Vous êtes sur la page 1sur 24

Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa

Édition du 8 septembre – Volume LXXVII No 2

ARTS ET CULTURE

Une Semaine 101...

PhotoThibaut Baron

CNA
Découvrir les arts
à bas prix!
SPORTS

sans v-p social Football


Western 32
Photo Romain Guibert

Photo Mathieu Langlois Ottawa 17


le 8 septembre 2009

Mathieu Gohier
actualites@larotonde.ca

FÉUO
Actualités
Le v-p aux affaires sociales a donné sa
Jean Guillaume quitte ses
fonctions dans la controverse.
démission le 1 septembre
Mathieu Gohier forcé à démissionner », a-t-il lancé.

L
Pour sa part, Wolfe soutient qu’il
e 1er septembre dernier, à n’a pas personnellement demandé
quelques jours à peine du la démission du v-p aux affaires
lancement de la Semaine sociales. En ce qui a trait aux pres-
101, Jean Guillaume, vice- sions que Guillaume affirme avoir
président aux affaires sociales, re- subies, Wolfe n’a pas voulu émettre
met sa démission, effective immé- de commentaire. « Cette situation
diatement. est vraiment complexe et je ne suis
La démission du v-p aux affai- pas professionnel dans le domaine
res sociales se fait sur un fond de des droits », s’est défendu Wolfe.
controverse. Sans vouloir identifier Le président de la FÉUO avance

« On m’a forcé à démissionner. »


- Jean Guillaume
la nature des plaintes enregistrées toutefois que d’autres informations
contre Guillaume, Seamus Wolfe, seront données plus tard concer-
président de la Fédération étudian- nant ce dossier.
te de l’Université d’Ottawa (FÉUO),
admet qu’un dossier avait été ouvert Une démission évitable?
dans le cas de l’ex-v-p aux affaires
sociales. Lorsqu’il lui a été demandé C’est suite à une réunion de mé-
si des plaintes avaient été déposées, diation, convoquée mardi dernier et
soit par des employés du bureau de qui a de toute évidence échoué que
la FÉUO ou des membres de l’exé- Guillaume a remis sa démission. Le
cutif, Seamus Wolfe n’a pas voulu contenu de la médiation, qui oppo-
émettre de commentaire. On sait sait Guiullaume au reste de l’exécu-
toutefois que Marc Labrosse, avocat tif de la FÉUO, n’a toutefois pas été
de la FÉUO, est au courant du dos- divulgué.
sier. Le vice-président démission-
naire avance de son côté que des Pas le bon moment
plaintes ont été formulées contre
lui, mais n’a pas voulu détailler la La démission de Jean Guillaume
nature ni la provenance de celles-ci. survient à un moment critique. En
effet, l’organisation de la Semaine
« Pas de commentaire » 101 relève du vice-président aux
affaires sociales, et la démission de
Alors qu’on ne peut confirmer celui-ci complique quelque peu la
si des plaintes avaient bel et bien situation. Le v-p démissionnaire
été enregistrées à l’endroit de Jean avance cependant que la qualité
Guillaume, Seamus Wolfe affirme des activités offertes ne devrait pas
que sa relation avec ce dernier était être affectée. Même son de cloche
bonne. « Moi est Jean sommes des du côté du président de la FÉUO,
amis, on est assez proche », a-t-il qui affirme que les événements de
confié. Il n’a cependant pas voulu la Semaine 101 ne seront pas per-
émettre de commentaire quant à turbés par la démission soudaine de
la relation que le v-p aux affaires Guillaume. « On est prêt », main-
sociales entretenait avec ses autres tient Wolfe.
collègues de l’exécutif. Interro-
gées à ce sujet, Michèle Lamarche Élection partielle
et Julise Séguin, vice-présidentes
aux affaires étudiantes et aux com- La FÉUO a émis pas voie de
munications respectivement,n’ont communiqué que des élections
également pas voulu commenter partielles se tiendront dans les
leur relation avec leur ancien col- plus brefs délais. Les réunions du
lègue. Conseil d’administration seront
Jean Guillaume, quant à lui, levées pour une période tempo-
avance que des pressions ont été raire en raison des échéanciers
faites de la part des membres de serrés de la Semaine 101 ainsi que Photo Mathieu Langlois
l’exécutif de la FÉUO: « On m’a de l’élection partielle. Jean Guillaume quitte son poste de v-p aux affaires sociales de la FÉUO

2 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 8 septembre 2009 Actualités
COMMERCES ÉTUDIANTS

Clientèle partie en fumée au Pivik


Éric Perron liste d’employés est passée de 16 à 12 nible le semestre prochain en vue de
noms. Les clients qui autrefois ache- promouvoir les services offerts par
La victoire du OUI pour un « cam- taient leurs cigarettes à cet endroit le comptoir étudiant. De son côté,
pus sans fumée » a engendré d’im- préfèrent maintenant faire leurs pro- Dubois se dit très confiante en l’ave-
portantes pertes de revenus pour le visions aux comptoirs environnant nir du commerce. « L’idée c’est d’of-
Pivik, commerce de la Fédération l’Université. « C’est un service perdu frir des produits aux étudiants selon
étudiante (FÉUO), qui ne peut plus pour les étudiants, estime Aubert. leurs capacités financières. C’est sûr
désormais vendre de produits du L’argent perdu va directement aux que pour l’instant, ça fait mal, mais
tabac. Ce changement majeur sur grandes chaînes de magasins. » on s’adapte! » conclut-elle.
le campus est survenu l’an dernier
suite à un référendum inclus dans le Restructuration Naissance du projet
bulletin de vote des électeurs lors des
élections de la FÉUO. Depuis lors, Le Pivik a mis de l’avant plusieurs Un article publié dans La Ro-
notre dépanneur du Centre univer- projets pour redresser sa situation tonde le 17 novembre dernier traite
sitaire est la proie de nombreuses économique. Le plus important du le début du projet. La campagne
plaintes et de mécontentement. est l’implantation d’un dépositaire était menée par les étudiants Sarah
Roxane Dubois, v-p aux finances de Capital Tickets pour vendre et Burke et Ryan Kennery, le tout in-
de la FÉUO, estime la perte an- dépendamment de la FÉUO. Elle
nuelle due à l’abolition de la vente
de paquets de cigarettes à 50 000$.
« C’est un service perdu comportait deux questions: la vente
de produits du tabac sur le campus
« C’est suffisant pour déterminer
si nous sommes dans le vert ou le pour les étudiants » et le droit d’y fumer. Le groupe a
tout d’abord obtenu le nombre suf-
rouge », affirme-t-elle. fisant de signatures pour qualifier la
Nicolas Aubert, gérant du Pivik
depuis janvier, est déconcerté face à
- Nicolas Aubert question pour les élections généra-
les de février dernier. Par ailleurs,
la situation. « Les clients le prennent promouvoir la vente de billets des les résultats pour « campus sans
très mal. Du coup, ils ont une plus Gee-Gees. Les clients pourront fumée » étaient les suivants: OUI :
grande distance à marcher », déplo- également acheter des places pour 5993 NON : 1680. L’une des clauses
re-t-il. Ayant perdu 12% à 16% de ses les matchs des Sénateurs ainsi que de la Constitution de la FÉUO oblige
recettes, toujours selon Aubert, le d’autres événements. Le tout sera le syndicat à appliquer toute motion
commerce n’a du coup plus besoin mis en place dès la semaine pro- ayant obtenu une majorité lors d’un Photo Mathieu Langlois
de fonctionner avec trois caissiers. Sa chaine. Un site internet sera dispo- référendum. Perte importante de revenus pour le Pivik

TECHNOLOGIE
L’Université à l’ère du Web 2.0

Photo Facebook
Comment se sert l’Université des nouvelles plateformes technologiques ?

Camila Juarez obstacles auxquels l’Université fait che de Facebook, il y a plusieurs est similaire. Rien n’est centralisé. que d’autres niches à exploiter où
face sont le manque de ressources réseaux, groupes, etc., qui appa- Les professeurs, les étudiants et le les gens pourraient s’informer da-
Le Web 2.o et l’Université? financières, le manque de person- raissent avec ce nom sur l’écran. personnel sont libres d’y partici- vantage sur l’Université. La clien-
nel et le manque d’une manière On est alors porté à croire que per personnellement. Cependant, tèle ciblée est illimitée: étudiants,
Tout comme d’autres universités à efficace de gérer le bilinguisme l’Université est bel et bien pré- avant de s’y lancer, l’administra- professeurs, le personnel et le grand
travers le monde, l’Université d’Ot- sur ces nouvelles plateformes. Par sente, mais ce n’est qu’une illu- tion veut connaître sa clientèle et public.
tawa fait face à de nouveaux défis ailleurs, il nous rappelle que l’Uni- sion. En réalité, chaque faculté, les avantages qu’elle peut en tirer. L’Université envisage une ex-
dans l’ère du Web 2.0. Elle se trouve versité a beau essayer de s’intro- département, cours et ainsi de Ces outils de réseautage sont pansion de sa présence sur le web.
dans une situation quelque peu in- duire sur de tels réseaux, mais il suite peut créer par lui-même un également un moyen de faire de la Si elle essaie avant tout de trouver
confortable. Pourquoi? Le Web 2.0 faut aussi prendre en considération compte Facebook et porter le nom publicité. Les personnes qui sont des façons de débuter et de mainte-
est interactif, alors pour vraiment la résistance que certains étudiants de l’Université, sans toutefois faire présentes sur Facebook et Twitter nir un dialogue avec sa population,
en tirer profit, il est nécessaire de peuvent démontrer envers ces nou- l’objet de quelque contrôle ou sur- font d’une façon ou d’une autre de ce ne sont pour l’instant que des
constamment y participer et de le veaux outils de l’Université. veillance que ce soit de la part de la promotion personnelle. En ex- sujets de discussion qui pourraient
surveiller. Pour ces raisons, les pla- l’administration. L’Université pos- posant leurs pensées, leurs photos, prendre de l’ampleur après plus
teformes de réseautage telles que L’Université est-elle ou non sède bien un profil sur Facebook leurs sites favoris et leurs contacts d’analyse. Cependant, nous rap-
Facebook et Twitter causent bien présente sur ces nouveaux – profil qui, malheureusement, a au grand public, elles peuvent in- pelle Kohan, il est essentiel d’avoir
des maux de tête aux institutions médias? un taux de participation très bas, viter le monde entier à les vision- accès à une augmentation des res-
académiques. mais sur lequel certaines fonctions ner. L’Université recherche par ces sources financières ainsi que de la
D’après Jim Kohan, gestionnai- Voici ce qui porte à confusion. connaissent du succès, comme les intermédiaires à donner accès à la main-d’œuvre pour voir un projet
re du marketing électronique de Lorsqu’on tape « Université d’Ot- forums de discussion. Pour ce qui communauté étudiante à plus d’in- d’une telle ampleur être mis de
l’Université d’Ottawa, les plus gros tawa » dans le moteur de recher- en est de Twitter, eh bien l’histoire formation à son sujet. Ce ne serait l’avant.

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 3
Actualités le 8 septembre 2009

Début d’année mouvementé pour fédé occupée


Entretien avec Julie Séguin, vice-présidente aux communications de la FÉUO
Mathieu Gohier enjeux étudiants. Les frais universi- rents espaces sur le campus pour les
taires sont gratuits presque partout étudiants. Pour cette année, on veut
La Rotonde: Les enjeux seront mul- en Europe, pourquoi les étudiants mettre de la pression afin que les
tiples cette année, j’imagine ; quels canadiens devraient-ils s’endetter étudiants soient en mesure de plus
sont les principaux que la Fédéra- pour étudier? Ça n’a pas de sens! utiliser leur Centre universitaire.
tion étudiante de l’Université d’Ot-
tawa (FÉUO) a identifiés? LR: La notion écologique a beau- LR: L’expérience aidant, quelles
coup été mise de l’avant au cours sont les choses que l’exécutif sou-
Julie Séguin: En effet, les enjeux des dernières années. Qu’en est-il haite faire différemment cette an-
pour cette année sont multiples ; le pour cette année? née?
premier traité est celui de la limite
d’âge qui avait été imposée par OC JS: Toutes nos actions se feront de la JS: Par le passé, nous avons eu ten-
Transpo. Nous sommes contents que façon la plus verte possible. Le déve- dance à vouloir trop en faire et nr
la limite de 28 ans ait été annulée loppement durable est vraiment au pas assez déléguer aux bénévoles.
par le Comité des transports, mais centre de nos préoccupations. Des En impliquant plus ceux-ci, cela va
le Conseil de ville peut toujours re- étudiants travaillent à la création favoriser la création d’un sentiment
venir sur cette décision. Nous reste- d’une coopérative de vélo. Notre ob- d’appartenance sur le campus.
rons évidemment à l’affût. La FÉUO jectif est de faire diminuer le nom-
prépare également une évaluation bre de véhicules à moteur utilisés LR: En terminant, quels sont les
des conseillers municipaux lors de par les étudiants. On souhaite aussi projets particuliers pour intégrer les
leur vote sur les enjeux étudiants. éliminer les sacs de plastiques sur le francophones à la vie du campus?
campus ; même les commerces qui
LR: Comment se déroulera la cam- n’appartiennent pas à la FÉUO em- JS: Nous comptons nous servir au
pagne « À bas les frais », cette an- boîtent le pas, comme c’est le cas de maximum du Fonds de la franco-
née? la pharmacie du campus. phonie. Ce dernier est doté d’un
budget d’environ 5000$ et servira à
JS: L’approche, cette année, sera plus LR: Il a également beaucoup été financer et à augmenter la visibilité
large. Nous allons travailler avec di- question de la commercialisation du des activités francophones et bilin-
vers syndicats, dont celui de la fonc- campus dans les dernières années. gues. Il y a également la création
tion publique canadienne (SCFP), Quel est votre plan pour l’année à du Caucus francophone à la Fédé-
ainsi qu’avec l’Association of Com- venir? ration canadienne des étudiants et
munity Organizations for Reform des étudiantes de la section Ontario
Now (ACORN). Notre approche sera JS: Nous travaillons de concert avec (FCÉÉ-O), qui sera un outil très uti- Photo Mathieu Langlois
basée sur une lutte générale à la pau- l’Association des étudiants diplômés le pour faire valoir les intérêts des Les projets de la FÉUO sont multiples cette année encore
vreté, tout en mettant l’accent sur les (GSAÉD), afin de récupérer les diffé- francophones.

Revue de presse universitaire


François-Olivier Dorais

tirées des machines distributrices, l’admi- ment monté un scénario d’enlèvement dans le L’Université de Montréal forcée de se
nistration universitaire a accepté, suite aux but de se procurer un billet d’avion pour Du- rétracter
pressions exercées par l’association étudiante baï – une situation d’autant plus problémati-
de l’institution, d’installer des fontaines à dif- que que l’étudiant devait comparaître en cour Dans la foulée du dossier des cotisations
férents endroits stratégiques sur le campus au le 15 septembre prochain pour faire face à des automatiques non obligatoires (CANO – un
cours de la session automnale. accusations de vol d’équipement dans le cadre fonds alimenté par des frais technologiques
d’un stage d’été chez IBM Canada. maintenant non obligatoires payés par la po-
Un étudiant de l’Université de Toronto pulation étudiante), la gestion de l’U de M
accusé d’avoir simulé son propre enlè- Un professeur de l’Université Ryerson s’est vue critiquée par la ministre de l’Édu-
vement accusé de fraude cation du Québec, l’ombudsman de l’U de M
ainsi que les associations étudiantes. Le prin-
Disparu pendant trois jours après son dé- Sheldon Reinsilber, professeur, coordon- cipal sujet de contestation: la hausse des co-
part pour Scarborough, Furqan Muhammad- nateur et instructeur à la School of Child and tisations et l’abolition du droit de se les faire
Haroon avait appelé ses parents depuis sa voi- Youth Care de l’Université Ryerson, doit se rembourser sur le Web. Cet été, l’Université a
ture en disant que trois hommes de race noire rendre en cour le 8 septembre prochain suite donc été contrainte de négocier avec la Fédé-
Vente d’eau embouteillée interdite à le poursuivaient avec une arme à feu. Après à son arrestation par la police de Toronto en ration des associations étudiantes de l’Uni-
l’Université de Winnipeg que la famille eût convoqué une conférence de juin dernier pour fraude et blanchiment d’ar- versité de Montréal (FAÉCUM) pour trouver
presse appelant au retour de leur fils et que la gent. Reinsilber est accusé d’avoir entretenu, un terrain d’entente. L’accord conclu prévoit
À compter du mois de septembre 2009, police eût mené une petite enquête, les auto- avec un complice, un système de fausse fac- une remise en ligne de la procédure de rem-
les étudiants de l’Université de Winnipeg ne rités de la région de Niagara arrêtèrent fina- turation d’avril 1999 à février 2007, totalisant boursement, mais le montant de la CANO est
pourrons plus acheter d’eau embouteillée sur lement le jeune étudiant de 22 ans en génie un montant de 2 000 000$ volé principale- majoré de 50% par rapport à la session d’hi-
leur campus. Alors que toutes les bouteilles électrique près d’une mosquée à St. Cathari- ment à un hôpital communautaire basé à To- ver 2009. Un dossier à suivre dans Quartier
d’eau sont présentement en train d’être re- nes. Muhammad-Haroon aurait apparem- ronto et à Durham. libre.

www. .ca

4 • www.larotonde.ca actualites@larotonde.ca
le 8 septembre 2009 Actualités
AVIS D’EMPLOI : POSTE DE DIRECTION GÉNÉRALE
LES PRODUCTIONS LA ROTONDE INC

Employeur : Les publications La Rotonde inc.


Type d’emploi : Contrat, temps partiel
Durée : 1 an
Lieu : Ottawa , Université d’Ottawa
Salaire : selon l’expérience, bien rémunéré
Université d’Ottawa
DESCRIPTION DE TÂCHE:

La direction générale doit assurer la reddition des comptes auprès du conseil d’administration.
Aidez-nous à
Au quotidien, la direction générale assure la bonne gestion financière, l’administration générale améliorer votre
ainsi que l’encadrement des ressources humaines. Il/Elle est également responsable de
$ programme
0
5à g0agner!
l’organisation de l’Assemblée générale annuelle de La Rotonde inc. La direction générale doit,
tout au long de l’année, assurer la promotion des intérêts de La Rotonde dans la communauté
ainsi qu’auprès de ses partenaires. Vous êtes en troisième ou
EXPÉRIENCES / COMPÉTENCES
en quatrième année dans un
des programmes suivants?
- Expérience en gestion et/ou administration générale
t"ENJOJTUSBUJPOEFTBSUT  
o Élaboration d’un budget annuel t4DJFODFTTPDJBMFT HÏOÏSBM
 
o Planification stratégique t²UVEFTDBOBEJFOOFT  
o Gestion de personnel
t²UVEFTNÏEJÏWBMFT  
- Compétences informatiques t+PVSOBMJTNF   
t4DJFODFTCJPNÏEJDBMFT  
o Excel
t4DJFODFTEFTSFMJHJPOT
o Logiciel de traitement de texte

CONNAISSANCES / ATOUTS Si oui, participez à l’évaluation des


programmes de premier cycle et courez
- Enjeux/ acteurs du campus de l’Université d’Ottawa la chance de gagner 500 $.
- Habiletés en relations publiques
- Enjeux journalistiques Pour en savoir plus, surveillez votre
boîte aux lettres électronique uOttawa.ca
QUALITÉS RECHERCHÉES le 21 septembre 2009.
- Travail d’équipe Respect de la diversité
- Sens de l’initiative Flexibilité (horaire) Questions ou
- Maîtrise de la langue française et connaissance de l’anglais commentaires ?
Communiquez avec
Pour plus d’information consultez www.larotonde.ca
Hélène Lacroix au
POUR DES DEMANDES DE RENSEIGNEMENTS COMMUNIQUEZ AVEC
613-562-5954
Caroline Bouchard
direction@larotonde.ca

COMITE DES
CAMPAGNES

actualites@larotonde.ca www.larotonde.ca • 5
Arts et Culture
le 8 septembre 2009

Sonia Noreau
culture@larotonde.ca

Humains monstrueux
CINÉMA ÉMERGENT

ou monstres humains ?
Projet de moyen métrage dans la région de l’Outaouais: un film surréaliste à venir !
Caroline Bouchard d’un bord et de l’autre. Qui plus six réalisateurs de la région. Le ci- il s’agit là d’une collaboration très tera également sa chance dans les

G
est, il est très difficile d’avoir des néaste bénéficie également d’une importante en termes de mentorat festivals internationaux.
uillaume Loslier-Pinard bénévoles fiables », explique-t-il. Il subvention du groupe « Jeunes vo- ainsi que de support tout au long de
vous propose un monde semble que la création d’un tel pro- lontaires ». Cette forme de subven- la pleine réalisation du projet. Avis de recherche
tordu et décalé devenu jet demande de nombreuses res- tion est émise par le Gouvernement
réalité. Ce jeune cinéaste sources et, surtout, la collaboration du Québec et vise à encourager les Médias émergents Avis aux intéressés, le projet est
émergent débute son premier moy- de plusieurs acteurs. initiatives des jeunes qui ont dé- encore à la recherche d’acteurs.
en métrage ici en Outaouais. Imag- Guillaume Loslier-Pinard a déjà cidé de se dédier entièrement à leur Loslier-Pinard a choisi l’Outaouais Des auditions se tiendront à la
inez, tissés dans un même scénar- pour réaliser son film. Selon lui, la Cour des arts, à Ottawa, du 11 au
io ,un cadavre tatoué, une ruée vers
l’or, un boucher et son ami docteur,
« Pour les personnages principaux, il est trop difficile région comprend de nombreux
lieux incomparables et idéaux pour
13 septembre. Les auditions sont
ouvertes à tous, car même si les
une femme enceinte et congelée –
le tout cousu par un mystère nous d’être humains et trop facile d’être monstres. » ce genre de tournage et il est im-
portant de développer ce genre de
personnages principaux sont mas-
culins, plusieurs rôles secondaires
tenant en haleine jusqu’à la fin. Tel projet afin d’encourager le dével- sont féminins. Qui plus est, le projet
est le défi que veut relever Loslier- - Guillaume Loslier-Pinard oppement artistique de la région. nécessite toujours la participation
Pinard avec son film intitulé Ni hu- Qui plus est, l’Outaouais offre de de techniciens, maquilleurs, cos-
mains ni monstres. reçu plusieurs formes de support. projet. Finalement, Loslier-Pinard nombreux festivals de cinéma, ce tumiers ainsi que d’assistants à la
Il est appuyé par le Club Saw, entre collabore avec le réalisateur Salah qui est idéal pour la projection de production. Voici votre chance de
Une idée germée autres, qui lui fournit l’équipement El Oulidi, récipiendaire de prix films « émergents ». De plus, si le participer au développement des
nécessaire pour la réalisation. An- émérites en réalisation sur la scène jeune réalisateur a l’intention de médias émergents dans la région de
Lors d’un voyage autour du née après année, le Club sélectionne internationale. Pour le jeune artiste, faire sa marque au Canada, il ten- la Capitale nationale!
monde, Guillaume Loslier-Pinard
s’est mis à l’écriture d’un roman.
C’est suite à la rédaction de ce livre
qu’est né le concept de Ni humains
ni monstres. D’un naturel conteur,
l’auteur a transporté La Rotonde
dans son univers à « l’atmosphère
étrange ». Comme lorsqu’on racon-
te toute bonne histoire, débutons
par le début. Il s’agit de l’histoire
« d’un boucher qui fait congeler sa
femme lorsqu’elle devient enceinte.
Ce dernier trouve un cadavre tatoué
et une fortune en pépites d’or sur
le bord de la route. Il va vouloir
s’assurer de la provenance de la
fortune en suivant un tireur de wag-
ons suspect. Son ami docteur, qui a
de sérieux problèmes relationnels,
fit son enquête de son côté. Il prend
lui aussi la route de l’exploration
de son passé ». L’auteur nous as-
sure que malgré l’excentricité de
son synopsis et l’atmosphère sur-
réaliste, le film sera tout de même
accessible au grand public. « Pour
les personnages principaux, il est
trop difficile d’être humains et trop
facile d’être monstres », affirme
Loslier-Pinard lorsqu’il explique
l’univers dans lequel évoluent les
protagonistes.

Petit budget pour gros projet

Selon le jeune artiste, la produc-


tion, la réalisation et la création
d’un court métrage, les coûts sont
souvent très importants. « Ce que
les gens ne réalisent pas, c’est la
quantité de bureaucratie qui ac-
compagne chaque petite poche
Photo Guillaume Loslier-Pinard
d’argent que l’on réussit à obtenir Nouveau tournage cinématographique en Outaouais

6 • www.larotonde.ca culture@larotonde.ca
le 8 septembre 2009 Arts et Culture
CNA
Découvrir les arts à bas prix! Quelques changements est encore de 11$ vu que c’est plus
difficile économiquement », ajoute
Ce programme a été l’object d’un l’agent de communication. Ce sont
grand changement cette année. 80% des spectacles qui resteront ac-
Alors qu’ils devaient auparavant se cessibles via « Buzz en direct ».
procurer une carte de membre, les
étudiants intéressés doivent main- 40 ans déjà!
tenant s’inscrire sur le site www.
buzzendirect.ca. Dorénavant, ceux- La saison 2009-2010 du CNA
ci vont être inscrits dans une base souligne son 40e anniversaire. Pour
de données et pourront acheter commencer cette nouvelle saison,
leurs billets directement sur Inter- il y aura la pièce Littoral de Wajdi
net ou aller les acheter à la billette- Mouawad, qui sera présentée du 15
rie (www.nac-cna.ca). Par ailleurs, « au 19 septembre 2009. La pièce dé-
le CNA est rendu à l’air du Web 2.0 bute avec un jeune homme, qu’on ap-
», dit Couturier, qui nous apprend pelle en plein milieu de la nuit pour
que le CNA a une page Facebook, lui annoncer que son père est décé-
est sur Fkickr et même sur Twitter. dé. « C’est une bonne porte d’entrée
Il est également possible de recevoir dans le programme “Buzz en direct,”

« Le CNA est rendu à l’air du Web 2.0 »


- Hugo Couturier
des informations sur les spectacles à car c’est une pièce de théâtre en fran-
l’affiche par texto chaque lundi midi. çais qui est fantaisiste et amusante »,
Photo Thibaut Baron
« Buzz en direct » revoit ses méthodes de vente. De plus, les étudiants auront l’op- souligne monsieur Couturier.
portunité de s’inscrire à un grand « Buzz en direct » est une manière
Nedggy Mauricin Offre importante pour les étu- d’offrir aux étudiants [des billets de tirage qui leur fera courir la chance simple et économique pour commen-
diants spectacle] à un prix le plus abordable de gagner un iPod Nano. cer à voir des spectacles: c’est même
Qui n’a jamais entendu parler du possible », explique Hugo Couturier, Cependant, quelques éléments moins cher qu’aller voir un film au ci-
programme qu’offre le Centre Le CNA offre aux étudiants à agent de communication du Théâtre demeurent intactent. Les billets « néma! De plus, c’est une opportunité
national des Arts (CNA) aux étu- temps plein entre 13 et 29 ans d’as- français du CNA. Ceci est une occa- Buzz en direct » sont en vente, la de découvrir des artistes d’envergure
diants? Qui pense encore que voir sister à des pièces ou des spectacles sion pour eux de voir les pièces de veille d’un spectacle dès l’ouverture nationale et même internationale
des pièces de théâtre ou voir des de danse pour 11$. Le programme « théâtre françaises ou anglaises ou les de la billetterie à 10h et jusqu’à 18h sans débalancer son budget. Pour
spectacles de ballets comme Cas- Buzz en direct », qui fête cette année spectacles de danse et de chant qui le jour même de la représentation plus d’information, rendez-vous sur
se-noisette est trop dispendieux? son 10e anniversaire, est une façon « les intéressent. de ce spectacle. « Le coût des billets www.buzzendirect.ca.

DÉPARTEMENT D’ARTS VISUELS

Résistance
Sonia Noreau Les cours qui se donnent au Dé- choisissent les élèves. En effet, les
partement d’arts visuels sont variés, professeurs ont un droit de veto
Le Département d’arts visuels est passant de la peinture à la photo en sur l’admission des étudiants à

plastique abrité dans l’un des plus beaux


édifices de l’Université d’Ottawa.
Situé devant le café Nostalgica, il
attire pourtant peu les regards. La
noir et blanc, en mouvement ou en-
core en films. Cependant, comme
le confie Philippe Croteau, adjoint
scolaire au Département d’arts vi-
leurs cours. Cette façon de faire
est en place pour maintenir un
niveau d’excellence chez tous les
étudiants. Le but est de ne pas pé-
population étudiante, ne sachant suels, à La Rotonde, les cours vont naliser ceux qui sont déjà entrés.
pas vraiment ce qui s’y trame, au-delà de la technique, puisqu’on Pour être admis au Département,
passe devant sur une base quoti- y apprend à « traduire un message une bonne moyenne et une lettre de
dienne sans y entrer. Pourtant, par le visuel ». Oubliez les cours recommandation ne suffisent pas. Il
ce département est l’un des plus d’arts plastiques du secondaire où faut en outre passer une entrevue et
intrigants du campus. En partie tous reproduisent sans enthousias- soumettre un portfolio aux profes-
à cause de ce qui s’y passe, mais me des images pré-choisies: les étu- seurs du Département qui détermi-
aussi à cause du fonctionnement diants en arts visuels à l’Université nent qui mérite d’entrer ou pas. Un
du Département. Dans une univer- d’Ottawa apprennent les mécanis- certain niveau de talent est donc de
sité qui tend de plus en plus vers mes pour aller plus loin. Qualifiant rigueur.
la commercialisation des classes et le Département pour lequel il tra-
dans un contexte social ou l’art n’a vail d’« institution du savoir et pas Le contexte
qu’un petit public, le Département de formation », Croteau explique à
d’arts visuels résiste. La Rotonde que l’accent est plutôt Le Département d’arts visuels
mis sur l’analyse et la recherche es- s’inscrit dans un contexte où les
Ce qui s’y passe thétique. On n’y apprend pas sim- budgets fédéraux octroient de
plement à peindre ou à prendre des moins en moins d’argent au mi-
Le Département d’arts visuels n’est photos, par exemple, car l’étudiant lieu artistique. Ces coupures affec-
pas comme n’importe quel départe- qui est admis au Département sait tent directement tant les bourses
ment. Les étudiants ne s’y cloîtrent déjà le faire ; il vient au Départe- et les subventions directes aux
pas pour créer en aparté du reste de ment pour y faire de la recherche projets artistiques que les infras-
la communauté. Ils s’inscrivent dans artistique. tructures supportant l’expres-
la dynamique de la communauté ar- sion artistique. Ces infrastruc-
tistique en dehors du Département. Qui y étudie tures pourraient, avec les fonds
Avec de nombreux stages à l’exté- nécessaires,permettre l’initiation
rieur et en exposant leurs œuvres à Effectivement, n’entre pas au de plus de gens à l’art. Par ailleurs,
la fin de chaque année, ici même à Département d’arts visuels qui les arts ont un public restreint, au
l’Université, les étudiants partagent veut. Si certaines classes peuvent Canada, et c’est tout aussi vrai à
leur talent avec la communauté uni- parfois être ouvertes aux étu- Ottawa. « Il est très dur de percer
versitaire et artistique des environs. diants hors département, il faut », admet Croteau. Néanmoins, le
L’exposition annuelle, une tradition néanmoins montrer patte blanche Département d’arts visuels conti-
à ne pas manquer qui prend place ici pour être admis. Bien qu’étant un nue d’offrir une formation de
même sur le campus, attire de nom- processus inhabituel à l’échelle du grande qualité aux jeunes artistes
Photo Mathieu Langlois breux gens de l’extérieur qui vien- campus, il n’en reste pas moins talentueux qui réussissent à passer
« Le Département d’arts visuels n’est pas comme n’importe quel département. » nent assidûment. que ce sont les professeurs qui le concours.

culture@larotonde.ca www.larotonde.ca • 7
Université d’Ottawa

Rabaska
InfoWeb

Guichet unique

Mon portefeuille
Courriel
Campus virtuel

À venir cet automne


uoZone.uOttawa.ca
le 8 septembre 2009 Arts et Culture
1848
Les francophones débarquent au 1848
Sonia Noreau Les participants de ses soirées musique francophone, mais mainte- surtout aux francophones du Qué- la scène francophone », déclare Col-
écouteront uniquement de la mu- nant, je l’apprécie de plus en plus », bec. C’est donc toute l’ambiance lard, qui se dit en outre sincère dans
Si les cabarets francophiles n’ont pas sique francophone. Si la totalité de la confie ce gérant anglophone, prou- « franco » que tente de recréer le son souci de faire la promotion de
rencontré le succès espéré l’année pas- liste des invités n’a pas été divulguée vant ainsi que la musique en fran- 1848. Si la décoration reste une la musique francophone et qu’il ne
sée, ils bénéficient cette année d’une à La Rotonde, la venue d’un groupe çais peut être autant appréciée par surprise, on nous assure quand s’agit pas juste d’une campagne de
plus grande force d’envoi qui pourrait francophone a cependant déjà été des oreilles allophones. Les organ- même qu’elle sera chaleureuse et marketing.
lui assurer une meilleure réception de confirmée. Konflit Dramatik vien- isateurs espèrent que les étudiants à saveur francophile. En somme, Pour s’assurer de l’authenticité
la part de la population estudiantine. dra, avec leurs chansons engagées et et les professeurs seront séduits et les participants des cabarets fran- des cabarets francophiles, le re-
D’ici peu, le 1848 devrait sembler en français, égayer le campus. feront des fêtes franco du 1848 un cophiles seront plongés dans une sponsable s’est allié à plusieurs
plus familier au francophones. Pour- point de rencontre. expérience gustative, visuelle et, groupes francophones, dont le
quoi? Comment? Cette année, le bar Appât à francos? surtout, auditive. Centre de bilinguisme, qu’il affirme
universitaire organisera des cabarets Pas que de la musique fréquenter tous les jours afin de
francophones qui auront lieu tous les Lorsque La Rotonde a demandé Pas juste une campagne de prendre le pouls des bénévoles de
deux jeudis. Appelé Francothursdays à l’organisateur s’il s’agissait d’un Afin de rajouter à l’authenticité marketing l’endroit au niveau des boissons et
en anglais, ce nouveau type de fête « appât à francophones », celui-ci « franco » des cabarets franco- de la musique choisies. « On veut
au 1848 s’organise depuis quelques a répondu que si les francophones philes, le 1848 s’est procuré des Il s’agit d’une idée de longue date s’assurer d’une bonne réception de
mois déjà. Si des regroupements étaient interpelés, il ne voulait pas bières de la brasserie Unibroue. La qui ne fait pas que s’inscrire dans la part des francophones », expli-
francophones, comme la LIEU, se re- que le 1848 se limiter à ceux-ci: Blanche de Chambly, la Maudite et une promotion publicitaire. C’est un que-t-il. Les cabarets francophiles
trouvent déjà sur le campus après les « C’est pour attirer tout le monde ». la Fin du monde, trois bières bien projet développé indépendamment. ayant pour thème les francophones,
cours, pourquoi ne pas les inviter au Par ailleurs, Collard ne doute pas connues des Québécois, seront « L’Université est bilingue, il est im- il est important pour les organ-
bar étudiant, s’est demandé Jonathan que les anglophones voudront eux désormais servies au bar universi- portant pour nous que nos barmans isateurs de leur donner ce que les
Collard, gérant du 1848 et organisa- aussi assister aux cabarets franco- taire. Initiative qui devrait plaire à soient bilingues et que le bar fasse principaux intéressés veulent réel-
teur de ces événements. philes. « Avant, je n’écoutais pas de tous, bien sûr, mais qui s’adresse la promotion de ce qui se passe sur lement entendre.

Photo Sonia Noreau


Nouvelles soirées francophones au 1848

ARTICLE POUR, PAR ET SUR LA LIEU


La LIEU fait peau neuve
Roberto Morane joueurs, afin que ces derniers se il. La foule était tellement habituée
sentent impliqués, non seulement de voir les équipes performer d’une
Un vent de changement au sein de leur équipe respectives, certaine façon que les matchs en
mais aussi dans la Ligue en géné- étaient devenus quasi prévisibles.
Tel le cobra royal tatoué sur le mol- ral. Certains pessimistes attaquent En brassant la boule de cristal, si
let gauche de son président, la Li- cet ajout aux règlements comme on veut, on espère ainsi effacer
gue d’improvisation étudiante uni- une vaine tentative de démanteler toute attente que pourrait avoir
versitaire (LIEU) change de peau. les cliques de la LIEU ou encore la foule envers le spectacle pour
En effet, il est fortement possible prétendent qu’il s’agit d’une fa- ainsi prendre les gens par surprise
que vous ne reconnaissiez plus vos çon facile et impersonnelle de se en offrant un produit amélioré »,
équipes préférées lorsque la saison débarrasser de certains joueurs a-t-il expliqué lors d’un entretient
régulière commencera en octobre. indésirables. Outre les critiques amical, mais informatif, tenu dans
Ce changement ne s’effectue pas intestines qui font tempête sur le une grotte secrète. « Cette année, la
qu’au niveau esthétique, puisqu’il forum de la LIEU, il faut souligner LIEU s’affirme aussi en tant qu’ins-
est question de modifications im- que pour le spectateur moyen, soit titution francophone sur le cam-
portantes apportées au processus l’étudiant qui ne cherche qu’à se pus, entre autres en participant aux
de sélection des équipes. Alors que perdre dans l’imagination d’autrui cabarets francophiles et aux midis
les équipes étaient soumises depuis le temps d’une soirée, les change- d’humour organisés en collabo-
cinq ans à un système de franchise ments apportés cette année ris- ration avec le Service de vie com-
où les joueurs appartiennent à leur quent certes de modifier le specta- munautaire. Plusieurs organismes
équipe respective, cette année, nous cle. Cependant, en laissant de côté sur le campus ont déjà compris le
verrons les entraîneurs relâcher ses attentes, on aura la chance de potentiel de la LIEU comme forum.
tous les anciens joueurs dans la découvrir de nouveaux talents à la Il était temps qu’on utilise cette Photo La LIEU
mêlée. Dans une manœuvre qui fe- LIEU cette année. puissance que nous accorde notre Nouveaux réglements à la LIEU.
rait cracher du laudanum du nez de public, afin de promouvoir des ac-
Descartes, la LIEU fait table rase. Ce qu’en dit le président tivités et des causes qui nous inté- croître tant le calibre du jeu que dès le 10 septembre, lorsque les en-
Pour les lecteurs moins rapides en ressent », poursuit Guillotte. Bien notre place au sein de la population traîneurs tenteront de combler les
calcul mental, il s’agit bien d’un Afin de commenter le sujet plus que la LIEU semble se politiser étudiante. Et en plus, si j’étais pré- 32 places dans leurs équipes. Pour
total de 32 places qui s’ouvrent au en profondeur, nous avons ren- d’année en année, celui-ci nie les sident, je n’aurais clairement plus ceux qui préféreraient participer
sein des quatre équipes de la LIEU contré le King Cobra en personne, rumeurs voulant qu’il se présente à le temps pour mes vraies passions: en tant que specateurs, les matchs
dès le début du camp d’entraîne- alias Patrick Guillotte, président de la présidence de la FÉUO lors des le tir à l’arc médiéval et travailler réguliers débuteront le 1er octobre
ment. la LIEU cette année. « Il faut noter prochaines élections: « Bien que le cuir. » à l’Agora, où les Jaunes affronte-
En procédant ainsi, la LIEU que la LIEU est déjà un événement la LIEU prenne de plus en plus de ront les Rouges, et les Mauves, les
pourra accueillir tant les nou- rassembleur chez la population place dans la sphère politique sur Où les rencontrer? Bleus. Cependant, la vraie question
veaux joueurs que les anciens. Il étudiante, mais que malheureu- le campus, la vie politique active, se pose encore: de quels joueurs se-
est aussi question de stimuler un sement, on commençait à voir les ce n’est pas ma place ; je préfère La LIEU invite les intéressés à se ront composées les équipes lors de
sentiment d’appartenance chez les fissures dans le concept, déplore-t- gérer la Ligue d’impro afin d’ac- présenter au camp d’entraînement ce match inaugural?

culture@larotonde.ca www.larotonde.ca • 9
Arts et Culture le 8 septembre 2009

Le coin du gl outon
Sonia Noreau, Chef de pupitre Arts et culture Des prières oecuméniques

Bien manger avec un billet de 5$ avec les chants de Taizé


ont lieu chaque mois
La prophétie était donc vraie! Il est possible de bien manger avec un budget à l’église Sacré-Cœur,
591 Cumberland.
étudiant. La Rotonde a découvert pour vous un petit trésor caché au cœur
du marché By. Les sandwichs de la Bottega sont analysés par Sonia
Noreau, gloutonne de la section Art et culture pour cette semaine.

Taizé
Sur le campus !
Photo Mathieu Langlois

Les sommes exorbitantes à la cafétéria du sympathique commerçant aux petits soins


Centre universitaire, peuvent faire perdre de pour sa cliente qui le couvrait de formules de
vue qu’il est possible de bien manger à peu
de frais. Cette semaine, je vous entraîne à la
politesse, je ne pus m’empêcher de sourire et
de balayer d’un revers de la main les inconvé-
La prochaine :
Bottega, une épicerie fine située au 64, rue nients qu’allaient me causer l’attente. Jeudi 17 septembre, 19h15
Info : 613-241-7515
George. Derrière l’allée entièrement réservée Une fois que j’eus atteint le comptoir, on
aux pâtes artisanales et celle occupée exclu- me servit très poliment, et la surabondance
sivement par des bouteilles d’huile d’olive, se
trouve le comptoir sandwichs. Bien caché du
de choix de pain, fromage, viande, sauce et lé-
gumes m’impressionna. Une fois dehors, mon taizeottawa@yahoo.ca
public, mais méritant de se faire découvrir (un sandwich en main et ayant déboursé moins
peu comme la perle dans l’huître), le comptoir de 5$, je croquai enfin dedans. Oh là là, mes
sandwichs de la Bottega s’est révélé beaucoup amis! La qualité des ingrédients faisait de ce
plus prometteur que je ne l’aurais pensé. qu’on appelle vulgairement « sandwich » un
Seul hic: la file était longue. Heureusement, véritable délice. Les saveurs qui se faisaient
l’attente, qui eut lieu entre le comptoir char- l’amour dans ma bouche dépassaient en ex-
cuterie et les points « fromage », se déroulait cellence, et de beaucoup, ce que Chartwell
dans une atmosphère rappelant les promesses nous prépare pour un prix si indécent qu’on
d’abondance et de prospérité nord-américaines ne veut pas le mentionner. C’est donc une
avant la menace de récession économique. Lé- note de 8/10 que je décerne au comptoir de
gèrement impatiente, comme le sont souvent sandwichs de la Bottega, qui rassasie à petit
ceux qui ont faim, je penchai la tête pour voir prix et contente même les palais les plus in-
ce qui ralentissait le processus. À la vue d’un transigeants.

Préface
Sonia Noreau, Chef de pupitre Arts et culture

L’autre plafond de verre


Il n’y a pas qu’un seul plafond de verre, les fait refuser par plusieurs éditeurs avant d’être
femmes talentueuses et méritantes du monde publié… Les pauvres doivent tellement s’en
des affaires ne sont pas les seules à avoir de mordre les doigts que j’en éprouve presque de
la difficulté à « percer », bien qu’elles aient la pitié pour eux.
beaucoup à offrir. C’est également le cas pour Comme ce fut le cas pour cette auteure bri-
de nombreux artistes, qui se cognent la tête tannique, la route qui se dessine devant les
contre un plafond de verre, incapables de per- jeunes artistes du campus en quête de renom-
cer sur la scène nationale ou internationale. mée est longue. Pourtant, ce qui est certain,
L’art est un mode d’expression, une activité comme le fait remarquer Frédéric Beigbeder
profondément humaine nécessaire à la socié- dans 99 F: 100% des gagnants ont tenté leur
té. Toutefois, c’est également une industrie. chance. Si vous ne rencontrez pas le succès
Or, une compagnie privée n’a pas pour man- escompté dans les grandes maisons de dis-
dat d’assurer l’émergence de nouveaux cou- ques, d’édition ou autre, votre sort n’est pas
rants impopulaires qui nuiraient à leur chiffre pour autant scellé pour toujours. La région
d’affaires. Elle est là pour faire du profit et dans laquelle nous habitons n’est pas dépour-
vendre et ne sera pas tentée de prendre beau- vue d’opportunités pour un jeune artiste de se
coup de risques, par exemple en investissant faire connaître. Il y a des maisons d’édition,
dans une musique d’un genre nouveau. Ce des associations de poètes et les studios d’en-
n’est pas « méchant » en soi ; cependant, de registrement locaux. Autrement, il est égale-
nombreux jeunes artistes, peintres, cinéastes, ment possible de commencer ici même sur le
écrivains et poètes restent tapis dans l’ombre campus en grossissant les rangs des clubs ar-
parce que leur travail n’a pas encore de valeur tistiques comme l’Association des musiciens
commerciale. amateurs de l’Université d’Ottawa, le Club
L’art est subjectif et on peut comprendre de théâtre, les nombreux groupes de danse
qu’un commerçant puisse ne pas tout de suite qui ont épaté tout le campus lors de la finale
voir la beauté d’une œuvre pour des raisons l’année dernière ou encore l’association Beat-
de goûts. Toutefois il ne faut pas croire qu’ils box (pour ceux qui aiment hip-hop). J’espère
sachent immédiatement quelle œuvre connaî- qu’avec ce support, les jeunes artistes de
tra le plus de succès. Je prends pour exemple l’Université d’Ottawa pourront percer comme
le fameux cas de J.K. Rowling, auteure du re- le font de plus en plus les femmes dans le
nommé Harry Potter, dont le manuscrit s’était monde des affaires.

10 • www.larotonde.ca culture@larotonde.ca
le 8 septembre 2009 Arts et Culture
PLEINS PHARES SUR LE NOSTALGICA

De la couleur qui bouge


La Rotonde dévoile la signification cachée derrière les photos colorées de la nouvelle exposition au café Nostalgica
Sonia Noreau le Wimart : « on ne peut pas [dire
à l’animal] “heille, toi, va là et re-
Le café Nostalgica vient tout juste de prend la pose!” Prendre une belle
rouvrir ses portes. Fidèle à son habi- photo d’un animal, c’est comme
tude, il reprend le phare de la pro- avoir un petit trésor », conclut-
motion de la culture sur le campus il. Préférant la couleur au noir et
et renoue avec les artistes visuels de blanc, l’artiste a choisi de prendre
la région. des photos d’animaux, car ceux-
ci s’y prêtent bien. Pour faire son
L’odieuse question d’argent travail, il a déjà pris des risques
en s’approchant peut-être un peu
Lorsque La Rotonde a demandé trop d’une bête sauvage. Pourtant,
à Frank Wimart, artiste présente- c’est le fait que ses photos aient
ment à l’honneur au Nostalgica, s’il été prises de près qui, selon lui,
était photographe à temps plein ou les rend si captivantes. « Ce qui est
à temps partiel, il a répondu qu’il intéressant, souligne-t-il au sujet
l’était « à temps perdu ». En effet, de sa photo du coati, c’est que je
il peut être difficile pour un photo- l’ai en gros… C’est ce qui donne de
graphe de vivre de sa lentille. Ayant l’impact à mes photos, c’est d’être
concilié son travail et sa passion collé et en mouvement… Quand
en travaillant sur des documentai- j’ai un animal qui bouge, je ne le
res pendant une dizaine d’années, fige pas. » En citant Frank Kappa,
Frank Wimart a dû accepter un photographe de guerre qui pre-
travail dit « plus sérieux » pour des nait d’énormes risques dans son
raisons monétaires. Toutefois, il est métier, Wimart rappelle d’ailleurs
loin d’avoir accroché sa caméra et que « si une photo n’est pas inté-
offre à la clientèle du « Nostalge » la ressante, c’est que le photographe
beauté de ses photos. n’est pas assez près ».
Bien qu’il vende les oeuvres pré-
sentement exposées, ce n’est pas un Pour vous, jeunes photographes
support financier qu’il recherche, Photo Frank Wimart
mais bien la reconnaissance. Ce qu’il Un photographe pas comme les autres au Nostalgica Aux jeunes photographes, Wimart
souhaite, avant tout, c’est connaître conseille d’abord de savoir ce qu’ils
la réaction des gens. Pour vivre de prendre le temps, mettre de l’amour La Rotonde. S’il n’abandonne pas la maine ont été prises lors du tour- veulent, de savoir pourquoi ils tien-
son talent en arts visuels, il devrait et de l’énergie », nous a-t-il dit tout photo pour autant, Wimart s’est ce- nage d’un documentaire. Ces pho- nent à faire de la photographie, puis
plutôt travailler en télévision, ce qu’il en étant conscient que, malheureu- pendant trouvé une autre source de tos animalières saturées à fond de de se pencher sur toute la technique
se refuse à faire: à la télé, « c’est sement, personne ne vit d’amour et revenu et pratique maintenant son couleurs chaudes sont le produit de base avant d’essayer de faire de
du consommer-jeter, affirme-t-il. de belles photos. « C’est beau, les art à temps perdu. d’une excellente maîtrise de la la photographie artistique. Après
On produit vite, vite, avec un mini- applaudissements, les prix, les cock- photo en mouvement. Wimart y avoir maîtrisé le plan équilibré, la
mum de moyen, puis, ça disparaît ; tails, mais ça [ne] paie pas… À un De la couleur qui bouge représente « [des animaux] dans règle des tiers et toutes les lois de la
c’est du kleenex». Or, le temps né- certain âge, on est tanné de fouiller une expression naturelle, c’est-à- photographie, Frank Wimart sug-
cessaire, Frank Wimart, est prêt à dans les craques de sofa pour de quoi Les photos qu’il a décidé d’ex- dire en mouvement ». La photo gère de laisser parler l’artiste – mais
le mettre dans ses photos. « Il faut payer le pain », a dit Frank Wimart à poser au café Nostalgica cette se- animalière, c’est incertain, rappel- pas avant.

Magasinez avec nous et économisez gros! EN PRIME


E AU NESTLE
35 x 500 mL
255068
*AVEC ACHAT MINIMUM DE 40 $.
417
Heures d’ouverture :
Dimanche : de 10 h à 16 h
St. Laurent Blvd

Du lundi au vendredi : de 7 h à 17 h
Samedi : de 7 h à 17 h

Adresse du magasin :
Chemin Star Top Rd.
Boulevard St.Laurent

NG Cash & Carry


1435, rue Cyrville
Cy
r vi l

Ottawa (Ontario)
le
Rd

613-747-5462
.

Valable seulement au NG Cash &


Innes Rd.
Directeur du magasin : Carry d’Ottawa, en Ontario, du 8 au 14
417
septembre 2009. Limite d’une offre par
Paul Boileau client. Aucune valeur monétaire.

À l’achat de 5 et plus À l’achat de 3 et plus

95¢ 965 199


1435 Cyrville Road, Ottawa, ON

ou 2,69
prix individuel
ou 1,05 Prix et coupon en vigueur du
prix individuel 8 septembre au
Dîner Kraft sur le pouce Nature Valley Stackers Schneiders 14 septembre 2009
#

variétés, 58 g barres de céréales, emballage variétés, 111 g


860444 varié, Format Club, 1,4 kg 526339/526290/526347
191958

Ad1_Universite- d'Ottawa_Sept02_FRE.indd 1 8/25/09 4:24:17 PM


culture@larotonde.ca
PROOF FPR
AD1_UNIVERSITÉ D’OTTAWA STUDENT AD
September 8 to September 14, 2009
www.larotonde.ca • 11
SIZE: 4.3" H x 10" W
Sports
le 8 septembre 2009

Maxime Goulet
sports@larotonde.ca

FOOTBALL

Départ
boiteux
Maxime Goulet confiance en ses co-équipiers après
le match: « Il y a beaucoup de nou-

M
atch décevant pour les veaux qui ont montré qu’ils avaient
Gee-Gees, alors que les du talent. On a de bons jeunes, de
Mustangs de l’Université bons receveurs et on a fait de beaux
Western se sont imposés par la jeux, mais on a eu beaucoup trop Photo Romain Guibert
marque de 32 à 17. Fidèle à sa ré- de pénalités. » Peut être faisait-il
putation, le Gee-Gee est bel et bien allusion à Steven Hughes et Cyril
sorti premier de la stalle de départ. Adjeitey, qui ont cumulé respecti-
Ottawa menait 13 à 7 au début du vement 98 verges en sept passes, et
deuxième quart. Néanmoins, les 96 verges en six réceptions.
Mustangs ont rapidement repris Si, dans l’ensemble, l’équipe a
du poil de la bête et ont pris le mal fait, certains joueurs ont tout de
contrôle du match grâce à deux même livré des performances indi-
touchés en fin de première demie. viduelles remarquables. C’est le cas
Un peu plus de 5000 personnes, de Chayce Eliott, qui a bien failli re-
dont plusieurs 101ers, ont par la mettre sa troupe dans le match lors
suite assisté à la lente déchéance de sa seconde interception. Mal-
de leur favori. heureusement, la séquence allait se
terminer par un touché de sûreté.
Bon début de match Il faut aussi noter les prouesses de
Wilson-Ross, qui a couru 126 verges
Le match avait bien commencé. en 18 courses, pour une moyenne
Les hommes de Denis Piché ont été de sept verges par course.
les premiers à s’inscrire au poin-
tage suite à une belle séquence of- Équipe rouillée
fensive. Le tout s’est complété avec
une course de Jordan Wilson-Ross Malgré la défaite du Gris et Gre-
sur six verges. Quelques minutes nat, la foule a eu droit a un excellent
plus tard, Alex Fortier-Labonté, qui spectacle. Toutefois, Piché n’a pas
s’était mérité le titre de Recrue de caché sa déception quant à l’exécu-
Photo Simon Cremer
l’année l’an dernier, a fait peur aux tion laborieuse de plusieurs jeux.
fans du Gris et Grenat en payant Par la même occasion, il a souligné
cher un attrapé d’un peu plus d’une le manque d’opportunisme de ses
quinzaine de verges. Cependant, joueurs. Ceux-ci se sont d’ailleurs
après un petit tour sur les lignes de fait passer les menottes plusieurs
côté, il est revenu sur le jeu avant la fois lorsqu’ils étaient dans les 20
fin du quart. verges défensives de leur adver-
Le reste du match n’a pas plu saire.
aux fans du Double G. Au grand
dam de leur entraîneur, les hom- Adversaires redoutables
mes de Piché, fortement aidés par
un arbitre généreux, ont multiplié Le Gris et Grenat est finalement
les pénalités: « Même si ça fait rentré au vestiaire la tête basse. Par
partie du jeu, on a eu beaucoup de contre, les Ottaviens ne s’avouent
pénalités et quelques-unes étaient pas vaincus. Avec plus de constance
un peu bizarres! » nous a dit Piché. et de discipline, le match aurait fa-
Les verges perdues (151) lors de cilement pu tourner en leur faveur.
ces pénalités ont contribué au fait Cependant, il ne faut pas oublier
qu’Ottawa a concédé deux touchés que la machine de Western, classée
de sûreté en deuxième demie. deuxième au pays avant le match,
semble fonctionner à merveille. Un
Sinopoli reste confiant nom qu’on entendra certainement
cette saison est celui de Micheal
Même s’ils ont livré une perfor- Faulds, celui qui a complété près de
mance décevante, Brad Sinopoli, 300 verges par la passe contre les
qui jouait sa première partie comme Gee-gees en est à sa cinquième et Photo Simon Cremer
Les Gee-Gees perdent leur premier match de la saison contre les Mustangs de Western
quart-arrière partant, avait toujours dernière saison.

12 • www.larotonde.ca sports@larotonde.ca
le 8 septembre 2009 Sports
BASKET-BALL

Grand chelem pour le


Red Storm
Maxime Goulet

Le Double G affrontait une équipe


Match intense

Les deux numéros 3 se sont livré


de la première division de la Natio- un beau duel de porteurs de ballon.
nal Collegiate Athletic Association À quelques reprises, au dernier
(NCAA). En effet, la tempête rouge quart, on a vu l’animosité monter
de St. John’s était en quête d’une d’un cran quand la foule, contrai-
quatrième victoire en deux jours rement aux arbitres, a été témoin
en sol canadien. Après avoir battu de quelques contacts entre les deux
Montréal (104-66), McGill (90-55) joueurs, alors que ni l’un ni l’autre
et Carleton, les champions canadien n’avait le ballon. À la fin du match,
(71-54), le Red Storm avait Ottawa questionné sur le résultat qu’il
dans sa mire. avait anticipé contre une équipe
de ce calibre, Daveiro a répondu
Bonne performance qu’« il [s’agissait] là d’une équipe
fatiguée ».
Les hommes de DeAveiro ont très Les Gee-Gees ont prouvé que leur
bien fait dans la défaite de 73-74, équipe allait très certainement pou-
n’ayant jamais laissé filer l’adver- voir rivaliser contre Carleton cette
saire avec une avance de plus de six saison. L’édition de cette année
points. possède plusieurs armes dans son
Après une première demie en dents arsenal. En plus de posséder un ex-
de scie, le Gris et Grenat s’est retiré au cellent porteur de ballon, plusieurs
vestiaire avec une avance d’un panier joueurs ont prouvé qu’ils étaient ca-
(38-36). Ottawa a bien campé son pables de viser l’anneau orange avec
avance en début du troisième quart, précision. Ajoutez à cela une défen-
y allant de deux paniers sans réplique sive qui ne semble pas avoir trop de
et portant l’avance à six points dès lacunes et une chimie exceptionnel-
les premières minutes. Paris Horne, le, comme le fait si bien remarquer
qui arborait le numéro 23, a rapide- DeAveiro: « Les gars s’entendent
ment refroidi leur ardeur avec un vraiment bien, j’ai rarement vu un
autre de ses dunks spectaculaires. Le groupe aussi soudé. » Bref, tous les
quart s’est finalement terminé avec ingrédients sont réunis pour qu’Ot-
une avance de quatre points pour les tawa et ses fans connaissent une ex-
hommes du Tennessee. cellente saison.

Photos Simon Cremer


Défaite honorable des Gee-Gees.

FOOTBALL
Deux nouveaux joueurs d’expérience
Mi-temps
Maxime Goulet congé la saison dernière pour rendre adverses. « Je vais frapper, mais captées et a marqué trois touchés saison 2006-2007. Spécialiste des
possible le transfert d’université. ça n’a rien de personnel, confiait-il en 15 matchs pour York lors de la attrapés dans les zones où le trafic
Eric Chibuluzo et Steven Hughes Chibuluzo a été sélectionné d’ailleurs dernièrement au Service est dense, il se décrit comme un
ont pris part au premier match de
la saison, qui s’est déroulé au stade
sur la deuxième équipe d’étoiles
du Sport universitaire ontarien
des sports. C’est juste du football,
mais je vais frapper aussi fort que
« C’est juste du football, receveur fort, mais lent. Jean-Phi-
lippe Asselin, entraîneur des rece-
Frank-Clair dimanche dernier. Pour
Chibuluzo, il s’agissait d’un retour
(SUO) lors de sa dernière saison
en 2006. Le plaqueur-centre sem-
je peux! »
Un autre ajout notable pour
mais je vais frapper aussi veurs, n’est cependant pas de cet
avis: « Quand il dit qu’il ne court
au jeu après une saison d’absence.
Hughes, quant à lui, provient de
ble remis des épreuves qui avaient
causé son arrêt de jeu. Du haut de
l’équipe, cette année, est celui de
Steven Hughes. À sa dernière sai-
fort que je peux! » pas si vite que ça, j’imagine que
c’est pour être humble, car il n’a
l’Université de York et revient jouer
dans sa ville natale ; il avait pris
ses 6’3” et fort de 280 lbs, il risque
de faire peur aux unités offensives
son dans le SUO, le receveur a ac-
cumulé 1013 verges en 79 passes - Eric Chibuluzo vraiment rien d’un receveur lent »,
a-t-il déclaré au Service des sports.

sports@larotonde.ca www.larotonde.ca • 13
le 8 septembre 2009 Sports

Les grands du Gris et Grenat


SÉRIE

Le Gee-Gee, symbole de vitesse et de détermination, accompagne l’athlète


de l’Université d’Ottawa dans chacun de ses pas dans sa quête de gloire.
Plusieurs sportifs ont arboré fièrement les couleurs du Gris et Grenat au
cours de l’existence du Double G.
Maxime Goulet c’est sa vision du jeu qui lui permit son avec des statistiques impres-
d’être sélectionnée à trois reprises sionnantes. D’autres, parfois plus
Certains de ces athlètes ont inscrit pour la seconde équipe d’étoiles talentueuses, ne font pas partie
leur nom sur des trophées de renom, (Sport interuniversitaire canadien d’une équipe aussi complète, mais
d’autres l’ont vu inscrit dans le livre – SIC) et une fois pour la premiè- réussissent quand même à s’illus-
des records de l’Université ou même re. À sa dernière saison, elle mena trer de façon exceptionnelle. » Ain-
de leur ligue, mais, surtout, ils ont son équipe au championnat après si, on se doit de mentionner le nom
marqué la mémoire des fans. La une saison de 16 victoires, aucune de Rachel Runnels, gagnante du
Rotonde vous propose de revisiter défaite. Prix canadien pour l’esprit sportif
cette mémoire collective qui nous Pour les années 1990, les fans en 2006. Identifiée par son entraî-
appartient en tant qu’étudiants de retiennent le nom de Kara Zakr- neur comme la « colle » de l’équipe
l’Université d’Ottawa. zewski. Dans sa carrière universi- à cause de la confiance que ses coé-
taire, elle termina notamment pre- quipières avaient en elle, son talent
Volley-ball féminin mière au Canada pour le nombre de particulier était de ne jamais faire
points marqués. Aujourd’hui, elle d’erreurs.
L’histoire de l’équipe de volley- évolue sur le circuit professionnel Bref, l’histoire du programme de
ball féminine se divise en deux de volley-ball de plage et elle est volley-ball féminin de l’Université
ères. De la première, il n’existe que membre de l’équipe nationale de d’Ottawa regorge de noms qui ont
des souvenirs vagues dans des mé- volley-ball intérieur. fait vibrer les fans. L’une des rai-
moires vieillissantes. La deuxième Plus récemment, Laura Simons sons qui explique la constance de
ère, quant à elle, commença peu et Christine Lamey formaient un ce succès est probablement l’équipe
avant les années 1980, époque à duo redoutable. Lamey se retrouva d’entraîneurs, qui porte une atten-
laquelle il existait un programme deux fois sur la deuxième équipe tion particulière à des aspects spé-
quasi professionnel à l’Université d’étoiles et une fois sur la première. cifiques du jeu.
d’Ottawa. L’équipe nationale, jadis Sa carrière universitaire lui fut très
domiciliée à Ottawa, était formée bénéfique: « À la fin, elle était de- Hockey féminin
de joueuses qui combinaient en- venue une joueuse beaucoup plus
traînement intensif et études. Les complète qu’au début. Malheureu- L’équipe de hockey féminine Photo Archives de l’Université d’Ottawa
entraîneurs du programme natio- sement pour ses adversaires, elle existe depuis un peu moins d’une Leslie Irie (droite), l’une des plus petite joueuse à avoir fait partie de la pre-
nal entraînaient aussi l’équipe de avait gardé la puissance phénomé- dizaine d’années. L’Université mière équipe d’étoile canadienne.
l’Université. nale de ses smashs! » commente d’Ottawa accueillit le programme
C’était le début de l’ère « moder- Lionel Woods, entraîneur-chef de pour la première fois en 1999. Ce- longation, parfois en double ou tri- deux gardiennes de but. Blessée vers
ne » de l’équipe ottavienne. Mylène l’équipe depuis 19 ans. Il ajoute que pendant, il fallut attendre jusqu’en ple prolongation, dans des matchs la fin de la saison, Megan Tequila
Camu est un nom qui marqua ces si on parlait à Lamey de son succès, 2003-2004 pour assister à une qui se terminaient 1-0. Dans la série dut céder sa place à sa remplaçante,
années ponctuées de succès pour elle aurait tôt fait d’attribuer une année hors du commun. La confé- contre Concordia, pour accéder au Tara Brousseau, qui effectua un tra-
Ottawa. Elle remporta d’ailleurs le partie de son mérite et de celui de rence était jusqu’alors dominée par championnat national, l’escouade vail tout aussi remarquable pendant
titre de Joueuse par excellence lors l’équipe à Laura Simons. Concordia: « Les joueuses de cette ottavienne réussit à remporter deux les séries.
de la saison de 1978-1979. Lorsque interrogé sur les joueu- édition ont surpris tout le monde, victoires en autant de matchs et Depuis, l’équipe n’a pas réussi à
L’un des phénomènes qui a évo- ses les plus talentueuses qu’il a personne ne s’attendait à ce qu’elles ce, même si Concordia finissait les reproduire l’exploit. Néanmoins,
lué pour le Double G se nomme entraînées, Woods met aussitôt se rendent aussi loin », se rappelle matchs avec quatre fois plus de tirs l’un des noms à retenir est celui
Irie Leslie. Elle ne mesurait que en garde: « Le talent s’exprime de Miguel Filiatrault, entraîneur actuel au but! Ottawa finit par remporter la de Kim Kerr: meilleure compteuse
5’1” ; dans le jargon du volley-ball, deux manières. Certaines joueuses de l’équipe. médaille d’argent au championnat de son équipe, elle siège d’ailleurs
on qualifie ces joueuses de « nai- brisent des records, gagnent des Cette année-là, les joueuses rem- national. Le succès de 2003-2004 en permanence dans le top 5 de la
nes ». Passeuse exceptionnelle, championnats ou finissent la sai- portèrent plusieurs matchs en pro- a toutefois beaucoup à voir avec les conférence pour les points comptés.

Prolongation
Maxime Goulet, Chef de pupitre Sports

Estrades facultatives
Expliquez-moi un truc: des gens paient des présent lorsqu’un Ovetchkine tombe sur la pas pouvoir assister aux Jeux olympiques, ploits sportifs ou simplement de sports? J’en
sommes faramineuses – entre 50 et 3000$ glace, dos au but, et réussit quand même à alors que des centaines d’exploits sportifs doute fort.
– pour assister à des matchs professionnels. compter. Tout ça vaut bien quelques billets sont réalisés chaque années sur le campus de Je ne vois qu’une alternative: le niveau de
Ils paient pour un spectacle: des millionnaires payés 80$ chacun. Vous ne me croyez pas? l’Université sans qu’on y porte la moindre at- jeu. Les exploits sont plus rares, moins spec-
vont s’efforcer de les impressionner. Pour la Demandez à un astronome combien il paierait tention? Expliquez-moi donc pourquoi – par- taculaires, au niveau universitaire. Après tout,
plupart de ces athlètes, la passion s’est lente- pour voir une éclipse solaire. Vous doutez de ce que je ne comprend vraiment pas – la très l’intensité d’un championnat interuniversitai-
ment mutée en travail. Ils ne cherchent plus à ma comparaison? Les deux se valent ample- grande majorité des étudiants sur le campus re n’est pas celle des Jeux olympiques. Ou en-
remporter leur premier championnat – c’est ment. La rareté d’un jeu exceptionnel, l’inten- sont incapables de nommer un joueur d’une core, la qualité et, par le fait même, les quali-
fait depuis belle lurette. Ils ne cherchent plus sité d’une finale serrée ou l’accomplissement équipe des Gee-Gees? tés d’un athlète universitaire n’équivalent pas
à épater la galerie, ils n’ont plus rien à prou- collectif d’une équipe – ce sont autant de rai- Pas même celui qu’ils iront probablement celles d’un athlète professionnel.
ver – ou du moins c’est ce qu’ils pensent (je ne sons d’être fan du sport. voir dans quelques années jouer pour une Expliquez moi un dernier truc: pourquoi
nommerai pas Dany Heatly). Ils ne cherchent Expliquez-moi pourquoi plusieurs étu- équipe de la Ligue canadienne de football. sont-ce ceux qui ne sont jamais allés voir un
même plus les louanges de leur entraîneur: diants économisent pour assister à un match Pas même celle qui les fera frissonner avec match des Gee-Gees qui me servent ces argu-
leur contrat est signé pour les dix prochaines des Sénateurs et n’iront jamais voir un seul un smash d’une puissance phénoménale au ments? Parce qu’ils ne se donnent pas la peine
années. match de l’équipe de hockey de leur universi- prochaine Jeux olympiques d’été. J’ai deux d’aller voir un match des Gee-gees. Ça leur fe-
Les gradins se remplissent aisément et avec té? Expliquez-moi pourquoi, l’hiver prochain, hypothèses. Serait-ce parce que la grande rait réaliser qu’ils ont payé beaucoup trop cher
raison: on peut vociférer tant qu’on veut, être des milliers d’entre nous regretterons de ne majorité des étudiants n’est pas friande d’ex- leur dernier billet à la place Banque Scotia.

sports@larotonde.ca www.larotonde.ca • 15
Sports le 8 septembre 2009

CLUBS SPORTIFS

Un club n’est pas une équipe


« Club » et « équipe »: synonymes? Pas du tout! Il ne faut pas les confondre, car les différences
entre les deux sont nombreuses.
Annie-Claude Bastien-Lessard et Bien que le volley-ball masculin « La plus grande différence avec la et trois défaites ainsi qu’une moyen- te conférence, mais le programme
Maxime Goulet fasse présentement partie des clubs saison dernière sera toute l’expé- ne de points mérités de 2,59. a pris fin puisque l’équipe n’avait
compétitifs financés par la Fédéra- rience qu’ils apporteront », annon- plus de compétition dans la ligue.
En termes de financement, d’accès tion étudiante de l’Université d’Ot- ce-t-il avant d’ajouter que « les vé- La ligue Elle comptait en effet dans ses rangs
aux installations et de promotion, tawa, plusieurs demandes ont déjà térans devront se démarquer et faire plusieurs jeunes joueurs sortis tout
les équipes sont mieux supportées été envoyées au Service des sports preuve de leadership ». Les Gee-Gees font partie de l’As- droit de la Ligue de base-ball élite
par l’Université d’Ottawa. Elle sont de l’U d’O afin d’intégrer le Sport Malgré qu’ils aient vécu la pire sociation de base-ball interuniver- du Québec et son calibre était beau-
toutes membres officiels du Sport interuniversitaire canadien. Cepen- saison de leur histoire l’an dernier, sitaire canadienne (ABIC), qui se coup trop fort comparativement à
universitaire de l’Ontario (SUO), dant, elles ont toutes été refusées. l’entraîneur croit que son équipe divise en trois conférences: Atlanti- celui des autres équipes de la confé-
sous-catégorie du Sport interuni- Le principal argument: le manque est « prête à exploser et à, non seu- que, Ontario et Northern, dont Ot- rence.
versitaire canadien (SIC), et béné- d’installations sportives. Les res- lement participer aux séries élimi- tawa fait partie. La saison régulière Finalement, on se demande aussi
ficient donc de la meilleure organi- ponsables du programme sont très natoires, mais peut-être aussi à se débute habituellement en même pourquoi le club de base-ball de l’U
sation canadienne disponible pour déçus, car les jeunes joueurs de vol- rendre au championnat national qui temps que la session universitaire d’O ne fait pas partie du SIC. La
gérer leur sport. ley-ball de la région doivent s’exiler se tiendra à Oshawa, à la fin du mois pour se terminer à la mi-octobre raison que l’entraîneur Bélanger
Après avoir affronté les adversai- afin de poursuivre leur carrière. En d’Octobre ». avec les séries éliminatoires. Les avance est fort simple: pour devenir
res de leur division pendant la sai- effet, aucun programme d’excellen- Au niveau des statistiques, le Gee-Gees affrontent des équipes du membre du SIC, « il faudrait inclure
son, les équipes se rendent au cham- ce n’est offert dans la région. meilleur frappeur des Gee-Gees, en Québec, soit McGill, Concordia, le des équipes de l’Ouest canadien, et
pionnat canadien et leurs athlètes 2008, a été Kevin Brunet, étudiant Collège Laflèche de Trois-Rivières, ce ne serait pas possible, considé-
sont éligibles à différents honneurs; Le base-ball masculin, une his- en histoire, qui a maintenu une le Collège John Abbott, ainsi que rant notre budget ».
comme par exemple, être membre toire de succès! moyenne de 0,366. Max Pelletier l’Université Carleton, contre qui la La saison de l’équipe de base-ball
de la première ou de la deuxième Lauzon, aussi en histoire, le suit avec rivalité ne cesse de s’accentuer, dans masculine débutera à domicile le 13
équipe d’étoiles ainsi que d’autres Créée par un groupe de joueurs une moyenne de 0,333. Au monti- des programmes doubles. septembre, quand les Stingers de
des titres accompagnés parfois de de base-ball étudiants fréquentant cule, Maxime Caron a été le meilleur Il y a quelques années, l’Univer- Concordia seront visiteurs dès 12h,
bourses et de trophées. l’Université d’Ottawa, l’équipe de des siens en saison avec une victoire sité Laval faisait aussi partie de cet- au parc Heritage d’Orléans!
Pour ce qui est des clubs, certains base-ball masculine est née en
évoluent dans des ligues canadien- 1995. Le club est financé par la Fé-
nes, d’autres dans des ligues pro- dération étudiante ainsi que par
vinciales ; ils jouent parfois contre quelques commanditaires. L’équipe
d’autres universités, parfois aussi est sous les ordres de Larry Bélan-
contre des équipes seniors. Cette ger, entraîneur-chef et entraîneur
semaine, La Rotonde se donne pour des lanceurs, de Dave Dunn, en-
mission de vous présenter ces mé- traîneur au bâton et défensif, ainsi
connus. que de Raymond Lamarre, entraî-
neur des receveurs. À eux trois, ils
Club de volley-ball masculin comptent plus de cinquante années
cherche ligue interuniversi- d’expérience dans le base-ball mi-
taire neur à Ottawa.

C’est grâce à sa participation à plu- Les Gee-Gees ont une tradition


sieurs tournois organisés par l’Asso- de gagnants. En effet, ils n’ont pas
ciation de volley-ball de l’Ontario, à manqué les séries depuis les dix
quelques parties contre des équipes dernières années quelques pré-
du Québec et à une série de matchs sences au championnat national.
hors concours que l’équipe masculine Par contre, la saison dernière a été
de volley-ball de l’Université d’Ottawa plus difficile, puisque l’équipe n’a
se fait connaître. Les participants à remporté que trois victoires en 16
ce programme doivent aussi être en- rencontres. Larry Bélanger, pour sa
gagés dans la vie communautaire en part, a confiance pour la saison à ve-
aidant à l’organisation de tournois nir étant donné qu’il pourra compter Photo libre de droit
dans les écoles secondaires. sur le retour de plusieurs vétérans: Un monde de différences sépare les clubs des équipes du SIC

Atteignez les sommets !


ENTREZ PAR LA GRANDE PORTE,
VENEZ CÉLÉBRER LA FIN DE VOS ÉTUDES À TREMBLANT!

1 866 787-8925 | lessuitestremblant.com

16 • www.larotonde.ca sports@larotonde.ca
RotondeAd_6by5_2010.qxp 6/2/2009 3:32 PM Page 1

Professionnel de demain : posez votre candidature aujourd’hui – en ligne!

OMSAS http://centre.ouac.on.ca/omsas/
Service ontarien de demande d’admission en médecine
15 septembre 2009 : Date limite pour vous inscrire pour la demande en ligne
1er octobre 2009 : Date limite pour la réception des demandes

http://centre.ouac.on.ca/olsas/ OLSAS
Service ontarien de demande d’admission en droit
2 novembre 2009 : Date limite – programmes anglais
1er février 2010 : Date limite – programmes français
3 mai 2010 : Date limite – 2e, 3e et 4e année

TEAS http://centre.ouac.on.ca/teas/
Service de demande d’admission en formation à l’enseignement
1er décembre 2009 : Date limite – programmes anglais
1er mars 2010 : Date limite – programmes français

http://centre.ouac.on.ca/orpas/ ORPAS
Service de demande d’admission aux programmes
des sciences de la réadaptation
(Audiology, Occupational Therapy, Physical Therapy/Physiotherapy, Speech-Language Pathology)
8 janvier 2010 : Date limite pour la réception des demandes

170 Research Lane


Guelph ON N1G 5E2
http://centre.ouac.on.ca

Futon et base Maya à partir de 389$

ÉTUDIANT + FUTON = *housse en sus

RABAIS 7%
*sur achat de futon et base
du 8 sept. au 20 sept. 2009.
Avec carte valide.
Vous voulez devenir journaliste?

Vous aimez écrire?

Un sujet d’article vous inspire?

La Rotonde c’est pour VOUS!

Devenez journaliste

info@larotonde.ca

#ERTAINESCHOSESNESONT Partagez votre service Internet et votre


PASFAITESPOURÐTREPARTAGÏES service du câble avec vos colocataires.
Certaines autres le sont.
TÉLÉ NUMÉRIQUE DE BASE
s ³MISSIONSGRATUITESSURDEMANDE5NEEXCLUSIVITÏDE2OGERS
s #OMPRENDUNTERMINALNUMÏRIQUEÌDÏlNITIONSTANDARD
s #OMPRENDLESFRAISMENSUELSPOURLESERVICENUMÏRIQUE

INTERNET POUR LES ÉTUDIANTS


1

s ,EPLUSRAPIDEETLEPLUSlABLE5NPOINTCESTTOUT2
s 6ITESSEDETÏLÏCHARGEMENTPOUVANTATTEINDRE
MBPSETVOLUMEDUTILISATIONDE'O3
s #OMPRENDLALOCATIONDUNMODEMSANSlLPOURLAMAISON

Partagez les coûts.


69 98$par mois 4

PENDANTHUITMOIS4AXESENSUS
)NSTALLATIONETMISEENSERVICE
GRATUITES3ANSABONNEMENT

COMPOSEZ LE 1-800-317-0347 POUR


OBTENIR DE PLUS AMPLES
RENSEIGNEMENTS.
1. Internet pour les étudiants comprend Internet haute vitesse Lite et un rehaussement graduel de vitesses de téléchargement et de volume d’utilisation. Le client doit
fournir une adresse électronique au moment de la commande. Tous les détails sur le rehaussement de vitesse de téléchargement et de volume d’utilisation seront
fournis par courriel une fois le service Internet haute vitesse installé. Des frais mensuels courants de 35,99 $ s’appliquent au service Internet haute vitesse Lite. 2. « Le
plus rapide » fait référence aux tests menés par une firme de recherches indépendante, comScore Inc., comparant les vitesses de téléchargement moyennes à celles
offertes par les fournisseurs de service DSL. Essais effectués à l’intérieur de la zone de couverture de Rogers en Ontario, du 1er octobre 2008 au 31 janvier 2009. 3. La
limite d’utilisation est fixée sur une base mensuelle et dépend du niveau de service. Des frais de 1,50 $ par Go s’appliquent pour toute utilisation dépassant la limite
d’utilisation mensuelle du service, jusqu’à concurrence de 25 $. Consulter rogers.com/gardezlerythme pour obtenir de plus amples renseignements. 4. L’offre se
termine le 30 septembre 2009 et s’adresse aux nouveaux clients dans les régions desservies qui sont détenteurs d’une carte étudiant valide. Les modalités peuvent être
modifiées sans préavis. Les frais CRTC FRPL s’appliquent. Les tarifs mensuels courants et les caractéristiques des produits s’appliquent après la période promotionnelle
de huit mois. Le client doit s’abonner à un minimum de services Internet pour obtenir l’installation gratuite. MCRogers et le ruban de Möbius sont des marques de
commerce, ou utilisées sous licence ou avec la permission de Rogers Communications inc. ou d’une société de son groupe. Les autres noms de marque et logos sont
des marques de commerce appartenant à leurs titulaires respectifs. © 2009 Communications Rogers Câble inc.
POUR MA MAÎTRISE,
JE CHOISIS L’ENAP !
Divertissements
le 8 septembre 2009

Sudoku
Remplissez les cases vides pour compléter le casse-tête. Chaque chiffre de 1 à 9 doit être présent
dans chaque rangée horizontale et verticale, ainsi que dans chaque section de neuf cases.
La Rotonde n’est aucunement responsable de tout problème de manque d’attention de ses
lecteurs en classe en raison de ce Sudoku.

.ca

redaction@larotonde.ca www.larotonde.ca • 21
le 8 septembre 2009

Éditorial
le 8 septembre 2009 • Vol. LXXVII No. 2

Passez à la caisse et recevez


109, rue Osgoode
Ottawa (Ontario)
K1N 6S1
613 421 4686

un diplôme? 4
septembre. Date ultime service. De plus en plus d’étudiants
pour s’acquitter de ses frais contestent les notes, râlent contre la
de scolarité. Grosse facture, longueur des travaux – bref, se di-
hein? Le 4 septembre et sent: « Je paye pour ça, c’est donc à
pas après, sinon, pénalités. Pas les moi de décider. »
moyens de payer l’année complète
dès le mois de septembre? L’Uni- Étudiants, pas clients
versité y a pensé! Trente-cinq dol-
lars de « frais administratifs » pour Peut-on blâmer les étudiants?
ceux qui ne peuvent se permettre de Certains ne fournissent pas assez
tout payer d’un coup. Faire payer d’effort dans leurs cours, mais dans
les pauvres? Pourquoi pas, nous une société où tout, mais absolu-
dit l’Université. Faire payer tout le ment tout, est fait pour les consom-
monde? Ça fait déjà longtemps. mateurs, il devient difficile pour cer-
tains de différencier les dépenses.
Plus loin que la pauvreté Cinq mille dollars pour un télévi-
seur? Bien mieux de fonctionner, ce
5 novembre. Tous dans les rues foutu machin, sinon illico de retour
de la capitale pour la manif annuelle au magasin pour se faire rembour-
« À bas des frais ». Objectif plus que ser. L’expression « le client est roi » RÉDACTION
louable, d’autant plus que cette an- n’a jamais été aussi juste. Cette logi- Rédacteur en chef
née, le message sera orienté dans que n’a cependant pas sa place dans Mathieu Gohier
une perspective plus large de lutte une institution d’enseignement. redaction@larotonde.ca
à la pauvreté. « À bas les frais »,
Secrétaire de rédaction
version récession. Les étudiants ne Un argument de plus Joanie Demers
sont pas les seuls à manger du Kraft revision@larotonde.ca
Dinner, le gouvernement de l’Onta- On évoque avec raison l’appau-
rio devrait le savoir. Mais il y a plus vrissement des étudiants dans le Actualités
Mathieu Gohier
que ça, lorsqu’on traite des frais de débat sur les frais de scolarité. On (Par interim)
scolarité. parle beaucoup de chiffres, mais actualites@larotonde.ca
Janvier et mai. Les notes appa- qu’en est-il de la scolarité elle-même
raissent sur Infoweb. Déçus ou sa- Arts et Culture
– et surtout de son marchandage? Sonia Noreau
tisfaits, les étudiants font le bilan de L’obtention d’un diplôme n’est pas culture@larotonde.ca
leur session ou de leur année. Année le fruit d’une dépense, mais plutôt
pour laquelle ils ont payé. Et c’est là celui d’efforts d’apprentissage. Sports
Maxime Goulet
que ça devient dangereux. La solution? Elle doit venir des sports@larotonde.ca
Pour plusieurs, dépenser plus ou deux côtés. D’une part, les divers
moins 6000$ par année pendant gouvernements et universités doi- Section Opinions
trois ou quatre ans devrait donner Mathieu Gohier
vent comprendre que le prix exigé
droit à un diplôme. Voilà l’effet pour fréquenter une université est Web
pervers de ces frais astronomiques. déjà exorbitant et qu’une sérieuse Philippe Teisceira-Lessard
Non seulement appauvrissent-ils, diminution des frais s’impose. web@larotonde.ca
mais ils faussent aussi la perception D’autre part, c’est également aux Direction artistique
des étudiants: à ce prix, ceux-ci ont étudiants de comprendre que mal- Production
l’impression de débourser pour un gré l’important coût de l’éducation Mathieu Langlois
post-secondaire, obtenir un di- directart@larotonde.ca
production@larotonde.ca
plôme requiert plus que sortir son
chéquier. Insatisfaits du montant
des frais de scolarité? Faites-le sa- ÉDITIONS ET VENTES
voir! La Fédération étudiante de Directrice générale
l’Université d’Ottawa (FÉUO) n’at- Caroline Bouchard
tend que ça! Les campagnes contre direction@larotonde.ca
les frais sont connues et il n’en tient 613 562 5264
qu’aux étudiants de s’impliquer Publicité
auprès de celles-ci. Edgar Donelle
Bref, combattons vigoureusement Accès Média
le prix – et, malheureusement, la info@accesmedia.com
514 524 1182
hausse – des frais de scolarité, mais
n’oublions pas qu’un diplôme se
décroche à la suite d’efforts, et non La Rotonde est le journal étudiant de
après une transaction bancaire. l’Université d’Ottawa, publié chaque
lundi par Les Éditions de La Rotonde,
et distribué à 5000 copies dans la région
d’Ottawa-Gatineau. Il est financé en partie
par les membres de la FÉUO et ceux de
l’Association des étudiants diplômés. La
Rotonde est membre du Carrefour inter-
national des presses universitaires franco-
phones (CIPUF) et de la Presse universi-
taire canadienne (PUC).

La Rotonde n’est pas responsable de


l’emploi à des fins diffamatoires de ses ar-
ticles ou éléments graphiques, en totalité
ou en partie.

redaction@larotonde.ca www.larotonde.ca • 23
Jeudi 17 septembre
Cabaret francophile avec Konflit Dramatik
21 h , 1848
Entrée gratuite, plus de 300$ en prix de présence*
Les billets pour le tirage sont disponibles aux bureaux du SVC et du Centre de bilinguisme.

Thursday September 17th


Cabaret francophile with Konflit Dramatik
9pm, 1848
Free entrance, more than $300 in door prizes*
Tickets for the draw are available at CLS’s and Bilingualism Centre’s offices.