Vous êtes sur la page 1sur 9
Dimensionnement de la précontrainte Pr. Abdelaziz Yazid

Dimensionnement de la précontrainte

Pr. Abdelaziz Yazid

Dimensionnement de la précontrainte Pr. Abdelaziz Yazid
Dimensionnement de la précontrainte Pr. Abdelaziz Yazid
Dimensionnement de la précontrainte Pr. Abdelaziz Yazid

Dimensionnement de la précontrainte

1

1. OBJECTIF DU DIMENSIONNEMENT

L’objectif du dimensionnement de la précontrainte est de déterminer la force effective P (après soustraction des pertes de tension) qui doit régner dans la section étudiée afin que les contraintes limites soient assurées.

2. DIAGRAMME DE VÉRIFICATION

Les vérifications des contraintes peuvent se ramener aux deux cas suivants :

des contraintes peuvent se ramener aux deux cas suivants :  Cas 1 : élément soumis

Cas 1 : élément soumis à la précontrainte et à un moment minimum Mm

Mm

soumis à la précontrainte et à un moment minimum Mm Mm P P P Figure V.1

P

soumis à la précontrainte et à un moment minimum Mm Mm P P P Figure V.1
soumis à la précontrainte et à un moment minimum Mm Mm P P P Figure V.1

P

à la précontrainte et à un moment minimum Mm Mm P P P Figure V.1 
P
P

Figure V.1

Cas 2 : élément soumis à la précontrainte et à un moment maximum M M

M M

P

à la précontrainte et à un moment maximum M M M M P Figure V.2 Ces
à la précontrainte et à un moment maximum M M M M P Figure V.2 Ces
à la précontrainte et à un moment maximum M M M M P Figure V.2 Ces

Figure V.2

Ces deux ensembles, un peu contradictoire, peuvent être regroupés sous forme du diagramme de vérification suivant :

Dimensionnement de la précontrainte

2

h

Vs Vi
Vs
Vi

s1

 s2  i2  i1
 s2
 i2
 i1
précontrainte 2 h Vs Vi  s1  s2  i2  i1 Avec: Figure V.3

Avec:

Figure V.3

s1 : contrainte limite à la fibre supérieure sous chargement 1 (P et M m )

s2 : contrainte limite à la fibre supérieure sous chargement 2 (P et M M )

i1 : contrainte limite à la fibre inférieure sous chargement 1 (P et M m )

i2 : contrainte limite à la fibre inférieure sous chargement 2 (P et M M )

3. DONNÉES DE BASE

sous chargement 2 (P et M M ) 3. DONNÉES DE BASE Les contraintes limites :
sous chargement 2 (P et M M ) 3. DONNÉES DE BASE Les contraintes limites :

Les contraintes limites : s1 , s2 , i1, i2

Les données de base du dimensionnement de la précontrainte sont :

La géométrie de la section

Les données géométriques :

L’aire de la section « B »

Moment d’inertie « I »

Distance de la fibre supérieure « Vs »

Distance de la fibre inférieure « Vi »

Rendement de la section =I / B Vs Vi



4. APPROCHE DE LA PRÉCONTRAINTE

4.1. Câble moyen fictif

Les câbles de précontrainte dans chaque section , forment un ensemble qui peut être assez complexe ; c’est pour quoi, pour les calculs ,on remplace souvent cet ensemble par un câble moyen fictif qui aurait , dans chaque section , le même effet des câbles réellement mis en place (Figure V.4 ).

Dimensionnement de la précontrainte

3

Figure V. 4 4.2. Centre de pression L’effet d’un effort de précontrainte P excentré de
Figure V. 4
4.2. Centre de pression
L’effet d’un effort de précontrainte P excentré de « e o » et d’un moment fléchissant M f
est équivaut à un effort de précontrainte P, appliqué en point appelé « centre
de pression » d’ordonnée :
M
e
 o
e
f
P
P
M f
e
e o
P
Figure V. 5
4.3.
Noyau limite
La contrainte dans une fibre d’ordonnée « y » s’écrit en valeur algébrique, sous
la forme suivante :

y

P

B

(Pe

O

I (1

M )

f

=

I

=

B

y

P Pe

B

y

P

ey

VsVi

)

puisque =I / B Vs Vi

Dans le cas général, on doit avoir : t(y)C

Sur la fibre supérieure y= (+) Vs :

S1

P

B

(1

e

Vi

)

S2

Dimensionnement de la précontrainte

4

Sur la fibre inférieure y= (-) Vi :

i2

P

B

(1

e

Vs

)

i1

Ces deux doubles inégalités peuvent se mettre sous la forme suivante :

Vi1

s B

1

P

i B

1

P

1

 

e

  

Vs

e

1

Vi

Vs1

s B

2

P

i B

2

P

si on pose

1

-Bi =

Vs

P

1

Bs =

-Ci=

Cs

=

Vi

s B

2

P

Vi1

s B

1

P

i B

2

P

Vs1

i B

1

Vi1  s B  1   P i B  2 P Vs1 
Vi1  s B  1   P i B  2 P Vs1 

Le segment [- Bi, Bs] est le noyau limite de compression.

Le segment [- Bi, Bs] est le noyau limite de compression. Le segment [- Ci,Cs] est

Le segment [- Ci,Cs] est le noyau limite de traction.

Le segment [- Ci,Cs] est le noyau limite de traction. Le segment [- Di,Ds]= [- Bi,Bs]

Le segment [- Di,Ds]= [- Bi,Bs] [- Ci,Cs] est le noyau limite au sens strict.

Remarque

En pratique, le concept de noyau au sens strict est lourd à manier. Au niveau du pré dimensionnement, seule est facilement exploitable la notion de noyau de traction qui permet de définir la précontrainte P et son excentricité e o .

Le noyau de compression conditionne, pour sa part les caractéristiques à donner aux sections droites mais, pour effectuer leurs dimensionnement, il est beaucoup plus simple d’écrire directement, dans les zones déterminantes, le respect des contraintes limites

de compression s2 et i1 .

limites de compression  s 2 et  i 1 . 4.4. Excentricité du câble moyen

4.4. Excentricité du câble moyen fictif

On a: Pe=Pe+M f e=e o +

Mf

P

-Ci e correspondant au cas de chargement 1 : M f =Mm

-Ci

o

e

M

f

P

e o

C

 i

M

m

P

Dimensionnement de la précontrainte

5

eCs correspondant au cas de chargement 2 : M f =M M

e

o

M

M

P

Cse o

Cs

M

M

P

L’excentricité du câble moyen fictif doit être comprise entre deux bornes :

 

C

i

M

m

P

e

o

Cs

M

M

P

le câble moyen fictif doit passer à l’intérieure du segment « e o1 e o2 » appelé segment de passage.

Le segment [- Bi - M m /P, Bs -M M /P] est le noyau de passage de compression

/P, Bs -M M /P] est le noyau de passage de compression  Le segment [-

Le segment [- Ci - M m /P, Cs - M M /P] est le noyau de passage de traction

Le segment [-Di-M m /P, Ds- M M /P]= [-Bi -

Cs -M M /P] est le noyau de passage au sens strict.

5. FUSEAU DE PASSAGE

Fuseau de passage
Fuseau de passage

M m /P, Bs - M M /P][- Ci - M m /P,

La zone qui , sur tout l’élément, est délimité par l’ensemble des segments de passage s’appelle fuseau de passage.

Figure V.6
Figure V.6

Pour que la précontrainte d’un élément soit possible ,il faut réunir deux conditions :

6.

L’existence du segment de passage

Un enrobage suffisant

NOTION DE SECTION CRITIQUE

6.1.

Section sous critique : Si tous les segments de passage est à l’intérieure de la zone

les segments de passage est à l’intérieure de la zone qui permet un enrobage suffisant, la

qui permet un enrobage suffisant, la section est dite sous critique.

6.2. Section critique : Dans le cas où il serait possible que le segment de passage soit

réduit à un point, la section est critique.

6.3. Section sur critique : Si le segment de passage à une de ses frontières découpe

la zone d’enrobage (segment ouvert), la section est dite sur critique.

Dimensionnement de la précontrainte

6

Dimensionnement de la précontrainte 6 S e c t i o n s o u s
Dimensionnement de la précontrainte 6 S e c t i o n s o u s
Dimensionnement de la précontrainte 6 S e c t i o n s o u s

Section sous critique

Section critique

Section sur critique

Figure V.7 7. EVALUATION DE LA PRÉCONTRAINTE

7.1. Cas de section sous critique et critique

PRÉCONTRAINTE 7.1. Cas de section sous critique et critique Le segment de passages est limité à

Le segment de passages est limité à un point

Ci

  Cs M m e  M o P I I
 
Cs
M
m
e
M
o
P
I
I

P

M

, d’ou on tire :

P  M  M  M M m  I Cs  Ci Cs
P 
M
 M
M
M
m
I
Cs
 Ci
Cs
Ci
et comme :
Cs 
Vs1
B
 i
2
P I
Ci 
Vi1
B
 s
1
P I
on obtient :
 
M
B Vs
i
Vi
s
P 
12
1
I
 h
B 
I
ou encore, puisque
 VsVi
:
   
M
I
i
I
s
Vi
2
Vs
1
P 
I
h
7.2.
Cas de section sur critique
1) Moment positif :
e
o
Cs
M
M

(Vi di)
P
II
P
 M
d’ou on tire
Cs
 
Vi
M
II
di
MM
I
 i
Vi
2
De même :P II = Vi
 Vs
di

Dimensionnement de la précontrainte

7

2) Moment négatif:

e

o

Ci

D’ou :

M

m

P

II

Vs

 

P

II

Vs

M

m

Ci

ds

De même :

P

II

M

m

I

s

1

Vi Vs

Vs

ds

d

Remarque

si P I > P II la section est sous critique

si P I < P II la section est sur critique

7.3. Cas particulier

Si on suppose s 1 = i 2 =o, alors on a:

CiVi CsVs

=  i 2 =o, alors on a: Ci   Vi Cs   Vs
=  i 2 =o, alors on a: Ci   Vi Cs   Vs
7.3.1. Section sous critique PI   M  h 7.3.2. Section sur critique 1)
7.3.1.
Section sous critique
PI 
M
 h
7.3.2.
Section sur critique
1) Moment positif
MM
P II = Vi
 
Vs
di
2) Moment négatif
P
 M
m
II
Vs
 Vi
ds
Par comparaison, on peut constater les économies obtenues sur l’effort de précontrainte
lorsqu’on tolère des contraintes de traction dans le béton (s 1 = i 2 <o)

8. SECTION MINIMALE DE BÉTON

8.1. Cas d’une section sous critique

I

M

M

M

m

M

Vs

I

M

s

2

M

s

M

1

m



s

M

Vi

i

1

i

2



i

Dimensionnement de la précontrainte

8

8.2. Cas d’une section sur critique 1) Moment positif

I

Ph

Vs

I

s

2

Vs

Vi

i2

M

2 m

M

M

M 1

i

Vi

i

fi

 

2) Moment négatif

I

M

M

M

m

M

Vs

I

s

2

s

Ph

1



s

Vi

i

1

Vi

Vs

s1

s 2   s Ph  1  s Vi i   1 Vi
s 2   s Ph  1  s Vi i   1 Vi
s 2   s Ph  1  s Vi i   1 Vi