Les juifs, rois de France

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Les juifs, rois de France.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

Lés Juifs, RoisdeFrance
Siècle WISfSjMr 7& JUIFS du mXXKVVlKMK FUX*MMF8â Déclaration de* Juif* de !*mgw en Van ISiïi ; I#s juifs no sont ni desï Allemands ni des Slaves; ils sont ni» peuple à 'part., I* principe do notre association nationale juive est ainsi formulée: Los Juifs ont été et restent tin peuple autonome par l'unité de la race, de l'histoire, de la conception et du sentiment,.. Nous vous adressons cet appel à entrer dans les rangs de notre association juive, sous la bannière nationale , pour le bien et l'honneur de notre cher peuplé. Desassociation* juive* semblable* e,ei*tenl dan* toute* le* ville* d'étude*. WIAÛUTh: UXlYEllSEUR Kn outre, l'AUJAM'.K enylobe le* Juif* de tom les pu»/*. Klle fut fondée er 1800, Voici ce que disait d'elle le juif Crémieux, son premier président : L'alliance n'est pas une alliance française , allemande ou anglaise ; elle est juive et universelle. Ainsi, les Juifs affirment carrément que, même naturalisés français ou anglais ou autres, ils restent toujours un peuple à part, ayant des idées u part. Voici quelles sont ces idées : Itêsumé du Catèehisine naici dans le* famille* et le* école* juive* : \jQ peuple juif est lo seul peuple qui vaille. Tout a été fait pour lui. Il estdesr tiné à régner sur tous les autres peuples. Os autres peuples ne sont que du l>étail et encore pas du bétail libre, vivant sans maitre; mais bétail des juifs. Toute la destinée de ces |>ciiplcs est de servir aux juifs—nie chair-àde ehair-â-canon. Voler, tuer, salir les autres travail, de chair-à-plaisir, peuples n'est pas un crime pour le juif : c'est son droit.

Ce auc mai

AV.Tt'EU.EME\T

le* JUIFS

en *7MAC£.

Il y a un siècle les juifs n'étaient rien en France. On les a naturalisés français il y a un siècle, Maintenant il* *ont tout. /.es Juif* tant maitre* de la fortune de. la France. D'après lesdorniéres recherches, la fortune do la France est d'environ 200 milliard* et les juifs JKtsscdcnt sur ce* '200 milliards SOmilUunh, Kt cependant sur 30 millions de français il n'y a que 110 mille juif*. Kt ces juifs, il n'y a pas80ans,éUne seule famille juive possède taient des mendiants, des brocanteurs 10 milliards. Par les grands magasins juifs ils tuent le grand et le petit commercé français. Par le monopole ils accaparent toutes les matières premières, ils nous les font payerau prix qu'il leur plaît, après avoir ruiné leurs concurrents. Toutes les filouteries qui ruinent la |wtite épargne française ont les juifs pour lanceurs ou gros Iténéliciaires : Union, Panama,café,cUi-':. vres, inînesJ'or, cheiniiis de fer....: I.es grandes propriétés foncièr^rlés

châteaux des mis leur appartiennent. Toutes nos grandes villes sont infestées de juifs, Par exemple: à Oran,sur 18 marchands do nouveauté il y a M juifs; sur 20 marchands de meubles VAjuifs ; sur 13 marchands de tissus indigènes 13 juih IJOS Rothschild sont les principaux action-; U\ Uanquc fourmille de juifs. nairesde chemins de fer de la France Rien qu'à Paris il va 103 banquiers juifs. |,a famille Rothschild est la grande Unique de tous les Etals de l'Europe, Kt si pour sauver son argent de la banque juive, le français fonde des banques françaises, le juif tes fera sauter comme il a fait sauter V Union, comme il essaye de taire sauter les bampies populaire*. Si pour sauver sa terre do l'usure juive le français fonde «lescaisse* rurale* française*, le juif Lévy et autres s'efforcent de les absorber dans une iviwre juive. /.es Juif* sont mailre* du.gouvernement de la Frttnce. En 1800, mi Sénat et à la Chambre, les juifs étaient plus do 31, Si les français étaient représentés dans la même proportion, le parlement compterait W 000 député*. Kntre préfets,sous-préfets et receveurs généraux, il y avait alors Actuellement les juifs ne manquent pas dans les Chambres; et 201)juif*. d'ailleurs, n'y en eùt-il aucun, ce serait toujours la juiverie qui fait nos lois. Car la plupart îles députés et sénateurs soûl franc-maçons et votent d'après les ordres do la franc-maçonnerie. Or le chef de la maçonnerie, celui qui donne les ordres, c'est le juif. Vu leur nombre, les juifs ( les reconnût-on |>our francai* ) n'auraient pas droit à une demi-place «le préfet, encore moins de ministre elr... Oc actuellement le* JUIFS 0\1 KX Fll.\XCE : S ou 0 préfet*, IS on 20 son* préfets, 10 conseiller* à la Cour d'appel <te Paris, H inspecteurs généraux'] dan* le* Ponts et Chaulées,!) Conseiller* «f État, // hauts-fonctionnaire*' au Ministère de l'Agrieultnre, 21 nue Poste*et Télégraphe*, 37 au.rfinance*, 30 aux Travaux publie*, :l.ï à Vlnstruetion pnblhpie. IAI magtetraltire et le banvau fourmillent de noms juif* : Naquet, Léon, llloch , Katz, Reer, Rosenfeld, Anspaeh, Sommer, Durand , Ralmlwt, et les autres. Ces MM., mettront-ils en pratique ce commandement du Catéchisme juif :Si un juif et un non-juif viennent deeaut t,ù pour un tlifférend, *i tu peux faire gagner le juif léyalement, fais-le. Si tu ne le peux, tu emploiera* contre le non-juif l'htluce et la fraude. L'armée est menacée par les Juifs. On ne rencontre que trop souvent des juifs dans la direction des grandes écoles militaires. I.es officiers juifs] ne manquent pas. Les juifs recherchent surtout les places où ils peuvent connaître les secrets militaires. Ces MM... veulent-ils en faire le même usage que l'officier juif et trait re Dreyfus'} Ce serait d'ailleurs conforme à ce principe du catéchisme juif, qu'un juif n'est pas tenu de yarder le serKt cette Invention juive : des ministre* de la mentprêté à un non-juif. \ marine, et de la guerre civils ! Kt les gros l>anquici-s juifs de France donhant l'or de la France à nos ennemis l'Italie rt l'Angleterre! Kt tout ce que l'on ignore..., grâce au êilence acheté par les juifs.' !

|| ne suffit pas |»our tes Juifs qu'ils soient les maitivs de !a France, il à le sa* .Cuit encore que lo peuple français n'en sache rien ; ou s'il |vmïeut à se défendre. lo tril'ai* là seulement voir, il faut qu'il soit impuissant omphe des Juifs est assuré. /.Vé|| y a longtemps Les Juifs sont maîtres de la presse. que le jiif de la preste. Cn autre juif «lisait mieux l'a dit à ses frères ; Kmpact'z-van* de ton* le* jaticnuue en 1881 : Il faut gue h>s juifs président à ta direction qui quotidiens dans chugue )ytys. Aussi soyez sûrs que tous les journaux en secret par les juifs. Ki sont assez lâches pour se vendre sont dirigés secret. Il est doucdiflicile de dresser u.e liste complète des journaux plus ou moins vendus aux juifs. Voici cependant quelques journaux comptant f'eho d i de 3 à I juifs : ItèpubUipic française, Caulnis, Xation, l.aulecn*, Paris, Figura, lUn'i*, Petite Presse, limlicol, Journal,t',il Temps, Itlas, Voltaire, Frèuement, \ raie partde lil'Sièele, Itipp'l,

le complot juif. 0?la Malgré les juifs, le peuple commence à connaître est vrai. Mais depuis longtemps les juifs ont pris leurs précautions, pour à leur résister. que le peuple français soit impuissant c'est Dieu ,1a famille,les Ce qui tait avant tout la force d'une nation, vertus morales. Or ce sont les juifs qui ont fait l'école française sans Dieu, tout en gardant Dieu dans leurs écoles juives. Ce sont les juifs qui ont fait le divorce. Ijes grands Les innombrables marchands puhicatioiis de chair humaine immorales ont à leur tête le juif, sont des juifs.

Kn vérité, le gouvernement mais de la France n'est pas une llèpnbligue, absolue : l,e* Juifs sont Dnsabs'dus en Feaiiiur une Itogauté et m\el(oganté —~un tàècle après l'abolition de la royauté absolue. vous avez la réputation d'être des gens logiques : Arraclnv.au Français! du Parlement, des écoles etc.. l'inscription des Palais de Justice, menteuse de Itépnbligne et mette/, à la place cette autre plus véfrançaise, ritable : Ici règne le Juif. hiuvre Franco! vivr,», Quand même, mourir alors qu'on pourrait c'est dur ! Mais mourir rongé par la vermine , c'est dégoûtant ! Mais n'avoir pas même le vulgaire courage de se donner un coup de peigne, c'est trop lâche! La France méritait de mieux linir. fronton

Iloanne.

Imprimerie

ouvrière.

r^JUi'jzhù*

I.'

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful