Vous êtes sur la page 1sur 3

L'Algérie va engager de profonds changements dans sa gestion, avec l'adoption concomitante

d'un système comptable financier pour les entreprises commerçantes et un nouveau système de
Comptabilité Publique pour les comptes qui retracent l'exécution des budgets et opérations
.financières de l'Etat et comptes assimilés
En Algérie, le système comptable financier (SCF) remplacera le Plan comptable National
(PCN) (dont la norme comptable est ias ifrs) dans l'objectif d'harmoniser avec le référentiel
comptable international. La doctrine et la conception de la comptabilité s'en trouveront
profondément modifiée. La comptabilité et la finance qui ont été jusque là séparée, se
trouveront subtilement mixée, avec une légère hégémonie des aspects financiers compte tenu
de la globalisation des marchés des capitaux. En effet, la comptabilité ne sera plus perçue
comme une technique au service, en particulier, de l'Etat collecteur d'impôt mais comme une
véritable science au service des investisseurs et de tous les autres utilisateurs. Elle devra
évoluer d'une simple technique à une science au service de l'économie et de la communauté
entière. Le démantèlement du monde bipolaire, l'accélération de l'internationalisation des
économies, le décloisonnement, la mondialisation et ses conséquences sur la globalisation
financière qui en a résulté, ont placé la comptabilité, principale source de l'information
financière, au coeur du fonctionnement des marchés financiers. Cette globalisation financière
a rendu indispensable l'harmonisation à l'échelle mondiale de l'information financière fournie
aux investisseurs. Plusieurs pays ont adopté les normes comptables internationales, d'autres en
cours d'adoption. Cette tendance actuelle à l'international confirme que la comptabilité est
avant tout une science et en tant que telle, elle doit être générale et, partant, il ne devrait pas y
avoir des normes différentes ni dans le temps ni dans l'espace. Après la multiplication des
scandales financiers Outre-atlantique, sur le Vieux Continent, mais aussi dans les pays
émergeants, la nécessité et l'urgence de mettre en place des mécanismes de contrôle pour
contrer la comptabilité créative est devenue incontournable. Les nouvelles technologies ont
certainement apportées le confort et le bien être à l'homme, mais elles ont en même temps
véhiculées des risques communément appelés risques du troisième millénaire. Au niveau
européen, l'opportunité de cette harmonisation a été bien ressentie par l'Union européenne qui
a décidé, par son règlement du 29 septembre 2003, l'adoption pure et simple à partir du 1er
janvier 2005 des normes comptables internationales (ias/ifrs) par tous les groupes cotés en
bourse appartenant aux pays membres, rendant ainsi, obligatoire l'établissement et la
publication des états financiers conformes à ces normes. Aux USA la majorité des
compagnies ont adopté les USA GAAP, et dans les autres pays comme l'Inde, la Chine,
l'Australie, le Japon. etc... ont, ou vont adopter, des systèmes comptables proches de ces
normes. À côté de ces débouchés supplémentaires se profile une nouvelle catégorie
d'entreprises soucieuses d'anticiper la législation. Parmi elles, nombre de sociétés non cotées
qui veulent faire preuve de transparence envers les actionnaires. Des projets de convergence
sont en cours, entre les deux grands normalisateurs internationaux, mais aussi avec les autres,
et devraient aboutir à l'horizon 2011, à une seule et même normalisation internationale. Les
pays frères et voisins (Tunisie et Maroc) ont entamé ce travail depuis quelques années, avec
l'adoption du référentiel ias ifrs. L'Algérie ne peut rester à l'écart de ce mouvement
international, et a décidé de faire adopter un nouveau plan comptable. Le passage est prévu
pour le 1er janvier 2009. Ce passage s'accompagne certainement d'une surcharge de travail,
afin d'adapter et de former le personnel en charge de la comptabilité financière. Des secteurs
entiers comme les banques, les assurances et autres assimilés, seront appelés à opérer une
véritable mue. Les secteurs de l'agriculture, de la construction, du secteur minier, des caisses
mutualistes,... constituant des cas à part avec leurs spécificités et leurs particularités, devront
effectuer ce passage non sans difficulté. Un programme important dans le domaine du
développement des progiciels et des logiciels, est nécessaire pour supplanter les outils
désormais désuets dont nous disposons. Pour être au rendez vous, un programme de formation
et de sensibilisation colossal est à mettre en oeuvre immédiatement. Il s'agira non seulement
.de mettre les moyens qu'il faut pour définir des cycles pédagogiques et les diffuser
Enfin, une adaptation des lois et procédures fiscales, est attendue afin de supprimer le double
travail auquel seront astreints les préparateurs des états financiers. Il serait prétentieux et
maladroit d'engager une lecture du système comptable financier algérien sans comprendre
l'environnement et la doctrine des normes internationales dans une première phase. Une telle
démarche permettrait de mieux saisir le sens profond des changements engagés. Dans une
première partie, nous nous attellerons à connaître quels sont les organes qui édictent les
normes internationales et quelle est la procédure suivie pour faire adopter ces normes. Nous
devrions au passage nous informer de l'actualité et examiner les différents projets en cours.
Dans une seconde partie, nous tacherons de faire une comparaison du cadre conceptuel entre
le SCF, le PCN et le référentiel ias ifrs pour situer les changements profonds introduits d'une
part et le chemin qui reste à parcourir, d'autre part, afin d'aller vers une mise en conformité
.totale avec les normes internationales

Sommaire

Les instances internationales de normalisation comptable.1


(L'IASCF (International Accounting Standards Committee Foundation.1
(L'IASB (International Accounting Standards Board.2
(Le SAC (Standards Advisory Council.3
(L'IFRIC (International Financial Reporting Interpretations Committee.4
.Les autres organismes internationaux.5
Niveau d'application des normes comptables en Europe.6
Tableau récapitulatif des normes IAS/IFRS, les interprétations et les projets en.7
cours
? Qu'en est -il en Algérie.8
Textes réglementaires relatifs au Plan Comptable National.9
Analyse comparée des systèmes comptables (IAS/IFRS , SCF, PCN.10

Résumé

Les normes ias/ifrs constituent une réforme complète des règles comptables. Elles ont des
impacts significatifs sur la plupart des postes du bilan des entreprises, sans distinction
.d'activité
Il s'agit là d'un raisonnement à court terme visant à prioriser la communication financière aux
investisseurs. Leur impact est important sur la comptabilité puisqu'il s'agit d'une réforme
.structurante pour les entreprises européennes
A contrario, Bâle II raisonne à long terme et vise à la stabilité financière à travers le
.renforcement des règles prudentielles

Les normes ifrs n'incluent pas de volet prudentiel, le Fédération Bancaire Française (FBF)
s'est longuement concertée avec le régulateur national pour mettre en place un retraitement
« des normes ifrs via un « Filtre prudentiel
Aujourd'hui, le passage aux normes ifrs en Europe fait office de test. Si l'Union européenne
parvient à faire que le référentiel nivelle par le haut la qualité de l'information financière dans
.le respect des réalités économiques propres à l'Europe, alors ces normes on un avenir

Sommaire

Partie 1 : Origine des normes IFRS.1


Le rôle de la comptabilité remis en cause.1
Principes et utilisation des normes IAS/IFRS.2
Les bouleversements organisationnels dus aux normes IFRS.3
Partie 2 : Les instruments financiers.2
Généralités.1
Classification des instruments financiers.2
Valorisation : Notion de juste valeur.3
Comptabilisation.4
Partie 3 : consolidation.3
Périmètre de consolidation.1
Principes de consolidation.2
Partie 4 : contrats de location.4
Introduction.1
Classement des contrats de location.2
Comptabilisation.3
Partie 5 : Les immobilisations.5
Immobilisations corporelles.1
Immobilisations incorporelles.2
Partie 6 : Les convergences entre les réglementations IFRS et Bâle II.6
Impact sur les fonds propres.1
Provisionnement du risque de crédit.2
La communication financière.3