Vous êtes sur la page 1sur 5

Résumé du cours électrostatique

11

. Calcul direct du champ électrostatique (électrique) E et du potentiel

Distribution de charges ponctuelles q i placée en P i : (Coulomb)

champ électrostatique en M :

 

u

 
 

q i

P i M

 

q i

E(M ⃗ ) =

i

= i

 

P i M

4πϵ 0

P i M

3

4πϵ 0

P i M 2

4πϵ 0 P i M

φ(M)= i

q i

1

Potentiel électrostatique en M :

Distribution continue de charges :

Champ électrostatique élémentaire d

d

E P ( M)

=

dq( P) 4 πϵ 0

PM 3 =

PM

en supposant le potentiel nul à l'infini.

d E P ( M) ⃗ τ M d τ d ⃗u ⃗ PM P
d
E P ( M)
τ
M
d τ
d ⃗u
PM
P

E créé en M par la charge dq placée en P :

dq( P) 4 πϵ 0

u

PM

PM 2

Champ et potentiel créé par la distribution de charges :

E(M )= P Dist d

E(M )

=

P Dist

dq( P)

PM

4 πϵ 0

PM 3

et

φ(M)= PDist

dq(P)

1

4 πϵ 0 PM

pour une distribution linéïque : dq P= Pdlpet somme simple

pour une distribution surfacique : dq P=  PdS pet somme double

pour une distribution volumique : dq P= Pd  pet somme triple

 

= Q EM

Force sur la charge Q placée en M par une distribution de charge qui crée le champ

E

:

F

Symétries :

Soit Π un plan de symétrie de la distribution de charges :

Prop. 1 : Pour tout point M :

E(M ⃗ ) ∥

Π

Soient P et P' deux points symétriques par Π

==> même charge en P et P'

==> d

E

P (M )+d E P ' (M) ∥ Π

d E P ( M)+d E P' (M )

d ⃗ E ⃗ P' (M ) 
d
E ⃗ P' (M )

d

E P ( M)

Prop. 2 : Pour tout point M de l'espace : soit M' le symétrique de M par la symétrie orthogonale de

plan

:

E M ' est le symétrique de

E M par la symétrie orthogonale de plan .

Soient P et P' deux points symétriques par Π ==> même charge en P et P'

Soient M et M' deux points symétriques par Π :

d E P (M ')+d E P' ( M ') et d E P (M)+d E

P ' ( M ) sont

symétriques par la symétrie de plan Π .

L2S3 - Résumé électrostatique

1/5

d E P ( M) ⃗ d E P ( M ') ⃗  d
d E P ( M)
d E P ( M ')
d E P' (M )
d
E ⃗ P ( M ')

v. 07/11/13

Soit Π * un plan d'anti-symétrie de la distribution de charges :

Prop. 1 : Pour tout point M ∈Π * :

E(M ⃗ ) ⊥

Π *

Soient P et P' deux points symétriques par Π *

==> charges opposées en P et P'

==> d

E

P (M)+d E P ' (M) ⊥ Π *

d ⃗ d E ⃗ P' (M ) 
d
d
E ⃗ P' (M )
E P ( M) ⃗
E P ( M)

d E P ( M)+d E P' (M )

Prop. 2 : Pour tout point M de l'espace : soit M' le symétrique de M par la symétrie orthogonale de

plan

Π *

: E M ' est le symétrique de

E  M par la symétrie orthogonale de plan Π * .

Soient P et P' deux points symétriques par Π ==> même charge en P et P'

Soient M et M' deux points symétriques par Π :

−(d E P (M ')+d E P' ( M ')) et d E P (M)+d E

P' ( M ) sont

symétriques par la symétrie de plan Π .

Invariances :

d E P ( M) ⃗  d E P' (M ) ⃗ d E
d E P ( M)
d E P' (M )
d E P ( M ')
d E P' (M ')

S'il y a invariance de la distribution de charges par toutes les translations le long d'un axe (par

E(M ) et M ne dépendent pas de la coordonnée le long de cet axe

exemple l'axe Oz) alors (par exemple z)

S'il y a invariance de la distribution de charges par toutes les rotations autour d'un axe (par

E(M ) et M ne dépendent pas de l'angle qui fait tourner autour de

exemple l'axe Oz) alors cet axe.

Lien entre

E et φ en électrostatique :

E(M ) = − ⃗

grad φ (M )

Propriété du gradient (définition) :

d φ =

grad φ. d l

donc d φ

= − E.d l

En coordonnées cartésiennes :

grad  = ux uy uz

x

y

z

En coordonnées cylindriques et sphériques si ne dépend que de r : grad φ =

d

φ

d

r

ur

Circulation de

E de A à B le long d'un chemin

:

C Γ , AB (

E)

= Γ, AB

E.d ⃗ ⃗ l

Propriété : En électrostatique C Γ , AB (

dépend pas du chemin suivit pour aller de A jusqu'à B :

conservative.

Remarque : Si Γ est un contour fermé : C Γ (

E)

= Γ, AB

E)

E.d ⃗ ⃗ l = − Γ , AB

E.d ⃗ ⃗ l

= 0

d φ = φ( A)−φ(B) ne

E est un champ de vecteurs à circulation

= Γ, AA

un champ de vecteurs à circulation  = ∫ Γ , A → A L2S3 -

Déf. : Ligne de champ : courbe tangente en chacun de ses points aux vecteurs champ et orientée dans le sens du champ.

Propriétés : Si deux lignes de champ de (diverge).

E se croisent en M alors :

Déf. : Tube de champ : ensemble de lignes de champ s’appuyant sur un contour fermé.

E(M )= 0 ou

E( M ) n'est pas défini

lignes de champ
lignes de champ

Déf. : Surface équipotentielle : ensemble des points de l'espace qui sont au même potentiel.

Propriétés :

En tout point M, l'équipotentielle qui passe par M est perpendiculaire à la ligne de champ qui passe par M.

Le long d'une ligne de champ de

La direction de

correspond à la direction et au sens de la plus grande diminution du

E le potentiel décroît.

E( ⃗ M )

potentiel à partir de M.

décroît. E ( ⃗ M ) potentiel à partir de M . 22 . Théorème de

22. Théorème de Gauss

Déf. Flux d'un champ de vecteur

A M à travers une surface S :

Flux= MS A(M ).d S(M)

avec d S M perpendiculaire à la surface élémentaire dS(M) et d S=dS

(choix arbitraire pour le sens de d S ).

Si S est une surface fermée (c-à-d une surface qui entoure complètement un volume fini) : on prend

obligatoirement d S M vers l'extérieur de la surface fermée et on note :

Théorème de Gauss :

Quelle que soit la surface fermée S :

de Gauss : Quelle que soit la surface fermée S : ∬ P ∈ S E

PS

∬ P ∈ S E ( P ) . d ⃗ ⃗ S ( P )

E(P).d ⃗ ⃗ S(P) =

∬ P ∈ S E ( P ) . d ⃗ ⃗ S ( P )

Qint

ϵ 0

 

Il s'agit du flux « sortant » car d

S

est vers l'extérieur.

avec Qint = charges à l'intérieur de S.

Utiliser le théorème de Gauss pour calculer

E M (conseils pratiques) :

1. Rechercher les symétries pour connaître la direction de

2. Utiliser les invariances de la distribution de charges pour en déduire les conséquences pour E.

3. Choisir une surface fermée S G (appelée surface de Gauss) passant par M, telle qu'en chaque point

E en tout point de l'espace.

P de cette surface

EP∥S G ou

EP⊥S G .

4. Utiliser PS G

EP.d SP =

Qint

0

pour déterminer

EM .

 

Continuité de

E

et

:

est toujours continu en tout point où il ne diverge pas (c-à-d s'il y a des charges volumiques ou surfaciques).

diverge (n'est pas pas défini) en M s'il y a une charge linéïque ou ponctuelle en M.

E

est continu en M s'il y a une charge volumique (ou pas de charge) en M .

E est discontinu en M (mais ne diverge pas) s'il y a une charge surfacique en M .

E

diverge (n'est pas pas défini) en M s'il y a une charge linéïque ou ponctuelle en M.

M s'il y a une charge linéïque ou ponctuelle en M . 33 . Formes locales

33. Formes locales

Divergence d'un champ de vecteur : div

Déf. :

Soit un champ de vecteur

délimité par la surface fermée S :

A  M . Soit un volume élémentaire d τ( M ) entourant le point M,

PS

A(P).d S(P) = div A

d τ

A x

+

A y

+ A z z

 

x

y

 

A(M )=A(r)ur alors div

A

=

A

r .

En coordonnées

cartésiennes : div A =

En coordonnées cylindriques et sphériques : si

Déf. :

Le Laplacien d'une fonction scalaire f(M) est :

En coordonnées cartésiennes : Δ f ( x , y , z) =

Δ

f ( M ) = div

grad f (M )

2 f

x

2

+ 2 f 2 + 2 f

z 2

y

 

Rotationnel d'un champ de vecteur

rot

:

Déf. :

Soit un champ de vecteur

en M, délimitée par le contour fermé :

A (M ) . Soit une surface élémentaire d S ( M )

P∈Γ

∫ P ∈Γ S A ( P ) . d ⃗ l ( P ) =

S

A(P).d l ( P) = ⃗rot A .d

d l

d l

⃗ d S
d S

Attention : le sens de d

l

En coordonnées cartésiennes : rot

et de d S doivent être compatibles (règle de la main droite).

A

= ( A z y

A y z

)

u x + ( A z x

A z x

)

u y + ( A x y

A x y

) u z

Formules de l'électrostatique :

Forme globale Forme locale Circulation de E  en E(P).d ⃗ l (P) = 0
Forme globale
Forme locale
Circulation de
E
en
E(P).d ⃗ l (P) = 0
⃗rot E(M ) = 0
∫ P∈Γ
électrostatique.
Théorème de Gauss
Qint
E(P).d ⃗ S(P) =
ϵ
∬ P∈S
div E(M ) = ρ(M )
0
ϵ
0
ρ
Équation de Poisson de l'électrostatique : Δ φ +
= 0
ϵ 0
44 . Conducteurs et condensateurs ● Dans un conducteur parfait à l'équilibre électrostatique : •

44. Conducteurs et condensateurs

Dans un conducteur parfait à l'équilibre électrostatique :

Il y a toujours des charges mobiles qui peuvent se déplacer librement dans le conducteur

0

=

E intérieur

et

φ intérieur = Constant

La densité volumique de charges (charges mobiles + charges fixes) est nulle :

ρ intérieur =0

==> La charge du conducteur est en surface du conducteur (charge surfacique σ )

Théorème de Coulomb : Au voisinage d'un point P de la surface d'un conducteur parfait à l'équilibre

avec n vecteur normal à

E ⃗ = σ(P) ⃗n ϵ 0
E ⃗ = σ(P)
⃗n
ϵ
0

électrostatique, à l'extérieur, le champ électrostatique est

la surface en P dirigé vers l'extérieur.

Déf. : Un Condensateur est composé de deux conducteurs parfaits à l'équilibre électrostatique, dont une surface S 1 du conducteur 1 et une surface S 2 du conducteur 2 sont en influence totale.

Deux surfaces sont dites en influence totale si toutes les lignes de champ qui partent d'une surface arrivent sur l'autre surface (et inversement).

Les charges Q 1 et Q 2 de 2 surfaces en influence totale sont opposées :

Q 2 = −Q 1

Déf. : Il existe une constante positive, qui ne dépend que de la forme du condensateur, appelée

capacité C, telle que :

Q 1 = C (φ(conducteur 1)−φ( conducteur 2)) = CU

 

U

est la différence de potentiel aux bornes du condensateur : U=φ( conducteur 1)−φ ( conducteur 2)

L'énergie potentielle électrostatique d'un condensateur chargé est :

E pot

=

2 1 CU 2

=

1

Q 2

2 C

A connaître : Capacité d'un condensateur plan :

S C=ϵ 0 e
S
C=ϵ 0
e

avec S surface et e épaisseur.

Prop. Deux condensateurs en série de capacités C 1 et C 2 sont équivalents à un condensateur de capacité

C éq telle que :

1

C éq

=

+ 1 C 1 C 2

1

Prop. Deux condensateurs en parallèle (dérivation) de capacités C 1 et C 2 sont équivalents à un

condensateur de capacité

C éq

=

C 1 +C 2

.