens et des or$anisations ouvri)res de la Hédération $enevoise des corporations. il court"circuite le secrétaire s1ndical lovis Ai$nat en fondant une 'ssociation ouvri)re de la corporation du /Ltiment #ui passe dare" dare une convention avec la direction& Les $révistes.

#ui rel)ve directement de la hiérarchie catholi#ue. de Hédération romande des corporations 6HR 7& réée sur l'initiative des :enevois.es directives de !$r Fesson stipulent #ue «l'action catholi#ue ne peut pas faire de la politi#ue de parti4& L'échec du pro8et de révision totale de la onstitution fédérale 6cf& infra7 donne raison à l'évê#ue de Hri/our$& Uuant aux protestants. par exemple. a$$ravant les divisions du mouvement corporatiste romand& 2r)s affecté. président de l'Cnion suisse des arts et métiers& Les corporatistes romands soutiennent l'initiative déposée en *+?> pour une révision totale de la onstitution fédérale& La réforme de l'%tat. par un cuisant échec& La derni)re tentative d'instaurer un ordre corporatiste en Suisse échouera avec l'initiative Stalder. la HR est présidée par le 0audois Ra1mond . à l'Qospice du Simplon& 9l 1 meurt d'une crise cardia#ue en *+>. le Fernois Hriedrich Stalder& Lancée en *+>* avec le soutien notamment de la Li$ue vaudoise. avec le concours d'Qenri Ferra. Sulien Lesca3e. en *+?G. laissant un manuscrit en forme de testament spirituel #ui sera pu/lié au milieu des années G. et lui"même fortement endetté. selon la formule du :enevois René :ampert. avec un comité comprenant Qenri Ferra. à condition #u'elles soient conformes à la loi et approuvées par l'autorité& En *+??. l'instauration d'une .ette intense activité éditoriale n'empêche pas une $rave crise de se produire en *+?G& . de :on3a$ue de Re1nold et du conseiller d'%tat valaisan Escar de hastona1. tient donc un con$r)s distinct de celui de l'Cnion romande des corporations& elle"ci restera la section romande de l'C S sous le nouveau nom.. doit être $uidée par une «saine hostilité à l'é$ard du parlement4& ette tentative de «discipliner et or$aniser l'économie nationale4 par l'instauration d'un %tat autoritaire se solde.. à partir d'avril *+?@. ils souhaitent #ue celles"ci mar#uent leur indépendance vis"à" vis de la hiérarchie catholi#ue& L'Cnion romande des or$anisations chrétiennes"sociales. mais contre l'avis de Ferra. le directeur de l'Cnion romande et mem/re du comité de la HR est «exilé4 par l'autorité ecclésiasti#ue. d)s *+?. mais aussi l'a//é Savo1& :en)ve devient le p5le de la «corporation politi#ue"sociale4 et Hri/our$ celui de la corporation chrétienne"sociale& Cne crise financi)re affecte /ient5t les mouvements corporatifs fri/our$eois et 8urassien. par de nom/reux postulats et motions au Aarlement& Alusieurs d'entre eux su$$)rent une révision partielle de la onstitution pour restreindre la li/erté du commerce et de l'industrie& Le postulat Ferthoud 6*+?*7. demande d'examiner la possi/ilité de donner le droit aux associations professionnelles de décider des mesures #ui puissent devenir o/li$atoires pour l'ensem/le de la profession. en novem/re *+?@. cette initiative demandait le renforcement du pouvoir du onseil fédéral.i)te #ui aurait représenté . pro8et #ui sera remanié par le conseiller national Schirmer. tr)s nom/reux au sein des nouvelles or$anisations corporatives.evrient. devenu directeur d'imprimerie en 0alais & 6G. le parti radical saint"$allois adopte des li$nes directrices #ui a/outissent l'année suivante à un pro8et de loi fédérale sur les associations professionnelles et la création d'un éventuel onseil économi#ue national. du nom de l'un de ses auteurs.7 Ré orme de l'!tat et législations corporatives cantonales La volonté d'or$aniser l'économie suisse sur des /ases nouvelles s'est traduite.

de Lucerne.. la décision interdisant de rechercher des commandes aupr)s des particuliers pour les monuments funéraires. en *+GG.'autres tentatives seront faites dans les cantons du 0alais. en *+@.dispose #ue «des décisions prises ou des conventions conclues par les $roupements professionnels reconnus concernant leur /ranche d'activité peuvent être déclarées o/li$atoires par le onseil d'%tat pour #uicon#ue exerce cette activité. mais . en 8anvier *+?G. mais #u'il cautionne dans sa version édulcorée: « ette loi. de Soleure. de Vurich et de Saint":all& 2outes échoueront& . par écrit. #ui est approuvé et devient la loi du *B décem/re *+>> sur l'or$anisation professionnelle& L'article . dans le cadre des dispositions lé$ales en la mati)re4& Le onseil d'%tat «constatera préala/lement #ue ces décisions ou conventions ne sont pas contraires à l'intérêt $énéral et ne l)sent pas les intérêts lé$itimes d'autres $roupements4& ette loi est promul$uée et l'arrêté d'application du ** mai *+>G précise #ue «le $roupement dési$né en vue d'une colla/oration ou pour l'exécution d'un mandat s'o/li$e. développe au :rand onseil. puis. Fen8amin !éan. à s'inspirer de l'intérêt $énéral. les efforts déplo1és pour l'instauration d'un ordre corporatiste se sont eux aussi soldés par des échecs& Hri/our$ sera. rel)ve"t"il.endash< dans l'attente de la révision de la onstitution fédérale . dans les métiers du /Ltiment. futur 8u$e cantonal.ans une pétition déposée en mai *+N*. en mai *+-B. a1ant pour /ut la colla/oration des classes en vue de la paix sociale et du /ien commun4& Le député !asnata reprend cette motion et la développe à la demande des milieux corporatifs 6*+>.endash< cette «loi Ailler4 6G*7 ne sera 8amais promul$uée& .les cantons. entra=na un nouveau recours aupr)s de la our suprême< " en revanche. 'l/ert !asnata tentera de faire sortir des ou/liettes une loi #ui n'est pas tout à fait la sienne. l'interdiction d'ouvrir les commerces le dimanche et les 8ours fériés demandée et o/tenue par l''ssociation vaudoise de l'ameu/lement et l''ssociation vaudoise des tapissiers"décorateurs& .7. ainsi #ue le remplacement du onseil national par une ham/re des métiers en char$e des #uestions économi#ues et sociales et représentant. la convention portant sur la perception de la taxe en faveur de la formation professionnelle a été déclarée o/li$atoire en vertu d'un décret d'exécution. sur le terrain fédéral. les professions or$anisées paritairement& Cn cin#ui)me seulement des si$natures re#uises sera réuni& Sur le plan cantonal. le premier canton à voter une loi d'inspiration nettement corporatiste. ainsi #ue l'assurance"maladie en faveur du personnel& 9l 1 aura encore. la «loi 0odo34 de *+>> ne sera invo#uée #u'à #uel#ues reprises et sans $rand succ)s : 6GB7" les ramoneurs 1 ont puisé le droit de fixer leurs circonscriptions< l'arrêté #ui les 1 ha/ilitait fut cassé par le 2ri/unal fédéral< " en *+G*. à mettre en Juvre des mo1ens suffisants et à $érer en /on p)re de famille 6sic7 les affaires #ui lui sont confiées4& Uuoi#ue tou8ours en vi$ueur. une som/re affaire de soldes che3 les marchands de radio"20. le caract)re de droit pu/lic aux $roupements de métiers paritaires. puis dépose lui"même un pro8et de loi 6*+>B7& Le conseiller d'%tat 'ntoine 0odo3 lui oppose un contre"pro8et. une motion demandant au onseil d'%tat de «présenter un pro8et de loi conférant sous certaines conditions. a été voulue comme le fondement de l'or$anisation sociale et économi#ue vaudoise& En peut donc l'utiliser comme le point de départ d'une . en *+?>.ans le canton de 0aud.

endash< 0aud des 'mis de la orporation se reconstitue le ? 8uillet *+?? sur l'initiative de Ra1mond .7. ancien s1ndic de Lausanne. dont le président de la Société industrielle et commerciale de Lausanne et un représentant de la Société suisse des commerçants& En 1 rencontre /ient5t une autre fi$ure de proue du radicalisme vaudois et de la société d'étudiants Qelvétia. dont il #uittera le Fureau en *+G* pour laisser la place à Louis :uisan& . prélude à un lon$ en$a$ement corporatiste &6G?7 Cn premier :roupe lausannois des 'mis de la orporation voit le 8our à l'issue de deux séances constitutives tenues le *N décem/re *+BN et le ? mars *+B. avec à sa présidence le radical 'rthur Hre1mond 6*-N+"*+N. par la né$ociation et la colla/oration entre $roupes économi#ues et sociaux&4 Cn silence poli répondra à ce pieux rappel& ette parenth)se lé$islative refermée. ancien président central de Felles"Lettres. d'inspiration corporatiste& . futur conseiller fédéral& Re$ame1 et !orel.>"*+-N7 et d''l/ert !asnata 6*+. il nous reste à examiner le développement des idées corporatives en terre vaudoise 8us#u'à la création des :A0& Le mouvement corporatiste en terre vaudoise En novem/re *+BN. respectueuse de l'autonomie de l'économie et de ses institutions $arantie par la onstitution fédérale& En ce faisant.. d'une part les délé$ués des familles et des communes. #uatre ans apr)s son premier postulat. Rodolphe Ru/attel 6*-+@"*+@*7.evrient 6*+.ans la Revue radicale de Lausanne. sous la présidence de l'avocat radical Eu$)ne Qir3el 6*-+-"*+NB7 et avec Aierre Rochat comme secrétaire& Cne dou3aine de mem/res en font partie. Aierre Rochat 6*-++"*+>>7 1 consacre un article /ienveillant.à la loche. dans le premier cahier d'Erdre et 2radition. il avait rompu une premi)re lance en faveur d'un ordre corporatif: «L'%tat doit avoir devant lui une représentation or$ani#ue des intérêts privés afin de les conna=tre et de les ordonner au /ien commun& ette représentation nationale doit comprendre."*+-?7. d'autre part les mandataires des corporations professionnelles et des corps intellectuels&4 6G>7 Le premier :roupe lausannois des 'mis de la orporation éclate fin *+B-& ertains de ses mem/res soutiennent le pro8et de loi Schulthess sur les assurances sociales alors #ue d'autres le com/attent et vont se rallier au contre"pro8et Savo1. directeur de l''ssurance !utuelle 0audoise. on peut emplo1er des méthodes conduisant à des solutions. #ui oppose aux assurances de l'%tat les assurances professionnelles et refuse de mêler les notions d'assistance et d'assurance& Le pro8et de loi sera re8eté en *+?* à une forte ma8orité& 'est la création de l'Cnion corporative suisse #ui ranime la flamme en terre vaudoise& Cne Section Lausanne .G"*+-B7 avait tout 8uste vin$t et un ans lors#ue.nouvelle action. sont char$és de rédi$er une déclaration de principe& Les statuts de l'association indi#uent #ue celle"ci a pour /ut «l'étude et l'application des doctrines corporatives4 et #u'«elle ne prend pas position dans les pro/l)mes concernant la forme du $ouvernement et le ré$ime politi#ue4& En septem/re *+B-. député et futur cofondateur des :roupements patronaux. Aierre Rochat assume la présidence de l'association et !arcel Re$ame1 le secrétariat& Re$ame1 6*+. 'rnold Folle relance le dé/at aux ham/res avec une motion proposant une loi fédérale sur les s1ndicats et les associations professionnelles. étudiants en droit.

«l'industrie suisse et. sociaux et économi#ues de ce corps&4 6GN7 'l/ert !asnata.& . on retrouvera cette définition dans une /rochure de la Hédération vaudoise des corporations.dans le même train de rapatriement& L'un et l'autre seront Vofin$iens. oI il est directeur $énéral de *+?. dont il deviendra l'administrateur"délé$ué et le président& En *+G-. il en diri$e le si)$e lausannois 6*+BN"*+@@7& En sa #ualité de directeur de l'ESE . couronnées par un dou/le doctorat.evrient. plus spécialement. les deux adolescents rentrent en Suisse en *+*. cheville ouvri)re de l'association vaudoise des 'mis de la orporation. dans le cadre de la profession commune. il entre à Au/licitas. la colla/oration entre patrons. estime"t"il. dans le cadre de la profession commune. il soutient en *+?* une th)se sur L'or$anisation s1ndicale et corporative en 9talie 6GG7 & Secrétaire du 0orort de l'Cnion suisse du commerce et de l'industrie de *+BN à *+?.à *+>?& 9l fait ensuite carri)re à La Suisse 'ssurances. ont passé leur 8eunesse en Russie& !asnata voit le 8our à Edessa. #ui donnera les meilleures $aranties pour une tendance anti"étatiste& Selon le patron de l'ESE . mem/re fondateur et premier président de la Hédération romande de pu/licité. dans un esprit de paix sociale et en vue d'une or$anisation rationnelle de l'économie nationale4& Les deux fi$ures de proue du mouvement corporatiste vaudois des années ?.evrient na=t #uatre ans plus tard à Saint"Aéters/our$.. et président de diverses commissions de l'Expo de *+@> apr)s avoir colla/oré activement à la «Landi4 de Vurich en *+?+& 9l sera député li/éral au :rand onseil vaudois de *+?N à *+>* et ensei$nera la politi#ue économi#ue à l'Cniversité de *+?@ à *+@@& La carri)re de . président fondateur de l''ssociation suisse des producteurs de films. l'Cniversité de Lausanne lui remettra le doctorat honoris causa «pour reconna=tre le mérite exemplaire d'une carri)re consacrée au développement économi#ue du pa1s et au pro$r)s de ses institutions de prévo1ance4& Aour Ra1mond .)s la création de l'Effice suisse d'expansion commerciale. président de la ham/re suisse du cinéma. oI son p)re est /an#uier. en vue de sauve$arder les intérêts moraux et sociaux de tous ceux #ui appartiennent à un même corps professionnel4 & Cne di3aine d'années plus tard. premier président du onseil corporatif vaudois des métiers et président de la Hédération romande des corporations 8us#u'en *+>?. celle de . avec un /ut élar$i puis#ue la sauve$arde des intérêts s'étend désormais au champ économi#ue: «La corporation est une institution #ui réalise. «la corporation est une institution #ui réalise. alors #ue . en vue de sauve$arder les intérêts moraux. lui. dans les cadres professionnels. est favora/le à une «réor$anisation économi#ue4 sur le plan national fondée sur des principes chrétiens& 9l s'intéresse au planisme mis en Juvre par l''méricain Qoover et s'inscrit à ce titre dans ce #u'il est convenu d'appeler l'évolution du capitalisme or$anisé. et une activité au Fureau industriel suisse. la colla/oration entre tous ceux #ui appartiennent à un même corps professionnel. dans une famille #ui est dans l'édition& oWncidence étonnante. emplo1és et ouvriers. il sera mem/re fondateur de l''ssociation suisse de pu/licité. soucieux d'une plus $rande efficience & 6G-7 R l'opposé des th)ses anti"li/érales et autoritaires de Sa(o/ Loren3. mais à cin# ans de distance& !asnata m)ne de front des études de sciences économi#ues et de sciences sociales.La nouvelle association a pour /ut de «travailler à la réalisation en Suisse et notamment dans le canton de 0aud d'un ordre social corporatif et d'institutions corporatives par la colla/oration de l'emplo1eur et de l'emplo1é.evrient n'est pas moins /rillante& Suriste de formation. !asnata défend la méthode expérimentale dans des cadres restreints< c'est elle. oI il entre comme secrétaire en *+B.

la troisi)me pour l'industrie. elle comptera «entre *G. assurés par la corporation& «La corporation prot)$e et développe les intérêts de la profession. dernier rempart de la Aatria 0audi. et B. ni par les corporations< le s1st)me de l'élection est incapa/le de proté$er les li/ertés privées& . #ui unit les consommateurs. est «un élément essentiel du s1st)me corporatif4& Elle peut intervenir à ce titre aupr)s du pouvoir fédérateur et ar/itral. lors#u'elle n'est plus su/ordonnée à un intérêt supérieur. à un /ien moral. mais «une cham/re corporative fédérale serait néanmoins utile. détermine les conditions du travail. le $ouverneur. !arcel Re$ame1 rétor#ue #ue le principe du fédéralisme. et les intérêts professionnels. étude d'Erdre et 2radition #ui para=t dé/ut *+B+. $)re le patrimoine corporatif et or$anise les assurances professionnelles& La corporation n'a pas en elle"même un pouvoir de contrainte #ui n'appartient #u'à l'%tat souverain& Elle ne 8ouit en principe d'aucun monopole et ne peut o/li$er personne à entrer ou demeurer dans son sein& Ses décisions n'o/li$ent #ue ses mem/res& Seul l'%tat a le droit d'étendre à tous les mem/res de la profession les r)$lements et décisions de la corporation&4 6@. assurés par la commune. «le Aouvoir souverain sera détenu par un seul ma$istrat.)s sa création. doit au contraire l'emporter sur le corporatisme: «La corporation. elle compte «une centaine de mem/res effectifs et un /on nom/re de s1mpathisants4& Quit ans plus tard. veille aux #ualités professionnelles de ses mem/res. cet «ensem/le de fo1ers4. apr)s l'avoir été par Hre1mond et !asnata& . ni par les communes. #ui si)$e au"dessus des communes et des corporations& Le 8eune !arcel Re$ame1 ne fait pas dans la dentelle& R c5té d'une cham/re des communes.l'exportation a un intérêt primordial à voir se constituer sur une /ase sociale.7 La commune.ans le pro$ramme de !arcel Re$ame1. mem/res4 et sera présidée par 'ndré !artin. est une institution désaxée dont la force désormais sans frein peut aisément dé$énérer en t1rannie économi#ue&4 6@>7& L'idée du fédéralisme . notamment pour assurer la représentation des corporations #ui chevauchent sur plusieurs cantons& XDY ette assem/lée économi#ue ne peut avoir #u'un pouvoir consultatif et demeure une représentation d'intérêts privés devant les cantons souverains et non point devant la onfédération&4 6@?7 R ceux #ui disent «corporations avant fédéralisme4.. la #uatri)me pour les professions li/érales& «Les #uatre cham/res réunies forment les %tats de 0aud46@*7& Cn tri/unal indépendant du pouvoir politi#ue compl)te l'édifice& Le $ouvernement ne doit être élu ni par les individus. l'année oI il soutient sa th)se de droit.ans «Es#uisse d'un ré$ime d'intérêt national4. la deuxi)me pour les artisans et le commerce. l'%tat souverain. l'intérêt national. elle a reçu le renfort de la Li$ue vaudoise #ue vient de fonder !arcel Re$ame1 dans le prolon$ement du $roupe Erdre et 2radition& . !arcel Re$ame1 op)re la distinction entre les intérêts locaux. il préconise la constitution de #uatre cham/res corporatives cantonales: l'une pour l'a$riculture et le vi$no/le. ar/itre suprême et responsa/le de l'intérêt national46@B7 & Rien n'est laissé au hasard: «Les intérêts professionnels doivent être accordés dans le canton4. des $roupements professionnels #ui pourront exercer des fonctions #ue l'%tat ne tarderait pas à s'attri/uer si elles ne sont pas remplies dans un esprit d'intérêt $énéral par des corporations représentatives de l'ensem/le d'une profession4 6G+7& La Section Lausanne"0aud des 'mis de la orporation or$anise rapidement des rencontres patrons"ouvriers& En *+?@.

. et le trésorier Ahilippe"Edouard avin. l'un inté$ral et l'autre à $éométrie varia/le. à savoir l'a/sence de corporations à Lausanne et . . est es#uissée dans ce même cahier& Cne Hédération des corporations en #uête d'or$anisations patronales Les 'mis de la orporation et la Li$ue vaudoise ne comptent pas /eaucoup d'ouvriers dans leurs ran$s& 9l faut attendre *+?G. à peine plus #ue les B.. en décem/re *+?G.endash< sur l'ensem/le du territoire cantonal vaudois.. le 0alais B'. alors #ue 0aud n'en compte #ue G.*" *+N-7....différencié ou de deux fédéralismes. sous la présidence de Ra1mond .. mem/res. secrétaire patronal des corporations pour le canton de 0aud. mem/res enre$istrés dans le Sura /ernois& . ainsi #ue. mem/re de l'état"ma8or Socal. laissant plus de place aux compromis centralisateurs.& Cn ta/leau de l'effectif des or$anisations ouvri)res illustre /ien le décala$e existant entre 0aud et les autres cantons romands& En cette année *+?G. alors secrétaire patronal des corporations à :en)ve6@N7 .eux ans plus tard. mais seulement G?... le président Aierre . Hri/our$ plus de *'G. du c5té patronal. ce #ui permet à 'ndré !a1or d'affirmer #ue «la H0 ne méritait son nom #ue par anticipation4 6@@7& 9l 1 a certes un onseil des métiers vaudois #ui tient séance pour la premi)re fois en novem/re *+?-. Aierre Re$ard et Renaud Farde. et celle des Er$anisations patronales de la H0 .. mem/res à :en)ve et ?'. en 0alais. colla/orateur de la Hiduciaire :rua3..upérier. et Aierre Rapin.evrient& 9l réunit notamment. comme Sulien Lesca3e. au numéro un de la rue de la :rotte. 0eve1 excepté. et MeuchLtel ?. du c5té des Er$anisations ouvri)res. en octo/re *+>. :en)ve ali$ne dé8à G'. en terre vaudoise& Hin *+>G. dans le canton de 0aud. à Lausanne. on compte notamment @'. le 0alaisan Qenri Ferra et le 0audois 'ndré Le1vra36@G7 .endash< on l'a vu . pour assister à la création des Er$anisations ouvri)res de la Hédération vaudoise des corporations 6EEH0 7& Leur pendant patronal est encore plus lent à se constituer. #ui renforcent l'impact de L''ction sociale imprimée à Hri/our$ depuis *+*? et des articles paraissant dans Le ourrier& Les néo"corporatistes vaudois n'ont pas de 8ournal et ne peuvent s'exprimer #u'au coup par coup dans la :a3ette de Lausanne ou la Revue& /7 e décala$e tient sans doute aussi à la présence de fortes personnalités à :en)ve.. Ra1mond Furnat 6*+. dans la seconde partie du P0999e si)cle& Ar)s de cin# ans s'écoulent donc entre la constitution des Er$anisations ouvri)res de la Hédération vaudoise des corporations 6EEH0 7. dont ?>G a$riculteurs& 9l 1 a plusieurs raisons à ce décala$e& a7 9l tient d'a/ord à la diffusion rapide des th)ses corporatistes à travers un mouvement chrétien"social /eaucoup mieux implanté en terres $enevoises et fri/our$eoises #ue dans le canton de 0aud& L''//é Savo1 suscite à :en)ve la création de La Li/erté s1ndicale et de L'Erdre professionnel.. les Er$anisations ouvri)res et pa1sannes de la H0 compteront ?'@.. rédacteur en chef du ourrier d)s *+B?& c7 En peut enfin se demander s'il n'1 a pas aussi une raison histori#ue expli#uant ce décala$e. puis#ue le premier no1au des :roupements patronaux 6:AH0 7 voit le 8our en *+>. mem/res.. le secrétaire Ro$er Ed$ar '1er. les :roupements patronaux.

avec la précision #ue «cet ordre social corporatif doit être fondé sur le principe d'une colla/oration entre les emplo1eurs et les emplo1és. le caract)re cantonal des secrétariats ouvriers corporatistes sera /attu en /r)che& ette évolution coWncide d'ailleurs avec la politi#ue menée par Renaud Farde. /ient5t flan#ué d'un Secrétariat vaudois de la Hédération des orporations. Ra1mond Furnat se hLte de rédi$er des statuts. sur l'initiative de harles 0ireda3. transf)re le secrétariat de la :rotte * au :rand" hêne -& 9l 1 demeurera 8us#u'en *+>N..& es :roupements patronaux de la Hédération vaudoise des corporations adh)rent aux «Arincipes de l'Cnion corporative suisse4& 9ls ont pour /ut «la défense des intérêts communs aux chefs d'entreprises sur la /ase d'un ordre social corporatif< la création de toute institution et de tout or$ane utile aux chefs d'entreprises< de favoriser la création de $roupements professionnels patronaux corporatifs dans toutes les professions #ui ne sont pas or$anisées corporativement. notamment en vue d'assainir et d'or$aniser l'économie< de promouvoir au sein des milieux patronaux l'idée d'un ordre social corporatif et de la réaliser dans le canton de 0aud4. #ui se dit lui"même fervent corporatiste. en vue de la sauve$arde des intérêts supérieurs de la profession4& 9l s'a$it enfin «de créer et d'entretenir des institutions sociales corporatives au sein de la H0 & Le secrétaire harles Qeu/i #uitte le secrétariat patronal en novem/re *+>*& Ra1mond Furnat. au sens lar$e. est le métier or$anisé& Le président 0ireda3 demande néanmoins aux secrétaires patronaux de procéder à une consultation aupr)s des présidents des $roupements pour conna=tre leur avis& . date de l'achat du Mo B de l'avenue '$assi3 et de la création de l'association du Secrétariat patronal& . tenants du courant clérical appu1é par l'évêché.upérier confesse #ue le onseil des métiers «ne /rasse tou8ours #ue de l'air4& Les :A0 créés sur l'initiative des papetiers 'est l'arrivée du :roupement des papetiers. #ui sont adoptés le *@ octo/re *+>.upérier et de 2rachsel. #ue le sort de la Hédération vaudoise des corporations est formellement remis en #uestion& Le président de la Société vaudoise des horlo$ers"/i8outiers"orf)vres. en avril *+>. #ui donne naissance aux :roupements patronaux& Aour les accueillir. en avril *+>@. #ui le remplace en décem/re. #ui cherchent à créer une direction centralisée du mouvement ouvrier. . des $roupuscules #uittent les Er$anisations ouvri)res pour créer un artel vaudois des or$anisations chrétiennes"sociales et corporatives 6*+>B7. domicilié au Aetit" hêne ** 6*+>?7& 'vec l'intervention d'a$ents de la Hédération suisse des s1ndicats chrétiens. le terme corporation dispara=tZ La Hédération vaudoise des corporations su/it une $rave crise interne en *+>*&6@-7 & R la suite du départ de . ont leur répercussion che3 nous4 et #ue «nos or$anisations corporatives ont une teinte politi#ue #ui est asse3 peu portée au8ourd'hui4& Furnat rappelle #ue la corporation./ient5t remplacé pour cause de «!o/4 par harles Qeu/i& Les patrons corporatistes sont au nom/re de cin#uante& Leur secrétaire à temps partiel ne diri$e toutefois #u'un em/r1on de secrétariat patronal et.u même coup. constate #ue «les fLcheuses expériences faites dans certains pa1s avec des corporations étatisées. «#ui tend à appara=tre comme le porte"parole romand des corporatistes sur le plan cantonal4 & 6@+7 'est lors de l'assem/lée des délé$ués des :roupements patronaux.

devenait le $rand ordonnateur des activités économi#ues #u'il était censé avoir disciplinées& L'auteur concluait en montrant #ue. alors #ue le patronat 1 /énéficiait de pouvoirs importants& Le soutien à la harte a surtout été le fait de «fonctionnaires4 s1ndicaux et de nota/les soucieux de sauver les meu/les& 'u /out du compte. «un essai d'acclimater en Hrance des institutions empruntées à l''llema$ne et à l'9talie4& Elle avait néanmoins une spécificité française et n'était pas un pur décal#ue de lé$islations étran$)res. comme le montre Sean"Aierre Le rom dans son étude sur le corporatisme à 0ich1 & L'échec de cette /r)ve expérience sera dK à des raisons politi#ues et. réduites au r5le de courroies de transmission du parti uni#ue.Cn mois plus tard. en *+>N. à la nature autoritaire du ré$ime: «Aour pouvoir fonctionner efficacement. les Er$anisations ouvri)res sont à l'a$onie& Le onseil des métiers cesse de sié$er et. pour de nom/reuses or$anisations patronales. de *+?N à *+>*. constituera pour elle une entrave désastreuse4& 'vertissement prémonitoireZ es corporations. «toute la réforme corporative ris#ue de som/rer dans un /ureaucratisme tracassier #ui. «l'histoire de la harte du travail est d'a/ord celle d'une modernisation ratée par exc)s d'autoritarisme& Elevée au ran$ de s1m/ole de la Révolution nationale. note Le rom& Er à 0ich1. successeur de Ra1mond Furnat à la direction des :roupements patronaux d)s *+N-. faute de #uoi il se condamne à n'être #u'une co#uille vide4. elle ne pouvait évidemment survivre à sa disparition&4 Si le no1au dur de la harte . le corporatisme romand a été de plus en plus lié au corporatisme français et maints mouvements frontistes ou favora/les à l'Erdre nouveau rela1aient en Suisse la propa$ande d'%tat mussolinienne& 9l ne pouvait d)s lors #ue pLtir des mêmes vicissitudes& . est dissoute 6cf& chapitre 997& Ahilippe Qu/ler 6*+**"*+--7.evrient mettait /ien en évidence l'importance et la complexité extrême des tLches confiées à l'%tat dans le ré$ime corporatif mussolinien& L'%tat.endash< les s1ndicats uni#ues et o/li$atoires. selon un manuel français de droit du travail #ui fait autorité . estime Le rom. il n'1 a eu ni é#uili/re ni consensus& Le s1ndicalisme ouvrier a été exclu des comités d'or$anisation. alors présidée par Sac#ues Secretan. l'interlocuteur vala/le se trouvait ailleurs.ans sa th)se de *+?* . le droit des relations collectives de travail suppose un é#uili/re relatif entre les forces sociales et un consensus minimum sur ses principales caractéristi#ues. en *+>? et *+>>& Er. au fur et à mesure du renforcement des or$anisations patronales. d'oI un chan$ement de straté$ie des :A0& Fin du corporatisme d'association: les causes d'un éc"ec Alusieurs raisons expli#uent l'échec du corporatisme d'association stricto sensu à l'issue de la Seconde :uerre mondiale& 9l faut d'a/ord rappeler la tr)s mauvaise réputation du corporatisme d'%tat mussolinien et de celui de 0ich1.)s lors. les or$anisations ouvri)res se sont montrées pour ce #u'elles étaient réellement.endash< dispara=t en 8uillet *+>>. Ra1mond . puis leur fin a/rupte. certains de ses principes fondateurs lui survivront& La . en particulier. «un s1ndicat minoritaire et même souvent tr)s fortement minoritaire4 & . si l'%tat n'est pas en mesure de remplir ces tLches. loin de développer la vie économi#ue. 0ireda3 constate #u'il n'est plus possi/le de su/venir aux /esoins des Er$anisations ouvri)res& Re$ame1 demande le renvoi de son secrétaire. disparaissent en même temps #ue le ré$ime #ui les a en$endrées& La harte du travail promul$uée par 0ich1 en *+>* était. la Hédération vaudoise des corporations. aux termes de la harte du travail de *+BN. !arc hantre& !aintenues sous perfusion pendant neuf mois. les comités sociaux"professionnels . a /ien décrit comment.

selon les propres termes de Ferra. le dernier secrétaire $énéral des or$anisations ouvri)res revendi#ue /ien haut le maximum d'autonomie pour son mouvement. ainsi #ue les rivalités de personnes #ui ont provo#ué sa mise à l'écart& . 8ournaliste"écrivain de formation et ancien officier instructeur. encourant du même coup le reproche de la part de celle"ci de diviser le mouvement ouvrier& c7 Le onseil des métiers. «les délé$ués ouvriers se sentent surveillés par les patrons et n'osent pas parler li/rement aux réunions. de prime a/ord. avec la renonciation à la $r)ve #u'elle impli#ue. dans ce courant 6cf& chapitre 07& La Aaix du travail #ue si$nent en *+?N les partenaires sociaux de la métallur$ie et de l'horlo$erie. initialement: Renaud Farde estimait #u'elles 1 avaient perdu une part de leur presti$e& Ra1mond Furnat avait relevé pour sa part #ue cette convention de Aaix du travail était «une tr)s /onne chose4. animateur de théLtre et fondateur de l''ssociation des 'mis de Ro/ert Frasillach& Leur lé$itimité à s'exprimer au nom des «cols /leus4 n'était pas évidente aux 1eux de tous& d7 9l 1 a enfin et surtout la volonté d'émancipation des or$anisations patronales. or$ane fa=tier de l'édifice corporatiste. #ui se manifeste tant à :en)ve sous le r)$ne de Renaud Farde #u'à Lausanne sous celui de Furnat& ette volonté se manifeste à un moment oI la situation s'éclaircit sur le front économi#ue et oI la menace d'affrontements entre partenaires sociaux diminue& #$ l'esprit du corporatisme a ini par s'imposer Les mai$res réalisations dont on crédite le mouvement corporatiste au plan suisse ne parlent pas. les $rilles de classification. cependant #ue son président.notion de salaire minimum. le r5le spécifi#ue de l'encadrement reconnu par la création d'un deuxi)me. puis d'un troisi)me coll)$e lors des élections professionnelles. mais #u'elle . ni même 1 venir4 & R Lausanne. mais il est lui"même issu de la classe diri$eante $enevoise.u 8our au lendemain. n'a 8amais vraiment /ien fonctionné& R :en)ve. lui aussi 8ournaliste de formation. le mouvement corporatiste a incontesta/lement favorisé l'expansion des institutions sociales paritaires& Les caisses de compensation pour les allocations familiales s'inscrivent. le mouvement corporatiste s'est retrouvé décapité et chacun a commencé à accuser l'autre de trahir la pensée du p)re fondateur& /7 Le corporatisme d'association a aussi échoué parce #ue les principes de l'or$anisation professionnelle corporative sans distinction de confession ont été /attus en /r)che par le «confessionnalisme4 prati#ué par les s1ndicalistes chrétien"sociaux& Le fait est #ue les s1ndicats chrétiens ont succom/é à la tentation de concurrencer l'Cnion s1ndicale suisse sur son propre terrain. /ien sKr. peut être considérée au8ourd'hui comme un effet indirect des initiatives du mouvement corporatiste& 'est à tort #ue les or$anisations corporatives s'1 sont opposées. accédera à la direction de la succursale lausannoise de Au/licitas avant de devenir $ouverneur du district rotarien de Suisse occidentale. si l'on 1 re$arde de plus pr)s. tout cela avait dé8à connu un dé/ut d'application sous 0ich1& 9l 1 a aussi plusieurs facteurs endo$)nes #ui expli#uent l'échec du corporatisme d'association en Suisse& a7 En mentionnera tout d'a/ord la retraite forcée de l'a//é Savo1. en sa faveur& Aourtant.

.. Erdre et 2radition. décem/re *+B+. février *+*B. à la fois pour distin$uer éla/oration et mise en Juvre de la loi. lors#u'il écrit #ue «l'esprit du corporatisme s'est finalement imposé. «Li$ue vaudoise: préhistoire d'un mouvement dans le si)cle4. sous une forme adoucie et convenant aux $randes associations du patronat industriel4& Sean"Ahilippe henaux 6?@7 R& de la Aorte.aniel Simond.7. Les 9dées de demain. #ui deviendra pasteur. épo#ue à la#uelle le terme de «'nh[run$4 a pris le pas sur celui de «!it\ir(un$4. en *+>N. Richard Aa#uier. de la#uelle sortira l''ction française< cette référence au pro$r)s. la confrérie comprend. L''ction française et la Suisse romande . deviendra constitutionnelle en *+>N avec le nouvel article ?>ter de la onstitution #ui précise «en vue de favoriser la paix du travail4& Les s1ndi#ués socialistes s'1 étaient d'a/ord opposés. :a3ette de Lausanne. Xs&l&Y. et pour #ualifier les rapports entre l'%tat et les $roupes d'intérêt & En peut donc se rallier à la conclusion d'un él)ve de Qans Clrich Sost. #ui fera carri)re à Ferne. ahier Mo *. venant d'un homme #ui proclamait /ien haut «8e ne suis #u'un anneau de la cha=ne traditionnelle4."** 8anvier *+-*& réée sur l'initiative de .endash< Les revues 6*+. Aierre Su/ilia. puis dans celui du B? 8uin *+>?. laude Aoudret. Xs&n&Y. cité in: Aierre"]ves Simonin. mémoire de licence. *. Haculté des lettres de l'Cniversité de Hri/our$. *+@*. p& *?-& 6?N7 Sean"Ahilippe henaux. entré en vi$ueur dé/ut *+>>. futur /an#uier. le onseil fédéral a décrété la force o/li$atoire des contrats collectifs de travail pour l'ensem/le d'une profession «lors#u'une ma8orité des ouvriers et des emplo1eurs le demandent4& ette prati#ue. ancrée dans l'arrêté du *er octo/re *+>*.constituait «une premi)re étape4 et #u'elle devait être «remplacée par des conventions comprenant les salaires4& En *+>*. oI elle s'élar$it notamment à 0ictor de :autard et 'lphonse !orel& 6?-7«Mous réactionnaires4. Ahilippe !aspoli. c'est en mati)re de consultation& Le premier pro8et de modification constitutionnelle finit par dé/oucher. ^ladimir Frods(1& ette confrérie trouve son deuxi)me souffle au :1mnase. et un Russe israélite. estimant #ue la force o/li$atoire des contrats collectifs n'était #u'une forme détournée de lé$islation corporative& EI le corporatisme au sens lar$e a aussi mar#ué des points. #ui dispose #ue «les $roupements économi#ues intéressés seront consultés lors de l'éla/oration des lois d'exécution et pourront être appelés à coopérer à l'application des prescriptions d'exécution4& 'est l'institutionnalisation de la consultation ré$uli)rement prati#uée depuis *+*+"*+B. al& ?.>"*+?. outre !arcel Re$ame1. était pour le moins audacieuse& . #ui ensei$nera au :1mnase et fera une carri)re littéraire. p& BB& 6?+7 Le choix de l'appellation Erdre et 2radition était"il tout"à"fait innocent_ La 2our du Ain avait or$anisé à Aaris avec deux amis des «dé8euners du vendredi4 oI na#uit l'association 2radition et Aro$r)s. sur l'ad8onction d'un article ?B.

Le mouvement chrétien"social dans le canton de :en)ve. *+?G& 6G. mémoire de licence présenté à la Haculté des lettres de l'Cniversité de Hri/our$. *+++.ieu dans la réation et la Rédemption de l'Qumanité. L''ction sociale. *+?@"*+>+. *+?G< Soseph Ailler. Hri/our$. MeuchLtel. mémoire de licence.7& 6>-7 'rnold Folle.evrient. *+GG. Sierre. *+>B& 6>G7 !ichel !illasson. tiré à part de L''ction sociale. Hri/our$. p& ?. *+??"*+?>& En peut aussi consulter: Sean"Sac#ues Hri/oulet. *+?G< !ax d''rcis. novem/re *+BN& Etonnant parcours #ue celui de Aerrier 6*--*"*+G-7: ce conseiller d'%tat et conseiller national fri/our$eois.7 La Li$ue vaudoise au travail. orporation et %tat. s& d& Xl'avant"propos est daté de *+G@Y& 6G*7 «Loi sur l'or$anisation corporative XDY4.7& 6>>7 L'or$anisation patronale corporative à :en)ve. Haculté des lettres de l' Cniversité de Hri/our$. Les réalisations corporatives en Suisse.elachaux .6>. Cniversit`tsverla$ Hrei/ur$. Miestlé. Mo *. Secrétariat social romand. de *+B. *->-"*++-. B vol& 6>@7 Sean !alher/e. à *+?@. alors #u'il devait accéder à la présidence du onseil national l'année suivante& Erdonné prêtre. Ed& universitaires. *+>*. La communauté professionnelle& Mi capitalisme."*+G*7 et le théoricien d'un % chrétien 6 ité chrétienne. «La corporation dans la Suisse politi#ue et sociale4. Hri/our$ et l'%tat fédéral: inté$ration politi#ue et sociale.omini#ue von Fur$. p& ? 6>*7 'ndré Savo1.7 'ndré Savo1. Le mouvement chrétien"social dans le canton de Hri/our$. Lausanne. Hrei/ur$. entrera dans les ordres en novem/re *+?B. in: Société d'histoire du canton de Hri/our$ 6éd&7. *+@+. pp& *-B"*--& f& aussi Uuirin ^e/er. il défendra inlassa/lement l'idée de créer des communautés professionnelles& 6>+7 Ra1mond . *+-+& 6>N7 Ernest Aerrier. «La corporation4. MeuchLtel. «La pensée politi#ue de S& Ailler: corporatisme et fédéralisme dans la perspective du /ien commun4. orporation et fédéralisme. Les ahiers de la corporation. MeuchLtel. ni communisme. préface de René Le1vra3. *+G. mem/re fondateur de la Mouvelle société helvéti#ue. ? décem/re *+*+& 6>?7 ette forte concentration de Réformés au sein de la Hédération patronale «si$nifie un élar$issement non né$li$ea/le de l'idéal corporatiste et va de pair avec une laWcisation du mouvement4 6. *+@+.& onseiller national. p& ??& 'vocat et notaire à La haux"de"Honds. MeuchLtel. Le Alan de . MeuchLtel. 9mprimerie 2& :eneux. *+?>< Sulien Lesca3e. Oorporatismus statt So3ialismus. :roupements patronaux de la Hédération $enevoise des corporations. op& cit&. il sera l'un des prieurs de La Aierre"#ui"vire 6*+G. tiré à part du Fulletin officiel des séances du :rand onseil du canton de Hri/our$.*& . Folle 6*--B"*+N?7 deviendra l'un des mem/res les plus influents du Aarti pro$ressiste national fondé en *+B. pp& B-+"?. La corporation en Suisse& Ses principes et ses méthodes. . 9mprimerie sierroise. Les tLches actuelles de la démocratie chrétienne en Suisse. *+*+& 6>B7 'ndré Savo1.

Erdre et 2radition. *++?& 6G+7 'l/ert !asnata. cf& notamment la lettre de . un à celui de MeuchLtel et un autre à celui du 0alais pour 1 lancer de nouveaux $roupements patronaux& e cahier des char$es aurait surtout visé à «l'écarter du secrétariat de la R5tisserie. pp& >?">@& . *+?*& 6G@7 Ra1mond . p& G+"@. t& 99. th)se de doctorat en droit.omini#ue von Fur$. vol& 9. «Le radicalisme face à la tentation corporatiste dans les années ?. 9mprimeries Réunies Lausanne S'. op& cit&. Schéma de l'or$anisation corporative suisse. op& cit&.& La pensée d'Eu$)ne Qir3el. pp& N-"N+& 6GB7 Elivier !eu\l1. *+?>.evrient.à *+>-. pour fin 8uin *+>B. in: 'rnold Hin( et al&.. survenu en *+>. *+@N. Ra1mond Furnat consacre deux lundis par mois au canton de 0aud.6GB7 'lfred Ai$uet. «Es#uisse d'un ré$ime d'intérêt national4. pp& ?*"?B& 6@B7 9/id&. pp& B-"B+& 6@*7 9/id&. p& ?& 6G-7 Ahilippe !aspoli. reproche aux milieux protestants avec les#uels il était en contact d'avoir donné la préférence à un secrétaire . p& @. 8anvier *+B+. B. coll& Qistoire et société contemporaines.7 !arcel Re$ame1. #ui éclate en *+>* et se traduit par le renvoi du secrétaire ouvrier 2rachsel. p& G*& 6GG7 Ra1mond . Le corporatisme et la droite en Suisse romande. Haculté de droit de l'Cniversité de Lausanne. . Haculté des lettres de l'Cniversité de Hri/our$. pp& *NN"BB?& 6G>7 Erdre et 2radition. p& G-& 6@>7 9/id&. vol& B. mémoire de licence. Aierre Rochat et Rodolphe Ru/attel4. L'or$anisation s1ndicale et corporative en 9talie. #ui présida les Er$anisations ouvri)res pendant six ans.?.& 6GN7 Ra1mond Furnat. Le mouvement chrétien"social vaudois de *+*. t& *>.upérier"Ro$er Ed$ar '1er. th)se soutenue à l'Cniversité L1on 99.8anvier *+?G& 6@. op& cit&. Haculté des lettres de l'Cniversité de Lausanne. avril *+>B. «9ndustrie et corporation4. René Le1vra3 6*-+-"*+N?7& Aortraits et com/ats d'un 8ournaliste catholi#ue en$a$é.& 6@G7 Hrançoise Lardera3. et du conflit 'l/ert 2rachsel"Ro$er Ed$ar '1er. fin *+>*. novem/re *+B@. *+>B.evrient. à cause de son opposition à l'élection de Renaud Farde4 6.upérier. *+++& 6@@7 'ndré !a1or. La corporation en Suisse. p& +@& 6@N7 En *+?N et *+?-. Mo +. Mo *.es Qelvétiens acteurs de la vie politi#ue vaudoise. p& B+7& 6@-7 Sur les détails du conflit Aierre .upérier à !$r Fesson du ?. tira$e à part du Livre d'Er de l'Qelvétia vaudoise.. in: 'ndré !a1or. mention économie politi#ue 6sous la direction de A& Foninse$ni7. p& >N& 6@?7 9/id&. B. :a3ette de Lausanne.

op& cit& 6N?7 :& Q& amerl1nc( et :érard L1on" aen. Arécis . notes de la séance des secrétaires du ? septem/re 6N. Motes de la séance des secrétaires du BN octo/re *+@> au Secrétariat Aatronal& 6N*7 Fernard Aron$ué. p& ?+B& 6N@7 'rchives de la Hédération $enevoise des s1ndicats chrétiens. avait inspiré des remar#ues criti#ues à plusieurs mem/res du onseil des orporations& 'insi. S1ndicats. in: a contrario. p& **& 6N>7 Sean"Aierre Le rom. Ed& 'ntipodes. préface de Ro/ert E& Aaxton. deviendra administrateur du ourrier de :en)ve& 6@+7 Ahilippe Qu/ler.endash< 0ich1 et le corporatisme. apr)s avoir diri$é le Secrétariat du artel vaudois des or$anisations chrétiennes"sociales et corporatives.roit du travail. novem/re *+?@< Hrançoise Emmene$$er. Haculté des lettres de l'Cniversité de Hri/our$. 9mprimerie La Fonne Aresse. le *N 8uin *+>B. Lausanne. atholicisme social. mémoire de licence. **e éd&. *+->.?& 6N+7 Ahilippe !aspoli. Aaris. «Le s1st)me de consultation en Suisse: es#uisse réflexive d'une anal1se empiri#ue4. p&*BG& . *+@>& entre Aatronal. op& cit&.evrient. il «estime en conscience #ue les catholi#ues ne peuvent pas accorder leur confiance au mouvement corporatif ouvrier vaudois dans son état actuel4& 2rachsel. 0ol& *.7 Ahilippe Qu/ler. Mo *. à Lausanne& omité de la Hédération romande des corporations du *@ avril 6N-7 En lira avec profit l'article de Seremias Flaser. l'a/sence totale de directives doctrinales et les influences anticatholi#ues #ui s'exercent de l'extérieur4. !asnata avait #ualifié le document d'«acte révolutionnaire4 et relevé #ue l'institution du s1ndicat uni#ue était contraire à la doctrine de l'C S préconisant «le s1ndicat li/re dans la profession or$anisée4 6A0 de l'assem/lée du onseil des orporations du *N 8uin *+>B7& 6NB7 Ra1mond . . p& +@& 6NN7 A0 de la séance du *+>?. Les Editions de l''telieraEditions ouvri)res. *++G& 6NG7 9/id&. *---"*+>+. *+@-. nous voilàZ . p& @@& Encore faut"il remar#uer #u'une présentation de la harte française du travail faite par le secrétaire ad8oint des :roupements patronaux Sean"Sac#ues Oaspar. Aorrentru1. B. in: Le mouvement chrétien"social à :en)ve de *+*+ à *+?@. hors commerce 6che3 l'auteur7. préface de René Le1vra3. corporatisme et s1ndicalisme chrétien en Suisse romande. *+@+. B.«déma$o$ue et frontiste4 6'1er7 contre un secrétaire catholi#ue 62rachsel7& « onnaissant les intri$ues #ui ont mis le mouvement sous le pouvoir de !r& '1er.allo3. au Secrétariat ouvrier de la :rotte..