Vous êtes sur la page 1sur 8
Freud et Nietzsche par François Requet Page web : https://sites.google.com/site/francoisrequet/ E-mail : francois.requet@gmail.com Article paru ans la re!ue Philosophique en "##$. %e sommaire complet e la re!ue est isponible & cette a resse : http://www.msh-reseau.pr .fr/Re!ues'om/ etailre!ue.(sp)*ssnre!ue+#,-#-#-,. En .,"/0 Freu intro uit au public sa secon e topique. 1herchant alors & caract2riser le p3le pulsionnel e la personnalit20 il s4inspire u philosophe 5eorg 5ro ec6 et baptise cette instance par le terme e Ça. 14est ans Le Moi et le Ça que le terme appara7t pour la premi8re fois0 et c4est & cette occasion qu4on peut alors lire ans une note en bas e page : 9 5ro ec6 lui-m:me s;est inspir20 & cet 2gar 0 e l;esche qui emploie cette esche ans le iscours freu ien onne & r2fl2chir sur la con(onction e pens2e qui pourrait esche & Freu 0 4un 9 ma7tre u soupçon @A"B & l4autre0 l4enqu:te sur les soubassements e notre ps?ch2 aurait-elle sui!ie la m:me trame ) Fe ern0 le fi 8le collaborateur e Freu 0 semble confirmer cette h?poth8se0 lui qui 2clara lors 4une r2union e la 'oci2t2 Ciennoise e Ps?chanal?se : 9 =iet>sche est si proche e nos i 2es qu4il ne nous reste plus qu4& nous eman er ce qui lui a 2chapp2. *l a anticip2 par intuitions certaines i 2es e Freu @A/B. Aussi nous sentons-nous en roit e nous interroger : =iet>sche aurait-il eu les intuitions (ustes0 celles qui permirent & Freu e mener l4in!estigation encore plus loin ) Aurait-il 2t2 le po8tephilosophe pr2lu ant la 2cou!erte e la science ps?chanal?tique ) *l est 2!i ent qu4il nous faut temp2rer notre ar eur0 car il n4est pas e r2ponses philosophiques probantes & es questions 4une telle ampleur. D4autant plus lorsque l4on sait que Freu lui-m:me r2pon it & Fe ern qu4il 9 ne connaissait pas l4Eu!re e =iet>sche @. =ous nous contenterons onc 4interroger ici l4emprunt terminologique que Freu effectue0 et nous nous eman erons ce qui tient e =iet>sche ans le Ça freu ien0 au- el& e cette r2f2rence lesche baptise u nom e Soi et qu4on trou!e ans Ainsi parlait Zarathoustra0 au iscours intitul2 9 Des contempteurs u corps @. =iet>sche ? fait notamment parler le proph8te en ces terme : 9 Derri8re tes sentiments et tes pens2es0 mon fr8re0 se tient un ma7tre plus puissant0 un sage inconnu - il s;appelle Soi. *l habite ton corps0 il est ton corps. @AFB =ous pou!ons ici enten re a!ec quelle harmonie le iscours niet>sch2en semble entrer en r2sonance a!ec celui e Freu : le Soi0 & la mani8re u Ça0 constitue le p3le pulsionnel e l4in i!i u0 l42nergie !itale comprise en tant que corps. Ça et Soi sont tous eu< & istinguer u moi0 et tous eu< en sont comme les ma7tres inconscients qui par!iennent & 2loger le moi e 9 sa propre maison @AGB. *ls sont tous eu< le lieu es pulsions originaires e l4in i!i u0 que le su(et ignore et qui 2chappent & son contr3le. %a pr2 ominance e cette entit2 cach2e ans les coulisses e la personnalit2 place imm2 iatement les eu< penseurs sur un m:me terrain 4entente. En effet0 par le truchement u Soi et u Ça0 tous eu< r2 uisent le su(et rationnel & la part congrue. 9 %e soi it au moi: HIprou!e es ouleursJH Et le moi souffre et r2fl2chit & ne plus souffrir KLM %e soi it au moi: HIprou!e es (oiesJH Alors le moi se r2(ouit et songe & se r2(ouir sou!ent encore @ANB affirme le Oarathoustra e =iet>sche. De son c3t20 Freu nous esche ans Par-delà bien et al. %e su(et 9 (e @ est !2cu par le Ça0 et ce su(et confon l4effet et la cause0 il croit qu4il est l4instigateur 4une action0 alors qu4il n4en est que le 2positaire0 il n4est que le pro uit 4un fon pulsionnel inconscient. Qais quelles sont-elles0 & proprement parler0 que ces pulsions inconscientes ) Pour Freu 0 il s4agit 4une 2nergie ps?chique apparaissant comme un chaos !ital 2sorganis2. Elle r2pon & un ualisme ans lequel s4affrontent eu< t?pes e pulsions : les pulsions e !ie et les pulsions e mort0 qui toutes eu< se 2clinent sous une infinit2 e formes. %es pulsions e mort agissent comme es comman ements estructeurs0 leur but profon consistant ans le retour & l42tat inorganique. %es pulsions e !ie0 e leur c3t20 s4ing2nient & contrecarrer les premi8res en les 2!iant e leur but. 14est ici qu4inter!ient l42nergie primor iale0 la libi o0 cette c2l8bre 2nergie sesche0 quant & lui0 consi 8re que l42nergie pulsionnelle contenue ans le Soi se manifeste comme une pluralit2 4instincts. 1es instincts ne sont rien 4autre qu4une forme e l42nergie originaire u mon e0 cette 2nergie qu4il 2signe par la formule sib?lline e Colont2 e puissance. =ous pou!ons l4abor er comme un !aste (eu e forces en conflit0 es forces qui s4affrontent0 se surmontent0 se 2passent0 se comman ent et s4ob2issent. %a Colont2 e puissance ne respecte pas les imp2ratifs cat2goriques u moi conscient et elle li!re sa bataille au champ 4honneur e l4absur it2. Aussi pou!ons-nous 2gager un autre point e connesche qui se concentre sur le fait que le Soi comme le Ça constituent le lieu 4un conflit. Un sait que la th2orie freu ienne e la m2taps?chologie se pr2sente sou!ent comme une th2orie u conflit ps?chique : le ps?chisme 4un in i!i u aspirant & es 2sirs et r2pon ant & es esche0 le Soi est marqu2 par le caract8re u conflit0 que le philosophe interpr8te sou!ent par une m2taphore politique. Ainsi pourrait-on consi 2rer le Soi comme 9 une structure sociale compos2e e nombreuses Vmes @A,B qui toutes cherchent & assurer leur omination sur les autres. Ainsi pour =iet>sche l4affect primor ial r2gissant la !ie ps?chique est l4affect u comman ement0 car ans leur lutte0 les instincts s42!aluent0 se onnent es or res ou ob2issent & 4autres. 14est e l4instinct pr2 ominant que r2sultera principalement la personnalit2 in i!i uelle. 1elle-ci peut onner lieu & eu< t?pes 4homme : ceu< & la !olont2 ascen ante0 ont la structure pulsionnelle est h2rarchis2e0 et oP es affects forts comman ent au< faibles0 cr2ant une coh2sion e la !olont2. *l ? r8gne ainsi une unit2 u !ouloir0 se tra uisant par un 9 regar roit qui fische r2sume cette anal?se l4absence ans la !olont" de puissance : 9 %a pluralit2 et l4incoh2rence es impulsions0 e ces e s?st8me entre elles pro uit la 9 !olont2 faible @ S la coor ination impulsions sous la pr2 ominance e l4une 4elles pro uit la 9 !olont2 forte @ S ans le premier cas0 il ? a oscillation et manque e centre e gra!it2 S ans le secon cas0 pr2cision et irection claire. @A..B Effectuer un rapprochement entre les eu< interpr2tations ps?chologiques e ces auteurs est alors 2!i emment tentante : on trou!e che> l4un comme che> l4autre la contestation u primat u su(et0 un fon ps?chique pulsionnel se istinguant par son 2tachement es crit8res e rationalit20 et une th2orie u conflit ps?chique ont l4issue 2ci e u sort e la personnalit2. Woutefois0 encore faut-il aiguiser notre scalpel lorsqu4on iss8que es pens2es 4une telle profon eur0 car un tel esch2en. Pour cela0 nous essa?erons e 2bla?er et e placer plus en lumi8re les structures u Soi. De notre lecture e =iet>sche0 nous sa!ons 2(& que 9 les sens et l;esprit ne sont qu;instruments et (ouets: erri8re eu< se trou!e encore le soi. @A."B Qais nous n4a!ions encore faut qu4effleurer la question en oubliant ce qui !ient apr8s0 & sa!oir que 9 %e soi0 lui aussi0 cherche a!ec les ?eu< es sens et il 2coute a!ec les oreilles e l;esprit. Wou(ours le soi 2coute et cherche: il compare0 soumet0 conquiert et 2truit @A./B0 car 9 le corps est un gran s?st8me e raison @0 il est ce que =iet>sche appelle la 9 gran e raison @A.FB. *l n4est pas ainsi que mou!ement insens20 il constitue une raison sup2rieure & 9 ta petite raison que tu appelles esprit @A.GB0 la puissance e penser est 2(& incluse ans la gran e raison0 la raison u corps0 car0 comme le philosophe l42crit : 9 9 *l oit ? a!oir ans tout :tre organique compliqu2 une foule de consciences et de #olont"s $ notre conscience sup2rieure0 4habitu e0 oblit8re toutes les autres. %a moin re cr2ature organique oit :tre ou2e e conscience et e !olont2. @A.NB Ainsi le Qoi u su(et pensant constitue-t-il principalement une !ersion simplifi2e u processus ont il 2coule : 9 1e que l4on attribue commun2ment & l4esprit me para7t composer l%essence de la #ie organique S ans les plus hautes fonctions e l4esprit0 (e ne trou!e que es fonctions organiques sublim2es @A.$B. Xusqu4ici0 il semblerait presque que l4analogie a!ec le Ça freu ien puisse :tre maintenue puisque l4instance freu ienne conna7t elle aussi ses propres 2sirs0 elle effectue es (ugements e !aleurs par in!estissement 4ob(ets libi inau<0 et elle laisse & la conscience la ifficult2 e sublimer toutes ces !olitions. 1epen ant che> Freu 0 le Ça ob2it & un mo e 4organisation ra icalement iff2rent es processus e conscience et il lui est impossible e promou!oir un su(et coh2rent : cette tVche incombe au Qoi seul0 qui oit0 autant que faire se peut0 imposer le principe e r2alit2 au Ça : 9 UP 2tait le Ta0 le Qoi oit a !enir @A.-B nous en(oint Freu . Pour =iet>sche au contraire0 c4est bien le Soi qu4il faut tou(ours 2couter0 et il semblerait que ce soit & l4inconscient qu4il faille s4en remettre : 9 Wout acte parfait (ustement est inconscient et n4est plus !oulu S le conscient esche enten par l4e Freu totalement e celui e la part consciente0 ils sont antinomiques0 et ce quasiment au sens 2t?mologique0 c4est&- ire en cela que leurs r8gles s4opposent. A contrario che> =iet>sche0 la conscience est fausse en cela qu4elle est une !ersion simplifi2e et falsifi2e e la r2alit2 u corps. =iet>sche 9 r2fl2chit sur la 9 gran e raison @ qui se manifeste ans la totalit2 es op2rations !itales @A".B nous rappelle 5ranier0 et c4est (ustement 9 parce que la philosophie s4applique & p2n2trer la sagesse u corps qu4elle m2rite son nom m:me e 9 philosophie @ @A""B insiste-t-il pour saluer les m2rites u YVlois. Pour clore cette r2flesche et Freu . Un ne peut la r2sumer & une ano ine querelle 42cole0 car c4est bien toute la ra icalit2 u pro(et philosophique niet>sch2en qui se trou!e engag2e ans cet antagonisme. En effet0 ans l4opposition freu ienne u principe e plaisir et u principe e r2alit20 se superpose une interpr2tation u mon e comme opposant l4inconscient fluctuant & la rationalit2 e la r2alit2. En quelque sorte0 c4est comme si Freu r2int2grait par la petite porte la ualit2 m2taph?sique u mon e r2el s4opposant au mon e sensible0 le su(et rationnel a?ant pour tVche e pallier au< imperfections u Ça 2sorganis2. De la sorte0 Freu semble ent2riner la ps?chologie ans une entreprise e fon ation e la !2rit2 u mon e r2el par le su(et pensant0 l& oP pr2cis2ment0 =iet>sche s4engageait ans une reconnaissance u mon e u e!enir comme seul mon e r2el et coupait court & tout i 2alisme m2taph?sique. %e Ça freu ien semble en erni8re instance incapable e conce!oir la sagesse u corps0 et ainsi coupe-t-il court & toute interpr2tation non i 2aliste u mon e. =iet>sche ? !errait sans oute le s?mpt3me e la 2ca ence. %e 2ca ent 2tant0 comme nous le rappelle 5ranier0 9 un in i!i u ont l4organisme est ra!ag2 par la concurrence anarchique es instincts et qui a per u sa r2gulation !itale. %e 2p2rissement u 'oi oblige cet in i!i u & se confier enti8rement au moi et & la logique0 et une morale & la fois ialectique et r2pressi!e appara7t alors comme l4unique rem8 e. @A"/B FRERD K'igmun M . Le Moi et le Ça . Paris0 Petite Yiblioth8que Pa?ot0 .,N- . "-#p0 2 ition num2rique 9 %es classiques es sciences sociales @ . chapitre " . A.B A"B =ous empruntons l4esche et Freu 0 les trois penseurs ma(eurs e 9 l48re u soupçon @. assertion eut lieu lors e la r2union u .er a!ril .,#- e la 'oci2t2 Ciennoise e Ps?chanal?se oP =iet>sche 2tait & l4or re u (our. A/B 1ette =*EWO'1ZE KFrie richM . Ainsi parlait Zarathoustra . 2 ition num2rique consultable sur le site internet [i6ipe ia & l4a resse : http://>arathoustra.info/in e<.php) title+Ainsi\parlait\Oarathoustra 0 tra uction Zenri Albert . Premi8re partie0 Des contempteurs u corps . AFB AGB FRERD K'igmun M . 'ntroduction à la ps(chanal(se . Paris0 Petite Yiblioth8que Pa?ot0 .,N" . FF"p0 2 ition num2rique 9 %es classiques es sciences sociales @ . 1hapitre .- . . ANB Ainsi parlait Zarathoustra0 Premi8re partie0 Des contempteurs u corps . et le Ça . 1hapitre " . A$B Le Moi A-B =*EWO'1ZE KFrie richM . Par-delà bien et al . Paris0 5F Flammarion0 "### . F##p . bibliographie0 biographie0 in e< nominum0 in e< rerum . ].$ . A,B Par-delà A.#B 'bid) A..B =*EWO'1ZE bien et al0 ]., . KFrie richM . La #olont" de puissance . Paris0 5allimar 0 .,,G . FG"p 0 tome *0 li!re **0 chapitre /0 ]"#G . A."B Ainsi A./B 'bid) parlait Zarathoustra0 Premi8re partie0 Des contempteurs u corps . A.FB 'bid) A.GB 'bid) A.NB La A.$B La #olont" de puissance& tome *0 li!re "0 ]"/. . #olont" de puissance& tome *0 li!re "0 ]".# . A.-B FRERD K'igmun M . Nou#elles conf"rences sur la ps(chanal(se . Paris0 5allimar 0 .,/N . "FNp0 2 ition num2rique 9 %es classiques es sciences sociales @ . /8me conf2rence . =ous choisissons la tra uction e %acan0 que l4on ne trou!e pas ans cet ou!rage pr2cis0 oP la formule est tra uite par : 9 %e moi oit 2loger le ça. @ A.,B La A"#B #olont" de puissance& tome *0 li!re .0 ]"F, . 5RA=*ER KXeanM . Le probl* e de la #"rit" dans la philosophie de Nietzsche . Paris0 E itions u 'euil0 .,NN . NG/p . bibliographie . p/F" . A".B 'bid) A""B 'bid) A"/B Le probl* e de la #"rit" dans la philosophie de Nietzsche0 p/F, .