Vous êtes sur la page 1sur 3

La lettre de motivation répond à certaines règles précises, qu’il convient de

respecter à peine de faire dans l’originalité. Et l’originalité, c’est mal : “être


original, c’est se marginaliser”, affirme Steve V., recruteur chez Global Fucking
Consort. Classiquement, la bonne lettre de motivation doit être rédigée en
trois parties bien distinctes.

En première partie, le candidat prendra tout d’abord soin de définir clairement


l’objet de son courrier. Les recruteurs reçoivent les lettres de motivation à la
tonne, dans des big-bags de La Poste livrés par hélicoptère : finir sur la bonne
pile c’est donc permettre au lecteur de savoir, d’un simple coup-d’oeil, de quoi
il s’agit.

Madame, Monsieur,

Si je m’emmerde à vous écrire une lettre que vous ne lirez probablement


jamais, c’est que j’ai l’immense honneur de vous faire part de ma modeste
candidature au poste de Responsable Corporate du service archivage de post-
its.

Le corps de la première partie consistera à parler de l’entreprise : ce qu’elle est,


ce qu’elle représente, combien elle fait de CA, quels sont les noms de ses
salariés, quel est le con qui s’est offert un étui pénien pendant le dernier
voyage du CE au Philippines et enfin quel est celui qui a dégueulé sur la DRH
lors du pot de départ de Momo, le magasinier.

Votre société, leader sur le marché du [flexible de douche] [chauffage à


pétrole] [sextoy] (merci au recruteur de rayer la ou les mentions inutiles) est
une entreprise somme toute ambitieuse, comme les autres me direz-vous, mais
à ceci près qu’on a immédiatement envie de travailler pour elle. En effet, au
hasard de mes visites au Pôle emploi sis dans la zone d’activité « La
Boursouflade », je suis tombé sur vos locaux, un empilement de préfabriqués
dont la majesté m’a immédiatement inspiré l’envie irrépressible de participer
au formidable projet économique qu’il abrite.

On remarque que le candidat utilise ici opportunément une simple observation


fortuite au cours d’un voyage en bus pour appuyer son descriptif. Comme quoi
il n’est pas toujours nécessaire d’aller très loin : au moins que les rendez-vous
avec le conseiller soient utiles à quelque chose. Mais le candidat peut aussi
jouer de franchise, les recruteurs apprécient… parfois :

Vous m’excuserez par avance de ne pouvoir vous transmettre avec fidélité


l’incroyable motivation qui m’habite, mais vous comprendrez qu’à 150
candidatures par semaine, mon imagination commence à s’émousser et qu’il
devient toujours plus ardu de trouver des conneries à raconter sur des
entreprises dont je ne sais foutrement rien.

En seconde partie, la candidat s’attachera à évoquer le poste proposé et les


fonctions qui y sont attachées, pour démontrer en quoi l’emploi est susceptible
de l’intéresser :

Quant au poste proposé, je dois vous dire qu’à la lecture de l’annonce j’ai chié
sous moi, tant il appert que le niveau de responsabilité est stratosphérique.
Comment pourrait-il en être autrement lorsqu’on exige du candidat qu’il soit
titulaire d’un triple Master en Droit comparé, en Chinois littéraire et en
Ingénierie des systèmes de rectification de soupapes, qu’il ait une expérience
d’au moins 10 ans à un poste équivalent et qu’il ait un véhicule ?

Tout s’explique lorsqu’on prend connaissance du niveau de salaire, de nature à


provoquer une érection chez n’importe quel demandeur d’emploi : 8,71 euros
de l’heure. C’est à se demander comment votre entreprise peut être rentable
en offrant de telles rémunérations à ses collaborateurs. Et puisqu’il se trouve
que, par un heureux hasard, des ciseaux, un peu de colle et une imprimante, je
présente toutes ces qualifications, je n’ai pas pu résister à l’envie de
candidater, dans l’espoir de gagner beaucoup d’argent.

Enfin, en troisième et dernière partie, le candidat devra parler de lui, de ses


compétences, et dire en quoi il serait un plus pour l’entreprise :

Me concernant, mon parcours est certes atypique mais atteste de ma


flexibilité. Suite à l’obtention de mon Doctorat, je me suis résolument tourné
vers un secteur d’avenir, celui de la restauration en entreprise. Au service de la
SAS FOUTREX, malheureusement en liquidation judiciaire suite à un contrôle
inopiné de la répression des fraudes, j’ai pu développer mon sens inné du
contact avec des professionnels de tous horizons, ainsi que mes facultés
d’organisation, le bac à purée devant impérativement se situer entre les
paupiettes de veau et le gratin de choux-fleurs pour éviter la combinaison des
relents putrides. Puis j’ai saisi au vol l’occasion de diversifier mes savoirs en
acceptant un poste de Responsable-comptable de caisse chez Carrefour à 10
heures par semaine, qui m’a fait aimer le contact avec l’argent.

Le candidat peut terminer sur une note plus personnelle, de quoi susciter la
sympathie chez le recruteur, sans toutefois abuser de ce genre d’artifices :
D’un naturel enjoué, voire franchement rigolard, je suis persuadé que vous
apprécieriez ma collaboration grivoise, puisqu’il y a toujours une secrétaire à
harceler sexuellement, histoire de détendre un peu l’atmosphère chez les
commerciaux.

Ne pas omettre la formule de politesse :

Je reste à votre entière disposition pour un éventuel entretien. Gros bisous.

Et voilà, votre lettre de motivation est fin prête. Il ne vous reste plus qu’à
l’envoyer et à attendre l’appel du recruteur. Écoutez-bien : on entend déjà les
câbles téléphoniques qui bruissent de l’excitation de votre futur employeur.
Inutile de remercier la rédaction, c’est cadeau !