Vous êtes sur la page 1sur 24
MCA Zemmamouche, Monsieur 50% du Mouloudia «Je n’attends qu’un signe de Saâdane» Coulibaly pourrait terminer
MCA
Zemmamouche, Monsieur
50%
du Mouloudia
«Je n’attends qu’un signe de Saâdane»
Coulibaly pourrait terminer la saison
CRB
Victime d’une
hémorragie
interne
LUNDI
14
SEPTEMBRE 2009
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 980 BIS PRIX 20 DA
Mameri
out
10 jours
Yebda
De notre envoyé spécial en Angleterre
«Jeserai présent contreleRwanda»
«Belhadj, Ziani
et Djebbour m’ont
encouragé à venir»
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
«Face à la Zambie, j’ai vibré
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
comme un remplaçant»
Raouraoua répond
aux Egyptiens
«Jesuisfier d’être
Algérien
et de
notredrapeau»
«Seulslesderniers
matches se jouent
à la même heure»
JSK
Les supporters inquiets
«Nous ne voulons pas revivre
le scénario de la saison passée»
USMA
USMB
NAHD
Cheklam
Belahouel
Asselah
«Je ferai tout
pour jouer face
à El Eulma»
«Blida ne
jouera pas la
relégation»
«Je ne fais
pas de
chantage»
El Harrach avertit le MCA
Lang n’est pas le seul responsable
Amrouche mis à l’index aussi
USMH

2

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

Coup de cœur REPORTAGE

YYeebbdd aa

«Je serai présent contre le Rwanda»

Y Y e e b b d d a a «Je serai présent contre le Rwanda»

«Je n’arrête pas de penser à la sélection»

Rwanda» «Je n’arrête pas de penser à la sélection» «J’ai vibré comme un remplaçant en suivant

«J’ai vibré comme un remplaçant en suivant le match»Rwanda» «Je n’arrête pas de penser à la sélection» «Belhadj, Djebbour et Ziani ne m’ont dit

«Belhadj, Djebbour et Ziani ne m’ont dit que du bien de la sélection»«J’ai vibré comme un remplaçant en suivant le match» «Je suis fier d’être Algérien et de

«Je suis fier d’être Algérien et de notre drapeau !» C ette fois, c’est officiel
«Je suis fier d’être
Algérien et de notre
drapeau !»
C ette fois, c’est officiel ! Hassan Yebda
sera bien présent pour le match du 10 oc-
tobre contre le Rwanda. C’est le joueur
en personne qui nous l’a affirmé samedi,
◗ A la fin de l’entretien qu’il nous a accordé,
nous avons proposé à Yebda de poser de-
à la fin du match Portsmouth-Bolton (2-3). Has-
san Yebda avait en fait toujours été partant avec
les Verts, puisqu’il nous l’avait affirmé depuis la
victoire contre l’Egypte. «J’ai hâte de rejoindre
vant notre objectif comme à l’accoutumée. Il
donnait l’impression de remplir une formalité
après toutes les photos prises avant et après le
match. Mais dès qu’on lui a sorti le drapeau al-
gérien, ses yeux se sont illuminés de bonheur
et de ferveur. «Vous voulez peut-être qu’on se
mette loin de tous ces supporteurs qui nous re-
gardent ?» Lui avait-on proposé pour le met-
tre à l’aise. Et Yebda de répondre aussitôt :
«Non, non, on est bien ici, ça ne me gêne pas du
tout. Bien au contraire même ! Je suis fier d’être
Algérien et de notre drapeau. Vive le bled !»
C’est là que Hassan Yebda a pris le drapeau
pour le mener vers ses lèvres pour l’embrasser
chaleureusement. De quoi réchauffer le cœur
de tous les Algériens. Sacré Hassan !
l’équipe», nous a-t-il alors confié. Mais comme il
préparait son départ du Benfica, il s’était ré-
servé quelque peu pour ne pas entraver les né-
gociations avec les clubs acquéreurs. Cependant,
il s’activait, en compagnie de son frère et agent
Karim, à réunir les éléments du dossier que Mo-
hamed Raouraoua a envoyé à la FIFA pour le faire
qualifier. Aujourd’hui tout est rentré dans l’or-
dre de manière définitive et Hassan Yebda est
«redevenu» Algérien à part entière, tout comme
l’a fait avant lui Mourad Meghni. Nous l’avons
sollicité pour cette interview à Portsmouth pour
vous offrir la version officielle, de la bouche
même du joueur. Appréciez.
Vous venez de jouer votre premier match en championnat
d’Angleterre, quel effet cela vous fait-il ?
Non, ça va, ça s’est bien passé pour un début d’un point de vue per-
sonnel. J’ai eu de bonnes sensations durant les minutes que j’ai jouées.
J’ai essayé d’apporter ce que le coach attendait de moi en attaque, mais
malheureusement on a encaissé ce but meurtrier dans les dernières
minutes du match. Nous avons perdu trois points importants, c’est
vraiment dommage de perdre comme ça. Mais on va essayer de se
concentrer sur le prochain match contre Aston Villa pour rattraper
cela.
Vous êtes pourtant revenus à deux fois avant de vous incliner
C’est vrai, cela montre que nous avons de ressources mentales, mais
malheureusement nous avons été moins vigilants vers la fin. Je crois
que l’équipe va s’améliorer avec le temps. Nous avons juste besoin
d’huiler la machine pour trouver la cohésion entre les différents com-
partiments. Je suis optimiste en tout cas.
Avouez que cela vous change de Benfica en voyant ce public
vous applaudir malgré une défaite dans les dernières minutes,
non ?
C’est vrai que cela diffère beaucoup de Benfica. Au Portugal, dès
que vous perdez, tout le monde est contre vous, parce que le Benfica
est un club qui a beaucoup d’exigences. Il suffisait de perdre un match
pour voir tout le monde contre nous. Par contre ici, c’est complète-
●●●
Belhadj et Yebda arrivent
dans la même voiture
immatriculée en France (dans le départe-
ment 62), avec évidemment le volant bien à
gauche.
◗ Hassan Yebda est arrivé dans la voiture de
Nadir Belhadj au stade pour jouer son
premier match de la saison. C’est dire la com-
plicité qui lie déjà les deux joueurs à peine se
sont-ils connus. Il faut dire que Yebda a en-
core du mal à s’habituer à la conduite à
Salué par Kaboul
dès l’arrivée
◗ A peine sortis du véhicule, Nadir Belhadj
et Hassan Yebda ont pris place à côté du
gauche des Anglais. Belhadj a préféré le sou-
lager et lui éviter ce calvaire, même si lui-
même a gardé à ce jour sa belle Brabus noire,
Cayenne GTS blanc du Younès Kaboul qui
les a accueillis avec son humour habituel. On
a noté au passage que le matricule du défen-
seur franco-marocain portait son patronyme
avec un K suivi du numéro 8 qui fait office
du B, et puis le OUL pour faire K8OUL. Les
trois Maghrébins ont échangé des mots de
bienvenue avant d’aller saluer leurs nom-
breux fans qui les attendaient derrière les
barrières de sécurité. Il faut rappeler que Ka-
boul et Yebda se sont déjà croisés en France
à maintes reprises, notamment dans les ca-
tégories des jeunes lorsqu’ils étaient tous les
deux dans le centre de formation d’Auxerre,
en compagnie de… Rafik Djebbour.

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

3

Coup de cœur REPORTAGE

●●●

ment différent, la mentalité elle-même est différente. Il faut donc se donner les moyens de gagner nos matchs. C’est aux joueurs de mouiller le maillot pour ré- pondre à l’attente du public qui nous montre tant d’inté- rêt avant, pendant et après le match. Comment jugez-vous votre intégration au sein de l’équipe ? Mon intégration s’est faite en douceur. Je n’ai pas senti de difficultés particulières au sein de l’équipe. Tout s’est passé très bien pour moi. Avec le coach, ça a été facile et puis avec le groupe, c’est aussi bien surtout avec tous les joueurs que je connais comme Nadir (Belhadj), Younès (Ka- boul), Aruna Dindane, Frédérique Piquionne et d’autres encore. Votre équipe est un vrai melting-pot avec tous ces joueurs venus de partout, non ? C’est vrai, il y a beaucoup de couleurs dans cette équipe et c’est agréable à vivre de l’intérieur. Il y a des joueurs de France et d’Afrique. Je ne suis pas dépaysé dans ce sens. Passons maintenant à des choses plus sérieuses pour nos lec- teurs. Selon nos informations, vous allez recevoir ce lundi une convocation de la FAF pour jouer le match Algérie- Rwanda. Qu’allez-vous répondre cette fois ? Pour le moment, je n’ai rien reçu, mais c’est vrai que si je reçois la convocation cette semaine comme vous dites, j’y répondrai fa- vorablement bien sûr, il n’y a pas le moindre doute. On peut donc vous compter parmi le groupe pour le pro- chain stage préparatoire pour le match contre le Rwanda ? Je viendrai avec un très grand plaisir même ! Franchement, je suis impatient d’y être. Pour le moment, j’essaie de me mettre prêt physiquement déjà pour mon club, jouer surtout un peu plus, car je n’ai pas eu tellement de temps de jeu depuis le début de saison. Je voudrais avancer un peu plus physiquement pour être au point le 10 octobre contre le Rwanda. Cela bien évidemment si le sélec- tionneur trouve que je serai prêt pour tenir ma place au sein des Verts. Mais d’ici là, j’ai encore du temps de me préparer comme il se doit. Et je ne pourrais être utile pour l’équipe nationale que si je progressais avec mon club. Est-ce que dans votre tête vous avez eu assez de temps pour vous imprégner de l’ambiance que vous allez vivre au sein de l’équipe d’Algérie ? C’est sûr que j’y suis déjà dans ma tête. J’ai suivi le parcours de l’équipe depuis le tout début des éliminatoires et je peux vous assu- rer que je n’ai pas arrêté de penser au jour où je rejoindrai la sélec- tion. C’est vrai qu’avant le changement du règlement de la FIFA, je n’étais pas aussi «dedans», si je puis dire. Mais depuis que les choses ont évolué, je ne vous cache pas, je suis à fond avec l’équipe natio- nale. Comment avez-vous suivi le dernier match contre la Zambie ? Avec des fourmillements dans les jambes. J’étais scotché à l’écran et j’ai vibré avec l’équipe comme un remplaçant. La victoire nous a fait tous beaucoup de bien. Je suis très content pour le coach, pour les joueurs et surtout pour le président de la Fédération qui a fait beaucoup de bien pour le football algérien en changeant cette loi de la FIFA…

le football algérien en changeant cette loi de la FIFA… Il a fait du bien non

Il a fait du bien non seu- lement aux footballeurs algériens mais aussi à beaucoup d’autres joueurs africains C’est vrai que beaucoup de joueurs africains ont été soulagés de voir passer cette loi. Tous les joueurs concer- nés l’ont accueillie avec joie, car ça leur a ouvert la possi- bilité de jouer en sélection avec leur pays d’origine. Franchement, je suis content pour tout le monde. Est-ce que Saâdane et Raouraoua vous ont ap- pelé ? Oui, j’ai discuté avec le coach et le président au té- léphone et les deux ont été très réconfortants dans leurs propos. Ils ont été très compréhensifs avec moi ces derniers temps et je tiens à les en remercier vivement. On peut donc affirmer que vous serez avec les Verts au pro- chain stage et surtout face au Rwanda ? Incha’Allah ! Si ça ne tenait qu’à moi, je viendrais dès demain. La volonté est certaine de mon côté. Il n’y a pas de doute. Le reste dé- pendra du choix du sélectionneur. C’est le seul à pouvoir décider à qui il va faire appel. Vous sélection tombe au bon moment parce que Mansouri sera suspendu pour ce match C’est dommage pour Mansouri et tant mieux si je viens au bon moment, car l’équipe nationale a besoin de poursuivre sur sa lan- cée. Le plus important est d’avoir une équipe très solide avec des joueurs aussi bons les uns que les autres. C’est ce qui fait la force d’une grande sélection. Ceux qui ne sont pas titulaires doivent avoir le niveau pour être prêts à remplacer ceux qui jouent sans qu’on les regrette. Je crois que l’Algérie possède aujourd’hui ces éléments. Comment vivez-vous votre venue en sélection d’Algérie ? Avec une grande émotion, car je sais que ma sélection va faire plaisir à toute ma famille, que ce soit mes parents, mes frères et mes sœurs ou mes oncles, mes tantes et mes cousins qui sont en Algé- rie. Je sais qu’ils attendaient cela depuis très longtemps tout comme moi. Au départ ce n’était pas possible vu le règlement de la FIFA, mais aujourd’hui le rêve est devenu réalité et j’espère ne pas déce- voir tous ces gens. Vous avez sans doute appelé quelques joueurs de l’équipe d’Algérie après le match contre la Zambie. Que vous ont-ils dit ? Oui, on s’appelle souvent. J’ai déjà de très bons amis au sein de l’équipe comme Belhadj, Djebbour et Ziani. Ils ne m’ont dit que du bien de l’organisation et de l’ambiance qui règne au sein de l’équipe. Franchement ça donne envie d’y être tout de suite. Ils m’ont raconté toute la ferveur qu’il y a dans le pays autour de l’équipe. Et puis, ça se voit même de loin. La meilleure preuve ce sont les résultats ac- tuels. Un mot pour les supporteurs de l’équipe nationale ? Je les salue vivement pour la passion dont ils entourent l’équipe. Rien qu’en les voyant à la télé, ils m’ont donné des frissons dans le dos. J’imagine bien ce que ça va être lorsque je serai sur le terrain. Franchement, l’ambiance que le public algérien fait dans le stade donne envie de se surpasser sur le terrain. Entretien réalisé à Portsmouth par Nacym Djender

Entretien réalisé à Portsmouth par Nacym Djender Marc Mudie (journaliste anglais) «Content d’avoir deux

Marc Mudie (journaliste anglais)

«Content d’avoir deux Algériens à Pompey»

Yebda a fait son entrée au milieu de la seconde mi-temps, à la 71’, à la place de O’Hara, ap- plaudi vivement par les supporteurs. En fait, Yebda était une vraie énigme pour les suppor- teurs de Pompey. Et pour cause, personne ne l’avait vu jouer auparavant, comme nous l’a affirmé Marc Mudie journaliste d’une radio locale. «On part un peu dans le vide avec Yebda parce qu’on ne le connaissait pas du tout avant de venir chez nous. Les seuls éléments que nous avions de lui, émanent des vidéos You tube sur Internet. Ce qu’on a lu de lui, nous fait croire que c’est un joueur incroyablement bon. On dit beaucoup de bien de lui. On a dit que c’est un battant infatigable et cela va sans doute lui réussir dans le championnat anglais. Ce n’est pas un joueur qui marqué beaucoup de buts. Il est bon sur l’homme défensivement et il est capable de faire de bonnes passes pour les attaquants. Nous avons eu un petit aperçu au- jourd’hui, même s’il a évolué dans un rôle différent de celui auquel il est habitué. Je suis content pour l’Algérie d’avoir deux bons joueurs comme Hassan et Nadir. Ils vont beaucoup apporter pour votre sélection et je l’espère aussi pour Pompey.»

pour Yebda
pour Yebda

Aucun joueur n’a le droit de

refuser un autographe à un fan

Parmi les suppor- teurs de Pompey, il

y avait autant d’enfants que d’adultes vêtus du maillot bleu. Yebda est passé par tous les pré- sents qui lui récla- maient soit une photo,

soit un autographe. Il était suivi bien évi- demment par Nadir

Belhadj qui s’afférait également à satisfaire les nombreuses demandes des fans. Ce qui est frappant dans cette relation entre les joueurs et leurs supporteurs, c’est qu’aucun de ces derniers ne bousculait les autres. La raison est toute simple : aucun joueur ne peut refu- ser l’appel d’un fan. Il suffisait d’appeler le nom du joueur de loin pour le voir s’exécuter avec un large sourire. Yebda et Bel- hadj sont restés par exemple un bon quart d’heure avec leurs fans avant de rejoindre le vestiaire en début de match. Pareil vers la fin, avec une série d’une dizaine de minutes et ce, mal- gré l’amère défaite. Une communion entre les uns et les autres qui nous fait rappeler le faussé qui sépare notre football au leur.

Des souhaits d’un meilleur départ

En ce samedi 12 septembre 2008,

Hassan Yebda aurait sans doute souhaité démarrer sa saison avec Portsmouth par un meilleur résultat. Mais la ténacité de Bolton Wanderers a fini par payer dans les dernières minutes du match. Une défaite (2-

3) qui aurait déclen- ché, à n’en point douter, un envahissement du terrain sous d’autres cieux. Mais pas en Angleterre où les joueurs de Pom- pey sont sortis certes dépités, mais sous les applaudissements de leurs supporteurs incroyablement zen, après cette autre dé- faite à domicile. Espérons seulement que Yebda connaîtra un meilleur départ avec les Verts. Les supporteurs algériens ne connaissant pour l’instant que l’esprit «m’Zen…zen».

Piquionne le complimente

pour avoir rejoint l’Algérie

Frédérique Piquionne l’avant-cen- tre français de Portsmouth s’en est

allé d’une belle confidence au sujet d’Hassan Yebda à la fin du match contre Bolton. En effet, l’ancien joueur de Saint-Etienne et Lyon nous a révélé pendant qu’il s’apprêtait à rejoindre son véhicule que «Hassan m’a beaucoup parlé de son engagement avec la sélec- tion d’Algérie. Il est tout excité à l’idée de rejoindre l’équipe. Il a de la chance car il va sans doute disputer la Coupe du monde au train où va l’équipe algé- rienne. J’espère que vous allez vous qualifier car on n’entend que du bien de votre équipe nationale». Avec l’excellent résultat des Verts, ceux qui ont mis leur «Bleu» de travail de côté ne vont peut-être pas le regretter.

Premier contrôle antidopage

Première apparition en Premier ship et premier contrôle antidopage pour Hassan Yebda. En effet, juste après avoir

rejoint le couloir menant au vestiaire que l’Algérien a été dirigé

vers l’urinoir afin de se soumettre à l’obligation du contrôle des médecins envoyés par la Fédération anglaise de football. Ques- tionné sut le sujet, Yebda nous a répondu qu’il a été choisi au hasard parmi les joueurs présents. Bien évidemment, le test a été négatif et Yebda s’en est allé prendre son bain tranquille- ment.

Yebda retrouve le losange qu’il a… fuit à Lisbonne quionne et les autres attaquants n’en
Yebda retrouve le losange qu’il
a… fuit à Lisbonne
quionne et les autres attaquants n’en ont pas profité.
D’aucuns se demandaient dans les tribunes la mal-
chance de ne pas avoir un joueur comme Peter
Crouch et ses 200 centimètres.
◗ Yebda avait fuit le système tactique en losange
prôné par Jesus, le coach du Benfica Lisbonne.
Mais à son grand étonnement, il s’est retrouvé dans
le même schéma à Portsmouth. Mais Paul Hart, le
coach de Pompey, a décelé les capacités de Yebda à
jouer sur plusieurs fronts. C’est ainsi qu’il n’a pas hé-
sité à le positionner comme milieu gauche dans le
losange. Yebda a montré dans ce match des qualités
indéniables de meneur et de passeurs en retrait.
Malheureusement pour son équipe, Frédérique Pi-
Il a voulu imposer son caractère
◗ A peine entré sur le terrain qu’Hassan Yebda a
pris ses responsabilités au sein de sa nouvelle
équipe. Il s’est évertué à réclamer le ballon pour di-
riger le jeu comme il le faisait souvent au Benfica la
saison passée. Visiblement serein et détendu, l’Algé-
rien s’est positionné sur le flanc gauche pour mener
le combat à ses adversaires. Il s’est montré très so-
lide dans la couverture de ses ballons, imposant le
respect à tous ses vis-à-vis, en faisant tomber plus
d’un par terre au corps à corps. Sachant sans doute
le respect que suscite chez les supporteurs anglais
l’esprit de combat chez les joueurs, Yebda s’est ac-
cordé deux petits excès de dribble qui ont donné des
frayeurs aux supporteurs. Mais sans plus. Il a sans
doute été briefé par son ancien camarade à Auxerre,
Youne Kaboul qui a été applaudi même après avoir
perdu un ballon et essuyé un carton jaune. Yebda
veut sans doute suivre le même chemin pour gagner
l’estime du public de Pompey.
Abou Trika «La maison de La Mecque est le plus beau cadeau qu’on m’a offert»

Abou Trika

«La maison de La Mecque est le plus beau cadeau qu’on m’a offert»

La Mecque est le plus beau cadeau qu’on m’a offert» Après qu’un citoyen saou- dien, Ibrahim

Après qu’un citoyen saou- dien, Ibrahim Hamad, eut offert à Mohamed Abou Trika une maison meublée située à La Mecque, à quelques mètres de la mos- quée, l’international égyp-

tien, qui avait cru au départ

à une plaisanterie, a remer-

cié le donateur en déclarant qu’il s’agit du «plus beau et plus insolite cadeau qu’on m’a offert», tout en formu- lant le vœu de «rencontrer

mon frère Ibrahim ou, au moins, de le contacter afin de le remercier de ce cadeau que j’accepte de bon cœur». Le généreux donateur a ex- pliqué son geste par ce qu’il

a lu, dans un site Internet,

sur le don qu’a fait Abou Trika pour la construction d’une mosquée au Rwanda. «Sachant qu’il veille à effec- tuer la omra à chaque fois que cela lui est possible et qu’il aime faire ses prières à la mosquée de La Mecque, j’ai décidé de lui faire don de ma maison, un cadeau mo- deste pour un homme qui, par ses paroles et ses actes, constitue un exemple pour les générations montantes», a-t-il déclaré.

4

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

Raouraoua : «Samir Zaher ne peut pas changer les lois de la FIFA»

Invité samedi soir de l’émission «Houna Al Qahira» (Ici le Caire) sur la chaîne égyptienne Modern Sport, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, a rappelé que la réglementation de la FIFA est claire par rapport à la de- mande de l’Egypte de faire jouer les matches de la prochaine journée le même jour et à la même heure : seuls les matches de la dernière journée doi- vent se jouer en même temps. «Notre match face au Rwanda a été programmé et la FIFA a entériné cette date», a-t-il ajouté. «Pour changer une date, il faut changer la réglementation et seul le congrès est habilité à le faire », a-t-il af- firmé, précisant qu’il est «membre de la commission juridique de la FIFA», ce qui veut dire qu’il sait de quoi il parle. «De notre côté, nous ne change- rons pas cette date.» Il a rappelé, par ail- leurs, que les lois de la FIFA stipulent clairement qu’il sera tenu compte du goal-average général pour éventuelle- ment départager deux équipes qui se- ront termineront à égalité. «Mon ami Samir Zaher veut changer cette disposi- tion, mais il lui faudra saisir le congrès de la FIFA 90 jours avant et faire adop- ter ce changement», a-t-il précisé, avant d’ironiser : «Samir Zaher change les lois à une vitesse incroyable.»

«Samir Zaher change les lois à une vitesse incroyable.» «La qualification n’est pas encore jouée» Raouraoua

«La qualification n’est pas encore jouée»

Raouraoua a assuré que la qualifica- tion pour la Coupe du monde est en- core loin d’être jouée entre l’Algérie et l’Egypte. «Ce ne sera pas facile pour les deux sélections car, contrairement à ce que beaucoup de gens le pensent, notre match face au Rwanda ne sera pas du tout facile», a-t-il estimé. Il a quand même tenu à souligner que «ce n’est pas un match de football qui altérera les ex-

Ghezzal et Sienne chutent face à la Roma

Décidément, Sienne ne brille pas à domicile. Après avoit été battu par le Milan AC lors de la première jour- née, il a été victime, hier, du réveil de lʼAS Roma qui a réalisé sa première victoire de la saison (1-2). Abdelka- der Ghezzal a été titularisé, toujours dans son nouveau rôle dʼattaquant de soutien. Il a été remplacé à la 79ʼ pour des raisons tactiques, son entraîneur voulant incorporer un milieu de terrain après lʼexpulsion dʼun joueur.

un milieu de terrain après lʼexpulsion dʼun joueur. Saayoud cellentes relations qui ont toujours existé entre

Saayoud

cellentes relations qui ont toujours existé entre les peuples algérien et égyptien». Il

a mis en exergue les qualités profes-

sionnelles et humaines des deux sélec-

tionneurs Rabah Saadane et Hassan Shehata, louant leur souci permanent de ne jamais envenimer les choses entre les supporters.

«Le nationalisme de nos joueurs ne se monnaye pas à 8 000 euros»

Questionné sur la raison qui pous- sent des joueurs algériens né et ayant vécu en France à défendre avec en- thousiasme les couleurs algérien, le pa-

tron de la FAF a répliqué que «ces joueurs sont algériens à part entière» et que «des circonstances ont fait qu’ils vi- vent à l’étranger, tout comme il y a des Egyptiens émigrés, mais cela n’empêche pas qu’ils soient attachés à leur pays», donnant pour exemple «la glorieuse équipe du FLN qui avait compté dans ses rangs des joueurs appelés à disputer la Coupe du monde avec la France, mais qui ont renoncé à tout et avaient choisi l’Algérie». Le journaliste Ala Sadek lui

a alors demandé si ce n’est pas l’argent

qui motivait les professionnels puisque les joueurs algériens avaient perçu 8

000 euros chacun après la victoire face

à la Zambie et Raouraoua a répliqué :

«Le nationalisme ne se monnaye pas à 8 000 euros. Sachez qu’il y a des joueurs

algériens qui touchent 250 000 euros par mois ou plus et qui sont transférés à 4 millions d’euros ou plus. Donc, c’est quoi 8 000 euros pour eux ?»

a été

Raouraoua

interviewé

à son insu

son intervention

cours de Sport,

Au Modern

Mohamed

sur

Raouraoua a évoqué la quête de

sensationnalisme des médias arabes qui mène souvent vers

la

fabrication de déclarations,

fausses déclarations

comme les

quun journal algérien a attri-

buées, selon lui, à Belaïd La-

carne au sujet de l’arbitre mauricien du match Algérie-

j’ai

que

Egypte. «Figurez-vous

découvert, dans un journal algé-

moi, avec

rien, une interview de

questions et réponse, alors que

le jour-

je nai jamais rencontré

a-t-il

naliste qui l’a signée»,

ra-

en riant,

conté, tout en précisant,

que «c’était quand même une

belle interview». Il a toutefois précisé qu’il «existe quand même des journaux et des jour-

nalistes honnêtes et qui méritent

tout le respect».

Renard : «Je convoquerai mes meilleurs joueurs, y compris les pros»

Des médias zambiens ont colporté une information plutôt étrange : le sélectionneur Hervé Renard aurait déclaré qu’il ne compte pas convoquer les joueurs professionnels à l’occasion du match face à l’Egypte au motif que la qualification pour la Coupe du monde s’est envolée et que ces joueurs-là ne sont plus motivés. Contacté hier par nos soins, Hervé Renard s’est montré étonné par cette information. «A ma connaissance, aucun journal zambien n’a publié pareille information. Il n’en est rien du tout», a-t-il assuré, tout en ras- surant les Algériens : «Ne vous inquiétez pas : nous jouerons avec tous nos joueurs, y com- pris les pros. Nous n’avons pas le choix : nous devons prendre un point au moins et nous utiliserons nos meilleurs joueurs pour ce faire.»

Cinq joueurs renvoyés du CSC Le président du CSC, Ounis a renvoyé hier cinq de
Cinq joueurs renvoyés du CSC
Le président du CSC, Ounis a renvoyé hier cinq de ses joueurs de la séance d’en-
traînement. Il s’agit en effet de Debouz, Derradj, Medjoudj, Meziani, Khellaf. Chacun
d’entre eux devra comparaître en conseil de discipline dès aujourd’hui pour s’expli-
quer devant les responsables du club.
pour s’expli- quer devant les responsables du club. «Je serai le premier à supporter les Verts

«Je serai le premier à supporter les Verts le 14 novembre au Caire»

Il a suffi d’un quart de jeu avec Al Ahly face à Talaie Al Djeich pour que Amir Saayoud, l’Algérien qui évolue chez le champion d’Afrique, confirme son immense talent. Surnommé le Messi arabe par les supporters d’Al Ahly et par les journalistes, il attend seulement d’avoir la chance de jouer des matches entiers.

Comment évaluez-vous votre première sortie officielle avec Al Ahly ? J’attendais ce moment avec impatience après avoir brillé dans tous les matches ami- caux auxquels j’avais participé. Il ne me res- tait qu’à confirmer dans les rencontres officielles. Lors de ma première apparition officielle, je n’ai joué que le dernier quart d’heure face à Talaie Al Djeich et c’est in- suffisant pour étaler son potentiel. Malgré cela, j’ai fait quelques actions qui ont plu aux médias et aux supporters, en attendant de bé- néficier de l’occasion de jouer tout un match.

Vous sembliez vouloir tout faire durant le quart d’heure que vous avez joué, comme si vous vouliez faire vos preuves sachant que les grands noms, comme Abou Trika et Barakat, vont bientôt re- venir… C’est bien ça. Je veux exploiter chaque oc-

re- venir… C’est bien ça. Je veux exploiter chaque oc- casion pour montrer mes capacités. Mon

casion pour montrer mes capacités. Mon en- traîneur, Hossam Al Badry, me fait confiance lors des matches amicaux, mais ne me fait pas participer lors des matches officiels, si ce n’est pas la dernière fois. Aux journalistes qui lui demandent pourquoi il ne me fait pas confiance, il répond que c’est encore trop tôt et que j’aurai ma chance bientôt. Je ne peux qu’accepter et respecter ses décisions.

Vous ne bénéficiez pas de la confiance de l’entraîneur, mais vous êtes la coque-

luche des médias et des supporters qui vous surnomment le Messi arabe… C’est vrai que ma relation avec les suppor- ters est excellente, de même qu’avec les mé- dias. Cependant, je ne peux pas être content tant que je ne pourrais pas jouer de manière régulière.

Même Mohamed Barakat a loué votre ta- lent dans un entretien qu’il a nous a ac- cordé récemment… Il m’a informé que vous l’avez appelé. C’est vrai que Mohamed Barakat, Sayyed Moua- wad et tous les autres internationaux d’Al Ahly sont des modèles pour moi. J’apprends beaucoup à leurs côtés et ils m’aident beau- coup. Ce qu’a dit Barakat de moi m’encourage beaucoup et je suis impatient de démontrer qu’il a raison sur tout ce qu’il a dit sur moi.

En parlant des internationaux égyptiens, vous arrive-t-il de parler avec eux des éli- minatoires pour la Coupe du monde et de la lutte féroce entre l’Algérie et l’Egypte pour décrocher la première place ? Nous en parlons souvent. Ils me disent qu’ils gardent toujours l’espoir d’arracher la qualification pour le Mondial et je leur ré- ponds que c’est l’Algérie qui se qualifiera, mais tout cela sans chauvinisme aucun. Il y a un profond respect entre nous et la rivalité entre l’Egypte et l’Algérie n’a aucunement altéré

mes excellents rapports avec les joueurs et les supporters. Bien au contraire, les Egyptiens sont très fair-play.

Qu’est-ce qui ressort de leurs propos concernant la course pour la qualifica- tion à la Coupe du monde ? Ils espèrent battre la Zambie et jouer un match décisif face à l’Algérie au Caire. J’ai senti, à travers leur discours, qu’ils n’ont pas encore digéré d’avoir été battus par trois buts à Blida. L’un d’eux m’a dit que l’Algérie les a surpris car ils ne s’attendaient pas, avant le début du tournoi, à ce qu’elle montre un tel niveau. Aujourd’hui, ils reconnaissent que la sélection algérienne a un niveau appréciable, mais ils sont déterminés à prendre leur re- vanche en la battant sur un score lourd. De mon côté, je suis très optimiste car je suis convaincu que la qualification se jouera lors du match de l’Algérie face au Rwanda.

Serez-vous présent au Cairo Stadium le 14 novembre pour assister au match ? C’est sûr ! Je serai le premier supporter des Verts dans ce match. Je suis très heureux de ce que réalise la sélection de mon pays et mon vœu et de pouvoir porter ses couleurs très prochainement. En attendant, je ferai de mon mieux afin d’honorer le football algérien ici en Egypte.

Entretien réalisé par Chouaib K.

Le Buteur n°980 bis Lundi 14 septembre 2009

Coup d’œil Coupe de la CAF

5
5
De notre envoyé spécial à Kinshasa : Samir B. Vita Club 2 – ESS 1
De notre envoyé spécial à Kinshasa : Samir B.
Vita Club 2 – ESS 1
Stade des Martyrs (Kinshasa) Affluence : nombreuse Arbitres : Jdidi, Choukri Saâdallah, Réda Fehmi Avertissements
Stade des Martyrs
(Kinshasa)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Jdidi, Choukri Saâdallah,
Réda Fehmi
Avertissements : Seguer (37’), Laï-
faoui (65’) (ESS) ; Patrick (35’) (Vita
Club)
Buts : Insawa (4’), Diba (45’) (Vita
Club) ; Ziaya (85’) (ESS)
VITA CLUB :
Lekang, Patrick, Insawa, Abondya,
Ibandja, Sid Lomo, Katanga (Mate-
mona 64’), Basenga, Diba, Nyemba,
Nsila
Entraîneur : Chris
ESS :
Ferradji, Raho, Benchadi (Yekhlef
50’), Diss, Laïfaoui, Belkaïd, Del-
houm (Kaddour 69’), Metref,
Bouazza, Seguer (Bencharef 81’),
Ziaya
Entraîneur : Belhout

Les Sétifiens observent le jeûne

Les Sétifiens ont abordé le match d’hier contre le Vita Club de Kins- hasha tout en observant le jeûne, alors que le match se déroulait à 14h30, sous la chaleur. Une décision prise à l’unanimité par les joueurs.

Le président de Vita Club est un militaire

Comme c’est le cas de plusieurs clubs africains, Vita Club est pré- sidé par un militaire. Il s’agit du gé- néral Gabriel, le Commandant des forces terrestres du Congo. Toute- fois, l’intéressé n’a pas assisté au match d’hier. Il était un peu loin, dans la région de Koma où il diri- geait une manœuvre militaire.

Vers une demi-finale ESS-Premeiro Agosto

Dans l’autre groupe, la cin- quième journée qui s’est déroulée samedi dernier a été caractérisée par le match nul imposé par le Stade Malien, à Luanda, à Pre- meiro Agosto (0-0). Un résultat qui permet au Stade Malien de préser- ver la première place du groupe avec 9 points, suivi par les Ango- lais qui totalisent 8 points. De son côté, Haras Al Houdoud est offi- ciellement éliminé de la course après sa défaite contre Bayelsa Uni- ted qui se retrouve avec 6 points après cette victoire. La dernière journée sera déterminante pour la deuxième place. On ne connaîtra le nom de l’adversaire de l’Entente qu’après cette journée, même si Premeiro Agosto semble plus proche de la qualification.

ENPPI 4 – Santos 0

Les Egyptiens mettent la pression sur l’Entente

L’autre match, qui s’est déroulé samedi soir, a connu une large vic- toire d’ENPPI qui s’est imposé par 4 buts à 0 devant FC Santos. Ainsi, les Egyptiens mettent dès mainte- nant la pression sur les Sétifiens en prévision du prochain match entre les deux équipes qui aura lieu ce samedi, à Sétif. Si ENPPI gagne, ses chances pour la qualification se- ront grandes.

L’Entente aurait pu faire mieux

L a première alerte a été donnée par les Sétifiens qui ont failli ouvrir le score dès l’entame du match. En effet, deux

minutes ne se sont pas écoulées que Raho, sur le côté droit, sert idéalement Seguer qui re- prend le cuir de la tête, mais le gardien de but s’interpose et sauve son équipe d’un but tout fait. Une occasion que l’attaquant des Noir et Blanc regrettera longtemps, puisque la ré- ponse des Congolais ne s’est pas fait attendre. Deux minutes après cette action, les locaux réussirent à ouvrir la marque par l’intermé- diaire de Insawa. Ce dernier, profitant d’une erreur défensive, hérite du ballon dans la sur- face de réparation et d’un tir puissant met le cuir au fond des filets. Cueillis à froid, les gars des Hauts Plateaux ne se découragent pas pour autant et reprennent le jeu à leur guise. Mais les camarades de Seguer ne parviennent pas à inquiéter le gardien congolais, contrai- rement aux locaux qui se montrent plus me- naçants. A la 27’, suite à une-deux avec son camarade, un attaquant congolais se retrouve face à Ferradji, mais ce dernier remporte son duel. Deux minutes après, Ferradji se mettra en évidence en étalant toute sa classe pour sortir difficilement un coup franc. Alors que l’on s’attendait au coup de sifflet de l’arbitre an- nonçant la pause, les Congolais ajoutent un deuxième but qui scie complètement les jambes aux Sétifiens. Suite à une belle combi- naison, Diba se retrouve dans la surface de ré- paration et d’un tir puissant aggrave la marque. Les Sétifiens rejoignent les vestiaires avec deux buts de retard. Au retour des ves- tiaires, les Noir et Blanc reprennent les com- mandes et créent une multitude d’occasions dans le premier quart d’heure. A la 52’, suite à

un coup franc botté par Raho, Laïfaoui monte plus haut que tout le monde et reprend le bal- lon de la tête qui passe légèrement au-dessus de la transversale. Quatre minutes plus tard, le même Raho offre un caviar à Seguer qui rate lamentablement sa reprise à six mètres des bois adverses. A la 61’, c’est Bouazza qui sert idéalement Ziaya, mais son coup de tête passe à côté. Les Sétifiens continuent leurs as- sauts, mais ses attaquants multiplient les ra- tages et ne trouvent pas le chemin des filets. Suite à un centre côté gauche, Ziaya devant des bois vides trouve le moyen de mettre le ballon à côté (72’). Les Ententistes auraient pu renverser la vapeur en un laps de temps court si ses attaquants avaient fait preuve d’un mi- nimum de réalisme. Les efforts des hommes de Belhout ont été toutefois récompensés à cinq minutes de la fin de la rencontre en ré- duisant la marque par Ziaya. Sur une belle combinaison, Metref sert Bouazza qui, dans la surface de réparation, décoche un tir puissant que le gardien congolais pousse des deux mains dans les pieds de Ziaya. Ce dernier ne se fait pas prier pour secouer mes filets de l’équipe adverse. Dans les derniers moments de la rencontre, les camarades de Belkaïd ont essayé de niveler la marque et assurer leur qualification en demi-finale, en vain. L’arbitre met fin aux débats sur une victoire des Congo- lais qui partagent la première place avec l’ESS avec neuf points pour chacun. L’ESS devra at- tendre la dernière journée où elle accueillera le club égyptien ENPPI pour entériner sa qua- lification au dernier carré de la Coupe de la CAF.

S. B.

●Une température clémente Même si le match s’est déroulé en plein milieu l’après-midi, le climat
●Une température clémente
Même si le match s’est déroulé en plein
milieu l’après-midi, le climat n’était vrai-
ment pas chaud. En effet, c’est sous une
température clémente que le match s’est
joué au grand bonheur des Sétifiens qui ont
observé le jeûne.
veau hier contre le Vita Club de Kinshasa. Il
a été associé à Laïfaoui pour former la char-
nière centrale de l’ESS.
●Des supporters algériens
présents
●Trois changements
dans l’effectif
Le onze sétifien aligné hier contre le Vita
Club a connu trois changements par rap-
port au dernier match contre l’USMAn (0-
0). Il s’agit de Ferradji, Seguer, Diss, qui ont
remplacé respectivement Chaouchi, Am-
bane et Yekhlef.
En plus des supporters du Mazembe, une
poignée de fans algériens, menus de dra-
peaux rouge vert et Blanc, ont pris place
dans le stade des Martyrs de Kinshasa pour
soutenir l’Entente de Sétif.
●Mazembe soutient
l’Entente
●Diss revient après
deux matches
Après avoir raté deux matches d’affilée
(Santos et USMAn), le défenseur axial de
l’Entente, Smaïl Diss, a été titularisé à nou-
Le stade des Martyrs n’a pas été acquis à
100% à la cause du Vita Club, puisque des
supporters de son club rival de Mazembe
ont soutenu l’équipe algérienne de l’ESS. Un
soutien qui n’a malheureusement pas ap-
porté un plus.

Les Sétifiens comme des chouchous chez l’ambassadeur

Les coéquipiers de Diss n’oublieront pas de sitôt leur déplacement au Congo, non pas pour le ré- sultat qu’il ont enregistré hier ou bien pour des éventuelles difficultés qu’ils auraient connus sur place, mais c’est par rapport à la grande hospita- lité à laquelle ils ont eu droit de la part de la re- présentation diplomatique d’Algérie dans ce pays, en particulier de l’ambassadeur, M. Boussouara et de son épouse. En effet, ces derniers ont fait des mains et des pieds pour chouchouter la délé- gation sétifienne. Invités à rompre le jeûne à l’ambassade d’Algérie, les Sétifiens ont eu droit à un véritable festin et surtout un repas à l’algé- rienne, constantinois pour être précis, avec au menu chorba, bourak, lham lahalou…. Un repas qui a fait sentir aux joueurs qu’ils étaient chez eux.

La prière en groupe

Arrivés cinq minutes après la rupture du jeûne à la résidence de l’ambassadeur d’Algérie au Congo, les membres de la délégation sétifienne ont demandé à avoir un espace pour accomplir la prière du maghreb, en groupe.

Un maillot pour l’ambassadeur et son fils

En guise de remerciements pour son hospita- lité, les Sétifiens ont offert à son Excellence l’am- bassadeur d’Algérie un maillot et un fanion de l’ESS, ainsi qu’un drapeau algérien. Par ailleurs, Delhoum n’a pas manqué d’offrir son maillot au fils de l’ambassadeur.

Raho offre le maillot de l’équipe nationale à l’épouse de l’ambas- sadeur

Le latéral de l’Entente, Slimane Raho, a offert son maillot de la sélection nationale à l’épouse de l’ambassadeur. Il l’a même invitée à Sétif, afin qu’elle rende visite à la mère du joueur. Il faut dire que le geste de Raho a été du goût de l’en- semble de l’assistance.

Elle a assisté à la rencontre

Profitant de cette occasion, l’épouse de son Ex- cellence l’ambassadeur a tenu à assister à la ren- contre. Elle fut présente au stade pour encourager les joueurs algériens, dans l’espoir de les voir remporter la coupe de la CAF à la fin du parcours.

Boussouarra (Ambassadeur d’Algérie au Kongo) «L’ESS est le symbole de l’Algérie sur la scène continentale»
Boussouarra
(Ambassadeur d’Algérie au Kongo)
«L’ESS est le symbole
de
l’Algérie sur la scène
continentale»
De
son
côté,
son
la de et Excellente sʼest
lʼambassa-
Boussouarra,
dit
très
accueilli,
sa
famille,
algérienne
Kinshassa.
Il
estime
que
équipe
de
à lʼESS lui
commence
de
lʼampleur
et
faire
respecter
la
scène
continentale,
il
dira
sujet
«La
visite
de
lʼEntente
une
fête
De
plus,
jʼestime
se que est
cette
à ravi la sauront formation
une
fierté
du
football
algérien.
prend
de
lʼampleur
et
se
fait
à ou LʼEn- ce respec- déléga- pren- pour
que
ce
soit
sur
scène
arabe
: sur dre cette tion dʼavoir deur, gérer cette africaine. ter tente nous. est
Je
suis
persuadé
quʼils
leur
rencontre
afin
de
remporter
prestigieuse
coupe.»
6
6

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

Coup pour coup JSK

Suite à la contre-performance enregistrée face au MCA

La responsabilité est partagée au niveau du staff

N ul ne s’attendait à une sortie ratée des Canaris dans ce cla- sico face au Mouloudia. Pour- tant, tout avait bien débuté pour les hommes du techni- cien français. Une première

occasion ratée de Hamiti qui aurait pu tuer le match d’entrée de jeu, sans compter les nom- breuses occasions créées en cours du jeu. Mal- heureusement, l’inefficacité et la fragilité de la défense en seconde période étaient flagrantes. Suite à cette contre-performance, tous les re- gards se sont tournés vers le premier respon- sable du staff technique, Jean-Christian Lang. Certains estiment que le président Hannachi songe déjà à changer son entraîneur, en cas de faux pas face au WAT. Même si dans la majo- rité des cas, c’est l’entraîneur en chef qui est visé lors d’un échec, il est important de signa- ler qu’à la tête du staff, il y a en réalité trois personnes au minimum : un entraîneur en chef, un adjoint et un entraîneur des gardiens. Chacun a une mission particulière. Sans re-

mettre en cause les compétences de chacun, l’entraîneur-adjoint est censé jouer le rôle d’ob- servateur et de prendre note lors de chaque rencontre, histoire de déceler les points forts et faibles de l’équipe ; des remarques que l’entraî- neur en chef ne voit pas lors des rencontres. Lorsque ça ne marche pas, c’est tout le staff qui est remis en question et pas seulement l’en- traîneur en chef. D’après les observateurs, la touche de l’entraîneur-adjoint n’est pas visible à la JSK. C’est dire que le manque de fraîcheur physique, le bon échauffement avant le début de la partie, le manque de concentration et le syndrome de dernière minute lui incombent. Il faut un tout pour composer un staff com- pétent. C’est dire que limoger l’entraîneur en chef lorsque les choses ne marchent pas n’est pas automatique. Les dirigeants de la JSK sont conscients de cela. D’après des indiscrétions, tout porte à croire que des changements se- ront opérés au niveau du staff technique des Canaris dans les prochains jours. I. A.

staff technique des Canaris dans les prochains jours. I. A. Belkalem «Ce syndrome de dernière minute

Belkalem

des Canaris dans les prochains jours. I. A. Belkalem «Ce syndrome de dernière minute est devenu

«Ce syndrome de dernière minute est devenu un souci majeur»

Vous avez enregistré une seconde défaite inattendue face au Mouloudia. Quelle est la raison, d’après vous ? C’est vraiment dommage. Pourtant, tout a bien débuté. Nous avons dominé les débats en première période. Pour preuve, Hamiti a failli inscrire un but dans les premières minutes de jeu. Par la suite, nous avons craqué en seconde période. Je dirais qu’un match nul aurait été équitable entre les deux équipes. La chance ne nous a pas souri. C’est dire que nous devons maintenant redoubler d’efforts afin de combler nos lacunes. Mais votre rendement a nettement régressé par rapport à la précédente rencontre. Comment expliquez-vous cela ? Je pense que le problème demeure dans la co- hésion. Il est vrai que nous avons quelque peu régressé par rapport au match de l’USMH. Pourtant, nous étions très motivés à l’idée de re- venir avec un nul. Nous devons tra- vailler encore notre collectif. J’estime que psy- chologiquement, nous avons vrai-

J’estime que psy- chologiquement, nous avons vrai- ment pris un sacré coup. Ne pensez-vous pas que

ment pris un sacré coup. Ne pensez-vous pas que l’une des raisons de cette défaite est le fait d’avoir reculé ? C’est facile de dire qu’on est revenus derrière. Mais on n’avait pas vraiment le choix. En pre- mière mi-temps, nous avons pu préserver le score de zéro partout. En seconde mi-temps, nous avons voulu préserver le point du nul. Avec du recul, je dirais que ce fut une erreur d’avoir reculé. Comment expliquez-vous ce syndrome de dernière minute ? Avant de parler de la défense, je dirais que nous avons toujours ce problème d’inefficacité en attaque. Lorsqu’on ne marque pas, on en- caisse forcément par la suite. Pour répondre à votre question, je dirais que nous connaissons un certain manque de concentration vers les dernières minutes de la rencontre. C’est devenu un souci majeur pour nous. Votre participation a été perçue comme une surprise… Il est vrai qu’au début, ce n’était pas prévu que je joue, pour les raisons que tout le monde connaît. Je n’étais pas totalement rétabli de ma blessure au genou. Mais je ne pouvais pas refu- ser l’appel du staff. Lorsque la JSK a besoin de mes services, je réponds favorablement, même avec un seul pied. N’avez-vous pas eu peur de contracter une seconde blessure ? Je ne vous cache pas qu’au tout début, j’avais vraiment eu peur, pour la simple raison que je suis toujours fragile. Mais lorsque je suis rentré sur le terrain, j’ai tout oublié. En quelques mi- nutes, j’étais rentré dans le match. D’ailleurs, j’avais réussi mes premières interventions sans ressentir la moindre douleur. Ne craignez-vous pas de revivre le même début de saison difficile que celui de l’année dernière ? Non. La saison passée, nous étions passés par des moments plus difficiles que cette saison. On avait connu une instabilité au niveau du staff technique. J’estime aussi que l’effectif est nette- ment supérieur à celui de la saison dernière. Il faudrait juste apporter quelques petites re- touches afin d’être tout à fait au point. Nous al- lons réagir dès la prochaine journée. Entretien réalisé par Abdelatif Azibi

Coulibaly

journée. Entretien réalisé par Abdelatif Azibi Coulibaly «On doit travailler notre collectif» Que s’est-il passé

«On doit travailler notre collectif»

Que s’est-il passé réellement sur l’action du but ? Le but que nous avons encaissé est venu après un cafouillage dans les 18 mètres. Bou- guèche s’est retrouvé au bon moment et au bon endroit pour tirer. Il a été plus rapide que nous. Par la suite, Hadjaoui n’a rien pu faire vu que le tir était bien croisé. Je suis vraiment déçu, car ce but ne devait pas arriver. Nous avons tenu du- rant 70% de la rencontre. Ce qui me déçoit da- vantage, c’est que ce n’est pas la première fois qu’on vit ce scénario. Où réside le problème à votre avis ? J’estime que c’est dû au fait d’avoir reculé quelque peu. On a tendance à le faire en se- conde période. Je pense que lorsque cela se produit, ça se répercute automatiquement sur la défense. Je dirais aussi que ce problème ne relève pas du souci des défenseurs seulement. L’ensemble des joueurs sur le terrain est concerné. C’est pour cela, comme j’ai dit pré- cédemment, que les joueurs doivent à tout prix se ressaisir et faire un effort supplémentaire pour corriger nos erreurs, et notamment notre collectif. Estimez-vous que collectivement vous êtes loin du compte ? Ecoutez, lorsque une équipe est remaniée à plus de 80%, il est clair qu’il faut du temps pour travailler notre collectif. Je ne vous cache pas qu’aujourd’hui, on n’est toujours pas au point sur cet aspect-là. Nous jouons par- fois trop individuellement. Quotidienne- ment aux entraînements, nous essayons, en compagnie du staff technique, de régler notre manque de cohésion. Nous travaillons d’arrache-pied pour combler ce manque. Mais je dirais que nous allons nous améliorer au fil de la compéti- tion. Ne sentez-vous pas que la pression augmente en parallèle ? La pression a toujours existé. Maintenant, il est clair que lorsque les résultats ne suivent pas, la tension monte quelque peu. Toutefois, je pense que les joueurs sont assez expé- rimentés pour faire face à cette situa- tion. On ne doit pas trop se focaliser sur tout ce qui se dit. Nous avons une ren- contre importante le week-end prochain face au WAT. Nous devons prendre les choses en main. Ce sera notre seule chance de se ressaisir. Entretien réalisé par Abdelatif Azibi

D e son côté, l’international malien est revenu sur cette contre-performance de son équipe, vendredi soir. Il nous a

parlé du but de Bouguèche qui est venu après un flottement dans la défense. Il est bien évi- demment déçu, car ils pouvaient revenir au score dans les dernières minutes de la partie. Après une préparation qui aura duré plus de 10 jours, vous avez finalement concédé une défaite ce soir. Qu’est-ce qui n’a pas marché à votre avis ? Je ne trouve pas grand-chose à dire à ce sujet. Nous avons manqué de réalisme devant les buts. C’est dommage d’encaisser le but à 20 mi- nutes de la fin, alors qu’on tenait le point du nul. Ça a mal tourné. Maintenant, nous devons cor- riger nos lacunes au plus vite. Il est vraiment venu le temps à ce que chaque joueur effectue des efforts personnels pour redresser la barre.

Estimez-vous que ça n’a pas été le cas ce soir ? Non, je ne remets pas en cause les efforts fournis par mes partenaires sur le terrain. J’es- time juste que nous devons être plus vigilants à l’avenir. Cette rencontre a démontré que notre groupe n’est pas encore tout à fait au point. Tou- tefois, je pense que nous sommes en tout début de saison. Il nous reste un long che- min à faire. Ce que je veux juste dire, c’est que nous sommes appelés à trouver des solutions. Rien de plus.

che- min à faire. Ce que je veux juste dire, c’est que nous sommes appelés à

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

7

Coup dur JSK

Devant la stérilité de la ligne d’attaque

Les supporters entre inquiétudes et espoir

d’attaque Les supporters entre inquiétudes et espoir A u lendemain de la défaite des Canaris à

A u lendemain de la défaite des Canaris à Rouiba face

au leader du championnat, le MCA, c’est toujours le

sentiment d’inquiétude qui plane dans les milieux

sportifs kabyles où la JSK détient la part du lion de leurs dis- cussions. Tôt le lendemain du match, c’est la ruée du public vers les librairies les plus proches, à la quête d’un journal dans lequel ils trouveraient les détails d’une autre contre-perfor- mance de leur équipe fétiche qui vraiment tarde à décoller, et à laquelle ils n’avaient pas été autorisés à supporter en raison du huis clos infligé au Mouloudia d’Alger. Les supporters n’ar- rivent pas à réaliser ce qui arrive à leur équipe en ce début de saison et ne veulent pas revivre le scénario de la saison passée. Ils sont impatients de voir à l’œuvre la nouvelle génération dont on dit beaucoup de bien, et sur laquelle tous les espoirs sont placés. Le premier responsable de la maison kabyle à lui- même tenu à rassurer à travers ses sorties médiatiques que la JSK de cette année, bien qu’elle soit rajeunie à plus de 80%, saura défendre ses intérêts et jouer les premiers rôles. Le bilan : la JSK a joué depuis le coup d’envoi de la saison 450 minutes. Elle n’a pu inscrire que deux buts et en a encaissé 3. Le compartiment offensif n’arrive pas à faire parler de lui et c’est ce qui n’est pas du tout pour rassurer les fidèles de la JSK qui s’attendaient vraiment à un meilleur résultat. Autrement dit, les Kabyles craignent le scénario de l’exercice précédent.

«Nous ne voulons pas revivre le scénario de la saison passée»

Depuis l’accession de la JSK en division 1 en 69/70, les sup- porters ne se rappellent que de cette fatidique saison de l’an- née 92 où elle a failli revenir en D2, sinon toutes les années, la JSK n’a joué que pour le peloton de tête si ce n’est pour le titre carrément, surtout avec la belle épopée du Jumbo-Jet, une tra- dition que les Kabyles ne veulent pas lâcher. La saison passée, alors que la JSK était encore en course dans la ligue des cham- pions, les résultats ne suivaient pas en championnat national sous la coupe de Younès Ifticène. Ce dernier n’a d’ailleurs pas tardé à remettre les clés sous le paillasson, les contre-perfor-

mances s’enchaînaient jusqu’à ce que la JSK visite le fond. Un scénario que les coéquipiers de Meftah ne veulent pas repro- duire cette année.

«On comprenait les faux pas que lorsque l’équipe était engagée en Coupe d’Afrique»

Pour les supporters de la JSK, la nouvelle équipe n’a pas le droit de ne pas connaître un bon début de saison, elle revient juste d’une préparation d’intersaison du Maroc et elle n’est pas encore engagée en Coupe d’Afrique. Donc les joueurs ont eu tout le temps nécessaire pour récupérer de leurs efforts. En plus, plusieurs d’entre eux n’ont pas été trop utilisés la saison dernière. Sur ce point, un supporter nous dira ceci : «Je ne vous cache pas, j’aurais bien compris cette situation, autrement dit, ce mauvais départ en championnat si l’on était engagés dans une Coupe africaine, comme ce fut le cas pour les précédentes éditions, l’exemple l’année dernière. D’ailleurs, depuis notre éli- mination face aux Libyens, l’entraîneur Lang a réussi progres- sivement à remonter la JSK dans le classement général. A la fin, tout le monde connaît la suite, en inquiétant même le potentiel leader, l’ESS.» Et d’ajouter : «Ce qui n’est pas le cas pour ce début de saison, la JSK n’est pas engagée dans une autre compétition, elle doit focaliser toute son attention sur le championnat qu’elle ne doit pas perdre de vue.»

«Nous avons une équipe jeune certes, mais qu’elle joue au foot au moins !»

Un lecteur que nous avons croisé sur notre chemin en sor- tant de la librairie du centre-ville de Tizi Ouzou, nous a re- connus puisqu’il a eu déjà à s’exprimer sur nos colonnes, il avait le visage pâle en cette matinée de dimanche, peut-être c’est le jeûne, mais le garçon nous dira que rien n’est fait pour lui rougir le visage : «Comment voulez-vous avoir le visage rouge ? Avez-vous suivi la rencontre à Rouiba ? Dites-nous, s’il vous plaît, ce qui n’a pas marché ce soir-là face au MCA, le

manque de fraîcheur physique des joueurs ou le choix tactique de l’entraîneur. On veut entendre une seule version.» A l’exté- rieur, se trouvaient deux autres personnes qui commentaient une déclaration du coach qui avoue que le groupe est encore jeune et a besoin de plus de maturité, un d’eux déclarera :

«Nous avons une équipe jeune certes, mais qu’elle joue au foot au moins ! L’entraîneur doit les faire travailler davan- tage.»

«Finalement, le huis clos arrangeait plus le MCA»

Il faut dire que les supporters de la JSK avaient espéré au moins un match nul face au MCA. Pour eux, le huis clos était fait pour arranger plus la JSK qui n’avait pas à subir la pression des Chnaoua. Or, vendredi dernier, il s’est avéré que ce sont les Verts et Rouge qui en avaient profité pour venir à bout d’une équipe kabyle en quête de rachat après son faux pas à domi- cile face au MCO.

«La dernière cartouche de Lang ce vendredi face au WAT»

Il est dit qu’en football, lorsque les résultats d’une équipe ne suivent pas, c’est l’entraîneur qui en fait les frais. C’est le cas de la JSK et de son entraîneur franco-polonais, jean-Chris- tian Lang, dont les jours sont désormais comptés en Kabylie, après la défaite subie par ses poulains face au MCA. Son pré- sident a bien dit qu’il ne tolérerait plus une autre déconvenue à compter du match prochain face au WAT. Les supporters de la JSK, qui ne se déplaceront sûrement pas en masse au 1 er - Novembre vendredi prochain, comme ils l’ont fait face au MCO, exigent de Lang une large victoire face au WAT, la seule issue pour lui de conforter son poste. Dans le cas contraire, l’on voit mal Hannachi maintenir son employé au poste de responsable à la barre technique.

«La saison est encore longue, il ne faut pas parler de titre»

Une autre partie des supporters est de l’avis de l’entraîneur kabyle qui estime que le groupe est encore immature et a be- soin de plus de temps pour faire étalage de tout son savoir- faire. Nombreux sont les supporters de la JSK qui se sont montrés patients et sereins et qui ne sont pas pris de panique de voir la JSK rétrograder. Au contraire, l’on a compris qu’il accorde une entière confiance à Lang et aux coéquipiers de Tedjar et Yahia-Cherif : «Nous pensons qu’il n’y a pas le feu en la demeure, le groupe est jeune et il sera bien meilleur dans un avenir proche. C’est vrai, la JSK joue tous les ans les premiers rôles, avec comme objectif remporter un titre. Cette année, les joueurs sont très jeunes et n’ont pas encore acquis l’expérience nécessaire. Nous pensons qu’il leur faudra encore plus de temps et de travail pour bien s’appliquer. Le plus important, c’est de réaliser un parcours qui honore les couleurs. Maintenant, si Hannachi parle de titre déjà, là, il aurait fait mieux alors de garder l’ancienne ossature, peut-être l’expérience aurait joué son rôle.» Pour les supporters de la JSK, il est encore trop tôt pour parler de titre de champion. La phase aller n’a même pas at- teint sa moitié. «Comment voulez-vous parler de titre alors que nous sommes qu’à la cinquième journée du championnat, et puis, pourquoi priver le MCA de ce rêve, peut-être c’est leur année», ironise un supporter. L. A.

Dehouche : «On doit gagner face au WAT»

Le milieu récupérateur, Nassim Dehouche, a re- joint à l’occasion de la confrontation MCA-JSK le
Le milieu récupérateur,
Nassim Dehouche, a re-
joint à l’occasion de la
confrontation MCA-JSK
le onze rentrant après
avoir été mis sur le banc
lors des trois sorties
précédentes (CABBA,
USMH, NAHD), alors que
face au MCO, il a été
carrément sanctionné
par le staff technique.
Nassim estime que la
JSK doit vite retrouver
la vitesse de croisière et
se replacer dans le haut
du tableau.
Face au MCA, vous avez
fait l’objet d’un retour
parmi les onze, vous at-
tendiez-vous à ce que le
coach vous fasse appel ?
Franchement non, parce
que je ne suis pas apte phy-
siquement, mais je me disais
que je n’allais pas faire mon
entrée. Dieu merci, mainte-
nant ce malentendu fait par-
tie de l’histoire ancienne.
Tout est rentré dans l’ordre,
la preuve, l’entraîneur m’a
convoqué et m’a fait
confiance. Actuellement, je
ne pense qu’au travail et
comment apporter un plus
à mon club, rien d’autre.
Toutlemondeattendaitde
vous une réaction face au
MCA.Enfindecompte,vous
concédez encore une fois une
défaite, qu’est-ce qui ne va
pas ?
Nous savions que notre
mission face au MCA n’al-
lait pas être facile et qu’ils
n’allaient pas nous faire de
concessions, en étant lea-
ders du championnat. En
première mi-temps, nous
avons quand même in-
quiété son arrière-garde par
de nombreuses actions
dangereuses. Le rythme
était quand même élevé. En
seconde partie par contre,
le niveau de jeu a baissé, ils
ont profité d’un moment
d’inattention pour nous
marquer un but. Nos tenta-
tives de niveler la marque
sont restées vaines.
C’est une défaite qui
complique sérieusement
votre situation, qu’avez-
vous à dire ?
A la fin du match, nous
avions tous la langue sèche.
Personne parmi les joueurs
ne pouvait expliquer ce qui
nous est arrivé. J’espère que
la barre se redressera face
au WAT. De toutes les fa-
çons, nous n’avons pas le
droit de terminer avec un
score autre que la victoire.
Entretien réalisé par
Lyès A.
çons, nous n’avons pas le droit de terminer avec un score autre que la victoire. Entretien
8
8

Le Buteur n° 981 Lundi 14 septembre 2009

Coup de génie MCA

5
5
0
0

matchs disputés,

but encaissé

A propos de Khenniche et Mokdad AlainMichel: «J'ai besoin de tout le monde» A propos
A propos de Khenniche
et Mokdad
AlainMichel:
«J'ai besoin de
tout le monde»
A propos de ces deux joueurs, Alain
Michel ne sait pas grand-chose sur
cette affaire qui dure depuis le retour
de l'équipe de Pologne où elle était
en stage bloqué. L'entraîneur mou-
loudéen refuse en tout cas le départ
de ces deux joueurs, car il dit qu'il a
besoin de tous les éléments pour la
suite du parcours. Une attitude at-
tendue du fait que Michel avait im-
posé son veto en début de saison sur
Khenniche qui allait être libéré par
les dirigeants du club. Cette fois, il
essayera sans doute de faire la même
chose et régler le problème, surtout
pour Mokdad considéré comme la
révélation de ce stage. A ce propos,
Alain Michel nous dira : «Pour l'ins-
tant, je ne sais pas trop. On ne m'a
rien signifié. Je n'ai pas encore ren-
contré les dirigeants du club, je vais le
faire cet après-midi (ndlr, hier). En
tout cas, j'ai besoin de tout le monde,
que ce soit Khenniche ou Mokdad. En
plus, on n'a pas du monde au milieu,
surtout après la blessure de Farid
Daoud qui l'a éloigné des terrains
pendant une longue durée. On a be-
soin de ces deux joueurs pour avoir
plusieurs choix. Lors des discussions
avec les dirigeants du club, on es-
sayera de voir plus clair.»
«Zemmamouche
est en excellente
forme»
Concernant le gardien de but, Mo-
hamed Amine Zemmamouche qui
espère retrouver la sélection natio-
nale, Alain Michel n'a pas tari
d'éloges sur lui après son parcours
positif en ce début de saison. Il a dé-
claré : «Zemmamouche est un très
bon gardien. Il est actuellement en
super forme. Il a fait des arrêts décisifs
lors des précédents matchs, c'est un
très bon leader et il est aussi commu-
nicatif. Je pense qu'au Mouloudia il a
trouvé ses marques. Actuellement. Il
est assez compétitif pour espérer dé-
crocher une place en équipe nationale,
ou quelque chose d’autre.» H. R.

Zemmamouche,

monsieur 50%

S i le Mouloudia d'Alger occupe actuellement la première place du championnat avec douze points,
S i le Mouloudia d'Alger occupe
actuellement la première place
du championnat avec douze
points, elle le doit à sa défense,
s'attendait à voir la balle au fond des fi-
lets. Idem pour le match de Chlef où il a
donné une assu-
mais aussi à son gardien de but Moha-
med Amine Zemmamouche. Ce dernier
est en train d'effectuer un très bon début
de saison avec sa nouvelle équipe. L'en-
fant de Mila n'a pas trouvé de problème
concernant son adaptation avec son
nouvel environnement. Lors de la pré-
paration, il a montré de belles disposi-
tions, mais surtout une grande volonté
pour réussir une bonne saison avec le
MCA. D'ailleurs, lors des matchs de pré-
paration en Pologne, il avait à chaque
fois montré que le Mouloudia pouvait
compter sur lui pour diriger une dé-
fense, qui était classée lors du précédent
exercice parmi les plus mauvaises du
championnat. En plus, Zemma a été re-
commandé par Alain Michel aux diri-
geants. «Je l'avais dit aux dirigeants : si
Benhamou part, il faut nous ramener soit
Chaouchi, Gaouaoui ou Zemma-
mouche», a-t-il déclaré. Une preuve que
le gardien mouloudéen a épaté le tech-
nicien français par ses qualités. Lors du
dernier match face à la JSK, il avait eu
deux arrêts décisifs. Le premier en rem-
portant son duel avec Hamiti qui était
seul face à lui ; le second, il a dévié un
très beau coup franc de Tedjar qu'on
rance totale
à ses coéquipiers. Après
cinq matchs disputés en champion-
nat, Zemma n'a toujours pas encaissé le
premier but. C'est de bon augure avant
la série des derbys où il sera un atout
majeur pour Alain Michel. Autrement
dit, on peut même dire que Zemma
constitue 50% de l'équipe.
Il n'attend qu'un geste
de Saâdane
Avec un tel rendement lors de ce
début de championnat, tout le monde au
Mouloudia est unanime à dire que Zem-
mamouche est un très bon recrutement
effectué cet été. Déjà, le gardien s'est mis
à rêver d'un geste de la part de Saâdane,
qui sera pour lui une récompense après
le dur travail effectué depuis le début de
la saison. Le joueur n'a pas caché son
optimisme de se voir porter le maillot de
l'EN, surtout qu'il y a des gardiens qui
ne sont pas meilleurs que lui.
Hamza R.

«J'espère que Saâdane me donnera ma chance»

Zemma, votre avis sur le match de la JSK ? C’étaitt un match très difficile. On a affronté une très bonne équipe de la JSK qui était bien organisée derrière. Ils ont opté pour un jeu dé- fensif. Je pense que nous avons fait le match qu'il fallait. On a remporté trois points pré- cieux grâce à la combativité des joueurs qui étaient tous solidaires sur le terrain, malgré le huis clos. Une victoire qui est la quatrième depuis l'entame de la saison… Oui, c'est vrai. C'est notre quatrième succès depuis l'entame de la saison. A mon avis, c'est un départ très encourageant. On a réussi à bat- tre des équipes réputées être coriaces, comme la JSK, l'ASO, l'USMB et Annaba. On ne pou- vait pas espérer mieux. Maintenant, il faudra continuer sur cette lancée.

Encore une fois, vous avez été décisif lors de ce match, puisque vous êtes toujours avec zéro but encaissé… Je n'ai fait que mon devoir. Je suis payé pour faire des arrêts décisifs. Je pense que j'ai ac- compli ma mission convenablement lors de ce match, et même lors des précédentes rencon- tres. En tout cas, le mérite de ne pas encaisser de but depuis le début de la saison revient à tous les joueurs, et pas seulement à Zemma- mouche. Et je veux ajouter un point. Allez-y… Je ne vous cache pas que maintenant j'at- tends un geste de la part de l'entraîneur natio- nal Rabah Saâdane. J'espère qu'il me donnera ma chance, car je suis actuellement en très bonne forme. Au Mouloudia, je me suis bien adapté à mon nouvel environnement, et je me sens à l'aise.

Vous allez affronter le NAHD la semaine prochaine au stade du 5-Juillet, sans doute devant une affluence record… Ah oui. C'est un grand plaisir pour nous de retrouver nos supporters dans ce grand stade, avec de tels résultats enregistrés. Actuellement, on est à la première place du classement, face au NAHD on fera en sorte de remporter ce match pour rester sur cette lancée. Je sais per- tinemment que nos supporters seront présents en force, après les excellents résultats enregis- trés en ce début de saison. On fera le maximum pour les rendre heureux. Seulement, je leur de- mande de ne pas exercer de pression sur nous en parlant du titre. On va gérer nos matchs un par un, on essayera de récolter un grand nom- bre de points.

Entretien réalisé par Hamza R.

En plus de Khenniche

Mokdad sera libéré au mercato

En plus de Khenniche Mokdad sera libéré au mercato ◗ Au Mouloudia, tout le monde sait

Au Mouloudia, tout le monde sait que Farès Khenniche se trouve

dans une situation inconfortable vis-à-vis de ses dirigeants. Ces der- niers lui reprochent d'avoir été l'ins- tigateur des problèmes de l'équipe, notamment le boycott des deux au- tres émigrés, Bouabdallah et Mok- dad. Ceci a poussé des dirigeants influents à faire le forcing pour libé- rer Khenniche lors du mois de dé-

cembre prochain, sachant qu'ils étaient tous contre son maintien parmi l'effectif l'été passé ; mais Alain Michel l'avait imposé. Mais cette fois-ci, il semblerait que Khenniche ne remettra plus les pieds au Mouloudia. Considéré comme élé-

ment perturbateur, mais aussi d'être très loin du niveau tech- nique et physique de l'équipe, la direction du club aurait si- gnifié à Khenniche de ne plus revenir au club en attendant qu'il reçoive sa lettre de libération, en décembre prochain. Outre Khenniche, les dirigeants du club ont décidé que Ab- delmalek Mokdad aussi sera en principe libéré dès le pro- chain mercato, à moins d'un revirement de situation.

Il a exigé le maintien de Khenniche

Parmi les causes qui ont poussé les dirigeants du club à prendre cette décision de libérer aussi Mokdad, c'est que

ce dernier a voulu faire du chantage à l'actuelle direction. Chose refusée catégoriquement par les dirigeants qui ne veu- lent plus commettre les mêmes erreurs du passé, en laissant les joueurs dicter leur loi. En effet, Mokdad a conditionné son retour à l'équipe avec celui de Khenniche, alors que ce dernier est devenu de l'histoire ancienne au MCA.

Bouabdallah percevra son argent aujourd'hui

au MCA. Bouabdallah percevra son argent aujourd'hui ◗ Le troisième émigré, en l'oc- currence Madjid

Le troisième émigré, en l'oc- currence Madjid Bouabdal-

lah, est revenu au club depuis quelques jours. La direction a mis à sa disposition un niveau de villa à Alger, tout près du stade du 5-Juillet. L'ex-avant- centre de l'US Créteil recevra par ailleurs son argent, en principe, aujourd'hui à l'instar de ses coéquipiers, étant donné que les dirigeants ont décidé de le maintenir dans l'effectif du club.

H. R.

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

9

Coup osé MCA

Il est en train de faire mieux qu’en 2007 avec 10 buts inscrits

Bouguèche

«Avec ce même état d’esprit, on peut jouer le titre»

L ’enfant d’Arzew, Hadj Bouguèche, a été vendredi passé le bourreau de la JSK avec l’unique but qu’il a inscrit avec plein d’opportunisme. L’ex-Koubéen es- time qu’avec l’état d’esprit qui règne au sien du groupe, le Mouloudia a les moyens de se mêler à la

course au titre, à condition de garder les pieds sur terre et évi- ter de s’enflammer.

On imagine que vous devez encore savourer cette victoire acquise contre la JSK, à Rouiba… C’est clair qu’on essaye de savourer pleinement cette victoire contre la JSK, car ce n’était pas du tout évident de gagner cette rencontre sans l’appui de nos fans. Nous avons reçu la JSK sans avoir l’avantage du terrain, en raison du huis clos. Mais Dieu merci, nous avons su tirer notre épingle du jeu en parvenant, grâce à notre persévérance, à nous imposer. Le fait d’inscrire l’unique but de la rencontre a dû être une grande source de satisfaction… Et comment. Inscrire le but de la victoire ne peut que vous réjouir, de surcroît face à la JSK. Le seul hic, c’est de ne pas avoir fêté ce but et cette victoire en communion avec nos sup- porters, qui ont nous beaucoup manqués ce soir-là. Le fait de s’imposer sans l’appui de vos supporters prouve que votre équipe a de grosses ressources morales… Déjà, avec nos supporters, c’était toujours compliqué de bat- tre la JSK. Imaginez jouer face à une telle équipe sans public… Cette victoire acquise à l’arraché prouve que notre groupe a beaucoup de caractère. Nous possédons un groupe très soudé, c’est ce qui explique notre bon début de championnat. Pensez-vous que ce groupe a les moyens de jouer le titre

?

Sans vouloir verser dans un optimisme béat, car la saison vient tout juste de commencer, je peux vous dire qu’avec cet état d’esprit qui règne au sein de l’équipe, nous avons les moyens de jouer les premiers rôles, voire même le titre. Mais bon, il est trop tôt pour se mettre une très telle pression sur nos épaules. Il faut attendre la fin de la phase aller pour voir si vraiment nous sommes capables de jouer le titre ou pas.

Pour rester leader du championnat, vous allez devoir enchaîner par une autre victoire face au NAHD que vous allez affronter ce week-end au stade du 5-Juillet… Nous sommes excités rien qu’à l’idée de jouer à nouveau au stade du 5-Juillet. Face au NAHD, ce sera une grande fête. Nous tâcherons de faire le nécessaire pour nous imposer, sur- tout que nous allons retrouver notre public qui sera certaine-

ment au rendez- vous. Il est donc hors de question qu’on déçoit les Chnaoua qui attendent beaucoup de nous lors de ce derby, et au cours des prochaines rencontres. C’est l’occasion pour votre équipe de laver l’affront de la saison écoulée, avec cette défaite au 20-Août qui est restée dans toutes les mémoires… Absolument, cette défaite nous est restée en travers de la gorge. Ce sera l’occasion pour nous de laver cet affront, et cela passe automatiquement par une vic- toire. La lourde défaite concédée par le NAHD contre l’USMH vous met en position de favori pour ce derby ? Favori ou pas, une seule chose in- téresse l’équipe : les trois points de la victoire qui nous permettent de rester à notre première place au classement général. Après une saison en dents de scie, cette année semble être celle de la résurrection pour vous. Comment expliquez-vous ce renouveau ? Il n’y a aucun secret. Seul le travail finit par payer. J’ai connu lors de la saison passée, beaucoup de pépins physiques. Mais à force de persévérer, j’ai réussi à terminer le championnat en force. Et cette année j’es-

de
de

saye de rester dans la continuité. Vous semblez bien parti pour faire plus que les dix buts inscrits en championnat en

2007…

Ce

serait

extraordinaire

réussir la performance de 2007. Mais le plus important, c’est qu’on puisse arracher quelque chose cette année. Et si je par- viens à inscrire beaucoup de buts, ce sera la cerise sur le gâ- teau.

Entretien réalisé par Tarek Che

Amrous aurait reçu des garanties de la FAF concernant Coulibaly

F ace à cette nouvelle réglementa- tion qui interdit aux joueurs étrangers de monnayer leur
F ace à cette nouvelle réglementa-
tion qui interdit aux joueurs
étrangers de monnayer leur ta-
lent dans le championnat natio-
nal, les dirigeants du Mouloudia n’ont
cessé d’œuvrer pour essayer de trouver
une solution à même de permettre à
Moussa Coulibaly d’aller au bout de son
bail avec le Doyen, contraint de quitter
le Mouloudia au mois de décembre dans
la mesure où son contrat arrive à son
terme. Le départ de la coqueluche des
Chnaoua inquiète au plus haut point les
pensionnaires de Chéraga. C’est dans le
but d’y remédier que le président du
MCA, Sadek Amrous, a décidé de solli-
citer la FAF afin de trouver un accord.
Selon certaines indiscrétions, Amrous
aurait reçu tout dernièrement des ga-
ranties de la part de la plus haute ins-
tance de notre football concernant
l’avenir de Coulibaly. Sachant que
c’est un joueur
in-

Le Malien pourrait rester jusqu'à la fin de la saison

ternational qui sillonne les terrains de football dans notre pays depuis cinq ans, la FAF devrait faire une petite entorse à la règle afin de permettre à Moussa de continuer à porter le maillot vert et rouge jusqu’à la fin de la saison, au lieu du mois de décembre. Si tel est le cas, ce sera la grande satisfaction du côté de la direction du staff technique et des sup- porters qui portent dans leur cœur «Couly» comme on le surnomme. Avec 0 but encaissé depuis le début du cham- pionnat, Coulibaly et Zeddam compo- sent l’une des meilleurs paires centrales de notre championnat. Et ce sera un grand gâchis de casser cette osmose en obligeant Moussa à quitter le Mouloudia pour partir vers d’autres cieux.

Coulibaly : «Ce serait fabuleux d’aller au bout de l’aventure avec mon club»

Connu pour sa timidité, c’est avec beaucoup de précaution que Moussa a voulu nous livrer ses impressions. «Ce serait fabuleux de pouvoir aller au bout de l’aventure avec mon club. Mais il faut attendre du concret avant de se réjouir et de s’enflammer», nous a-t-il déclaré. T. Che

10 Le Buteur n°980 bis Lundi 14 septembre 2009

Coup fort USMH

Benomar :

«On craignait beaucoup ce match face au NAHD»

Rencontré à la fin de la rencontre Hacen Benomar, l’adjoint de Charef, nous a avoué : «Pour ne rien vous cacher, je craignais beaucoup ce match face au NAHD. La rencontre allait se dérouler en nocturne et en plus sur un terrain inconnu face à un adversaire qui devait se racheter de sa déconvenue à Bordj. Bien entendu, je suis satisfait de l’issue de cette rencontre et du résultat où tout pouvait arriver. Avec douze points en cinq rencontres, on ne pouvait pas prétendre mieux en ce début de saison.»

Après le 1-4 infligé au NAHD
Après le 1-4 infligé au NAHD

Le CAB est averti

En infligeant une cinglante défaite aux Hussein-Déens, les Harrachis viennent de confirmer leur force en
En infligeant une cinglante
défaite aux Hussein-Déens,
les Harrachis viennent de
confirmer leur force en ce
début de saison et que leur
nouveau statut de leader n’est
guère le fruit du hasard. Ce
scénario, rares sont ceux
parmi les amateurs de la balle
CAB. Au vu de ce qu’ils ont
laissé apparaître contre le
NAHD, il faudra s’attendre à
un enchaînement de succès.
Les Batnéens savent d’ores et
déjà ce qui les attend.
…Les Mouloudéens
en alerte
ronde qui y ont crû, il est cer-
tain que l’USMH aura son
mot à dire cette saison. Il
reste à présent à l’équipe ban-
lieusarde de garder cette dy-
namique de bons résultats,
aussi longtemps que possible,
afin de s’assurer une place
parmi les premiers.
Les
Surpris par les bons résul-
tats du club harrachi, mais
surtout par la grande effica-
cité qui caractérise depuis des
semaines l’attaquant Hanitser,
les Mouloudéens craignent
non seulement la rencontre
face l’USMH, prévu dans
deux semaines, mais surtout
le réalisme de Hanitser qui,
faut-il le signaler, connaît
parfaitement le stade du 5-
Juillet pour y avoir joué plu-
sieurs rencontres. Cette
confrontation entre ces deux
clubs algérois revêt déjà une
certaine méfiance du côté de
Bab El Oued, dans la mesure
où les deux équipes seront
contraintes d’enchaîner les
succès. Reste à savoir quelle
sera la réaction de chacune
des deux équipes le jour du
match. Alain Michel, qui a dû
prendre en considération la
prestation des Jaune et Noir
face au NAHD, devrait d’ores
et déjà préparer son plan de
bataille.
Jaune et Noir auront à en dé-
coudre ce week-end avec le
N. R.
Les primes de matches
avant l’Aïd
Histoire de motiver encore plus leurs joueurs, en perspective des
prochains rendez-vous
de l’équipe, tous les dirigeants réunis
dimanche au bureau du président
pour prendre en charge les primes de matches gagnés depuis le début de saison. Rassurés
se sont mis d’accord
par une bonne
partie des dirigeants
qui se sont montrés
disposés à aider financièrement le
club, le
premier responsable et son comité directeur
ont décidé d’octroyer
aux joueurs les
primes de matches
leurs le trois
victoires
réalisées à El le Harrach
WAT. contre respectivement
après l’ASO,
CABBA
et dernièrement
N. R.
Aïssaoui quelle classe En plus du bon rendement fourni lors des dernières rencontres, le milieu
Aïssaoui quelle classe
En plus du bon rendement fourni lors
des dernières rencontres, le milieu de
terrain Abbès Ais-
saoui a livré une
très belle presta-
tion à côté de
son coéquipier
Gharbi. Ces
deux éléments se
sont illustrés de
fort belle ma-
nière face au
NAHD. Aissaoui,
rayonnant au milieu de terrain, est d’ail-
leurs à l’origine de toutes les tentatives
de l’attaque harrachie. Avec ses passes
lumineuses et précises, l’enfant d’El
Bayadh a même surclassé Djabou, qui a
abusé de jeu individuel.
Gharbi, fierté de
Djebahia
Après une prestation remarquable face
au NAHD et arti-
san du succès
tant attendu
face aux Hus-
sein-Déens, le
milieu de ter-
rain Gharbi
était visible-
ment très ému
à la fin du
match par les
marques de sympathie et de reconnais-
sance que lui ont témoignées certains
supporters à la sortie du stade. Certains
d’entre eux sont venus de Djebahia, lo-
calité près de la gare Aomar, où réside le
joueur qui a fortement apprécié le geste.
Il reste en tout cas la fierté des habitants
de cette commune.
Hendou, Naïli et Gharbi
menacés
Pour avoir écopé de cartons jaunes face
au NAHD, les trois milieux harrachis, à
savoir Naili, Hendou et Gharbi se re-
trouvent sous la menace d’une suspen-
sion d’un match. Si l’on tient compte de
l’approche du match contre le Moulou-
dia, ces trois éléments devraient faire at-
tention s’ils veulent prendre part à ce
derby.

L’USMH dix ans après

La dernière victoire de l’USMH aux dépens du NAHD remonte au mois d’avril 1999. Cette rencontre, rappelons- le, a eu lieu au stade du 20-Août et le suc- cès de 2-1 avait été réalisé grâce à un but de Rahem et un autre de Azizane.

Deux jours de repos

Pour permettre à ses poulains de récu- pérer leurs forces après les efforts fournis lors de leur rencontre contre le NAHD, le coach Boualem Charef a décidé de les mettre au repos deux jours. C'est donc mardi prochain que Naïli et ses coéqui- piers reprendront le chemin du stade pour la première séance de la semaine qui sera consacrée à une rencontre ami- cale contre un adversaire à déterminer.

Hanitser, le nouveau goléador harrachi

Etant l’auteur des deux réalisations, qui ont permis à son équipe de remporter une large victoire face au NAHD, l’atta- quant harrachi Sofiane Hanitser vient de prendre la tête des buteurs du champion- nat de 1 re division. L’ex-attaquant du MCO a en effet prouvé, face aux Hus- seindéens, son statut de chasseur de buts avec à son actif un total de quatre réalisa- tions en quatre matches joués. L’Oranais a attendu la troisième journée pour mar- quer son premier but. Hanitser va encore s’illustrer une semaine après face au WAT par un but qui permet à son équipe de récolter les trois points. Voilà encore le nouveau goléador harrachi réussir un doublé face au NAHD qui lui permet de prendre la tête des buteurs.

Hanitser: « Je vise le titre de meilleur buteur du championnat »

Auteur d’une excellente prestation avec à la clé un doublé face au NAHD, l’atta- quant
Auteur d’une
excellente
prestation
avec à la clé
un doublé
face au
NAHD, l’atta-
quant harra-
chi estime
que la vic-
toire a été
acquise grâce
à l’élan de
solidarité des
joueurs qui
ont prouvé
que l’USMH
mérite am-
plement la
place qu’elle
occupe ac-
tuellement
au classe-
ment.
place qu’elle occupe ac- tuellement au classe- ment. Quelles impressions avez- vous du match que vous

Quelles impressions avez- vous du match que vous avez livré au NAHD et de votre victoire ? C’était une rencontre très diffi- cile à négocier dans la mesure où l’on devait affronter une équipe

en quête de rachat et qui s’est dé- placée pour décrocher un résul- tat positif. La preuve les Hussein-Déens nous ont surpris, dès le début du match, par un but après nous avoir dominé. Mais on s’est ressaisis en faisant subir un pressing très fort à notre adversaire pour le pousser

à céder. C’est ainsi qu’on a pu ar- river à remporter cette victoire qui ne souffre aucune contesta- tion. Mais vous avez très mal en- tamé le match. Quelles en sont les causes ? Il est vrai qu’on a très mal dé- buté le match et les raisons sont simples à expliquer. Comme je viens de vous le dire, le NAHD

a débuté le match à 100 à l’heure. Cela nous a quelque peu pertur-

bés et on a encaissé un but. On ne s’attendait pas à cela de la part de notre adversaire. Ce succès a une allure d’ex- ploit, non ? Non pas à ce point quand même. Certes c’est un très beau succès, parce qu’il a été remporté avec l’art et la manière, mais il n’a rien d’un exploit le NAHD est une équipe moyenne et donc il n’est nullement besoin d’assimi- ler ce succès à un exploit. Vous avez largement contri- bué au succès de votre

équipe avec un doublé. Vous confirmez votre statut de bu- teur ? En effet, ces dernières temps j’ai eu beaucoup de réussite, ce qui m’a permis d’inscrire qua- tre buts qui me placent en tête des buteurs. Un titre que je vise. Après cette belle perfor- mance vous allez recevoir le CAB. Un commentaire ?

Il est certain que cette rencon- tre sera extrêmement difficile. Le

CAB est une équipe connue pour être accrocheuse. Cepen- dant cette saison elle n’a pas réussi de bons résultats hors de ses bases. Cela me pousse à croire que nos chances de rem- porter une victoire sont grandes. Mais nous devons vite oublier cette victoire face au NAHD et nous méfier de l’équipe bat- néenne pour éviter toute mau- vaise surprise. Un succès contre le CAB nous permettra d’abor- der le derby contre le MCA sous de bons auspices. On commence déjà à imagi- ner l’ambiance de ce match ? Ce qui est sûr c’est que nous allons évoluer devant des gra- dins pleins, car en plus des sup- porters du MCA, nos fans feront le déplacement en grand nom- bre. Ce succès face au NAHD renforcera davantage la confiance chez nos supporters, cela ne sera que bénéfique pour nous.

Entretien réalisé par Nacer-Eddine RATNI

Le Buteur n° 980 bis lundi 14 septembre 2009

11

Coup ferme CRB

Kerbadj : «J’irai loin dans les réserves sur Mongolo et Camara»

A vant l’entame de la rencontre, les Be- louizdadis étaient surpris de voir le nom de Mongolo et

de Camara figurer sur la feuille du match. A travers une interpréta- tion de la réglementation en vi- gueur relative aux joueurs étrangers (du moment qu’une grande confusion règne dans les textes des règlements généraux), les Belouizdadi estiment qu’un club n’a le droit de porter sur la feuille du match qu’un seul joueur

étranger, et c’est au club de le titu- lariser ou de le laisser sur le banc. Ainsi, le CRB a formulé des ré- serves au sujet des deux joueurs et compte user de tous les moyens légaux pour avoir gain de cause. «Nous avons formulé des réserves contre le MCEE, et je pense que la réglementation est claire à ce sujet.

A titre d’exemple, si le nom d’un

joueur suspendu figure sur la

feuille du match, l’équipe adverse a

le droit de formuler des réserves

contre ce joueur, car il peut faire sa rentrée à n’importe quel moment de la rencontre. Donc, si deux joueurs sont portés sur la feuille du match cela veut dire qu’ils peuvent être alignés. C’est à la base des rè- glements que nous avons formulé des réserves sur Mongolo et Ca- mara, et j’irai loin dans cette af- faire», a dit le président du CRB.

«Sinon on va aligner deux joueurs étrangers à l’avenir,

et on verra»

Le président du CRB n’arrive pas à trouver une explication lo- gique à cette nouvelle réglementa- tion au sujet des joueurs

étrangers, et qui prête à confusion. «Qu’on nous explique ce que risque

un club qui fait jouer deux joueurs

étrangers. Je n’arrive pas à com-

jouer deux joueurs étrangers. Je n’arrive pas à com- prendre sur quoi cela se base. Est-ce

prendre sur quoi cela se base. Est-ce qu’il existe des sanctions au niveau

de la FIFA pour interdire de faire jouer deux joueurs étrangers ? Donc, il y a une confusion et, per-

sonnellement, je tiens à ce que les réserves sur Mongolo et Camara aboutissent, faute de quoi on va aligner deux joueurs étrangers et on verra le risque que nous cou- rons», affirme Kerbadj.

« Si on avait eu le droit de porter deux joueurs sur la feuille du match, je n’aurais jamais libéré Nibié»

Afin d’expliquer clairement son

point de vue en se basant sur des arguments rationnels, le président du CRB a cité l’exemple de l’atta- quant burkinabé, Alain Nibié, qui

a été prêté à l’USMA. «Si on avait

eu le droit de porter deux joueurs sur la feuille du match, je n’aurais jamais songé à libérer Nibié. Moi, j’ai accepté qu’on le libère au profit de l’USMA du fait qu’on ne peut

pas avoir deux joueurs étrangers sur la liste des dix-huit, et ce

conformément à la nouvelle régle- mentation et en se basant sur une interprétation rationnelle», nous a confié Kerbadj.

«Quel risque ont couru les clubs qui n’ont pas aligné les jeunes ?»

«J’aimerais bien m’étaler sur ce sujet pour vous demander de m’ex- pliquer quel risque ont couru les clubs qui n’ont pas aligné les jeunes, puisqu’il y a une recommandation faite dans ce sens par la LNF. Donc, qu’on nous détermine les sanctions et les risques qu’un club qui ne se plie pas à cette recommandation. Jusqu'à preuve du contraire, les équipes qui n’avaient pas aligné les jeunes joueurs n’ont pas été sanc-

tionnés», fera remarquer Kerbadj.

«Je me demande pour quelle raison l’arbitre a sifflé un penalty, puis s’est rétracté»

Quant à la défaite qu’a subie son équipe face au MCEE samedi der-

nier, le président Kerbadj nous dira : «Je pense qu’on aurait pu re- venir avec un bon résultat, car vu la production de l’équipe en deuxième mi-temps, on aurait pu prétendre à mieux. Je n’essaye pas de justifier la défaite, mais je me demande pour quelle raison l’arbi- tre a sifflé un penalty en notre fa- veur et averti le joueur adverse, avant de se rétracter au sujet du pe- nalty pour une soi-disant position de hors-jeu.»

«Le fait que l’attaque rate trop de buts m’inquiète»

«Au vu de notre prestation, on s’est procuré plusieurs occasions de scorer que nous avons malheureu- sement manquées. Nous avons même raté une aubaine pour dé- crocher un point à la toute dernière minute de jeu, lorsque nous avons manqué un but tout fait. Et ce n’est pas la première fois que l’équipe manque autant d’occasions, ce qui m’inquiète. Donc, on doit trouver les solutions», conclut Kerbadj K. M.

Slimani : «L’arbitre nous a privés d’un penalty valable»

Vous avez concédé votre deuxième défaite depuis le début du parcours, à quoi at- tribuez-vous la défaite face au MCEE ? On ne s’attendait nullement à cette défaite, car on s’était bien préparés pour ce rendez-vous, sachant que notre tâche allait être difficile face à une bonne équipe d’El Eulma. Je pense que nous avons fait une bonne prestation, seulement nous avons manqué de chance dans cette rencontre.

Ne pensez-vous pas avoir manqué une belle opportu- nité de revenir au moins avec un point du moment que la rencontre s’est jouée à huis

clos et El Eulma n’a pu bénéfi- cier de l’apport de son public

?

Certes, la rencontre s’est jouée à huis clos mais il faut savoir que ce paramètre est une arme à dou-

ble tranchant, car une équipe qui joue sans la présence de son pu- blic bénéficie quand même de l’avantage du terrain. On aurait aimé revenir au moins avec un point de notre déplacement, mais

la chance nous a tourné le dos.

Le fait d’avoir encaissé deux buts en première période de jeu vous a-t-il perturbé ? Oui, mais cela ne veut nulle- ment dire que l’adversaire nous a été supérieur. On a même réalisé une très bonne deuxième mi- temps où nous avons largement dominé les débats. Aussi, l’arbitre nous a privés d’un penalty fla- grant, car sur l’action il avait sifflé un penalty en notre faveur avant de revenir sur sa décision en consultant son assistant qui avait levé son drapeau pour signaler

une position de hors-jeu qui

n’était pas évident.

Je ne vais pas dire qu’il a faussé nos calculs, car on aurait pu pré- tendre même à une victoire au vue des nombreuses occasions qu’on s’est créées. D’ailleurs, tout le monde a re-

connu que notre équipe a fait une très bonne deuxième période de jeu.

Comment expliquez-vous cette occasion en or à la fin de la première période de jeu avant d’être assommés par un deuxième but ? J’ai essayé de faire de mon mieux lors de cette rencontre. J’ai inscrit un but mais je ne l’ai pas savouré car j’aurais aimé que la partie se termine au moins sur un score de parité, afin de ressentir l’utilité de ma réalisation. Pour re- venir à l’occasion dont vous me parliez, ce n’est pas moi qui ai manqué cette balle, mais c’est le gardien adverse qui s’est illustré sur cette action.

En parlant de votre premier but de la saison, peut-on dire que cette réalisation va vous libérer ? Ce but me mettra en confiance, je souhaite réussir d’autres bonnes performances.

Pensez-vous que la pression pèsera sur l’équipe, puisque vous allez jouer en déplace- ment à Batna face au MSPB ? Nous avons bien joué face au MCEE, mais c’est notre adversaire qui est sorti de cette confronta- tion. Même si le plus important pour une équipe c’est le résultat qui prime, je pense que notre bonne prestation ne va pas laisser la place au doute pour s’installer dans notre camp. Nous allons donc préparer notre prochain match d’une manière ordinaire, et on se déplacera à Batna avec la ferme intention de revenir avec un résultat positif.

Donc, le fait d’être privé d’un

Entretien réalisé par

penalty vous a pénalisé…

K. M.

Il a été victime d’une hémorragie interne

 

Mameri

indisponible

dix jours

hémorragie interne   Mameri indisponible dix jours Comme rapporté dans notre précé- dente livraison le

Comme rapporté dans notre précé- dente livraison le capitaine d’équipe du CRB Karim Mameri était contrait de céder sa place à la mi- temps suite à un choc avec son co- équipier Nassim Ousserir. Le défenseur belouizdadi ressentait des douleurs au niveau du bas-ventre, ce qui a nécessité son transfert à l’hô-

 

pital. Après une première consulta- tion, le médecin traitant à déceler une hémorragie au niveau de la ves- sie, mais s’est montré toutefois ras- surant envers son patient. Par la suite, le président du club et d’autres dirigeants se sont rendus à l’hôpital pour se rassurer sur l’état de santé du joueur. Ayant passé près de cinq heures au CHU d’El Eulma, Mameri

a

pu quitter l’hôpital après avoir

reçu les soins nécessaires. Même si

 

le

défenseur belouizdadi ne risque

rien, le médecin lui a prescrit quelques jours de repos. Mameri ne pourra donc reprendre les entraîne- ments que dans une dizaine de jours. De ce fait, il manquera à l’ap- pel face au MSPB où il sera en pé- riode de convalescence. Une fois

 

rentré chez lui, Memeri s’est rendu

le

lendemain à l’hôpital pour un

autre contrôle médical à travers le- quel il a été rassuré une fois pour toutes sur son état de santé

 

K. M.

 

«Le médecin m’a rassuré»

 

«Sur une action de jeu, et au mo- ment où on a voulu éloigner le dan- ger de notre défense, je me suis heurté à Ousserir. Suite à ce choc, j’étais transféré à l’hôpital où j’y ai passé environ six heures. Mais le médecin m’a rassuré sur mon état de santé bien que je sois victime d’une hémorragie au niveau de la vessie. J’étais touché aussi aux ad- ducteurs du moment qu’il s’agissait d’un choc violant. Dieu merci, je suis sorti indemne. Je serai de re- tour bientôt à la compétition», dira Mameri.

K. M.

12 Le Buteur n°980 bis Lundi 14 septembre 2009

Coup double USMB Les bons choix de Mouassa Abdelwahab-Djamouani, Abdelwahab-Djamouani, Abdelwahab-Djamouani,
Coup double USMB
Les bons choix de Mouassa
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
Abdelwahab-Djamouani,
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
ça peut faire très mal !
T out porte à croire que le
coach blidéen est en voie de
trouver la bonne formule en
ce qui concerne le compartiment of-
fensif de son équipe. Il aura mis du
temps pour cela et la raison en est
toute simple, car il a dû se résigner à
se passer des services de deux joueurs
qui, au départ, ont été recrutés pour
être les fers de lance de l’équipe de
Blida. Ce seront deux joueurs qui ont
été recrutés au tout dernier moment
et qui s’attendaient à avoir, au mieux,
un statut de remplaçants. Le retour
en forme du transfuge de Ferdjioua,
Djamouani, a été le bienvenu et ce
jeune pourrait, dans un très proche
avenir, être ce finisseur qui a tant
manqué à l’équipe de Blida. Dja-
mouani sera donc associé lors des
prochains matchs à Djahed Abdel-
wahab pour composer la ligne offen-
sive blidéenne. L’ex-joueur du club
libyen d’El Medina se trouve mainte-
nant en pleine confiance et surtout
dans une forme éblouissante. Ven-
dredi dernier, à Bouira, il était
presque toujours dans les bons coups.
Le duo Abdelwahab-Djamouani
pourrait donc former la nouvelle
force de frappe de cette équipe de
Blida et avec juste un soupçon de co-
hésion, cette association pourrait
mettre à mal les défenses les plus her-
métiques.
Slimane B.
Après deux jours de repos,
reprise cet après-midi
Abed
revient
à de meilleurs
sentiments
Aussitôt après la douche, vendredi passé,
Mouassa a informé ses joueurs quʼils avaient deux
jours de repos et que la reprise se ferait ce lundi.
Ils profiteront de ce quartier libre pour rejoindre
leurs familles respectives.
rappelle
que
l’attaquant
l’USMB
avait
mal
pris
fait
que
son
face Abed entraîneur à
pas
ti-
tularisé,
vendredi
passé,
à
la de
JSMB.
d’ailleurs
Nous sommes forcés de reconnaître que les couacs à ré-
pétition qu’a connus le grand club de Blida lors des trois
premières journées de championnat sont la cause, entre
autres, de choix discutables de l’ex-coach blidéen, Fer-
nandez. En effet, en faisant jouer certains éléments,
contre-nature et en optant assez souvent pour des orga-
nisations tactiques pour le moins attentistes, le technicien
portugais a surtout cherché à éviter la défaite. Il a, et c’est
le plus grand reproche qui peut lui être fait, lors des
matchs qu’il a eus à diriger, aligner quatre défenseurs, ce
qui est courant, et surtout trois, voire quatre, milieux ré-
cupérateurs, ce qui l’est moins. Une victoire au forceps à
Tchaker et deux défaites à l’extérieur ont eu pour princi-
pale cause la «pauvreté» du potentiel offensif de l’équipe.
Quand on ajoute à cela l’extrême prudence de cette équipe
de l’ASK qui a rendu visite aux Blidéens, on comprend ai-
sément pourquoi Fernandez n’a trusté que des résultats,
somme toute, médiocres.
Incriminer uniquement l’entraîneur de cette équipe de
Blida serait injuste. Les joueurs ont eux aussi une grande
part de responsabilité car il est difficile pour le coach, à
partir de son banc, de mettre des ballons faciles au fond
des filets. A la question de savoir s’il avait donné les
moyens à son équipe pour attaquer, Fernandez nous ré-
pondra qu’il ne connaît pas beaucoup d’équipes dans le
championnat national qui alignent quatre attaquant et qui
abordent le match la fleur au fusil. Mouassa, dès sa prise
en main de l’équipe, aura tôt fait de remotiver ses joueurs.
Il arrivera très vite à présenter un onze truffé d’illustres
inconnus, mais qui en voulaient terriblement. Il ne man-
quera pas, par ailleurs, d’énumérer le nombre d’attaquants
qui sont indisponibles. En décortiquant le jeu de cette for-
mation blidéenne, lors des matchs qu’elle a gagnés face au
CAB et à la JSMB, ce qui saute aux yeux, c’est cette réelle
envie de porter le danger dans le camp adverse chez les
joueurs de la ville des Roses. Tout le jeu de l’équipe était
porté vers l’offensive. Les meilleures preuves, pour ne citer
que celles-là, sont les buts splendides inscrits par Dja-
mouani, qui sont venus ponctuer des offensives générées
par des défenseurs. Vendredi passé, c’était l’une des rares
fois où la formation blidéenne a joué avec, et cela tout le
long de la rencontre, quatre attaquants de métier. En plus
des bons choix des hommes, le coach a contraint ses élé-
ments à jouer à une touche de balle et surtout d’aller à l’es-
sentiel.
eu
une
se petite et
le discussion
assez
vive
avec ne
son
coach.
S. B.
très Contacté On
par
nos
soins,
nous
dira
qu’il
re-
grettait
qu’il
en
ferait
par
Mouassa,
Il a l’ait Abed lundi,
ce
lors
la reprise des entraînements.
de
Slimane B.
Belahouel
«Cette fois-ci, on ne peut pas nous repro-
cher de ne pas avoir mouillé le maillot»
Le défenseur central blidéen nous a dit que lui et ses coéquipiers
sont allés au bout d’eux-
mêmes dans ce match face à la JSMB.
nous a accordé, que cette victoire face à la JSMB doit être confirmée.
Il nous dira, dans l’entretien qu’il
Tout d’abord, qu’éprouvez-vous après votre
victoire face à la JSMB ?
Surtout de la joie et beaucoup de bonheur. Je suis
content pour nos supporters qui étaient encore une
fois très nombreux à venir nous soutenir à Bouira.
Il y a aussi les énormes efforts que nous avons four-
nis au cours de ce match et qui, au final, se sont
avérés payants puisque nous avons réussi à pren-
dre les trois points.
Qu’est-ce qui vous a permis de faire la diffé-
rence au cours de ce match ?
C’est le fait de ne pas avoir baissé les bras, après
avoir encaissé le premier but. Nous y avons cru et
nous avons fait les efforts nécessaires pour dominer
notre adversaire et aussi marquer des buts impor-
tants. Cela prouve que nous avons un excellent
mental et un grand esprit de solidarité. Pour ce qui
est du match en lui-même, nous nous sommes dé-
placés avec la volonté de réaliser une belle perfor-
mance.
neutre. Le fait d’avoir gagné nous a remis en
confiance et c’est sur cette voie que nous devons
continuer. Il nous faut maintenant confirmer lors
des prochains matchs.
Justement, le prochain, vous allez le jouer
contre le WAT. Dans quel état d’esprit allez-vous
l’aborder ?
Il existe une grande motivation chez l’ensemble
des joueurs. Nous devons impérativement réaliser
une belle performance et cela pour confirmer notre
dernier succès. Ce match se déroule chez l’adver-
saire et une défaite pourrait avoir des conséquences
sur le plan moral. Ce sera difficile, mais la pression
sera plutôt sur les épaules de nos adversaires. Nous
avons les moyens de revenir avec au moins le point
du nul à Blida.
Votre belle prestation à Bouira, vendredi
passé, ne peut que nous faire dire que vous
êtes en pleine forme, n’est-ce pas ?
Je n’ai fait que mon travail, en essayant de m’ap-
pliquer du mieux que j’ai pu. Heureusement, ce
match s’est soldé par une victoire qui est venue ré-
compenser les efforts que nous avons déployés.
Sincèrement, nous méritons la victoire car les oc-
casions les plus franches étaient pour nous.
Comme mes coéquipiers, j’ai donné le meilleur de
moi-même au cours de cette rencontre.
Cette victoire vous a rapprochés des meil-
leurs, c’est encourageant, n’est-ce pas ?
Cela nous fait plaisir, car, au départ, ce n’était pas
du tout évident. Il faut rappeler que ce match nous
l’avons joué à l’extérieur, même si ce fut sur terrain
Le WAT reste sur une bonne série et occupe
une place dans la partie haute du classement
Cela va-t-il compliquer votre tâche ?
Pas du tout, dans la mesure où cette équipe fera
tout pour continuer sur sa bonne lancée. Nous fe-
rons en sorte de ne pas revenir bredouilles de notre
déplacement à Tlemcen.
Votre match face à l’ESS a été reporté. Est-ce
une bonne chose pour vous ?
Pas du tout, car nous sommes sur une bonne dy-
namique. Espérons que nous serons en possession
de tous nos moyens pour affronter cette équipe
que, personnellement, je considère comme la meil-
leure du championnat.
Vous allez sûrement être titularisé encore une
fois dans l’axe. Cela vous convient-il ?
Parfaitement car je peux évoluer à tous les
postes de la défense. Je vais essayer de faire de mon
mieux et cela ne veut pas dire que je serais auto-
matiquement titularisé à ce poste. De toutes façon,
c’est l’intérêt de l’équipe qui prime.
Promettez-vous à vos supporters de réa-
liser un bon parcours en
championnat ?
On ne peut rien
promettre car toutes
les équipes se sont
bien préparées. Les
joueurs qui sont
dans l’effectif de
l’USMB, même si ce
ne sont pas de grands
noms du championnat,
ont des qualités et des argu-
ments à faire valoir, même si,
en football, on ne peut être sûr
de rien. Il y a en plus un esprit
d’équipe que l’on trouve rarement
dans d’autres équipes et c’est sur-
tout cela qui va nous permettre
d’aller de l’avant. Notre vœu à nous,
les joueurs, est de réaliser le meilleur
parcours possible car nous voulons
offrir quelque chose à nos supporters.
Il nous faut d’abord réussir le début du
championnat.
Vos supporters attendent beaucoup de
vous. Qu’avez-vous à leur dire ?
Tous ne veulent qu’une seule chose, que
l’USMB gagne enfin ce titre qui lui échappe de-
puis sa création. Il nous est difficile pour le mo-
ment de promettre quoi que ce soit, mais nous
nous engageons à leur procurer des moments de
plaisir et de joie. Ils doivent, de leur côté, nous ap-
porter un soutien sans faille.
Entretien réalisé par
Slimane Baghdali
13 Le Buteur n°980 bis Lundi 14 septembre 2009 Coup franc WAT Sidhoum «On garde
13
Le Buteur n°980 bis Lundi 14 septembre 2009
Coup franc WAT
Sidhoum «On garde toujours
les pieds sur terre»
Accueil triomphal
pour Gaouaoui
moins Il s’attendait froid de peut-être la part de à la un galerie accueil tlemcé- plus au
nienne, afin de le perturber
dans sa
concen-
tration et faciliter
ainsi la tâche des
équipiers de Mustapha Djallit, mais
le por-
tier international Lounès Gaouaoui
n’est pas
Ilyes, quel est votre sentiment après cette
précieuse victoire face à l’ASO ?
Nous étions bien concentrés sur notre sujet,
et je pense que nous sommes dans la continuité
de ce qu’on fait depuis le début de saison. On
s'est créé des occasions, nous avons marqué
deux buts et remporté les trois points de la vic-
toire.
On imagine que vous étiez contents de re-
nouer avec la victoire, après deux revers de
suite ?
Nous avons eu la chance de remporter nos
deux premiers matchs en championnat, en de-
venant même les leaders durant trois journées,
avant d’enregistrer une contre-performance à
domicile face à l’USMAn et perdre ensuite à El
Harrach. Donc, nous étions dans l’obligation de
remporter cette rencontre pour éviter une crise
au sein du club.
Avez-vous senti une pression avant de dé-
buter la rencontre ?
Nous étions motivés à stopper cette mauvaise
série sans victoire. Nous voulions coûte que
coûte les trois points du match, sans jouer pour
autant la peur au ventre, car c’est en restant
calme et serein qu’on peut produire du beau jeu
et remporter les succès.
Sincèrement, avez-vous douté après l’égali-
sation de Messaoud en début de seconde
période ?
Pas vraiment, car nous avons maîtrisé ce
match dans l'ensemble, même s’il y a eu
quelques moments de flottement ; mais nous
n'avons pas paniqué, surtout que nous avons eu
la chance de marquer notre deuxième but
quelques minutes après, ce qui nous a aidé à
gérer intelligemment la suite de la rencontre.
prêt d’oublier son grand retour à Tlemcen.
Non pour avoir
échoué en compagnie de ses
camarades de repartir avec au moins le
point du match nul, en enregistrant
une
nouvelle défaite
malgré l’arrivée récente de
Slimani, mais pour l’hommage
réservé par
cessé les supporteurs de clamer tlemcéniens haut et fort leur qui admiration n’ont pas
pour le portier des Verts
durant la partie.
admire tant la ville de Tlemcen,
Lounès, qui
sera toujours le bienvenu
dans le club phare
de la ville des Zianides.
Les juniors accrochés
de nouveau
n’a Revenant
avec
une
probante
victoire
d’Al-
ger
face
à l’USMH,
la
bande
de
Tayeb
Bouali
pas
pu
enchaîner
se avec
une
seconde
vic-
Après avoir disputé l’intégralité de la ren-
contre face à l’USMH, comment jugez-
vous votre seconde titularisation de la
saison ?
De manière positive, je me suis bien adapté
au groupe. Je ne vous cache que je suis assez sa-
tisfait de ma prestation, surtout qu’il y avait la
victoire au bout. Mais ce qui compte pour moi,
c’est l’avis de l’entraîneur, car c’est lui seul qui peut
me juger.
A l'image de l'équipe, on vous a senti se-
rein, n'hésitant pas à monter
Quand j'ai l'opportunité de gagner des duels
et de sauter une ligne, je le fais. Après, en tant
que défenseur, il ne faut pas prendre trop de
risque. A partir du moment où on maintient un
rythme dans le jeu élevé, on est capable de ga-
gner face à n’importe quelle formation.
Avez-vous de nouvelles ambitions, doréna-
vant ?
C’est juste mon deuxième match avec les se-
niors, et je ne peux nullement dire que je suis
déjà arrivé, car il me reste un long chemin à par-
courir pour devenir un titulaire à part entière.
La concurrence est grande, vu la qualité du
groupe. Je veux apprendre aux côtés des an-
ciens, tout en écoutant les conseils du coach
pour progresser d’avantage.
À vous le soin de conclure…
Je remercie avant tout l’entraîneur qui me fait
confiance en me donnant la chance de disputer
des matchs de haut niveau. Aussi, j’ai une pen-
sée particulière pour mon ami et coéquipier
Kada Benyacine, qui est blessé depuis le début
de saison, en espérant qu’il revienne au plus vite
avec nous.
Entretien réalisé par Othmane Riyad
toire
à
domicile,
en
contentant
d’un
match
nul
(1-1).
A
noter
que
les
équipiers
du
défenseur
Saidi,
n’ont
aucune
séance
pro-
grammée
durant
la
semaine
sur
la
pelouse
gazonnée
du
stade
de
Birouana,
en
s’entraî-
nant
régulièrement
au
vieux
stade
des
Frères
Zerga, ce qui n’aide guère les
Bleu et Blanc le
jour du match.
Abid Charef, l’homme
du match
C’est
rare
de
signaler,
mais
l’homme
match
n’est
ni
Ghazali
pourtant
auteur
d’un
doublé,
à ou
Lounès
Gaouaoui
qui
sauvé
sa
maintes
reprises,
mais
c’est
l’arbitre
centre,
Abid
Charef,
a du su
gérer
convenablement
le les
débats
de
ren-
contre,
malgré
du l’attaquant cage Othmane le l’engagement
de
part
d’au-
tre
et a
l’intensité
dans
jeu.
Pub
Riyad
Baba
la et qui Ahmed
Othmane le l’engagement de part d’au- tre et a l’intensité dans jeu. Pub Riyad Baba la

14 Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

Coup d’œilx USMA

Dernière ligne droite pour les Usmistes

d’œilx USMA Dernière ligne droite pour les Usmistes A près un jour de repos ac- cordé

A près un jour de repos ac-

cordé par le premier respon-

sable de la barre technique,

c’est hier après-midi que les

Rouge et Noir ont repris le

chemin des entraînements,

entamant à l’occasion la dernière semaine de préparation avant d’aborder leur prochain match. Un match qui les mettra aux prises, vendredi prochain, au MCEE lors d’une ren- contre qui aura lieu au stade Omar-Hamadi pour le compte de la sixième journée de championnat. Les coéquipiers du capitaine Billel Dziri qui sont, pour rappel, restés loin de la compétition pendant plus d’une semaine à cause du report de la rencontre qui devait les opposer à l’ESS, ont profité de cette mini- trêve pour revoir leur copie après un début de saison difficile avec trois défaites et une seule victoire en quatre rencontres. Les protégés de Saâdi, qui auront vendredi prochain une bonne occasion pour décrocher une seconde victoire consécutive en accueillant leurs ho- mologues eulmis, ont entamé la dernière

phase de préparation après une première qui

a été consacrée au travail physique ainsi qu’aux matches amicaux.

Saâdi baisse la charge

Il était intensif le travail physique qui a été mis en place la semaine passée. Les joueurs qui ont été soumis à un travail chargé ont sué lors des séances d’entraînement programmées

en nocturne, mais leur calvaire a pris fin en ce début de semaine puisque l’ancien entraîneur

de Ahly Tripoli a, en toute logique, baissé la

charge du travail physique afin de permettre à

ses joueurs de récupérer leurs forces. Les ca- marades de Abdouni, qui ont gagné leur der- nière rencontre amicale face au HAC et perdu

le premier contre le NAHD, passeront au tra-

vail tactique. Les Usmistes, qui ont montré quelques signes de défaillance au niveau de la

défense, auront ainsi une occasion pour se

renforcer. L’entraîneur, de son côté, va mettre

en place la tactique qui sera mise en place face au MCEE, afin que ses joueurs retrouvent leurs repères.

Le retour des blessés, un bon signe pour la suite

Pour cette dernière semaine avant le match, Noureddine Saâdi devra être soulagé après avoir récupéré plusieurs joueurs, à l’image de Billel Benaldjia, Ouznadji, Benayada et Layati. Les trois premiers joueurs que nous venons

de citer ont été tous non concernés par le der-

nier match de leur équipe face à la JSMB, car

souffrant de diverses blessures. De son côté,

Layati a contracté une blessure suite à un choc avec Nibié. Ayant tous repris le chemin des entraînements, ce sont les membres du staff technique qui devront être contents puisque

leur présence signifie que d’autres solutions se

présentent pour l’entraîneur qui espère récu- pérer un autre élément, Cheklam en l’occur- rence. Il faut dire que le fait d’aborder les derniers préparatifs avec un groupe presque

au complet est un bon signe. Adel C.

Benaldjia veut convaincre Saâdi

◗ Billel Benaldjia devait re- prendre les entraînements hier, après une longue pé- riode de
◗ Billel Benaldjia devait re-
prendre les entraînements
hier, après une longue pé-
riode de convalescence suite à une
élongation à la cuisse. Mais il lui
sera très difficile aujourd’hui de
reprendre tous ses moyens phy-
siques pour reconquérir une place
au milieu de terrain, avec la forte
concurrence du moment. Ça ne va
pas être facile, en effet, de détrô-
ner Aït Ouamar et Ghazi qui sem-
blent avoir retrouvé leur vitesse de
croisière, sans oublier Khoualed
qui pète la forme à l’entraînement.
Il faut dire que Benaldjia n’a pas
été gâté par le sort, car il se blesse
souvent au moment où il ne faut
pas, comme l’an passé à Ifrane où
il a contracté une forte élongation
à la cuisse. Cela dit, le joueur ne
perd pas espoir, il compte se bat-
tre à fond pour convaincre son en-
traîneur qui ne le connaît pas
encore. Pour le moment, il ne veut
pas brusquer les choses. Son pre-
mier souci est de reprendre tous
ses moyens physiques «le reste, ça
viendra».
B. M.

Les Usmistes rêvent du Daham-Bourahli

viendra». B. M. Les Usmistes rêvent du Daham-Bourahli L’ arrivée de Deham à l’USMA a été

L’ arrivée de Deham à l’USMA a été favorablement accueillie dans tous les fiefs des Rouge et Noir, même s’il s’agit d’un ex-Mouloudéen. Pour

eux, Deham n’est pas un Chenoui, il n’a fait qu’un petit passage chez les frères ennemis. C’est la raison pour laquelle la nouvelle n’a dérangé personne à Soustara. Mieux, le recrutement de Daham est considéré même comme un grand coup que le président Allik vient de frapper dans la mesure où il s’agit d’un attaquant aguerri, un des meilleurs ces dernières années, qui a fait ses preuves en Algérie, en équipe nationale et en Al- lemagne. «Daham est l’attaquant qui nous manque», nous disait Achiou au mois de juillet, durant les premières négociations entre les deux parties. «Nous avons besoin de quelqu’un comme lui, un attaquant qui fixe la défense adverse, qui va droit au but et qui a un bon jeu de tête», ex- pliquait-il l’intérêt de son équipe pour l’ex-so- ciétaire de Koblenz. Mais ce qu’on attend de plus de Daham, c’est de marquer des buts. Comme il l’a fait récemment lors du match amical face au HAC en réalisant un triplé en une mi-temps. «Le plus important, c’est de marquer en compétition officielle», dit-il en précisant qu’il n’est pas encore au mieux de sa forme, «mais je serai prêt, inch’Al- lah, à la reprise». Les supporters nourrissent au- jourd’hui beaucoup d’espoirs sur l’ex-Asémite et rêvent d’un duo avec… Bourahli. Le Sétifien, qui n’a pas encore entamé sa rééducation, ne tardera pas à faire son retour, et lui aussi espérait que les négociations avec Daham aboutissent. Mainte- nant que c’est fait, Bourahli va certainement se régaler avec l’ex-Mouloudéen à ses côtés, en compagnie de Achiou et Dzir. C’est le duo d’at- taque que tout le monde attend à l’USMA. De leur côté, les deux joueurs ont hâte de se retrou- ver ensemble sur le terrain sous les mêmes cou- leurs.

B. M.

CheklamCheklamCheklamCheklamCheklam

Il ne s’est plus entraîné avec le groupe depuis plus d’une semaine, faisant l’impasse sur les deux matchs amicaux disputés par ses coéquipiers contre le NAHD puis face au HAC. Farid Cheklam, le défenseur usmiste, qui n’a pas été concerné par ces deux rencontres à cause d’une blessure au niveau des adducteurs, devait reprendre hier le chemin des entraînements. Joint par nos soins, le joueur, qui n’était toujours pas fixé sur son sort, nous a révélé qu’il ne perd pas espoir de prendre part au prochain match qui aura lieu vendredi prochain.

part au prochain match qui aura lieu vendredi prochain. «J’espère de tout cœur être présent face

«J’espère de tout cœur être présent face au MCEE»

Quelles sont vos nouvelles ? Je vais très bien merci. J’ai pro- fité de la journée de repos qui nous a été accordée par le staff technique pour rentrer chez moi. Le fait d’avoir passé quelques moments en famille parmi les miens m’a fait beaucoup de bien, surtout sur le plan moral. Là, je suis de retour sur Alger pour prendre part à la reprise qui devra avoir lieu dans quelques heures (entretien réalisé hier, ndlr). Allez-vous être présent lors de cette première séance de la semaine ? Oui, bien sûr. Il n’y a pas de raison pour ne pas l’être, d’autant plus que je me sens bien. C’est vrai que je souffrais d’une bles- sure, mais après plusieurs séances de soins, j’ai eu le feu vert de mon médecin pour reprendre du service. J’espère vraiment que

cette blessure fait partie du passé. Serez-vous présent face à El Eulma ? C’est ce que j’espère du fond du cœur. Mais pour être franc, c’est un peu tôt pour parler de cette rencontre. Il faudra d’abord que je reprenne les entraînements pour être fixé. Je vous l’ai déjà confié, je veux vraiment être pré- sent face à El Eulma, mais cela ne dépendra pas de moi seulement. Pour l’instant, je n’ai aucune idée, tout devra se décider à l’issue de cette séance. J’ai envie d’être pré- sent avec mes coéquipiers ven- dredi prochain et espérons que ce sera le cas. Après plus d’une semaine sans entraînements. Ne crai- gnez-vous pas être en retard par rapport à vos coéquipiers ?

Non, sur ce plan-là, je n’ai pas de problème. Et puis, je suis prêt

à me donner à fond pour être prêt pour cette empoignade.

En parlant de cette rencon- tre. Comment voyez-vous ce match ?

C’est un match vraiment im- portant pour nous. Nous allons recevoir pour la deuxième fois de suite, donc c’est une bonne occa- sion qui se présente pour qu’on décroche notre deuxième vic- toire de suite. Nous allons af- fronter une bonne équipe qui jouera sans doute sans complexe. Comme vous le savez, nous n’avons pas le droit à l’erreur, ce qui nous poussera à entamer cette partie dos au mur. Seul un résultat positif nous permettra de continuer la suite du parcours dans de bonnes conditions. Entretien réalisé par Adel C.

Les travaux de léclairage après

le Ramadhan

bien terminés,

sont

Si les travaux de la pose de la nouvelle pelouse

le deuxième projet qui va avec, à savoir l’éclairage, n’a pas encore dé-

le moment. Et daprès le directeur du stade de lOPOW, les

après le Ramadhan.

buté pour

débuteront incessamment et en principe

travaux

S. A.

Le Buteur n° 920 bis Lundi 14 septembre 2009

15

Coup neuf JSMB

Menad aujourd’hui à Béjaïa

tout après la débâcle de ven- dredi dernier à Bouira face à Blida. Il négociera

tout après la débâcle de ven- dredi dernier à Bouira face à Blida.

Il négociera ce soir

Après les premiers contacts entre les deux parties qui ont pris une bonne longueur d’avance, et qui ont été confir- més par Menad que nous avions contacté, la direction béjaouie a demandé à Menad de venir à Béjaïa le plus tôt pos- sible afin de négocier son éven- tuel retour à la JSMB. Ce dernier n’a pas hésité un mo- ment et a répondu favorable- ment à la demande de la direction. L’ancien avant-centre des Verts arrivera ce soir à Bé- jaïa, et après la rupture du jeûne, il négociera avec le pré- sident Tiab.

Menad

«La JSMB m’a bien contacté»

cette équipe et essayer de la sortir de cette situation le plus vite possible.»

Son retour pourrait faire revenir l’ancien comité directeur

Si le retour de Menad se concrétise ce soir, l’ancien comité directeur, qui était contre la méthode de l’ex-en- traîneur de la JSMB, à savoir Chay, pourra revenir sur sa décision et retournera exercer à nouveau au sein du club, surtout que le président Tiab, qui est actuellement seul à la tête du club, ne pourra pas continuer dans cette situation. Donc, l’apport d’un comité directeur demeure désormais indispensable. Ce qui est à retenir dans tout ça c’est que le retour de Menad ne sera que bénéfique pour le club béjaoui qui a besoin d’un homme comme lui pour sauver la JSMB, d’autant plus que tout le monde est unanime pour son retour au bercail.

La pelouse synthétique est complètement posée

C’est avant-hier que les travaux de la pose de la pe- louse synthétique au stade de l’Unité maghrébine ont pris fin. Après une longue attente, la couche d’amor-

tissement est totalement arrivée au stade de Béjaïa. L’en- treprise, qui a pris en main ce projet, n’a pas trop tardé dans ses travaux, car après quelques jours seulement consacrés à la pose de la pelouse, les travaux ont été ache- vés et la pelouse bien posée.

Le derby se jouera probablement à Béjaïa

Après la fin des travaux de la pose de la pelouse, tout porte à croire désormais que le prochain match à do- micile des Bougiotes se jouera sur cette même nou-

velle pelouse. Le prochain match à domicile de la JSMB sera contre la JSK dans un match derby qui pourra bel est bien se jouer à Béjaïa d’autant plus qu’il ne reste que quelques retouches encore à faire et le stade rouvrira ses portes et sera prêt pour le service.

C omme nous l’avions rapporté dans notre édition d’hier, l’ancien en- traîneur de la

JSMB, Djamel Menad, qui était réclamé par les supporters, est officiellement contacté par la direction béjaouie pour pren- dre en main son équipe qui passe une période difficile en ce début de saison. Après avoir temporisé, le boss béjaoui a fini par appeler Menad et lui faire savoir que son équipe a besoin de lui en ce moment, surtout après le limogeage du désor- mais ex-entraîneur des Vert et Rouge, le Français Jean-Yves Chay. Le président béjaoui, qui avait une liste des entraîneurs en tête, a finalement cédé à l’ap- pel des supporters qui ont de-

mandé à maintes reprises le retour de Djamel Menad, sur-

L’ ancien entraîneur des Vert et Rouge, que nous avions contacté hier, a bien confirmé les contacts avec la direction béjaouie qui le veut à la tête de la barre technique à partir de la prochaine jour-

née. «Oui, j’ai eu des contacts avec la direction béjaouie qui a manifesté son désir de m’enrôler. En principe, je se- rais là-bas ce lundi (aujourd’hui, ndlr) afin de concréti- ser ce que nous avions déjà entamé.»

«J’ai répondu à l’appel du cœur»

«Je vous ai déjà dit auparavant que la JSMB ne se re- fuse pas, et maintenant que les dirigeants m’ont appelé pour diriger cette équipe que je connais bien. J’ai répondu favorablement à l’appel du cœur. J’espère seulement trou- ver un terrain d’entente avec la direction béjaouie. Si tout marche comme prévu, je serai prêt à reprendre en main

Hamouche sera-t-il remercié ?

La question qui se pose à présent, surtout si le retour de Menad se concrétise ce soir : est- ce que l’entraîneur-adjoint, à savoir Ha-

mouche Hacène, qui avait assuré l’intérim après le limogeage de Chay et qui a également conduit le groupe face à Blida vendredi dernier, sera-t-il re- mercié à son tour. D’après une source générale- ment bien informée des affaires du club béjaoui, le président Tiab pense sérieusement se passer des services de son entraîneur-adjoint qui, lui aussi, a failli dans sa mission après avoir concédé une lourde défaite, la première depuis le début du championnat face à Blida. En tout cas, rien n’est encore décidé quant à son limogeage ou non, mais les choses vont bien s’éclaircir ce soir si la direction arrive finalement à convaincre Menad à revenir.

On parle de Boussekine comme adjoint

D’autres sources nous ont fait savoir que la di- rection du club songe à faire revenir Samy Boussekine comme adjoint de Menad, surtout

qu’ils ont déjà eu l’occasion de travailler ensemble durant la saison précédente. Ce qu’on peut déduire à partir de cela est que la direction veut reconduire le même staff technique qui a réussi son passage la sai- son précédente avant le départ de Menad et le limo- geage de Boussekine, qui est en principe le premier nominé pour être l’assistant de Menad si ce dernier revient bien sûr pour reprendre en main cette équipe.

S. A.

Les Béjaouis dans l’impasse

en main cette équipe. S. A. Les Béjaouis dans l’impasse S ale temps pour les Vert

S ale temps pour les Vert et Rouge qui enregis- trent leur cinquième échec consécutif en ce début de saison. Une situation qui com-

mence sérieusement à inquiéter les supporters béjaouis qui avaient es- péré un sursaut d’orgueil des co- équipiers de Boulemdaïs Hamza face aux Blidéens de l’USMB. Mal- heureusement, dans un match très disputé, les Vert et Rouge ont raté une fois de plus le coche sur le ter- rain de Bouira, leur domicile en ce début d’exercice en attendant la réouverture du stade de l’Unité ma- ghrébine, face à une équipe prena- ble, selon les observateurs présents au stade de Bouira. En effet, les Bé- jaouis ont trouvé toutes les difficul- tés du monde de revenir au score après les trois réalisations de Dja- maouni qui a donné des sueurs froides à cette équipe béjaouie. Les Béjaouis ont tenté le tout pour le tout dans cette rencontre, mais ils rateront encore beaucoup d’occa- sions nettes, qui inquiéteront le gar- dien blidéen Ghalem, mais qui réussira quand même à endiguer les tentatives des attaquants bougiotes qui n’arrivent pas à expliquer la brutale chute de leur équipe préfé- rée. «On pense que la JSMB est bien partie pour sortir la tête de l’eau, d’autant que notre équipe avait tout le temps pour préparer ce match. Malheureusement, il a fallu une dé- faite à domicile face à l’USMB pour que les données changent. C’est vrai- ment dommage que face à Blida, nos joueurs n’ont pas négocié positive- ment le match, c’est vraiment inquié- tant pour la suite.», nous dira un groupe de supporters de la JSMB. C’est dire de l’amertume des sup-

porters de la JSMB qui est pro- fonde. Dans un sens, leur inquié- tude est justifiée par le calendrier et les prochaines sorties qu’effectue- ront les gars de Béjaïa. En effet, la JSMB devra rendre visite à l’USM Annaba, une équipe qui a gagné à l’extérieur face une équipe qui car- bure à plein régime en ce début de championnat. Ce qui prouve la dif- ficulté de la tâche qui attend les Bé- jaouis lors de la prochaine journée, avant de recevoir la JSK lors de la septième journée. Autant dire que la tâche des camarades de Zerdab n’est pas de tout repos.

Les conséquences

d’une mauvaise

préparation

Faut-il rappeler qu’au vu de sa mauvaise prestation, la formation des Vert et Rouge n’a fait que confir- mer les craintes des supporters bé- jaouis, dont certains avaient même prédit cette défaite. Car d’aucuns ont constaté que ni les dirigeants ni les responsables n’ont trouvé une issue favorable pour mettre l’équipe dans de bonnes conditions de tra- vail après le limogeage de Chay, et surtout pour profiter de la dernière trêve imposée par la LNF pour re- mettre le club sur les rails. Ainsi, ni préparation spécifique ni matchs amicaux n’ont été préconisés par les responsables du club en générale, alors qu’ils avaient tout le temps né- cessaire pour le faire. N’est-il pas temps, à présent, pour que les Bé- jaouis se mettent derrière cette for- mation qui a besoin de sérénité, surtout qu’il lui reste encore un long chemin à parcourir.

S. A.

Reprise hier Messali purge à 22h Le défenseur axial béjaoui, qui a raté la rencontre
Reprise hier
Messali purge
à 22h
Le défenseur axial béjaoui, qui a raté la rencontre précédente
de son équipe face à Blida à cause de sa suspension lors de la
rencontre face à l’USMA, a purgé sa peine, car il a écopé d’un
seul match de suspension. Son retour se fera donc lors de la
prochaine journée face aux Tuniques rouges de l’USMA à An-
naba. Son retour ne sera que bénéfique pour l’équipe béjaouie
et pour le staff technique qui a trouvé toutes les difficultés du
monde pour composer son axe central qui a subi une terrible
pression de la part des attaquants blidéens, surtout Djamaouni
qui a pu mettre trois buts dans la cage de Si Mohamed.
Prévue pour aujourd’hui à 17h au
stade annexe de l’Unité maghrébine,
la reprise des entraînements des co-
équipiers de Messali s’est effectuée fina-
lement hier en soirée dans une des
salles du stade OPOW de Béjaïa. Cette
séance était consacrée à la remise en
forme et la récupération après la
défaite concédée vendredi
dernier face à Blida.

16

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

Coup d’œil MCO

Les raisons d’une défaite !

L e Mouloudia d’Oran a la particularité de tomber là où on l’at- tend le moins. Mais si on voit de près l’évolu-

tion des choses depuis le match de

la JSK, l’on comprend pourquoi, le

MCO a chuté samedi à Bouakeul.

Il ne faut pas être un génie pour

comprendre que les évènements qui ont secoué la bâtisse d’El Hamri durant cet arrêt du championnat ont influé d’une manière directe sur le résultat final face à l’USM Annaba. Le feuilleton a commencé par l’épisode de Mezaïr qui est entré

en conflit avec la direction du club. La venue de Benhamou a été en effet la goutte qui a fait déborder le vase puisque le portier tlemcénien

a déposé un certificat de maladie

d’une semaine, synonyme de défec- tion pour ce match. S’en est suivie une autre histoire, presque iden- tique à celle de Mezaïr, puisque c’était le tour de Daoud Bouabdel- lah d’annoncer carrément son boy- cott pour ce match de Annaba suite

à un conflit interne avec la direc-

tion du club. Il faut dire aussi que les Oranais n’ont pas su gérer cette

période creuse de deux semaines se contentant de séances en nocturne sans pour autant livrer de matches amicaux afin de rester dans le rythme de la compétition. Morale- ment, il faut dire aussi que les joueurs du Mouloudia, qui res- taient sur un nul ramené de Tizi- Ouzou, ont abordé trop confiants ce match, alors qu’ils devaient prendre au sérieux cette équipe de Annaba qui était en quête de ra- chat. Les Hamraoua étaient nor-

malement avertis du moment où l’entraîneur Amrani s’est déplacé à Oran lors d’un MCO - MCEE qui s’est déroulé au stade Habib Boua- keul. Au lieu de préparer comme il

se doit cette rencontre, au Moulou-

dia on a préféré entrer dans des querelles internes.

dia on a préféré entrer dans des querelles internes. L’ombre de Daoud et Mezaïr Quoique l’on

L’ombre de Daoud

et Mezaïr

Quoique l’on puisse dire sur les raisons du conflit entre Mezaïr - Daoud et la direction du club, l’ab- sence de ses deux éléments a coûté cher aux Hamraoua puisqu’ils ont laissé un grand vide sur le rectan- gle vert samedi. Il faut dire que ces deux joueurs sont considérés comme des éléments clés de l’échi- quier des Hamraoua. Mezaïr qui a réalisé une grande saison sous les couleurs du Mouloudia semble ir- remplaçable, alors que Daoud Bouabdellah demeure l’agréable surprise du MCO en ce début de saison, après avoir inscrit deux buts et réalisé une passe décisive cette saison. Autant dire que les respon- sables oranais, qui croyaient que leur équipe allait bien tourner sans

leur apport, devront revenir à la raison et convaincre ces deux élé- ments à revenir à de meilleurs sen-

timents

La crise financière persiste

Le non-paiement de certains élé- ments commence à peser lourd sur le rendement de l’effectif sur le ter- rain. En effet, c’est Daoud qui a al- lumé la première mèche en boycottant le match de Annaba sous prétexte de conflit avec un membre de la direction du club. Les autres éléments commencent aussi à réclamer à voix basse leur argent. Ces éléments croient dur comme fer que la direction les a ignorés au moment où elle a pro- cédé au paiement d’une autre nou- velle recrue. Toutefois ce retard observé en ce qui concerne le paie- ment d’une frange de joueurs a commencé à faire surface avant le match de Annaba. Ces joueurs sont revenus à la charge afin de pousser

les responsables de l’équipe à les payer avant que le ramadhan ne tire à sa fin.

Comportement très sportif du public

Le seul point positif de ce match MCO - USMAn a été incontesta- blement le comportement très sportif des supporters du Moulou- dia d’Oran qui n’ont pas jeté le moindre projectile durant les 90mn du match. Même après le second but, ils se sont mis à applaudir l’ad- versaire. Une sensibilisation ex- trême a été menée au sein même des fans oranais afin d’éviter toute sanction qui les privera du très at- tendu match face à l’ASO Chlef. Une rencontre qui va se jouer sous le signe de la revanche. Et quelle re- vanche !

Amine L.

Benattia : « Je demande pardon aux supporters»

Le milieu de terrain des Rouge et Blanc regrette le geste qui lui a coûté l’expulsion, mais aussi la défaite à son équipe.

Peut-on savoir pourquoi vous avez esca- ladé le grillage pour vous en prendre à un supporter ? Ecoutez, de toute ma carrière, je n’ai jamais été harcelé par un supporter de cette manière. Dès que je me trouvais dans cette partie de terrain, cet individu n’arrêtait pas d’insulter ma mère, comme s’il me connaissait. A un moment donné de la rencontre, je me suis di- rigé vers lui pour voir qui était cette personne. Son visage ne me disait rien, mais il a conti- nué à m’insulter en face en me reprochant mes prestations. Mené au score, je ne pouvais me retenir en fin de première mi-temps. Je ne savais même pas comment j’ai fait pour esca- lader ce grillage et aller en découdre avec lui. J’étais tellement en colère que je ne savais même pas ce qui m’a pris. Je n’avais qu’une seule envie, lui briser le cou. Durant toute ma carrière personne ne s’en est pris à moi de cette façon.

Saviez-vous que vous serez expulsé suite à ce geste ? Non pas du tout, je n’ai pas imaginé un seul instant que l’arbitre allait brandir le carton rouge. Jaune peut-être, mais je ne pensais pas que ce genre de geste coûte l’expulsion. Sur le feu de l’action, je n’ai pensé à rien. Quand je pense que j’ai dû escalader un grillage de trois

mètres avant de sauter dans la tribune, je n’en reviens pas, car j’aurai pu me faire mal et me blesser gravement. J’étais telle- ment en colère que je voulais coûte que coûte trouver celui qui a insulté ma mère.

Ne redoutez-vous pas une suspension qui risque de vous priver du match contre Chlef, notamment ? Je regrette tout d’abord mon geste, car je n’aurai jamais dû ré- pondre à la provocation de cet énergumène. Je suis surtout dé- solé pour nos supporters. Ces derniers doivent se montrer compréhensibles, car Benattia qui n’a fait que des sacrifices pour cette équipe a été finalement mal récompensé au cours de cette rencontre. Cette personne avait la mémoire courte car combien de fois j’ai joué blessé pour pallier les défections des joueurs. Maintenant pour un match moyen de mon équipe on s’en prend à moi. J’espère seulement que du côté de la commis- sion de discipline on va prendre en considé- ration les conditions dans lesquelles on a joué le match et l’influence de ses derniers jours du mois de ramadan. Permettez-moi de deman- der pardon à tout le monde.

Ne pensez-vous pas que votre expulsion a

Elimam conspué

Une fois n’est pas coutume, le prési- dent du MCO, Kacem Elimam a été conspué par les supporters à la fin du match. Déçu par la défaite, les supporters n’ont rien trouvé de mieux que de lui faire entendre de vertes et de pas mûres. Au- delà du résultat négatif, les Hamraoua re- prochent au chairman oranais, le boycott de Daoud et l’absence énigmatique de Mezaïr dues essentiellement à un pro- blème interne

Mansour Hadj : «On a manqué d’efficacité »

interne Mansour Hadj : «On a manqué d’efficacité » ◗ Très déçu a été le coach

Très déçu a été le coach oranais en fin

de match suite à la défaite inattendue

de son équipe face à l’USM Annaba.

« Je pense que la rencontre a été équilibrée. L’adversaire a fait la différence grâce à son efficacité. Bien que nous étions les premiers à s’être créé des occasions de but, c’est An- naba qui a été la plus efficace en mettant dedans la première occasion. En plus, c’était un ballon dévié. Le second but était net et sans bavure. L’expulsion de Benattia nous a aussi handicapé », dira Mansour Hadj juste après le match avant d’ajouter :

« Je pense qu’on n’a pas été mauvais sur le terrain. Car même mené au score et en in- fériorité numérique, on a réussi à nous créer plusieurs occasions, mais il nous a manqué l’efficacité pour espérer un retour- nement de situation. »

«Bengorine était trop nerveux, je voulais le préserver »

réduit à néant les chances de victoire de votre équipe ? Que voulez- vous que
réduit à néant les chances de
victoire de votre
équipe ?
Que voulez-
vous que je
vous dise
?
Je
suis
vraiment
désolé, pour
nos supporters
et pour mes co-
équipiers. Déjà à
onze contre onze
on était mené au
score. Il fallait une
réaction immé-
diate de l’équipe à
la mi-temps. Je
suis encore une fois
désolé sur la ma-
nière avec laquelle
on a perdu ce match.
Je souhaite seulement
qu’on m’évite une
lourde suspension afin
que je reprenne le
plus vite possible et
que je puisse rattra-
per mon erreur.
Entretien réalisé
par Amine L.

En ce qui concerne la sortie préma- turée de Bengorine, Mansour Hadj motive ce changement par le fait que

le joueur n’a pas maîtrisé ses nerfs en début de match. « Le joueur qui s’est senti lésé à un moment donné du match, voulait se faire justice lui-même. Du moment qu’il avait déjà un carton jaune, Bengorine sem- blait proche de l’expulsion. Je voulais donc le préserver en le faisant sortir », explique Mansour Hadj ce change- ment sans donner les raisons des au- tres substitutions, notamment celui de Kaïd qui a remplacé Berramla lors de la pause. « C’est mon choix et personne n’a le droit de s’immiscer », s’est contenté de dire le coach palestinien.

Titularisation surprise de Sebbah

Ceux qui ont suivi les entraînements du MCO cette semaine pensaient que l’entraîneur Hadj Mansour allait pro-

céder à un changement dans le onze ren- trant du Mouloudia pour ce match. En effet, lors des matches d’application, il avait placé Sebbah Abidine chez les remplaçants et mettant à sa place Larbi Boussâada, vu que le premier avait séché une séance d’en- traînement en raison d’une intoxication alimentaire. Mais voilà que le jour du match il décide de le faire jouer d’entrée.

Le Buteur n°980 bis Lundi 14 septembre 2009

17

Coup sûr MCO

Benhamou
Benhamou

Ouasti

s’en prend

à Amrani

«J’ai la conscience tranquille»

Tout le monde sait que les rap- ports entre Zoubir Ouasti et son ex-entraîneur Amrani Ab-

delkader ne sont pas au beau fixe. Depuis les deux hommes se sont re- trouvés pour la deuxième fois à An- naba, après une première rencontre au MCO lorsque Ouasti était jeune. Mais c’est à Bône que les relations entre les deux joueurs ont pris un sé- rieux coup, puisque tout simple- ment c’est Amrani qui a mis l’actuel numéro 5 du MCO à la porte. Chose qui reste toujours en travers de la gorge de Ouasti, puisque ce dernier en plus de l’énervement en raison de l’amère défaite à domicile a voulu ré- gler ses comptes avec son ex-entraî- neur, mais heureusement, qu’il y avait la présence de certains sages qui ont empêché à Ouasti d’aller à l’affrontement !

Tout ce qu’on peut dire est que son bap- tême de feu ne fut pas
Tout ce qu’on peut
dire est que son bap-
tême de feu ne fut
pas une réussite. Mo-
hamed Benhamou a
commencé son aven-
ture avec le MCO par
une défaite… avec
deux buts encaissés.
zaïr ne vous a-t-il pas per-
turbé ?
Non, pas du tout, je me suis
concentré sur mon sujet. Dans
chaque club où je suis passé on
mois sacré de Ramadhan en
pleine journée nous use un
petit peu, d’ailleurs. Person-
nellement depuis ma venue je
ne me suis pas du tout en-
n’a
pas arrêté de me comparer
avec d’autres joueurs, mais je
crois qu’à la fin j’ai toujours
réussi à m’imposer et puis je
tiens à éclaircir les gens sur
certaines choses, Benhamou
traîné à 16 h 00, on s’entraîné
toujours à 22 h 00. Je me vois
lancé dans le bain, mais ce n’est
pas pour cela qu’on va se ca-
cher derrière ce prétexte.
est
un gardien qui a des quali-
Comment voyez-vous la
Vous devriez être déçu
après cette défaite, surtout
qu’elle coïncide avec votre
premier match avec le
MCO ?
Pas plus que ça, car une dé-
faite ou une victoire est collec-
tive et non pas individuelle.
Me concernant, j’ai donné le
meilleur de moi-même sur le
terrain.
tés
et qu’il l’a prouvé là où il est
suite de votre parcours et
passé. Maintenant, certes on
de toute l’équipe ?
est
déçu par la défaite, mais ce
n’est pas Benhamou, qui a
perdu 2 à 0, c’est le MCO.
Vous êtes déçu, mais pas
abattu, c’est le sentiment
qu’on a en vous parlant
Je sais que je vais apporter
beaucoup à cette équipe, il faut
laisser le temps faire, ce n’est
pas cette défaite qui va tout re-
mettre en cause, surtout qu’il
nous reste encore 29 matches
à jouer.
Je serai abattu si j’avais fait
des
erreurs techniques, ce qui
Vous auriez aimé débuter
avec un meilleur scénario,
non ?
C’est clair que j’aurais aimé
débuter ma mission avec le
MCO dans de bien meilleures
conditions, dommage les
choses ne se sont pas dérou-
lées comme je le voulais.
n’est pas le cas, j’ai fait le maxi-
mum, d’ailleurs j’ai même fait
deux ou trois arrêts et il faut
arrêter de se focaliser sur Ben-
hamou, car il y a bien d’autres
joueurs qui sont passés à côté
Selon vous y a-t-il une dif-
férence entre le MCA et le
MCO ?
Non, il n’y a pas une grande
différence entre les deux clubs.
D’ailleurs depuis que je suis
de
la plaque.
Sur les deux buts encaissés
ne ressentez-vous pas de
responsabilité ?
Quand on perd on a tou-
jours quelque chose à se re-
procher, mais si on revient sur
le premier but, il est venu sur
un tir dévié, alors que pour le
second le joueur adverse s’est
trouvé tout seul à 16 mètres
des bois, donc, je n’ai fait au-
cune erreur, j’ai la conscience
tranquille, car j’ai fait mon
boulot, les gens sont là, ils ont
vu la match et peuvent faire
leur propre analyse.
Selon-vous qu’est-ce qui
n’a pas marché au-
jourd’hui?
Je crois que ce but encaissé
juste avant la mi-temps nous a
fait mal, surtout qu’on était
malchanceux sur l’action, avec
ici, je suis très à l’aise. Je crois
aussi que la galerie du MCO
est aussi exigeante que celle du
MCA, ce qui est tout à fait
normal, car il s’agit de deux
grands clubs. C’est normal que
ça insulte et que ça siffle
quand on perd, en tant que
joueur professionnel il faut ac-
cepter et ne pas s’affoler au
un
tir dévié, je crois aussi que
l’effet du carême a eu raison de
nous, surtout qu’en cours de
route on a perdu Madjid Be-
moindre petit couac.
Entretien réalisé par
L. Brahim
nattia qui est sorti avec un car-
ton rouge. Le fait de jouer à
dix n’est pas très avantageux,
notamment lors du Rama-
dhan, sans oublier qu’en
face il y avait une bonne
équipe de Annaba.
Il a hérité
du numéro « 33 »
Le fait de jouer en
C’est le n° 33 qu’a choisi Moha-
med Benhamou sur son dossard,
un numéro qui doit bien repré-
senter quelque chose pour le
Le fait que le public scan-
dait à chaque fois le nom
de votre concurrent Me-
pleine journée a eu un
peu raison de vous, non ?
Le fait de jouer durant ce
nouveau
gardien
du
MCO !
.

Première défaite du MCO à Bouakeul en 2009

Réputé intouchable dans son fief de Bouakeul, la formation du MCO a connu sa première défaite au stade Habib Bouakeul, non pas seulement, la première en ce début de saison, mais de toute l’année 2009, les co- équipiers de Sebbah n’avaient jusque-là perdu que deux points seu- lement, face au WAT au mois de jan- vier.

Bengorine :

« J’avoue que je n’étais pas bien »

Ayant quitté ses coéquipiers à la 26’ de jeu, Sofiane Bengorine qui semblait très déçu au moment d’avoir quitté le terrain a avoué en fin de compte qu’il n’était pas bien au cours de cette rencontre. «J’avoue que j’étais en colère durant ce début de match. Certes que je ne voulais pas quitter le terrain, mais avec le temps j’ai dû accepter ce changement », dira Sofiane Bengorine.

Il revient sur l’horaire du match

nous L. B.
nous
L. B.

Mezouar :

«Celui qui a programmé ce match à 16 h 00 est un criminel»

e n°8 du MCO, Arafet Brahim Mezouar, n’est pas allé avec le dos de

la cuillère pour fustiger la Ligue nationale de football, qui a programmé le match MCO - USM Annaba en pleine journée durant ce mois de Ramadhan. « Celui qui a programmé ce match à 16 h 00 est, pour moi, un criminel, car jouer un match de football en plein mois de Ramadhan dans cette canicule à 16 h 00, c’est inadmissible ! » D’autre part,

L

Mezouar a avoué que l’équipe est passée à côté de la plaque et qu’elle a perdu son football ce samedi. «On n’a pas joué sur notre véritable valeur, au contraire, on a produit un jeu direct, qui n’est pas le nôtre. Il faut oublier ce match et concentrer sur les autres ren- contres. »

Amrani :

«Il m’a déçu»

les autres ren- contres. » Amrani : «Il m’a déçu» « Le comportement de Ouasti m’a

« Le comportement de Ouasti m’a vraiment déçu, je ne m’atten- dais pas à ça de lui, pourtant il n’y a rien entre lui et moi. S’il veut parler de son éviction de l’effectif lorsqu’il était avec nous à Annaba, en tant qu’entraîneur, quand je dois pren- dre des décisions je les prends, en tant que responsable, donc, je ne vois pas où est le mal. Pourtant les gens de « Msirda » ont générale- ment un meilleur comportement, c’est dommage, inadmissible et dé- cevant à la fois. »

Berramla déçu

inadmissible et dé- cevant à la fois. » Berramla déçu ◗ Contrairement à Bengorine, Tayeb Berramla

Contrairement à Bengorine, Tayeb Berramla a mal pris son changement à la mi-temps. Le

joueur aurait piqué une grosse co- lère dans les vestiaires avant d’être calmé par certains de ses coéqui- piers.

L. B.

18

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

Asselah

«Je ne fais pas de chantage»

Le gardien de but Malik Asse- lah, qui n’a pas été convoqué

parmi les 18, a suivi le match à partir des gradins comme un sim- ple spectateur. Il a été très déçu de

la tournure des évènements et de

la lourde défaite subie par son équipe. «C’est une défaite amère, inattendue par tous», s’est contenté de dire. Questionné sur les raisons de sa non-titularisation dans ce match, Asselah répond:«C’est une décision de l’entraîneur, je ne sais pas pourquoi et je ne veux pas commenter son choix.» Voulant sa- voir sa réaction sur la décision de la direction qui aurait décidé de l’écarter du groupe après l’échec des négociations sur le prolonge- ment de son contrat, il répond sè- chement : «Personne ne m’a signifie que je suis à l’écart. Moi, je conti- nue à m’entraîner normalement et c’est à l’entraîneur de décider. Je ne fais pas de chantage, je l’ai dit et je le redis, ce n’est pas le moment de déstabiliser le groupe. J’ai demandé juste à être estimé à ma juste va- leur.»

Chahloul

«C’est une défaite amère»

L’attaquant Hamid Chahloul a,

lui aussi, été rayé de la liste des 18 qui a affronté l’USMH. Il a suivi le match à partir des tribunes. A la fin du match, Chahloul était déçu, mais n’a pas voulu commenter le choix de l’entraîneur ni la lourde défaite de ses coéquipiers. «Je n’ai pas joué et je ne veux pas com- menter le match puisque je n’ai pas fait partie de l’équipe. En tout cas c’est une défaite amère qui m’a fait beaucoup de peine.» Questionné sur les raisons de sa mise à l’écart dans ce match et si cette décision

a un lien avec son absence à l’en-

traînement mercredi passé, Chah- loul respecte le choix de l’entraîneur et affirme qu’il n’a aucun problème avec lui : « Je n’ai aucun problème avec l’entraîneur, je ne crois pas qu’il ait agi ainsi à cause de mon absence mercredi à l’entraînement puisqu’il y a d’autres joueurs qui se sont absentés durant la semaine et ont joué. Je pense qu’il s’agit juste d’un choix.» Chah- loul espère faire partie de l’équipe contre le MCA, afin d’aider son équipe à rectifier le tir.

Les supporters

absents

Les supporters du Nasria étaient totalement absents samedi soir au stade du 5-Juillet. Certes, les billets étaient chers pour la plupart, mais ceci n’explique pas pour autant l’ab- sence totale des supporters. Ils étaient environ 1.000 supporters ayant fait le déplacement. Les joueurs de l’USMH, qui ont mal débuté la partie, ont su retrouver leurs ressources mentales pour ren- verser la vapeur grâce au soutien indéfectible des supporters qui ont fait le déplacement. Les incondi- tionnels Sang et Or ne doivent pas exiger des résultats tant qu’ils ne suivent pas leur équipe.

Coup d’œil Division 1

NAHD ASO Des changements fatals Malgré la défaite Chlef a joué son meilleur match Les
NAHD
ASO
Des changements fatals
Malgré la défaite
Chlef a joué son meilleur
match
Les Chélifiens n’ont pas à rougir de cette dernière dé-
faite à Tlemcen où ils ont démontré une grande volonté
de gagner, mais l’état lamentable du terrain et les déci-
sions de Abid Charef ont privé l’ASO d’un résultat po-
sitif qui aurait pu sortir l’équipe de la situation dans
laquelle elle se trouve. Le moins que l’on puisse dire est
que ce premier test de Slimani était négatif sur le plan
résultat, mais les fans de l’ASO ont pu remarquer l’em-
preinte de l’entraîneur qui a su redonner aux joueurs la
rage de vaincre et une motivation que l’équipe n’avait
pas depuis le début de la saison, une motivation qui a
failli donner ses fruits. Ils attendent avec impatience
leur premier succès.
Premier but de Messaoud
Le goléador de l’ASO, Mohamed Messaoud, a pu
enfin inscrire son premier but cette saison après deux
refusés et un penalty raté. Messaoud, qui a marqué en
première mi-temps un but valable, a été contré à la vo-
L e Nasria qui avait, la saison passée,
bien débuté les derbies face à ce
même adversaire en s’imposant par
2 à 1, a chuté cette fois par un score
lourde de 4 à 1. Une défaite inattendue, sur-
tout pas avec un score aussi large qui mis en
colère tous les fans husseindéens. Pourtant,
l’équipe avait bien débuté le match en inscri-
vant un but dès l’entame par Youcef Nehari et
raté d’autres occasions de creuser l’écart. Les
camarades de Gana auraient pu tuer le match
dès le premier quart d’heure, mais ce n’était
qu’un feu de paille de la part des attaquants
sans conviction chez certains, à l’image de
Siouane complètement à côté. Passé ce pre-
mier quart d’heure, l’USMH a repris les
choses en mains et elle a su gérer le match à sa
guise, parvenant à niveler la marque dans un
moment fatidique de la première mi-temps
cement, en voulant anticipé sur l’action de
Gherbi. La formation d’El Harrach a fait en-
suite cavalier seul en aggravant le score. L’en-
traîneur Bouzidi avait déclaré à la fin du
match : «Je n’ai pas reconnu mon équipe. La
victoire de l’USMH et méritée.» Cependant, les
changements opérés au niveau de la compo-
sante type se sont avérés fatals, notamment au
niveau du gardien de but. L’absence de Asselah
lonté de Abid Charef et ses adjoints qui ont vu dans l’ac-
tion une position de hors-jeu. Mais la vivacité de Biyaga
a entraîné un penalty en seconde mi-temps exécuté
avec brio par Messaoud, qui met fin à la stérilité offen-
sive de l’ASO après 416 minutes.
Première apparition de Abbou
Les supporters ont pu voir à nouveau Sid Ali Abbou
cette saison après quatre matches d’absence. Le retour
s’est faite nettement ressentir. La direction, qui
de Slimani, qui connaît bien le joueur, était derrière sa
a voulu le sanctionner à cause de l’échec des
négociations sur le prolongement de son
contrat, a pris la décision extrême qui a mis
toute l’équipe à genoux. La même chose pour
l’attaquant Chahloul. Boussefiane, seul en at-
taque, s’est démené comme un diable, mais n’a
pu pesé devant les défenseurs harrachis sur-
tout qu’il n’a pas été aidé par le jeune Siouane,
complètement à côté dans ce match. L’équipe
réapparition. Il a fait son entrée lors des 20 dernières
minutes à la place de Maâmer Youcef. Il a pu redonner
de l’équilibre au milieu du terrain défensif et libérer
ainsi Zaouche qui a prêté main-forte à la ligne offen-
sive.
Maâmer Youcef victime
de son manque d’expérience
sur une erreur d’appréciation du gardien Ab-
douni qui était à sa première apparition sous
les couleurs sang et or. Le portier husseindéen
a encore encaissé un deuxième but au début
de la seconde mi-temps sur une erreur de pla-
doit vite réagir pour relever la tête surtout que
Le plus malheureux lors du dernier match était le
le prochain match est aussi difficile, car il s’agit
d’un derby face à une équipe du MCA qui
marche bien en ce début de saison. S. H.
Gana : «Nous avons raté le K.O
jeune Maâmer Youcef qui est à son cinquième match
avec l’équipe senior. Ayant aucune expérience à ce ni-
veau, il a commis une bourde en essayant de faire la re-
lance entre deux attaquants adverses au moment où le
terrain ne permettait pas une telle aventure. Consé-
quence : il a perdu la balle transformée en un clin d’œil
en second but. Il était abattu. C’est pourquoi Slimani l’a
remplacé pour qu’il ne commette pas d’autres erreurs.
le premier quart d’heure»
Comment expliquez-
vous cette lourde défaite ?
Je pense qu’on est passé à
Zaouche : «On n’a pas à rougir
et l’ASO survivra»
côté. Il y a des matches
comme ça. L’USMH a bien
réagi en deuxième période et
elle a su gérer le match. Elle
mérite sa victoire.
Pourtant vous avez bien
débuté la partie, que s’est-il
passé après ?
Exactement. Moi non plus
je n’ai pas compris. On aurait
pu tuer le match dès le pre-
mier quart. Je crois que le but
inscrit, d’entrée et surtout les
occasions ratées par la suite
ont été fatals par nous. Peut-
être que certains ont cru trop
tôt à la victoire.
Mais, quand même, vous
avez encaissé les deux
premiers buts sur des er-
reurs de placement du
gardien de but…
Je ne veux pas faire endos-
ser la responsabilité de la dé-
faite à un ou deux joueurs. Je
ses raisons. Nous devons vite
oublier ce match et nous
concentrer sur le prochain
derby, qui s’annonce égale-
ment indécis.
Débuter les derbies par
une défaite contrairement à
la saison passée ne risque-t-
il pas d’influer sur le pro-
chain match ?
Quel commentaire faites-vous sur ce match ?
Je crois que tout le monde a pu apprécier notre pres-
tation lors de cette rencontre. On était vraiment mal-
chanceux car l’équipe a bien négocié ce match, malgré
plusieurs facteurs qui nous ont fait défaut. On a com-
pense que l’échec est collectif,
et aujourd’hui c’est toute
l’équipe qui n’a pas marché. Il
battu jusqu’à la fin et on méritait un meilleur sort. Mais
il faut accepter la réalité du terrain en espérant des jours
meilleurs.
y
a le fait aussi que certains
joueurs évoluent pour la pre-
mière fois au 5-Juillet et dans
un derby qui a influé sur leur
rendement.
Pensez-vous que les
changements opérés au ni-
veau de la composante
n’étaient pas judicieux ?
Je ne veux pas commenter
les décisions de l’entraîneur.
Vous savez, les matches ne
se ressemble pas et les années
aussi. L’année passée nous
avons battu le MCA après
plusieurs années. Nous avons
aussi bien débuté la série des
derbies par une victoire face
à l’USMH. Cette année c’est
non. On espère rectifier le tir
face au MCA.
Entretien réalisé par Sli-
Il
a opté pour un choix et il a
mane H.
Abdouni rate sa première sortie
Qu’est-ce qui vous a empêché de faire un bon ré-
sultat ?
Le premier facteur est l’état du terrain qui ne nous a
pas permis de développer notre véritable jeu qui
consiste à faire rouler la balle et faire des petites passes.
Ajoutez à cet état de fait l’arbitrage qui nous a beaucoup
lésés. Se faire refuser un but et joué amoindris durant
plus d’une heure, ce n’est pas évident de réaliser un bon
résultat.
Le deuxième but était un cadeau, non ?
C’est vrai, mais il ne faut pas jeter la responsabilité
de la défaite sur un joueur et un jeune en manque d’ex-
périence. Les raisons de l’échec je les ai énumérées. A
présent, on a besoin de plus de confiance pour gagner
L e gardien de but Abdouni a, le moins
qu’on puisse dire, complètement raté sa
première sortie sous les couleurs sang
Siouane out
le prochain match.
On a remarqué une grande volonté de la part de
vos coéquipiers, est-ce la touche de l’entraîneur ?
Absolument, Slimani, qui est arrivé 48 heures avant
et or. Il a encaissé deux buts sur des erreurs
élémentaires qui ont permis à l’équipe adverse
de reprendre confiance. Abdouni a voulu an-
ticiper sur les deux premiers buts au lieu de
fermer l’angle, son rôle d’ailleurs. Le coach
Bouzidi, qui a pris la décision de l’aligner, a
affirmé en fin de match : «Durant toute la se-
maine, je n’ai pas cessé de lui parler et il m’af-
firmait à chaque fois qu’il était prêt pour le
match.» Bouzidi va-t-il remettre le gardien
Asselah dans les bois ou continuera-t-il à faire
confiance à Abdouni ? Réponse en fin de se-
maine, face au MCA.
Un autre joueur est passé à côté dans ce
match, c’est le jeune Siouane qui a été tout
simplement l’ombre de lui-même dans un
derby qui exige une présence mentale avant
tout. Siouane a été remplacé par Kerras, l’an-
cien Harrachi, sur une action qui dénote on
ne peut mieux son absence dans ce premier
derby. Il se trouvait seul face au gardien Bou-
trig, mais au lieu de se jeter et pousser le bal-
lon au fond, il a hésité et laisser passer une
occasion de but. Par contre, des joueurs
comme Gana, Nehari, Abbas et Boussefiane,
voire même Bouhafs, ont bien tiré leur épin-
gle du jeu.
le match, a axé son travail sur le plan psychique. Je crois
qu’il a réussi à redonner à l’équipe son âme et cette vo-
lonté de se battre. Je suis persuadé qu’on sera plus forts
lors des prochains matches et l’ASO retrouvera son sta-
S. H.
tut d’une équipe redoutable.
La dernière place commence-t-elle à peser sur le
moral des joueurs ?
Non, on essaye d’oublier cette place car ce n’est que le
début de la saison, on pense plutôt à la manière de s’en
sortir, surtout qu’on a les moyens de le faire. On pro-
met aux supporters qu’on remettra l’ASO à sa véritable
place avant la fin de la phase aller et ce passage ne sera
qu’un vilain cauchemar à oublier.
Entretien réalisé par Ahmed Feknous

Le Buteur n° 980 bis Lundi 14 septembre 2009

19

Coup d’envoi Division 1

CAB

«On fait le jeu, il ne faut pas s’alarmer»

BourahliBBourahli
BourahliBBourahli

L’ attaquant, Amir Bourahli, semble exaspéré par les critiques au sujet de son rôle sur le terrain. Il parle de ce manque d’efficacité de son

équipe devant le but. Il dit rester optimiste. Encore une fois, le CAB domine outrageusement son adversaire, mais n’arrive pas à concrétiser… On a fait un grand match, je crois pouvoir dire sans la moindre hésitation que c’était le plus beau match de la saison, en terme de conservation du ballon, de domination de l’adversaire. On était supérieurs de la pre- mière minute à la dernière. Vous n’aviez sans doute pas pris en ligne de compte le gardien de but, nommé Kial ? Certes, Kial a fait un grand match, mais je ne pense pas que ce cet échec est dû au gar- dien de but du CABBA, mais beaucoup plus à la malchance. Quand le poteau se mêle et empêche le ballon de rentrer dans le but ad- verse, il y a de quoi se tirer les cheveux. Mais Kial est réputé être un spécialiste dans la déstabilisation des attaquants… Kial n’a rien à voir avec le résultat du match, mais c’est nous qui n’étions pas effi- caces. Certaines occasions face au but man- quaient de punch. En plus, depuis une dizaine de jours, dans la presse, on ne cesse de poin- ter du doigt les attaquants, sous prétexte qu’ils ne sont pas efficaces, qu’ils ratent. C’en est trop. Pensez-vous que la pression est forte ? Je pense qu’hier (interview réalisée ven- dredi, ndlr), tout le monde a raté. Même les défenseurs se sont offert des occasions. On dit

que Bourahli n’a pas marqué, n’a pas fait son travail tactique, n’exagérons pas. Vous faites allusion au match de Blida où vous étiez un peu replié pour un attaquant ?

A l’extérieur, on joue avec deux milieux

offensifs, derrière Messaâdia. Moi, je suis dans le couloir droit et Kab, dans celui du gauche.

Vous faites du bon travail défensif,

mais on a senti que les distances entre Messaâdia et les joueurs de soutien étaient assez grandes face à Blida…

Je me suis replié parce que Blida dominait.

Quand l’adversaire est en possession du bal- lon, je dois défendre.

Bouarata est un perfectionniste. Ne met-il pas de la pression pour obtenir le résultat qu’il recherche ? C’est une qualité que d’être perfection- niste. Il est derrière ses joueurs et les soutient. Il nous a fait beaucoup travailler la semaine passée devant le but. Après les entraînements, il est très proche de nous. Et qu’ont dit les dirigeants après le match ?

Je ne les ai pas rencontrés.

Qu’est-ce qui manque à cette équipe pour qu’elle retrouve le chemin des filets ?

Si ça ne tenait qu’à un seul joueur, on peut

trouver une explication, mais c’est toute l’équipe qui rate. Kerboua, le défenseur, s’est offert une occasion de but. C’est au finish que cela ne fonctionne pas encore. Mais je ne suis pas personnellement alarmé. L’équipe produit du jeu. Nous n’en sommes qu’à la cinquième journée et notre classement n’est pas trop mal. Entretien réalisé par Mouloud B.

-Novembre ne la pas ménagé. Il l’a traité de tous les noms

stade du 1

er

Aouiti sauve son équipe dans le temps additionnel

d’oiseau. Sans doute excédé, le demi défensif du CABBA a mal réagi.

le

L’arbitre ne la pas raté, un deuxième carton et une expulsion pour

le mi-

avait failli réaliser un véritable hold-up, quand

Le Ahly Bordj

prochain match. Certes, Bahloul est sorti pour cumul de cartons, mais

lieu récupérateur Khelifa Bekha sest retrouvé seul face au gardien de

de larbitre sur la feuille de match. Le joueur

minutes de la rencontre. L’ex-

tout dépend de la mention

but Miloud Aouiti, dans les dernières

On le saura dimanche ou de discipline de Ligue.

risque d’être privé de plus dune rencontre.

Cabiste, maladroit, a raté la chance doffrir la victoire à son équipe.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la seule occasion dans le

réunion de la commission

lundi, après la

Le public et le banc des remplaçants du

match au profit du CABBA.

Chebana a payé sa faute face à Blida

soulagement après le ratage, car non

CAB ont dû souffler u</